topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

mardi, 17 septembre 2013

PDCI-RDA: PARTI POLITIQUE OU ANIMAL DE COMPAGNIE DU RDR?

 

côte d'ivoire,pdci-rda: parti politique ou animal de compagnie du rdr?,yao kouamé patrick,président de la jeunesse du pdci rda en exil

Nous voici à deux ans des élections présidentielles de 2015. Etant donné que le but de tout parti politique est la conquête et l’exercice du pouvoir d’état selon son projet de société, tous les Partis, à l’image du FPI, du PIT, du MFA s’activent pour être à  ce rendez-vous.

Le PDCI-RDA notre parti baigne toujours dans le flou. Après le dernier combat du président Henri KONAN BEDIE, combat soldé par un échec où notre parti se classe désormais au troisième rang sur l’échiquier politique ivoirien et où le parti tend à se réduire dans le V Baoulé, nous militants avions pensé que nos premiers responsables allaient tirer les leçons de ce fiasco et se remettre au travail pour faire de cet héritage du père fondateur l’instrument de progrès, de paix et de cohésion nationale qu’il était autrefois.

Les élections présidentielles de 2010 nous ont montré que le PDCI-RDA, parti national où toutes les ethnies se retrouvaient a perdu son influence dans le grand Nord, le grand Ouest, au Sud et dans tout l’Est. Le PDCI-RDA d’aujourd’hui se résume qu’au petit V Baoulé. Devons-nous être fiers de ce constat et continuer à y demeurer ? Comment sommes-nous en arrivés là ?

  • Le RDR sorti du PDCI-RDA  par la faute du président Henri KONAN BEDIE qui refusait la  démocratie interne et la  rénovation du parti. Ce parti ethnique a fait des peuples du Nord son bétail électoral.
  • L’UDPCI, le PURCI, l’UDCY, l’URD... tous ces partis politiques crées par des cadres issus du PDCI-RDA sont la conséquence du manque de dialogue et de l’ouverture de l’ère BEDIE.
  • Dans la nuit du 18 au 19 septembre 2002, des individus lourdement armés ont attaqué la ville d’Abidjan et endeuillé de nombreuses familles. Ayant échoué dans leur projet de coup d’état, ces rebelles vont se replier dans la partie Centre-Nord puis l’Ouest  du pays. Pendant près de dix ans, ils sèmeront la mort et la désolation au sein de nos populations. On verra les femmes d’Adjanou massacrées à Sakassou, des femmes enceintes éventrées, des enfants égorgés et jetés dans des puits, des gendarmes tués et des milliers d’Ivoiriens morts étouffés dans des conteneurs à Korhogo. Le PDCI RDA  avec à sa tête le président Henri KONAN BEDIE n’a jamais condamné ces assassins des temps modernes. Qu’a dit BEDIE face aux accusations de son soutien au MPIGO, ce groupe armé qui a rendu l’Ouest méconnaissable? Comme le dit l’adage, qui ne dit rien consent, son silence a pesé contre notre parti dans les urnes à l’Ouest. Les populations de l’Ouest en sanctionnant BEDIE, ont envoyé un grand message au PDCI-RDA.
  • L’alliance RHDP étant vu par la majorité des Ivoiriens comme un soutien du PDCI-RDA à la rébellion, ceux la même qui ont causé leur malheur le feront payer dans les urnes à l’Est et au Sud de notre pays.

Que faire pour rebondir ?

Après tout ce qui précède, le PDCI-RDA doit revenir à son combat originel; le combat d’HOUPHOUET-BOIGNY. Celui ci consiste :

- A traduire les aspirations profondes des masses ivoiriennes;

- A la libération de l’homme ivoirien et l’affirmation de sa personnalité;

- A la promotion d’une politique de bien être par le travail dans la discipline et la paix;

- A militer pour la construction d’un monde de justice et de paix par le DIALOGUE, la neutralité absolue, la coopération internationale dans l’égalité, la tolérance et la paix.

Que constatons-nous aujourd’hui ?

Le vote des lois sur la nationalité, l’apatridie et le foncier par les députés PDCI-RDA a été fait sans consultation de la base.

Le peuple ivoirien dans sa majorité aspire à la paix et à la réconciliation vraie mais cela est le cadet des soucis des rebelles au pouvoir et contre les valeurs du PDCI-RDA, le président BEDIE les soutient.

Le peuple ivoirien est aujourd’hui pris en otage par le RDR et ses bandes armées. Tous ceux qui sont contre Ouattara iront au cimetière, propos du secrétaire général du RDR.

Les forêts et les maisons des ivoiriens sont occupées depuis 2002 par les rebelles et la crise postélectorale est venue aggraver cette situation.

Avec la politique de rattrapage initiée par le RDR où seuls les partisans de Mr Ouattara ont droit à un travail. Le chômage, les licenciements abusifs, le népotisme et la corruption gagnent du terrain dans notre pays. Ce qui a pour conséquences, la méfiance, la division, l’extrême pauvreté, la frustration et la famine donc la mort.

La question de tous ces prisonniers politiques et militaires injustement incarcérés avec à leur tête le Président Laurent GBAGBO et tous ces exilés politiques qui broient du noir loin de la mère-patrie, est le dernier des soucis de la classe dirigeante du PDCI-RDA. Quel échec !

Chers militants, voila à quoi est réduit notre parti qui est de suivre de façon moutonnière le RDR et ses rebelles. Jusqu’à quand devons nous laisser BEDIE nous conduire à l’abattoir ?

Pendant combien de temps devons nous laisser BEDIE agir contre la vision de notre parti, agir contre les idéaux de notre parti, agir contre nos textes ?

Pour BEDIE, la gestion désastreuse des affaires du pays par Ouattara et ses rebelles est un succès qu’il faudra pérenniser et pour cela le PDCI-RDA devra renoncer à ce qui caractérise tout parti politique qui est la conquête du pouvoir d’état au profit du RDR de Ouattara.

Aujourd’hui en Cote d’Ivoire sous l’ère Ouattara, le mensonge est érigé en mode de gouvernement, l’insécurité a atteint un seuil tel que le plus grand camp militaire a été vidé de tout son arsenal. Dans les cités universitaires,  les places des étudiants sont occupées par les bandes armées à la solde du RDR. A la place des concours, ont assiste à des recrutements parallèles de militants du RDR. Le système sanitaire est  plus que déplorable. La vie est de plus en plus chère avec le racket des chefs de guerre qui font la loi au vu et au su de Mr Ouattara. Seul BEDIE, ayant fait du PDCI l’animal de compagnie du RDR,  continue de cautionner et d’encourager une telle escroquerie.

Chers militants, nous vous appelons à la vigilance car il n’y a jamais deux sans trois. Tous ceux qui ont soutenu Ouattara ont par la suite été humiliés. Souvenons nous d’un certain Nicolas SARKOZY qui après avoir soutenu Ouattara est allé perdre les élections de façon lamentable. Doit-on encore vous parler de Mr Abdoulaye WADE ? Tout comme eux, Henri KONAN BEDIE, pour son soutien à Ouattara connaitra lui aussi l’humiliation.

A travers ce douzième congrès, le PDCI-RDA devra renaitre pour se positionner comme le parti leader en Cote d’Ivoire. Vu les enjeux de ce rendez vous, il serait anti démocratique de laisser un comité de soutien à un candidat de l’organiser. Les militants du PDCI-RDA devront montrer aux yeux du peuple de Côte d’Ivoire et au monde entier un comportement exemplaire dans le respect des textes que nous nous sommes librement donnés. En tant que premier parti politique créé, notre devoir sera d’être un modèle pour les autres partis politiques.

Le monde entier nous regarde, les ivoiriens espèrent toujours en nous pour les faire sortir de la souffrance actuelle causée par la politique hasardeuse de Ouattara. Evitons de montrer des spectacles honteux à ceux qui croient toujours en nous pour ne pas les éloigner de nous.

Si nous sommes tous d’accord que le PDCI-RDA doit aller à  une renaissance avec des instances rajeunies, pourquoi certains pensent que nous devrons mettre de coté nos textes qui constituent pour nous la boussole devant nous conduire au renouveau tant souhaité?

Chers militants, le peuple de Côte d’Ivoire compte sur nous et a espoir qu’au moment venu, nous ferons le bon choix, celui de donner au PDCI-RDA un président valable soucieux des enjeux du moment. Un PDCI-RDA redynamisé fort et prêt pour les combats futurs.

Dieu aime la Côte d’Ivoire et les Ivoiriens.

Ensemble on va gagner !

 

YAO Kouamé Patrick

Président de la jeunesse du PDCI RDA en exil


Source: Le blog de Philippe Ehua

Les commentaires sont fermés.