topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

jeudi, 19 septembre 2013

DECES DE MAHAN GAHE - LE TEMOIGNAGE DE NYAMIEN MESSOU N'GUESSAN, SG DU SYNARES, SG DE LA FESACI, ANCIEN MINISTRE DU TRAVAIL

 

MAHAN GAHE BASILE 3.jpg

 

La nouvelle est tombée comme un couperet : Mahan Gahé est mort. Bien sûr, Mahan est un mortel mais cette mort revêt une signification toute particulière. La nouvelle a été si dure pour moi que je n'ai pas eu la force nécessaire de témoigner de son combat le même jour.

Arrêté à son domicile sous le fallacieux prétexte de cacher des armes, Mahan a été battu et conduit chez Niava Henri qui a subit le même sort que lui. Il leur a été demandé d'aller indiquer le domicile de Nyamien Messou, ce qui fut fait mais hélas, il était déjà parti.....

Je voulais juste rappeler ce qui précède pour dire que les nouveaux maîtres recherchaient tous ceux qui ont osé s'opposer au coup d'Etat depuis le 19 septembre 2002 .

En regardant les images relatives à la passation de charges entre Miaka et Affi N'Guessan, je me suis rendu compte de ce que deux personnes tenaient Mahan Gahé. Il avait besoin d'aide pour se déplacer. J'ai donc appelé un de nos camarades syndicalistes, RABET Zagou, et lui ai demandé d'aller voir Mahan dès le lendemain pour savoir comment il allait. Dès le lendemain, lorsqu'il s'est rendu au domicile de Mahan Gahé, il m'a appelé pour que je parle directement avec lui. La  voix de Mahan était à peine audible. Il a tout juste eu le temps de m'expliquer que son état de santé s'était aggravé et qu'il allait être admis a l'hôpital. Je lui ai  souhaité beaucoup de courage et lui ai rappelé qu'il avait un projet de voyage au Ghana. C'était, hélas, notre dernier entretien.

Par la suite, nous avons appris par les journaux que son tableau clinique était très sombre : 7 vertèbres cervicales et 5 côtes brisées. Après avoir passé plus de deux années en prison, il a bénéficié d'un non-lieu. Les autorités doivent tirer les conséquences de leurs actes, en commençant par le Premier ministre Ahoussou Jeannot dont les déclarations sont à l’origine de ces mauvais traitements dont Mahan Gahé a été l'objet Mahan, déclarations dans lesquelles il affirmait que Mahan a été arrêté sur le théâtre des opérations.

Que retenir du combat de Mahan?

Au plan strictement syndical, Mahan Gahé est une des figures de proue du syndicalisme ivoirien de notre temps. Son histoire se confond avec celle des travailleurs de Côte d'Ivoire. En effet, il a crée la première centrale syndicale en dehors du juron de l'UGTCI. A cette époque, il fallait du courage et de la témérité. Mahan n'en manquait pas. Il a surtout apporté au syndicalisme ivoirien une dimension nouvelle : se préoccuper davantage des ouvriers et des classes moyennes. Ainsi, de la bataille de IRHO La Mé à celle non moins épique des dockers, en passant par celle menées à la CARENA, Mahan a permis aux travailleurs d'engranger des victoires importantes. En 1990, le SYNARES, le SYNACCASCI et le SYNESCI ont conduit la lutte des travailleurs contre les plans d'ajustement structurels pour aboutir au multipartisme. Mahan a apporté la dimension secteur privé dans le nouveau paysage syndical ivoirien.

C'est lui qui a insisté auprès du Ministère du travail pour imposer véritablement le tripartisme. Il a pesé de tout son poids pour la mise en place du Conseil national du Travail dont il a assumé les charges de la vice-présidence travailleur. Nous devons associer à toutes ces victoires celui qui a été pendant une décennie Ministre en charge du travail, le Ministre OULAYE Hubert.

En septembre 2002, quand la Côte d'Ivoire est attaquée, je prends contact avec un certains nombre de responsables de la société civile ivoirienne pour expliquer que la France vient d'attaquer la Côte d'Ivoire. Il se rallie très rapidement à cette cause et organise avec nous la résistance. C'est d'ailleurs ce combat qui lui a valu son arrestation, j'en suis persuadé.

Mahan est mort, mais son œuvre sera gravée à jamais dans la mémoire collective des Ivoiriens dignes. Nous ne pourront terminer sans tirer quelques enseignements :

- La barbarie avec laquelle les FRCI ont torturé Mahan nous fait comprendre la gravité des actes que peuvent poser des gens qui sont assurés de leur impunité dès lors qu'ils agissent par procuration pour le compte des puissances occidentales.

- Les camarades élargis doivent tous faire des bilans de santé, y compris des radios pour tenir compte des bastonnades dont ils ont été victimes.

Puisse la mort de Mahan Gahé donner l'occasion aux commanditaires de toute cette barbarie de se réconcilier avec la loi.

 

Nyamien Messou Nguessan

Les commentaires sont fermés.