topblog Ivoire blogs

jeudi, 26 septembre 2013

LIA BI DOUAYOUA «MET EN PLACE» LA MEMOIRE DE KANDIA CAMARA


KANDIA CAMARA.JPG

«Depuis plus dix ans, il n’y a pas eu de construction de salles de classes, il n’y a pas eu de réhabilitation, il n’y a pas eu d’équipements».

 

Madame la Ministre,

Par respect pour la fonction que vous exercez de fait, je ne dirai pas que vous êtes une menteuse mais plutôt que vous n’avez pas dit la vérité aux Ivoiriens, ce soir du 24 septembre 2013, sur le plateau de la télévision nationale. Or, membre du Gouvernement, vous avez le devoir de dire la vérité aux Ivoiriens. Toujours et en toute circonstance. Par  devoir de vérité, je vais vous rappeler des chiffres et des actes que sûrement votre directeur départemental de l’éducation nationale de Sinfra vous confirmera.

Par la politique de décentralisation, pilier de la politique de refondation du Président Laurent Gbagbo, voici la modeste contribution du Conseil Général de Sinfra dans le domaine de l’éducation nationale. Votre prédécesseur Gilbert Bleu-Lainé, particulièrement satisfait de notre apport, nous a élevé au cours d’une cérémonie publique à l’Hôtel du Golf d’Abidjan, avec bien d’autres acteurs des collectivités territoriales, au rang de Commandeur de l’Ordre du mérite de l’éducation nationale de la République de Côte d’Ivoire.

Au Conseil général de Sinfra, dès le premier Budget d’investissement de 2003, nous avons érigé l’éduction nationale au centre de nos priorités. Ainsi, malgré les maigres subventions de l’Etat du fait de la sauvage rébellion que vous avez organisée dans notre pays, plombant les finances publiques, nous avons investi de 2003 à 2012, 1 milliard de F CFA. 1.079.111.114 F CFA pour être très précis. 58 opérations ont été réalisées, allant de la réhabilitation et construction d’infrastructures scolaires à leur équipement en mobiliers et matériels didactiques. Deux lycées ont été construits et équipés, un lycée réhabilité et doté de salle informatique, 14 bâtiments de 3 classes ont étés construits, 9 écoles ont été réhabilitées, 2 écoles maternelles ont été ouvertes… Le tableau détaillé de ces réalisations est consigné dans le rapport de passation de charges au Conseil Régional de la Marahoué.

Madame la ministre, ces faits là sont sacrés. Ils résistent à toute démagogie politicienne que vous pouvez librement utiliser. Sinfra faisant partie intégrante de la Côte d’Ivoire, vous n’êtes donc pas fondée à déclarer publiquement qu’en 10 ans Gbagbo n’a rien fait dans le domaine de l’éducation nationale. Madame la ministre, vous pouvez cependant être rassurée d’une chose: les Ivoiriens à qui vous vous adressez ne sont pas dupes. Ils ont un sens élevé du discernement. Par exemple, nos populations à Sinfra qui vous ont certainement écouté, attendent depuis bientôt 3 ans le premier investissement dans le domaine de l’éducation. Pouvez-vous alors rappeler à votre mentor Alassane Ouattara que la promesse est une dette. Même en politique. Lors de sa tournée de pré-campagne à Sinfra, il avait promis au département des investissements globaux à hauteur de 85 milliards. Depuis… ils attendent. Ils vous regardent. Parce que justement, «c’est la nuque de celui qui est devant qu’on regarde».

Madame la ministre, lorsque, obstinément, les mains pleines de boue, vous voulez salir une personne sans taches, de deux choses l’une. Soit vous l’atteignez et vous la salissez, soit vous la ratez et elle demeure toujours propre. Dans les deux cas vous vous en sortez avec les mains toujours sales. Par votre malheureuse déclaration télévisée, vous venez encore une fois de rater Laurent Gbagbo malgré sa  «capturation» (l’expression est de vous) et vous en sortez avec les mains de nouveau sales .

 

Le Ministre Lia Bi  Douayoua

Ancien Président du Conseil Général de Sinfra.

Commentaires

une vraie leçon

Écrit par : ykjmhome | vendredi, 27 septembre 2013

Que pensez-vous qu'elle puisse dire, celle-là, qui est différent de son maître Ouattara ? Tous des menteurs ! Leur vie privée est cousue de faux, leur vie publique et tous leurs actes sont fondés sur du faux.

Écrit par : sily camara | samedi, 28 septembre 2013

Les commentaires sont fermés.