topblog Ivoire blogs

samedi, 19 octobre 2013

FRANCK DJENI KOBENAN SANS GANTS AVEC LE RDR: «LE RDR EST DEVENU UN CLUB D'AMIS ET IL A UNE GESTION CLANIQUE ET TRIBAL DU POUVOIR!»



FRANCK DJENY KOBENA.png


En tant que Fils cadet de Djény Kobena, membre fondateur du RDR, quel regard jetez-vous sur le parcours de son parti, 15 ans après sa mort?


Franck Djény: (……..) Le constat est amer, au prisme de la réalité de tout juste un peu plus de 2 ans de gestion du pouvoir d’Etat, ce parti sombre dans l’immobilisme, le clientélisme, le népotisme. Le RDR est devenu un club d’amis, gouverné par la logique des “attalakous” (laudation, ndlr), des parrains, des bons petits, des clans et que sais-je. Bref, une coquille vide à relent tribaliste. Ce parti a atteint son apogée au plan de l’analyse politique et de la réflexion stratégique. Il doit être rénové. Djény Kobena n’a jamais créé le RDR pour faire l’apologie des clans et il doit actuellement se retourner dans sa tombe tant les valeurs qu’il a prônées sont bafouées par la Direction du club des amis du RDR (…..). Paradoxalement, la côte de popularité du RDR qui a porté ADO au pouvoir est au plus bas.

Avez-vous réalisé un sondage pour le savoir?

Franck Djény: Demandez à Amadou Soumahoro de dilligenter un sondage sur l’audience nationale du RDR, il sera surpris. On ne fait plus de politique dans ce club, mais on préfère diriger toutes les énergies sur la guerre des tranchées au PDCI. J’ai assisté confondu dans la foule, à plusieurs meetings de candidats RDR pendant les municipales, où le candidat crie “ADO Puissanci” et des militants, conditionnés à souhait, répondent en coeur “amagny dêh!”

Je ne peux pas assister à la destruction de l’oeuvre de Djény Kobena. Au niveau des structures de jeunesse, c’est la bérézina. Au niveau de la base, c’est bérézina. Au niveau de la Direction, les maîtres mots sont l’arrogance et la condescendance par rapport à la fonction qu’on occupe.

Vous parlez de club des amis du RDR, pouvez-vous être plus explicite?

Franck Djény: les Ivoiriens ne doivent plus faire des amalgames, le RDR a une gestion familiale et clanique. Pour être promu ou nommé à un poste de responsabilité, mon frère n’est pas plus celui qui répand ma parole comme nous l’a enseigné la Bible, mon frère doit venir du même village que moi, parler le même dialecte, avoir donc fondamentalement les mêmes origines. On appelle cela le tribalisme fondamentale ou le sectarisme. Étendre le comportement d’un club d’amis à l’ensemble de personnes originaires du Nord de ce pays qui sont de braves gens, pour la plupart sympathisants du parti créé par Djény Kobena, c’est faire un amalgame. Ériger le tribalisme fondamental en mode de gestion des hommes, en bafouant la mémoire du fondateur, en galvaudant ses idéaux, en humiliant sa descendance, est-ce cela consolider un héritage?

--------------------------------

Voilà qui est dit sur ce parti que nous savons depuis toujours.

Si les gens ont bonne souvenance, c’est ce comportement qui a commencé à irriter le FPI en son temps et qui a emmené ce parti responsable à quitter le Front Républicain. Parce que certains militants du RDR vouaient un culte à la personnalité de DAO Magellan et ils voulaient que les dirigeants du FPI dont Laurent Gbagbo en tête en fassent de même. Et là, le FPI a dit qu’il ne s’agit pas de cela dans le Front Républicain! C’est une union pour la conquête du pouvoir et pour gouverner ensemble après que le candidat le mieux placé des deux partis soit parvenu au pouvoir. Mais aujourd’hui, l’histoire donne raison au FPI et aux Ivoiriens. C’est parce que ce club d’amis est ainsi qu’il ne peut que user de la violence pour faire valoir ses idées. Regrets éternels pour Djény Kobena Georges et tous les autres compagnons de lutte qui ont pensé faire oeuvre utile en désignant DAO Magellan comme le mentor de ce parti. Les dégâts sont là aujourd’hui avec à la clé une rébellion pour parvenir au pouvoir. Merci au fils de Djéni Kobena de faire un juste rappel de faits.

 

Djimi Dilanaud

 

Source: IVOIRE NEWS INFO

Commentaires

Brève réponse à "Petit" Djény
Les sages de chez nous disent "plus le remords est tardif, plus il est douloureux". C'est là qu'il donne son sens à l'expression "si j'avais su...". Le RDR version Ouattara n'aurait jamais dû être ton parti. Autrement, c'est comme si tu acceptais que le meurtrier de ton père te prenne en adoption et épouse ta mère, la veuve. Malheureusement, tu as fait partie de ceux qui "tiraient" sur Gbagbo à partir de 2000, pour servir Ouattara. Ton jeune âge ne t'a certainement pas permis de savoir les liens très forts qui unissaient ton père, feu Djény Kobenan à Laurent Gbagbo. Rappels:
-Ils se connaissaient au moins depuis 1966. Leur amitié s'est renforcée à partir de 1971, lors de leur incarcération au camp militaire de Séguéla. C'était des liens familiaux, syndicaux, professionnels et politiques.
-A la création du RDR en 1994, Djény a pris comme tuteurs politiques Laurent Gbagbo et le FPI. Je ne veux pas entrer dans les détails.
-Dès que Ouattara a décidé de quitter le FMI en 1998 pour venir à l'aventure politique en Côte d'ivoire, les menaces de mort ont commencé à pleuvoir sur ton père. Ouattara, à qui Djény a offert le RDR avait peur de la popularité de ce dernier. Ceci explique-t-il cela ? Gbagbo et Mamadou Ben Soumahoro, à qui ton père confiait ses craintes et demandait protection en savent beaucoup sur son décès. Mais si vous, de la famille biologique, avez décidé de bénir le meurtrier, que peuvent-ils faire,eux ? Il faut rechercher le No 405 du journal "L'Oeil du peuple" du 31 juillet 2001, tu en sauras, des choses.
-Djény ne présentait aucun signe de maladie, depuis toujours qu'on le connaît, nous autres. Nous avons tenu un meeting dans le cadre du Front républicain, le samedi 17 Octobre 1998, à Abobo. De là il est allé à Abengourou. Quelques heures après son retour le lundi 19, on le retrouve mort dans son lit. La dernière personne à l'avoir rencontré, le soir-même de son décès se nomme " Hussein Ouattara" un " bon petit" 'd'Allassane.
-C'est le FPI qui a pratiquement fait les obsèques de Djény. Il a fallu que Gbagbo oblige presque Ouattara pour qu'il arrive de New York. Pareil aussi pour qu'il fasse un passage éclair de moins d'une heure, à la veillée au Palais des sports à Treichville. La peur! De qui ? Pourquoi ? Tous les leaders politiques ont marché, à côté du corbillard de Treichville à Williamsville. Ouattara lui, n'est apparu qu'au cimetière, venant on ne sait d'où.
Qu'est-ce que tu avais à faire, même politiquement, avec un tel bonhomme, surtout que tous les fondateurs du RDR ont fui ce parti, comme la peste, à l'avènement de Ouattara. Pourquoi t'es-tu inscrit au nombre des pourfendeurs de Gbagbo, celui qui aurait pu être votre vrai protecteur ? L'argent est matériel, il peut s'épuiser. La reconnaissance est morale, elle est immortelle.

Écrit par : sily camara | dimanche, 20 octobre 2013

Commentaire de pro gbagbo, pauvre de toi. tu oublis que ton gbagbo fut le 1er à traiter Feu Djeni de Ghanéen? Tu veux parler et tu dis que tu ne veux pas rentrer dans les détails, tu n'as rien dire si ce n'est que des allégations mon cher. Ko ben soumahoro en sait beaucoup sur la mort de Djéni, lui depuis plus de 10 ans qu'on attend son fameux dossier en béton contre notre PRADO. pffffff va chercher encore dans vos officines de merde, tu n'as encore rien dit. Pauvre de pro gbagbo.

Écrit par : Wouroufatô | jeudi, 24 octobre 2013

En pays Baoulé quand la surprise est grande, on crie "wouhhhhhh"!!!. Un contradicteur vient d'arriver sur notre espace. Il s'est donné un surnom très péjoratif: Wouroufato qui signifie en Malinké "folie de chien". Bienvenu, fiston. Mais tu es mal tombé, parce qu'à part moi, ceux qui commentent l'actualité sur ce blog sont des "rocs". Tu risques de ne pas tenir le coup, surtout que déjà, d'énormes lacunes apparaissent dans ton commentaire. Mais ce n'est pas grave. On n'avait besoin d'un autre son de cloche. La vie du RDR, de Ouattara le Gbin de Sindou et la vie politique de notre pays sont trop complexes pour toi. Et les sages disent "quand on ne sait pas, on se tait car le silence est le deuxième nom de la sagesse". Bienvenu, quand même Wouroufato ou Fatowourou. Je te souhaite de tenir longtemps.

Écrit par : sily camara | jeudi, 24 octobre 2013

J'ai oublié, fiston Wouroufato. Je me rattrape pour rectifier... Gbagbo n'a jamais traité Djény de Ghanéen. Tous deux ont animé le Front républicain jusqu'à ce que le même assoiffé de sang humain que tu connais mette fin à ses jours. En 1995, la commune d'Adjamé comptait deux postes de députés. Dans le cadre du Front républicain, on a présenté une liste commune composée de Djédji Amondji Pierre( FPI) et Djéni Kobénan (RDR). La cour suprême d'alors, composée de magistrats à la solde du PDCI a rejeté cette liste au motif que Djeny est d'origine ghanéenne. Sans compétir le FPI a perdu un poste de député, comme à Gagnoa aussi où nous avons mis sur la liste FPI un "certain" Mamadou Nimaga, né et ayant toujours vécu à Gagnoa. Le PDCI lui a trouvé des origines maliennes. Djény, comme tu vois, ne pouvait pas avoir de problèmes avec Gbagbo. Je te pardonne quand même pour ses insuffisances. Je devine que tu es jeune. Il y a aussi notre mauvaise habitude, nous, gens du nord, de prendre pour argent comptant tout ce que nous nous racontons autour de nos tasses de thé, là où les "conférenciers" ne savent pas écrire leur nom.

Écrit par : sily camara | jeudi, 24 octobre 2013

Les commentaires sont fermés.