topblog Ivoire blogs

jeudi, 02 janvier 2014

DRAMARECHAL, NOUS VOILA!

ALASSANE OUATTARA. DRAMARECHAL.png


Ce discours, tout le monde l'attendait, en raison de sa promesse d'une “bonne nouvelle” qui serait révélée en fin d'année..., mais voilà, la bonne nouvelle s'est muée en « bonne année », et la montagne Sylvestre a accouché d'une souris...

Alassane Dramane Ouattara, en cette fin d'année 2013, aurait dû prononcer son discours avec un casque de sécurité vissé sur la tête, parce que ce n'est pas en Président de tous les Ivoiriens qu'il a parlé, mais en technocrate des ponts et chaussées, en employé de Bouygues, préposé aux futurs autoroutes payantes et ponts à péage; en vassal dévoué, il a tenté d'envoyer des ondes positives à ses patrons, tout en essayant de plaider sa cause devant ses derniers investisseurs potentiels, les quelques têtes brûlées qui seraient assez inconscientes pour s'engager encore à ses côtés.

« la vie est chère » : l’aurait-il enfin réalisé ? Hier il officiait au FMI et prônait le gel des salaires, aujourd'hui, il enfile son costume de syndicaliste de la françafrique et plaide pour leur déblocage. Nous ne sommes plus à une incohérence près : très fier, il annonce la revalorisation des salaires de la fonction publique, bloqués depuis plus de vingt ans ! Je crois pourtant me souvenir que le président Gbagbo était déjà intervenu en ce sens en rajoutant des primes à certaines catégories de fonctionnaires et assimilés. Mais ces heureux fonctionnaires et militaires ne sont plus là pour en témoigner : ils ont été remerciés, limogés, et dans le meilleur des cas leur rallonge vitale a été supprimée.

Tout va bien en Ouattarandie: notre chef avoue avoir le cœur plus léger qu'il y a un an. Après la règle des 4C du diamant que j'ai appris en Israël, voici celle des 3C du vivrier que je ne connaissais pas : Café, Cacao, Coton : tout va bien, l'agriculture continuera d'être l'Eldorado du pauvre ivoirien, il y aura beaucoup de travail dans les terres concédées aux lobbies des semences OGM et de l'agroalimentaire, dans les terres rizicoles concédées à la veuve Louis Dreyfuss. Le Smig est instauré; selon l'avis de beaucoup de Français, il n'a jamais rien apporté de bon, mais en Côte d'Ivoire il fera des miracles, le brevet est donc exportable en Afrique. Tout ira bien, l'avenir est rose, bien qu'en friche. Et quid des chômeurs rattrapés, des retraités, des jeunes diplômés? Quid des prisonniers et des exilés qui ne se pressent pas à la porte (C'est seulement sous la pression de la nouvelle guerre française en Centre-Afrique, qu'une centaine d’exilés ivoiriens sont rentrés au pays, dans un avion affrété par le gouvernement).

Concernant la Couverture maladie universelle courant 2014, il ne pouvait pas faire moins, elle était déjà dans les promesses de 2013...

« Notre pays change, progresse.(...) Priorité à l'emploi avec un rythme de création d'emplois soutenu. (...) L'objectif d'un million d'emplois est toujours à notre portée » : J'abonde dans son sens, puisque ce qui me frappe toujours ce sont les annonces nécrologiques; beaucoup de personnes jeunes décèdent alors que ce n'est certainement pas leur heure. A défaut de véritables créations d’emplois, c’est par un simple jeu d'écriture que les postes vacants pour cause de mort assassine seront occupés par les rescapés reconnaissants. Et l'économiste bardé de diplômes en économie de marché de nous resservir une fois de plus le micro-crédit des pauvres, au probable taux exceptionnel d'un pour cent par mois, déja appliqué par son épouse. Atteindre l'émergence nécessitera plus d'un coup de pouce, carrément la falsification des registres et des statistiques !

Par sa voix, nous apprenons également que la Côte d'Ivoire renoue avec le « retour à la sécurité » ! Alors qu’un classement rendu publique il y a quelques jours place la Côte d'Ivoire au troisième rang des pays les plus dangereux au monde, après deux pays d’Amérique latine ! En fait, la Côte d'Ivoire est le pays le plus dangereux d'Afrique, mais qu’importe, face à la parole d’un président qui ne ment jamais : son nez ne s'est pas allongé, pas plus que celui de son épouse, encore plus digne de foi puisque le sien a été remodelé, retouché à la baisse. Il fallait bien envoyer un message subliminal à la communauté internationale, parler de la sécurité retrouvée, de la lutte intensifiée contre la corruption et le racket, fléau bien sûr hérité des seuls refondateurs. Grâce au bon travail des forces de sécurité que nous appelons par leurs petits noms, Frères Cissé et Dozos, les coupeurs de route ne sont plus que des piétons inconscients qui traversent la chaussée sans regarder, et provoquent tous ces accidents mortels qu'on ne cesse d'évoquer ces dernières semaines.

L'héritier d'Houphouët est partisan de la “préservation d'un climat de paix”. Notre disciple d'Houphouët, qui a préféré créer son propre parti plutôt que d’intégrer celui du maître, ce digne fils du Père de la nation, le vrai, doté du label authentique, peut maintenant retirer son casque BTP, glisser dans sa poche l’unique fascicule ayant suffi à lui valoir un doctorat d'économie, pour sourire dorénavant, un brin d'olivier entre les dents, comme la colombe de Noé annonçant la fin du déluge.

Il nous redit combien il tient à poursuivre le dialogue avec l'opposition : la justice, qu'il ne cesse de houspiller pour sa lenteur, doit permettre -incessamment, sous peu- des mises en liberté provisoire, petites piécettes concédées à la réconciliation, provisoire elle aussi. Mais qui sont les heureux élus ? Un incident technique providentiel intervenu à ce moment de son discours, et bien géré par l'équipe technique de la RCI, aurait amputé le film de ce passage si attendu, à moins que l'émotion partagée avec tous les Ivoiriens qui guettaient cette bonne nouvelle à eux promise, ait empêché Ouattara de citer les noms des chers frères et sœurs des partis d'opposition. Comprenez qu'il s'est beaucoup exercé à sourire, à enjôler son public pour tenter de renouer avec la première bonne impression, celle d'un homme généreux, compétent, qui arpente parfois la Côte d'Ivoire de long en large pour répondre aux besoins de ses citoyens, et régulièrement, sillonne au rythme d’un abonné de train de banlieue les couloirs aériens qui surplombent tous les pays émergés, n’atterrissant que pour recevoir les ordres de ses patrons, sous couvert d’importantes conférences, de colloques à décrocher la lune pour la Côte d'Ivoire. Oui notre Homme est prêt pour l'émergence dans les années à venir, bien accroché à son fauteuil jusqu'à la fin de ce mandat et du prochain, grâce aux élections électroniques garanties sans fraudes, non seulement bien sûr dans les régions non encore raccordées au réseau électrique, mais aussi dans toutes celles où grâce à un accord passé avec Délestron le jour J, les scores seront encore meilleurs qu'en 2010, cela va sans dire.

Opposition, saisissez la chance qui vous est donnée de vous joindre au sage Ouattara, fermez les yeux, fermez la bouche, le spécialiste est aux commandes, pour un atterrissage dans la réalité virtuelle de l'un « des dix pays à la plus forte croissance au monde ». Et je n'invente rien puisque c'est lui encore qui l'a dit au début de son bilan... de compétences.

« Je forme le vœu d’une paix consolidée en Côte d'Ivoire, en Afrique et dans le monde ». Ici, ce n'est plus l'homme au casque BTP et au rameau d'olivier qui parle, mais le Messie ou le dernier Mahdi. Et là, on écoute religieusement, avant d'éteindre la télévision et de passer aux choses sérieuses : quand le peuple va-t-il prendre enfin son destin en mains, sachant que le secours ne viendra ni de l'occident, ni de Ouattara et consort, et que chaque jour passé à attendre est un jour de prison en plus, un jour de malheur, un jour de cendres et de ténèbres en plus ? Soufflons sur les braises qui restent, préparons nous à sauter dans le brasier sans peur, pour alimenter sa combustion et déclencher l'incendie, celui que les Pompiers-Pyromanes n'auront pas allumé et ne sauront plus éteindre, et que la peur change définitivement de camp. C'est au travers du feu que vous serez éprouvés, que l'or, l'argent et les autre trésors que vous êtes, aux yeux du D.ieu qui vous a créés libres, égaux et partenaires avec lui dans sa création seront affinés. Cet argent, cet or là va circuler, laisser des traces, ces traces si chères à Laurent Gbagbo. C'est au travers du feu que l'occident et ses lobbies de paille, vrombissant et rugissant comme de vieux lions édentés, recevront leur récompense, en brûlant et en se consumant. Avec pour bilan, aux yeux au monde entier, si peu de scories intéressantes, hormis leur forfaiture enfin dévoilée, et votre couronne d'hommes libres au lieu de vos entraves d'asservis.

Quand j'étais enfant, ma mère m'expliquait à sa manière la différence entre l'espoir, concept laïc et l'espérance, concept pétri des promesses divines.
Alors que l'espoir s'enracine en l'homme, l'espérance s'enracine en D.ieu. Comme Caïphe, notre homme a prophétisé sans le savoir, citant l'hymne national, « j’ai foi en l’avenir radieux de notre chère Cote d’Ivoire qui mérite plus que jamais son nom de terre d’espérance ». Oui, la Côte d'Ivoire peut redevenir cette terre d'espérance, pas celle de l'espoir au nom duquel prospèrent tous ces magiciens qui créent la lumière à Abidjan en la coupant ailleurs, mais cette terre où on attend et prépare le chemin de Celui en qui tellement d'hommes et de femmes espèrent, celui qui comptabilise toute les gouttes de sang tombées à terre,qui recueille toutes les larmes dans son outre, Celui qui dans sa grande patience s'est encore retenu, quand la fondatrice de “Children of Africa” a demandé « qu’en cette nuit de Noël pas un enfant ne souffre en Côte d’Ivoire», pour ne pas la secouer comme on secouerait un karité afin que les fruits tombent, et soient mis à la disposition du plus grand nombre, signe avant-coureur des futures semailles, des futures récoltes, des retrouvailles et des rires enfin libérés sur une terre qui aura englouti tous ses artisans de malheur, reconnu et accueilli les vrais artisans de sa paix et de sa reconstruction.

Enfin, en relisant le discours de Ouattara après l'avoir écouté, les accents de la fin me rappellent ces vieilles bandes-son où l'on entend le maréchal Pétain « faire don de sa personne » à la France... occupée. Là où il ne s’agissait, retranché derrière les fameuses valeurs “travail, famille patrie”, que d’offrir au vainqueur teuton une France à genoux, soumise à l'avance à toutes les lois iniques promulguées par un régime à la botte.

« La nouvelle Côte d'Ivoire, l'Ivoirien nouveau» : Ouattara nous brosse les contours d’une entité statique, privée de vie, de rêves, d’ambitions et de projets; les contours d’une Côte d'Ivoire démantelée, démembrée, patrie d’un Ivoirien esclave sur sa propre terre. Et de rajouter «L'ivoirien doit prendre conscience de son rôle dans notre société ». Non monsieur, ce n'est pas là le discours des Ivoiriens, vous ne faites que prêter votre voix aux ennemis de la Côte d'ivoire. L'Ivoirien, le vrai, -et celui qui le rejoint en acceptant d'unir son destin au sien-, vomit votre société globalisée et son modèle paternaliste et colonial, puant la naphtaline; il va s'intégrer dans la société qu'il a choisie, désirée, son Eburnie, une Côte d'Ivoire fraternelle, fondée sur des valeurs immémoriales. Il va suivre les traces de celui qui les a si fortement imprimées dans le pays, et dont la déportation à la Haye n'a pas estompé le souvenir : les références à l'Ivoirien véritable sont les siennes, et certainement pas celles d'un homme qui aura fait de la Côte d'Ivoire un pays à genoux, un immense chantier à ciel ouvert pour débusqueurs de poules aux œufs d'or – celles qui, par miracle auraient encore échappé aux prédateurs et aux soldeurs, à l’œuvre sans relâche depuis si longtemps-. Le modèle idéal, ce n'est certainement pas le modèle occidental ! Il vous suffit d’ouvrir les yeux pour constater ce qu'il a apporté dans la durée : quelques villes et une capitale ultra-moderne, vitrines de la “civilisation” pour une poignée d’étrangers et d’élus rattrapés, alors que la majorité du peuple vit dans des zones de “non-droit”, sans eau courante, sans électricité, comme c'est toujours le cas dans le nord où les ex-rebelles et nouveaux mauvais maîtres font la loi, délaissant totalement les populations, et ne se rappelant à leur –violent- souvenir qu’à l’approche des échéances électorales...

Pauvre Côte d'ivoire, livrée à la violence, la pauvreté, qui vivote sans espérance et sans avenir, éternelle analphabète, jamais entrée dans l'histoire, as-tu vraiment besoin d'être encadrée par ces européens et supporter leur présence toujours apaisante et réconfortante pour « prévenir et éviter les bains de sang », aux côtés de l'ivoirien nouveau, version Ouattara, le collabo « qui te veut du bien » ? Va-tu continuer de courber l'échine et te faire tondre la laine sur le dos ? Et si tu décidais maintenant que 2014 ne ressemblera en rien à 2013 ?


Shlomit Abel, 2 janvier 2014


Source: RESISTANCE COTE D'IVOIRE ISRAEL

Les commentaires sont fermés.