topblog Ivoire blogs

vendredi, 03 janvier 2014

ALASSANE OUATTARA, UN INCOMPETENT AU POUVOIR A ABIDJAN - PAR THEOPHILE KOUAMOUO


ALASSANE OUATTARA. BOUCANTIER AUX AFFAIRES.jpg

Un boucantier aux affaires!


Une des forces de la propagande massive est qu’elle finit par s’instiller subrepticement dans les esprits de ceux qui la contestent a priori. Pendant longtemps en Côte d’Ivoire, voire en Afrique, le présupposé de la compétence de l’actuel chef de l’Etat ivoirien semblait aller de soi. Le fondement de cette idée répandue était pourtant fondamentalement discutable : Alassane Ouattara était compétent parce qu’il était sorti de la cuisse de Jupiter-FMI ; point final. Les thuriféraires des institutions de Bretton Woods comme ceux qui portent (à raison) un regard critique sur l’idéologie qu’elles portent et leur fonctionnement interne ont tous validé cette étrange hypothèse.

La gouvernance concrète du «bon petit» de Michel Camdessus vient comme une sorte de «révélation» et de «désenvoûtement» forcé. Les faits sont têtus : Alassane Ouattara est un dirigeant incompétent et hâbleur, qui s’intéresse plus à l’écume des choses et à son ego surdimensionné qu’au fond des problèmes du pays qu’il dirige. Nous sommes fiers d’avoir écrit, en janvier 2013, que l’année en cours serait celle de la fin du mythe du super-économiste. «Le nouveau miracle ivoirien devra attendre après-demain», admettait, en mai dernier, le principal quotidien économique français, Les Echos. «Après avoir soutenu sans réserve le nouveau pouvoir ivoirien, les partenaires d’Abidjan ne cachent plus leurs inquiétudes face à la persistance de la corruption et de la mauvaise gouvernance», écrivait pour sa part en août dernier l’hebdomadaire Jeune Afrique, dont le zèle pro-Ouattara est ancien et connu de tous.

Alassane Ouattara est-il le capitaine de bonne volonté d’un bateau rendu ivre par les lacunes de ses subalternes ou le principal responsable d’une embarcation qu’il conduit droit vers un énorme iceberg, à l’image du Titanic ? Au Nouveau Courrier, nous pensons qu’il est notoirement incompétent, et que ses actes quotidiens témoignent de ce qu’il ne met pas en pratique le bon sens économique le plus élémentaire. Un bon sens qui est pourtant accessible à des hommes dotés de bon sens qui n’ont jamais mis un doigt de pied à l’université. Il est grand temps que ses soutiens extérieurs s’en rendent compte. Les quelques exemples qui suivent permettront en tout cas d’alimenter le débat.

Décentralisation : les errements scandaleux de Ouattara

Même pour un politicien moyen, l’organisation structurelle de l’Etat est une question fondamentale, qui relève d’un choix mûrement réfléchi, et de la stratégie de développement à long terme qu’il entend défendre. La légèreté phénoménale avec laquelle Ouattara change de doctrine à ce sujet est, du coup, particulièrement inquiétante. Candidat à la présidentielle de 2010, il promettait dans son programme : «Nous supprimerons les Districts. Abidjan et Yamoussoukro, à l’image des autres villes à créer, seront dirigées par des conseillers municipaux élus». Cinq mois après sa prise de pouvoir, il change subitement de braquet. Il décide de maintenir les deux districts d’Abidjan et d’en créer douze nouveaux. Il supprime les Conseils généraux, qui recoupent les départements, fait exploser le nombre de régions (elles passent de 19 à 30, alors que Gbagbo voulait les réduire au nombre de 10). Une réforme budgétivore et tout à fait inattendue, donc. En mai 2013, il promet qu’il nommera incessamment ses gouverneurs de district, «avec rang de ministres». Quatre mois plus tard, virage à 360 degrés. Lors d’une rencontre avec les préfets,  il fait un incroyable aveu : «Si nous tardons à mettre en place ces districts, a concédé le président Ouattara, c’est parce que je ne suis pas convaincu que ce soit un échelon essentiel, dans l’administration du territoire (…) Je reprends ce dossier pour l’examiner en toute objectivité. Et voir où nous devons mettre en place le district ou pas». Que veut cet homme ? A-t-il le moindre début de commencement de vision politique ? Est-il seulement un peu sérieux ? Pour notre part, la réponse est claire : c’est non, sans hésitation.

Santé publique : des promesses irréalistes à la désertion

Démagogue sans scrupules, Alassane Ouattara avait promis tout et n’importe quoi dans son programme. Alors que Laurent Gbagbo prévoyait un système d’assurance maladie universelle basée sur des cotisations en fonction des revenus des différents bénéficiaires, il préconisait l’instauration d’une couverture médicale universelle accessible à tous «avec 1 000 FCFA par mois». Bien entendu, il s’agissait d’une promesse sans lendemain. Dès son arrivée au pouvoir, il mettait en place un mécanisme (non financé, ce qui est une aberration même pour un étudiant de première année à l’Ecole nationale d’administration) de gratuité de soins dans les établissements sanitaires publics. Neuf mois plus tard, il abandonnait cette politique improvisée et qui ne fonctionnait de toute façon pas sur le terrain, et parlait d’une gratuité des soins «ciblée», concernant tous les actes liés aux accouchements. Aujourd’hui, sur le terrain, c’est un échec total, à en croire les professionnels de santé. Les médicaments gratuits promis n’existent tout simplement pas. Le projet a été mal conçu et mal exécuté, mal pensé. Si ce n’est pas de l’incompétence, cela y ressemble terriblement.

Un banquier-boucantier qui fait déraper les finances publiques

«Je suis un banquier. Mon travail, c’est de trouver de l’argent», fanfaronnait le candidat Alassane Ouattara. Qui a déjà eu un banquier sait que, pour cette profession, la disciplinaire budgétaire est un principe sacro-saint. Depuis qu’il préside aux destinées de la Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara se caractérise pourtant par sa propension à dépenser n’importe comment l’argent qu’il ne possède pas. Comment peut-il justifier que, chef de l’Etat d’un pays sortant de dix années de guerre, il considère comme prioritaire d’acheter plusieurs nouveaux avions présidentiels – alors que Joyce Banda, la présidente du Malawi, choisit de vendre le seul qu’elle a pour endiguer la pénurie alimentaire dans son pays ? Combien ses voyages, et les voyages de ses ministres, auxquels prennent toujours part une cohorte de dizaines et de dizaines de parasites, coûtent-ils donc au contribuable ? Quelle explication peut-il donner au fait que le déficit budgétaire se soit creusé en 2012 en dépit de l’afflux inédit d’aide publique au développement ? Désargenté après avoir été «cadeauté» de centaines de milliards, l’Etat ivoirien en est aujourd’hui réduit à utiliser des techniques grossières de harcèlement fiscal et à faire la manche d’autre part – en ce mois de septembre, nous dit La Lettre du Continent, la France vient au secours de Ouattara pour une rallonge budgétaire… ce qui est une honte pour un pays qui n’en était plus là même au cours des années de guerre !

Les sujets qui mettent en lumière l’absence totale de vision d’Alassane Ouattara sont légion. Par exemple, qu’avait-il à détruire, via sa ministre Anne Oulotto, les commerces informels s’il entendait par la suite laisser le désordre s’installer à nouveau ? Quel intérêt a-t-il à faire la promotion du gré à gré alors que son administration est déjà notoirement corrompue ? Qui se souvient que la marche du RHDP du 25 mars 2004 visait à protester contre l’octroi à Bolloré du marché du terminal à containers du port d’Abidjan, dans un contexte où l’industriel français avait pour lui d’être le candidat unique dans une période de fortes incertitudes ?

Alassane Ouattara est incompétent. Et chaque jour, les Ivoiriens s’en rendent compte un peu plus.


Théophile Kouamouo


Source: LE NOUVEAU COURRIER

Commentaires

ça je daccorise

Écrit par : lumière | samedi, 04 janvier 2014

Depuis toujours, il brasse du vent. Vraiment, c'est un BOUCANTIER. Rappelons en quelques lignes ce que tout le monde sait déjà. En 1990, il a promis 100 petits jours pour redresser l'économie ivoirienne en faillite. Il a été surpris que ces 100 jours soient passés trop vite. Il a redemandé 1000 jours. Plus de mille jours après, ses tuteurs du FMI ont avoué que l'objectif n'avait pas été atteint, autrement dit, Ouattara avait échoué. Lui-même a reconnu que l'Etat ne pouvait plus garantir les salaires des fonctionnaires. Le PNUD a reconnu que l'économie ivoirienne était en situation de banqueroute. Il était déjà partant quand Houphouet est mort. Il a fallu un palliatif pour éviter le désastre. Ce fut la dévaluation du franc CFA. Que pensez-vous qu'un tel type, plus porté sur le spectacle et la pub puisse faire d'autre ?

Écrit par : sily camara | samedi, 04 janvier 2014

Il faut se rappeler ses fameux Programmes d'Ajustements Structurels dont il est le géniteur au FMI. (P.A.S)

Où il a mis en banqueroute toutes les structures financières et économiques des états dits les + pauvres.

Où il a vendu pour des sommes dérisoires et à ses amis ultra-capitalistes et ultra matérialistes les plus véreux.

Ainsi, Beaucoup de fonctionnaires et des travailleurs, avec les privatisations massives et abusives, se sont retrouvé(e)s à la rue avec pas grand chose...
Ce piètre économiste d'alassane dramane ouattara a continué de vendre à 1 euro symbolique, les boites très performantes sous Mr GBAGBO alors que celui-ci il les avait nationalisé.

Il ne faut pas se leurrer pour croire que personne ne comprend ce que fait ce charlatan en économie, donc on le laisse faire.Non, il ne faut pas comprendre et prendre ainsi les choses.

En fait, c'est qu'au point où il est arrivé après tout ce qu'il a fait grâce à sarkonabot en côte d'ivoire, il a bien signé aussi son point de non retour pour l'atteindre...

Et donc pour se perdre totalement dans les méandres des Illusions...

Aussi, pourquoi vouloir empêcher ce pseudo économiste déjà mort d'aller à sa propre tombe creusée par lui même?

Ses actions l'aidant bien sûre!!! soyez juste patient(e)s...

Écrit par : chandra | jeudi, 12 juin 2014

Voilà que, ce que j'écrivais hier vient juste de se confirmer par leurs pseudos confirmations des charges contre Mr Gbagbo.

Voilà le jusqu'au boutisme de la logique tordue de de cette vermine Alassane Dramane ouattara.

Tout ce à quoi il touche s'assèche de son bon sens...

eurs Pseudos confirmations vient justement aussi illustrer que les soient disant juges de cette Cours pénale Internationale ne sont pas aussi justes qu'ils,qu'elles voudraient le faire croire...

Personne n'en est dupe aujourd'hui n'est ce pas?

La C P I vient ainsi de ternir et confirmer à jamais son rôle et son image dans son manque d'objectivité, de bon sens morale et spirituel... Ceci grâce à vous Mr GBAGBO, vous leur faites PEUR.

Je dis bien Spirituel: parce que ces gens pensent que dès qu'ils fabriquent et pensent des lois, elles sont au dessus de celles du DIVIN...

D'ailleurs leur dieu n'est -il pas l'argent et le matériel? Dans la matérialité qui régit chaque jour leur vie, leur pensées, leurs désirs,leurs actions au quotidien???

Je parle ici , de dogmes ou de rituels imposées par leur pseudos religions occidentales, dans nos pays qui prennent la tête à tous ces pauvres gens. Avec toutes ces faussetés sur le DIVIN...

Il faut voir autre chose, ailleurs pour comprendre d'où vient ce gros mensonge sur Dieu pour mieux endormir les peuple(d'où l'opium du peuple) et les perdre.

Au delà d'une ''simple'' confirmation de charges, il voir et essayer de comprendre les dessous d'une civilisation qui pense qu'elle peut continuer de museler la VÉRITÉ.

de Museler les éveilleurs de conscience, de châtier quiconque ose se dresser contre leur façon unique de penser, de concevoir, et de mettre en action et en pratique leur désirs...

Pour spolier, exploiter, mettre en esclavage les autres au prix des vies et des libertés Humaines humaines d'autres peuples.

C'est quoi. cette civilisation qui se prévaut d'être supérieure aux autres? et qui n'est même pas fichue d'appliquer ce à quoi elle prétend s'identifier??? LIBERTE EGALITE FRATERNITE j'ajouterai JUSTICE...

Ce qui prouve et a toujours prouvé que ces mots sonnent juste creux car sans profondeur aucune.

Des comportements qui au lieu de restaurer le Sens et l'essence DIVIN(E) des choses pour les tirer vers le haut.

Vont au contraire dans le sens de détruire les justes comportements, qui tirent les gens par le haut. Les faire évoluer dans le sens que doit comprendre un être humain à la pensée profonde.

Et ainsi, décourager tous les être au cœur grand, prêts au sacrifice et aspirant(e)s à ce désir d’Évolution Intérieure...

Sinon comment avoir le bon sens requis, pour penser que tout cela ne restera pas impuni?? à quelque niveau que ce soit individuel, communautaire, national et international???

Tous ceux qui ont créé cette situation en Côte d'Ivoire pour l'avoir tiré vers le bas, devront bien payer la facture un jour où l'autre n'est ce pas? quoique eux le fassent payer à des innocents...

il faut ouvrir les grand les yeux, pour voir (savoir lire les signes Divins dans ces des temps méta-modernes d'une société où les gens ne font les choses,et ne vivent que pour leurs intérêts matériels du ventre et du bas ventre)...
Ils n'ont pas aussi compris que la politique , comme l'économie et la finance doivent être empreintes de ces substances pures: collectivité et innocence... Humilité et responsabilité... Générosité et détachement...

Que ceux et celles qui doivent comprendre comprennent...

Mr GBAGBO, vous restez notre Héros...

Mr GBAGBO, nos cœurs purs empreints d'Amour pour l'Amour sont avec vous séquestrés à la CPI ...

Mr GBAGBO, les peuples épris de VÉRITÉ et de LIBERTÉ VRAIES vous AIMENT. Et ne sont même pas impressionnés par les coups d"éclats de cette CPI PARTIALE.

NB:Tous ces juges qui tordent, qui ont tordu et tordront le cou à la VÉRITÉ...sont juste des humains comme vous et nous...

Et chacun d'eux passe, est passé et passera tôt ou tard par LA JUSTICE NATURELLE DIVINE qui RÉGIE, ÉTABLIT et RÉTABLIT toutes choses dans l'UNIVERS...

Chandra

Écrit par : chandra | vendredi, 13 juin 2014

Les commentaires sont fermés.