topblog Ivoire blogs

vendredi, 24 janvier 2014

DETTE INTERIEURE: LA PRESIDENCE IVOIRIENNE REFUSE DE PAYER LES SOMMES DUES AUX PROPRIETAIRES DE VEHICULES DE LOCATION

 

BLEOU DANGUI.jpg

Abidjan, le 22 Janvier 2014

COMMUNIQUE DE PRESSE

Préliminaire

Mesdames et Messieurs les journalistes,  au nom du Collectif des Propriétaires  des Véhicules de Location (CPVL), je voudrais vous saluer et vous remercier  d’avoir répondu à notre appel. Au cours de ce point de presse, il ne sera question que du différend qui nous oppose depuis bientôt quatre (4) ans avec la Présidence de la Republique. Il s’agit du non-paiement des arriérés de nos factures qui ne sont toujours pas traités malgré le changement de régime, en dépit de nos nombreuses démarches officielles.

Aussi, allons-nous procéder à un rappel de l’historique de la location de véhicules par la Présidence de la République avant d’arriver aux raisons de ce litige inexplicable et aux conclusions de cette réunion.

côte d'ivoire,dette intérieure,la présidence ivoirienne refuse de payer les sommes dues,aux propriétaires de véhicules de location,bléou dangui,pour le collectif des propriétaires de véhicules de location,cpvl

Historique de la location de véhicules.

Depuis l’existence de l’institution Présidence de la République, le devoir de location de véhicule s’est toujours manifesté. C’est ainsi que des sociétés de location ont vu le jour au sein des fournisseurs de cette institution. Vu les difficultés rencontrées pour le paiement des prestations fournies par nos sociétés, les responsables desdites sociétés ont décidé de mettre en place un collectif pour être leur représentant légal. Par conséquent, depuis le 24 novembre 2011, suite à nos démarches, l’administration ivoirienne a officiellement reconnu comme interlocuteur privilégié, notre Collectif de location comme tel.

Le Collectif des Propriétaires de Véhicules de Location regroupe en son sein environ quatre-vingt (80) entreprises de locations et la Présidence  de la République est l’un de ses principaux clients. Du reste, nous notons avec satisfaction comme un signe de confiance méritée, qu’à chaque changement de régime depuis le Président Félix Houphouët-Boigny, que la Présidence a toujours recouru, sans discontinuer, aux   services des locataires de véhicules en payant, après vérification, les créances qui leur sont dues, quelles que soient le montant des arriérés des  créances contractées par l’administration précédente.

Mesdames et Messieurs les journalistes, telle est la praxis en vigueur avant l’avènement du régime actuel. Pour mémoire, nous vous rappelons que certains de nos interlocuteurs de la Présidence d’alors, continuent de travailler encore à leur poste, signe qu’ils avaient bien travaillé.

Développement

Après ce bref rappel de l’historique de la location de véhicule à la Présidence de la République, il nous paraît essentiel de vous entretenir de nos difficultés depuis 2011. Nous précisons par ailleurs, que le Collectif des Propriétaires de Véhicules de Location est absolument apolitique et que nos membres se reconnaissent dans toutes les sensibilités politiques nationales.

A la prise du pouvoir par les nouvelles autorités, suite aux élections politiques de fin 2010, les responsables de notre association (encore non constituée en collectif), se sont dépêchés auprès d’elles pour solliciter une audience afin d’échanger sur les arriérés dus par l’ancien régime et aussi présenter officiellement les membres dirigeants de notre association afin de leur conférer une légitimité d’interlocution.

Nous avons adressé, chronologiquement, les courriers suivants à :

  • 30/06/2011 à  Monsieur le Directeur Financier de la Présidence de la République.
  • 08/07/2011 à  Monsieur le Directeur Financier de la Présidence de la République.
  • 31/08/2011 à Monsieur le Secrétaire Général de la Présidence de la République.
  • 27/09/2011 à Monsieur le Secrétaire Général de la Présidence de la République.
  • 02/11/2011 à Monsieur le Grand Médiateur de la République.
  • 07/06/2012 à Monsieur le Secrétaire Général du Gouvernement.
  • 09/10/2012 à Monsieur le Secrétaire Général de la Présidence.
  • 18/02/2013 à  Monsieur le Ministre chargé des Affaires Présidentielles.
  • 19/02/2013 à Monsieur le Grand Médiateur de la République.

De toutes ces correspondances, quelques réponses nous sont parvenues en date du : 

  • 24/11/2011 un courrier d’accusé de réception de la Médiature nous informant que le dossier de l’affaire a été confié à Monsieur Henri GOBA, Conseiller  Spécial au Cabinet de Monsieur le Grand Médiateur.
  • 29/11/2011, une demande d’avis envoyée à Monsieur le Secrétaire Général du Gouvernement, relative à notre saisine de la Grande Médiature, face aux démarches restées infructueuses.
  • 07/12/2011 une lettre de la Médiature de la République nous informant de la transmission à Monsieur le Secrétaire Général du Gouvernement de notre dossier de requête.
  • 7/09/2012, une demande d’avis adressée à Monsieur le Secrétaire Général  de la Présidence de la République pour constater les démarches infructueuses effectuées par le CPVL  qui a décidé, en conséquence, de saisir les bons offices de la Grande Médiature de la République.
  • 10/09/2012, une lettre d’information de la Grande Médiature adressée à Monsieur le Président du Collectif des Propriétaires de Véhicules de Location sur sa demande d’avis formulée à l’attention de Monsieur le Secrétaire Général de la Présidence de la République.
  • 30/10/2012, par lettre d’information, Son Excellence Monsieur le Grand Médiateur, nous transmet copie d’une lettre du  Ministère  chargé  des  Affaires  Présidentielles dans laquelle.

côte d'ivoire,dette intérieure,la présidence ivoirienne refuse de payer les sommes dues,aux propriétaires de véhicules de location,bléou dangui,pour le collectif des propriétaires de véhicules de location,cpvl

Monsieur  le Ministre chargé des Affaires Présidentielles prenait acte de la requête  de la Grande Médiature et annonce que nos doléances sont en cours de traitement avec le Ministère de l’Economie et des Finances et reconnait que notre créance fait partie des dettes contractées par l’Etat de Côte d’Ivoire.

Enfin, en date du 02/11/2012, nous avons adressé une supplique à Son Excellence, Monsieur le Président de la République intitulée : ARRIERÉS DE FACTURES DE LOCATION DE VEHICULES A LA PRESIDENCE A FIN 12/2010. Dans cette lettre, nous avons fait le récapitulatif de toutes nos démarches infructueuses pour le recouvrement de nos créances  certifiées par audit par les services de l’Etat dès la prise de pouvoir par les nouvelles autorités.

Cette ultime démarche est restée sans réponse.

C’est dans ce contexte que nous avons appris que l’Etat va procéder à l’apurement de ses dettes contractées avec les opérateurs nationaux, sans discrimination. Le CPLV s’est réjoui à l’annonce d’une telle nouvelle étant assurée que ses factures ayant été auditées et certifiées, que finalement les locataires de véhicules à la Présidence qui sont pour la plupart de petits entrepreneurs voire des entreprises familiales, allaient pouvoir entrer en possession de leurs avoirs après tant d’années de souffrance.

Or, à  la publication des listes des ayant-droits, nous avons constaté que nous avons été écartés pour des raisons que nous ignorons. Récemment, nous avons appris que le Trésor public va procéder à une seconde vague de paiement des dettes dues envers les opérateurs privés. Cette nouvelle nous réjouit mais ne nous rassure pas, compte tenu des précédents dont nous avons fait acte.

La tenue de ce point de presse se veut dans un tel contexte d’incertitude, un cri d’alarme adressé à nos autorités afin que la situation des loueurs de véhicules soit examinée avec justice et équité.

Certes les règles de location de véhicule à la Présidence de la République ont changé avec le choix d’autres opérateurs, mais la location de véhicule en tant qu’activité qui crée des emplois et contribue à l’enrichissement des familles demeure.  Le CPVL ne comprend pas, dès lors, que ses membres soient traités comme des quémandeurs de subsides ou comme des exemples de mauvaise gouvernance.

En tout état de cause, nos créances dont le montant est environ 5 milliards de FCFA (5 000 000 000) sont le fruit de services rendus, de travail fourni. Ceux d’entre nous qui ne disposaient de tous les types de véhicules lors des commandes de l’Etat, ont dû les louer en payant au comptant les loueurs avant de mettre ces véhicules à la disposition de l’Etat.

Il paraît donc inconcevable que des gens qui ont servi leur pays à travers leurs activités, soient abandonnés sans tenir compte des drames qu’ils vivent dans leurs familles. Car nombreux sont ceux qui, à force d’attendre, sont morts dans la misère, malades privés de soin faute d’argent et, ceux qui ont été chassés de leurs habitations faute de pouvoir honorer le loyer mensuel.

Face à une telle situation désastreuse, nous demandons, avec respect, à nos autorités de procéder sans tarder au paiement des sommes qui nous sont dues avant que d’autres drames se produisent parmi nos membres qui n’en peuvent plus.

Ce point de presse est une action pacifique destiné à attirer l’attention de tous ceux et de toutes celles qui détiennent entre leurs mains les dossiers nous concernant. Nous ne comprenons pas qu’à l’heure où les plus hautes autorités prêchent la réconciliation, le retour des réfugiés, la réintégration des fonctionnaires fugitifs et le déblocage de leurs salaires, que nous soyons la seule catégorie exclue du processus de pacification et que nos dettes légalement contractées soient bloquées malgré la continuité de l’Etat. L’audit qui a certifié l’état de nos avoirs en supprimant arbitrairement ce qui lui a semblé injustifié, aurait-il fait un mauvais travail ? A-t-il été désavoué ? Sinon, les loueurs de véhicules qui ont servi l’Etat sans regarder la couleur politique du régime en vigueur, ne comprennent pas qu’ils soient l’objet d’ostracisme et condamnés à mourir alors qu’ils détiennent des créances envers l’Etat. Il faut que cela cesse le plus tôt possible afin que les membres du Collectif retrouvent leur dignité dans la société. Le Collectif ne peut accepter la politique de deux poids, deux mesures en matière de bonne gouvernance.

Malgré notre pacifisme et notre respect scrupuleux des lois républicaines, nous ne pouvons pas nous porter garants de ce qui pourrait advenir chez certains de nos membres poussés à la ruine. Sans la satisfaction de nos revendications légitimes et justifiées, nous nous verrons contraints d’entreprendre d’autres actions afin de nous faire comprendre et entendre.

côte d'ivoire,dette intérieure,la présidence ivoirienne refuse de payer les sommes dues,aux propriétaires de véhicules de location,bléou dangui,pour le collectif des propriétaires de véhicules de location,cpvl

Conclusion

Mesdames et Messieurs les journalistes nationaux et internationaux, au nom du CPVL, je vous remercie d’avoir répondu présents à notre appel, qui est en fait un cri de désespoir. Tout le long de notre exposé, nous nous sommes fait l’obligation de nous en tenir qu’au fait, à savoir le non-paiement de nos arriérés de créances envers l’Etat. Il vous appartiendra, si vous le désirez, de mener une enquête parmi les membres de notre Collectif pour vous rendre compte de la réelle dimension du drame que nous vivons. En tant qu’opérateurs privés ivoiriens qui ont servi des prestations à la demande des autorités compétentes d’alors, nous pensons que l’apurement de la dette de l’Etat envers tous ses partenaires privés, nous concerne tous. C’est le but de cette réunion et rien d’autre. Nous aussi voulons contribuer à la construction d’une Côte d’Ivoire pays émergent à l’horizon 2020.

Merci à tous d’être venus. Bonne et heureuse année 2014 à vous et à tous ceux qui vous sont chers.

 

Fait à Abidjan, le 22 Janvier 2014

Pour le CPVL, le Président

BLEOU DANGUI

 

COLLECTIF DES PROPRIETAIRES DE VEHICULES DE LOCATION (CPVL)

Récépissé de déclaration d’association n° 540 / MEMI / DGAT / DAG / SDVA du 24/11/11

01 BP 3405 ABIDJAN 01, E-mail bleoudangui@yahoo.fr

07 05 83 99 / 07 98 97 37 / 07 64 45 06 / 20 33 98 35

côte d'ivoire,dette intérieure,la présidence ivoirienne refuse de payer les sommes dues,aux propriétaires de véhicules de location,bléou dangui,pour le collectif des propriétaires de véhicules de location,cpvl

Bléou Dangui, président du Collectif des loueurs de véhicules à la Présidence de la République: «Que nos autorités entendent nos pleurs…»

 

En rupture de paiement de factures relativement à leurs prestations de service, les loueurs de véhicules administratifs à la Présidence de la République ne savent plus à quel saint se vouer. Après plusieurs démarches infructueuses en vue du recouvrement d’une partie de leurs créances, estimées à 5 milliards FCFA, le président du Collectif de cette activité livre dans cette interview, les difficultés auxquelles ils sont confrontés.

 

Président, vous venez de donner un point de presse, quel en est le message fort ?  

Le message fort que je voulais faire passer, c’est d’informer la Côte d’Ivoire entière que nous avons des factures qui sont à la Présidence de la République, et que ces factures là n’ont pas encore fait l’objet de paiement. Donc, nous décrions le non paiement de nos factures par la Présidence. Ces factures concernent les prestations que nous avons fournies dans le cadre des locations de véhicules au niveau de la Présidence de la République.

Après audit, certaines des factures des fournisseurs de l’Etat ont fait l’objet de rejet. N’êtes-vous pas concernés par cette catégorie?

Nos factures ont fait l’objet d’audit. Et dès l’instant où l’Etat ivoirien, pour ne pas dire les nouvelles autorités, ont placé leur confiance en une structure, demander à cette structure, d’auditer nos factures, je ne peux qu’être heureux. D’ailleurs, cette structure qui est venue a pris soin de rejeter un certain nombre de nos factures. La remarque qu’on nous a faite, c’est que ces factures n’ont pas été certifiées. C'est-à-dire des factures qui n’ont pas eu des visas des anciennes autorités. A ce niveau, nous avons demandé à nos membres de se calmer, parce qu’au jour d’aujourd’hui, le besoin que nous avons, c’est le paiement des factures reconnues en tant que telles par l’administration. Si ces factures sont payées, nous allons entrer en contact avec l’administration pour chercher à savoir quelles sont les conditions à remplir pour que les autres factures qui n’ont pas été reconnues puissent l’être. Parce que nous reconnaissons que ce sont des prestations que nous avons fournies effectivement à l’administration de la Côte d’Ivoire.

Vous êtes en train de dire qu’il y a deux factures. Une catégorie certifiée, donc reconnue, et une deuxième qui n’a pas été reconnue parce que dit-on non certifiée. Mais, pourquoi les factures reconnues n’ont jusque-là pas fait l’objet de paiement ?

C’est parce que nous ignorons les raisons pour lesquelles l’administration en place a retardé le paiement de nos factures que nous réagissons. Enfin, retardé c’est comme si nous savons la date à laquelle l’Etat allait payer nos factures. Mais, à ce jour, aucune autorité la  Présidence n’a accepté de nous recevoir pour nous dire les raisons pour lesquelles nos factures n’ont pas fait l’objet de paiement.

Quel est le montant des factures certifiées ?

Il est difficile de dire aujourd’hui à combien nous chiffrons les factures certifiées. Mais, ce que nous savons, c’est qu’avant 2010, nous avons approché les autorités d’alors, et avec elles, nous avons eu une séance de travail qui a abouti à un montant d’environ 5 milliards FCFA de factures que l’administration reconnaissait devoir aux loueurs de véhicules. Mais, la difficulté dans laquelle je me trouve en tant que président, c’est que nous n’avons pas pu rentrer en contact avec l’administration actuelle, pour harmoniser nos points de vue. Partant de ce fait, il est difficile de dire pourquoi une partie de nos factures a été acceptée. Ce que je sais, c’est qu’avant 2010, nous tournions autour de 5 milliards FCFA de dettes.

L’administration étant une continuité, qu’est-ce qui pourrait justifier le fait qu’on ne vous reçoive pas pour que vous expliquiez votre souci ?

Nous avons effectué beaucoup de démarches. Si nous sommes partis jusqu’à la grande Médiature pour demander à cette institution indépendante de nous servir ses bons offices, c’est parce que nous avons épuisé toutes les voies légales. Sinon, si nous voulons entrer en contact avec une administration, la moindre des choses, c’est de lui envoyer une demande d’audience. Et si cette demande d’audience n’a pas fait l’objet de réponse nous demandant de venir une date donnée, est-ce que nous pouvons forcer la porte de nos autorités pour qu’elles nous reçoivent ? Je ne le pense pas. C’est pour cela que nous avons usé de votre canal, pour porter notre message. Le message, c’est de nous recevoir, et en secundo, de mettre en paiement nos arriérés. Aujourd’hui, il y a beaucoup de loueurs de véhicules qui en souffrent.

Nous sommes en 2014, le contentieux date de 2010. Durant ces quatre années, l’Etat bénéficie-t-elle toujours de vos prestations ?

L’activité de location de véhicules n’a pas cessée au niveau de la Présidence de la République. C’est un besoin pour cette administration de prendre en location un certain nombre de véhicules pour remplir sa mission régalienne. A ce titre, l’activité de location de véhicules n’a pas disparue. Mais, le problème que nous avons, c’est que pendant ces quatre ans, aucun loueur de véhicules n’a été soldé. Je vous ai bien dit que ce sont des petites entreprises, pour ne pas dire des entreprises de familles, donc les moyens que nous avons, ce sont les paiements de nos factures qui servent également de fonds de roulement. Si malheureusement nous restons pendant trois ans sans qu’on nous paie, ne serait-ce qu’une partie de ces factures, il va sans dire que l’entretien de nos voitures va prendre un coup. Si tel est le cas, cela voudra dire aussi que notre activité est en train de mourir. Effectivement, notre activité est morte dans nos propres mains. Aujourd’hui, nous ne pouvons dire que nous pouvons mettre un de nos véhicules à la disposition de la présidence, parce que ces véhicules ont manqué d’entretien.

Le problème est éminemment social, je voudrais donc savoir si vous avez directement ou indirectement touché les services de la Présidence de la République?

Nous ne pouvons pas affirmer que nous avons une relation particulière avec le Président de la République pour le toucher personnellement. La seule manière de le toucher, c’est de lui adresser un courrier. Dans ce sens, nous avons fait une supplique que nous avons adressée à la Présidence. Malheureusement, ce document est resté sans suite. Est-ce que nous avons dans ce cas, mieux que la presse pour transmettre nos difficultés à la population, voir au Président de la République ?

Vous revendiquez combien d’entreprises au sein de votre collectif ?

Nous tournons autour de quatre vingt (80) entreprises au sein de notre collectif. De ces quatre vingt entreprises qui ont pu terminer l’année 2010, c’est le 1/3 qui peut participer aujourd’hui à nos réunions. Dès l’instant où mes membres n’ont plus de chiffre d’affaires, il est très difficile pour eux de venir honorer les paiements des cotisations.

Devant cette longue attente, pourquoi ne demandez-vous pas une audience directement au Président de la République pour étaler devant lui, vos difficultés, vos souffrances ?

C’est une voie que vous nous proposez, mais aujourd’hui, nous avons voulu travailler avec les proches collaborateurs du chef de l’Etat, quand nous avons adressé un courrier que nous avons surnommé une supplique, nous y avons bien précisé que nous demandons l’avis du Président de la République pour qu’il donne des instructions à ses collaborateurs, afin qu’ils puissent nous recevoir. Aujourd’hui, nous n’avons plus que nos larmes pour pleurer. Sinon nous pensons avoir mené à notre niveau, toutes les actions nécessaires pour pouvoir être entendus.

Y a-t-il d’autres collectifs de loueurs de véhicules en dehors du vôtre ?

Au niveau de la présidence, je n’en connais pas, pour la simple raison que c’est nous qui avons initié ce regroupement. Et les difficultés de payer nos factures ne datent pas d’aujourd’hui. Ce qui a fait que même à un certain moment, j’avais voulu arrêté de fournir nos prestations. Mais ce sacrifice est dû au fait que nous, en tant qu’opérateurs économiques, nous devons tendre la main à notre administration, nous avons eu cette force de demander à nos membres de continuer de servir toujours les véhicules à la Présidence.

Quelle est la valeur de votre parc-auto ?

Moi-même j’avais au moins cinq (5) véhicules. Mais, aujourd’hui, je me retrouve avec seulement un seul, parce que j’ai été obligé de vendre une partie pour pouvoir survivre. Je ne devais pas parler de moi-même, parce que je représente un collectif, donc je suis obligé de dire que si nous faisons une analyse, vous vous rendrez compte que la majeure partie de mes membres ne disposent plus de parc-auto pour la simple raison qu’ils n’arrivent plus à les entretenir. Même s’ils pouvaient le faire, ils n’ont plus les marchés qu’ils avaient dans le temps.  

On va se laisser…

Je supplie les nouvelles autorités qui ont la gestion de notre pays, de faire tout leur possible, pour regarder derrière eux, la queue de mes membres dont le vice-président qui est mal en point. Mais, pour l’amour de notre organisation, il fait tout son possible pour assister à nos rencontres. Tout comme lui, il y a d’autres qui ont été contraints de fuirent leur quartier pour le village, parce qu’ils n’ont plus la dignité dans le quartier où ils vivaient parce que les propriétaires ont plus ou moins vidé leurs bagages des maisons qu’ils habitaient. Donc, je demande à nos autorités d’avoir une oreille attentive à nos revendications que nous jugeons d’ailleurs légitimes. Je supplie le Président de la République, qui est un homme  sensible, de prendre en main personnellement ce dossier.

 

Réalisée par Daniel Kouadio.

 

Source: Le quotidien "Le Républicain"

Les commentaires sont fermés.