topblog Ivoire blogs

samedi, 01 juin 2013

NICOLE BRICQ ET L'ECONOMIE DE BROC

CHERIF RAHMANI ET NICOLE BRICQ.jpg


Il y a déjà quelques années le code algérien de l’investissement était considéré à juste titre d’ailleurs, comme l’un des plus attractifs au monde. Experts nationaux et étrangers et même des institutions économiques internationales ont régulièrement loué les facilitations que l’Algérie accorde aux investisseurs étrangers.
 
C’est une réalité bien établie et dans les textes. Il se trouve qu’on reparle encore du code de l’investissement qu’on doit réviser pour le mettre à niveau des disiderata sans cesse boulimiques de nos partenaires notamment les français. Pourquoi donc changer un code qui reçoit autant de bonnes notes?
 
A moins de vouloir donner le pays sur un plateau aux entreprises du CAC 40, rien ne justifie l’agitation de certains milieux en panne d’idées à revoir un texte qui se décline comme une invitation à l’eldorado pétrolier algérien.
 
Les voyages successifs de la ministre française du commerce extérieurs Nicole Bricq sont pour le moins suspects.
 
On remarquera qu’elle est chargée de développer le commerce et non pas l’économie. Et quand on sait que l’Algérie ne vend strictement rien sinon ses ressources vitales (le pétrole et le gaz), il est aisé de deviner la mission de Mme Bricq dans une économie de… bric et de broc.
 
L’Algérie un marché pour le CAC 40
 
A chacune de ses interventions devant nos responsables et les chefs d’entreprises, cette Dame d’affaires, donne la nette impression que son pays s’impatiente de prendre une grosse part du gâteau Algérie.
 
«L’Algérie n’est pas un marché, en tout cas, elle ne peut pas être que cela», disait-elle l’autre jour devant les chefs d’entreprises algériens à l’occasion d’une rencontre sur le partenariat bilatéral.
 
C’est tellement facile à le dire par commodité de langage pour titiller l’ego de nos responsables. Mais en y voyant de prés, on ne décèle aucune volonté de la France d’aider l’Algérie à construire une économie par un transfert de technologie mis à part les belles formules discursives de Mme Bricq et ses collègues.
 
La réalité est que les pétrodollars algériens font saliver d’envie la France qui n’est pas encore sortie de sa décrue économique. Il est alors de bon ton d’élever par la magie du discours, l’Algérie au rang de «partenaire». A moins de considérer la réalisation ou la gestion du métro d’Alger, des tramway, de l’aéroport Houari Boumediene, de l’eau dans les plus grandes villes comme un partenariat…
 
La France veut tout prendre
 
On l’aura compris, dans la bouche de Nicole Bricq et même de Raffarin, le partenariat avec l’Algérie est synonyme de bonnes affaires pour les entreprises françaises qui peinent à se placer ailleurs.
 
Il fallait donc rattraper le temps perdu durant les années Sarkozy quitte à sacrifier les formes…Et Nicole Bricq ne s’encombre même pas de formules pour mettre les pieds dans le plat :
 
«Il me paraissait invraisemblable que la France et ses entreprises ne soient pas mobilisées. Quatre entreprises françaises sont présélectionnées dans les appels d’offres en cours», a-t-elle lâché.
 
Cerise sur le gâteau : Le ministre de l’industrie, Chérif Rahmani a défendu publiquement la révision du code des investissement. Son objectif ? «Mettre à plat tout le système et de le rendre cohérent».
 
Il est à espérer qu’il ne s’agira pas de mettre à plat notre économie déjà à genoux…
 
 
Rafik Benasseur, le 29 mai 2013.

Source: ALGERIE1.COM

vendredi, 31 mai 2013

CAMP D’AVEPOZO AU TOGO: INJUSTICE, FAMINE ET DESOLATION TOTALE POUR LES REFUGIES IVOIRIENS

 

côte d'ivoire,togo,camp des réfugiés d'avépozo,camp d’avepozo au togo,injustice famine et désolation totale,pour les réfugiés ivoiriens,hcr,croix rouge,ong de défense des droits de l'homme,le responsable hcr local togo,monsieur théophilus vodono,monsieur inadjo coordinateur de la cnar,coordination nationale d'assistance aux réfugiés,le pasteur gogoua lévi et sa femme,pasteur gogoua elisabeth,yéré prisca  mère au foyer,dago nathalie mère au foyer,yao laura florencia sage-femme,dali douzoua jules arnaud footballeur.

 

Le vendredi 3 mai 2013, pour avoir manifesté avec leurs concitoyens et compagnons d’infortune, dans le camp d’AVEPOZO pendant plus de 64 jours (sit-in et manifestations de femmes et d’enfants quotidiens), en vue de l’obtention de la reprise de la distribution des vivres suspendue depuis bientôt 6 mois par le HCR Togo, pour l’obtention également d’eau potable et pour des soins plus appropriés, dans un camp qui ne répond plus à aucune norme de salubrité et de sécurité, 5 femmes ivoiriennes et 2 hommes, réfugiés au TOGO, ont été délogés manu militari de leurs tentes par des soldats togolais, traînés à terre, et incarcérés à la prison de LOME. (Il faut indiquer que depuis Janvier 2013, la situation sociale et sanitaire dans le camp s’est de plus en plus dégradée, jusqu’en l’état actuel). Ce qu’on leur reproche ? D’être « des agitateurs politiques ou des politiciens » !

côte d'ivoire,togo,camp des réfugiés d'avépozo,camp d’avepozo au togo,injustice famine et désolation totale,pour les réfugiés ivoiriens,hcr,croix rouge,ong de défense des droits de l'homme,le responsable hcr local togo,monsieur théophilus vodono,monsieur inadjo coordinateur de la cnar,coordination nationale d'assistance aux réfugiés,le pasteur gogoua lévi et sa femme,pasteur gogoua elisabeth,yéré prisca  mère au foyer,dago nathalie mère au foyer,yao laura florencia sage-femme,dali douzoua jules arnaud footballeur.

La grève des femmes d'Avépozo


Ils y croupissent dans le silence le plus total de l’Etat de Côte d’Ivoire (le commanditaire ?), des autres ONG de défense des droits de l’homme et des responsables du Haut commissariat pour les réfugiés (HCR), dont notamment le Responsable HCR local, Monsieur Théophilus VODONO et Monsieur INADJO, Coordinateur de la Coordination Nationale d'Assistance aux Réfugiés.

Aucune autre ONG connue (Croix Rouge, HRW, etc) n’est allée s’enquérir du désastre de ces sœurs et frères Ivoiriens, à part les rares visites du Responsable HCR Togo pour les intimider et les menacer (pour ainsi dire).

Apparemment, le but visé est de contraindre les réfugiés Ivoiriens à rentrer en Côte d’Ivoire. Y compris par les moyens les plus inqualifiables. La dernière fois où le HCR (Togo) a daigné pointer le nez au camp, c’était pour leur faire du chantage, pour qu’ils abandonnent leurs revendications et leurs manifestations en échange de la libération de leurs amis. Un chantage honteux !


Les personnes accusées de ces maux : Le pasteur Gogoua Lévi et sa femme, Pasteur Gogoua Elisabeth, qui s’occupaient de l’organisation du camp, Yéré Prisca, mère au foyer, Mme Gnahoré, mère au foyer, Dago Nathalie, mère au foyer, Yao Laura Florencia, sage-femme, membres actifs de ce mouvement des femmes, Dali Douzoua Jules Arnaud, footballeur.

Agés de 25 à 50 ans, leur tort est d'avoir manifesté et demandé pour le camp des réfugiés, nourriture, eau, soins,... En un mot, des conditions de vie décentes pour tous les réfugiés, et non pas pour eux, personnellement.


L’arrestation des réfugiés ivoiriens au Togo, une cabale

Les autorités togolaises et les autorités du HCR, selon une source crédible et témoin des faits, disent dans les médias (radio et télé), que ce ne sont pas elles qui les accusent et les incriminent mais plutôt les Ivoiriens du camp eux-mêmes, qui ont porté plainte contre eux.

Ils seraient maintenant en train de préparer un piège avec des armes et de la drogue pour les faire accuser et faire une descente musclée, afin d’arrêter les hommes et les jeunes et d'autres femmes, pour les rapatrier de force en Côte d’Ivoire et présenter l’évènement au monde comme le retour des exilés et des ex-combattants pro-Gbagbo. Le pouvoir Ouattara n’annonce-t-il pas déjà, depuis un moment, le retour de 200 ex-combattants ? Prenons donc garde de ne pas nous laisser naïvement abuser par une éventuelle énième manipulation médiatique. Les réfugiés Ivoiriens au TOGO ne désirent pas rentrer car ils ont peur à cause des traumatismes vécus, actuels et anciens. Il n’y a aucune aide psychologique au retour, s’il était  possible, bien évidemment. Nombre de réfugiés ont tout perdu (famille, maison, travail, biens) et sont malades. Des gamins parmi eux essayent d’aller travailler en ville pour quelques pauvres sous. Ils pourraient bien rentrer au bercail, mais en tout cas pas dans cette ambiance et dans ce contexte. Ils ne veulent, actuellement, que de meilleures conditions d’existence – même pas de vie – en exil. Rien de plus. Est-ce un crime ? Apparemment, oui !

Les autorités togolaises présentent les dénonciateurs de ces 5 femmes et de ces 2 hommes comme des Ivoiriens qui vont faire partie du contingent qui retourne à la mère-patrie.

Ces personnes parlent sur les médias locaux et internationaux et dénoncent ces femmes en des termes inqualifiables, et la majorité de ces interviewés sont présentés comme les victimes des « agitateurs politiques ». Il n’en est rien, selon notre source. C’est tout simplement une intox médiatique et de l’escroquerie morale.

Des Ivoiriens qui sont prêts, pour un mieux-être éphémère, à immoler d’autres Ivoiriens, réfugiés dans la détresse comme eux, sur l’autel de l’intérêt personnel.


Ils sont utilisés par les autorités et se font passer pour des victimes du couple Gogoua, en prétextant par exemple (élément vidéo sur YouTube) que ce sont «de jeunes ivoiriens qui ont incendié les tentes après le départ des soldats» alors que l’on voit très  bien dans les images filmées par les réfugiés eux-mêmes que l’incendie a eu lieu concomitamment aux arrestations. Ce ne pouvait donc pas objectivement être de jeunes Ivoiriens qui l’aient fait, pendant que sévissait l’armée togolaise, dans un camp en total désarroi.

C’est une autre forme d’esclavage, le traitement subi par les dénonciateurs, ou pour être plus exact, les calomniateurs : réveiller les plus bas instincts de l’homme et le mettre à la solde d’un pouvoir contre son prochain. Ils sont eux aussi victimes, d’une certaine façon, qu’on les apprécie ou pas. C’est une vieille méthode utilisée dans tous les camps de prisonniers, y compris les camps de concentration, où les nazis employaient des «kapos» de la même communauté que ceux qu’ils surveillaient. Tandis que d’autres se prostituaient.

Les autorités et les responsables du HCR trompent le monde entier et essayent de lui faire croire que c'est un problème entre Ivoiriens et qu'ils ne sont intervenus qu’à la suite d’une plainte déposée par ces Ivoiriens-là contre leurs frères et sœurs. C’est une obscure machination visant en premier à diviser les différentes communautés entre elles, et à  obliger les réfugiés Ivoiriens à rentrer chez eux, comme ne cessent de le clamer à l’unisson certains Togolais, eux-mêmes victimes des mensonges médiatiques, incroyablement remontés contre nos frères, et qui ne leur cachent plus leur hostilité. Ce sont des togolais du camp. Car  il y a aussi des Togolais du Nord dans le camp.

D’autre part, les autorités locales ont interdit à certains Togolais, touchés par tant de misère et qui habitent près du camp, de les aider, sous peine de poursuites judiciaires. Allez-y y comprendre quelque chose ! 

Faire croire qu’il n’y a que des bété et des ex-combattants à Avépozo

Les autorités togolaises veulent fait croire qu’il n’y a que des Bété, ethnie du Président Gbagbo, à AVEPOZO. Ce qui est vraiment à mille lieues de la vérité.

Toute la Côte d’Ivoire est représentée dans le camp, toutes les ethnies de la Côte d’Ivoire, venant d’un peu de toutes les régions.

Les autorités togolaises, proches d’Alassane Ouattara, en complicité avec les responsables du HCR, veulent faire prendre pour parole d’évangile leurs dires selon lesquels le camp n’abriterait que des Bété et des ex-combattants, pour justifier les misères qui sont faites aux réfugiés Ivoiriens et faire passer les vraies victimes pour les coupables.

Au camp d’AVEPOZO, à dire vrai, il y a des Guéré,  des Wobé,  des Yacouba,  des Bété,  des Dida,  des Baoulé,  des Agni, des Abouré, des Adjoukrou, des Abidji, des Aladjan, des Abbey, des Kroumen, des Sénoufo, des  Malinké,  des Ebrié, des Koulango, etc.

Il y a des musulmans et des chrétiens de différentes confessions, qui vont dans les églises togolaises catholiques ou protestantes, évangéliques ou pentecôtistes, quand ils le peuvent.

Nous devons, en tant qu’Ivoiriens, une fière chandelle à certains Togolais (tous ne pouvaient être mauvais !), particulièrement à des pasteurs et des églises qui se sont dévoués pour venir en aide à nos frères et sœurs Ivoiriens en détresse, matériellement, avec leurs faibles moyens, et aussi spirituellement. Il n’y a pas d’églises ivoiriennes dans le camp. Ce sont uniquement des églises installées au Togo et qui apportent de l’aide aux réfugiés comme elles peuvent. Sans leur secours, la situation aurait été bien pire.

L’arrestation de « la responsable GOGOUA Elisabeth », disent les réfugiés Ivoiriens, était comme un acte de guerre ; cette guerre qu’ils avaient déjà vécue en Côte d’Ivoire et dont ils avaient du mal à se remettre.

De nombreuses femmes et des enfants, voire même des hommes, sont encore traumatisés et ont décidé de dormir dans des églises. Plusieurs réfugiés dorment à la belle étoile, de peur que l’armée ou la gendarmerie togolaise ne vienne les surprendre en plein sommeil dans leurs tentes et les conduire en prison. Les Ivoiriens réfugiés au TOGO, pays et peuple frère, avaient-ils besoin de ce nouveau traumatisme ? N’y a-t-il plus d’humanité sur la terre des hommes ?


Une situation plus que jamais précaire dans le camp

« C’est la saison des pluies et lorsqu’il pleut, l’eau pénètre dans les tentes qui sont vieilles et  déchirées. Certaines ont été brûlées par les soldats togolais lors de leur incursion. Nous avons vécu une deuxième guerre et les esprits sont marqués, abattus. On pouvait entendre dans tout le camp, lors de l’arrestation, les femmes pleurer et dirent : ’’Qu’est-ce que vous faites, qu’est-ce qu’on vous a fait ?’’. C’était bouleversant ! », témoigne notre source.

Au camp d’AVEPOZO, tous les services ont été brutalement suspendus : surtout ceux de la sécurité et de la santé. Or il y a encore des femmes enceintes, des enfants malades à cause de la famine dans le camp, des hommes et des femmes traumatisés qui ont besoin de sérénité. Beaucoup d’entre eux sont vulnérables et n’ont pas un kopeck pour se nourrir, se déplacer ou pour aller au centre-ville en vue de recevoir des soins.

La population du camp est essentiellement constituée de femmes et d’enfants, de personnes âgées et de jeunes hommes,  et il y a déjà des épidémies dues aux conditions d’hygiène et à l’eau polluée par les excréments. La famine a également poussé certains enfants (filles) et femmes à la prostitution, parce que le camp ne reçoit plus de nourriture, depuis bientôt 6 mois. Comment comprendre et accepter que des êtres humains soient traités de la sorte ? Fussent-ils affublés de l’épithète « pro-Gbagbo » !

Nos frères d’AVEPOZO vivent un vrai drame au TOGO, en ce moment. Comment peut-on plonger des semblables, qui plus est étrangers en quête de refuge et de quiétude, qui demandent juste un peu d’hospitalité, dans une telle détresse, au nez et à la barbe du HCR et des organisations de défense des droits de l’homme ? Humanité sélective ou impuissance avérée ? Nous aimerions savoir.

Entre temps, les fameux « plaignants » sont invisibles et les procédures judiciaires peinent à avancer, en raison de leur défection ou de leur inexistence. Il n’en demeure pas moins que les accusés sont encore en prison, dans la plus totale légèreté procédurière. Ils ne sont assistés d’aucun avocat ! Même commis d’office. Ils doivent être libérés sans autre forme de procès, si la justice existe au TOGO. Car ce qui s’y déroule, actuellement, est parfaitement inacceptable. Aux dernières nouvelles, ils seraient fatigués et amaigris, même s’ils gardent encore le sourire. Quelques autres réfugiés et pasteurs s’organisent pour les assister, leur donner un peu de nourriture, quand ils le peuvent, et leur rendre visite. Visites, au demeurant, surveillées et contrôlées par des policiers. Bien évidemment !

Pendant ce temps, des émissions radio sont produites par le pouvoir togolais et le HCR au cours desquelles des Ivoiriens à leur solde disent des choses incroyables et étourdissantes, en français, et qui sont reprises en langue locale, à des heures de grande écoute, contre leurs frères Ivoiriens : une véritable campagne d'intoxication, de mensonges et d'accusations farfelues. Il y a même également eu une interview de ce genre sur BBC, le lendemain des exactions ! Quelle cabale !

Ils disent entre autres que le couple pastoral Gogoua est un couple d’arnaqueurs qui prétend pouvoir faire partir des réfugiés en Europe. Et l’une des radios qui leur sert, de façon récurrente, à cette sale besogne est l’ancienne Radio Nostalgie de LOME, Légende FM.


A l’heure actuelle, c’est la famine dans le camp ; c’est un mouroir certain pour les malades. On donne de l’argent, pour le retour en Côte d’Ivoire, à ceux qui veulent rentrer « volontairement » (dans ces conditions ?). Une douzaine sont déjà rentrés, notamment des personnes âgées et des malades ; malheureusement, les autres ont encore peur du contexte sociopolitique qui prévaut et qui les attend en Côte d’Ivoire.

Un agent du HCR est allé, en dernier ressort, comme nous le disions plus haut, voir les femmes du camp qui multipliaient, malgré tout, sit-in et réunions de prière, pour leur dire que si elles arrêtaient leurs sit-in et qu'elles demandaient pardon publiquement à l'Etat togolais pour ce qu'elle ont dit – ce qui sous-entend bien qu'elles reconnaissent qu'elles ont menti sur leurs conditions de vie! – ils libéreraient les prisonniers. Ce chantage est inqualifiable ! Tel est le désastre que vivent nos frères Ivoiriens au TOGO.

 

Que DIEU aie compassion des réfugiés Ivoiriens et que DIEU sauve la Côte d’Ivoire !

 

DINDE Fernand AGBO 

APPEL

Nous cherchons quelques personnes, ou une église, qui auraient à cœur de s'engager, à leur rythme, pour:

1) Soutenir déjà personnellement le Serviteur de Dieu réfugié qui s'occupe des visites aux prisonniers (besoins estimés à 80 Euros par mois – nourriture et transport pour la prison qui est à plus de 25 Km du camp).

2) Faire face aux besoins essentiels des prisonniers jusqu'à leur libération (dons répartis par l'intermédiaire de ce serviteur. 30 Euros par personne estimés).


Pour la Côte d'Ivoire et les pays africains, uniquement par mandat:

Contacter Dindé Fernand: dindefernand2@yahoo.fr, pour la marche à suivre, avec copie à  eleutherie@gmail.com.


Autres pays:

Pour les dons et tout renseignement et aides pratiques:

Contacter l'association Eleutherie (www.eleutherie.eu), en écrivant à:

eleutherie@gmail.com 

Nous vous enverrons un RIB (numéro international d’un compte bancaire).

Chèques à l'ordre d'Eleutherie, à envoyer à:

Association Eleuthérie 11, rue Dumont 88560, St Maurice-sur-Moselle

(Spécifier le nom des personnes à qui le don est destiné: Pasteur "Avépozo" notre contact, ou "Gogoua" pour les prisonniers, etc).

Si vous connaissez un avocat à Lomé qui serait susceptible de nous aider, écrire à:

eleutherie@gmail.com.


Merci  et que DIEU vous bénisse!

DECERNER LE PRIX FELIX HOUPHOUET-BOIGNY POUR LA RECHERCHE DE LA PAIX A FRANÇOIS HOLLANDE: UNE ERREUR DE CASTING OU UNE PREUVE DE CYNISME?

 

 

FRANçOIS HOLLANDE 2.jpg

François Hollande doit renoncer à ce prix!

 

Le 21 février dernier, François Hollande s’est vu nommé pour recevoir le Prix Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix[1], décerné chaque année par l’UNESCO. Il le recevra le 5 juin prochain de l’UNESCO.

 Il y a de quoi s’étonner à plus d'un titre.

  • Comment François Hollande peut-il recevoir ce prix alors qu’il a porté et porte toujours la guerre au Mali, qu’il est à la pointe du combat pour livrer des armes aux opposants au régime syrien et que la Force Licorne est toujours active en Côte d’Ivoire alors qu’Amnesty International[2], dès 2011 a signalé que « les forces internationales (à la fois les soldats français de la Force Licorne et les forces de maintien de la paix de l’ONUCI) ont joué un rôle clé en Côte d’Ivoire depuis leur intervention dans cette crise.» Ajoutant que «la légitimité de la présence de ces forces de maintien de la paix a été remise en cause (…) en novembre 2004 et en janvier 2006 » et que par ailleurs ces « forces internationales ont fait usage de la force létale aussi bien en novembre 2004 qu’en janvier 2006 »?  
  • Comment l’UNESCO, qui ne peut ignorer ces éléments, a-t-il pu avaliser la suggestion du jury?

Cette nomination risque d’avoir de sérieuses conséquences sur l’image de l’UNESCO et particulièrement sur la Commission internationale pour la recherche de la paix[3] mais elle porte aussi un nouveau coup à la Charte des Nations Unies et à l’ONU qui n’en ont pas besoin alors qu’elles sont niées, instrumentalisées, bafouées par nombre de membres de la communauté internationale qui, au détriment des peuples, décident de réécrire de nouvelles règles pour les relations internationales au profit de la finance et des multinationales et des nouvelles aspirations impérialistes au prétexte de combattre le terrorisme. 

Elle oblige à constater la rupture qu’il y a, d’un côté, entre le Peuple des Nations et de l’autre, les gouvernants et les institutions internationales.

Depuis 1989, le prix Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix[4] honore par ce titre -composé d’une médaille en or, d’un diplôme de la paix et d’une somme de 150 000 dollars[5]-, « des personnes, institutions ou organisations ayant contribué de manière significative à la promotion, à la recherche, à la sauvegarde ou au maintien de la paix, dans le respect de la Charte des Nations Unies et de l'Acte constitutif de l'UNESCO ».

Il est fait référence à deux outils ; l’un est la Charte des nations Unies, acte constitutif et fondamental de ce qui constitue et le Peuple des Nations et la communauté internationale[6], l’autre concerne l’acte constitutif de l’Unesco pensé par les gouvernements des Etats parce que «les guerres prenant naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix[7]».

Ce prix a-t-il été décerné à François Hollande au vu de son action au Mali qui garantirait la paix dans le respect de la Charte des Nations unies? «Préserve-t-il les générations futures du fléau de la guerre qui deux fois en l'espace d'une vie humaine a infligé à l'humanité d'indicibles souffrances »?

Cette action permet-elle de « proclamer à nouveau notre foi dans (…) l'égalité de droits (…) entre les nations, grandes et petites »?  Crée-t-elle «les conditions nécessaires au maintien de la justice et du respect des obligations nées des traités et autres sources du droit international, (…)  et à ces fins à pratiquer la tolérance, à vivre en paix l'un avec l'autre dans un esprit de bon voisinage et à unir nos forces pour maintenir la paix et la sécurité internationales[8]»?

Est-ce-que l’intervention armée de la France au Mali mais aussi le maintien de la Force Licorne en Côte d’Ivoire «contribue -selon les critères de l’UNESCO- au maintien de la paix et de la sécurité en resserrant, par l’éducation, la science et la culture, la collaboration entre nations, (…) que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples »? 

Quelle autre action pacifique a menée le Président de la République française depuis son élection ? A-t-il, ainsi qu’il l’avait promis lors de sa campagne, «rompu avec la Françafrique, en proposant une relation fondée sur l’égalité, la confiance et la solidarité[9]»?

Non, il n’a pas été mis fin à la présence de la Force Licorne en Côte d’Ivoire. Par ailleurs, il ne cesse de répéter qu’au Mali, « nous sommes en train de gagner cette bataille[10] »;  certains de ses ministres vont même jusqu’à affirmer que la France est en guerre.

Guerre contre qui? Sur quelles bases légales au regard du droit international?

Depuis son non engagement contre l'Irak, la France n’a de cesse d’endosser le statut de va-t-en-guerre. Elle l’a fait en Libye, hors du cadre onusien mais au nom du droit d'ingérence et de la responsabilité de protéger les populations civiles[11]. Elle cherche à prouver à ses alliés favoris qu’elle continue à tenir son rang et qu’elle est à leurs côtés en allant défendre leurs intérêts et les maigres privilèges qui lui restent, même si cela est fait alors qu’elle sait que l'usage de la force ou même la menace de l'usage de la force est interdit par l'article 2 §4 de la Charte des Nations Unies.

Cet article interdit de manière absolue l’usage de la force et de la menace de l’utilisation de la force. Cette interdiction- une des plus grandes conquêtes de l’humanité depuis la deuxième guerre mondiale- est une garantie normative visant la paix et la sécurité internationales pour tous les Etats et les peuples.

Le droit international ne prévoit, en effet, que deux cas de recours licite à la force armée, soit lorsque les mesures de coercition armées sont décidées par le Conseil de sécurité sur la base de l’article 42 de la Charte des Nations Unies en cas de menace contre la paix, d'une rupture de la paix ou d’un acte d’agression (chapitre VII de la charte), soit parce qu’il s’agit de légitime défense sur la base de l’article 51 de la Charte des Nations Unies, qui reconnaît, à tous les Etats, le droit inhérent d’utiliser la force armée dans le cas où ils seraient l'objet d'une agression armée.

La France se trouvait-elle dans l’une ou l’autre de ces situations?

L’interdiction absolue -et répétons-le une fois encore, sauf en cas de légitime défense et de l’autorisation du Conseil de sécurité- fait partie, sans aucun doute, des normes impératives du droit international.

En déclenchant une guerre au Mali, les autorités françaises -agissant en tant qu’organes de l’Etat- ont ordonné l’exécution d’opérations militaires qui, de toute évidence, enfreignent les dispositions de la Charte des Nations Unies. Ainsi, les autorités françaises –il est vrai que ce ne sont pas les seules- sont en train de violer l’une des normes les plus fondamentales du droit international, mettant directement en danger la paix et la sécurité internationales dont les conséquences néfastes vont se faire sentir bien au-delà du départ, encore très incertain, des troupes françaises.

Certes, en l'état actuel du dispositif impérialiste, il est somme toute normal que la France, membre du Conseil de Sécurité, ne se soit pas portée garante de cette norme impérative du droit international et ait préféré surfer sur des idées comme le droit de protéger ses otages retenus à l’intérieur de territoires souverains et sur la responsabilité de protéger les populations du Nord Mali et stopper à la fois l’avancée sur le sud du Mali et la destruction de biens culturels d’importance. Elle continue à  ouvrir la porte à ce nouvel ordre mondial de violence et de misère basé sur la loi du plus fort et la déstructuration de l'ensemble des normes impératives du droit international.

Préférer la violence et la guerre à la recherche de moyens pour maintenir la paix et la sécurité internationales pour l'ensemble des peuples, c'est permettre que tout le système multilatéral onusien soit remis en cause alors qu'il aurait fallu trouver d’autres moyens pour mettre fin à ce début de partition du Mali et permettre aux Maliens et aux Maliennes de construire des solutions pour mettre fin aux nombreuses exactions portant atteintes à l’ensemble des droits fondamentaux.

En passant outre certaines des Résolutions[12] adoptées sous le chapitre VII de la Charte des Nations Unies, la France ne fait que démontrer que le système onusien a perdu toute sa crédibilité et dès lors qu'il est aisé de le bafouer, de le contourner, de le manipuler, voire de l’ignorer. Cela a été le cas pour la Libye, l’Irak où la culture du mensonge a été portée à un niveau de cynisme qui a coûté et coûte encore la vie à de très nombreux enfants, femmes et hommes.

Le Président de la France, dès lors, mérite-t-il d’être récompensé? Certainement pas!

C’est pourtant bien ce qu’a fait le jury présidé par l'ancien Président du Mozambique, Joaquim Chissano, qui a «condamné la violation de l'intégrité territoriale du Mali, les violations des droits de l'homme, l'enlèvement d'otages et la destruction du patrimoine culturel de l'humanité à Tombouctou » en reconnaissant « la contribution considérable à la paix et à la stabilité en Afrique » et « la solidarité manifestée par la France à l'égard des peuples africains ». Si nous sommes tous et toutes d’accord pour condamner, aux côtés des Maliens et des Maliennes, la violation de l’intégrité territoriale, l’enlèvement d’otages et la destruction d’un patrimoine culturel inestimable, il reste une question de taille.

Certes, le peuple malien, grâce aux moyens militaires importants de la France, a été « débarrassé » des groupes semant la violence au Nord Mali ; il aspirait, fort légitimement, à la fin de la terreur ; mais quel prix va-t-il maintenant payer d’une part, à « ses sauveurs » et d’autre part, aux groupes qui vont certainement continuer à semer la terreur une fois les troupes françaises parties? Cela autorisait-il la France à commettre les exactions commises lors de la reprise de Kidal? Comment expliquer que la France a noué  des relations particulières avec le MNLA dans la même ville?

Les questions posées par certains de ces groupes sont-elles résolues? Sera-t-il enfin mis fin au passage de la drogue qui alimente l’Europe dans ces régions? La question touareg trouvera-t-elle une solution? Cette intervention extérieure permettra-t-elle la reconstruction des institutions maliennes de manière durable et avec des moyens suffisants pour assurer une totale souveraineté à un gouvernement qui n’a cessé d’être sous la coupe de ses anciens colonisateurs et des institutions financières internationales? Les pays occidentaux arrêteront-ils de faire croire à l’ensemble des peuples qui se sont libérés de dictature ou qui sont encore sous l’emprise de leurs « suzerains » que le seul modèle démocratique est le leur?

Autant de questions qui restent en suspens et pour lesquelles l’intervention française ne peut apporter de solution tant ces réponses doivent être construites par le peuple malien dans son ensemble en raison de son droit inaliénable à disposer de lui-même et de jouir pleinement de sa souveraineté, sans ingérence extérieure imposée. 

Au regard de tout cela, il y aurait une certaine indécence à remettre le Prix Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix à François Hollande. 

La Commission internationale pour la recherche de la paix doit revoir son casting et attribuer ce prix à des hommes et des femmes qui se battent au quotidien pour maintenir la paix alors que ce sont les logiques de guerre qui prévalent et envahissent de plus en plus l’espace social mondial.

Face à ces logiques mortifères, le « Peuple des Nations » doit cesser de courber l’échine et doit faire entendre ses voix diverses, son attachement fondamental au droit à disposer de lui-même il doit  aussi faire entendre son refus de la menace d'une guerre permanente et de cet ordre qui les exploite et les exclut du partage du pouvoir et des richesses.

Dans ce contexte, il serait indécent que le Président de la République, François Hollande, soit récompensé pour ses entreprises « guerrières » et reçoive le Prix Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix.

 

Fondation Frantz Fanon

http:// frantzfanonfoundation-fondationfrantzfanon.com

 



[1] Ce prix a été décerné à de nombreuses personnalités dont Nelson Mandela et Frederik W. De Klerk, Yitzhak Rabin et Yasser Arafat, Jimmy Carter, Abdoulaye Wade, Martti Ahtisaari, ainsi que Luiz Inácio Lula da Silva.

[2] Rapport -AFR 31/002/2011, Amnesty International, mai 2011.

[3] http://www.unesco.org/new/fr/houphouet-boigny-peace-prize/about-the-prize/international-commission-for-peace-research/

[4] http://www.unesco.org/new/fr/houphouet-boigny-peace-prize/

[5] http://www.unesco.org/new/fr/houphouet-boigny-peace-prize/about-the-prize/presentation/general-conditions-of-the-prize/#c246171

[6] Représentée par « nos gouvernements respectifs, par l’intermédiaire de leurs représentants » qui sont dans la majorité des Etats élus par les membres de la société civile, Préambule de la Charte des Nations Unies.

[7] http://portal.unesco.org/fr/ev.php-URL_ID=15244&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html

[8] Préambule de la Charte des Nations Unies.

[9] Proposition 58, Le changement c’est maintenant ; Mes 60 engagements pour la France ; 

http://www.parti-socialiste.fr/dossier/le-projet-de-francois-hollande

 [10] ww.lepoint.fr/monde/mali-nous-sommes-en-train-de-gagner-cette-bataille-selon-hollande-28-01-2013-1621132_24.php

[11] Enfin, la porte est grande ouverte, Mireille Fanon-Mendès-France, 31 mars 2011,

http://frantzfanonfoundation-fondationfrantzfanon.com/?p=723 

[12] Résolutions 20562071 : votée à l’unanimité par les 15 membres du Conseil de Sécurité et 2085.

LETTRE OUVERTE A L'HUMANITE: LA GRANDE AFFAIRE DU MARIAGE POUR TOUS OU LA CAVALE VERS LE CHAOS

 

OLIVIER BILE.jpg

Dr Olivier Bilé, Leader politique et universitaire camerounais
 
 
Chers(es) concitoyens(nes) du monde,
 

Le 12 février 2013, le parlement français a adopté la loi sur le mariage homosexuel, laquelle a été promulguée par François Hollande le mois suivant. Le monde entier a pu constater que cette loi est passée en force, car une bonne frange de la population française y était et y demeure opposée. Les mouvements de contestation dont il faut saluer l’engagement et la détermination, qui ont pris d’assaut la rue française sous la bannière de la « Manif pour tous », réclamaient notamment un référendum, compte tenu de l’ampleur de la portée sociétale de ladite loi. Ils n’ont reçu qu’une fin de non recevoir.

Si la droite française a été soupçonnée de récupérer l’événement à des fins politiciennes, certains de ses membres n’étant pas opposés à ladite loi, il apparait aussi que cette actualité a été loin de donner à la France l’image d’une grande démocratie moderne. Nous nous souvenons que ce jour, des opposants à la loi ont été expulsés par ordre du président de l’assemblée nationale en ces termes : « Mettez moi dehors ces ennemis de la démocratie ».

Dans notre société de la vitesse, l’on est habitué au fait qu’une actualité nouvelle en chasse une moins récente. La question du mariage homosexuel qui touche maintenant quatorze pays à travers le monde, n’est pas une question banale sur laquelle on puisse passer aussi rapidement. Elle engage la communauté mondiale entière et met en jeu le devenir de l’humanité. Raison pour laquelle nous nous permettons de nous inviter au débat mondial relatif à cette question.

Comme l’ont souvent indiqué les opposants à la loi Taubira, toute société est fondée sur la famille qui en constitue la pierre angulaire. S’attaquer à la famille c’est s’engager à saper et pulvériser les bases de la société. Les adeptes de l’homosexualité ont manifestement décidé d’imposer leur préférence sexuelle. Cette tendance à l’effronterie, cette résistance opiniâtre à toutes les normes morales fondamentales, ces assauts répétés et toujours plus virulents contre les repères orthodoxes, nous obligent à nous interroger sur ce qu’il adviendra de nos sociétés dans les âges à venir, si de tels choix sociétaux prospèrent davantage à travers le monde.

Le témoignage de l’histoire nous révèle que l’événement du 12 février 2013 n’est pas une première.

A différentes époques, des inclinations similaires ont été observées parmi les hommes qui, collectivement ou majoritairement, ont adopté des comportements contre-nature, bravant tous les codes moraux et éthiques de leurs époques respectives. N’en déplaise à ceux qui n’y croient pas, le rapport consigné dans la bible révèle la situation du monde antédiluvien à l’époque de Noé. Le cœur des hommes n’était tourné que vers le mal. Cette tendance démocratisée à l’iniquité provoqua le déluge dont seul Noé et sa famille sortirent vivants. Il ne fallut pas attendre longtemps pour que le peuplement de la terre se refasse et que les groupements humains soient à nouveau constitués. Les peuples de Sodome, Gomorrhe, Adna et Tseboïm s’illustrèrent à leur époque comme des champions de l’homosexualité.

C’était une société émancipée comme la nôtre, aux mœurs libérées et à la sexualité débridée. Les archéologues affirment que la région fut dans un lointain passé, le théâtre d’une extraordinaire déflagration. Le rapport consigné dans la Bible est clair : Dieu sanctionna l’immoralité de ces villes en y faisant pleuvoir du feu alimenté de souffre. Nous savons que la violence et l’immoralité sexuelle furent parmi les causes majeures du déclin de Rome. Malgré toutes ces expériences, les hommes semblent ne pas tirer les leçons de l’histoire. Raison pour laquelle, il convient de leur raffraîchir la mémoire sur cette délicate question.

Il faudrait peut-être à cet égard, commencer à s’interroger sur les causes spirituelles profondes du déclin et des tourments socioéconomiques des sociétés postindustrielles contemporaines. Il faudrait s’interroger sur la prégnance dans ces contextes, des phénomènes d’exclusion sociale, de précarité et de chômage galopants, de suicides et de désespérance, de drogue, de divorces, de violences diverses etc., reflets d’une tendance à la désarticulation continuelle de la structure et des équilibres sociaux traditionnels.

Par invocation des conventions internationales, la pression s’exerce désormais sur les pays du Sud afin que les portes de leurs pays soient plus largement ouvertes à l’homosexualité, ce qui y conduirait à terme, à la légalisation du « mariage pour tous », les mêmes causes produisant les mêmes effets. Rappelons toutefois que cela serait facteur de graves aberrations car ni du point de vue historique, ni du point de vue socio-anthropologique, nos pays africains attestent de traditions susceptibles de justifier et d’intégrer la massification du phénomène de l’homosexualité.

La légalisation du mariage homosexuel est à notre avis, une résultante sur la durée, du paradigme sociétal postmoderniste issu lui-même de la philosophie humaniste moderne d’essence occidentale. Il s’agit d’un humanisme prométhéen qui a déclaré sa haine à l’égard de tous les dieux, allant jusqu’à tuer Dieu selon les termes de Nietzsche. Une fois Dieu écarté, c’est l’homme dans sa volonté de puissance et de domination qui a été instauré. L’homme conquérant aux désirs insatiables qui, pour les assouvir, ne recule devant rien. Dieu écarté, c’est la référence suprême à la morale qui a été éteinte.

Dès lors toute morale devient subjective et relative. On en est arrivé à une société sans repère, produisant des scandales à la pelle. Et si une certaine morale laïque est convoquée pour venir à la rescousse, nous constatons chaque jour à travers le monde à quel point les hommes sont en mal de sens, aveuglés qu’ils sont par leurs inclinations primaires au principe des égoïsmes, des injustices et de l’exploitation des hommes par d’autres, du racisme, du terrorisme, des violences multiformes et de la barbarie qui caractérisent notre époque.

Quand un peuple a majoritairement choisi d’expulser Dieu de ses affaires, sa morale l’entraînera inexorablement vers le précipice. Nous voulons rappeler à ce niveau que pendant la révolution française, la France s’illustra comme la première nation dans l’histoire, à crier à la face du monde qu’elle ne voulait plus de Dieu, et s’engagea dans une violente campagne pour éliminer toute trace de Dieu et de la religion. Les Français d’aujourd’hui doivent savoir ou se souvenir du cri de guerre qui nourrit la révolution sanglante de 1789. Il était lancé par l’un de ses prophètes les plus téméraires, athée jusqu’à la moelle, François Marie Arouet dit Voltaire. Son ordre était simple et des plus explicites: « Eliminez l’infâme! », l’infâme étant Jésus-Christ. La nature ayant horreur du vide, il fallait instaurer un nouvel objet de vénération après avoir rasé l’ancien. Une femme symbolisant la liberté fit l’affaire. Plus tard, la statue de la liberté fut offerte par la France aux Etats-Unis d’Amérique.

Depuis 1789 donc, la liberté est devenue le prétexte par lequel on justifie toutes sortes d’initiatives. L’outil pour y parvenir est celui de la raison. Qui ne se souvient en classe de philosophie, du culte voué à la déesse « raison »? On prétendait alors que grâce à la raison, l’homme est capable des plus grands exploits. Raison pour laquelle il n’a plus besoin de Dieu. L’humanisme prométhéen dans toute sa violence, a fait l’éloge du surhomme nietzschéen qui par sa puissance, doit absolument parvenir à ses fins, de la même manière que les promoteurs de l’ordre homosexuel qui, en utilisant l’arme de l’argent et du pouvoir veulent imposer leur ordre sociétal contre-nature. Pour le moment, nous voulons examiner comment l’Europe et le monde occidental se sont retrouvés captifs d’une idéologie mensongère aux intentions absurdes.

Au XIXe siècle, Charles Darwin publie son ouvrage sur la théorie de l’évolution et l’origine des espèces par la sélection naturelle. Jusqu’aujourd’hui, cela n’est resté qu’une théorie, une doctrine qui recherche des arguments scientifiques en sa faveur. Le fonds de la pensée darwinienne était ailleurs. Les tenants de l’évolutionnisme social l’ont rendue explicite. Dans la société, les plus forts dominent et dictent leurs lois et leur vision du monde aux plus faibles qui ont pour seule option de se plier ou de se faire écraser. La logique des seigneurs de l’homosexualité de masse, ne déroge pas à cette règle. Au nom de la liberté, ils obligent les nations à se convertir à cette pratique. On prétend que l’homosexualité est une inclination naturelle qui ne doit pas être réprimée, au risque de violenter les pulsions internes des individus.

Cet argument nous vient de l’hypothèse de Freud qui a voulu trouver en la liberté, l’origine de toutes les névroses sociales. Il fallait donc libérer la sexualité. Voilà ce en quoi l’Europe a cru aveuglément au nom de la raison. A la limite, on pourrait comprendre que l’homosexualité demeure une pratique minoritaire, confidentielle, sans incidence majeure sur les normes et standards sociétaux universellement reconnus. Mais d’où vient-il que l’on en arrive au mariage officiel et à cette violente et agressive irruption dans l’espace public, avec des notions connotées telle celle d’homophobie de plus en plus usitée pour stigmatiser les défenseurs de la norme et de l’orthodoxie humaine en matière de sexualité?

Assurément, nous n’avons à cet égard ni les mêmes valeurs ni la même culture ni les mêmes conceptions quant aux questions de sexualité. Pourquoi alors porter atteinte à la pudeur des peuples en leur imposant cette absurdité? Si les adeptes de l’homosexualité refusent de reconnaître la violence morale dont ils sont les acteurs, nous nous permettons à notre tour de leur demander au nom de quel argument raisonnable, ils veulent que les hommes introduisent leurs phallus dans l’anus des autres, et ce pour quel intérêt? Non, la campagne en faveur de l’homosexualité est une cabale qui ne répond à aucun argument raisonnable.

Les religieux et les partisans de la droite française s’y sont opposés sans oser aborder le fond de la question, sans jamais soulever le véritable problème qui une fois évoqué, suscite la levée des boucliers: l’homosexualité, du point de vue de la morale divine, est source de destruction et de déchéance sociale. A cet égard, notre regard sur les grandes difficultés actuelles de nombre de pays, nous incline à croire que ces derniers sont intimement liés aux options civilisationnelles et sociétales liées à la légalisation du mariage homo et à la massification de la culture de l’homosexualité.

Avec l’humanisme, c’est l’homme déchu qui s’est érigé en idole dans le monde occidental. Nous le qualifions d’humanisme prométhéen parce qu’il promet aux hommes l’affranchissement de la tutelle divine et l’accès au bonheur terrestre. La notion de Dieu a été tellement érodée dans la mémoire collective occidentale que sa seule évocation met plus d’un mal à l’aise. Dieu et la religion sont acceptés comme phénomène social regrettable ou, pour rependre Freud, « des délires collectifs d’hommes qui cherchent à s’assurer bonheur et protection contre la souffrance au moyen d’une déformation chimérique de la réalité ».

Le rejet de Dieu s’est aussi traduit par l’anti-surnaturalisme. Au nom de la science, on a rejeté tout ce qui se situe au-delà de l’entendement humain. La religion étant une expression de la névrose humaine, tous ceux qui s’y adonnent sont relégués au second rang. C’est pourquoi pour ne pas paraître ringard ou démodé, les européens dans leur grande majorité refusent de s’identifier à Dieu. C’est également la raison pour laquelle le bras de fer contre les promoteurs du mariage homosexuel était voué à l’échec, étranger qu’il était à tout argumentaire basé sur le regard et la norme divine.

Comment en effet mener un combat en faveur de l’orthodoxie morale sans se référer à Dieu ? Nous reprochons aux hommes d’église soit leur déficit de courage, soit leur manque de discernement dans cette affaire. Il était de leur devoir de dire clairement qu’ils rejettent l’homosexualité au nom de Dieu et de sa loi. Il leur revenait de mettre les humanistes au défi d’expliquer pourquoi ils refusent la théonomie pour se forger des lois humanistes qui en fin de compte, se révèlent mécanismes de cautionnement de l’immoralité la plus absurde. Aux acteurs de la droite, nous demandons au nom de quoi ils s’opposaient à l’homosexualité, eux qui ont également embrassé l’anthroponomie humaniste aux dépends de l’héritage judéo-chrétien occidental. C’est pourquoi il est fort aisé de les accuser de faire de la récupération politique.

Le problème fondamental de l’occident c’est l’abandon de son héritage chrétien millénaire. Le plus curieux c’est de voir les rationalistes brandir leurs espoirs en la science tout en fréquentant les cercles ésotériques. Satan étant le père du mensonge, il propage son poison au nom de la liberté. C’est cette illusion de liberté et de puissance qu’il a toujours vendue à l’humanité rebelle pour l’asservir ensuite. La liberté est une notion très noble que nous chérissons tous. Nous aussi, nous l’avons choisie. Nous acceptons la liberté par la soumission à Dieu. Dans nos villes africaines, le phénomène des enfants de la rue va grandissant. Entre l’enfant obéissant aux injonctions de son père à la maison et celui qui flâne dans les rues, qui est le plus libre en réalité? Nous ne voulons pas de l’illusion de liberté dont le mariage homosexuel est une expression. Il est toujours temps de se ressaisir et de prendre une nouvelle orientation.

L’occident a rejeté le christianisme, le qualifiant de superstition, pour embrasser les sciences occultes. Le poison de l’occultisme s’est répandu dans le monde entier. En Afrique, la quasi-totalité des chefs d’Etats sub-sahariens sont rosicruciens ou franc-maçons. Qui servent-ils en réalité? Animés par leur soif bacchanale du pouvoir, les fraters utilisent de nos jours une bonne vieille recette. Elle consiste à corrompre le genre humain par l’immoralité, de sorte à la rendre odieuse aux yeux du seul vrai Dieu créateur des cieux et de la terre. L’immoralité sexuelle fut la cause du déluge. Le peuple d’Israël dans l’Ancien Testament devient la proie de ses ennemis chaque fois qu’il s’adonnait à cette iniquité.

La campagne de mondialisation de l’homosexualité n’est rien moins qu’un effort planifié pour corrompre l’humanité entière. Les humains sont comme des enfants gâtés qui aiment à se permette l’assouvissement de leurs pulsions lascives. Pour nous, la liberté c’est la force que Dieu donne pour contrôler et maîtriser les instincts sexuels afin de les exprimer, le moment venu, dans le cadre du mariage entre deux adultes responsables et de sexes différents. Telle est la sexualité pour laquelle nous militons. L’homosexualité n’est pas recevable comme norme ou modèle, de notre modeste point de vue et ceci n’est point une question de d’évolution ou de niveau de développement comme on l’entend trop souvent encore.

C’est une question de conception et de représentation du monde. La campagne de propagation de la culture homosexuelle est une phase majeure du dessein d’asservissement moral et total du genre humain. A travers cet article, nous ne disons pas seulement notre rejet du mariage homo et de la culture de l’homosexualité de masse. Nous déclarons que la chose ne prospérera pas sous nos cieux, compte tenu des valeurs fondamentales de la vie qui sont nôtres. Il est donc inopportun d’exercer des pressions sur nos Etats en vue de favoriser l’affirmation de cette culture au prétexte de la liberté. Nous affirmons que le vrai espoir consiste à revenir aux normes fondamentales, qui ont préservé la civilisation jusqu’à nous. Dans la même lancée, nous voulons souhaiter que dans un ultime et véritable élan de lucidité et de discernement, d’autres gouvernements auront le courage d’abroger les lois sur ce mariage homosexuel dans les pays où il a hélas déjà été adopté.

Comme nous l’avait suggéré Frantz Fanon, Il nous appartient à nous Africains aujourd’hui, d’inventer et d’affirmer courageusement une conception du monde nouvelle ainsi qu’un paradigme sociétal original, foyiste et théocentriste à l’exclusion de tout fanatisme, seul susceptible de préserver le monde des Voies de la dérive et de l’autodestruction. La construction d’un modèle de société fondé sur la promotion des valeurs de Dieu et de notre riche identité africaine sera notre meilleur cadeau à l’humanité toute entière.

 

Dr Olivier Bilé

jeudi, 30 mai 2013

DESESPERANTE AFRIQUE… 50 ANS APRES LA NAISSANCE DE L’OUA (DEVENUE UA)


LOGO UNION AFRICAINE.jpg

 

Le Président Français François Hollande est l’invité spécial de Madame Nkosazana Dlamini-Zuma (Présidente de la Commission de l'Union africaine), pour la célébration des 50 ans de l’UA. Et même que Mr Alassane Dramane Ouattara le ‘préfet’ installé par la France à la tête de la Côte d’Ivoire comme Président, devrait prendre la parole devant les membres de cette assemblée du haut de cette tribune continentale. La vivante Françafrique en Force, revigorée par ses dernières victoires néo-colonialistes en Côte d’Ivoire puis au Mali.

C’est à désespérer de cette institution qui se révèle être devenue une coquille vide. Diallo telli doit certainement être en train de se retourner dans sa tombe. Six pieds sous terre, Modibo Keïta et Sylvanus Olympio doivent se demander si ceux qui conduisent cette institution née pour une grande et belle aventure Africaine ont lu la charte qu’ils ont rédigée en 1963. 

La première ligne de la charte de l’OUA dit : ‘Nous, Chefs d’Etat et de Gouvernement africains, réunis à Addis Abéba, Ethiopie ; 

CONVAINCUS QUE LES PEUPLES ONT LE DROIT INALIÉNABLE DE DETERMINER LEUR PROPRE DESTIN […]

Oui… nos peuples Africains ont le droit inaliénable de déterminer leur propre destin, mais nombre d’entre eux ont fait le choix de confier ce destin au vorace Empire Français. 

Finalement, c’est quoi le but de la ‘lutte’ de l’OUA (UA)? 

Nous avons le droit de lutter, mais ne nous trompons pas d’adversaires.

Nous avons le droit de rêver, mais ne dormons pas sur nos lauriers (bien entendu, si nous en avons).

Nous avons le droit de vouloir d’une Afrique plus représentative dans le concert des nations, mais c’est à nous de bâtir cette Afrique-là et ce n’est pas ainsi que nous y parviendrons en reniant les règles de base que nous nous fixons. 

Comme le dit Aimé Césaire dans la Tragédie du Roi Christophe: «Les autres ont fait à petits coups de siècles. Où est pour nous le salut, si ce n’est que nous ferons -nous- à grands coups d’années.» 

Que faut-il faire pour susciter un nouvel élan dans la démarche émancipatrice de l'Afrique (de l’Afrique Noir surtout)?


Source: Le blog de Claudus

CINQUANTENAIRE DE L'UA: POUSSEE D'«AFRICANERIES» SUR FRANÇOIS HOLLANDE

 

afrique,addis-abeba,cinquantenaire de l'union africaine,cinquantenaire de l’ua,poussée d’«africaneries» sur françois hollande,h. marie ouédraogo,l'observateur.bf


Voilà que les lampions se sont éteints sur les célébrations marquant le cinquantenaire de l’Union africaine avec pour ancêtre, l’OUA. Réunis à Addis-Abeba dans la cuvette de verre qui sert désormais de siège à l’organisation panafricaine, les chefs d’Etat du continent et leurs invités ont tenu à marquer l’événement d’une pierre blanche. Comme à chaque grand-messe du genre, discours et résolutions ont fusé de la tribune, suscitant parfois dans l’auditoire un air de déjà-vu, pour ne pas dire de déjà-entendu.


S’il est un discours qui n’aura pas laissé les délégués indifférents, c’est bien celui du président français, François Hollande, seul chef d’Etat occidental convié à l’anniversaire de l’illustre quinqua. En effet, c’est sans ambages que le grand chef blanc a convié ses pairs africains sur les rives de la Seine les 6 et 7 décembre prochain pour discuter sécurité et paix. Et comme il fallait s'y attendre, la pilule a été dure à avaler pour certains, qui estiment avoir été mis devant le fait accompli, pour ne pas dire qu’ils se sont sentis purement et simplement convoqués, et cela, sans le moindre préalable. Des grincements de dents qui laissent transparaître en filigrane les vieux réflexes de souverainisme frileux.

L'on a parfois l'impression que nos chefaillons veulent une chose et son contraire. Tant leur attitude envers les anciennes puissances coloniales est pleine de paradoxe. Quand ça ne va pas chez eux, on mendie le soutien de l'Occident. Mais quand ce dernier s'avise de prendre des initiatives les concernant, on crie à l'ingérance et au paternalisme. Où était l'Union africaine et sa fameuse force en attente lorsque les émirs d'Aqmi et leurs alliés menaçaient de mettre le Mali sous leur coupe ? N'est-ce pas la France qui a sauvé ce pays du péril djihadiste? Une chose est d'avoir de l'orgueil, une autre est d'en disposer des moyens.

Le commissaire à la paix et à la sécurité de l’organisation panafricaine ne s’y est pas trompé, lui qui, dès lundi, a salué l’initiative en y ajoutant toutefois un bémol. Pour lui «s’il y a un principe que le cinquantenaire a mis en évidence, c’est certainement le principe de solutions africaines aux problèmes de l’Afrique». Ainsi, pour ne pas tomber à l’eau, la prochaine conférence de Paris devra donc favoriser le leadership du continent en matière de paix et de sécurité.

Mais ne nous y trompons pas. Si à la tribune d’Addis-Abeba le président français a convenu qu’il revenait bien aux Africains d’assurer leur propre sécurité, il n’en demeure pas moins qu’à son sens, un conflit local peut avoir des répercussions à l’échelle mondiale. Raison de plus pour ne pas rejeter la main tendue, surtout si celle-ci va dans le sens d’un accompagnement décomplexé vers la mise en œuvre effective de solutions africaines aux problèmes africains. Si pour l’instant la volonté semble partagée de part et d’autre de la Méditerranée, le plus dur reste à faire.

 

H. Marie Ouédraogo


Source: L'OBSERVATEUR.BF

mercredi, 29 mai 2013

HOLLANDE PERORE A ADDIS-ABEBA DEVANT UNE SALLE VIDE! (VIDEO)

FRANçOIS HOLLANDE.jpg


Hollande n'était pas au sommet d'Addis-Abeba au moment où tous les chefs d'Etats africains y étaient. Son discours était attendu pour 19h, il a été fait à 20h40 devant une salle vide, après que tous les participants au meeting du Cinquantenaire de l'Union Africaine (UA) fussent rentrés chez eux.

Chapeau bas au service de communication de l'Elysée! Vraiment trop fort!

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo
 


Source: CANAL PLUS.FR

TOURNEE AFRICAINE DES OBAMA: QUOI, LE GRAND OUATTARA IGNORE!?

 

côte d'ivoire,barack obama,alassane ouattara,tournée africaine des obama,quoi le grand ouattara ignoré!?,nelson degol,le blog afrikeveil


Du 26 juin au 3 juillet, le président Barack Obama et son épouse Michelle Obama vont se rendre dans plusieurs pays africains. Cette tournée, la première en terre africaine depuis la réélection du président Obama à la tête de la première puissance mondiale, le conduira en Afrique du Sud, Sénégal et Tanzanie.

Pour la Côte d'Ivoire promise à l’émergence en 2020, il nous faudra attendre. Pourtant cette visite s’inscrit curieusement dans la volonté des USA de « renforcer et développer les relations des états-Unis avec ces pays d’Afrique subsaharienne, en renforçant notamment la croissance économique, les institutions démocratiques, les investissements et le commerce, et en investissant dans la prochaine génération des dirigeants africains » selon un communiqué de la Maison Blanche.

Vous avez dit renforcement de la croissance économique?

Celle de la Côte d'Ivoire frôle officiellement les deux chiffres. Mais l’on sait que ce n’est que très artificiel. Au point que «l’argent travaille sans circuler». La pauvreté a atteint le niveau record des 50 années d’indépendance. Les USA le savent, eux qui écrivent dans leur dernier rapport que «la corruption était omniprésente en 2012».

Institutions démocratiques?

Après avoir entraîné la Côte d'Ivoire dans la guerre par la volonté de son président Wade, le Sénégal a eu l’intelligence d’éviter ces souffrances à son peuple et en recueille aujourd’hui les fruits en matière de coopération internationale. Par ailleurs, la Côte d'Ivoire a eu ses institutions démocratiques par les bombes ; et la justice des vainqueurs en cours dans le pays, conjuguée aux violations quotidiennes et criminelles des droits de l’homme avec des génocides allégués à l’Ouest la rendent indigne de fréquentations politiques officielles, en dehors des contrats nocturnes. Le soufre des odeurs des assassinats est encore trop piquant pour se rendre au bord de lagune Ebrié. L’harmattan, ce vent de poussière et de froid qui souffle du Nord au Sud, y charrie, au propre comme au figuré, des odeurs nauséabondes du sang des campements de l’ouest et du camp de Nahibly.

Investir dans la prochaine génération des dirigeants africains?

Les  dirigeants Ivoiriens se sont autoproclamés d’ossature internationale et la présidence de la CEDEAO (Communauté des états de l’Afrique de l’Ouest) octroyée pour asseoir une légitimité contestée à l’intérieur des frontières nationales est sans doute une veste trop grande pour eux. Obama peut donc passer son chemin. A moins que Barack Obama dont l’Ambassade en Côte d'Ivoire vient  de produire un rapport accablant sur le régime Ivoirien ne sache que «la prochaine génération des dirigeants africains» au titre de la Côte d'Ivoire se trouve en exil. Seuls les "Dozos" à la gâchette facile écume les forêts ivoiriennes en quête de gibier humain.

côte d'ivoire,barack obama,alassane ouattara,tournée africaine des obama,quoi le grand ouattara ignoré!?,nelson degol,le blog afrikeveil

En effet, pour Obama et les USA, «Les problèmes de droits de l’homme les plus graves ont été les violations commises par les forces de sécurité et l’incapacité du gouvernement à faire respecter l’état de droit. Les Forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI), l’armée du pays, se sont rendus coupables d’exécutions extrajudiciaires, d’actes de torture et de détentions arbitraires. Bien qu’originaires du Nord du pays, les Dozos, des chasseurs traditionnels qui assumaient souvent des rôles de sécurité non officiels, se retrouvaient dans tout le pays et étaient impliqués dans des violations des droits humains, notamment des meurtres et des cas de détention arbitraire au cours de l’année. Les conditions dans les prisons et centres de détention étaient dures. La corruption a persisté dans l’appareil judiciaire, qui était inefficace et manquait d’indépendance. Le gouvernement a restreint la liberté de la presse et le droit à la vie privée. Les personnes déplacées internes (PDI) ont fait face à des conditions de vie précaires et difficiles.

Le gouvernement a rarement pris des mesures pour poursuivre les responsables qui ont commis des violations, que ce soit dans les services de sécurité ou ailleurs au sein du gouvernement. L’impunité des forces de sécurité, en particulier pour les crimes commis durant la crise postélectorale de 2011, a été un problème». (Extrait de "RAPPORT (USA) 2012 SUR LES DROITS DE L’HOMME EN CÔTE D’IVOIRE").

 

Nelson Degol


Animateur du blog AFRIKEVEIL

CPI - UN AVOCAT ATTAQUE: LA CPI N’A RIEN DE SERIEUX ET DE SOLIDE CONTRE GBAGBO

 

JEAN-LUC PUJO.jpg

Maître Norbert Tricaud


La situation politique en Côte d’Ivoire, deux ans après la déportation du président Laurent GBAGBO à la Haye, continue de faire débat. Passé en effet, l’euphorie des premiers moments de colère savamment orchestrés par la France de Sarkozy, instrumentalisant un simple et banal contentieux postélectoral pour diaboliser un camp aux yeux de toute la communauté internationale, les observateurs avertis de la crise politique ivoirienne ne veulent plus se taire. A l’évidence, l’escroquerie morale opérée en Côte d’Ivoire en avril 2011 ne fait plus recette. 

 

«Côte d’Ivoire: 10 ans d’erreurs françaises!» Voilà l’important thème qui a réuni autour de Jean-Luc Pujo, animateur de la rencontre, Charles ONANA, journaliste d’investigation, auteur du livre: "Côte d’Ivoire le coup d’Etat", maître Jean Balan, avocat des victimes françaises des douloureux événements de 2004 à Bouaké, Abel NAKI, responsable du mouvement CRI-PANAFRICAIN, et Mme Mireille SAKI, auteur de: " La charte de l’impérialisme, une charte de la servitude ". Quatre invités importants donc ce samedi 25 mai 2013, dans la salle Loungue du Café le FALSTAFF, sis place de la Bastille à Paris, pour un 24ème café littéraire hyper-républicain.      

Ouvrant la série des interventions, le journaliste d’investigation Charles ONANA, a démontré avec beaucoup de dynamisme, les causes profondes de la haine des dirigeants politiques français envers Laurent GBAGBO, l’opposant historique arrivé au pouvoir alors que personne ne l’attendait à ce rendez-vous.       

Pour lui, Laurent GBAGBO qui s’est positionné comme l’alternative politique à la fin du règne de Félix Houphouët Boigny, englué dans un  système opaque de monopartisme et monolithique avec la France, tenait avant tout à imprimer sa marque sur son pays après toutes ces années de règne sans partage du PDCI, le parti de feu Houphouët-Boigny.      

L’hostilité des dirigeants français à l’égard de Laurent GBAGBO est donc née du fait que fiévreux à l’idée de perdre les privilèges de la relation de proximité qu’ils vivaient avec Houphouët-Boigny au lendemain du changement politique en Côte d’Ivoire, ils ne voyaient pas d’un bon œil en effet, l’arrivée d’un dirigeant politique atypique qui réclamait la réécriture des principaux contrats économiques avec le colonisateur.    

Et comme pour son malheur Laurent GBAGBO n’appartenait à "aucun réseau parisien", CHIRAC et plus tard SARKOZY ont refusé de laisser en place un dirigeant politique que personne ne cernait. Le journaliste Charles ONANA fera dès lors l’inventaire de la longue liste des artifices et autres prétextes fallacieux utilisés par la France: tentatives de coups d’état, rébellion, affaire Kieffer, bombardement militaire de Bouaké en 2004, pour renverser après 10 années de harcèlement, Laurent GBAGBO le 11 avril 2011, à la suite du contentieux postélectoral qui l’a opposé à Ouattara Alassane.      

LE CARNET DE ROUTE DE L’ARMEE FRANÇAISE… RENVERSER GBAGBO

A la suite de Charles ONANA, maître Jean Balan, avocat des victimes françaises des douloureux événements de 2004 à Bouaké, dira d’emblée: "Ma conviction intime est qu’on voulait se débarrasser de GBAGBO Laurent…" Expliquant en effet les événements consécutifs à la tentative avortée du président Laurent GBAGBO de libérer son pays en 2004, le juriste fera noter que la fulgurance de la riposte française après la mort des soldats français à Bouaké: destruction à la hache des aéronefs ivoiriens, bombardement du palais présidentiel de Yamoussoukro et du Plateau, n’était rien d’autre qu’un scénario bien ficelé pour opérer un coup de force contre GBAGBO. Pour lui, la réalité est celle-ci: "Les soldats français tués en Côte d’Ivoire lors des événements de 2004 ont été sacrifiés… C’était le prétexte d’un coup d’Etat. C’est indiscutable. C’était le carnet de route de l’armée française…"          

L’avocat au barreau de Paris est d’autant plus convaincu qu’il ne comprend toujours pas les raisons pour lesquelles le dossier solide qu’il a constitué et qui identifie clairement la chaine de commandement dans cette affaire et met l’ex-ministre de la défense à l’époque des faits, Michelle Alliot-Marie en cause a buté sur le refus de la justice française d’aller au bout des enquêtes. "J’accuse formellement Alliot-Marie d’avoir menti. Je sais désormais qu’en France, il y a une catégorie d’hommes politiques qui sont très protégés", dira en conclusion, dépité, l’avocat des victimes.      

Pour sa part, Abel NAKI,  le responsable du CRI-PANAFRICAIN indiquera au public que la mobilisation des patriotes de la diaspora ne faiblira pas, "Parce que Laurent GBAGBO a gagné les élections en Côte d’Ivoire…" Qui plus est, qu’il a été investit par le conseil constitutionnel. Cela devrait suffire poursuivra t-il, pour éteindre toute forme de contestation suscitée et nourrie par Sarkozy au profit de son ami Ouattara: "Le bombardement de la résidence du président Laurent GBAGBO par l’armée française où il se trouvait avec les membres de sa famille et certains de ses proches collaborateurs, s’identifie tout simplement à un coup d’Etat mais aussi à une tentative d’assassinat, comme ce fut le cas pour le guide de Jamahiriya Libyenne, le colonel Kadhafi."  Martèlera Abel NAKI, invitant les résistants Africains à une mobilisation constante pour la libération de Laurent GBAGBO.       

Mireille SAKI auteur du très documenté livre: "La charte de l’impérialisme, une charte de la servitude "quatrième oratrice du jour enfoncera le clou en dénonçant les pactes de servitudes abusivement appelés traités de coopération signés entre la France et certains pays Africains. S’appesantissant sur le cas de la Côte d’Ivoire, elle révélera que c’est le 19 février 1842 que la France conclura son premier traité avec la Côte d’Ivoire. Une situation qui montre clairement que depuis cette date, la Côte d’Ivoire est sous tutelle de la France. "La France n’est pas prête à quitter la Côte d’Ivoire de sitôt…", dénoncera t-elle. Aussi, invitera- elle la nouvelle génération à poser sereinement le diagnostic de cette situation pour en tirer les conclusions les plus utiles.      

Pour finir, les uns et les autres ont appelé à la libération du président Laurent GBAGBO injustement détenu à la Haye. A cet effet, et devant le retard dans le verdict de l’audience de confirmation des charges. Maître Norbert Tricaud, conseil du Sénateur Jean Pierre Bemba, détenu également à la Haye dénoncera le manque de sérieux dans les accusations portées contre le président Laurent GBAGBO. En grand connaisseur des rouages de la CPI, il dira: "Dans l’affaire GBAGBO contre le procureur, l’accusation s’est ridiculisée. La nullité des preuves et autres documents comme la vidéo du Kenya attribuée aux partisans de GBAGBO montre bien qu’il n’y a rien de sérieux et de solide  contre GBAGBO. Ce qui se passe à la Haye n’est pas le procès de Laurent GBAGBO mais celui de la CPI. L’objectif de toute cette agitation c’est qu’ils veulent tout simplement liquider politiquement Laurent GBAGBO…", clamera l’avocat du dirigeant Congolais. 

 

Augustin Djédjé

djedjenet64@yahoo.fr 

 

Source: Le blog de Steve Beko

GEOPOLITIQUE - SELEKA ET CRISE EN CENTRAFRIQUE: LE DESSOUS DES CARTES

CENTRAFRIQUE. SELEKA.jpg


Qui se cache derrière la Seleka et le nouveau président «élu» de Centrafique?


Luc MICHEL pour EODE Press Office

avec AFP – Cameroon Voice – APA – France 24 – RFI / 2013 04 15 /

http://www.facebook.com/EODE.monitoring

http://www.eode.org/category/eode-international-elections-monitoring/international-elections-survey/

Michel Djotodia, chef de la coalition rebelle qui a pris le pouvoir en Centrafrique le mois dernier en renversant le président François Bozizé, a reçu ce samedi « le vernis institutionnel qui lui manquait » en étant « élu président de la République » lors de la première session du Conseil national de transition (CNT), formé par toutes les composantes politiques du pays.

M. Djotodia, qui s'était autoproclamé président après la prise de Bangui le 24 mars par les rebelles du Séléka, était l'unique candidat. Il a été élu sous les applaudissements par acclamation, sans vote.

I - LA SELEKA « LEGITIMEE »

Selon une source diplomatique occidentale, l'élection était en effet un passage obligé pour "donner un peu de légitimité" à Michel Djotodia avec "un habillage institutionnel" alors que ses hommes contrôlent le pays et la capitale.

LE MYSTERIEUX MICHEL DJOTODIA

Formé en URSS, M. Djotodia a d'abord été fonctionnaire au Plan, puis consul de Centrafrique, avant d'échouer deux fois aux législatives. Il passe à la rébellion en 2005, connait l'exil puis rentre dans son pays où il fonde le Séléka ("alliance", en langue nationale sango) en juin 2012. Moins d'un an plus tard, ce maître en stratégie et communication est le nouveau président centrafricain.

Elu pour 18 mois, cet homme réservé, voire mystérieux né en 1949 sans qu'on sache à quelle date exactement, aura la charge de « conduire ce pays à l'histoire mouvementée vers des élections libres et démocratiques et une nouvelle constitution après les dix ans du régime Bozizé ».

"Je mesure à sa juste valeur la porté et l'importance de la charge que vous venez de me confier. Je ne ne ménagerai aucun effort pour assurer de manière concertée la transition qui vient de commencer", a-t-il déclaré dans son premier discours en tant que chef de l'Etat, se posant en rassembleur et soulignant qu'il s'agissait d'une "transition".

"J'en appelle au bon sens et au patriotisme de tout un chacun afin que nous puissions relever les défis importants qui s'imposent à tous", a-t-il poursuivi.

Il a énuméré "la reconstruction de l'unité nationale, la sécurité sur toute l'étendue du territoire national, la recherche de la paix sociale, le redémarrage de notre économie", comme les tâches fixées au nouveau pouvoir.

LA PROFONDE CRISE CENTRAFRICAINE

L'offensive rebelle lancée en décembre, accompagnée de pillages, de viols et de meurtres qui n'ont pas cessé, a déjà détruit une partie du tissu économique du pays qui figurait déjà parmi les plus pauvres de la planète.

La sécurisation de cette ancienne colonie française avec des hommes en armes partout paraît une gageure dans un pays de 5 millions d'habitants où l'administration en partie détruite n'a jamais vraiment réussi à étendre son pouvoir.

Il faudra aussi éviter tout dérapage sur le plan religieux. De nombreux chrétiens craignent désormais une domination de l'islam alors que les rebelles parvenus au pouvoir sont majoritairement issus du nord musulman. M. Djotodia est d'ailleurs le premier musulman à devenir président de ce pays à majorité chrétienne.

Par le passé, le nouveau dirigeant s'était engagé à respecter les accords signés en janvier à Libreville entre les composantes politiques de la Centrafrique et qui lui interdisent de révoquer le Premier ministre Nicolas Tiangaye, issu de l'opposition au président Bozizé.

LE «CNT» CENTRAFRICAIN ET LA LEGITIMISATION DE LA REBELLION

La mise en place du CNT – le nom rappelle et c’est voulu l’opération occidentale en Libye – était l'une des recommandations du sommet des chefs d'Etat d'Afrique centrale réunis à N'Djamena le 3 avril qui cherchaient à normaliser la situation après la victoire militaire de la rébellion.

Ce Conseil est composé à la fois de membres du Séléka, de l'ancienne opposition au président déchu, de partisans de l'ancien régime, ainsi que d'anciens rebelles et personnalités de la société civile.

Vendredi soir, la radio avait annoncé que le CNT était passé de 97 à 105 membres, apparemment pour satisfaire des demandes de la société civile et de certains partis politiques. Ce chiffre de 105 correspond au nombre de députés dans l'ancienne assemblée nationale, alors que le CNT est appelé non seulement à légiférer mais aussi à jouer un rôle d'assemblée constituante.

Les personnalités de la société civile composent l'essentiel du CNT qui compte également de nombreux anciens ministres et députés.

En répétant être attaché aux accords de Libreville et en acceptant les recommandations de N'Djamena, le président Djotodia, « désormais plus légitime », écrit sans rire l’AFP, devrait pouvoir convaincre de réintégrer son pays dans le concert international après qu'il eut été suspendu par l'Union africaine et eut vu les aides extérieures gelées.

II - QUI SE CACHE DERRIERE LA SELEKA?

MAIS QUI SONT OFFICIELLEMENT LES REBELLES DE LA SELEKA, NOUVEAUX MAITRES DE BANGUI ?

Les rebelles de la Séléka – qui signifie « Alliance » en langue Sango, parlée en Centrafrique – ont pris, fin Mars 2013, le contrôle de Bangui, la capitale de République centrafricaine. Qui sont-ils ? Pourquoi ont-ils pris les armes contre le pouvoir de François Bozizé ?

Éléments de réponse apporté par le service Afrique de France 24 : « La Séléka est une coalition de petits mouvements qui s’opposent à François Bozizé », le président renversé. « Quand il a pris le pouvoir par la force en 2003, des mouvements rebelles hostiles au pouvoir sont nés, notamment l’Union des forces démocratiques pour le rassemblement (UDFR), puis trois ans plus tard, le mouvement rebelle Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP). Ils ont mené régulièrement des actions armées dans plusieurs régions du pays. En 2011, après la réelection de Bozizé à la tête de la Centrafrique, ces deux principaux groupes rebelles signent un accord de paix avec le gouvernement. Mais plusieurs factions dissidentes, issues des rangs de l’UDFR, du CPJP ainsi que de plusieurs autres petits groupes, se réunissent pour créer la Séléka, le 10 décembre dernier. Ils considèrent que les accords de paix conclus en 2011 n’ont pas été respectés par le clan Bozizé. »

La Séléka est dirigée par Michel Djotodia, « un ancien diplomate et fondateur de l’UFDR ». « Les porte-parole Djouma Narkoyo et Éric Massi sont également deux personnalités primordiales du mouvement. Éric Massi est le fils d’un ministre de François Bozizé qui a été tué après avoir fait défection ».

Entre décembre et janvier dernier, la rébellion est parvenue à contrôler les trois quarts du territoire centrafricain. « On peut se poser des questions sur l’importance du matériel dont ils disposent », réagit sur RFI Roland Marchal, chercheur au CNRS et spécialiste de la Centrafrique, pointant également du doigt « la bonne organisation militaire du groupe ». L’expert « suspecte le concours d’autres mouvements armés étrangers, notamment venus du Darfour et du Tchad ».

« La Séléka a pris les armes en décembre dernier et a alors entamé une "reconquête" du pays. De nouveaux accords de paix sont signés à Libreville, le 11 janvier 2013. Un gouvernement d’union nationale est formé, incluant plusieurs personnalités de la Séléka. Mais les rebelles ont de nouveau repris les armes, mercredi 20 mars ». « Les clauses essentielles de l'accord n'ont pas été respectées », estime Roland Marchal. Selon le chercheur, « le président centrafricain François Bozizé n’a pas mis en œuvre le partage des pouvoirs, ni la clause prévoyant l’intégration des insurgés dans l’armée ». Les promesses faites concernant la pacification n’ont pas non plus été tenues. « Sur ce point, les responsabilités sont beaucoup plus partagées », commente Roland Marchal.

ICI AUSSI DE «BONS ISLAMISTES» UTILES?

Mais derrière ces forces centrafricaines de la Seleka se cachent d’autres protagonistes.

« Rassemblement hétéroclite de différentes factions rebelles » selon l’APA.

Dans la galaxie Seleka, on trouve aussi l'Union des Forces Démocratiques pour le Rassemblement (UFDR) de Michel Djetodia qui guerroie contre Bozizé depuis 2006 dans le Nord Est. Djotodia, qui a été consul au Soudan et est musulman – son prénom de doit pas faire illusion -, « y a conservé de solides amitiés utiles à la Séléka aujourd'hui ».

On retrouve aussi dans cette galaxie « le fameux général Koumtamadji qui a été aux côtés de Kadhafi pendant ses derniers mois »,  a « rejoint en décembre, selon plusieurs sources, cette alliance. Koumtamadji, proche de Patassé, a pris les armes contre Bozizé depuis 2007 et s'est rapproché de lui grâce à la médiation libyenne pendant un temps ». Le général Koumtamadji alias Abdoulaye Miskine est dans cette alliance sous la bannière de son mouvement le Front Démocratique du Peuple Centrafricain (FDPC).

Comme les Touaregs du MNLA, instrumentalisés pour créer la crise malienne qui a permis l’intervention de l’OTAN avec la bénédiction de l’AFRICOM américain, eux aussi anciens protégés de la Jamahiriya libyenne, le FDPC a été récupéré par les Occidentaux et en particulier les Français de l’OTAN. C’était cela ou mourir et la politique a horreur du vide …

Le général Mahamat Moussa Dhaffane, « ancien Président de la Croix Rouge centrafricaine, guerroie aussi dans l'alliance sous la bannière de son mouvement ; la Convention patriotique pour la sauvegarde du Kodro (CSPK), Kodro signifiant la patrie en langue centrafricaine. Ce mouvement est de création récente : juin 2012 ».  « Le passé d'ancien étudiant en Arabie Saoudite du général Dhaffane est aujourd'hui exploité par le gouvernement de Bangui qui l'accuse de vouloir propager le wahhabisme », écrivait déjà Radio Cameroun avant la prise de Bangui.

« Mais la Seleka est-elle composée uniquement des Centrafricains ?, interrogeait encore Radio Cameroun, Rien n'est moins sûr ». Car il y a des miliciens tchadiens, de tendance islamiste, dans les rangs de la Séléka.

« Selon des sources sécuritaires tchadiennes, amplement reprises par le gouvernement centrafricain de Bozizé, de nombreux rebelles tchadiens issus des groupes du général Mahamat Nouri, du Colonel Ahmat Yacoub Kougou, de Timane Erdimi, d'Abdelwahid Aboud Mackaye, du Colonel Adouma Hassaballah guerroient dans les rangs centrafricains.

Différentes sources centrafricaines jointes par APA confirment la présence des Tchadiens dans les rangs rebelles ».

Enfin, il y a « la présence des Soudanais dans la rébellion centrafricaine », celle des milices islamistes Djandjawid, venues du Darfour voisin.

En janvier 2013, alors que s’amorçait l’offensive de la Séléka, Maurice Saramalé, de l’Observatoire Centrafricain des Droits de l’Homme (Ocdh), exprimait déjà  ses doutes sur la présence islamiste au sein de la Séléka : « Depuis le 10 décembre dernier, une horde hétéroclite de mercenaires de tout poil, majoritairement pour ne pas dire exclusivement composée d’étrangers enturbannés, disciples de la charia, a attaqué la République Centrafricaine pour y instaurer un régime islamique (…) Ils se sont malheureusement laissés convaincre par les chants de sirène de ces adversaires du progrès du pays, devenant ainsi de simples instruments de cette volonté de marchandisation de la société centrafricaine. Cette soif du pouvoir est hélas une obsession de certains leaders centrafricains, depuis des années, que de tout faire pour mettre un terme de façon brutale à l’expérience démocratique du pays.

C’est à la foi inadmissible et incroyable, ce qui se passe sous nos yeux. En quelques jours, un État souverain, dirigé par un président de la République élu au suffrage universel, qui a donc, il faut le rappeler, la légitimité des urnes, devient ainsi la cible d’une bande de hors la loi qui bénéficient de la bienveillance et la complicité de certains pays dits de grande démocratie. »

DERRIERE LA SELEKA : LA FRANÇAFRIQUE

ET DERRIERE ELLE LES GENERAUX DE L’OTAN ET DE L’AFRICOM…

Une « marchandisation » qui concerne au premier chef les ressources géostratégiques du pays : pétrole et uranium, le « moteur et le catalyseur de cette guerre d’agression contre la République Centrafricaine », selon Maurice Saramalé.

On se rappellera alors trois choses :

* La première que le régime de Bozizé à commencé par être lâché par Paris. « La France ne défend que ses ressortissants et ses propres intérêts », lui avait rétorqué François Hollande fin décembre. « La coalition rebelle Séléka menaçait alors déjà son pouvoir, et Bozizé tentait de convaincre le gouvernement français d’intervenir pour le sauver. Or, à Paris, on a visiblement analysé que cela ne correspondait pas à son intérêt stratégique. »

* La seconde est le projet américain, celui des néocons de Bush réactivé par Obama, dit du « Grand Moyen Orient ». Au sens de plus en plus large et où l’Afrique est devenue l’arrière cour de ce « Grand Moyen Orient » remodelé et de sa cible géostratégique, le contrôle de l’Eurasie, clé d’un « XXIe siècle américain ». Dans ce projet la tactique est simple, toujours la même : allier dans un état faible ou fragmenté un pouvoir militaire et des forces islamistes, tous deux gagnés à l’économie libérale (la première caractéristique des Frères musulmans, par exemple, est leur hostilité absolue au Socialisme).

* La troisième est que la France formera la future armée centrafricaine, selon un accord avec la Séléka.

On comprend mieux alors le nom du pouvoir « de transition » installé au pouvoir en Centrafrique – et que Paris aurait pu balayer sans problème -, ce CNT inspiré du CNT libyen de Benghazi …

 

Luc MICHEL

_____________________

 

Lire aussi :

Luc MICHEL, GEOPOLITIQUE / L’INTERVENTION FRANCO-BELGE DECRYPTEE : TIRER LES MARRONS DU FEU MALIEN POUR WASHINGTON

http://www.elac-committees.org/2013/01/15/pcn-spo-geopolitique-l%e2%80%99intervention-franco-belge-decryptee-tirer-les-marrons-du-feu-malien-pour-washington/

Luc MICHEL SUR RADIO CAMEROUN : MALI, SAHEL, LIBYE, PROCHE-ORIENT … LA STRATEGIE DU CHAOS EN ACTION !

Un vaste tour d’horizon géopolitique sur 30 ans de Guerres américaines en Eurasie et en Afrique !

Parmi les sujets abordés par : Mali, Sahel, Cameroun, Nigeria, Somalie, Guinée-Bissau, Congo, Algérie, Libye, Syrie, Irak, Afghanistan, Proche-Orient, Iran, Chine, Russie, Groupe de Shanghai et OTSC, USA et OTAN, AQMI, djihadisme, Al-Qaida, Kadhafi, Panafricanisme, « Grand échiquier », « Grand Moyen-Orient », « Théorie du Chaos », « Somalisation » …

AUDIO / Première partie : https://vimeo.com/58326402

AUDIO /  Seconde partie : https://vimeo.com/58326404

CENTRAFRIQUE. SELEKA 2.jpg

 

Source: EODE.ORG

mardi, 28 mai 2013

COALITION DE L'OPPOSITION SYRIENNE: AMERTUME ET «DELIRE DE VICTOIRE»

 

monde,syrie,coalition de l'opposition syrienne. amertume et «délire de victo,la coalition de l’opposition extérieure de la syrie,istanbul,genève ii,moaz el khatib,mohamed bouhamidi,in reporters-alger le 27 mai 2013

La Coalition nationale des forces de l'opposition et de la révolution syrienne (opposition extérieure) à Istanbul


La coalition de l’opposition extérieure de la Syrie réitère, à partir d’Istanbul, son exigence de réaliser  par Genève II ce qu’elle n’a pu obtenir par l’insurrection. Elle croit avoir beaucoup concédé en acceptant que la conférence se réunisse pour consacrer le départ d’El Assad au lieu de se réunir après ce départ. Moaz El Khatib, bon prince, propose même au président syrien de prendre une suite de cinq cent personnes et de quitter la Syrie, certainement par un de ces couloirs humanitaires que rêvait la France de Sarkozy dans sa superbe, sans lui garantir d’immunité contre une éventuelle action devant la justice internationale. En clair Moaz El Khatib met les pieds dans le plat et offre à un chef d’état laïc et plutôt moderne l’Aman Moyenâgeux des traditions bédouines qui constituent le fond de sa « pensée politique», alors qu’il est censé porter avec la caution française un projet de république citoyenne moderne. Ne cherchez pas dans la presse meanstream française une quelconque interrogation sur ces curieux mariages – c’est le cas de le dire depuis Taubira – entre le boniment démocratique de Fabius et les fantasmes bédouins ressuscités dans la tête de chefs avouant leur inféodation à des Emirats et des royaumes moyenâgeux.

La coalition a promptement refusé la largesse « royale » de Moaz El Khatib. Elle risquait de faire croire aux miliciens et aux mercenaires un manque de fermeté et de détermination de la part de  l’opposition « cinq étoiles », comme l’appellent désormais les syriens, en référence aux fastes de leur vie dans les grands hôtels. Les  dirigeants de la coalition savent d’instinct et d’expérience que ces « révolutions » enveloppées dans le langage et dans les motivations religieuses ne se reconnaissent que dans l’ultime et impossible identité de la politique à la religion. Par nature, les groupes islamistes, eux, fonctionnent au « plus radical » jusqu’à l’identité de l’acte humain à la prescription divine. Derrière la rodomontade, toute discussion doit porter sur les modalités du départ d’El Assad – et non sur la construction d’une autre Syrie, qui de toutes les façons est en train de naître – se dessine implacable la réalité de la défaite. Elle cherche à donner une impression de toute puissance et de gains tangibles en demandant, en exigeant comme préalable –en implorant en réalité – que le pouvoir montre « la sincérité de ses intentions »  par des « gestes simples » comme « cesser le feu » unilatéralement, se retirer de « certaines villes etc. Nous pouvons comprendre cette prolongation du « délire de la victoire »  chez des dirigeants syriens dont la survie politique est désormais grevée par la réalisation du seul but politique formulé jusqu’à présent, si on considère qu’il s’agit d’un but politique : le départ d’El Assad. Plus ce but est contrarié, plus la politique, elle, refait surface et avec elle la question soigneusement refoulée: Quelle Syrie veulent les syriens ? Premier accroc, les quarante mille djihadistes étrangers dont a parlé Lakhdar Brahimi, soixante quinze mille selon d’autres sources, les huit cents djihadistes européens dont parle la presse européenne, sont-ils concernés par la question et qu’ont-ils à faire dans la conférence de Genève II et qu’ont-ils à en faire ? La coalition ne peut espérer désarmer politiquement cette force étrangère qui fait l’essence de la « révolution syrienne » qu’en présentant à la masse considérable de miliciens syriens qui s’agglomèrent autour d’eux, des victoires plus évidentes que celles d’El Nosra, et donc au minimum l’expulsion de l’armée syrienne des « certaines villes », c'est-à-dire Alep et Homs essentiellement. Les sponsors de cette révolution –France, Angleterre, Qatar, Arabie Saoudite, Israël en douce - hors les USA qui se sont rendus à la réalité – subissent cette logique jusqu’au bout : ils ne peuvent réclamer ni proclamer moins que les djihadistes : le départ d'El Assad. Et partant, gêner les USA qui ne pourront qu’au prix de mille difficultés entraîner leurs comparses à accepter la nouvelle réalité et réduire de l’ampleur de la défaite.   

Les américains, eux, méditeront longtemps ce principe de précaution en politique : « on peut rattraper un retard, jamais une avance ».  Ils auraient quand-même besoin de fouiller dans les textes de Mao Tsé Toung pour se convaincre des bienfaits de l’autocritique même si, au fond, ils risquent de trouver à côté des vertus de cette méthode d’évaluation et d’espérance pour révolutionnaires cet axiome que dédaigne l’Hybris comme l’arrogance des puissants : « Nul rapport de force n’est immuable ».  
                    

Mohamed Bouhamidi

In Reporters-Alger, le 27 mai 2013.

HAILEMARIAM DESALEGN: «LA CPI MENE UNE SORTE DE CHASSE RACIALE ENVERS LES AFRICAINS»


HAILEMARIAM DESALEGN.jpg

Le Premier ministre éthiopien, Hailemariam Desalegn. © AFP


Déclaration du président en exercice de l'Union Africaine (UA), le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn.

 

La Cour pénale internationale (CPI) mène une sorte de chasse raciale en ne poursuivant que des Africains, a affirmé lundi le président en exercice de l'Union africaine (UA), le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn, après la clôture du sommet des chefs d'Etat de l'organisation à Addis Abeba.


Lors de la création de la CPI, l'objectif était d'éviter toute sorte d'impunité, mais désormais le processus a dégénéré en une sorte de chasse raciale, a-t-il déclaré, à l'issue d'un sommet qui a réclamé le transfert à la justice kényane des poursuites engagées par la CPI contre les président et vice-président kényans, pour crimes contre l'humanité.

Les dirigeants africains ne comprennent pas les poursuites contre ces présidents (les deux chefs de l'exécutif kényan), je pense donc que la CPI doit bien voir qu'elle ne devrait pas pourchasser des Africains, a-t-il poursuivi devant la presse.

Uhuru Kenyatta et William Ruto, élus respectivement en mars président et vice-président du Kenya, sont poursuivis par la CPI pour leur rôle présumé dans l'organisation des terribles violences ayant suivi le scrutin présidentiel de décembre 2007 au Kenya.

Ces violences s'étaient rapidement muées en affrontements entre communautés, accompagnés de meurtres brutaux, viols et mutilations, faisant plus de 1.000 morts et des centaines de milliers de déplacés en quelques semaines.

Le procès d'Uhuru Kenyatta doit commencer le 9 juillet à La Haye, siège de la CPI. Celui de William Ruto aurait dû débuter ce mardi, mais a été reporté sine die début mai.

99% des inculpés de la CPI sont Africains, cela montre donc que quelque chose est biaisé au sein du système de la CPI et nous contestons cela, a poursuivi le Premier ministre éthiopien.

Depuis sa création, la CPI a en fait inculpé une trentaine de personnes, tous des Africains, pour des crimes survenus dans huit pays d'Afrique (République démocratique du Congo, Centrafrique, Ouganda, Soudan (Darfour), Kenya, Libye, Côte d'Ivoire, Mali).

Mais les enquêtes ouvertes en RDC, Centrafrique, Mali et Ouganda l'ont été à la demande des Etats concernés, parties au Statut de Rome, fondateur de la CPI. Les affaires concernant le Darfour et la Libye - non signataires - l'ont été à la demande du Conseil de sécurité de l'ONU, tandis que le procureur de la CPI s'est autosaisi sur les dossiers kényan et ivoirien.

La CPI avait autorisé en 2010 le procureur à engager des poursuites en raison de l'inaction des autorités kényanes en vue d'établir les principales responsabilités dans les violences post-électorales de fin 2007-début 2008.

Plusieurs chefs d'Etat africains ont récemment accusé la CPI de cibler exclusivement des Africains.


Source: AFP

lundi, 27 mai 2013

LES PUISSANCES EUROPEENNES FINANCENT AL QUAIDA EN ACHETANT DU PETROLE PILLE EN SYRIE


PETROLE SYRIE REBELLES.jpg


D’après un article paru le 19 mai dans le journal britannique Guardian, l’Union européenne (UE) finance directement des terroristes islamistes sunnites soutenus par les États-Unis et luttant en Syrie contre le régime du président Bashar El-Assad. Ces groupes sont en train de piller le pétrole dans certaines parties de la Syrie orientale qu’ils contrôlent et de le revendre aux pays européens à des prix défiants toute concurrence.

Le Guardian écrit : « La décision de l’UE de retirer les sanctions contre le pétrole syrien pour aider l’opposition a accéléré une ruée pour le contrôle des puits et des pipelines dans les zones contrôlées par les rebelles et a aidé à consolider l’emprise des groupes jihadistes sur des ressources essentielles du pays. »

D’après le Guardian, les principaux bénéficiaires de la levée des sanctions de l’UE sont le Front Al Nusra et d’autres groupes terroristes islamistes du même genre. « Jabhat al-Nusra, affilié à Al Quaïda et d’autres groupes islamistes extrémistes, contrôle la majeure partie des puits de pétrole dans la province de Deir Ezzor, ils ont fait fuir des tribus sunnites locales, parfois par la force. Ils ont également pris le contrôle d’autres champs de pétrole contre des groupes kurdes plus loin au Nord-Est, dans le gouvernorat d’al-Hasakah. »

La décision de l’UE de reprendre le commerce avec des champs de pétrole tenus par Al Nusra dément complètement le mensonge selon lequel les puissances impérialistes mènent une guerre en Syrie pour obtenir un changement du caractère répressif du régime syrien. En fait, ils construisent et soutiennent des forces profondément réactionnaires qui oppriment la population.

Ces événements montrent également que la prétendue « guerre contre le terrorisme » — l’affirmation que Washington et l’UE luttent contre Al Quaïda, qui a servi de justification pour les invasions décidées par les États-Unis de l’Irak et de l’Afghanistan – est un mensonge. L’impérialisme arme et finance des groupes terroristes liés à Al Quaïda qui commettent de terribles crimes contre la population syrienne, livrant ses richesses à l’UE et à Washington.

La revue allemande Spiegel Online a récemment fait un reportage sur la manière dont les islamistes fournissent les marchés mondiaux en pétrole syrien à des prix sacrifiés : « Depuis février, le groupe rebelle Liwa al-Islam contrôle le champ pétrolifère d’al-Thaura dans le gouvernorat d’ar-Raqqah […] les rebelles d’al-Thaura vendent dix cargaisons de camions-citernes chaque jour. Ils se font de l’argent facile et demandent environ 13 dollars du baril. Sur le marché mondial, cependant, un baril se vend 100 dollars, mais cela n’a pas grande importance ici. »

Abu Saif, un autre combattant islamiste de la brigade Ahar, liée aux Frères musulmans donne une autre version de la façon dont les islamistes pillent la Syrie. Jabhat al Nusra investit dans l’économie syrienne pour renforcer sa position en Syrie et en Irak. Les combattants d’al-Nusra vendent tout ce qui leur tombe sous la main, du blé aux pièces archéologiques en passant par l’équipement industriel, les outils de forage, les voitures, les pièces détachées et le pétrole brut.

Pour sécuriser le pétrole, les terroristes assassinent toute personne qui leur barre la route. Dans un cas très connu, les combattants d’Al Nusra ont rasé le village d’al-Musareb près de Deir Ezzor, tuant 50 de ses habitants après une dispute avec des membres des tribus locales au sujet d’un pétrolier. Les meurtres de masse par lesquels les groupes terroristes contrôlent le territoire dont ils ont besoin pour approvisionner en pétrole l’impérialisme européen sont prouvés par des vidéos disponibles sur YouTube.

Les puissances impérialistes s’appuient sur des groupes terroristes dans le cadre de leur stratégie pour contrôler les vastes ressources énergétiques du Moyen-Orient et d’Asie centrale. Ces intérêts fondamentaux sous-tendent les guerres menées contre l’Afghanistan, l’Irak, et la Libye, ainsi que les préparatifs en cours d’une guerre contre l’Iran chiite – auquel le régime d’Assad à dominante alaouite est étroitement lié. Comme la Syrie, l’Iran a longtemps été sur la “liste noire” de l’impérialisme, depuis que Washington et ses alliés d’Europe et du Moyen-Orient le considèrent comme l’un des principaux obstacles au contrôle du commerce du pétrole dans le Golfe persique, et par conséquent du monde entier.

Ce viol de la Syrie arrache son voile à la décision cynique des organisations de la pseudo-gauche des classes moyennes – comme l’International Socialist Organisation (ISO), le parti allemand Die Linke, le Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) en France, ou encore le Socialist Workers Party (SWP) de Grande-Bretagne – de présenter la guerre en Syrie comme une « révolution ». Leur position de classe émerge clairement maintenant : elles applaudissent le pillage du pétrole syrien pour faire monter les profits des groupes pétroliers et en font une « révolution » et elles présentent les pillards comme des « révolutionnaires. »

Le soutien étranger de plus en plus fort accordé aux forces islamistes sunnites est accompagné de nouvelles menaces de la part de l’impérialisme américain et de ses alliés pour faire fuir Assad, et accélérer les préparatifs pour une intervention militaire directe.

Lors d’une conférence de presse avec le premier ministre turc Reccep Tayyip Erdogan jeudi dernier à Washington, le président américain Barack Obama a promis « d’exercer une pression de plus en plus forte sur le régime d’Assad et de travailler avec l’opposition syrienne. Nous sommes d’accord sur le fait qu’Assad doit partir. »

Vendredi, le chef de la CIA, John Brennan, a rencontré le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, le ministre de la Défense Moshe Ya’alon, le chef d’état-major de l’armée israélienne Benny Gantz, et le chef du Mossad Tamir Pardo pour discuter de la Syrie. Lors d’une réunion du gouvernement le lendemain, Netanyahou a menacé de lancer de nouveaux raids aériens contre la Syrie, disant qu’Israël agirait « avec détermination […] pour garantir les intérêts suprêmes de l’Etat d’Israël et empêcher le transfert d’armes sophistiquées au Hezbollah et à d’autres éléments terroristes. »

Israël a déjà bombardé Damas il y a deux semaines, ostensiblement pour empêcher des armes d’être transférées de la Syrie au Hezbollah. La milice chiite libanaise est un allié proche de la Syrie et de l’Iran et est considérée comme un des principaux obstacles à la domination militaire d’Israël au Proche-Orient.

Samedi, le président Syrien Bashar el-Assad a accordé un entretien au journal argentin Clarin et à l’agence de presse argentine Telam, depuis son palais de la capitale syrienne, Damas. Il a juré de rester au pouvoir, accusant Israël et d’autres « puissances étrangères » de soutenir l’opposition islamiste. « Israël soutient directement les groupes terroristes de deux manières, premièrement il leur accorde un soutien logistique, et il leur dit également quels sites attaquer et comment les attaquer, » a-t-il dit.

Il a nié que son gouvernement ait utilisé des armes chimiques, disant que « l’Occident » pourrait orchestrer une intervention en s’appuyant sur de fausses accusations : « L’Occident ment et invente des preuves pour déclencher des guerres ; c’est dans ses habitudes. »

Il a dit qu’une intervention est « une probabilité claire, en particulier maintenant que nous avons réussi à faire reculer les groupes armés dans de nombreuses régions de Syrie. » Cependant, il a ajouté « nous sommes prêts à parler à toute personne qui veut bien parler, sans exception. »

Assad a clairement dit qu’il espérait rester au pouvoir en convainquant Washington qu’il est un garant des intérêts américains plus fort et plus fiable qu’Al Quaïda dans la région : « l’Amérique est pragmatique. S’ils se rendent compte qu’ils sont battus et que le régime est vainqueur, les Américains trouveront un accord avec le pouvoir réel. »

Cette soumission à Washington montre la faillite du nationalisme arabe. En fait, comme le dit clairement le reportage du Guardian, Washington et ses alliés impérialistes européens financent et soutiennent l’opposition islamiste pour faire tomber le régime.

Le gouvernement d’Obama est également en train d’augmenter ses efforts pour parvenir à un accord avec Moscou, le principal allié de la Syrie. Le week-end dernier, le ministre des Affaires étrangères Russe Sergei Lavrov est tombé d’accord avec son homologue Américain John Kerry pour négocier une fin de la guerre syrienne. Au cours d’une telle conférence, Washington insisterait pour une sortie « négociée » d’Assad et son remplacement par un pantin plus manipulable approuvé par Moscou.

Lavrov cherche également à calmer les inquiétudes américaines et israéliennes concernant les possibles ventes de missiles russes à la Syrie. Il a insisté pour dire que ces armes « n’altéraient en aucun cas l’équilibre des forces dans cette région ou ne donnaient un avantage dans la lutte contre l’opposition. »

La Russie ne fournirait à la Syrie que des missiles de défense côtière SS-N-26, mais aucun SA-21 anti-aérien, dans le cadre d’une vente conclue en 2011. Lavrov a également juré que la Russie ne signerait aucun nouvel accord avec la Syrie.


Johannes Stern


Article original, WSWS,paru le 20 mai 2013


Source: MONDIALISATION.CA

AMADE OUEREMI: LES LEÇONS ET LES QUESTIONS D’UNE ARRESTATION

 

AMADE OUEREMI. RASSEMBLEMENT FRCI.jpg

Amadé Ouérémi (premier plan), lors d’un rassemblement des FRCI à Duékoué, dans l’Ouest de la Côte d'Ivoire.

 

«Ce chef de guerre qui défiait depuis une dizaine d’années l’autorité de l’État de Côte d’Ivoire, (depuis son fief de la forêt classée du Mont Péko en pays Wè, en pleine boucle du cacao), en y interdisant l’accès et en y cultivant du cacao, a été arrêté sans violence et devrait être transféré à Abidjan. Amadé OUREMI est soupçonné par des ONG internationales d’être impliqué dans les tueries survenues à Duékoué en Mars 2011, durant la crise postélectorale de Décembre 2010 à Avril 2011 qui a fait quelques 3 000 morts dans le pays.» (AFP)


Leçon 1 : Enfin ! Pour la première fois, un auteur direct des massacres en Côte d’Ivoire reconnu sans ambiguïté comme pro-OUATTARA par la communauté internationale et par les pro-Ouattara eux-mêmes, est arrêté, confirmant la leçon de Laurent GBAGBO, le 28 février 2013 à 16h59 à la Haye : « c’est ceux qui perdent les élections qui font la guerre ».

Question 1 : Pour une fois qu’on a un auteur direct des massacres post-électoraux qui fait l’unanimité, et que tout sachant sait que dans la forêt classée du Mont Péko, il n’y a pas d’usine d’armes, pas d’établissement bancaire, ni d’école de guerre,la Françafrique dans la toge de la CPI et les treillis de l’ONUCI aurait-elle le courage de faire arrêter les vrais co-auteurs indirects qui ont armé, financé et entraîné OUEDRAOGO Amadé Rémi dit Amadé Ourémi et son armée qui ont causé la mort de plus de 3000 Ivoiriens ?

Non ! Et d’ailleurs, en Côte d’Ivoire, personne ne sera surpris si OUEDRAOGO Amadé Rémi venait à disparaître ou à être  substitué par un « fou » devant le tribunal pour éviter de dérouler le fil d’Ariane ; ou encore si on l’accusait de tout sauf des crimes commis !

Question 2 : La Françafrique, ses juges et ses journalistes auront-ils le courage de reconnaître qu’il n’existe aucun lien entre cet unique auteur direct indexé par la clameur internationale qui est OUEDRAOGO Remi et le présumé co-auteur indirect, Laurent GBAGBO, le Président élu de la Côte d’ivoire, qui est pris en otage à la CPI ?

En effet, ce sont les vrais co-auteurs indirects des massacres post-électoraux qui dirigent aujourd'hui le peuple de Côte d'Ivoire et qui continuent de le massacrer. Cela a été publié dans tous les rapports des ONG qui ont voix à l'ONU, puisque la voix des Pro-Gbagbo reste inaudible.

Questions 3 : Tout le monde sait que OUEDRAOGO Amadé Rémi, grand criminel, responsable de crimes économiques et écologiques, est devenu un grand producteur de cacao, un vendeur d’ivoires et de bois. La guerre en Côte d’Ivoire qui est, en réalité, une guerre pour la mainmise des prédateurs de la filière françafricaine sur le cacao ivoirien a créé des centaines voire des milliers de OUREMI. Mais, OUEDRAOGO Amadé Rémi pour son infidélité à la Françafrique, ces derniers temps, causée par sa propension à vouloir vendre plus cher son butin de guerre, s'est détourné du réseau pour aller sur de nouveaux marchés.

N’est-ce pas la vraie raison qui fait du « démocrate » d’hier un dangereux terroriste aujourd’hui? Est-il plus terroriste que ses compagnons de guerre et leurs chefs politiques et militaires ?

côte d'ivoire,amadé ouérémi,les leÇons et les questions d’une arrestation,don mello ahoua,docteur ingénieur des ponts et chaussées,ancien ministre,le seigneur de guerre du mont péko

Leçon 2 : « La vérité est d’or et le mensonge de paille ». La vérité sur les élections en Côte d’Ivoire a fini par éclater. Le «  bénéficiaire » des fameux "54%" des voix des électeurs ivoiriens aux élections présidentielles de 2010, a été incapable de déplacer aux urnes, pendant les élections législatives, communales et régionales, la moitié de ceux-là mêmes qui sont supposés l’avoir porté au pouvoir et qui avaient intérêt à faire mentir les pro-GBAGBO en le prouvant à nouveau massivement dans les urnes. Avec l’arrestation de OUEDRAOGO Remi, et l’unanimité qui se dégage autour de ses crimes contre l’humanité, ses crimes écologiques et économiques depuis dix ans, le mensonge sur les pro-GBAGBO, considérés comme auteurs ou co-auteurs, soutenu par des films et des images dignes des  studios de cinéma internationaux les plus réputés, fait place à la vérité sur l'identité des véritables auteurs des crimes de l’histoire récente de la Côte d’ivoire.

Leçons 3 : La Françafrique, depuis les indépendances, a besoin, pour les basses besognes, de se déguiser pour prendre la couleur locale avant de se présenter aux Africains. En Libye après s’être déguisée en rebelles libyens, avec dans une main la bible des droits de l’Homme et dans l’autre les fusils de l’OTAN, elle s’est donnée le droit de massacrer en silence les Noirs de Libye et de traquer « l’infidèle » Kadhafi à grand bruit médiatique pour mettre la main sur le pétrole libyen et ses réserves financières dans les banques occidentales. Cela a, aujourd'hui, comme conséquence  l'instabilité en Libye où un groupe armé peut contraindre le gouvernement à un remaniement. Où est la démocratie ? Elle se trouve dans le pétrole pompé par le réseau françafricain. Mais, chut ! Silence, on pille démocratiquement!

L'autre leçon est le cas du Mali. Les « démocrates en arme de la Libye » qui se sont repliés au nord du Mali sont brusquement devenus de dangereux terroristes. Là encore, les coauteurs d'hier de la triste modification de cette région du Mali, ont revêtu leurs habits de libérateurs en fixant des zones de non droit et des dates d'élection en dépit du bon sens dans ce contexte très instable. Comme en Libye et au Mali, après avoir formé et armé des « démocrates » dont les OUEDRAOGO Remi dans l’ouest de la Côte d’ivoire pour massacrer le peuple Wê, la Françafrique se transforme en libérateur du peuple, après le génocide, en arrêtant un de ses « démocrates en arme » devenu terroriste parce qu’infidèle !

Leçons 4 : Depuis les guerres contre les « armes de destruction massive en IRAK », de destruction du « terrorisme » en Afghanistan, d'installation de la démocratie en Libye, en Côte d’ivoire et maintenant en Syrie, le mensonge est devenu une valeur démocratique, les rebelles sont des démocrates quand ils sont fidèles et terroristes quand ils deviennent infidèles et la protection du droit de pillage des matières premières est érigée en protection des droits de l’Homme. Les énormes butins de tous ces pillages sont enfermés dans les paradis fiscaux pour financer des rebellions au nom des « droits de l’Homme ». En Occident, ces mêmes détenteurs de paradis fiscaux qui fuient leur responsabilité dans la prise en charge  de la dette qui étouffe l’Europe, financent des élections pour porter au pouvoir ceux qui peuvent poursuivre cette prédation. Ces guerres sont cofinancées avec l’argent des contribuables occidentaux qui, en même temps qu'ils découvrent avec stupéfaction ces paradis, ploient sous le poids des dettes et du chômage, conséquences de ces guerres utiles uniquement pour les prédateurs et inutiles pour le reste de l’humanité. Malheureusement une partie de ces contribuables continue de croire que ces guerres poursuivent l’œuvre « civilisatrice » de l’Occident avec la déclaration des droits de l’Homme à la place de la Bible.

Ce monde serait plus heureux si les conflits pouvaient se résoudre selon le vœu des pères fondateurs de l’ONU, sans coup de canon et pour ainsi épargner des vies humaines.

Si les complices et co-auteurs indirects de OUEDRAOGO Remi  avaient accepté la solution pacifique de recomptage des voix au lieu du comptage des morts, la Côte d’Ivoire multiethnique et multiraciale n’aurait pas disparue au profit d’une Côte d’Ivoire dirigée par un pouvoir ethnique et génocidaire où les compétences militaires, policières et civiles sont traquées pour faire prospérer des chasseurs traditionnels et des compétences semi-finies.

 

DON MELLO Ahoua

Docteur Ingénieur des Ponts et chaussées,

Ancien Ministre.

LIBYE: LA BOITE DE PANDORE DE L'OTAN

libye,libye la boîte de pandore de l’otan,françafrique,mouammar kadhafi,otan,luc michel


Attentats au Niger: «Les assaillants venaient de Libye», selon le président nigérien Mahamadou Issoufou…

 

C’était fin février 2011, quelques jours après le début du coup d’état insurrectionnel de Benghazi, organisé par la CIA et l’OTAN, avec ses kollabos « libyens ».  Moammar Kadhafi, qui avait déjà pris la mesure de ses adversaires, venait de dénoncer la présence des djihadistes d’al-Qaida à Benghazi, Derah et Tripoli, affirmant « ce sera moi ou le chaos islamiste ». Soulevant l’ironie de tous ces analystes, experts et journalistes qui aujourd’hui – toujours après l’événement -, deux ans plus tard, daubent sur la « guerre au terrorisme » et le « danger djihadiste ». Kadhafi avait raison !

LA LIBYE MADE IN NATO EPICENTRE DE LA DESTABILISATION DU MAGHREB ET DU SAHEL

L’exemple nigérien, après ceux de Libye et du Mali, est là, à nouveau, pour le démontrer.

Les auteurs des deux attentats-suicide perpétrés jeudi au Niger, contre un camp militaire à Agadez et contre un site du groupe nucléaire français Areva à Arlit, « venaient de Libye », a en effet affirmé ce samedi le président nigérien Mahamadou Issoufou, interrogé par France 24. « Les assaillants, selon toutes les informations que nous avons eues, venaient de Libye, du Sud libyen », a déclaré M. Issouffou, confirmant des informations déjà avancées par des responsables nigériens sitôt après les attentats, revendiqués par le Mouvement pour l’unité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), groupe islamiste armé chassé du Mali par l’intervention des forces militaires françaises et africaines.

Ces attaques confirment que « la Libye continue d’être une source de déstablisation pour les pays du Sahel », a ajouté M. Issoufou qui s’exprimait à l’issue d’une rencontre avec le patron du groupe Areva – un des fers de lance de la Françafrique -, Luc Oursel, dont un employé a été tué et 14 blessés dans l’attentat d’Arlit.

A Agadez, l’attaque a fait 24 morts, et au total, une dizaine de jihadistes ont été tués, selon le dernier bilan de Niamey.

« J’avais déjà prévenu depuis le déclenchement de la crise libyenne (…) qu’il fallait éviter que les solutions après la défaite de Kadhafi soient pires que le mal et j’avais précisé que si l’Etat libyen se somalisait ou tombait entre les mains d’intégristes, la solution serait pire », a-t-il souligné.

« Aujourd’hui la situation est très difficile, les autorités libyennes font le maximum pour la contrôler, mais le fait est là: la Libye continue d’être une source de déstablisation pour les pays du Sahel », a-t-il dit.

Des autorités libyennes dont le pouvoir se limite à quelques quartiers de Tripoli ou Benghazi. Des régions entières, tombées sous la coupe de milices islamistes, véritables armées régionales, – Derah, Zlinten, Misratta … – échappant totalement à leur pouvoir débile.

Selon de nombreux experts – que l’on aurait aimé entendre il y a deux ans -, le Sud libyen est devenu au cours des derniers mois l’un des sanctuaires où se sont reformées les cellules d’Al-Qaïda au Maghreb islamiste (Aqmi) et autres groupes islamistes armés après l’offensive française au Mali. Ils y trouvent relais, arsenaux et sanctuaires, sous la protection de leurs épigones des milices islamistes, issues des katibas djihadistes du CNT. Et jusqu’au sommet de ce qui reste de l’état libyen en voie de somalisation.

Sitôt après les attentats, les autorités nigériennes avaient déjà pointé la Libye voisine: « les kamikazes viennent effectivement de Libye », « un sanctuaire des terroristes », avait ainsi assuré un haut responsable civil de la région d’Agadez.

On se souviendra que la Libye était aussi directement impliquée dans l’attaque terroriste du site gazier de Tigantiroune (In Amenas, Algérie) (1).

LE MAUVAIS SIGNAL DES USA ET DE L’OTAN

Le déclencheur de l’activisme terroriste des djihadistes au Sahel et au Maghreb comme en Europe est en effet la réponse à un signal fort, et extrêmement irresponsable, donné depuis plus de deux ans par les USA et l’OTAN : la collaboration des services spéciaux de l’OTAN, et singulièrement de la CIA, des français et des britanniques, avec des leaders d’Al-Qaida et d’AQMI, sa branche nord-africaine, en Libye, en Syrie et en Algérie.

La vision, exemple emblématique, d’un ancien de Guantanamo, Abdelhakim Belhadj, adoubé par les généraux de l’OTAN, français en tête, comme « gouverneur militaire de Tripoli » en Août 2011 est un mauvais signal donné à tous les djihadistes. Relire les déclarations délirantes des généraux français de l’OTAN lors de la prise de Tripoli en Août 2011…

Le même Abdelhakim Belhadj fut ensuite chargé de mission contre Damas en novembre 2011, à la tête d’une brigade en Syrie, basée en Turquie, et dont les camps d’entrainement étaient précisément organisés en Libye avec la bénédiction du CNT et de ses protecteurs de l’OTAN.

LE PROJET GEOPOLITIQUE DES USA ET LE SCENARIO DU DIABLE

libye,LIBYE LA BOîTE DE PANDORE DE L’OTAN,françafrique,mouammar kadhafi,otan,Luc MICHEL

Les USA, l’OTAN et singulièrement la France payent cash le prix fort pour cette politique aventuriste et irresponsable.

Et ce n’est que le début. Les djihadistes ont le vent en poupe, disposent maintenant de relais forts et de gouvernements favorables en Libye, Egypte, Tunisie et Maroc. Où les Salafistes et les Frères musulmans dominent maintenant la vie politique. Toujours sous la protection de généraux « arabes » protégés des USA et de l’OTAN.

A cela s’ajoutent le pillage des arsenaux libyens par les « katibas » djihadistes du CNT et la vente par les dirigeants corrompus du CNT libyen d’un impressionnant arsenal à AQMI aux début du coup d’état en Libye, en mars-mai 2011 (notamment des ventes de missiles exposées par le CANARD ENCHAINE à Paris, à l’époque).

Sans oublier aussi la Centrafrique, où les occidentaux, pas échaudés apparemment par les désastres libyen et malien, ont rejoué le scénario maudit, le scénario du diable, installant au pouvoir la Séléka et ses islamistes ; via un nouveau CNT (2). On comprend mieux alors le nom du pouvoir « de transition » installé au pouvoir en Centrafrique – et que Paris aurait pu balayer sans problème -, ce CNT inspiré du CNT libyen de Benghazi …

Derrière ce scénario du diable, il y a le projet géopolitique américain, celui des néocons de Bush réactivé par Obama, dit du « Grand Moyen Orient ». Au sens de plus en plus large et où l’Afrique est devenue l’arrière cour de ce « Grand Moyen Orient » remodelé et de sa cible géostratégique, le contrôle de l’Eurasie, clé d’un « XXIe siècle américain ». Dans ce projet la tactique est simple, toujours la même : allier dans un état faible ou fragmenté un pouvoir militaire et des forces islamistes, tous deux gagnés à l’économie libérale (la première caractéristique des Frères musulmans, par exemple, est leur hostilité absolue au Socialisme). Pour arriver cela, il faut évidemment s’allier au diable djihadiste !

LA SCHYZOPHRENIE DES USA ET DE L’OTAN

La politique des USA et de l’OTAN, dont la France des Sarkozy et Hollande – qui a enterré la politique du générale de Gaulle aussi bien au niveau européen qu’arabe – réintégrée dans l’OTAN est le bon élève servile, peut être qualifiée de schizophrénique. Chaque jour de jeunes soldats sont sacrifiés en Afghanistan, en Irak ou au Mali pour combattre des djihadistes. Que par ailleurs on a armés et organisés, comme allié principal, en Libye ou en Syrie. Incohérence ou cynisme …

Schizophrénie qui touche aussi les services spéciaux de l’OTAN. Ainsi les branches Sécurité intérieure des Services français, britanniques ou belges, qui doivent suivre les djihadistes et autres salafistes en Europe, doivent regarder d’un drôle d’œil leurs collègues des branches Action extérieure et du Service Action qui ont encadré et armé les mêmes islamistes en Libye ou le font encore contre la Syrie. En particulier les barbouzes française qui ont organisé les livraisons d’armes aux Brigades de Zenten et de Tripoli en juin 2011, avant de remettre la capitale libyenne à leur chef Abdelhakim Belhadj.

La participation de la France et de nombreux pays de l’OTAN au projet américain dit du « Grand Moyen-Orient », celui de Bush et des Neocons réactivé par Obama, où les Européens se chargent par ailleurs de tâches que même les généraux du Pentagone refusent d’accomplir, à un prix. Celui ci est aujourd’hui élevé. Il le sera encore plus demain !

Les USA, qui ont aidé Ben Laden à organiser Al-Qaida au début des Années 80 en Arabie Saoudite et en Afghanistan contre les Soviétiques, puis les mêmes réseaux en Bosnie au milieu des Années 90 contre la Yougoslavie de Milosevic, connaissent bien ce prix. Washington le paye depuis plus de 15 ans.

Les leçons de l’Histoire semblent ne jamais être comprises des politiciens occidentaux.

En Libye, l’Occident – USA, NATO, Françafrique -, en détruisant la Jamahiriya de Kadhafi, facteur de stabilité, de paix et de sécurité, amie de la Grande-Europe, a ouvert sa boîte de Pandore. Il va le payer longtemps et jusqu’au cœur des capitales de l’UE …

Avec AFP – France 24 – PCN-SPO – ELAC Website / 2013 05 25 /


Luc MICHEL


http://www.lucmichel.net/2013/05/25/elac-alac-committees-libye-la-boite-de-pandore-de-lotan/

https://www.facebook.com/notes/elac-committees/-elac-alac-committees-libye-la-bo%C3%AEte-de-pandore-de-lotan/315731048556824

___________________

(1) Cfr. ELAC & ALAC Committees / LA LIBYE DU CNT MADE IN NATO IMPLIQUEE DANS L’ATTAQUE D’IN AMENAS EN ALGERIE !

sur:

http://www.elac-committees.org/2013/02/18/elac-alac-committees-la-libye-du-cnt-made-in-nato-impliquee-dans-l%e2%80%99attaque-d%e2%80%99in-amenas-en-algerie/

(2) Cfr. Luc MICHEL, SELEKA ET CRISE EN CENTRAFRIQUE: LE DESSOUS DES CARTES

sur:

http://www.eode.org/eode-think-tank-geopolitique-seleka-et-crise-en-centrafrique-le-dessous-des-cartes/

__________________

Photo: Dessin de Chapatte pour Le Temps.

Le sénateur américain John McCain, en visite dans le bastion du CNT à Benghazi en mai 2011. « USA you have a new ally » (sic).

libye,libye la boîte de pandore de l’otan,françafrique,mouammar kadhafi,otan,luc michel


Source: TSIMOKI GASIKARA

samedi, 25 mai 2013

LA DEFAITE IMPERIALE EN SYRIE ET LA NAISSANCE D'UN MONDE BIPOLAIRE

 

syrie,la défaite impériale en syrie et la naissance d’un monde bipolai,mohamed bouhamidi

 
Par petites touches et sur le terrain, se dévoile la réalité des discussions entre Poutine, Lavrov et Kerry. Malgré son apparence de gag ou d’euphorie inopinée, l’idée de Hollande d’expliquer à  Poutine où se trouvent les intérêts de la Russie, participe à ce dévoilement : l’accord russo-américain a surpris le pouvoir français. De nombreuses analyses, sur les sites alternatifs, démontraient pourtant une nette répugnance de l’exécutif américain à intervenir directement dans la guerre faite à la Syrie. L’option américaine, depuis l’arrivée d’Obama, d’une « stratégie par l’arrière » comme l’a exposée Hillary Clinton dans l’agression de la Libye n’était pas une option intermittente  mais une nécessité des buts assignés à Obama par le système après les dégâts considérables financiers et de communication ou d’image de la guerre de démolition de l’Irak et d’occupation de l’Afghanistan.  Cette « stratégie par l’arrière » ne signifiait  pas l’absence US ni du théâtre d’opération ni de la direction des opérations. Sans la destruction des défenses aériennes  libyennes et sans la fourniture des bombes et munitions US les avions anglais et français n’auraient pu mener leurs attaques avec autant de facilité.
 
L’annonce d’une conférence Genève II sur la Syrie a d’abord porté ce premier message que les USA avaient décidé quelque chose avec les Russes sans  prévenir personne. Beaucoup d’observateurs et d’analystes attiraient l’attention que la ligne de résistance qui s’organisait autour de la Syrie à la politique d’agression US signifiait la fin du monde unipolaire issu de la fin de l’URSS et de la chute du mur de Berlin. Bien sûr la presse aux ordres continuait à expliquer le véto russo-chinois par le ressentiment et le désir de vengeance.  La presse des oligarques n’a pas pour mission d’ouvrir les yeux des opinions publiques mais de droguer leurs cerveaux. Il n’était pas dit, cependant, que la fin pressenti de ce monde unipolaire allait déboucher aussi brutalement  sur un monde bipolaire. L’accord Russo-américain sur la Syrie n’est pas un nouveau Yalta et n’a pas l’ambition de l’être dans cette forme et en l’état actuel mais il change substantiellement la donne. Il la change tellement que Cameron puis Netanyahou se sont précipités à Sotchi, que Cameron a prolongé le voyage vers Washington suivi d’Erdogan et que Hollande a mis ses conditions à l’application de l’entente :  Genève II doit enregistrer la reddition honteuse d’El Assad ou ne sera pas et hors de question d’enregistrer la présence de l’Iran. On pourrait en rire si cette dénégation de la réalité n’était aussi triste pour le pays France.
 
Pourtant quelques heures après les discussions, Kerry confirmait la demande américaine de départ d’El Assad... de façon un peu vague, sans mettre de calendrier et surtout sans en faire une condition de Genève II.  Obama récidive en recevant Erdogan. Quel élément a échappé à Hollande qui a réagi comme le partenaire trahi, le partenaire qu’on a poussé devant pour le lâcher au milieu des flots ? Qu’est-ce qu’Obama a expliqué à Erdogan pour que ce dernier continue à exiger le départ du président syrien en oubliant les armes chimiques pièce essentielle pour une éventuelle intervention US ? Qu’est-ce que Netanyahu a compris pour oublier ces mêmes armes chimiques mais continuer à menacer ?
 
Il semble bien que Poutine, Kerry et Lavrov se sont entendus pour cerner la crise syrienne dans ses dimensions régionales et exclure par cet accord toute extension vers une crise mondiale. Il n’y aura donc pas d’implication américaine directe et par conséquent, pas d’intervention de l’OTAN. L’accord prend acte, par contre, de la dimension régionale.  Israël, Turquie, Arabie Saoudite, pourront continuer à agir contre l’état syrien et soutenir la subversion rebelle. L’Iran et le Hezbollah, voire une partie de l’état irakien pourront soutenir la résistance de l’armée et du peuple syriens. Les USA et la Russie pourront évidemment soutenir et coordonner les forces de leurs camps respectifs et poursuivre leurs propres buts mais en s’excluant tout acte pouvant les entraîner comme acteurs directs et donc risquer un conflit mondial. Là dedans la France et l’Angleterre sont évidement hors jeu en dehors de l’action des forces spéciales ou des aides militaires et financières.  
 
Nous sommes entrés dans une phase de bipolarisation par la mise en place d’un dispositif de guerre contrôlée. La conférence « Genève II » sera le cadre ouvert d’une négociation régionale qui accompagnera la guerre sur le terrain jusqu’à ce que cette dernière finisse par convaincre l’un des acteurs de sa défaite. C’est déjà un pas immense des USA vers la reconnaissance de leur statut de puissance cogérante du monde.  Et un pas vers la reconnaissance de leur échec en Syrie.    
 
 
Mohamed Bouhamidi
             
 
In Reporters-Alger, le mardi 21 mai.

vendredi, 24 mai 2013

COLLOQUE INTERNATIONAL D’HOMMAGE A HENRIETTE DAGRI-DIABATE, UNE VASTE IMPOSTURE

 

côte d'ivoire,henriette dagri-diabaté,colloque international d’hommage à henriette dagri-diabaté,une vaste imposture,alain bouikalo juriste-consultant

 

Du 13 au 15 Mai 2013, l’actualité ivoirienne a été marquée par un événement majeur. En effet, à l’initiative du ministère de la culture et de la Francophonie, il fut organisé un colloque international d’hommage à la grande chancelière Henriette Dagri-Diabaté. A l’occasion, la grande chancelière fut présentée sous deux angles. L’on parla de l’historienne puis de la femme politique. Si les initiateurs du colloque avaient choisi de n’aborder que la femme dans sa dimension d’historienne, on aurait ôté le chapeau pour s’incliner devant l’éclatante œuvre scientifique de notre chancelière. Malheureusement, il fut associé à l’image de celle-ci, le triste manteau politique qu’elle porte. On se surprend même à se demander si le colloque n’avait pas été guidé par l’étoffe politique. Il est évident que si notre chancelière n’avait pas exercé de mandat politique, elle ne serait pas chancelière, membre influente de la dictature d’Abidjan. En conséquence, il n’aurait pas été possible au ministère de la culture et de la Francophonie d’initier ce colloque. On dira également que l’initiative aurait pu naitre des années avant car, elle exerça en tant que Ministre de la culture dans le gouvernement Ouattara (1990-1993), Ministre de la culture et de la francophonie sous la transition militaire (Janvier-Mai 2000), Ministre d’Etat, garde des sceaux, Ministre de la justice, sous Laurent Gbagbo (2003-2006) l’opportunité d’un colloque international n’avait-elle pas été détectée durant ces années? Cette question aide à porter une lumière crue sur l’imposture baptisée colloque international d’hommage… Laissons donc de côté Henriette Diabaté historienne et penchons nous sur la grosse cicatrice de son parcours, c’est-à-dire, la femme politique. Mais bien avant, marquons notre étonnement face à l’attitude de ces grands intellectuels qui soit n’ont pas subodoré l‘imposture – chose invraisemblable –, soit, bien que le sachant, se sont rendus complices de la manipulation et de la falsification.

La complicité des intellectuels

En Afrique comme partout ailleurs, l’intellectuel inspire respect, admiration. Il est une référence pour la société, un éclaireur. Ses positions, dans bien des cas, font autorité. S’il en est ainsi, c’est parce qu’il a en lui, un bagage de connaissances dont il se sert pour apporter la lumière. Du haut de son savoir il a la capacité de distinguer la bonne graine de l’ivraie. Mais si avec tous ses parchemins, il ne réussit pas à voir venir vers lui le faux, soit il en est lui-même le concepteur, soit il en partage l’esprit. A quoi avons-nous assisté lors du colloque? Une foultitude d’universitaires que nous pouvons classer en trois groupes. Le 1er groupe -majoritaire- est constitué des universitaires du Rassemblement Des Républicains (RDR), parti d’Henriette Dagri Diabaté. Le second d’universitaires venus des autres pays d’Afrique, qui maitrisent certainement moins les méandres de la vie politique ivoirienne et le 3ème, un ensemble d’enseignants qui pour l’essentiel, ont fait les bancs avec la chancelière ou ont été ses étudiants ou collègues. Si l’on interroge ces groupes, ils répondront sans aucun doute qu’il s’agit d’honorer une universitaire et que le savoir transcende les positions politiques. Cependant ce n’est pas une partie de l’universitaire qui est célébré c’est plutôt l’universitaire dans sa globalité, c’est-à-dire son parcours. L’initiateur du colloque a eu la brillante idée de mettre dans un même panier, l’historienne et la femme politique. Il s’agit donc d’une double mission, poser deux couronnes. L’une pour son titre de professeur titulaire d’histoire et l’autre pour son haut combat politique (sic)! Quel est cet intellectuel qui aurait pris son courage à deux mains, lors des panels, pour déchirer le laid cocon dans lequel est enfermé le rôle politique de la grande chancelière? Aucun. C’est à ce niveau que se situe la complicité des intellectuels qui ont accepté d’accompagner le faux jusqu’aux portes de chaque ivoirien. Et ce n’est pas tout. La complicité, c’est aussi la création d’un prix portant le nom de la grande chancelière. Il s’agit du prix de l’éducation et de la culture. Ce prix est tout un message et l’on devine déjà toute la littérature laudatrice qui l’accompagnera. Elle alliera déformation et malformation. Mais cela n’affranchira pas ce prix de la cicatrice du parcours de Dame Henriette Dagri-Diabaté. Un prix a une histoire, une philosophie, une morale et un enseignement à dégager. Le récent prix imposé sous l’œil complice de ces intellectuels ivoiriens, se détachera-t-il du rôle politique de sa « marraine »? Dira-t-il que sa « marraine » a eu un parcours sans cicatrice? Bref. On ressent comme une admirable trahison, la déformation de notre jeune histoire, par des intellectuels démissionnaires.

La femme politique qui n’est pas Jeanne d’Arc

Saisir la grande chancelière dans sa dimension politique, c’est s’attendre à jouer sur deux tableaux. Le 1er tableau la présente comme la militante du Pdci-Rda et le 2nd, comme une militante du Rassemblement des Républicains (RDR). Intéressons-nous au deuxième tableau. Pour mieux le comprendre il importe de suivre la logique des intervenants. En effet, selon eux, la grande chancelière, a par son engagement politique, délivré la Côte d’Ivoire. Elle est donc selon Affoussiata Bamba « la Jeanne d’Arc du Rdr et même du 21ème siècle ». Pour le prof Penda M’Bow « on n’a pas à aller chercher Jeanne d’Arc pour parler d’Henriette Dagri Diabaté… » Autrement dit, elle est déjà Jeanne d’Arc ou elle la supplante. L’image parfaite de la grande chancelière découle plus de sa fonction d’enseignante que de son rôle politique. En tant qu’enseignante, il serait hasardeux de la comparer à Jeanne d’Arc d’autant que celle-ci n’était –selon les versions officielles- qu’une petite analphabète. Parler de son courage, de son intelligence, on pourrait comparer plusieurs femmes ivoiriennes à Jeanne d’Arc partant d’Henriette Diabaté à Irié Lou Colette en passant par le Prof Jacqueline Lohoues-Oble (1ère femme agrégée de droit privé en Afrique). Au regard de ces exemples, on déduit que la comparaison faite ne vise que le terrain politique. Mais là encore, nous sommes saisis d’effroi. On sait que Jeanne d’Arc avait reçu la «divine mission » de libérer le royaume de France de l’envahisseur anglais. Elle réussit, à la tête des troupes, à libérer Orléans –qui était au bout de la reddition- à marcher sur Reims et légitimer le roi Charles VII. Bien qu’ayant été arrêtée, le courage qu’elle insuffla aux troupes, permit à celles-ci de multiplier les conquêtes, alliant négociations et victoires. Bref, Jeanne d’Arc a combattu contre l’occupation anglaise, par patriotisme. Quid de la grande chancelière?

A la tête de son parti le Rdr, elle a transformé ce parti en l’aile politique de la rébellion armée pro-Ouattara qui a attaqué la Côte d’Ivoire en septembre 2002. Il s’agit d’une attaque contre les institutions de la République. Contrairement à Jeanne d’Arc qui se battit pour tenir la France débout, la grande chancelière et son parti se sont ingéniés à affaisser la Côte d’Ivoire durant près de 10 années. La sauvegarde des institutions n’était guère une priorité. Pour être la « Jeanne d’Arc du 21è siècle » il aurait fallu que notre chancelière se tienne courageusement devant les troupes du Rdr pour dénoncer et combattre auprès des autorités constitutionnelles. Au contraire, ceux des membres du Rdr qui ont dénoncé l’attitude traitresse de leur parti, ont été ostracisés. Aujourd’hui, le Député Mamadou Ben Soumahoro est en exil, Thierry Légré, ancien Président du Cercle Alassane Dramane Ouattara (CADO) est aussi en exil. Le Ministre Jean Jacques Béchio après avoir été sauvagement battu par les hommes de Ouattara a séjourné dans ses goulags du nord. Les cadres du Mpci, sont des cadres du Rdr: Affoussiata Bamba qui considère la chancelière comme la jeanne d’arc du 21ème siècle, fut porte-parole du mouvement rebelle avant de devenir Député Rdr puis Ministre de la communication (porte-parole adjointe du gouvernement). Quelle Coïncidence! Idem pour Soro Guillaume et tous les Ministres et députés du Mpci. Jeanne d’Arc s’est-elle alliée aux anglais pour combattre la France? Comment Jeanne d’Arc peut-elle être l’égérie de la chancelière quand tout les oppose –dans la forme comme dans le fond- La grande chancelière n’a mené aucun combat de libération de la Côte d’Ivoire. Bien au contraire, elle a fait emprisonner la Côte d’Ivoire dans les fers de la domination française, de la dictature et de la promotion des contre-valeurs. Quand par son soutien visible ou invisible, des rebelles et mercenaires burkinabè mettent en coupe réglée un pays et se hissent au pouvoir, il est totalement abject de louer « la bravoure » de notre chancelière. Le colloque a eu le mérite de taire cette cicatrice du parcours de la chancelière pour ainsi la présenter comme celle dont le courage est en passe de faire de notre pays, un pays étrangement émergent. Voici une fausse histoire qui est en train d’être écrite par les vainqueurs de la guerre. Une histoire contre la mémoire collective. Une laide histoire!

« La femme n’est pas une lame qui déchire la société…», disait Henriette Dagri Diabaté. Pourtant, la société ivoirienne a été déchirée grâce à la complicité d’une historienne célébrée par son parti sous le couvert d’un colloque international. C’est de l’imposture pure et simple. Si la promotion d’une société des valeurs se marie avec le maquillage de l’histoire, autant conclure que la Côte d’Ivoire est mal partie.


Alain Bouikalo, Juriste-consultant.

jeudi, 23 mai 2013

LE NOUVEAU «MIRACLE IVOIRIEN» DEVRA ATTENDRE APRES-DEMAIN


BUS SOTRA ET ELEVES A ABIDJAN.jpg

Abidjan, la capitale ivoirienne - AFP


Deux ans après l’arrivée au pouvoir d’Alassane Ouattara, la reprise de l’économie ivoirienne donne des signaux ­contradictoires : la croissance flambe, mais la réconciliation nationale patine et la population peine encore à en bénéficier.

 

Est-ce un signe ? Les avions Paris-Abidjan sont pleins. Malgré la toute nouvelle ­concurrence de Corsair, Air France, qui vient déjà de porter en avril de 7 à 10 le nombre de ses vols hebdomadaires vers la Côte d’Ivoire, y mettra en service en 2014 son plus gros-porteur, l’Airbus A380. Dans le centre de la capitale ivoirienne, ce petit Manhattan africain défraîchi par quinze ans de crises, les travaux de voirie et de rénovation congestionnent aujourd’hui la circulation avec une belle régularité, les hôtels débordent d’hommes affairés, parlant toutes les langues. Alors que le président ivoirien fête aujourd’hui le deuxième anniversaire de son arrivée compliquée au pouvoir, après une sanglante guerre civile post-électorale, ces témoins d’une singulière activité font écho à d’autres signaux. La Côte d’Ivoire tournerait la page de plus d’une décennie de parenthèse économique : Alassane Ouattara a d’abord promis d’en faire un « pays émergent à l’horizon 2020 »; le 7 janvier dernier, la directrice générale du FMI, Christine Lagarde, déclarait sur les bords de la lagune Ebrié que « l’heure d’un deuxième miracle ivoirien est venue » ; fin mars, le Fonds révisait à la hausse la croissance économique du pays, à un rythme « chinois » de + 9,8 % et prévoit près de 9 % cette année ; le 11 avril, le Premier ministre, Daniel Kablan Duncan, assurait enfin que le pays allait devenir un « petit Dubaï »…

A l’évidence, on n’en est pas encore là. La Côte d’Ivoire est sous l’assistance internationale de l’initiative PPTE (pays pauvre très endetté), 168e – sur 186 – dans l’indicateur de développement humain du PNUD et 50 % de sa population est pauvre. Et pourtant… A Abidjan, deux ans après la « normalisation » politique, une frustration est palpable : le décalage est grand entre l’étendue des « possibles » du pays et une fragilité dont témoignent les casquettes jaunes des services de sécurité, toujours plantés devant les administrations, les sociétés ou les hôtels. « On sent un plafond de verre », résume Alexandre Vilgrain, président du groupe agroalimentaire Somdiaa et du CIAN (Conseil français des investisseurs en Afrique). Entre espoir et déception, la Côte d’Ivoire est dans un complexe entre-deux.

S’il n’y a pas encore de miracle, on se réjouit au moins d’une bonne surprise. Les dégradations, les destructions, les exactions et l’absence d’Etat pendant toutes ces années n’ont pas abattu le pays. « On s’est rendu compte que la Côte d’Ivoire avait des racines solides, qui lui ont permis non seulement de ne pas sombrer, mais même de rebondir aujourd’hui », estime Jean Kakou Diagou, président du groupe de bancassurance NSIA et patron des patrons ivoiriens. Les Ivoiriens ont fait preuve d’une formidable résilience pendant la crise, s’organisant pour survivre, continuant à produire et à exporter pétrole, cacao et café, se lançant même dans de nouvelles cultures. « Ils ont en eux la mémoire du décollage économique de l’époque Houphouët-Boigny, quand la Côte d’Ivoire devançait la Corée du Sud », estime un vieux routier du pays.

L’exceptionnel potentiel du « moteur économique de l’Afrique de l’Ouest » est toujours là. « La Côte d’Ivoire a tout, et même ce que n’ont pas les autres », dit-on à longueur de temps. De riches cultures, c’est connu; des infrastructures (de l’électricité, ce « préalable au business », notamment, et le deuxième port d’Afrique après Durban) ; et de l’intelligence, avec des universités qui ont traditionnellement essaimé dans toute la région. S’y ajoutent désormais des nouveautés constituant autant de leviers pour une belle émergence. Aujourd’hui, c’est la « folie » du palmier à huile, de l’hévéa, du riz (dans lequel le groupe Dreyfus a beaucoup investi) et de l’anacarde (noix de cajou), une toute nouvelle filière lancée par le groupe singapourien Olam et dont la Côte d’Ivoire est déjà le deuxième producteur au monde. C’est aussi le pétrole et le gaz (Total a fait fin avril de nouvelles découvertes prometteuses) ou encore les minerais, jusqu’ici curieusement peu exploités : or (un tiers du potentiel aurifère de la région), manganèse (il y en a « un peu partout »), fer (de nombreux gisements à l’ouest du pays), nickel (de grosses réserves), bauxite, argent, cuivre, chrome et aussi terres rares. « D’ici à quatre ans, on ­connaîtra de beaux jours ; ce sera le grand boum sur tous les métaux », assure Kadio Kouamé, directeur général de la Sodemi (Société pour le développement minier de la Côte d’Ivoire), « et une mine, c’est de 1.000 à 5.000 emplois directs et indirects ». Un pays de cocagne à la Houphouët « new look » ne semble pas très loin…

La rue s’impatiente

La rue ivoirienne fait pourtant grise mine : « L’argent ne circule pas ! » « On est dans un système de croissance qui ne donne aucun signe de développement économique », relève Francis Inkantes, sociologue à l’université de Bouaké. Si l’activité a immédiatement redémarré en 2012, elle le doit à un classique effet de « rattrapage » d’après-crise et à des investissements publics dans les grands travaux de reconstruction et d’infrastructures. Massifs, car autorisés par l’importante aide internationale qui a célébré l’arrivée au pouvoir d’Alassane Ouattara, ce sont eux qui ont « tiré » la croissance record de 2012. Leur défaut est de ne diffuser que très peu dans une population impatiente après plus d’une décennie ascétique. « C’est un paradoxe : tous les grands indicateurs sont au vert, mais on est face un vrai risque social », s’inquiètent deux hauts fonctionnaires. En cause : Ouattara lui-même. « Il gère comme s’il était au FMI [dont il a été l’ancien directeur général adjoint] : strato­sphériquement ! Pour lui, le seul horizon c’est 2020, et pas l’immédiat », entend-on dans les milieux d’affaires. « Il y a trop de macroéconomie et une véritable négligence pour le côté social », observe même un grand patron.

A Abidjan et dans les campagnes, on attend donc la remise en route de l’économie au quotidien, celle qui propose jobs, échanges et pouvoir d’achat. La solution ? L’investissement privé. « On espère doubler cette année le taux d’investissement par rapport à 2011, à 10 % du PIB, et le faire encore progresser jusqu’à 11,5 % en 2015. C’est un pari », confie la ministre de l’Economie et des Finances, Nialé Kaba. Comment ? Dans un premier temps par l’investissement étranger et par le biais des PPP, les partenariats public-privé, très prisés en Côte d’Ivoire. Car la classe moyenne s’est effondrée pendant la crise et mettra du temps à se reconstituer. A terme, on compte sur la résurrection de ces centaines de PME fauchées par le conflit, et qui pourraient assurer la compétitivité des grands groupes.

A Abidjan, on sait que la partie n’est pas gagnée. Le paysage est quelque peu sinistré… D’abord, « ici, on n’est pas en Afrique du Sud » : la « réconciliation » nationale patine totalement et la sécurité reste relative à l’intérieur du pays. L’environnement des affaires est quant à lui catastrophique : la Côte d’Ivoire est classée au 177e rang – sur 185 – du « Doing Business 2013 » de la Banque mondiale et arrive 46e, sur 52, du prestigieux indice MO Ibrahim de bonne gouvernance en Afrique. Débridée par les années de crise, la corruption a explosé à un niveau généralement jugé « intolérable ». « Le poisson pourrit toujours par la tête », ironise par un dicton un grand patron ivoirien, « la corruption est là, et pour longtemps », regrette-t-il. « Si je devais virer tous les corrompus, il n’y aurait presque plus personne pour faire tourner le ministère », grince un ministre.

Plus globalement, on s’interroge sur le pouvoir réel d’Alassane Ouattara. Le président doit politiquement beaucoup de choses à beaucoup de monde et se trouve un peu prisonnier même des ministres de son gouvernement. « Il leur a demandé de gouverner “par objectifs” ». Ils ne savaient pas faire, ils ne l’ont pas fait, sans sanctions pour autant », explique un observateur. « Il n’y a pas de cohérence entre les ministères, car les ministres ne sont pas du même bord. Il est donc difficile de développer des stratégies et tout prend du temps », se plaignent des membres de cabinets. C’est un secret pour personne à Abidjan : Alassane Ouattara est assez seul au pouvoir.

Dans l’administration, on trouve pourtant des gens compétents et appliqués à mettre en œuvre la petite musique quelque peu « gaulliste » ou « houphouëtiste » du président. « Ouattara est en fait un social-démocrate, il croit dans le rôle d’orientation de l’Etat », précise un journaliste. L’ambition est de diversifier l’économie. « L’objectif, c’est de faire monter l’industrie à 50 % du PIB », indique-t-on au ministère de l’Industrie, où on bâtit actuellement une politique industrielle avec l’assistance de l’Onudi. Le président souhaite créer une chaîne de valeur « à partir de ce qu’on a » et l’agro-industrie est naturellement dans le viseur. « Nous souhaitons associer la production agricole villageoise à des partenaires privés pour sa transformation, qui devrait à terme concerner 50 % de tous les produits confondus », indique-t-on à la direction de la planification au ministère de l’Agriculture.

Favoriser l’investissement privé

L’Etat encourage aussi des systèmes « vertueux », comme autour des minérais : on produit désormais du gaz naturel, qui alimente des centrales thermiques, qui servent les mines grandes consommatrices d’électricité, dont la production, à l’Ouest par exemple, sera évacuée par un chemin de fer, raccordé au Mali et à la Guinée, vers le port de San Pedro, explique Kadio Kouamé. Et il faut enfin surtout rassurer l’investissement. « On n’accueillera des investisseurs privés que s’ils se sentent protégés par des normes internationales ! C’est un préalable », affirme Esmel Emmanuel Essis, directeur général du Cepici, Centre de promotion des investissements rattaché à la présidence. Abidjan travaille ainsi déjà sur 6 des 10 critères du « Doing Business 2013 », un guichet unique de l’investissement permet désormais de créer une entreprise en quarante-huit heures, et un tout nouveau tribunal de commerce et un numéro vert contre la corruption font avancer la sécurité juridique. Il y avait urgence : si le « club fermé » très français des investisseurs étrangers a explosé au profit de nouveaux venus, Asiatiques, Indiens et Turcs, notamment, nombre de groupes sont passés à Abidjan au cours des derniers mois… et sont repartis en attendant des jours meilleurs. « De gros internationaux vont finir par venir et les Français, désormais un peu en retrait depuis la crise mais bons connaisseurs du terrain, assureront l’intermédiation dans cet environnement complexe, voire une forme de sous-traitance », prédit un expert économique à Abidjan.

On avance donc à petit pas. L’émergence ne sera peut-être pas pour 2020, mais la force du pays rend nombre d’observateurs et opérateurs optimistes sur le long terme. Signe des temps, de jeunes diplômés de la diaspora commencent à rentrer au pays et la puissante Banque africaine de dévelop­pement, qui avait prudemment exilé son siège à Tunis en 2003, prépare son retour à Abidjan. Peut-être pour la fin de l’année. Les dégradations, les destructions, les exactions et l’absence d’Etat pendant toutes ces années n’ont pas abattu le pays.

 

Daniel Bastien

 

Source: LES ECHOS.FR

mercredi, 22 mai 2013

COMPETITIVITE DES ECONOMIES AFRICAINES: LA COTE D'IVOIRE PASSE DU 129ème AU 131ème RANG

 

GLOBAL COMPETITIVENESS REPORT.jpg


Produit conjointement par la Banque Africaine de Développement, la Banque Mondiale et le Forum Économique Mondial, ce rapport 2013 sur la compétitivité de l’Afrique identifie le renforcement de l’intégration régionale comme un moteur important pour améliorer la compétitivité.

 

Les progrès réalisés par les économies africaines pour parvenir à la croissance économique doivent s’accompagner d’efforts visant à stimuler leur compétitivité à long terme, si l’on veut que le continent parvienne à des améliorations durables ». C’est là une des déductions du Rapport 2013 sur la Compétitivité de l’Afrique rendu public le jeudi 09 mai 2013 au Cap (Afrique du Sud).

Ayant pour thème « Connecter les marchés africains de manière durable », le document est une œuvre conjointe de la Banque Africaine de Développement (BAD), la Banque Mondiale et le Forum Économique Mondial (FEM). Il examine « les barrières à l’accroissement du commerce y incluant, aussi bien l’état des infrastructures sur le continent que l’environnement juridique et réglementaire qui y prévaut ». Et, au terme de cet exercice, la Côte d’Ivoire classée 129ème lors de l’évaluation 2011-2012 perd cette année deux places, se positionnant au 131ème rang sur un total de 144 pays passés au crible.

La Côte d’Ivoire devra accélérer les réformes

« Le gouvernement vient d’adopter en Conseil des ministres la loi sur la concurrence, seulement ce 02 mai 2013 et cela, en réponse à une recommandation forte de la dernière mission conjointe Fmi-Banque mondiale-BAD au titre de l’article IV ; nos zones industrielles qui en réalité sont de simples lotissements industriels eu égard au niveau de dégradation de leurs infrastructures, n’apportent nullement le « plus » en matière de compétitivité que les entreprises qui y sont installées sont en droit d’attendre, l’administration des marchés publics, ces derniers années, est loin de satisfaire le monde industriel… c’est donc dire si la Côte d’Ivoire a de sérieux efforts à faire en terme de réformes, situation que traduit notre rang actuel de 131ème sur l’échelle de la compétitivité de notre économie au plan mondial » fait noter, le Directeur Général de la Fédération Nationale des Industries et Services de Côte d’Ivoire (FNISCI), Louis S. Amédé, commentant le Rapport 2013.

L’intégration, un sésame de choix

Ainsi donc, comme les pays africains indexés dans ce rapport, la Côte d’Ivoire doit accroître sa compétitivité, sinon elle risque de compromettre la belle dynamique de croissance sur laquelle elle surfe. Les auteurs du rapport prescrivent aux économies africaines, à cet effet, l’intégration régionale. Ils en font « un instrument essentiel pour aider l’Afrique à accroître sa compétitivité, diversifier sa base économique et créer suffisamment d’emplois pour sa population jeune et en rapide voie d’urbanisation ». Et faisant le point sur les principaux problèmes politiques posés par la réalisation d’une intégration régionale plus poussée, ils appellent les États du continent à « combler le retard de compétitivité, faciliter les échanges, mettre en place de meilleures infrastructures et à investir dans des pôles de croissance ».


Documents annexes: Télécharger le Rapport Complet (7 Mo)

 

Source: FEDERATION NATIONALE DES INDUSTRIES ET SERVICES DE COTE D'IVOIRE (FNISCI.NET)

lundi, 20 mai 2013

Pr MAMADOU KOULIBALY: «LES PERFORMANCES ECONOMIQUES, POLITIQUES ET SOCIALES DE M. OUATTARA SONT LES PLUS MEDIOCRES DE L'HISTOIRE DE LA COTE D'IVOIRE»

 

 

MAMADOU KOULIBALY - AFRIQUE EDUCATION.jpg

 

La Côte d’Ivoire vit l’An II d’Alassane Dramane Ouattara à la tête de l’Etat. Pendant que, du côté du pouvoir, on présente un bilan positif en voyant l’avenir en rose, c’est tout un autre son de cloche qu’on entend dans l’opposition, où plus que l’inquiétude, c’est la colère qui règne. Ancien ministre de l’Economie et des Finances, ancien président de l’Assemblée nationale jusqu’à la chute des « Refondateurs », en 2011, le professeur Mamadou Koulibaly est un intellectuel pur qui ne s’en sort pas mal (pour l’instant) dans le marigot des politiques. Agrégé des sciences économiques, il sait de quoi il parle quand il dit, tout haut, que le chef de l’Etat, ancien directeur général-adjoint du FMI, mène la Côte d’Ivoire vers la catastrophe. C’est vrai que le docteur Alassane Ouattara évite (visiblement), pour le moment, de l’affronter (il y va peut-être de sa renommée acquise auprès des institutions de Bretton Woods), mais jusqu’où, jusqu’à quand ? Président de LIDER, depuis sa démission fracassante du FPI où il était un des vice-présidents avant d’assumer la présidence par intérim du parti, Mamadou Koulibaly se distingue comme un véritable empêcheur de tourner en rond de la politique gouvernementale. Ses critiques sont concrètes, acerbes et scientifiquement démontrées. Voilà pourquoi elles font mal. Dans cette longue interview qu’il accorde à votre bimensuel préféré, il n’est pas plus tendre que l’année dernière où il qualifiait de nulle la politique du chef de l’Etat. A cette allure, les trois ans qui séparent la Côte d’Ivoire de l’élection présidentielle, promettent d’être rudes, car Ouattara qui ne fait plus l’unanimité au sein du RHDP, aurait, logiquement, des gros soucis à se faire.

AFRIQUEDUCATION : L’an passé, à la même période, vous nous aviez accordé une interview sur l’An I d’Alassane Ouattara au pouvoir où vous aviez été très critique sur son bilan. Nous avions même titré : «Sous Ouattara, la Côte d’Ivoire va très très mal». La situation s’est-elle améliorée ou les choses vont de mal en pis ?

Professeur Mamadou Koulibaly : Ouattara n’a tenu ses promesses ni sur l’état de droit, ni sur la réconciliation et encore moins sur une vie meilleure ou sur la sécurité. En effet, deux ans après la fin de la crise postélectorale, la Côte d’Ivoire demeure le théâtre de violations graves des droits humains commises contre les populations civiles. Ces violations se sont d’ailleurs accrues à la suite d’attaques armées contre les commissariats, les camps militaires, etc. Ces violations, dans la plupart des cas, sont le fait de ce que l’on pourrait qualifier de forces répressives de Côte d’Ivoire. En effet, dans une situation où il n’existe plus d’armée digne de ce nom, ce sont les Frci (Armée nationale), dozos (chasseurs traditionnels armés) et autres supplétifs armés qui font la loi. Les Com’Zones, comme le confirme le dernier rapport d’experts indépendants de l’Onu (lire page ??), continuent d’étendre un réseau mafieux et criminel sur tout le territoire comme ils le faisaient dans les zones Cno pillées sous leur contrôle pendant dix ans. A cela se rajoutent la corruption endémique généralisée et les crimes économiques divers, notamment, dans l’octroi des marchés publics, le détournement des deniers publics, la corruption et le trafic d’influence. En ce qui concerne la justice, les vainqueurs de la guerre qui a porté Alassane Ouattara au pouvoir sont toujours épargnés et se vengent de leurs adversaires d’hier. Leurs crimes passés et présents bénéficient d’un label de «normalité». Certains, en l’occurrence, le président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro, anciennement, premier responsable de la rébellion ivoirienne, les présente comme des actes de légitime défense. Ces crimes restent donc impunis. La justice est loin d’être une réalité dans la Côte d’Ivoire de M. Ouattara. La situation sécuritaire est toujours inquiétante sur l’ensemble du territoire et, essentiellement, dans l’Ouest. La réforme du secteur de la sécurité est juste en phase de lancement, ce qui veut dire que tout stagne dans le désordre et la division au sein même des rangs de l’armée. La défaillance de l’Etat laisse impuni l’accaparement illégal des terres, ce qui augmente le niveau de risque en Côte d’Ivoire.

Enfin, sur le plan social, on voit le coût de la vie augmenter, le pouvoir d’achat se réduit drastiquement et les étudiants vivent le calvaire dans les universités publiques qui, bien que rénovées, ne sont pas fonctionnelles, manquent de professeurs, de moyens, de bibliothèques, de microphones, de climatisation, d’eau. La vie associative y a même été interdite. Les hôpitaux quant à eux sont toujours délabrés et sans moyens. L’administration est prise en otage par les recrutements ethniques qui permettent à de nombreux incompétents d’accéder à des postes qu’ils sont incapables d’assumer. Les habitants de la commune d’Abobo résument, parfaitement, la situation lorsqu’ils disent que « Si c’est cela la solution, Mr Ouattara, rendez-nous notre problème ! ».

A vous entendre, il n’y aura point d’émergence à l’horizon 2020 comme le clame le président de la République.

Pour l’instant, en Côte d’Ivoire, nous ne voyons aucune politique qui puisse permettre d’atteindre l’émergence en 2020, et même si l’on se base sur les chiffres officiels qui annoncent une croissance proche de 10%, des calculs simples ne permettent pas d’espérer l’émergence avant 20 ans. L’émergence en Côte d’Ivoire est seulement un slogan politique, à moins qu’il ne s’agisse de l’émergence de tous ces nouveaux milliardaires proches de Ouattara.

De manière pragmatique, si l’on compare les politiques économiques appliquées en Côte d’Ivoire à celles qui ont conduit les pays nouvellement émergents à la prospérité, on constate un fossé. L’émergence ne se décrète pas dans les discours. Si l’on observe les pays émergents, on voit au moins deux choses. D’abord, pour atteindre l’émergence, ils ont compris la nécessité de muter vers une économie de marché. En effet, après de longues années de politiques publiques hasardeuses menées par des Etats hyper-centralisés, protectionnistes, interventionnistes et marqués par la croyance en l’économie d’endettement et en l’aide publique au développement ; après des décennies perdues de lutte contre la pauvreté organisée et mise en application par des Etats tentaculaires aussi inefficaces que budgétivores, ces pays en sont arrivés au constat que, si la finalité de l’action publique est d’enrichir les populations, de leur permettre d’avoir des emplois et du bonheur, alors l’investissement privé, les apporteurs de capitaux frais, de technologies efficientes et de produits mondialement demandés, étaient bien plus efficaces que les hommes politiques et les Etats qu’ils dirigeaient. Ces économies ont su tirer les leçons des échecs de leurs politiques de développement et se sont alors tournées vers de nouvelles méthodes et connaissances plus propices à une croissance économique enrichissante. Ces pays ont fait le choix de l’économie de marché, qui apporte confiance, propriété privée, liber té des échanges par le «laissez faire, laissez passer», responsabilité, efficacité, solidarité, prospérité individuelle et progrès social. Ces pays ont abandonné l’économie protectionniste, reposant sur la méfiance, pour l’économie de marché et de confiance. Tel a été le premier mouvement. Ensuite, pour attirer les investisseurs et leurs capitaux, ces pays ont procédé à des réformes pour faire émerger des marchés de capitaux qui n’existent pas traditionnellement dans les pays en développement. Ces marchés et l’environnement propice qui va avec, en termes de justice transparente, de sécurité crédible, de système bancaire libre, de monnaie et de politique monétaire stable, ont été instaurés pour attirer les capitaux et les capitalistes qui sont, à l’échelle mondiale, à la recherche d’opportunités, de sécurité et de rentabilité. Ces réformes vont faire émerger effectivement des marchés pour l’investissement direct étranger, des marchés pour les prêts bancaires privés et des marchés pour les placements de portefeuilles d’actions et d’obligations d’entreprises privées et publiques. Ouattara vient du Fmi, mais il ne semble pas d’accord avec toute cette politique. De quelle émergence parle t-il donc ?

Comment le professeur Koulibaly peut-il démontrer que le docteur Ouattara, ancien directeur général adjoint du FMI, fait complètement fausse route ? Certains collaborateurs du chef de l’Etat pensent que vous êtes prétentieux. Ont-ils tort ?

Les collaborateurs du Dr Ouattara devraient s’évertuer à travailler, plutôt que de rester dans la sphère stérile de la politique politicienne qui se limite à des jugements de valeur sur les hommes et autres assassinats de caractères sur leurs adversaires. Il est difficile de connaître les réelles compétences en économie du Dr Ouattara, puisqu’il n’a jamais rien publié lui-même sur ses visions économiques et sociales de l’Afrique. Ce qui est très étonnant pour quelqu’un qui se revendique comme étant de la «crème» de l’élite intellectuelle africaine.

Il ne faut surtout pas faire confiance à tous les chiffres et performances présentés par les services de communication de Ouattara. Il dit qu’en deux ans, il a réduit le taux de pauvreté en Côte d’Ivoire de 50%, il aurait ainsi sorti de pauvreté plus de six millions de personnes, alors que par tout dans le pays, les nouveaux pauvres sont de plus en plus nombreux. Cette pauvreté est totalement indécente comparée au train de vie démesuré des nouveaux riches proches du pouvoir. Ouattara déclare désormais ouvertement son incapacité à redresser l’économie ivoirienne, même dans les trois prochaines années. Il demande donc un mandat supplémentaire pour le faire. Il annonce un taux de croissance de 9,8%, ce qui étonne de nombreux entrepreneurs, car la valeur ajoutée, qui est une composante du calcul du Produit intérieur brut (PIB), n’a pas augmenté pour autant. Il dit qu’il n’est pas capable de créer les 200 000 emplois annuels promis lors de sa campagne mais il annonce, en même temps, avoir créé sur la première année d’exercice, plus d’un million d’emplois. Avec lui, on entend dire que le bilan est globalement positif avec des chiffres irréalistes qui se contredisent totalement, ce qui atteste du caractère complètement mensonger de ses déclarations. Ouattara est cependant le président le plus chanceux que la Côte d’Ivoire ait connu car, à l’écouter, toutes les bourses se délient pour lui. Il n’a aucune contrainte extérieure. Toutes les puissances économiques et politiques sont à son service. Pour tant, ses performances économiques, politiques et sociales sont les plus médiocres de notre histoire. La pauvreté en milieu rural, le chômage en milieu urbain sont là pour démontrer que malgré toutes les aides mises à sa disposition, il n’arrive pas à réaliser son programme du « vivre ensemble » qu’il a d’ailleurs vite abandonné pour s’accrocher à un programme d’investissement public en infrastructures conçu par ses prédécesseurs qu’il juge pour tant incompétents.

Les collaborateurs de Ouattara peuvent me qualifier de prétentieux parce que j’ose faire un bilan objectif, mais n’est-ce pas mon devoir d’opposant ?

Est-il vrai que vous demandez, sans succès pour le moment, un débat télévisé avec le président Alassane Ouattara sur des questions essentiellement économiques ? Quel message voulez-vous solennellement passer au peuple ivoirien en demandant un face à face avec le chef de l’Etat ?

J’ai toujours pensé que le débat public est le cœur d’une démocratie et c’est bien pour cela que nous nous attelons, aussi bien à LIDER qu’au sein d’Audace Institut Afrique, le think tank que je préside, à la formation et la pratique du débat pour créer un nouveau leadership responsable en Afrique. Ceux qui n’osent pas affronter les débats sont souvent ceux qui doutent de leurs politiques ou qui ont trop de choses à se reprocher. Les Ivoiriens n’ont aucun moyen de contrôler l’action du gouvernement et du président de la République. Ils sont soumis à la pensée unique, notamment, à travers la télévision d’Etat dans un environnement médiatique contrôlé. L’Etat qui devrait servir le peuple l’opprime et ne lui offre aucun moyen de contrôle. Les Ivoiriens doivent comprendre que la démocratie, ce n’est pas seulement le fait d’aller voter de temps en temps dans l’insécurité, c’est avant tout, contrôler ceux que l’on a élus pour qu’ils n’abusent pas de leur pouvoir. Le débat permet de demander des comptes aux gouvernants et leur donne aussi l’occasion de rendre compte aux populations au nom desquelles ils gouvernent. Dans notre système, le président de la République ne rend compte à personne. C’est un roi et cela m’est insupportable au nom de la vision que j’ai de la démocratie.

Les élections municipales viennent de se tenir en Côte d’Ivoire. Ont-elles été bien organisées ? Pourquoi LIDER, votre parti politique, n’y a pas pris part alors qu’elles auraient pu permettre sa meilleure implantation sur l’ensemble du territoire ?

LIDER n’a pas pris par t aux élections municipales car le processus électoral n’a pas été organisé de manière consensuelle et que nous n’avions pas les moyens financiers suffisants pour proposer des candidats. Nous déplorons, entre autres, que la liste électorale soit exclusive, au sens où les nouveaux majeurs n’ont pas été pris en compte. Trois millions au moins de jeunes ont été ainsi exclus. La liste actuelle date de 2009 et les jeunes en âge de voter représentent cinq cohortes étalées entre 2009 et 2013. La carte électorale est un instrument politique décrété, unilatéralement, par le président Ouattara et la Commission électorale prétendument indépendante (Cei) mais, effectivement, forclose depuis décembre 2011, est totalement politisée, comporte en son sein, des représentants de l’armée ivoirienne issus de l’ancienne rébellion. Toutes les élections qu’elle a organisées depuis sa mise en place, se sont terminées dans l’imbroglio, la violence, la tricherie. Cela n’est pas sérieux et prouve la volonté autoritaire d’Alassane Dramane Ouattara de tout maîtriser sans encombre, et sur tout, sans opposition. De par les Accords de Pretoria, la Cei devait disparaitre après les élections législatives mais le président l’a maintenue, illégalement, en place pour mieux tripatouiller les résultats électoraux. LIDER contribue au renforcement de la démocratie même dans l’opposition, même sans participer à ces élections.

Comment va la Côte d’Ivoire sur le plan de la sécurité ? Vous avez demandé à l’Onu de se substituer à l’Etat pour résoudre la question de la sécurité. Est-ce raisonnable de votre part ?

L’insécurité reste préoccupante sur l’ensemble du territoire ivoirien et, essentiellement, dans la partie Ouest du pays. Je crois qu’à un moment, il faut être méthodique et réaliste, quand on constate la défaillance de l’Etat. La Côte d’Ivoire est le 11 e pays à avoir l’Etat le plus défaillant au monde, sur 177 pays entrant dans l’évaluation du Failed States Index établi par The Fund for Peace. Quand on voit que la situation sécuritaire stagne, que l’Etat ivoirien est incapable, par exemple, de déloger un seul homme, le terroriste burkinabé, Amadé Ourémi, star du régime Ouattara et membre de l’armée créée par ordonnance par l’actuel chef de l’Etat en mars 2011, qui occupe en toute illégalité, des forêts classées de Côte d’Ivoire depuis l’issue de la crise postélectorale, il faut oser dire les choses. Si l’Etat est incapable d’assurer sa mission régalienne de défense et de sécurité du territoire national et de ses habitants, on ne peut pas abandonner les populations qui y vivent à la merci de criminels et l’ONU aurait une mission impor tante à ce niveau : aider le président Ouattara à retourner à l’état de droit et à recouvrer l’intégrité du territoire ivoirien. Je ne pense pas que ce soit déraisonnable. C’est la situation actuelle qui est déraisonnable : voir un seul homme et ses miliciens FRCI défier l’Etat de Côte d’Ivoire, son armée, son peuple, ses lois, ses institutions. Si l’Etat ne peut pas le faire, pourquoi ne pas solliciter l’Onuci dont la mission première est de protéger les populations civiles de ce pays ? Si cela n’est pas fait, alors, il semble évident que le chef de guerre FRCI, Amadé Ouedraogo Rémi, dit Ouremi est protégé, personnellement, par le président Alassane Dramane Ouattara, et que, toutes les exactions qu’il commet se font avec la bénédiction du chef de l’Etat et la complicité de personnes très haut placées dans la machine de l’Etat et de l’armée.

Quel bilan faites-vous de la Commission Dialogue Vérité et Réconciliation (Cdvr) installée le 28 septembre 2011 ? A quelles conditions son président peut-il réussir la réconciliation nationale ?

La mission du président de la Cdvr est sur le point de se terminer. Le bilan est, osons le dire, totalement nul. Ce n’est pas, seulement, le jugement de Koulibaly, c’est le jugement unanime. Il serait d’ailleurs intéressant de faire un audit externe des travaux de la structure. Le président de la Cdvr, Charles Konan Banny, semble plus préoccupé par son avenir politique personnel au sein du Pdci que par la mise en place d’une méthodologie ef ficace pour réconcilier les populations de Côte d’Ivoire. Il vient d’ailleurs de laisser entendre ses ambitions pour briguer la présidence de ce par ti au prochain congrès. Ces préoccupations ne me semblent pas compatibles avec la présidence de la Cdvr. En outre, la Cdvr, congénitalement, n’avait pas de grandes chances de réussite puisque Banny est une personnalité politique controversée et qu’en plus, il agit sous l’autorité du chef de l’Etat, qui est un des acteurs principaux de la déstabilisation et de la crise qui minent la Côte d’Ivoire depuis vingt ans maintenant.

Vous êtes l’opposant le plus critique du système politique ivoirien. N’avezvous pas peur d’une balle perdue ou d’une roue de voiture qui crève mystérieusement conduisant votre véhicule à un tonneau ?

Votre question sous-entend que vous avez compris la réalité du régime Ouattara. C’est en effet un régime qui repose sur la violence, l’exclusion, la division, le mensonge, la peur de l’autre, et sur tout, de l’opposant. La vie d’un opposant n’est pas dépourvue de risque en Côte d’Ivoire mais cela n’arrêtera pas notre combat au profit des populations : ce serait faire preuve de lâcheté en tant qu’intellectuel et leader politique.

Vous sembliez approuver certaines actions du premier ministre Jeannot Kouadio-Ahoussou sur le plan du dialogue avec l’opposition notamment. Qu’en est-il de son successeur Daniel Kablan Duncan? Où en est la question du statut de l’opposition ?

Le statut de l’opposition ne semble pas une préoccupation urgente pour l’administration Ouattara. On voit, en effet, que le président de la République est capable de convoquer une session extraordinaire de l’Assemblée nationale pour obtenir l’autorisation de gouverner par ordonnances mais que l’adoption d’un statut de l’opposition traîne au fond des tiroirs, alors même que, c’est le pivot du contrepouvoir indispensable à une démocratie. Les premiers ministres se succèdent mais restent dans la même logique. Ils savent soigner leur communication pour mieux cacher le vide de leur action. En Côte d’Ivoire, malheureusement, la politique est dédiée à la glorification de ceux qui ont le pouvoir. Le dialogue est au point mort en ce moment. Ouattara a eu ses élections, il gouverne par ordonnances alors qu’il a la majorité au parlement où il n’y a pas d’opposition. Pourquoi dialoguerait-il avec l’opposition ? Au sujet de quoi vont-ils dialoguer ? A LIDER, nous sommes, en tout cas, ouverts à la discussion puisque tout est à construire. Mais nous refusons un dialogue de dupes, instrumentalisé à des fins communicationnelles.

Alassane Ouattara est de droite. C’est bien lui qui a envoyé Laurent Gbagbo à la Cpi. C’est encore lui qui maintient nombre de vos anciens camarades du Fpi en prison. Pourtant, il est toujours bien reçu à l’Elysée. Hier sous Nicolas Sarkozy comme aujourd’hui sous le socialiste François Hollande. Etes-vous jaloux que les portes lui soient restées ouvertes sous un président français de gauche ?

Vous pensez qu’Alassane Ouattara est de droite ? Que signifie être de droite ou être de gauche en Côte d’Ivoire, aujourd’hui, comme hier d’ailleurs ? On le dit aussi libéral, et pour tant, il applique une politique très interventionniste, contrôlée et fermée, qui est plus proche d’un modèle communiste que du libéralisme. On en dit beaucoup de choses. Ce qui est certain, c’est qu’il a une politique qui repose sur le patrimonialisme étatique, la politique du ventre, celle de l’intimidation et sur l’aide publique extérieure, ce qui fragilise beaucoup les Ivoiriens qui vont de surendettement politique en surendettement appauvrissant, avec tous les réseaux de corruption qu’il peut y avoir autour de la dette. D’évidence, aucun président français ne peut négliger cette opportunité. Politique et affairisme riment là-bas et ici. Ouattara est un pion important pour la classe politique française, car il permet de maintenir un système de domination et de corruption dont les nouvelles élites ivoiriennes ne veulent plus s’accommoder. Il attend, la main tendue, et nous explique qu’il est génial d’avoir comme seule politique économique d’emprunter de l’argent public. Les Ivoiriens qui commencent à comprendre qu’ils vont devoir rembourser les enveloppes d’aides détournées par les équipes gouvernementales, n’ont plus confiance. D’autant qu’ils ont bien compris que dans ces arrangements, la corruption est énorme. A LIDER, nous souhaitons reformuler les principes de la coopération avec Paris. Nous souhaitons qu’il y ait plus de contacts avec des hommes d’affaires, des investisseurs et avec les sociétés civiles. Nous souhaitons renégocier les accords de coopération monétaire qui ne sont plus du tout adaptés au monde moderne et à la globalisation. Nous souhaitons avoir avec le monde des échanges libres et marchands. Nous ne pensons pas que la vocation d’un pays soit d’être la chasse gardée d’un autre. Nous croyons au partenariat libre et équitable. Que les portes de tous les palais du monde s’ouvrent à Ouattara est une chose. Que Ouattara en profite pour le bien des populations ivoiriennes en est une autre moins évidente. Malgré toutes les générosités que lui offre le monde entier, les populations ivoiriennes attendent toujours de voir les milliards promis d’investissements se concrétiser en une amélioration de leurs conditions de vie.

Est-ce vrai que sur les 175 milliards de francs cfa mis sur la table pour financer la rénovation des universités, il y a eu jusqu’à 133 milliards de francs cfa de surfacturation ?

Les cas de corruption sont multiples et les détournements sur les travaux de l’université ne sont qu’une illustration parmi tant de cas. Le système est pourri. Ouattara est soi disant arrivé au pouvoir pour combattre ce système qui existait déjà, dans une moindre mesure, sous Gbagbo mais, aujourd’hui, la corruption s’est instaurée en mode de gouvernance. Ce qui pourrait faire sourire, si l’on ne parlait pas d’argent public, c’est qu’à l’époque, on qualifiait Gbagbo de dictateur à cause de ces pratiques alors qu’aujourd’hui, on présente Ouattara comme un grand démocrate alors qu’il fait pire. C’est pour dire que la communication peut faire ou défaire les hommes. Pendant ce temps, la pauvreté augmente et les femmes rentrent du marché avec des sachets de plus en plus légers.

Les travaux de restauration des universités ont été sur facturés et il n’y a eu aucune sanction contre le ministre responsable dont Ouattara dit au contraire qu’il est fier. Le détournement par un ministre de Ouattara de l’argent des victimes des déchets toxiques, n’aura débouché sur aucune sanction. Les Com’Zones promus et experts dans les trafics de cacao, café, or, diamants, anacarde, coton et bois qui leur rapportent de dizaines de milliards, ne sont soumis à aucune sanction eux non plus. On soupçonnerait Ouattara d’être complice de ces pratiques qu’on ne s’y tromperait point.

Il n’y a pas longtemps, un communiqué de LIDER reçu à Afrique Education faisait état de l’arnaque du pouvoir qui fait payer jusqu’aux formulaires de demande de bourses d’études à l’étranger. Ce système de faire payer le retrait du formulaire et le dépôt du dossier à concurrence de 5.000 f Cfa, à chaque fois, a-t-il cessé depuis votre coup de gueule ?

Non, la pratique continue et il en est de même pour bien d’autres services de l’administration, mais nous ne perdons pas espoir et continuerons de dénoncer tous les comportements voyous de l’administration Ouattara et de combattre toutes les mesures qui contribuent à précariser les étudiants et les populations dans leur ensemble. Le gouvernement a quand même mis fin, après que nous l’ayons vivement dénoncé, à l’arnaque aux visas qu’il avait mise en place et qui consistait à contraindre les étrangers résidant en Côte d’Ivoire et titulaires d’un permis de séjour en bonne et due forme à s’acquitter d’un visa d’entrée supplémentaire à leur retour de voyage ou de vacances.

LIDER est un parti qui bouge. Mamadou Koulibaly est l’empêcheur de tourner en rond suprême. Vous préparez-vous déjà à être candidat à la présidentielle de 2015 ?

En Côte d’Ivoire, les 20% des Ivoiriens les plus pauvres doivent se partager 5,6% des revenus annuels du pays, pendant que dans le même temps, les 20% des Ivoiriens les plus riches se partagent 47% des revenus annuels du pays. La pauvreté et l’injustice profonde caractérisent la société ivoirienne. Il existe, également, une fracture effective entre ceux qui veulent utiliser l’Etat et la politique pour s’enrichir, quitte à instrumentaliser les populations et leurs ethnies et utiliser la violence à cet effet, et ceux pour qui la réussite passe par l’effort personnel, l’initiative privée et l’esprit d’entreprise. C’est à ces derniers, ainsi qu’à tous ceux qui, dans la société civile, la classe politique, dans les villes et les villages, en Côte d’Ivoire ou à l’étranger, ne veulent plus se laisser abuser par le pouvoir de l’Etat, refusent d’abandonner la Côte d’Ivoire aux mains des politiciens menteurs et manipulateurs, ont été trompés par Ouattara et aspirent à une société plus juste, plus tolérante et plus prospère, que je demande de se remobiliser autour d’un programme de rupture pour la victoire en 2015. Il ne s’agit ni d’un rassemblement sans contenu autour d’un homme dans le style de l’ex-Lmp, ni d’une superposition d’organisations et d’associations politiques dans le style de l’ex-Cnrd. Ces expériences ont été inefficaces pour arrêter Ouattara. La coalition se regrouperait autour d’un programme commun pour la Côte d’Ivoire. Ce programme s’ar ticulerait en deux phases. A cour t terme, la Coalition pour la Rupture s’unirait autour d’un agenda qui consiste à pousser Ouattara à effectuer d’urgence un recensement général de la population, sans mention de l’ethnie ; à adopter un statut pour l’opposition ; à procéder à l’actualisation de la liste électorale, pour y intégrer tous les exclus, notamment, les quelques trois millions de jeunes, qui ont obtenu le droit de vote en atteignant leur majorité depuis 2009 et à qui M. Ouattara refuse, catégoriquement, de donner leurs car tes d’électeur ; et enfin, à former une commission électorale efficace et crédible, au sein de laquelle, l’opposition statutaire sera représentée de façon paritaire. Une fois le pouvoir conquis en 2015, les dynamiques engagées dans la Coalition pour la Rupture en 2015 procéderont à une réforme du foncier rural, qui se ferait, conjointement, avec le désarmement, pour rendre les terres que l’Etat ivoirien s’est accaparé depuis 1960 à leurs propriétaires légitimes, les paysans. Le programme contiendrait la mise en place d’un cadre efficient pour la promotion de la libre entreprise, meilleure arme pour générer la création d’emplois ; une réforme de la justice pour la rendre réellement indépendante et mettre fin à l’impunité, et sur tout, l’on procéderait à la réforme constitutionnelle qui sonnerait le glas de l’hyper présidence pour la remplacer par un régime parlementaire, qui permet de mieux contrôler l’exécutif et de le contraindre à rendre des comptes au peuple. A moyen terme, la rupture avec la monnaie inique qu’est le franc Cfa et l’instauration d’un marché des capitaux en Côte d’Ivoire, seraient, également, sur notre feuille de route. L’un des projets principaux de la Coalition pour la rupture, à long terme, serait la renonciation aux frontières héritées de la période coloniale et la marche vers une fédération d’Etats ouest-africains prélude à une confédération africaine viable. Il me semble, donc, urgent que cette coalition puisse se mettre en place pour stopper la destruction de notre pays par Ouattara.

Votre dernier mot ?

En dernier mot, je souhaiterais interpeller les Ivoiriens pour qu’ils cessent d’être tolérants envers la médiocrité et intolérants face à l’excellence. Ils doivent savoir que les mauvais économistes, les mauvais politiciens, tuent plus que les guerres, tant leur impact affaiblit les populations. Les Ivoiriens doivent, pourtant, garder confiance. La pauvreté n’est pas une fatalité, c’est, simplement, le fruit de mauvaises politiques et de mauvais comportements dans la classe politique au pouvoir. Il faut un véritable éveil des consciences, et j’ai le sentiment que la machine est en marche, tant la classe politique a atteint les limites ultimes de la tolérance que l’on peut lui accorder dans la médiocrité.


Propos recueillis par Jean Paul Tédga.


Source: AFRIQUE EDUCATION.COM