topblog Ivoire blogs

vendredi, 16 décembre 2011

UN ANCIEN PASTEUR DE L'EGLISE REFORMEE DE FRANCE ECRIT A NICOLAS SARKOZY


NICOLAS SARKOZY 3.jpg

Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy, Président de la République Française

(1er avril 2011)

 

Cette lettre est absolument à lire, malgré son actualité décalée!

 

« Aux cadavres jetés, ce manteau de paroles... » (Louis Aragon)

Monsieur,

Entendez-vous, Monsieur Sarkozy - je devrais dire Monsieur le Président, mais vous n'êtes plus à mes yeux digne de ce titre, encore que, aveuglé par la bêtise et l'ignorance, j'aie pu une fois, une fois de trop, et puisse Dieu me le pardonner, voter pour vous -; entendez-vous, Monsieur Sarkozy, le gargouillis du sang dans la bouche de ceux qui aujourd'hui, par centaines, par milliers, sont égorgés sur vos ordres, aux quatre coins de ce qui fut le "paradis" de l'Afrique de l'Ouest, par une armée de bandits - grossie aujourd'hui du flot de tous les droits communs hâtivement libérés par vos "rebelles", au fur et à mesure de leur progression dans les localités placées sous le signe de leur - votre ! - criminel arbitraire; droits communs également sortis des prisons de Ouagadougou par la volonté de votre "créature" au Burkina voisin, Blaise Compaoré; tout ce beau monde puissamment armé par vos soins, avec la complicité active d'une Onuci par vous corrompue et dévoyée, au mépris de toutes les règles du droit international et ivoirien ?

Jusques à quand croyez-vous pouvoir aveugler le peuple de France sur les dessous inavouables de vos sales menées africaines, sur les dessous de ces sales menées africaines qui ont, je vous le concède, commencé bien avant que vous occupiez ce fauteuil maculé du sang de la France coloniale et postcoloniale, et cela sans interruption depuis la guerre, quel qu'en ait été l'occupant, droite et gauche confondues dans la même abjection ? Jusques à quand pensez-vous pouvoir cacher à tous la gravité de ce cancer du mensonge et de l'injustice dont les métastases rongent et gangrènent la vie et l'âme de notre nation ?

Priez, priez vous-même pour que cet aveuglement se dissipe au plus vite, avant que le pays tout entier doive payer d'un prix trop élevé pour s'en remettre les conséquences de votre méchanceté, et de celle de vos sbires d'ici ou d'ailleurs, le prix du sang de toutes les victimes innocentes sacrifiées sur l'autel des intérêts vampiriques d'une France moribonde en mal d'argent frais. La France, je le crois, guérira, mais à la condition d'être d'abord guérie de vous comme de l'emprise de cette pieuvre étatique aux ramifications trivialement mercantiles, dont vous êtes aujourd'hui, à votre tour, à la fois le jouet et l'animateur : animateur sans âme - à propos, vous attendra-elle encore longtemps au vestiaire ? -, et donc nécessairement habité, manipulé par ce qui n'est pas lui.

Quoi qu'il en soit, vous êtes aujourd'hui, avec vos confères d'une scène internationale sur laquelle on ne sait plus qui manipule qui; vous êtes aujourd'hui mon ennemi, comme vous l'êtes de Mouammar Kadhafi ou de Laurent Gbagbo, deux dirigeants inspirés qui n'ont jamais cherché à paraître ce qu'ils n'étaient pas, en se drapant comme vous dans le manteau d'une dignité morale parfaitement hypocrite. Leur seul crime, à tous deux, est d'avoir osé vous tenir tête, à vous, à votre arrogance de caporal au service d'un Occident plus que jamais déterminé à asservir les peuples relevant de sa dernière chasse gardée, l'Afrique, et ce par le truchement de marchés honteux. L'attentat de Lockerbie ? Même les preuves de l'implication de la Libye dans ce crime ne sont toujours pas établies, quoi qu'on en dise. Et je ne vois pas en quoi les dirigeants du Bahreïn, du Yémen ou de Syrie menacent moins leurs populations que le régime libyen, qui, loin de tirer comme eux sur des foules désarmées, a du faire face à une insurrection armée fomentée et armée par vos soins!

Oui, vous êtes mon ennemi, l'Ennemi de tous ceux qui consentent à ouvrir les yeux sur l'atroce réalité des complots ourdis et des crimes perpétrés à leur insu et en leur nom, au nom d'une République dont vous contribuez à souiller à tout jamais la mémoire et l'honneur. Avec vous, la France, après s'être couverte d'une gloire de pacotille avec ses "rafales" - qui les veut, mes avions, qui les veut ? - et son savoir-faire guerrier, se retrouvera à court terme, et comme toujours, couverte de ridicule, puis de honte. Il est vrai que relayés à plaisir par vos services - secrets ou non -, et par la cohorte de vos valets du gouvernement, de l'Assemblée, du Sénat, de l'opposition, de l'intelligentsia parisienne, ainsi que de la presse française toutes tendances confondues, vos innombrables mensonges, en dépit de leur caractère ignoble et monstrueux, semblent tellement bien digérés par l'opinion que l'on peut à bon droit se demander si la démocratie française est en meilleure santé que celle de Kim Jong Il !

Lorsque vous vous regardez dans la glace, je vous souhaite, comme dans les films d'épouvante, dont l'horreur n'a rien à envier à celle du chaos dont vous êtes aujourd'hui le principal artisan, en Libye et en Côte d'Ivoire, de vous voir soudain environné par le reflet glacé de ces milliers de visages dont les regards se sont éteints, s'éteignent et vont s'éteindre par votre faute : pour chacun d'eux, compte vous sera demandé, comme à un petit Hitler en col blanc et aux velléités humanitaires. Pour chaque forfaiture maquillée en vertu, compte vous sera demandé, et compte triple: pour la perpétration du crime, pour sa dissimulation - en l'imputant lâchement à d'autres -, et pour sa négation assumée et réitérée jusqu'à la nausée.

Je vous ferai grâce du procès que l'on pourrait vous intenter pour tous les cas avérés de conflits d'intérêts dans lesquels vous et les vôtres vous êtes trouvés impliqués : ces délits sont mineurs, au regard des meurtres de masse qui vous rendent justiciable, plus que tout autre, de cette "Cour pénale internationale" par vous promise à Kadhafi et à Gbagbo, compétente pour qualifier et juger les crimes contre l'humanité. A moins que cette cour, elle aussi, fasse partie de la vôtre ? Certes, vous pouvez encore - mais c'est un mot dont vous avez affirmé avoir horreur, je le comprends mieux aujourd'hui, vous pouvez encore vous repentir. Mais en tout état de cause, la réparation des torts et des dommages irréversibles par vous causés à la France et au monde nécessiteront un temps de purgatoire beaucoup plus long que la permanence de votre trace dans l'histoire.

Ma prière aujourd'hui, c'est que Laurent Gbagbo et Mouammar Kadhafi vous survivent longtemps, ainsi qu'à ce système dont vous et toutes vos confréries pourvoyeuses de cimetières peuplés de beaux discours incarnez la perversion.


Respectueusement,

Un ancien pasteur de l'Eglise Réformée de France.

 

« Un jour pourtant, un jour viendra, couleur d'aurore... » (Louis Aragon)

L'IVOIRIEN KAHOU BI TOKALO ECRIT A CHARLES KONAN BANNY


CHARLES KONAN BANNY 2.gif

Ce frère ivoirien, citoyen anonyme, tenait à faire entendre sa voix, sur une plate-forme élargie, au milieu du tumulte des joutes verbales et des démêlées politiques. Une voix pas discordante, mais différente. En démocrate convaincu, nous lui avons offert la tribune de notre blog, pour lui permettre de faire passer son message, qui ne manque pas de pertinence. Aussi singulier soit-il. Le texte que vous allez lire, ci-dessous, a été publié en intégralité, tel qu'il nous est parvenu par ses soins, sans modification aucune. Bonne lecture à tous et que DIEU bénisse la Côte d'Ivoire!

 

------------------------------------

 

Lettre ouverte à Monsieur Charles Konan Banny, Président de la Commission Dialogue-Vérité-Réconciliation de la République de Côte d'Ivoire.

 


Réconciliation nationale : Contribution d'un ivoirien.



Monsieur le président,


Le Président de la République de Côte d'Ivoire, son excellence Monsieur Alassane OUATTARA vient de vous placer sa confiance en vous confiant, le 29 novembre 2011, la lourde charge de réconcilier les ivoiriens divisés par une multitude de crises.

Les ivoiriens, dans leur très grande majorité, ont approuvé ce choix.

Cependant, si le chef de l'Etat ne s'est pas trompé, ils sont nombreux vos compatriotes qui pensent que vous risquez de vous faire tromper.

Il est plus difficile de réconcilier des adultes que de réconcilier des enfants. La réconciliation est un processus difficile. S'il y a réconciliation, c'est qu'il y a problème entre des hommes. C'est donc l'affaire de tous. C'est pour cette raison que je m'autorise à vous apporter ma petite contribution, puisse-t-elle servir à la paix que les ivoiriens cherchent.

Les mauvaises langues disent que vous écrire relève d'une audace adossée à une bonne dose de courage, parce qu'on est jamais sûr de se voir lu, encore moins répondu.

Si, donc, cela est un risque à prendre je le prend ici devant Dieu pour mon pays, pour son peuple et pour tous les enfants de ce pays, notamment ces millions qui n'ont jamais été déclarés sur le registre de l'état civil.

Ma contribution s'articule autour de quatre points, à savoir : la nature du problème de la Côte d'Ivoire, ses possibles origines, ses manifestations et ses probables solutions :

1- LE PROBLEME

J'estime que le problème de la Cote d'Ivoire est un PROBLEME JURIDICO-SOCIAL qui, par pure récupération, semble être aujourd'hui un problème politique.

Il s'agit du phénomène de la non-déclaration des naissances à l'état civil qui a favorisé l'émergence d'ivoiriens  « sans papiers » en Côte d'Ivoire, toutes ethnies confondues.

A mal d'informations (et de bonne foi bien entendu) ces ivoiriens répartis d'ailleurs sur toute l'étendue du territoire national ont été dressés inutilement contre leur Police et leur Gendarmerie au point de devenir allergiques aux contrôles d'identité.

Cette carence vient du fait que la loi n° 64-374 du 7 octobre 1964, relative à l'état civil n'a jamais été expliquée aux populations ivoiriennes depuis 1969, date de sa dernière explication.

2- LES MANIFESTATIONS

Il s'est manifesté par l'immobilisme, le dysfonctionnement et la mauvaise tenue de l'état civil de notre pays, puis notamment  le développement du phénomène des sans papiers en Côte d'Ivoire.

Enfin il est à noter que les agents de l'état civil de notre pays n'ont jamais été formés pour manipuler un outil aussi important pour un Etat. Les ivoiriens ennemis de la Côte d'Ivoire ont profité de cette faiblesse pour faire de l'état civil un instrument propice à toutes formes de fraudes, malheureusement impunies au mépris de l'article 386 de notre code pénal.

3- LES ORIGINES DES CRISES, SELON MOI

Ce problème date des années 1980.

Chronologie des successives crises en Côte d'Ivoire, avec l'état civil comme terreau:

- 1983-1990 : les populations ivoiriennes toutes régions, toutes ethnies, toutes religions, toutes classes sociales confondues, confrontées au quotidien vital, commencent à se désintéresser de l'état civil suite à la grave crise alimentaire qui s'est installée du fait de ces grands feux de brousses qui ont dévasté les exploitations vivrières des paysans.

- 1990 : l'avènement du multipartisme a fait des mécontents;

- 1993 : le décès du premier président de la Côte d'Ivoire a fait des indignés ;

- 1993-1994 a fait des frustrés ;

- 1995 : le boycott actif des frontistes et des républicains a faits des aigris ;

- 1995-1999 : les conflits fonciers qui enflamment les régions de Duékoué, San-Pédro et de Gagnoa font des frustrés ;

- 1999 : le coup d'Etat a créé des incompréhensions ;

- 2000 : les élections présidentielles ont fait des frustrés ;

- 2002 : apparition de la phase armée de toutes ces crises non résolues. Cette phase laisse des séquelles dans le cœur des populations ivoiriennes ;

- 2010-2011 : les évènements et leurs conséquences ne constituent que le visage réel de ce que tout le monde a laissé pourrir.

4- LES CONSEQUENCES

Un faisceau de conséquences a fait passer les populations ivoiriennes du stade de la pauvreté à celui de l'indigence absolue.

Ils sont devenus des « Prêts à Assister ».

5- DE PROBABLES SOLUTIONS

Des pistes de solutions existent. Parce que le problème de fond est social, la recherche de solutions doit se faire dans la société pour qu'elles soient utiles à toutes les populations ivoiriennes.

Première proposition de solution :

- Réhabiliter et moderniser notre dispositif institutionnel de suivi de l'évolution démographique, c'est-à-dire ; l'état civil, après l'opération de reconstitution des registres.

- Pour traiter le problème à la source et de façon durable, il y a lieu d'instruire et d'éduquer les populations à la culture de la déclaration des faits à l'état civil pour, à terme, les familiariser avec celui-ci. Car, un Etat moderne est un Etat qui a des statistiques démographiques fiables.

Toutes les solutions doivent reposer sur ce fondement.

A cet effet, j'ai personnellement interpellé les pouvoirs publics dès 2003 à travers le quotidien Fraternité Matin en son N° 11714 du jeudi 27 novembre 2003, page 8.

N'ayant pas été entendu, j'ai écrit en 2007 un manuel de sensibilisation et d'éducation d'une cinquantaine de pages dans un langage très accessible à toutes les couches sociales. Il s'intitule :

« Comment et pourquoi déclarer une naissance et un décès à l'état civil ? », pour vulgariser la loi N° 64-374 du 7 octobre 1964 relative à l'état civil contenu dans notre Code de la Famille..

Bien que déposé en manuscrit auprès d'un éditeur de la place, il peine à être sur la bonne voie.

J'ai toujours souhaité un soutien institutionnel de l'Etat pour qu'il soit édité, diffusé large puis distribué gratuitement aux ivoiriens pour les instruire sur la procédure relative à la déclaration de faits à l'état civil.

Deuxième proposition de solution :

L'Etat de Côte d'Ivoire forme des Assistants Sociaux diplômés en sciences humaines, en droit, en sciences sociales et surtout en andragogie (enseignée par Dr Koné Issiaka). Oui, l'andragogie peut vous aider à sauver notre pays.

Ces experts en investigations sociales, au moyen d'un diagnostic social très fin, sont outillés pour déblayer le champ de la réconciliation pour votre institution aux fins de vous donner des repères.

En effet, leur approche basée sur l'intervention rapprochée permettra de dégager les pistes à explorer, les cibles à atteindre, les motivations des populations, leurs craintes, leurs attentes et leurs propositions pour une paix durable.

J'en veux pour preuve :

- Le forum de la réconciliation nationale tenu en 2001 n'avait pas été précédé d'une phase préliminaire de sensibilisation, il n'a pas produit le résultat escompté.

- En 2008, l'opération des audiences foraines n'a pas été non plus précédée de cette même phase de sensibilisation des populations, elle a connu un début très difficile qui a coûté des milliards supplémentaires à notre pays.

Elle a donné des résultats politiques dans lesquels les populations, dans leur grande majorité, ne se sont pas reconnues parce que ayant exclus leurs enfants en âge d'aller à l'école. Le seul péché de ces enfants : n'avoir pas l'âge requis pour voter. Ils se comptent, aujourd'hui, par millions sur toute l'étendue du territoire national.

Monsieur le président de la Commission Dialogue-Vérité-Réconciliation (CDVR), si vous voulez conduire la Côte d'Ivoire à une paix solide et définitive, vous devez avoir une vue rétrospective de tous les évènements qui, par leur gravité, ont écorché la dignité, l'honneur ou l'intégrité physique de tout individu établi sur cette terre de nos ancêtres, quelque soit sa classe sociale, sa communauté d'appartenance ou sa nationalité.

Au regard de tout ce qui précède, j'ai toujours estimé que notre police et notre gendarmerie, institutions en charge du contrôle d'identité des personnes sur le territoire national, n'ont jamais été la cause-souche de tous les déboires de la Côte d'Ivoire.

C'est de la même façon que j'ai toujours trouvé que les FANCI, les FDS, les FN d'alors ou les FRCI d'aujourd'hui, qui se sont tant affrontées, n'ont jamais été responsables de ce qui est sensé être à l'origine des problèmes de notre pays.

Monsieur le président, des frères africains qui ont connu une situation similaire (Rwanda, Afrique du Sud) peuvent vous aider à nous aider. Autant que les institutions onusiennes (ONUCI, PNUD, UNICEF ou autres) sont outillées pour nous aider. Il n'y a pas d'experts en réconciliation.

Ils sont nombreux, ici, ces experts en stratégie de la réconciliation et en médiation sociale, qui connaissent mieux nos problèmes, nos cultures, nos coutumes, nos traditions et nos valeurs sociales ; ce sont notamment, nos chefs religieux, nos dignes chefs traditionnels longtemps négligés et qui représentent un appui incontournable dans ce processus auxquel peuvent s'ajouter des professeurs de sciences sociales et humaines, des professeurs d'andragogie.

La réconciliation n'est pas une discipline académique. Ce n'est pas une affaire de diplômés, car aucune école ne décerne de diplômes en réconciliation. C'est pourquoi, elle se fait sur le terrain par les victimes des frustrations, parce qu'elles en sont les seules véritables bénéficiaires. Les ivoiriens vous conseillent de vous méfier des hypocrites et des opportunistes.

Evitez-les : Evitez de vous laisser emporter par ces vautours touchés par la crise économique chez eux, toujours embusqués sur les médias internationaux en quête d'opportunité et se passant pour des spécialistes de la Côte d'Ivoire ou des experts en réconciliation pour venir absorber votre budget, l'argent du contribuable ivoirien pour aller régler leurs dettes familiales, chez eux. Ce serait d'ailleurs perçu comme une insulte pour les ivoiriens, car la réconciliation des ivoiriens ne se fera pas en avion. Ces malins personnages se cachent derrière ce terme « adhésif » de spécialistes des pays africains pour se faire une place au soleil.

Il n'y a pas plus spécialistes de la Côte d'Ivoire que les ivoiriens. Là encore les ivoiriens savent qu'il n'y a aucune école dans ce monde qui forme des spécialistes de pays.

Evitez-les : Evitez ces « grands intellectuels » qui craignent la poussière, qui sont avides de missions et de séjours dans des hôtels 5 étoiles, en compagnie de prostituées, prêts à rédiger des compte-rendus de missions dans ces chambres climatisées.

Evitez-les : Evitez ces cadres qui viennent organiser des journées dites de la réconciliation sous une (ou deux) bâche meublée d'enfants mineurs, au chef-lieu du département (craignant pour leur sécurité et celle de leurs belles 4X4 climatisées), des missions supposées les avoir conduit dans tous les villages et campements de la région, assorties de compte-rendus à vous rassurer à jamais.

Monsieur le président, les ivoiriens concernés par la réconciliation sont dans les Sous-préfectures, les quartiers précaires de nos villes, les villages et dans les campements de notre pays. Ce sont les paysans, les victimes, les indigents mais aussi les plus prêts à vous dire la vérité que vous recherchez. Ils sont prêts à tolérer, pourvu qu'ils soient écoutés et compris. Ils veulent parler pour se libérer et vivre en paix.

Les ivoiriens sont devenus extrêmement pauvres, qu'ils soient travailleurs du privé, fonctionnaires, commerçants ou paysans. Ils sont partout dans ce pays qui attendent vos collaborateurs devant leurs maisons ou leurs cases, pour écouter et se faire écouter dans un langage qui leur est bien familier, un langage qui ne continuera pas de les marginaliser.

Les ivoiriens veulent vous aider, venez vers eux. Le président Félix HOUPHOUET-BOIGNY a semé la graine du don de soi. Le président Alassane OUATTARA vous offre, ici, la belle occasion de l'entretenir pour qu'elle produise cette vraie paix du cœur qui va constituer le socle du vrai développement économique et social de ce pays.

Attention:

Un Etat de droit est un Etat dont les citoyens sont des sujets de droit.

A ce jour, environ 66% des ivoiriens existent officiellement sur le registre de l'état civil de Côte d'Ivoire (si ce dernier existe encore) pour environ 25% des décès déclarés.

Si la réconciliation se fait seulement sur le plan politique, la même cause risque de produire les mêmes effets, plus tard.

Que Dieu vous aide!

 


KAHOU Bi Tokalo, Assistant Social Diplômé d'Etat,

en service au Ministère de la Justice.

Contacts : E-mail : tokalonan@yahoo.fr

Mobile : (225) 05.05.40.64

mercredi, 14 décembre 2011

L'ONU APPELLE A UN RECOMPTAGE DES VOIX EN RD CONGO


JOSEPH KABILA.jpg

Alors qu'elle a soutenu la voie des armes en Côte d'Ivoire, l'ONU appelle à un recomptage des voix en RD Congo.


Comme la Côte d'Ivoire, la République démocratique du Congo est un pays d'Afrique subsaharienne où, à la suite d'une élection présidentielle, deux candidats se sont considérés vainqueurs.

Comme en Côte d’Ivoire, institutions nationales et observateurs internationaux s’emmêlent les pinceaux. Comme en Côte d’Ivoire, l’ONU est présente en République démocratique du Congo et impliquée dans le processus électoral. Mais après avoir bombardé en Côte d’Ivoire le camp qui demandait le recomptage des votes et la vérification des procédures, l’ONU exhorte la Commission électorale congolaise, qui a déjà livré des résultats, à effectuer un nouveau décompte, plus transparent, pour mettre tout le monde d’accord. L’ONU, qui a plébiscité un schéma guerrier en Côte d’Ivoire, demande que la crise postélectorale congolaise trouve sa solution de manière pacifique, dans le cadre des institutions, notamment celles spécialisées dans la médiation.

Là où en Côte d’Ivoire, un incroyable flou artistique et des généralités étaient opposées au camp qui avait décidé de recourir à la voie légale du contentieux, l’ONU demande, en RDC, un traitement exhaustif et transparent de toutes les réclamations. On croit rêver. Et l’on se convainc une fois de plus de ce que la «communauté internationale» est une girouette cynique qui n’a aucun principe, mais qui se «cale» sur l’agenda des différentes grandes puissances dans leur aire d’influence. Et qui justifie l’injustifiable, comme on le voit aujourd’hui avec la glorification, par l’ONU, d’un scrutin qui a été tout sauf inclusif, et que les Ivoiriens ont boudé, par voie de conséquence…

Nous diffusons, ici, le communiqué intégral de la Mission des Nations unies en RDC (MONUSCO), plaidant pour un recomptage des voix.

«La Mission des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) a appelé lundi la Commission électorale nationale indépendante de la RDC (CENI) à garantir que le décompte, la compilation et la vérification des résultats des élections de l'Assemblée nationale soient menés de manière transparente».

«En outre, en vue d'éviter des problèmes tels que ceux identifiés lors des élections présidentielles, la MONUSCO recommande à la CENI de prendre des mesures correctives pour les élections futures», a dit la Mission onusienne dans un communiqué de presse.

La Mission onusienne a pris acte des déclarations publiées le 10 décembre dernier par la Mission d'observation électorale du Centre international Carter en RDC et d'autres missions d'observation sur les résultats provisoires de l'élection présidentielle tels que proclamés le 9 décembre par la CENI, donnant le Président sortant Joseph Kabila en tête du vote. Selon la presse, Joseph Kabila a été déclaré vainqueur avec 48,95% des voix, face à l'opposant Etienne Tshisekedi qui a obtenu 32,33% des voix. La MONUSCO a noté « avec une vive préoccupation les conclusions de ces Missions d'observation relatives aux irrégularités relevées dans la gestion du processus des résultats, en particulier le décompte et la compilation des voix ».

La MONUSCO a exhorté la CENI à « entreprendre urgemment un examen rigoureux des problèmes relevés par les Missions d'observation, en associant pleinement les témoins et les observateurs y compris les groupes d'observateurs étrangers, qui pourraient donner un avis technique à cet effet ». La Mission a de nouveau appelé les parties à résoudre toute dispute par des voies pacifiques à travers les institutions établies à cet effet, y compris le Comité national de médiation, et a souligné l'importance d'un traitement exhaustif et transparent de tout contentieux électoral par la Cour suprême de justice. La MONUSCO a également réitéré son appel aux acteurs politiques « de s'abstenir de tout acte d'incitation à la violence et à la confrontation » et a exhorté « les services de sécurité et les institutions judiciaires à exercer leurs fonctions avec retenue, de se conformer aux principes internationaux des droits de l'homme lors de la gestion des manifestations publiques ».


Source: un.org


In le quotidien ivoirien « Le Nouveau Courrier » N° 390 du mardi 13 décembre 2011.

LES VRAIES RAISONS DE L'ASSASSINAT DU GUIDE LIBYEN MOUAMMAR KADHAFI



 

Le projet RASCOM 1 pour la couverture satellitaire de toute l'Afrique et le Fonds Monétaire Africain (42 milliards de dollar contre 25 milliards de dollar pour le grand FMI) devant booster le développement de notre continent, sont à la base de l'assassinat lâche du Guide libyen par l'OTAN et les puissances occidentales. Vidéo.


Que DIEU délivre l'Afrique!

LES AVOCATS DE LAURENT GBAGBO ECRIVENT A LA CPI

 

 

Les avocats du président Laurent Gbagbo, Me Lucie Bourthoumieux, Me Roland Dumas, Me Jacques Vergès et Me Marcel Ceccaldi écrivent à la CPI pour exiger la prise en compte de la période 2002-2011 pour la conduite des enquêtes de crimes contre l'humanité et crimes de guerre en Côte d'Ivoire demandées par Alassane Ouattara.


Bientôt, la trappe se refermera sur son concepteur!


DIEU bénisse la Côte d'Ivoire!

LE RDR S'EST ENCORE SIGNALE PAR UNE FRAUDE MASSIVE, DES SACCAGES D'URNES ET LA FALSIFICATION DES RESULTATS

 

MARCHE DU PDCI A YOPOUGON.jpg

Marche des militants du PDCI-RDA, ce mardi 13 décembre 2011, à Yopougon, pour protester contre les fraudes électorales du RDR et le vol de leur victoire.

 

UNE N° 5171 SOIR INFO.jpg

Le RDR, un parti violent et anti-démocratique! La preuve par mille nous a été donnée dans ces législatives. A peine 14% de taux de participation et il a encore massivement fraudé, flouant ainsi des dizaines d'élus PDCI et de bien d'autres partis. La grogne s'amplifie et la déflagration couve.

UNE N° 4062 L'INTER.jpg

Des préfets et sous-préfets ont été séquestrés, des urnes ont été saccagées et de faux résultats locaux, proclamés, le président de la CEI de Kouibly, pris en otage à son siège et contraint d'annoncer des résultats truqués, le RDR y saccage tout et s'y proclame vainqueur, les militants du PDCI-RDA marchent et crient à la fraude à Yopougon et à Bouaké, le MFA porte plainte contre le RDR à Bouna, l'UDPCI veut prendre la rue, des fraudes dénoncées à Divo et Facobly, des morts votent à Attécoubé, l'annulation du scrutin exigé. Qui donc jubilait: "Le FPI absent, la violence aussi"? La presse pro-ADO? Vraiment partisane jusqu'à la bassesse professionnelle!

UNE N° 4008 NOTRE VOIE.jpg

Et qui donc parle, aujourd'hui, de légitimité et de scrutin libre et transparent? L'UEMOA et l'UA? Ces machines à détruire l'Afrique, ces lèches-bottes de l'Occident et de Nicolas Sarkozy? Pfff!!! Nous prenons, ici, à témoin tous les fils de l'Afrique digne et le monde entier: la vérité sur la victoire écrasante de Laurent Gbagbo à la Présidentielle 2010 est désormais sous vos yeux!

UNE N° 391 LE NOUVEAU COURRIER.jpg


Que DIEU bénisse la Côte d'Ivoire!


DINDE Fernand AGBO

OUATTARA EST-IL EN TRAIN DE COMMETTRE LES DERNIERES ERREURS QUI VONT LE COULER?


ALASSANE OUATTARA 2.jpg

Brève analyse des deux derniers événements majeurs en Côte d'Ivoire.



1. Le transfert du Président Gbagbo à La Haye: Encore une fois, je ne sais pas quelle mouche les a piqués pour envoyer le président à cet endroit. C'est une erreur dont la gravité se mesure à l'échelle d'une catastrophe ou détonation nucléaire, et ils paieront CASH pour l'avoir commise.

Au début, certains parmi vous n'avaient pas compris quand j'ai dit que c'était une grosse erreur, mais maintenant tout le monde comprend. Aucun avocat ne peut se réjouir d'un tel événement concernant son client, mais l'erreur est tellement grosse que les avocats du Président Gbagbo affichent ouvertement leur « satisfaction et joie » devant ce transfèrement et se préparent contre la CPI et son procureur.

Ce dossier met la Cour Pénale Internationale dans une très mauvaise posture et je demeure convaincu qu'elle cherchera à s'en débarrasser. Mais quoi qu'il arrive, je pense que le Président Gbagbo sortira grand vainqueur de cette affaire de la CPI et il en récolte déjà les dividendes, au lieu d'être à Korhogo en train de mourir à petit feu.

2. Les élections législatives: J'ai régulièrement entendu des médias américains dire ouvertement et sans ambages qu'on ne sait pas qui a gagné les élections présidentielles en Côte d'Ivoire, contrairement à leur président Obama et le nain gangster de l'Elysée qui ont pris fait et cause pour Ouattara.

Les législatives d'hier devaient trancher cette question et l'ont tranchée de fort belle manière. Ouattara et la coalition rebelle appellent à voter, les représentants du Président Gbagbo disent aux Ivoiriens: « Ne votez pas, restez chez vous ». Tout était mis en place pour un « ultimate showdown » et une sorte de reprise de la présidentielle de Novembre 2010, pour voir qui est majoritaire en Côte d'Ivoire.

Chaque parti risquait gros en prenant une position ferme sur les législatives. Ouattara et sa coalition rebelle ont tenu à faire le scrutin. Le FPI aussi a risqué gros en maintenant son mot d'ordre de boycott, au risque d'être désavoué par les Ivoiriens et confirmer le RDR comme parti majoritaire. Hélas pour le RDR, le verdict des urnes fut sans appel ; les Ivoiriens, toutes régions confondues, ont suivi le FPI à au moins 80%. Et Gbagbo n'était même pas là, il n'est même pas intervenu. Dans ces conditions, comment ne pas reconnaître Gbagbo comme le seul véritable maître du jeu politique en Côte d'Ivoire? Qui peut et comment peut-on ignorer ces données? Comment Ouattara pourra-t-il continuer à mentir aux blancs qu'il est majoritaire en Côte d'Ivoire et que quelqu'un veut l'exclure?

Voilà deux événements ou Ouattara et la coalition rebelle ont joué et perdu, et tout le monde a été témoin. Si vous pensez que ça n'aura aucun impact sur l'ardeur des soutiens de Ouattara et des rebelles, en Côte d'Ivoire comme à l'extérieur de la Côte d'Ivoire, c'est que vous ne savez pas lire les événements politiques.

Comment Choï et Ban Ki Moon vont-ils expliquer avoir utilisé les ressources de l'ONU, sans mandat, pour faire la guerre à un Etat souverain afin d'imposer un homme qui ne peut même pas obtenir plus de 20% de taux de participation dans des élections qu'il a lui même organisées?

Ceci est un grand revers pour Ouattara et s'il commet encore quelques gaffes pareilles, ce sera juste une question de temps avant que ses propres gaffes l'emportent.

Les avocats du Président Gbagbo ont suivi avec intérêt et une attention TOUTE PARTICULIERE les législatives du 11 décembre et attendez-vous à ce que ce soit mentionné dans les débats ou documents, à La Haye.

Ouattara est en train de creuser sa propre tombe, lentement mais sûrement.


Source : Facebook Maître Namory Fatogoma Dosso.

mardi, 13 décembre 2011

MARE NOSTRUM: LE LAC DE L'OTAN

 

L’OTAN veut faire de la Méditerranée une mer intérieure semblable à la « Mare Nostrum » des romains. L’OTAN est le bras armé des Etats Unis, les autres alliés ne sont que des faire-valoir, la Grande Bretagne et la France en sont les serviteurs les plus zélés. On a vu comment ils ont rapidement reconnu le gouvernement fantoche libyen équipé et formé par leurs soins et comment actuellement ils tentent la même chose en Syrie.

Le détroit d’Ormuz est un passage crucial pour le pétrole exporté vers l’Asie, 16 millions de barils par jour. Et Bab el-Mandeb, entre la Corne de l’Afrique et le Moyen-Orient est le lien stratégique entre la Méditerranée et l’Océan Indien, avec un débit de 4 millions de barils par jour.

Couper l’accès de la méditerranée à la Russie et compliquer les approvisionnements de la Chine en pétrole sont les priorités de Washington. Et pour établir un contrôle de la frontière méridionale de la Russie, il faut déstabiliser la Syrie, afin d’y implanter un gouvernement ami. Pour la Russie, l’intervention occidentale en Syrie est totalement inacceptable. La seule base navale russe en Méditerranée orientale est le port syrien de Tartous. En outre, le complexe militaro-industriel russe perdait l’approvisionnement de ses clients syriens et de ses alliés, ainsi que tous accès au marché méditerranéen. Les navires russes seraient obligés de faire de grands détours pour échapper au contrôle américain.

La Russie sait que si le modèle libyen est reproduit en Syrie, la Méditerranée deviendra le lac OTAN. Maintenant que Kadhafi est hors d’état de nuire, il était un des rares à s’opposer à l’expansion de l’AFRICOM (U.S. Africa Command), les seuls pays encore récalcitrants dans la région sont : le Liban, l’Érythrée, le Soudan et l’Iran. Moscou sait aussi que le Grand Moyen-Orient de conception US va de la Mauritanie au Kazakhstan.

L’OTAN continue d’étendre ses frontières aux portes de la Russie, quiconque regarde une carte comprend immédiatement le but du développement des bases américaines et de l’OTAN, l’encerclement de la Russie et de l’Iran, et le projet de couper les routes de la Chine. L’expansion de la défense antimissile en Europe de l’Est et en Turquie en est une nouvelle preuve.

Jusqu’où ira le jusqu’au boutisme occidental, toujours plus loin dans la fuite en avant, dans la folie de tout contrôler. Déjà le pentagone a vu d’un mauvais œil la naissance du BRICS (Brésil-Russie-Inde-Chine-Afrique du Sud), mais il est surtout agacé par l’Organisation de Coopération de Shanghai élargie (OCS), qui devient un bloc économique, mais aussi militaire.

L’Amérique du Sud, après des siècles de domination américaine, est en train de s’émanciper, mais Chavez n’est pas dupe, et il rapatrie l’or et les avoirs de son pays qui sont dans les banques européennes et américaines, car il sait que tôt ou tard, l’Empire frappera. L’ingérence permanente des puissances occidentales dans les affaires des autres pays est une menace pour la paix. On crée des terroristes, des menaces, des dictateurs sanguinaires, bref des épouvantails. On oublie trop facilement qu’au Moyen Orient le seul pays qui a développé des bombes atomiques sans aucun contrôle et qui bafoue tous les jours les droits de l’homme, c’est Israël. Et le seul pays qui a testé ses bombes atomiques grandeur nature sur des populations civiles, c’est le pays de la démocratie et de la liberté : les Etats-Unis d’Amérique !

 

Robert Gil


Article original sur Conscience Citoyenne Responsable

http://2ccr.unblog.fr/2011/12/12/mare-nostrum-le-lac-de-l...


Source: AGORA VOX

lundi, 12 décembre 2011

LEGISLATIVES 2011: LE PDCI CRIE DEJA A LA FRAUDE!


ALPHONSE DJEDJE MADY.jpg

En dépit du faible taux de participation des électeurs au scrutin du 11 décembre, le Rassemblement des républicains (RDR) caracole en tête avec le plus grand nombre de députés selon les premiers résultats provisoires. Son allié, le Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), crie déjà à la fraude.

Le Rassemblement des républicains (RDR) est en passe de diriger l'hémicycle avec le nombre de sièges de députés remportés à l'issue du scrutin du 11 décembre. Tout le monde savait que la partie devait se jouer entre cette formation politique et le PDCI. Pour l'heure, le parti de Ouattara est loin devant celui de Henri Konan Bédié, deux alliés au sein du RHDP.

En attendant la proclamation définitive des résultats par la CEI, le Parti démocratique de Côte d'Ivoire, crie à la fraude et accuse par ailleurs le RDR d'être responsable de nombreuses irrégularités dans certains bureaux de votes. «Nous nous sommes faits avoir par le RDR. A Abobo, malgré l'alliance qui nous lie, ce parti n'a pas hésité à faire des bourrages d'urnes dans certains quartiers. C'est le cas à Sagbé (derrière rails) où des bureaux de vote ont fermé à 20 heures au lieu de 17 heures 30, comme annoncé par la CEI», a déclaré un militant du PDCI rencontré ce dimanche tard dans la nuit à la CEI. D'autres informations en notre possession font état de ce que le RDR n'a pas fraudé seulement à Abobo.

Les militants du PDCI contestent également les résultats provisoires de Koumassi, Port-Bouet, Treichville, etc. qui donnent l'avantage au RDR. Des cas de fraudes et de bourrages d'urnes ont été décelés à l'intérieur du pays par les militants du PDCI qui ont joint koaci par téléphone ce lundi matin. «Les résultats sont truqués. Le RDR nous a roulé dans la farine. Il y a eu des fraudes massives dans certains quartiers de la ville de Bouaké, notamment à Sokoura, à Belleville et à Odiénékourani. Nous ne savons pas pourquoi, les responsables du PDCI peuvent continuer de collaborer avec un tel parti qui ne respecte pas ces engagements, » a indiqué un militant PDCI très en colère, avouant que des fraudes massives ont été enregistrées dans la plupart des bureaux de votes de la partie septentrionale de la Côte d'Ivoire, selon les informations qui lui parviennent de cette partie du pays.

En dépit de la défaite assurée du PDCI, ce parti a fait une percée notable dans le pays Attié, certainement à cause de la non participation du Front populaire ivoirien (FPI) aux législatives. Une percée qui s'est concrétisée dans des bureaux de votes quasiment vides selon nos investigations. Il convient de souligner, par ailleurs, que la nuit électorale organisée par la CEI a été un véritable échec.

La presse dans son entièreté a boycotté cette rencontre qui finalement n'a rien apporté à la poignée de journalistes qui fait le déplacement du siège de cette institution sis aux Deux-plateaux, notamment les agents de la RTI.



Wassimagnon, KOACI.COM ABIDJAN.

 

Source: COTE D'IVOIRE LA VRAIE

PARTICIPATION AUX LEGISLATIVES : LE REGIME OUATTARA SE PREPARE A PUBLIER DE FAUX CHIFFRES (FPI EN EXIL)

 


ASSOA ADOU.jpg

Le 11 décembre 2011, les électeurs ivoiriens ont été appelés aux urnes pour les élections législatives de 2011. Le Front Populaire Ivoirien avait appelé au boycott de ces élections pour, protester contre le coup d'état de la France du 11 avril 2011 ayant installé au pouvoir le vaincu du deuxième tour des élections présidentielles, protester contre la déportation à la CPI du Président Légitime et légal de la Côte d'Ivoire et enfin pour dénoncer l'inexistence de conditions politiques, sécuritaires et techniques minimales pour la tenue d'une élection transparente, inclusive, consensuelle et véritablement démocratique en Côte d'Ivoire.

Au soir de ces élections, nous faisons le constat suivant :

1. Le taux de participation dans les différents bureaux de vote varie entre 5 et 20%.

2. Contre toute attente, la proclamation des résultats est suspendue et reportée.

3. Le pouvoir OUATTARA tente de minimiser sa défaite par anticipation en cherchant à atteindre le taux de participation des élections législatives de 2000.

4. Le mot d'ordre du boycott pacifique lancé par le FPI a été largement suivi par les ivoiriens et la presse étrangère s'en est fait l'écho tout au long de la journée électorale.

5. L'appel lancé par M. OUATTARA, toujours Président du RDR, parti en compétition, en dehors de la campagne électorale, le jour même des élections, appel manifestement illégal, est resté sans effet.

Pour rappel :

En 2000, le taux de participation aux élections présidentielles était de 37.4%. L'appel au boycott des élections législatives en 2000 par le RDR a eu peu d'effet sur le taux de participation qui a légèrement baissé d'environ 4 points, passant de 37.4% aux élections présidentielles à 33.1% aux élections législatives.

En 2010, le taux de participation aux élections présidentielles inclusives était de 81.1%. Si ces élections législatives avaient été acceptées par les ivoiriens, le taux de participation aurait certainement baissé dans les proportions similaires qu'en 2000, soit de 4 points et serait autour de 77% .

 

Au vu du constat et du rappel, nous pouvons tirer les conclusions suivantes :

1. Le vrai vainqueur des élections présidentielles et législatives est le Président Laurent GBAGBO, son parti et ses alliés.

2. M. Alassane OUATTARA vient de subir une défaite cuisante aux législatives confirmant sa défaite aux élections présidentielles.

3. La suspension de la proclamation des résultats permettra assurément de transformer cette défaite  dans les urnes, en victoire pour la presse et l'opinion internationale en faisant annoncer de faux chiffres proches du taux de participation des législatives de 2000 par le même Youssouf BAKAYOKO et s'assurer de la certification de l'ONUCI, comme aux élections présidentielles de 2010.

 

Nous tenons à féliciter vivement la direction du FPI et ses alliés du CNRD, les militants et le peuple de Côte d'Ivoire qui viennent de désavouer pacifiquement et de manière très claire, le coup d'état de la France et le pouvoir ethno génocidaire qui sévit en Côte d'Ivoire depuis le 11 avril 2011.

Nous invitons les militants à rester mobilisés pour restaurer nécessairement la démocratie et l'Etat de droit dans notre pays.

Nous demandons la libération immédiate de Laurent Gbagbo, Président légitime et légal de la Côte d'Ivoire, et de tous les prisonniers politiques, pour une réconciliation inclusive autour de la démocratie et de l'Etat de droit.


Dr Assoa Adou

Président et porte parole de la coordination du Fpi en exil.

 

Source: NOUVEAU COURRIER.INFO

LEGISLATIVES IVOIRIENNES 2011: LE DESERT ELECTORAL

 

BUREAU DE VOTE BOUAKE.jpg
Bureau de vote cherche électeurs à Bouaké. Impensable!

Ci-dessous, les dépêches de l'Agence ivoirienne de presse - pro-Ouattara, on ne nous accusera donc pas de traitement partisan -, témoins du désert électoral NATIONAL des législatives (jusque même dans les zones favorables au RDR et au PDCI) organisées par Alassane Ouattara (100% de représentants à la CEI, qui n'est donc plus du tout indépendante !). Le monde entier sait désormais où se trouve la majorité et qui a gagné la présidentielle de 2010 !

 

Législatives 2011 : Vote au compte-gouttes à Odienné

Date : 11/12/2011 | 14:07 - AIP

A l'exception des lieux de vote du Centre social et du Hall d'information où il y a eu une relative affluence, le scrutin à Odienné se fait au compte-gouttes, dans le calme et la sérénité, a constaté l'AIP en faisant le tour de certains lieux de vote. Une heure après l'ouverture du vote qui s'est faite entre 7h et 7 h 30, les bureaux n'avaient enregistré qu'une dizaine de votes, selon les agents électoraux interrogés. L'on explique cette faible affluence de la première heure par le froid assez rude de l'harmattan qui a dû maintenir les électeurs à la maison. Dimanche étant également le jour du marché hebdomadaire d'Odienné, les électeurs, notamment les femmes sont attelés à s'approvisionner en vivres pour la semaine.


Législatives 2011 : Taux de participation très faible à Issia

Date : 11/12/2011 | 19:27 - AIP

Les législatives dans le département d'Issia, auxquelles s'affrontent quatre listes sur 13 enregistrées au niveau de la commission électrale indépendante(Cei), à mi-journée, laissaient entrevoir un taux de participation assez faible, notamment en zone rurale. Dans les bureaux de vote de l'école municipale, l'on a enregistré, à cette mi-journée, 25 votants pour 700 inscrits et 89 votants pour 384 dans les deux premiers bureaux de vote. Idem en campagne. En effet, sur quatre villages visités, Ouandia, Korékipra, Pézoan, Mimia, l'on a dénombré 44 votants pour 2600 inscrits. Cette faible participation, explique-t-on, serait la résultante d'une vaste campagne effectuée par une certaine classe politique en faveur de l'abstention.


Scrutin timide à Korhogo, les électeurs se font désirer

Date : 11/12/2011 | 19:19 - AIP

Les populations ont voté leurs députés, ce dimanche, à Korhogo, dans le calme, avec une faible affluence devant les bureaux de vote, constat fait notamment aux groupes scolaires Gbon Coulibaly, Ouezzin Coulibaly, et au niveau des établissements Jean Delafosse, Nanguin et Nanlo Bamba.Leurs présidents des bureaux de vote ont fait remarquer de façon unanime qu'aucune file d'attente ne s'est constituée devant les différents bureaux de vote, depuis le début du scrutin, confirmant le taux de participation estimé à moins de 30% aux environs de 14H00 GMT. «Il y a une faible affluence, les électeurs viennent à compte- goutte », ont déclaré des agents électoraux qui attendaient patiemment les électeurs, qui se font désirer.


Scrutin législatif: Les bureaux de vote se ferment, la faible affluence confirmée à San Pedro

Date : 11/12/2011 | 19:17 - AIP

Les bureaux de vote pour les élections législatives ont fermé leurs portes, ce dimanche, à 18H précises, la faible affluence constatée, à la mi-journée, se confirmait à la fermeture du scrutin, avant le décompte des voix et la proclamation des résultats. Au lieu de vote Claire Ange, au quartier Lac, sur 304 inscrits sur les listings du bureau de vote (BV) n°2, seulement 41 se sont déplacés pour exprimer leur devoir de citoyen. Selon le président de ce bureau de vote, Félicien Krégbé Deza, sur les 41 votants, il y a eu 37 suffrages exprimés pour quatre bulletins nuls. Quatre candidats, du PDCI, de l'UDPCI, du RDR et un indépendant, briguent les deux postes de député à San Pedro commune.


Elections législatives /San-Pédro: Les lieux de vote demeurent désespérément vides à la mi-journée

Date : 11/12/2011 | 14:14 - AIP

Les lieux de vote pour le scrutin législatif demeurent désespérément vides, ce dimanche, à la mi-journée, à San Pedro, les bureaux de vote attendant indéfiniment les électeurs sans que ceux-ci ne s'y précipitent .La moyenne générale de votants dans chaque bureau de vote oscillerait, à la mi-journée, entre 20 et 40 votants, selon que l'on se trouve dans les quartiers résidentiels Lac et Cité ou au populeux quartier de Bardot ou encore au quartier JB, à la périphérie de la ville portuaire.Dans les lieux de vote Claire Ange au Lac et Poro à la Cité, les électeurs ne semblent pas se bousculer pour aller exprimer leur vote, aucune file d'attente n'était visible. Tableau à n'en pas réjouir, cela était inimaginable lors de la présidentielle passée.


Scrutin législatif : les bureaux de vote ouverts à 7h à San Pedro sans affluence

Date : 11/12/2011 | 10:07 - AIP

L'opération de vote pour les élections législative a effectivement débuté, dimanche, dans les différents bureaux de vote de la commune de San Pedro à 7h, mais contrairement à la présidentielle, l'affluence n'était pas encore au rendez-vous. "La moyenne de votants oscille autour de quatre électeurs", a déclaré, M. Christophe Dago superviseur du lieu de vote, Claire Ange, Dago, avec ses trois bureaux de vote qui ont ouvert à 7h précises comme le stipulent les textes, a-t-il ajouté. Selon lui, cette situation pourrait s'expliquer par le fait que c'est dimanche et que les gens se sont rendus dans les différents lieux de culte d'abord, avant de venir accomplir leur devoir de vote.


Côte d'Ivoire/législatives : la société civile peine à se déployer sur le terrain faute de moyens

Date : 11/12/2011 | 10:05 - Xinhua

Le président de la Coalition de la société civile pour la paix et le développement démocratique de Côte d'Ivoire (COSOPCI) Wodjo Fini Traoré a indiqué vendredi soir à Abidjan que la société civile ivoirienne a de la peine à se déployer sur le terrain relativement à l'observation du scrutin législatif faute de moyens. Selon M. Traoré qui intervenait lors d'une rencontre avec le Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU en Côte d'Ivoire Albert Koenders, l'insuffisance des ressources financières ne permet pas aux acteurs nationaux de la société civile d'envoyer un nombre conséquent de représentants dans les nombreux bureaux et lieux de vote durant ce scrutin "important".


Manifestation de soutien à Laurent Gbagbo devant la CPI à La Haye

Date : 11/12/2011 | 09:58 - AFP

Plusieurs centaines de partisans (là où il y en avait des milliers, Ndlr) de l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, soupçonné de crimes contre l'humanité commis lors des violences post-électorales fin 2010-début 2011, étaient rassemblés samedi devant la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye, a constaté une journaliste de l'AFP."Nous sommes ici pour manifester notre soutien au président Gbagbo", a déclaré à l'AFP Seri Zokou, l'un des organisateurs du rassemblement, avocat à Bruxelles et membre de l'équipe de défense de l'ex-chef d'Etat.Les manifestants, venus principalement de France, étaient rassemblés autour d'un podium installé dans la rue longeant la CPI où la circulation avait été coupée par la police néerlandaise.

SORTIE TRES CAUSTIQUE DE CALIXTHE BEYALA AU SUJET DU TRANSFEREMENT DE LAURENT GBAGBO A LA HAYE



CALIXTHE BEYALA 2.jpg

Aïe, aïe, aïe!!! Elle n'y est pas allée du dos de la cuillère! Très caustique, trop caustique mais pas du tout faux.

 

Mais qui donc conseille si mal Ouattara ? Quel imbécile, quel idiot, quel sot lui a demandé d'envoyer Laurent Gbagbo à la CPI ?

L'autre nom de l'erreur est l'aveuglement provoqué par la haine ; oui la haine qui nous fait faire n'importe quoi d'insensé, n'importe quoi de fou, de débile, de stupide. Oui du grand n'importe quoi qui fait sourire les fous eux-mêmes.

C'est ainsi que l'on peut qualifier Ouattara aujourd'hui, sans l'ombre d'un doute. Un insensé. Un malade mental. Un déglingué de la cervelle, car il faut cumuler toutes ces tares pour avoir un comportement tel que celui de cet homme qui veut conduire la destinée du peuple ivoirien.

En voulant se débarrasser de LG, en s'acharnant à le faire oublier, à le bannir, Ouattara a cru qu'en l'envoyant devant la CPI, cet acte le libèrerait de son rival politique et peut-être le grandirait, mais aux yeux de qui ? Pensait-il que ce faisant, les Ivoiriens l'aimeraient ? Que le monde entier l'applaudirait ?

Tout au contraire ! Que c'est cocasse ! Que c'est drôle si ce n'était point si triste ! Ouattara est devenu la risée de l'univers. Il est sans nul doute, l'homme politique le plus stupide que terre humaine ait connu ! Quelle imbécillité que de donner une telle visibilité à son adversaire ? Quelle ânerie que de lui offrir sur un plateau d'argent une telle tribune.

Eh, oui !

Voila LG en Emile ZOLA accusant à juste titre la France ! Voilà LG en grand dénonciateur des manigances mortifères de la France Afrique ! Voila LG en justiticant hurlant aux vents les meurtres de Ouattara et tout le monde l'écoute... et tous reconnaissent qu'il a raison... Il y a de quoi avoir honte. Oui, il y a de quoi avoir honte pour ses adversaires.

Eh oui !

Voilà LG en grand défenseur du continent Africain, tout debout seul devant une horde de sauvages, d'hommes malhonnêtes, d'esclavagistes ! Et l'Ivoirien accuse au nom de la Côte d'Ivoire, sa CI natale et aimée ! Et l'Ivoirien accuse au nom de l'Afrique spoliée ! Il Accuse au nom des peuples d'Afrique piétinés et écrasés ! Oui, LG accuse au nom du passé, du présent est de l'avenir.

Je ne voulais pas de cette injustice dont il a été victime... Mais aujourd'hui, force est de constater qu'il est de ces hommes faits pour l'Histoire et dont leur propre destin ne leur appartienne pas, que Laurent Gbagbo bâtit l'Histoire, qu'il fait l'avenir sans l'avoir voulu, car il en est ainsi de certains d'entre nous qui, malgré eux, sont des agneaux sacrificiels pour que le devenir des peuples change... et peut-être s'améliore.

Je puis affirmer que dans un futur proche, le nom de Laurent Gbagbo s'affichera sur les frontons des écoles, des gymnases, des salles de classes... Que ce nom de l'histoire africaine sera le nom des rues, des avenues, des bâtisses prestigieuses du Nord au Sud, de l'Est à l'Ouest du Continent Africain. Quant au nom de Ouattara, il fera sursauter les futurs générations d'horreurs, soulèvera des hoquets nauséeux. Quelle idée stupide ! Oui, mais il n'y avait rien de bon à attendre d'un humain qui a appelé des étrangers à tuer son peuple, des milliers d'Ivoiriens pour s'emparer du pouvoir.

 

Calixte Beyala, écrivaine franco-camerounaise.

dimanche, 11 décembre 2011

LEGISLATIVES: VERS UN TAUX D'ABSTENTION RECORD DE 87%


ELECTION EN CI.JPG

Législatives 2011. Sur les ondes de la RTI, Alassane Ouattara en personne a appelé les populations à sortir massivement pour aller voter, en qualifiant ce scrutin d'essentiel. Cet appel n'a pas été entendu - loin s'en faut. Les Ivoiriens sont restés enfermés chez eux et pour cause.

Les ONG qui ont travaillé dans la plus grande discrétion sur ce scrutin dit « essentiel » ont situé le record d'abstention à environ 87% : « On ne peut pas parler de taux de participation. On ne peut que parler de taux d'abstention », disait un observateur.

Finalement, l'on a assisté à un remake du référendum de 2000. Alassane Ouattara avait appelé les populations à rester chez elles. 13% l'ont écouté. 87% environ ont voté la constitution d'Août 2000.

En 2011, le même Alassane Ouattara appelle les ivoiriens à sortir massivement pour prendre part à des législatives « essentielles ». 87% environ sont restés enfermés chez eux contre seulement 13% de participants.

Abidjan ressemble vraiment à une ville morte, ce dimanche 11 décembre. L'ombre de la déportation de Laurent Gbagbo plane sur les élections...

On attend maintenant minuit pour voir ce que vont nous annoncer les truands de la CEI et de l'ONUCI !


Source: Facebook Mélanie Debrest

APRES SON TRANSFEREMENT A LA CPI, GBAGBO: SA NOUVELLE VIE A LA HAYE - VOICI LE DOCUMENT QUI CLARIFIE TOUT

 

UNE N° 4058 L'INTER.jpg

L'ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo s'est adapté à son nouvel environnement carcéral. Transféré à la Cour Pénale Internationale (CPI) le 30 novembre dernier, il n'a pas mis assez de temps pour se familiariser au mode de vie de la prison hollandaise de Scheveningen, le centre pénitentiaire situé dans les faubourgs de La Haye qui héberge les détenus de la CPI, du TPIY (Tribunal Pénal International pour la Yougoslavie) et du TSSL (Tribunal Spécial pour la Sierra-Leone). Passé le «choc» émotionnel de ce voyage-éclair en Hollande, comme l'a expliqué son avocat Maître Emmanuel Altit, Laurent Gbagbo réapprend à vivre une vie «normale».

En effet, lors de sa première audition par les juges de la Cour, lors de l'audience de comparution qui s'est déroulée le lundi 05 décembre dernier, le prisonnier le plus célèbre de toute l'histoire de la Côte d'Ivoire a révélé lui-même qu'il était satisfait des conditions de détention à La Haye. Comparativement à son assignation à résidence à Korhogo, où il s'est plaint de n'avoir «pas vu le soleil» assez souvent ; et aussi de ne pas pouvoir se promener dans la cour de «sa villa» ou de faire des exercices physiques.


Au pénitencier de Scheveningen, Laurent Gbagbo dispose d'espace pour se mouvoir et d'installations pour entretenir sa forme physique, morale, intellectuelle et spirituelle. Selon une note interne de la CPI intitulée «Comprendre la Cour Pénale Internationale», l'emploi du temps quotidien du quartier pénitentiaire permet à l'ancien chef de l'État ivoirien d'effectuer une promenade dans la cour de l'établissement (en plein air avec vue sur le ciel), de faire des exercices, de participer à des activités manuelles, de s'adonner à des activités sportives et de loisirs, etc. La prison dispose en effet en son sein, d'un court de tennis, d'un terrain de basket-ball et d'une salle de jeu baby-foot.


Laurent Gbagbo bénéficie également d'un suivi médical régulier, comme il l'a fait savoir déjà à sa première audience. Il a été soumis dès son arrivée à La Haye à des examens médicaux complets, et des soins de santé appropriés lui sont administrés pour calmer ses arthrites et ses douleurs articulaires et musculaires, notamment à l'épaule et aux poignets. En outre, Laurent Gbagbo loge dans une cellule individuelle de 10 mètres carrés équipée de chauffage (pour faire face au froid de l'hiver) et d'appareil pour le conditionnement de l'air (en temps de chaleur, par exemple en été). L'ex-numéro un ivoirien dort dans un lit monoplace en fer, et sa «chambre» dispose d'une salle d'eau (douche et toilette), d'un lavabo, d'une petite cuisine pour confectionner ses repas personnels - s'il ne veut pas manger la nourriture servie par l'établissement. Dans ce cas, il peut lui être affecté à sa demande, les services d'un cuisinier.


Télé, ordi, bibliothèque... et droit de visite !


La cellule individuelle de l'ex-chef de l'État dispose également de meubles de rangement, d'une chaise et d'une table de travail sur laquelle est posé un ordinateur multimédia. Selon ses communicants en Europe, Gbagbo a même droit à Internet, et ses sympathisants piaffent déjà d'impatience de le voir sur Facebook ! Cet équipement informatique personnalisé est la propriété «privée» du président Laurent Gbagbo, afin de lui permettre de travailler sur son dossier. Il a même droit à des cours d'informatique accélérés s'il le souhaite. Son ordinateur est connecté à un ordinateur spécifique de la Cour auquel seul son conseil, en l'occurrence son avocat Me Emmanuel Altit (il est pour l'instant l'un des seuls avocats de Gbagbo inscrit au Barreau de la CPI) peut accéder. Son conseil juridique peut ainsi lui communiquer ou transférer des informations liées à l'affaire, et l'ancien chef de l'État ivoirien peut faire ses observations et commentaires avant de les retourner à son ou ses avocat(s). Mais ce qui «réjouit» le plus Laurent Gbagbo en ce moment, c'est la bibliothèque de la prison.


De sources proches de ses conseils juridiques, l'ancien chef de l'État ivoirien passe le maximum de son temps dans la salle de lecture, où il peut compulser les journaux, magazines et livres rangés sur les étagères. Gbagbo a même déjà passé commande auprès de ses avocats, de livres qu'il souhaiterait lire... Toujours à la bibliothèque, il peut regarder la télé et s'informer sur la marche du monde, voire de son pays la Côte d'Ivoire. A La Haye, Laurent Gbagbo n'est pas «orphelin» comme il l'a été pendant les huit (08) mois de détention à Korhogo. Où il n'avait comme seul «compagnon» de résidence, que son médecin personnel, Dr Blé Christophe ; et de temps à autre, des visites de ses avocats. Depuis qu'il est arrivé au centre pénitentiaire de Scheveningen, l'ancien chef de l'État ivoirien a déjà reçu à quatre reprises, la visite de son conseil juridique attitré. Me Emmanuel Altit l'a rencontré pour la première fois au lendemain de son arrivée à la CPI, le jeudi 1er décembre. Ensuite le samedi 03 décembre pour préparer l'audience du lundi 5 décembre, puis dans la matinée de ce lundi, avant sa comparution devant les juges, et le lendemain de cette audition, c'est-à-dire le mardi 06 décembre. Gbagbo a aussi droit à la visite hebdomadaire d'un ministre de culte ou d'un conseiller spirituel.

Sur la liste de ses visiteurs, hormis ses avocats qui ont un droit de visite quasi-quotidienne, l'ancien chef de l'État ivoirien peut aussi recevoir des membres de sa famille biologique, les représentants de l'ambassade de la Côte d'Ivoire au Pays-Bas ou tous ses compatriotes qui en font la demande (dans les deux derniers cas cités, leurs requêtes sont soumises à un examen très minutieux du Greffe de la Cour). Déjà, sa fille Marie-Antoinette Singleton qui vit aux États-Unis d'Amérique est la première de ses enfants à avoir contacté, par le biais de son avocat, la CPI à l'effet d'aller rendre visite à son père. De bonne source, la procédure est très bien engagée, et la jeune dame qui n'a pas vu son ex-président de père depuis plus de deux ans, pourrait étreindre Laurent Gbagbo dans les prochains jours et semaines, à La Haye. Selon les premières informations en notre possession sur le séjour de Gbagbo à la CPI, l'ex-chef de l'État qui était un couche-tard quand il était en fonction, a radicalement changé ses habitudes. Laurent Gbagbo se met au lit vers 22H30 après sa méditation du soir, et se lève très tôt, à 5H du matin, nous dit-on, pour faire une introspection et effectuer sa première prière du jour.

Anassé Anassé

 

Source: L'INTER

vendredi, 09 décembre 2011

POURQUOI GBAGBO REVIENDRA DE LA CPI

LAURENT GBAGBO A LA CPI.jpg

Laurent Gbagbo devant la juge argentine, Sylvia Fernandez de Gurmendi, à sa première comparution devant la Cour pénale internationale. Un spectacle qui laisse interdit, incrédule. Tant le surréalisme révolte et la conspiration donne à vomir. Sentiments contradictoires, ambivalents, empreints à la fois de la joie de revoir, pour la première fois depuis sept mois, le « Woody » national, de tristesse, de recueillement, parfois de colère et finalement de soulagement et d'espoir. Après la valse des émotions, l'analyse froide. Tout bien considéré, c'est la meilleure chose que nous puissions espérer.

En effet, l'on ne pouvait qu'être habité de cette conviction intime à la vue d'un Laurent Gbagbo, certes amaigri et quelque peu diminué physiquement, mais qui a gardé la pugnacité légendaire que nous lui connaissions, ici, sur les bords de la Lagune Ebrié, depuis qu'il est en politique.

D'entrée de jeu, il annonce les couleurs en chargeant clairement et sans équivoque aucune la France et Alassane Ouattara. Ce qui laisse à tous une idée de ce que pourrait être la suite de ce transfèrement illégal, parti d'une arrestation illégale, suivie d'une déportation illégale, aggravée d'une détention illégale et couronnée d'une séance de jugement « volée » par le juge de l'application des peines, à Korhogo, ayant débouché sur un transfert inique et inqualifiable. Un véritable cas d'école qu'il faudra étudier dans les facultés de droit !

D'aucuns pourraient dire : « On ne revient jamais de la CPI. Gbagbo est fini ». Ce qui explique justement la joie - véritable énigme, il faut l'avouer - des militants du RHDP (pas tous, d'ailleurs), nostalgiques d'une époque antique, celle des esclavagistes et des colons qui cassent du noir et qui pillent impunément une Afrique riche et généreuse, malheureusement trop couarde et peu solidaire. Mais ils pourraient bien vite ravaler leur joie. Parce qu'en réalité, les choses ne font que commencer et ceux qui pensent avoir joué une belle carte pourraient bientôt se mordre le doigt jusqu'à l'os.

Nous en voulons pour preuve un certain nombre d'indices révélateurs. D'abord, cette déclaration sur TV5 Monde de l'avocat tunisien, Me Faouzzi Kamel Hamdaoui : « Le Président Gbagbo sera le premier homme politique à être acquitté par la CPI. Nous disposons d'un arsenal de preuves qui n'épargne personne tant en France qu'à travers le monde. En droit pénal, on appelle ces preuves PNRA. Je ne vois pas comment ce tribunal peut rendre un verdict autre que la relaxe du président Laurent Gbagbo, avant l'été 2012, dès la première audience. J'ai souhaité ce transfert; il était tant attendu. Le moment a sonné pour tous ceux qui ont soif de justice dans le monde. Des images et des écrits seront portés à leur connaissance pour (connaître) ce complot international ».

Nous le voyons, rien n'est gagné d'avance pour le camp Sarkozy-Ouattara. Ils ont peut-être réussi le tour de force - c'est le lieu de le dire ! - de déporter un autre africain à La Haye, au mépris de toutes les règles de droit, occasionnant ainsi un grave vice de procédure dans le transfèrement de l'ex-président ivoirien, mais celui-ci va immanquablement leur rester en travers de la gorge. Véritable animal politique au moral d'acier, ils ont véritablement à craindre Laurent Gbagbo. Non seulement pour sa combativité hors pair, mais aussi et surtout pour la mobilisation exceptionnelle et inédite que cette injustice criante à lui faite a engendrée chez tous les africains panafricanistes et chez tous les citoyens du monde, épris de justice et de vérité. Ce procès est donc sorti du domaine privé et personnel de Laurent Gbagbo pour se déporter sur la place publique et dans la cause commune, ralliant toutes les aspirations souverainistes, indépendantistes africaines et capitalisant les frustrations des peuples brimés et opprimés du continent noir, surtout après la « guerre humanitaire et démocratique » de Libye, menée par l'OTAN, qui a vu l'assassinat lâche du Guide libyen nationaliste et panafricaniste invétéré, Mouammar Kadhafi, et le coup d'Etat français en Côte d'Ivoire, dénoncé par le président Laurent Gbagbo à sa première comparution. En voulant mettre sous l'éteignoir un africain indocile, qui refuse de se plier au diktat de l'Occident et de la Françafrique, le trio infernal Sarkozy-Ouattara-Ocampo n'aura finalement réussi qu'à en faire une icône internationale, à l'image du célèbre prisonnier de l'Apartheid, Nelson Mandela.

Tous les ivoiriens et africains amoureux de la justice devraient s'en convaincre : il n'y a que de la mort et du séjour des morts que l'on ne revient pas. La CPI n'est justement et heureusement ni l'une ni l'autre. Il faut donc garder espoir et conserver un esprit incisif, combatif, à l'image de l'ex-président ivoirien. C'est désormais une affaire de procédures, d'argumentaires et de confrontation de preuves. En la matière, les avocats de Laurent Gbagbo sont plus qu'armés. Sûrement mieux outillés que l'adversaire. Si le Droit existe sur cette petite planète bleue, sur cette terre des hommes, alors aucun doute n'est permis : Laurent Gbagbo reviendra sur les bords de la Lagune Ebrié, en homme libre et blanchi. Ce sont même ses adversaires qui ont, au contraire, tout à craindre. Eux qui vont certainement prendre sa place dans les cellules des couloirs sinistres de la CPI, à Rotterdam.

Au chapitre des indices révélateurs de la conspiration politique contre l'ancien chef d'Etat ivoirien, il faut relever l'extrême rapidité de l'enquête menée en Côte d'Ivoire par le procureur Luis Moreno-Ocampo. Tant et si bien qu'elle est apparue invisible ! Comme le rapportait Le Nouveau Courrier, la semaine dernière, Christian Chartier, directeur du centre d'observation de la justice internationale, ancien porte-parole du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), qu'on ne peut pas précisément accuser d'être un pro-Gbagbo, s'est indigné récemment sur RFI, la radio internationale française : « Ocampo aurait voulu faire en sorte que l'on  comprenne que la justice internationale peut être instrumentalisée à des fins politiques qu'il n'aurait pas pu mieux faire... Cette enquête est d'une rapidité suspecte (commencée seulement le 3 octobre et bouclée en novembre. Un véritable record !) ».

Il a donc tout logiquement, en connaisseur de ce type de dossier, qualifié le mandat d'arrêt qui en est sorti « d'un vague extrêmement inquiétant ». Et pour cause : « Dans le mandat d'arrêt, on parle de violences contre des communautés ethniques et religieuses spécifiques sans pour autant les désigner. Il y a quand même des choses troublantes dans cette affaire et que je trouve extrêmement inquiétantes pour la CPI », a-t-il relevé. En clair, des charges contre Laurent Gbagbo mal qualifiées et dénotant d'un manque de professionnalisme déconcertant de la part d'un juriste du rang de l'argentin que seules ne peuvent expliquer que la mauvaise foi et l'imposture.

Les chefs d'accusation ont été, certes, faciles à formuler pour le Procureur Luis Moreno-Ocampo, mais une toute autre chose est de parvenir à les étayer. C'est là que les avocats du Président Gbagbo attendent de pied ferme ce procureur au service des grandes puissances, qui foulent au pied la justice pour satisfaire aux desiderata de « petits copains ».

Pire, Ocampo n'a pris l'attache ni de la division des droits de l'homme de l'ONUCI (incontournable dans le cas de figure) ni des magistrats envoyés en mission par la CPI (sa propre structure) sur le dossier ivoirien. Il s'est plutôt appuyé sur les investigations biaisées, maladroites, non professionnelles et forcément partisanes de la « Coalition pour la CPI » d'Ali Ouattara, en réalité un démembrement du RDR, le parti d'Alassane Ouattara. Quel crédit peut-on alors accorder à une telle association, si tant est qu'elle peut mener des investigations judiciaires, et à un tel homme de droit ?

Ces incongruités d'une rare énormité n'empêchent pas le procureur Ocampo de se fendre, dans un mandat d'arrêt loufoque, de chefs d'accusation tout aussi carnavalesques : « Au vu des éléments de preuve (quelles preuves ?), la Chambre conclut qu'il y a des motifs raisonnables de croire qu'au lendemain des élections présidentielles en Côte d'Ivoire, les forces pro-Gbagbo ont attaqué la population civile à Abidjan et dans l'Ouest du pays, à partir du 28 novembre 2010. Elles ont pris pour cible des civils qu'elles pensaient être des partisans d'Alassane Ouattara, et les attaques étaient souvent dirigées contre des communautés ethniques ou religieuses spécifiques (encore une fois, lesquelles ?) ». Or, il est clair pour tous que c'est le « Commando invisible » d'Ibrahim Coulibaly alias IB, partisan et chef de guerre d'Alassane Ouattara, et Soro Guillaume, depuis l'Hôtel du Golfe, qui ont commencé les hostilités et notamment les tueries à Abobo, après le deuxième tour de l'élection présidentielle du 28 novembre 2010. Qu'en est-il de leur citation ou de leur assignation devant la CPI ? Mutisme absolu !

Pour notre part, il n'y a rien à craindre pour le Président Laurent Gbagbo, même si la CPI est internationalement reconnue pour être particulièrement lente. Monsieur Christian Chartier le relève justement : « La CPI existe depuis dix ans et n'a pas rendu à ce jour un seul jugement ne serait-ce qu'en première instance ». Qu'à cela ne tienne, les meneurs de la lutte pour la libération de Laurent Gbagbo et pour le triomphe de la vérité et de la justice devront s'armer de courage et de détermination pour le faire relaxer, avec des preuves inattaquables qui vont renverser la vapeur. Bientôt, la peur va changer de camp. Pour se transporter dans celui d'un Nicolas Sarkozy empêtré dans l'écheveau de la crise financière européenne, à la remorque de l'Allemagne de la Chancelière Angela Merkel pour un salut problématique et d'un Alassane Ouattara qui devra redouter comme la peste que la défense de Laurent Gbagbo parvienne à fournir toutes les preuves de la guerre qu'il a livré à Laurent Gbagbo depuis le 19 septembre 2002 et qui a été couronnée, en 2011, par le massacre d'un milliers d'Ivoiriens à Duékoué. Et nous verrons bien qui sera gardé à la CPI pour le reste de ses jours.

Vu la maladresse avec laquelle Ouattara gouverne la Côte d'Ivoire et mène la réconciliation nationale, un changement du rapport de force n'est plus à exclure en Côte d'Ivoire. Et même en France où Nicolas Sarkozy est bien loin d'être assuré d'une victoire à la présidentielle de 2012. Cette inversion des polarités pourrait radicalement changer toutes les donnes et nous offrir un théâtre international et un décor national des plus inattendus. Face le Souverain que la vérité sur le dossier ivoirien éclate à la face du monde.


Que DIEU bénisse la Côte d'Ivoire!


DINDE Fernand AGBO

 

In le quotidien ivoirien «Le Nouveau Courrier» N° 386 du jeudi 8 décembre 2011.

jeudi, 08 décembre 2011

MAITRE EMMANUEL ALTIT, AVOCAT DE GBAGBO: «VOICI LES BATAILLES JUDICIAIRES A VENIR»

 

Me EMMANUEL ALTIT.jpg

Dans cette interview exclusive accordée au Nouveau Courrier, Maître Emmanuel Altit explique les batailles judiciaires à venir, évoque l'aide que peuvent apporter les Ivoiriens, annonce qu'il va faire une demande de liberté provisoire pour son client. Et raconte un homme qui a souffert, qui est physiquement éprouvé mais intellectuellement combatif.


L'opinion ivoirienne est surprise de la durée qu'il y a entre la première et la deuxième audience du procès du président Laurent Gbagbo devant la Cour pénale internationale. Quelle est la justification technique d'un tel délai ? Pourquoi ne l'avez-vous pas contesté ?

Non. Loin de là ! C'est excellent pour nous parce que ça nous donne du temps. Comprenez bien que le procureur est en train de constituer un dossier et mène des enquêtes depuis extrêmement longtemps, et nous avons besoin, nous aussi, de temps. Par conséquent, plus la durée entre l'audience de première comparution, celle d'aujourd'hui, qui est en quelque sorte le coup d'envoi de la partie et l'audience de la confirmation des charges, qui est le moment où seront discutées les accusations, est longue, plus nous avons l'occasion de mener des enquêtes et de constituer notre propre dossier de manière à faire reculer ensuite le procureur.

Maintenant, est-ce que ce n'est pas une période trop longue durant laquelle le président va rester ici à La Haye ? Ma réponse est que cela n'a rien à voir. Nous pouvons demander, et nous allons demander sa liberté provisoire bientôt ! Il n'y a pas de lien direct entre la date de l'audience de confirmation des charges et notre demande de mise en liberté.

Quel est le statut du président Gbagbo ? Est-il inculpé ?

Non, il n'est pas inculpé. Il n'y a même pas d'accusation au sens strict du terme. Le procureur mène l'enquête en Côte d'Ivoire. Il a considéré que certains pouvaient, de son point de vue de procureur, être soupçonnés d'avoir eu un rôle. Pour les raisons que vous connaissez, il a décidé d'accuser le président Gbagbo. Pour se faire, il a demandé à la Chambre préliminaire de la Cour pénale internationale de l'autoriser à délivrer un mandat d'arrêt contre le président Gbagbo. Maintenant, pour plaider ce mandat d'arrêt, il a pu donner à la Chambre préliminaire des éléments. Mais ces éléments n'ont pas de valeur autre que celle de la parole d'un procureur. Ce ne sont que des allégations, ce ne sont pas des accusations. Il n'y aura des accusations que lors de l'audience de confirmation des charges. Le procureur déposera un acte d'accusation que nous discuterons et que nous essaierons de réduire à néant. En fonction de la manière dont seront discutées les accusations, peut-être qu'il n'en restera plus rien. Jusque-là il n'y a ni accusation, encore moins inculpation. Nous ne sommes pas dans une procédure où le juge peut inculper. Mais dans ce cas de figure, ce sont des parties qui font le procès. Il y a l'avocat de l'accusation - le terme est plus exact que procureur - et l'avocat de la défense. Ce sont ces parties qui font le procès, les juges prenant acte et vérifiant que les formes sont respectées.

Le président Gbagbo est donc dans une forme de détention provisoire. Mais en général, dans les droits nationaux, la mise en détention provisoire n'est pas aussi longue...

C'est pour cette raison que nous allons demander sa mise en liberté provisoire bien avant juin 2012.

Le procureur prétend que le fait qu'il soit en liberté peut entraver la justice...

Le procureur dit ce qu'il a envie de dire. Moi je dirai autre chose, et les juges décideront.

On a la vague impression que vous n'aurez pas accès au dossier avant juin 2012...

Non. Ce n'est pas comme cela que ça se passe. Le procureur a obligation légale de nous transmettre tous les éléments en sa possession le plus vite possible.

Dès demain, alors ?

Oui, dès demain, absolument. S'il ne le fait pas, nous utiliserons cette éventuelle erreur contre lui.

Est-ce qu'il pourra mettre de nouveaux éléments dans son dossier?

Oui, il continuera de mener son enquête, je mènerai la mienne. Et lors de l'audience de confirmation des charges, on confrontera. Pour l'instant, nous n'avons pas beaucoup d'enquêteurs à notre disposition pour des questions de moyens. Nous espérons en avoir plus à l'avenir. L'accusation en a beaucoup plus que moi. En plus des enquêteurs officiels, ils disposent de moyens dont je ne dispose pas. Notamment l'aide des autorités ivoiriennes et des grandes puissances.

Avez-vous besoin d'aide ? Est-ce que des citoyens ivoiriens peuvent participer ? Avez-vous des besoins ?

Oui, nous avons des besoins très importants. Notamment financiers, pour payer les gens qui travaillent. Les citoyens ivoiriens peuvent donner, et sont bienvenus. C'est une question de justice. Il s'agit de dire quelle est et quelle a été la réalité de la situation en Côte d'Ivoire.

Vous avez eu le président Gbagbo. Vous l'avez eu longuement. Il a expliqué qu'il n'a pas été très bien traité. Les Ivoiriens sont inquiets pour sa santé.

Je peux les rassurer. Depuis son arrivée à La Haye, il est suivi médicalement, nourri de manière tout à fait correcte, et ses conditions de détention sont acceptables. Il est vrai que pendant sept mois, il a été traité d'une manière qui ne correspond pas à la manière dont doit être traité un président, ou un ancien président. Nous pensons qu'il va pouvoir récupérer. Je peux vous rassurer et rassurer les Ivoiriens . Intellectuellement, il est toujours le même. C'est un homme qui s'est toujours battu et qui va une fois de plus se battre pour faire prévaloir la vérité.

Est-ce qu'il peut s'informer, regarder la télévision, aller sur Internet?

Oui, il peut regarder la télévision. Pour Internet, je ne peux pas vous le dire.


Propos recueillis par Théophile Kouamouo


Source: NOUVEAU COURRIER.INFO


DETENUS ARBITRAIREMENT PAR ALASSANE DRAMANE OUATTARA: LES TROIS JOURNALISTES DE NOTRE VOIE LIBERES

 

AUDIENCE 3 JOURNALISTES DE NOTRE VOIE.jpg

Accusés d'abord par le parquet d'Abidjan d'offense à Alassane Dramane Ouattara, puis d'incitation au vol, pillage et de destruction de bien publics, Lawa Souanga alias César Etou, Didier Dépry et Boga Dago Joachim alias Boga Sivori, respectivement Directeur de publication, rédacteur en chef et Chef de service politique au quotidien Notre voie ont été libérés hier mardi 6 décembre. Ce, à l'issue de l'audience qui a lieu au Palais du tribunal d'Abidjan.

Les deux charges retenues contre eux, ont été requalifiées de délits de presse par le même parquet. Qui, apparemment a trouvé finalement ce dossier vide de toute substance. Une occasion pour la défense de dire que ces différentes requalifications des charges cachent quelque chose d'étrange. C'est pourquoi, elle a conclu que ses clients ont été retenus pendant 13 bons jours à la Maison d'arrêt et de correction d'Abidjan (Maca) pour rien.

UNE N° 2508 LE TEMPS.jpg

En effet, c'est suite à deux articles que ces confrères ont été arrêtés. Le premier article écrit de Boga Sivori, piqué dans la lettre du continent est intitulé «Pendant que les Ivoiriens meurent de faim, Ouattara s'offre 40 Mercédès au gouvernement». Le second papier écrit par Didier Dépry porte sur «la dévaluation prochaine du Fcfa». Ce sont ces deux écrits qui ont valu l'arrestation des confrères sur instruction du Procureur de la République, Simplice Koffi Kouadio.

En tout cas, après le verdict, les parents, amis et autres confrères des journalistes ont éclaté de joie. Pour eux, c'est une première victoire que vient de remporter la presse libre en Côte d'Ivoire sous le pouvoir d'Alassane Dramane Ouattara.


Joseph Atoumgbré


Source: LE TEMPS

mercredi, 07 décembre 2011

LETTRE OUVERTE A M. SARKOZY, PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE


LOGO GTT INTERNATIONAL GENEVE.png

PROTESTATION CONTRE L'ACCUEIL ET LA RENCONTRE AVEC M. RAJOELINA


Monsieur le Président,


Vous  n'êtes pas sans savoir que Madagascar vit actuellement la pire crise de son histoire aussi bien dans sa durée que dans son ampleur. Cela fait maintenant presque 3 ans que les Malgaches se battent pour se libérer d'un putschiste qui continue de défier la Communauté Internationale en cherchant à imposer la légalisation du coup d'Etat perpétré le  17 mars 2009.

Depuis cette date, M. Rajoelina ne cesse de bloquer délibérément le bon fonctionnement du processus de conciliation entamé par la Communauté Internationale.

Ainsi, la Feuille de Route signée le 17 septembre 2011 connaît actuellement des difficultés dans sa mise en œuvre et les faits suivants viennent étayer cette affirmation:

  • la nomination récente d'un nouveau premier ministre de consensus est très contestée car elle viole les dispositions prévues par l'article 5 de la dite Feuille de route qui stipule que «Le Premier ministre sera nommé par le Présidentdela Transition sur une listedepersonnalités proposées par les Acteurs politiques malgaches,... Il est attendu que le Premier ministredeconsensus ne peut être originaire nidela même province nidela plateforme politique qui soutient le Présidentdela transition». Or M.Beriziky est issu d'une formation faisant partie de l'Union des Démocrates et des Républicains pour le changement (UDR-C) soutenant Rajoelina,
  • aucune des mesures d'apaisement mentionnées dans la feuille de routen'aété mise en place à savoir les détenus politiques sont toujours enprison dans des conditions déplorables et les radios privés sont encore frappées d'une interdiction d'exploitation,
  • le retour d'exil du Président élu démocratiquement Ravalomanana reste encore en suspens contrairement à ce qui est prévu par l'article 20 de la Feuille de Route. De plus, un mandat d'arrêt suite à un procès politique pèse encore sur lui,
  • le pseudo gouvernement de consensus nouvellement formé ne respecte point l'équilibre des pouvoirs. Tous les ministères de souveraineté notamment la Justice, les Finances, l'Intérieur, les Affaires étrangères et l'Armée restent entre les mains de la mouvance putschiste. Remarquons au passage que lesdeuxtiers des ministresont participé aux pillages des biens publics et au détournement de fonds qui minent toujours le pays, certains d'entre eux sont d'ailleurs sous le coup de condamnation judiciaire.
  • M. Rajoelina veut asseoir un Parlement de Transition où l'oppositionn'occupe que10% à 15% des sièges pour garantir l'unilatéralisme de son pouvoir.

Face à cette situation, les mouvances de l'opposition ont déposé une plainte auprès de la Communauté Internationale contestant les conditions de formation de ce gouvernement et demandant à cette dernière de ne pas reconnaître ce gouvernement non consensuel.

C'est dans ce contexte, Monsieur le Président, que vous vous apprêtez à recevoir, ce 07 décembre 2011,  M. Rajoelina, l'assassin de la démocratie et de la liberté à Madagascar.

Cette rencontre est perçue par les Malgaches comme une reconnaissance implicite par la France de ce pouvoir illégalement installé. Elle constitue surtout une insulte au peuple Malgache épuisé par 33 mois de régime totalitaire.

Nous demandons donc à la France de  revoir la situation réelle sur le terrain et de s'abstenir de toute forme de reconnaissance de ce régime qui continue à mener le pays vers un désastre socio économique sans précédent.

Enfin, Monsieur le Président,  la France doit :

  • respecter la souveraineté du peuple malgache à choisir son Président,
  • se garder de toute forme d'ingérence dans les affaires internes du pays en laissant aux Malgaches eux-mêmes la recherche de solution à la crise,
  • œuvrer pour le retour du Président démocratiquement élu Marc Ravalomanana, seul gage d'une paix sociale durable pour le pays.

.

GTT INTERNATIONAL - Genève

15, rue des Savoises

Genève - SUISSE


collectifgtt@gmail.com

http://gtt-international.blogspot.com/

CPI: GBAGBO CREVE L'ECRAN A LA HAYE

UNE N° 113 AUJOURD'HUI.jpg

Un peu moins de trente minutes, c'est le temps qu'a duré hier, la comparution initiale du président Laurent Gbagbo devant les juges de la cour pénale internationale (CPI), à la Haye. Une sortie fort attendue en Côte d'Ivoire et dans bien d'autres contrées de la planète où l'on s'intéresse à ce procès qualifié déjà, par certains observateurs, de « procès du siècle » ou encore de l'ultime confrontation entre les souverainistes Africains et des tenants de l'ordre colonial ancien.

Devant les caméras des grandes chaînes de télévision mondiales, comme voulu par le président Laurent Gbagbo lui-même, parce que dit-il, « je n'ai rien à cacher », ce dernier est apparu serein et décontracté devant la Cour. Habillé dans un impeccable costume bleu-nuit qui lui allait comme un gant, avec une éclatante chemise blanche et une cravate bleu-ciel bien nouée, le champion de l'ex-majorité présidentielle ivoirienne a présenté hier, un visuel aux antipodes de l'image du déporté détenu dans des conditions exécrables à Korhogo et débarqué à la Haye avec en tout et pour tout bagage, le pantalon-chemise qu'il portait le jour de son transfèrement, comme il l'a expliqué lui-même à la barre, devant les des juges totalement médusés.

A l'image de la présidente Silvia Fernandez de Gourmandie, qui dirigeait hier les débats préliminaires et qui avait du mal à cacher sa grande émotion, pendant et après l'exposé liminaire du président Laurent Gbagbo. Si l'homme est apparu quelque peu amaigri, et a fait cas de certains bobos nés des conditions de détention décrites plus haut, il n'a en revanche rien perdu de sa verve, de son latin et de sa légendaire bonne humeur. Sans haine et sans rancune, mais digne dans l'épreuve, le mentor du FPI et des résistants ivoiriens a donné le ton de ce que seront les débats à la Haye, dans les prochains mois. A savoir, faire toute la lumière sur la crise postélectorale ivoirienne. Avec notamment, le rôle joué par les autorités françaises, le président Nicolas Sarkozy en tête.

Un militantisme massif en faveur de la manifestation de la vérité et une détermination à toute épreuve qui ont rempli de bonheur ses partisans aussi bien en Côte d'Ivoire qu'au-delà des frontières nationales. A Abidjan comme à l'intérieur du pays, la vie s'est pratiquement arrêtée hier à 13 heures GMT, poussant un peu plus dans l'anonymat la campagne pour les législatives prévues pour le dimanche prochain. Les rues se sont vidées et les bureaux désertés peu avant l'heure H. La préoccupation de tous était de se retrouver devant un poste téléviseur pour suivre en direct la première audition du président Laurent Gbagbo.

Visiblement, personne ne voulait se  faire conter l'évènement, comme la jeune Habiba, scotchée devant le petit écran et qui a fait cramer la nourriture de la maisonnée de maman Katia. Heureusement pour elle, la cause de cette faute professionnelle était Laurent Gbagbo. Une cause largement suffisante pour que sa patronne passe par pertes et profits la méprise de la jeune servante.

D'ailleurs la maîtresse des lieux, à l'autorité si d'ordinaire cassante, était hier, particulièrement dans un bel état d'esprit, surtout après avoir revu huit mois après, les images rassurantes de son champion, Koudou Laurent Gbagbo. Ceux qui comme maman Katia ont suivi l'audience ont noté au passage, la mine pleine de gêne du procureur de la CPI, Louis Moreno Ocampo tout au long du temps de parole de l'ex-N°1 ivoirien.

De l'avis de la plupart des observateurs, Laurent Gbagbo a, d'entrée, crevé l'écran en faisant une belle prestation depuis le pénitencier de la Haye. Un brillant exercice que les communicants de Ouattara auront du mal à discréditer et à effacer dans l'esprit de tous ceux qui ont écouté, hier, le fils de Zêpê Koudou Paul.


Yves de Séry, in le quotidien ivoirien « Aujourd'hui » N° 113 du mardi 6 décembre 2011.


--------------------------------


PREMIERE COMPARUTION DE LAURENT GBAGBO A LA HAYE: SERENITE, EMOTION ET HONTE SUR LE PLATEAU DE LA CPI


Parade spectaculaire que celle qui a été donnée de voir au monde entier de voir hier, lundi O5 décembre 2011, dans la salle d'audience de la chambre préliminaire de la Cour pénale internationale. A l'affiche, la première comparution de Laurent Gbagbo, ex-Chef d'Etat de la République de Côte d'Ivoire devant les juges de la CPI. Comme il fallait s'y attendre, cette première comparution d'un ancien Chef d'Etat ivoirien a, d'évidence, cristallisé toutes les énergies psychologiques des Africains, notamment ceux issus de l'Afrique digne. Et qui n'ont pas voulu se laisser compter l'évènement du siècle.

L'audience elle-même débute à 13H,  heure locale, avec l'entrée en scène de Mme Silvia Fernandez de Gurmendi, présidente du tribunal à la Cour, qui va dans un premier temps, demander à Laurent Gbagbo de se présenter à l'auditoire et, ensuite va l'interroger pour savoir s'il avait été informé des charges qui sont retenues contre lui, les conditions de sa remise à la CPI, puis celles de sa détention à la Haye et enfin, celles de son transfèrement dans ce quartier pénitentiaire de la cour pénale internationale.

En réalité, ces différentes questions, comme si Laurent Gbagbo s'y attendait, lui ont servi d'occasion pour surprendre le monde entier. Avec la maitrise du verbe et la sérénité légendaire qui le caractérise en pareille situation, Koudou Gbagbo Laurent, a servi la vérité à Silvia Fernandez de Gurmendi. La juge qui croyait ainsi se trouver en face d'un vulgaire criminel ivoirien, s'est très tôt ravisée. En face d'elle, était donc Laurent Gbagbo. L'homme qui, dans un speech magistral pour une si petite audience, se laissait découvrir avec admiration. Visage rayonnant, regard impérial et en coin, un sourire de malabar, le prisonnier du couple Sarko-Ouattara a averti. « Nous irons bien jusqu'au bout. » Une phrase qui situe sur la longueur du périple juridico-politique que va connaitre cette affaire à la Haye.

A toutes les questions qui lui ont été posées, des réponses ont été données. Sans rancune, ni haine. Même si, a-t-il précisé, il subit ce qu'il n'a jamais été capable de servir à ses adversaires. Et quand la présidente du Tribunal lui demande s'il parlait correctement le français, Laurent Gbagbo répondra par l'affirmative tout en précisant son sentiment de regret. « Oui, je ne parle que le français, malheureusement ». L'Argentine, Silvia Fernandez de Gurmendi qui, sans s'en rendre compte, s'est laissée embourbée psychologiquement par l'explication de Laurent Gbagbo n'en finissait pas d'acquiescer. Si ce n'est pas par la bouche qu'elle marquait son étonnement, c'est par les bras ou, quelque fois, par le regard. A vrai dire, elle a été surprise par les conditions de détention, du reste illégales, auxquelles Gbagbo était confronté. Toutefois, elle ne s'éloignait pas du dossier.

A l'inverse, le procureur de la cour pénale internationale, Luis Ocampo n'en pouvait pas d'assister longtemps à cette audience. La raison, personne ne l'ignore, les révélations de Laurent Gbagbo sur son transfèrement à la Haye, la mascarade bien orchestrée par lui, la justice ivoirienne et le régime d'Abidjan mettaient à nue le visage hideux de l'homme. Luis Ocampo est resté tête baissée. Les doigts entrelacés et les pieds dansant au rythme de la gène. Tout au long de l'audience, et surtout pendant l'explication à tonalité pathétique de Laurent Gbagbo relative à sa détention et son transfèrement humiliants à la Haye, Luis Ocampo qui a fait la pluie et le beau temps lors de son bref séjour en terre ivoirienne est subitement devenu petit, non seulement dans le regard, mais aussi petit dans ses souliers.

Rappelons que Laurent Gbagbo a été arrêté par la CPI pour sa responsabilité pour crime contre l'humanité en tant que coauteur indirect de meurtres, de viols et de violences sexuelles, d'autres actes de persécution et d'autres actes inhumains. Pour Gbagbo, avec ce procès, il est prêt à aller  jusqu'au bout.


Simplice Zahui, in le quotidien ivoirien « Aujourd'hui » N° 113 du mardi 6 décembre 2011.

OPERATION «JE NE VOTE PAS LE 11 DECEMBRE»

BOYCOTT DES LEGISLATIVES 2011.jpg

Ce dimanche 11 décembre, le collège électoral ivoirien est convoqué aux premières élections de l'ère Ouattra: Les législatives 2011. Avec le président Laurent Gbagbo renversé par la France et déporté en prison loin de son pays, des milliers de nos compatriotes en exil, des autorités, cadres et militaires ivoiriens injustement détenus dans les goulags du Nord par Alassane Ouattara, une CEI entièrement de coloration RHDP, un découpage électoral frauduleux et proprement scandaleux (juste un petit exemple: 6 sièges pour Yopougon, la plus grande commune de Côte d'Ivoire, la deuxième circonscription la plus peuplée du pays après Abobo, et 10 sièges pour Korhogo valant à peine la moitié de son poids électoral), une insécurité prononcée, avec des FRCI - constamment coupables d'exactions et de crimes - dans tous nos villages et villes, et une intolérance politique à l'égard des partis issus de La majorité présidentielle et particulièrement du FPI, le parti de Laurent Gbagbo, dont les meetings sont persécutés et dispersés, avec à la solde des blessés par balles et par armes blanches.

Aujourd'hui, ils ont besoin de toi pour les accompagner dans leur forfaiture et légitimer un régime installé par la force des armes, par une coalition internationale menée par Nicolas Sarkozy. En homme digne, en femme responsable, en citoyen libre, dis "NON" à cette imposture.

Ce dimanche 11 décembre donc, reste chez toi et prie pour la Côte d'Ivoire, pour tous les Ivoiriens qui souffrent, pour la survenue d'une paix véritable et pour le Président Laurent Gbagbo.

Je ne donnerai pas ma voix à la dictature et à cette escroquerie morale. Je ne voterai pas même un indépendant se réclamant de Gbagbo ou du CNRD. Fais-en de même! Prouve, par le recours citoyen à l'abstention massive, que tu représentes la majorité et que tu ne peux cautionner la prise en otage de ton pays, la Côte d'Ivoire, par un régime qui prend ses ordres à l'Elysée.

 

Dis NON à l’imposture !


Passe le message.


 

Que DIEU bénisse la Côte d'Ivoire!


DINDE Fernand AGBO