topblog Ivoire blogs

jeudi, 03 novembre 2011

HAMED BAKAYOKO AVOUE QUE LE SORT DE GBAGBO DEPEND PLUS DE L'INTERNATIONAL QUE D'EUX-MEMES



HAMED BAKAYOKO 3.jpg

Le ministre de l'Intérieur Hamed Bakayoko qui recevait, lundi dernier, une délégation de la majorité présidentielle à son cabinet, a avoué que le gouvernement ne peut pas décider du cas Gbagbo et encore moins autoriser sa libération.

Plusieurs journaux proches du Rassemblement des houphouëtistes pour la recherche de la paix (RHDP) ont répandu depuis quelques jours le vent de la libération des prisonniers des goulags nordiques d'Alassane Ouattara. Se voulant plus précis, Soir Info a proposé hier à ses lecteurs une liste des personnalités devant être libérées cette semaine. Le chef de l'Etat lui-même avait donné le ton en affirmant, lors d'une allocution publique, qu'il y a avait quelques surprises en l'air, sans dire dans quel sens elles iraient.

Selon nos sources, l'ensemble des prisonniers des goulags sont concernés par un tel « élargissement » sauf une bonne dizaine dont le Président Laurent Gbagbo. Son cas fait l'objet d'une cristallisation de part et d'autre des négociateurs. D'ores et déjà, le FPI avec qui le régime continue de négocier une participation aux législatives, le 11 décembre prochain, a affirmé qu'il boycotterait purement et simplement ces élections tant que le Président Gbagbo serait retenu en prison à Korhogo. Lundi dernier, le ministre de l'Intérieur Hamed Bakayoko a regimbé en avouant qu'il ne pouvait rien faire sur le cas Gbagbo parce que l'ex-président ivoirien « est un prisonnier international ». Selon lui, il y a trop d'intervenants sur le cas Gbagbo qui font que ni lui, ni Alassane Ouattara lui-même ne peuvent pas autoriser la libération de l'ancien président.

Très au fait des enjeux qu'embrasse cette assignation à résidence à Korhogo, Jacques Vergès l'un des avocats internationaux du président Gbagbo avait affirmé très tôt que l'ex-N°1 ivoirien est un prisonnier de Nicolas Sarkozy, démontrant au passage que tout ce qui lui était reproché, dont une scabreuse inculpation pour crimes économiques, n'était qu'une mise en scène destinée à masquer la réalité d'une vengeance personnelle du président français qui n'a pas encore digéré qu'un président africain puisse mettre à mal son autorité.

« C'est quel international qui gère le cas Gbagbo ? La France ? Si c'est oui, c'est choquant et je suis frustré et humilié que notre pays en soit là ! Que les dirigeants qui sont aujourd'hui au pouvoir dans notre pays soient à ce point incapables de prendre leurs responsabilités est déshonorant. Car un Etat souverain prend ses responsabilités, en toute souveraineté », a commenté hier l'ancien ministre Michel Amani N'guessan, ancien ministre de la Défense.

Comble de paradoxe, le Président Gbagbo a pourtant été inculpé par le Procureur ivoirien qui a guerroyé au mot pour démontrer qu'il avait la compétence de poursuivre et inculper un ancien chef d'Etat en dépit d'un statut en la matière très protecteur. Une fois passée cette mise en scène, toute la machine judiciaire s'est arrêtée, puisque toute la procédure est au poids mort. Le pouvoir n'a aucune preuve de détournement de deniers publics, encore moins de preuves de crimes économiques et, dans le désarroi, a fini par jeter son dévolu sur la Cour pénale internationale pour faire coïncider l'intérêt national avec les vœux d'un Nicolas Sarkozy qui ne décolère toujours pas. « Même le choix de la CPI ne les met pas à l'abri d'un procès en responsabilité. Car la saisine de la CPI est de la responsabilité de l'Etat », s'est encore inquiété Michel Amani qui dénonce des gouvernants par procuration. « Pendant que nous, par respect pour notre pays, considérons que nous discutons avec un gouvernement responsable, eux-mêmes affirment le contraire. Dans ces conditions, il est bien inutile de légitimer un tel pouvoir en allant à de telles élections » sans la libération de Gbagbo. Seulement voilà, dans la majorité présidentielle, le CNRD n'a pas encore un avis aussi clair que celui du Front populaire ivoirien.

 

Joseph titi, in le quotidien ivoirien « Aujourd'hui » N° 89 du jeudi 3 novembre 2011.


--------------------------------------


KONAN BEDIE.jpg

QUAND BEDIE DIT NON, C'EST QUE C'EST OUI

 

La morgue habituelle d'Henri Konan Bédié va-t-il suffire ? Cette fois-ci, c'est son autorité qui s'en trouve particulièrement sapée. Car une chose est de dire dans les médias, de manière un tantinet péremptoire, que le PDCI a un accord avec le RDR pour montrer que le premier cité doit hériter du poste de Premier ministre à l'issue des prochaines législatives, une autre est de prouver aux militants que le sphinx de Daoukro co-gère effectivement la présidence de Ouattara comme celui-ci l'avait laissé croire par stratégie. Car sur le chapitre des législatives, le parti démocratique de Côte d'Ivoire accuse une fois de plus le coup. Henri Konan Bédié a été en effet incapable de maintenir le cap des candidatures autonomes. Avant de se rendre en France, Bédié n'avait pourtant pas manqué d'afficher une certaine fermeté à l'égard de Ouattara qui n'arrive toujours pas à se décomplexer de son attitude de leader dominant. On croyait alors que le jeu politique  s'animerait, d'autant plus que le PDCI avait une revanche à prendre sur sa défaite inattendue au premier tour de la présidentielle de 2011. Le candidat du PDCI d'abord puis, dans la foulée, la machine du parti avaient accusé Laurent Gbagbo et son régime d'avoir fraudé sur ses suffrages étouffant par là même un début de polémique sur des fraudes imputées au candidat du RDR dans certaines contrées qui lui sont réputées favorables. Enfin depuis avant-hier, le PDCI a renoncé au combat, acceptant d'être à la remorque du parti du chef de l'Etat qui, lui,  ne se prive pas de lui infliger quelques humiliations comme celles contenues dans le critère de désignation des candidats du RHDP. Selon « Le Nouveau réveil » qui ne décolère pas contre ledit critère, les scores du deuxième tour de la présidentielle font foi lorsque le consensus n'est pas possible entre alliés. Le parti démocratique de Côte d'Ivoire n'ayant pas été au second tour ne pouvait, à priori, qu'espérer le consensus ; mais à ce jeu et vu les appétits, Bédié n'a pu ramener sur terre les cadres RDR dont les yeux sont désormais rivés sur leurs nouvelles carrières politiques à protéger et sur la nécessité d'incarner un nouveau leadership national. Le boycott du FPI qui vient quelque peu rendre dérisoire la machine de la triche est de ce point de vue une aubaine.

Le RDR veut gagner pour éviter que le PDCI ne le tienne en laisse et surtout, qui sait, pour ne pas céder le poste de Premier ministre comme le réclame toujours le parti démocratique de Côte d'Ivoire. Alassane Ouattara semble même avoir trouvé la muselière qu'il faut pour maintenir le leader de 77 ans loin de ses emprises habituelles.

Le sphinx paraît d'autant plus usé qu'il n'a pas les moyens de conserver ses propres acquis. Il devait aussi être naïf de croire qu'il partagerait réellement le pouvoir avec Ouattara en tirant les marrons du feu. Il a rêvé, y compris ses militants dont les plus meurtris selon le confrère appellent publiquement les autres à maintenir leurs candidatures comme celles de cadres indépendants. Leur entêtement à ne plus faire confiance à Bédié est certainement la seule leçon à retenir de ce marché de dupes où Bédié semblent avoir vendu toutes les illusions du PDCI qui n'a plus qu'à se fondre dans le RDR. Mais à cela, le sphinx dira non, avant de dire oui.

 

Séverine Blé, in le quotidien ivoirien « Aujourd'hui » N° 89 du jeudi 3 novembre 2011.

mercredi, 02 novembre 2011

LA SYMETRIE DU CHAOS, VERS UN NOUVEAU PARADIGME INTERNATIONAL?


LIBYE. NO FOREIGN INTERVENTION.jpg

Article un peu décalé par rapport à sa date de publication, au regard de l'évolution dramatique qu'a connu la crise libyenne mais d'un contenu remarquable qui nous interpelle sur le nouveau paradigme qui est en train de se mettre en place sur la "petite planète bleue". Tout simplement angoissant. Bonne lecture! Fernand Dindé.

 

Après six mois de résistance, le régime du colonel Gaddafi a fini par être surpris dans sa capitale par un coup de main assez élaboré. Il aura néanmoins réussi à briser l'élan des nouvelles guerres high-tech, rapides et multimédia s'abattant sur un nombre précis de pays arabes depuis l'avènement de l'année 2011.

Ce remake réussi de la Baie des cochons sur les rivages de Libye marque non seulement un tournant dans les relations internationales mais pèsera négativement à l'avenir sur les relations Nord-Sud en Méditerranée occidentale. Vingt ans après l'effondrement de l'empire soviétique et la suppression de la menace dite rouge, l'année 2011 fut choisie comme celle de l'assaut général contre les derniers régimes rétifs à l'hégémonie du nouvel ordre mondial et son idéologie. Première cible avant les pays satellites de la Chine et les pays d'Amérique latine contestataire de l'ordre mondial : les pays arabes hors de l'influence. En sacrifiant deux leaders alliés dont l'un du pays arabe le plus peuplé et le plus influent, les USA escomptaient obtenir un effet domino dans l'ensemble de la région et plus particulièrement un changement de régime dans des pays comme la Libye et la Syrie. Cependant, la très coûteuse occupation de l'Irak de Saddam Hussein et le désastre afghan obligèrent les stratèges américains à opter pour un nouveau type de guerre plus économique en utilisant les moyens de l'information, les réseaux sociaux, les Psyops, la propagande, les cellules terroristes dormantes et Al-Qaida, outil créé, financé et armé par la CIA, le MI-6 et bien d'autres services de renseignement pour l'achèvement de certains objectifs géostratégiques globaux. C'est en effet une nouvelle forme de guerre High Tech, rapide et reposant sur le concours des populations locales préalablement formatées par une propagande massive, multi-vectorielle, élaborée et adaptée à l'humus culturel, religieux et/ou idéologique. Si le putsch militaire en Tunisie fut relativement facile, ordonné et sans grande effusion de sang, celui de l'Égypte contraria deux acteurs clé de la politique étrangère US : le royaume d'Arabie Saoudite et Israël. Ce dernier avait toutes les raisons du monde d'appréhender un changement de régime en Égypte susceptible d'amener à sa tête des factions hostiles à l'État hébreux.

Malgré la soumission totale de l'armée égyptienne à son mentor US, véritable maître du pays du Nil, les choses semblent se détériorer dans la péninsule du Sinaï. Au détriment d'Israël. Effet collatéral inattendu d'une guerre dite globale. C'est le concept de la guerre tous azimuts ou guerre totale multidimensionnelle appliquée à des cas concrets. A distinguer du concept clausewitzien de la guerre. C'est une nouvelle forme de guerre dans laquelle les aspects informationnels, propagandistes, psychologiques, diplomatiques et économiques sont mobilisés comme des armes de combat de première ligne contre des États ou des groupes d'États. D'ailleurs, ce n'est point un hasard si les moyens diplomatiques incluant le recours au CS de l'ONU, et les médias sont considérés comme des étapes cruciales de tout plan militaire US. Ainsi après l'Afghanistan, le Pakistan, l'Iran, l'Irak, le Liban, la Palestine, la Syrie, le Yémen, la Somalie et le Soudan, il n'était pas étonnant de voir la machine bien huilée se tourner vers le Maghreb. Premier maillon faible de cet espace géopolitique en mal d'intégration : la Libye du colonel Mouammar Gaddafi. Bête noire et vieil ennemi de bons nombre de pays occidentaux et arabes du golfe arabo-persique. L'aventure militaire précipitée de l'OTAN sur les côtes libyennes a non seulement bousculé l'équilibre géostratégique de cet espace géopolitique mais risque fort de bouleverser l'ensemble des relations Nord-Sud en méditerranée occidentale. Cette aventure militaire a mis fin à cinquante ans de paix, puisque la dernière intervention armée occidentale en Afrique du Nord remonte à la bataille de Bizerte (Tunisie septentrionale) et à la guerre d'Algérie. Plus préoccupante est l'ingérence presque immorale de certaines entités étatiques du Golfe persique au Maghreb : la chasse frénétique aux subsahariens par les rebelles en Libye relève plus d'une vindicte dictée contre l'orientation africaine de la Jamahiriya et son mépris des Arabes du Golfe persique. Cette tendance africanophobe traduit la future orientation de la Libye de demain telle que voulue par les mentors et financiers de l'agression militaire contre ce pays : La Libye post-Gaddafi sera Arabe du premier camp. Celui de la Jordanie, du Qatar, des Émirats Arabes Unis, du Koweït et du Bahreïn. En d'autres termes, un pays détaché de son environnement africain.

Malgré la chute de Tripoli suite à l'opération «Siren», opération coup de poing qui fera date dans les manuels militaires des armées, les Libyens n'auront pas démérité et ont globalement fait face à l'agression de leur pays avec plus d'efficacité que ne l'ont fait les Irakiens pourtant infiniment mieux armés. La Libye a tenu à six mois de bombardements et autres pilonnages intensifs des forces de l'OTAN, lesquelles ont déversé sur ce pays près de 200 bombes par jour. Dans cette guerre, les rebelles libyens, en particulier ceux de la ville de Misurata ont bénéficié du soutien de firmes de sécurité et de renseignement privées ainsi que de mini-drones (des drones quadricoptères de type Scout). Ailleurs dans le pays, des drones américains Predator II armés croisaient dans le ciel libyen chassant en meute des cibles désignées.

Sous-estimée, la Libye du colonel Gaddafi et son système atypique de pouvoir non hiérarchisé et horizontalement distribué a donné du fil à retordre à l'OTAN. A la surprise générale de ses voisins, la Libye, plus petit pays du Maghreb, a failli écraser rapidement et efficacement la rébellion armée qui s'est déclarée en Cyrénaïque le 16 février 2011, n'était-ce l'intervention militaire occidentale. Néanmoins, la Libye a réussi à absorber le choc initial de l'agression de la coalition internationale menée par les USA, la France, la Grande Bretagne, le Qatar et les Émirats Arabes Unis avant de tenir tête à l'OTAN, la plus grande alliance militaire du monde.

Cette capacité de résistance d'un pays aux capacités technologiques quasi-inexistantes, doté d'une toute petite armée de quatre ou cinq brigades, ne peut s'expliquer que par le régime très particulier et hors normes imposé par le colonel Kadhafi. Un système opaque où le pouvoir est dissous parmi des centaines de tribus et où la notion d'État selon l'acception occidentale demeure un concept étrange. L'organisation de l'État des masses, un concept paradoxal pour un pays de cinq ou six millions d'habitants, a rendu caduc tous les plans précédemment utilisés en Irak et a imposé à l'OTAN un nouveau paradigme à peine connu. Indubitablement, c'est en Libye qu'a été mis en échec le cycle des révoltes arabes par le désordre et l'ingénierie du chaos au moyen des réseaux sociaux et des services de messagerie. Car, contrairement à la Tunisie et l'Égypte, pays pro-occidentaux ayant connu des putschs militaires déguisés en révolutions colorées, la Libye comme le Yémen et la Syrie ont fait autrefois partie d'un front du refus et de la résistance qui aura vécu. Il est paradoxal de constater qu'une ville éloignée comme Brega ait tenu tout au long de la guerre et ait survécu à Tripoli qui a succombé à un coup de main éclair et complexe.

L'histoire est riche de ces retournements spectaculaires d'alliances et d'allégeance. Toutefois, qui aurait osé concevoir il y a à peine une trentaine d'années que l'OLP (Organisation de Libération de Palestine) se retournerait contre Damas ? Il est vrai que la vieille organisation désuète et corrompue de la résistance palestinienne n'a jamais pardonné le positionnement du régime syrien laïc aux côtés d'une organisation islamiste rivale, ayant réussi à prendre le pouvoir dans l'enclave assiégée de Gaza. Comme dans l'épisode libanais, la main des Saoudiens n'est jamais très loin et il n'est pas étonnant dès lors de constater la stratification en cours et la superposition de la rivalité créée de toutes pièces entre l'Arabie Saoudite et ses alliés, garant d'une version rigoriste de l'Islam sunnite contre l'Iran chiite, ultime avatar de l'impérialisme perse. Un schéma correspondant parfaitement aux plans d'hégémonie US au Moyen-Orient, basés sur les divisions ethniques et confessionnelles et même au-delà.

L'une des techniques de tromperie en usage dans ces nouvelles campagnes militaires d'un nouveau genre contre des États est l'imposition d'un mensonge comme vérité dans la plus pure tradition stalinienne. Ainsi des médias nous présentent sans vergogne aucune des informations faisant état de l'usage du gouvernement syrien d'embarcations armées contre ses propres populations civiles tout en avançant des bilans dignes d'un accident de circulation. Est-il possible qu'une ville de la taille de Lattaquié soit pilonnée par l'artillerie navale et n'enregistre que trois ou quatre victimes ? Le cas libyen est encore plus pathétique : l'OTAN qui ne maîtrise qu'une forme de propagande unique et disons le sans ambages, sclérosée, qualifie ses raids meurtriers contre les populations civiles libyennes comme une opération de protection de ces mêmes populations ! Les sites officiels britanniques se sont illustrés par une propagande mensongère sans vergogne pire que celle de Staline. Cercle vicieux d'un mensonge orwellien. Cet auteur avait bien pressenti que le totalitarisme anglais pourrait être bien plus pire que celui du nazisme et du stalinisme de son époque.

Les États-Unis d'Amérique sont les principaux architectes de cet assaut. Mais dans le cas de la Libye, ils ont adopté une nouvelle ligne de conduite, faisant semblant de confier les opérations, dès l'élimination de l'ensemble des défenses aériennes libyennes à leurs alliés de l'OTAN. Ils en regrettèrent presque cette option. La Grande Bretagne et la France eurent une piètre performance face à une armée libyenne bien faible et pas du tout équipée. C'est grâce à la logistique US et à l'argent du Qatar et des Émirats Arabes Unis que cette guerre put aboutir à l'entrée des rebelles à Tripoli atour d'un noyau dur formé par les commandos spéciaux de la CIA, du SAS, du 2ème régiment de parachutistes, de la Légion jordanienne, des mercenaires de l'X (ex-Blackwater) et des forces spéciales italiennes et qatari.

Des observateurs peu avertis de la nature du pouvoir en Europe s'étaient interrogés sur les motivations de certains pays comme l'Italie de s'aliéner gratuitement et durablement l'ensemble des pays de la rive Sud de la méditerranée, en d'autres termes ses voisins immédiats, en s'impliquant dans une guerre d'agression contre la Libye ou en joignant sa voix aux cris d'orfraie des pays européens contre la Syrie. Alors que ce pays jouissait jusqu'ici d'une assez bonne image au sein des pays du Sud. Le fait est que le pouvoir réel en Italie et ailleurs en Europe n'est plus aux mains des habitants de ces pays mais appartient de facto à des oligarchies invisibles agissant assez similairement à des gouvernements d'occupation.

La stratégie du double endiguement utilisée contre l'Iran et l'Irak, la destruction de ce dernier et son occupation, la guerre civile libanaise, la scission du Soudan, l'élimination physique des figures historiques de la résistance palestinienne, la mise au pas du Liban, l'encerclement et l'assaut de la Syrie, la déstabilisation du Yémen, l'affaiblissement des pays du Maghreb, la mise en place d'une véritable ceinture de feu entre le Sahel et l'Afrique du Nord s'étendant de la corne de l'Afrique à l'Atlantique, et, actuellement, la mise en pièces de la Libye, ne sont qu'une suite ininterrompue d'évènements liés. Lesquels s'inscrivent dans le cadre d'un plan réglé et préconçu. Tel qu'il a été ébauché par l'ex-secrétaire d'État US Henri Kissinger dès l'avènement des années 70. A posteriori, l'actuelle vague de révoltes présentée comme un printemps arabe en référence à une série d'évènements ayant abouti à l'implosion de l'ancien bloc de l'Est, n'est que la continuation d'une même et unique stratégie visant toujours le même objectif : le formatage de l'environnement immédiat et lointain d'Israël à même de garantir sa survie pour les cinquante prochaines années et par-dessus tout garantir son existence au-delà de l'année 2048.

L'enthousiasme suscité par les révoltes arabes a fait long feu. Si les médias mainstream n'ont pas hésité à qualifier cet assaut général de «printemps arabe», la réalité des faits déformés sur le terrain, grâce à la magie des caméras embarquées sur les téléphones portables dans un monde ou presque tout le monde en est équipé, a fait déchanter plus d'un. De mémoire de révolutionnaire, on n'a jamais vu des rebelles armés de fusils d'assaut Gewehr-36 avancer contre les troupes gouvernementales de leur propre pays sous la couverture d'hélicoptères de combat avancé, de drones et de bombardiers étrangers tout en bénéficiant de l'appui feu de l'artillerie navale, le renseignement de l'imagerie satellitaire et l'encadrement des forces spéciales de pays ayant une longue tradition dans la subversion et le sabotage. C'est pourtant bien ce qui s'est passé en Libye. Et c'est ce que l'on tente de recréer en Syrie et si possible, ailleurs. Ce n'est point un hasard si, au départ des contestations, une aide logistique est mise à profit des insurgés, fussent-ils présentés comme de simples manifestants. Changement d'icônes. Depuis les années 60, le Kalachnikov était l'arme par excellence de tous les révolutionnaires et guérilléros de tous bords. L'usage par les rebelles libyens d'une variante du fusil d'assaut FN-FAL et de missiles antichar MILAN, puis après l'opération de Tripoli, du fusil Allemand G-36, équipant entre autres les forces spéciales jordaniennes, consacre une véritable rupture. Après les rébellions maoïste, communiste, socialiste et nationaliste, voici venu le temps des rébellions néolibérales financées par les riches Cheikhats du Golfe persique et soutenues militairement par les milieux trans-financiers internationaux.

Cependant, l'apparition spontanée de ces nouvelles guerres High Tech de propagation du chaos social par le bas et l'ingénierie du putsch scientifique n'est pas sans risque pour les pays l'ayant adopté. La Grande Bretagne (mais aussi la France) en sont de parfaits exemples. Et ce, malgré la surveillance exhaustive et maniaque des réseaux par des cohortes de cyber policiers dans ces deux pays. Surveillance bien plus intense, systématique et étroite que ne le serait la surveillance d'internet dans un pays comme la Chine. Le retournement des nouvelles armes que constituent désormais les réseaux sociaux et les services de messagerie contre l'un des pays les ayant le premier utilisé pour attaquer un autre pays (la tentative britannique de susciter une révolution colorée-verte-en Iran en 2009) a donné plus que des sueurs froides à Londres. Les émeutes du mois d'août 2011 ont fait craindre un retour de boomerang, voire une British Revolution. Signe qui ne trompe pas : deux facebookers ayant posté des blagues sur le net au sujet de ces émeutes ont été condamnées à de très sévères peines d'emprisonnement. Pendant ce temps, le gouvernement de sa majesté, le plus acharné dans sa guerre en Libye, finance, encourage et soutient des milliers de jeunes Arabes à propager via les réseaux sociaux le désordre, le chaos et la sédition.

La reprise du symbolisme religieux islamique par les services de renseignement US et britannique n'est pas nouveau. Il remonte à plus d'un siècle, avec les théories du manteau vert, du messie attendu et les intrigues de Lawrence d'Arabie. On percevait aisément derrière tous ces vendredis «colorés» une forte touche de marketing. «Vendredi de la colère», «Vendredi de la vengeance» ou encore «vendredi de la défiance» sont des produits marketing 100 % US adaptés à l'humus local. Un peu comme les filiales de Coca Cola au Moyen-Orient. A ces techniques s'ajoutèrent le renfort d'une pléthore de pseudo-fatwas issues de manière désordonnées et diffusées par des «clercs» musulmans majoritairement sunnites mais dont la majorité provient des pays du Golfe persique inféodés à l'empire ou de pays comme l'Égypte ou la Jordanie. C'est un Islam version US, aussi corollaire au néo-libéralisme que l'est la spéculation boursière sur des actifs pourris. Support de propagation : internet et chaînes satellitaires. Après l'anathème vient la diabolisation. Le président syrien est qualifié de Hulagu dans une référence à l'invasion mongole du Moyen-Orient au 13ème siècle ; le guide libyen qui s'est déjà auto-affublé de toute une série de titres, se voit en plus affublé de tous les noms d'oiseaux. Il est vrai qu'il ne s'est fait que des ennemis. La propagande des pays du CCG s'acharne plus particulièrement sur lui avant, pendant et après son règne. Même hors de son complexe de Bâb Azizya, le colonel sera accusé par les US d'avoir collaboré avec leurs services dans la lutte antiterroriste. Quant on sait que tous les pays musulmans ont été sommés de collaborer dans la lutte contre un terrorisme créé de toutes pièces par ceux là même qui l'exigent, on ne peut que rester stupéfait de la tromperie avec laquelle agit l'empire quel que soit le contexte.

Mais tout cela est voué à l'échec. Les Américains et leurs alliés sont dans une impasse non seulement économique mais idiosyncratique. Si au Levant, la déstabilisation de la Syrie aura de très graves conséquences sur Israël, dont l'arsenal nucléaire conséquent ne lui sera d'aucun secours, au Maghreb, le dépeçage de la Libye aura des conséquences négatives durables sur l'ensemble des relations Nord-Sud en Méditerranée occidentale. Il ne fait aucun doute que tôt ou tard, l'intrusion militaire de puissances étrangères en Libye aura un prix.

A ce propos, certains observateurs ont mis en doute la mainmise étrangère sur les ressources de la Libye à cause du sentiment ultranationaliste de certaines factions rebelles. C'est méconnaître les ressorts cachés de la soumission consentante. Les rebelles, y compris leurs ailes militaires les plus radicales sont beaucoup trop faibles pour pouvoir prétendre tenir tête à leurs puissants protecteurs. De facto, ils sont encore plus faibles que les forces loyalistes. C'est pour cette raison que la Libye représente un cas d'école : c'est le nouvel eldorado des multinationales et l'entrée rêvée en Afrique du Nord et au Sahel. Et connaissant certains pays de la coalition «humanitaire» caractérisées par leur hargne et leur cupidité à tenir coûte que coûte la moindre parcelle de terre tombée en leur pouvoir et ne plus jamais la relâcher à moins de provoquer un génocide généralisé, on ne voit pas la Libye se débarrasser de sitôt de ces protecteurs de la dernière heure.

Avec l'épilogue libyen, l'Africom devrait avoir résolu le choix de ses bases en Afrique. Elle y disposera aussi bien de bases stratégiquement situées sur le golfe de Syrte qu'en bordure du Sahel, voire au Sahara central. En parallèle, la Russie perd plus qu'un important client de ses armements. Tandis que la Chine voit sa présence en Méditerranée, en Afrique du Nord et au Sahel assez compromise. Certains pays occidentaux voyant d'un très mauvais oeil la présence chinoise dans la bande sahélienne du Soudan en Mauritanie, en passant par le Niger, principal pourvoyeur d'uranium aux centrales électronucléaires françaises.

Propager le désordre dans un pays fait partie intégrante de la panoplie de guerre. Le chaos est un nouveau paradigme des relations internationales. L'ex-ambassadeur US en Chine, Jon Huntsman et probable candidat aux présidentielles américaines en sait quelque chose. Sa tentative très maladroite de susciter des troubles en Chine en utilisant les réseaux sociaux l'a forcé à quitter son poste.

Cependant, la question qui se pose actuellement est celle relative aux conséquences à moyen et long terme de cette nouvelle ingénierie du chaos appliqué à l'échelle géostratégique. Utilisant des outils transcendant la guerre asymétrique que pourrait opposer le pays ciblé face à un assaillant technologiquement plus avancé, cette nouvelle forme de guerre ne serait-elle pas susceptible de créer une symétrie du chaos dans les deux camps ? L'avenir nous le dira.


Wissem Chekkat, in « Le Quotidien d'Oran » du 15 septembre 2011.

mardi, 01 novembre 2011

POUR LA PREMIERE FOIS, UNE SŒUR DE SIMONE GBAGBO FAIT DES REVELATIONS SUR LE 11 AVRIL



SIMONE GBAGBO.jpg

Près de sept mois après l'arrestation du président Gbagbo, de son épouse, Simone Gbagbo et de tous les autres, une proche de la famille, une des soeurs de l'ex-première dame, revient pour la première fois sur les évènements du 11 avril dernier.

 

Il est un peu plus de 13 heures quand nous arrivons à Moossou, le village de la Première dame,Simone Ehivet Gbagbo, détenue depuis le 12 avril dernier à Odienné, dans le nord de la Côte d'Ivoire. Dans la résidence modeste où nous avons «rendez-vous» avec la proche famille du député d'Abobo. A la vue d'une dame élancée qui nous accueille avec un sourire similaire à celui de Simone Gbagbo, on se dit intérieurement «ça doit être une des soeurs de la Première». Une fois parvenue à notre niveau, on se rend à l'évidence qu'elle partage bien des traits avec sa soeur. Son timbre vocal, son teint, c'est du Simone Gbagbo tout craché. Elle garde une assurance apparente, une sérénité communicative, mais l'enfer des bombardements de la résidence présidentielle, elle l'a vécu jusqu'au 11 avril dernier,ainsi que la «déportation» du Golf Hôtel dans l'après-midi du 11.

V.E, est aussi fervente chrétienne que sa grande soeur, sa foi en Dieu reste inébranlable, malgré les évènements traumatisants qu'elle a vécus. Au détour d'une causerie décontractée, elle revient sur ce«lundi noir» d'avril 2011.

Un témoignage poignant et émouvant«Pendant les deux derniers jours (10 et 11avril, ndlr), ils ont tiré toute la nuit. Les tirs étaient vraiment intenses, à telle enseigne qu'il fallait absolument protéger le patron (le président Gbagbo, ndlr). Parce que ce n'était pas des tirs comme ça.

Puisqu'ils ont d'abord visé sa chambre, puis son bureau et la grande pièce. Mais de là où nous étions en ce moment-là, on entendait les bombardements comme s'ils étaient lointains. Mais à un moment donné, en plus des bombardements, ils ont libéré un gaz suffocant qui nous empêchait vraiment de respirer, comme si on voulait nous asphyxier. Et quand les tirs ont baissé en intensité, on a dû nous déplacer pour pouvoir aller respirer un peu. Toute la nuit, on n'a pas pu dormir, à cause des bombardements. Vers 4heures du matin, ils ont arrêté les bombardements.

Et on a eu même le temps de se débarbouiller un peu, et de prendre le petit déjeuner.

On était donc là, quand quelqu'un qui est arrivé, disait : «Ne sortez pas, ne sortez pas, ils vont vous tuer comme des lapins, parce qu'ils nous ont encerclé» parlant des militaires français.

C'est en ce moment là que Tagro est sorti avec une écharpe et il est revenu aussitôt, en disant «ils m'ont tiré dessus». Je ne l'ai pas vu, mais je l'ai entendu dire ça. Après un officier est arrivé et nous a dit qu'on était encerclé.

C'est comme ça qu'ils nous ont séparés en deux groupes. Le président, sa femme et d'autres personnalités ont été envoyés quelque part et nous, nous étions dans un autre lieu.

Jusqu'à ce qu'on voit arriver les militaires Frci qui nous insultaient, battaient... Les militaires français étaient là aussi, mais ils ont dû se retirer quand les caméras ont commencé à arriver.

Et de là, ils nous ont transféré au Golf Hôtel, où on a vécu l'enfer. A notre arrivée, il y avait une haie de militaires Frci de part et d'autre de la voie qu'il fallait traverser jusqu'au bâtiment.

Les gens nous battaient avec des cross de fusils, d'autres utilisaient des couteaux pour nous blesser, nous tracer dessus. Moi j'ai eu plus de chance, parce que j'étais au milieu, mais les autres qui étaient proches des cordons, n'ont pas eu plus de chance. Les soldats de l'Onuci qui assuraient notre sécurité, à un moment donné, nous ont abandonné entre les mains de nos bourreaux...». Elle pousse un soupir avant de lancer : «C'était l'enfer !»

Ensuite plus rien. L'émotion l'étreint, elle nous regarde et lance un sourire : «Dieu est fidèle».

Les jours vécus dans le tourbillon du Golf Hôtel, elle n'en dira pas mot.


Franck Toti, in le quotidien ivoirien « Le Nouveau Courrier » N° 356 des lundi 31 octobre et mardi 1er novembre 2011.

REVELATIONS SUR LES DERNIERES HEURES DU PRESIDENT GBAGBO AU PALAIS - CE QUI S'EST REELLEMENT PASSE



BOMBARDEMENT DE LA RESIDENCE DE GBAGBO.jpg

Extrait du journal intime de D.D, Abidjan le 25 avril 2011.

 

Le 11 Avril, j'ai fait ma dernière prière. Il est 5h 30. La résidence présidentielle est sous les bombes depuis trois jours. Il y a trente minutes que les bombardements des français qui ont duré toute la nuit se sont arrêtés à 5h. La partie de la résidence où nous nous trouvons n'a pas encore cédé. D'ailleurs personne ne peut sortir pour voir les dégâts même si l'odeur de brûlé montre qu'une grande partie de la résidence a été dévastée. Le président Gbagbo est toujours d'un calme olympien. On le sent fatigué mais il n'a pas l'air d'avoir peur. Je pense que c'est à cet instant précis que chacun doit secrètement penser à sa mort. Moi, je pense à la mienne.

Le président a fini de prendre son bain et est à nouveau avec nous. La table est servie et nous déjeunons en compagnie du président qui plaisante et détend. Deux jours plus tôt, les français avaient envoyé un tel déluge de feu sur la résidence qu'il fallut protégé Laurent et sa femme. Toute modestie mise à part, la résidence est vraiment un bunker. Les bombardements visaient la chambre du Président principalement mais aussi son bureau, là où il a l'habitude de travailler. Grâce à Dieu, il n'y était pas à chaque fois. A un moment donné, tous les lieux ont été visés en même temps. C'était invivable. Parce que les français déversaient en plus un gaz dont l'odeur était suffocante. Parfois, nous nous demandions si ce n'était pas un gaz empoisonné parce qu'on n'arrivait plus à bien respirer. Nous avons pu nous déplacer un peu.

Nous n'avions pas dormi depuis plusieurs jours. Ce lundi n'a pas été différent. Nous sommes restés debout jusqu'à 5 heures du matin. En tout cas, c'était dur, mais si nous avons tenu, c'est grâce à Laurent, en raison de la sérénité dont il faisait preuve.

Reprise des bombardements

Un officier est venu nous dire que nous étions encerclés. Mais quand les soldats français et rebelles sont arrivés, les militaires qui étaient au palais, étaient tous partis. On était donc parqué quelque part. Le couple présidentiel avait été déplacé. L'officier nous disait, ne sortez pas, ne sortez pas. Et c'est en ce moment que Tagro est sorti. On a entendu des coups de feu. Je ne l'ai pas vu, mais je l'ai entendu dire, « on m'a tiré dessus ! On m'a tiré dessus ! Les rebelles sont alors entrés dans la résidence. Tous nous battaient.

En tout cas, je ne peux pas dire que ce sont les soldats français qui ont pris Laurent parce que nous n'étions pas dans la même cellule. Lorsque nous sommes sortis de la résidence du Chef de l'Etat, des soldats blancs qui étaient là, se sont repliés à la vue des cameras. Puis nous avons été transférés au golf.

Là bas, on nous a descendus d'un camion qui nous transportait. Il y avait un cordon de rebelles de part et d'autre de la route qui menait au golf. Nous avons été malmenés. Moi, j'ai reçu trois gifles. C'était de la barbarie sans nom. Et les soldats de l'ONU-CI qui étaient présents ce jour ne disaient rien. Ils regardaient avec beaucoup d'admiration les agressions des rebelles contre nous. Ils avaient des couteaux. On était tous assis. J'étais au milieu. Ceux qui étaient à portée de leurs mains ont été blessés au couteau. Moi j'étais au milieu et tous ceux qui étaient assis à droite comme à gauche ont eu le corps déchiré.

Arrivé au golfe, nous avons été parqués dans des cellules différentes de celle du Président Gbagbo et de sa femme. Donc, je n'ai pas suivi le traitement qu'on leur a infligé. Mais c'était dur. Il n'y a pas d'autres mots. Nous sommes restés au golf pendant une semaine. Nous étions constamment sous la menace des rebelles...

 

In le quotidien ivoirien "Aujourd'hui".


Source: COTE D'IVOIRE LA VRAIE

ET SI LA SORCELLERIE N'EXISTAIT PAS?


PROF. BOA THIEMELE RAMSES.jpg

Le Prof. Boa Thiémélé Ramsès est professeur titulaire de Philosophie (Université de Cocody/Abidjan). Son dernier livre paru aux Editions Cérap à Abidjan en 2010, La sorcellerie n’existe pas, continue de susciter des débats. Nous l’avons rencontré…

 

Qui est le Professeur Boa Thiémélé ?

Je suis un enseignant-chercheur, professeur titulaire de philosophie, à l’université de Cocody, et ancien étudiant de l’université de Poitiers, nourri au panafricanisme. Mon maître intellectuel est Cheikh Anta Diop.

Définissez-vous comme un philosophe, un écrivain ou un éducateur?

Tout ça à la fois. Plus professeur de philosophie que philosophe. Je suis éducateur, car mon métier d’enseignant oblige à aller au-delà de l’instruction pour amener les étudiants à intégrer dans leur vie des valeurs humanistes. Il s’agit donc de leur apprendre à combiner le savoir, le savoir-être et le savoir-faire. Je suis aussi écrivain, plus précisément essayiste. J’ai déjà publié 4 livres. Le cinquième sort bientôt et portera sur l’ivoirité, thème du premier livre. Chaque jour des éléments nouveaux viennent changer notre perception du réel.

Vous avez de publié un ouvrage La sorcellerie n’existe pas. Ce titre fort provocateur procède-t-il d’une conviction ou simplement de votre désir de choquer, de susciter un débat ?

Les deux à la fois. Choquer et susciter le débat sont des modalités intellectuelles. C’est plus pour exprimer une révolte intérieure. J’ai moi-même été choqué par un article de Landry Kohon de Fraternité Matin qui racontait comment, à Sahuyé (Sikensi), en 2008, un homme accusé de sorcellerie, avait été enterré vivant sous le cercueil contenant le corps de sa présumée victime, devant une foule excitée. D’ailleurs, j’ai usé de mon devoir de citoyenneté pour saisir la Commission nationale des Droits de l’Homme, section Côte d’Ivoire (CNDH-CI) dont la présidente est Mme Wodié. Jusqu’à ce jour, elle n’a pas daigné me répondre.

Vous soutenez donc que la sorcellerie n’existe pas…

Je ne m’attaque pas au fait social. C’est bien parce que le fait social existe que nous pouvons en parler. Selon moi, il faut aller au-delà de l’explication naïve de la sorcellerie qui consiste à croire que des individus possèdent des pouvoirs surnaturels de métamorphose et de nuisance. Ma thèse est simple : ce n’est pas la sorcellerie qui est non compréhensible, mais c’est tout ce qui est non compréhensible qui est attribué à la sorcellerie. Autrement dit : ce n’est pas parce qu’un individu est sorcier qu’il fait le mal, c’est plutôt parce qu’il fait le mal que l’on l’accuse d’être sorcier.

Qu’est-ce que vous apportez de nouveau dans l’approche du phénomène de la sorcellerie ?

Il ne s’agit pas de prétendre à la nouveauté pour dénoncer un phénomène de violation des droits de l’homme. Des femmes sont abandonnées, des enfants sont assassinés, des vieillards sont humiliés, au motif qu’ils sont des sorciers. Nous ne pouvons pas nous taire sur ces faits simplement parce que ce n’est pas nouveau. D’ailleurs, les philosophes continuent d’écrire sur la mort, sur l’injustice, sur la violence depuis des siècles. Tant que l’homme sera menacé dans son humanité, le silence sera une lâcheté. Avant moi, des romanciers ou des cinéastes avaient dénoncé cette mystification de la sorcellerie. Je peux citer par exemple, N’Cho Chayé,  qui a écrit : La sorcellerie. La hantise du peuple : mythe ou réalité, Abidjan Frat Mat Editions en 2009. Je ne prétends pas à la nouveauté. Je peux également mentionner Nebié Bali, du Burkina Faso qui en fait de même dans son roman, Le Roi du Dja-djo, Editions Jethro, Ouagadougou, en 2011. Cependant, c’est la conjonction de toutes ces dénonciations et de toutes ces révoltes qui pourraient conduire à une compréhension intelligente des pratiques sociales africaines.

La même maison d’édition a publié un autre ouvrage qui semble se mettre aux antipodes du vôtre. Cette polémique ne cache-t-elle pas un objectif lucratif ?

C’est l’esprit de la collection « Controverse » de l’éditeur. Cet esprit obéit au principe de la liberté de penser et de la tolérance. Il manifeste plus une fin (ou une faim) de connaissance intellectuelle qu’un objectif lucratif. L’aspect lucratif n’est pas pour autant condamnable. Seuls les idiots pensent que l’argent ne rend pas heureux.

LA SORCELLERIE N'EXISTE PAS.png

Dans cet ouvrage vous défendez un concept déroutant la dégaoutique. De quoi s’agit-il ? Qu’est-ce qu’il recouvre ?

Le mot dégaoutique est composé d'un préfixe "de", qui a un caractère privatif et du radical,"gaou" ou le niais dans le langage populaire de Côte d'Ivoire, le Nouchi . La dégaoutique, en tant que philosophie critique des vérités premières, est ainsi le dépassement de l’évidence. Elle propose une lecture complexe du réel selon une rationalité ouverte. Elle recherche la diversité de signification du monde, et la multiplicité interprétative du réel.  Pour ce faire, elle invite à prendre ses distances avec les discours prétendant détenir la norme intangible du vrai. La dégaoutique est une herméneutique et un humanisme.

N’êtes-vous pas hors sujet par rapport aux préoccupations du moment de la société ivoirienne ?

Aucunement. D’abord, tout le monde n’est pas obligé de faire la politique des partis politiques ; ensuite les préoccupations du moment ne sont pas que politiques. Certains aiment le sport, la fête, les études, l’agriculture ou la chasse. Ce n’est pas moins important que l’élection d’un président ou d’un député. Enfin, la dégaoutique, en tant qu’herméneutique, encourage la saisie critique des phénomènes politiques, sans forcément inclure un jugement moral. Elle dit d’éviter d’être naïf vis-à-vis des explications institutionnelles des faits sociaux. Car comme dans le débat sur la sorcellerie, souvent nous avalons les points de vue officiels sans prendre de la distance mentale. Cela est donc valable pour ce que tu appelles « les préoccupations du moment ».

Bon nombre de gens pensent que le débat intellectuel connait un recul en CI ? Qu’en pensez-vous ?

Ces gens ne savent pas ce qu’est un débat intellectuel. D’ailleurs, quel est le niveau de qualification intellectuelle de ceux qui disent cela ? Ils achètent rarement les livres écrits par les auteurs ivoiriens ou africains, ils fréquentent rarement les librairies; ils préfèrent l’opium des centres de prière, la démagogie des meetings des partis politiques et les maquis bruyants. Ils ne fréquentent guère de bibliothèque. Ils ne savent pas qu’ils peuvent offrir des livres à leurs enfants ou à leurs maîtresses. C’est donc leur esprit qui recule devant les débats sur l’ivoirité, sur la sorcellerie, sur le néolibéralisme, sur la souveraineté, sur le néocolonialisme, sur la laïcité, sur la guerre, sur la décentralisation, etc.

On accuse à tort ou à raison les intellectuels ivoiriens de ne pas jouer suffisamment leur partition lorsqu’il se pose de grandes divergences politiques ?

L’opinion qui dit cela m’amuse. Pourquoi ce que tu appelles « les grandes divergences politiques » devraient être réglées par des intellectuels ? C’est irrationnel. Tu ne peux appliquer une solution idoine qu’à un problème de la même nature. Les intellectuels réfléchissent, inventent des utopies, créent des modèles de société. L’application revient aux hommes politiques. A chacun son métier. Que chacun assume sa part de tâche. Enfin, délestons-nous de l’idée que l’intellectuel a la vérité infuse. Les intellectuels ne constituent pas un bloc monolithique sachant et comprenant tout. Cela dit, ne donnons pas plus de pouvoir aux intellectuels qu’ils n’en ont, ici comme ailleurs. Qui a même envie d’écouter les intellectuels?

On aurait voulu avoir un puissant front composé d’intellectuels capable de servir de contre-pouvoir au régime au pouvoir. A ce sujet, on cite à l’envi les intellectuels sénégalais.

C’est une grande mythologie de l’époque coloniale. Partout en Afrique, dans les partis politiques surtout, les intellectuels organiques sont isolés, moqués et traités de rêveurs, au sens négatif. Le drame qu’ils vivent c’est qu’ils se croient obligés d’être membres d’un parti politique. Leur fonction critique est contraire aux exigences de discipline interne. En réalité, le vrai contre-pouvoir, c’est la société civile organisée. Les intellectuels y sont. J’en connais ; ils y travaillent efficacement, sans bruit. Enfin, ne confondons pas universitaires et intellectuels.

 

Interview réalisée par ETTY Macaire

ethimacaire@yahoo.fr


Source: NOUVEAU COURRIER.COM

dimanche, 30 octobre 2011

L'AFRIQUE, LE CONTINENT HUMILIE

GBAGBO ET KADHAFI 2.jpg

Lundi 11 avril 2011, sorti groggy de la résidence présidentielle, pilonnée plusieurs jours durant par l'armée française; livré à la furie de ses adversaires, Laurent Gbagbo est déporté sans ménagement et emprisonné au Nord de la Côte d'Ivoire.

Jeudi 20 octobre 2011, sorti hagard de son convoi détruit par un bombardement de l'Otan, Mouammar Kadhafi effectue son chemin de croix, le visage ensanglanté, lynché par des adversaires déchaînés. Ils finiront par l'exécuter d'une balle dans la tête à Syrte, sa ville natale.

Deux images unanimement saluées par la démocratie occidentale. Deux images choquantes pour l'Afrique. Images d'humiliation de deux chefs d'Etat. Images d'humiliation d'un continent.

Elle est belle la démocratie mondiale, empêtrée dans ses mensonges et ses propres turpitudes. A user de remèdes plus pernicieux que le mal décrit. A parler de démocratie en larguant plus de 30000 bombes sur un pays. A prétendre protéger les civils quand la guerre "humanitaire" fait plus de 60000 morts. A jouer les pompiers ici pour faire oublier ailleurs le rôle de pyromane. A saluer l'élection de Barack Obama quand son rêve américain prend des airs de cauchemar africain. A reconnaître des rebellions militaires sanglantes tout en menaçant de son veto la reconnaissance d'un Etat Palestinien. A nommer des prix Nobel de la paix qui n'ont réalisé aucune action pacifique. A créer une Cour Pénale Internationale pour juger uniquement les crimes des autres. A évoquer l'indépendance quand il s'agit de la recolonisation d'un continent.

Georges Bush Jr n'est plus président mais son esprit plane encore au-dessus du nouvel ordre mondial. Il est réincarné dans l'hexagone en président hyperactif et va-t-en guerre. Un président qui n'hésite pas à régler en Côte d'Ivoire un contentieux électoral à coups de milliers de bombes et d'obus. Hier Bagdad, aujourd'hui Tripoli. Mêmes causes, mêmes effets. Des pays livrés aux chiens de guerre et au chaos. A qui le tour demain?
Mépris des Africains à Paris. Mépris de l'histoire africaine à Dakar. Dans l'esprit des Africains-Français, les mouroirs de Syrte et d'Abidjan s'inviteront jusqu'aux isoloirs de Neuilly sur Seine et de Tulle en 2012.

Et le silence de l'Union Africaine? Et la lâcheté des chefs d'Etat africains? Certains se terrent, terrorisés. Les tyrans, les putschistes, les oppresseurs, les corrompus, les marionnettes et les collabos. Ils se font tout petits. Et les autres? Ils manquent de courage. Ils se taisent. Ils acceptent sans broncher leur propre humiliation, l'humiliation du continent. Planquez-vous braves présidents! Croisez les bras. Croisez les doigts. Fermez les yeux. Espérez que la furie occidentale vous oublie. Priez pour qu'elle s'abatte sur le voisin d'à côté. Union Africaine. Union disparate de petits Etats pauvres et divisés. Adieu, Lumumba. Adieu Nkrumah. Adieu Sankara. Adieu l'unité africaine. Adieu enfin les Etats-Unis d'Afrique.

Et les intellectuels africains? Que disent-ils? Rien du tout? Vaillants leaders éclairés! La triste réalité du continent africain n'est de toute évidence pas une source d'inspiration. Parcourez les rédactions et les médias occidentaux pour vendre vos si belles fictions. Silence, on massacre vos semblables. Dormez-bien. Rêvez-bien. Bernard Henry Levy est lui bien réveillé. Lui qui se bat pour que les indignés africains expriment dorénavant avec "force" leur soif de démocratie. Peu importe si les armes, qui leur sont distribuées, entraînent un bain de sang entre concitoyens. Merci B.H.L! Encore un coup de panache, et la charia devrait être érigée en règle constitutionnelle sur l'ensemble du continent.

Elle est belle la démocratie internationale. Et les centaines de milliers de bombes larguées sur le continent noir n'ont pas encore tiré le milliard d'Africains de sa profonde léthargie. Alors, massacrons-nous encore à Kigali et à Benghazi pour la conquête du pouvoir. Dansons à Syrte et à Misrata autour de nos cadavres. Célébrons à Abidjan et à Libreville, l'humiliation de notre continent. Oui laissons, abandonnons, cédons aux Américains, aux Européens et aux Asiatiques le soin d'exploiter nos immenses richesses naturelles. Philanthropes, ils développeront peut-être un jour l'Afrique mieux que les Africains eux-mêmes.


Anicet Djehoury, Essayiste ivoirien, in PENSEES NOIRES

 

Source: SENE REVOLUTION.COM

jeudi, 27 octobre 2011

SELON LE CANARD ENCHAINE, KADHAFI A ETE «CONDAMNE A MORT PAR WASHINGTON ET PARIS»

 

KADHAFI ET SON FILS MOATASSIM MORTS.jpg

Pour ceux qui ne vivent pas en France et ne peuvent pas se procurer l'indispensable hebdomadaire du mercredi, voici l'intégralité d'un article qui apparaît d'ores et déjà comme une "pièce" historique. Quand la "civilisation" ressemble à s'y méprendre à la barbarie...



Obama et Sarkozy ne voulaient pas qu'il s'en sorte vivant. De crainte qu'il ne parle trop lors de son procès devant la Cour pénale internationale.


Mercredi, 19 octobre en fin d'après-midi, un colonel du Pentagone téléphone à l'un de ses correspondants au sein du service secret français. Chargé du dossier « Kadhafi », l'une des priorités actuelles des généraux de l'équipe Obama, l'Américain annonce que le chef libyen, suivi à la trace par des drones Predator US, est pris au piège dans un quartier de Syrte et qu'il est désormais impossible de le « manquer ». Puis il ajoute que laisser ce type en vie le transformerait en « véritable bombe atomique ». Son interlocuteur comprend ainsi que la maison Blanche a rendu son verdict, et qu'il faut éviter de fournir à Kadhafi la tribune internationale que représenterait son éventuel procès.


Depuis quelques jours d'ailleurs, des commandos des forces spéciales américaines et françaises participaient ensemble à cette chasse au Kadhafi. À Paris, au Centre de planification et de conduite des opérations (CPCO), à la Direction du renseignement militaire (DRM) et au service action de la DGSE, plusieurs officiers évaluaient à une cinquantaine de membres du COS (Commandement des opérations spéciales) les militaires présents à Syrte.


Leur mission : porter assistance aux unités du CNT qui investissaient la ville, quartier par quartier, et, selon le jargon maison utilisé par un officier du CPCO, « ´´traiter´´ le guide libyen et les membres de sa famille ». Une formule codée en cours à la DGSE : « livrer le colis à Renard », et agir en sorte que Kadhafi n'échappe pas à ses poursuivants (une unité du CNT baptisé « Renard ?».


Hypocrisie internationale.

À l'Élysée, on savait depuis la mi-octobre que Kadhafi et l'un de ses fils s'étaient réfugié à Syrte, avec gardes corps et mercenaires. Et Sarko avait chargé le général Benoit Puga, son chef d'état-major particulier, de superviser la chasse à l'ancien dictateur. Ce qu'il a fait en relation avec la « Cuve », le bunker souterrain où des officiers du CPCO sont en contact permanent avec tous les militaires engagés à l'étranger et les services barbouzards. À la DGSE comme à la DRM on ne se gêne pas d'ailleurs pour évoquer l' «élimination physique »du chef libyen, à la différence des formules bien plus convenables employées par l'Élysée, s'il faut en croire un conseiller du Président.


« La peine de mort n'était pas prévue dans les résolutions de l'ONU qui ont permis à l'OTAN d'intervenir, ironise un diplomate français. Mais il ne faut pas jouer les hypocrites. À plusieurs reprises, des avions français et britanniques avaient déjà tenté de liquider Kadhafi en bombardant certains de ses repaires, à Tripoli ou en détruisant notamment un de ses bureaux. » Et le même de signaler que, lors d'un procès devant la Cours pénale internationale, « ce nouvel ami de l'Occident aurait pu rappeler ses excellentes relations avec la CIA ou les services français, l'aide qu'il apportait aux amis africains de la France, et les contrats qu'il offrait aux uns et aux autres. Voire plus grave, sait-on jamais ? ».


Le 20 octobre à 8h 30 du matin, l'objectif allait être atteint. Trois avions de l'OTAN s'approchent de Syrte. Rien à voir avec une mission de reconnaissance effectuée par hasard : une colonne de 75 véhicules fuit la ville à vive allure. Un drone américain Predator tire des roquettes. Un mirage F1CR français de reconnaissance suit un Mirage 200-D qui largue deux bombes GBU-12 de 225 kilos guidées au laser. Bilan : 21 véhicules détruits et Kadhafi seulement blessé.


Soupirs de satisfaction.


Des forces spéciales françaises sont alors présentes sur les lieux. L'histoire ne dit pas à quelle distance de ce qui va survenir, et que raconte avec abondance de détails un officier des services militaires de renseignements : « Il est capturé vivant par des combattants surexcités. La foule scande ''Allah Akbar'' à pleine poumons, le menace de ses armes et se met à le tabasser pendant que d'autres combattants qui peinent à prendre le dessus, crient de le maintenir en vie ».


On connait la suite, quelques images de ce lynchage suivi d'une exécution par balles sont apparues sur les écrans de télévision et dans la presse écrite. Mais la disparition de Kadhafi n'est pas la fin de l'histoire car, en croire une analyse barbouzarde, « la Libye est entrée dans un no man's land politique, une zone de turbulences imprévisibles. » Voilà qui devrait inquiéter ceux qui, dans plusieurs capitales occidentales et arabes, ont poussé des soupirs de satisfaction que Kadhafi ne serait jamais la vedette d'un procès international.


Claude Angeli, in « Le Canard Enchaîné » du mercredi 26 octobre 2011.

 

Source : Le blog de Théophile Kouamouo

 

--------------------------------

 

«NOUS SOMMES EN DROIT DE DEMANDER LA MISE EN ACCUSATION, LA POURSUITE ET LE CHATIMENT DES RESPONSABLES DE CES CRIMES»

 

KADHAFI MORT 3.jpg

Si ces informations sont confirmées et elles le seront probablement, nous sommes face à un crime d'État, au commencement d'une grave crise politique en France menant à la mise en accusation de Sarkozy.

Des procédures sont déjà engagées par les avocats et les conseils de la famille Kadhafi, mais cela est encore insuffisant face à la gravité de l'affaire et à l'énormité du crime contre le chef d'un État souverain, en violation de toutes les normes du Droit International.

Si nous sommes encore une démocratie, il faudra bien que des politiques et en particulier ceux de l'opposition fassent preuve pour une fois d'un peu de courage et mettent en cause publiquement Nicolas Sarkozy, s'adressent à la Nation et demandent l'ouverture d'une enquête

M. Ocampo est un homme très occupé, il est le seul des habitants de cette planète à n'avoir pas ouvert un journal, écouté une radio ou regardé sa télé depuis 6 mois.

Cet homme n'a rien vu, rien entendu, mais nous sommes 6 milliards de témoins à avoir assisté en direct au déroulement de cette tragédie jusqu'à son atroce dénouement.

Nous sommes 6 milliards de témoins à avoir assister à la destruction d'un pays et au déchaînement de la terreur contre sa population.

Nous disposons de centaines d'heures d'images vidéos que tout le monde a pu visionner sur YouTube, des milliers de pages de témoignages, de rapports établis par des commissions d'enquêtes indépendantes et des journalistes, ces témoignages constituent un acte terrible d'accusation contre la coalition qui s'acharne contre la Libye depuis des mois.

Ce que les médias occidentaux ne nous montrent pas... par SuperResistance1:

IL FAUT ABSOLUMENT VOIR CETTE VIDEO

Nous devons constituer un Tribunal sur le modèle du Tribunal Russel pour établir devant l'opinion mondiale l'accumulation incroyable de mensonges, de faux témoignages, de documents fabriqués ou truqués, d'actes de barbarie, de crimes de guerre contre des populations civiles, de lynchage systématique de centaines de noirs.

Nous sommes en droit de demander la mise en accusation, la poursuite et le châtiment des responsables de ces crimes.


Source : LE POST.FR

CRIMES ET MENSONGES DE L'OTAN EN LIBYE: LE TEMOIGNAGE ELOQUENT DE LA JOURNALISTE BRITANNIQUE LIZZY PHELAN

 

 

KADHAFI ET SARKOZY.jpg

Un autre témoignage des média-mensonges dans lesquels l'Occident et l'OTAN ont fait macérer le monde entier pendant 8 mois pour, au final, assassiner le Guide libyen, Mouammar Kadhafi, tuer des dizaines de milliers de ses concitoyens et causer des dommages incommensurables en Libye. Quel monde pourri que le notre!!!



mardi, 25 octobre 2011

LES AFRICAINS NE SAVENT PAS

FRANçOIS COPE.jpeg

François Copé, Secrétaire général de l'UMP (Union pour la Majorité Présidentielle), parti politique du président français Nicolas Sarkozy.

 

Les Africains n'ont pas de bonnes chaînes-TV, de bons journaux, et ne savent pas trop où aller sur Internet, quand ils y ont accès. Leurs chaînes  sont archaïques, croient toujours que la bonne vieille langue de bois est encore efficace et que leurs programmes soporifiques sont regardés. Les journaux ne sont pas beaucoup lus et pour ceux qui les lisent ils n'offrent le plus souvent que le ton des dépêches d'agences. Alors, les Africains regardent les télévisions de là-bas, qui offrent plein de choses confortables pour les yeux. Des matchs de haut niveau, des films récents et bien faits et...des informations aux belles images, rapides, digérées, commentées et illustrées.

Donc ils ne peuvent pas savoir ce qui risque de les atteindre, en bien ou en mal. Pour deux raisons. La première est que la langue de bois ne les nourrit pas de la réalité et que l'information de là-bas est faite pour qu'ils ne sachent rien de ce qui puisse leur faire du mal. La seconde est qu'ils n'ont aucun moyen de pallier la chose, s'il leur arrive de penser à le faire, malgré tout. Par conséquent, ils ne sauront pas ce qu'a dit François Copé, s'il leur arrive de savoir qui c'est, sur la nouvelle politique africaine de la France. Sinon ils auraient risqué de réagir.

Le monsieur Copé a dit que «Cette nouvelle politique (...) c'est celle que le président français Nicolas Sarkozy a menée durant la crise ivoirienne, comme d'ailleurs, dans un registre très différent, il a pu le faire en Libye». En passant, on peut lui reconnaître qu'il sait qu'en Libye cela passe plus difficilement qu'en Côte d'Ivoire. Il y a une raison fondamentale, voire vitale, que les Africains sachent ce qui se passe. Le monsieur parle d'eux. Il dit qu'il y a «... en Côte d'Ivoire comme en Libye une mission d'abord au service des peuples concernés...» Les Africains doivent être informés de ça et être les premiers à savoir qu'il y a une  «mission» en leur direction.

Eh bien, ils ne le sauront pas, jusqu'à ce que la terre se dérobe sous leurs pieds et que des flots de haines séparent en ennemis mortels, les enfants d'un même pays. Des «bons» d'un côté, des «méchants» de l'autre. Ces catégories, ils pourront les identifier grâce à ces mêmes télévisions, à la belle cosmétique, où défileront des «opposants» et des  «spécialistes»  de leur pays et qui leur expliqueront ce qu'il faut faire et de quel bord il faut être. Des dizaines de milliers de morts plus tard, sur un pays en ruine, la Banque Mondiale, le Fonds monétaire International et d'autres institutions du même acabit viendront, comme en Libye, travailler avec «les nouvelles autorités à un plan de relance économique», un plan qui impliquera les «experts» des «grandes démocraties», toujours soucieuses du bien-être des Africains et des peuples qui leur ressemblent.

D'ailleurs, pour preuve, la visite en Algérie du secrétaire d'Etat-adjoint américain pour les Affaires du Proche-Orient et l'Afrique du Nord, qui a pour but avoué de savoir auprès de Bouteflika «quelle était la meilleure façon d'aider (la Libye) à avoir une bonne transition». Et là, c'est encore assez gentil de solliciter un Africain. Car d'habitude ils décident tous seuls de ce qu'il y a à faire. Les Africains ne savent pas ce qui se passe autour de leur avenir et cela durera tant qu'ils ne seront pas informés.


Par Ahmed Halfaoui


Source : LES DEBATS.COM

KADHAFI: ILS ONT EXAUCE SON SOUHAIT

MOUAMMAR KADHAFI 16.jpg

Ils ont donc fini par le tuer. Depuis le début, ils ont cherché à le faire. Les frappes de l'OTAN le cherchaient sans arrêt. Mais aujourd'hui, tel Ponce Pilate, ils veulent s'en laver les mains. Ponce Pilate  avait livré Jésus  aux marchands du Temple et aux grands prêtres proches des Romains. Il avait préféré  laissé les collaborateurs de l'empire Romain décider de sa mise à mort. Pour Kadhafi, l'OTAN a fait l'essentiel du travail, mais il a laissé faire le sale travail,  finir le travail  à des Libyens contre un autre Libyen.  Le crime était presque parfait, mais il y a eu d'abord cet anonyme qui a filmé et mis ces images sur You tube, puis les images d'une extrême cruauté de cette hystérie collective hallucinante  sur le site "The Global Post". Il a bien fallu ensuite trouver des explications.

Le colonialisme a toujours agi ainsi: libyens contre libyens, algériens contre algériens, vietnamiens contre vietnamiens, irakiens contre irakiens.  Faire ainsi coup double: éliminer l'ennemi,  Kadhafi, et tenter de faire perdre son âme à tout un peuple, en tentant de faire peser sur sa conscience un acte ignoble.

Mais pourquoi l'OTAN a-t-il si peur de dire la vérité, qu'il est le véritable responsable de cet assassinat  car les autres ne sont que des exécutants. Pourquoi cette campagne médiatique inouïe, acharnée, non seulement pour dégager sa responsabilité de ce crime, mais pour dévaloriser et salir sans cesse la personne de Kadhafi. Il ya certes la tentative bien vaine de faire encore croire que l'OTAN a agi dans le cadre de la résolution 1973 de l'ONU, que son but était  de protéger des populations civiles et non d'intervenir comme belligérant dans cette guerre pour abattre le régime libyen. Il y a aussi l'éventualité d'une accusation de crime de guerre, Kadhafi ayant été fait prisonnier puis assassiné. Mais on découvre soudain que cette campagne traduit au fond une peur, celle que les dominants ont toujours, la peur de leurs victimes, la peur de la mémoire des peuples. En effet, pourquoi parler autant de Kadhafi s'il est une personnalité aussi monstrueuse, aussi misérable qu'il est décrit  dans les médias occidentaux et les medias arabes qui leur sont liés. Pourquoi lui consacrer autant de temps. Pourquoi cette obsession  le concernant.

J'avais toujours été impressionné par la rage de Rome envers Hannibal et Jugurtha. Ils les avaient traqués partout, sans leur laisser un endroit où se refugier dans le monde connu de cette époque, menaçant quiconque leur donnerait asile, alors même qu'ils ne représentaient plus un danger militaire. Comme Kadhafi.., ai-je songé le jour de sa mort. N'avait il pas d'ailleurs appelé l'un de ses fils Hannibal, comme une provocation, comme un symbole, comme une continuité de la lutte de ses ancêtres, de l'ancienne à la nouvelle Rome.

LA TACHE

Déjà la vérité commence à se frayer un chemin dans le torrent de mensonges dont on a voulu inonder la planète au  sujet de la Libye. C'est ainsi qu'on découvre stupéfait qu'il n'y a aucune image, aucune preuve des allégations qui ont permis le déclenchement de l'intervention de l'OTAN: aucune preuve sur l'allégation que l'aviation de Kadhafi  bombardait Benghazi et qu'il y avait des milliers de morts.   On apprend que le responsable de la ligue des droits de l'homme libyen, à l'origine de ces allégations, qui ont été à la base de la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU, est en réalité lié au CNT libyen et que des ministres du CNT sont membres de cette Ligue.

Lumumba avait été tué par d'autres congolais, Che Guevara par un bolivien pour le pays duquel il luttait pourtant,  Kadhafi par d'autre libyens. Certes la vie de chacun est différente, plus ou moins exemplaire, plus ou moins "pure", plus ou moins glorieuse, plus ou moins critiquable. Ils n'ont peut être pas tous la même dimension. L'Histoire fera le tri. Elle dira les mérites et les fautes de chacun.  Mais ils ont en point commun d'avoir refusé la domination étrangère sur leur pays ou leur continent, d'avoir refusé de se soumettre, d'avoir préféré la mort à la honte de l'esclavage, d'avoir voulu mourir debout, la tête haute. J'ai souvenir de  ces images de Lumumba, ligoté mais qui gardait la tête haute et fière, même lorsqu'on le trainait dans la poussière pour la lui faire baisser. 50 ans après, le même geste chez Kadhafi quand ils  le ballotent, le brutalisent, le frappent  et qu'il tente quand même de rester debout,  et qu'il s'efforce, le cou raide, tendu, de dresser la tête sous les coups. Ils ont tous en commun ce qu'on appelle le courage, ceci personne ne pourra le leur nier, et encore moins ceux qui bombardent du ciel,  sans risques  des villes et des populations, ou qui lynchent.

Certains aujourd'hui  se félicitent de l'intervention militaire étrangère tout en déplorant les violences qui s'en sont suivies, la guerre civile qu'elle y a enflammée, la destruction du pays, et jusqu'à la façon avec laquelle a été assassiné Kadhafi et probablement ses fils et bien d'autres. Quelles contradictions, quelle naïveté feinte ou alors quelle cécité! Qu'attendaient-ils de la violence extrême de cette intervention militaire ?  Quand le colonialisme a-t-il eu un état d'âme, une pitié quelconque. Peut on être si aveugle pour ne pas comprendre que le véritable objectif sont les richesses de la Libye et qu'il ne s'agit que de rapine et de brigandage international.

En tout cas, ils ont rendu au fond le meilleur service à Kadhafi. Il avait voulu ne jamais quitter son pays, y mourir debout. Ils ont exaucé son souhait. D'un coup, ils l'ont réhabilité, ils l'ont lavé de tous ses péchés, de toutes ses fautes et l'ont fait rentrer dans l'Histoire, comme celui qui a refusé la soumission. Mais pour les autres, tous les autres, les commanditaires comme les exécutants, ils sont souillés à jamais  Comme Ponce Pilate, ils auront beau se laver les mains, la tache est indélébile.


Djamel LABIDI

Paru dans "Le Quotidien d'Oran" du 23 Octobre 2011.


Source : LE BLOG PROAFRICA

KADHAFI MORT, PLACE AU CHAOS, A LA VENGEANCE ET A LA RESISTANCE!


MOUAMMAR KADHAFI 15.jpg

On résiste à une injustice, à une offense, à une agression. Cela est valable pour un individu ou pour un peuple. Kadhafi incarnait la résistance d'un peuple. Sa mort, son martyr était attendu. « La victoire ou la mort » disait Omar El Mokhtar » ; slogan repris à répétition par les résistants. « Ils disent que j'ai fui...moi je meurs ici l'arme  à la main » ne cessait de lancer Kadhafi.

C'est parce qu'il devient le symbole de la résistance que les « choses » sérieuses vont commencer. Le peuple libyen va s'apercevoir de la grande différence, de la valeur de son guide, des enjeux qui se font sur son dos et à son détriment. Ajouter que la population qui a souffert des bombardements, avec ses  dizaines de milliers de morts, il ne reste aux libyens que la vengeance enfouie encore dans l'esprit propres à la culture bédouine. L'Otan et le CNT n'espéreront jamais son ralliement car, ils leur ont apporté la mort. Bien au contraire, la haine et la vengeance vont décupler. Ils ne les laisseront jamais tranquille durant tout le restant de leur vie.

Selon nos informations, les 'brigades pour la vengeance' constituées il y a quelques mois - dont nous avions fait états sur ce blog et avions dit que leur mission était d'éliminer tous ceux (y compris leur famille) qui sont à l'origine des tueries et du chaos en Libye - sont activées pour exécuter leur mission en Libye et en Europe. Ils ne se qualifient pas de « Kamikazes » mais de « moudjahidines » au sens religieux qui impose de se défendre par tous les moyens contre un ennemi, fut-il son coreligionnaire, qui viol son pays, sa maison, tue son peuple, vol ses biens. Pour l'Islam c'est un martyr, un acte digne de haute valeur.

Les agresseurs de la coalition doivent savoir qu'ils ont ouvert en Libye la « boite à Pandore » de la vengeance que ne peuvent arrêter que les 'Grand Sages' religieux reconnus de Libye et ce,  sur concertation entre eux d'une part  et entre-eux et les familles des victimes d'autres part en plus des excuses et dommages solennels des  offenseurs sinon seul Dieu peut arrêter ce processus ! Les membres du CNT et leurs « rats » libyens connaissent parfaitement ce principe de vengeance, qu'ils portent aussi, puisque la majorité d'entre-eux se sont engagés dans cette « révolution  du 18 février»- en exhibant le drapeau de la royauté - par vengeance, 42 ans plus tard, contre Kadhafi qui avait aboli le système sur lequel profitaient leurs parents. Ces « rats » sont leurs enfants et leurs petits-enfants. La grande différence c'est que dans la révolution de 1969 il n'y a pas eu ce sang d'un peuple versé avec la complicité active de leurs propres citoyens. Le peuple libyen, le CNT et leurs familles, les agresseurs extérieurs et leurs familles, sont dans une situation d'une extrême gravité, dans un engrenage infernal. Beaucoup seront traqués toute leur vie.

Lorsque la propagande dit, par soulagement hypocrite, que la Libye « entre dans une ère nouvelle », il s'agit en fait d'une ère de grande instabilité, de terreur qui touchera toute la méditerranée voire plus !  Le CNT ne pourra jamais former un gouvernement au vu de ce qui se passe et de la configuration de la société libyenne. « Rien ne sera comme avant en Libye, il n'y a que les naïfs qui osent encore croire un retour en arrière, le vert a cédé la place au rouge sang. Les Libyens vivront dans le cauchemar pendant longtemps » dit un commentateur sur un blog. Ce sera une guerre sans merci. L'Otan ne tiendra pas longtemps. Ce temps qui joue contre elle à cause de la crise (donc finances) et les élections. Ce temps d'en finir avec Kadhafi est arrivé ! Et Alors ? Nous verrons bien ! Et bien bien !

Va-t-elle laisser ce CNT se « débrouiller » ? Impossible car les choses se retourneront très vite d'autant que ce « nouveau pouvoir » non élu, n'a ni institutions, ni lois, ni armée. Les divergences de ses membres sont telles qu'ils vont s'entretuer. La mort de Kadhafi va accentuer leurs divergences, leur cupidité et précipiter leur disparition. Ils le savent.  Leurs « insurgés » ne font pas partie d'une armée régulière et donc non stable voire volatile; ce sont soit des volontaires soit des gens forcés qui n'ont, de plus, aucune expérience. L'écrasante majorité s'est engagée, par vengeance, par opportunisme, par cupidité ou par abrutissement; ce qui ne dure pas. Par contre, ceux qui soutiennent le pouvoir légal,  ne font que se défendre ; c'est la guerre qui est venue vers eux. Ils ont donc toute la légitimité (morale et religieuse) de combattre dans l'honneur et la dignité. Ou bien va- t-elle continuer à bombarder jusqu'à tout détruire et tuer jusqu'au génocide d'un peuple comme elle vient de le commettre sur Syrte. Nous verrons bien ! Et bien bien !

Kadhafi et certains de ses fils sont partis, « rappelés à Dieu » comme disent les musulmans. Il les a engagé dans ce combat avec honnêteté jusqu'au martyr contrairement aux renégats du CNT qui ont mis les leurs à l'abri, en Europe, pendant qu'ils se servent des enfants des autres, comme chair à canon, pour confisquer le pouvoir. Cette différence est non seulement très significative mais décisive dans le choix d'un camp.

Réitérons ce que nous avons lancé dans notre dernier article intitulé «L'impossible victoire des gueux du CNT » :

« Nos amis et frères Libyens doivent savoir que la lutte sera âpre, douloureuse, destructrice  mais l'issue est certaine car, leur sacrifice vient d'un combat juste pour l'honneur et la dignité contre des forces du mal sans principes et sans vertu. La disparition d'un dirigeant même charismatique n'a jamais mis un terme à la volonté de libérer son pays de l'oppression ou d'une colonisation. »


Djerrad Amar

lundi, 24 octobre 2011

MASSACRER LES AFRICAINS AU NOM DE LA DEMOCRATIE: LA FIN QUI JUSTIFIE LES MOYENS



KADHAFI MORT 2.jpg

Mouammar Kadhafi, celui que l'on a appelé ''le guide libyen'' est mort, assassiné. Les images de sa dépouille malmenée, foulée aux pieds et exhibée comme celle d'un vulgaire bandit, resteront longtemps gravées dans notre mémoire collective. Des images dégradantes, déshonorantes, voire déshumanisantes d'africains, on en a vu ces dernières années. Certaines personnes, nullement choquées, en ont même applaudis ! De l'image de Laurent Gbagbo kidnappé, sa famille et ses collaborateurs faits prisonniers, en passant par celle des populations somaliennes fuyant la guerre, en proie à la pire des famines, jusqu'à celle de Kadhafi aujourd'hui, c'est à croire que les africains se complaisent dans le déshonneur.

La mort de Kadhafi est l'aboutissement d'une guerre injustifiée, menée de main de maître par l'organisation du traité de l'atlantique nord (OTAN), avec dans son sillage, les insurgés du CNT (conseil national de transition), qui n'étaient en fait là que pour du vent. Des libyens massacrant d'autres libyens. C'est à ce schéma que les puissances occidentales ont bien voulu nous habituer. Certains libyens ont été entraînés, armés par l'OTAN, dans le but de tuer d'autres libyens.

Kadhafi est mort. Ceux qui l'ont tué s'en félicitent et se congratulent. De même, ceux qui l'ont naguère fréquenté et qui ont bénéficié de ses largesses, toute honte bue, saluent aussi sa mort. Kadhafi a été assassiné. C'est un crime, un crime signé OTAN. Kadhafi est mort, c'est l'avènement d'une Libye nouvelle, celle qui sera à tout jamais redevable aux occidentaux de la coalition de l'OTAN. Dans les bureaux feutrés de l'Elysée, en passant par ceux de Washington, le champagne coulera à flot, tout comme coulera à flot le pétrole libyen, de l'Afrique vers l'occident, ne laissant au peuple libyen que l'illusion d'avoir acquis la liberté, passant sous silence le chaos et l'appauvrissement dans lesquels sera plongé ce pays pour les années à venir.

Hier la Côte d'Ivoire, aujourd'hui, la Libye. Des milliers d'africains sont massacrés et avec l'appui des occidentaux, au nom de la démocratie. Alors nous nous interrogeons: Si la démocratie qui est le pouvoir du peuple - tel que définit par ces occidentaux - préconise de massacrer ce peuple, pour s'imposer, alors il y a des raisons de s'inquiéter sur ce genre de démocratie, que ces mêmes occidentaux tentent insidieusement d'exporter en l'Afrique.

Dans cet exercice de réflexion, nous tenterons d'apporter quelques éclaircis à cette nébuleuse doctrine dont les moyens (guerres, tueries, massacres) justifient la fin (démocratie).

Ces 60 dernières années, l'Afrique est devenue un vaste champ de batailles. Disséminés un peu partout sur le continent, des foyers de conflits sont suscités, attisés et entretenus par les impérialistes occidentaux dont la devise est: « diviser pour mieux régner ». L'Afrique est devenue pour ces prédateurs un vaste laboratoire d'expérimentations, où ils viennent vendre et expérimenter leurs armes, donner de l'exercice à leurs soldats et assouvir leurs plus noirs envies. Pendant que le reste du monde s'emploi à rechercher des voies de développement plus accrues, l'Afrique est en proie à des querelles intestines à n'en point finir. Conséquences : des africains perdent chaque jour la vie, par centaines de milliers, voire par millions. Les chiffres officiels parlent d'eux-mêmes: RDC (4 millions de morts), Somalie (300 000 morts), Rwanda (800 000 morts), Côte d'Ivoire (3000 morts) ; Libye (60 000 morts), etc.

Résultat: au plan social et économique, les conséquences sont dramatiques. Le continent est en retard sur les autres malgré ses énormes potentialités. ''La main habile'' africaine préfère s'expatrier et rester en occident. La situation est alarmante et l'Afrique ne semble pas avoir plus avancé qu'à l'époque de la traite négrière. En effet, un parallèle avec cette époque permet de constater que les conséquences de la traite et celles des guerres actuelles sont les mêmes pour le continent. Selon les historiens, la traite négrière: « c'est entre 20 et 100 millions d'hommes et de femmes, de surcroît jeunes et donc en âge de procréer, qui furent perdus pour le continent africain ». Puis ils ajoutent : « Cette déportation fut à l'origine d'un bouleversement majeur des structures politiques et économiques de l'Afrique ». Dès lors, l'Afrique ne pouvait pas résister à la conquête coloniale du XIXe siècle.

C'est en ce 21ème siècle, sous nos yeux, avec la bénédiction de certains africains, que l'histoire se répète. Les occidentaux sont en passe de rééditer la traite négrière, ou la colonisation, peu importe le nom donné. Cette fois, la funeste machination revêt un caractère plus subtil, plus vicieux, mais les conséquences sont les mêmes: retard de l'Afrique, appauvrissement du continent, pertes en vies humaines incalculables, bouleversement majeur des structures politiques et économiques de l'Afrique.

Alors, question : qui meurt ? Ou Qui tue t-on ? Les occidentaux enlèvent à l'Afrique ce qu'elle a de plus cher : ses fils et ses filles. Car ils le savent bien : « il n'y a de richesse que d'hommes ». Des africains tuent d'autres africains avec la complicité des occidentaux qui n'hésitent pas, eux-mêmes, à participer au massacre quand cela leur chante. A ce jour, la Côte d'Ivoire continue de pleurer ses enfants, sortis mains nues pour défendre leur patrie et massacrés par l'armée française. Des milliers d'africains meurent chaque jour comme des mouches, du fait des conflits, orchestrés par les occidentaux.

A cette allure, c'est croire que la vie d'un africain n'a aucun prix, aucune valeur ! Or la déclaration universelle des doits de l'homme en son article premier stipule: « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits ». Mais en Afrique le caractère humain de l'homme et sa dignité semblent être niés. Les occidentaux quant à eux, n'hésitent pas à brandir, le cliché de l'africain sauvage et prompt à la vengeance bestiale. Comment présentent-ils l'Afrique à leurs concitoyens ? Un continent certes riche, mais peuplé d'imbéciles barbares, prêts à s'entre-tuer pour un oui ou pour un non. Les occidentaux sont venus avec leurs chars, leurs fusils, leurs hélicoptères, leurs avions de chasse, leurs missiles sophistiqués..., ils ont massacré des africains, armé certains africains pour que ceux-ci, en retour, tuent leurs frères, sans en éprouver le moindre remords.

Alors nous insistons: que vaut la vie d'un africain ? Mais surtout que vaut la vie d'un africain face à celle d'un occidental ? Pendant la guerre née la crise électorale en Côte d'Ivoire, l'armée française et les rebelles qu'elle a armé ont massacré des milliers ivoiriens. Mais Sarkozy, le président français, lors de sa visite en Côte d'Ivoire, n'en a eu cure. Il s'est plutôt préoccupé de deux ressortissants français, dit-on, enlevés. Les paroles qu'il a prononcé à cette occasion, doivent interpeller tous les africains: « On ne peut pas toucher à des citoyens français en toute impunité. Ca ne serait pas juste, ça ne serait pas conforme à l'idée que je me fais de la morale ».

Lorsque des africains sont massacrés, cela est perçu comme allant dans le sens normal des choses. Par contre, dès qu'il y a des risques d'embrasement d'une situation dans un tierce pays africain, à quoi assistons-nous ? A l'évacuation immédiate des ressortissants occidentaux. Même les animaux de compagnie tels que les chiens et les chats font partie de cette opération d'évacuation ! Au Rwanda, nous avons pu le voir, peu avant le déclenchement du génocide: les images de ressortissants occidentaux systématiquement évacués, laissant les rwandais à leur malheureux sort. De même, lorsqu'un ressortissant occidental, ne serait-ce qu'un seul, est porté disparu ou kidnappé, c'est le branle-bas. Les média occidentaux, la diplomatie, les politiques, l'armée..., bref, tous les services, sont mis à contribution. Ciel et terre seront remués pour les retrouver. Alors, nous reposons la question : que vaut la vie d'un africain face à celle d'un occidental ?

Tant qu'il s'agit d'imposer la démocratie dans nos Etats jugés, selon ces mêmes occidentaux, pas assez démocratiques, tous les moyens sont bons. La démocratie commande t-elle de tuer pour s'imposer ? Joseph Marat, journaliste ivoirien, s'interroge à son tour: « (...) Qui peut mesurer la dose de bon sens dans l'idée qu'il faut faire la guerre, susciter et soutenir des rébellions pour imposer la démocratie ? Tuer le peuple pour qu'advienne le pouvoir du peuple ou le pouvoir du peuple par les armes, cela n'a pas de sens ».

Certes, la démocratie est une forme d'organisation sociale, mise en place par l'homme. D'une part, comme toute œuvre humaine, elle ne peut se targuer d'être parfaite, car la perfection, reconnaissons-le, n'est pas de ce monde. D'autre part, le fait qu'elle est présentée aujourd'hui comme le meilleur des systèmes parmi tant d'autres, fait qu'elle n'est pas à l'abri des démons occidentaux qui n'hésitent pas à en dévoyer le but et s'en servir comme prétexte pour assouvir leurs intérêts personnels. Lorsqu'il s'agit de l'Afrique et des africains, plus aucune loi, plus aucune règle, plus aucun bon sens n'existent. Pour leur survie et leur hégémonie, les occidentaux appliquent une bonne vieille loi, celle de la jungle où : « les plus forts mangent les plus faibles », sans le moindre remords.

Africains, africaines, sachez-le: pour ce siècle présent à venir, l'Afrique est le continent de l'avenir. Ces occidentaux, mieux certains africains ont comprit cela. Sinon comment expliquer leur acharnement sur le continent ? Quand ils se font passer pour les ''sauveurs de l'humanité'' ? La traite négrière, l'esclavage, la colonisation ont été des signaux d'alarmes pour les africains. Mais ces derniers ne semblent pas y avoir prêté attention. Parler aujourd'hui de dignité, de liberté et de souveraineté de l'Afrique, paraît aux yeux de certains comme un conte de fées. Le plus triste, c'est que ces derniers croient dur comme fer, lorsque les occidentaux, la main sur le cœur, parlent de démocratie et des droits de l'homme. En ce 21ème siècle pensez-vous que les occidentaux sont devenus meilleurs ? Ils ont certes tiré les leçons du passé. Et ce qu'ils ont retenu, c'es qu'il faille utiliser désormais des méthodes moins brutales, moins barbares, mais plus subtiles, pour continuer à exploiter l'Afrique et les africains. Pour ce faire, mettre en avant la démocratie, et les droits de l'homme, est devenu leur leitmotiv.

Les aides, supposées être apportées par les puissances occidentales, ont-elles aidé l'Afrique ? L'Inde, la Chine, le Brésil et certains pays asiatiques, naguères au même niveau de développement économique que la plupart des pays africains, rivalisent aujourd'hui avec les puissances occidentales, pendant que l'Afrique reste derrière, en bon dernier, trainant sa misère et son lot quotidien de morts. En ce 21ème siècle, sous nos yeux, l'histoire semble se répéter : Après l'esclavage, la traite négrière, la colonisation..., le Néocolonialisme bat son plein et les africains perdent leur temps et leur énergie, dans des querelles intestines, s'enfonçant d'avantage dans le sous-développement et la pauvreté. Le temps qu'ils se réveillent, il sera peut-être, déjà trop tard.

Alors comme le dit si bien Malick Seck Noel : « Ils pourront désormais regarder leurs enfants et en toute confiance, leur promettre un avenir pire que le leur, car eux n'ont été que les larbins de la France, leurs enfants en seront les esclaves... ».

Il appartient donc aux africains de prendre leur destinée en main. Personne d'autre, mieux qu'eux-mêmes, ne viendra leur rendre leur dignité. C'est aujourd'hui et maintenant que la lutte, sans merci, doit s'engager. Elle ne doit s'arrêter que lorsque la victoire sera totale, car ceci est une lutte d'usure. Qu'ils, se le tiennent donc pour dit : « Seuls leur détermination, leur conviction, leur courage et leur foi auront raison des ennemis de l'Afrique ».

Avec Mouammar Kadhafi, nous avions en commun ces ennemis de l'Afrique. Alors disons à notre ami Kadhafi, combattant pour l'Afrique, paix à ton âme et que la terre te soit légère !


Marc Micael

 

Source : COTE D'IVOIRE LA LUTTE CONTINUE

dimanche, 23 octobre 2011

CALIXTHE BEYALA APRES LA MORT DE KADHAFI: «L'AFRIQUE PLEURE, SARKOZY RIT»

 

CALIXTHE BEYALA.jpg

Kadhafi est mort ? Peut-être. L'Afrique est morte ? La Grande Afrique, une et indivisible ? Sûrement ! Elle s'en est allée en ce triste jour du 21 octobre 2011, avec le seul qui la portait sur son coeur, dans ses tripes ! Elle s'en est allée avec celui-là, digne fils de son peuple qui suppliait les chefs d'Etats larbins de construire une grande armée africaine, une grande industrie africaine, de s'unir pour être plus forts devant les autres grands groupes du monde. Et je pense que jamais, la tristesse ne m'avait autant habitée.

Pour moi qui l'ai connu, qui l'ai soutenu dans différents sommets où il essayait de raisonner ses pairs sur la nécessité de bâtir cette Afrique pour le bienfait des générations futures. Je me souviens des sourires hypocrites et goguenards de ces lâches, ces contremaîtres qui se disent Présidents tournant en rond, renvoyant en permanence à demain, l'urgence... Parce que leurs Maîtres leur avaient demandé de ne pas accepter l'idée cette Afrique unie et lumineuse, riche et fière, cette Afrique tout en rêve splendide kadhafiste.

"Kadhafi est mort, assassiné par Sarkozy-BHL et leur coalition de fascistes ! Oui, il est parti... L'Afrique est orpheline. L'Afrique a perdu son père. Et l'Afrique pleure cette mère Libye. Et l'Afrique pleure... Et ses tonnes de larmes déversées formeront peut-être une rivière qui reviendra peut-être reverdir les tombes, les tombes encore, des milliers de morts, des martyrs, ceux-là qui pensaient qu'il valait mieux mourir que vivre assujetti !

L'Afrique pleure ; Sarkozy lui a ôté l'essence de sa vie ! L'Afrique pleure les meurtres perpétrés par Sarkozy ; Sarkozy dorlote la nouvelle-née de sa femme Carlita... Sarkozy rit et se réjouit de la mort de l'Afrique... Sarkozy rit et se réjouit de la naissance de sa fille...

Tandis que les larmes salées de l'Afrique tournoient autour des joues des femmes africaines devenues folles de douleur ; et ce chagrin coincé entre les pupilles des hommes honteux de n'avoir pas su protéger leurs terres, de n'avoir pas su se battre pour leurs familles, apeurés sans doute que Sarkozy-BHL se fâchent et distribuent d'autres bombes toutes aussi meurtrières...

Apeurés pour rien, pour tout, ignorant qu'il conviendrait de ne pas avoir peur de mourir car un homme indigne n'en est plus un, car un homme castré n'en est plus un, car vaut mourir que de vivre dans l'indignité !

Et Kadhafi l'avait compris... Et Kadhafi l'avait senti, sans doute choisi par les Dieux, cet homme exceptionnel, savait qu'il valait mieux vivre auprès des Dieux dans la dignité que cette insupportable honte qui submerge l'Afrique incapable...

Et Kadhafi l'avait compris, lui si fier qu'il nous couvrait de ce trop-plein de fierté. Qu'allons donc devenir, sans sa subtilité politique, sans cette vision grandiose qui s'en allait au-delà de lui ?

L'Afrique est morte avec Kadhafi ? Peut-être pas... Peut-être prendre un thé et penser à quelque chose de beau, penser et se dire que tout n'est pas fini, que peut-être demain en s e réveillant, le monde aurait changé parce que l'homme africain aura changé...

Penser au beau à venir même s'il ne s'agit que d'un rêve... penser que réunir la diaspora Africain-française est déjà beaucoup, que cette petite touche pourrait être un peu d'espoir dans ce monde où l'homme africain n'est pas, où la femme noire n'est pas, où le racisme géopolitique sarkozyste décide que finalement la vie d'un Africain ne compte pas. Ou si peu. Qu'il peut décider de qui doit vivre. Ou mourir."


Calixthe Beyala


Source: NOUVEAU COURRIER.INFO

22:21 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Afrique, Europe, France, Libye, Monde, Monde arabe | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : monde, afrique, libye, mort de mouammar kadhafi, l'afrique pleure sarkozy rit, calixthe beyala | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

CRIME DE GUERRE ET ASSASSINAT POLITIQUE CONTRE LE GUIDE LIBYEN MOUAMMAR KADHAFI


KADHAFI MORT.jpg

Les libyens invités, par les « rebelles islamistes de Misrata », à défiler pour regarder le cadavre de Mouammar Kadhafi, posé sur un matelas sale en guise d'humiliation, le 21 octobre 2011 à Misrata.


Les nouvelles autorités libyennes ont annoncé hier qu'aucune autopsie ne serait pratiquée sur le cadavre de l'ancien dirigeant Mouammar Kadhafi, toujours exposé dans une chambre froide à Misrata, à la veille de la proclamation officielle de la libération du pays. « Il n'y aura pas d'autopsie aujourd'hui ».


À Misrata, hommes, femmes et enfants ont fait la queue pour le deuxième jour consécutif pour s'assurer de la mort de Mouammar Kadhafi et voir son cadavre, déposé avec celui de son fils Mouatassim sur des matelas très sales, le corps recouvert d'une couverture colorée qui cache d'éventuelles mutilations.

« Il n'y aura pas d'autopsie aujourd'hui ni un autre jour. Personne n'ouvrira le corps de Kadhafi », a déclaré le porte-parole du « conseil militaire de Misrata », Fathi Bachagha, alors que des informations faisaient état d'une autopsie dans la journée. Cette déclaration a été confirmée par deux autres membres du « conseil militaire de Misrata ». Mouammar Kadhafi, 69 ans, en fuite depuis la chute le 23 août 2011 de son « QG » à Tripoli, a été capturé vivant jeudi 20 octobre 2011 à Syrte, sa région d'origine, et tué par balles peu après. Il n'est toujours pas clair s'il a été exécuté ou s'il a péri dans des échanges de tirs. Les images et vidéos prises au moment de son arrestation à Syrte (360 km à l'est de Tripoli) laissent d'ailleurs entrevoir différentes hypothèses sur les causes de la mort du « Guide ». Vendredi 21 octobre 2011, le n°2 du « Conseil national de transition (CNT) », le nouveau pouvoir en Libye, Mahmoud Jibril, a assuré qu'il avait succombé à des blessures par balles après des feux croisés pendant son arrestation.

1) DOUBLE EXECUTION SOMMAIRE

Selon les nouvelles autorités libyennes, le colonel Kadhafi a été tué, jeudi 20 octobre 2011, dans la région de Syrte. Les circonstances de sa mort ne sont pas encore totalement claires : Le convoi « de plusieurs dizaines de véhicules » dans lequel se trouvait Mouammar Kadhafi a été bombardé par les forces de l'« OTAN » non loin de Syrte. Le ministre de la défense français, Gérard Longuet, a indiqué « que l'aviation française avait identifié et stoppé la colonne dans laquelle se trouvait Kadhafi, mais précise que les tirs ne l'ont pas détruite ». Les tirs français auraient divisé la colonne, et une fraction des véhicules aurait ensuite affronté des hommes du « CNT ». Les Etats-Unis ont assuré qu'un drone avait également participé à l'opération.

Malgré la violence des images diffusées, des responsables du « CNT » assurent qu'aucun ordre de tuer Kadhafi n'a été donné et qu'il a péri dans une fusillade.

Mais cette version n'a pas convaincu l'« ONU » et « Amnesty International » qui ont demandé une enquête pour déterminer s'il avait été exécuté sommairement. Sur le terrain, quand on aborde le sujet controversé avec les combattants qui exhibent fièrement leurs prises (pistolet plaqué or, foulard beige du dictateur, etc), le ton change et l'ambiance se raidit. « Il était salement amoché quand on l'a vu. On savait qu'il allait mourir », lance l'un d'eux, Ibrahim Al-Marjoub. Derrière eux, l'un des chefs vient de glisser une consigne en arabe.

«Tout le monde dit : Personne ici n'a tué Kadhafi ». Depuis Benghazi, M. Abdeljalil a confirmé qu'une enquête était en cours sur les circonstances de la mort de l'ex-dictateur, sans évoquer une « autopsie ».

Le corps de Mouammar Kadhafi faisait l'objet de discussion pour qu'il soit jetté dans la mer Comme celui de Ben Laden, cependant une autre option est retenue : le cadavre de Mouammar Kadhafi sera enterré dans un lieu secret pour éviter tout pèlerinage sur sa tombe, avaient déclaré vendredi 21 octobre 2011 des membres du « conseil militaire de Misrata ».

Dans un communiqué diffusé par la chaîne « Arraï », la veuve de l'ex-dirigeant a appelé, « au nom de la famille du combattant martyr Mouammar Kadhafi, l'ONU à contraindre le CNT à remettre les dépouilles des martyrs à leurs tribus pour les enterrer selon les rites islamiques ».


VIDEO EXCLUSIVE: LES DERNIERES IMAGES DU GUIDE «DE L'ARRESTATION A SA MORT»




Kadhafi avait été arrêté vivant et ne présentait aucun danger, les images vidéos postées par les « rebelles islamistes » de Misrata montre comment les « rebelles » s'acharnait sur le guide tombé au sol et encore vivant. Ils l'ont lynché jusqu'à sa mort par une brigade de la « tribu » de Misrata. Les dernières images sur le guide de la révolution libyenne, montre, des traces de mutilations sur son corps, et sans aucun doute, il a bien été battu et assassiné.

La mort du guide libyen arrange plusieurs personnes, à commencer par le « CNT/OTAN », car Kadhafi, vivant ou emprisonné, reste un danger capable de reprendre le pouvoir. Tuer Kadhafi, c'est un geste désespéré du « CNT/OTAN » pour espérer voir ses partisans baisser les bras et déposer les armes.

VIDEO EXCLUSIVE: L'ARRESTATION DE MOATASSIM KADHAFI


 

Mouatassim a lui aussi été tué le même jeudi 20 octobre 2011, à Syrte, après avoir été capturé vivant dans sa chambre par une brigade de la « tribu » de Misrata. Il n'était pas armé et ne présentait aucun signe de danger contre les rebelles, et pourtant, il n'a pas été fait prisonnier de guerre, il a été bel et bien assassiné.

Les « rebelles » de Misrata ne sont pas à leurs premiers assassinats politiques, ils ont tué à Bani Wallid, le Chef tribal « Warfla ». Selon « Elbadil », le mercredi matin, 19 octobre 2011, cette personne de 3ème age, faible et non armée, les « rebelles » de Misrata lui ont vidé un chargeur de 12 balles dans la poitrine. Lire ICI.

Les «
rebelles » de Misrata ont massacré des noirs-libyens (la «tribu de Tawargha») et les ont enterrés dans les fosses communes, mais la « CPI » ne demande pas d'enquête, après ce génocide. Lire ICI.

2) ACTION INTERNATIONALE POUR LA JUSTICE ET LA PAIX LANCE UNE PETITION POUR RETIRER LE PRIX NOBEL A OBAMA :

Une «pétition» est lancée pour demander au «Comité Nobel» de retirer le «Prix Nobel de la paix» attribué à Barack Hussein Obama. La «pétition» se tient sur tout le mois de Novembre 2011 et un grand «rassemblement» est prévu au siège de l'«Organisation Nobel», fin ou début du mois de Décembre 2011.


Signer la pétition à cette adresse :


http://www.lecnpi.org/action-justice-et-paix/


Source: NERRATI.NET

samedi, 22 octobre 2011

MENSONGES ET MANIPULATIONS AUTOUR DE LA MORT DE KADHAFI


MOUAMMAR KADHAFI 14.jpg

Dans quelles conditions Muammar Kadhafi est-il décédé ? A peine la véracité de l'information sur sa mort a-t-elle été confirmée par les grandes puissances occidentales membres de la coalition de l'OTAN qui dirige les rebelles du CNT sur le terrain, que cette question se fait jour. En effet, on a eu droit à une sorte de scénario de l'annonce de l'ex Guide libyen qui, rétrospectivement, semble avoir été minutieusement pensé pour brouiller les pistes.

Tout a commencé par l'annonce, par le CNT, de la capture, puis de la capture et de la mort, suite à ses blessures, de Kadhafi. La France, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, nations à la tête de la coalition occidentale ayant juré la perte du natif de Syrte, ont d'abord feint de ne rien en savoir. Le CNT ayant habitué l'opinion mondiale à des annonces plus fantaisistes les unes que les autres, l'heure devait donc être à la circonspection. Mais les médias occidentaux, sans doute briefés par les «services» de leurs pays, ont très vite pris cette dernière annonce au sérieux. Pendant que leurs gouvernements gardaient le silence.

Comme à Abidjan avec Gbagbo, Paris a livré Kadhafi à ses ennemis

Pourquoi ? Dans le storytelling rédigé à l'avance pour raconter la mort de Kadhafi, il fallait absolument pouvoir dire que son trépas est uniquement lié à la violence vengeresse, sauvage mais compréhensible après tout, de ses propres compatriotes. Visiblement, cette stratégie du récit n'a pas résisté à la rivalité des alliés occidentaux, chacun étant désireux de montrer à quel point sa participation à l'œuvre commune a été déterminante, dans la mesure où l'investissement guerrier de départ devra être rémunéré à la mesure du risque par les nouveaux maîtres du pays. Gérard Longuet, ministre français de la Défense, est donc sorti du bois. Il a avoué que c'est l'aviation française qui a stoppé le convoi dans lequel se trouvait Kadhafi. Un convoi d'environ 80 véhicules. «Ils ont été stoppés dans leur progression mais non détruits par l'intervention de l'aviation française, en l'occurrence des Mirage, et ce sont des combattants au sol de Misrata qui ont intercepté une partie du convoi (...) Parmi les voitures détruites, ils ont sorti le colonel Kadhafi dont on pensait qu'il était blessé mais il était en fait mort», a-t-il ajouté. Il s'agit donc d'une opération conjointe dirigée par l'armée française. Comme le 11 avril 2011 à Abidjan avec Gbagbo, l'armada hexagonale a fait le gros du boulot et livré Kadhafi à ses ennemis pour qu'ils se salissent les mains pour le grand profit de tous. Les mythes de l'Occidental humaniste et de l'Arabe (ou de l'Africain) sauvage et prompt à la vengeance bestiale ont été préservés. Comme Samuel Doe au Liberia, dont le martyre a été filmé et diffusé, confirmant les préjugés sur la férocité nègre, Kadhafi a été déchiqueté sur la place publique. Mais qui peut sérieusement croire que la France,  qui avait localisé Kadhafi - sinon, pourquoi pilonnait-elle la colonne où il se trouvait - ne savait pas très clairement quand, où et comment il a été tué ? Mensonges, manipulations !

Pourquoi il fallait tuer Kadhafi

Les Occidentaux et le CNT ont donc eu la peau de Muammar Kadhafi, et les bien-pensants semblent regretter le fait qu'il ne puisse désormais pas être jugé. Mais, comme Saddam Hussein, il fallait que Kadhafi meure. Déjà pour ne pas incarner, dans les fers, la nostalgie d'une Libye souveraine et prospère, qui se développera forcément bientôt, vu que le chaos et l'appauvrissement de ce pays sont déjà programmés. Il fallait aussi que Kadhafi meure pour que l'on n'en parle plus, et pour éviter un procès au cours duquel il aurait été difficile d'éluder ses relations financières troubles avec un certain nombre de réseaux occidentaux - on pense forcément à Nicolas Sarkozy et à l'affaire Ziad Takkiédine, qui passe par Tripoli, ainsi qu'aux propos de Seif El-Islam Kadhafi affirmant que son père a financé la dernière campagne présidentielle du président français. Un procès de Kadhafi aurait également exposé certains «néo-démocrates» du CNT, qui ont à leur passif les pires dérives du régime Kadhafi, et dont la seule qualité est d'avoir habilement retourné leur veste quand le vent a tourné.

Jusqu'à quand la Libye sera-t-elle militairement occupée ?

Maintenant que Kadhafi, contre qui il fallait «protéger les civils» de Benghazi n'est plus, l'OTAN va-t-elle quitter la Libye ? Très improbable. Pourquoi abandonner la présence militaire directe, seul gage que les intérêts des Occidentaux seront préservés dans le cadre du « nouvel ordre politique » libyen ? Il est plus que probable que, désormais, les vrais problèmes du CNT soient publiquement débattus dans le « monde libre » ? Ses divisions profondes, la présence préoccupante d'islamistes dans ses rangs, la grande insécurité que la stratégie guerrière a créée à Tripoli, les violations des droits de l'Homme... Désormais, il sera question, dans la stratégie du récit occidentale, de protéger les Libyens non de Kadhafi, mais de certains de leurs nouveaux dirigeants. La présence de l'OTAN se justifiera également par un souci de «sécurité globale» et de lutte contre le terrorisme. Après avoir installé le chaos en Libye, la coalition occidentale va expliquer au monde entier qu'elle y reste pour combattre le chaos. Mais les Libyens, dont le pays a été dévasté, paieront très cher le prix de leur amère «liberté».


Source : NOUVEAU COURRIER.INFO

CE QUE LA LIBYE AVAIT ACCOMPLI, CE QUI A ETE DETRUIT


MOUAMMAR KADHAFI 13.jpg

« Il n'y a pas de lendemain » dans le cadre d'une rébellion d'Al-Qaïda financée par l'OTAN. Alors qu'un gouvernement rebelle "pro-démocratique" a été établi, le pays a été détruit. Avec la propagande de guerre en toile de fond, les réussites économiques et sociales de la Libye des trente dernières années ont été brutalement ruinées: « La Jamahiriya arabe libyenne a un niveau de vie élevé et un solide apport calorique quotidien de 3144 par habitant. Le pays a fait des progrès sur le plan de la santé publique et depuis 1980, le taux de mortalité infantile a chuté de 70 à 19 sur mille naissances vivantes. L'espérance de vie est passée de 61 à 74 ans durant la même période. (cf. FAO, Rome, Profil de la Libye) ».

Selon des secteurs de la "gauche progressiste" ayant endossé le mandat de la responsabilité de protéger de l'OTAN« l'ambiance en Libye, particulièrement à Tripoli, est celui d'un sentiment d'euphorie, partout. Les gens sont incroyablement excités à l'idée de repartir à zéro. Il y a vraiment une sensation de renaissance, une impression que leurs vie recommencent ». (cf. DemocracyNow.org du 14 septembre 2011). On présente simplement les rebelles comme des « libérateurs ». Le rôle principal des terroristes affiliés à Al-Qaïda dans les rangs des rebelles n'est pas mentionné.

"Recommencer à zéro" dans la foulée de la destruction? La peur et le désespoir social, les innombrables décès et les atrocités sont amplement documentés dans les médias indépendants. Il n'y a pas d'euphorie. Il s'est produit un renversement historique dans le développement économique et social du pays. Les réalisations ont été effacées. L'invasion et l'occupation de l'OTAN signalent la "renaissance" désastreuse du niveau de vie libyen. Voici la vérité interdite et inexprimée: un pays entier a été déstabilisé et détruit, son peuple a été mené à une extrême pauvreté.

Dès le départ, le but des bombardements de l'OTAN consistait à anéantir le niveau de vie, les infrastructures sanitaires, les écoles, les hôpitaux et le réseau de distribution d'eau du pays, pour ensuite "reconstruire" avec l'aide des donateurs et créanciers gouvernés par le FMI et la Banque mondiale. Les diktats du "marché libre" sont une condition préalable à l'instauration d'une "dictature démocratique" à l'occidentale. Il y a eu environ 9 mille sorties de frappe, des dizaines de milliers de frappes sur des cibles civiles, incluant des zones résidentielles, des édifices gouvernementaux, des installations électrogènes et d'approvisionnement d'eau. (cf. communiqué de l'OTAN, 5 septembre 2011 parlant de 8140 sortes de frappe du 31 mars au 5 septembre 2011). Un pays en entier a été bombardé avec l'artillerie la plus sophistiquée qui soit, y compris des munitions à revêtement d'uranium. Déjà en août, l'UNICEF annonçait que le bombardement intensif des infrastructures hydrauliques libyennes par l'OTAN « pourrait se transformer en une crise sanitaire sans précédent » (dixit Christian Balslev-Olesen du bureau de l'UNICEF en Libye, août 2011).

Entre-temps, les investisseurs et donateurs se sont positionnés. « La guerre, c'est bon pour les affaires ». L'OTAN, le Pentagone et les institutions financières internationales (IFI) établies à Washington collaborent étroitement. Ce qui a été détruit par l'OTAN sera reconstruit et financé par les créanciers externes de la Libye, chapeautés par le "Consensus de Washington":

« On a spécifiquement demandé à la Banque Mondiale d'examiner les besoins de réparation et de restauration des services dans les secteurs de l'eau, de l'énergie et du transport [bombardés par l'OTAN] et, en coopération avec le Fonds monétaire international, d'appuyer la préparation du budget [mesures d'austérité] et d'aider à remettre le secteur bancaire sur pied [la banque centrale libyenne a été l'un des premiers édifices gouvernementaux à être bombardés]. La création d'emplois pour les jeunes Libyens a été ajoutée aux besoins urgents auxquels le pays est confronté » (cf. Aide de la Banque mondiale à la Libye en vue de sa reconstruction et de la fourniture de services essentiels à ses citoyens).

LES REUSSITES DE LA LIBYE SUR LE PLAN DU DEVELOPPEMENT

Peu importe l'opinion que l'on peut avoir de Mouammar Kadhafi, le gouvernement libyen postcolonial a joué un rôle clé dans l'élimination de la pauvreté et le développement des infrastructures sanitaires et d'enseignement. Selon la journaliste italienne Yvonne de Vito: « Contrairement aux autres pays ayant connu une révolution, la Libye est considérée comme la Suisse du continent africain. Elle est très riche et l'éducation est gratuite, les soins de santé sont gratuits et les conditions pour les femmes sont bien meilleures que dans d'autres pays arabes » (cf. Russia Today, 25 août 2011). Ces développements contrastent drastiquement avec ce que la plupart des pays du tiers-monde ont été en mesure d'"accomplir" dans le cadre d'une "démocratie" et d'une "gouvernance" à l'occidentale, et le contexte d'un traditionnel programme d'ajustement culturel (PAS) du FMI et de la Banque mondiale.

SYSTEME DE SANTE PUBLIC

Avant l'"intervention humanitaire" de l'OTAN, le système de santé public en Libye était le meilleur d'Afrique« Tous les citoyens ont [avaient] accès gratuitement aux soins de santé publics. En Afrique du nord, le pays affiche les plus hauts taux d'alphabétisation et d'inscriptions aux collèges et universités. Le gouvernement augmente [augmentait] substantiellement le budget du développement pour les services de santé » (cf. WHO Libya Country Brief).

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a confirmé que la dénutrition était en-deçà de 5 % avec un apport calorique quotidien de 3144 (les données de la FAO relatives à l'apport calorique indiquent la disponibilité plutôt que la consommation). La Jamahiriya arabe libyenne fournissait à ses citoyens ce qui est refusé à bien des Américains: des services de santé gratuits et une éducation gratuite, comme le confirment les données de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et de l'UNESCO. Selon l'OMS, l'espérance de vie à la naissance était de 72,3 ans (2009), l'une des plus élevées des pays en développement. [Pendant ce temps], le taux de mortalité infantile des moins de 5 ans pour 1000 naissances vivantes a chuté, passant de 71 en 1991 à 14 en 2009 (cf. WHO Libya Country Brief).

Informations générales sur la Jamahiriya Arabe Libyenne (2009)

* Population totale - 6 420 000
* Taux annuel moyen de croissance - 2,0%
* Population 0-14 ans - 28%
* Population rurale - 22%
* Indice synthétique de fécondité (naissances par femme) - 2,6
* Taux de mortalité infantile - 17%
* Espérance de vie à la naissance - 75 années
* PIB par habitant (PPP) - 16502 US$
* Taux annuel moyen de croissance du PIB - 2,1%
* Enfants d'âge scolaire du primaire qui ne sont pas scolarisés - 2,0%
* Espérance de vie générale à la naissance - 72.3 années
* Espérance de vie à la naissance chez les hommes - 70.2 années
* Espérance de vie à la naissance chez les femmes - 74.9 années
* Nouveaux nés ayant un faible poids à la naissance - 4.0%
* Enfants d'un poids insuffisant - 4.8%
* Taux de mortalité périnatale - 19 pour mille
* Taux de mortalité néonatale - 11 pour mille
* Taux de mortalité infantile - 14 pour mille
* Mortalité infantile chez les moins de 5 ans - 20,1 pour mille
* Ratio de mortalité maternelle (naissances vivantes) - 23 pour mille

MANIFESTANTS LIBYENS.jpg

EDUCATION

Le taux d'alphabétisme était de 89 % en 2009 (94 % chez les hommes et 83 % chez les femmes) et 99,9 % des jeunes sont alphabètes. Le ratio brut d'effectifs scolarisés au primaire était de 97 % pour les garçons et les filles. Le ratio de professeurs stagiaires dans les écoles primaires libyennes était de 17 et 74 % des enfants graduant de l'école primaire étaient inscrits à l'école secondaire. Selon des données plus récentes, lesquelles confirment une nette augmentation des effectifs scolarisés, le taux brut de scolarisation (TBS) dans les écoles secondaires était de l'ordre de 108 % en 2002. « Pour un niveau d'éducation donné, le TBS représente le nombre d'enfants scolarisés, quel que soit leur âge, exprimé en pourcentage du groupe d'âge pour ce niveau » (Ibid). En ce qui a trait aux effectifs scolarisés au niveau supérieur (postsecondaire, collège et université), le TBS était de 54 % en 2002 (52 chez les hommes et 57 chez les femmes).

DROITS DES FEMMES

Relativement aux droits des femmes, la Banque Mondiale cite des performances significatives: « Au cours d'une période relativement courte, la Libye a réussi à offrir un accès universel à l'éducation primaire avec 98 % d'effectifs scolarisés au secondaire et 46 % au niveau supérieur. Dans la dernière décennie, les effectifs féminins ont augmenté de 12 % à tous les niveaux d'éducation. Aux niveaux primaire et secondaire, les filles ont dépassé les garçons de 10% » (cf. World Bank Libya Country Brief).

CONTROLE DES PRIX DES PRODUITS ALIMENTAIRES DE PREMIERE NECESSITE

Dans la plupart des pays en développement les prix des denrées alimentaires essentielles ont monté en flèche en raison de la déréglementation des marchés, la levée du contrôle des prix et l'élimination des subventions, suivant les conseils de la Banque mondiale et du FMI favorisant le "marché libre". Ces dernières années, les prix du carburant et des denrées alimentaires essentielles ont augmenté drastiquement à la suite de transactions spéculatives sur les grandes bourses de marchandises. La Libye a été l'un des rares pays en développement à maintenir un système de contrôle des prix sur les denrées alimentaires de première nécessité. Le président de la Banque mondiale Robert Zoellick a reconnu dans une déclaration d'avril 2011 que le prix des denrées alimentaires essentielles avait grimpé de 36 % au cours de la dernière année (cf. Robert Zoellick, World Bank). La Jamahiriya arabe libyenne avait instauré un système de contrôle de prix sur ces denrées, lequel était toujours en vigueur au début de la guerre menée par l'OTAN. Alors que l'augmentation des prix des aliments dans les pays voisins comme la Tunisie et l'Égypte ont déclenché des troubles sociaux et une dissidence politique, le système de subventions alimentaires en Libye a été maintenu. Ces faits sont confirmés par plusieurs agences spécialisées de l'ONU.

"LA DIPLOMATIE DES MISSILES" ET LE "MARCHE LIBRE"

La guerre et la mondialisation sont intrinsèquement liées. Le FMI et l'OTAN travaillent en tandem, en lien avec les cercles de réflexion de Washington. Les pays peu disposés à accepter les remèdes enrobés de sucre de la "médecine économique" du FMI feront tôt ou tard l'objet d'une opération humanitaire de l'OTAN en vertu de sa responsabilité de protéger. Déjà vu?

Sous le règne de l'Empire britannique, "la diplomatie canonnière" était une façon d'imposer le "libre-échange". Le 5 octobre 1850, l'envoyé britannique au Siam, Sir James Brooke, avait recommandé au gouvernement de Sa Majesté que: « Si ces exigences équitables [d'imposer le libre-échange] étaient refusées, la présence d'une force serait immédiatement requise pour les faire respecter par la destruction rapide des défenses du fleuve [Chao Praya] [...] Le Siam devrait avoir la leçon qu'il mérite depuis longtemps: son gouvernement devrait être remodelé, un roi plus favorable mis sur le trône et une influence devrait être acquise dans le pays, le rendant ainsi important pour l'Angleterre sur le plan commercial » (cf. The Mission of Sir James Brooke, cité dans M.L. Manich Jumsai, King Mongkut et Sir John Bowring, Chalermit, Bangkok, 1970, p. 23).

Aujourd'hui nous appelons cette tactique "changement de régime" et "diplomatie de missile", laquelle prend invariablement la forme d'une "zone d'exclusion aérienne" sous l'égide de l'ONU. Son but est d'imposer la "médecine économique"  fatale du FMI, faite de mesures d'austérité et de privatisation. Les programmes de "reconstruction" des pays déchirés par la guerre et financés par la Banque Mondiale sont en coordination avec la planification militaire des États-Unis et de l'OTAN. Ils sont toujours formulés avant l'offensive militaire.

LA CONFISCATION DES AVOIRS FINANCIERS LIBYENS

Les avoirs financiers étrangers bloqués de la Libye sont estimés à 150 milliards de dollars, les pays de l'OTAN en détenant plus 100 milliards. Avant la guerre, la Libye n'avait pas de dettes. Au contraire. C'était un pays créancier investissant dans les pays africains voisins. L'intervention militaire en vertu de la « responsabilité de protéger » vise à pousser la Jamahiriya arabe libyenne dans le carcan d'un pays en développement endetté, sous la supervision des institutions de Bretton Woods établies à Washington. Ironie amère du sort, après avoir volé la richesse pétrolière libyenne et confisqué ses avoirs financiers à l'étranger, la « communauté de donateurs » s'est engagée à prêter cet argent (volé) pour financer la « reconstruction » d'après-guerre en Libye. La Libye doit joindre les rangs des pays africains endettés que le FMI et la Banque Mondiale ont menés à la pauvreté depuis l'offensive de la crise de la dette au début des années 1980.

Le FMI a promis 35 milliards de dollars de financement [prêts] supplémentaire aux pays affectés par les soulèvements du printemps arabe et a reconnu formellement le conseil intérimaire libyen comme autorité légitime, ouvrant ainsi l'accès à une myriade de prêteurs internationaux alors que le pays envisage de se reconstruire après une guerre de six mois. [...] La reconnaissance du FMI est significative pour les dirigeants intérimaires de la Libye puisque cela signifie que les banques internationales de développement et les donateurs tels que la Banque mondiale peuvent maintenant offrir du financement.

Les pourparlers de Marseille ont eu lieu quelques jours après que les dirigeants mondiaux se furent entendus pour dégeler des milliards de dollars d'avoirs [d'argent volé] pour aider [par des prêts] les dirigeants intérimaires libyens à restaurer des services fondamentaux et à reconstruire après un conflit ayant mis fin à 42 ans de dictature. L'accord de financement par les grandes puissances économiques du Groupe des 7 et de la Russie vise à appuyer les efforts de réforme [ajustement structurel sous l'égide du FMI] dans la foulée des révoltes en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Le financement vient principalement sous forme de prêts plutôt que de subventions. La moitié provient du G8 et des pays arabes, et le reste de divers prêteurs ainsi que de banques de développement (cf. Financial Post, 10 septembre 2011).

Estimation des fonds libyens investis à l'étranger par l'Autorité Libyenne d'Investissements; 150 milliards répartis comme suit:


* États-Unis: 34 milliards
* Grande-Bretagne: 19,2 milliards
* France: 10,56 milliards
* Belgique: 19 milliards
* Italie: 9,73 milliards
* Pays-Bas: 4,17 milliards
* Canada: 2,4 milliards

La totalité des fonds détenus par l'alliance envahisseuse de l'OTAN est de 99,9 milliards de dollars. Il se trouve que près des 2/3 des investissements libyens à l'étranger sont détenus dans des pays constituant les forces envahisseuses de l'OTAN. L'Allemagne possède 9,73 milliards de plus!


Michel Chossudovsky est directeur du Centre de recherche sur la mondialisation et professeur émérite de sciences économiques à l'Université d'Ottawa. Il est l'auteur de "Guerre et mondialisation, la vérité derrière le 11 septembre" et de la "Mondialisation de la pauvreté et nouvel ordre mondial" (best-seller international publié en plus de 20 langues).

Version originale en anglais disponible ici: "Destroying a Country's Standard of Living: What Libya Had Achieved, What has been Destroyed", publié le 23 septembre 2011.

Traduction pour Mondialisation.ca par Julie Lévesque

Source des chiffres, sauf où indiqué: UNESCO, Profil de la Libye et OMS


Une contribution de Michel Chossudovsky, in PENSEES NOIRES.

 

Source : LA COTE D'IVOIRE DEBOUT

vendredi, 21 octobre 2011

LA CPI: DE L'INJUSTICE INTERNATIONALE A LA JUSTICE INTERNATIONALE?



LUIS MORENO-OCAMPO.jpg

Il y a deux semaines, nous avons eu le bonheur de lire l'article « La CPI, une cour d'injustice internationale » de l'essayiste ivoirien Anicet Djéhoury, qui présentait le visage hideux de cette machine judiciaire au service de l'impérialisme des nations puissantes de ce monde, relevant avec à-propos « la volonté des grandes puissances de mettre leurs ressortissants au-delà des lois internationales », avec « pour principal effet de faire de la CPI, un tribunal pour juger et condamner uniquement les crimes des autres ».

Ainsi l'arrivée du procureur de la Cour pénale internationale, l'argentin Luis Moreno-Ocampo, à Abidjan, le vendredi 14 octobre 2011, à la demande des nouvelles autorités ivoiriennes, est diversement appréciée. En effet, les obédiences proches du Président Laurent Gbagbo y voient l'occasion pour elles de faire enfin triompher la vérité sur le mensonge international abondamment servi au monde à la faveur de la crise postélectorale ivoirienne et d'élucider tous les crimes commis contre le peuple de Côte d'Ivoire, depuis la nuit du 18 au 19 septembre 2002. Aspiration, du reste, légitime. Mais le seul fait que cette initiative soit à mettre au compte d'Alassane Ouattara, sous l'instigation de la France, n'augure rien de bon pour bon nombre d'Ivoiriens, qui y voient une mascarade et une volonté souterraine de faire payer les crimes de la crise ivoirienne au seul camp Gbagbo.

Car il est capital de relever que c'est après une visite de Ouattara en France et une autre, le jeudi 29 septembre, du ministre français de la justice, Michel Mercier, au président de la CPI, le juge sud-coréen Sang-Hyun Song, suivie de celle du ministre ivoirien Coulibaly Gnénéma des Droits de l'Homme et des Libertés publiques, à La Haye, accompagné de M. Michel Mercier, en vue d'une saisine officielle, que cette cour s'est mise en branle sur le dossier ivoirien et a circonscrit la période d'enquête à l'après 28 novembre 2010. Ces coïncidences - et accointances - sont pour le moins suspectes et dévoilent une collusion qui laisse présager une justice à sens unique de l'instance judiciaire internationale contre le Président Laurent Gbagbo et tous ses proches. D'ailleurs, de sa jeune histoire, la CPI n'a jamais bénéficié de réputation plus reluisante.

Ouattara pourrait même, pour les besoins de la cause, se délester de collaborateurs gênants dont les noms ont été cités de façon récurrente dans les rapports des ONG internationales de défense des droits humains, relatifs aux crimes postélectoraux, et notamment aux massacres de Duékoué qui ont fait plus de deux mille morts en trois jours, et immoler quelques FRCI sur l'autel de la « justice internationale » pour montrer patte blanche, quand il est lui-même le principal instigateur de toutes les violences qu'a connu notre beau pays, balafré et défiguré par la folie meurtrière et la convoitise criminelle du fauteuil présidentiel ivoirien depuis au moins 18 ans.

« Elaborée après les massacres de la seconde guerre mondiale, l'idée d'une justice internationale a pris forme en 1998 avec l'adoption du statut de Rome qui crée la Cour Pénale Internationale (CPI). Treize ans après, l'esprit du statut de Rome a fait long feu. Certains pays (Chine, Israël, Inde ...) n'ont pas signé le statut. D'autres (USA, Russie ...) l'ont fait mais refusent tout processus de ratification », souligne l'essayiste Anicet Djéhoury.

« A ce jour, la Cour a ouvert une procédure d'enquête dans 7 cas. Tous en Afrique (Ouganda, République Démocratique du Congo, Centrafrique, Darfour, Kenya, Libye et Côte d'Ivoire). Depuis sa création, la CPI n'est rien d'autre qu'une Cour Pénale Africaine. La colère du président de la commission de l'Union Africaine, Jean Ping contestant « l'africanisation des poursuites de la Cour » est donc légitime. Les victimes des crimes contre l'humanité en Irak (plus de 650.000 morts), des crimes de guerre en Tchétchénie (160.000 morts), en Afghanistan et à Gaza, etc. méritent mieux que le silence coupable qui leur est destiné.

Il ne s'agit ni d'encourager l'impunité en Afrique, ni de contester la compétence de la CPI sur le continent noir. Il est simplement question de dénoncer une justice instrumentalisée et à double vitesse. De contester une justice de dominants pour les puissants. Et d'appeler de tous nos vœux, une justice internationale enfin égale pour tous », plaide-t-il.

Peut-on espérer que la CPI fasse sa mue sur le dossier ivoirien ? Question pertinente et même capitale quand il est de notoriété que la CPI a toujours fait la part belle aux puissants et aux vainqueurs, et notamment aux Occidentaux, et qu'elle a toujours foulé au pied les faibles, les vaincus, et notamment les Africains.

Luis Moreno-Ocampo « jure » la main sur le cœur que justice sera faite et promet une enquête « impartiale » concernant les crimes contre l'humanité et les crimes de guerre en Côte d'Ivoire. Nous en doutons, en toute légitimité. D'autant plus, quand il est reçu en grandes pompes à Abidjan par le nouveau pouvoir ivoirien, tout sourire et en totale complicité, au Palais présidentiel et à la Primature, avec un Alassane Ouattara et un Soro Guillaume ainsi « subliminalement blanchis ». « Nous sommes ici pour rencontrer les Ivoiriens et SURTOUT les victimes », avait-il clamé. Combien a-t-il donc rencontré de victimes, en seulement 24 heures, le week-end dernier (du vendredi 14 soir au samedi 15 après-midi) entre ses virées à la Présidence et à la Primature, et ses visites au Ministère de la justice, au siège de la Commission Dialogue, Vérité et Réconciliation et à la délégation du FPI, parti du Président Laurent Gbagbo ? Mystère et boule de gomme ! Moreno-Ocampo n'a rencontré personne. « On se fout de notre gueule », permettez-moi l'expression.

Le procureur Luis Moreno-Ocampo était tout juste en villégiature en Côte d'Ivoire. L'aspect technique et professionnel de son voyage en terre ivoirienne - si crucial - lui importait peu. Tout juste l'occasion d'une belle sortie médiatique pour rassurer les puissants du monde sur sa volonté à donner suite à leurs desiderata, relativement à leur filleul Alassane Dramane Ouattara. Dans la droite ligne des missions originelles de la Cour pénale internationale. Celles à elle définies par les penseurs du Nouvel ordre mondial, même s'ils ne lèvent pas eux-mêmes le petit doigt pour ratifier le statut de Rome la portant sur les fonts baptismaux.

On se souvient que, dans le mois de juillet 2011, la Cour pénale internationale, « cette instance de justice pour indigènes », avait mis Mouammar Kadhafi en accusation ; les Etats-Unis, maîtres du monde en déclin mais encore assez puissants pour en imposer, ont royalement ignoré la décision, la considérant comme lettre morte. Donc nulle et non avenue. Pas par amour pour le Guide libyen, mais pour affirmer leur ascendance incontestable sur l'institution judiciaire, qui n'a pas à décider sans leur avis. Au grand dam du philosophe Bernard-Henri Lévy (l'autre patron du CNT) et des autorités françaises, qui avaient parrainé la mise en accusation. Les Etats-Unis ont ainsi passé l'éponge sur la décision de la magistrate de la CPI qui, « si elle avait la moindre miette de dignité, devrait démissionner, faute de pouvoir dédire Obama et ses affidés », comme l'affirme si bien le chroniqueur algérien Ahmed Halfaoui. « Elle n'en fera rien, dans la mesure où aucune décision de ce type ne peut être prise sans une injonction » des puissants de ce monde. Elle le sait. Maintenant, nous le savons aussi. Et nul n'est désormais censé l'ignorer. Cette désinvolture, la juge de la CPI l'a payée cash. Ce sont les grands de ce monde qui décident des poursuites, à la CPI, et personne d'autre, fût-il procureur ou juge au sein de l'instance judiciaire internationale. La preuve ? Elle est là dans tout son cynisme. Il en fallait une pour tous les candides et crédules « qui croient à la justice internationalisée ».

De sorte qu'il n'est « plus possible pour la CPI de conserver sa crédibilité pour autant qu'elle en ait une. Et ce n'est pas une simple question de jurisprudence, mais plutôt de validité d'une institution qui apparaît au grand jour en tant qu'arme de guerre contre ceux qui veulent résister à la domination », assène Ahmed Halfaoui. Le cas ivoirien ne s'écarte pas de cette ligne de pensée triomphante et de cette logique arrogante.

Au regard de tout ceci, nous sommes en droit de douter de la capacité de la CPI à rendre une justice équitable en Côte d'Ivoire. Ce qu'elle n'a d'ailleurs jamais fait nulle part dans le monde. Seuls les faibles et les vaincus ont eu droit à ses sentences, comme de véritables coups de glaive exterminateurs, quand les pires criminels du siècle se la coulent douce et, suprême ironie, décident de qui est coupable et de qui doit « trinquer ».

On peut donc légitimement s'interroger, en ce qui concerne le cas de la Côte d'Ivoire : Par quel coup de baguette magique, celle qui a toujours été au service des grandes puissances et de leurs intérêts va-t-elle, subitement, passer de l'injustice internationale à la justice internationale ? Nous sommes bien curieux de le savoir. Le dossier ivoirien sera peut-être le cas unique de l'histoire qui viendrait, plus que de besoin, confirmer la règle immuable de cette machine - ou plus exactement de cette machination - judiciaire à broyer de l'indigène. Qui vivra, verra ! D'ici là, il ne nous reste plus qu'à nous en remettre à celui qui nous a créés égaux, libres, dignes et fiers, pour que triomphe pour le peuple ivoirien Sa justice, souveraine, équitable et que nul ne peut esquiver.


Que DIEU bénisse la Côte d'Ivoire !


DINDE Fernand AGBO


In le quotidien ivoirien « Le Nouveau Courrier » N° 347 du jeudi 20 octobre 2011.

LA COALITION OTAN/CNT/ONU ASSASSINE LE GUIDE LIBYEN MOUAMMAR KADHAFI



KADHAFI ASSASSINE.jpg

Il aura résisté jusqu'au bout! Le lion est tombé, hier, jeudi 20 octobre 2011, à Syrte sa ville natale, lâchement assassiné par les "spin doctors" du Nouvel Ordre Mondial en coalition internationale, avec l'aval - comme toujours - de l'ONU, devant une Afrique déconfite, désunie et pitoyable.


Salut, guerrier de la liberté, salut, résistant!


Que DIEU aie pitié de notre monde!

 

SYRTE EN RUINE.jpg

Syrte en ruine, après les croisées "démocratiques et humanitaires" des apôtres du Nouvel Ordre Mondial, Sarkozy, Obama et Cameron.

Quiconque a cautionné ce crime effroyable en paiera le prix!

 

Mes condoléances les plus attristées au digne peuple libyen!

mercredi, 19 octobre 2011

LIBYE - L'IMPOSSIBLE VICTOIRE DES GUEUX DU CNT


CNT - MOUSTAFA ABDELDJEIL.jpg

Ratée pour l'Otan et surtout pour Sarkozy, qui a mis la France du général de Gaulle dans une situation désastreuse. Celle qui ne sera pas prête de se ressaisir avant plusieurs années, quel que soit le parti au pouvoir. Ratée parce qu'il croyait sans doute avoir trouvé l'argument de s'en tirer à bon compte, par une sortie honorable de ce guêpier, lorsque le CNT adoubé par l'occident annoncerait, même mensongèrement, « la libération de Syrte » - considérée ville symbole qui confirmerait la déchéance de Kadhafi est donc signifierait la fin d'un pouvoir. La seule issue, qu'il cherche mordicus, qui doit lui permettre d'annoncer la « fin de mission » par la victoire d'une « libération du dernier fief de Kadhafi » pour s'en sortir, semble lui échapper et s'éloigner avec les coups de boutoirs d'une résistance organisée et disciplinée qui maîtrise le terrain et fortement motivée au regard de ses actes de bravoure et des pertes énormes qu'elle inflige aux renégats, cette chair à canon libyenne bon marché, aux mercenaires engagés et surtout des terrains repris aux usurpateurs.

Il est malheureusement soutenu par presque toute la classe politique française; peut-être aveuglément par incrédulité ou par tactique, mais le résultat est le même quand il s'agit d'une guerre injuste contre un pays en paix qui n'a absolument rien fait de condamnable qui permet de justifier une telle agression et destruction. Quand on observe l'activisme de ce myrmidon dans cette aventure dans laquelle il s'est volontairement mis, en entraînant l'Europe, et les manipulations de ce sinistre entremetteur chargé de faire  sous-traiter par la France cette « opération Libye », ce « philosophe » du mal,  on comprend dès lors que des maîtres autrement plus rusés ont  à dessein choisi cette France historique et des valeurs pour bien distraire et abuser le monde afin de servir leurs intérêts. En conséquence, le voilà qui se retrouve, dans un cul de sac, embourbé dans la gadoue sans autres possibilités que l'enlisement face à une farouche résistance ou le retrait sans gloire et dans le déshonneur !

Parions que si ce CNT déclare, demain, que la Libye est  « entièrement sous contrôle » cet énergumène saisira  au vol cette occasion, pour se retirer au plus vite pour déclarer à son tour au monde que  «  notre mission est terminée » quitte à imputer - s'il y a retournement de situation, ce qui est certain - la faute à ses marionnettes du CNT en leur faisant assumer toutes les conséquences. L'argument qu'il souhaitait part en fumée car, l'injustice se paie toujours et le mal n'a jamais été une vertu. La situation actuelle en Libye confine à l'anarchie, entre les ambitions de tribus rivales, un Conseil de transition abandonné et sans pouvoir, un gouvernement fantôme, des groupes d'insurgés sans but ni conviction voire sans réel chef... C'est donc bien le chaos que l'Otan a instauré dans un pays considéré, il y a seulement 8 mois, comme  le plus équilibré socialement et économiquement!

Le CNT a dû comprendre sa position de faiblesse et ce jeu malsain, c'est sûrement la raison pour laquelle il tergiverse en mettant l'Otan, en permanence, dans l'attente et l'espoir tout en réclamant encore plus de moyens et plus de frappes pour éviter la résignation en ces moments d'incertitudes et de grands doutes. Mais ce  jeu de « je te tiens, tu me tiens...» - qui  a ses limites que sont le temps, l'argent et l'opinion - cache en fait une déroute  que l'on essaye de dissimuler par la propagande subversive tout azimut, le mensonge, la tromperie et surtout le verrouillage sans précédent des médias pour cacher la vérité. Cette vérité qui est la falsification, l'escroquerie, le génocide de Syrte en particulier où une population est pilonnée jour et nuit dans une ville en ruines, le vol, la rapine et les viols, mais aussi l'importance de leurs morts.

REBELLES DU CNT.jpg

Comme l'humanité ne peut évoluer que sur le bien, le monde sait maintenant qu'il a affaire, en ce qui concerne la Libye, à des rebelles non authentiques, une racaille d'abrutis que dirigent un ramassis hétéroclite d'ex-ministres congédiés pour corruption par Kadhafi, d'islamistes d'Al-Qaïda, de prisonniers relâchés et de voyous qu'encadrent des commandos et des ''conseillers'' de l'« intelligence service » américains, anglais et français soutenus financièrement et matériellement par le Qatar et les Émirats arabes, deux États feudataires au service de l'Empire. Le monde sait aussi que l'Otan tue intentionnellement les populations civiles, sans distinction, par vengeance pour leur soutien au Guide ; que le temps a bien montré que les « énormes pertes civiles infligées par l'impitoyable Kadhafi à son peuple » n'était que tromperie, pour justifier une agression afin d'installer un pouvoir-lige comme du temps du roi Senoussi, concoctée dans les 'labos' américains, londoniens et parisiens en collaboration avec des traîtres libyens. Il est clair aussi que les « révoltes » surtout de Libye, de Syrie et d'autres non réussies ou en préparation  ne sont et ne seront que des complots des forces occidentales que dominent les USA, l'Angleterre et la France, derrière les révolutions de «couleur», sous l'égide de la NED/CIA, le MI6 et le Mossad dans le but de créer le chaos selon le modèle irakien suivant les doctrines israélo-étasuniennes sur l'art d'instaurer le «chaos constructif».

Dans cet océan de menteries, de duperies et de subversion se détache, par surprise, de façon solennelle, une « fausse note » - qui dame le pion à la doxa ambiante et dominante - celle de Le Pen que l'on nous a fait croire sulfureux, des  décennies durant, et comme l'homme par qui passent tous les malheurs. Le voilà saluant les « combattants de Syrte qui résistent contre le monde entier », en Libye. « Je tire mon chapeau, je le dis carrément, aux combattants de Syrte qui donnent un exemple de courage et de détermination », lance-t-il avant de juger également que le gouvernement syrien était « légitimé dans sa lutte contre les bandes armées ». Qui l'eut cru ? Le Pen devient, en effet, comme le juge notre ami 'Kataliseur' « le dernier gramme d'honneur de la France sauvée, in extremis, dans sa chute dans les abîmes, par celui que nous attendions le moins ! ».

Conseillons que chaque Libyen se doit, par devoir, de participer à la lutte pour sauver son pays de la prédation et lui rendre sa liberté car, la victoire est la sienne. Son sacrifice est un acte suprême et sa mort, selon l'Islam, un grand honneur. Le Guide en est un parfait exemple de l'honnêteté et de l'honneur. Il a bien engagé ses propres enfants dans le combat contrairement aux renégats du CNT qui ont mis les leurs à l'abri, en Europe, pendant qu'ils se servent des enfants des autres, comme chair à canon, pour confisquer le pouvoir. En somme « prête-moi ton fils pour mourir à la place du mien » aiment répondre narquoisement les  Algériens à ceux qui les incitent à se révolter contre l'ordre établi.

Nos amis et frères Libyens doivent savoir que la lutte sera âpre, douloureuse, destructrice  mais l'issue est certaine car, leur sacrifice vient d'un combat juste pour l'honneur et la dignité contre des forces du mal sans principes et sans vertu. La disparition d'un dirigeant même charismatique n'a jamais mis un terme à la volonté de libérer son pays de l'oppression ou d'une colonisation.

A une question d' « Atlantico » sur la nécessité de diriger « d'une main de fer » les pays fondés sur un amas de peuplades ou sur des bases tribales souvent hostiles les unes aux autres, Gérard de Villiers qui a visité la Libye répond « Mais bien sûr, il n'y a pas d'autre moyen. Sinon, regardez l'exemple de la Yougoslavie... Son unité ne tenait qu'à la force et la personnalité de Tito. En Libye, ils n'ont personne actuellement pour fédérer et contrôler les groupes. Ils n'ont pas un de Gaulle, tel que la France l'a eu en 1945... Kadhafi agrégeait des groupes qui ne se sont jamais supportés. »

 

DJERRAD Amar.

mardi, 18 octobre 2011

TUERIES DES FEMMES D'ABOBO - ALAIN DOGOU MINISTRE DE LA DEFENSE ET DU SERVICE CIVIQUE DU GOUVERNEMENT AKE N'GBO: «LAURENT GBAGBO N'EST PAS CONCERNE»

 

 

ALAIN DOGOU ET PHILIPPE MANGOU.jpg

La chambre d'enquêtes préliminaire n°3 de la Cour Pénale Internationale a demandé au procureur, l'ouverture d'une enquête sur les événements post-électoraux survenus en Côte-d'Ivoire. En attendant l'aboutissement de ces procédures judiciaires, je voudrais en ma qualité de Ministre de la Défense d'alors, présenter d'abord mes condoléances aux familles de toutes les victimes de cette crise, ensuite apporter mon témoignage sur l'affaire des femmes d'Abobo, et enfin partager des interrogations sur cette affaire douloureuse vécue à l'époque par le gouvernement du professeur Aké N'GBO. 

LES FAITS

Le jeudi 3 mars 2011, autour de 14 heures, au sortir du Conseil hebdomadaire de Ministres, le premier coup de fil que je reçois lorsque je reprends mon Global Système Mobile (GSM), est celui d'un journaliste de Radio France Internationale (RFI) qui voulait avoir mon opinion sur l'assassinat de sept (7) femmes tuées à l'arme lourde à Abobo. Je lui réponds que c'est lui qui m'informait et lui ai demandé de me situer le lieu exact des faits qu'il me rapportait ainsi.

Il me rétorqua qu'il ignorait lui-même le lieu exact mais, on lui a dit que c'était à Abobo à un carrefour. Je lui ai demandé lequel des carrefours de la grande commune d'Abobo? Il m'a répondu qu'il ne connaissait pas bien la commune d'Abobo et qu'il n'était pas sur les lieux des faits qui lui ont été rapportés par une source qui n'en savait pas plus non plus. J'ai encore demandé s'il avait échangé au préalable avec ses confrères qui ont certainement plus d'informations que lui, ce qui me permettrait de diligenter rapidement, relativement au contexte, une enquête des Services d'intelligences dans l'attente des rapports des Services opérationnels.

Il me répondit qu'eux non plus, n'en savaient pas plus que lui. Je lui ai alors conseillé de se rapprocher des Services du ministère de l'intérieur qui sont compétents à un premier niveau pour l'encadrement des manifestations publiques.

A peine ai-je raccroché avec le journaliste de RFI que mon collègue, Ministre de l'Intérieur m'appelle pour me dire qu'il venait de raccrocher avec un journaliste de l'Agence France Presse (AFP) qui l'a interrogé sur une prétendue répression par les FDS d'une marche de femmes RHDP à Abobo qui aurait occasionné six (6) morts. Je lui rapporte le contenu de mon entretien téléphonique avec le journaliste de RFI et mon collègue me dit que ce sont à peu près, les mêmes questions qu'il a posées au journaliste de l'AFP qui n'avait pas plus d'informations que celui de RFI. Dix (10) minutes plus tard, c'est le Ministre Porte-parole du Gouvernement Aké N'GBO, qui m'appelle au téléphone parce qu'assailli dit-il, par des journalistes de la presse étrangère qui réclamaient une déclaration du Gouvernement sur la répression sanglante par les Forces de Défense et de Sécurité (FDS) d'une marche de femmes à Abobo.

J'entre alors en contact avec le Commandant Supérieur de la Gendarmerie puis le Chef d'Etat Major pour en savoir un peu plus sur cette prétendue affaire. Ils me répondirent l'un après l'autre qu'ils n'en savent rien. Je leur demande néanmoins d'interroger leurs différents collaborateurs sur le terrain pour être situés sur ces allégations contre les FDS et de me faire parvenir un rapport circonstancié.

Dans le même temps, les chaînes de télévisions françaises : I-Télé et France 24 diffusaient en boucle, des images d'une prétendue marche de femmes à Abidjan réprimée violemment par les FDS ayant occasionné (six) 6 morts. A l'évidence, les images qui sont diffusées pour illustrer les commentaires étaient des images d'archives d'une manifestation qui s'était déroulée quelques mois plutôt dans une autre commune d'Abidjan. Mais, pour « tromper » les téléspectateurs, la mention « images d'archives » ne figurait ni en haut ni au bas de l'écran comme l'exige la déontologie en la matière. Les commentaires tendaient à montrer au contraire, que c'étaient des images de la marche qui avait commencé dans une ambiance de gaieté, le jeudi 3 mars 2011 et qui par la suite, auraient été dispersée à l'arme lourde par des FDS.

Après les investigations de la Police et de la Gendarmerie, l'Etat Major des FDS a produit et rendu public le 4 mars 2011 un communiqué dans lequel il ne se reconnaissait pas dans une prétendue tuerie de femmes à Abobo à l'arme lourde consécutivement à une marche.

Plus tard, au cours de la journée du vendredi 4 mars 2011, des images étaient diffusées sur des sites Internet où l'on voyait en gros plan, des hommes, des enfants et des femmes dans un fond de grand bruit puis soudain, une femme à terre avec du sang ou de l'éosine sur la tête, la camera fait un gros plan sur elle, et l'on voit qu'elle tente de se relever et quelqu'un lui souffle de se recoucher et on revoit la jeune dame entrain de se recoucher effectivement. Le cameraman certainement amateur va plus loin, fait un « balayage » rapide et présente en gros plan une femme dont la tête a explosé. Puis, dans un « zoom arrière », la camera montre le passage d'un blindé, d'un véhicule de Police et d'une ambulance. 

L'ANALYSE

A l'analyse des seules images publiées sur Internet, il est difficile d'affirmer que les faits se déroulent sur le même théâtre ou qu'il s'agit d'un montage digne d'un film de James Bond. Ce sont les seules images véritables de cette supposée marche.

Le même jeudi 3 mars 2011 au même moment où se tenait le Conseil des Ministres, l'ONUCI organisait à son siège de l'hôtel Sebroko, une conférence de presse sur les justifications de sa réception de deux (2) hélicoptères de combat MI-24 dans une crise civile de contestation de résultats d'une élection. Ce faisant, les journalistes étaient certainement tous occupés par le Conseil des Ministres et la conférence de presse de l'onuci. Il n'y avait donc aucun journaliste de la presse nationale, ni de l'Onuci, encore moins de la presse étrangère pour couvrir la troisième plus importante activité de la journée du 3 mars 2011 à savoir la marche des femmes du RHDP qui se déroulait à Abobo, à la même heure et qui aurait été violemment réprimée à l'arme lourde par des FDS de Côte d'Ivoire.

Il est tout de même curieux de constater que les seules images disponibles de cette affaire sont celles d'un caméraman amateur. Elles sont à dessein non seulement utilisées pour émouvoir la communauté nationale et surtout internationale mais également présenter le Président Laurent GBAGBO comme un tueur de manifestantes pacifiques, un tyran qu'il fallait déloger part tous les moyens de son palais, rebaptisé « bunker » par la presse internationale en comparaison de celui du boucher Adolph Hitler en 1939-1945.

Ce n'est que le sept (7) mars, soit quatre jours après, que le quotidien proche du Rassemblement des Républicains(RDR) « le Patriote » qui avait volontairement cessé de paraitre depuis une semaine est revenu pour tenter de justifier les « tueries massives » des femmes à Abobo par des FDS. A la Une de ce journal, il était écrit en surtitre : « NOUS SOMMES DE RETOUR » accompagné de trois commentaires en forme de titres : « ils ont osé tirer sur des femmes » ; « ces gens sans cœurs, sans raisons » ; « le capitaine Allah livre les noms des commanditaires ».

Trois photographies isolées illustraient ces commentaires : la première présente en gros plan des femmes avec des pancartes, la seconde montre une seule femme à terre et, la troisième est une photo d'un char dans une rue. Ces trois photos, on peut en trouver de la même nature dans les photothèques de tous les journaux ivoiriens qu'ils aient couverts ou pas, une manifestation publique de cette envergure le 3 mars 2011.

Interrogée sur les mouvements de véhicules de Gendarmerie et de Police effectués dans la commune d'Abobo le jour des prétendus faits, la hiérarchie militaire a répondu que le jeudi 3 mars 2011, il y a eu sans incident, le ravitaillement des troupes de maintien d'ordre stationnées au camp de Gendarmerie d'Abobo.

L'affaire du massacre à l'arme lourde de femmes manifestantes a été surmédiatisée sans que personne ne situe ni les lieux ni l'heure de survenue, en dehors des images de la camera amateur. Les illustrations du journal « le Patriote » relevaient plus d'une imagination malsaine savamment préméditée. Malgré cela, L'ONUCI a repris à son compte les dépêches d'Agences de presse et le Conseil de Sécurité a été saisi d'un rapport sur une prétendue utilisation d'armes lourdes sur des femmes par les FDS.

C'était l'indignation et la consternation internationale malgré les démentis formels faits par le Gouvernement Aké N'GBO par son porte-parole le 4 mars 2011 et la conférence de presse des Ministres de l'Intérieur et de la Défense le 5 mars 2011, le Président Laurent GBAGBO est accusé par la presse étrangère et la Communauté Internationale d'avoir assassiné des femmes opposantes à son régime.

Quelle menace particulière pouvait représenter une manifestation publique de surcroit pacifique de femmes du RHDP à Abobo le 3 mars 2011 contre le régime du Président Laurent GBAGBO pour qu'il décide de la réprimer à l'arme lourde?

Que voulait donc prouver le président Laurent GBAGBO à la communauté internationale en ordonnant le « massacre » des femmes aux mains nues ?

De la version des faits selon le reportage du journal « le patriote » du 7 mars 2011, surgissent des interrogations non encore élucidées. Le char présenté à la Une de ce journal hautement partisan est-il celui qui a effectivement tiré ou est-ce une photo d'archives ? Combien de fois le char a-t-il tiré ? Comment la cible a-t-elle réagi ? Logiquement, si un blindé tire sur une foule aux mains nues, il survient une débandade généralisée occasionnant des morts, des blessés et autres dégâts collatéraux. Dans l'affaire d'Abobo, l'on ne parle que de femmes mortes et point de blessées comme si l'objectif poursuivi était exclusivement un décompte macabre. 

A QUI PROFITE LE CRIME ?

La question fondamentale que l'on est en droit de se poser est celle de savoir à qui profite le crime ? Cela parce que dès le dimanche 06 mars 2011, des femmes RHDP d'Abobo ont rendu une visite de compassion aux familles des défuntes et à celle d'un garçon de quinze (15) ans présenté par la presse proche du RDR comme la septième victime.

Au moment où le monde entier s'apprêtait à commémorer la journée internationale de la Femme célébrée tous les 8 mars de chaque année, qui avait intérêt à susciter l'émoi par l'assassinat de femmes quelques jours plus tôt ?

Des femmes mortes le 3 mars 2011, il y en a certainement eues, ce jour là, à Abobo. Mais sûrement pas dans les conditions décrites par la presse tendancieuse nationale et étrangère.

Sept (7) mois après, nombreux sont ceux qui comme moi demeurent encore dans l'expectative relativement aux conditions dans lesquelles elles furent tuées, surtout que jusqu'au mois de juillet 2011, certaines familles des victimes réclamaient au directoire du RHDP, les corps de leurs parentes pour les enterrer selon leurs rites culturels et religieux. D'autres familles de victimes ont fait leur deuil parce que le directoire du RHDP leur a répondu que leur parente a été enterrée le même jour et à leur insu !!!

Comment comprendre qu'une dépouille mortelle soit enterrée par la famille politique sans l'autorisation de la famille biologique étant entendu qu'elle n'appartient pas à la première mais à la seconde ? Et comment expliquer que des femmes supposées tuées par des FDS soient enterrées dans la précipitation, sans le moindre respect d'une procédure médico-légale ? Y avait-il des informations ou des données secrètes qu'il fallait absolument protéger ? En dehors du message de compassion apporté le dimanche 6 mars par une délégation des femmes du RHDP, quelles étaient les informations sur les dépouilles mortelles données aux familles de femmes « martyres » ?

Pourquoi le RHDP a tenu à organiser un rassemblement spécifique pour rendre des hommages particuliers à ces femmes sans attendre la cérémonie officielle dédiée à leurs victimes de la commune d'Abobo ? Y a t-il au RHDP une gradation des martyrs de la crise post-électorale ? Ou alors, est ce parce que les morgues d'Anyama et d'Abobo n'avaient pas les commodités pour recevoir des dépouilles issues d'attaques à l'armes lourdes que les femmes « martyres » du 3 mars ont été enterrées précipitamment?

La cérémonie de décoration à titre posthume, de ces femmes d'Abobo reconnues martyres par la Grande Chancellerie le 2 août 2011, n'élucide en rien le mystère de cette macabre histoire. Une telle cérémonie ne clôt pas non plus le débat sur les circonstances de leur mort provoquée.

Le constat est que les dépouilles mortelles des autres victimes d'Abobo ont été officiellement remises aux familles respectives au cours d'une cérémonie officielle le 13 octobre 2011, alors que les femmes martyres ont été enterrées dans la précipitation à l'insu de leurs familles.

Pourquoi ces traitements différentiels des victimes d'un même conflit ?

Pour mémoire, il faut rappeler que plusieurs montages grossiers ont été réalisés dans la crise ivoirienne si bien que l'on ne serait pas surpris que l'affaire des tueries des femmes d'Abobo et le charnier de Yopougon aient le même réalisateur et le même producteur parce que la mise en scène obéit à la même logique et l'objectif poursuivi est le même, diaboliser le président Laurent GBAGBO.

Dans le charnier de Yopougon, les médecins légistes avaient trouvé de l'eau dans les poumons des personnes décédées par suite de noyade au plateau et présentées comme ayant été froidement exécutées à N'dotré. Puis, l'on a vu au mois de janvier 2011 sur les écrans de télévisions françaises une personne, présentée comme un manifestant du RDR supposée morte à la suite d'une répression sanglante des FDS devant le siège de l'Onuci au Plateau, se relever tranquillement après avoir fini de jouer sa partition, ignorant qu'une autre camera continuait de tourner. Enfin, on avait aussi annoncé dès décembre 2010, l'existence d'un nouveau charnier à N'dotré. L'ONUCI après des investigations infructueuses a été obligée d'infirmer l'existence.

Dans l'affaire des tueries des femmes d'Abobo, la scène montrait une dame couverte d'un liquide de couleur rouge similaire au sang. Elle tentait de se relever quand l'ordre lui a été intimé dans une langue nationale de se recoucher car la prise de vue n'était pas encore finie...

Il est aussi intéressant d'indiquer que depuis janvier 2011, un commando dit invisible, aux méthodes médiévales sévissait dans la commune d'Abobo : six policiers tenant un poste d'observation au carrefour de la mairie ont explosé après une attaque à l'arme lourde dans la nuit du 12 au 13 janvier ; le secrétaire de la fédération FPI de Madinani venu s'abriter chez son oncle a été égorgé comme un mouton le 17 janvier sous le prétexte d'être un partisan du Président Laurent GBAGBO; un capitaine de Gendarmerie et deux de ses éléments en mission de reconnaissance ont été portés disparus au carrefour de N'Dotré le 18 janvier ; une expédition punitive nocturne a été organisée du 6 au 7 mars 2011 contre le village d'Anonkoua-kouté réputé favorable au président Laurent Gbagbo.

Tous les commissariats de Police et brigades de Gendarmerie d'Abobo ont été les cibles du commando invisible durant le mois de février 2011, ce qui a contraint l'Etat Major des FDS sous embargo depuis sept ans, à concentrer tous les Services de sécurité au camp de la Gendarmerie de ladite commune, pour continuer d'assurer la sécurité des populations résiduelles dans le contexte nouveau de guérilla urbaine imposé par le commando invisible.

Toutes les missions de ravitaillement des Forces de Sécurité rassemblées au camp de la Gendarmerie ont été attaquées par des snipers faisant presque régulièrement des dégâts du côté des FDS. A cette occasion, ont été tués un Officier et des Sous-officiers de police. Deux gendarmes ont été blessés et un char incendié à la grenade. Dans la nuit du 5 au 6 mars 2011, le centre émetteur de la télévision ivoirienne a été détruit et trois agents de sécurité qui étaient en service à l'intérieur des locaux ont été brûlés vifs après avoir été ligotés comme des cabris.

C'est dans cet environnement de troubles sérieux et graves à l'ordre public qu'on a pu observer pendant la période allant de janvier à mars 2011, des marches qualifiées de pacifiques du RHDP. Les images de ces manifestations de rue montraient parmi les marcheurs des individus munis d'armes légères et parfois lourdes ainsi que des chasseurs traditionnels « dozo » portant des fusils dont ils ne se séparent jamais. La supposée marche des femmes annoncée ou organisée le 3 mars dans cette commune aurait-elle échappé à ce dispositif ?

Dans cette affaire de tueries de femmes d'Abobo, aucune enquête spécifique n'a été réclamée ni exigée par les nouvelles autorités en place car pour le RHDP, le président Laurent GBAGBO est le seul responsable et les FDS les seuls coupables. A quoi servirait donc une enquête ? De toutes les façons, les supposés faits se seraient passés dans une commune favorable à Monsieur OUATTARA.

Pour notre part, nous sommes convaincus qu'une enquête transparente et sérieuse révélera bien de surprises. Sinon, comment expliquer la coïncidence remarquable entre la célébration nationale de la journée internationale de la femme annoncée depuis deux (2) semaines par la Télévision Nationale dans la commune de Yopougon supposée acquise au président Laurent GBAGBO et le « massacre » de femmes du RHDP à Abobo prétendu fief de Monsieur OUATTARA. A qui profite le crime ?

Une enquête minutieuse doit être menée pour déterminer les circonstances de la survenue de la tuerie de ces femmes, car ce n'est pas le Président Laurent GBAGBO qui a ordonné leurs assassinats. Ce n'est pas non plus le Premier Ministre Aké N'GBO.

Ce n'est ni le Ministre de la Défense ni celui de l'Intérieur. Rappelons que Le Chef d'Etat Major, le Commandant Supérieur de la Gendarmerie et le Directeur Général de la Police interrogés ont affirmé ne rien savoir de cette douloureuse affaire.

Mais une idée germait déjà dans l'opinion internationale, celle de faire interdire l'usage d'armes lourdes dans le District d'Abidjan dans le but d'affaiblir considérablement le système de défense des Forces Armées Nationales de Côte d'Ivoire (FANCI) dans la perceptive de la bataille d'Abidjan. Parce que ceux qu'on appelle à tort les soldats du président Laurent Gbagbo sont, en réalité les Forces de Défense et de Sécurité nationales en charge conformément aux dispositions pertinentes constitutionnelles (article 24) d'assurer la protection des personnes et des biens sur toute l'étendue du territoire national. Ce qui n'était plus le cas depuis le déclenchement de la crise en 2002 ayant consacré la partition de fait du pays. Le président Laurent GBAGBO ne pouvait donc s'en servir contre les populations civiles contrairement aux allégations diffusées.

Tout ceci n'était-il pas le prétexte pour justifier l'intervention de la Communauté internationale à travers le Conseil de Sécurité de l'ONU? 
Les enquêtes nous situeront certainement mais le constat est que, la mise en scène du commanditaire de l'assassinat des femmes s'est déroulée de manière linéaire. A partir de cette affaire, le Conseil de Sécurité de l'ONU a décidé d'interdire l'usage d'armes lourdes dans le seul district d'Abidjan, puis, prenant un autre faux prétexte de la violation de cette résolution le 17 mars par les FDS, il a donné mandat à l'ONUCI et à la force française LICORNE de détruire les sites stratégiques des FANCI et des Institutions de la République de Côte d'Ivoire. La suite est connue. 

EN CONCLUSION

Les procédures spécifiques engagées devant les juridictions compétentes par les avocats du Président Laurent GBAGBO et l'enquête de la Cour Pénale Internationale permettront certainement de découvrir la vérité sur les conditions de survenue de la mort de ces femmes. Leurs morts ont affecté les ivoiriens de tous les bords politiques tout simplement parce qu'on ne tire pas sur des femmes aux mains nues. C'est pourquoi, il faut, en toute objectivité et indépendance laisser la justice mener impartialement les investigations nécessaires à l'éclatement de la vérité en s'assurant que ces femmes ont été effectivement tuées et dans quelles conditions et circonstances l'ont-elles été, pour que soient situées les responsabilités afin de traduire devant les juridictions compétentes les coupables conformément aux lois en vigueur.

Contrairement à une idée répandue, les personnes qu'on qualifie de proches du Président Laurent GBAGBO ne sont pas contre la justice. Ce qu'elles réfutent c'est la justice des vainqueurs qui a cours depuis le 28 novembre 2010 avec d'un côté, les bons (les sauveurs dixit le procureur KOFFI) qui auraient mené le bon combat et de l'autre, les mauvais qui auraient agi en toute illégalité, comme si l'arrêt du Conseil Constitutionnel ivoirien qui proclame le président Laurent GBAGBO vainqueur du deuxième tour de l'élection présidentielle ne devrait produire aucun effet juridique.

Les proches du Président Laurent GBAGBO veulent savoir si oui ou non six femmes ont été tuées à Abobo et qui les a tuées. Mais au delà, élucider toutes les tueries d'Abobo comme celles des six policiers au rond point de la mairie de la même commune et les villageois d'Anonkoua-kouté. Mais avant, ils voudraient aussi savoir comment sont morts les anciens Ministres de l'Intérieur BOGA Doudou Emile et TAGRO Désiré ; les officiers des FANCI, DALI Oblé, DAGROU Loula et tous les gendarmes de Bouaké; les artistes CAMARA Yeréfè dit « H » et Marcellin Yacé; les chefs rebelles qu'étaient Oumar Diarrassouba dit « zaga-zaga », BAMBA Kassoum dit « kass », COULIBALY Adama dit « Adams » ainsi que tous les morts devant l'Hôtel Ivoire (2004) et du moyen Cavally (2011). On ne peut pas les occulter en cherchant simplement à faire inculper le président Laurent GBAGBO et le traduire devant la Cour Pénale Internationale.

Les ivoiriens veulent savoir la vérité sur tous les crimes commis depuis septembre 2002 et après cela, ils iront certainement à la réconciliation.

Laurent GBAGBO voulait simplement le recomptage des voies pour mettre définitivement fin à la crise politique née des proclamations divergentes du résultat de l'élection présidentielle faite par la Commission Electorale Indépendante et le Conseil Constitutionnel. Ceux qui ont refusé sa proposition et préféré le règlement du conflit politique par une solution militaire lui imputent la responsabilité exclusive des dégâts.

Les différentes enquêtes nous situerons sur les responsabilités des uns et des autres et permettront surtout d'identifier les véritables coupables.

 

Mardi 18 Octobre 2011


Alain DOGOU


Ministre de la Défense et du Service Civique du Gouvernement du Professeur Aké N'GBO Gilbert-Marie

 

Source: LA DEPECHE D'ABIDJAN