topblog Ivoire blogs

mardi, 24 mai 2011

LUMIERE SUR LE DISCOURS DE SARKOZY A LA COMMUNAUTE FRANÇAISE EN COTE D'IVOIRE

 

ADO ET SARKO.jpg

Sarkozy est finalement venu en Côte d'Ivoire, à l'occasion de la cérémonie d'investiture d'Alassane, ce 21 mai 2011, à Yamoussoukro. Après l'arrestation du président Laurent Gbagbo par les forces spéciales françaises, il est arrivé pour couronner officiellement son poulain ADO. Comme il l'avait promis, il a rencontré des membres de la communauté des expatriés français vivants en côte d'ivoire. Au cours de cette rencontre, il a livré un discours qui traduit dorénavant, la manière dont il compte mener la politique étrangère de la France en côte d'ivoire.

Nous avons lu ce discours pour vous, afin de mettre en exergue les enjeux de l'implication de la France dans cette crise mais aussi les nombreuses contre vérités qu'il renferme.

Ce discours s'articule tout d'abord autour d'un souci permanent : celui de justifier l'intervention de l'armée française, car hantée et acculée de par les critiques qui fusent de toutes parts et même au sein de la classe politique française.

Il commence son propos par un tour de charme destiné à la communauté française. Cette communauté qui aux heures chaudes de la crise avait refusé de se faire évacuer, car ayant en mémoire les déboires qu'avaient connus ceux qui l'ont été aux cours des évènements de 2004. Il leur exprime les préoccupations, les soucis, les inquiétudes qu'il avait ressentis pour eux pendant la crise dite postélectorale. Et leur affirme que c'est surtout à cause d'eux et de leurs familles que l'armée française est intervenue. On le sait, des expatriés français, il n'en était point question : seuls les intérêts économiques français comptaient. N'est ce pas eux qui chaque année rapatrient des capitaux vers leur pays d'origine, la France ? En effet ses agissements (destruction des aéronefs de l'armée ivoirienne, hélicoptère tirant sur les jeunes patriotes sur le pont De Gaule, tueries des jeunes gens sur l'esplanade de l'hôtel ivoire) avaient mis à mal cette paisible communauté livrée ainsi à la vindicte des ivoiriens. L'on se souvient encore des slogans : '' à chacun son blanc'' d'un côté et de l'autre '' à chacun son nègre''.

Poursuivant, il ne cache pas sa joie d'avoir reconquis l'ex colonie, en utilisant le terme de : '' relations fraternelles''. Quelqu'un disait quelque part : « ...les pays n'ont pas d'amis, ils n'ont que des intérêts... ». Puis, il n'oublie pas de féliciter son Ambassadeur Jean Marc Simon qui a accompli sa mission commandée. On se rappelle comment ce dernier, aidé par celui des USA avait amené Youssouf Bakayoko président de la CEI à l'hôtel du Golf pour y proclamer les résultats de l'élection de décembre 2010. Notons en passant que ce dernier avait bénéficié depuis lors d'un exil doré en France.

Cette opération de charme va plus loin ; il évoqué la disparition des deux français enlevés et deux autres étrangers et promis de non seulement les retrouver, mais de punir les auteurs de cet enlèvement. Là-dessus, il ignore royalement Philippe Rémond, Français vivant à Yamoussoukro, assassiné selon de nombreux témoignages par les FRCI d'Alassane Ouattara. Il va plus loin en affirmant : « On ne peut pas toucher à des citoyens français en toute impunité», oubliant les nombreux ivoiriens aussi tués en toute impunité. Deux poids, deux mesures donc : la vie du français est plus importante que celle de l'ivoirien.

A maintes reprises il a évoqué la démocratie. Selon ses propos, la France a pour vocation de soutenir la démocratie, donc des régimes démocratiques. Chères frères, cela fait bientôt deux mois qu'Alassane a pris le pouvoir. En Côte d'Ivoire il n'y a pas de démocratie :

- La liberté de réunion est compromise par l'insécurité grandissante

- Les journaux proches de l'opposition ne paraissent plus, ceux qui essaient de contrarier le régime en place sont menacés (exemple du quotidien l'Inter)

- La chasse à l'homme continue : plusieurs de nos ressortissants : plusieurs de nos citoyens sont exilés dans d'autres pays, fuyant les exactions

- Les rackets se sont intensifiés sur nos routes

- Plusieurs personnes politiques et civiles sont maintenues arbitrairement en prison au motif d'appartenir au camp Gbagbo

C'est cela la démocratie que ADO prône et que la France compte soutenir, alors que les médias français restent muets sur tous ces faits évoqués plus haut.

Parlant des élections, il affirme sereinement que le peuple s'est exprimé librement. C'est faire preuve de mauvaise foi : ignorer qu'au nord les rebelles ont intimidés, empêchés, menacés, violés les partisans de la LMP et ont bourrés les urnes, falsifiés les bulletins de vote, etc. Plusieurs observateurs notamment africains ont relevés tous ces manquements graves.

Du mandat de Gbagbo, il le décrit comme ''un décennie de crise et de souffrance''. Les ivoiriens sont encore là, ils ont vécu ces 10 années sous le régime Gbagbo et peuvent témoigner. Pendant 10 ans, des progrès significatifs ont été enregistrés :

- Amélioration des traitements des fonctionnaires

- De nombreux jeunes recrutés dans la fonction publique

- Gratuité de l'école

- Création de centres de soins

- Amélioration des revenus des producteurs agricoles

- Liberté d'expression etc.

Oui, les ivoiriens sont encore là. Tout n'a pas été rose, mais tout n'a pas été négatif non plus.

Puis il va plus loin dans son désir de tronquer l'histoire. En évoquant les présumés tueries des femmes à Abobo et l'utilisation des armes lourdes. A ce niveau, il faut rappeler que plusieurs gendarmes et policiers ont été aussi assassinés par ceux qu'ont a appelés ''les commandos invisibles'', sans compter les déplacements massifs des populations fuyant les combats. Des armes lourdes, il y en avait dans les deux camps. Mais seulement voilà, chose curieuse, l'ONU et la France avaient décidés de ne voir que celles du camp Gbagbo. Comment appeler cela sinon un parti pris pour des forces qui se disaient impartiales.

Dans son discours, il tire des leçons. Intéressons-nous à la deuxième : '' la responsabilité de protéger''. Il affirme : «  la communauté internationale ne peut pas fermer les yeux sur un massacre... » Eh oui, elle ouvre les yeux lorsqu'il s'agit des blancs et des partisans de celui qu'elle supporte, et ferme les yeux sur ceux du Rwanda et plus près de nous ceux de Duékoué. A ce sujet, on peut se référer au rapport du Nouvel Observateur, organe de presse français. Les massacres de milliers de guérés de Duékoué reprochés d'être proche du camp Gbagbo, se sont perpétrés au nez et à la barbe des forces onusiennes qui y étaient stationnées.

3ème leçon, il réaffirme que la France a agit sous le mandat de l'ONU. Encore un stratagème quand on veut assouvir ses basses besognes, on utilise la couverture de l'ONU, comme en Libye. Voilà la nouvelle politique africaine de la France.

Avant de terminer, il évoque une série de mesures sur lesquelles la France compte aider ADO. Des mesures qui touchent des domaines sensibles tels que l'éducation, l'armée, la reconstruction, la réconciliation, etc. Mesures qui ressemblent étrangement dans leur description à des consignes qu'il laisse à son protégé ADO. La France compte aider la Côte d'Ivoire ? Quelqu'un a dit : «  les pays n'ont pas d'amis, ils n'ont que des intérêts », sinon, au nom de quelle ''amitié'' ou ''fraternité'' la France s'ingèrerait-elle si ouvertement en Côte d'Ivoire ?

Cerise sur le gâteau : l'armée française sera maintenue en Côte d'Ivoire, bien plus, il sera signé entre les deux pays un nouvel accord de défense. Le ministre français à la défense sera dépêché dans les tous prochains jours en Côte d'Ivoire pour finaliser le document, qui dit-il sera rendu publique puisque publié. Rassurez-vous, la France est experte dans ce genre de traité floues et opaques qui n'offrent aucune lisibilité. Rappelez-vous, l'ancien accord de défense signé le 24 avril 1961 sous Houphouët Boigny.

Pour conclure son propos, il nous éclaire sur la morale de cette histoire : « ... la conviction, la détermination, le courage, les principes finissent par toujours triompher ».

Chers ivoiriens, reprenons à notre compte cette morale. A tous les ivoiriens qui aiment leur pays : notre conviction, notre détermination, notre courage, nos principes finiront par triompher de ce pouvoir ouattariste indigne et vendu à la France.

Côte d'Ivoire, la lutte continue...



Source: POUR UNE COTE D'IVOIRE SOUVERAINE

samedi, 21 mai 2011

INVESTITURE D'ALASSANE OUATTARA: LA GRAND'MESSE DE LA FRANÇAFRIQUE, DE LA FRANC-MAÇONNERIE ET DU NOUVEL ORDRE MONDIAL

 

SARKOZY ET OUATTARA.jpg

Spectacle désolant que celui qu'il nous a été donné de voir, ce jour tristement historique du samedi 21 mai 2011 : les valets africains de la françafrique, de la franc-maçonnerie, du Nouvel Ordre Mondial et du gouvernement fédéral africain (en formation), au grand complet, dans leurs plus beaux apparats du jour, avec à leur tête le Grand prêtre Nicolas Sarkozy, Président de la République française et son âme damnée internationale, Ban Ki Moon, Secrétaire Général des Nations Unies, venus célébrer leur victoire sanglante contre la jeune démocratie ivoirienne, contre les velléités d'émancipation et d'indépendance du digne peuple ivoirien et contre la légitime aspiration des peuples africains à choisir par eux-mêmes leurs dirigeants et à décider souverainement de leur destinée.

Ce funeste tableau festif peint de l'encre du sang des Ivoiriens nous a laissé apparaître les silhouettes non moins sinistres de tous les comploteurs africains et internationaux de la crise ivoirienne (sans les grands maîtres Barack Obama et Hillary Clinton) parmi lesquels : les présidents Abdoulaye Wade du Sénégal, Goodluck Jonathan du Nigéria, Blaise Compaoré du Burkina faso, Idriss Deby Itno du Tchad, Alpha Condé de la Guinée (nouvelle recrue), Paul Biya du Cameroun, Mahamadou Issoufou du Niger (nouveau venu sous peu), Ali Bongo du Gabon, Faure Gnassingbé du Togo, Helen Johnson Sirleaf du Libéria, Denis Sassou N'Guesso du Congo Brazzaville, le Premier Ministre Raïla Odinga du Kenya, Young Jin Choï de l'ONUCI et Youssouf Bakayoko de la CEI de Côte d'Ivoire.

Les dignes fils de l'Afrique se sont abstenus d'effectuer le voyage de Yamoussoukro. En tout cas, ceux qui ont sondé le secret du complot international contre la Côte d'Ivoire, parmi lesquels les présidents Jacob Zuma d'Afrique du Sud, Edouardo Dos Santos d'Angola, Yahya Jammeh de Gambie et Pedro Pires du Cap Vert.

Le tout, macéré et malaxé dans un reportage en direct de près de 4 heures (du jamais vu, en Afrique) de France 24, un média aux ordres qui n'a de professionnel que le nom, qui nous a servi et ressassé au fil des heures, avec deux consultants acquis à la cause dont le journaliste ivoirien Soro Solo, et une envoyée spéciale - Vanessa Burggraf, toujours au rendez-vous des messes noires contre la Côte d'Ivoire! - tous les mensonges éculés de la crise ivoirienne de 2002, du coup d'état électoral de la France et de la communauté internationale contre le Président Laurent Gbagbo et de la crise post-électorale ivoirienne. Comment le dire autrement quand un journaliste de cette presse de triste renom impute, dans les commentaires de son élément filmé, le rejet de la candidature d'Alassane Ouattara, en 2000, au camp Gbagbo ? Oui, vous avez bien lu ! C'est à y perdre son équilibre mental! Soit dit en passant, Laurent Gbagbo n'était même pas encore au pouvoir. Comment aurait-il donc pu réussir une telle prouesse ! Un tel révisionnisme est tout simplement nauséeux et écoeurant, et dessert grandement ses auteurs, même si - il faut l'avouer - la cause impérialiste l'emporte largement sur l'éthique, la morale et la déontologie, en Occident. iTélé n'a pas manqué à l'appel de la comédie internationale et de la grand'messe françafricaine maçonnique.

SARKOZY ET OUATTARA 2.jpg

Quant au nouvel investi, Alassane Dramane Ouattara, il a disserté pendant 20 minutes sur la réconciliation - sans jamais prononcer le mot « pardon » à l'adresse des Ivoiriens - et l'avenir de la Côte d'Ivoire retrouvée et rassemblée, à chaque problème de laquelle il aurait une solution, pendant que par sa faute des millions d'Ivoiriens sont au comble du désastre, n'ont pas l'âme à la fête parce qu'ayant tout perdu, pleurent leurs morts par milliers, sont dénoncés et tués à Abidjan et dans d'autres villes du pays, épurés à l'Ouest, s'ils ne sont tout bonnement pillés ou systématiquement rackettés par des rebelles incontrôlés, analphabètes, dépenaillés, déguenillés, aux tenues bigarrées. Des milliers d'autres sont carrément exilés à cause de la chasse implacable à l'homme qu'on orchestre sciemment et savamment et qu'on veut couvrir par des discours et des sourires protocolaires.

Le tout, dans une Côte d'Ivoire dont l'appareil de production est grippée et à genoux par la faute de la rébellion qui a volé, pillé, détruit des entreprises et même déboulonné des machines-outils dans les zones industrielles d'Abidjan, une Côte d'Ivoire où la sécurité est inexistante - le Droit l'étant encore plus -, les libertés une vue de l'esprit, l'administration un rêve ancien (avec des com'zones proprement illétrés qui font autorité devant des préfets, parchemins d'énarques émérites en main), les médias à la pensée unique, la presse pro-Gbagbo muselée et traquée, l'armée un vœu pieux, le pardon et la réconciliation proclamés religieusement sur les antennes mais dans les mots et les comportements relégués aux calendes grecques, la compassion due à ceux qui souffrent le cadet des soucis - la célébration de la victoire tant attendue et souhaitée prenant le pas sur tout le reste -, humanité et solidarité nationale étant désormais inopérantes.

Vive la Côte d'Ivoire françafricaine, maçonnique, dernière ponte du Nouvel Ordre Mondial et vive l'Afrique asservie, bafouée, recolonisée et vassale de l'Occident impérialiste !


Que DIEU délivre et restaure la Côte d'Ivoire! Que DIEU garde et sauve l'Afrique!



DINDE Fernand AGBO

vendredi, 20 mai 2011

UN FRANÇAIS REVELE: «LES FORCES DE OUATTARA TUENT ET CONSTITUENT DES CHARNIERS ATTRIBUES AUX PRO-GBAGBO»

 

MASSACRES A DUEKOUE 2.jpg

A la recherche d' informations sur le scandale sexuel du responsable du FMI, un ami à SARKOZY, nous avons rencontré le samedi dernier à l'hôtel Sofitel à Manhattan un touriste français qui, à notre grande surprise, semblait plus préoccupé par les souffrances du peuple de Cote d'Ivoire: "Je ne m'intéresse pas du tout à la vie mouvementée de ce type ( Ndlr: Mr Dominique STRAUSS) " balise t-il d'emblée la conversation avant d'ajouter: " Je suis plutôt outré par le développement du drame ivoirien". Un drame selon lui fabriqué par son pays la France et l'ONU. "Vous, les médias, devriez plutôt aller en Côte d'Ivoire et rendre compte de la souffrance des nombreuses personnes qui sont exécutées chaque jour dans les villes et villages de ce pays mais dont personne ne parle ici à New York.

Ce qui se passe dans cette partie du monde est vraiment triste et révoltant". La cinquantaine révolue, Nicholas LECHIENT insiste à ce que cela soit su car il dit avoir perdu son épouse, une ivoirienne d'ethnie Guéré et 6 membres de sa famille qui ont tous été exécutés par les soldats d'Alassane Ouattara en sa présence dans le quartier de Yopougon alors que, lui, a été épargné à cause de la couleur de sa peau. Très amer, Mr LECHIENT éprouve un véritable dégoût à l'égard des Présidents OUATTARA, SARKOZY et OBAMA: "Ce que ces gens ont créé en Cote d'Ivoire ne s'effacera jamais de la mémoire collective. Ecrivez le, Il y a eu plus de morts en Côte d'Ivoire qu'il n y en a eu ici lors des attentats du 11 septembre et cela continue toujours contrairement aux mensonges des nouvelles autorités ivoiriennes. Ce qui est plus révoltant, c'est que ce sont ceux qui ont commis ces crimes qui sont au pouvoir et se chargent aujourd'hui d'en trouver les responsables.

C'est vraiment la comédie juridique dans ce pays où tous les journaux de l'opposition sont aussi condamnés au silence et leurs sièges transformés en QG des combattants indigènes et incultes de Ouattara. Plus personne ne doit véhiculer d'autres messages que ceux du nouveau Président et ses hommes. Si c'est cela la démocratie voulue par OBAMA et SARKOZY, j'ai pitié pour ces soit disant "grands de ce monde".

Interrogé sur les nombreux charniers découverts chaque jour à Abidjan et attribués aux pro-GBAGBO, le touriste Français est sans détour: "C'est de la distraction. Comme elles sont accusées d'avoir massacré plus d'un millier de personnes à Duekoué, les forces de Ouattara cherchent aussi à épingler le camp GBAGBO. Mais, que cela soit à Duekoué comme à Abidjan, pourquoi les forces pro Gbagbo attendraient elles que les pro Ouattara les attaquent avant d'aller tuer des civils ? Cela a t-il un sens ? Le gouvernement OUATTARA fait des accusations stupides comme si son armée de rebelles n'avait pas combattu. Pourquoi les hommes de Gbagbo tueraient ils des gens qui ont majoritairement voté pour GBAGBO? Or c'est ce que le pouvoir Ouattara cherche à faire avaler au monde entier quand il parle de miliciens pro-Gbagbo et de découvertes bizarres de charniers évidemment constitués par lui-même. Ce sont toutes les personnes que les forces de Ouattara elles mêmes ont exécutées qu'elles ramassent à travers le pays pour en faire des charniers attribués aux miliciens(?) pro Gbagbo. C'est triste et vous comprenez que l'objectif de Ouattara et de ses hommes est de se blanchir dans des procès ridicules qu'ils annoncent.

A un moment où l'on parle de mandats d'arrêt internationaux contre Kadhafi et sa famille, Ouattara et ses tuteurs usent de toutes les combines pour échapper à cette mesure, inévitable pour lui si vraiment la justice est de ce monde. Dans tous les cas, la Cote d'Ivoire est devenue la terre d'expérimentation de toutes les incongruités de cette dernière décennie surtout quand on y forme cinquante après les indépendances "une armée républicaine" avec des analphabètes de tout acabit. Allez y comprendre quelque chose!"


Côte d'Ivoire, terre d'expérimentation de toutes les incongruités de cette dernière décennie


C'est par ces mots que Nicholas LECHIENT a terminé l'entretien qu'il a eu avec nous avant de regagner sa chambre dans ce luxueux hôtel de New York. L'émotion et la rage qu'on a pu lire sur son visage nous ont convaincu sur la réalité du drame des ivoiriens et surtout du black out total dont il fait l'objet de la part des médias étrangers. Mais dans ce monde moderne des nouvelles technologies de l'information où rien ne peut être enterré en cachette, l'espoir est permis. Malgré cette option des nouvelles autorités ivoiriennes de tuer, de traumatiser, de forcer tout le monde au silence, tout se saura maintenant ou plus tard. L'illettré Capitaine et seigneur de guerre qui se croit tout permis à Bouna savait il que la vidéo de son interrogatoire pouvait être regardée sur notre site quelques minutes seulement après la fin de ses errements ?

Une chose est sure; Nicholas LECHIENT connait bien ce pays où il a passé 19 années de sa vie. En insistant sur "Cote d'Ivoire, terre d'expérimentation des incongruités de cette dernière décennie", il nous rappelle que c'est bien ici que, se servant d'une véritable acrobatie juridique sans précédent, Paul Yao N'DRE, Président de la plus haute institution en matière d'élections a déclaré le 5 Mai dernier, Alassane Ouattara vainqueur des Présidentielles du 31 Octobre 2010 après l'avoir fait dans les mêmes conditions pour GBAGBO quelques mois auparavant. En se débrouillant pour trouver des "tra-la-la" inimaginables afin de justifier cette pirouette d'une exclusivité déconcertante, ce grand homme de lois venait ainsi de se signaler dans l'histoire des rares et courageuses prouesses juridico-constitutionnelles dans le monde.

Si, pour s'accommoder ce saut vu comme étonnant et humiliant, d'aucuns ont estimé que Yao n'avait pas de choix, c'est le sérieux et le courage même de la justice ivoirienne qui nous interpellent car elle nous donne des frissons quand nous regardons aujourd'hui comment elle opère pour désigner les responsables des nombreux massacres des ivoiriens pourtant déjà révélés dès les premières heures par les organisations internationales. Certainement une parodie de procès se prépare contre GBAGBO et ses partisans.



Jack SARKORRACHI


Source: TWNews

L'OTAN PEINE A ATTEINDRE SES OBJECTIFS: LA PANNE DE LA DETTE AMERICAINE ET L'EUROPE VASSALE

 

MIRAGE OTAN PARTANT POUR LA LIBYE.jpg

Par Mohamed Bouhamidi



Dimanche et lundi de cette semaine qui s'écoule,  deux informations se côtoyèrent sans se télescoper. La première nous apprenait que le gouvernement américain, dont l'idéologie économique inspire si profondément nos ultralibéraux locaux ou expatriés, avait atteint le plafond de l'endettement autorisé. Ce plafond culmine à plus de quatorze mille deux cent quatre-vingt-quatorze milliards (vous avez bien lu 14 294 milliards) de dollars. Il reste une seule option pour le gouvernement américain : diminuer ses dépenses et fermer des écoles, des centres de santé, des centres sociaux et des centres d'aide aux plus pauvres. Des pauvres, de plus en plus il en existe aux Etats-Unis et les expulsions des familles de leurs logements ont atteint des records et se comptent en centaines de milliers. Ces pauvres n'ont pas encore leur Charlie Chaplin et ses films poignants sur leur détresse. Ils n'ont plus ces syndicats-courage qui affrontaient les milices de la maffia (vous avez aussi oublié que le patronat et les gouvernements américains ont utilisé la maffia pour mater puis tuer les syndicats de classe ? Revoyez vite Sur les quais et relisez vite Manhattan Transfert). Les travailleurs américains n'en sont pas moins capables de retrouver le chemin des luttes sociales et des luttes de classes.

Et tout le dispositif de pillage planétaire qui payait, sur le dos des autres peuples, le niveau de vie qui permettait aux Américains de base de se satisfaire d'une vie à crédit. La somme astronomique du plafond d'endettement de l'Etat avait permis et permet encore aujourd'hui de faire des Etats-Unis la principale base militaire et politique du capitalisme mondial. Les autres grandes puissances ont aussi servi de base à leurs capitalismes locaux devenus des «capitalismes dominés» à la suite de la Seconde Guerre mondiale, des capitalismes sous protection face à la «menace soviétique» ; entendez par là face à la menace de leurs propres peuples en butte à la surexploitation capitaliste. Les colonies avaient permis aussi à ces puissances de payer un niveau de vie qui éloignait les menaces internes et cela explique largement, par ailleurs, la vocation coloniale et l'impérialisme humanitaire à plusieurs géométries variables de socialistes ou socio-démocrates européens. Même sans le grand Charlot, même sans de puissants syndicats de classes, les travailleurs américains peuvent retrouver les chemins de la lutte et se doter d'organisations de classes - partis et syndicats. Les dernières luttes du Wisconsin  pour la préservation du droit des travailleurs à mener des négociations collectives (eh, oui !) nous le montrent bien.

Dans la grande démocratie américaine, un Etat interdit désormais aux travailleurs  de mener des négociations collectives et enlève toute signification à l'existence des syndicats dont c'est la seule justification sociale ! L'idéologie du management aura triomphé jusqu'au bout dans cet Etat. Le feu est donc dans la maison américaine, et il constitue une sérieuse menace. Cette interdiction de lever de nouveaux crédits pour le fonctionnement des services de base transformerait les Etats-Unis en pays du tiers-monde sur le plan social et induirait une quasi-faillite accompagnée d'un effondrement du dollar. Les Républicains finiront par accepter un arrangement avec les Démocrates en imposant certaines de leurs conditions car, comme Obama et les siens, ils sont là pour sauver le capitalisme et lui assurer encore plus de chances pour des profits encore plus élevés. Les Républicains, comme les démocrates, n'ont d'ailleurs pas le choix, face à la gravité de la crise,  que d'aller vers une gestion politique unique. Les grands centres financiers qui ont rassemblé les sommes délirantes de la campagne électorale d'Obama savaient déjà que la profondeur et la gravité de la crise exigeaient une convergence des deux grands partis américains. Maintenant, nous apparaît dans toute son étendue la signification du maintien de Républicains dans des postes clés de cette administration démocrate. Comme se trompaient les éditorialistes et analystes qui voyaient dans la volonté consensuelle d'Obama le trait d'un caractère hésitant et porté à la conciliation. Même Fidel Castro et bien d'autres dirigeants du monde se sont laissés induire en erreur par l'image qu'Obama s'est construite.

DETTE AMERICAINE.jpg

En fait, derrière le prix Nobel de la paix se dévoile jour après jour un intraitable homme de guerre en charge de couvrir de son sourire charmeur la politique de Bush agressive. Obama défendra le leadership mondial des USA avec la dernière et donc la seule carte qu'ils possèdent encore : la suprématie militaire. Obama doit mener une politique guerrière en vue de faire payer les déficits américains au monde entier et les alliés des USA doivent la faire à la place des Etats-Unis pour ces mêmes considérations budgétaires qui obligent la Chine et d'autres pays à payer pour les USA leur déficit, leur endettement et leurs emplois. Les USA ne peuvent plus attendre une solution à la crise ; ils doivent aller chercher eux-mêmes et au besoin la faire chercher par leurs alliés. L'évolution de la position italienne en reste le meilleur indice : Berlusconi n'avait pas à exprimer des intérêts italiens dans l'affaire libyenne mais s'aligner sur les Américains. Il l'a fait avec quel sens du rapport de force et quel sens de l'obéissance ! L'Italie cherchera autrement qu'avec El Kadhafi les contrats qui peuvent alléger ses dettes et la crise qui frappe à sa porte. Dans cette affaire libyenne on a voulu nous faire avaler bien des couleuvres, de l'«influence» de BHL qui a rendu de bien grands services à ses maîtres du capital, à la fiction d'une révolution. Une nouvelle vérité planétaire en sortira pourtant toute crue : l'Europe menée par les deux sionistes Cameron et Sarkozy, c'est-à-dire par les deux plus pro-Américains des dirigeants actuels de l'Europe, est passée officiellement de statut d'alliée des USA à celui de vassale. En clair, il n'existe plus pour les Européens de solution européenne. Ni monnaie unique, ni défense commune, ni économie commune, ni diplomatie commune. La solution pour tous, c'est l'alignement sur les USA. Et c'est une bien grosse erreur que de se laisser impressionner par cette Europe vassale même dans les négociations sur l'accord d'association.

L'Europe peut-elle faire face à la crise qui la secoue sans les USA ? Evidemment, non. Le gouffre grec a déjà englouti plus de 120 milliards d'euros et le pays se débat dans de nouvelles difficultés. Le Portugal, l'Espagne, l'Italie ne sont pas à meilleure enseigne. Le gouvernement français multiplie les mesures préventives dont le symbole est aujourd'hui moins de classes pour plus d'élèves. L'Angleterre ne va pas mieux. Pour elle comme pour les USA l'équation est la même et elle est simple : pour garder des taux de profits élevés pour le capital il faut réduire toutes les structures sociales, de l'hôpital à l'école publique et empêcher que le mécontentement des citoyens ne se retourne contre le capital. Alors l'argent qui manque, il faut le chercher ailleurs. (Nos enfants apprennent-ils que l'occupation française commença exactement de cette façon, par une histoire de dettes et de crise financière en France ?). Le chercher ailleurs par la force en s'emparant directement des richesses comme en Irak ou en mettant un peu partout des Ouattara et des Karzai.Au même moment que la Réserve fédéral et l'administration américaine cherchaient des solutions au problème de cessation de paiement, le chef de l'état-major britannique demandait l'élargissement des cibles militaires en Libye. Dans les médias dominants on nous raconte tous les jours la belle histoire d'avions qui mènent des «frappes» ouvrant la voie aux partisans de la liberté. Ces médias font tout pour faire croire à un bon déroulement de l'agression et inventent des exploits là où  l'Otan ne commet que des crimes. Pour les dirigeants des grandes puissances, la manipulation est devenue vitale. L'opinion publique doit croire aux exploits de ses soldats et trouver au moins un motif de satisfaction dans la conduite de la guerre, consumer leur agressivité sur des bicots-nègres et retrouver le sentiment de supériorité du petit Blanc qui laisserait à la fois du répit à Sarkozy et consorts européens et donnerait au petit citoyen européen du coin le sentiment de naviguer plus haut que l'Arabe. Le chef militaire anglais avoue quand même que les bombardements n'ont pas produit les effets escomptés. Nous sommes passés d'une estimation guerrière de trois jours pour liquider Kadhafi, à quelques jours ou semaines, puis à quelques semaines mais pas des mois, à quelques mois puis maintenant à une demande de bombardements «élargis».

L'aviation et les missiles de croisière mobilisés pour abattre Kadhafi ont théoriquement la capacité de détruire n'importe quel autre pays. Et aucun, absolument aucun dictateur n'aurait tenu sous ce déluge de feu. La guerre des mots et des concepts qui est l'autre versant de cette guerre des colonisateurs-croisés (comme elle l'est de toutes les guerres) commence à atteindre ses limites. Approfondissement de la crise du capitalisme avec ses conséquences guerrières et belliqueuses, d'une part, et impuissance des organisations politiques et militaires (Etats capitalistes plus l'Otan) de mener des guerres asymétriques, de l'autre. La fin de l'hégémonie américaine ressemble à s'y méprendre à l'agonie de l'Empire romain qui a rendu l'âme sur notre sol sous le coup d'une insurrection commencée avec Donat et Cyprien et achevée après Gédéon. Pour faire face à sa crise financière, il fallait à Rome des impôts et des tributs plus lourds que seules des guerres pouvaient assurer mais qui coûtaient plus cher que les revenus générés. Comme dans la Rome antique, il faut aujourd'hui du pain et des jeux pour calmer les frondes sociales. La télévision et le football  assurent les deuxièmes mais il est de plus en plus difficile d'assurer le premier.

Comme dans la Rome antique, le sexe et l'argent tiennent lieu d'exorcisme quotidien à des populations en perte de statut social partout en déchéance et en déshérence sociales.En Libye le «Bédouin» a tenu tête aux puissances occidentales coalisées ; à toutes ces puissances occidentales. Il est devenu le grain de sable qui bloque la machine de l'agression et de la rapine et l'empêche de nous toucher tout de suite. Le «Bédouin» suscite aujourd'hui la haine viscérale de tous les ultra libéraux et particulièrement les ultra libéraux algériens tapis dans le pouvoir politique, économique ou médiatique qui espéraient un «traitement» de l'Algérie dans la foulée des «trois jours» que s'accordaient les coalisés pour descendre Kadhafi comme Israël s'était donné une semaine pour descendre le Hezbollah. La haine de Kadhafi grandira en fonction de sa résistance. La coalition a déjà perdu une bataille en échouant dans son  objectif de se débarrasser rapidement de Kadhafi. Medvedev s'est mis dans la partie et il veut intimider le dirigeant libyen et obtenir son départ pour complaire aux Américains et bénéficier de leur soutien dans la course prochaine au Kremlin qui l'opposera à Poutine. Dans ce total isolement, le peuple libyen continue de résister.

L'histoire jugera ceux qui en Algérie ont fait des pieds et des mains pour nous entraîner dans l'immobilisme en croyant faire œuvre de «théorie» en renvoyant dos à dos Kadhafi, «le dictateur», et les agresseurs coalisés. La même astuce avait réussi pour Saddam Hussein mais on ne pourra plus demander d'avis à un million d'Irakiens morts de démocratie. Face au CNT, composé essentiellement d'anciens responsables libyens gagnés à la religion du libéralisme qui veulent aller plus vite et plus loin  dans la communion mondialisante avec les Camdessus et autre Dominique Strauss-Kahn, le peuple libyen et ses dirigeants, dont El Kadhafi, sont en train de défendre aussi une idée : celle de l'Etat national alors qu'on nous annonçait le temps venu de refaire les frontières des indépendances. Les femmes et les hommes honnêtes prendront-ils la pleine conscience de l'enjeu planétaire qui se joue en Libye entre un capitalisme en crise structurelle et avide de profits et de ressources, d'une part, et, d'autre part, des nations plus que jamais en nécessité de leurs ressources et de leur autonomie politique ? Nous le saurons quand du monde entier, et d'abord de notre pays directement menacé, se lèveront les protestations et les masses mobilisées contre l'agression colonialiste-croisée et pour le soutien à la nation et à l'Etat libyens  dans la défense de son indépendance et de son intégrité contre l'impérialisme et ses agents du CNT.


Source: LA TRIBUNE ONLINE.COM

CLASH VERBAL ENTRE CHARLES KONAN BANNY ET HENRI HOGBE NLEND


CHARLES KONAN BANNY.jpg

Pas de chance pour l'ancien premier ministre ivoirien et ancien gouverneur de la BCEAO, Charles Konan Banny, récemment nommé par Alassane Ouattara à la tête de la Commission pour la réconciliation. Devant présenter ce jour un exposé sur le thème « L'Intégration monétaire » au colloque de Pax Africana, Charles Konan Banny a fait dériver le débat en y convoquant indélicatement la crise ivoirienne. Manque de pot : Henry HOGBE NLEND, mathématicien camerounais, prix 'Nobel' des mathématiques, n'a pas raté l'occasion pour lui dire ses quatre vérités. Incident !

KAKO NOUBOUKPO.jpg

Tout était parti d'une démonstration du Togolais Kako Nouboukpo, professeur d'économie, chef du pôle Analyse et Recherche UEMOA, sur la servitude monétaire qu'est l'intégration dans l'espace UEMOA et la dépendance néocoloniale que constitue le Franc CFA. Ce sur quoi, intervient le Camerounais pour demander s'il n'est pas possible et souhaitable de créer une monnaie africaine, en tout cas de libérer le CFA de la tutelle française. Il a cité notamment les travaux du Professeur Mamadou Coulibaly, l'économiste du FPI, sur le caractère délétère d'un CFA géré par le trésor public français et comment sortir de la zone Cfa.

Charles Konan Banny (photo 1), piqué au vif, commence à faire des critiques vives de Laurent Gbagbo et Mamadou Coulibaly. Ce dernier, président de l'Assemblée nationale et musulman du Nord mais anti-Ouattara notoire à ses heures, avait pris ses distances avec Gbagbo depuis deux ou trois ans, pour des raisons liées notamment aux erreurs politiques de l'ex-président ivoirien qui n'aurais jamais appliqué le programme du FPI.

« Celui que vous citez je le connais très bien et je lui ai dit qu'il est juste dans la théorie. D'ailleurs, ils ont tenté de créer dans les derniers mois de la crise une nouvelle monnaie : la monnaie de la résistance ivoirienne (MIR) et ils auraient même fait des tirages. Mais je ne sais à quoi pourrait servir une monnaie dans leur situation. Ceux-là, ils ont même attaqué l'Agence de la BCEAO à Abidjan et ont mis la main sur 300 milliards Cfa », disait M. Konan Banny quand il a été interrompu par le Professeur HOGBE NLEND, un ancien de l'UPC (Union des populations du Cameroun).

HOGBE NLEND.jpg

« Je ne vous demande pas de nous parler de la crise ivoirienne. Je suis pour Gbagbo, vous êtes pour Ouattara, ça s'arrête là-bas, ce n'est pas ce qui nous occupe ici. Si vous voulez parler de ça, on va foutre en l'air le colloque », a répliqué sèchement HOGBE NLEND.

Il a fallu toute la diplomatie d'Edem KODJO pour mettre fin à cette joute verbale qui devenait dangereuse pour les travaux. M. Banny n'est pas à sa première incartade de la journée. Il s'en est pris au jeune Kako Nouboukpo dont il a dit qu'il était hors-sujet et il a fallu là aussi toute la diplomatie d'Edem KODJO pour faire taire le jeune Togolais qui tenait à avoir son droit légitime de réponse.

Le matin déjà, M. Thabo MBEKI, avait fait remarquer à Konan Banny, qui défendait bec et ongle le CFA, que l'UEMOA est un instrument néocolonial et le CFA une monnaie coloniale. Il lui a dit que l'objectif du colloque est de trouver une solution africaine aux problèmes africains.



Source: CAMEROONVOICE

vendredi, 13 mai 2011

GUERRE CONTRE LE TERRORISME: LE RENSEIGNEMENT FRANÇAIS (ET LES AUTRES) SAIT QU'AL QAEDA EST UNE PSYOP (OPERATION PSYCHOLOGIQUE) AMERICAINE

 



AL QAEDA - BEN LADEN.jpeg

Al Qaeda: la base de données.

Par Pierre-Henri Bunel

Url de l'article original:

http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid...


~ Traduit de l'anglais par Résistance 71 ~


Peu de temps avant son décès prématuré, l'ancien secrétaire aux affaires étrangères britanniques Robin Cook déclara à la chambre des députés qu'Al Qaeda n'est pas vraiment un groupe terroriste, mais plutôt une base de données des moudjahidines internationaux et des trafiquants d'armes utilisés par la CIA et les Saoudiens pour canaliser les guérilleros, les armes et l'argent dans l'Afghanistan occupé par les soviétiques. Grâce au journal de New Delhi World Affairs, le Wayne Madsen Report peut aujourd'hui vous rapporter un long extrait d'un article publié dans le numéro de Juin 2004, article de Pierre-Henri Bunel, un ancien agent des services de renseignement français.


~ Wayne Madsen Report ~

 

AL QAEDA - BEN LADEN 2.jpeg

"J'ai entendu parler pour la première fois d'Al Qaeda lorsque j'étais au cours de commandement et de gestion en Jordanie. J'étais un officier de l'armée française à l'époque et les forces armées françaises avaient des rapports très proches avec celles de Jordanie... Deux de mes collègues jordaniens étaient des experts en informatique. Ils étaient officiers à la défense aérienne. Utilisant un langage informatique argotique, ils introduisirent une série de plaisanteries concernant les punitions des élèves.

Par exemple, quand l'un d'entre nous était en retard à l'arrêt de bus pour quitter le collège, les deux officiers prirent l'habitude de nous dire: 'Vous serez marqué au Q eidat il-Maaloonaat, ce qui veut dire: vous serez marqués dans la base de donnés. Ce qui voulait dire, vous recevrez un avertissement... Si le cas était plus grave, ils avaient l'habitude de parler de Q eidat i-Taaleemaat, ce qui réfère à une base de données décisionnaire. Ce qui voulait dire que nous serions punis. Pour le pire des cas, ils référaient à Al Qaeda."

"Dans les années 1980, la Banque Islamique de Développement, qui est à Jeddah en Arabie Saoudite, tout comme le secrétariat permanent de l'Organisation de la Conférence Islamique, a acheté un nouveau système informatique afin de gérer la demande accrue de comptabilité et de communication. A cette époque, le système était plus sophistiqué que nécessaire pour leurs réels besoins.

Il fut décidé d'utiliser une partie de la mémoire de ce système pour héberger la base de données de la conférence islamique. Il était possible pour les pays membres d'accéder à la base de données par téléphone: un intranet, en langage moderne. Les gouvernements ainsi que les pays membres et quelques unes de leurs ambassades dans le monde étaient connectés à ce réseau.

Comme le rapportait un commandant pakistanais, la base de données était divisée en deux parties, le fichier information d'où les participants à une réunion pouvaient retirer et envoyer les informations dont ils avaient besoin et le fichier décisionnaire, celui où les décisions prises dans les réunions précédentes étaient enregistrées et archivées. En arabe, ces fichiers étaient appelés 'Q eidat il -maaloomaat' et 'Q eidat i-Taaleemaat'. Ces deux fichiers étaient contenus dans un grand fichier appelés en arabe 'Q eidat ilmu'ti'aat' qui est la traduction exacte pour base de donnée; mais les Arabes de manière usuelle y référaient par le mot 'Al qaida' qui en arabe est le mot pour 'base'. La base aérienne de Riyadh en Arabie Saoudite est appelée 'Q eidat riyadh al askariya'. Q eidat veut dire 'une base' et 'Al Qaida' veut dire 'la base'.

AL QAEDA - BEN LADEN 3.jpeg

A la moitié des années 1980, Al Qaida était une base de données localisée dans un ordinateur et qui servait à la communication du secrétariat de la Conférence Islamique.

Au début des années 1990, j'étais un officier du renseignement militaire au QG de la FAR française (Force d'Action Rapide). A cause de mes capacités avec la langue arabe, mes fonctions comprenaient aussi la traduction de beaucoup de faxes et de lettres saisis ou interceptés par nos services de renseignement... Nous interceptions souvent des documents envoyés par les réseaux islamiques opérant en Grande-Bretagne ou en Belgique.

Ces documents contenaient des directives envoyées aux groupes islamiques armés en Algérie ou en France. Les messages faisaient référence aux sources des déclarations qui devaient être exploitées dans la rédaction des tracts et des pamphlets, ou qui devaient être introduits dans des enregistrements audio ou vidéo. Les sources les plus souvent citées étaient les Nations Unies, les pays non-alignés, la haute commission de l'ONU pour les réfugiés et... Al Qaida.

Al Qaida est demeurée la base de donnés de la conférence islamique. Pas tous les membres de la conférence sont des TMétats renégats" et beaucoup de groupes islamiques pouvaient prendre de l'information dans les bases de données en archive. Il était tout à fait naturel pour quelqu'un comme Ben Laden d'être connecté à ce réseau. Il est membre d'une famille importante dans le monde de la banque et des affaires.

A cause des états renégats, il devint facile pour des groupes terroristes d'utiliser le système d'email de la base de donnés; ainsi le système de courrier électronique d'Al Qaida fut utilisé au moyen de quelques systèmes d'interface conservant le secret des identités, par les familles des moudjahidines afin de garder le contact avec leurs enfants en phase d'entrainement en Afghanistan, en Libye ou dans la plaine de la Bekaa au Liban; ou qui étaient en action dans les combats où les extrémistes sponsorisés par les états "renégats" combattaient. Ces états renégats incluaient l'Arabie Saoudite. Quand Ben Laden était un agent américain en Afghanistan, l'intranet d'Al Qaida était un excellent système de communication par le moyen de messages codés."

A la rencontre d'Al Qaida

AL QAEDA - BEN LADEN 5.jpeg

"Al Qaida n'a jamais été un groupe terroriste ni la propriété d'Oussama Ben Laden... Les actions terroristes perpétrés en Turquie en 2003 ont été faites par des turcs et les motifs étaient locaux et non pas internationaux, unifiés ou communs. Ces crimes mirent le gouvernement turc dans une position difficile vis à vis des britanniques et des israéliens. Mais ces attaques étaient sûrement dédiées à punir le premier ministre Erdogan d'être politicien islamique trop tiède...

... dans le tiers monde, l'opinion générale est que les pays qui utilisent des armes de destruction massive pour des raisons économiques au service de l'impérialisme sont en fait "des états renégats', spécifiquement les Etats-Unis et les pays membres de l'OTAN.

Quelques groupes de pression islamique conduisent une guerre contre les lobbies économiques libéraux. Ils utilisent des groupes terroristes locaux qui clament agir au nom d'Al Qaida. D'un autre côté, des armées nationales envahissent des pays indépendants sous les bons auspices de conseil de sécurité de l'ONU et conduisent des guerres préventives. Les véritables sponsors de ces guerres ne sont pas les gouvernements mais les lobbies, groupes de pression économiques qui sont derrière ces gouvernements.

La vérité est qu'il n'y a pas d'armée islamiste ou de groupe terroriste appelé Al Qaida. Tout agent de renseignement sait cela; mais il y a une campagne de propagande pour faire croire au public à la présence d'un groupe, d'une entité identifiée et représentant le 'diable', seulement dans le but de conduire les spectateurs de télévision à accepter un leadership unique international pour lutter contre le terrorisme. Le pays derrière cette propagande sont les Etats-Unis et ceux qui pressent pour la guerre américaine contre le terrorisme ne sont intéressés qu'à faire de l'argent."

AL QAEDA - BEN LADEN 4.jpeg

Toujours en exemple de ce qui arrive à ceux qui défient le système, en Décembre 2001, le commandant Pierre-Henri Bunel fut reconnu coupable par une cour de justice militaire d'avoir transmis des documents qui identifiaient des cibles potentielles de bombardement de l'OTAN en Serbie à un agent serbe durant la guerre du Kosovo en 1998. Le cas Bunel fut transféré d'une cour de justice civile à une cour militaire afin de garder certains éléments confidentiels. Par dessus tout, et quoi que purent en dire les témoins et les psychologues, le système l'épingla pour avoir dit la vérité à propos d'Al Qaida et qui était en fait derrière les attaques habituellement blâmées sur ce groupe. Il convient aussi de noter que le gouvernement serbe, le même avec qui Bunel est accusé par le gouvernement français d'avoir comploté et partagé des informations vitales, déclare que les guérilleros albanais et bosniaques dans les Balkans étaient aussi supportés par Al Qaida. Nous savons maintenant que ces groupes de guérilla étaient financés par de l'argent émanant du fond de défense bosniaque, une entité établie en tant que fond spécial par la banque sous influence de Bush, la banque Riggs et dirigée par Richard Perle and Douglas Feith.

Le commandant Pierre-Henri Bunel, qui savait la vérité à propos "d'Al Qaida"... Une autre cible des néo-conservateurs.


Source: RESISTANCE 71

LA BALKANISATION DE LA LIBYE: LES PLANS DES ETATS-UNIS ET DE L'OTAN

 

CISEAUX.jpg

Mahdi Darius Nazemroaya


Cet entretien avec Mahdi Darius Nazemroaya réalisé le 26 avril 2011 traite de l'impasse de la guerre en Lybie, et de la stratégie du Pentagone et de l'OTAN pour diviser ce pays. Il aborde également le rôle de la Turquie et de l'Allemagne, ainsi que les plans de l'Union européenne d'envoyer une force de maintien de la paix. Il souligne l'importance économique de Misrata.


XU JINGJING : Il semble que la coalition occidentale ait ralenti ses actions durant les trois dernières semaines. À votre avis, quelles sont les raisons de cette impasse ?

NAZEMROAYA : L'impasse en Libye est calculée. Les États-Unis et l'OTAN veulent maintenir une impasse stratégique entre le Gouvernement libyen à Tripoli et le Conseil transitoire à Benghazi. Ils se servent de cette impasse pour manipuler à la fois Tripoli et Benghazi. Plus les parties seront fatiguées et affaiblies, plus elles seront disposées à se tourner vers les États-Unis et ses partenaires de l'OTAN pour mettre fin au conflit. Le Conseil transitoire sera également enclin à faire davantage d'offres aux États-Unis et à l'UE. Le régime libyen à Tripoli demandera aux États-Unis et a l'UE de mettre fin au conflit et fera aussi des concessions. Les États-Unis et l'UE veulent que les deux côtés, à Benghazi et à Tripoli, soient plus dépendants de Washington et de Bruxelles comme arbitres de la situation en Libye.

Le résultat final sera que la Libye va se transformer en ce que les États-Unis et l'Europe de l'Ouest voulaient qu'elle soit depuis la fin de la seconde guerre mondiale en 1945. Leur objectif est de faire de la Libye un pays divisé. Ils sont experts en cela. Ce sont des experts à dresser les gens les uns contre les autres et à détruire des nations.

Ils ont divisé les Arabes qui devraient n'être qu'une seule nation. Ils ont contribué à diviser le peuple de l'Inde. Ils ont divisé les Slaves du sud dans les Balkans. Ils ont divisé les peuples de l'Asie du Sud-est. Ils ont travaillé à diviser l'île de Taiwan de la Chine continentale. Ils ont œuvré pour que l'Ukraine se batte contre la Russie. Avec Israël et l'Arabie Saoudite, ils ont divisé politiquement les Palestiniens et les Libanais. Maintenant les États-Unis et l'UE ont l'intention de diviser davantage les Arabes, et de créer aussi des divisions dans les pays d'Afrique et d'Amérique du Sud. Et ils continuent à diviser les musulmans en les identifiant comme chiites ou sunnites. Ils continuent aussi à travailler d'arrache-pied pour diviser la Russie, l'Iran et la Chine.

Avant 1951, les États-Unis, la France, l'Italie et la Grande-Bretagne avaient tous des accords entre eux pour diviser la Libye en sphères d'influence et ils ont même tenté d'empêcher la Libye de devenir un pays uni et indépendant. Ces puissances impérialistes voulaient à l'origine que la Libye soit divisée en trois territoires distincts. Le peuple libyen s'y est farouchement opposé.

Washington, Londres et Paris ont même eu des entretiens avec l'URSS sur l'établissement de trois mandats des Nations Unies appelés tutelles en Libye. Un de ces mandats aurait concerné la Cyrénaïque sous contrôle britannique, un autre le Fezzan sous contrôle français et le dernier la Tripolitaine sous contrôle italien. Les États-Unis supervisant l'ensemble. Mais les Soviétiques avaient des idées différentes sur la question et désiraient le mandat en Tripolitaine ou le partager avec l'Italie. Finalement, aucun accord ne put être conclu et la Libye devint indépendante après un débat à l'ONU.

Quand les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France et l'Italie tombèrent d'accord pour donner l'indépendance à la Libye, il fut décidé que cela se ferait sous la forme d'un État fédéral sous la férule du roi Idris. Idris fut placé comme chef de l'État libyen par les Britanniques et les puissances coloniales et, dans le cadre de ce système fédéral, les autres petits émirs dirigeraient la Cyrénaïque et le Fezzan et seraient les représentants non-élus de ces deux territoires.

En Tripolitaine, où se concentrait la vaste majorité de la population libyenne, les représentants libyens seraient choisis par le peuple, mais dans le cadre d'un système fédéral qui donnerait une importance équivalente à la Tripolitaine, à la Cyrénaïque et au Fezzan. Les représentants choisis par le peuple libyen seraient ainsi placés en minorité face aux émirs et aux cheikhs.

Dans le système fédéral souhaité par Washington, les émirs non élus représentant les populations plus réduites de la Cyrénaïque et du Fezzan seraient majoritaires dans l'Assemblée nationale libyenne. Ce que les États-Unis et leurs alliés essayaient de faire était d'éliminer toute forme d'auto-détermination de la part des Libyens. Les États-Unis et leurs alliés tentaient de transformer la Libye en un émirat comme le Bahreïn, le Qatar, le Koweït ou les Émirats Arabes Unis.

Aujourd'hui les États-Unis et l'UE sont en route pour imposer un nouveau système fédéral en Libye ou pour diviser le pays entre au moins deux administrations, à Tripoli et à Benghazi. Ces pays poussent à une guerre tribale en Libye, ce qui transformerait le pays en une seconde Yougoslavie. Les guerres tribales en Libye se répandraient au-delà des frontières de la Libye dans le reste de l'Afrique, de l'Afrique de l'Ouest à l'Afrique centrale et à l'Afrique de l'Est.

XU JINGJING : Les négociations politiques sont-elles dans une impasse ou au-delà ? Comment voyez-vous ces pays attribuer les obligations de la guerre et les intérêts de l'après-guerre ?

NAZEMROAYA : Les Britanniques ont élaboré un schéma selon lequel les membres arabes de la coalition contre la Libye enverront leurs troupes en Libye ou financeront une armée massive de mercenaires étrangers.

Une invasion terrestre partiellement privatisée de la Libye aura lieu. À cet égard, les Britanniques veulent que les pays arabes comme le Qatar et les Émirats Arabes Unis financent des mercenaires britanniques et américains en Libye. Comme les Britanniques l'ont déjà fait à Oman il y a plusieurs années, Londres va même autoriser des membres de l'armée britannique à quitter temporairement l'armée pour aller travailler ou combattre en Libye comme mercenaires. Voilà pourquoi les États-Unis étaient contre l'inclusion d'un article dans la résolution de l'ONU 1973, qui aurait permis de poursuivre en justice des mercenaires étrangers qui ne sont pas parties à la cour internationale de justice.

Alors que les États-Unis ont été chargés de diriger l'attaque contre la Libye, ce seront les Européens de l'Ouest qui se chargeront de l'occupation.

L'UE veut maintenant occuper la Libye. Ils le feront sous la couverture d'un mandat d'une force de maintien de la paix. Ceci ne fera que diviser la Libye plus avant. Et ce sera sous les yeux d'une force de maintien de la paix de l'UE que les deux gouvernements de Tripoli et de Benghazi s'éloigneront irrémédiablement l'un de l'autre. Très probablement, la Libye sera gouvernée par deux gouvernements séparés ou dans le cadre d'un système fédéral.

Les États-Unis et l'UE ont contribué à créer à Benghazi une nouvelle banque centrale, ainsi qu'une nouvelle compagnie pétrolière nationale. Les États-Unis veulent sans doute se positionner militairement en Libye et peut-être même essayer d'y établir plus tard le QG de l'AFRICOM. Wall Street et les grosses banques européennes géreront également les finances de la Libye. Le secteur de l'énergie sera partagé entre les États-Unis et l'UE, avec l'inclusion du Qatar en récompense à son émir pour les services rendus. Celui-ci est déjà responsable de l'accord entre la nouvelle compagnie pétrolière nationale à Benghazi et Al Jazeera a également contribué à créer les stations médiatiques du Conseil national transitoire.

BALKANISATION DE LA LIBYE.jpg

XU JINGJING : Voyez-vous des dissensions au sein des pays de la coalition se battant contre Kadhafi ? Ont-ils des buts et des intérêts nationaux différents ?

NAZEMROAYA : Je ne vois aucune preuve de dissensions majeures entre les États-Unis et leurs alliés. S'il y en avait cela ne pourrait se produire qu'entre la partie anglo-américaine d'un côté et franco-allemande de l'autre. Ce sont les deux piliers de l'OTAN. Tout le monde au sein de l'OTAN suit un de ces fronts.

Il a été dit que l'Allemagne et la Turquie ont des vues opposées à celles des États-Unis, de la Grande-Bretagne et de la France. Avec Rome quelque part entre les deux. Mais les actions des dirigeants de ces pays en disent plus long que leurs paroles. Le gouvernement allemand a soutenu la guerre dès le début. Parce que le peuple allemand ne l'aurait pas permis, Berlin n'a pas pu prendre directement part à l'attaque contre la Libye. Ce que le gouvernement allemand a fait en revanche, est d'envoyer plus de ressources militaires en Afghanistan de façon à ce que davantage de ressources de l'OTAN puissent être consacrées à la Libye.

La Turquie et l'Allemagne auraient pu empêcher l'utilisation de l'OTAN si elles avaient vraiment été contre cette guerre. Un des QG opérationnel de cette guerre est basé en Turquie. La Turquie est aussi l'autorité administrative à l'aéroport de Benghazi et elle fournit une aide dans les opérations navales contre la Libye.

Oui, il y a des intérêts divergents entre le bloc américano-britannique et le bloc franco-allemand, surtout en ce qui concerne le contrôle des réserves énergétiques en Libye et en Afrique du Nord. Contrairement aux États-Unis, les pays de l'UE sont dépendants de l'énergie libyenne, en particulier l'Italie. Il est dans leur intérêt stratégique de contrôler les ressources pétrolières et gazières en Afrique du Nord. Si Washington et Londres gagnent le contrôle majeur de ces réserves, ils contrôleront la sécurité énergétique de l'UE. Mais je crois que les États-Unis et l'UE travaillent en associés en Afrique du Nord et coordonnent en fait des opérations contre la Chine et ses alliés en Afrique.

XU JINGJING : Les combats dans la ville de Misrata attirent toute l'attention maintenant. Que pensez-vous de l'importance de cette ville ? Comment le résultat de cette bataille peut-il influer sur les mouvements de l'opposition libyenne ?

NAZEMROAYA : La ville de Misrata est le Shanghai de la Libye. Pour le Conseil transitoire ce serait une victoire économique majeure. Elle est une importante base industrielle et commerciale pour la Libye et l'Afrique. Certaines des plus grosses compagnies africaines sont basées à Misrata, y compris la Libyan Iron and Steel Company. Misrata est aussi un port très important. Beaucoup de compagnies nationales libyennes et d'industries ont leur siège à Misrata et dans les districts avoisinants.

Voilà pourquoi l'Allemagne et l'UE veulent envoyer des troupes à Misrata sous prétexte de maintien de la paix. L'UE veut envoyer des militaires là-bas pour des raisons purement stratégiques et économiques et pas du tout pour des raisons humanitaires. La force de l'UE est composée des mêmes pays qui font partie de l'OTAN. Ils utilisent simplement un autre nom. La différence entre la force de l'UE et l'OTAN est purement technique.

Ceci qui est aussi ridicule, c'est que les pays qui veulent envoyer leurs soldats comme soldats de la paix, sont des combattants de cette guerre. De fait, parce que l'OTAN est entrée en guerre de manière collective, toute nation faisant partie de l'OTAN est une nation combattante. Ceci inclut l'Allemagne. Ceci devrait disqualifier l'ensemble des nations européennes comme force de paix en Libye. Seules des parties neutres et non combattantes peuvent faire office de force d'interposition et de maintien de la paix.

Des nations comme la Russie, la Chine, l'Algérie, le Kazakhstan, l'Ukraine, l'Iran, la Biélorussie, le Brésil, la Malaisie et le Venezuela devraient envoyer des forces de maintien de la paix. Les Russes et leurs partenaires militaires dans l'espace post-soviétique pourraient tous jouer un rôle majeur en tant que gardiens de la paix. Même l'Organisation de Coopération de Shangai pourrait jouer un rôle. Il est dans l'intérêt stratégique de la Chine et ses alliés de s'assurer que la Libye ne soit pas colonisée ou victimisée comme l'est l'Afghanistan sous les forces d'occupation de l'OTAN. Pour l'alliance militaire occidentale, les évènements de Libye sont des préalables dans sa politique d'isolement et de confrontation vis-à-vis de l'Iran, de la Russie, et de la Chine et de l'Eurasie.

XU JINGJING : Pensez-vous que les États-Unis sont toujours l'acteur décisif ? Pourquoi ?

NAZEMROAYA : Oui, sans l'ombre d'un doute.

Pour répondre à cette question, définissons en premier lieu la coalition qui est impliquée dans cette guerre d'agression contre la Libye. Le Pentagone a transféré les opérations militaires à l'OTAN après quelques jours. Ainsi la guerre est officiellement pilotée par l'OTAN. Quelques autres pays comme le Qatar, la Jordanie, les Émirats Arabes Unis et la Suède, sont aussi partenaires sous commandement de l'OTAN.

Dès lors et avant que je n'analyse l'OTAN, voyons de plus près une autre alliance militaire datant de la guerre froide appelée le Pacte de Varsovie. Washington et l'Europe occidentale avaient l'habitude de critiquer l'ancienne Union soviétique en disant que le Pacte de Varsovie était en fait une organisation fictive, qu'en fait ce n'était que l'Armée Rouge soviétique. En d'autres termes que la Bulgarie, la Roumanie, l'Allemagne de l'Est, la Pologne, la Tchécoslovaquie, la Hongrie et l'Albanie n'avaient pas de force réelle au sein du Pacte de Varsovie et que ce Pacte n'était que l'Union soviétique agissant sous le masque du multilatéralisme en Europe de l'Est. Je ne discuterai pas ce point.

L'OTAN est bien plus compliquée que le Pacte de Varsovie et n'est pas gérée par un seul pays. Les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France et l'Allemagne sont les piliers de cette force et ils sont le vrai pouvoir décisionnaire à Bruxelles. La Turquie, à cause de l'héritage de Kemal Atatürk a aussi une certaine indépendance au sein de l'OTAN. Toutes les autres nations ou bien suivent les anglo-américains ou bien suivent le bloc franco-allemand. Mais dans tout cela, l'OTAN est juste un Pacte de Varsovie plus sophistiqué Les États-Unis devraient se regarder dans le miroir. L'argument critique de Washington envers le Pacte de Varsovie s'applique à eux-mêmes et à l'OTAN.

L'OTAN d'aujourd'hui n'est pas très différente de ce que les États-Unis qualifiaient le Pacte de Varsovie d'être, à savoir l'Union soviétique sous un drapeau multilatéral. L'OTAN elle-même et les commandants du Pentagone disent que l'OTAN n'est presqu'exclusivement constituée que de l'armée états-unienne. En d'autres termes, l'OTAN est l'armée états-unienne, renforcée par la Grande-Bretagne, la France, l'Allemagne, la Turquie, le Canada, l'Italie et quelques autres pays européens comme auxiliaires. Les États-Unis font la guerre, puis envoient ces pays pour occuper les pays défaits, pour privatiser leurs économies sous contrôle étranger. Au bout du compte, l'OTAN est en réalité l'armée états-unienne avec le soutien politique et financier de ces autres pays. Le sénateur MC Caïn et le Sénat états-unien ont demandé il y a quelques semaines que le reste de l'OTAN finance les États-Unis pour la guerre contre la Libye. La plupart des membres de l'OTAN sont en fait des pays satellites des États-Unis.

L'OTAN sans les États-Unis n'aurait jamais pu faire la guerre en Yougoslavie et en Afghanistan, sans même parler de lancer une guerre dévastatrice contre la Libye. Il suffit de regarder le rôle que les États-Unis ont joué dans les bombardements en Libye. Ils y ont fait l'essentiel des bombardements et du pilonnage. En fait, réellement, les États-Unis se cachent derrière l'image de multilatéralisme offerte par l'OTAN. Ils ne veulent pas apparaître comme étant en charge de tout ce qui se passe. Washington a peur de l'opinion publique. C'est pourquoi Obama, Clinton et Gates ont prétendu publiquement que le gouvernement états-unien était contre la création d'une zone d'exclusion aérienne au dessus de la Libye et ce jusqu'au tout dernier moment lorsque les véritables objectifs des États-Unis sont devenus transparents. Dans le même temps où l'Administration Obama disait être contre la zone d'exclusion, les États-Unis se préparaient pour attaquer la Libye. Paris et Londres ont juste joué les rôles principaux sur la scène publique.

Je désire ici faire une remarque finale et importante. Le président Obama, le premier ministre Cameron, le président Sarkozy se cachent tous derrière le paravent de l'OTAN ; parce que l'OTAN est une organisation internationale qui échappe à toute forme de responsabilité politique. Il n'existe aucune circonscription d'électeurs vis-à-vis desquels l'OTAN doive rendre des comptes. Les États-Unis et la Grande-Bretagne peuvent bombarder la Libye pendant des mois et clamer que tout cela est dans les mains de l'OTAN, que l'OTAN est en charge de la guerre. De fait. Obama, Cameron et Sarkozy essaient tous d'échapper à leurs responsabilités d'hommes politiques vis-à-vis du public en laissant l'OTAN faire la guerre et en se cachant derrière elle pour se protéger.


Entretien avec Mahdi Darius Nazemroaya spécialiste du Moyen-Orient et de l'Asie Centrale, réalisé le 26 avril 2011 par Xu Jingjing pour le magazine chinois Life Week Magazine.


Source: INVESTIG'ACTION / MICHEL COLLON.INFO



Mahdi Darius Nazemroaya est chercheur associé du "Centre for Research on Globalization" (CRG), spécialisé en géopolitique et stratégie.


Source : silvaicattori.net

Source originale : globalresearch

Traduit de l'anglais par resistance71 révisée par JPH

mercredi, 11 mai 2011

YAHYA JAMMEH (PRESIDENT GAMBIEN): « IL FAUT REORGANISER LES ELECTIONS DANS DE BREFS DELAIS POUR EVITER UNE LONGUE GUERRE CIVILE »

 

 

YAHYA JAMMEH.jpg

 

Le Président Gambien Yahya  Jammeh a préconisé lors de son adresse à la Nation mardi la réorganisation des élections Présidentielles ivoiriennes dans de brefs délais afin d'éviter à la Côte d'Ivoire une guerre civile qui risque de durer, a rapporté un correspondant de DirectScoop.


Le Président Gambien a regreté la situation qui prévaut en Côte d'Ivoire par la faute, dit-il, des puissances occidentales et de l'ONU.

« La seule solution pour éviter en Côte-d'Ivoire une longue et haletante guerre civile avec toutes les conséquences qui en découlent est de réorganiser des élections présidentielles dans les plus brefs délais. En attendant, un gouvernement intérimaire d'unité nationale devrait être formé sans Alassane Ouattara; comme il a aussi beaucoup à répondre devant la justice. Une chose est très claire aujourd'hui pour tous les Africains - le complot visant à recoloniser l'Afrique est bien réel et nous devons le combattre », a déclaré le Président Gambien.

Yahya  Jammeh a précisé que le Gouvernement de la Gambie ne reconnaîtrait pour aucune raison un président ou un gouvernement en Afrique qui a été imposé par des forces extérieures au continent africain. Nous savons ce que ces gouvernements et ces présidents représentent pour l'Afrique. Ils pillent les ressources africaines pour le compte des forces qui les ont amenés au pouvoir.

« Les Africains ne doivent pas seulement se réveiller, mais ils devraient se tenir prêt pour faire face à la nouvelle tentative de recoloniser l'Afrique par de prétendues élections qui sont organisées dans le seul but de tromper les gens étant donné que le vrai choix du peuple ne sera jamais respecté s'il n'est pas à la faveur des candidats suppôts de l'occident comme cela s'est produit en Côte d' Ivoire et ailleurs en Afrique, a indiqué le Président Gambien.

Le gouvernement  gambien avait  annoncé samedi 16 avril dans un communiqué qu'il ne reconnaissait pas Alassane Ouattara comme Président de la Côte d'Ivoire, malgré la capture par les forces françaises du Président Laurent Gbagbo, lundi 11 avril,  qui le remettront aux forces de son rival.


Source : DIRECTSCOOP.NET

-----------------------------------------


COTE D'IVOIRE: GBAGBO A ETE RENVERSE PAR LES PUISSANCES OCCIDENTALES DONT L'ONU, ET REMIS A SON ENNEMI JURE POUR ETRE ASSASSINE (LE PRESIDENT GAMBIEN)

 

YAHYA JAMMEH 2.jpg


Le Président Gambien Y. Jammeh, a dénoncé lors d'un discours lu à la Nation mardi l'implication « grossière » des « puissances occidentales » lors de la capture du président ivoirien Gbagbo par les forces spéciales Française.


Le Président Gambien s'est voulu très clair sur la situation qui prévaut en Côte d'Ivoire.

« La position du Gouvernement Gambien sur la tragédie ivoirienne est sans équivoque. Les événements en Côte-d'Ivoire nous donnent raison quand nous affirmions préalablement que des occidentaux néo-colonialistes parrainent des agents en Afrique qui ne respectent qu'à leurs propres lois et celles de leurs maîtres occidentaux et prêts à marcher sur des milliers de cadavres pour accéder au pouvoir. C'est ce qui est en train de se passer en Côte-d'Ivoire », a-t-il dénoncé.

Pour Y. Jammeh, ce que vit le Président ivoirien Laurent Gbagbo est une réplique de l'affaire Patrice Lumumba qui, comme un combattant de la liberté et pour la dignité et l'indépendance, non seulement des Congolais mais toute la race noire, a été renversé par les puissances occidentales dont l'ONU, et remis à son ennemi juré pour être assassiné.

« Nous demandons à l'ONU d'assurer la sécurité, la protection et le bien-être du président Laurent Gbagbo, le président de la Côte d'Ivoire constitutionnellement reconnu et qui doit être libéré.

Il ne peut pas être jugé tandis qu'Alassane Ouattara, le Président de la communauté internationale s'en tire sans jugement après avoir massacré des milliers de civils juste pour devenir président », a déclaré le président Gambien avant d'ajouter que le Gouvernement de la Gambie ne reconnaîtrait pour aucune raison un président ou un gouvernement en Afrique qui a été imposé par des forces extérieures au continent africain.

YAHYA JAMMEH 3.jpg


Source : DIRECTSCOOP.NET

DEBUT DE PANIQUE A L'ELYSEE - SARKOZY EXIGE QUE OUATTARA NOMME UN PREMIER MINISTRE LMP PRO-GBAGBO EN LIEU ET PLACE DE GUILLAUME SORO




SARKOZY ET FILLON.jpg

 

Plus d'un mois après avoir été porté par la France à la tête de la Côte d'Ivoire, Alassane Ouattara peine véritablement à décoller. L'hebdomadaire français « Le nouvel observateur » dans sa parution du 04 mai lève un coin de voile sur la panique qui commence à s'emparer de l'Elysée où on commence à devenir nerveux devant les contre-performances du Gouverneur Ouattara.


"Le nouvel observateur" fait en effet un clin d'œil à la grosse impasse politique ivoirienne actuelle, et confirme la thèse selon laquelle les arrestations arbitraires et les assassinats continuent toujours en Côte d'Ivoire malgré le fait que le Président "Gbagbo" et son épouse soient en résidence surveillée respectivement à Korhogo et à Odienné dans le nord du pays.

De sources concordantes, deux militaires des forces de défense et de sécurité (Fds) venus faire allégeance à "Ouattara" au Golf hôtel, y auraient été exécutés sans autre forme de procès. Mais, "Alassane Ouattara" a d'autres problèmes à gérer. Entre autres dossiers brûlants, le Premier ministre "Guillaume Soro" dont le remplacement exigé par la France pourrait créer des problèmes au Président "Ouattara"...

"Alassane Ouattara" a peut-être commis l'erreur de promettre la primature à tour de bras. Alors que le Pdci-Rda "d'Henri Konan Bédié" attendait tout sagement ce qui lui revient au terme de la campagne présidentielle,"M. Ouattara" a maintenu "Soro" qui ne serait plus prêt à perdre son poste de Premier ministre. De sources diplomatiques, la France ferait une impressionnante pression suivie de menaces à peine voilées sur "Alassane Ouattara" afin que celui-ci nomme un cadre de la majorité présidentielle(Lmp) " proche du Président "Gbagbo» au poste de Premier ministre.

SARKOZY ET FILLON 2.jpg

Il est difficile à "Alassane Ouattara" de faire partir "Guillaume Soro" contre son gré du poste de Premier ministre. Ce dernier a fait irruption en politique avec des hommes chargés de fusils d'assaut, lui-même arborant un ensemble vert treillis et chaussé en brodequins. Le premier de ses atouts reste et demeure son armée. Les forces nouvelles toujours prêtes à lui obéir à l'image des "Issiaka Ouattara" alias "Watao", "Touré Hervé" alias "Vétcho", "Morou Ouattara", "Fofié Kouakou" et bien d'autres chefs de guerre qui ont jusqu'ici constitué l'épine dorsale des stratégies de pression de "Guillaume Soro" dans toutes les négociations et accords politiques."Guillaume Soro" se serait retranché avec son cabinet politique à "Bouaké", son fief du nord où il peaufine sa stratégie, laissant en base arrière à Abidjan quelques fidèles en arme dont "Wattao", sous chef d'état major des "Fafn". C'est un signal fort que le secrétaire général des forces nouvelles entend ainsi envoyer à quiconque voudrait le priver de son butin de guerre. En attendant que le couple "Sarkozy-Ouattara" trouve la solution à l'énigme "Soro", des nouvelles boites de pandores se sont ouvertes béantes les unes après les autres. Parmi elles, l'insécurité ambiante dans le district "d'Abidjan" et toutes les villes de Côte d'Ivoire.

Tout le monde s'en inquiète même les guerriers venus du nord. Bien que "Laurent Gbagbo" ne soit plus à la tête de l'Etat ivoirien tel que l'a voulu la communauté internationale pilotée par "Nicolas Sarlozy", "Barack Obama","Ban Kimoon", "YJ Choi", l'Union africaine, la Cedeao et les militants du "RHDP", l'ombre de "Laurent Gbagbo" continue de planer sur la Côte d'Ivoire. Un coup d'Etat ne semble pas suffire pour effacer "Laurent Gbagbo" de l'esprit des ivoiriens... "Ainsi la France politique sarkoziste semble être rattrapée par le piège de ses contradictions idéologiques néocoloniales. Plus que jamais sa volonté manifeste de planifier une Côte d'Ivoire sans "Gbagbo" semble malheureusement voler en éclats... wait and see!!! (Attendons pour voir, disent les anglo-saxons)!


Yves T. Bouazo


Source: IVOIREBUSINESS.NET

COTE D'IVOIRE: INVESTITURE D'ALASSANE OUATTARA – LE 21 MAI MENACE


ALASSANE OUATTARA.jpg

Le 11 mai 2011, par Le Temps


La date du 21 mai 2011, prévue pour l'investiture du Président de la communauté internationale en Côte d'Ivoire, le Dr Alassane Ouattara, est sous le coup d'une menace. En effet, selon des informations en provenance de l'intérieur du pays, des attaques sont annoncées dans les jours à venir, hypothéquant ainsi la grande messe voulue par le camp Ouattara à Yamoussoukro. Déjà des sources bien introduites annoncent la crainte de certains invités de marque à y effectuer le déplacement, vu l'atmosphère devenue de plus en plus sensible.

Des localités comme Sassandra, Gueyo et notamment Soubré, seraient occupées par les Libériens. Ces derniers qui avaient observé un repli stratégique il y a une semaine, ont décidé selon ces mêmes sources, de revenir à la charge. Ainsi, ils se seraient déjà emparé des principales villes côtières et du Sud Ouest du pays, en attendant l'ouverture d'autres fronts. Une information qui jette un froid dans le camp Ouattara s'apprêtant à célébrer sa frauduleuse victoire à la présidentielle. Ainsi, même protégés par l'armée française, Ouattara et ses hommes n'ont pas encore la maîtrise de la situation en dépit de ce qui se raconte.


Odette Latté


Source: IVOIREBUSINESS.NET

 

-------------------------------------------------------------

 

ABSENCE D'HENRI KONAN BEDIE A LA PRESTATION DE SERMENT D'ADO: VOICI LES VRAIES RAISONS


OUATTARA ET BEDIE.jpg

Le 11 mai 2011, par Le Temps


Le président du Pdci et ancien chef de l'Etat de Côte d'Ivoire Henri Konan Bédié, a brillé par son absence à la cérémonie officielle de prestation de serment du nouveau Président de la République Alassane Ouattara, le 6 mai 2011. Pour la presse pro-Ouattara, il s'agit d'un contretemps, puisque Henri Konan Bédié célébrait ce jour-là ses 77 ans. En réalité, cette sortie de la presse pro Ouattara n'est qu'un prétexte pour cacher la vérité aux Ivoiriens. Car en réalité, depuis la disparition d'Ib, le torchon brûle entre Henri Konan Bédié et Ado. Le premier reprochant au second sa propension à vite ôter la vie à des personnalités, et le second acceptant difficilement ces reproches, les qualifiant d'ailleurs de défiance à son autorité. Aussi, depuis lors, rien ne va-t-il plus entre les deux grandes têtes de pont du Rhdp.

Conséquence : Henri Konan Bédié s'est retiré dans sa ville natale, Daoukro. C'est de là-bas que N'Zuéba aurait décidé de boycotter la cérémonie de prestation de serment d'Ado. Vu cette absence très remarquée et critiquée au sein du Rhdp, Ouattara a commis un groupe d'émissaires auprès de N'Zuéba pour lui demander d'être présent le 21 mai prochain à Yamoussoukro, quitte à laver le linge sale en famille plus tard. Toutefois, il convient de noter que l'exécution d'Ib a ouvert des plaies au sein du Rhdp qui ne se cicatriseront pas de sitôt malgré la réconciliation nationale annoncée à grande pompe. De plus en plus, l'on évoque le problème du Cema des forces armées de la rébellion, Soumaïla Bakayoko. Ce dernier serait lui aussi en froid avec ses amis d'hier. Des sources l'annoncent même en résidence surveillée. Une thèse beaucoup plus plausible sur son absence aussi à la prestation de serment du 6 mai dernier. Soumaïla Bakayoko est effacé des décisions militaires depuis l'offensive de la rébellion qui a emporté le régime de Laurent Gbagbo.


Odette Latté


Source : IVORIAN.NET


-------------------------------------------------------------------------


SENEGAL: ALASSANE OUATTARA, PRESIDENT DE COTE D'IVOIRE RESIDANT A DAKAR, EN VISITE OFFICIELLE A SON LIEU DE RESIDENCE

 

ABDOULAYE WADE.jpg

En effet il faut le savoir, Alassane Ouattara, Président de Côte d'Ivoire qu'il est, ne résiderait pas à Abidjan pour des raisons de sécurité car il ne fait confiance à personne.

Ni à son armée les FRCI, ni aux FDS du général Philippe Mangou. De source proche de l'hôtel du Golf, il dormirait tous les soirs à Dakar. C'est de là que tous les matins, il prendrait un vol spécial pour venir présider la Côte d'Ivoire, à l'hôtel du Golf et maintenant au palais présidentiel, depuis son investiture par Paul Yao N'dré.

Quand la présidence sénégalaise dans un communiqué lu à l'antenne de la télévision publique RTS, annonce que "Le nouveau président de la République de Côte d'Ivoire, Son Excellence le président Alassane Dramane Ouattara, effectuera une visite d'amitié au Sénégal le jeudi 12 mai 2011 à partir de 16H00 (heures locale et GMT)", c'est dans l'ordre des choses.

Alassane Ouattara effectuera donc jeudi une "visite d'amitié" à Dakar, son premier voyage à l'étranger depuis sa prestation de serment le 6 mai, a annoncé mardi soir la
présidence sénégalaise, le qualifiant d'"ami" du pays.

Ce n'est pas un hasard, comme on le voit, si Alassane Ouattara a tenu à réserver sa première sortie après sa prestation de serment au Sénégal. En plus de la couchette et des raisons officielles « des relations traditionnelles qui ont toujours existé entre le peuple ivoirien et le peuple sénégalais", Ouattara doit beaucoup à Wade qui a été l'un des bras séculiers de la France dans son putsch sanglant contre le Président Gbagbo.
On se souvient qu'entre les deux tours de la présidentielle, Ouattara avait effectué une visite éclair à Dakar pour prendre les conseils de Wade et quelques milliards de Fcfa.
Cela avait crée un incident diplomatique entre Dakar et Abidjan, Gbagbo n'hésitant pas à rappeler son ambassadeur à Dakar pour consultation.

La chute de Laurent Gbagbo "est une très bonne chose", avait réagi le président Wade dans un entretien avec le journal français Le Figaro publié le 13 avril.

"A l'avenir, aucun chef d'Etat africain ne pourra plus s'aviser de refuser le verdict des urnes. Si l'on avait accepté le maintien de Laurent Gbagbo au pouvoir, ce n'était plus la peine d'organiser des élections en Afrique", avait-il dit.

Nul doute que les deux hommes auront énormément de choses à se dire, s'ils ne se le disent déjà, car Alassane Ouattara, Président de Côte d'Ivoire qu'il est, travaille le jour à Abidjan mais passe toutes ses nuits à Dakar.


Nous y reviendrons.



Christian Vabé


Source : IVOIREBUSINESS.NET

lundi, 09 mai 2011

QUAND L'UNIVERSITE DEVIENT UNE CIBLE MILITAIRE POUR LE TRIO LICORNE-ONUCI-FRCI D'ALASSANE DRAMANE OUATTARA

 


CITES UNIVERSITAIRES SACCAGEES.jpg

Résidence universitaire bombardée et pillée, à Abidjan.

 

Dans sa mission occulte d'installation d'un Gouverneur de Province à la tête de la Côte d'Ivoire, le trio Licorne-Onuci-Rebelles d'Alassane Dramane Ouattara, commandité depuis Paris par Sarkozy, n'a pas épargné les structures universitaires et les étudiants ivoiriens.
La stratégie du trio Licorne-Onuci-Rebelles d'Alassane Dramane Ouattara est méthodiquement réglée et coordonnée : d'abord, la Licorne et l'ONUCI bombardent les sites avec leurs MI-24 et PUMA ; ensuite ils transportent et déversent les rebelles sur lesdits sites ; enfin, les rebelles d'Alassane Dramane Ouattara entrent en scène pour piller, saccager, violer, torturer, tuer...

 

Les deux universités publiques, que sont l'Université d'Abidjan-Cocody et l'Université d'Abobo-Adjamé, sont hors d'état de fonctionnement. La première a été pillée et saccagée et la seconde, pillée et en partie détruite. Les seize résidences universitaires du District d'Abidjan ont été toutes littéralement pillées et mises à sac. Un certain nombre de chambres de ces cités sont occupées par les rebelles d'Alassane Dramane Ouattara.

Pour apporter des précisions, l'on peut citer quelques exemples:

- l'université d'Abobo-Adjamé a été en partie détruite en même temps que l'Hôpital Militaire d'Abidjan (HMA), située non loin de celle-ci, suite aux premiers bombardements des hélicoptères de combat de la Licorne et de l'Onuci ;

- les Résidences universitaires d'Abobo (I et II), de Williamsville et des 220 logements ont été violemment attaquées par les rebelles d'Alassane Dramane Ouattara, sous le regard bienveillant de la Licorne et de l'ONUCI, qui les encadraient par le survol de leurs hélicoptères : armés de gourdins, de machettes et de kalachnikovs, ils ont sauvagement pris à partie les étudiants desdites cités ;

- l'université d'Abidjan-Cocody a été le théâtre de violents affrontements : du lundi 4 avril au lundi 11 avril 2011, elle a servi de base arrière aux bombardements de la Résidence du Président de la République. Les rebelles, transportés sur place ont ensuite pillé et saccagé la Présidence de l'Université, la Scolarité, la Comptabilité de même que certaines facultés, dont celles des Sciences Juridiques et des Sciences Economiques et de Gestion: ordinateurs et coffres-forts emportés, livres et divers autres documents administratifs et financiers éparpillés et irrécupérables ;

- le Centre Régional des Œuvres Universitaires d'Abidjan (CROU-A) et l'Ecole Normale Supérieure (ENS), tous deux situés au sein de l'Université d'Abidjan-Cocody, n'ont pas échappé à la furie des rebelles pilleurs. Ils y ont respectivement emporté l'argent des bourses des étudiants et le matériel informatique ;

- les Résidences universitaires du Campus de Cocody et de la Riviéra II ont été attaquées à l'arme lourde, obligeant les étudiants à se réfugier au sein du Centre Hospitalier Universitaire de Cocody et dans les églises et écoles environnantes (notamment la Paroisse Saint Albert Le Grand, la Maison des Etudiants protestant (MAPE) et le Cours Supérieur Protestant de Cocody (CSP). Tout un pallier d'un bâtiment de la Cité de la Riviéra II a été calciné par les tirs de missiles d'un hélicoptère de combat de la Licorne ;

- les résidences universitaires de Port-Bouët (I, II et III) ont été, dans les mêmes conditions que précédemment, décoiffées puis incendiées par la main criminelle des rebelles d'Alassane Dramane Ouattara avec la complicité de la Licorne et de l'ONUCI ;

- l'ensemble des résidences universitaires a été prise d'assaut par les rebelles pilleurs, à peine entamé l'ultimatum de 72 heures donné aux étudiants pour libérer les cités.

Le Gouverneur Alassane Dramane Ouattara annonçait, le mardi 19 avril 2011, sur TCI, sa chaîne gracieusement offerte par l'Ambassadeur de France, que les étudiants avaient 72 heures à partir du mercredi 20 avril pour quitter les résidences universitaires. Cependant, dès le jeudi 21 avril à 15 heures, alors même que le délai n'était pas expiré, les rebelles se livrèrent à leur sale besogne, le pillage des chambres des étudiants : télévisions, frigos, ordinateurs, matelas, bouteilles de gaz, ustensiles de cuisines et même les vêtements ont constitué leur butin de guerre.

Il n'est pas inutile de relever que dès le lundi 18 avril 2011, les rebelles, munis de bulldozers, avaient entamé la destruction de tous les magasins et petits commerces des étudiants situés au sein des cités, voire des commerces de particuliers voisins aux cités universitaires, sans leur avoir permis d'en récupérer le contenu ;

- Les résidences universitaires, pour celles qui ont subi le moins de dégâts, notamment celles du campus de Cocody, hébergent désormais les rebelles d'Alassane Dramane Ouattara, tout particulièrement ses dozos.

Les étudiants ivoiriens payent un lourd tribut et sont constamment en proie à la folie meurtrière des rebelles d'Alassane Dramane Ouattara :

- de nombreux étudiants ont été tués lors des bombardements de la résidence du Président de la République par la Licorne et l'ONUCI;

- les étudiantes et étudiants présents sur les cités au débarquement des rebelles ont été, pour les premières, violées et pour les seconds, molestés et tués de sang froid, sous prétexte de leur appartenance à la FESCI;

- des milliers d'étudiants rejoignent leurs parents en zone rurale, suite à la fermeture des universités et des résidences universitaires. L'on assiste à un exode massif de la population estudiantine vers les villages ;

- beaucoup d'autres sont condamnés à errer dans les rues d'Abidjan, car n'ayant aucune famille ou ami susceptible de les accueillir. Ils ne peuvent non plus rejoindre leurs parents, faute de moyens ou parce que ces derniers ont eux aussi fui leurs villes et villages pour des destinations inconnues. Et, là encore, ils s'exposent à tout moment au danger d'être appréhendé ;

- tous, les jeunes hommes en particulier, sont pourchassés : les rebelles assiègent les domiciles à la recherche d'étudiants qu'ils considèrent de fait comme des miliciens du Président Gbagbo; ces derniers sont arrêtés à des barrages, dans les rues, exécutés sur place ou conduits à des destinations inconnues ;

- des milliers d'étudiants sont contraints à l'exil pour d'une part préserver leur vie et d'autre part poursuivre leurs études. Mais, hélas, pour la plupart, ils ne pourront s'inscrire dans aucune université, car leurs diplômes et autres documents ont été détruits.

L'université ivoirienne est en danger si ce n'est déjà le chaos. Une réouverture imminente des universités publiques est sinon une utopie à tout le moins une œuvre difficilement réalisable. Les administrations sont en ruine, tous les fichiers et bases de données étant détruits.
Il s'ensuit qu'il est désormais impossible de vérifier la qualité encore moins le niveau d'études de toute personne qui prétendrait être étudiant.

Tout semble avoir été savamment orchestré pour l'épuration de la race estudiantine.
Au moins, avons-nous le » privilège » de connaître le titre de la nouvelle matière qui sera introduite dans les facultés des universités africaines aux prochaines rentrées académiques: « Le Droit de la Force » !!!


Le Patriote Ivoirien


Source: ABIDJAN 360

dimanche, 08 mai 2011

MISSION DES « ELDERS » A KORHOGO: TOUT SUR LE HUIS-CLOS DE LA RENCONTRE AVEC GBAGBO - CE QUI N'A JAMAIS ETE REVELE



GBAGBO ET LES ELDERS.jpg

C'est une source diplomatique qui livre les secrets du huis-clos entre Laurent Gbagbo et les « Elders » (anciens). Elle revient dans les détails sur cette rencontre tenue, lundi 2 mai 2011, à Korhogo. Cette source rapporte que Kofi Annan, Desmond Tutu et Mary Robinson -membres des « Elders »- ont demandé deux choses à l'ex-président ivoirien pendant l'entretien de 45 minutes qu'ils ont eu avec lui. Ils ont voulu d'abord qu'il reconnaisse la victoire d'Alassane Ouattara et qu'il appelle ses partisans à déposer des armes. Les « Elders » l'ont ensuite exhorté à s'impliquer de façon active dans le processus de paix pour « une gouvernance tranquille » dans le pays. Avant de répondre à ces « requêtes », le chef de l'Etat déchu a cherché à savoir son statut juridique. Pour lui, il est détenu sans motif d'inculpation. Plus encore, M. Gbagbo a soutenu qu'avec son statut, s'il doit être jugé, cela ne peut se faire que devant la Haute cour de justice et non devant un tribunal de droit commun.

Pour ce qui est des préoccupations de ses « hôtes », il a dit qu'il ne pouvait pas demander à des personnes qu'il ne connaît pas de déposer les armes. L'ancien numéro 1 ivoirien a expliqué à ses visiteurs qu'il a exigé aux Forces de défense et de sécurité (Fds) de cesser tout acte de guerre depuis le 8 avril 2011. Ce qu'ils ont fait, a-t-il souligné, ajoutant qu'il n'est pas un chef de guerre pour appeler à un quelconque dépôt des armes de miliciens et autres mercenaires. Laurent Gbagbo a rappelé que Philippe Mangou, le chef d'état-major des armées, qui était sous son autorité, avait demandé, en son temps, un cessez-le-feu avec la force Licorne et l'Onuci (Opération des Nations unies en Côte d'Ivoire, Ndlr). Il a fait savoir que les Fds ont fait allégeance à Alassane Ouattara. Il a dit aux « Elders » de voir le général des corps d'armée, Philippe Mangou pour qu'il parle à ceux qui continuent de se battre si tant est qu'ils sont identifiés comme des éléments des Fds.

Les conditions de Gbagbo

Mary Robinson a fait quasiment la même révélation, mardi 3 mai 2011, sur les antennes de Radio France internationale (Rfi). A la question du confrère de savoir si M. Gbagbo n'a pas voulu « appeler ses supporters à déposer les armes », l'ancienne présidente d'Irlande a confié: « Non, il n'a pas voulu faire ça (...). Il a dit qu'il ne voulait pas faire quelque chose d'artificiel, mais il voulait qu'il y ait la paix et la prospérité... ».

Relativement à la reconnaissance de la victoire de M. Ouattara, l'ex-homme fort d'Abidjan s'est dit persuadé que sa déclaration ne changera rien. « Que je reconnaisse ou pas la victoire de quelqu'un, ce n'est pas ce qui va donner la paix à la Côte d'Ivoire. Depuis 2006, je disais que je voulais la paix. Ce qui passait forcement par le désarmement. Les autres, y compris Annan assis ici, demandaient les élections. Quand Annan disait que ce sont les élections qui allaient ramener la paix dans le pays, j'avais dit non et vous voyez maintenant pourquoi je disais cela. Mais mieux, le problème de reconnaissance ne se pose pas dans notre pays vu qu'il y a des institutions qui sont là pour ça... », a déclaré Laurent Gbagbo, selon notre source diplomatique. Qui précise que, finalement, Desmond Tutu a pris la parole, invitant M. Gbagbo, « en tant que nationaliste et chrétien », de tout de même parler à ses partisans.

L'archevêque sud-africain a affirmé qu'il sait que Laurent Gbagbo souffre de voir la Côte d'Ivoire dans cette situation. L'ancien président ivoirien a donné son accord, mais a posé des conditions. Il a souhaité la libération de tous les prisonniers, que la chasse à l'homme cesse et que la partie civile de la crise post-électorale commence. Le candidat de La majorité présidentielle (Lmp) à la dernière présidentielle a estimé que les armes ne règlent jamais les conflits. Il a fait remarquer que malgré « les bombes françaises », les médiateurs viennent le voir pour négocier une sortie de crise pacifique.

Les « Elders » ont dit avoir pris bonne note de ses préoccupations. Les deux parties ont promis de se revoir ou de se téléphoner.
Le Garde des Sceaux, ministre d'Etat, ministre de la Justice, Me Ahoussou Kouadio Jeannot était du voyage. Outre la question de l'audition de Laurent Gbagbo dont il a parlé dans la presse, Me Ahoussou Kouadio Jeannot lui a demandé si son séjour se passait bien et si les journaux, surtout ceux de la presse internationale, arrivent fréquemment.
Pour le reste, notre source a rapporté que l'ex-locataire du Palais présidentiel ivoirien -comme l'ont souligné les « Elders »- est apparu souriant, détendu et avait bonne mine.



In le quotidien ivoirien Soir Info du vendredi 6 mai 2011


Source : IVORIAN.NET

samedi, 07 mai 2011

REVENIR A LA RAISON

GBAGBO-OUATTARA.jpg

Nous ne partageons pas cet avis, qui nous ramène 50 ans en arrière dans la lutte pour la libération de notre pays du joug colonial français. On y récrimine presque contre l'Accord Politique de Ouagadougou négocié pour donner un peu de paix aux Ivoiriens en ignorant les circonstances et les blocages inextricables qui l'ont précédé. Aurait-on préféré en lieu et place une guerre totale qui aurait défiguré la Côte d'Ivoire? Le président Gbagbo ne trouvait pas cela judicieux, et il avait raison.

Ces paroles seraient vraies et donneraient de l'espérance si on avait en face des démocrates et des personnes soucieuses des libertés, des quidams qui ne soient pas parrainés par la plus génocidaire et la plus colonialiste des puissances modernes - en l'occurence la France -, des individus aux paroles de qui ont pouvait se fier, et si concomittament, parlant de pardon et de réconciliation, les nouveaux locataires du palais présidentiel ne continuaient pas à tuer, à piller et à faire la chasse à l'homme. Ces faits, nous les vivons chaque jour. On ne peut nous assurer qu'en faisant profil bas, le contraire se produirait! Comme par enchantement. Faisons gaffe à la séduction, à la méprise et à la crédulité! Il fallait au moins les laisser assumer leur coup d'Etat jusqu'au bout, sans les y aider!

Mais pour donner une chance à la diversité de vues et d'opinions, je vous donne l'occasion, chers lecteurs, d'entendre un autre son de cloche. Au nom de la Côte d'Ivoire.

 

«Libérez Gbagbo !», «On veut Gbagbo!», «Pas de négociations sans Gbagbo!», «C'est Gbagbo le président !», «Yao N'Dré est un traitre !».

Que d'injonctions péremptoires et d'accusations virulentes sont entendues et lues ci et là depuis la capture de Laurent Gbagbo par l'armée française, sa remise aux troupes de Ouattara et sa séquestration illégale à Korhogo. Et l'arrêt rendu hier par le Conseil constitutionnel, qui proclame Alassane Dramane Ouattara président de la république de Côte d'Ivoire, n'est pas venu calmer l'intense vague de révolte qui anime les partisans de Laurent Gbagbo, qu'ils soient Ivoiriens ou pas, loin de là !


Mais si l'émotion suscitée par les événements auxquels la Côte d'Ivoire est confrontée depuis plusieurs mois est compréhensible, il faut cependant savoir, à un moment donné, raison garder.


Ceux qui s'époumonent en récriminations et incantations, niant une situation certes douloureuse, mais bel et bien réelle, servent-ils vraiment la cause qu'ils défendent ? Laurent Gbagbo n'a plus l'effectivité du pouvoir en Côte d'Ivoire depuis le 11 avril 2011. Il ne reviendra pas au pouvoir, ni dans les jours, ni dans les semaines, ni dans les mois à venir. Refuser d'accepter cette réalité n'est pas faire preuve de loyauté envers le prisonnier de Korhogo, mais contribue plutôt à compliquer ses conditions de détention et ses perspectives de libération.


Une stratégie ne peut être viable et avoir du succès que si elle prend en compte sans concession tous les paramètres contextuels : les forces, les faiblesses, les opportunités et les dangers. Il est donc vital que les partisans d'une Côte d'Ivoire digne et debout reformatent au plus vite leur logiciel de fonctionnement en tenant compte de quelques réalités, dont notamment celle-ci : Laurent Gbagbo, bien que vainqueur du scrutin de novembre 2010, n'est plus le président de la Côte d'Ivoire. Pour arriver à ce résultat, la France, aidée par la quasi totalité de la communauté internationale, a fait la guerre à la Côte d'Ivoire. La bataille militaire a été perdue par l'Etat ivoirien. Des défaites ont aussi été enregistrées sur le plan médiatique, diplomatique, stratégique, politique.


L'arrêt rendu par le Conseil constitutionnel hier, comme la déclaration du FPI signée par son vice-président Mamadou Koulibaly ou l'appel à déposer les armes lancé par Eugene Djué aux résistants pro Gbagbo sont très loin d'être des preuves de traîtrise. Par ailleurs, c'est n'est pas la première fois que deux individus prêtent serment pour l'exercice de la magistrature suprême devant une cour constitutionnelle en l'espace d'un court laps de temps. Un précédent existe tout près, en Côte d'Ivoire même : en 2000, le général Guéi, proclamé vainqueur, a prêté serment devant la chambre constitutionnelle de la Cour suprême, présidée par Tia Koné. Quelques heures plus tard, c'est devant la même institution et le même Tia Koné que Laurent Gbagbo prêtait lui aussi serment, après que sa victoire dans les urnes lui ait été rendue par la rue.


A candidature exceptionnelle, présidence exceptionnelle


En quoi la proclamation et la reconnaissance de la présidence factuelle de Ouattara sont-elles donc soudain si méprisables ? Est-ce pire que d'avoir signé  les accords de Kleber/Marcoussis qui ont fait entrer les rebelles au gouvernement ? Est-ce plus grave que d'avoir accepté la candidature exceptionnelle de Ouattara, alors que l'inéligibilité de ce dernier avait été constatée et motivée par un arrêt légendaire de la Cour suprême en 2000 et que les décisions de la Cour suprême sont réputées irrévocables ? Est-ce plus inacceptable que de n'avoir pas exigé le départ de l'armée française et ni poursuivi l'Etat français devant les juridictions internationales suite aux événements sanglants de novembre 2004, dans un contexte favorable comme jamais, où l'Hexagone avait perdu les batailles diplomatique et médiatique ? Est-ce plus répulsif que d'avoir imposé un assassin comme Guillaume Soro comme Premier ministre, lui donnant non seulement un pouvoir auquel lui-même n'aspirait plus depuis la mise en déroute de ses troupes par l'opération Dignité conduite, faut-il le rappeler, par le Général Philippe Mangou, aujourd'hui soupçonné des pires turpitudes par certains pro Gbagbo, mais le présentant en plus comme le «meilleur premier ministre » que la Côte d'Ivoire ait eu depuis l'accession de Gbagbo au pouvoir ? Est-ce plus odieux que d'avoir accepté d'aller aux élections sans désarmement préalable des rebelles, en violation flagrante des dispositions de l'Accord politique de Ouagadougou, pourtant déjà difficile à accepter en l'état, ce qui a permis aux rebelles de se rendre coupables de toutes les exactions possibles et imaginables afin d'aboutir aux fraudes massives enregistrées dans les zones sous leur contrôle lors du scrutin présidentiel de novembre 2010 ? Et pourtant, qui peut nier les idéaux nationalistes à la base du combat de Laurent Gbagbo lorsqu'il se lança en politique il y a maintenant 40 ans ?

Au regard de ce qui précède, la proclamation d'hier ou la prestation de serment de ce jour ne relèvent pas plus d'Ubu que l'ensemble de la situation dans laquelle la Côte d'Ivoire est maintenue depuis 9 ans. Les actes récemment posés par les personnalités au patriotisme au-dessus de tout soupçon que sont, entre autres, les membres et le président du Conseil constitutionnel, le président de l'Assemblée nationale, le secrétaire général du Front populaire ivoirien sont donc loin d'être constitutifs de trahison ou d'allégeance. Ils procèdent d'une analyse pragmatique de la situation, de la nécessité d'accepter de payer le prix des erreurs colossales et des choix désastreux faits ces dernières années, de l'obligation de se réorganiser autrement et de la volonté d'apaisement nécessaire à la réinstauration d'un Etat de Droit pour faire place au chaos, à la barbarie et à la terreur qui sont devenus le quotidien des Ivoiriens depuis le putsch militaire franco-onusien qui a imposé au forceps Ouattara à la tête de l'Etat.


Les représentants du FPI à l'étranger qui ne représentent qu'eux-mêmes tant qu'ils font fi de la discipline du parti ou les conseillers autoproclamés ou non de l'ex-président de la république seraient donc bien inspirés de se taire ou d'avoir des prises de paroles plus utiles. Ce n'est pas ceux qui crient le plus fort qui en font le plus pour la libération de Laurent Gbagbo et de toutes les personnes détenues de façon illégale et dans des conditions souvent inhumaines à travers le pays. Que dire du commandant de la garde républicaine, de l'aide de camp du président, de ses gardes du corps qui sont entassés à 23 dans une cellule de 9 mètres carrés sans fenêtre et sans toilettes au camp militaire de Korhogo, par des températures suffocantes ? Sont-ils seulement encore en vie ou ont-ils déjà succombé au cholera ou à la typhoïde, compte tenu de leurs conditions de détention ? Ne méritent-ils pas eux aussi d'être au centre de l'attention de ceux qui se démènent pour le retour de la sécurité et de la normalité dans la vie des Ivoiriens ou ce privilège est-il uniquement dévolu à Gbagbo?


Continuer la lutte sous une autre forme


Laurent Gbagbo n'est plus le président en exercice des Ivoiriens. Cependant, malgré le fait qu'il ne soit plus au pouvoir, il n'en demeure pas moins un des personnages clé de l'avenir de la Côte d'Ivoire. Le processus de réconciliation ne saurait aboutir sans son rétablissement rapide dans les droits et prérogatives les plus élémentaires qui lui sont dévolus. Ouattara et toutes les parties prenantes à la crise ivoirienne en sont naturellement bien conscients. En tant qu'ancien président, Gbagbo a le droit de vivre paisiblement et en toute sécurité en Côte d'Ivoire et de jouir de tous les avantages liés à son statut, toutes choses dont ses bourreaux d'aujourd'hui (Ouattara et Bédié) ont par ailleurs largement bénéficiés grâce au grand sens démocratique pratiqué par l'homme de Mama lorsqu'il était aux commandes du pays.

Il sera intéressant de voir si les «vaincus du 11 avril» sauront surmonter leurs incompréhensions, désabusement, tentations de positionnement personnel et inutiles guerres de leadership, et faire preuve de suffisamment de maturité pour se rassembler en rangs serrés derrière ceux qui ont eu le courage de prendre des décisions parfois difficiles et impopulaires pour mieux préserver l'intérêt général de tous les Ivoiriens et les quelques acquis d'un long et fastidieux combat d'émancipation. De la rapidité avec laquelle ils intégreront cela, ainsi que de leur capacité à focaliser leur passion sur leur seul et vrai adversaire : la France et son pion local Alassane Dramane Ouattara, dépend l'avenir de la lutte nationaliste de libération et la mise en échec de la recolonisation de l'Afrique entreprise avec violence par l'Occident.

 

 

Elias Koré, le 6 mai 2011


Source : SAOTI, le blog de Mahalia Nteby

 

vendredi, 06 mai 2011

COTE D'IVOIRE: LES AVOCATS DE GBAGBO REFOULES, PRESTATION DE SERMENT POUR OUATTARA


DUMAS ET VERGES.jpg

Les deux défenseurs français du président ivoirien déchu Laurent Gbagbo ont été refoulés vendredi avant son premier interrogatoire, alors que son successeur Alassane Ouattara doit prêter serment.


Les deux avocats, Me Jacques Vergès et Me Marcel Ceccaldi, ont été interdits d'entrée à l'aéroport d'Abdijan faute de visas en règle et ont été placés dans un avion pour Paris.

Cet incident est intervenu alors que M. Gbagbo, 65 ans, devait être entendu par le Procureur de la République à Korhogo (nord), où il se trouve en résidence surveillée depuis son arrestation il y a près d'un mois à Abidjan.

Il devait être interrogé dans le cadre d'une enquête préliminaire portant sur la crise née de la contestation du scrutin présidentiel du 28 novembre 2010, au cours de laquelle 3.000 personnes ont trouvé la mort, selon les autorités.

Des accusations d'exactions, de concussion et d'appels à la haine pèsent notamment contre M. Gbagbo, qui avait refusé de reconnaître la victoire de M. Ouattara.

M. Outarra doit finalement prêter serment vendredi devant le Conseil constitutionnel.

"Manifestement, on ne veut pas que le président Gbagbo soit défendu. Je suis très pessimiste sur l'avenir d'un régime qui traite les avocats de cette manière", a commenté Me Vergès.

Le célèbre avocat est arrivé à Abdijan muni d'un visa délivré par le consulat ivoirien de Nancy (est de la France), mais les autorités ivoiriennes ont soutenu que le document n'avait pas été validé par l'ambassade de Côte d'Ivoire à Paris.

"Les autorités se livrent à une palinodie de justice", a dénoncé Me Ceccaldi, qui ne disposait pas de visa mais avait écrit au Procureur pour lui demander de "favoriser" son entrée dans le pays.

La troisième membre de l'équipe assurant la défense de M. Gbagbo, l'avocate franco-camerounaise Lucie Bourthoumieux, détentrice d'une carte de résident, a pu passer les contrôles mais a décidé de repartir avec ses collégues vers Paris.

Les trois avocats devaient également assister samedi l'épouse du président déchu, Simone Gbagbo, assignée à résidence depuis le 22 avril à Odienné (nord-ouest).

Ils devaient aussi être présents lors des auditions d'autres membres de l'ancien régime, dont le chef du parti de M. Gbagbo, le Front populaire ivoirien, Pascal Affi N'Guessan, à Katiola (nord).

"Près de 200 personnalités de l'ancien régime sont concernées par ces auditions", avait indiqué le ministère de la Justice, précisant que le procureur d'Abidjan devrait les entendre "d'ici le mois de juin".

Selon le ministère, ces personnalités "figurent pour la plupart sur la liste des personnes sanctionnées par l'Union européenne".

L'audition de M. Gbagbo intervient après l'arrivée mercredi en Côte d'Ivoire de trois experts internationaux indépendants chargés par l'ONU d'enquêter sur les violations graves des droits de l'Homme commises depuis la présidentielle.

"Nous avons exclu (de l'acte d'accusation ivoirien, ndlr) ce qui relève de la compétence de la Cour pénale internationale (CPI), comme les crimes contre l'humanité", avait souligné le ministre ivoirien de la Justice, Jeannot Kouadio Ahoussou.

Le procureur de la CPI, Luis Moreno-Ocampo, a indiqué mardi que ses services préparaient une demande au tribunal pour ouvrir une enquête concernant des massacres commis en Côte d'Ivoire.


AFP

Source: 20MINUTES.FR

COUARDISE, FAUSSETE ET INTERET PERSONNEL

ADO ET NDRE.jpg

Hier, jeudi 5 mai 2011, à la stupéfaction générale de ceux qui connaissent un brin de droit, le Professeur Paul Yao N'dré, Président du Conseil Constitutionnel de Côte d'Ivoire, a proclamé le candidat Alassane Dramane Ouattara vainqueur de l'élection présidentielle ivoirienne, après cinq mois de contestation électorale et une prise du pouvoir par les armes, sous l'instigation et la conduite de la force française Licorne et de l'ONUCI, qui ont renversé le président Laurent Gbagbo.

Le même spécialiste de droit constitutionnel avait déclaré élu et investi, le 4 décembre 2010, le véritable vainqueur du deuxième tour de l'élection présidentielle du 28 novembre 2010, une décision insusceptible de recours, selon la Constitution ivoirienne. Comment donc comprendre qu'une éminence grise en matière de droit en Afrique et, peut-être, dans le monde puisse commettre un tel crime de lèse-majesté et un tel délit d'initié (c'est le lieu de le dire)?

En privé, Paul Yao N'dré a dit (de source ultra sûre) que tous ses biens ont été saisis pour le contraindre à investir ADO et il a ajouté que pour s'attirer les faveurs du nouvel homme fort d'Abidjan, il fallait qu'il le fasse. En clair, des Ivoiriens ont donné leur vie pour rien. Lui, refuse de perdre quelques biens et quelques honneurs pour sauver la République.

Tous ces hommes en qui nous avons cru et qui se sont déculottés au moment où la Côte d'Ivoire avait le plus besoin d'eux! DIEU a dévoilé les véritables fondements sur lesquels notre pays était bâti: la couardise, la fausseté et l'intérêt personnel. Nous en tirerons les conséquences pour la Nouvelle Côte d'Ivoire que l'ETERNEL instaurera, bientôt!

 

Que DIEU délivre et bénisse la Côte d'Ivoire!



DINDE Fernand AGBO

jeudi, 05 mai 2011

LETTRE OUVERTE DU SENATEUR INHOFE A HILLARY CLINTON: «LAURENT GBAGBO EST EN FAIT LE VAINQUEUR DE L'ELECTION PRESIDENTIELLE»




JAMES INHOFE.jpg

Par James M. Inhofe, Sénateur des États-Unis d'Amérique (Républicain).


 

Chère Madame la Secrétaire d'État,


Je vous écris à nouveau au sujet de mes sérieuses préoccupations sur le déroulement du second tour de scrutin pour l'élection présidentielle qui s'est déroulée en Côte d'Ivoire le 28 novembre 2010. Je vous écris pour vous informer qu'une nouvelle élection présidentielle devrait avoir lieu en Côte d'Ivoire. C'est la seule façon d'empêcher de nouvelles effusions de sang, arrêter une nouvelle guerre civile et assurer une élection véritablement libre et équitable.

Comme je l'ai dit dans ma lettre du 9 Février 2011, la Commission électorale indépendante (CEI) de la Côte d'Ivoire a annoncé les résultats du dépouillement du scrutin présidentiel et a déclaré Alassane Ouattara gagnant. En vertu de la Constitution de la Côte d 'Ivoire, cependant, c'est le Conseil constitutionnel de Côte d'Ivoire et non la Commission électorale, qui certifie et déclare le vainqueur de l'élection présidentielle.

En outre, la Commission électorale a annoncé le vote final presque 16 heures après l'heure prescrite par la Constitution pour signaler de tels résultats. Cette phase des élections la plus importante n'a pas été effectuée conformément à la constitution de ce pays.

Un deuxième aspect troublant de ce deuxième tour de scrutin est les allégations crédibles de fraudes électorales massives - pour un montant de plusieurs centaines de milliers de voix dans le décompte du nord de la Côte d'Ivoire. J'ai reçu des preuves de ces allégations et vous l'a envoyé dans ma lettre précédente, mais n'ont pas encore reçu de réponse.

Les éléments de preuves inclus permettent d'évaluer le nombre de circonscriptions où, lors du premier tour de scrutin, le Président Laurent Gbagbo a reçu plusieurs milliers de votes, mais au second tour, il n'aurait reçu aucune voix. Je trouve très troublant cet élément de preuve évidente de fraude à grande échelle.

Depuis les 57 jours écoulés depuis ma dernière lettre, j'ai parlé avec de nombreux fonctionnaires sur le terrain lors de l'élection présidentielle de l'an dernier. Cela inclut les dirigeants africains que j'ai rencontrés au cours de ma visite dans cette région le mois dernier. J'ai aussi obtenu de nouvelles preuves de fraude électorale massive dans les mains des rebelles au nord, précisément, une preuve (ci-jointe) est une copie d'un document officiel retourné par une région à la Commission électorale. Il montre que Ouattara devait recevoir un total de 149.599 voix à partir de cinq villes du Nord. Mais, lorsque le total est déclaré officiellement dans la colonne quantité, (colonne "Totaux") Ouattara reçoit 244 .471 soit une différence de 94,873 votes !

J'ai été un voyageur assidu en Afrique lors des 15 dernières années. J'ai visité la Côte d'Ivoire neuf fois, la dernière étant en Juin 2010. Je suis probablement la personne la mieux renseignée sur l'Afrique au Sénat des États-Unis. De tous les éléments que j'ai maintenant réunis, je suis convaincu qu'il est mathématiquement impossible pour le président Gbagbo d'avoir perdu l'élection de plusieurs centaines de milliers de voix. Et si un montant de fraude similaire existe dans les quatre autres régions du nord aux mains des rebelles, Laurent Gbagbo est en fait le vainqueur de l'élection présidentielle.

Les centaines de milliers de bulletins potentiellement frauduleux, combinées avec la méthode inconstitutionnelle par laquelle les votes ont été dépouillés et annoncés par la Commission Électorale Indépendante, m'amènent à conclure que l'élection n'était pas libre et équitable. Je conclus également que de nouvelles élections présidentielles devraient se tenir sous peine de sanctions internationales avec une supervision pour assurer une élection libre et équitable.

Je suis conscient que ma position est différente de celle de l'administration Obama qui a reconnu Alassane Ouattara comme le gagnant. Je demande, cependant, que vous changiez votre position à la lumière des témoignages que j'ai fournis, et que vous appeliez à de nouvelles élections. Un tel changement ne serait pas considéré comme incohérent, mais comme une relecture plus rationnelle à la lumière de nouvelles preuves présentées. Il serait également cohérent avec notre engagement américain de principe voulant que la démocratie fonctionne mieux quand elle travaille pour tous et non pour quelques-uns.

Je recommande que la nouvelle élection soit supervisée par des organisations reconnues au niveau international comme l'Union africaine ou l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe. Je voudrais aussi suggérer que des organisations électorales U.S. expérimentées puissent s'impliquer, comme l'International Republican Institute, le National Democratic Institute et la Fondation internationale pour les systèmes électoraux.

Je suis convaincu que seule une nouvelle élection par le peuple de Côte d'Ivoire mettra fin à l'effusion de sang, pourra empêcher une autre guerre civile et garantir des élections libres et équitables.



James M. Inhofe, Sénateur des États-Unis d'Amérique

 

In POLITIQUE ACTU.COM


Source : Sénat américain - Inhofe Senate


Traduction : DECAPACTU.COM

CALIXTHE BEYALA: «QU'AURAIS-JE FAIT A LA PLACE D'ALASSANE OUATTARA ? TOUT, SAUF CETTE PORNOGRAPHIE MEURTRIERE !»



CALIXTHE BEYALA.jpg

Dès lors que les français ont donné le poste de Président à Alassane Ouattara, il eût été préférable d'arrêter les massacres. Il s'avère aujourd'hui, que cet homme et ses acolytes ont été d'une violence inouïe, inutile... d'ailleurs. Dès lors, ils se sont mis à massacrer des gens, civils, chrétiens, sudistes appartenant à la région de Laurent Gbagbo. On a vu comment ils ont tué Tagro... Tant de morts ! Pour la première fois de ma vie, j'ai assisté à une pornographie meurtrière ! Non seulement on tue, mais on présente ces images d'une sauvagerie extrême à la télévision. Impudique ! Ce qui me donne à penser que nous avons là affaire à des gens soit inintelligents, soit sans aucune conscience, ce qui me semble d'une gravité extrême !

Régner par la peur n'a jamais été une solution. Comment expliquez-vous l'exécution sommaire d'IB ? Je ne le connaissais pas, mais je trouve indécent que le cadavre de ce dernier, leur allié, quoiqu'il ait fait, soit ainsi exposé aux yeux du monde. D'ailleurs, pourquoi ne l'avoir pas tout simplement arrêté et mis à disposition de la justice ? Pourquoi ? J'ai l'impression de revivre malgré moi, un remake des Bokassa, Mobutu et autres sanguinaires africains des années soixante dix. C'était à la mode de tuer les adversaires et d'exposer leurs cadavres ! Il eut mieux valu que Monsieur Ouattara, Président nommé par la Communauté Internationale continuât de palabrer, de négocier, de tenter de convaincre les ivoiriens qu'il est l'homme de la situation. Il a tué tant de personnes qu'il a provoqué une rétractation à la fois identitaire, religieuse...

CALIXTHE BEYALA 3.jpg

Tout ceci fait penser qu'il ne saurait être un Président rassembleur, un président symbolisant les valeurs d'égalité et de justice, de liberté et d'équité ! Laurent Gbagbo avait tous les moyens de l'éliminer depuis dix ans, il ne l'a pas fait, tout au contraire, il lui a permis de se présenter aux élections! Laurent Gbagbo avait tout loisir de faire assassiner Guillaume Soro, il en a fait un premier Ministre. Dans le cas Ivoirien, qui est donc véritablement un meurtrier ?
L'une des valeurs essentielles du continent Noir est la palabre et avec patience et ténacité, on arrive toujours à une solution.

Le compromis, voilà ce qu'il eût mieux fait d'adopter comme posture... Et non la violence. Après tant de morts, comment voulez-vous que les Ivoiriens notamment du Sud et des Chrétiens chez qui d'ailleurs il compte installer son pouvoir l'acceptent ? On le voit déjà : l'armée refuse de le rejoindre, par peur de représailles ; les fonctionnaires refusent de reprendre leurs postes, par crainte d'être égorgé par ses rebelles. La résistance continue. Comment gouverner ? Effectivement, il ne lui reste qu'une solution : massacrer tout le monde! Et je ne m'étais point trompée ! Ils viennent d'assassiner Félix Anoblé proche du PDCI. A quand la fin des massacres ?


CALIXTHE BEYALA 2.jpg

Par Calixthe Beyala, Ecrivaine franco-camerounaise

DERRIERE L'ORDRE «DEMOCRATIQUE», L'ORDRE DE BATAILLE DE L'IMPERIALISME

LIBYE IMPERIALISME OCCIDENTAL.jpg

Par Mohamed Bouhamidi, le 05 mai 2011

La toute proche célébration de la Journée internationale de la liberté de la presse nous rappelle combien la bataille médiatique a été et reste décisive dans la guerre menée à la Libye. Elle a annihilé la plus puissante des armes anti-guerre : les opinions publiques. Cette arme des citoyens mobilisés pour entraver quelque  peu les démarches guerrières et agressives a été totalement absente. Ces mobilisations des citoyens du monde entier n'avaient pas empêché les attaques les plus terribles comme l'invasion de l'Irak, son million de morts et deux millions de réfugiés et déplacés, ni l'opération «plomb durci», ni le démembrement de la Serbie. Mais elles avaient quand même puissamment pesé pour que restent une mémoire de l'agression et une condamnation morale de l'agresseur. G. W. Bush ne peut plus se déplacer aussi facilement qu'il le voudrait.

Tony Blair, qui appelle aujourd'hui à attaquer l'Iran, ne peut, non plus, tout à fait cacher son véritable visage même s'il a réussi, dès 2004, à entraîner Kadhafi dans une série de concessions en faveur des politiques ultralibérales et, entre autres, à mettre l'argent de la Libye dans différents placements dont les fameux fonds souverains. Le gel de ses avoirs évalués entre deux cent et trois cent milliards de dollars constitue l'un des plus grands hold-up de l'histoire de l'humanité. Si l'on tient compte de l'engagement des «révoltés» de Benghazi de remettre toutes les richesses du pays entre les mains des coalisés, ce hold-up se situe à la hauteur du vol de l'or des Incas, des richesses de l'Inde et de la Chine, de la terre des Amérindiens et des Palestiniens, etc. Un de ces pillages dignes de la dépossession du Congo et du Rwanda.

S'ils s'en souviennent, les Algériens peuvent mesurer où nous aurait menés la campagne formidable des «experts» consultés par les titres ultralibéraux qui voulaient à tout prix mettre les réserves financières de l'Algérie dans des fonds souverains destinés à acheter des actifs à l'étranger. Quel zèle de ceux qui se voyaient déjà installés dans de grandes capitales étrangères à jouer les capitalistes modernes avec l'argent de l'Algérie et au nom d'une nouvelle idéologie qui se gausse de l'idée de nation ! De cette idée de nation et de la nation concrète qui leur aurait donné l'argent chèrement payé par la guerre de libération et par la bataille de la nationalisation du pétrole qui a arraché l'argent aux multinationales et à leurs fondés de pouvoir. Les mêmes qui, en Libye, avaient mené les grandes réformes financières et mis cet argent au service des banques étrangères mènent aujourd'hui la rébellion contre l'Etat qui a refusé de les suivre au-delà d'une certaine ligne rouge qui s'appelle la souveraineté nationale.

Il n'y a rien d'étonnant dans cette alliance militaire et dans la subversion contre-révolutionnaire entre les ultralibéraux libyens et les puissances étrangères. Elle ne représente que la conséquence tragique, mais logique de leur alliance de fond : l'alliance politique pour arracher les richesses du pays libyen au peuple libyen comme le feront les ultralibéraux dans d'autres pays, contre leurs peuples et contre leurs Etats. Cette question des réserves de changes et le placement des excédents posent bien d'autres questions dont celle de la dilapidation forcée des ressources dès lors qu'elles génèrent des revenus par trop supérieurs aux besoins du pays. Et ce n'est pas qu'un aspect technique. Les besoins énergétiques des puissances de l'empire fixent les niveaux de production et les politiques de ces puissances à l'endroit d'une énergie vitale pour leur vie quotidienne. Et si les autorités algériennes, sous le coup de la pression médiatique et politique, aussi bien locale qu'étrangère, avaient placé notre argent dans des fonds souverains pour permettre à quelques-uns de jouer au poker d'une spéculation financière, dont ils n'ont qu'une maîtrise scolaire ? Notre argent aurait été gelé au moindre conflit avec des puissances qui nous cherchent visiblement querelle et nous créent sans arrêt des motifs de friction,  des injonctions à laisser marcher la fantomatique CNCD aux interpellations sur les mercenaires algériens en Libye, en passant par des commentaires sur les réformes discutées dans notre pays qui ressemblent beaucoup à des doigts menaçants qui montrent la bonne direction.

Vous aviez oublié cet épisode de la campagne pour la création de fonds souverains algériens ? L'immense majorité des gens a oublié. Et c'est comme cela que fonctionne la désactivation de l'expérience. La crise financière de 2008 est venue ensuite faire oublier cet assaut de «bons conseils» : pourquoi laissez-vous votre argent dormir ? Avec les faillites qui se multiplient en Europe vous pouvez faire de bonnes affaires ? Est-ce que les usines qui font faillite sont une bonne affaire si elles travaillent dans les mêmes créneaux que les ateliers chinois et à quoi cela sert d'acheter des manufactures puisque toutes les entreprises stratégiques restent fermées aux investisseurs arabes, à commencer par la gestion des ports et aéroports et il est inutile même de penser à l'avionique ? Les plus grands noms de l'économie mondiale avaient déjà largement critiqué les fonds de pensions et mis en doute la réalité des perspectives des fonds souverains.

En fait, ces grands noms commençaient à émettre des questions de plus en plus distantes des diktats théoriques ultralibéraux,  mais pouvaient-ils ébranler les convictions religieuses de nos «experts» qui en sont restés aux théories des Chicago boys ? Le choc et la stupeur médiatiques avaient largement pour but de nous cacher les vraies raisons de la guerre. Beaucoup d'articles remarquables ont en fait le tour ou presque. Les auteurs de ces articles ont mis au jour les motifs inavouables. Le premier d'entre eux reste la confrontation à distance entre la Chine, d'un côté, et les USA et l'Europe, de l'autre. En 2008, les échanges commerciaux entre la Chine et l'Afrique ont dépassé les cent milliards de dollars. A la même date, les échanges USA-Afrique ont atteint les quatre vingt millions de dollars. Sur ce terrain, la Chine a battu les USA et elle surpasse l'Europe. Le volume des échanges ne suffit pas à estimer ces échanges. La Chine a gagné du terrain sur le terrain pétrolier et minier, y compris l'uranium sur un continent dont elle était absente. En Libye même, elle avait réussi une remarquable percée et les investissements en cours et en gestation frôlaient les cinquante milliards de dollars, dont la plus grosse partie allait à l'énergie. Plusieurs spécialistes répètent à l'envi, et à la suite du rapport public de la CIA, que les USA ne possèdent plus qu'une arme décisive, après avoir perdu celle des nanotechnologies, dans leur confrontation avec la Chine et maintenant avec les Brics : leur suprématie militaire pour freiner l'accès indépendant de la Chine aux sources du pétrole.

La guerre faite à la Libye est une guerre contre la présence chinoise en Libye, en particulier, et en Afrique, en général. Mais, c'est surtout une guerre qui se concentre sur la bande sahélienne qui recèle les plus importantes réserves de pétrole jamais connues. C'est une guerre que la Chine ne peut mener aujourd'hui et pour laquelle elle préfère différer sa réponse en proposant des solutions intermédiaires, y compris le principe de payer une dîme aux USA par l'achat de bons du Trésor américain (et passer des commandes qui assurent l'emploi américain) pour alléger le poids des déficits et de la dette, alors que tout le monde sait qu'il s'agit de bons et de placements non remboursables et non rapatriables. Demander le rapatriement des fonds ou le rebroussement de cet argent équivaut à un casus belli dans les conditions de la crise financière actuelle. Et cette tendance au non-remboursement devient générale et non négociable. C'est le comportement du fort à l'endroit du faible, le comportement du loup, le sens de l'honneur en moins.

Quand le remplaçant de Blair - c'était Brown ? - a fait sa tournée du Golfe pendant la crise de 2008, il a réclamé sans sourciller le placement en Angleterre de l'argent des pétromonarchies, c'était sans espoir de retour. Et c'est dans le même esprit que l'Angleterre a vanté les taux d'intérêt de sa City à l'Algérie. Ni les Etats-Unis ni les grandes puissances européennes n'ont le temps de tergiverser face aux menaces de la crise et de leur déclin. C'est maintenant qu'ils doivent profiter de leur suprématie militaire pour ralentir la Chine et  l'ensemble des pays émergents dans le sillage de la Chine. Les prévisions donnent la Chine première puissance économique mondiale dans cinq ans. C'est dire l'urgence. Obama doit accélérer l'intervention des USA partout dans le monde où il faudra freiner les Brics en répartissant mieux la charge des opérations militaires sur l'ensemble de ces alliés. Il a sommé Berlusconi d'entrer dans la danse meurtrière, et c'est un signe très fort qu'Obama brûle les vaisseaux de ses alliés qui seraient tentés par des solutions négociées. Pour eux, ce doit être la victoire ou rien quel qu'en soit le coût, car la bataille n'est pas celle des traîtres de Benghazi - comment appelez-vous quelqu'un qui gérait la maison et qui en donne les clés  à un agresseur même s'il a de sérieuses rancunes à l'égard du chef du moment ? -, mais celle de l'empire contre l'ensemble des Brics, Chine en tête. La détermination euro-américaine à aller jusqu'au bout  de la guerre libyenne a déterminé les Brics à réagir et à condamner les dépassements de l'Otan, ce qui est un signal qu'ils n'éviteront pas éternellement la confrontation.

Peu de gens ont relevé un fait capital dans cette affaire libyenne : Obama a justifié l'attaque de la Libye en parlant de réaction à une menace contre les valeurs de l'Amérique. Il ne parle plus d'un danger physique, de menaces terroristes, de morts, etc. Il ne parle plus d'un nouvel Pearl Harbour, ni de la menace communiste. Il parle de valeurs et tout le monde sait ce que sont les valeurs de l'Amérique : la liberté d'entreprendre et la libre circulation des capitaux. Rappelez-vous comment se définissait l'Amérique face à l'URSS : le monde libre. Les mots liberté et démocratie dans le vocabulaire américain veulent dire capitalisme. Le contraire s'appelle de toute évidence dictature et les cibles s'appelleront désormais les dictateurs. Cette justification d'Obama annonçait au monde et à ceux qui savent lire ce genre de message qu'il n'est pas question que les USA laissent se développer un autre modèle que la libre circulation des marchandises et des capitaux, et que le monde entier doit se plier au leadership américain. Poutine a immédiatement répondu en Norvège et en Suède, les Brics aussi, et il semble bien que la Chine soit en train d'indiquer dans  son langage la ligne que les USA seraient avisés de ne pas franchir. Il n'y a rien de surprenant dans cette démarche. Obama avait formulé la critique du complexe militaro-industriel à l'endroit de Bush. Les alliés de l'Amérique doivent prendre le poids du fardeau sous contrôle américain, mais ils doivent le faire et Berlusconi vient de le comprendre.

Pour les gogos que nous sommes, cette directive américaine sur le fardeau français de la guerre nous est enveloppée dans l'emballage de Bernard-Henri Lévy. La mise en scène a bien marché et les commentaires savants ou vulgaires insistent pour nous faire croire sur le mode de la dérision, de la colère ou de l'envie au rôle du philosophe qui se vend comme les savonnettes. C'est alors que ce système capitaliste financiarisé et en crise profonde est en crise qu'en Algérie, les ultralibéraux profitent de son agressivité pour nous convaincre qu'il est le seul viable. Pour qu'il vienne investir - mais pourquoi diable le ferait-il en Algérie quand il est incapable de le faire chez lui ? - il lui faut de la visibilité sur trente ans. Autrement dit, donnez-lui les clés de la maison. Existe-t-il meilleure visibilité pour lui que celle qu'il peut se donner en toute liberté sur notre sol ?

Le discours d'Obama sur la Libye est une déclaration de guerre à toute l'humanité. Le nouvel ennemi de l'Amérique ne peut plus être le terrorisme islamiste  trop limité à une région géographique, et qui a déjà largement joué son rôle en justifiant l'occupation de l'Irak dont 85% des revenus aujourd'hui vont aux USA, l'occupation de l'Afghanistan aux quasis frontières de la Chine et en justifiant l'Africom qui remodèlera les frontières issues de la libération de l'Afrique. Avec la définition du nouveau danger, il fallait organiser les cérémonies de la mort symbolique de l'ancien danger, Oussama Ben Laden. Les nouveaux visages de l'ennemi s'appelleront utilement Chavez, Moralès, Kadhafi et peut-être aussi Bouteflika. Le nouvel ennemi de l'Amérique, ce sont tous les pays d'Amérique latine, d'Asie, d'Afrique qui oseront, à l'instar de l'Algérie depuis 2008, s'écarter du strict, mais alors du strict modèle néolibéral. Kadhafi a été le grain de sable qui les a empêchés d'embrayer immédiatement sur l'Algérie. La résistance du peuple libyen est une résistance au nom de toute l'humanité et Kadhafi entre dans cette métamorphose des saints par laquelle il expie ses erreurs pour renaître sous l'aspect du héros national. Sarkozy connaît-il l'existence d'un certain Vercingétorix ? Nous rappellerons nous, Algériens, l'existence des Massinissa et des Ben Boulaïd ?


Mohamed  Bouhamidi

 

Source : LA TRIBUNE ONLINE

mercredi, 04 mai 2011

AMINATA TRAORE: «L’ART DE VAINCRE SANS AVOIR RAISON EST LE PROPRE DE L’OCCIDENT»

AMINATA DRAMANE TRAORE.jpg

Aminata Dramane Traoré est une femme politique et écrivaine malienne


L'intervention militaire conjointe de l'Onuci et de la force française Licorne relève de l'ingérence, affirme l'essayiste et militante altermondialiste. L'ancienne ministre de la Culture du Mali plaide pour une démocratie africaine par et pour les peuples, propre à émanciper le continent du pillage néocolonial.

 

Vous avez longtemps vécu et travaillé en Côte d'Ivoire. Que ressentez-vous à la vue du chaos dans lequel est aujourd'hui plongé ce pays ?



Aminata Dramane Traoré.
Je suis horrifiée. Nous devons cette nouvelle humiliation à notre immaturité politique qui consiste à réduire la démocratie aux élections en perdant de vue le jeu des intérêts dominants et l'asymétrie des rapports de forces.

L'attaque de la résidence du président Laurent Gbagbo et son arrestation ne sont ni plus ni moins qu'une illustration de ce que cheikh Hamidou Khan appelle l'art de vaincre sans avoir raison, qui est le propre de l'Occident.


Je suggère dans ma Lettre au président des français à propos de la Côte d'Ivoire et de l'Afrique en général une inversion des priorités de manière à privilégier le projet de société, à faire de l'élection le choix de gouvernants capables de réaliser ce projet dans le respect des aspirations des peuples. Riches de leurs expériences individuelles, les principaux protagonistes de la crise ivoirienne (Laurent Gbagbo, Alassane Dramane Ouattara et Konan Bédié) auraient pu, dans une telle perspective, diagnostiquer les politiques économiques mises en œuvre et proposer des alternatives au système capitaliste qui a fait de la Côte d'Ivoire un réservoir de matières premières avec les conséquences sociales, politiques et écologiques que l'on sait.


L'absence de débats de fond sur les conséquences catastrophiques du système néolibéral sur l'emploi, l'agriculture et les sociétés paysannes, le revenu, l'éducation, 
la santé, la cohésion sociale, la relation au pouvoir et à l'argent nuit considérablement à la construction d'une démocratie conforme à la demande des Africains.


Je ne vois pas comment ni pourquoi la démocratie qui est en crise en Occident pourrait faire des miracles en Afrique au point de justifier une expédition punitive. Mais, à propos des dominés, les dominants ne se posent pas ce genre de questions.


Comment jugez-vous la participation des militaires français de la force Licorne à l'offensive militaire qui a délogé Laurent Gbagbo de la résidence présidentielle, le 11 avril dernier ?


Aminata Dramane Traoré.
À ce sujet, on en entend des vertes et des pas mûres de la part des officiels français et des prétendus spécialistes de l'Afrique. Leur thèse peut être ainsi résumée : l'Afrique se mondialise et décide librement de faire du commerce avec les partenaires de son choix, la Chine étant l'un des plus importants. La France et les autres puissances occidentales ne voient pas, semble-t-il, de mal à cette situation. Elles seraient tout simplement soucieuses de nous mettre sur le droit chemin de l'État de droit, qui passe par des élections régulières, transparentes et propres.

Les Ivoiriens n'y seraient pas parvenus tout seuls par la faute de Laurent Gbagbo qui, après avoir été battu, semble-t-il, au deuxième tour de l'élection présidentielle du 28 novembre 2010 par Alassane Ouattara, se serait accroché au pouvoir.


Les tenants de ce discours le classent aussitôt parmi les dictateurs à qui la France se doit de donner un « avertissement », comme l'a exprimé le premier ministre français, François Fillon, à l'Assemblée nationale. On est stupéfaits par une telle arrogance quand on se réfère à l'opinion que les Français se font de leur démocratie et à la cote de popularité du président Sarkozy, qui est au plus bas.


À mon avis, la France de Nicolas Sarkozy est intervenue militairement, avec les Nations unies en cheval de Troie, pour ce que je considère comme une action de dressage démocratique de l'homme africain. Une bonne partie des populations civiles à défendre ont non seulement présent à l'esprit le discours de Dakar, mais sont parfaitement conscientes des humiliations de l'immigration « choisie » dont le président français est le père. Son nouveau ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, en remet une couche en s'attaquant à l'immigration légale. Si nous comprenons bien, le soutien aux « révolutions » et à la « démocratisation » a des limites. La France nous aime libres et en démocratie. Mais entre nous et chez nous.


Peut-on résumer la crise ivoirienne à une crise postélectorale, à un contentieux entre un « président reconnu par la communauté internationale » et un perdant accroché au pouvoir ?


Aminata Dramane Traoré.
Le contentieux électoral est le prétexte qui, lorsque les enjeux économiques et géostratégiques l'exigent, peut servir de justification à toute sorte d'agression. Mis à part cette instrumentalisation, je ne vois aucune raison de mettre un pays souverain à feu et à sang. Point n'est besoin de rappeler que ce type de contentieux se règle souvent sans qu'aucune goutte de sang ne coule. Nous connaissons bon nombre de cas où les redresseurs de torts ont fermé les yeux sur les fraudes et sont même allés parfois jusqu'à inverser les résultats électoraux.

En somme, loin d´être un problème ivoiro-ivoirien, cette crise est l'une des expressions tragiques de la marche chaotique et macabre du monde depuis la chute du mur de Berlin.


Laurent Gbagbo ne porte-t-il pas une lourde responsabilité dans cette longue crise ?


Aminata Dramane Traoré.
Pas plus que la France et les Nations unies qui, depuis la mort de Félix Houphouët-Boigny, ont joué sans en avoir l'air la carte du « tout sauf Laurent Gbagbo ». Il suffit de se référer à l'édifiant documentaire de Patrick Benquet, la Françafrique, pour comprendre l'ingérence permanente dans nos affaires.

Le passé et le profil de Laurent Gbagbo ne répondent pas aux critères des maîtres du monde dans leur casting des dirigeants des pays dominés. Il fallait qu'il parte. Tous les leviers possibles et imaginables ont été actionnés pour atteindre cet objectif. La mauvaise volonté dans le désarmement de la rébellion, l'asphyxie, ces derniers mois, de l'économie ivoirienne, sans crainte aucune de la souffrance humaine induite par les privations et les pénuries, ainsi que le lynchage médiatique sont autant d'armes au service de l'ingérence et de la déstabilisation.


Je rends personnellement hommage à un homme de courage et de dignité qui a été le premier à défier l'un des hommes politiques les plus puissants du continent africain et à avoir fait de la prison avec sa femme au nom du multipartisme et de la démocratie.


Qu'y a-t-il de commun entre les interventions en Côte d'Ivoire
et en Libye ? La « protection des civils » est invoquée dans un cas comme dans l'autre. Que pensez-vous de cette invocation, qui est un autre nom du droit d'ingérence humanitaire ?

Aminata Dramane Traoré.
Il y a lieu d'étudier de manière approfondie les similitudes et les différences entre ces deux situations. L'une de ces similitudes est l'instrumentalisation des populations civiles qui, dans le cas de la Côte d'Ivoire, sont d'abord victimes de la dérégulation et de la déprotection dans le cadre du libéralisme économique. Contentieux électoral ou pas, les Ivoiriens étaient déjà confrontés aux difficultés croissantes d'accès à l'emploi, à l'alimentation, aux soins de santé.

Ce sort qu'ils partagent avec l'immense majorité des Africains soumis aux diktats du FMI et de la Banque mondiale n'est pas de nature à perturber les dirigeants occidentaux qui, subitement, prétendent voler au secours de la veuve et de l'orphelin à coups de missiles « humanitaires ».


L'argument invoqué est le même dans le cas des deux pays en vue de susciter le maximum d'indignation à l'égard des dirigeants que l'Occident a décidé d'évincer.


La différence de taille entre la Libye et la Côte d'Ivoire, c'est que le lâchage de Muammar Kadhafi, qui était devenu un partenaire privilégié, se situe dans la droite ligne de celui de Zine El Abidine Ben Ali en Tunisie et de Hosni Moubarak en Égypte.


Comment jugez-vous le rôle joué
par les Nations unies tout au long du processus électoral, puis lors de l'offensive contre Laurent Gbagbo ?

Aminata Dramane Traoré.
Le rôle joué par l'ONU en Afrique est le même depuis la fin des années cinquante. Conçue par les grandes puissances, cette organisation sert leurs intérêts. L'ONU n'a jamais été un instrument de paix en Afrique. En 1960, à propos de la mort de Patrice Lumumba, Franz Fanon écrivait : « Il ne fallait pas faire appel à l'ONU. L'ONU n'a jamais été capable de régler valablement un seul des problèmes posés à la conscience de l'homme par le colonialisme, et chaque fois qu'elle est intervenue, c'était pour venir concrètement au secours de la puissance colonialiste du pays oppresseur. » (1) C'est dire jusqu'à quel point il est urgent de repenser le cadre normatif des relations entre les nations.

Comment le continent africain peut-il, dans un tel contexte, reprendre en main son avenir ?


Aminata Dramane Traoré.
L'intervention militaire conjointe de l'Onuci et de la force française Licorne en Côte d'Ivoire constitue, de mon point de vue, l'un de ces grands moments de dévoilement de la nature injuste et cynique du monde actuel. L'assujettissement des classes dirigeantes africaines fait partie de l'agenda de l'Occident. Il leur faut aller à l'assaut de l'Afrique pour s'assurer le contrôle des matières premières, des ressources naturelles indispensables à leurs politiques de croissance et de compétitivité face à la Chine.

Nous sommes rattrapés, en Afrique, par des questions de fond qui n'ont pas été examinées avec rigueur. Nous nous devons de les mettre à plat. La première question qui me semble essentielle est : quelle Afrique voulons-nous à la lumière de l'état du monde globalisé, fragmenté et de plus en plus violent ?


Si nous parvenons à nous saisir de cette question au niveau de chaque pays, des différentes sous-régions et du continent en outillant les populations de telle sorte qu'elles puissent s'impliquer à fond dans l'analyse de l'état des lieux, la formulation, la mise en œuvre et le suivi des solutions pourront jeter les bases d'une démocratie africaine par et pour les peuples.


C'est un chantier gigantesque, mais exaltant, qui n'a rien d'impossible si les élites acceptent enfin de se réconcilier avec le continent.

 

Jeudi, 21 Avril 2011

 

Bibliographie

Mille Tisserands en quête de futur. Bamako : Edim, 1999, 
l'Étau, Actes Sud, 1999.

Le Viol de l'imaginaire, 
Fayard, 2002.

Lettre au président des Français à propos de la Côte d'Ivoire et de l'Afrique en général, 
Fayard, 2005.

L'Afrique humiliée, 
Fayard, 2008.

(1) « La mort de Lumumba : pouvions-nous faire autrement ? », Afrique Action, n° 19, 20 février 1960. Repris dans Pour la Révolution africaine. Écrits politiques, 
François Maspero, 1964, réédité 
en 2001 par La Découverte.


Entretien réalisé par 
Rosa Moussaoui

 


Source: HUMANITE.FR

MADAGASCAR: NON A LA RECONNAISSANCE DU REGIME PUTSCHISTE

 

GTT INTER GENEVE.png

Peuple Malagasy Gagnant. Madagasikara Libre

 

Mesdames, Messieurs,


La situation socio-économique à Madagascar est très chaotique et devient de plus en plus intenable pour l'ensemble de la population. Pillage, braderie illégale et permanente du patrimoine national, corruption à tous les niveaux, flambée des prix, et violations graves des droits de l'Homme (intimidations, assassinats d'opposants,...) sont autant de situations graves auxquelles les Malagasy sont confrontés quotidiennement depuis le coup d'Etat de mars 2009.

Aussi, tenons-nous à saluer les efforts déployés par le GIC pour aider les Malagasy à chercher une issue à cette longue crise politique. La réunion au sommet des Etats membres de la SADC à Windhoek et les rencontres préalables entre les 4 mouvances et SEM le Président de la Namibie non moins Président en exercice de la SADC témoignent de cette volonté.

A l'issue de ces rencontres, ce dernier a confirmé que la SADC et le gouvernement namibien ne reconnaissent pas le nouveau gouvernement mis en place par Rajoelina. Cette position est en parfaite cohérence avec celle de l'Union Africaine et de la SADC concernant les changements anticonstitutionnels sur le continent africain.

Cependant, permettez-nous de vous faire part de nos préoccupations quant à l'évolution de la situation afin que vous disposiez d'une vision objective des faits.

 

En effet, sur le plan politique, Rajoelina et son équipe continuent, non sans arrogance, dans l'unilatéralisme habituel confirmé par plusieurs faits :


 le sabotage de la sortie de crise: les Accords signés de Maputo et d'Addis Abeba sont reniés par le chef des putschistes. De son côté, la France a voulu imposer une feuille de route parallèle qui accorde le plein pouvoir à Rajoelina et empêche le Président élu de rentrer à Madagascar. Cette feuille de route est rejetée par les trois mouvances,

 la tenue du pseudo référendum constitutionnel de novembre 2010 qui, rappelons-le, a été largement boycotté et non reconnu par l'ensemble des instances internationales,

 le recours à de faux partis politiques pour "gonfler" les signataires de la feuille de route parallèle concoctée par la France et Rajoelina et donner ainsi l'impression d'une adhésion massive à la politique de la HAT,

 la mise à l'écart des représentants de la société civile, le CNOSC, qui pourtant incarne le dialogue malgacho-malgache,

 la formation d'un nouveau gouvernement faussement consensuel avec la participation de quelques personnes dissidentes et complices animées par la seule recherche d'intérêts personnels,

 la reconduction de Camille Vital à la tête du nouveau gouvernement, preuve que ce n'est que du changement dans la continuité,

 le remplacement des élus par des personnes à la solde du régime,

 la volonté unilatérale et précipitée d'organiser des élections pour le mois de septembre 2011 et ce, avec le concours de la France, de l'OIF et la COI, deux organismes à très forte influence française.


Tout ceci constitue une stratégie mise en place par le pouvoir putschiste, obsédé par la recherche de la reconnaissance internationale, de vouloir induire en erreur la Communauté Internationale.


Aussi, demandons-nous à votre pays:


 de ne pas se laisser séduire par les arguments fallacieux des putschistes et de refuser toute reconnaissance officielle à ce régime totalitaire,

 d'oeuvrer pour exiger un vrai gouvernement de transition inclusif et consensuel où toutes les mouvances sont représentées conformément aux Accords de Maputo et à l'Acte additionnel d'Addis Abéba,

 de confirmer l'application effective des sanctions décidées par l'Union Africaine à l'encontre des auteurs du coup d'Etat,

 d'ordonner la libération des prisonniers politiques et le retour sécurisé de SEM le Président élu Marc Ravalomanana, seul gage d'une paix sociale durable pour le pays,

 de se porter caution pour l'organisation des élections libres, transparentes et crédibles et ne pas la laisser à d'autres organismes à la solde de l'ancienne puissance coloniale dont d'objectivité et la neutralité sont douteuses.


Mesdames, Messieurs,


En 2 ans de combat contre ce régime dictatorial, le peuple Malagasy a besoin de vous. Nous n'osons pas imaginer un seul instant que votre pays puisse l'abandonner dans sa lutte pour recouvrer la liberté et la démocratie. Le vent de la DEMOCRATIE devrait-il se limiter aux pays du Maghreb et du Proche et Moyen Orient ?


 

GTT INTERNATIONAL - Collectif de la Diaspora

15, rue des Savoises

Genève - SUISSE


Président: Gilbert Darsot Rasolofoniaina

Vice-Président - Chargé des Relations avec Madagascar: Raharimbahoaka Andriahobijaona

http://gtt-international.blogspot.com/

http://gasytiatanindrazana.com/

17:03 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Afrique, Madagascar | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : madagascar, communiqué du gtt inter genève | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |