topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

lundi, 16 décembre 2013

LES FRANCS-MAÇONS DEBARQUENT A ABIDJAN - POURQUOI ET QUE VIENNENT-ILS Y FAIRE?


FRANCS-MAçONS.jpg


Abidjan sera la capitale des francs-maçons à partir de février 2014. Toute la galaxie maçonnique s’y donne, en effet, rendez-vous les 7 et 8 février pour les 22èmes rencontres humanistes et fraternelles africaines, malgaches, belges et françaises. De quoi épouvanter ceux qui leur attribuent toutes sortes de malfaisances.


Abidjan sera aux couleurs de la franc-maçonnerie mondiale dès le début du mois de février. Africains, Malgaches, Caribéens, Belges, Français y ont rendez-vous à l’occasion des 22èmes rencontres humanistes et fraternelles d’Abidjan. Ce qui devrait à priori doper l’enthousiasme des loges locales. Depuis quelque temps, la capitale ivoirienne est en effet devenue la plaque tournante de la franc-maçonnerie sous-régionale, voire africaine. Six grandes loges s’y disputent le terrain sans rien changer au dépaysement des ivoiriens sur le sujet. Car pour le commun des mortels ivoiriens, les francs-maçons font avant tout penser aux « compagnons de Baal » des télé-films américains, dont les rituels ressemblent aux usages sacrificiels des sorciers locaux. Leur culture du secret fait d’eux la preuve concrète que le pouvoir se prend à partir de rituels très mystérieux.

Au demeurant, la présence de dirigeants africains dans les rangs des maçons contribue nécessairement à alimenter les peurs qui surgissent dès que des phénomènes non maîtrisés arrivent. En Afrique centrale, les présidents gabonais et congolais sont à la fois maçon, grand maître et président de la République. Or, les conditions dans lesquelles ces derniers prennent le pouvoir, généralement dans le sang, achèvent de convaincre sur la nocivité du clan des maçons.

Mais l’un des responsables du Prince Hall balaie toutes ces accusations. Pour lui, la franc-maçonnerie est une association normale de personnes faisant la promotion d’un certain nombre de valeurs. Même s’ils ont été blâmés par l’église cléricale qui en a, par le passé, ex-communié ses membres parce qu’ils refusaient de confesser certains secrets, celle-ci est revenue à de meilleurs sentiments depuis. Ce qui fait qu’un franc-maçon peut aussi être un homme de Dieu.

Bref, ces maçons vont se réunir à Abidjan, selon La Lettre du Continent, pour des rencontres humanistes et fraternelles. Pour le reste, très peu d’informations filtrent sur l’événement qui n’intervient cependant au plus tôt que début février prochain. Cela dit, on peut quand même s’interroger sur le contenu d’une telle rencontre et pourquoi on la qualifie d’humaniste et de fraternelle. Selon le dirigeant de la loge Prince Hall, les francs-maçons sont un courant philosophique dont le but est de faire du bien. L’appellation franc-maçon ayant été tirée du nom attribué aux bâtisseurs de maison. C’étaient donc des bâtisseurs de maison et de nombreux édifices auraient été construits par eux tout au long de l’histoire humaine. Cependant aujourd’hui, les actions des maçons se concentrent essentiellement sur les projets sociaux.

Bref, selon lui, les maçons ne sont pas diaboliques comme le pensent la plupart des Ivoiriens. Cela dit, il va être difficile de convaincre ceux qui en sont convaincus. Le contexte de la tenue de cette rencontre en début d’année leur fournit d’ailleurs des ingrédients de suspicion légitime. En effet, les fins d’année se terminant généralement dans le sang pour nombre de nos concitoyens, beaucoup y voient le surgissement rituel de créatures maléfiques. Les francs-maçons feraient partie de ces créatures-là. La loge Prince Hall balaie aussi la polémique sur les batailles de loges. Il y a quelques mois, en 2012 en particulier, Jeune Afrique publiait une enquête sur la guerre des francs-maçons en Côte d’Ivoire et l’agacement des loges affiliées françaises qui désespéraient des loges apparentées aux américains. Ce document montre clairement que la conquête du pouvoir est au cœur des préoccupations des élites franc-maçonnes. Le pouvoir allant généralement avec le sang, il n’est pas facile de dresser un portrait aussi clean que celui que la loge Prince Hall brosse.

Sévérine Blé, in le quotidien ivoirien "Aujourd’hui" N° 527 du vendredi 13 décembre 2013.


Source: CIVOX.NET

CENTRAFRIQUE: LES RAISONS CACHEES DE L'INTERVENTION FRANÇAISE

 

CENTRAFRIQUE. SOLDAT FRANÇAIS.jpg

 

François Hollande à Bangui: «La France vient défendre la dignité humaine»


MICHEL COLLON : La France enfin en guerre "humanitaire" ? Ce n'est pas encore pour cette fois ! Mais la propagande tourne à plein régime. Décryptage par un nouveau jeune journaliste d'Investig'Action, que je suis fier de vous présenter : Olivier Ndenkop, basé au Cameroun.

Contrairement à l’«impératif humanitaire» agité par le président François Hollande, l’«Opération Sanguiris» menée par 1.200 soldats français vise à contrer l’arrivée des Chinois et surtout à contrôler les réserves d’or, de diamant et d’uranium présentes dans le sous sol de la Centrafrique. Un pays plus grand que la France et la Belgique réunies et où Areva, Total, Bolloré, France Télécom… dictent déjà la loi, malgré les atrocités.


Après la Côte-d’Ivoire de Laurent Gbagbo, la Libye de Kadhafi et le Mali en Afrique de l’Ouest (Opération Serval), la France a décidé le 3 décembre dernier d’intervenir militairement en République centrafricaine (RCA), un pays situé justement au centre de l’Afrique. François Hollande et ses officiers ont attribué le nom d’un papillon aux ailes rouge sang à cette opération militaire : le « Sanguiris ». Cette « Opération Sanguiris » est entrée dans sa phase opérationnelle le 8 décembre, date à laquelle 800 soldats sortis des casernes hexagonales 72 heures avant, ont rejoint leurs collègues à Bangui, capitale de la RCA. Ce ralliement porte à 1 600 le nombre de militaires français dans ce pays étendu sur 622 980 km2 et peuplé de cinq millions d’âmes damnées par un demi-siècle de guerre et de misère tous azimuts. Avant l’ « Opération Sanguiris », l’armée française disposait déjà des troupes suréquipées en Centrafrique. Elles sont stationnées à l’aéroport de Bangui-Mpoko

Officiellement, l’ « Opération Sanguiris » est la réponse à une « situation catastrophique ». Une réaction « humanitaire », pour sauver « un peuple qui souffre et nous appelle », a déclaré François Hollande le 6 décembre lors du Sommet Afrique-France qui se tenait à l’Elysée. « Les Français doivent être fiers d’intervenir quelque part sans intérêts », a ajouté le « socialiste  » Hollande. Le même jour et au même endroit, le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies (ONU), s’était joint au président français au grand cœur pour saluer la décision ainsi prise par le successeur de Nicolas Sarkozy. Ban Ki Moon avait personnellement fait le déplacement de Paris pour participer à la grand’messe françafricaine organisée et présidée par M. Hollande avec pour thème officiel : « Paix et sécurité en Afrique ». Avant Ban Ki Moon, d’autres fonctionnaires de l’ONU comme Navi Pillay et Jan Eliasson avaient, à tour de rôle, agité le spectre d’un « conflit ethnique et religieux » qui « paralyse la Centrafrique  ». Finalement, l’ONU a voté la résolution 2127 qui autorise une intervention militaire africaine avec l’appui des forces françaises. Quelle suite logique !
 
 La France n’a pas d’intérêts en République centrafricaine : Vrai ou faux ?
 
Ce serait un non sens que la France qui n’a pas une longue tradition de philanthropie intervienne en Centrafrique tout simplement pour « sauver un peuple qui souffre et nous appelle  ». D’autant plus que les souffrances des Centrafricains ne datent pas de 2013 ! Ce peuple souffre depuis 1960 des turpitudes de ses six présidents successifs : David Dacko, Bokassa Ier, André Kolingba, Ange F. Patassé, François Bozizé, Michel Djotodia. Tous sont arrivés au pouvoir après un coup d’Etat. Et la main de la France, puissance colonisatrice a toujours été perçue ou annoncée derrière ces différents putschs.

La France a des intérêts en Centrafrique. Aujourd’hui, elle contrôle l’économie centrafricaine ou ce qui en tient lieu. Bolloré y a la main mise sur la logistique et le transport fluvial. Castel règne en maître dans le marché de la boisson et du sucre. CFAO y contrôle le commerce des voitures. Depuis 2007, France Telecom est entrée dans la danse. AREVA est présente en RCA même si, officiellement, le géant du nucléaire n’est encore qu’à la phase de l’exploration. Total y renforce son hégémonie dans le stockage et la commercialisation du pétrole, mais doit composer avec Tradex, une société camerounaise spécialisée dans le trading des produits pétroliers. Depuis l’arrivée de Michel Djotodia au pouvoir en mars 2013, un ballet d’hommes d’affaires et de lobbyistes français s’observe à Bangui. Jean-Christophe Mitterrand, Richard Attias, Claude Guéant, Laurent Foucher… s’illustrent par un activisme affairiste en Centrafrique, révèle régulièrement la presse. Et ce n’est pas nouveau.

Lorsque la France installe un nouveau chef à la tête de la Centrafrique, de nouveaux liens d’affaires naissent et se consolident en violation des lois et parfois de l’éthique. Au tournant de la décennie 70 par exemple, une scabreuse affaire, révélée par un journal français, Le Canard enchaîné a présenté aux yeux du monde le type de relations qui existe entre certains présidents français et ces nouveaux dictateurs qu’ils placent à la tête des néo-colonies.

En effet, lâché par la France à qui il avait abandonné l’exploitation de son pays sans se soucier des intérêts de la population, Bokassa Ier (il s’est fait introniser comme empereur pendant son mandat) avait révélé les plaquettes de diamant qu’il offrait en cadeau à son homologue français. Le 10 octobre 1979, l’hebdomadaire satirique Le Canard enchaîné porta cette « Affaire » sur la place publique. La classe politique s’en était saisie. L’affaire porta un sérieux coup à la carrière politique du président. Eclaboussé, Giscard d'Estaing fut battu aux élections de 1981 par le « socialiste » François Mitterrand…Autant dire que ce n’est pas en Centrafrique que la France ira faire des leçons de morale !
 
A la recherche du paradis perdu
 
Derrière ses multiples « Opérations » guerrières, la France tente bon an mal an de reprendre ses positions économiques en Afrique. Le 4 décembre, alors que les troupes françaises prenaient la direction de Bangui, Pierre Moscovici présidait un forum économique franco-africain à Bercy. Le ministère français de l’Economie avait réuni 560 entrepreneurs français et africains, des ministres et des chefs d’Etat pour tenter de sauver la place de la France en Afrique. Séance tenante, Hubert Védrine, ancien ministre français des relations extérieures, a donné une sorte de bouée de sauvetage au ministre Moscovici à la recherche des quatre points cardinaux ! Il s’agit d’un rapport intitulé : Un partenariat pour l’avenir : 15 propositions pour une nouvelle dynamique économique entre l’Afrique et la France. Dès le premier point, le Rapport Védrine propose de réviser « la politique française de visas économiques afin de faciliter la circulation des acteurs économiques entre la France et l’Afrique ». Ce qui est déjà une véritable révolution. Jusqu’ici, les entrepreneurs africains qui sollicitaient un visa pour la France étaient soumis aux mêmes conditions draconiennes qu’un adolescent désireux d’aller poursuivre ses études en Hexagone. Comme si un Africain capitaine d’industries prospères dans son pays représentait un risque migratoire pour l’Europe ! Les temps ont changé. Et pour « renforcer l’influence de la France en Afrique » (15ème proposition du Rapport Védrine), les autorités françaises font donc des concessions. Comment pouvait-il en être autrement ? « En dix ans, la France a perdu la moitié de ses parts de marché en Afrique subsaharienne », a reconnu Pierre Moscovici.
 
Face aux 26 chefs d’Etat qui ont pris part au Sommet de l’Elysée, le président français a multiplié les opérations de charme. Il a annoncé la mise en place d’un fonds d’investissement de 20 milliards. L’hôte des présidents africains a aussi pris l’engagement d’affecter un milliard d’euros à l’Agence française de développement (AFD) pour le soutien du Green business, de l’innovation et des nouvelles technologies en faveur de l’Afrique. En s’inscrivant dans la logique de son ministre des Finances qui a enfin avoué que « l’Afrique est une chance pour la France », M. Hollande veut ainsi reconquérir le cœur des Africains aujourd’hui plus attentifs vis-à-vis de Pékin et de New Delhi. Last but not least, le président français a annoncé la création d’une fondation franco-africaine au sein de laquelle les investisseurs privés français et africains joindront leurs ressources pour plus de valeur ajoutée. Il a fallu trois siècles pour que la France y songe !
 
La Chine, vraie menace pour l’Elysée
 
L’Empire du Milieu est inévitablement cité dans le Rapport Védrine comme le principal responsable du recul de la France dans les échanges avec l’Afrique. Ce qui est vrai. En République centrafricaine, la Chine a fait une entrée fracassante dans le secteur du pétrole. Au grand dam de Paris et de son relais néocolonialiste dans la sous région : Idriss Deby.

En effet, arrivé au pouvoir par coup d’Etat en 2003 avec l’aide manifeste de Paris et de N’Djamena, François Bozizé qui a eu le temps de se faire élire en 2005 n’a pas résisté aux propositions de la Chine qui multiplie les aides, accroît ses investissements sur le continent avec moins de conditionnalités. Ce qui tranche avec l’arrogance et le paternalisme des « partenaires traditionnels » de l’Afrique.
 
« J’ai été renversé à cause du pétrole »

Les résultats de ce rapprochement avec l’Empire du Milieu ne se sont pas fait attendre. En 2008, la Chine a accordé à la RCA des aides et un prêt pour un montant global de 3,25 milliards de francs CFA soit 4,4 millions d’euros. L’enveloppe a permis de construire des écoles et hôpitaux dans cet océan de précarité qu’est la Centrafrique. Quelques mois après, le président Bozizé s’est rendu en Asie où il a été reçu le 10 septembre 2009 au Palais du peuple par Hu Jintao, alors président de la République populaire de Chine. Ce qui ne saurait rassurer ni Paris, ni N’Djamena. D’autant plus que tout ne s’est pas limité à la poignée de main entre le président centrafricain et son homologue chinois.

Dans les faits, le rapprochement entre Bozizé et Hu Jintao a permis à la Compagnie chinoise CNPC de reprendre le permis de recherche, développement et exploitation du pétrole de Boromata, dans le Nord-est de la Centrafrique. Il n’est pas inutile de rappeler que pour ce gisement, Ange Félix Patassé, le prédécesseur de Bozizé, avait accordé un permis similaire au pétrolier étasunien Grynberg RSM. L’industriel de Denver, invoquant l’insécurité, n’a pas pu conduire les recherches et le permis a expiré en 2004. La cession du sésame aux Chinois pouvait-elle plaire à ceux qui ont permis à François Bozizé d’accéder au pouvoir ? Fraichement déchu de ses fonctions en mars 2013, le désormais ex-président Bozizé a affirmé sur les ondes de Radio France International (RFI) que « j’ai été renversé à cause du pétrole ». Sans plus de détails. Trois (27 décembre 2012) mois avant, le président François Bozizé avait prononcé un discours dans lequel il affirmait clairement que ce qui se cachait derrière la crise qui secouait alors son pays n’était rien d’autre que l’opposition française émise plus tôt contre l’octroi des contrats d’exploration de pétrole aux Chinois. « J’ai donné le pétrole aux Chinois et c’est devenu un problème », martelait Bozizé, acculé par les rebelles.

Les manœuvres de Washington

Le fait que le président Bozizé ait pris l’habitude de s’afficher avec les dirigeants chinois a aussi provoqué la colère de Washington. Et les câbles diplomatiques à ce sujet le démontrent à suffisance.

Le 17 juin 2009, l’ambassadeur étasunien Frederick Cook en RCA avait envoyé un câble à Washington dans lequel il affirmait que les «  relations France-RCA sérieusement sous tension. […] Bozizé semble croire avoir réussi à être le moindre mal dans le paysage politique de la RCA. Il s’imagine donc être indispensable pour ses voisins et les Français, une supposition que l’ambassade américaine (« AmEmbassy ») à Bangui croit être une erreur grossière », écrivait alors le diplomate étasunien.

Une autre dépêche envoyée cinq mois plus tard avait valeur d’alerte : «  L’influence chinoise grandissante en RCA est évidente ». Le câble précisait dans quelle mesure tant les intérêts américains que français étaient en train de céder du terrain à Beijing qui ne cessait d’« accroître sa coopération militaire, sa diplomatie publique et ses efforts de développement ». L’ambassadeur soulignait pour s’en inquiéter que contrairement au quatre agents diplomatiques résidant à l’ambassade américaine de Bangui, l’ambassade chinoise comptait une quarantaine d’employés. Frederick Cook ajoutait qu’environ 40 officiers de l’armée de la RCA étaient formés tous les ans en Chine, contre les deux ou trois officiers qui allaient aux Etats-Unis et les 10 à 15 en France. Et pour ne pas arranger les choses, Bozizé a confié la réserve pétrolière de Boromata aux Chinois, au détriment de la France et de son allié, les USA. Etant donné que ces deux puissances ont érigé le pétrole au rang des divinités, Bozizé se savait désormais sur un fauteuil éjectable. On l’a effectivement éjecté le 24 mars 2013.

La France fait semblant de combattre pour renforcer son influence en RCA

Rappelez-vous. Le jeudi 21 novembre 2013 lors de la remise du prix de la Fondation Chirac pour la prévention des conflits au docteur congolais Denis Mukwege et à Femmes Africa Solidarité François Hollande avait indiqué qu’ « Il se produit en Centrafrique des actes abominables. Un chaos, des exactions extraordinairement graves ». Face à l’urgence et aux 400 000 personnes déplacées en Centrafrique, « nous devons agir », a ajouté le président français. Le même jour, cette fois là sur France 2, son ministre des Affaires étrangères a ajouté : « Le pays est au bord du génocide ». 48 heures avant, devant une commission du Congrès, le directeur du bureau Afrique du département d’État, Robert Jackson, avait évoqué « une situation pré-génocidaire  » en Centrafrique. On le voit, le scénario est le même. Le président Français annonce la crise. Un membre de son gouvernement saute aux antennes pour décrire la catastrophe à venir. Une voix « extérieure », de préférence étasunienne ou onusienne vient accréditer la thèse alarmiste en insistant sur la violation des droits de l’homme. L’opinion internationale soumise à un matraquage médiatique et donc psychologique intense salue l’envoi des troupes sur le terrain. Car, une résolution a bel et bien été prise par le Conseil de sécurité de l’ONU le 5 décembre 2013 pour autoriser les troupes françaises à agir en appui aux forces africaines de la Misca.
 
Ce dont la Séléka est le nom
 
En Centrafrique, les populations sont victimes, en partie des exactions des éléments de la Séléka (coalition en sango, langue nationale). Mais qui compose cette fameuse Séléka ? La Séléka est une coalition de factions rebelles dissidentes issues de plusieurs mouvements politico-militaires. On y retrouve la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP), l’Union des forces démocratiques pour le rassemblement (UFDR), le Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC). Au plus fort de la contestation du pouvoir de M. Bozizé, deux autres groupes armés ont vu le jour ou ont dévoilé leur visage au grand jour et ont rejoint la Séléka. Il s’agit de la Convention patriotique du salut du kodro (kodro signifie pays, en sango), et de l’Alliance pour la renaissance et la refondation (A2R). Sans oubliés les hordes venues du Tchad et du Soudan.

Tous ces groupes composites ont donc fait une « alliance » de circonstance pour atteindre un objectif précis : renverser le président Bozizé. Mission accomplie en mars 2013. Or, il n’y avait qu’un seul fauteuil présidentiel à prendre et à pourvoir. Il a finalement été occupé par Michel Djotodia. L’ancien fonctionnaire du ministère du Plan qui a goûté à la prison sous Bozizé détenait le gros des troupes. Les hordes tchado-soudanaises obéissaient à son commandement. N’a-t-il pas été présenté par la presse sans démenti comme le meilleur interlocuteur de la France et du Tchad qui voulaient en découdre avec Bozizé l’ « insoumis » ? Aussitôt installé au Palais de Bangui, Michel Djotodia a pris un décret pour dissoudre la Séléka et annoncer le « recasement et le cantonnement ».

Ne se reconnaissant pas tous en lui, plusieurs éléments issus des autres groupes armés n’ont pas respecté les ordres d’un chef qui, dans tous les cas n’est pas le leur. Dans la Seléka, le « contingent » de loubards tchadiens et soudanais s’est lui aussi trouvé face à un dilemme. Ils ont été utilisés pour installer Djotodia au pouvoir. Celui-ci annonce le « recasement et cantonnement » et l’intégration dans les Forces armées centrafricaines (FACA). Or, n’étant pas Centrafricains, que vont-ils devenir ? Le nouveau président ne semble pas avoir pleinement satisfait ses alliés d’hier sur cette question. 

Les incompréhensions entre les différents groupes rebelles d’une part, et entre certains chefs et leurs éléments d’autre part, débouchent sur des atrocités généralisées dans le pays. Pillage, viol et assassinats en série deviennent l’activité quotidienne de ces hommes à qui on a enseigné la brutalité et la tuerie ! La chaîne de commandement étant brisée et plusieurs promesses mirobolantes n’ayant pas été tenues, personne ne contrôle plus rien. Le pays se retrouve dans la même situation d’ « ingouvernabilité » que la Libye envahie par les djihadistes, après l’assassinat du Guide Mouammar Kadhafi par les troupes de l’OTAN avec la France de Sarkozy et de Bernard Henri Levy en tête. La situation centrafricaine rappelle étrangement celle qui a prévalu à Abidjan après le renversement de Laurent Gbagbo par les rebelles pro-Ouattara soutenus par la France. En effet, après la chute de l’ancien chef d’Etat de Côte-d’Ivoire, les éléments des « Forces nouvelles » (rébellion dirigée alors par Guillaume Soro, actuel président de l’Assemblé nationale) ont été floués. L’argent et les autres avantages qui leur avaient été promis pendant le combat contre le régime de Gbagbo n’ont pas été livrés. Ouattara est devenu président de la République. En représailles, ces « Forces nouvelles » ont pillé la capitale ivoirienne. Non sans tuer et torturer certains commerçants innocents.

En Centrafrique, à la violence des éléments de la Séléka (essentiellement musulmans), les « Anti balaka » répondent aussi par la violence. Le deuxième groupe est constitué d’éléments essentiellement chrétiens et sont présentés comme les pro-Bozizé. Ce dernier était leader d’une église chrétienne. La presse occidentale s’appuie sur ce fait qui pour agiter mensongèrement le spectre d’un « conflit interreligieux » voire d’un « génocide » en Centrafrique.

Face à cette situation chaotique, l’agitation n’est-elle pas toujours fonction des intérêts à protéger ou à conquérir ? Toujours est-il qu’en Centrafrique, la France a très vite pris les devants dès que la situation sur le terrain est devenue incontrôlable. Alors que la Mission militaire africaine Misca, commandée par le général camerounais Tumenta avait déjà déployé 2500 soldats, la France a jugé nécessaire de convaincre le Conseil de sécurité de l’ONU d’adopter une résolution qui lui permet d’y envoyer ses troupes tricolores. En vérité, les troupes françaises ont précédé la Résolution 2127. Celle-ci a été adoptée le 5 décembre. Pourtant, les troupes avaient déjà quitté la France et étaient stationnées à Douala au Cameroun, voisin de la RCA.

Mais avait-on besoin de tant de militaires hyper équipés pour vaincre quelques loubards armés de machettes et d’armes résiduelles ? Les Forces armées centrafricaines ou ce qui en reste et la Misca sont-elles incapables de vaincre ces affamés ? Bien plus, nous sommes là dans une guerre asymétrique, avec un ennemi qui n’a pas d’uniforme identifiable à priori. Ne connaissant pas le terrain, ni la composition sociologique du pays (certains arrivent en Afrique pour la première fois d’après leurs déclarations à RFI), contre qui vont se battre les soldats tricolores ? La quinzième proposition du Rapport Védrine évoqué plus haut peut permettre de répondre à ces interrogations. Il est question de « Renforcer l’influence de la France en Afrique », y a conseillé l’ancien ministre des relations extérieures de François Mitterrand.
 
« L’Afrique est une chance pour la France », reconnaît le ministre des Finances français
 
Comme la plupart des pays occidentaux, la France est encore ravagée par les contrecoups de la crise qui a secoué l’économie mondiale à partir de 2007. Arrivée au pouvoir à cette période agitée, surpris par la percée des nouveaux acteurs comme la Chine, l’Inde, et le Brésil, Nicolas Sarkozy a renfilé le manteau colonial. Et au lieu de la « Rupture » annoncée par le candidat Nicolas, l’Afrique a eu droit à une « Continuité » accélérée par le président Sarkozy, ami zélé des hommes d’affaires de la trempe de Charles Pasqua, Vincent Bolloré... Le libéral Sarkozy a bombardé la Côte-d’Ivoire et la Libye. Mais rien n’y a fait. La France, au bout de ses cinq ans de mandat, n’a pas pu reprendre sa place de premier partenaire économique en Afrique francophone, malgré le sang versé !

Le « socialiste » François Hollande qui n’avait pas fait de l’Afrique une priorité pour son mandat semble avoir oublié toutes les autres parties du monde - la France comprise - pour se tourner vers l’Afrique. Comme le commandant d’un bateau atteint par les eaux, il multiplie ses visites en Afrique. Après les obsèques de Nelson Mandela auxquelles il prenait part le mardi 10 décembre, François Hollande s’est rendu sur le théâtre de guerre en Centrafrique pour galvaniser « ses » soldats qui ont déjà perdu deux frères d’arme après seulement une semaine d’action !


Olivier NDENKOP


Source: INVESTIG'ACTION

UNE TELEVISION RUSSE DEMONTE L'OPERATION FRANÇAISE EN CENTRAFRIQUE

 

CENTRAFRIQUE. HOLLANDE ET SOLDAT FRANÇAIS.jpg

 
 
Vidéo exclusive. Une télévision russe démonte l'opération française en Centrafrique. La chaîne de télévision Russe, proRussia TV nous apporte un éclairage alternatif sur l'intervention française en Centrafrique. L'intégralité de leur analyse:
 
 
Le trouble jeu de la France en Centre-Afrique: n'est-elle plus qu'une simple compagnie de CRS de l'Oncle Sam?
 
Comme nous le craignions dans nos précédentes éditions, le scénario à l’ivoirienne semble dramatiquement se répéter en République Centrafricaine. Une fois de plus la France intervient militairement avec le blanc-seing de l’ONU, pour officiellement mettre fin à des massacres de civils et « sauver des vies humaines », selon son super-président François Hollande et le Ministre des Affaires Étrangères, le philanthrope Laurent Fabius.
 
Charitables déclarations et louables intentions  qui masquent difficilement la responsabilité et surtout l’implication de Paris, dans la déstabilisation de ce pays, majoritairement chrétien, livré à une rébellion musulmane venue du Nord. Pourquoi en effet avoir tant tardé pour intervenir, alors que la France maintient sur place une force militaire et ne peut ignorer les affrontements meurtriers opposant depuis de nombreux mois des groupes d’autodéfense de villageois, surnommés « anti-balaka » (ou anti-machettes) à l’ex-rébellion Séléka. Une alliance de groupes hétéroclites arrivée justement au pouvoir en chassant l’ancien président Bozizé en mars 2012… avec la bénédiction tacite de Paris ! Alors volonté politique ou impuissance diplomatique ?
 
Les enjeux de cette nouvelle opération militaire française, baptisée Sangaris, semblent multiples. Bien que classé parmi les pays les plus pauvres de la planète, en raison de son instabilité, la Centre-Afrique dispose de riches ressources en bois, or, diamants et uranium. Les nouvelles forces armées centrafricaines qui ne sont en réalité qu’un ramassis de milices incontrôlées n’obéissant qu’à des seigneurs de la guerre locaux, mettent le pays sous leur coupe réglée. Sous couvert d’intervention humanitaire et de sécurisation d‘une région, que la France a pourtant sacrément contribué à perturber depuis 2011, notamment en Libye et en Côte-d’Ivoire, Paris cherche surtout à s’assurer du contrôle des ressources. Quitte pour cela à conforter un pouvoir minoritaire et illégitime, en désarmant des milices chrétiennes qui chercheraient à se venger sur des populations musulmanes, notamment d’origine Peules, des multiples exactions, violences et pillages à répétition dont elles sont victimes. Rien de mieux en tout cas pour attiser un conflit ethnico-confessionnel que de croire qu’un gouvernement d’obédience musulmane puisse diriger un pays comportant 80 % de chrétiens. À ce stade, ce n’est plus de l’incompétence mais une réelle politique de tension permanente et les masques tombent enfin, malgré les grandes déclarations de principe prononcées lors du sommet sur la sécurité et la coopération qui se tient actuellement.
 
Paris semble avoir lâché l’Afrique. Ou en tout cas s’être mis en retrait au profit du bloc atlantiste, États-Unis en tête, qui entendent diriger les opérations et superviser progressivement l’ancien pré-carré français. La Françafrique semble avoir cédé le pas à l’Américafrique comme le déclare Patrick Mbemko, auteur de plusieurs ouvrages de géopolitique.
 
Le projet est dorénavant connu : remodeler le monde en fonction de la nouvelle guerre économique mondiale qui a débuté, et dont l’Afrique sera l’un des champs de bataille, au propre comme au figuré. Aucun pays ne pourra rester neutre et les chefs d’état africains n’ont guère le choix. Soit ils alignent leurs pays sur les visées atlantistes et ils se maintiennent au pouvoir. Soit ils passent outre et ils se retrouvent dans le camp des parias, mis à l’index des nations « éclairées » et s’exposant à des rébellions qui trouveront toujours, miraculeusement, les fonds nécessaires pour armer et entretenir une troupe de plusieurs milliers d’hommes, capables de mettre en échec les armées nationales.
 
Le but est clair : verrouiller au plus vite le continent africain face à l’avancée commerciale des pays émergents comme la Chine, la Russie ou le Brésil. Pour cela il faut s’approprier rapidement les terres agricoles, les ressources énergétiques ou l’exploitation des richesses minérales. Mais il faut aussi contrôler les corridors d’évacuation comme la « route transversale » qui traverse l’Afrique D’est en Ouest, de l’Océan indien au Pacifique et passe… par la république centrafricaine. Étrangement aucun expert médiatique français n’aborde ces questions. On se contente seulement d’appuyer la version officielle d’une urgence humanitaire. Certains allant même jusqu’à dénier toute légitimité à la moindre réserve ou critique prononcée. Le syndrome rwandais oblige, la culpabilisation artificielle de la France joue parfaitement son rôle de censure psychologique et politique.
 
Toutes ces guerres humanitaires dissimulent en réalité des opérations néocoloniales qui n’en portent pas le nom. « L’intervention française sera rapide, elle n’a pas vocation à durer et je suis sûr de son succès », c’est la dernière déclaration d’Hollande-le-va-t-en guerre. Souhaitons-le en tout cas. Car comme personne ne semble se bousculer pour financer cette opération, ni l’ONU, ni l’Union Européenne, ni les sociétés privées qui pourtant tirent d’énormes bénéfices de leur situation sur place, il faut souhaiter effectivement que cette probable victoire tactique, ne se transforme en une défaite stratégique, faute de financements. À moins que comme, certains le supputent, Paris ne consente à supporter toute la charge financière.
 
La Hollandie en est réduite à rendre de martiaux services en échange d’une partie de sa dette, de son déficit ou de délais supplémentaires à titre de remerciements dans le cadre des relations économiques et politiques avec l'Afrique, espérant ainsi redorer l’image ternie de M. Bricolage.Les militaires français coûtent moins cher que les intérêts de la dette. On comprendrait dès lors plus aisément le retournement stratégique français général et son alignement sur des intérêts contraires aux siens. Comme l’écrivait François de La Rochefoucauld : « Quand on croit servir les autres, on ne fait que se servir à travers eux ». fin de citation. Tout homme a son prix et il est indéniable en tout cas, que même en temps de crise financière, l’argent demeurera toujours le nerf de la guerre.
 
 
Lundi 9 décembre 2013

LE CHEF DES OPERATIONS DE L'ONUCI BRAQUÉ EN PLEIN ABIDJAN!

 

ONUCI. SOLDATS.jpg


L'information, je la tiens d'un ami officier originaire d'un pays voisin. Cet ami est en poste à l'ONUCI depuis 5 mois. Nous nous sommes rencontrés dans un PAYS NEUTRE, pour des échanges amicaux. Le débat était porté sur l'intervention de l'armée française en Centrafrique.

C'est au cours des échanges qu'un autre ami sénégalais, surement un produit de la droite sénégalaise, s'est mis à étaler sa constipation intellectuelle que je ne souhaite pas congénitale. Fall c'est son fameux nom dit "La France aide beaucoup nos états gangrenés par les rébellions. Aujourd'hui grâce à la France, la Côte d'Ivoire a retrouvé sa stabilité".

Je me préparais à le charger quand brusquement notre ami capitaine du pays voisin, rentra dans une colère noire.

Il interrompit Fall et dit : "Connaissez vous vraiment ce qu'on appelle le calme. Connaissez vous la situation sécuritaire réelle de la CI? Je ne vous parle pas de celle que décrit vos médias mensonges! Arrêtez un peu et cherchez à résoudre la crise ivoirienne qui est un gros volcan! Quand il va entrer en éruption personne ne pourra l'arrêter. La CI est une jungle. Rassurez vous personne n'y est en sécurité! Mêmes pas nous soldats de la paix. Notre chef des opérations a été braqué et dépouillé en plein jour à Abidjan il y a quelques semaines, alors qu'il était en treillis avec son casque bleu à la tête... Nous n'allons plus laisser faire!"

J'espère que vous comprenez enfin pourquoi l'ONUCI n'est plus tendre avec celui qu'elle a porté au pouvoir!!!

En réalité les voyous de Dramane n'épargne personne y compris ses alliés d'hier!


Source: EBURNEA INFORMATION

00:01 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Afrique, Crise ivoirienne et Politique ivoirienne, Sénégal, Société ivoirienne | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

INTERVENTIONS FRANÇAISES EN AFRIQUE: DES QUESTIONS A FRANÇOIS HOLLANDE

 

HOLLANDE EN CENTRAFRIQUE.jpg

 

Merci pour votre intervention en Centrafrique pour désarmer des individus armés qui massacrent des civils. En moins d’une semaine 400 civils ont été tués par des groupes armés de l’ex rébellion dans une guerre que vous avez qualifié de religieuse. L’envoyé de « Dieu » que vous allez installer au pouvoir à l’issue des « élections » vous le rendra au centuple.


QUESTION N°1

Des groupes armés que votre prédécesseur Sarkozy a armés en Libye, massacrent des civils depuis 2 (deux) ans. L’on dénombre aujourd’hui des milliers de morts.

Pourquoi vous n’aviez pas commencé par la Libye ? Les Libyens morts sont-ils des hommes de seconde zone?

QUESTION N°2

Des groupes armés que vos prédécesseurs (CHIRAC, SARKOZY) ont armé en Côte d’Ivoire, massacrent des civils depuis 10 (dix ans), des milliers et des milliers de civils ont perdu la vie et continuent de perdre la vie, le dernier rapport de l’ONU fait état de 223 morts récemment sans oublier les 800 morts à Duékoué à l’ouest de la Côte d’Ivoire en une seule journée en 2011 et les massacres dans le camp des réfugiés de Nahibly encore dans l'ouest de la Côte d'Ivoire.

Pour votre gouverne, le coup d’Etat manqué de 2002, soit deux ans après l’élection démocratique de Laurent GBAGBO, a été l’œuvre d’une bande armée par vos prédécesseurs. Après l’échec du coup d’Etat, vos prédécesseurs les ont aidé à occuper la moitié nord du pays et ont organisé une rencontre en France qui a abouti aux accords de Linas-Marcoussis. Dans cet accord qui a fait l’objet d’une résolution de l’ONU et l’envoi des forces françaises licorne en Côte d’Ivoire pour sa mise en œuvre, une seule chose était exigée aux rebelles contre une vingtaine à Laurent GBAGBO : le désarmement. Pendant 8 ans l’armée française n’a procédé à aucun désarmement. Au contraire elle a surarmée la rébellion et pris les commandes d’un second coup d’Etat réussi le 11 Avril 2011 et cette bande armée composée de chasseurs traditionnels  appelés DOZOS et autres mercenaires ont envahi la Cote d’Ivoire semant terreur, massacres et exil.

Pourquoi vous n’aviez pas commencé le désarmement par la Côte d’Ivoire? Oui  ces rebelles rebaptisés FRCI sont toujours armés et ce sont les forces régulières de défense et de sécurité police et gendarmerie, marins qui sont aujourd’hui dépossédés de leurs armes . Les ivoiriens massacrés sont-ils des hommes de seconde zone?

QUESTION N°3

Dites-nous la vérité pourquoi, les civils qui sont morts et qui continuent de mourir en Libye et en Côte d’Ivoire ne suscitent en vous aucune émotion et ceux de Centrafrique suscitent en vous une si forte émotion ?

REPONSE

Monsieur HOLLANDE permettez-moi de vous aider dans votre réponse pour vous éviter de vous perdre dans la rhétorique des droits de l’homme et autres engagements humanitaires qui ne pourront convaincre que vous-même.

En Libye comme en Côte d’Ivoire, les intérêts des prédateurs de pétrole, de cacao, de marchés publics de travaux, sont assurés par les groupes armés qui massacrent les civils et les présidents installés gèrent le pays pour le compte de ces prédateurs. La loi de l’omerta entre prédateurs et leurs États vous obligent à fermer les yeux sur le drame des Libyens et des Ivoiriens qui meurent chaque jour. Leurs cris vous dérangent, leurs cadavres rependent des odeurs insupportables, leur souffrance dans des camps de réfugiés inondés de serpents vous importent peu, leur condition dans  les prisons insalubres et les camps de torture abominables vous préoccupent moins. Par conséquent, vous préférez ne pas entendre cela sur France 24, TV5, ou RFI, loi de l’omerta oblige.

Un conseil : au lieu d’envoyer des Français à la recherche d’emploi se faire tuer pour des prédateurs qui ont leur coffre-fort non en France mais dans les paradis fiscaux, en espérant réduire le chômage par l’élimination des chômeurs, je vous suggère de rétrocéder les bases militaires françaises en Afrique, les moyens matériels et financiers aux forces africaines d'intervention rapide, elles feront le travail. Elles l’ont déjà fait pour la France pendant la première et la deuxième guerre mondiale, elles seront capables de le faire pour leur propre continent. Il suffit simplement que vous leur remettiez les moyens que les prédateurs de vos pays ont pillés. Oui, stoppez s'il vous plaît les prédateurs et rétrocédez la richesse pillée à son vrai propriétaire : l’Afrique à travers son organisation communautaire l’Union Africaine.

Gageons que votre intervention humanitaire en Centrafrique ne se transforme en permis de d'exploitation d'uranium et de diamant.

 

Dr Cheick DIABATE

Enseignant Chercheur, Université du Collorado

(USA)

samedi, 14 décembre 2013

DROITS DE L’HOMME EN COTE D’IVOIRE: FAMINE DANS LES ZONES CNO, 3 ANS APRES L’ACCESSION DE OUATTARA AU POUVOIR


côte d'ivoire,Côte d'Ivoire, Droits de l'homme, Famine, LIDER


Après le passage d’Alassane Dramane Ouattara à Man, Korhogo et Bouaké pour saupoudrer les populations de donations diverses et faire sa campagne électorale au frais de l’Etat, la réalité nous rattrape. Les zones CNO, suite aux pillages qui y ont été perpétrés de 2003 à 2013, sont dans une grave situation de vulnérabilité alimentaire. Pendant 10 ans de privations pour ces régions, qui perdurent jusqu’à ce jour, les réserves des paysans ont été pillées par les Fafn, devenues Frci et vendues pour constituer le trésor de guerre des dirigeants des troupes qui occupaient ces zones. Les populations ont été harcelées et pressurées au point que celles qui ne se sont pas exilées dans le reste du pays ou à l’étranger ont été incapables d’entretenir convenablement des plantations ou d’en faire de nouvelles. Les moyens de productions agricoles et industrielles formelles des zones Cno ont été détruits autant que les systèmes sanitaire et éducatif, et remplacés par les trafics en tous genres : cacao, diamant, or, anacarde, forêts, coton, hommes, femmes, enfants et… armes. Aucune de ces activités n’a vraiment cessé depuis l’accession de Ouattara au pouvoir. Le résultat de ces années d’occupation est là: deux habitants sur dix sont en insécurité alimentaire dans le Nord et l’Ouest de la Côte d’Ivoire, selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’Onu à Abidjan.

« Un peu plus d’un demi-million de personnes vivent en insécurité alimentaire dans les régions Ouest et Nord de la Côte d’Ivoire », révèle le Bureau onusien qui cite un rapport de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao) et le Programme alimentaire mondial (Pam). Selon les données récoltées en octobre, la zone la plus affectée est celle de l’ouest du pays avec « plus de 387.000 personnes vivant en insécurité alimentaire » et le nord en compte « 193.000 personnes ». Plus de 220.000 personnes, dont 123.000 dans les « zones à risque » de Toulepleu, Bloléquin et Taï (ouest) et 99.000 autour de Korhogo (nord) ont « un besoin immédiat d’assistance », précise le rapport. « Les causes de l’insécurité alimentaire dans ces zones relèvent de problèmes structurels mais aussi de circonstances« , explique le document qui cite, entre autres, « le rapatriement et/ou le retour tardifs des ménages agricoles qui étaient en exil, l’insécurité et le mouvement des populations, le retard et/ou l’arrêt précoce des pluies et la perte de récoltes due à l’inondation« .

L’étude recommande au gouvernement ivoirien et à ses partenaires de poursuivre l’assistance alimentaire, à travers la distribution des kits agricoles, notamment des semences, du petit matériel de travail et des engrais, la réhabilitation des cantines scolaires sans oublier la distribution de vivres et d’argent aux ménages pour améliorer leur accès à la nourriture.

Les famines ne sont jamais exclusivement des calamités naturelles mais sont surtout les conséquences de mauvaises politiques économiques et sociales. Dans le nord et dans l’ouest de notre pays, des milliers de nos compatriotes sont au bord de la famine, pendant que le gouvernent, lui, nous affiche un taux de croissance à deux chiffres et que le président fait son 91ème voyage à l’étranger aux frais de ces mêmes personnes qui n’ont rien à manger.

LIDER s’interroge sur la moralité des politiques menées en Côte d’Ivoire. Imposer la famine à des populations peut-il ou non être considéré comme un crime contre l’humanité? Est-ce d’ailleurs criminel de le faire dans notre pays sous le régime Ouattara?

Aujourd’hui, à l’observation du personnel politique ivoirien, on se demande pourquoi les gens font la politique. La politique, dans son principe, sert à combiner de manière optimale des ressources humaines et matérielles d’un pays pour rendre les populations capables d’améliorer elles-mêmes leurs conditions de vie individuellement et collectivement. Selon ce principe, des moyens sont mis à la disposition de la politique par les populations du pays. Il en est ainsi du budget, de la monnaie, l’armée ou les forces militaires, de même que la justice et autres attributs de l’Etat comme la police, l’administration du territoire et l’Etat lui-même avec toutes ces institutions. Ces moyens servent une seule fin, qui est l’atteinte du bonheur, de la liberté, de la prospérité et du progrès social des populations, individuellement et collectivement. Les moyens ne sont là que pour cette finalité.

Or que constatons nous ici ? Que les politiciens ivoiriens font passer les moyens avant les fins. Par quelle logique ou bien au nom de quelle morale procède-t-on ainsi ? Pourquoi, dans notre pays, ceux qui font la politique se donnent la liberté de nuire aux populations en vue de sauver les moyens au sein de la machine de l’Etat? Au nom de quoi tiennent-ils ce droit d’écraser les bénéficiaires de leurs politiques? Comment peut-on protéger les moyens que sont l’armée, le budget ou la monnaie pour violer les fins que sont le bonheur des populations, leur prospérité, leur tranquillité, leurs libertés et leurs propriétés ? Comment admettre cette inversion de la logique des choses en politique? Au lieu d’avoir «la fin qui justifie les moyens», nous avons opté pour l’inverse, les moyens qui justifient la fin. Ce que la politique désigne comme moyen est considéré par les personnels politiques ivoiriens comme leurs objectifs de pouvoir et de puissance et les populations ne sont rien d’autre que leurs moyens à eux. A LIDER, nous travaillons à l’inversion des non valeurs actuelles. Pour nous, la politique se fait pour les hommes d’abord, et ceux-ci ne sont pas là pour subir les caprices et autres fantasmes inavouables de politiciens sans scrupules.

Alors que sera célébrée le 10 décembre la journée internationale des droits de l’Homme, il est important de souligner que seuls les mendiants attendent leur bonheur de la bienfaisance d’autrui. Pour nous à LIDER, les peuples ne doivent pas être des mendiants de droits auprès du gouvernement ou de l’Etat. Et nous nous appliquons à informer et à éduquer les populations sur la connaissance de leurs droits, pour qu’ils puissent les exercer.

Ensemble nous réussirons.


Source: LIDER-CI.ORG

00:21 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Afrique, Crise ivoirienne et Politique ivoirienne, Société ivoirienne | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : côte d'ivoire, droits de l'homme, famine, lider | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

COMMUNIQUE DE LIDER SUR L'ENDETTEMENT DE LA COTE D'IVOIRE


côte d'ivoire,Communiqué, Endettement, LIDER,le Dr. Prao Yao Séraphin, Délégué national LIDER, au Système monétaire et financier


Face aux critiques de l’opinion sur la reprise du surendettement de l’Etat de Côte d’Ivoire par le président Ouattara, un récent conseil des ministres, par la voix de son porte-parole, a répondu à ses détracteurs. Trois éléments ont été donnés par le gouvernement pour montrer la bonne santé financière de l’Etat et de son endettement :

1) Le ratio de la dette sur le  produit intérieur brut (pib) est bon. De 73% avant le point d’achèvement de l’initiative pour aider les pays pauvres très endettés (ppte), nous sommes tombés à 35% en 2012, pour remonter aujourd’hui à 49%.

2) Notre endettement est de qualité, puisque nous avons mis en place un comité qui veille à ce que notre dette soit une dette «utile».

3) Nous avons bien maintenu un ratio du crédit sur le produit intérieur brut à 19,5%, en dessous de la moyenne de l’Uemoa qui est de 20%, et nous sommes meilleurs en la matière que le Maroc qui est à 67%, l’Afrique du Sud qui est à 145% et même que la France qui est à 108%.

Sauf à vouloir être ironique, cette réponse du gouvernement démontre exactement le contraire de ce que conseil des ministres voulait dire et prouver. Regardons pourquoi.

Dans une publication parue il y a une semaine, intitulée «Ouattara n’a pas de solutions pour l’économie ivoirienne», le Dr. Prao Yao Séraphin, Délégué national LIDER au Système monétaire et financier, a mis en lumière quelques éléments de la politique économique du régime Ouattara en se basant sur des données publiquement connues. De fait, le Dr Prao et le gouvernement travaillent, à quelques différences négligeables près, sur les mêmes chiffres, mais ils n’en font pas les mêmes interprétations. Pendant que le Dr Prao raisonne sur le stock de dettes, le gouvernement lui, parle du ratio de la dette sur produit intérieur brut.

En analysant les chiffres communiqués par le gouvernement, on se rend compte qu’en trois ans, Alassane Dramane Ouattara aura quasiment retrouvé le stock ancien de la dette avant le ppte. Regardons ensemble.

Si avant le ppte, la dette représentait 70% du pib et que le pib nominal donné par le gouvernement était estimé en 2011 à 11.360 milliards de fcfa, alors la dette serait de 7.952 milliards de fcfa environ. Après le ppte, le ratio en 2012 est tombé, selon le gouvernement,  à 35%, comme effet automatique du ppte donc sans effort de sa part. Ainsi pour un pib estimé à 12.600 milliards de fcfa, cela donne un montant de dette de 4.410 milliards de fcfa. Puis en 2013, le ratio repart à 49%, pour un pib estimé à 14.126 milliards de fcfa, toujours selon le gouvernement. Ce qui donne un stock de dette de 6.921 milliards de fcfa environ.

Si l’on considère que leurs chiffres sont crédibles et que leurs estimations et projections le sont aussi, alors en 2014, le pib sera de 15.760 milliards de fcfa avec 49% de dettes, soit 7.722 milliards de francs cfa. En 2015, le pib sera de 17.330 milliards de fcfa avec un ratio constant de 49%, soit un stock de dette qui se chiffrerait à 8.491 milliards de francs cfa. On aura donc dépassé, sous le mandat de Ouattara, le niveau de stock de la dette avant ppte. Le ppte aura donc servi à quoi  pour Ouattara, sinon à surendetter de nouveau son pays?

Par ailleurs, si l’on se réfère aux données présentées en conseil des ministres relatives à la programmation budgétaire et économique pluriannuelle 2014-2016, en 2016 le produit intérieur brut projeté est de 19.104 milliards de fcfa. En faisant l’hypothèse héroïque que le ratio dette sur produit intérieur brut restera constant à 49%, alors le stock de dette sera de 9.360 milliards de fcfa.

Le gouvernement pouvait sûrement être plus précis quand il s’agit de nous dire comment le comité mis en place va travailler de sorte que la qualité de la dette soit « utile » et comment il fera pour que, année après années l’encours de la dette publique totale sur le pib nominal soit de 34% en 2012, pour descendre progressivement à 31%, puis à 26%, puis à 23% pour arriver à 16% en 2016, ce qui donnerait cette année-là, pour le pib projeté, une dette totale de 3.056 milliards environ. Là où le bât blesse sérieusement dans leur programmation pluriannuelle, c’est que d’après leurs propres chiffres et communiqués, ils sont, en 2013, à 49% au lieu des 31% projetés. Ils nous disent qu’ils sont capables de maitriser l’endettement et font des dépassements dès le départ.

Le gouvernement, dans la seconde partie de son communiqué, fait l’amalgame avec le crédit octroyé par le système bancaire à l’économie, qui est structurellement faible en zone Uemoa et qui mériterait au contraire d’être élevé comme au Maroc ou en France. Un crédit élevé est le signe que les banques font confiance et financent l’investissement et l’économie. Or la faiblesse de nos taux comparés à ceux du Maroc, de l’Afrique du Sud et de la France prouve que le gouvernement profite de la liquidité des banques pour se financer, mais que les banques ne prennent pas le risque de financer l’économie. Tous les rapports de la Bceao déplorent cette faiblesse, qui est tout sauf le signe d’une bonne santé économique. Pour ceux que la thématique intéresserait, nous recommandons la lecture de la page 54 du rapport 2012 en annexe. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Les 19,5 % prouvent, contrairement à ce que le gouvernement voulait faire croire, que les milieux d’affaires n’investissent pas encore. Le crédit à l’économie est différent de la dette publique. C’est une incompétence notoire ou de la malhonnêteté que de vouloir faire l’amalgame des deux.

L’exercice de communication du gouvernement au sujet de l’endettement ressemble donc à un véritable stratagème tendant à tromper une opinion publique qu’il considère comme peu avertie et donne l’impression que les tenants du régime Ouattara ne savent pas quoi dire aux populations après un conseil des ministres.


LIDER - Liberté et Démocratie pour la République

Pour lire le rapport de la Bceao:

http://www.bceao.int/IMG/pdf/pers._econ._2012_intranet_pdf.pdf

 

Source: LIDER-CI.ORG

samedi, 30 novembre 2013

COTE D'IVOIRE «OPACITE»: LA BM ET LE FMI VEULENT LA FIN DU PPU, PROGRAMME PRESIDENTIEL D'URGENCE

 

OUATTARA TENE BIRAHIMA.jpg

Ouattara Téné Birahima



Dans son essence, le Programme présidentiel d’urgence (PPU) est une belle opportunité offerte aux populations pour bénéficier d’investissements rapides dans cinq secteurs considérés comme prioritaires. A savoir, l’eau potable, la santé, l’éducation, l’électricité et la salubrité urbaine. Tiré du Fonds présidentiel spécial d’un montant initial de 45 milliards FCFA, il a permis de réaliser quelques investissements ciblés. Là s’arrête son « bon côté ».

Le revers de la médaille est que la gestion du PPU est décriée depuis sa mise en place parce que enveloppée d’une opacité insupportable. Il y a d’une part, une gestion des fonds centralisée à travers le Fonds spécial présidentiel dont le frère cadet du chef de l’Etat, Birahima Téné Ouattara, est le seul gestionnaire. C’est lui qui détient la bourse et qui décide de l’affectation des fonds. Il ne rend compte qu’au chef de l’Etat seul. Des sources soutiennent qu’il ne produit pas de justificatifs aux dépenses effectuées. D’autre part, en raison du caractère urgent des interventions, la majorité des marchés, s’il y en a, sont passés en gré à gré. Dans le contexte des collectivités décentralisées, ce sont les pots de vin qui déterminent les choix. De 45 milliards FCFA à plus de 200 milliards FCFA, le budget du PPU a connu un bond formidable. Géré de la mauvaise manière. Trop c’est trop, semblent dire le Fmi et la Banque mondiale, pourtant soutiens principaux de Ouattara. Ces deux institutions estiment que la barre du tolérable a été franchie. Selon la dernière édition de La Lettre du Continent, elles «exercent d’amicales pressions auprès d’Alassane Ouattara pour obtenir la dissolution du Programme présidentiel d’urgence » pour «gestion jugée trop opaque». Que va faire Alassane Ouattara ?

In le quotidien ivoirien "Notre Voie" et "La Lettre du Continent".

jeudi, 28 novembre 2013

COMMENT DEVENIR IVOIRIEN EN SOIXANTE HEURES!

IVOIRIEN EN 60 HEURES.jpeg


"Le tout nouveau ministre délégué au Budget d'Alassane Dictateur Ouattara, est Sénégalais!" Cette nouvelle a fait le tour de la Côte d'Ivoire et de toute la diaspora. En 1990 déjà, Sydia Touré, un Guinéen pur jus, avait officié plus de trois ans comme Directeur de Cabinet d'un certain Alassane Dramane Ouattara, Premier Ministre burkinabé d'un président ivoirien Félix Houphouet Boigny, en Côte d'Ivoire ! Aujourd'hui, Sydia Touré est rentré dans sa Guinée natale, il a pris goût à la politique, et se trouve dans l'opposition.

Rebelote ce jour : ce n'est pas un jeune Ivoirien de 32 ans que Ouattara a nommé « porte drapeau de l'excellence ivoirienne et ambassadeur de la jeunesse Ivoirienne »! Ayant fait ses armes chez Goldman Sachs, une banque qui a causé la ruine de beaucoup d'entreprises et qui est à l'origine de la spéculation boursière sur les denrées alimentaires, spéculation ayant provoqué des famines à grande échelle, on peut se poser des questions sur le dévouement corps et âme de ce jeune loup de la finance, qui a quitté un emploi en or pour se précipiter à l'appel du génie en économie, le Dr Ouattara afin de sauver la Côte d'Ivoire ruinée par l'incurie d'une économie sécurisée d'un Bohoun Bouabré et dix ans de gestion calamiteuse d'un président Gbagbo contraint à la cohabitation avec des serpents et des scorpions. Comment un Sénégalais, ministre du Budget ivoirien, venant d'une institution bancaire internationale qui a semé plus de larmes que de rires, viendra-t-il en aide à Alassane Dictateur Ouattara, si ce n'est en aggravant encore davantage la situation, enfonçant notre pays dans la dette, en prétendant le contraire!

côte d'ivoire,comment devenir ivoirien en soixante heures!,"le tout nouveau ministre délégué au budget,d'alassane dictateur ouattara,est sénégalais!"

Mais revenons aux origines du conflit sur la nationalité du nouveau ministre, le jeune et fringant A.Cissé, 32 ans. L’Annuaire de recherche de l’Ecole Polytechnique de Paris vient de modifier sur son site internet la nationalité de son ancien élève étranger, Abdourahmane Cissé. Le 19 novembre 2013, à côté de son nom figurait encore le drapeau sénégalais et l’année de sa promotion :2001. Mais comme par magie, alors que sur les réseaux sociaux on apprenait la supercherie, le 22 novembre 2013, le drapeau a été modifié pour faire apparaître... celui de la Côte d’Ivoire. Nous attendons que cette prestigieuse école française qui forme les élites, nous explique comment en quelques soixante heures, la nationalité du polytechnicien concerné a pu être modifiée, sans que le quidam se soit déplacé en France, au siège de l'Ecole, avec ses nouveaux papiers d'identité afin de rectifier une hypothétique erreur du service informatique.

côte d'ivoire,comment devenir ivoirien en soixante heures!,"le tout nouveau ministre délégué au budget,d'alassane dictateur ouattara,est sénégalais!"

PHOTO 1: CAPTURE D'ÉCRAN DU SITE DE POLYTECHNIQUE PRISE HIER (21 NOVEMBRE 2013). CISSE ABDOURAHMANE: SENEGAL

 

côte d'ivoire,comment devenir ivoirien en soixante heures!,"le tout nouveau ministre délégué au budget,d'alassane dictateur ouattara,est sénégalais!"

PHOTO 2: ABDOURAHMANE CISSE DEVIENT IVOIRIEN DEPUIS CE MATIN (22 NOVEMBRE 2013)


côte d'ivoire,comment devenir ivoirien en soixante heures!,"le tout nouveau ministre délégué au budget,d'alassane dictateur ouattara,est sénégalais!"

PHOTO 3: DANS L'ANNUAIRE DES ANCIENS ÉTUDIANTS, NOTRE CHER ABDOURAHMANE CISSÉ EST SÉNÉGALAIS. LE WEBMASTER DE POLYTECHNIQUE AYANT OUBLIÉ DE FAIRE DES CORRECTIONS SUR TOUT LE SITE. UN CRIME N'EST JAMAIS PARFAIT.


Pourquoi maquiller en catimini ces données, simplement parce que des internautes sur la toile ont découvert le pot aux roses, en pianotant sur le site de l'école ? Comment, devant la menace, oh combien risible de quelques « cyber-activistes excités », une institution aussi prestigieuse a-t-elle pu sans autre forme de procès, et sans consultation de son Conseil d'administration, se permettre de falsifier les données de son propre fichier ? N'est-ce pas là, la preuve que cette nomination n'est pas fortuite, qu'il faut cacher à tout prix que cet homme n'est pas Ivoirien. S'il s'était simplement agit de rajouter qu'entre temps ce Mr Cissé avait fait des démarches, au bout desquelles, vivant en Côte d'Ivoire, il aurait obtenu sa naturalisation, il pourrait arborer maintenant deux nationalités : sénégalaise et ivoirienne. Mais là visiblement on veut dissimuler la nomination frauduleuse d'un non Ivoirien. Si cette correction à distance, plus proche d'une fraude que d'un rectificatif, est avérée dans le dossier de son ancien élève originaire du Sénégal, alors l'affaire est grave : Parce que cette intervention à distance n'est pas celle d'un marabout sénégalais, ni même celle du bras long de Ouattara pour sauver son régime à l'agonie, ni celle de ses amis Campaoré ou Wade appelés à la rescousse, mais plutôt celle d'un coup de fil donné depuis le Quai d'Orsay ou encore de l'Elysée à l'Ecole Polytechnique, afin de modifier rapidement le profil d'un ancien élève.

Une fois encore la France vole au secours du vieux tocard burkinabé et de son jeune Poulain sénégalais, pour masquer les agissements d'un gouvernement putschiste en mal de crédibilité, et étouffer le coup d'état de trop perpétré en Côte d'Ivoire en avril 2011. Si vraiment il y avait besoin d'épauler la gestion calamiteuse de la Côte d'Ivoire aux arrêts, en nommant ce polytechnicien, il faut comprendre qu'il n'y avait plus beaucoup de choix dans le catalogue des rattrapés. Aucun candidat ivoirien rattrapé ou en rattrapage qui aurait pu faire l'affaire, aucun économiste de Lider ou proche de l'ex majorité présidentielle qui ait accepté de se salir, de se suicider politiquement en se mettant au service du despote économiste pseud'éclairé . Ce Golden Boy sénégalais que l'on nous impose depuis la France, vient probablement encore pour accélérer la liquidation de notre économie, mais il sortira des explications plus alambiquées que celles du Père Dramane de Kong parlant aux frères Cissé « l'argent travaille sans circuler », ou celles de dame Dominique initiant les femmes du Nord au micro crédit à 12 pour cent l'an. Ca c'est du basique, de l'économie pour les nuls. Lui, le Polytechnicien nous expliquera en termes savants que l'accent mis sur les importations presque exclusives, en Côte d'Ivoire, au prix fort, au détriment des exportations presque gratuites des matières premières, et de la dégradation de la filière café-cacao dont les prix chutent de plus en plus, c'est la nouvelle économie « gagnant-gagnant », le tout avec des schémas en trois dimensions et des statistiques qui nous laisserons rêveurs : bientôt l'économie ivoirienne volera au secours de la Chine ! Alors qu'en vérité, le seul oxygène qui se respirera encore en Côte d'Ivoire, ce sera celui de l'endettement, sous le masque de la survie promise à ce pays phare, la Dramanie. Le mensonge n'existera plus, il sera dorénavant intégré au code génétique de cette nouvelle race d'onagres, champions à tout faire au service de leur éleveur français.

 

Shlomit Abel, 24 novembre 2013.

mardi, 19 novembre 2013

INCAPABLE DE PROUVER SES ACCUSATIONS CONTRE GBAGBO, BENSOUDA «PLEURNICHE» AUPRES DU POUVOIR FRANÇAIS

 

FATOU BENSOUDA 7.jpg

 

En dépit de plus de trois ans d’enquête et d’accusations péremptoires, l’Accusation n’a rien trouvé contre le président Laurent Gbagbo. En désespoir de cause, elle se tourne vers l’Etat qui a, sous un précédent exécutif, tout fait pour tuer Gbagbo, sinon physiquement, du moins politiquement : la France. C’est en tout cas ce que révèle La Lettre du Continent. « Priée, en juin, de revoir sa copie à la demande des juges de la Cour pénale internationale (CPI) à l’issue de la première audience de confirmation des charges pesant sur Laurent Gbagbo, la procureure Fatou Bensouda aurait – entre autres – approché le ministère français de la défense pour muscler son dossier. L’ex-ministre originaire de Gambie souhaite notamment entrer en possession de la liste établie par la force française Licorne détaillant par le menu l’arsenal d’armes lourdes qui aurait été découvert dans les sous-sols de la présidence ivoirienne au lendemain de la crise postélectorale de 2011 », écrit le périodique édité à Paris.

La démarche est curieuse. En effet, des informations de première main nous permettent d’affirmer que les services de l’Etat à leur plus haut niveau, sous Nicolas Sarkozy, ont activement participé à l’opération « ferrer Gbagbo ». Si Sarkozy et la force Licorne n’ont pas apporté des informations décisives sur une éventuelle implication du chef de l’Etat ivoirien en exercice d’alors dans la commission de crimes contre l’humanité alors que « le fer était chaud », que peut bien faire Hollande aujourd’hui, avec autant de… retard ? De plus, si des armes lourdes ont été découvertes dans le sous-sol de la présidence ivoirienne, c’est bien parce qu’elles n’ont pas été utilisées pour commettre des crimes. Et posséder des armes dans un contexte de guerre civile et de guerre sournoise menée par des pays tiers, ne signifie pas qu’on a l’intention de commettre des crimes contre l’humanité ! Cette logique conduirait à traduire devant la justice internationale à peu près tous les chefs d’Etat du monde ! Il est tout de même important de noter, audelà de l’anecdote, qu’il était a priori facile de « coincer » Gbagbo, si les crimes qu’on lui attribue sans pouvoir les prouver avaient vraiment été planifiés par lui.

En effet, la guerre postélectorale ivoirienne était une guerre « avec observateurs ». L’armée française était là, et avait les moyens humains, logistiques et scientifiques de recueillir un nombre important de preuves – surtout que le pouvoir politique de l’époque avait déjà clairement exprimé son intention de conduire Gbagbo à La Haye ; celui de Chirac aussi, et ce depuis 2003. Les capacités françaises en matière d’espionnage et d’écoutes téléphoniques sont grandes, surtout dans son pré carré, littéralement quadrillé par les câbles de fibre optique d’Alcatel Lucent – dont une ministre française a révélé récemment qu’elle était une entreprise stratégique pour des raisons relevant du renseignement – et par les installations des filiales de France Télécom, société d’Etat. L’ONUCI était là, et avait elle aussi à sa disposition des experts aux compétences avérées. Les organisations de défense des droits de l’Homme étaient présentes. Pourtant, aucune étude balistique sérieuse, aucune autopsie, aucun témoignage de première main étayé par des données matérielles, n’ont pu être fournies jusqu’à présent par le bureau du procureur auprès de la CPI. Vous avez dit bizarre ? Comme c’est bizarre !


Philippe Brou, in le quotidien ivoirien "Le Nouveau Courrier".


Source: CONNECTION IVOIRIENNE

lundi, 18 novembre 2013

APRES AVOIR REUSSI SA MISSION DE DESTABILISATION DE LA COTE D'IVOIRE, ANTHONY WARD SE DEBARRASSE D'ARMAJARO

 

ANTHONY WARD.jpg


Anthony Ward le co-fondateur du fonds spéculatif (hedge fund) britannique Armajaro a cédé ses activités de trading de cacao, café et sucre au négociant helvétique, Ecom Agroindustrial. L’histoire d’Armajaro est strictement liée à la tragédie que connait la Côte d’Ivoire depuis 1999. Le groupe Armajaro nait en effet en mai 1998, en décembre de l’année suivante, plus précisément le 24/12/1999,   la Côte d’Ivoire connait le  premier coup d’État de son histoire. Le général Robert Guei renverse Henri Konan Bédié. Les événements futurs nous apprendront que le général Guei avait en réalité  exécuté le coup d’État pour le compte d’Alassane Dramane Ouattara. Ce même Alassane Dramane Ouattara dont le beau fils LOIC FOLLOROUX, fils de son épouse Dominique Folloroux Ouattara est le directeur  Afrique… d’Armajaro.

LOIC FOLLOROUX.jpg

Loïc Folloroux, fils de Mme Ouattara et directeur Afrique d’Armajaro

Quoiqu’il en soit, les choses n’iront pas exactement comme Anthony Ward et ses partenaires en affaires les Ouattara avaient prevu. En effet, le général Guei qui ne devait servir que de passerelle refuse d’abandonner le pouvoir au profit d’Alassane Dramane Ouattara le cerveau du coup d’État. Pire encore, il exclue des élections présidentielles d’octobre 2000 celui là même qui lui avait offert sur un plat d’argent le pouvoir. Les Ouattara et leurs sponsors se souviendront de cet affront lorsque le moment de régler les comptes arrivera. Robert Guei sera assassiné dans la nuit du 18 au 19 septembre 2002.

Avant cela, en Octobre 2000, Laurent Gbagbo est élu président  de la république et décide de favoriser les producteurs locaux de cacao, au détriment des multinationales étrangères qui auraient voulu prendre le contrôle de toute la filière. C’en est trop pour Anthony Ward et Armajaro qui décident de relancer leur joker Ouattara en l’installant par les armes au pouvoir. Mais cette fois ci, Armajaro et Anthony Ward décident d’être prudents.   Le pied de nez du général Robert Guei en 2000 leur a servi de leçon.  Tout en préparant minutieusement la déstabilisation de la Côte d’ivoire, Anthony Ward et ses complices décident d’ouvrir un front financier en se lançant dans la spéculation boursière. Cette nouvelle activité leur permettra en cas d’échec du coup de force qu’ils préparent, de récupérer au moins les énormes sommes d’argent investies dans la déstabilisation du pays de Laurent Gbagbo.  Entre fin 2001 et Aout 2002, Ward spécule sur le cacao achetant jusqu’à 203.000 tonnes de fèves. La rébellion commence un mois après.  Le 19 septembre 2002 , la Côte d’ivoire qui représente 40% du marché mondial de Cacao se retrouve coupée en deux, rendant difficile l’acheminement du Cacao vers l’étranger. Le prix de la tonne de cacao augmente de 60% et Anthony Ward et ses partenaires malgré l’échec temporaire de la rébellion ivoirienne empochent €62 millions de bénéfices. Pas mal pour un échec.

ALASSANE OUATTARA ET MADAME.jpg

Alassane Dramane Ouattara et madame

Le 25 novembre 2002, dans un long article écrit sous un nom d’emprunt, le journaliste franco-canadien Guy André kiffer dénoncera le rôle joué par Anthony Ward, plusieurs multinationales et des personnalités soit ivoiriennes qu’étrangères dans la déstabilisation de la Côte d’Ivoire. Cet article lui coutera cher. Le 16 avril 2004, Guy André Kiffer disparait. Jusqu’à ce jour, il n’a plus jamais été retrouvé. Le crime de Guy André Kiffer avait sans doute été de dénoncer trop tôt un procédé qu’Anthony Ward et ses complices avaient l’intention de renouveler.

GUY-ANDRE KIEFFER.jpg

Le journaliste franco-canadien Guy André Kiffer

En juillet 2010 en effet, en prévision de la reprise de la guerre en Côte d’Ivoire, Armajaro récidive en achetant 240.100 tonnes de fèves, Soit 7% de la production mondiale de cacao, ou 15% des stocks mondiaux et 25% des stocks européens estimés. Quelques mois plus tard en décembre 2010, éclate la crise post-électorale en Côte d’ivoire. Alassane Ouattara le candidat d’Armajaro et de la France demande de faire pression sur le président élu Laurent Gbagbo en imposant un embargo à la Côte d’Ivoire. La requête qui est appuyée aux nations unies par la France est acceptée et c’est ainsi que   40% de la production mondiale de Cacao se retrouve sous embargo, Armajaro peut donc  vendre à prix d’or ses stocks, pendant que la France et les nations-unies appuyées par les rebelles d’Alassane Dramane Ouattara  renversent le 11 avril 2011, après d’intenses combats contre l’armée régulière ivoirienne, le président élu Laurent Gbagbo. Pour l’opération d’achat de fèves de juillet 2010, Armajaro bénéficia de l’apport financier de la banque française BNP Paribas qui l’aidera à acheter 102.450 tonnes de cacao. L’on comprend mieux pourquoi cette même banque à travers sa filiale ivoirienne la BICICI fut  la première banque à fermer ses guichets à partir de février 2011,  dans le but d’affaiblir financièrement le régime du président Gbagbo et précipiter ainsi son départ.

Au moment où il cède ses activités à Ecom Agroindustrial Anthony Ward alias «Chocolate Finger» est considéré le plus célèbre spéculateur dans le secteur du cacao. Cette célébrité dérive essentiellement des opérations réalisées en 2002 et en 2010, mais comme nous l’avons constaté plus haut, Anthony Ward n’est qu’un criminel à col blanc. Les délits commis par Anthony Ward, son groupe Armajaro et tous ses complices en 2002 et en 2010 sont connus dans le monde boursier sous le nom de délit d’initié. Ce qu’Anthony Ward et ses complices firent, fut simplement de financer une rébellion dans un pays qui représente 40% du marché mondial de cacao, programmer les attaques de cette rébellion, et par conséquent des périodes durant lesquelles le cacao ivoirien aurait fait défaut sur le marché mondial. Ensuite,  en fonction de ces dates, acheter de façon anticipée de grandes quantités de cacao et attendre.  Des spéculations  cyniques et criminelles  faites au prix de milliers de vies innocentes.

La prise du pouvoir par les armes par Alassane Dramane Ouattara le 11 avril 2011 eut comme conséquence directe de mettre la Côte d’Ivoire à l’abri des complots ourdis par Armajaro. Ce nouveau statut  comporta pour Anthony Ward et son entreprise une baisse des profits. La Côte d’Ivoire ne devant plus être déstabilisée,  plus de spéculation possible. Fallait donc se débarrasser de ce colis encombrant qu’était devenu Armajaro, d’où sa cession au groupe suisse Ecom Agroindustrial.

 

ACC- Côte d’Ivoire

dimanche, 17 novembre 2013

PRET DE SASSOU A OUATTARA, COLERE AU CONGO-BRAZZAVILLE: «SASSOU S'AMUSE A L'ECONOMIE D'ENDETTEMENT»

 

côte d'ivoire,congo brazzaville,prêt de sassou à ouattara,colère au congo brazzaville,«sassou s'amuse à l'économie d'endettement»


"Au Congo-Brazzaville, il y a un profond malaise recouvert d’un immense embarras. Des révélations par le FMI d’un crédit du Congo-Brazzaville à la Côte d’Ivoire, il en ressort une angoissante impression d’indignation doublée d’incompréhension. Le manque de sens des priorités de l’administration Sassou est sidérant. Le Congo-Brazzaville a prêté 100 milliards de FCFA (environ 152 millions d'euros) à la Côte d'Ivoire. 

L'accord négocié secrètement à Oyo lors de la visite officielle du président ivoirien Alassane Ouattara en juillet 2013 a reçu le feu vert du FMI.

Complice

Le blanc-seing et le manque de réserves du FMI, le gendarme financier international sont troublants. L’institution financière internationale qui a élu le Congo-Brazzaville au statut de pays pauvre très endetté (PPTE) a donné son quitus à l’opération financière. Une opération financière qui s’apparente au fait du prince. Début octobre 2013, Michel Lazare, le chef de mission du Fonds monétaire international (FMI) et son collègue Louis Dicks-Mireaux, spécialiste de la dette, ont accepté que l'État congolais débourse le financement de 100 milliards de F CFA (152 millions d'euros) accordé à la Côte d'Ivoire. Le président Alassane Ouattara avait obtenu ce prêt durant sa visite officielle à Brazzaville, en juin 2013. Il doit servir à soulager les finances publiques et à rembourser les arriérés de paiement liés à la dette intérieure. Mais l'opération minutieusement suivie depuis Brazzaville par Gilbert Ondongo, le ministre de l'Économie du Congo-Brazzaville, et son homologue ivoirienne Kaba Nialé restait suspendue à l'accord du FMI, qui surveille la stratégie de réendettement d'Abidjan comme le lait sur le feu. Cet accord semble avoir été accordé durant la visite d'une mission du FMI, conduite par Michel Lazare, à Abidjan du 17 septembre au 1er octobre 2013 (Jeune Afrique, 6 Novembre 2013). Le Congo-Brazzaville, pays pauvre très endetté (PPTE), est-il devenu le créancier de pays africains en quête de cash ? Les marchés financiers vont-ils être le cœur du métier du Congo-Brazzaville ?

Economie d’endettement

L'économie d'endettement est un système financier où prédomine la finance indirecte, sous la forme d'un financement par le crédit. 

Celui-ci suppose l'intervention d'un processus d'intermédiation financière et l'établissement de relations bilatérales individualisées entre les banques et leurs clients. Les banques prennent un risque de crédit après l'avoir évalué et financent les opérations dont elles anticipent favorablement le résultat. Le crédit constitue ainsi le principal mode de financement de l'activité productive. Même lorsque les entreprises ont par leur dimension un accès au marché des valeurs mobilières, la faiblesse du taux d'autofinancement implique le recours complémentaire au crédit.

L'économie d'endettement ne doit pas être confondue avec l'économie endettée. Il n'est pas incompatible qu'une économie de marchés financiers réalise son équilibre par l'endettement extérieur. La différence majeure entre une économie d'endettement et une économie de marché financier est que, dans la première, la Banque Centrale est un prêteur en dernier ressort contraint d'assurer le bouclage du financement de l'économie alors que, dans la seconde, l'intervention du prêteur en dernier ressort reste discrétionnaire.

En régime de finance directe, les offreurs et les demandeurs de fonds prêtables se rencontrent sur les marchés. Les banques interviennent en vendant et en achetant des titres sans assumer le risque lié aux crédits accordés à des clients identifiés. En revanche, elles assument le risque d’effondrement des marchés, ce qui les oblige à détenir de grandes quantités de titres "sûrs" (valeurs du Trésor). Ce système s’accompagne d’un fort taux d’autofinancement des entreprises. Le taux d’intérêt arbitre entre l’offre et la demande.

Expérimentations hasardeuses

Même si le crédit de Sassou Nguesso à Alassane Ouattara a reçu l’aval du FMI, il n’obéit néanmoins à aucune loi. Les crédits distribués par le Congo-Brazzaville, au bon vouloir de Sassou Nguesso, n’intègrent ni les règles, les techniques et les mécanismes de l’économie d’endettement ni ceux des marchés financiers. Le montage et le bouclage de ces opérations financières échappent aux directeurs de la Banque centrale, du Trésor public et aux commissions des finances du parlement. Ce sont des opérations financières non identifiées (ofni). Et, pourtant, curieusement, ces opérations financières non identifiées (ofni) décrétées au gré des humeurs de Sassou Nguesso reçoivent le feu vert du FMI. Si, le réendettement de la Côte d’Ivoire est assorti de conditionnalités, en revanche, la stratégie de crédit tous azimuts du Congo-Brazzaville ne bénéficie d’aucun encadrement de la part des institutions financières internationales censées le contrôler, le conseiller et l’orienter.

Le Congo-Brazzaville n’est pas, avec la Côte d’Ivoire d’Alassane Ouattara, à sa première expérience en matière d’octroi de crédits. Il a déjà prêté 50 milliards de francs CFA à la BDEAC, 50 milliards de francs CFA au Niger, 50 milliards de francs CFA à la Guinée et plus récemment 25 milliards de francs CFA à la République centrafricaine. Dans toutes les chancelleries africaines le sujet est au centre des conversations et tout le monde se met à rêver d’obtenir un prêt de la République de Sassou Nguesso. « Qui cherche des milliards, se rend à Oyo ». C’est la blague du moment dans les capitales africaines. Le Congo-Brazzaville a-t-il tellement de liquidités qu’il ne sait quoi en faire ? Remarquons que ce petit pays pétrolier qui dispose de plus de 3000 milliards de réserves à la BEAC compte parmi les moins lotis en infrastructures routières, universitaires, hospitalières, scolaires, hydroélectrique, portuaires, hydrauliques, aéroportuaires…

Un étudiant, Norbert Mboungou, a perdu une main pour avoir revendiqué le paiement de la bourse. Pendant que Sassou Nguesso joue à « la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le boeuf», les enseignants attendent la modification de la valeur indiciaire, les ménages l’augmentation du pouvoir d’achat et les populations du Congo-Brazzaville le financement des programmes sociaux.

Les populations du Congo-Brazzaville ont le droit d’être traitées pour ce qu’elles sont : des adultes moins ignorants de la complexité des mécanismes et des rouages monétaires et financiers que ne semblent trop souvent le croire Sassou Nguesso, Gilbert Ondongo, Isidore Mvouba, Rigobert Maboundou, le PCT et les épigones du « chemin d’avenir ». 

Depuis 1997, les populations du Congo-Brazzaville attendent de Sassou Nguesso un discours de vérité et une vision d’avenir. Evidemment, bien sûr, l’un et l’autre font cruellement défaut à Sassou Nguesso, au PCT et aux épigones du « chemin d’avenir » animés par la kleptomanie, le clientélisme, la corruption et l’enrichissement personnel."


Benjamin BILOMBOT BITADYS

Article publié le 10 novembre 2013 au Congo-Brazzaville.

mardi, 12 novembre 2013

MAINTIEN EN DETENTION DE LAURENT GBAGBO - Me NORBERT TRICAUD (AVOCAT A LA CPI): «C’EST UNE DECISION POUR PREPARER SA LIBERATION»


LAURENT GBAGBO. SOURIRE.jpg


Contrairement aux apparences, les conclusions de la Chambre Préliminaire I de la CPI ce 11 novembre 2013 dans l’affaire Gbagbo, ouvrent une vraie brèche à la prochaine libération de Laurent Gbagbo. Joint au téléphone juste à l’énoncé de la décision, c’est ce qu’explique Maître Norbert Tricaud, spécialiste des arcanes de la CPI et membre de la défense du sénateur Congolais Jean Pierre Bemba… LA LIBÉRATION SE POINTE A l’HORIZON!


Selon l’avocat Français, la libération provisoire de Laurent Gbagbo serait presqu’acquise. Tout n’est plus qu’une question de forme. Etant entendu que sur le fond, Fatou Bensouda a échoué à produire des preuves supplémentaires contre Gbagbo. « Cette décision est une préparation psychologique pour aller à la libération de Laurent Gbagbo. La chambre laisse du temps au bureau du procureur pour mener des négociations afin de trouver un pays signataire du Statut de Rome afin que Laurent Gbagbo y soit transféré. Il faut donc comprendre que l’arrêté de la CPI de ce jour est une décision intermédiaire pour préparer la libération de Gbagbo…», fera savoir Norbert Tricaud, l’avocat international.

Pour le défenseur du congolais Jean Pierre Bemba, la vraie question qui se pose aujourd’hui est de trouver un pays signataire du statut de Rome pour y transférer Laurent Gbagbo étant entendu que la CPI ne voit plus d’un bon œil les pays Africains qui se sont manifestés pour accueillir l’ex-président Ivoirien. Pour le bureau du procureur, ces nations seraient sous influence de la récente grogne de l’union Africaine contre les pratiques de la CPI, mais surtout presque « contaminés » par la décision du Kenya de se retirer du Statut de Rome. En clair, la CPI a peur de perdre son colis Laurent Gbagbo en cour de route. D’ici au 02 décembre donc, ça va négocier fort et serré c’est sans doute pourquoi les juges de la CPI veulent reculés pour mieux sauter.


Augustin Djédjé

Envoyé spécial d’EventNewsTv à la Haye.

lundi, 11 novembre 2013

WATTAO, UNE INSULTE A L’INTELLIGENCE

WATTAO 2.jpg

 

Le 6 novembre dernier, sur France Culture, le journaliste Emmanuel Leclère a dressé un portrait surréaliste d’Issiaka Ouattara, dit « Wattao », l’un des personnages centraux de la crise ivoirienne depuis la rébellion issue du Coup d’Etat manqué du 19 septembre 2002 en Côte d’Ivoire.

Quand j’ai écouté la première fois ce billet « culturel » ( ?!), j’ai d’abord fait le rapprochement avec le récent reportage de Christophe Hondelatte où ce même Wattao joue la « vedette américaine » en exposant sans vergogne sa « belle gueule » et son « bling-bling » comme le répète Emmanuel Leclère.

Puis je me suis posé la question : pourquoi une telle médiatisation d’un personnage falot qui ne doit sa « réussite » qu’à ses rapines de soudard éclaboussé du sang de ses compatriotes ?

En effet Wattao n’est ni un « ancien chef de guerre », ni un « ex-chef rebelle efficace », ni un « bon commerçant dioula » (pour les connaisseurs, c’est un pléonasme)….Non Wattao est un prédateur nourri de mutineries, de désertions et de rébellions, bras armé des vrais profiteurs de la longue agonie de la démocratie en Côte d’Ivoire, qui n’aurait jamais atteint le sommet du Pouvoir sans l’intervention militaire française en 2011, comme le reconnaît benoîtement Monsieur Leclère.

Wattao est au niveau des autres chiens de guerre qui ont sévit et continuent de sévir un peu partout en Afrique, le plus souvent « commandités » par des mains « obscures » mais expertes à manipuler des pauvres bougres vite enivrés par un pouvoir « inespéré » et qui finit, toujours, par les dévorer.

J’ai connu Wattao petit kakaba du Coup d’Etat contre Bédié en 1999. Il errait dans les couloirs de la Primature (où le Général Guei avait pris ses quartiers au début de la Transition). Il réapparait au cours du Coup d’Etat manqué du 19 septembre 2002, après avoir fui au Burkina à la suite de l’échec d’une mutinerie anti-Guei en 2000. Il fait rapidement partie des Commandants de Zones (les « Com’Zones ») mis en place par la rébellion qui s’installe dans le Nord du pays après l’échec du Coup lui-même. Il dirige la « compagnie »Anaconda (sans doute dénommée ainsi d’après son surnom personnel : Saha Bélé Bélé-le gros serpent en dioula).Maître de la zone de Seguela, il organise tous les trafics possibles (or, diamant, braquages des agences de la BCEAO…) et n’hésite pas à étendre son territoire en « annexant »  la zone de son complice et néanmoins adversaire « en affaires », Koné Zacharia, lors de la disgrâce de celui-ci prononcée par Guillaume Soro, après une énième exaction mal venue dans le contexte du rapprochement « tactique » entamée par le leader des rebelles qui, on le sait aujourd’hui, n’était que le début de la machination qui devait conduire au renversement du président Gbagbo par tous les moyens.

Ainsi, lors de la cérémonie pour la Fête Nationale le 7 aout 2007, le « Commandant » Wattao exhibe son bel uniforme d’officier et s’affiche, dans le sillage du président Gbagbo, entre le Général Mangou, Chef d’Etat Major des Armées et le Général Clément-Bollée, patron de la Force Licorne (celui-là même que Ouattara vient d’appeler pour « tenter » de recréer une armée nationale digne de ce nom…).

WATTAO.jpg

Wattao et ses coreligionnaires sont de retour dans la République. Mais, dès le début de la crise postélectorale, lui et les autres retournent à leur destin : mercenaires sans foi ni loi, à la tête d’une horde hétéroclite chargée de prendre Abidjan après avoir semé terreur et désolation dans tout le pays. Malgré l’apport logistique et l’ordonnancement tactique mis au point par les « donneurs d’ordre » occidentaux, ils seront mis en déroute les 31 mars et 1er avril 2011, contraints de se retirer de la majeure partie de la ville. Et si la Force Licorne n’avait pas, comme le dit Emmanuel Leclère, « fait le ménage », Wattao ne serait jamais arrivé à la Résidence le 11 avril (où, d’ailleurs, ni lui, ni personne, n’a « passé » les menottes au président Gbagbo).

Il fallait rappeler tout cela pour faire comprendre la réalité de la Côte d’Ivoire d’aujourd’hui. Plus de 30 mois se sont écoulés depuis que François Fillon, Premier Ministre à l’époque, a déclaré devant l’Assemblée Nationale française qu’il « était fier que l’armée française ait participé au rétablissement de la démocratie en Côte d’Ivoire ». Quelle démocratie ? Celle qui érige en maitres du jeu des chefs de bandes qui n’obéissent qu’à leurs propres lois, celle qui piétine les libertés fondamentales au gré de ses humeurs, celle qui laisse mourir en prison les uns et contraint à l’exil les autres, celle qui pille l’économie nationale et étale insolemment le fruit de ses méfaits face à une population exsangue et meurtrie ?

Pour quelques observateurs des médias internationaux, des « sujets » comme Wattao sont, peut-être, une « source d’inspiration » pour des reportages « chocs », mais pour l’immense majorité des ivoiriennes et des ivoiriens, ainsi que pour tous ceux qui sont attachés au respect du Droit et des Libertés, où qu’ils soient, c’est une forme d’ « insulte à l’intelligence ».

En effet, alors que le Procureur à la Cour Pénale Internationale (CPI) n’en finit plus d’essayer de se justifier dans sa tentative désespérée de trouver des charges contre le président Gbagbo, la Côte d’Ivoire s’enfonce, jour après jour, dans une spirale infernale. Aujourd’hui le pays du président Houphouët, père du « miracle ivoirien », le pays du président Gbagbo, qui avait réussi à atteindre, dans un climat de guerre larvée et de partition du pays, le Point de Décision de l’initiative PPTE (que Ouattara s’est « adjugé », comme beaucoup d’autres réalisations entamées sous le président Gbagbo), ce pays-phare de l’Afrique, vient tendre piteusement la main, ici et là, pour faire « ses fins de mois »…. !

Il est temps que la « communauté internationale », ou du moins ceux qui s’en prévalent, comprennent enfin qu’une Nation ne peut pas être l’otage de « héros » de mauvais films confortés par la lâcheté d’une petite partie de la classe politique prête à toutes les compromissions pour assouvir une soif effrénée d’argent et de pouvoir. La Côte d’Ivoire est une grande nation qui ne se reconnaît pas dans des quelconques Wattao et qui aspire à se développer dans l’harmonie et la concorde, dans le respect des convictions des uns et des autres, dans le cadre d’un débat démocratique libre et pacifique. L’immense espoir qui commence à naître, dans le sillage des actions menées à travers le pays par les dirigeants du FPI, dans l’attente de l’élargissement, indispensable désormais du président Gbagbo, préfigure cette Côte d’Ivoire de demain où personne, quelques que soient ses choix politiques ou religieux, ne sera exclu de la communauté nationale.

Non Wattao n’est pas le « Sheriff » d’Abidjan mais, plutôt, son Dalton.


Le 11 novembre 2013,

Bernard Houdin

Conseiller Spécial du président Laurent Gbagbo

dimanche, 10 novembre 2013

INTERVIEW DU JOURNALISTE PERSECUTE POUR AVOIR DENONCE LES CRIMES DE LA FRANCE EN AFRIQUE

 

SILVESTRO MONTANARO.jpg

Silvestro Montanaro

Silvestro Montanaro, journaliste italien, depuis de nombreuses années racontait les injustices dont sont victimes les classes les plus défavorisées à travers le monde. C’est cette mission qu’il honora lorsqu’il decida de raconter la crise ivoirienne, et la vie de Thomas Sankara. Apparemment cet excès de zèle pour la défense des plus faibles n’était pas du gout de la RAI (télévision publique italienne) son entreprise, qui cédant aux nombreuses pressions a décidé de suspendre son émission C’ERA UNA VOLTA.

Dans cette interview exclusive réalisée et traduite de l’Italien au français pas ACC- Côte d’Ivoire, avec la collaboration de Gahié Kuidé Bosow, Silvestro Montanaro nous parle de son travail passionnant et  de son combat pour la liberté d’expression.

Les ivoiriens découvrirent vous et votre émission C'ERA UNA VOLTA (il était une fois) grâce au documentaire LA FRANCIA IN NERO (La France en Noir). Nous imaginons tout de même que vous n’avez pas commencé à militer pour les droits des plus faibles en 2012 date de sortie de ce documentaire. Qui est Silvestro Montanaro? Pourquoi avoir choisi de lutter pour les Sans voix?

 Silvestro Montanaro est un homme ordinaire comme tant d’autres. Et c’est c’est un journaliste, c’est à dire une personne qui est payée pour raconter honnêtement la vérité. Toute la vérité. Son éditrice est ce personnage qui de plus en plus dérange et est renié. La vérité. Avec la vérité, son patron ce sont les lecteurs ou les téléspectateurs qui regardent ses reportages. Relevant du même ordre d’importance que la vérité et les téléspectateurs, ceux qui lui confient leur propre histoire et leurs souffrances. Et puis, un journaliste mieux que quiconque, est en mesure de ressentir l’injustice commise aux dépens des autres. Surtout lorsqu’elle est commise aux dépens de personnes sans défense. Comme si c’est lui qui l’avait subie. Un journaliste est naturellement la voix de ceux qui n’ont pas de voix. S’il déroge à ce devoir… il n’est qu’un vulgaire escroc.

En dehors de LA FRANCIA IN NERO quelles ont été vos réalisations les plus importantes? Avez vous jamais reçu un prix au niveau professionnel?

 J’ai eu la chance de faire le tour du monde et de vivre certaines pages parmi les plus dramatiques de l’histoire du monde. J’ai réalisé environs soixante (60) reportages d’une durée d’une heure et des dizaines d’émissions concernant les violations des droits de l’Homme, le trafic des femmes et des enfants, les méfaits et les crimes de plusieurs multinationales. J’ai eu à parler de plusieurs guerres, surtout celle en Afrique, qui sont si souvent honteusement et faussement présentées aux occidentaux comme étant de simples guerres ethniques ou tribales. J’ai raconté et fait voir que derrière plusieurs crises sanglantes en Afrique, se cachent les appétits gloutons néocoloniaux de grandes puissances et leur désir de continuer à voler les ressources de ce continent, grâce aussi à l’aide de leurs marionnettes installées au pouvoir en Afrique. Je l’ai toujours fait en citant les acteurs principaux et en apportant des preuves.

Plusieurs de mes réalisations me sont chères. Une que je chérie particulièrement, c’est celle qui parle de Thomas Sankara, le grand président du Burkina-Faso. Elle expose ses idées extraordinaires, et sa façon de vivre tout aussi extraordinaire. Et j’ai apporté dans cette émission les preuves qui inculpent les criminels qui l’assassinèrent avec l’apport de certains gouvernements occidentaux et de présidents-gansgsters des pays limitrophes.

Je crois avoir remporté toutes sortes de prix au niveau italien et international. J’ai aussi été sélectionné pour l’Oscar du documentaire. Mais le prix le plus beau a toujours été pour moi l’estime dont je jouis auprès des personnes dont j’ai racontées l’histoire, le sobriquet par exemple qui m’a été affublé en Afrique est LE GRIOT BLANC. Un vrai honneur.

 

 Et ce jour ils assassinèrent la Félicité (documentaire de Silvestro Montanaro sur Thomas Sankara)

Comment êtes vous venu à connaissance de la situation en Côte d’Ivoire? Après votre enquête et votre émission, quelle idée vous vous êtes fait de la guerre en Côte d’Ivoire?

 Je suis régulièrement ce qui se passe en Afrique. C’est sur vos terres qu’on a expérimentés et qu’on expérimente une grande partie des mécanismes diaboliques qui aujourd’hui affligent le monde. Un exemple parmi tant d’autres? L’utilisation de la dette comme méthode d’étranglement de pays entiers, et le nouvel esclavage, celui financier. Votre extraordinaire pays a vécu une dizaine d’années d’horreurs. Aucun des protagonistes sur le terrain ne peut se vanter de n’avoir pas sali ses mains de sang. Cependant, ce que même un aveugle, s’il est honnête pourrait remarquer, c’est qu’une grande main blanche très souvent, s’est interféré entre les protagonistes, et parfois même a orienté votre tragédie. La France a de fait combattu un président démocratiquement élu et elle l’a combattu parce que ce dernier était opposé à ses diktats et aux intérêts de la France. La France a voulu éliminer une expérience qui, bien qu’ayant ses limites était tout de même une expérience d’émancipation et de souveraineté nationale.

Nous savons qu’après votre émission sur la Côte d’Ivoire, vous avez subi beaucoup de pressions tant de la part des autorités ivoiriennes que de la RAI votre entreprise. Pouvez vous nous raconter tout ce que vous avez subi depuis ce jour où la RAI a transmis LA FRANCIA IN NERO?

 Les pressions sont arrivées de votre gouvernement actuel. Je peux raconter un épisode dont j’ai été protagoniste. Votre ambassade en Italie demanda une rencontre avec les responsables de la RAI, rencontre à laquelle j’ai participé. Les diplomates de votre pays bien évidemment très en colère, essayèrent de donner leur point de vue, menaçant de répercussions économiques les entreprises italiennes présentes en Côte d’Ivoire. Selon eux, mon enquête était le fruit d’un complot. Je leur expliquai que leurs menaces me laissaient indifférent. J’essayai de leur faire comprendre que j’avais tout simplement fait mon métier, racontant une vérité plus qu’évidente. Je crains qu’ils n’aient pas compris. Pour eux, il est inconcevable qu’un journaliste raconte librement la vérité.

 

 LA FRANCE EN NOIR (documentaire de Silvestro Montanaro sur la crise ivoirienne.)

L’actualité c’est la suspension de votre émission par les responsables de la RAI. Pourquoi selon vous la RAI a choisi de suspendre une émission qui d’après ce que nous savons, rapportait beaucoup d’argent à l’entreprise?

 Les motivations réelles de la RAI ne peuvent être analysées que dans un champ d’hypothèses. Essayons de ne parler que de faits. Première évidence, C’ERA UNA VOLTA était désormais depuis des années une émission gênante car trop libre et incisive. Elle avait raconté les méfaits de trop de puissants, et plusieurs parmi eux avaient exprimé leur gêne. Deuxième évidence. Au fur et à mesure que cette gêne s’exprimait, les ressources mises à la disposition de l’émission, (qui au début était acclamée comme émission de l’année) ont dramatiquement diminué rendant toujours plus difficile sa réalisation.

 Ne trouvez vous pas étrange que pour des événements qui apparemment n’ont rien à voir avec les problèmes italiens, vous ayez subi toute cette adversité? Comment l’expliquez vous?

Je vous répondrai en citant textuellement l’analyse faite par un grand syndicat colombien qui a exprimé publiquement sa solidarité vis à vis de C’ERA UNA VOLTA.

 “ les grands pouvoirs qui gouvernent le monde ont toujours tenté et tentent de contrôler l’opinion publique à travers la censure, les mensonges et le contrôle des moyens de communication dans tous les coins et recoins du monde. Étant patrons d’une grande partie des télévisions, des radios, des productions cinématographiques et des grands journaux, les grandes entreprises multinationales influencent de façon importante notre vision de la réalité”

 Bref, le monde est de plus en plus interconnecté, et les intérêts qui le régentent n’admettent pas des voix dissidentes ou critiques. Pire encore si vous vous permettez de raconter qu’en Côte d’ivoire, au prix de milliers de vies et d’années de souffrances pour un peuple tout entier, il a été écrit un nouveau chapitre de la recolonisation de l’Afrique, de la modification de ses frontières et du contrôle despotique de ses ressources au profit de l’occident.

 Une pétition en Ligne déjà signée par Stefano Rodotà (candidat classé deuxième à la récente élection présidentielle en Italie), Gino Strada ( fondateur d’EMERGENCY), don luigi Ciotti (président et fondateur du groupe EBELE E LIBERA) Cicilia Strada (Présidente d’EMERGENCY), Fiorella Mannoia (star de la musique italienne) a été lancée par certains de vos amis et soutiens. Qu’est ce que vous espérez de cette pétition?

 L’objectif minimum est que la RAI, qui existe grâce surtout à la redevance audiovisuelle payée par tous les italiens afin qu’elle assume le rôle de service public, respecte la volonté de tous ceux qui sont entrain de signer cette pétition en ligne, et revienne sur sa décision en remettant dans sa programmation C’ERA UNA VOLTA.

 L’objectif plus ambitieux est celui de faire croitre la prise de conscience selon laquelle sans vraie et bonne information sur ce qui se passe réellement dans notre monde, l’on ne peut pas se définir démocratique. Pour qu’il y’ ait démocratie, il faut un contrôle populaire. Pour exercer ce contrôle, nous devons être informés. Si nous ne le sommes pas, nous serons contrôlés par cette même minorité qui n’est intéressée que par ses sales intérêts.

 Et s’il y’ a une bonne information, les peuples pourront découvrir leur similitudes, découvrir qu’ils ont mêmes intérêts et pourront ainsi collaborer afin de lutter ensemble. Croyez vous que le peuple français serait heureux de savoir qu’il est gouverné par des personnes qui ont les mains pleines de votre sang et de l’argent qu’ils vous ont volé?… C’est pour cela que les puissants craignent la bonne information.

 Comme vous l’avez dit plus haut, vous et votre émission êtes la preuve que le monde est désormais entre les mains de puissances qui transcendent les frontières géographiques. Pensez vous qu’il existe l’espoir qu’un jour la justice puisse prévaloir? Est il utile continuer à se battre pour les droits des plus faibles?

 Chacun de nous représente les jambes du rêve d’un monde meilleur. Sans ce rêve que nous devons rendre concret, réaliser au plus tôt, notre vie à tous n’aurait pas de sens, mon travail serait inutile. Et à travers le monde, même en Afrique, je vois plusieurs jambes qui sont en marche. Des expériences de gouvernement extraordinaires en Amérique latine, le rôle toujours plus important des femmes, les mouvements qui critiquent le pouvoir absolu du monde de la finance. Ainsi, même s’il est vrai que dans l’histoire de l’humanité jamais comme aujourd’hui autant de pouvoir n’a été concentré entre les mains d’une minorité, il est aussi vrai que l’espoir est en marche, il court presque. Ils ne pourront pas, personne ne pourra plus l’arrêter.

 Un dernier mot pour tous ceux qui vous liront surement nombreux?

  La liberté, la justice, le bonheur ne sont pas un don du ciel ou un cadeau “généreux” offert par tel ou tel autre puissant. Ce sont les femmes et les hommes, qui habitent dans ce grain de sable de l’univers appelé Terre, qui pourront les rendre possible. Comment? En s’engageant la tête haute, en luttant, de façon non violente, afin que la vie de tous, et pas seulement celle d’une minorité d’élus, soit une vie digne d’être vécue, et non une triste survie et l’esclavage.

Pour signer la pétition en ligne Cliquez ICI


Source: COTE D'IVOIRE INFO

samedi, 09 novembre 2013

GEORGES TAI BENSON: «GBAGBO EST MON FRERE ET JE NE LE RENIERAI JAMAIS MEME SI JE DOIS MANGER DU SABLE»


GEORGES TAI BENSON.jpg


En accordant une interview à l’homme de media Georges Taï Benson, Le Nouveau Réveil proche du PDCI s’attendait surement à le voir renier le président Gbagbo compte tenu de la galère qu’il traverse aujourd’hui. Mais l’homme est resté digne et sur ses positions. Dans cette interview, il donne une leçon de reconnaissance à tous ceux qui après avoir bénéficié des largesses du président Gbagbo le vouent aux gémonies. Simplement émouvant.

 

Monsieur  Georges  Taï  Benson, comment  vous  vous  sentez aujourd’hui ?

Je me sens mal, très très mal. Et je ne sais pas pourquoi. Je voudrais d’abord me présenter aux lecteurs. Je suis Taï Benson,  puisque  Georges  ne  figure pas  sur  mes  papiers  officiels,  parce que  je  suis  un  chrétien  de  dernière heure.  Taï,  c’est  mon  prénom  contrairement  à  ce  que  pensent  les  gens de l’Ouest, je ne suis pas de chez eux (rires). Je  suis  d’origine  ghanéenne, puisque  c’est  le  point  commun  des akan.  Mon  père  était  bijoutier  et  ma mère,  ménagère.  Je  suis  né  d’une fratrie  de  près  de  26  enfants.  Je  sais que mon père a eu 4 à 5 femmes dans sa  carrière  d’homme.  J’ai  grandi  à Grand-lahou auprès de ma grand-mère où j’ai fait le Cp1 au Cm2 de 1952 à 1958. Au collège, je n’ai fait que deux ans et je n’ai jamais mis mes pieds en classe de 5eme. Je vais mal parce que la  politique,  que  je  n’ai  jamais  faite, est  venue  détruire  ma  vie. Socialement,  je  me  porte  mal,  mais moralement, très bien. Je suis très fort.

L’histoire  de  la  Télévision  ivoirienne  se  confond  avec  le  nom  de Georges  Taï  Benson.  Quels  sont vos  rapports  avec  votre  ancienne maison?

Ecoutez, je souhaiterais être clair. Car si  c’est  pour  vous  parler  d’aujourd’hui, alors ça va être difficile, parce que je suis un Gbagbo môgô ; c’est-àdire des gens qu’on évite. Mais, mes rapports  avec  la  Télévision,  avec  la Rti ont très été  affectifs. Je suis entré à la Télévision le samedi 06 juin 1964, comme  on  le  dit  vulgairement,  je  ne connaissais pas encore. J’avais à peine 18 ans. Et j’en suis sorti très tard, la cinquantaine  passée.  Cela  veut  dire que  j’ai  passé  à  la  Télévision,  la majeure  partie  de  ma  vie  où  j’ai  eu tous les honneurs, mais aussi tous les tracas.  Figurez-vous  que  je  suis  d’un niveau  5ème.  C’est-à-dire,  quand  on parle  de  diplôme,  je  ne  peux  qu’exhiber  le  Cepe.  Mais  moi,  je  vous  ai toujours  dit,  jetez-moi  les  fleurs  de mon  vivant.  J’aime  les  fleurs  à  titre costume  qu’à  titre  posthume.  Pour cela, je me jette les fleurs moi-même, quand  on  ne  me  les  jette  pas.

Aujourd’hui, bien qu’étant de niveau 5ème,  je  peux  discuter  d’égal  à  égal avec beaucoup de personnes qui sont de  niveau  très  supérieur  que  moi. Mais, on ne m’a jamais payé que par rapport à ce diplôme.

Voulez-vous  dire  que  la  Rti  ne vous  a  pas  récompensé  par  rapport à ce que vous aviez fait ?

Non,  la  Rti  ne  peut  pas  me  récompenser outre mesure, parce que la Rti n’est  qu’une  branche  de  la  fonction publique, malheureusement pour moi.

C’est maintenant qu’il y a des Epn ou je ne sais trop quoi d’autres. Je dis que la  Rti  est  aveugle,  voire  sourde.  Elle ne voit que ce qu’elle a imprimé dans ses règlements. A la Rti, je n’ai jamais touché 350.000fcfa tout le temps que j’y  ai  passé,  sauf  lorsque  je  suis devenu conseiller du directeur général à  l’époque,  avec  une  indemnité  de 75.000fcfa. Je ne veux pas trop parler de cela, parce que j’aurais dû tempêter en son temps avec la grand aura que j’avais. Mais, ce n’était pas important pour  moi  jusqu’au  jour  où  je  devais payer  l’école  de  mon  enfant.  Puis, contrairement  à  ce  que  beaucoup pensent,  aucun  de  mes  enfants  n’a fréquenté  une  école  publique.

Egalement  aucun  de  mes  enfants  n’a eu  aucune  bourse,  aucune  prise  en charge  pour  l’extérieur  ou  quoi.  J’ai toujours  tenté  de  payer  pour  mes enfants,  les  écoles,  les  meilleures.  Je n’ai  jamais  pleurniché  pour  ça.  Et mon épouse s’est toujours battue pour nos enfants.

Mais, il y a tout de même eu vos moments  de  gloire  à  la  Rti  sous Houphouët et on devine aisément que vous aviez eu beaucoup d’argent à l’époque ?

(Rires)  c’est  vrai  qu’il  y  a  eu  une membre de la famille qui est venue se marier  à  moi.  Mais,  en  tant  qu’akan, ce n’est pas moi qui vais aller demander  quoi  que  ce  soit.  Je  ne  veux  pas trop m’étaler là-dessus. J’ai bénéficié du soutien du président. Quand je me suis marié, il nous a offert une maison.

Ecoutez-moi bien, quand j’emmenais les  artistes  à  Yamoussoukro  à l’époque,  (les  gens  que  je  vais  citer vivent encore) le président Houphouët m’appelait  des  fois  à  4  heures  du matin,  pour  me  dire  par  exemple "Benson,  prépare  le  spectacle  avec François  Lougah,  Allah  Thérèse, Aïcha Koné et bien d’autres". Quand je reçois les consignes, je pars immédiatement  informer  mon  patron,  Ben Soumahoro. Cela me dérangeait souvent qu’il m’appelle au-lieu d’appeler mon  patron,  bref.  Sur  les  lieux,  je présente  le  spectacle  et  Abdoulaye Diallo se tenait à la descente du podium.  Quand  chaque  artiste  finit,  il reçoit un million de sa main. Et quand vient  mon  tour,  il  me  dit  :  "Tiens, Benson,  toi,  c’est  la  famille".  C’est Monsieur  Zaher,  un  Libanais  qui  me donnait  10.000fcfa  pour  retourner  à Abidjan. Allez-y  comprendre et c’était presque comme ça tout le temps. Pendant  qu’on  loge  les  petites  secrétaires  qui  accompagnent  les  gens,  à l’hôtel  président,  on  nous  logeait  au Cafop. On dit beaucoup de choses sur Benson. C’est vrai, c’est une vedette, c’est normal. Mais, vous savez que les rumeurs  ont  ceci  de  tenace  et  je  suis en  train  de  boucler  mon  livre  là-dessus. Je ne suis pas de ceux qui ont eu  des  milliards  avec  Houphouët.  Le président  Houphouët  m’admirait beaucoup et je pense qu’il en a donné à  des  gens  et  cela  ne  m’est  pas  parvenu,  je  ne  sais  pas.  Non  plus,  je  ne suis pas de ceux qui vont pleurnicher pour  demander  telle  chose  ou  telle autre au président, jamais.

Etes-vous aujourd’hui un homme frustré ?

Non, je suis plutôt comblé par la réussite  que  j’ai  eue  dans  ma  profession. Je suis un peu étonné par le comportement  de  certaines  personnes  à  mon égard.  Frustré,  je  ne  connais  pas exactement  la  signification  du  mot, mais  je  me  pose  des  questions.  Et  je me  dis  aussi  que  j’aurai  pu  recevoir autre  chose  comme  récompense,  que ce que je reçois de la part de certaines personnes  qui  racontent  n’importe quoi sur moi. La rumeur est difficile à effacer,  à  éteindre.  C’est  pourquoi, nous devons faire très attention quand on parle. Il y a des choses qu’on peut rattraper, mais l’eau qui est versée, on ne  peut  plus  ramasser.  La  parole  est comme  cela,  ne  fois  qu’elle  est prononcée. Je ne suis pas frustré, mais je ne suis pas content. Je me dis qu’on aurait dit autre chose de moi et je me serais  peut-être  conduit  autrement. Vous  savez,  j’étais  trop  célèbre  et  je pense que je le suis encore.

Oui  mais  n’est-ce  pas  votre  attitude qui vous a mis dans cette situation.  D’aucun  diraient  même que  vous  viviez  au-dessus  de  vos moyens?

Vous  ne  me  connaissez  pas  je  pense bien. En tout cas, vous ne me connaissez pas. Je n’ai jamais habité une maison avec jardin. Je n’ai jamais eu une  4×4 rutilante, tout le monde me connait  à  Abidjan  ici.  Je  roule  toujours dans  les  petits  véhicules  d’occasion. Je  n’entretiens  pas  des  maîtresses  à outrance, je ne connais pas le goût du champagne, je ne fume pas. Je ne suis pas un bon vivant, encore moins vivre au-dessus  de  mes  moyens.  Je  vise plutôt au-dessus de mes moyens, mais pour assurer l’avenir de mes enfants. J’ai même tenté de les envoyer à l’extérieur à mes propres moyens cela n’a pas  abouti,  parce  que  je  n’ai  pas  eu l’argent nécessaire. Quand je vous dis que je n’ai jamais touché 350.000fcfa, croyez-moi, c’est la vérité. Je ne roule pas  carrosse,  donc  je  ne  vis  pas  au dessus de mes moyens.

Combien d’enfants avez-vous?

J’en ai six au total. Quatre d’un premier lit et deux d’un deuxième lit. Ce sont  mes  enfants  et  je  n’en  ai  pas honte. J’ai fauté vis-à vis de la loi ou je ne sais pas quoi ? Mais vis-à-vis de mon  cœur,  j’ai  six  enfants.  Georges Taï  Benson  a  côtoyé  tous  les  présidents, ça doit être beaucoup d’argent.

Mais, je m’en vais vous dire que je ne travaille pas avec les présidents pour de  l’argent.  Demandez  au  président Bédié, il vit encore. Combien de fois il m’a donné de l’argent ou même je suis allé à son bureau. Le président Bédié m’a aidé et terriblement  bien. Un jour où  je  devais  faire  venir  des  Sud Africains ici pour une manifestation et pour  un  problème  que  j’ai  eu,  je  ne devrais  plus  les  faire  venir.  C’est  là que  quelqu’un  m’a  conseillé  d’aller voir le président Bédié. Sincèrement, ce n’est pas quelqu’un que je fréquentais tous les matins. J’ai dû forcer pour y arriver. Il m’a reçu. Au final, il m’a donné  les  moyens  pour  aller  les chercher. Ils ont fait leur travail et sont retournés.  Je  n’oublierai  jamais  cela. J’ai  toujours  remercié  le  président Bédié  pour  cela.  Demandez  aux Abdoulaye Diallo, combien de fois ils m’ont  remis  de  l’argent  de  la  part d’Houphouët. Et pourtant, il y en a qui ont  des  compagnies  de  bateaux,  des sociétés  immobilières,  qui  sont  Pdg etc. j’ai été directeur à la télé, moi ?

Pourtant, tout le monde s’accordait à dire que j’étais le meilleur. Etant parent  d’Houphouët,  j’aurais  pu  être directeur de la télévision. Pour  moi,  quand  Ouégnin  m’appelle au  lendemain  d’un  journal  télévisé pour  me  transmettre  les  félicitations du  président,  ça  me  suffisait,  parce que j’étais fier de moi. Mais, il y a des confrères qui vont faire des interviews chez  Houphouët  et  profitent  pour  lui dire, Président, je suis mal logé. Pareil chez  Gbagbo  et  on  leur  donne  une maison, on leur donne 50 millions. Ils sont  là  et  se  reconnaitront  dans  mes propos.  Trop  de  choses  se  racontent sur moi, mais hélas, ça me glisse sur le dos.  On  m’accuse  d’avoir  fait  des bêtises.

Pensez-vous qu’on vous accuse à tort pour rien?

Des bêtises ! J’en ai fait plein, puisque j’ai trompé ma femme. Et puis, je ne suis  pas  un  saint,  sauf  que  je  ne  l’ai pas fait au niveau de mon service. Je n’ai  fait  que  de  grands  trucs,  de grandes  manifestations  qui,  parfois, m’ont rapporté du sou, comme il y en a qui m’ont coûté. J’ai même construit un  hôtel  par  les  soins  d’un  ami  ministre qui m’avait mis en contact avec un  operateur  expatrié.  Tout  de  suite, les  gens  ont  pensé  que  c’était Houphouët.

Que gardez-vous de votre collaboration  avec  le  président Houphouët durant tout ce temps ?

De  quoi  voulez-vous  parler  encore, d’argent ?  Si  oui,  c’est  que  Joseph Diomandé a dû gagner plein. Puisqu’il a  fait  mieux  que  moi  auprès d’Houphouët.  Et  pourtant,  c’est  moi qui  le  dépannais  des  fois  quand  il tombe  en  panne  sèche.  Pendant  ce temps,  il  s’achemine  vers  l’aéroport pour  couvrir  l’arrivée  d’Houphouët d’un voyage. Cher petit frère, je te dis toute la vérité. Nous n’étions que des employés et n’avions que nos salaires.

C’est au nom de la Rti que je suis toujours parti à Yamoussoukro et non parent  d’Houphouët.  D’ailleurs,  je  n’ai fait  que  marier  sa  petite  fille  et  non moi-même son parent. Quand il remet 20 millions à Aïcha Koné pour ses 20 ans  de  musique,  pensez-vous  qu’il m’en donne aussi ? 

Je  voudrais  qu’on  revienne  sur votre  collaboration  avec  les  différents  présidents.  Après Houphouët,  aviez-vous  pratiqué le  président  Bédié ?  Le  connaissez-vous personnellement ?

Je ne le connais pas personnellement sauf  pendant  qu’il  était  ministre  de l’Economie et des finances et non en tant que président de la république. Ila été notre premier invité à l’émission fauteuil  blanc  que  je  réalisais  et  que Ben Soumahoro produisait et présentait.

Ben Soumahoro m’a demandé d’aller chez monsieur Bédié pour le coacher un  peu  en  audiovisuel,  lui  donner quelques  astuces  de  la  télévision. Dans ce cadre, j’ai été deux fois chez lui.  Nous  nous  sommes  vus  une  fois chez monsieur Henri Kouassi à table où  il  m’a  taquiné  un  soir.  Ce  que  je retiens de lui, c’est que très tôt, il s’est mis à la vie publique. Et je me plais toujours à dire que la Côte d’ivoire a certes  été  inspirée  par  le  président Félix Houphouët-Boigny mais la main qui  a  fabriqué  la  Côte  d’Ivoire,  c’est Henri  Konan  Bédié.  C’est  Henri Konan  Bédié  qui  a  su  choisir  ses hommes  en  les  envoyant  en  Europe, aux  Etats-Unis  se  former.  Qui  a  su imaginer  les  grandes  choses.  Oui,  le président Houphouët avait une grande équipe  et  le  président  Bédié  était  le chef  d’orchestre.  Mais  devenu  président, je ne peux pas le juger, ça non. Autrement, je ferai de la politique or j’ai dit que je n’ai aucunement la conviction politique. Et ça, je m’interdis bien  qu’aujourd’hui,  je  souffre  de cette  politique.  Mais  sur  le  plan  professionnel,  ministériel,  vraiment,  les choses que j’ai vues sous le président Bédié  :  les  Agripac,  les  Distripac  et Sodé,  c’était  formidable. Malheureusement,  il  a  été  trahi  par ceux qu’il a choisis à la tête des Sodé et je lui dirai quand j’en aurai l’occasion  un  jour.  Ils  se  sont  servis  plutôt que  de  servir  le  pays.  Le  président Bédié  était  un  visionnaire  comme Houphouët,  son  mentor.  Le  miracle ivoirien dont on parle tant, Bédié y est pour beaucoup et j’en parle dans tous les cercles.

Après  les  présidents  Houphouët, et Bédié, arrive Robert Guéï  C’est  de  triste  mémoire  (Ndlr  :  un soupire).  Mes  malheurs  ont  commencé  avec  le  coup  d’Etat.  C’est dommage, il ne vit plus parce que je n’aime  pas  parler  des  gens  en  disant leur  nom.  J’avais  mon  agence  Régie 12  qui,  à  un  moment,  était  mieux équipée  que  Tv2.  Comme  nul  n’est prophète  chez  soi.  Parfois,  l’on n’aimait  pas  ma  tête  dans  cette  maison. Je travaillais plus pour l’extérieur que  pour  mon  pays  quand  j’étais  à Régie 12. Je faisais des reportages à la frontière  du  Liberia  pour  Tv5  et  des télévisions  américaines  etc. Arrive  le coup  d’Etat.  L’on  m’appelle  un  jour pour  me  dire  que  le  président  Guéi veut me voir à l’Indenié chez lui. J’y vais. Il est très à l’heure, il descend. Il me demande ça va, petit frère ? Je dis, grand  frère,  ça  va.  Il  faut  que  tu regagnes l’équipe comme tu faisais les grandes  choses  pour  le  papa  afin qu’on  fasse  de  grands  trucs  comme Joseph Diomandé, Issa Sangaré. Moi, j’ai  peur  de  l’uniforme,  j’ai  peur  des coups  d’Etat  militaires,  j’ai  peur  des armes. Je lui ai dit sans penser à ma famille,  cela  me  gêne  un  peu,  vous êtes  des  militaires,  moi,  je  suis  un artiste.  Aujourd’hui,  en  culotte, demain en smoking, après demain en pantalon jean. Vous, vous n’aimez pas ça. Vous, c’est la rectitude militaire, je ne pourrai pas faire la discipline militaire. Je ne veux pas laver non plus les toilettes  au  camp  militaire.  Excusez moi grand frère ! Et il dit c’est dommage et m’a saluer. Je crois que c’était un mercredi. Le vendredi qui a suivi, je  n’étais  plus  rien.  Mon  agence  se situait derrière la Télé dans un immeuble qu’on appelait Jbg. Les gens disaient  que  c’était  mes  initiales  Jeune Benson  Georges.  J’arrive  le  matin  je vois plein de monde. Des militaires et tout. Je me suis dit que les gens-là sont là  encore.  Parce  que  c’est  par  là  ils passaient pour aller à la télé faire leurs exactions.  Mais  lorsque  je  suis approché,  je  me  suis  rendu  compte que  c’était  chez  nous.  J’arrive,  mon assistante,  mes  collaborateurs,  on  les bouscule jusqu’en voiture. J’arrive, on dit le voilà. Je n’avais pas encore garé ma  voiture,  le  temps  d’ouvrir  ma voiture, les coups de cross tombaient sur moi. Ils ont tout pris. J’avais une Chrysler  à  l’époque  pour  faire  mes reportages. J’avais deux millions pour payer le personnel et un petit matériel. "C’est Bédié qui lui a donné ça. C’est Bédié qui lui a donné ça. Prenez". Ils ont  tous  embarqué  dans  ma  voiture Chrysler au volant de laquelle se trouvait  un  militaire  qui  ne  sait  pas  conduire ma voiture. Ils ont molesté mon assistante et mon collaborateur. Déjà, à  cette  époque,  j’ai  commencé  mes malheurs  .Et  je  marchais  de  Cocody au  Plateau  pour  chercher  du  travail

Moi Benson Georges, quand je m’assoies devant quelqu’un pour dire que je cherche du travail, l’on ne me croit pas.

Et pourquoi?

Même aujourd’hui, demander du travail, je ne veux pas être directeur ou sous directeur. J’ai des idées de communication à vendre. Mais l’on ne te croit  pas  parce  que  tu  es    "gbagbo mogo". Mais à l’époque, quand tu dis que  tu  cherches  du  boulot,  on  dit  toi aussi. C’est comme cela que les gens font et puis les gens meurent de faim dans  une  cuisine.  C’est  comme  cela que je marchais de Cocody au Plateau ayant  tout  perdu.  Il  parait  que  c’est une femme blanche qui m’a récupéré pour  m’amener  à  la  pharmacie  des Arts pour me donner du magnésium

Avec Laurent  Gbagbo,  vos  malheurs  ont  cessé  puisse  que  vous atterrissez à la présidence

C’est  dans  cette  atmosphère  sans emploi,  sans  ressource,  le  courant coupé  à  la  maison.  Un  jour,  j’étais dans la voiture d’une amie puis mon téléphone  sonne,  on  m’avance l’épisode  d’un  événement  dans  ma famille. Je n’avais pas d’argent. Là où je  pensais  qu’on  en  trouvait  comme vous  dites  que  je  suis  avec  tous  les présidents, j’ai pris plein d’argent. Je vais  essayer  de  trouver  de  l’argent pour  cet  événement,  mariage.  J’entre au  Pdci-Rda,  je  ressors  avec  62  000 Fcfa parce  que  j’ai  l’habitude  de  ces gens-là  pour  qui  j’ai  travaillé,  je  me dis qu’ils vont se rappeler ce que j’ai bien  pu  faire.  J’entre  dans  le  Pdci  je ressors avec 62000 Fcfa que me donne M.  Tiapani.  Mais  pourquoi  il  me donne  ça.  Parce  que  j’avais  travaillé pour  lui  à  une  époque  pas  pour  lui mais pour son ministère. Il me devait de  l’argent.  Je  suis  sorti  avec  62000 Fcfa.  Et  j’ai  porté  ma  croix.  Ils  ont renvoyé  ma  fille  de  l’école  Mermoz parce que je ne pouvais pas payer l’école.

J’étais dans une voiture et mon téléphone  sonne.  C’était  le  président Gbagbo qui me demande pourquoi je fais  ça.  Je  dis  que  nous  sommes  des amis  d’enfance.  Même  quand  je m’opposais à ton propre grand père, tu n’as jamais de propos déplacés à mon encontre. Il me dit « viens me voir ». Je brûle tous les feux rouges possibles et  j’arrive  chez  lui  à  domicile.  Et  il propose un poste de chargé de mission

Et vous ne refusez pas le poste que vous propose l’adversaire de votre "père" ?

Ah, petit frère, dans la situation ou j’étais, un président de la République te dit  "viens  travailler  avec  moi"  je  ne vois  pas  un  seul  Ivoirien,  à  part  les militants extrémistes d’un parti, qui va refuser sur le champ. Je saute sur l’occasion  parce  que  sur  le  champ,  il appelle sa secrétaire pour qu’on réinscrive  ma  fille  à  ma  Mermoz.  Sur  le champ,  il  me  propose  un  poste  de chargé de mission mais sur le champ aussi,  je  lui  dis  "Atto"  je  n’animerai jamais  un  meeting  du  Fpi  et  je  ne ferais  jamais  partie  du  Fpi.  Il  dit  en présence  de  Monsieur  Amédée Couassi Blé que "je ne t’ai pas appelé pour ça. Je t’ai appelé pour te donner un salaire parce que les gens m’ont dit que  tu marches de Cocody au Plateau. On  m’a  dit  que  tu  mendies  et  je  ne veux  pas  que  les  hommes  célèbres tendent la main. C’est pour cela que je t’ai appelé pour te donner un bureau et un salaire. Je ne veux pas te demander de devenir Fpi ou d’animer un meeting. Le jour où j’apprends que tu es en train  de  remplir  un  document  pour devenir  Fpi  on  se  sépare".  Très  clair en présence de M. Amédé Couassi.

Et je  suis  le  seul  certainement  peut-être qu’il  en  a  eu  avant  moi  pour  qui  ce monsieur s’est déplacé pour venir voir mon  bureau.  Et  il  dit  "j’ai  dit  de  lui donner un grand bureau" J’ai dit non que c’est  moi  qui  choisi  ce  bureau.  Pour ceux  qui  sont  venus  me  voir  à  cette époque au palais, j’avais le plus petit bureau au bâtiment des conseillers au 3e  étage  sans  ascenseur.  Un  petit bureau  peut-être  même  de  douze mètres  carrés.  Pendant  tout  le  temps où je suis resté dans cette fonction, je n’ai  travaillé  que  deux  fois  pour  le président. Quand le secrétaire général des  Nations  unies  est  arrivé,  j’ai  travaillé pour lui et son épouse. Le président  recevait  le  secrétaire  général donc  j’ai  fait  l’animation.  Madame recevait  l’épouse  de  Ban  Ki  Moon,

j’ai  pris  les  artistes  de l’Ina  (Ndrl  : Institut  national  des  arts)  nous  avons joué  des  musiques  coréennes,  elles étaient  très  contentes.  J’ai  travaillé une  troisième  fois  pour  madame  à l’occasion  d’un  concours  artistique sur  la  réconciliation  où  j’ai  fait  faire des  monuments…  ce  sont  les  seules fois  où  j’ai  travaillé  pour  eux.  Mais nous avons été très clairs au départ. Il m’a engagé pour me relever du point de vue de mon honorabilité et  me donner un salaire. Je lui ai dit que je n’animerais  pas  un  meeting  du  Fpi.

De mémoire d’homme politique, il y a un ou deux meetings que j’ai animés et il y a un seul où j’ai été très actif. Ce n’était  pas  pour  animer.  On  m’avait invité,  j’étais  assis  et  un  jour  je  me suis  plaint  sur  l’embargo  sur  les médicaments. Je suis allé à l’hôpital et j’ai vu la détresse des gens. Et je suis venu crier cette détresse pour dire que je  n’étais  venu  ni  pour  Ouattara  ni pour  Gbagbo  mais  j’étais  là  pour  la Côte d’Ivoire. Et j’ai dit que c’était le moment et je risquais de porter plainte contre  celui  qui  a  pris  cette  décision parce que dans toutes les vraies guerres, il y a des couloirs de Croix rouge, des couloirs humanitaires. Mais vous savez, quand on veut noyer son chien on l’accuse de rage. On oublie ce qu’il a fait de bien. La personne dit que je ne  suis  ni  pour  Gbagbo  ni  pour Ouattara ou bien on dit  il a assisté au meeting de Blé Goudé…

C’est  ce  que  l’on  dit,  que  vous avez  assisté  au  meeting  de  Blé Goudé, que vous le coachez et que Gbagbo est votre ami au-delà du conseiller simple que vous étiez ?

(Ndlr :  il  hausse  le  ton)  Ah  non, Gbagbo n’est pas mon ami, il est mon frère. Ah non, je ne renierai pas et je ne renierai jamais Monsieur Gbagbo, il n’est pas mon ami, c’est un frère. Je te prie d’écrire cela en lettres majuscules.

Qu’est-ce qui vous a marqué chez ce Monsieur ?

Chez qui ?

Chez Gbagbo.

Sa fidélité à l’amitié, à la fraternité

Vous  qui  sortez  du  Pdci  vous n’avez  pas  connu  ces  qualités chez un membre de ce parti?

Ah, je ne suis pas Pdci. Je ne sors pas du  Pdci.  J’ai  servi  le  Pdci  en  tant qu’employé. Le Pdci me l’a fait bien comprendre  parce  qu’on  ne  m’a jamais  mis  dans  un  organe  du  Pdci. Nous avons eu en stage la formation de certaines personnes qui ont été très vite  coachées.  Bureau  politique, comité directeur, des jeunes à la radio, à  la  télé.  Je  ne  veux  pas  citer  des noms. Mais moi Benson, l’on ne m’a jamais coaché.

Est-ce  que  vous  avez  cherché  à comprendre ?

Mais pourquoi je vais chercher à comprendre ?  Cela  ne  m’intéresse  pas.  Ce qui m’aurait intéressé, c’est qu’on me nomme directeur général de la Rti ou directeur  de  la  Télévision.  Mais  cela n’a jamais été fait. Je ne suis pas un quémandeur.  Aujourd’hui,  je  suis obligé  de  mendier,  de  quémander. Mais je n’ai jamais été quelqu’un qui demande les postes. Il y a des jeunes qui  ont  été  directeurs  généraux, directeurs…

Et  aujourd’hui,  comment  vous vivez, vous quémandez, où vivez-vous,  comment  vous  passez  vos journées ?

Tu  me  trouves  dans  un  espace  de bureau et tu vois la pile de papiers. Je crée.  Je  continue  de  créer  mes  émissions le temps que quelqu’un se dise qu’il a besoin de Benson. Aujourd’hui je vis misérablement à Yopougon.

Est-ce  que  vous  avez  cherché  à rencontrer  le  président  Ouattara ?

Pourquoi ?  Moi,  on  m’a  toujours appelé. Je n’ai jamais demandé. Et je suis désolé, on m’a toujours appelé. Je n’ai  jamais demandé à rencontrer  les  présidents Houphouët, Bedié, Guéi ; Gbagbo et je ne demanderai jamais à rencontrer quelqu’un. Jamais ! J’ai écrit des lettres où je me suis humilié à cette époque (sous Ouattara). Quand  j’ai  eu  mon  accident  en  mission, j’ai eu un problème de bras, j’ai écrit qu’on me dédommage, qu’on me soigne comme l’avait promis le président Gbagbo. Je me suis humilié dans ces courriers-là. Humilié, je vous dis petit  frère.  J’ai  regretté  après  parce que je pensais rencontrer de l’humanisme,  de  la  compréhension.  J’ai  rencontré  certaines  personnes  qui  m’ont écouté  et  puis  rien.  J’en  ai  rencontré une  qui  a  été  sincère  avec  moi  et  je remercie cette personne que je considère toujours comme un frère. Mais il m’a mis des choses dans mes oreilles, il m’a traité de collabo et de traitre. Tu es un collabo, tu es un traitre "tu sais ce qu’ils ont fait aux femmes qui ont eu  des  relations  sexuelles  avec  les Allemands pendant la guerre. On les a rasées et on les a mises nues. Et on les a  promenées  dans  le  village.  Les hommes, on leur a mis une balle dans la  tête.  Je  te  regarde,  je  ne  sais  pas quoi te faire " Il m’a traité de collabo dans  son  bureau,  il  m’a  insulté.  "Toi Benson, tu es une icône, le président t’aime beaucoup. Mais tu as refusé de venir au Golf. Tu  es resté avec l’adversaire. Tant que nous serons là, toi Benson, tu n’auras rien. Nous sommes là pour longtemps".  Je cherche un pays où aller pour finir ma vie parce que je sais que je n’aurai rien dans mon pays. Je suis né le vendredi  25  janvier  1946  à  Treichville.

Les seules fois où je suis sorti de mon pays,  c’était  pour  aller  apprendre  le métier ou aller en reportage. Mes parents sont originaires du Ghana. Je ne m’en cache pas. Je ne connais pas le Ghana. J’y suis allé pour jouer au volley-ball. Je ne connais que la Côte d’ Ivoire.

Vous  n’êtes  pas  Pdci,  vous  êtes peut-être Fpi ?

Je  suis  Georges  Benson,  réalisateur producteur  de  télévision.  Je  n’ai jamais payé une carte d’un parti politique  et  je  n’en  prendrai  jamais.  J’ai travaillé pour le Pdci en tant que technicien de l’animation de la télévision.

Quant à Joseph Diomandé, je ne pense pas  qu’il  ait  pris  une  carte  du  Pdci. Quand arrive le congrès du Pdci, nous nous  mettons  tout  naturellement  à  la disposition  du  parti  et  avec  l’Etat parce que c’était le parti unique. L’on coupait  nos  cotisations  à  la  source sans  notre  avis.  Voici  pourquoi  nous étions  Pdci.  Quand  vous  nous  voyez animer les meetings du Pdci, c’était au titre  de  la  Fonction  publique.  Je  suis allé  à  la  Présidence  pas  au  nom  du Fpi.

Est-ce  que  vous  regrettez  de n’avoir pas été au Golf ?

Non. Je ne regrette pas. Je vais vous expliquer.  Je  n’ai  pas  de  conviction politique. J’ai servi les présidents qui étaient sur le trône. Parti unique, nous sommes  obligés.  Ton  directeur  te  dit que tu vas au congrés du Pdci à la fin du congrès, tu seras l’animateur de la soirée.  Tu  vas  dire  quoi ?  Les  gens font  la  confusion.  Comme  ce  monsieur  qui  m’a  agressé  au  maquis Aboussousan après le dernier congrès. Comme  d’habitude,  je  déjeunais  à l’Aboussouan comme tous les samedis et ils sont venus, ils ont dit : voilà les traitres.  Je  l’ai  bien  lavé  et  je  lui  ai expliqué  qui  j’étais.  Vous  pouvez demander à Fologo si j’ai été coopté comme ils l’on le fait pour les jeunes du Bureau  politique,  Grand  conseil  etc.

Ma  fille  aînée  dit  un  jour,  même Grand conseil où il y a 2 millions de personnes,  tu  n’es  pas  dedans  aussi. Une fois, j’ai appelé Fologo pour dire que  voici  ce  qui  m’arrive.  Il  m’a  dit qu’il y a une liste additive, il faut voir Ehui Bernard. Et j’ai appelé Ehui pour dire, vous aussi, vous allez me mettre sur  une  liste  additive.  Donc  voici  le malentendu.  Vive  le  Pdci,  vive Houphouët ! C’était  au  titre  de  la Fonction publique. Je n’ai jamais participé  à  une  section  de  quartier.  J’ai fait plus pour le Pdci que ceux qui se disent  vrais  militants.  J’ai  fait  beaucoup surtout pour les candidats Pdci.

Comment  jugez-vous  l’environnement  politique  aujourd’hui  en Côte d’Ivoire?

Quels  conseils  je  vais  donner  à  des gens  qui  sont  Agrégés,  Phd ?

Lorsqu’on  parle  de  réconciliation,  il faut  qu’on  se  présente  en  réconciliateur.  Qu’on  crée  l’environnement  de la réconciliation. Parce que les propos que  j’ai  entendus  de  ce  monsieur, "tant qu’on sera là, tu n’es pas venu au Golf" ne sont pas des propos de réconciliation. Mais je dis merci à ce monsieur parce que je sais ce à quoi je dois m’attendre. Désarmons nos cœurs. La vérité d’aujourd’hui n’est pas celle de demain.  Beaucoup  d’Ivoiriens  n’ont pas la culture des armes. Nous avons eu  peur  des  armes  parce  que  nous n’avons pas cette culture. Faisons en sorte  que  plus  personne  n’ait  accès aux armes. Acceptons même les pires "ennemis".  Faisons  honte  à  l’adversaire en le recevant. Prions que ceux qui sont croyants disent que si l’on te gifle il faut tendre l’autre joue. Il faut pardonner.  L’on  sait  que  c’est  toi  le vainqueur et si tu appelles l’autre, cela te  grandit.  L’environnement  est  très difficile.  Les  gens  vivent  difficilement. Les gens, souvent dans les taxis ils se  plaignent.  Surtout  faites  attention ils sont plein d’espions, ne parlez pas trop. Des gens sont venus trouver un  trou.  Laissez-les  mettre  le  trou  à niveau.  Prenons  le  temps.  Parfois  je suis très critique avec le régime parce que je suis dans ce pays mais au total pardonnons-nous.  La  femme  qui voulait  m’engager  pour  faire  l’anniversaire  du  Pdci,  je  lui  ai  dit,  on vous dit de ne pas travailler avec moi. Elle a dit oui car les gens lui ont dit que  j’ai  travaillé  avec  Gbagbo.  Mais c’est quel crime. Je dis la vérité dans "Le  Nouveau  Réveil",  c’est  quel crime de travailler avec Gbagbo ? Vu m’avez-vous  avec  un  fusil,  avec  un tank, avec une orgue de Staline ? Vous m’avez vu dans un meeting ? Mais si nous  devons  dire  des  choses  nous devons  crever  l’abcès.  Gbagbo  est mon  frère  et  je  ne  le  renierai  jamais même  si  je  dois  manger  du  sable. 

Mais en même temps au Fpi, au Pdci, au Rdr, j’ai des amis mais on ne m’a jamais  accepté  vraiment.  Au  palais, quelqu’un était venu et les gens l’ont pris pour un traitre qui a mangé avec ceux  qui  les  ont  frappés  avant.  Et Gbagbo n’a pas apprécié et il dit qu’il ne voulait plus entendre cela. Dans un chapitre de mon livre, j’ai mis GTB, une erreur nationale.

N’y  a-t-il  pas  un  sort  qui  vous suit?

Peut être que je n’ai pas fait les gestes qu’il  fallait  pendant  un  moment. C’est-à-dire  tendre  la  main. Aujourd’hui, je suis obligé de le faire pour  assurer  le  quotidien,  je  suis obligé. Moi, je suis un battant.

Est-ce qu’aujourd’hui, vous avez un  compte.  Combien  avez-vous dans le compte si ce n’est pas un secret ?

Je n’ai pas de compte. Et je n’ai rien. J’avais un à la Cnce mais il est vide.


Interview réalisée par Patrice Yao et Dieusmonde Tadé.

Collaboration: Coulibaly Foumséké.

In le quotidien ivoirien "Le Nouveau Réveil" du 7 Novembre 2013.


Source: Le blog de Steve Beko

vendredi, 08 novembre 2013

LA COTE D'IVOIRE EST DEVENUE UNE MENDIANTE SOUS OUATTARA!

 

SASSOU NGUESSO ET ALASSANE OUATTARA.jpg


Finances publiques: 100 milliards du Congo à la Côte d'Ivoire

 

Le Fonds Monétaire international(FMI) a finalement donné son OK. La Côte d'Ivoire pourra entrer en possession des 100 milliards de francs CFA que le Congo-Brazzaville a prêtés au pays.

C'est le confrère Jeune Afrique qui a donné l'information hier sur son site. Selon cette source, le président Alassane Ouattara avait obtenu ce prêt durant sa visite officielle à Brazzaville, en juin 2013. « Il doit servir à soulager les finances publiques et à rembourser les arriérés de paiement liés à la dette intérieure », commente Jeune Afrique. Qui révèle que l'accord du FMI a été obtenu durant la visite d'une mission du FMI, conduite par Michel Lazare, à Abidjan du 17 septembre au 1er octobre 2013.


Bertrand Gueu

 

Source: RUE 86

lundi, 04 novembre 2013

LE VIEUX NEGRE ET LA MEDAILLE

ALASSANE OUATTARA. ACADEMIE SCIENCES OUTRE-MER.jpg


Ce lundi 4 novembre 2013, le Président ivoirien, Alassane Ouattara, sera installé ou distingué comme "membre associé de l’Académie des sciences d’Outre-mer". Certes. Mais, pour quelle contribution? Pour quelle recherche ou publication ayant rapport avec les domaines d’activités de cette Académie, activités qui concernent principalement l’Afrique, l’Amérique latine, l’Asie et l’Océanie? Quels sont les critères de choix ou d'éligibilité des membres associés de l’Académie des sciences d’Outre-mer? Dans la bibliothèque que possède l'Académie, combien de livres le président Ouattara a-t-il écrit sur les 70 000 ouvrages qui constituent son importante source de référence relative à la culture des anciennes colonies et territoires d’Outre-mer?...

Etant donné que la devise de cette Académie est « Savoir, Comprendre, Respecter, Aimer », nous sommes des milliers qui voulons savoir, avoir réponses à toutes ces interrogations pour comprendre l'importance de cette cérémonie d’installation, pour apprécier la distinction du président Ouattara à sa juste dimension et pour vivre pleinement cet événement...

Sinon qu'on arrête de nous divertir (au sens pascalien de ce terme: détourner des préoccupations réelles du moment) avec ces genres de cérémonies-bateaux, pour ne pas dire tintamarres, qui n'avancent à rien, et qui n’apportent rien, ni à l'Afrique, ni aux Africains. Du moins, de mon humble avis.


Léandre Sahiri, Ecrivain.

ALASSANE OUATTARA. ACADEMIE SCIENCES OUTRE-MER 2.jpg

ALASSANE OUATTARA. ACADEMIE SCIENCES OUTRE-MER 3.jpg

ALASSANE OUATTARA. ACADEMIE SCIENCES OUTRE-MER 4.jpg

ALASSANE OUATTARA. ACADEMIE SCIENCES OUTRE-MER 5.jpg


Photos de la cérémonie. ABIDJAN.NET

jeudi, 31 octobre 2013

QUELLE HAINE, CONTRE LAURENT GBAGBO!

LAURENT GBAGBO. LUNETTES.jpg


Lu dans Jeune Afrique N° 2755-2756 du 27 Octobre au 9 novembre 2013:

« Au quartier du Plateau, dans les couloirs du palais comme dans les salons des ministères, on redoute une éventuelle libération de celui qui présida aux destinées de la Côte d'Ivoire pendant dix ans, de 2000 à 2010. À ses visiteurs du soir, Alassane Ouattara fait parfois part de son inquiétude, voire de son agacement face à la lenteur de la procédure. La libération de son prédécesseur, il ne veut pas en entendre parler. C’est à quatre de ses fidèles qu’il a d’ailleurs confié le suivi du dossier. Il y a là Amadou Gon Coulibaly, ministre d’État et secrétaire général de la Présidence ; Mamadou Diané, conseiller spécial chargé des affaires juridiques ; Gnénéma Coulibaly, le ministre de la Justice (c’est lui qui, en juillet, a reçu Fatou Bensouda et l’a aidée à collecter de nouvelles preuves à charge), et Hamed Bakayoko, son collègue de l’Intérieur. Ensemble, ils informent régulièrement le chef de l’État et font le lien avec le bureau de la procureure. À Paris, les avocats de l’Etat ivoirien que sont Jean-Paul Bénoît et Jean-Pierre Mignard suivent également le dossier et s’entretiennent régulièrement avec Abidjan sur la stratégie à adopter.

Bakayoko ne croît pas vraiment en la possibilité d’une libération rapide de Gbagbo, et ses services n’ont pas mis en place de dispositif approprié. Toutefois, un système d’alerte existe déjà, qui s’appuie à la fois sur la gendarmerie, la police et l’armée, et qui pourrait être activé très rapidement s’il s’avérait nécessaire de contenir des débordements de joie (à Yopougon par exemple) ou des manifestations de mécontentement à Abobo, Adjamé ou Attécoubé, des quartiers réputés acquis à la cause du Rassemblement des républicains (RDR, au pouvoir) ».

Après avoir lu cet article, venant de Jeune Afrique, soutien inconditionnel du régime ivoirien d’Alassane Ouattara, j’ai eu vraiment froid au dos pour mon pays. Pour son avenir surtout. Dans ce bref extrait, tout y est : la haine, le tribalisme, le clientélisme et un avenir du pays chaque jour compromis.

La haine d’un homme contre  la libération duquel on est prêt à tout. Ici, ce n’est pas la justice qui compte ou le combat contre l’impunité. Ce n’est pas non plus la justice équitable au nom de laquelle, on a envoyé un compatriote devant la justice internationale. Derrière des propos vertueux, on veut abattre un homme. Au seul nom de la HAINE ! Mais pourquoi donc une telle haine ? Le président de tous les Ivoiriens, ne veut pas entendre parler de la libération d’un autre Ivoirien par la justice internationale qui n’a pas de preuves contre lui.

Cette haine inquiète. Elle conduit vers le mur car elle oblige ceux qui en sont remplis à aller encore et toujours plus loin ! Une fois qu’ils seront allés trop loin, ils ne pourront plus reculer et s’accrocheront alors au pouvoir, par tous les moyens, soucieux qu’ils seront alors de ne pas avoir à rendre compte des conséquences de leur haine. Ils vont, s’il le faut, recourir à la modification de la Constitution pour demeurer au pouvoir au-delà des deux mandats et de la limite d’âge !

L’équipe de la gestion de la haine est exclusivement composée de frères ressortissants du Nord ! Encore nous et toujours nous ! Amadou Gon Coulibaly, ministre d’État et secrétaire général de la Présidence ; Mamadou Diané, conseiller spécial chargé des affaires juridiques ; Gnénéma Coulibaly, le ministre de la Justice et Hamed Bakayoko. Pour le « rattrapage » nous sommes en première ligne ! Pour la haine aussi, le tribalisme est omniprésent !

Et pourtant, les ministres Haned Bakoyoko et Amadou Gon Coulibaly ont été des années durant des collaborateurs du président Laurent Gbagbo, gérant des ministères de souveraineté avec des budgets colossaux.


Dr Issiaka Térémaban, militant de base, AIRD.


Source: AIRD

mercredi, 30 octobre 2013

6 GENERAUX FRANÇAIS FONT DE GRAVES REVELATIONS: «ON DEVAIT DEGOMMER GBAGBO POUR METTRE OUATTARA»

 

CAMP FRANçAIS BOMBARDE.jpg


Le bombardement du camp français de Bouaké pendant l'opération ''Dignité'' lancée en novembre 2004 par l'armée ivoirienne contre les positions de la rébellion, n'a pas fini de livrer ses secrets.

 

Neuf (9) ans plus tard, des langues, et non des moindres, se délient et font des révélations sur cet événement qui a durement secoué la vie politique nationale. Il s'agit de six (6) généraux français, dont le général Bentégeat, ancien chef d'état-major de l'armée française, et l'adjoint du général Poncet, patron de la force française Licorne au moment des faits. Ils ont été interrogés du 16 au 22 octobre dernier par la juge d'instruction, Kery en charge de l'affaire.

La magistrate française, qui prévoit d'entendre également l'ex-président Laurent Gbagbo comme témoin dans cette affaire, a eu droit à une série de révélations pendant l'audition des généraux français. Comment et pourquoi les blindés français se sont retrouvés à proximité de la résidence de Laurent Gbagbo ? Pourquoi la base militaire française  de Bouaké a-t-elle été bombardée ? Qui a donné l'ordre ? Des questions qui trouvent leurs réponses dans les révélations faites par ces généraux et à paraître aujourd'hui dans le journal panafricain Jeune Afrique (JA). Levant un coin du voile hier dimanche 27 octobre, sur les antennes de Rfi, François Soudan, le directeur de la Rédaction de JA, souligne  que le général Bentégeat décline toute responsabilité dans les événements de novembre 2004. « Il affirme n'avoir pas participé au conseil restreint (de guerre) à l’Élysée. Normalement, il devait y être ». Pourquoi n'y a t-il pas été associé ? Le mystère demeure. Autre révélation, celle faite par le général Renaud de Malaussène, l'adjoint du général Poncet à la tête de la force Licorne.

Parlant du bombardement du camp français de Bouaké, cet officier général fera savoir, révèle JA, qu'il s'agissait « d'un projet politique qui visait à mettre Ouattara en place et dégommer Gbagbo ». Il  ajoute que « Laurent Gbagbo n'a jamais voulu bombarder le camp de Bouaké, ni tuer un soldat français »,contrairement à ce qui a été dit. « Quelqu'un dans son entourage a pris cette décision sans le lui dire. La mouvance Gbagbo est tombée dans un piège », précise le général Malaussène. Des révélations sur les événements de novembre 2004 qui tendent à disculper l'ancien patron du pouvoir d'Abidjan, Laurent Gbagbo, pourtant accusé d'avoir tué des soldats français. L'on se souvient en effet que le 6 novembre 2004, alors que les bombardiers Sukhoï de l'aviation ivoirienne avaient réussi avec brio des frappes dites « chirurgicales » destinées à détruire les armes de la rébellion, et partaient pour les dernières frappes, une bombe va se retrouver dans le camp militaire français. L'explosion causera la mort de huit soldats français et un civil américain.

En représailles, Paris a ordonné la destruction systématique des aéronefs ivoiriens. L'armée de Côte d'Ivoire est neutralisée, la capitale Abidjan, cœur du pouvoir central, est sous contrôle des soldats français. Une colonne de blindés de la force Licorne se retrouve à quelques pas de la résidence présidentielle à Cocody. On croit alors à la fin du régime de Laurent Gbagbo, quand un bouclier humain, constitué de jeunes patriotes conduits par Charles Blé Goudé, fait barrage à l'expédition française, sauvant ainsi le régime de la Réfondation. On dénombrera plusieurs morts et de nombreux blessés dans cette confrontation entre les jeunes patriotes et l'armée française. Neuf ans après cet épisode douloureux de la crise ivoirienne, la vérité commence à se savoir.

 

H. ZIAO - L'inter


Côte d'Ivoire: Comment l'affaire Gbagbo préoccupe le pouvoir

«Et si Gbagbo était libéré?» C'est le titre d'un article en couverture qui paraît dans Jeune Afrique (Ja) de ce lundi 28 octobre au dimanche 3 novembre 2013.


François Soudan, le Directeur de la Rédaction de l'hebdomadaire panafricain, a donné les grandes lignes de ce « papier » sur les ondes de Radio France international (Rfi), hier dimanche 27 octobre 2013. L'éditorialiste de Ja a indiqué que le dossier Laurent Gbagbo « préoccupe beaucoup » le pouvoir ivoirien. « Ça préoccupe beaucoup, en tout cas, du côté du pouvoir en place. On agite une menace relativement claire qui est de dire que l’intervention de la Cpi n’a fait que suspendre les poursuites engagées en Côte d’Ivoire. Elle ne les a pas annulées, que Gbagbo est toujours inculpé pour crimes économiques.

Alassane Ouattara a demandé à 4 personnes de suivre le dossier à la loupe. Il y a Amadou Gon Coulibaly, il y a Mamadou Diané. Il y a le ministre de la Justice, Coulibay (Gnénéma) et le ministre de l’Intérieur, Hamed Bakayoko », a informé François Soudan. Pour lui, la libération de l'ex-chef de l'Etat ivoirien est certes une question tabou mais, une question d’actualité. « Question tabou parce que les supporters de Laurent Gbagbo espèrent que finalement, la Cpi désavoue la Procureure Fatou Bensouda, qu’elle trébuche et que les charges soient purement et simplement abandonnées, faute d’un dossier d’accusation suffisamment solide. On n’en est pas, évidemment, encore là. Les juges ont renvoyé Fatou Bensouda à sa copie. On attend que les choses s’éclaircissent », a déclaré le journaliste sur Rfi.

Dans cette même édition de Ja, François Soudan a révélé que Laurent Gbagbo demeure le chef, le patron au Front populaire ivoirien (Fpi), son parti. « C’est toujours lui le patron.  Aucune décision, apparemment, n’est prise sans qu’il n’ait été informé et sans qu’il n'ait donné son accord préalable », a-t-il affirmé.

Quid de la candidature du fondateur du Fpi à la présidentielle de 2015 ? « On ne sait pas très bien », a répondu M. Soudan. « C’est la question effectivement qu’on se pose. Affi N’Guessan que nous avons interrogé, le président du Fpi, dit ne pas savoir ce qu’il en est et que c’est à Laurent Gbagbo lui-même qu'il conviendrait bien de poser la question. Mais, on ne le voit pas trop vivant, reclus dans une villa que ce soit en Afrique du Sud, que ce soit dans son village de Mama, s’il rentrait en Côte d’Ivoire. On le voit plutôt peut-être se réinstaller dans le paysage politique », a-t-il précisé.

 

SYLLA Arouna

CPI - Probable sortie de prison: Ce que Ouattara prépare contre Gbagbo

Les personnes en mission pour le chef de l'Etat

C'est demain mardi 29 octobre que l'on devrait être situé sur la libération provisoire ou non de Laurent Gbagbo. Selon un communiqué rendu public par la Cour pénale internationale ( Cpi) en fin de semaine dernière, c'est ce mardi que sera rendu public le verdict arrêté par cette juridiction suite à l'audience du 9 octobre dernier.


Il y a environ trois semaines, la Cpi avait planché sur une éventuelle libération conditionnelle de l'ex-chef de l'Etat et promis de livrer son verdict d'ici au 11 novembre. On attendait donc ce 11 novembre, quand la même Cpi annonce finalement le verdict pour ce mardi. Si l'événement est attendu fiévreusement par les partisans de Gbagbo, sa probable libération ne réjouit pas tout le monde, en particulier le régime Ouattara. C'est du moins ce que révèle Jeune Afrique dans son édition à publier cette semaine.

Au dire du directeur des rédactions de ce magazine, qui était sur les antennes de Rfi hier dimanche, Alassane Ouattara entend contrer le retour éventuel de Gbagbo à Abidjan après sa libération. Le chef de l'Etat, révèle le confrère, mijote un plan B visant à embêter son prédécesseur au cas où celui-ci envisagerait de revenir au bercail.

A cet effet, le régime Ouattara entend relancer les poursuites judiciaires engagées contre Gbagbo et qui avaient été, en quelque sorte, gelées. Ouattara prévoit ainsi de contrecarrer un éventuel retour au pays de l'ancien chef de l'Etat, au cas où celui-ci venait à bénéficier d'une liberté conditionnelle voire d'une relaxe pure et simple. « Ça préoccupe beaucoup le pouvoir en place. On agite une menace relativement claire, qui est de dire que l'intervention de la Cpi n'a fait que suspendre les poursuites engagées en Côte d'Ivoire, qu'elles ne sont pas annulées et que (donc) Laurent Gbagbo est toujours inculpé pour crimes économiques », rapporte le confrère, qui ajoute que pour s'occuper du cas Gbagbo, quatre personnalités du régime ont été mises en mission par Ouattara. Il s'agit du secrétaire général de la présidence, Amadou Gon Coulibaly, du ministre de la Justice, des Libertés publiques et des Droits de l'homme, Gnénéma Coulibaly, du ministre de l'Intérieur et de la Sécurité, Hamed Bakayoko et de Me Mamadou Diané, avocat et conseiller d'Alassane Ouattara, chargé des droits de l'homme et des questions humanitaires. C'est à ces quatre hommes du système Ouattara qu'il a été demandé de préparer la contre-attaque en cas de retour au bercail du détenu de Scheveningen.

Le régime Ouattara a, sans doute, raison de se préoccuper de l'après-libération de Gbagbo, d'autant que celui-ci pourrait ne pas se retirer de la vie politique. A en croire le confrère, rien ne semble avoir été décidé quant à sa participation à la présidentielle de 2015, au cas où il serait remis en liberté. « Affi N'guessan dit ne pas savoir ce qu'il en est et que c'est à Laurent Gbagbo lui-même qu'il conviendrait de poser la question », révèle le confrère, qui ne croit guère à une mise à la retraite de l'ancien chef de l'Etat. « S'il peut rentrer en Côte d'Ivoire, on le voit plutôt se réinstaller dans le paysage politique », prédit Jeune Afrique.

 

Assane NIADA - L'inter


Source: I MATIN.NET