topblog Ivoire blogs

mardi, 11 janvier 2011

A QUOI SERVENT LES OBSERVATEURS INTERNATIONAUX LORS DES SCRUTINS EN AFRIQUE ?



LEANDRE SAHIRI.jpg

Depuis l'avènement du multipartisme en Afrique, les élections présidentielles mettent désormais aux prises plusieurs candidats issus généralement de partis politiques différents.

Avant chaque scrutin, des observateurs internationaux sont envoyés par des organisations internationales. Il s'agit principalement des personnalités très expérimentées, réputées être crédibles et impartiales qui viennent en mission dans les pays organisant des élections.

Leur mission : assurer la fiabilité des processus de vote

La mission de ces observateurs internationaux consiste à garantir, ne serait-ce que par leur présence, la fiabilité et la transparence des opérations de vote. Ils font désormais partie du rituel de toutes les élections africaines.

La plupart de ces observateurs internationaux sont des ex-chefs d'Etat, des anciens ministres, des juristes, des parlementaires, des responsables d'ONG ou des intellectuels célèbres.

Leur présence vise, dit-on, à contribuer à ce que les élections soient propres, « free and fair », (libres et équitables), transparentes, et partant fiables. En d'autres termes, les observateurs internationaux sont là et censées contribuer à enrayer les velléités et pratiques de manipulations illégales et de manœuvres frauduleuses par les candidats qui seraient tentés d'accéder ou de se maintenir au pouvoir, vaille que vaille. Ainsi donc, l'observation internationale est supposée jouer un rôle important dans la protection de « l'intégrité électorale » et l'exercice du droit citoyen.

Afin d'assurer la légitimité et la crédibilité de leur tâche, les observateurs internationaux sont censés accomplir un travail de fourmi qui dure souvent plusieurs semaines, et qui consiste notamment à tout ausculter depuis l'établissement des listes électorales jusqu'à la proclamation des résultats. Ils sont aussi tenus de se soumettre à des normes de conduite internationalement reconnues. Dans ce sens, plusieurs organisations spécialisées dans l'observation internationale ont élaboré des codes de conduite visant à guider le comportement des observateurs durant leur mission.

Une présence incontournable, mais...

La force de ces observateurs internationaux réside en ceci que, une fois le scrutin terminé et leur mission accomplie, leur rapport a un poids évident, surtout dans la logique des relations internationales et leur avis est pris strictement en compte, du moins très au sérieux, notamment en matière de coopération. Cet état de fait est confirmé et souligné par M. Chris Fomunyoh, Directeur de National Democratic Institute for International Affairs (NDI) de Washington pour l'Afrique qui a la charge de superviser les processus de démocratisation dans le monde entier. Selon M. Chris Fomunyoh, « le gouvernement américain veut travailler avec tel ou tel Etat. Ainsi, les rapports des observateurs lui servent largement à fonder son jugement en ce qui concerne le degré de démocratisation ».

C'est sans doute cela qui rend la présence des observateurs quasi incontournable lors des scrutins en Afrique, certes.

Mais, là où le bât blesse, c'est qu'on observe que le nombre des observateurs internationaux est souvent restreint à quelques dizaines de personnes, même lorsque le pays observé est très peuple ou très vaste comme le Nigeria ou la RD Congo. Dans cet état de fait, les observateurs internationaux, même malgré de bonnes intentions et des expertises avérées, n'ont ni le temps, ni les moyens de visiter tous les bureaux de vote, ne peuvent assister à tous les dépouillements et décomptes, sortent très rarement de la capitale où ils sont reçus dans des conditions exceptionnelles durant leur séjour : hôtels et voitures de luxe, garde de corps, etc.

D'où, les rapports et avis des observateurs internationaux ne peuvent être que partiels ou partiaux, alors que l'observation doit être objective, efficace, vigilante et non partisane. Par ailleurs, on s'aperçoit très vite que leurs rapports sont souvent non équilibrés ou non concordants, et cachent mal leurs préférences pour un parti ou un candidat quelconque, en lieu et place de l'objectivité requise pour produire des rapports impartiaux. Cela enlève toute crédibilité à leur mission et n'aide pas à garantir l'intégrité ou la fiabilité du processus électoral.

On observe souvent que les observateurs internationaux sont souvent otages des politiques qui, par la force des choses, organisent et contrôlent le processus électoral et sont leurs premiers interlocuteurs, dans le sens du respect des règles d'accréditation pendant leur mission d'observation. Rien d'étonnant à ce qu'ils soient si souvent accusés de partialité ou de complicité en faveur de tel ou tel candidat qu'ils reconnaissent "légitimement élus", après bourrage des urnes et tripatouillage des listes, c'est-à-dire en dépit, des votes contestés. Des irrégularités et des manipulations frauduleuses qui n'échappent pourtant à personne, y compris les observateurs eux-mêmes. Par exemple, en 2007, la Commission européenne a déployé de gros moyens pour les législatives et la présidentielle au Nigeria : cent cinquante observateurs. Dans leurs rapports ceux-ci ont relevé des "preuves évidentes de fraude : assassinats, électeurs empêchés de voter, urnes ostensiblement bourrées. Leur chef, Max Van den Berg, n'a pas mâché ses mots : « ces élections ne peuvent être considérées comme crédibles" et sont "loin des critères démocratiques internationaux de base", a-t-il dit deux jours après le vote. Un mois plus tard, Umaru Yar'Adua, le vainqueur de la parodie électorale, était investi en grande pompe à Abuja.

On observe souvent qu'une lacune constatée parmi tant d'autres concerne la défaillance dans le contrôle au niveau des listes électorales. En effet, les observateurs internationaux se trouvent généralement dans l'impossibilité quasi-totale de vérifier si un électeur n'a pas déjà voté dans une autre circonscription, de faire respecter strictement les principes du vote secret, ainsi que d'imposer la présence dans tous les bureaux de vote des délégués ou des représentants de la société civile, etc.

Légitimer des mascarades et des crimes de sang ?

On dit que le mandat des observateurs internationaux n'est pas de superviser, ni de corriger les erreurs, ni de résoudre les conflits locaux, ni de s'ingérer dans le processus électoral, mais d'observer et à la limite de dénoncer des irrégularités, sinon de « saluer le calme qui a entouré le processus ». En effet, souveraineté nationale et non-ingérence obligeant, les observateurs internationaux se contentent naturellement d'observer. A ce propos, M. Patrice

Lenormand, chef du département de l'observation électorale à la Commission européenne déclare : « Nous n'avons qu'un rôle dedénonciation... Notre code de conduite précise que « les observateurs ne doivent entraver aucun élément du processus électoral. [...] Ils doivent porter les irrégularités, les fraudes ou tout autre problème important à l'attention des fonctionnaires électoraux sur place ». C'est ainsi que, en mai 2005, en Éthiopie, les élections ont été chaotiques. La contestation des résultats par l'opposition a été réprimée dans le sang. Près de 30 personnes sont mortes, 100 ont été blessées.

Des faits dénoncés par la mission d'observation européenne, mais les résultats ont été validés, comme l'atteste l'un des observateurs : « Nousétions 200 observateurs. Nous avons eu les résultats durant la nuit, mais ceux annoncés le lendemain par le gouvernement n'étaient pas dutout les mêmes. Il y a eu vingt jours de répression contre l'opposition. Et, alors que nous n'avions pas encore rendu nos conclusions, Javier Solana [haut représentant de l'UE pour la politique étrangère, NDLR] félicitait Mélès Zenawi [le Premier ministre éthiopien]. Trois semaines plus tard, il était invité à Londres et à Bruxelles ». A noter aussi que, aux dernières élections à Madagascar, suite à une étude faite auprès d'une cinquantaine de bureaux de vote sur les 18.173 existant dans tout Madagascar, ces observateurs étrangers se disent satisfaits de leur mission d'observation, malgré de graves lacunes observées.

Utiles ou inutiles?

Cet état de fait a amené un observateur critique à dire, non sans humour noir, que « le travail des observateurs internationaux, c'est d'arriver le samedi soir, de faire la fête et de repartir le dimanche". On a aussi entendu dire que « dans l'attitude des observateurs, il y a un côté tourisme électoral ». Un autre observateur tirant subsistance de ses juteuses missions d'observateur international, a déclaré en sourdine : « les observateurs sont payés cher pour ce qu'ils font et surtout pour ce qu'ils ne font pas ».

Ce dernier faisait sans doute allusion au coût des observations, dont on ne sait jamais exactement qui paye. Parlant de coût, faut-il rappeler que, par exemple, au Togo, en février 2010, 110 observateurs (dont 30 de long terme) ont été envoyés par Bruxelles. Ils percevaient, par tète de pipe et par jour, un per diem de 195 euros, soit 128.000F CFA par jour, (hormis les dépenses d'hôtel et de restauration) ce qui équivaut à peu près à 24 euros par heure, soit 16.000F CFA ; les transports sont par ailleurs pris en charge).

Toujours au chapitre des coûts, il faut savoir que, depuis 2000, la Commission européenne a dépensé au moins 300 millions d'euros en missions d'assistance électorale, dans 40 pays.

Beaucoup d'argent, beaucoup de temps et beaucoup d'énergie, pour venir « observer » et être témoins de morts d'hommes, sans assistance à des personnes en dangers et pour finalement accréditer des mascarades consacrant la mort de la démocratie dans certains pays. Dans ces cas, l'observation prend le sens d'une quête de preuves récentes et d'images nouvelles de barbaries exotiques pour mettre à jour les préjugés et les thèses racistes.

On peut conclure que la plupart des rapports des élections, dans bien de pays observés, ne sont pas crédibles, malgré la présence des observateurs internationaux. Sur ce, je suis tenté de dire que les élections pourraient avoir lieu en leur absence, ou si l'on préfère, sans leur présence.

C'est que je pense.



Léandre Sahiri,

Directeur de Publication de « Le Filament »

In Le Filament N° 11 du 15 décembre 2010


Source : LE FILAMENT.INFO

dimanche, 09 janvier 2011

THEOPHILE KOUAMOUO: POURQUOI JE N'ACHETERAI PLUS JAMAIS "LIBERATION"


JOURNAL LIBERATION.jpg

 

Il y a des moments où le pacte de confraternité entre journalistes doit être égratigné pour des raisons élémentaires de salubrité intellectuelle. Ce petit billet vise en tout cas à dénoncer les pratiques étranges du quotidien français « de gauche » contrôlé par la famille Rothschild. J'ai nommé Libération. Ce 7 janvier, je vais à un kiosque parisien pour me procurer ce journal - que je n'achète plus depuis longtemps, préférant de loin le professionnalisme du Figaro ou du Monde à sa morgue germanopratine. Mais sa « Une » sexy sur « les réseaux français de Gbagbo » a attiré ma curiosité.

A la lecture du « dossier » de trois pages, qui n'est qu'une recension éditorialisante d'informations déjà données par des confrères - y compris le site Rue89 qui est, lui, gratuit -, un vaste sentiment de dégoût s'est emparé de moi. On le devine aisément, la « liste » dressée par « Libé », qui s'est débrouillé pour publier le maximum de photos des « amis de Gbagbo » qui représentent « le pire des relations entre les deux capitales », est d'intimider assez ceux qui, en France, n'approuvent pas la politique ivoirienne de Nicolas Sarkozy. L'enjeu est d'empêcher tout vrai débat national sur la question, en séparant les « bons » ouattaristes des « méchants » gbagbophiles. Nulle part, dans le dossier, on ne donne la parole aux pestiférés. Nulle part, on ne met en lumière leur discours, leurs arguments. On les diabolise, histoire d'arriver à un unanimisme national dangereux pour la démocratie.

Le procédé rappelle ces journaux camerounais controversés qui ont diffusé, il y a un temps, des listes d'homosexuels supposés, pour les livrer à la vindicte populaire. Il est méprisable. Non pas parce que Libé choisit son camp - c'est son choix, et je suis un militant du journalisme d'opinion - mais parce que le quotidien créé par Jean-Paul Sartre, qui surjoue, sur des enjeux mineurs, son ancrage à gauche, trompe ses lecteurs. Depuis le 19 septembre 2002, plus que Le Figaro, plus que tout autre journal, il est à la manœuvre pour Ouattara, le champion de la droite française. Il n'hésite pas à mentir, travestir les faits, à s'autocensurer... pour complaire à un prétendu adversaire idéologique. Je parle ici de Chirac puis de Sarkozy...

Libération est le seul quotidien français qui a écrit, après le début de la rébellion menée pour le compte de Ouattara, qu'il n'y avait rien en Côte d'Ivoire. Ni putsch ni mutinerie. Mais un auto coup d'Etat mené par Gbagbo. Contredit par les faits, le journal n'a jamais fait amende honorable. Sans le moindre début de preuve, Libé a écrit que l'entreprise Tommy, qui a déversé des déchets toxiques au port d'Abidjan, était la propriété de Simone Gbagbo. Or elle appartient à un Nigérian qui croupit à la Maison d'arrêt et de correction d'Abidjan (MACA). Libé, dont les envoyés spéciaux étaient à Abidjan en novembre 2004, a respecté l'omerta profitant à Jacques Chirac selon laquelle il fallait faire le black-out sur les 64 civils ivoiriens tués par l'armée française ; omerta que Canal + et Le Canard Enchaîné ont courageusement violé. Contrairement au Monde et au Figaro, Libé n'a jamais enquêté sur les incohérences de la version française quant au bombardement de la base française de Bouaké le 6 novembre 2004.

Les ventes de Libé chutent-elles inexorablement ? Je m'en réjouis. Ce quotidien, que nous considérions (jeunes et naïfs étions-nous) comme une « bible » lorsque nous étions à l'école de journalisme, ne mérite pas d'exister. Lâche sur le fond, verbeux sur la forme, germanopratin et donneur de leçons, réduisant le fait d'être de gauche à une sorte de « culture » élitaire et dépressive, il représente le pire de ce qui se fait en matière de presse en France. Je n'achèterai plus jamais Libération.



Théophile Kouamouo


Source: Le Blog de Théophile Kouamouo

vendredi, 07 janvier 2011

COTE D'IVOIRE - UN FRANÇAIS DANS LA LIGNE DE MIRE DE L'UE

FREDERIC LAFONT ET MICHEL ACARIES.jpg

Par Antoine Kowalski et Christine Ollivier 05/01/11

Un couple français est soupçonné d'avoir violé l'embargo imposé à la Côte d'Ivoire et se retrouve sur la liste des « proscrits » de l'UE. Leur avocat, Maître Collard, entend saisir la Cour Européenne des Droits de l'Homme. Frédéric Lafont et son avocat se sont confiés à France Soir.


L'Union européenne (UE) a approuvé vendredi 31 décembre des sanctions contre 59 proches du président ivoirien sortant Laurent Gbagbo. Les 59 personnes qui figurent sur cette liste sont désormais interdites de visas pour l'UE. Parmi elles, deux ressortissants français, Frédéric Lafont et son épouse, Louise Kado-Lafont, tous deux entrepreneurs. Selon Bruxelles ils sont « susceptibles d'agir en violation de l'embargo » imposé à la Côte d'Ivoire.
Le couple Lafont, sanctionné par l'UE est actuellement dans le sud de la France. Il se retrouve dans une situation kafkaïenne.

Interdits de visas comme 57 dignitaires pro-Gbagbo, les deux Français ont un passeport... français et personne ne peut les empêcher dès lors de circuler. C'est ce que confirme l'ambassadeur de France à Abidjan, visiblement gêné : «  Ils ont un passeport français, ils peuvent circuler ». Impossible de savoir pourquoi ces deux ressortissants sont visés par des sanctions de l'UE. « La liste parue n'est pas officielle, elle n'est pas encore parue au Journal Officiel de l'UE, elle n'a pas encore de valeur légale... Attendons qu'elle le soit », se défend-il. Or, cette liste est parue le 31 décembre.

Une ambassade française gênée

Pourquoi ces deux Français sont-ils sur cette liste ? « Demandez à Bruxelles et interrogez le Conseil Européen », répond l'ambassadeur Simon qui soutient que la décision n'a pas été prise à l'ambassade de France à Abidjan. Le porte-parole du Quai d'Orsay, Bernard Valéro, contacté mardi soir détaillait le processus différemment : « La décision se prend à deux niveaux. Les ambassades européennes à Abidjan sélectionnent ensemble les noms puis Bruxelles prend le relais ».  Que signifie « susceptible d'agir en violation de l'embargo » ? Nouveau silence de l'ambassadeur. De quoi sont-ils soupçonnés ?  « On ne soupçonne rien du tout ! Attendons la publication », se reprend-il.

Frédéric Lafont est revenu en France pour se défendre. Il a pour avocat Maître Collard. Selon le principal intéressé, on lui reproche d'avoir fait du transport d'armes à l'occasion de deux vols de sa compagnie aérienne Sophia. « Ce n'est pas vrai, je faisais du transport de fonds pour la Banque centrale d'Afrique de l'Ouest (BCAO). L'argent transporté lors de deux vols dans des caisses en bois ne contenait pas d'armes », maintient-il en assurant pouvoir en apporter la preuve. L'ancien légionnaire raconte qu'on l'accuse également d'avoir transporté des mercenaires depuis l'Angola : « Jamais aucun de mes avions ne s'est posé là-bas ! C'est de la diffamation pure et simple, certaines personnes veulent se venger ! » s'emporte-t-il.

« Je ne fais pas de politique. Je suis un businessman »

« Je ne fais pas de politique. Je suis un businessman, je suis dans la sécurité, le transport, la restauration. J'ai beaucoup d'activités. Chez moi il y a des pro-Gbagbo et des pro-Ouattara. Je travaille pour tout le monde », souligne le sous-officier à la retraite. Et pour certifier sa capacité à travailler avec tous, il ajoute : « c'est fort quand même, l'UE me sanctionne alors que le 28 novembre lors du deuxième tour de la présidentielle en Côte d'Ivoire, le responsable de la sécurité des observateurs de l'UE dans le Nord m'a téléphoné en urgence pour que je vienne rechercher 17 observateurs qui se faisaient molester ! Ils m'ont remercié en me disant qu'ils avaient craint de se faire couper en deux ! Mais ça on en parle pas ! D'ailleurs, j'attends toujours que Bruxelles me paye la troisième facture... », se défend l'homme d'affaire français.

Maître Collard, s'indigne de cette situation. L'avocat de l'entrepreneur français et de son épouse va déposer un recours devant la Cour Européenne des Droits de l'Homme (CEDH) et sommer la Commission Européenne, qui a pris les sanctions, d'expliciter les motifs de sa décision. « On se retrouve devant deux citoyens français qui normalement ne pourraient plus rentrer en France. L'UE se permet d'établir une liste de proscrits en violation de toutes les règles et en particulier celle de la présomption d'innocence ! ». L'avocat exige des explications : « Comment cette liste a-t-elle été établie ? Sur la base de quoi ? ». Selon le conseil, « c'est une interdiction qui n'est pas fondée ». Et l'avocat de s'interroger sur « le jeu de l'UE dans cette affaire » : « Je ne suis pas l'avocat de Gbagbo, ce n'est pas la question, mais on voit que l'UE est prête à faire n'importe quoi pour déstabiliser Gbagbo ». En tout cas pour Gilbert Collard les autorités françaises « se cachent derrière l'UE ».

Son client, Frédéric Lafont est un type « flamboyant » et présente pour le moins un parcours atypique selon une de ses connaissances. Issu d'une famille protestante et aisée de Marseille, le jeune homme à la bougeotte. Plusieurs fois « viré » de différents lycées, il s'engage dans la Légion étrangère juste après l'obtention de son baccalauréat. Il y passe 15 ans, entre la République centrafricaine, Djibouti et la Guyane. En 2000, il a alors 32 ans, Frédéric Lafont, sous-officier, débarque avec ses hommes en Côte d'Ivoire. Alors que le pays vient de connaître un coup d'Etat, le Français tombe amoureux de la région et décide d'y passer sa retraite après son temps de service. Un an plus tard, en 2001, il se reconvertit et devient entrepreneur dans le domaine de la sécurité. Sa société commence par importer des matériels tels que du gaz lacrymogène, des armes de défense, des gilets pare-balles, des radios, des matériels d'écoute.

Son domaine : la sécurité

Avec un pays en pleine crise, les business marche fort à tel point qu'il lance une autre société, « Risk », assurant la protection d'institutions comme de personnes avec des méthodes « modernes ». Il ne s'arrête pas là et se lance dans le domaine de la nuit, de la restauration, du sport allant jusqu'à relancer la boxe locale et créer une équipe cycliste. Ses activités florissantes dans le Golfe de Guinée en font un des personnages incontournables de l'économie ivoirienne.

L'ex-képi blanc emploie près de 4.000 personnes en Côte d'Ivoire mais aussi au Togo au Maroc, en Algérie et en Tunisie et détient en outre une compagnie aérienne, baptisée Sophia. Frédéric s'est marié à Louise Kado, une Franco-Ivoirienne influente, qui dirigeait une des branches africaines de la Mediterranean Shipping Company SA, tout en présidant l'association des armateurs de Côte d'Ivoire. Frédéric et Louise ont ensemble par la suite racheté l'entreprise « Vision », spécialisée dans le gardiennage et dans la sécurité des navires. « Vision » est en charge de la sécurité, si sensible, des deux poumons économiques du pays, le port d'Abidjan et celui de San Pedro par où transitent les 1,335 millions de tonnes de cacao du premier producteur mondial.

Une connaissance du couple ne veut pas croire au scénario du trafic d'armes impliquant Frédéric Lafont : « C'est un homme d'affaire. C'est certain. Je ne dis pas qu'il n'a jamais franchi la ligne jaune mais ce n'est pas un tordu. Il a gagné tellement d'argent et il est si peu discret, avec ses voitures de courses et sa réussite affichée qu'il a pu se créer des jalousies ». Des jalousies ? Cet ancien militaire de carrière aurait pu aussi s'en créer selon lui parmi les gradés français en place à Abidjan.


Source : FRANCE SOIR

mercredi, 05 janvier 2011

LE DECLIN DE L'EUROPE

ALEXANDRE LACROIX.jpg

Alexandre Lacroix, philosophe


Sommes-nous, comme les Romains de l'Antiquité tardive, parvenus au dernier chapitre de notre glorieuse (et violente) Histoire ?

Hédonistes et cyniques, ne croyant plus en nos lois ni en aucun dieu, nous moquant de tout sauf de nous-mêmes, incapables de nous projeter dans l'avenir, amollis par le confort, superficiels et gâtés, avons-nous mérité d'être éclipsés par d'autres peuples, plus jeunes, plus ambitieux, plus forts  ?

L'analogie entre la situation des Européens d'aujourd'hui et celle des Romains de la décadence est tentante... Et pourtant !

Méfions-nous du pathos facile de la décadence et des postures réactionnaires, qui risquent de nous empêcher d'affronter avec lucidité la situation actuelle, soit : la diminution progressive et inéluctable du poids de l'Europe sur la scène internationale. Pour esquisser les enjeux philosophiques d'une telle situation, formulons ici trois remarques.


Remarque n°1 : Le mythe du déclin de l'Europe est aussi vieux que l'histoire de l'Europe elle-même.

Homère a vécu au VIIIe siècle avant Jésus-Christ, mais il chante dans ses épopées une époque bien antérieure : la guerre de Troie se situe autour de 1 200 avant notre ère. Comme la plupart de ses contemporains, Homère fantasmait sur la splendeur passée de la civilisation mycénienne (- 1600/ - 1200), renversée par des envahisseurs venus du Nord, les Doriens. Les Mycéniens avaient laissé derrière eux des ouvrages de bronze, des architectures témoignant de leur avance, que les Hellènes n'étaient plus capables de reproduire. Si les personnages d'Homère - Ulysse, Achille, Agamemnon et les autres... - ont de si nobles qualités, s'ils sont si endurants au combat comme à la boisson, c'est qu'ils sont censés appartenir à une humanité supérieure. Or Homère est le premier des historiens, et à sa suite, le mythe du déclin va devenir un motif incontournable, une obsession de la culture du Vieux Continent.

À la fin du Moyen Âge, sous la plume de Dante ou de Machiavel, la nostalgie de l'Âge d'or réapparaît, mais cette fois-ci c'est la puissance de l'Empire romain qui est regrettée. En comparaison avec l'immensité de l'empire, la carte de l'Italie divisée entre principautés fait piètre figure. Au siècle des Lumières, Montesquieu s'intéresse aussi à la décadence romaine, mais pour critiquer les excès de l'autoritarisme des Césars et, indirectement, de la monarchie.

Plus près de nous, au lendemain de la Première Guerre mondiale, les historiens Oswald Spengler et Arnold J. Toynbee considèrent que l'Occident est malade ou qu'il est en train de creuser sa propre tombe ; ils traquent la pulsion de mort qui détraque souterrainement notre civilisation. Un bref parcours historique de ces différentes versions du mythe (lire panorama ci-contre), montre qu'on définit toujours les critères du déclin en fonction des difficultés et des préoccupations les plus actuelles : le mythe nous renseigne moins sur le passé que sur les enjeux du présent.

D'Homère à Toynbee, tous ces auteurs vantent une grandeur disparue et annoncent la catastrophe, mais dans le seul but de retrouver les sources vives qui permettront de réenchanter l'histoire.


Remarque n° 2 : Le mythe du déclin s'écrit aujourd'hui dans le langage formel des chiffres et de l'économie

C'est la grande nouveauté contemporaine : de nos jours, ce n'est pas un écrivain génial, ce n'est pas un Dante, ni un Montesquieu, ni un Oswald Spengler qui nous tend le miroir de notre affaiblissement, mais bel et bien les tableaux de chiffres arides produits par les instituts de statistiques, Eurostat ou la Banque mondiale. Les chiffres ont d'ailleurs une éloquence bien à eux, face à laquelle il est difficile de rester de marbre. Avec 500 millions d'habitants, l'Union européenne (UE) ne représente actuellement que 7,3 % de la population mondiale. Elle a le taux de croissance démographique le plus faible au monde (- 0,05 % en Allemagne, 0,7 % en Italie pour 2008) et vieillit à vue d'œil. La croissance économique est elle aussi basse : 0,2 % en moyenne depuis le début de cette année pour les 27 pays de l'Union, - 4,2 % en 2009 (par comparaison, la Chine est poussée par une croissance d'environ 10 %, le Brésil, 8 % et l'Inde, 6,5 %). Les États européens sont lourdement endettés : la dette publique représente 115 % du produit intérieur brut de la Grèce et de l'Italie en 2010, contre 77,6 % pour la France. En 2008, 17 % de la population européenne vivait sous le seuil de pauvreté, taux qui monte à 20 % chez les jeunes...

Non seulement l'UE n'a pratiquement plus d'industrie sur son sol, mais ses plus belles pièces sont peu à peu raflées par les investisseurs étrangers. Arcelor, fer de lance de la sidérurgie, entreprise issue de la révolution industrielle et de l'épopée capitaliste rhénane, a été rachetée par un groupe indien, la Mittal Steel Company, en 2006. Un autre groupe indien, Tata Motors, a fait main basse sur Jaguar en 2008. Quant à la déliquescence économique de la Grèce, elle a permis à la China Shipping Ocean Company de s'offrir une partie du Pirée en 2009 - le port d'Athènes passant aux mains des Chinois, tout un symbole ! -, avant d'empocher les principaux armateurs grecs cette année.

Cette litanie de chiffres et d'annonces déprimantes, nous l'écoutons à la radio et la lisons dans la presse. Année après année, la place du continent européen sur le planisphère semble rétrécir à la manière d'une peau de chagrin. Puisqu'il se décline dans le langage des mathématiques, le déclin serait-il enfin réel ? Sans doute, mais les chiffres ne nous donnent qu'une mesure quantitative de l'état de l'Europe. Appliquer aux nations une grille de lecture strictement budgétaire et comptable, c'est passer à côté d'autres dimensions, comme la qualité de la vie, l'accès à l'éducation et aux soins, l'existence d'un État de droit, d'un système judiciaire non corrompu, d'infrastructures facilitant les transports, etc.

Imaginons que les choses se passent, avant notre naissance, comme l'imaginait jadis Plotin, c'est-à-dire que les âmes descendent lentement vers les corps. Vous êtes l'une de ces âmes à naître. Au cours de votre trajet astral vers l'incarnation, un ange vous interpelle et vous propose de choisir : vous pouvez voir le jour en Inde, en Chine, au Brésil, en Indonésie ou en Europe (mais vous ne pouvez pas choisir votre milieu social, qui vous sera échu par tirage au sort). Pour quelle destination optez-vous ? Quel est, selon vous, le lieu où vous aurez le plus de chance de vivre librement et en bonne santé, sans crainte de la violence, qu'elle soit propagée par l'État ou qu'elle règne dans la sphère sociale ? Où vos rêves trouveront-ils à s'épanouir ? Ça y est, vous avez choisi ? Vous n'êtes pas complètement guéri de l'Europe ?


Remarque n° 3 La réduction du mythe du déclin européen à un problème économique est elle-même un signe inquiétant de déclin

Ici, ce sont les dernières pages du Déclin de l'Occident de Spengler, publié en 1918, qui nous aiguillent : « La pensée et l'action économiques sont un côté de la vie, affirme-t-il, chaque vie économique est l'expression d'une vie psychique. » Autrement dit, la prospérité ou le marasme d'une économie ne font que traduire un certain état de la culture et de l'esprit.

Un an plus tard, en 1919, Paul Valéry enfonce le clou dans un texte intitulé La Crise de l'esprit, dont la première phrase est restée fameuse : « Nous autres, civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles. » On connaît moins l'argumentation qui suit, or elle est saisissante. « La crise économique, explique Valéry devant le spectacle du Vieux Continent ruiné par la guerre, est visible dans toute sa force ; mais la crise intellectuelle, plus subtile, et qui, par sa nature même, prend les apparences les plus trompeuses (puisqu'elle se passe dans le royaume même de la dissimulation), cette crise laisse difficilement saisir son véritable point, sa phase. » Attention à ne pas confondre les forces et les quantités, prévient Valéry !

Le classement des régions du globe selon des critères statistiques - population, superficie, matières premières, revenus, etc. - risque de nous faire oublier que les civilisations ayant accompli une œuvre historique remarquable, que ce soient l'Égypte ancienne, le siècle de Périclès ou encore l'Europe des Lumières, ont pu le faire uniquement parce qu'elles étaient créatrices, parce qu'elles étaient capables de promouvoir les arts et les sciences, parce que la vie de l'esprit y était intense. Or l'Europe, s'alarme Valéry, est en train de transformer le savoir en une denrée et les productions de l'esprit en marchandises. Elle est bien mal inspirée ! « Résultat : l'inégalité qui existait entre les régions du monde... tend à disparaître graduellement », puisque tout n'est qu'une question de commerce et de chiffre d'affaires.

En 1935-1936, le philosophe allemand Edmund Husserl rédige un texte qui fera date, intitulé « La crise des sciences européennes comme expression de la crise radicale de la vie dans l'humanité européenne ». Husserl y affirme que c'est la place éminente accordée à la raison qui a permis la grandeur de l'Europe. Le projet des Grecs, qui était de comprendre la totalité des phénomènes du monde, constitue selon Husserl le tremplin initial de notre civilisation. C'est au nom de la raison que sera accompli l'essor des sciences à l'âge moderne, que les Lumières secoueront le joug de l'Ancien Régime. Or « la vision globale du monde qui est celle de l'homme moderne s'est laissée, dans la deuxième moitié du XIXème siècle, déterminer et aveugler par les sciences positives et par la "prosperity" qu'on leur devait », constate Husserl.

Lorsqu'on a séparé les sciences de l'homme et les sciences de la nature, au XIXème siècle, on a commis un acte très grave, puisqu'on a brisé la visée du projet grec. La philosophie, la psychologie, la sociologie, la science politique ont été rejetées du côté de la subjectivité, de la littérature. La raison n'a plus trouvé à s'appliquer que dans les sciences dures, et ne s'exprime plus qu'à travers le langage des mathématiques. Mais les mathématiques ne peuvent pas répondre à notre détresse ni nous offrir un destin ! En réduisant la raison à une calculatrice, l'humanité européenne a perdu son projet fondateur. Elle s'est en quelque sorte autodissoute. « De simples sciences de faits forment une simple humanité de faits. »

Ce qui nous amène à notre conclusion. Le fait que nous ne sachions plus aujourd'hui raconter le déclin de l'Europe autrement qu'à l'aide de statistiques est peut-être plus préoccupant encore que le contenu desdites statistiques, car cela prouve que nous avons laissé en chemin, quelque part derrière nous, notre esprit.


Alexandre Lacroix

Philosophe


Source: LE PORTAIL JUIF FRANCOPHONE

20:07 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Europe, Monde | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : monde, europe, alexandre lacroix, le portail juif francophone, le déclin de l'europe | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

lundi, 03 janvier 2011

L'ABECEDAIRE 2010 DE MAHALIA - SPECIAL COTE D'IVOIRE (3)

ABECEDAIRE.jpg

Libations : 1960 - 2010. Cinquante ans d'exploitation, de stagnation, de dépit, de régression, de pauvreté, d'injustices, de violence. Et pourtant ! Douze chefs d'Etat africains se sont rendus docilement en France pour répondre à la convocation élyséenne les sommant de célébrer le cinquantenaire de leurs «indépendances» à Paris le 14 juillet 2010. Il s'agit des béninois Thomas Yayi Boni, burkinabe Blaise Compaoré, camerounais Paul Biya, centrafricain François Bozizé, congolais Denis Sassou Nguesso, gabonais Ali Bongo, malien Amadou Toumani Touré, mauritanien Mohammed Ould Abdel Aziz, nigérien Djibo Salou, sénégalais Abdoulaye Wade, tchadien Idriss Déby et togolais Faure Gnassimbe. Tels des toutous, ils se sont agglutinés autour des 165 centimètres - talonnettes incluses - du président français, la queue frétillante et la langue pendante au moindre regard blasé que daignait leur jeter leur maître Sarkozy! Leur empressement faisait peine à voir, la palme revenant au général-putschiste nigérien, qui semblait prêt à tout pour échanger son poste de chef d'Etat en Afrique contre celui de chauffeur à l'Elysée. Le rassemblement de la honte. Le seul à avoir refusé de participer à cette insultante et pitoyable mascarade est le président ivoirien Laurent Gbagbo, qui est également le seul à conduire une lutte de libération pour s'émanciper du joug néo colonial français. D'où l'ire inextinguible du sieur Sarkozy, prêt à user de tous les moyens pour anéantir cet homme africain qui ose entrer dans l'Histoire, qui ose s'élancer vers l'avenir, qui ose avoir l'idée de sortir de la répétition pour s'inventer un destin, pour reprendre les termes de son ignominieux discours de Dakar. D'où l'aversion de ses pairs, dont l'attitude veule et aplaventriste contraste de façon frappante avec la posture combattante de Laurent Gbagbo, qui a décidé qu'il était grand temps que la Côte d'Ivoire écrive enfin sa propre Histoire. Ceci explique sans aucun doute le comportement vindicatif et jubilatoire de la plupart des festoyeurs parisiens dans la gestion de la crise ivoirienne. Mais rira bien qui rira le dernier. Parce que ce qui arrive à Laurent Gbagbo aujourd'hui est un précédent qui, s'il n'y est pas fait échec, fera date et pourra se répéter à l'infini, partout où la France jugera nécessaire de procéder à un changement de régime en Afrique sans se salir les mains ni dépenser des sommes colossales.

Médias : La composante médiatique de la guerre menée par la France et ses alliés contre la Côte d'Ivoire est sans doute l'une des plus notables. C'est dans un bel ensemble que les médias français se sont accordés pour lancer l'une des plus grandes campagnes de désinformation de tous les temps. Haro sur Gbagbo ! Suivis par leurs consœurs anglo-saxonnes (BBC, CNN, VOA etc.), nourries des dépêches fallacieuses de Reuters, Afp et Ap, relayées par une presse unanimement aux ordres (Le Figaro, L'Express, Le Monde, Libération, Jeune Afrique etc.), les radios et télévisions France 24, France 2, Tf1, TV5, i-télé, Lci, Rfi ont sonné ce qu'elles pensaient être le hallali final de la renaissance ivoirienne. Elles ne se contenteront pas d'annoncer en primeur au monde «la victoire d'Alassane Ouattara» à l'élection présidentielle sur la base d'un résultat ânonné hors-délai, hors-norme et hors forme, non pas par la Commission électorale indépendante, mais par son seul président, Youssouf Bakayoko, amené au quartier général du soi-disant vainqueur par les ambassadeurs de France et des Etats-Unis, alors que le professeur Yao N'Dré, président de la plus haute juridiction ivoirienne, avait depuis belle lurette déclaré ladite CEI forclose, conformément aux textes en vigueur en Côte d'Ivoire. Elles dresseront des portraits diffamants du président élu proclamé par le Conseil constitutionnel (seule instance habilitée à le faire, selon la Loi fondamentale ivoirienne), Laurent Gbagbo. Elles créeront de toutes pièces des informations anxiogènes relatives à des assassinats en série, des escadrons de la mort, des charniers dont l'existence est aussi réelle que les armes de destruction massive brandies comme prétexte par George Bush pour justifier l'invasion de l'Irak. Une mention particulière doit être faite ici à Onuci-FM, la radio onusienne qui émet depuis Abidjan et s'attèle avec une célérité ahurissante à surclasser la très funeste Radio Mille Collines rwandaise comme instrument de préparation et de propagation de desseins génocidaires. Cependant, comme Astérix face aux Romains, la Radio télévision ivoirienne (Rti) résiste à l'armada médiatique occidentale. Et d'une façon tellement efficace que l'Etat français se sentira contraint de procéder au brouillage du signal de la Rti sur le bouquet de Canal+ Horizons, afin d'empêcher les téléspectateurs et auditeurs du monde entier de voir leur grotesques mensonges démontés soir après soir depuis un petit studio de Cocody, à Abidjan. Ce n'est pas un hasard si l'une des premières actions du tandem Ouattara/Soro a été d'appeler leurs supporters à une marche insurrectionnelle visant à installer leurs obligés à la tête de la Rti. C'est n'est pas par hasard que Pierre Brou Amessan, l'actuel directeur général de la Rti, se trouve sur la liste des «sanctionnés» de l'Union européenne. Il est en effet, avec les militaires loyalistes qui se battent tous les jours pour assurer la sécurité des Ivoiriens et de leurs institutions, l'un des plus vaillants soldats de la lutte contre la recolonisation française de l'Afrique, au même titre que l'armée de petites mains anonymes qui, dans un élan sans pareil de civisme et de panafricanisme, a envahi le web pour gagner la bataille d'Internet. Cette crise nous aura appris deux leçons : d'abord, l'urgence de ne jamais être dépendants d'opérateurs européens en matière de communication. Etre présents sur le bouquet de Canal+ est une chose, mais il faut également signer des accords de diffusion avec le sud-africain Multichoice/Dstv et privilégier l'option d'hébergement de notre signal sur des satellites asiatiques plutôt qu'américains ou européens. Et ensuite, la nécessité d'investir dans la création d'une vraie chaine africaine d'information, selon le modèle de la qatari Al Jazeera. Celle-ci ne saurait bien évidemment être crédible que si, d'une part, son siège et ses installations techniques se trouvent sur le continent noir et non en Occident comme cela est le cas pour toutes les chaines qui prétendent jouer ce rôle aujourd'hui (Africa 24, Vox Africa, Africable, Télésud etc.), et si, d'autre part, elle exclue tout financement étranger ou toute participation des institutions financières internationales.

Négriers : «Elles sont lourdes, lourdes les chaînes que le nègre met au cou du nègre pour complaire aux maîtres du jour», écrivait Bernard Dadié. Il est affligeant de voir que, du temps de l'esclavage à nos jours, la mentalité de «collaborateur zélé» de l'oppresseur demeure une constante chez beaucoup de ceux qui se trouvent, par hasard, manipulation ou putsch, à la tête des Etats africains ! Ainsi donc, certains chefs d'Etat membres de la CEDEAO (Communauté économique et douanière des états de l'Afrique de l'Ouest) ont osé menacer le président Laurent Gbagbo d'une intervention militaire s'il ne cédait pas le pouvoir au pantin désigné par le président français Nicolas Sarkozy ! Certes, mieux vaut entendre cela que d'être sourde, mais quand même ! De qui est-il question ? Blaise Compaoré, assassin dont les mains dégoulinent encore du sang de Thomas Sankara ; Faure Gnassimbe, dont le violent et grotesque hold-up électoral a eu lieu en mondovision ; Abdoulaye Wade, sénile gériatre s'acharnant à donner libre cours à sa volonté népotique de transmettre le pouvoir à son fils, par ailleurs déculotté jusque dans son propre bureau de vote lors des élections municipales de mars 2009 à Dakar ; Thomas Yayi Boni, économiste ayant protégé avec bienveillance les auteurs du détournement de plus de 150 millions d'euros des petits épargnants béninois ; Ellen Johnson-Sirleaf, officiellement mise en cause comme financière de la guerre civile libérienne par la Truth and Reconciliation Commission, chargée d'enquêter sur les crimes commis de 1979 à 2003, qui a exigé à son endroit une interdiction d'occuper un poste officiel pendant les 30 prochaines années ; ou, last but not least, Goodluck Jonathan, président non élu du Nigéria, incapable à ce jour de gérer les sanglants problèmes ethniques et religieux du pays qu'il gouverne ni de s'assurer la nomination de son parti pour les prochaines élections présidentielles prévues le 9 avril 2011. Que dire du bedonnant et patibulaire Ali Bongo, venu mettre sa bouche dans un palabre qui ne le concerne pas, usurpateur de la présidence du Gabon -selon les déclarations des auteurs mêmes de la fraude électorale, les services secrets et la cellule africaine de l'Elysée-, et dont le principal souci est de faire «tout ce qui est en mon pouvoir pour servir les intérêts de la Franc-maçonnerie en général et de cette grande loge [la loge nationale du Gabon, ndlr] en particulier? » Quel bel assortiment de justiciers donneurs de leçon ! Yako, Afrique !

Obama : 4 novembre 2008. Le monde retient son souffle. Puis une onde de choc secoue la planète. Barack Hussein Obama est le premier noir élu président des Etats-Unis. Une indicible joie traverse l'Afrique, comme si l'élection d'Obama était un peu la notre, la réalisation du rêve de Martin Luther King, l'aboutissement du combat de Malcolm X et la revanche pour des siècles de traite des Nègres et d'esclavage. A peine deux années plus tard, le réveil est brutal. Celui sur lequel le monde en général, et le monde noir en particulier, avait fondé tant d'espoirs, s'est révélé être une coquille vide. «Les Etats-Unis ont abandonné l'idée d'obtenir le gel de la colonisation israélienne en Cisjordanie». Cette phrase terrible enterre aussi bien les espérances de millions de Palestiniens qu'elle entérine la faillite morale et politique de l'administration Obama. Quelle désillusion ! Incapable de faire la paix là où cela est nécessaire, impatient de faire la guerre où il ne faut pas, se trompant de combat avec une belle régularité : Quel drôle de prix Nobel de la paix ! En juillet 2009, lors de son premier voyage sur la terre de ses ancêtres depuis son élection, l'homme lançait à Accra : «L'Afrique n'a pas besoin d'hommes forts, elle a besoin d'institutions fortes».  Il n'aura pas attendu longtemps avant de renier cette belle harangue, puisqu'en décembre 2010, il s'alignera sur Nicolas Sarkozy pour tenter de tordre le coup aux Institutions ivoiriennes afin de légitimer un coup d'Etat électoral au profit d'un homme plus réceptif aux enjeux géostratégiques occidentaux que Laurent Gbagbo. Barack Obama n'est rien d'autre qu'un président américain comme un autre. Capable de mener les guerres les plus injustes sous les prétextes les plus fallacieux pour sécuriser les intérêts économiques des Etats-Unis, et Dieu sait si les immenses gisements de pétrole au large des côtes ivoiro-ghanéennes sont diablement alléchants. En 1953, Dwight D. Eisenhower participait au renversement de Mossadegh en Iran pour s'approprier le pétrole iranien ; en 2003, George W. Bush envahissait l'Irak pour mettre la main sur le pétrole irakien ; en 2010, Barack Obama s'associe à Nicolas Sarkozy pour tenter de rafler le pétrole ivoirien en complotant pour renverser le président Gbagbo. Il est temps de faire savoir à ces Laurel et Hardy de la politique que leur funeste projet n'aboutira pas, tout simplement parce que la courageuse résistance ivoirienne, soutenue par les peuples dignes d'Afrique, y fera barrage. Yes we can !

Patriotisme : La résistance ivoirienne est historiquement née lorsque des millions d'Eburnéens sont descendus dans les rues du pays pour empêcher le général-putschiste Robert Guéi de voler la victoire de l'outsider Laurent Gbagbo à l'élection présidentielle de 2000. Guéi accepta l'inéluctabilité de sa défaite avant que le Conseil constitutionnel ne la confirme, quand, survolant Abidjan en hélicoptère, il  constata la densité de la marée humaine qui avait envahi les artères de la ville. Mais le mouvement patriotique prendra toute son ampleur à partir de 2002, quand Alassane Dramane Ouattara, qui avait déjà financé le renversement d'Henri Konan Bédié par le général Guéi, mais s'était retrouvé sur la touche lorsque ce dernier refusa de lui céder le fauteuil présidentiel comme convenu initialement, décidera de tenter un autre coup d'Etat en s'appuyant cette fois sur de jeunes soldats aidés par des assaillants burkinabés, maliens et libériens. C'est grâce à l'amour inconditionnel des citoyens ivoiriens pour leur patrie que les plans machiavéliques de Ouattara et de ses donneurs d'ordre occidentaux ont pu être contrés. Les patriotes ont défendu la Nation quand le groupe de travail international (GTI), sous la houlette de la villepiniste Brigitte Girardin, s'était mis en tête de dissoudre l'une des institutions fondamentales de la République, l'Assemblée nationale, dont le président était alors perçu comme étant l'homme le plus anti-français d'Afrique de l'ouest. Ils sont morts en faisant barrage aux chars français qui faisaient route vers la résidence du chef de l'Etat ivoirien pour l'assassiner ; ils sont morts transpercés par les balles des soldats de Licorne tirant sur eux depuis l'hôtel Ivoire ; ils sont morts explosés et brûlés par les bombardements des ponts d'Abidjan par l'aviation gauloise ; ils sont morts déchiquetés par les coups de machettes et les tirs de kalachnikovs des barbares rebelles à la solde de Ouattara... Et pourtant, si l'on s'en réfère aux médias internationaux, les patriotes ivoiriens sont une bande de jeunes voyous assoiffés de sang et de violence ! Cherchez l'erreur. L'élan patriotique s'était quelque peu effrité ces dernières années. Difficile de rester mobilisés, quand l'une des figures emblématiques du mouvement, Charles Blé Goudé, passait son temps à faire du porte à porte pour demander aux populations d'accepter Guillaume Soro comme premier ministre de Laurent Gbagbo ou à aller en boîte de nuit avec le plus sanguinaire chef de guerre de Côte d'Ivoire, le lugubre Wattao. Cependant, grâce à l'inacceptable, la révoltante et l'humiliante ingérence étrangère faisant suite à la tentative avortée de hold-up électoral par le «serial loser» Ouattara en décembre 2010, la flamme patriotique s'est rallumée, plus vivace que jamais, et pas seulement en Côte d'Ivoire, comme les prouvent les manifestations et marches de soutien au président Gbagbo organisées à travers toute l'Europe. En 2008, le peuple américain n'élisait pas en Barack Obama le président de l'Afrique. De la même façon, en 2010, le peuple ivoirien n'a pas élu en Laurent Gbagbo le président de l'Occident. «Salut ô terre d'espérance, pays de l'hospitalité, tes légions remplies de vaillance ont relevé ta dignité.» Oui, les fiers Ivoiriens ont répondu, répondent et répondront toujours à l'appel de la Nation, nonobstant les incantations de ceux qui, depuis des décennies, se développent sur le dos de la Côte d'Ivoire. Il y a encore beaucoup d'actes patriotiques à poser. Dératiser l'hôtel du Golf. Chasser de notre territoire les tueurs de la force Licorne et de l'Onuci. Rompre quelques relations. Expulser quelques ambassadeurs. Refouler  hors de nos frontières tout titulaire d'un visa, carte consulaire ou passeport émis par des individus nommés par Alassane Dramane Ouattara. Déchirer solennellement le Pacte colonial. Créer une monnaie ivoirienne. Rebaptiser du nom de figures africaines, afro-américaines et afro-caribéennes les rues, ponts et boulevards encore dotés de patronymes coloniaux. Renationaliser quelques sociétés. Instaurer des quotas pour les expatriés et imposer un transfert de compétences aux ressources humaines locales dans un temps déterminé et non négociable... «Tes fils chère Côte d'Ivoire, fiers artisans de ta grandeur, tous rassemblés pour ta gloire, te bâtiront dans le bonheur».


A suivre sur http://saoti.over-blog.com


En attendant, je vous souhaite une heureuse année 2011. Qu'elle apporte la paix et l'émancipation du joug colonial qui tente de stranguler la Côte d'Ivoire.


Mahalia Nteby

jeudi, 30 décembre 2010

COTE D'IVOIRE: DES INTELLECTUELS CONTRE LE RECOURS A LA FORCE


INTELLECTUELS CONTRE LE RECOURS A LA FORCE EN CI.jpg

Une trentaine d'intellectuels, surtout français et africains, ont appelé mercredi dans une lettre ouverte à "enrayer la menace de guerre" qui pèse sur la Côte d'Ivoire, rejetant toute intervention armée dans ce pays en crise, un mois après l'élection présidentielle.
Ces intellectuels, parmi lesquels le sociologue suisse Jean Ziegler, le politologue français Michel Galy, l'écrivain d'origine camerounaise Calixthe.


Une trentaine d'intellectuels, surtout français et africains, ont appelé mercredi dans une lettre ouverte à "enrayer la menace de guerre" qui pèse sur la Côte d'Ivoire, rejetant toute intervention armée dans ce pays en crise, un mois après l'élection présidentielle.
Ces intellectuels, parmi lesquels le sociologue suisse Jean Ziegler, le politologue français Michel Galy, l'écrivain d'origine camerounaise Calixthe Beyala et l'auteur malienne Aminata Dramane Traoré, se déclarent "profondément convaincus qu'une intervention militaire en Côte d'Ivoire serait de nature à aggraver une situation qui est suffisamment tragique, et plongera à coup sûr le pays et la sous-région dans la tourmente".
Le texte est aussi signé par l'un des plus proches soutiens de Laurent Gbagbo en France, Guy Labertit, ancien délégué pour l'Afrique du PS.
"Les signataires de la présente lettre ouverte en appellent aux opinions publiques de toutes les nations et aux gouvernements de tous les pays épris de démocratie, de paix et de liberté, afin d'enrayer la menace de guerre qui plane sur ce pays", poursuivent-ils.
"L'histoire de l'Afrique de l'Ouest et de la Côte d'Ivoire montre qu'une telle intervention à Abidjan se traduirait par une résistance civile et des actions sanglantes devant une armée d'occupation; puis certainement des massacres urbains entre Ivoiriens et/ou entre Ivoiriens et étrangers", mettent en garde les signataires, qui appellent à une "solution pacifique".


Source: Le Blog de KKJ

L'ABECEDAIRE 2010 DE MAHALIA - SPECIAL COTE D'IVOIRE (2)

ABECEDAIRE.jpg


Gouvernement : Nommé le 7 décembre 2010 par le président de la République, le gouvernement du premier ministre Aké N'Gbo suscite beaucoup d'espoir parmi les populations ivoiriennes. Il faut dire qu'après huit années d'errements consécutifs aux différents accords internationaux plus ou moins boiteux qui ont ponctué la crise ivoirienne depuis la tentative de coup d'Etat du 19 septembre 2002, c'est la première fois qu'aucun tueur ou violeur n'en fait partie. Finis, les gouvernements «wouya wouya». Terminée, l'apologie de la rébellion. La nomination de Guillaume Soro à la primature comme résultante de l'accord politique de Ouagadougou avait radicalement dévalorisé la fonction ministérielle à Abidjan en même temps qu'elle sonnait le glas de toute bonne gouvernance. Maintenant que les rapaces de tous bords en ont été expurgés, la nouvelle équipe en place doit s'atteler à concrétiser les grands axes du programme de Laurent Gbagbo, dans un contexte rendu difficile par l'ingérence assourdissante d'une communauté dite internationale folle de rage par le énième échec de son poulain, Alassane Dramane Ouattara. A cela s'ajoute l'impératif de rebâtir la paix et l'unité nationale, pendant que les militaires s'attèleront à mater une fois pour toutes la rébellion et à bouter les assaillants hors de nos frontières, étape préalable à la récupération de l'intégralité du territoire national et au lancement des grands chantiers de reconstruction d'après-guerre qui permettront aux populations des zones Centre - Nord - Ouest ayant fui la barbarie des rebelles de Ouattara, de regagner leurs terres d'origine. Les défis auxquels doit faire face ce gouvernement d'ouverture et de renouveau, constitué des technocrates et des membres de la société civile, de différents partis politiques appartenant ou non à la majorité présidentielle, et même d'une candidate opposée à Gbagbo lors du premier tour du scrutin, sont donc de taille, mais loin d'être insurmontables. L'emploi des jeunes, l'industrialisation, l'assurance-maladie universelle, la gratuité de l'école, la redéfinition des programmes scolaires et universitaires, l'introduction de l'anglais comme langue officielle, la création d'une nouvelle monnaie sont autant de challenges que l'équipe du Professeur Aké N'Gbo s'apprête à relever, pour le bonheur des Ivoiriens, qui ont accueilli avec enthousiasme  l'obligation dorénavant faite à chaque ministre et secrétaire d'Etat de se soumettre à une déclaration de patrimoine à son entrée et à sa sortie du gouvernement, ainsi que la décision de procéder aux audits de tous les ministères.

Hôtel du Golf
: Aussi connu sous le sobriquet 'Golfie' ou 'république hôtelière du Golf'. Hôtel en bord de lagune, appartenant à l'Etat de Côte d'Ivoire, transformé, dixit le général Dogbo, commandant de la Garde républicaine, en «repaire de bandits» depuis qu'il est occupé illégalement par le perdant des élections, le burkinabé Alassane Dramane Ouattara, et la cohorte de rebelles, terroristes et mercenaires qu'il utilise pour déstabiliser la Côte d'Ivoire et s'en approprier la présidence. Le peuple s'interroge : Qui paie les factures ? Et surtout, qu'est-ce qu'on attend pour les déloger et les recaser à la MACA (maison d'arrêt et de correction d'Abidjan) ?

Impartial
: D'après le dictionnaire Larousse, ce terme signifie : «qui ne favorise pas l'un aux dépens de l'autre ; qui n'exprime aucun parti pris». Il faut croire que cette définition évolue plus on se dirige vers la First avenue new yorkaise, siège de l'Organisation des Nations Unies. En effet, ne voilà-t-il pas une force dite «impartiale», en l'occurrence l'ONUCI (Opération des Nations unies en Côte d'Ivoire), dont la «mission de paix et d'observation» se mue soudain en mission de défense à tout prix du candidat désavoué par les urnes lors de la présidentielle ivoirienne du 28 novembre dernier ? 800 soldats onusiens pour «protéger» d'on ne sait trop quel danger un individu hors-la-loi, retranché volontairement - aux frais de la princesse -  dans un hôtel appartenant à l'Etat de Côte d'Ivoire, alors que son domicile se situe à moins de 2000 mètres de là! Une force dite «impartiale», placée sous les ordres d'un énergumène nommé Choi, ci-devant représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies en Côte d'Ivoire, qui tout en s'auto-décrétant au-dessus de la Constitution et du Conseil Constitutionnel du pays dans lequel il est affecté (phénomène très en vogue sur les bords de la Lagune Ebrié ces derniers temps), s'est découvert des talents de contremaître au service d'Alassane Dramane Ouattara, si l'on en croit le rapport confidentiel de l'Onuci en date du 24 décembre 2010, rédigé par Joe Longaigh, officier des opérations auprès du Bureau des Opérations du maintien de la Paix, qui établit en son point 5 : «Aujourd'hui, le RSSG Choi a visité l'hôtel du Golf en compagnie de journalistes internationaux. Plus tard, le RSSG s'est rendu à la résidence de M. Ouattara (sans les journalistes) pour inspecter des travaux techniques en cours, avant de retourner à l'hôtel rencontrer le Président Ouattara.» Le même Choi, qui a déclaré sans sourciller que seuls les rapports des observateurs internationaux européens (donc blancs) étaient à prendre en compte, ceux des observateurs africains (donc noirs) étant insignifiants comme leurs auteurs, sans doute ! Vous avez dit «impartial», vraiment ?

Jerry Rawlings
: L'ancien chef de l'Etat ghanéen a été l'une des premières personnalités africaines d'envergure, avec Pedro Pires et Eduardo Dos Santos, à s'exprimer sur la situation  postélectorale ivoirienne. A deux reprises, l'actuel envoyé spécial de l'Union africaine pour la Somalie a appelé les acteurs et la communauté dite internationale à faire preuve de maturité et de retenue dans la gestion de crise qui prévaut actuellement en Côte d'Ivoire. Mais il a également qualifié d' «hypocrite» l'option belliqueuse envisagée par l'ONU, l'Union européenne et africaine et la CEDEAO, tout en pointant du doigt le parti pris des média internationaux et leur omerta sur les cas avérés de fraude dans le Nord du pays. L'une des questions soulevées par celui qui demeure encore aujourd'hui l'homme le plus populaire du Ghana est simple : pourquoi ne pas donner suite à la proposition de recomptage des voix par des observateurs neutres tel que cela a été suggéré par le président Laurent Gbagbo ? L'on pouvait en effet s'attendre à ce que le camp Ouattara, s'il est sûr de son fait, se précipite sur cette offre on ne peut plus sensée. Loin de là ! Au lieu de saisir cette main tendue, les squatteurs de l'hôtel du Golf n'ont rien trouvé de mieux à faire que d'appeler la communauté dite internationale à intervenir militairement pour leur ouvrir le chemin du palais du Plateau. Rien que ça ! Si tu cries au voleur, et que la personne que tu accuses d'être le voleur te propose d'appeler la police pour constater son forfait, pourquoi refuser ? Incompréhensible. A moins que...

Kivu
: Cette région du Congo symbolise par excellence l'échec et la dangerosité des casques bleus, ces soldats prêtés par les pays membres de l'ONU pour servir de force d'interposition et de maintien de la paix dans des pays déchirés par des conflits. Plus de 500 femmes y ont été violées en trois jours en août 2010, à proximité immédiate d'une base de la soldatesque des Nations unies. «Nous avons clairement échoué. Nos actions ont été insuffisantes, ce qui a eu pour effet des brutalités inacceptables contre les villageois de la région», a déclaré Atul Khare, l'un des responsables de l'ONU chargé du maintien de la paix. Mais bien souvent, ils ne se contentent pas d'être inutiles. Leur présence peut s'avérer autrement préjudiciable. Brutalité, abus, viols de mineures, pédophilie et trafic sexuel, les accusations s'accumulent en provenance de la République démocratique du Congo, du Libéria, de la Côte d'Ivoire, du Kosovo, de la Sierra Leone, du Rwanda, d'Haïti. Depuis 2004, plus de 500 casques bleus ont été rapatriés et bannis de futures missions de paix. Le phénomène a pris une telle ampleur que même l'ancien secrétaire général des Nations unies Kofi Annan, pourtant peu regardant sur les questions d'éthique et de bonne conduite, avait sonné l'alarme il y a quelques années sur les cas de dérive «particulièrement choquants» dans les rangs des soldats onusiens. Au Congo, ce sont les contingents sud-africain, marocain, indien et pakistanais qui sont montrés du doigt de façon récurrente. Au regard du lourd passif qu'ils trainent derrière eux, il convient de se poser la question : Et si les casques bleus des Nations unies, censés séparer les belligérants et protéger la population des théâtres de conflits meurtriers, faisaient partie du problème plutôt que de la solution? Tourné essentiellement en République démocratique du Congo, le documentaire canadien «Le déshonneur des casques bleus» de Raymonde Provencher lève le voile sur l'horrifiante capacité de nuisance de ces «soldats de l'espoir». Monuc, Minuar, Minustah, Onuci : même principe, même combat ! Tant que le recrutement des casques bleus ne fera pas l'objet de critères sérieux, qu'ils seront protégés par une toute puissante immunité et ne pourront pas être traduits devant la justice des pays dans lesquels ils sévissent, l'on peut considérer comme de la légitime défense tous les actes posés par les populations ivoiriennes pour contraindre au départ, officiellement exigé par le gouvernement ivoirien en date du 18 décembre 2010, les soldats de l'Onuci, devenus une force partisane et belligérante dans le conflit qui oppose le président élu Laurent Gbagbo à son adversaire vaincu.


A suivre...


Mahalia Nteby, le 29 décembre 2010


Lire l'intégralité de l'abécédaire sur http://saoti.over-blog.com

mercredi, 29 décembre 2010

L'ABECEDAIRE 2010 DE MAHALIA - SPECIAL COTE D'IVOIRE

ABECEDAIRE.jpg

Appel : Il y a des signes qui ne trompent pas. Il est difficilement imaginable qu'un homme politique qui postule à la magistrature suprême d'un pays puisse le faire avec l'intention de nuire. D'aucuns sont attirés par le pouvoir, certains viennent avec des idéaux, d'autres avec la volonté de se rendre utiles ou de faire mieux que leurs prédécesseurs, beaucoup ratent leurs objectifs et déçoivent ceux qui ont cru en eux, mais jamais il n'avait été possible d'envisager qu'un homme puisse prétendre présider aux destinées d'un pays dans le dessein de le détruire. Jamais, avant Alassane Dramane Ouattara et sa clique. Nous les avons entendus appeler la «communauté internationale» à faire usage de la force contre le peuple qu'ils prétendent diriger. Cela, rien ni personne ne pourra jamais l'effacer de notre mémoire collective et individuelle. Bien sûr, se souvenir que Ouattara n'est pas ivoirien relativisera quelque peu notre stupeur, mais enfin ! Dans la série des appels demeurés lettre morte, nous nous souvenons également de l'appel à marcher sur la primature le 17 décembre dernier, pour y installer Guillaume Soro. Pas un chat sur les routes, rien. Les quelques excités qui ont tenté de prendre d'assaut la RTI la veille se sont sans aucun doute rendus compte qu'aucun de ceux qui les avaient envoyés au casse-pipe ni aucun membre de leurs familles n'étaient à leurs côté dans cette entreprise périlleuse et hors-la-loi. Plus près de nous, l'appel à la grève générale du 27 décembre, qui a eu autant d'impact à Abidjan que le battement d'aile d'un papillon en Papouasie Nouvelle-Guinée. L'appel a été si royalement ignoré par le peuple ivoirien que même les média occidentaux, pourtant fers de lance de la conspiration anti-démocratique en Côte d'Ivoire, ont été obligés de reconnaître son échec total. Que dire des infructueux appels répétés à la soumission à l'intention des Forces de défense et de sécurité, les Forces armées nationales de Côte d'Ivoire, qui font corps comme un seul homme derrière le président élu Laurent Gbagbo ? Il faut dire que l'Etat-major des forces loyalistes en Côte d'Ivoire hésite entre le fou rire et l'écœurement, en entendant ceux qui sont responsables des massacres de leurs frères d'armes et de leurs concitoyens, oser leur demander de leur faire allégeance à peine un jour après avoir réclamé que des forces militaires étrangères viennent les combattre ! Si avec tout ça, la «communauté internationale» fait encore semblant de croire que les Ivoiriens ont élu Ouattara, c'est qu'elle a vraiment urgemment besoin d'un ORL-ophtalmologue.

Banque mondiale
: Cette institution financière internationale (IFI) est, avec le Fond monétaire international ou la Banque Africaine de Développement, l'un des principaux assassins des économies africaines. Aussi n'est-il pas étonnant de voir que la BM et le FMI ont été parmi les premiers à réagir à la réélection - malvenue de leur point de vue - de Laurent Gbagbo au détriment de leur poulain, Alassane Dramane Ouattara, pur produit de Bretton Woods. Ces institutions a fortiori économiques, ont annoncé le gel de leurs «aides» et investissements en Côte d'Ivoire et leur intention de ne donner suite qu'aux desiderata de la poupée ventriloque qu'elles tentent en vain depuis une décennie de placer à la tête du pays phare de l'Afrique de l'Ouest. D'une part, il paraît utile de leur signaler que l'Etat et le peuple ivoiriens ne se reconnaîtront pas dans les prêts et engagements contractés par le putschiste Ouattara. Ensuite, sans doute ne savent-elle pas qu'elles nous ont, par leur prise de position partisane et anticonstitutionnelle, rendu un des plus fiers services qu'il nous ait été donné d'imaginer. Parce que nous ne voulons plus d'elles non plus. Et cette ingérence intolérable dans les affaires intérieures de la Côte d'Ivoire nous donne non seulement l'occasion, mais également la légitimité de rompre toute relation avec ces suppôts de l'asservissement économique des peuples africains. Nous ne sommes donc plus tenus de rembourser une «dette odieuse», pour paraphraser le qualificatif utilisé par Eric Toussaint, du CADTM (Comité pour l'annulation de la dette du tiers-monde), parce que contractée par des despotes imposés par les puissances coloniales à des fins autres que le développement, l'épanouissement et l'amélioration de la qualité de vie de ceux au nom de qui les emprunts ont été effectués, à savoir les populations africaines. En effet, le système mis en place pour saboter le développement des peuples noirs est d'une remarquable perversité. «Les crédits sont utilisés pour acheter des biens et des services proposés par les pays prêteurs. Et ils visent l'exécution de projets qui répondent davantage aux impératifs d'exportation de ces Etats qu'aux besoins des pays emprunteurs. Ces projets, loin de promouvoir le développement, servent au contraire à remplir les carnets de commandes des firmes occidentales et à enrichir les élites des pays bénéficiaires» confirme l'économiste sénégalais Sanou Mbaye. L'accès aux capitaux passant obligatoirement par une adhésion totale aux desideratas de l'Occident, en acceptant l' «aide» des IFI, nous leur donnons de facto la tutelle de notre fonctionnement économique, politique et social. Rien qu'avec les sommes astronomiques qui étaient dévolues à ces remboursements, nous pourrons donc dorénavant faire plus pour le développement de notre pays qu'avec les «aides et investissements» coupe-gorges que ces messieurs de New York pensent agiter comme une épée de Damoclès au-dessus de nos têtes. Bon débarras !

Charniers
: Normalement, il devrait être interdit de rire d'une chose aussi affreuse qu'un charnier. Les images des corps jetés dans des fosses communes par les génocidaires Hutus épaulés par la soldatesque française de la force Noroît, sous les yeux impavides des forces onusiennes lors de l'hécatombe rwandaise qui, en 1994, fit près d'un million de victimes en cent jours, sont en effet encore trop horriblement gravées dans nos mémoires. Il aura fallu attendre que Guillaume Soro et Alassane Dramane Ouattara prennent à témoin la «communauté internationale» pour rendre loufoque l'évocation de charniers. Les 20 décès consécutifs à la marche insurrectionnelle du jeudi 16 décembre 2010, à laquelle ils avaient fort gaillardement invité leurs partisans sans pour autant y participer eux-mêmes, leur paraissant sans doute trop insignifiants, surtout lorsque l'on considère que parmi eux il y a 9 membres des forces de l'ordre loyales à Laurent Gbagbo et que les autres victimes ne sont pas attribuables à tel ou tel camp, voici donc nos deux nouvelles 'Mère Théresa' de l'hôtel du Golf qui commencent à faire de la surenchère funéraire, avec la même dextérité que celle qui leur a servi au bourrage des urnes en zones CNO lors de l'élection présidentielle. Nous passons donc en un clin d'œil à 50 morts, puis 173, puis 200, en attendant d'arriver aux milliers qui justifieraient peut-être l'incompréhensible appel d'offre lancé par l'Onuci le 27 septembre 2010 (un mois avant le premier tour de l'élection présidentielle) pour la prestation de services mortuaires incompatibles avec leur mission initiale de «paix». A moins que la très partisane ONU ait eu besoin de nettoyer les ravages commis par les hommes de Soro et Ouattara, experts unanimement reconnus en carnages en tout genre, ainsi qu'en témoignent les massacres des soixante gendarmes et de cinquante de leurs enfants en 2002, les tueries de Bouaké en 2008, sans parler de toutes les atrocités auxquelles ils se sont livrés et continuent de le faire, avec l'onction de leurs commanditaires que sont Nicolas Sarkozy et son bras armé dans la sous-région, l'assassin-président Blaise Compaoré. Les centaines de milliers de déplacés de guerre depuis 2002, violés, torturés, estropiés, pillés peuvent en témoigner concrètement.

Documentaire
: S'il est un documentaire qui peut être qualifié de hit de l'année de ce côté-ci de l'hémisphère, c'est bien «La Françafrique» du réalisateur Patrice Benquet. La première partie, intitulée 'La raison d'Etat', remonte aux sources du mal et donne un sérieux coup de projecteur sur les coulisses toujours malodorantes et souvent sanglantes de la politique africaine de la France mise en place par Jacques Foccart à la demande du Général de Gaulles, à la suite de l'indépendance de l'Algérie. Le second volet 'L'argent roi', bien qu'abordé beaucoup plus superficiellement, éclaire néanmoins sur les mécanismes actuels utilisés par l'Etat français, qui se cache dorénavant derrière les multinationales gauloises pour maintenir la strangulation économique des nations africaines. Mais il existe beaucoup d'autres documents que chaque Africain digne de ce nom devrait avoir lus et visionnés pour mieux appréhender le phénomène de domination auquel nous sommes soumis. Il y a «Tuez-les tous», époustouflant documentaire sur le génocide rwandais de Raphaël Glucksmann ; «Mort à Genève», de Frank Garbely retraçant l'assassinat de l'indépendantiste camerounais Félix Moumié par les services secrets français ; «La victoire aux mains nues», de Sidiki Bakaba qui documente les massacres des populations ivoiriennes par l'armée française en novembre 2004 ; «Mobutu, roi du Zaïre», de Thierry Michel, narrant avec une rare richesse historique l'élimination de Patrice Lumumba et son remplacement par une marionnette aux ordres en la personne de Mobutu Sese Sekoko ; «L'homme qui dirigeait l'Afrique» portrait par Cédric Tourbe du concepteur de la Françafrique Jacques Foccart... Dans la famille des films grand public, nous trouvons : «The great debaters» de Denzel Washington ; «Lord of war» de Andrew Nicol ; «Hotel Rwanda» de Terry George; «Malcolm X» de Spike Lee ; «Invictus» de Clint Eastwood ; «Cry Freedom», de Richard Attenborough ; «Blood diamonds» de Edward Zwick ; «Lumumba» de Raoul Peck ; «1802, l'épopée guadeloupéenne» de Christian Lara : «Amistad», de Steven Spielberg ; «Rue Cases-Nègres» d'Euzhan Palcy etc. sans oublier la classique série télévisée «Roots» tirée du légendaire roman d'Alex Haley. Petit échantillon à avoir dans sa bibliothèque : Walter Rodney, Chinua Achebe, Frantz Fanon, Cheikh Anta Diop, Mongo Beti, Bernard Dadié, Aimé Césaire, Toni Morrison, François-Xavier Verschave ainsi que les «Mémoires» de Jacques Foccart, «Renaissance africaine» de Thabo Mbeki et «The white man's burden», de William Easterly.

Erreurs
: Laurent Gbagbo, aujourd'hui accusé de tous les maux par une «communauté internationale» qui se résume à la France, aux USA, à l'Union européenne et aux quelques vassaux dédiés aux basses manœuvres que la France a mis au pouvoir dans certains pays de son pré carré, est coupable. Non pas d'avoir «volé» les élections, comme se plaisent à le pérorer avec de moins en moins de résonnance les alliés étrangers de son adversaire battu. Mais d'avoir fait preuve de trop de malléabilité et de bonne foi. Georges Frêche, figure emblématique de la gauche française, disait encore il y a peu : «On ne fait pas 40 ans de vie politique en étant un perdreau de la dernière couvée. La politique est un monde rude, où les trahisons sont monnaie courante et où les assassinats sont la norme.» La première erreur de Gbagbo a été de ne pas traduire les dirigeants français devant la Justice pour les massacres des Ivoiriens aux mains nues en novembre 2004, et de n'avoir pas exigé le départ immédiat de l'armée française d'occupation (le 43è BIMA et la force Licorne), auteur desdites tueries. Sa deuxième erreur a été de ne pas procéder à la création d'une monnaie ivoirienne dans la foulée de cette agression barbare. Sa troisième faute est sans conteste l'accord politique de Ouagadougou. On ne dialogue pas avec ses ennemis. On ne leur fait pas confiance. On les bat. Et quand ils sont assommés par terre, on n'attend pas qu'ils se réveillent pour leur tendre une main chevaleresque qui les aidera à se relever, mais on les écrabouille. L'accord politique de Ouagadougou est certainement l'acte le plus «perdreau de la dernière couvée» du président ivoirien. Certes, il est en adéquation avec la philosophie pacifique qui caractérise sa carrière politique, mais était-il viable pour autant ? Gbagbo a également naïvement cru qu'en faisant quelques concessions à la France, comme le renouvellement du contrat d'exploitation de la Sodeci ou l'octroi du terminal à conteneur à Bolloré, il obtiendrait la paix des braves de la part du brasseur de vent qui a succédé à Jacques Chirac. Sa cinquième erreur est d'avoir accepté d'aller aux élections sans que les rebelles ne remplissent la condition préalable du désarmement. L'accord politique de Ouagadougou, que tant de patriotes ont eu du mal à digérer, stipule clairement que les élections ne devaient avoir lieu que deux mois après la fin du désarmement effectif des rebelles. Ne pas avoir été intransigeant sur cette condition est très grave et la chose que les Ivoiriens peuvent le plus lui reprocher. Mais cinq erreurs en huit années de crise, de guerre et de rébellion, ce n'est pas une si mauvaise statistique, l'essentiel étant que ces fautes ne se répètent pas, et que Laurent Gbagbo fasse dorénavant preuve d'une extrême fermeté dans la gestion des affaires de la Côte d'Ivoire. Intransigeance absolue avec les ennemis de la Nation. Cela implique, de façon non exhaustive, la rupture des relations diplomatiques avec la France et le Burkina Faso, la mise aux arrêts de tous les individus ayant attenté à la souveraineté et à l'intégrité de l'Etat, la sortie de l'Union économique et monétaire ouest-africaine, la négociation de conventions commerciales dans l'intérêt bien compris du peuple ivoirien, sans compter la suspension du remboursement de la dette odieuse contractée par les précédents chefs d'Etat auprès des institutions financières internationales telles la Banque mondiale (BM) et le Fond monétaire international (FMI).

Françafrique
: Il y a des gens qui ont découvert la Françafrique en regardant le documentaire du même nom diffusé le 9 décembre dernier dans l'émission Infrarouge de France 2. Mieux vaut tard que jamais. Pour ceux qui auraient raté l'aperçu donné à la télévision, voici donc un petit cours de rattrapage. «La France n'est grande que quand elle grimpe sur les épaules de l'Afrique» disait il y a quelques années un ancien ambassadeur américain en Angola. Et c'est en effet pour «justifier» son rang de puissance internationale, notamment à l'ONU, et pour assurer sa stabilité et son développement économiques que l'Hexagone tient à tout prix à asseoir son maintien du contrôle politique sur les Etats africains de l'ancien empire colonial français et à entretenir l'exploitation quasi monopolistique des richesses de ces mêmes Etats au profit des intérêts français. C'est pour assurer la pérennisation de ces objectifs  de domination néocoloniale et afin de mettre hors d'état de nuire tout groupe ou individu qui, tel Olympio, Sankara ou aujourd'hui Gbagbo, les menace, que les hommes politiques français, qu'ils soient de droite ou de gauche,  ont, dans un bel ensemble,  développé une passion pour les changements de régimes (Burkina Faso, Niger, Guinée), les élections truquées (Gabon, Togo, Centrafrique), les rebellions préfabriquées (Côte d'Ivoire). Le renversement par les armes ayant failli dans ce dernier cas, l'innovation en la matière aura eu lieu cette année, avec la désignation péremptoire de Dramane Ouattara comme «vainqueur déclaré par la communauté internationale» de l'élection présidentielle ivoirienne, faisant fi du choix des urnes, entériné par le Conseil Constitutionnel - par ailleurs plus haute juridiction éburnéenne et seul autorisé à proclamer les résultats définitifs d'une élection présidentielle en Côte d'Ivoire -, qui atteste de la réélection effective de Laurent Gbagbo à la magistrature suprême. Une fois les dictatures inféodées à Paris installées, elles ont pour mission de sécuriser la chasse gardée et les investissements français en écartant toute possibilité de réelle concurrence internationale dans les pays concernés. La pierre angulaire de ce système de prévarication des économies africaines est une nébuleuse politico-économique communément appelée «Françafrique». Celle-ci rassemble d'une part une poignée de groupes français (Bolloré, Bouygues, Total, France Telecom, CFAO, Société Générale, Veolia, Areva) disposant de positions hégémoniques dues à leurs connexions politiciennes et non comme résultat d'une supériorité de leurs offres lors de libres confrontations avec la concurrence mondiale. De l'autre, elle est constituée d'un magma de réseaux qui monopolisent des «contrats d'assistance technique» plus ou moins réels ou pertinents et participent de façon active à la fuite des capitaux pour le compte des élites collaboratrices locales, au financement occulte des partis politiques français ainsi qu'à leur enrichissement personnel. Afin de parvenir à ses fins, l'Etat français n'hésite pas à instrumentaliser l'Organisation des Nations Unies (ONU), l'Union Européenne (UE) et même la Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) et l'Union Africaine (UA), pour permettre à l'Hexagone de répartir le coût financier, militaire et diplomatique de sa politique sur des contribuables internationaux, alors que les bénéfices restent, eux, fermement en France. C'est dans cette optique que s'inscrivent aujourd'hui les menaces aberrantes d'une intervention militaire en Côte d'Ivoire agitées avec l'aide de quelques chefs d'Etat valets de la sous-région.


A suivre...


Mahalia Nteby, le 28 décembre 2010

Source: SAOTI, Le Blog de Mahalia Nteby

dimanche, 26 décembre 2010

LA FRANCE OPTE POUR LE CARNAGE EN COTE D'IVOIRE


NAVIRE DE GUERRE.jpg

 

Le Gouvernement Français, à l'issue d'une réunion de crise tenue à l'Elysée sur la crise ivoirienne a donné son feu vert pour une option militaire en vue d'installer Alassane Ouattara dans le fauteuil présidentiel. Pour le faire, la France a actionné les Chefs d'Etats de la CEDEAO pour une réunion de crise sur la Côte d'Ivoire, le 24 décembre à Abuja, au Nigeria. Là-bas, la décision devrait être prise d'utiliser le couvert de la force de l'ECOMOG pour dégager Laurent Gbagbo, quelque soit le prix de sang à payer.


Pour justifier l'intervention tout a été essayé :

• Une simulation de l'attaque de l'ambassade du Nigeria à Abidjan-Plateau a été organisée et


• Une demande de Soro Guillaume a été ouvertement formulée pour une intervention militaire internationale.


• Des charniers ont été inventés pour émouvoir toute la planète dans les différents quartiers d'Abidjan.


• Depuis deux jours, on annonce à Bouaké et Abidjan, la présence de plusieurs mercenaires allemands et des snipers français ainsi que des militaires de pays voisins.


• Des jeunes burkinabés sont en effervescence dans leur pays à l'idée de venir combattre en mercenaires aux cotés des rebelles de Ouattara et Guillaume Soro.


Nicolas Sarkozy qui en a fait une affaire d'honneur a demandé à la Hollande de prêter à la France un bateau de guerre, initialement en position dans les eaux somaliennes pour lutter contre les pirates. Le Parlement hollandais a donné son accord. Ce bateau devrait mouiller sur les côtes Abidjanaises dans quelques jours pour soutenir militairement les forces de l'ECOMOG.


L'opération viserait à éliminer physiquement le Président Laurent Gbagbo ou à occuper la capitale politique Yamoussoukro.


Les patriotes ivoiriens qui, les mains nues, depuis 2002 résistent à l'ingérence intolérable de la France dans les affaires intérieures de leur pays sont à pied d'œuvre pour faire une fois de plus barrage à cette nouvelle et grossière imposture française !!!

 

Source: Le Mot d'Humeur de Jean Charles Fadinga

vendredi, 24 décembre 2010

POURQUOI IL FAUT CRAINDRE QU'ADO SOIT AU POUVOIR


PYRAMIDE ILLUMINATI.jpg

Dans le soutien tous azimuts apporté par la « communauté internationale » au candidat malheureux du second tour de l'élection présidentielle ivoirienne, Alassane Dramane OUATTARA, il existe un péril sourd et sombre qui échappe peut-être aux Ivoiriens mais que nous avons jugé opportun, indispensable voire urgent de relever, ici.

Tous, nous sommes témoins de l'appui indéfectible dont bénéficie, en ce moment, ADO de la part de la France, des Etats-Unis, de la Belgique, de l'Allemagne, du Sénégal, du Gabon, du Nigéria, du Burkina-Faso, du Mali, de la CEDEAO, de l'UE, de l'UA (dans une certaine mesure) et de l'ONU. Or, il est de notoriété que les pays n'ont pas d'amis mais des intérêts. Avoir la France et les Etats-Unis dans son camp n'est pas une bénédiction, loin s'en faut. Ce sont les pires états-voyous qui soient. On a encore à l'esprit leurs crimes odieux au Rwanda et en Irak. Ils ne sont aucunement fondés à donner des leçons de démocratie à qui que se soit, dans ce monde.

En la matière, le Président Barak OBAMA est une grosse déception pour nous autres Africains qui avons vu en lui un homme aux grandes valeurs, surtout quand il a dit au Ghana que ce dont l'Afrique a besoin, ce n'est pas de régimes forts mais plutôt d'institutions fortes, tout éminent constitutionnaliste qu'il est. Il se sera finalement signalé, en Côte d'Ivoire, comme un homme d'une bien déprimante petitesse, qui soutient une rébellion armée ayant perdu les élections après s'être rendue coupable de crimes et d'irrégularités innommables au Nord et qui refuse de se plier à la décision du Conseil Constitutionnel, organe suprême en matière électorale, en Côte d'Ivoire, donnant vainqueur le Président Laurent GBAGBO. Pour le constitutionnaliste qu'il est, nous en restons sans voix. Pas d'ailleurs étonnant que sa cote soit en chute libre dans son propre pays. Il faudra certainement aller chercher l'explication à cette dérive stupéfiante dans leur appartenance commune aux cercles ésotériques que sont les loges maçonniques, l'ordre des Illuminatis et la société secrète des Skull and Bones.

Cette communauté « internationale », telle un essaim d'abeilles, a fondu sur la Côte d'Ivoire et s'adonne en ce moment, dans un véritable tir groupé, au lynchage diplomatique et médiatique de ce petit pays africain. Cela relève du surréalisme. Tout simplement. Aucune proportion gardée avec la nature du contentieux. Mais qu'ADO le sache (et je suis convaincu qu'il le sait parfaitement), que les Ivoiriens aussi le sachent, ceux qui veulent l'installer au pouvoir auront une main sur votre fauteuil et un droit de regard sur sa gestion, comme l'a si bien dit le Président téméraire Laurent GBAGBO lors de son investiture, le samedi 4 décembre 2010, au palais présidentiel, ainsi qu'un politologue camerounais, hier, sur Canal 3. C'est un fait majeur à relever.

Mais le plus grave, c'est ce qui suit. C'est que cette nuée de « supporters » qui a rué dans les brancards contre la Côte d'Ivoire, au lendemain de la victoire du candidat GBAGBO, n'est pas venue faire de l'humanisme ou de la philanthropie pour les beaux yeux d'Alassane Dramane OUATTARA. Que nenni ! Pour eux, il faut bien le savoir et il faut que cela soit très clair dans l'esprit de tous les Ivoiriens, la Côte d'Ivoire est un gâteau ; un gâteau qu'il faudra partager après l'aboutissement de leur projet. Si donc par extraordinaire, ADO était installé au pouvoir en Côte d'Ivoire par ces forces des ténèbres, nous pouvons dire adieu à notre pays. Il sera désormais dirigé et téléguidé depuis Washington et Paris. Quand Laurent GBAGBO le qualifiait de candidat de l'étranger, il s'est trouvé des gens pour s'en émouvoir. Peut-être de bonne foi. Aujourd'hui, ils ont le bec dans l'eau. Les preuves crèvent les yeux, actuellement. En ce qui nous concerne, nous, Ivoiriens jaloux de leur pays, il est hors de question de brader nos richesses à des intérêts ultralibéraux et à leurs réseaux politico-mystico-mafieux. Il n'est donc pas question pour nous de laisser les rennes de notre patrie à la gouvernance d'ADO pour qu'il la dépèce avec ses petits copains. Ils sont trop zélés pour être désintéressés.

Les Ivoiriens qui pensent donc que c'est par amour, par sympathie ou empathie que tous ces pays apportent leur soutien à leur candidat Alassane OUATTARA se trompent lourdement. Ils n'ont d'yeux que pour leurs intérêts énergétiques et économiques et ils comptent bien se partager les dépouilles de notre pays, après leur éventuelle victoire (ils ne l'auront, d'ailleurs, jamais). Mais nous ne leur donnerons pas (à ces frères ivoiriens) l'occasion de regretter, dans cinq ans, d'avoir fait un si mauvais choix. Nous protègerons notre patrie. C'est la seule que nous avons. Je n'en dirai pas autant d'ADO.


Que DIEU garde et bénisse la Côte d'Ivoire, une, indivisible, hospitalière et digne !

 

 

DINDE Fernand AGBO

samedi, 18 décembre 2010

LES PREUVES DE LA COLLUSION ONU-FORCES REBELLES POUR UN COUP D'ETAT EN COTE D'IVOIRE

 

GOLF 1.jpg
GOLF 2.jpg
GOLF 3.jpg
GOLF 4.jpg

L'ONU, sa représentation locale l'ONUCI, les Etats-Unis d'Amérique, la France, l'Union Européenne, la CEDEAO, le Burkina-Faso, le Sénégal, et le Nigéria, pays dits démocratiques, états frères africains et organisations de la paix préparent en coalition contre la Côte d'Ivoire, un coup d'état militaire, au mépris de toute réserve diplomatique, au mépris de notre souveraineté, de nos instituttions et de la volonté du peuple ivoirien qui a porté le Président Laurent GBAGBO au pouvoir. Avec tout le risque que cela comporte de faire basculer la Côte d'Ivoire et toute la sous-région ouest-africaine dans une rwandadisation plus grave et plus étendue que celle déjà enregistrée dans l'histoire récente et malheureuse de notre continent. Voici, en photo, les preuves de la conspiration internationale contre un pays africain souverain déterminé à ne se soumettre à aucun diktat, d'où qu'il vienne, et à vivre dans la paix, ainsi que dans la liberté de décider pour lui-même de sa destinée.

Le jeudi 16 décembre 2010, ces forces et états coalisés ont aidé les rebelles ivoiriens (en brassards bleus onusiens, appuyés de casques bleus onusiens) et des assaillants fondus dans la masse des marcheurs, armés d'armes de guerre, à mener leur assaut insurrectionnel contre la Côte d'Ivoire. La presse acquise à leur cause a même parlé d'assaut final. Cela n'a été rien d'autre, au final, qu'un coup d'épée dans l'eau. Par la grâce de DIEU et par la maîtrise de soi  et le professionnalisme dont ont fait montre nos Forces de Défense et Sécurité (FDS). Nous avons déploré avec une grande amertume la mort de 20 frères Ivoiriens (10 agresseurs et 10 éléments des FDS), arrachés à l'amour de leurs familles par la bêtise humaine au service de causes perdues et d'ambitions politiques surdimensionnées. Pendant ce temps, un certain Nicolas SARKOZY, ne comptabilisant que la mort des 10 agresseurs armés, se fend en menaces contre Monsieur et Madame GBAGBO, dans des déclarations à l'emporte-pièces, à Bruxelles. L'occasion était trop belle. Comme en Guinée. Ces charognards n'ont besoin que de notre sang versé, dont ils se repaissent, pour alimenter leurs diatribes racistes et leurs arguties haineuses.

Afrique, tu en es témoin! Terre, tu en es témoin! Nous ne voulons plus de médecins après la mort qui viennent s'apitoyer sur notre continent. Si vous avez encore de la dignité et un peu de considération pour la vie, pour les droits humains et la liberté des peuples de se choisir les dirigeants qu'ils veulent, vous êtes interpellés, peuples africains et peuples du monde!


Que DIEU garde et bénisse la Côte d'Ivoire!


DINDE Fernand AGBO

vendredi, 17 décembre 2010

LE RHDP ORGANISE UNE MARCHE PACIFIQUE AVEC DES ARMES DE GUERRE

REBELLES SOUS COUVERTURE ONUCI.jpg

Des rebelles au service d'Alassane Dramane Ouattara dans la cour de l'Hotel du Golf, en partance pour la RTI. Remarquez qu'ils portent des brassards bleus de soldats de l'ONUCI. Vous avez dit complot ?


Récit déprimant et spectacle désolant que ce qu'il nous a été donné de voir et d'entendre, hier, sur les antennes de la télévision ivoirienne : la marche « pacifique » du RHDP pour installer BROU Aka Pascal à la tête de la RTI s'est soldé par un bilan fort dramatique de 20 morts dont 10 parmi les agresseurs voire assaillants (c'est le lieu de le dire) et 10 parmi les forces de l'ordre. Comment une marche sensée être pacifique ou annoncée pour l'être peut-elle au final faire des morts par balles, tirées avec des armes de guerre, parmi les forces de défense et de sécurité ? C'est le tour de force qu'aura réussi le RHDP qui se prévaut pourtant de la philosophie pacifiste du Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY avec qui ils n'ont visiblement aucun lien ! Il ne fallait donc pas être étonné de la réaction vigoureuse (mais malgré tout contenue) de nos agents de l'ordre. Au demeurant, un mort de plus dans ce pays est un mort de trop, quel que soit son camp ou ses opinions.

Malheureusement, la coalition des conspirateurs prévoit une autre marche, ce jour, vendredi 17 décembre 2010 pour, disent-ils, installer dans ses bureaux de nouveau Premier Ministre d'ADO, à la Primature au Plateau, SORO Guillaume, le chef rebelle par procuration qui a enfin remis son pouvoir au véritable patron et parrain de la rébellion en Côte d'Ivoire : Alassane Dramane OUATTARA, qui s'était toujours caché au monde et qui est aujourd'hui clairement découvert. Ce débat est désormais clos, DIEU soit loué ! La « Radio ONUCI FM Mille Collines » du Sébroko Frantel, en pleine intox, pousse l'incongruité jusqu'à remercier les FDS de ne pas être sortis (elles qui circulaient par milliers dans les rues d'Abidjan et de l'intérieur du pays), d'avoir désavoué le pouvoir en place, et se targue de savoir quelle armée est dehors. En effet, ONUCI FM affirme, pince sans rire, doctoralement, que celle qui est dehors est anglophone. En vertu des droits qui nous sont conférés, en notre qualité d'observateur de la vie politique ivoirienne, nous lui décernons le prix Nobel de la désinformation. On ne peut pas faire pire !

FORCES ONUSIENNES EN CI.jpg

Pour en revenir à cette marche en armes de guerre, voici donc, comment le RHDP nous donne une fois de plus la preuve de sa culture de la violence et du crime. L'ONU, l'ONUCI, l'UE, la France, les Etats-Unis et la CEDEAO sont personnellement responsables de cette vingtaine de décès, eux qui se font les défenseurs des droits de l'homme et qui restent aphones aujourd'hui devant les morts par balle parmi les FDS. Comment se l'expliquent-ils, eux qui ont annoncé à la face du monde la marche « pacifique »  de leurs poulains ? Naturellement, leur presse aux ordres fait la fine bouche sur le drame et se contente d'une condamnation hémiplégique du régime ivoirien, agitant au besoin le chiffon rouge du TPI. Ce monstre en carton, ce tribunal des perdants, ne nous effraie guère dans la mesure où ceux qui doivent le craindre, ne sont pas du côté que l'on croit mais plutôt de celui de ceux qui ne manqueront pas d'y être traduits à la fin de la crise ivoirienne et dont le seul salut se trouve dans la prise du pouvoir, fût-il dans un fleuve de sang. DIEU qui est le juste juge et qui a été le témoin privilégié de toutes les atrocités commises dans notre pays depuis la nuit du 19 septembre 2002 par les filleuls d'ADO, et particulièrement dans les zones CNO, saura trancher avec l'équité qui lui est universellement reconnue et qui est sa nature même.

Pour rappel, il est clair dans l'esprit de tous ceux qui sont encore habités par l'honnêteté que le scrutin présidentiel ivoirien a été marqué, au second tour, par de graves irrégularités qui ont fait invalider les résultats d'au moins cinq départements du Nord, fief d'Alassane OUATTARA, leader du RDR. Une fraude massive y a été dévoilée, y compris par les observateurs internationaux. Pour preuve, sur les 20.078 procès-verbaux d'élection en provenance des bureaux de vote, 2.200 ont été rejetés par les ordinateurs de SILS Technologie, la société partenaire de la CEI pour le traitement des résultats de l'élection présidentielle. Pour la simple et bonne raison que sur ces procès-verbaux, dans une intention manifeste de tricher, les présidents de ces 2.200 bureaux de vote ont enregistré un nombre de voix pour Alassane OUATTARA qui est supérieur au nombre même des inscrits. Ce qui représentait, en définitive, un report inexplicable et inexpliqué de plus de 630.000 voix sur le score du candidat du RDR. Franchement hallucinant ! Cela ne peux être accepté ni aux Etats-Unis ni en France. Car tous les ordinateurs du monde pourvus d'un tableur EXCEL fonctionnent strictement de la même façon. A la limite, c'est une arithmétique si simple et une logique tellement triviale qu'un enfant du primaire ne s'y ferait pas prendre. Et c'est ce résultat honteusement extorqué, bassement volé, qu'ADO veut nous faire avaler, avec l'aide des donneurs de leçons universels, racistes et méprisants que sont les pays occidentaux. Il espère ainsi nous contraindre à accepter l'escroquerie morale selon laquelle il serait le vainqueur du scrutin présidentiel du dimanche 28 novembre 2010 et revendique à cor et à cri le fauteuil occupé par Laurent GBAGBO, le véritable élu du peuple digne de Côte d'Ivoire. Il devrait en avoir honte, lui qui est adoubé républicain et démocrate par une certaine « communauté internationale » en plein délire.

Sur la question, les Saintes Ecritures sont on ne peut plus clair et c'est même une trivialité universelle : « L'athlète n'est pas couronné, s'il n'a pas combattu suivant les règles » 2 Timothée 2 : 5. Simple bon sens. D'où vient-il donc que les Etats-Unis et la France veulent-ils faire de lui roi en Côte d'Ivoire. Cette conspiration ne passera pas. Comme d'ailleurs toutes les autres savamment et constamment orchestrées contre notre pays depuis septembre 2002. Le combat de David (la Côte d'Ivoire) contre Goliath (la coalition Etats-Unis, France, ONU, UE et CEDEAO) a commencé et tous ceux qui on un peu de culture savent comment ce pugilat biblique s'est achevé. Il n'arrivera pas autre chose en Côte d'Ivoire, soyez-en certain !

Terre, terre, tu es prise à témoin !


Que DIEU garde et bénisse la Côte d'Ivoire !



DINDE Fernand AGBO


Dernière heure: Nicolas SARKOZY donne un ultimatum au Président Laurent GBAGBO pour quitter le pouvoir avant la fin de ce week-end du 17 au 19 décembre 2010, selon les médias français. Pour qui se prend-il?

jeudi, 16 décembre 2010

QUE VALENT LES SANCTIONS DE L'UNION EUROPEENNE ?

LOGO UNION EUROPEENNE.jpg

Les sanctions de l'Union Européenne poussent à plusieurs interrogations dont les principales pourraient être les suivantes : pour qui se prend cette organisation pour distribuer, comme ça, des sanctions, à l'emporte-pièce, à des citoyens d'un pays indépendant depuis 1960 ? Qu'est-ce qui l'autorise à sanctionner les gens ? D'où tire-t-elle sa légitimité ?...

Et puis, franchement, avant d'être sanctionné, le bon sens demande qu'un être humain, si tant est qu'il est considéré comme tel, doit pouvoir avoir l'opportunité de répondre, devant un tribunal, des actes que l'on lui reproche, car selon la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen, en son article 9, « Tout homme est présumé innocent jusqu'à ce qu'il ait été déclaré coupable », bien entendu devant les tribunaux...

Les sanctions de l'Union Européenne montrent combien on se fout royalement de nous les Africains. Et, bêtes que nous sommes, nous les Africains, nous applaudissons et claironnons fièrement ces « décisions » qui n'ont pas d'autre objet que de nous infantiliser, de nous instrumentaliser, de nous déshumaniser, comme à l'époque coloniale, cette époque glorieuse où l'on avait droit de vie et de mort sur ses « sujets ». A la seule différence que, ici, ce n'est plus la France seule, mais une « Union » regroupant plusieurs pays coloniaux d'hier. Ne sont-ce pas là le comble du complot contre l'Afrique et la preuve évidente de la pérennisation de la colonisation ?

Alors, je pose la question suivante : Quand est-ce que, nous les Africains, nous allons nous réveiller et apprécier à sa juste valeur ce genre de méprise ?

Par ailleurs, on pourrait légitimement se demander ce que valent ces sanctions pour les sanctionnés en question ?

Je réponds tout net : ces sanctions sont nulles et sans effet, quand on sait que les personnes concernées ne vivent pas en Europe, n'utilisent pas les services européens pour leurs besoins quotidiens et vitaux. Il faut le savoir.

De ce fait, les Africains qui considèrent et épinglent ces décisions et s'en enorgueillissent, font tout simplement preuve d'une naïveté déconcertante et d'une crédulité sans égal. Ces Africains-là oublient ou feignent d'ignorer que l'Union Européenne les utilise simplement comme des paillassons pour entrer chez nous et faire ce qu'elle veut sur nous et de nous. Ces individus sont des suppôts pour perpétuer la domination occidentale et l'esclavage permanent des Noirs, tel qu'édicté par le « Code noir » promulgué par Louis XIV en 1685. Le pire est que ces Africains-là ont vendu leurs âmes au diable, et sont prêts à tout et à n'importe quoi pour plaire à leurs maîtres, prêts à utiliser des rebellions et des mensonges, prêts à violer les lois de leurs pays, prêts à tuer leurs compatriotes..., juste pour avoir le sentiment d'être « quelqu'un » et pour obtenir des positions et des gains éphémères qui les rabaissent plutôt que de les élever. Ces Africains-là sont les vrais bourreaux des Africains et de l'Afrique. C'est la honte. En tout cas, j'ai mal, simplement mal.

 

Léandre Sahiri, Docteur ès Lettres, Professeur,  Ecrivain.

samedi, 11 décembre 2010

"FRANÇAFRIQUE, LA RAISON D’ETAT", POUR MIEUX COMPRENDRE LA CRISE IVOIRIENNE

 

SARKOZY-BONGO. FRANçAFRIQUE 2.jpg

Documentaire. Réalisé par Patrick Benquet. Scénario de Patrick Benquet. Produit par Compagnies des Phares et Balises. Avec la participation de France Télévisions. Conseiller historique : Antoine Glaser.

Film documentaire diffusé ce jeudi 9 décembre, à 23h10, sur France 2. Première partie : La Raison d'Etat.

 

Pendant plus d'un an, Patrick Benquet a enquêté avec l'aide précieuse d'Antoine Glaser, spécialiste unanimement reconnu dans ce domaine. Il montre dans ce film qu'à travers les présidences successives qu'avaient connues la France, de droite et de gauche, les bouleversements mondiaux entraînés par la chute du mur du Berlin et la mondialisation, il existe une étonnante cohérence dans la politique française à l'égard de ses anciennes colonies.

Que tous les grands événements africains dont les français gardaient le souvenir, le Biafra, les diamants de Giscard, l'action du mercenaire Bob Denard, les coups d'États à répétition, les assassinats politiques, l'affaire Elf et ses valises de billets, le licenciement de Jean-Marie Bockel..., étaient reliés par une logique implacable : la mise en œuvre d'une politique occulte dont la motivation principale était l'approvisionnement énergétique de la France, en particulier en pétrole.


Françafrique révèle un monde secret où, en dehors de tout contrôle parlementaire ou gouvernemental, tous les coups sont permis pour maintenir au pouvoir des chefs d'État africains dévoués à la France. Un monde ou des sommes d'argent colossales irriguent clandestinement des réseaux d'enrichissement personnel et de financements de partis politiques. Le film donne la parole aux hommes de l'ombre, chefs des services secrets français, hommes de main au service de la République, baroudeurs du continent noir et à des acteurs historiques français qui ne s'étaient jamais exprimés : "Messieurs Afrique" de l'Élysée, ambassadeurs, ministre de la coopération, etc. Avec, par ordre d'apparition :


Maurice Delaunay : Formé à la Coloniale, l'École Nationale de la France d'Outre-mer, Maurice Delaunay fut le prototype de ces serviteurs de l'État qui ont géré l'empire africain sans état d'âme, justifiant les opérations illégales au nom de la " raison d'État ". Se définissant lui-même comme un homme de Foccart, il fut en charge de la grande répression des indépendantistes au Cameroun à la fin des années 50.


Ambassadeur au Gabon à deux reprises, il organisa la montée au pouvoir d'Omar Bongo. Il géra depuis Libreville l'intervention française au Biafra. Il dirigea et protégea le mercenaire Bob Denard en particulier pour les opérations de déstabilisation au Bénin. Il fut le témoin des mouvements de fonds clandestins entre l'Afrique et les responsables français.


Maurice Robert : En tant que responsable du secteur Afrique, il fut l'homme de main de Jacques Foccart au sein du SDECE, les services secrets français. De l'intervention de la France au Biafra à la déstabilisation de la Guinée ou du Bénin en passant par la mise au pouvoir de Bongo, il fut l'exécuteur en chef de la politique secrète de la France en Afrique. Débarqué des services secrets français, il fut immédiatement embauché dans les services de renseignements chez Elf et finira par être nommé ambassadeur au Gabon à la demande exprès d'Omar Bongo avant de terminer sa carrière de nouveau chez Elf.


André Lewin : Ambassadeur de France en Guinée de 1975 à 1979, il est la mémoire de la violente rupture entre le Général de Gaulle et Ahmed Sékou Touré et des tentatives de déstabilisation de ce pays par les services secrets français.


Bob Maloubier : Ancien responsable du service Action des services secrets français, c'est lui qui organisa, à la demande de Jacques Foccart, la garde présidentielle du président gabonais Léon M'Ba, victime d'une tentative de coup d'État en 1964. Il fut ensuite embauché par la compagnie Elf au Nigéria.


Jacques Pigot : Jacques Pigot a fait partie de ces hauts fonctionnaires que la France nomma pour encadrer les nouveaux présidents africains. Il passa 50 ans dans l'entourage direct du premier président gabonais Léon M'ba puis d'Omar Bongo.


Jacques Thiebaut : Pilote d'avion, baroudeur au Gabon, il participa au ravitaillement en armes du Biafra en guerre contre le Nigéria, sous les ordres de Maurice Delaunay afin de renverser le pouvoir en place puis de placer à la tête du Nigéria le rebelle Odjuku, dont le premier fils fut adopté par Omar Bongo.


Martin Kirsch : Il fut le "Monsieur Afrique" de Valéry Giscard d'Estaing de 1980 à 1981. Symbole de la continuité de la politique africaine, sa nomination avait été recommandée par Jacques Foccart.


Albin Chalandon : PDG d'Elf de 1977 à 1983, il conforta le rôle du Gabon comme premier fournisseur de pétrole de la France et entreprit de fructueuses négociations avec le Congo-Brazzaville, pourtant dirigé par le procommuniste Denis Sassou Nguesso. Il distribua généreusement les enveloppes pour le financement des campagnes électorales de tous les grands partis politiques aussi bien de droite que de gauche.


Jacques Salles : Chef des services secrets français au Zaïre puis au Gabon, il eut à connaître de la décision française de renverser le président Bokassa. En poste à Libreville, il fut le témoin privilégié des manipulations électorales et des prodigalités financières corruptrices du président Bongo.


Jean-Pierre Cot : Vingt deux ans avant Jean-Marie Bockel, Jean-Pierre Cot connaîtra la même mésaventure. Nommé en mai 1981 ministre de la Coopération par François Mitterrand, il prônait la transparence dans les relations avec l'Afrique et la fin des réseaux secrets. Il sera démissionné au bout de 20 mois et remplacé par Christian Nucci.


Pierre Marion : Directeur de la DGSE de 1981 à 1982, il échoua dans sa tentative de nettoyer les services secrets français de l'influence des réseaux Foccart et des hommes de Elf. Désavoué par le président Mitterrand qui l'avait nommé, il démissionna.


Jean-Christophe Mitterrand : "Monsieur Afrique" de son père à l'Élysée, de 1986 à 1992, il hérita du surnom de "Papa m'a dit" auprès des chefs d'État africains.


Loïk Le Floch-Prigent : Président-directeur général d'Elf, du 28 juin 1989 au 3 août 1993, il fut l'instrument consentant du président François Mitterrand qui poursuivit la pratique des financements occultes des partis politiques par l'argent secret du pétrole. Dans le scandale de l'affaire Elf, il fut la victime collatérale de la tentative balladurienne de prise du pouvoir présidentiel. Au nom de la raison d'État, il justifia les pratiques occultes de la compagnie pétrolière et en particulier le financement par Elf des guerres civiles au Congo Brazzaville et en Angola dans le cadre de la stratégie pétrolière de sa compagnie.


Eva Joly : Juge d'instruction de l'affaire Elf, elle démonta les mécanismes de la corruption et des financements occultes générés par l'argent du pétrole.


Robert Bourgi : Avocat d'affaires, conseiller personnel de plusieurs présidents du continent noir, il travailla dans l'ombre des relations franco-africaines d'abord pour Jacques Chirac et Dominique de Villepin puis pour Nicolas Sarkozy qu'il initia aux réseaux africains. Se définissant lui-même comme le fils spirituel de Jacques Foccart, il est considéré aujourd'hui comme l'homme de plus influent des réseaux françafricains.


Michel de Bonnecorse : Ambassadeur dans plusieurs pays africains, il fut le conseiller aux affaires africaines de Jacques Chirac de 2002 à 2007. Pourfendeur des réseaux il assista à leur remontée en puissance après l'élection de Nicolas Sarkozy.


Dominique Pin Adjoint de l'ambassadeur de France en Côte d'Ivoire de 2002 à 2005, il fut ensuite directeur d'Areva au Niger.


François Stifani : Il est le Grand-maître de la Grande Loge nationale de France (GLNF) qui procéda à l'intronisation d'Ali Bongo, fils d'Omar Bongo, comme Grand-maître de la Grande Loge gabonaise.


Et en archives, dans la première partie de ce grand film documentaire, apparaissent successivement : le Général de Gaulle, Pierre Guillaumat, Jacques Foccart, Ahmed Sékou Touré, Pierre Mesmer, Ahmadou Ahidjo, Félix Mounier, William Bechtel, Léon M'ba, Omar Bongo, le Colonel Benjamin Adekunlé, Valéry Giscard d'Estaing, René Journiac, Mathieu Kérékou, Bob Denard, Denis Sassou Nguesso, Jean-Bedel Bokassa, David Dacko, François Mitterrand, Guy Penne, Pascal Lissouba, Eduardo Dos Santos, Edouard Balladur, Philippe Jaffré, Roland Dumas, Bernard Kouchner, Laurent Gbagbo, Vincent Bolloré, Francis Bouygues, Félix Houphouët-Boigny, Nicolas Sarkozy, Dominique de Villepin, Jean-Marie Bockel, Alain Joyandet , Mamadou Tandja et Ali Bongo.



Sources : France 2, Décembre 2010 et AFRIK53

jeudi, 09 décembre 2010

LE VETO RUSSE REVELE L'AMPLEUR DE LA CONSPIRATION CONTRE LA COTE D'IVOIRE


ONU. CONSEIL DE SECURITE.jpg

1- La CEDEAO, l'AFP et la Presse Française préparent l'opinion à l'embrasement de la Côte d' Ivoire.


LUNDI 6 - MARDI 7 DECEMBRE 2010 :

1)      En moins de 48h, l'AFP produit 5 dépêches autour d'un seul et même évènement. La CEDEAO, instrumentalisée par la France de Nicolas Sarkozy à travers le Sénégal, le Burkina et le Nigeria, remet en cause les résultats proclamés par le Conseil Constitutionnel en faveur de Laurent Gbagbo et accentue la pression pour qu'il quitte le pouvoir.

2)      Les dépêches de l'AFP servent de support au lynchage médiatique orchestré dans la quasi-totalité de la presse française.


Dernières dépêches


- Gbagbo forme un gouvernement de combat, la CEDEAO lui demande de céder - AFP - 8/12/2010

http://news.abidjan.net/h/382599.html

-La CEDEAO au chevet d'une Côte d'Ivoire en pleine crise politique - AFP - 7/12/2010 http://news.abidjan.net/h/382580.html

-Gbagbo forme un gouvernement de combat, la CEDEAO lui demande de céder - AFP - 7/12/201

http://news.abidjan.net/h/382565.html

-La CEDEAO demande à Gbagbo de « rendre le pouvoir sans délai » - AFP - 7/12/2010

http://news.abidjan.net/h/382564.html

-La CEDEAO demande à Gbagbo de « céder le pouvoir » - AFP - 7/12/2010 http://news.abidjan.net/h/382561.html


2- L'Amérique de BARAK OBAMA entre en scène au Conseil de Sécurité de l'ONU et se heurte à la fermeté de la Russie.


1)       Se basant sur le communiqué de la CEDEAO, le gouvernement OBAMA, à travers son Ambassadeur Suzan Rice met la pression sur le Conseil de Sécurité de l'ONU pour produire une résolution contre Laurent Gbagbo. La Russie bloque le projet et est accusée par Suzan Rice de « pinailler ».

2)      Côte d'Ivoire: Pas de déclaration du Conseil de Sécurité, la Russie bloque le projet.

http://news.abidjan.net/h/382600.html

3)      A Abidjan, la presse locale Pro et Anti-Gbagbo annonce la guerre planifiée par la France, cachée sous le manteau de l'ONU. Toute la journée de ce mardi 7, malgré la suspension de ses fréquences, la Radio de l'ONU en Côte d'Ivoire va s'arranger pour diffuser en boucle un appel d'Alassane Dramane Ouattara, invitant ses militants à se tenir prêts à occuper les rues jusqu'au départ de Laurent Gbagbo. La Radio de l'ONU en Côte d'Ivoire a également utilisé les fréquences d'AL BAYAN pour diffuser son message. La date de ce mercredi 8 décembre 2010 a même été avancée.

4)      A Abidjan les barbouzes infiltrés, les colonnes dormantes de la rébellion pré-positionnées attendent juste le signal pour attaquer.

5)      A Korhogo, Bouaké et dans l'Ouest montagneux, les hordes de mercenaires venues de l'étranger et tapies au sein des forces onusiennes attendent le signal pour passer à l'offensive. Mais le « Go ! » attendu du Conseil de Sécurité ne viendra pas. A cause de la Russie qui pinaille. « Je ne sais pas pourquoi la Russie pinaille », Suzan Rice, Ambassadeur US à l'ONU.

LOGO ILLUMANATI.jpg

NICOLAS SARKOZY, FRANC-MAÇON ET ILLUMINATI, EST CELUI QUI ATTAQUE LA REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE


http://www.google.ci/images?q=sarkozy+illuminati&biw=...

Sarkozy qui attaque la Côte d'Ivoire, le nouveau parrain de la rébellion, appartient à l'ordre satanique des Illuminatis.

http://www.dailymotion.com/video/x3zhjf_sarkozy-bourre-au...

Sarkozy qui attaque la Côte d'Ivoire, le nouveau parrain de la rébellion, sous un autre jour.

NICOLAS SARKOZY ILLUMINATI.jpg

Dans son pays, « la grande France », tout comme en Côte d'Ivoire, « les décisions du Conseil Constitutionnel ne sont susceptibles d'aucun recours ».

Dans son pays, « la grande France », tout comme en Côte d'Ivoire, c'est le Conseil Constitutionnel qui proclame les résultats définitifs des élections.

Dans son pays, « la grande France », tout comme en Côte d'Ivoire, le président du Conseil Constitutionnel est nommé par le Président de la république, qui en général ne choisit ni un ennemi ni un adversaire politique.

Question : pourquoi cet homme veut-il mettre le feu à notre pays ?

BILLET 1 DOLLAR.jpg

BARAK OBAMA QUI LE SOUTIENT EST AUSSI UN ILLUMINATI


http://www.google.ci/images?hl=fr&biw=1048&bih=61...=

BARAK OBAMA ILLUMINATI.jpg

Le signe distinctif des Illuminatis (observer la position des doigts) est le signe de la Chouette Noire. Un emblème de Lucifer et du Nouvel Ordre des Siècles (Novos Ordo Seclorum; voir inscription sur la pyramide). C'est ce nouvel ordre qui contrôle les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France, une bonne partie des pays occidentaux, ainsi que les Nations Unies, et qui attaque la Côte d'Ivoire à travers Alassane Dramane Ouattara, un des leurs, qu'ils parrainent. Ce qui explique le soutien massif, aveugle et incompréhensible qu'ils lui apportent envers et contre toute légalité.

http://www.senclip.net/video/Illuminati-New-world-Order



Une correspondance particulière


NB : Le complot contre la Côte d'Ivoire est donc une conspiration de la Franc-maçonnerie et de l'Ordre des Illuminatis. Pourquoi ? C'est un mystère complet. Même si nous en devinons quelques explications d'ordre spirituel et économique. Cette guerre qui va être menée à la Côte d'Ivoire dans un proche avenir par la France et l'ONUCI a une dimension spirituelle insoupçonnée. Ivoiriennes et Ivoiriens, la seule véritable façon de les vaincre (et nous les vaincrons !), c'est la repentance sincère, le jeûne et la prière.


Que DIEU garde et bénisse la Côte d'Ivoire !

mercredi, 08 décembre 2010

CHRISTIAN PREDA : "DES OBSERVATEURS DE L'UE ONT REÇU DES MENACES DE MORT"


CHRISTIAN PREDA.jpg

 

Dans une interview exclusive à jeuneafrique.com, le chef de la mission des observateurs de l'Union européenne, Christian Preda, évoque les points de tension entre son institution et la Commission électorale indépendante (CEI), dont il a dénoncé « l'opacité » et les « obstructions » à plusieurs reprises depuis le premier tour de l'élection présidentielle.

Jeuneafrique.com : Y a-t-il eu une différence fondamentale entre la préparation du premier tour et celle du second ?

Christian Preda : Bien sûr. Il y a d'abord une différence étonnante dans la campagne. Le ton s'est durci, du moins jusqu'au débat télévisé entre les deux candidats. Il y a eu des confrontations dans les rues qu'on n'avait pas vues lors du premier tour. En ce qui concerne notre observation, il y a aussi un changement. Nos observateurs se sont vu refuser l'accès aux stages de formation des membres des bureaux de vote. Nous n'avons pas eu de garantie quant à la publication de procès-verbaux de dépouillement dans chaque bureau de vote. Il n'y a pas une procédure bien établie qui est mise en place et cela nous préoccupe. Par ailleurs, nous avons malheureusement enregistré un incident très regrettable dans la région très stratégique de Yamoussoukro. Nos observateurs ont reçu des menaces de mort, ce qui nous a poussés à les extraire de là-bas.

Est-ce qu'on peut dire qu'il y a de vrais conflits de fond entre les observateurs de l'Union européenne et la Commission électorale indépendante (CEI) ?

C'est surprenant, parce que nous avons un accord de coopération avec cette institution. C'est sur la base de cet accord que sous sommes en droit de suivre toutes les étapes. Quand nous voyons qu'ici ou là, nos observateurs sont empêchés de travailler et quand la Commission invoque leur supposée « arrogance », nous sommes un peu inquiets.

Vous avez dénoncé, lors du premier tour, la lenteur dans la proclamation des résultats. Comment l'analysez-vous, avec le recul ?

L'une des causes de ces retards est le manque de procédure clairement définie. Pour le second tour, une circulaire a été rédigée. Elle gère de manière très claire le traitement des procès-verbaux, des bureaux de vote au niveau national, en passant par les commissions électorales locales, départementales et régionales. Elle gère également le traitement et le suivi des bulletins ainsi que la gestion des résultats. C'est ce qui manquait au premier tour.

L'atmosphère qui entoure le second tour est tendue. Comment éviter la catastrophe ?

L'attitude responsable des candidats lors du débat télévisé est un signe encourageant. J'espère qu'elle prévaudra à tous les niveaux. Il suffit pour cela qu'au-delà de l'expression du vote, les institutions fassent leur travail et que les candidats acceptent avec dignité le verdict des urnes, sans jouer le jeu de la défiance envers ces institutions.


Source: JEUNE AFRIQUE

mercredi, 07 juillet 2010

ISLANDE-GENETIQUE: EXHUMATION DU CORPS DE BOBBY FISCHER POUR TESTS ADN

 

BOBBY FISCHER.jpg

Bobby Fischer, le meilleur joueur des jeux d'échecs de tous les temps

 

Véritable scène inédite vécue le lundi 5 juillet 2010 au cimetière de l'église islandaise de Laugardaelir, dans le sud de l'Islande, où il a été procédé avec l'aval de la cour suprême, à l'exhumation du corps du champion du monde des jeux d'échecs, Bobby Fischer, quelques trois ans après son décès, le 17 janvier 2008 à l'âge de 64 ans..

Cette action qui s'est faite dans la dignité, selon les autorités islandaises, visait au prévalent d'ADN, afin de vérifier s'il est où non, le père d'une jeune philippine de 9 ans, Jinky Young, dont la maman impute la paternité à la légende des échecs, Bobby Fischer, dont la fortune est estimée à environ deux millions de dollars. Une fortune qui aiguise des appétits de plus d'uns, notamment pour les plus en vue, le gouvernement américain qui crie à des impayés d'impôts, deux de ses neveux américains, et une japonaise qui affirme être son épouse.

Ce citoyen américain d'origine, ayant pris la nationalité Islandaise en 2005, et considéré comme le meilleur joueur des jeux d'échecs de tous les temps. Il a atteint le sommet de sa gloire à l'âge de 29 ans.

Le point d'orgue de sa révélation aux yeux du monde, est intervenu après sa victoire face au champion du monde soviétique Boris Spassky, c'était à Reykjavik, en pleine guerre froide.


Source: www.mazleck.info, juillet 2010

mercredi, 24 mars 2010

LE GENIE EN MATHS RUSSE REFUSE UN PRIX D'UN MILLION DE DOLLARS

GENIE DES MATHS RUSSE.jpg

 

 

Grigori Perelman, un Russe de 44 ans, a décliné la récompense de l'Institut Clay des Mathématiques pour avoir résolu la conjecture de Poincaré. Depuis quatre ans, il vit reclus dans son petit appartement vétuste de Saint-Pétersbourg.

 

Les chiffres, oui, mais pas sur des billets verts. Le russe Grigori Perelman, rendu célèbre pour avoir résolu l'un des problèmes mathématiques les plus difficiles posés au 20e siècle, a fait savoir lundi qu'il refusait d'aller chercher le «Prix du Millénaire» que lui a décerné la semaine dernière l'Institut Clay des Mathématiques un prix qui l'aurait pourtant récompensé d'un million de dollars (750.000 euros). C'est la seconde fois que ce brillant mathématicien, réputé pour être un homme discret, ne vient pas chercher un prix qui lui a été décerné.

Pour Grigori Perelman, tout démarre en 2002. Alors chercheur à l'Institut Steklov de Mathématiques de Saint-Pétersbourg, ce Russe de 44 ans décide de publier ses recherches sur la conjecture de Poincaré sur une plateforme gratuite Internet, destinée aux scientifiques. Cet exercice mathématique, de nombreux chercheurs s'y sont cassé les dents auparavant. Formulée pour la première fois par Henri Poincaré en 1904, il s'agit d'arriver à déterminer si une forme quelconque peut constituer une sphère de trois dimensions.

L'air de rien, Grigori Perelman explique avoir résolu le problème, pourtant considéré par l'Institut Clay comme l'un des «sept problèmes les plus recherchés du millénaire». Rapidement, la nouvelle se propage dans le milieu scientifique et la trouvaille est validée par les plus grands chercheurs. Après avoir travaillé des années dans l'anonymat le plus total, le mathématicien devient une référence dans le milieu.

Il a démissionné de son poste de chercheur

Mais Grigori Perelman n'est pas préparé à cette consécration. En 2005, quelque peu dépassé par la situation, il décide de quitter ses fonctions à l'Institut Steklov où il travaille depuis quinze ans. En 2006, l'Union mathématique internationale (IMU) lui décerne, sans surprise, la prestigieuse médaille Fields, sorte de Prix Nobel de mathématiques décerné tous les quatre ans. Une médaille qu'il n'ira jamais chercher, préférant expliquer aux journalistes - sans leur ouvrir la porte de son appartement - qu'il ne souhaite pas «être exposé comme un animal dans un zoo». «Je ne suis pas un héros de mathématiques, leur lance-t-il alors. Je ne suis même pas un génie, c'est pour cela que je ne veux pas que tout le monde me regarde».

Ainsi, depuis quatre ans, Grigori Perelman vit quasiment reclus dans un petit appartement de Saint-Pétersbourg, en compagnie de sa mère âgée. Selon l'une de ses voisines, qui s'est confiée au Daily Mail, l'homme vivrait dans des conditions plus que rudimentaires : «J'ai été une fois dans son appartement et j'ai été abasourdie. Il y a seulement une table, un tabouret et un lit avec un matelas crasseux cédé par les anciens locataires». D'après ses proches, l'homme aurait cessé toute recherche dans le domaine des mathématiques.

Par Flore Galaud

Source: Le Figaro

lundi, 01 septembre 2008

L'EUROPE DOIT DEFENDRE UNE NOUVELLE PRATIQUE DES DROITS DE L'HOMME

ONU 3.jpgL'EUROPE DOIT DEFENDRE UNE NOUVELLE PRATIQUE DES DROITS DE
L'HOMME (Note personnelle: Même si certains pays européens, champions des droits de l'homme,
sont à mille lieues d'être des modèles, eux-mêmes. Notamment en Afrique):

PROPOSITION: " TOUT MEMBRE DU CONSEIL DE SECURITE DE L'ONU QUI NE LUI
SOUMETTRAIT PAS SES LITIGES TERRITORIAUX ET LES REGLERAIT PAR LA FORCE, DEVRAIT ÊTRE SUSPENDU ".



L'invasion de l'Irak, en 2003, par les Etats-Unis, la répression de ses
minorités nationales par la Chine, en 2008 et l'invasion de la Géorgie
par la Russie, ont au moins une caractéristique commune. Ces trois pays
sont membres du Conseil de sécurité de l'ONU et, pour le dernier,
membre du Conseil de l'Europe. Le pays envahi, la Géorgie, également.
Et c'est une triste première.


La communauté internationale, concept juridique assez imprécis pour
tout suggérer et ne rien dire, ne peut trouver là aucun motif de
réconfort si l'on admet que les membres du Conseil de sécurité sont
les premiers gardiens du traité des Nations unies. LEUR VALEUR
D'EXEMPLE EST A TERRE ET LE PIRE EST VENU DES ETATS-UNIS
car, à la
différence des deux autres, c'est une démocratie accomplie. QUAND
L'AMERIQUE SE PARJURE, LES ETATS VOYOUS, GRANDS OU PETITS, S'EMPARENT
DE LEUR BUTIN
. Guantanamo est une aubaine pour eux. Et si nous avons
tant critiqué les Etats-Unis dans ce bourbier inhumain qu'est l'Irak
c'est que lorsqu'ils trébuchent, c'est la démocratie qui tombe.
Souhaitons que les prochaines élections redonnent un pas ferme à ce
pays.

Les contempteurs du "droit-de-l'hommisme,", néologisme venu des
soutes de la nouvelle droite, formule qui pour ses utilisateurs
englobe des ONG hystériques ou des professeurs chiffonnés, n'ont, en
attendant, guère de souci à se faire. Ils peuvent ricaner : le
principe de réalité est en pleine forme. Comment en sommes-nous
arrivés là ?

Les ralliements opportunistes aux traités, la cécité ou la
pusillanimité des démocraties ont peu à peu transformé des principes
de droit puissants et actifs, sortis pour l'essentiel des charniers de
la seconde guerre mondiale, en paravent commode pour tyrannies en
quête d'honorabilité.

Cassin affirmait que tant que les droits de l'homme seraient
maltraités il n'y aurait pas de paix dans un seul coin de la planète.
Il liait les droits de l'homme, ceux des peuples, la paix, la guerre.
Pour lui c'était un tout. C'est d'ailleurs le sens du préambule de la
Déclaration des droits de l'homme des Nations unies de 1948. " Battre
sa femme, c'est un autre jour tuer son voisin ", dit le proverbe. Il y
a une continuité entre la violence domestique et l'agression des
autres. C'est vrai pour les Etats comme pour les personnes.

Il faut reprendre une nouvelle pratique des droits de l'homme, plus
exigeante, plus concrète et plus efficace. L'Europe, et d'abord la
France et la Grande-Bretagne, membres permanents du Conseil, devraient
élever le débat, au nom de l'Union européenne, sur une réforme du
statut des membres du Conseil de sécurité de l'ONU, à l'aube de
l'adhésion de nouveaux membres.

Tout membre du Conseil qui ne soumettrait pas un litige relatif à une
question de souveraineté territoriale et le réglerait unilatéralement
par l'emploi de moyens militaires serait suspendu du Conseil.
La Cour Internationale de Justice verrait sa compétence accrue et
serait seule apte à le trancher.


FOYER MISSIONNAIRE

De nombreux Etats, notamment d'Afrique, y recourent déjà. Mais cette
solution arbitrale de la Cour n'est que facultative. Elle doit devenir
la règle pour les Etats membres du Conseil. A haut niveau de
responsabilité, haut niveau de devoirs. Sinon le droit de veto
continuera à être un laissez-passer aux exactions, un viatique
d'impunité. Un rêve ? C'est ce que les cyniques opposaient à Briand.
On découvrit trop tard qu'ils étaient experts en cauchemar.

Chaque ministre européen en visite dans un pays signalé devrait
rituellement poser la question et réclamer des informations sur le
sort des prisonniers d'opinion. Pas seulement aux autorités à qui il
incombe de répondre en premier mais aussi aux organisations civiles,
sociales et professionnelles. Il devrait se constituer, peut-être sous
les auspices du commissaire européen aux droits de l'homme, un
secrétariat chargé de compiler le bilan de ces visites. Il y a 27
Etats membres qui composent l'Union. Imaginons que chaque ministre de
chaque Etat accorde une heure de son temps aux droits de personnes
persécutées lors de ses déplacements. Voilà un vrai bouclier pour les
démocrates menacés et persécutés et des marges de manoeuvre réduites
pour les Etats liberticides.

Le traité de l'OMC conditionne l'entrée de membres à la signature et à
la ratification du pacte international relatif aux droits civils et
politiques de l'ONU de 1966. C'est parfait mais que le traité de l'OMC
aille plus loin. Qu'il fasse un véritable travail de vérification des
engagements pris pour démasquer les signatures opportunistes. Doutons
qu'une justice indépendante en matière de commerce voit le jour là ou
l'on torture dans des caves. C'est un tout et l'OMC gagnerait en
estime.

Enfin, la confection des traités eux-mêmes devrait associer les
sociétés à leur processus. La très récente initiative de l'Union pour
la Méditerranée fait côtoyer d'authentiques démocrates avec des
personnalités qui n'ont rien à voir dans le champ des droits de
l'homme, sinon qu'elles y braconnent. M. Kadhafi a eu le bon goût de
décliner.

On dira que ce traité ne concerne pas les personnes, que l'on mélange
tout et que l'on va tout faire échouer. Ah bon, mais alors il sert à
quoi ? Rien n'empêche qu'un sommet régulier des sociétés civiles des
Etats signataires se réunisse pour contribuer à faire vivre le traité,
l'enrichir et veiller au respect de ses clauses. Les organisations
professionnelles, les universités, les ONG, les chambres de commerce,
les syndicats auraient leur mot à dire. Les sommets mondiaux sur le
sida ou l'Internet en sont des illustrations. On y entendrait des
choses désagréables ? Tant mieux. Ce serait le signe d'un véritable
échange.

Dernière objection, je la pressens. Pourquoi l'Europe serait-elle le
foyer missionnaire de cette entreprise car elle n'est pas parfaite ?
Loin de là en effet, nos centres de rétention seront un jour des
camps, et j'entends même les catholiques italiens du centre-droit
s'inquiéter d'un risque de résurgence du fascisme dans leur pays.

Je dirais d'abord parce que la guerre aux portes de l'Europe rend
cette réaffirmation volontaire et sans concession des droits de
l'homme comme un objectif géopolitique indispensable. Ensuite, plus
prosaïquement, parce que s'intéresser aux droits de l'homme chez les
autres, c'est un des plus sûrs moyens de les prendre au sérieux chez
nous. A force de s'agenouiller on finit par croire, disait Pascal.
Pour les droits de l'homme relevons-nous. Il est plus que temps.



Jean-Pierre Mignard

Avocat à la cour

20:56 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Europe, Monde | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |