topblog Ivoire blogs

mercredi, 06 mars 2013

LE FPI EN EXIL FELICITE MAITRE EMMANUEL ALTIT

côte d'ivoire,le fpi en exil félicite maître emmanuel altit,la coordination fpi en exil,maître emmanuel altit avocat au barreau de paris,accra le 1er mars 2013,félicitations à la défense du président laurent gbagbo,dr assoa adou,coordonnateur et porte-parole

 

La Coordination FPI en Exil

A Maître Emmanuel Altit

Avocat au barreau de Paris

 

Accra, le 1er mars 2013

Objet: Félicitations à la défense du Président Laurent Gbagbo

 

Maître,

La Coordination FPI en Exil est heureuse de vous manifester sa satisfaction à la suite de votre plaidoirie mémorable dans l’affaire le Procureur contre Laurent Gbagbo, à l’occasion de l’audience dite de confirmation des charges, qui vient de s’achever.

Cette audience revêtait un caractère historique, autant au regard de la qualité de l’homme qui était dans le box des accusés, Laurent Gbagbo, Président élu de la Côte d’Ivoire, que des enjeux qu’elle recelait. En effet, cette audience mettait face à l’ingénieux organe de répression des souverainistes africains des temps modernes, qu’est la Cour Pénale Internationale, un Homme qui a consacré sa vie au combat pour l’avènement de la démocratie dans son pays, et qui en a subi tous les contrecoups, faits d’emprisonnements, d’exil et d’humiliations de toutes sortes.

Parvenu au pouvoir à la suite d’un processus démocratique, son ambition d’approfondissement de la démocratie a été contrariée par une guerre déclenchée par la France et ses valets locaux, toujours au nom de sordides intérêts égoïstes. L’épisode en cours à la Cour Pénale Internationale, vise à habiller juridiquement la mascarade de la spoliation électorale dont il a été victime, du fait de la seule volonté de Nicolas Sarkozy.

Pour défendre la cause de cet Homme valeureux, votre plaidoirie a été à la hauteur de l’évènement et a comblé les attentes tant du peuple ivoirien frustré et meurtri par tant de méchancetés et de mensonges à son encontre, que des démocrates africains qui sont restés attentifs. Ce peuple, grâce à vous, reprend espoir. Vous avez trouvé les mots justes pour rendre compte de la personnalité de Laurent Gbagbo, un Homme d’Etat, démocrate convaincu, pacifiste et humaniste qui ne pouvait commettre les crimes qui lui sont reprochés, tout en dévoilant le complot qui le visait à travers une accusation fantaisiste qui ne reposait sur aucun moyen de preuves véritables. Soyez rassuré qu’après ces deux semaines d’audiences publiques, la décision n’appartient plus aux seuls juges de la Chambre ; elle sera passée au crible par tous ceux qui, de par le monde, ont été édifiés par les vérités révélées au cours de cette instance.

C’est pourquoi, au nom des militants du Front Populaire Ivoirien (FPI) exilés à travers le monde du fait de cette guerre, je voudrais exprimer notre satisfaction et témoigner notre reconnaissance à Me Natacha Fauveau Ivanovic, Me Agathe Bahi Baroan, Me Jennifer Naouri et au Professeur Dov Jacobs, les membres de l’équipe de défense que vous avez dirigée avec compétence, ainsi qu’à vous-même, Me Emmanuel Altit. Nous vous prions de trouver ici l’expression de notre profonde et infinie gratitude.

 

Dr Assoa Adou,

Coordonnateur et porte-parole

mardi, 05 février 2013

LE COMMANDANT ABEHI ET JEAN-YVES DIBOPIEU ARRETES AU GHANA, EXTRADES ET DETENUS DANS UN LIEU SECRET PAR OUATTARA

 

ABEHI ET DIBOPIEU.jpg

 

Les services secrets ghanéens du BNI ont arrêté le Commandant Jean-Noël Abéhi et Jean-Yves Dibopieu, un jeune patriote ivoirien, hier après-midi au Ghana, selon des sources concordantes.

Les deux exilés,  le Commandant de Gendarmerie Jean Noel Abéhi et le jeune patriote Jean-Yves Dibopieu, après une brève détention dans les locaux du BNI à Accra, ont été extradés, tôt ce mardi 5 février 2013, selon les mêmes sources.

"Très tôt ce mardi 05 février 2013 à 05h00 du matin, à la frontière ivoiro-ghanéenne,  les services secrets ghanéens ont procédé à la remise des deux (2) exilés au Commissaire Youssouf Kouyaté, Directeur des Unités d’Intervention des FRCI, chargé de les conduire à Abidjan", a précisé une source proche de la hiérarchie des FRCI.

La même source indique que le Commandant Abéhi de la Gendarmerie et Jean-Yves Dibopieu sont détenus dans une prison secrète du régime Dramane Ouattara, depuis ce matin mardi, à 09H.

Pour rappel, le Commandant Jean-Noël Abéhi de la gendarmerie a dirigé le camp de Gendarmerie d’Agban qui a essuyé les bombardements de l’armée française en avril 2011. Il est allé en exil, après la crise postélectorale et depuis toujours, le régime Dramane Ouattara avait le sommeil troublé à l’idée de savoir que ce très respecté Commandant est en exil. Maintenant que Ouattara et ses FRCI tiennent le Commandant Abéhi, tous les ivoiriens redoutent que le régime Dramane Ouattara torture le Commandant Abéhi, comme cela a été le cas pour les autres extradés.

 

Source: Le blog d'Alain Doh Bi

Ghana: Jean-Noël Abéhi et de Jean-Yves Dibopieu pris et conduits à Abidjan. Comment?

 

Ce matin, l'agence de Presse Alerte-Info annonçait l’arrestation au Ghana du Commandant Jean-Noël Abéhi et de Jean Yves Dibopieu, ce lundi soir (ndrl: Hier). L’information précisait qu’ils  étaient déjà en cours de  transfert par la route vers Abidjan en Côte d’Ivoire.

La nouvelle s’est très vite répandue dans le milieu des refugiés et exilés Ivoiriens du Ghana, ce matin, chacun prenant attache avec qui il peut pour en savoir plus. Il ressort de mes premiers contacts que Jean-Yves Dibopieu n’avait pas donné signe de vie depuis hier soir. Ses proches ici ne s’en étaient pas vraiment inquiétés jusqu’à ce que nous entrions en contact avec eux pour vérifier cette nouvelle. Dibopieu reste injoignable au téléphone et ne s’est pas manifesté depuis. Ce qui donne du crédit à cette alerte qui se confirme quasiment.  Le schéma est quasi identique pour le Commandant Abéhi.

Mais cette fois, le nom du BNI (Bureau of National Investigations - La DST Ghanéenne) n’est pas encore cité dans cette nouvelle affaire sécuritaire entre la Côte d’Ivoire et le Ghana voisin où sont refugiés des milliers d’Ivoiriens qui ont fui le régime brutal du putschiste Alassane Dramane Ouattara, depuis l’enlèvement du Président Laurent Gbagbo, le 11 Avril 2011.


En l’état actuel des choses, la question légitime sera de demander à savoir comment ces deux exilés Ivoiriens ont été arrêtés et transférés en catimini vers Abidjan? S’agit-il d’une arrestation légale en bonne et due forme ou d’un rapt des hommes du despote d’Abidjan? Affaire à suivre donc.


Claudus Kouadio – Accra (Ghana)


Source: Le blog de Claudus

lundi, 04 février 2013

OUATTARA LANCE UNE FATWA CONTRE LES PRO-GBAGBO A ACCRA

 

EXILES IVOIRIENS AU GHANA.jpg


Depuis qu’ils ont réussi à pécher le président du Cojep dans le marigot ghanéen, des agents d’Interpol, appuyés de certains éléments des forces de sécurité du pays de Jerry Rawlings et d’autres venus d’Abidjan, ne se donnent pas de répit pour mettre le grappin sur les Ivoiriens exilés.

 

Plus de peur que de mal pour Mosis Christian-Pierre, un exilé ivoirien au Ghana. Enlevé mercredi 23 janvier dernier à Accra, il a finalement été libéré le 29 janvier à 19 heures par le Bureau of National Investigation (BNI), équivalent local de la DST. Un autre réfugié ivoirien, Koffi Serge alias «Anaconda», a eu moins de chance. Arrêté selon le même modus operandi, il est toujours porté disparu au moment où nous mettons sous presse. Que lui est-il arrivé ? A-t-il été extradé dans des conditions extrajudiciaires ou enlevé par des éléments venus directement d’Abidjan dans le cadre d’une opération en marge de la légalité ? En tout cas, il ne se trouve pas au BNI, ce qui inquiète profondément la communauté des réfugiés ivoiriens…

Dans ce climat de traque des réfugiés politiques ivoiriens au Ghana par le régime Ouattara, l’ancien ministre du gouvernement Aké N’Gbo, Charles Rodel Dosso, le leader de la galaxie patriotique et Gohourou Claude, ancien responsable d’association de défense des victimes des déchets toxiques, en conflit avec Adama Bictogo dans le cadre du scandale qui lui a valu son poste de ministre de l’Intégration africaine, ont échappé récemment à un enlèvement, alors qu’ils se trouvaient ensemble, selon des informations parvenues à la rédaction du Nouveau Courrier. Il y a une dizaine de jours, poursuivent nos sources, l’ex-DG de la douane, Alphonse Mangly, a vu sa maison d’Accra attaquée par des hommes armés qui seraient vraisemblablement venus le kidnapper. Il a échappé in extremis à un enlèvement.

Depuis ces différentes tentatives d’enlèvements ciblés à Accra, c’est la psychose au sein des exilés pro-Gbagbo qui soupçonnent certains des leurs de servir d’infiltrés à la solde du régime d’Abidjan, en échange d’espèces sonnantes et trébuchantes.

L’attitude des autorités ghanéennes difficilement lisible

Le hic, c’est que Interpol et des agents venus de Côte d’Ivoire en mission opèrent à leur guise. Alors que le Parlement ghanéen avait voté une loi en session extraordinaire accordant le statut de refugiés politiques à tous les Ivoiriens exilés au Ghana depuis la guerre post-électorale. Et ce, deux jours avant la visite à Accra d’Alassane Dramane Ouattara, le 6 octobre 2011. La carte bleue d’exilé avait été ensuite distribuée. Elle place les victimes du régime d’Abidjan sous la protection de la Constitution ghanéenne et interdit l’extradition d’un exilé politique dans son pays.

Les autorités ghanéennes vont-elles laisser piétiner leur propre loi en regardant opérer librement Interpol sur leur territoire ? Cette traque sournoise s’opère-t-elle avec leur bénédiction ?

Au cours d’une de ses sorties publiques en décembre dernier, après l’élection de John Dramani à la tête de l’Etat ghanéen, le Premier ministre Daniel Kablan Duncan, avait déclaré que le rapatriement des exilés politiques était une question de temps. Est-ce ce processus qui s’opère de la façon la plus brutale ? Les autorités ghanéennes gagneraient à éclairer la lanterne de l’opinion.

 

Gilles Naismon, in le quotidien ivoirien "Le Nouveau Courrier".


Lu sur RESISTANCE COTE D'IVOIRE ISRAEL


SourceEBURNIENEWS

dimanche, 03 février 2013

L'IMPERIALISME PREVOIT «DES DECENNIES DE GUERRE» EN AFRIQUE

 

AFRIQUE BOMBES.jpg


L’intervention française au Mali, suivie du siège sanglant en Algérie, représente un tournant dans ce qui se présente comme une nouvelle ruée impérialiste vers l’Afrique. Ces événements, si peu de temps après la guerre des Etats-Unis et de l’OTAN en vue d’un changement de régime en Libye et la guerre civile sectaire en Syrie avec le soutien de Washington, sont le signe que l’humanité assiste à une poussée convulsive des grandes puissances pour la redivision du monde, de ses territoires, ses marchés, ses ressources.

Il y a tout lieu de croire que cette campagne de recolonisation d’une grande partie de la planète sera encore plus sanglante et plus tyrannique que la première colonisation de l’Afrique.

Tout comme durant la guerre contre la Libye, la France a pris les devants en déchaînant sur le territoire malien ses chasseurs-bombardiers et ses chiens de guerre que sont la Légion étrangère. Cependant, les autres grandes puissances impérialistes ont clairement signalé qu’elles ne resteront pas à l’écart.

Le premier ministre britannique David Cameron a juré que le Royaume-Uni « collaborera avec d’autres pour verrouiller ce territoire non gouverné » en Afrique du Nord-Ouest, « avec tous les moyens dont nous disposons. » Qualifiant les développements au Mali et dans les pays avoisinants de « menace mondiale », Cameron a déclaré que cette situation « exigera une réponse sur plusieurs années, voire même plusieurs décennies, plutôt que quelques mois. »

Le gouvernement Obama a d’abord adopté une approche prudente envers les événements au Mali, préoccupé, sans doute, de se retrouver à aider un rival impérialiste, sapant ainsi ses propres objectifs prédateurs en Afrique. Cependant, avec la crise des otages en Algérie qui a coûté la vie à au moins 80 personnes, y compris trois Américains, Washington a clairement exprimé ses intentions d’intervenir de manière agressive.

Le secrétaire américain à la Défense, Leon Panetta, a déclaré vendredi dernier: « Nous avons la responsabilité de chasser Al-Qaïda, où qu’il se trouve. Nous les avons chassés dans le FATA (les zones tribales administrées fédéralement au Pakistan). Nous sommes en train de les chasser au Yémen et en Somalie. Nous avons la responsabilité d’assurer qu’Al-Quaïda n’établisse pas de bases d’opérations en Afrique du Nord et au Mali. »

Le message est clair. Le Mali et la région seront transformés en un nouveau front dans la crise de folie meurtrière à échelle mondiale des Etats-Unis et qui sera perpétrée en premier lieu avec des drones Predator et des missiles Hellfire.

Les Etats-Unis ont également annoncé qu’ils sont en train d’envoyer des Forces Spéciales comme « formateurs » et « conseillers » aux six pays, le Niger, le Nigeria, le Burkina Faso, le Sénégal, le Togo et le Ghana, qui fourniront les soldats permettant à la Communauté économique ouest africaine (Cédéao) de bricoler une force africaine qui agira en intermédiaire de l’intervention impérialiste. Les Etats-Unis fourniront le transport aérien pour acheminer les troupes africaines de la Cédéao au Mali.

Autant pour la belle rhétorique d’Obama lors de son investiture. « Une décennie de guerres se termine, » a-t-il déclaré lundi, un jour seulement après que Cameron avertissait que c’était le commencement de décennies de guerres en Afrique.

Nous sommes maintenant dans une ère historique où chaque nouvelle guerre engendre la suivante: La Libye, la Syrie et maintenant le Mali, en l’espace de moins de deux ans.

Le lien entre ces guerres est rarement reconnu dans les médias officiels, qui, d’une voix haletante, font des reportages sur chaque nouvelle crise, des combats au Mali au drame des otages en Algérie dans le complexe gazier, comme s’il s’agissait d’un outrage insensé ne pouvant s’expliquer que comme le développement d’une lutte entre le bien et le mal, connue sous le nom de guerre mondiale contre le terrorisme.

On n’est pas censé prononcer le terme de « boomerang explosif » lorsque l’on est en présence des délicats réseaux médiatiques. Et pourtant c’est précisément de cela qu’il s’agit. La guerre Etat-Unis/OTAN pour le changement de régime en Libye a déstabilisé la région tout entière. Cela a eu pour effet de faire fuir les Touaregs, dont beaucoup avaient servi parmi les forces de sécurité de Khadafi, qui sont entrés se réfugier au Mali dans une situation où les « révolutionnaires » de Libye soutenus par l’OTAN chassaient et tuaient toute personne à peau noire.

Les Touaregs sont un peuple nomade du Sahel qui s’étend en bordure du désert du Sahara. Ils habitent le Nord du Mali ainsi que le Niger, l’Algérie, le Maroc, la Libye et le Burkina Faso.

Au Mali, l’oppression et la négligence du gouvernement central ont provoqué quatre révoltes depuis l’indépendance en 1960. Des révoltes similaires se sont produites au Niger voisin. L’arrivée des Touraegs fuyant la Libye, combinée aux grandes quantités d’armes libyennes disponibles, ont déclenché cette dernière révolte qui a été alimentée par la défection de grande envergure de soldats et d’officiers touaregs de l’armée malienne.

Les nationalistes touaregs laïcs ont cependant été supplantés par des forces islamistes mieux équipées et mieux financées. Fortement consolidées par la guerre des Etats-Unis et de l’OTAN en Libye où elles ont été armées et soutenues par Washington comme force terrestre par procuration contre Kadhafi, elles sont à présent armées et financées de la même façon comme troupes de choc pour un changement de régime en Syrie. O ne peut pas comprendre la politique américaine au Moyen-Orient et en Afrique si on ne reconnaît pas que Washington opère au sein d’une alliance de fait avec des forces liées à Al Qaïda.

Al Quaïda au Maghreb Islamique (AQMI), nouvel épouvantail de la « guerre contre le terrorisme, » est comme son prédécesseur en Afghanistan, le monstre Frankenstein de l’impérialisme occidental. AQMI avait émergé au sein de forces qui étaient parties se battre en Afghanistan, soutenues par les Etats-Unis, contre le régime de Kaboul, soutenu par l’Union soviétique dans les années 1980. Elles étaient ensuite rentrées pour se battre dans la sanglante guerre civile algérienne des années 1990, où l’impérialisme américain et français soutenaient l’armée algérienne dans sa prise de pouvoir visant à empêcher l’élection du Front de salut islamique. La répression qui s’ensuivit provoqua la mort de 100.000 Algériens.

Le gouvernement algérien a accusé l’émirat du Qatar, un allié clef de Washington, de financer AQMI, tout comme il finance les « rebelles » soutenus par les Américains en Syrie. Avant même le conflit actuel, ce n’était un secret pour personne que AQMI et des groupes similaires jouissaient de l’approbation tacite du gouvernement central du Mali, appuyé par Washington et Paris, qui voyait les Islamistes comme un contrepoids utile aux Touaregs.

Et maintenant, on nous demande de croire que cette même organisation est devenue une menace « mondiale », capable d’attaquer à tout moment « notre patrie ».

Le conflit grandissant en Afrique n’a rien à voir avec Al Quaïda ni avec la lutte contre le terrorisme. Le magazine Time a succinctement exposé les motifs réels au Mali: « Les dangers se développent ailleurs, avec d’énormes réserves de pétrole attirant les entreprises occidentales à mettre en place la production de pétrole à travers le vaste Sahel. Au sud de l’Algérie et du Mali se trouve le Niger, un pays désertique extrêmement pauvre avec une production d’uranium au quatrième rang mondial, qui alimente le réseau essentiel du parc nucléaire de la France. A l’est de l’Algérie se trouve la Libye, où un certain nombre d’entreprises occidentales exploitent quelques-unes des plus grandes réserves de pétrole de l’Afrique. »

L’impérialisme américain et les puissances européennes qui avaient précédemment colonisé l’Afrique sont déterminés à s’emparer de ces ressources. Après avoir été supplantés par la Chine comme unique et plus important partenaire commercial de l’Afrique, et toujours derrière Pékin en termes de croissance de l’investissement direct étranger, Washington et les puissances européennes se tournent vers une intervention militaire comme moyen de compenser leur déclin économique.

Tout comme cela avait été le cas avec les rivalités inter-impérialistes générées par la ruée vers l’Afrique il y a un siècle, les conflits actuels pour la domination du continent conduiront à l’éruption d’un nouvelle guerre mondiale.


Bill Van Auken

Article original, WSWS, paru le 23 janvier 2013


Source: MONDIALISATION.CA

mardi, 29 janvier 2013

APRES SON EXTRADITION EN COTE D'IVOIRE, POURQUOI BLE GOUDE EST GARDE AU SECRET

 

CHARLES BLE GOUDE 6.jpg


Charles Blé Goudé, le leader des jeunes patriotes (mouvement de jeunesse proche de l'ex-chef d’État, Laurent Gbagbo) est-il détenu dans d'une des Maisons d'arrêt et de correction de Côte d'Ivoire, ou est-il placé en résidence surveillée à Abidjan?

En tout cas, près de deux semaines après son arrestation, son lieu de détention demeure un mystère. Mis aux arrêts le 17 janvier 2013, à Tema (Ghana) puis, extradé le lendemain, en Côte d'Ivoire, le lieu de détention de Charles Blé Goudé est toujours gardé secret. Un mystère soigneusement entretenu par les autorités ivoiriennes, qui n'a pas manqué de susciter des réactions, tant au niveau de l'opinion publique nationale, qu'au sein de ses proches. «Depuis une semaine qu’il a été arrêté et qu’il est détenu, nous ignorons son lieu de détention de sorte qu’il nous est impossible de communiquer avec notre client», avaient martelé, le jeudi 24 janvier 2013, le collectif d'avocats de Charles Blé Goudé, lors d'une conférence de presse.

Sur la question, les avocats de l’ex-ministre de la jeunesse de Laurent Gbagbo sont apparus indignés. Mais bien avant, c'est avec ''surprise, douleur, consternation et amertume'' que la direction du Congrès panafricain pour la justice et l’égalité des peuples (Cojep), le parti politique de ce dernier est sorti de sa réserve, 48 heures après l'arrestation de son président. «Considérant que cette arrestation va accroître les rancœurs, accentuer la méfiance et la division entre les Ivoiriens qui croupissent sous le poids de la cherté de la vie et du chômage galopant, (…) demande instamment au gouvernement d’indiquer au peuple de Côte d’Ivoire le lieu de détention exact de Charles Blé Goudé en vue de permettre aux avocats commis pour sa défense d’avoir accès à lui» a indiqué le parti, à travers un communiqué.

Au vu de cette situation l'on est tenté de s'interroger pourquoi face au ''dossier Blé Goudé'', les autorités ivoiriennes ont-elles adopté la loi du silence, contrairement à celui de Lida Kouassi devant lequel elles étaient prolixes? Tous deux pourtant arrêtés au Ghana puis extradés vers la Côte d'Ivoire. Si pour les uns, cette décision a été prise pour sauvegarder l'intégrité physique de celui qui est poursuivi pour ''crime de guerre, assassinat, atteinte à la sûreté de l’État, vol de denier public en réunion...'', pour les autres par contre, les raisons des autorités ''qui ont placé Blé Goudé en résidence surveillée dans un endroit tenu secret à Abidjan'' sont plutôt ailleurs. Selon ces derniers, les actions de soutien et de mobilisation qui se succèdent autour de la Cour pénale internationale (Cpi) à la Haye, en Hollande, en faveur de Laurent Gbagbo semblent avoir donné des idées au régime d’Abidjan.

Et la tenue secrète du lieu de ''résidence'' de Charles Blé Goudé n'est pas fortuite. En effet, avancent-ils, ''il est mieux de le tenir au secret plutôt que de voir ses nombreux supporters prendre d'assaut son lieu de résidence pour des actions de soutien''. Ce qui pourrait, dit-on, provoquer de graves débordements. Des affirmations naturellement rejetées par les premiers qui indiquent que le comportement des autorités pourrait être lié à une crainte de voir des personnes proches du pouvoir tentées de faire la peau à Charles Blé Goudé.

Rappelons qu'au nom du collectif d'avocats, Me Hervé Gouamené, a révélé que Charles Blé Goudé passera, le mercredi 30 juin 2013, devant un juge d’instruction pour être vraisemblablement entendu sur le fonds des accusations dont il fait l'objet.

 

Claude DASSE, in le quotidien ivoirien «Soir Info» du lundi 28 janvier 2013.

mercredi, 23 janvier 2013

AUTO-EXTRADITION - TOURE MOUSSA ZEGUEN ACCUSE BLE GOUDE DE TRAHISON

 

côte d'ivoire,ghana,touré moussa zéguen,Auto-extradition,Touré Moussa Zeguen accuse Blé Goudé de trahison


Quel est le cortège que Wattao a accueilli à Noé, au petit matin du vendredi 18 janvier 2013?


TOURE MOUSSA ZEGUEN: POURQUOI L'EXTRADITION DE BLE GOUDE DEMEURE SUSPECTE (ACTE 1)

 

Loin de moi, l’idée d’un quelconque règlement de compte, problème de leadership ou encore moins, une jalousie mesquine quelconque, comme certains ont déjà commencé à le dire.

Il s’agit de regarder une situation qui s’est déroulée sous nos yeux à tous, et à en donner notre lecture froide sans état d’âme, car il s’agit de l’avenir du combat des ivoiriens et non de la carrière politique d’un seul individu.

Il s’agit aussi de laver l’image des autorités ghanéennes qui ne doivent, en aucun cas, être doublement victimes de leur largesse envers des ivoiriens qu’ils ont accueillis chez eux, avec une remarquable hospitalité légendaire.

Pour comprendre cette histoire rocambolesque, il faut commencer par le commencement.

1- Lorsque nous avons été informés DE SON ARRESTATION CE JEUDI 17 JANVIER, il nous est apparu nécessaire de nous informer auprès de nos amis et connaissances.

Et, c’est ainsi que nous avons eu deux versions:

A- La première disait que BLÉ Goudé avait été cueilli à son domicile par les policiers d’Interpol Ghana, accompagnés de policiers ivoiriens.

B- La deuxième version disait que BLÉ Goudé était en partance pour une interview avec France 24 et qu’il aurait été intercepté, en route vers le lieu du rendez-vous avec les journalistes, par des individus en tenues civiles, qui l’auraient amené vers une destination inconnue.

Ainsi, après cette interpellation, on nous dit que ce fut grâce aux différentes alertes des personnes proches de BLÉ Goudé que la Police ghanéenne aurait réussi à intercepter le cortège qui avait à son bord le ministre, pour le conduire tous au BNI (DST ghanéenne )

2- Depuis lors donc, tous les efforts des ivoiriens du Ghana pour le voir ou se rassurer, sont restés vains, car en vérité personne n’a pu le voir jusqu’à son départ précipité.

Pour avoir des informations et être situés. Nous nous efforçons de chercher les détails de cette affaire et nous nous rendons compte que beaucoup de choses restent floues.
Non seulement personne à Accra ne peut dire qu’il a été capable de le voir à la BNI depuis son arrestation.

En fait. Nous avons été informés que BLÉ Goudé n’a jamais été détenu à la BNI et s´il y est passé c’était pour convaincre les autorités ghanéennes que L´HOMME avait choisi de faire un retour volontaire et non une extradition…Et mieux, si les autorités ghanéennes étaient vraiment convaincues que BLE GOUDE était en danger dans la main de ses amis ravisseurs, elles auraient à tous les coups opposé un refus de non-recevoir à leur volonté d’extradition. A TOUT LE MOINS, ce serait donc une juridiction ghanéenne qui l’aurait jugé et autorisé son extradition.

En réalité, le GHANA QUI ACCORDE UNE IMPORTANCE PARTICULIERE AUX DROITS DE L’HOMME NE PEUT LAISSER BLE GOUDE ALLER A L'ABATOIR S'IL N´AVAIT PAS ÉTÉ CONVAINCUS PAR BLÉ GOUDÉ LUI-MEME QUE SA VIE NE SERAIT PAS EN DANGER.

PARMI LES INQUIETUDES EN VOICI QUELQUES-UNES:

DES QUESTIONS

1- Pourquoi Blé Goudé n’a pas été aperçu par ses amis et même son avocat qui sont allés à la BNI ? On ne pouvait le voir à ACCRA, car dans leur plan, c’était un impératif afin que nous soyons tous dans le clair-obscur…

2- Quel est le cortège que Wattao a accueilli à Noé au petit matin du Vendredi 18 janvier 2013 ?

En effet, au moment où nous nous fatiguions à Accra pour retrouver les traces de BLÉ Goudé, il avait déjà pris la route et leur cortège avait été clairement identifié tôt le matin, à ELUBO où il y a un bon nombre de réfugiés ivoiriens, qui étaient intrigués par ce cortège aux voitures à vitres teintées.

3- Pourquoi Hamed Bakayoko n’était-il pas à la télévision ivoirienne pour faire la déclaration comme lors de l’arrivée de Séka, Lida?

Hamed BAKAYOKO qui fait une concurrence folle à SORO Guillaume (qui est resté au téléphone une heure durant avec BLE GOUDÉ la veille de son auto-arrestation), qui veut que son nouveau trophée lui jure fidélité et soumission, à tout mis en place depuis des semaines, et nous en étions avertis, pour assurer la sécurité de leur nouveau JOKER, croyant ici détenir l´homme de la situation, afin de rassurer son patron que plus rien ne les empêchera de tourner en rond.

Pourquoi ce trophée n’a pas été exhibé ? Simplement par ce qu’il est aujourd’hui leur complice et ils ont un plan ensemble que vous découvrirez bientôt… Ouattara est coincé et n’arrive pas à faire rentrer le FPI dans les rangs, alors qu’il a les injonctions de ses bailleurs de fonds pour faire une politique inclusive en ayant surtout le FPI comme partie prenante aux futures élections locales. A défaut, Hamed BAKAYOKO qui a avoué depuis des mois qu’il est en négociations avec BLÉ Goudé a tout fait pour convaincre ce dernier qui a mordu à l´hameçon..

Nous savons aussi qu’un COM Zone très connu a même fait des appels téléphoniques à partir d’Abidjan pour rassurer certains amis que le retour de BLÉ GOUDÉ ne devrait point nous inquiéter car tout était bouclé…

Nous savons aussi que depuis son retour volontaire BLÉ Goudé n’est pas dans les locaux de la DST, contrairement à ce que disent les autorités du régime génocidaire.

Où est-il donc?

Selon nos sources, BLÉ Goudé qui est parti par la route est dans les bonnes grâces de Hamed Bakayoko qui avait promis régulariser son nouveau parti, une fois créée. Et, il lui a aussi promis de financer une forte campagne de Réconciliation à travers le pays, afin de consolider le régime génocidaire de Ouattara…Ce deal avait déjà été refusé par la Première Dame Simone Gbagbo, qui a refusé cette mascarade comme condition de sortie par Grâce présidentielle.

Pour comprendre la supercherie sachez que si BLÉ Goudé ne voulait pas rentrer, il aurait eu la chance de se présenter devant un tribunal ghanéen pour contester son rapatriement comme ce fut le cas pour le ministre KONE KATINA…

Malheureusement tout le monde se demande pourquoi si rapidement, notre frère a-t-il été extradé ?

La réponse est simple.

En effet, BLÉ Goudé voulait une action rapide et d’ailleurs il a eu le temps de bien faire tout son bagage avant de prendre la route avec ses amis ravisseurs. Les autorités ghanéennes qui ne sont pas elles-mêmes opposées à un retour volontaire ne peuvent donc pas faire des commentaires désobligeants pour une affaire ou le concerné part avec le sourire aux lèvres… c’est pourquoi nous demandons aux ivoiriens de ne pas accabler le Ghana qui a toujours été correct avec nous …

Ce qu’il faut aussi remarquer est que les ivoiriens se souviennent très bien déjà que HAMED BAKAYOKO et BLÉ GoudÉ ne sont pas à leur premier coup… Souvenez-vous depuis la FESCI…

Souvenez-vous que BLÉ Goudé avait quitté le premier, la COTE DIVOIRE EN MARS 2011, donc il peut rentrer le premier au pays pour respecter son rang et sa classe…

Je vais pour l’instant épargner les uns et les autres de certains détails en attendant les répliques qui s’annoncent, afin que nous donnions notre chance à nos compagnons sur cette affaire qui tôt ou tard s’éclaircira d’elle même aux yeux de tous…

Pour finir j’invite tous nos amis à la sérénité et à comprendre que le GUIDE Gbagbo est digne, SIMONE est digne, AFFI N'GUESSAN, AKOUN LAURENT, DOUATY ALPHONSE, LES FDS SONT DIGNES…

Si le sujet n’avait pas son importance je n’aurais pas ainsi parlé et apporté notre modeste contribution à un sujet d’ordre national.

Je vous remercie pour une COTE D'IVOIRE DIGNE.


TOURÉ MOUSSA ZEGUEN


Réfugié politique Ivoirien au GHANA
zegeuenonvci@gmail.com


Source: CONNECTION IVOIRIENNE.NET

mardi, 22 janvier 2013

L'IMAGE DE BLE GOUDE A LA DST DEJA DIVERSEMENT INTERPRETEE (VIDEO)



Images de Blé Goudé à la Dst, petit geste du gouvernement hier à l’attention des saints Thomas, diversement interprété.


Menottes aux poings et pas mal mis, avec une chemise en pagne brodée de noir et en couleur orange dominante [un clin d'œil patriotique, un coucou aux Éléphants], Blé Goudé est apparu ce soir sur l’écran de RTI1, télévision publique de Côte-d’Ivoire. Une petite concession du gouvernement serait-on tenté de dire, à l’usage des saints Thomas qui avaient encore des doutes au sujet de l’arrestation de Charles Blé Goudé. Pour le gouvernement, l’image devait convaincre de ce que Blé Goudé est bien entre les mains de la police ivoirienne.

Cela a fait plaisir à quelques pro-Ouattara qui en tirent la leçon suivante: dans l’exercice du pouvoir, dans le soutien à une cause, il faut faire preuve d’humilité, de mesure et de modération car on ne sait jamais de quoi demain sera fait et surtout, on répond toujours un jour de ses actes. Pour ces pro-Ouattara l’image de la chute de l’ex leader estudiantin et ex leader des patriotes montre bien que tout se paie tôt ou tard. Cette image et le communiqué de soutien du FPI exigeant la libération immédiate de Charles Blé Goude suffiront-ils à calmer l’ardeur des partisans de la thèse du deal ? Rien n’est moins sûr, si on considère que les détracteurs de Blé Goudé continuent de parler de mise en scène, et relèvent que l’homme avait bonne mine et souriait presque, comme si sa vocation était de se faire torturer et comme si le régime en place ne pouvait pas bien traiter un détenu.

Pour sûr, les doutes ne sont pas dissipés et l’opération rattrapage « com » du gouvernement semble avoir renforcé les doutes des sceptiques. Avec cette couleur « Orange » portée, qui ne peut être un hasard pour Blé Goudé et qui joue contre un pouvoir dont le patriotisme pour la Côte-d’Ivoire est sujet à caution chez de nombreux pro-Gbagbo.



Hervé Coulibaly, sur Connectionivoirienne.net

SITUATION SOCIOPOLITIQUE - APRES L'EXTRADITION DU PRESIDENT DU COJEP: VOICI LES VERITES DES PRO-GBAGBO ET PRO-OUATTARA




CHARLES BLE GOUDE.jpg


Manifestement l’affaire Blé Goudé n’a pas encore livré tous ses secrets. 



Les spéculations et supputations continuent donc autour de cette certitude: Blé Goudé a été appréhendé au Ghana et est actuellement détenu en Côte d’Ivoire, selon un communiqué du gouvernement. Son mode d’arrivée à Abidjan n’a pas été officiellement précisé ni par le Ghana, encore moins par la Côte d’Ivoire, même si plusieurs sources assurent qu’il est arrivé par un avion affrété par Abidjan. 

Depuis son arrivée le Vendredi dernier, Blé Goudé a été entendu par la justice ivoirienne, par contre, il n’a pas encore bénéficié d’assistance connue d’avocat. A Accra, il n’a pu voir ni son avocat, ni ses proches. Une telle rencontre aurait pu donner des informations précises sur son état d’esprit, ainsi que sur les circonstances de son arrestation. Depuis son arrivée à Abidjan, aucune indication n’a été donnée sur la possibilité pour les siens (sa famille et ses parents proches, ou amis politiques) de le rencontrer. Une demande des avocats et des siens a-t-elle été formulée en bonne et due forme, auprès de la justice? 

Alors que seule une rencontre éventuelle à Abidjan entre des proches et avocats, peut aider à avoir des éléments précis de la version du concerné, la bataille fait rage sur le net, mais aussi dans les foyers entre les partisans de la thèse d’un deal avec les autorités ivoiriennes, et ceux qui estiment qu’il n’en est rien. Parmi ceux qui estiment qu’il y’a deal figure Touré Moussa Zeguen, qui dans un post sur Facebook hier, s’est lancé sans précaution en émettant de sérieux doutes sur les circonstances de l’arrestation et de l’extradition en Côte d’Ivoire, de Blé Goudé. 

L’ex-président du GPP fait état des contacts entre le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et Charles Blé Goudé, dont il évoque également les relations avec d’autres responsables et acteurs du régime Ouattara. Patrick Zasso, dit en Global, lui a rétorqué qu’il n’en est rien, mais Zeguen a persisté et signé. Serges Kassy et quelques autres en ont appelé à la modération et à la retenue, indiquant qu’il n’est pas question d’étaler des divergences sur la place publique. Selon eux, cela fait le jeu de leurs adversaires, à condition disent-ils de ne pas se tromper d’adversaires. «Certains pensent que notre adversaire est Blé Goudé, il n’en est rien. Il est en difficulté, ce n’est pas le moment de l’accabler», conseille un pro-Gbagbo tandis qu’un autre calme le jeu: «si on a pris le capitaine (Gbagbo) et qu’on n’est pas mort, pourquoi pleurer pour le tilapia (Blé Goudé)». Un peu plus mystiques, quelques uns prédisent une accélération des événements, et annoncent (sans en donner ni la raison, ni une preuve convaincante hormis leur seule foi et leur seule certitude), que la fin de la crise ivoirienne, marquée par la fin du pouvoir Ouattara n’est plus loin à la lumière de l’environnement créé par la situation confuse de Charles Blé Goudé. 

De façon générale, en dehors du FPI qui semble avoir refusé d’en faire une question préalable, Blé Goudé étant un pro-Gbagbo en difficulté comme les autres (comme Laurent Gbagbo, Simone Gbagbo, Affi Nguessan et d’autres….), exilés pro-Gbagbo semblent n’avoir pas encore perçu le fait que le sort de Blé Goudé devrait conduire à changer d’optique et à sortir des postures radicales et extrémistes. L’incantation, le refus du dialogue et le refus radical de l’option de la violence au profit d’une bataille démocratique ont encore droit de cité, conduisant à parler à bout de chant de trahison, à l’encontre de Blé Goudé, après que Miaka, Aké N’Gbo et quelques autres aient été victimes de la même suspicion. Les pro-Ouattara eux, assistent pas mécontents à cette guéguerre, à ce déchirement entre LMP et pro-Gbagbo. 

Deal ou pas deal, les partisans et soutiens du chef de l’Etat ivoirien estiment qu’il est bien que Blé Goudé soit en Côte d’Ivoire, et en position de répondre de faits éventuels devant la justice de son pays. Selon eux, au-delà du cas Blé Goudé, l’occasion est bonne pour les pro-Gbagbo de rentrer au pays, car la lutte ne se fait pas sur facebook, ni tweeter mais bien sur le terrain comme l’a dit Patrick Zasso. Certains rappellent même les paroles dites par le ministre d’Etat Hamed Bakayoko, qui avait prévenu et indiqué qu’après la présidentielle au Ghana, les choses iraient plus vite dans la normalisation entre la Côte d’Ivoire et son voisin. 

Peu avant, Hamed Bakayoko avait rassuré les Ivoiriens au sujet des exilés, à peu près en ces termes: «ne vous inquiétez pas, nous allons les prendre un à un et les ramener au pays». Vu sous cet angle, des pro-Ouattara estiment que sans nullement renier leur engagement, les pro-Gbagbo en exil n’ont pas d’autre choix que de rentrer dans leur pays, pour solder leurs comptes avec la justice et obtenir leur liberté, avec la possibilité de bénéficier du vent de réconciliation qui soufflera malgré tout sur la Côte d’Ivoire en 2013, année de la réconciliation selon aussi bien le Président Alassane Ouattara, que le Premier ministre Daniel Kablan Duncan et Hamed Bakayoko, qui savent de quoi ils parlent, quand ils annoncent des avancées au niveau de la réconciliation. 

Qu’il y ait deal ou pas, le retour au pays de Blé Goudé, la préservation de son intégrité physique (c’est-à-dire le fait qu’il soit en vie), doit être donc perçu, selon eux, comme un signal à rentrer au pays, pour tous ceux qui hésitent. Le message est simple: rentrez au pays, rien ne vous arrivera, on ne vous tuera pas, on prendra soin de vous. Une telle option (de réconciliation au forceps) peut paraître d’autant plus crédible qu’elle intervient avec l’ouverture d’un dialogue direct et permanent entre le gouvernement et le FPI. 

Un tel dialogue direct et permanent avait souvent manqué tant les uns et les autres étaient braqués sur leurs positions. Le seul hic qui pourrait si l’on n’y prend garde tout bloquer, c’est que cette façon de voir n’est pas du tout partagée par certains extrémistes, qui veulent vraiment en découdre, et qui pourraient, s’ils obtiennent gain de cause, pousser les autorités a radicaliser les choses, et à rendre la situation plus difficile aussi bien pour Charles Blé Goudé et les autres exilés. Toutefois ceux qui estiment qu’il faut capitaliser les acquis actuels, marqués par la libération de certains pro-Gbagbo à la veille de Noël, le dialogue indirect de Dakar et l’attitude favorable actuelle du FPI, pourrait demeurer à la manœuvre malgré tout. 


In le quotidien ivoirien "L'intelligent d'Abidjan".


Source: AFRIK53.COM

dimanche, 20 janvier 2013

COTE D'IVOIRE-GHANA: CE FLOU QUI ENTOURE «L'EXTRADITION» SECRETE DE BLE GOUDE

 

UNE NOUVEAU COURRIER DU SAMEDI 19 JANVIER 2013.jpg


Quatre jours après l'arrestation-extradition de Charles Blé Goudé, son parti politique, le COJEP, n'a toujours pas réagi officiellement.


Source: La page Facebook de Frank Toti

 

Le «Général de la rue», Charles Blé Goudé, arrêté jeudi 17 janvier dans la matinée à Tema (Ghana), a été remis aux autorités ivoiriennes, qui ont aussitôt rendu public un communiqué pour confirmer l’extradition de l’ex-ministre de la Jeunesse et de l’Emploi dans le Gouvernement Aké N’Gbo. Mais que de zones d’ombres entourent cette opération secrète!


L’ex-ministre de la Jeunesse du Gouvernement Aké NGbo, Charles Blé Goudé, et par ailleurs ex-leader de la galaxie patriotique, a été arrêté jeudi 17 janvier 2013 à Tema au Ghana. Et était détenu dans les locaux du Bureau national des investigations (BNI) à Accra, l’équivalent de la DST en Côte d’Ivoire. Où l’un de ses avocats ghanéens a pu se rendre pour s’enquérir de la situation de son client. Alors que les agents du Bureau national des investigations avaient donné rendez-vous lundi pour la suite de la procédure, Blé Goudé selon toute vraisemblance a été extradé vers Abidjan, selon «une procédure accélérée».

C’est un communiqué officiel des autorités ivoiriennes, émanant conjointement des ministères de l’Intérieur et de la Justice qui confirmera l’extradition en Côte d’Ivoire de l’ex-leader de la galaxie patriotique. «A l’occasion d’une opération policière conjointe de la Côte d’Ivoire et du Ghana, Monsieur Charles Blé Goudé a été appréhendé le jeudi 17 janvier 2013. Il est actuellement détenu en Côte d’Ivoire, par les services de la police ivoirienne, dans le cadre de la poursuite des procédures judiciaires déjà ouvertes contre lui en Côte d’Ivoire», fait savoir le communiqué officiel des autorités ivoiriennes. Moins de 24 heures seulement après son arrestation, Blé Goudé a été extradé vers son pays d’origine. Ses avocats ont à peine eu le temps de le rencontrer, sinon n’ont même pas pu le faire. S’entendant dire de revenir le lundi prochain.

Certains de ses camarades et responsables des exilés qui avaient entrepris des démarches pour s’enquérir de l’état et des conditions de détention de l’ex-ministre de la Jeunesse ont été assuré de ce qu’il se portait bien et avait également été prié de revenir en début de semaine. C’est donc avec surprise que les Ivoiriens et la plupart des exilés au Ghana ont appris dans la soirée d’hier que «Monsieur Charles Blé Goudé est détenu en Côte d’Ivoire ». Confirmant ainsi l’extradition de l’un des partisans de Gbagbo les plus recherchés par le régime d’Abidjan.

Ce flou qui entoure l’extradition secrète du «Général de la rue»

Pour une bonne partie des Ivoiriens, il est encore difficile de croire à l’extradition du président du Cojep, face à un pouvoir qui a fini par habituer ses concitoyens au «Mensonge d’Etat», avec la multiple arrestation légendaire de l’ex- ministre Katinan Koné au Cameroun. Une information qui avait été par deux reprises confirmée au plus haut sommet de l’Etat ivoirien. Pis, comment expliquer que Charles Blé Goudé ait été extradé en Côte d’Ivoire sans la moindre image de son arrivée à Abidjan au journal télévisé, quand on connait les méthodes de ce régime?

L’ex leader de la Galaxie patriotique qui hantait à la limite les nuits des lieutenants de Ouattara, est arrivé à Abidjan secrètement. Sans que les centaines de milliers d’ADOrateurs n’aient eu droit aux images exclusives de son extradition dans des éditions spéciales de la télévision nationale.

Les Ivoiriens ont encore en mémoire l’arrestation du Commandant Séka Séka et son passage quasiment nu devant les caméras de la télévision nationale, ainsi que l’extradition spectaculaire de l’ex-ministre Lida Kouassi, malgré son visage tuméfié par les coups qu’il a reçu tout au long du trajet Lomé – Abidjan dans l’avion qui le ramenait.

Le pouvoir d’Abidjan a-t-il changé de méthode au point d’annoncer des extraditions longtemps attendues par le biais de communiqué laconique ? Pourquoi donc le régime a-t-il décidé d’être très peu bavard dans l’affaire Blé Goudé ? Ni le chef du Parlement ivoirien, Guillaume Soro à travers les réseaux sociaux (twitter, facebook), ni le «super-flic» le ministre de l’Intérieur, Hamed Bakayoko n’ont épilogué sur cette affaire. Tout de même curieux! En tout cas jusqu’à hier encore, l’interpellation puis de l’extradition de Charles Blé Goudé restaient floues.

 

Frank Toti

Lu sur RESISTANCE COTE D'IVOIRE ISRAEL


SourceABIDJANDIRECT.NET

lundi, 07 janvier 2013

CONVULSIONS POST-DEMOCRATIQUES EN AFRIQUE ET DEFIS D’INTEGRATION DANS L’HISTOIRE: L’AFRIQUE A-T-ELLE UNE CHANCE? REFLEXION ET CONTRIBUTION CHRETIENNES

 

 

CARTE DE L'AFRIQUE.jpg

 

A l’entame d’une esquisse de réponses à la problématique ci-devant manifeste, il me paraît opportun de faire une sorte de prolégomènes pour bien faire comprendre l’esprit et la finalité de notre aventure, a posteriori prosélyte, sur le terrain de la pensée scientifique: je suis africain d’origine, panafricaniste de conviction et contrairement aux thèses afro pessimistes, j’ai une foi en l’avenir de la terre de Cham, une foi en son originalité culturelle et de son apport décomplexé à la civilisation de l’universel, en ses énormes potentialités naturelles et humaines. Et du fait de ses attributs de berceau de l’humanité et de l’écriture, en sa vocation ontologique de civilisation de référence. En dépit de la lecture malheureusement récurrente que nous offre la trame d’un continent faite de guerres, de famines, de "pathologies tropicales" et autres réalités morbides qui semblent en être son apanage et sa particularité congénitale. Ma présente contribution se veut une perspective heuristique à travers un regard croisé à la fois de ma modeste formation intellectuelle et de ma foi chrétienne sur la dynamique de l’histoire des sociétés africaines en tant qu’entité à la fois politique et sociale confrontée aux défis démocratiques, aux défis de la mondialisation et aux défis d’une identité de soi et de prospérité des peuples. Ma contribution se veut aussi, à titre personnel, comme l’occasion d’opérer une sorte de catharsis: parler, dit-on libère. Et je veux, en parlant des maux de mon continent et des perspectives de son émergence, extérioriser et sublimer toute la charge de frustration consécutive au regard sur ses dérives. Je veux partager ma conviction que l’Afrique est encore anonyme parce que l’Afrique manque de leadership. Et cette déficience ne peut s’expliquer que par l’absence du divin dans l’action politique. A terme, j’espère susciter un débat, celui de l’intelligentsia chrétienne africaine, restée à mon avis trop amorphe, trop laconique et trop à la périphérie sur les questions nationale et continentale. Un débat que je souhaite contradictoire, tant il est vrai, comme le dit Bachelard que la science, donc la quête de la vérité, évolue par contradictions surmontées.

1. De la nécessité de la pensée chrétienne

Peut être que pour les fondamentalistes et autres obédiences orthodoxes chrétiens, ma démarche pourra peut-être provoquer une levée de boucliers car il n’est pas coutumier, surtout en Afrique, dans un environnement qui se veut stricto spirituel et réservé, qu’émerge la pensée chrétienne. Le concept en lui-même, pourrait a priori poser problème et il nous faut en expurger certains barbelés terminologiques pour ne pas paraître hérétique et susciter inutilement des soupçons sur notre foi: en effet, comment saisir une symbiose dynamique à travers des schèmes intellectuels entre la pensée (humaine) et ce qui fait l’essence même de la vie chrétienne c’est-à-dire la foi, qui plus est, en un être transcendantal ?Je ne ferai pas appel pour me défendre à d’autres penseurs chrétiens qui ont bien avant moi engagé cette voie : Saint Augustin, Erasme, Blaise Pascale dont le livre Pensées reste un classique et une œuvre de référence ; Emmanuel Kant, le philosophe à la morale pure dont la fameuse « Agis toujours de telle sorte que la maxime de ton action puisse être érigée en loi universelle de la nature » est devenue proverbiale, Kierkegaard… Je ferai tout simplement référence à la Référence, c’est-à-dire la Bible. J’aime parfois titiller des frères dans la foi en leur disant que toute la Bible est sacrée et utile (2 Timothée 3 :16): Dieu a inspiré le décalogue pour nous signifier qu’Il est Dieu de lois et de préceptes; les livres prophétiques pour nous dire qu’il est le Dieu d’avertissements et de révélations ; les évangiles pour nous présenter Jésus, les épîtres pour donner une assise à notre foi…mais il a aussi inspiré Proverbes et Ecclésiaste, véritables traités de sagesse divine et d’invite à la réflexion!

 La gloire de Dieu, c’est de cacher les choses, la gloire des rois c’est de sonder les choses  Pr 25: 2

Au jour du bonheur sois heureux et au jour du malheur, réfléchis : Dieu a fait l’un comme l’autre afin que l’homme ne découvre en rien ce qui sera après luiEcclésiaste 7: 14

La pensée chrétienne se veut donc une alchimie cognitive entre les données empiriques et dynamiques de l’Histoire et le logos de l’Essence même de l’Histoire. Elle est non seulement nécessaire mais elle est même une injonction divine à honorer. Car la voix de l’Eglise et de son intelligentsia me paraît trop aphone devant les problèmes contemporains: les questions liées à l’environnement, à l’homosexualité, aux questions bioéthiques comme l’euthanasie…

2. Regards diachroniques et critiques du parcours démocratique en Afrique

Les luttes anti coloniales sur le continent africain ainsi que le développement du mouvement anti esclavagiste en Europe ont contribué à donner naissance dans les années 1960 aux soleils des indépendances (Kourouma, 1968) dans la plupart des pays africains au sud du Sahara. Deux réalités  politique et économique semblent avoir marqué cette période: l’émergence et la consolidation du parti unique et paradoxalement, naturellement ou de façon coercitive, l’état de relative stabilité et même de prospérité des peuples. Jusque dans les années 1980, la Côte d’Ivoire par exemple qui a connu pendant plus de trois décennies le règne d’Houphouët-Boigny, était citée comme pays de grande propsérité et de paix. Cependant, les facteurs cumulés de pression démographique, d’accroissement du taux d’instruction des masses qui peu à peu s’occidentalisent et de crise économique conjoncturelle vont progressivement fragiliser le système Père-Etat. Conséquemment, à la faveur du vent de l’est qui a soufflé sur le continent dans les années 1990 et sous l’impulsion du discours de la Baule, les libertés individuelles et collectives vont être consolidées et légitimées. C’est la naissance et la consécration de la démocratie. Depuis Platon dans l’antiquité jusqu’à Montesquieu à l’époque moderne, les idéologues et autres laudateurs de ce mode de gouvernance l’ont défini comme le cratos entre les mains du demos, autrement dit, le pouvoir entre les mains du peuple. Vox populi étant vox dei, c’est le peuple dans ce système qui décide de son autodétermination en se donnant des leaders à qui il confie par procuration son pouvoir. Progressivement donc, les Etats vont s’ouvrir à ce nouveau modèle de gouvernement. Mais en ouvrant une nouvelle ère dans la dialectique superstructure-masses populaires et en mettant fin aux règnes autocratiques, le système démocratique va aussi ouvrir la boîte de Pandore: révolutions de palais, coups d’Etats sanglants, assassinats extra judiciaires, rebellions, exacerbation du sentiment identitaire et instrumentalisation de l’arithmétique ethnique, presse embastillée…vont jalonner le parcours mortuaire de la démocratie. Ainsi donc la démocratie qui devait permettre aux peuples africains de faire un bon en avant va se présenter comme leur souffre-douleur. 

 Et le bilan à mi-parcours qu’on aurait pu en faire est celui que l’un des maîtres de ce système, en l’occurrence le président Nicolas Sarkozy a bien pu faire à Dakar en 2007 en disant de façon quasi péremptoire, «  le drame de l’Afrique c’est que l’homme africain n’est pas assez entré dans l’Histoire… », renchérissant ce que pensait des années avant lui Jacques Chirac  « l’Afrique n’est pas assez mûre pour la démocratie ». Le pavé était jeté dans la marre. Le tollé général qu’a suscité cette critique au sein du collège des intellectuels africains, manifestement écorchés au vif, semble bien avoir confirmé ce que Senghor disait « la raison est hellène et l’émotion est nègre.. » (Senghor,1939)

Et comme pour laver l’affront, on a vite fait d’exhumer nos héros des temps épiques, de chanter leurs faits d’armes, de policer nos traditions et nos valeurs et les présenter au monde occidental comme on le ferait pour des œuvres d’arts dans des galléries ; de retrouver la vigueur et la jeunesse de notre négritude, comme si nos murs qu’on voulait montrer si épais n’étaient pas lézardés…Je fais partie des africains qui se sont sentis blessés, infantilisés, moqués par cette diatribe sarkozienne façon néo colonialiste. Mais une fois l’écume de l’ego évaporé, je me suis rendu compte qu’on a trop vite fait de se laisser enivrer par l’opium de l’orgueil au détriment de l’humilité et de la sagesse. Le tigre n’a pas besoin de crier sa "tigritude" pour autant qu’on le reconnaît et qu’il se reconnaît lui-même comme tel ! Car en effet, la sagesse veut qu’on considère non pas les flagorneries d’un ami mais les considérations fussent-elles blessantes, objectives et réelles d’un "ennemi". Car dans le fond, à l’orée du troisième millénaire,  quel est le bilan démocratique de l’Afrique? Quel est l’impact global de la civilisation négro africaine sur la civilisation universelle? Au rendez-vous mondial du donner et du recevoir, excepté l’offre de la logique du "demander" qu’on a érigé en vertu, du spectacle de gens qui meurent de faim et de pauvreté sur un sol riche, du spectre de la guerre endémique, de règles démocratiques qu’on ne sait qu’opportunément exploiter, qu’est-ce que l’Afrique a à donner? Cette préoccupation me semble primordiale!

Il n’ya pas meilleure allégorie que celle du mythe de Sisyphe pour décrire l’aventure démocratique africaine vingt ans après son entrée sur le continent : tout comme ce personnage de la cosmogonie grecque poussant inlassablement vers le sommet d’une montagne un rocher qui inéluctablement roule vers la vallée avant même que le héros n’atteigne son but, l’Afrique semble embourbée dans un perpétuel recommencement (à l’exception quand même de certains pays, malheureusement trop peu nombreux comme le Sénégal et le Ghana qui se démarquent).  

A mon avis, trois facteurs sont de véritables boulets aux pieds de l’Afrique dans son odyssée démocratique. D’abord comme tout produit ou tout projet extérieur qu’on tente d’imposer à une société exotique, il ya toujours forcément des phénomènes réactionnaires. L’Afrique souffre de son malaise d’être dans des bottes qui ne sont pas siennes. Il ne s’agit pas ici d’ergoter sur l’universalité des principes et règles démocratiques, il s’agit de débattre de leur contextualisation. On a voulu imposer un modus operandi sans tenir compte des pesanteurs culturelles, du multilinguisme et autres ténuités de la sociologie des peuples. Or il faut le reconnaître, l’homme africain aujourd’hui encore pense, agit et se détermine d’abord par son origine clanique que par une conscience nationale. Deuxième problème et non des moindres, la fébrilité de nos institutions. L’union africaine par exemple, jusqu’à l’élection récente de Mme Zuma, a depuis sa création paru une coquille vide, un simple parloir, incapable d’opérer en son sein une réelle unité et incapable d’une diplomatie offensive dans des dossiers comme celui de la Lybie où ses objections et ses réticences devant l’interventionnisme occidental ont été royalement ignorés ; or tout comme l’a affirmé le Président Obama lors de sa visite au Ghana en Juillet 2009, l’Afrique ne peut affermir ses acquis démocratiques que par des institutions fortes ; et troisièmement, le problème de ceux qui incarnent nos institutions étatique, régionale et continentale. Véritables épigones de Machiavel, certains leaders africains, s’ils ne s’accaparent pas le destin collectif des peuples pour le manufacturer en destin individuel se bornent à devenir des bras séculiers de puissances et autres multinationales uniquement soucieuses de l’exploitation de nos ressources. L’Histoire devient alors une dynamique sans fin de luttes des classes au sens marxiste du terme : la classe incarnée par des oligarques sans scrupules et celle de "prolétaires Robin-des-bois" qui, parvenus au pouvoir, se laisse phagocyter par la Realpolitik.                       

3. De la nécessité du divin comme modèle de l’action politique

On me rétorquera sûrement qu’il faudra inscrire l’enracinement de la démocratie en Afrique et par ricochet la prospérité des peuples dans la durée. Soit. Mais, il ya une autre alternative à court terme : on l’a vu, la fébrilité de nos institutions et l’affairisme de ceux qui les incarnent handicapent la marche de la démocratie. Il faut donc de nouveaux acteurs, imprégnés du modèle divin pour donner à l’action politique l’action morale qui déterminera sa finalité en faveur des peuples. Des gens qui ont le sens du devoir et non de l’avoir.  Dieu est la source de l’existence des hommes, Il est la sagesse par excellence de qui provient l’inspiration de la conduite politique. L’originalité de la prospérité des peuples africains procèdera de leur rapprochement ainsi que de leurs leaders de Dieu. La démocratie offre peut-être les conditions consensuelles minimales de l’exercice du pouvoir mais seul Dieu nous donne l’amour du prochain qui fait qu’on ne peut aller jusqu’aux armes pour tuer et s’installer au pouvoir. Dans un monde de plus en plus violent et cerné de toutes parts par le terrorisme et la poussée du fondamentalisme religieux, Jésus-Christ à travers Sa Parole offre l’alternative d’un modèle de société pacifié et un modèle de gouvernance par l’exemple. En effet le leadership de Jésus reste une référence et une école politique pour la classe dirigeante africaine car son action publique en faveur des hommes commence et se termine dans l’Amour. Alors que le vocabulaire humain fait du plus grand le chef, le vocabulaire divin en fait le serviteur de tous (Mathieu 23 :11).  Au milieu de ses disciples, Jésus administre par l’exemple car Il est exempt de récriminations, de fausseté et de favoritisme. Il ne concentre pas le pouvoir et ses dons à Lui seul mais il les délègue à des disciples partageant avec Lui la vision du salut ultime des hommes. Il n’est pas le chef, il est l’ami ; il n’est pas préoccupé par son sort mais par celui des autres. Il n’est pas une vision de l’esprit, Il est Vivant et n’attend que l’Afrique et ses leaders se tournent vers Lui. Il ya un chemin pour l’Afrique vers la stabilité et la prospérité. Ce chemin est en Christ. L’Afrique parce que dernière me paraît de ce point de vue plus disposée à écouter Dieu, à se laisser imprégner de Lui, à se laisser métamorphoser  par Lui et à être Son phare dans le concert des nations. Pourvu que Afrique tu écoutes ce que te dit Dieu « voici je me tiens à la porte et je frappe, si tu entends ma Voix Afrique et que tu ouvres j’entrerai chez toi.. » Apocalypse 3 :20 et encore « Oh si tu étais attentif à Mes commandements, Ton bien-être serait comme un fleuve et ton bonheur comme les flots de la mer » Esaïe 48 :18.


Hervé Coulibaly


Chrétien et Serviteur de Jésus-Christ

DEA Sociologie Economique du Développement

Doctorant en Sociologie

mardi, 18 décembre 2012

POURQUOI LES ETATS-UNIS RENFORCENT LEUR PRESENCE MILITAIRE EN AFRIQUE?

 

SOLDATS AMERICAINS.jpg


Le service de presse d’Army Times vient de rapporter que les Etats-Unis s’apprêtent à envoyer plus de 3 000 soldats un peu partout, en Afrique, pour 2013. Pour le Major Général, David R. Hogg, « En ce qui concerne notre mission, c’est un territoire vierge ». Depuis quelques années, de plus en plus de soldats américains stationnent sur le continent africain et même, si le Général Hogg ne le dit pas, le but de la mission américaine est claire : verrouiller au plus vite le continent africain.

Pour les Américains, il y a urgence face à l’avancée commerciale de la Chine sur tout le continent. En fait, l’armée américaine effectue annuellement à peu près une douzaine d’opérations importantes en Afrique et pour ces opérations, des troupes et du matériel, y compris sophistiqué, sont réellement engagées. Pour les Etats-Unis, avoir un pied, militairement, dans tous les coins du continent, limiterait le risque que leurs intérêts ne soient pas protégés dans des régions où de réelles menaces existent en ce qui concerne l’accaparement de terres agricoles ou l’exploitation de minerais rares.

Le Mali dont on parle beaucoup, a été le site, récemment, d’un exercice militaire US du nom de « Atlas Accord 12 » qui a fourni aux militaires maliens une formation dans le domaine aérien. Quelques hauts-gradés maliens ont été formés ou ont suivis des stages à West Point.

Opérations US en Afrique en 2012

Pour illustrer cette ingérence américaine en Afrique, quoi de mieux que de dresser la liste des opérations américaines qui se sont déroulées, au cours de l’année 2012, en différents points du continent africain :

- « Cutlass Express », un exercice naval visant ce qu’on appelle la «piraterie» dans la région du Bassin de Somalie.

- « Africa Endeavor 2012 », basée au Cameroun, centrée sur la formation et la coordination en communications militaires. Tous les « renseignements » passant maintenant par le réseau américain Echelon. Nous avions d’ailleurs, déjà dit ici, qu’au Sahel, la France est obligée de passer par les services américains pour savoir ce qui s’y passe dans le « détail » !

- « Obangame Express 2012 », exercice naval pour assurer une présence dans le golfe de Guinée, région au cœur d’opérations pétrolières en Afrique occidentale.

- « Southern Accord 12 », basée au Botswana dont le but était d’établir des relations de travail entre les forces militaires d’Afrique australe et les Etats-Unis.

- « Western Accord 2012 », exercice militaire au Sénégal, impliquant tous les types d’opération, des exercices de tirs à la collecte d’informations et au combat de tireurs d’élite.

D’autres exercices de même nature aux noms tels que « African Lion », «Flintlock » et « Phoenix Express » ont aussi eu lieu. De plus, des unités de Gardes Nationaux US ont effectué des rotations dans des pays qui incluent entre autres, l’Afrique du sud, le Maroc, la Tunisie, le Nigéria, le Libéria et le Ghana. Des entreprises de sécurité privées américains se sont installées en Mauritanie et dans tout le Sahel.

Les communiqués de presse du US Africa Command (AFRICOM) suggèrent que ces opérations sont bénéfiques tant pour les Etats-Unis que pour l’Afrique. Leur message central est que les militaires US et Africains sont des partenaires dans la guerre contre le terrorisme et d’autres formes de soulèvement. Mais ce n’est pas en réalité du partenariat, c’est de la défense classique d’intérêts économiques et stratégiques.

25% des besoins américains en pétrole vers 2015 seront africains

Un rapport du Bureau de Recherche du Congrès sur les plans d’exploitation US a été publié par WikiLeaks. On y lit « en dépit des conflits dans le delta du Niger et d’autres régions productrices de pétrole, le potentiel pour des forages en profondeur dans le golfe de Guinée est élevé et les analystes estiment que l’Afrique pourra fournir près de 25% des besoins américains en pétrole vers 2015. »

Le document cite un officiel US du Département de la défense : « …la mission principale des forces US (en Afrique) est d’assurer que les champs pétrolifères du Nigéria …soient sûrs ». Au moins, le propos est-il clair. C’est pourquoi, les Etats-Unis seraient satisfaits que des actions militaires menées par des Africains visent les militants et les groupes mafieux qui sabotent les oléoducs et les opérations des compagnies pétrolières occidentales en Afrique occidentale. Parallèlement, en raison de l’accroissement de leurs importations de pétrole, les Américains s’opposent vigoureusement à toute velléité africaine d’exclure par la force les dites compagnies du Delta du Niger même si leurs pipelines qui fuient ont ruiné d’innombrables hectares de terres agricoles et d’eaux poissonneuses et ont provoqué un véritable désastre écologique de toute la région.

Les intérêts de l’Afrique sont, on le voit bien, en perpétuel conflit avec ceux des Etats-Unis comme avec ceux de la Chine. Les dirigeants africains continuent de leurrer leur peuple en s’attaquant souvent dans la presse africaine à la France ou aux Européens alors qu’ils se couchent honteusement, à tour de rôle, devant les Chinois ou les Américains.

Curieusement, il n’y a pas eu de réaction africaine sérieuse à cette annonce du renforcement de la présence de soldats US sur leur sol.

 

In Afriquedemocratie.net

 

Source: NEGRONEWS

lundi, 19 novembre 2012

COTE D'IVOIRE: LE MARIAGE DES HOMOSEXUELS DIVISE LE RHDP ET PROVOQUE LA DISSOLUTION DU GOUVERNEMENT D'IMPOSTURE!

 

AHOUSSOU JEANNOT 2.JPG

Ahoussou Kouadio Jeannot, ex-Premier ministre de Ouattara

 

Gouvernement de mécréants dissout, DAO le Mossi en transe, les pestiférés du RDR demandent de virer le PDCI-RDA du système d’imposture, bref, tout se mélange à Sodome, que dis-je, à Abidjan. 

Quelques mois plus tôt, des indiscrétions avaient annoncées que "l’envoyé du diable" avait reçu mandat de ces maudits maîtres blancs, pour convaincre tous les chefs d’Etat africains à l’effet de modifier leurs lois sur le mariage pour autoriser le mariage homosexuel. 

Le Président ghanéen, feu le Professeur Atta Mills, avait crié son indignation et juré que le Ghana ne tomberait jamais dans une telle abomination. 

Popol, le monarque camerounais avait trouvé la démarche de l’imposteur d’Abidjan inconvenante. Pour traduire lui aussi son indignation, il a jusqu’à ce jour refusé de rencontrer celui qui est appelé désormais dans certains milieux, « l’ouvrier du diable ». 

Le vieux Mugabe qui ne mâche pas ses mots avait été plus virulent et juré que de son vivant, aucun zimbabwéen ne verrait de ses yeux un mariage homosexuel. 

Du coup, la charité bien ordonnée pris l’option de commencer par Abidjan, la cité conquise, le nouveau Sodome. 

Et ça n’a pas loupé. Désormais, les conjoints sont tous deux chefs de famille. Parce qu’ils peuvent être tous les deux, du même sexe. Donc cela se justifie qu’ils soient mis sur le même pied. 

Voilà. C’est de cela qu’il s’agit. Le mariage homosexuel est autorisé par Dramane Ouattara et le RDR. 

Mais le PDCI et l’UDPCI s’y opposent, estimant que cette union contre nature est contraire à nos valeurs religieuses, à nos coutumes. Or, au RDR, la plupart des premiers responsables, malgré leurs déclarations faisant croire qu’ils sont des musulmans, sont habitués aux pratiques homosexuelles depuis que la franc-maçonnerie leur a été imposée comme secte du parti. 

Du coup, ils n’ont trouvé aucun mal à violer les préceptes de l’Islam et même des coutumes des peuples du Nord dont ils sont originaires à cent pour cent, ces coutumes qui font de l’homme, le chef de la femme, parce que les chefs du RDR estiment que dans une union de gens du même sexe, il n’y a ni homme, ni femme, mais seulement des époux, qui sont égaux à tous les points de vue : sexe, genre, capacité sexuelle, etc. 

La Révolution Permanente vous apporte donc la présente Chronique, afin de mettre fin à l’interprétation erronée que fait la Digne Côte d’Ivoire, de la situation qui prévaut au RHDP ainsi que des enjeux sociologiques et spirituels qui la sous-tendent. 

Non. Il ne s’agit pas d’une inversion contre nature des rapports sociologiques entre homme et femme, en faisant de la femme, le chef de l’homme. Il s’agit tout simplement d’autoriser le mariage contre nature, le mariage homosexuel. 

Il appartient donc désormais, à chaque Ivoirien, à chaque habitant de la Côte d’Ivoire, après avoir compris enfin les raisons inavouables de la rage de « l’envoyé du diable » en Côte d’Ivoire, de tirer les conséquences qui s’imposent. 

A Très bientôt. 

 

Hassane Magued 


Source: AFRIK53.COM

vendredi, 09 novembre 2012

DROIT DE REPONSE DE DAMANA PICKASS SUITE AUX ACCUSATIONS DE GUILLAUME SORO

 

DAMANA PICKASS ET SORO GUILLAUME.jpg


Lors de son récent passage en France, Mr Guillaume Soro nous a accusé, depuis notre exil ghanéen, d’être directement responsable des attaques en Côte d’Ivoire.

Au-delà de ces accusations fallacieuses, sans fondements, aux allures de diversion qui ne nous surprennent plus désormais, il serait salvateur de révéler sur la place publique toutes les manigances et actions de sabotages de M. Guillaume Soro qui tendent à prendre en otage toute la Côte d’Ivoire.

En effet, Mr Soro Guillaume sait plus que quiconque qui est le réel instigateur des attaques contre le régime de Mr Ouattara. Aujourd’hui, c’est un secret de polichinelle que cet ex(?) chef rebelle veut à tout prix le fauteuil de son chef, Mr Ouattara. Et pour ce faire, Guillaume Soro fait une cours assidue en aux pro Gbagbo.Il s’agit pour lui de se mettre dans la posture de celui qui peut racoler les morceaux du tissu social fortement déchiré et apparaitre comme celui là même qui peut réconcilier les Ivoiriens. Et donc avoir les faveurs de la communauté internationale dans le cadre d’une possible alternative à M. Ouattara.

C’est d’ailleurs pourquoi il manœuvre habillement pour faire échouer le processus de réconciliation, faisant apparaître M. Ouattara comme un incapable à faire la réconciliation et à créer la paix et la concorde entre les Ivoiriens. C’est dans cette optique, que le jour il prône le radicalisme et l’absence de compromis avec les pro-GBAGBO au niveau du régime, et la nuit tombée, il fait la cours à des pro-GBAGBO en leurs disant exactement le contraire dans le but de se positionner comme le porteur de tous les espoirs du retour des exilés dans leur pays.

Par ailleurs, M. Guillaume Soro a fait des révélations très graves sur l’état de santé de Monsieur Ouattara. Il fait circuler  entre autre que M Ouattara serait très malade et qu’il se pourrait qu’il n’aille pas jusqu’au terme de son mandat. En gros, M. Ouattara peut mourir à tout moment et lui en tant qu’héritier constitutionnel se pencherait dans ce cas favorablement sur la situation des exilés et des partisans du Président Laurent GBAGBO; situation qu’il qualifie d’injustice insupportable et inadmissible.

Cependant, en attendant la matérialisation de ce vœu macabre, il n’y aura pas de répit pour M. Ouattara car Soro n’exclut pas du tout son ascension au pouvoir par un coup de force. Et tout y passe pour créer l’instabilité. C’est donc Soro qui attaque les commissariats et les brigades. C’est encore lui qui casse les prisons et les sites stratégiques comme Azito, et harcèle les positions des frci afin d’exaspérer la communauté internationale dans le but d’avoir les arguments politiques de porter l’estocade salvatrice à un régime que tout le monde aura vomi, faisant de lui une fois de plus l’homme providentiel dont la Côte d’Ivoire a besoin.

Dans sa stratégie de conquête effrénée du pouvoir d’état, il est parvenu à rallier à sa cause la quasi-totalité des chefs de guerre en se faisant passer pour leur protecteur face à une cpi de plus en plus intransigeante vis-à-vis leurs graves crimes. M. Guillaume Soro n’a-t-il pas sournoisement ébruité le fait qu’il ait récemmentévité au commandant Fofié Kouakou une arrestation et un transfèrement à la Haye lors d’une réunion des chefs d’états majors de la CEDEAO tenue à Ouagadougou. Réunion à laquelle devait intentionnellement participer le commandant Fofié en tant que membre de la délégation Ivoirienne. Le plan étant qu’une fois au Burkina, le commandant Fofié soit mis aux arrêts et transféré à la CPI sur ordre de M. Ouattara comme gage de sa bonne foi. Ce qui serait un bon signal pour le régime envers la communauté internationale qui s’agace du manque de volonté du régime d’Abidjan d’arrêter les suspects identifiés comme tels par la cpi.fofié n’est finalement pas allé à ouagadougou. Cela a fait que les chefs de guerres sont remontés contre Ouattara qu’ils considèrent comme un ingrat.

Que cela soit clair, je ne le dis pas pour déstabiliser des écuries ou faire  plaisir à quiconque, car Ouattara et Soro c’est blanc bonnet,bonnet blanc. Et leur guerre interne nous serait indifférente si Soro ne cherchait pas des boucs émissaires comme étant des pro GBAGBO en général et notre personne en particulier. Je le fais exclusivement afin que M. Soro Guillaume arrête ses petites manigances, car je n’accepte pas que la paix et la réconciliation en Côte d'Ivoire soient tributaires de ses ambitions présidentielles. En outre voulant s’affirmer comme le véritable maître du pays,il n’hesite pas à denier à certains ministres leurs prérogatives en s’arrochant leurs fonctions a chacunes des attaques qu’il suscite en montant au premier plan apparaissant comme le dernier rempart du regime,  l’incontournable.

Le retour des exilés, le dialogue inter-ivoirien ne peuvent être suspendu aux intérêts égocentriques de cet individu.

La Côte d'Ivoire ne peut pas continuer à être prise en otage par Soro et son clan.

Tout comme je n’accepte pas que ce monsieur nous accuse de façon aussi outrancière que désinvolte sans même un début de preuves. Qu’il jette le discredit au mépris des règles élémentaires de la diplomatie sur un pays sérieux comme le Ghana, est inacceptable.

Au demeurant, nous voulons réitérer solennellement notre appel au dialogue sincère vrai en vue d’une décrispation de la vie sociopolitique en Côte d'Ivoire.

Notre parti le Front Populaire Ivoirien (FPI) et l’ensemble des exilés croient au dialogue sincère comme voie idéale du retour de la paix et de la concorde dans notre pays. Et nous ne désespérons pas d’avoir des hommes et des femmes au sein du régime d’Abidjan sensibles à cet appel.

 

DAMANA Adia Pickass

Président de la CO.P.I.E


Source: INFO D'ABIDJAN.NET

mercredi, 31 octobre 2012

AUDIENCE PUBLIQUE A LA HAYE POUR LA MISE EN LIBERTE PROVISOIRE DE LAURENT GBAGBO: LE BRILLANT PLAIDOYER DE MAITRE ALTIT

 

côte d'ivoire,audience publique à la haye pour la libérte provisoire de lauren,le brillant pladoyer de maître altit

 

"Bravo à Maître Emmanuel Altit, l'avocat principal du président Laurent Gbagbo, pour cette brillante prestation. Encore une fois, le monde entier a pu découvrir en direct que ouattara et ses parrains ont la facilité d'accusation mais l’incapacité d'apporter un début de preuves à toutes leurs accusations. Nous savons la CPI politique et elle ne dira sans doute pas le droit, aujourd'hui. Mais au moins, les écailles vont tomber des yeux de ceux qui refusaient de voir la vérité."

 
Sur la page Facebook de La Majorité Présidentielle

 

 

Argument de l'accusation pour demander le refus de la mise en liberté provisoire du Président Laurent Gbagbo:

"Monsieur Gbagbo a beaucoup de supporters... Ils vont l'installer au pouvoir". Que croyiez-vous donc? N'aviez-vous pas dit qu'il était un dictateur sanguinaire? Or donc aujourd'hui, le dictateur sanguinaire est tellement aimé par son peuple, qu'il risque d'être réinstallé au pouvoir? Donc conclusion? Conclusion: C'est lui, le vrai vainqueur de la présidentielle de 2010!!! Elle est vraiment intéressante, cette affaire de Gbagbo à la CPI!

Mieux, l'accusation ne fait que des allégations et ne produit aucune preuve. Comme au Ghana dans l'affaire Koné Katinan (c'est finalement une habitude et un état d'esprit, chez le régime Ouattara et ses officines). Sur la question, Me Altit a été doctoral: Pour les hommes de droit qu'ils sont tous à l'audience, les allégations et autres hypothèses ne sont pas valables. Ils le savent bien. Voilà qui est très clair!

Nous attendons maintenant la conclusion du huis clos qui s'éternise depuis lundi, 16 heures GMT.


A bientôt et que DIEU bénisse la Côte d'Ivoire!

 

DINDE Fernand AGBO

mardi, 30 octobre 2012

LA PRESIDENTE DE LA COMMISSION DE L'UA, MME DLAMINI ZUMA DEMANDE LA LIBERATION DU PRESIDENT LAURENT GBAGBO

 

MME DLAMINI ZUMA 3.jpg


Trois mois après son accession à la Présidence de l'Union Africaine, Mme Dlamini Zuma par cette initiative, réoriente complètement la vision de l'organisation dont elle a pris les commandes en juillet dernier. La requête adressée auprès des juges de la CPI, demandant la libération de Laurent

 Gbagbo est une affirmation de la volonté qu'elle n'a jamais cachée, que les résolutions des problèmes africains doivent revenir aux africains. Cette démarche renvoie nécessairement à la résolution de la crise malgache et préfigure la mise en application des décisions prises par les chefs d'état membres de la Sadc au mois d'août dernier à Maputo.

La diplomatie pragmatique et préventive, telle que prônée par la toute nouvelle présidente de la Commission de l’Union africaine, est en train de prendre corps et passe à la vitesse supérieure. Les grands dossiers, tels que la crise malienne, la crise en Rdc, la crise au Soudan, et naturellement, celui du célèbre prisonnier de la Haye, Laurent Gbagbo, sont dans la besace de Dlamini Zuma.

Qui donne des signaux forts, et non des moindres, depuis son investiture officielle le lundi 15 octobre 2012, à la tête de l’Union. Et en termes d’actions tangibles, Outre le mini sommet qu’elle a convoqué sur la crise malienne, qui a lieu en terre malienne, vendredi 19 octobre 2012, la première personnalité de l’Ua va plus loin.

Le règlement de la crise ivoirienne, notamment le contour de l’incarcération de Laurent Gbagbo et les relents politiques liés à cet état de fait, dans la stabilité et le retour de la paix, sont, tout autre dossier brûlant dont elle s’est saisie avec diligence. Une prérogative que s’est octroyée Mme Zuma, sur laquelle revient François Soudan, éditorialiste à Jeune Afrique, sur les ondes de Rfi.

Selon le confrère, en faisant sienne la crise ivoirienne, la présidente s’est attachée les services de plusieurs chefs d’Etats africains, y compris ceux qui seraient encore réticents, pour constituer un groupe de pression qui va peser de tout son poids, en faveur de la libération de Laurent Gbagbo.

Toujours selon l’éditorialiste, la matriarche africaine s’est attelée en amont, à envoyer un courrier aux juges de la Cpi. Pour leur décliner sa vision de la crise, assortie de propositions, dont ils doivent tenir compte, dans le rendu du verdict du 30 octobre prochain. A en croire François Soudan, qui prétend ne pas être imprégné du contenu total de la missive, mais qui assure avoir eu une idée de la partie liminaire dudit courrier, Dlamini Zuma s’est voulue très formelle dans le règlement de la crise qui secoue la Côte d’Ivoire.

Et, écrit-elle en substance : «Sans m’ériger en Avocate défenseur de M. Laurent Gbagbo, encore moins m’immiscer dans les affaires judicaires qui ne sont pas de mon ressort, en tant que première responsable de l’Institution africaine, je prie le collège des juges de s’approprier mes propositions. Etant attendu que la réconciliation en Côte d’Ivoire est étroitement liée à la libération du chef de l’ex-régime». Pour lui, le fait que Dlamini associe à son projet, plusieurs chefs d’Etat, n’est ni moins ni plus une volonté avérée de la Sud-africaine, d’éteindre tous les brasiers qui consument l’Afrique et freinent son développement.

Et dans le répertoire, figurent les plus influents. Qui ne sont autres que Jacob Zuma, Goodluck Jonathan, le Ghanéen John Dramani, le Béninois Yayi Boni, pour ne citer que ceux-là. Et le moins qu’on puisse dire, la nouvelle dirigeante ouvre une nouvelle ère diplomatique, dans le mode de gestion concrète des crises qui minent l’Afrique. Elle qui ne cesse de clamer, haut et fort, et avec fermeté, citant Patrice Lumumba, que l’Afrique n’est «ni française ni russe ni portugaise ni américaine», mais bien africaine.

Réputée rigoureuse et efficace, Dlamini Zuma, a largué cette mise en garde : «Nos décisions ne seront facteurs de changement que si elles sont appliquées. Il faut des solutions africaines aux problèmes africains».

De célèbres phrases prononcées au cours de la cérémonie d’investiture, qui magnifient celle dont la débauche d’énergie en faveur de Laurent Gbagbo, est une réalité, et qui ne ménage aucun effort pour faire appliquer sa vision. Un pari qu’elle est en phase de gagner.Une belle leçon à inculquer aux avatars de l’affranchissement de l’Afrique, adeptes de l’afro pessimisme, qui militent en faveur de l’asservissement de tout un continent.


Source: La page Facebook de André Tameghe

dimanche, 28 octobre 2012

COMMUNIQUE DU PORTE-PAROLAT SUITE A LA LIBERATION DU MINISTRE KONE KATINAN, PORTE-PAROLE DU PRESIDENT GBAGBO

 

LAZARE KOFFI KOFFI 2.jpg

 

Le Ministre Koné Katinan, Porte-parole du Président Laurent Gbagbo vient d'être libéré ce mercredi 24 octobre 2012  après un procès digne et honorable.

Revenant d'une mission en Afrique du Sud dans le cadre de ses attributions de Porte-parole du Président Laurent Gbagbo, il avait été interpellé le 24 août 2012 à l'aéroport international Kotoka d'Accra et détenu au Bureau National d’Investigation accusé de crimes économiques. Malgré toutes les pressions et la volonté du gouvernement d'Abidjan qui mit tout en oeuvre pour son extradition, les autorités judiciaires de Osu Court décidèrent, souverainement, la libération sous caution du Porte-parole du Président Laurent Gbagbo le 25 septembre dernier.

Le porte-parole du Président Laurent Gbagbo, le temps de retrouver ses proches fut à nouveau interpellé le 29 suivant après une tentative d’enlèvement manqué d’éléments de la DST et d’Interpol venus d’Abidjan et détenu cette fois avec comme chefs d’accusation : crimes de sang portant entre autre sur l’assassinat d’un vieillard de 83 ans.

Après plusieurs reports, la justice ghanéenne vient de blanchir le porte-parole des faits qui lui étaient reprochés en l’absence de preuves de crimes de sang et donc l’a libéré.

En attendant que la Osu Court se prononce définitivement le 7 novembre prochain sur la question de son extradition, nous saluons la décision  de l’ Ens  Court  qui fait honneur à la République du Ghana qui montre qu'elle est un Etat de droit, un Etat souverain respectueux des droits humains. La libération du Ministre Koné Katinan, réfugié politique, réjaillit sur l'ensemble des réfugiés politiques  recherchés par le pouvoir d'Abidjan et met fin désormais à leur poursuite pour des charges fallacieuses de crimes économiques et crimes de sang. Par ce geste souverain, le Ghana, non seulement rappelle qu'il est bien, depuis son indépendance, une terre d'accueil des réfugiés, surtout des personnalités politiques dont la vie est menacée dans leur pays d'origine, mais aussi se présente comme une grande nation qui montre la voie, la voie d'une Afrique libre, véritablement indépendante et souveraine symbolisée par l'étoile noire qui brille dans le ciel toujours assombri du continent noir.

Au nom du Ministre Koné Katinan, nous exprimons ici notre fierté et notre gratitude toujours renouvelées aux autorités ghanéennes et au peuple frère du Ghana pour l'attention particulière qu'ils n'ont cessé d'apporter à leurs frères ivoiriens réfugiés sur leurs terres depuis l'éclatement de la crise post-électorale en Côte d'Ivoire. Notre gratitude va aussi à tous ceux, personnalités du monde et leaders d'opinion, responsables de mouvements et d'associations de défense des droits de l'homme, qui, à travers le monde, se sont mobilisés pour apporter leur soutien aussi bien aux autorités ghanéennes qu'au porte-parole du Président Laurent Gbagbo.

Que Dieu bénisse le Ghana pour qu'il soit une nation toujours forte et prospère,

Que Dieu bénisse le président John Dramani Mahama, successeur du très vénéré John Evans Atta Mills,

Que Dieu bénisse les institutions ghanéennes,

Que Dieu bénisse le peuple frère du Ghana.

 

Pour le Porte-parolat

Le Directeur de Cabinet

 

Le ministre Lazare KOFFI KOFFI

vendredi, 26 octobre 2012

REFUS DE CEDER AUX CAPRICES DE LA FRANÇAFRIQUE, LA SORCELLERIE CONTRE LE PRESIDENT GHANEEN A COMMENCE

 

JOHN DRAMANI.gif


Selon le site internet ghanaweb.com, la banque mondiale et le FMI accusent l'actuel président du Ghana John Mahama Dramani et son épouse Mme Mahama Lordina d’avoir détourné la somme 170 millions de dollars de prêts et de subventions donnés au Ghana depuis 2010. Ces sommes auraient été déposées dans des comptes bancaires en Suisse. Selon ce site, le défunt président John Atta Mills aurait lui-même de son vivant écris à ces institutions pour se plaindre de l’attitude de son vice président. 

Donc le président découvre que son vice détourne de l’argent et il ne le convoque pas devant le sénat mais il s’en plaint auprès de la Banque Mondiale et du FMI. Mieux, il le choisit comme son colistier pour les élections présidentielles de décembre prochain.

afrique,ghana,côte d'ivoire,john mahama dramani,refus de céder aux caprices de la françafrique,la sorcellerie contre le président ghanéen a commencé,le site ghanaweb,banque mondial,fmi

La communauté internationale vient de déclencher sa machine infernal contre ce pays pour certainement son assistance aux réfugiés ivoiriens.
 
Prions pour le Ghana!
 

Pris sur la page Facebook de Steve Beko
 
 
Source: GHANA WEB

jeudi, 25 octobre 2012

KATINAN RELAXE OU EN LIBERTE SOUS CAUTION? - SON AVOCATE CONSEIL FAIT UNE MISE AU POINT

 

UNE LE NOUVEAU COURRIER - KATINAN ENFIN LIBRE.jpg

 

"Le porte-parole du Président Laurent GBAGBO a été simplement et purement relaxé par le juge au sujet des allégations de M. Alassane OUATTARA de crime, de meurtre à l'encontre de Koné Katinan. En effet, le juge a estimé que Alassane Ouattara n'a, en trois semaines, pu apporter la moindre preuve au soutien de ses allégations. Concernant la procédure pour crimes économiques en cours devant laquelle le ministre Koné Katinan bénéficie depuis le 25 septembre dernier d'une liberté sous caution, celle-ci a été renvoyée au 7 novembre".

 

Lucie Bourthoumieux


SourceLe blog de Théophile Kouamouo

EXTRADITION DE JUSTIN KONE KATINAN: LE JUGE ALI BABA LACHE L'AFFAIRE

 
 

côte d'ivoire,Extradition de Justin Koné Katinan, Le juge Ali BABA lâche l'affaire,koné katinan enfin libre



A l’audience du mercredi 17 octobre 2012 de son tribunal, consacrée à l’affaire Justin Koné Katinan c/ le Procureur Général du Ghana, le juge Ali BABA avait averti le Procurer que si une demande d’extradition en bonne et due forme ne lui était pas présentée après un délai d’une semaine, il se verrait dans l’obligation de classer le dossier et de relaxer Justin Koné Katinan qu’il a placé sous écrou extraditionnel le 1er octobre à la demande du Procureur et d’Interpol.
 
Il était exactement 10h 52mn, hier 24 octobre, quand le magistrat de district, Ali BABA a appelé cette affaire, qui paraissait la plus attendue, mise ce jour, au rôle de son tribunal. Cette affaire, l’affaire Justin Koné Katinan avait mobilisé malgré la pluie matinale qui s’est abattue sur Accra, la communauté des exilés ivoiriens au Ghana. La salle d'audience du Tribunal de l'Assemblée métropolitaine d'Accra, était devenue trop petite pour contenir les soutiens du ministre Justin Koné Katinan.
 
A tout seigneur tout honneur, c’est à Matthew AMPOSAH, Substitut du Procureur d'Accra qu’est revenu en premier la parole, après une brève présentation rituelle des parties, pour exposer le dossier des poursuites contre le porte-parole de Laurent GBAGBO. On attendait qu’il livre les résultats de ses enquêtes, pour étayer ses poursuites comme il l’avait promis. A la surprise de la Cour, il demandera une fois de plus un délai d’une semaine pour, dit-il, procéder à certaines vérifications et recueillir des informations complémentaires auprès d’Interpol Côte d’Ivoire, qui lui aurait fait parvenir un dossier nécessitant des éclaircissements en plusieurs de ses points. Il promet, que ce travail serait achevé en fin de semaine et le report sollicité serait le dernier. 
 
Me Patrick SOGBODJOR, l’avocat de la défense, en réplique qualifiera cette énième demande de report de moyen dilatoire, avant de rappeler très respectueusement au juge Ali BABA ses propos tenus lors de l’audience précédente du 17 octobre. Il priera la Cour à veiller au respect du droit à liberté de son client, droit fondamental de l’homme garanti tant par la Constitution du Ghana que par les textes protégeant les exilés et demandeurs d’asile. Il demandera enfin à la Cour de tenir sa promesse en relaxant son client et en mettant par la même occasion fin une fois pour toute à la procédure engagée contre lui.

côte d'ivoire,extradition de justin koné katinan,le juge ali baba lâche l'affaire,koné katinan enfin libre

Sur ce, le juge Ali BABA interpellera le Substitut du Procureur, - qui voulait que lui soit accordé un délai supplémentaire pour boucler ses enquêtes -, à préciser la nature de la procédure en cour devant sa juridiction. Pour être plus explicite et mieux se faire comprendre par la Substitut, le juge Ali BABA, lira l’acte de poursuite qu'il a lui-même versé au dossier, et, aux termes duquel Justin Koné Katinan et Désiré DALLO, tous deux ministres au moment des faits qui leurs sont reprochés, se seraient rendus coupables du meurtre de deux personnes le 19 mars 2011, à Port-Bouët à Abidjan, en République de Côte d’Ivoire. Ensuite le juge Ali BABA pose cette autre question: «M. le Procureur, pourriez-vous me citer les dispositions des lois ghanéennes  et la jurisprudence de nos juridictions qui autorisent les magistrats et les officiers de police judiciaires ghanéens à procéder à des investigations concernant des crimes commis à l’étranger par des étrangers et dont les victimes sont des personnes étrangères?»
 
Le Substitut du Procureur répondra qu’il n’en existe pas dans le droit positif ghanéen. Dès lors, dira le juge Ali BABA, ni ma juridiction ni vous ne sommes compétents pour juger des crimes reprochés à Justin Koné Katinan par la Côte d’Ivoire. D'où il suit bien évidement que votre demande de report de l’audience pour mener enquêtes supplémentaires n’est pas fondée en droit.
 
Sur ces entrefaites, le juge Ali BABA se tourne vers le box où était debout Justin Koné Katinan pour lui dire : « Accused you are free ! » Le dossier d’extradition portant sur les crimes de sang est clos. Il était 11h 25 mn, les Ivoiriens présents à l’audience éclatèrent de joie. Me Lucie BOURTHOUMIEUX, présente depuis le 24 août aux côtés de son client, n’a pas pu retenir ses larmes.
 
Cap sur Osu, où le juge Aboagye TANDOH avait programmé une audience sur le volet extradition pour délit à caractère économique. Sur place on apprendra que les audiences programmées ce jour sont reportées au 7 novembre 2012. Alors que la communauté ivoirienne heureuse de l’issue de la première audience congratulait le ministre Justin Koné Katinan, son avocat était en pourparlers avec les agents d’Interpol qui souhaitaient que son client aille à nouveau, à leur bureau pour accomplir des formalités administratives de remise en liberté. Refus catégorique de l’avocat qui ne souhaite plus que son client tombe dans un autre traquenard. Mais après des garanties données par Interpol, qui a promis que rien n’arrivera à Justin Koné Katinan, ce dernier et son avocat ont accepté de se rendre au Bureau d’Interpol mais à une date ultérieure.
 
 
 
James cénach
 
Envoyé spécial à Accra

INTERVIEW - DAMANA PICKASS: «MOI CATHOLIQUE, COMMENT MON CHEMIN PEUT-IL CROISER CELUI DES ISLAMISTES?»


côte d'ivoire,interview de damama pickass,«moi catholique comment mon chemin peut-il croiser celui des isl

 

Comme vous l’avez sans doute lu dans notre édition du lundi 22 octobre 2012, de retour de Windhoek (Namibie) pour le match aller des Etalons cadets, nous avons passé trois nuits à Accra qui ont été mises à profit pour rencontrer des exilés de la galaxie Gbagbo, parmi lesquels Damana Pickass, le «patriote» qui avait déchiré les résultats partiels du second tour de la présidentielle ivoirienne. Dans l’entretien qu’il nous a accordé, il justifie son acte et charge naturellement au passage la gouvernance du président Alassane Ouattara.


Comment se porte Damana Pickass ?

• Grâce à Dieu, je vais bien. Je suis en vie, et c’est l’essentiel.

Depuis quand êtes-vous à Accra ?

• Depuis le 16 avril 2011, 5 jours après la chute du président Laurent Gbagbo. Après plusieurs péripéties, j’ai pu finalement arriver à Accra, où je me sens beaucoup plus en sécurité avec ma famille.

Vous avez pris la poudre d’escampette pour vous mettre en lieu sûr. Pourtant au même moment, vous avez demandé aux jeunes de rester mobilisés pour organiser la résistance. N’est-ce pas gênant ?

• Je n’ai pas pris la poudre d’escampette. Nous avons mené la bataille, nous étions sur le terrain pendant les moments de braise, quand Abidjan était encore à feu et à sang. Nous avons travaillé à galvaniser les populations, les forces de défense et de sécurité. Nous faisions même de la collecte de moyens matériels et de vivres pour les militaires pendant que ça tirait encore dans les rues de la capitale économique ivoirienne. Donc on ne peut pas dire aujourd’hui que j’ai abandonné les militants tout en demandant aux jeunes de résister. La posture d’exilé n’est pas une posture de défaitiste, mais plutôt celle du refus et du combat. Et nous sommes toujours dans le combat. Il faut dire qu’en tant qu’acteur de premier plan, j’étais personnellement visé. Je le souligne parce que ma maison a été l’objet d’attaques violentes à l’arme lourde. Il fallait donc que je prenne du recul pour rester en vie afin de poursuivre la lutte. Même si nous sommes courageux, téméraires et déterminés, nous ne sommes pas des kamikazes.

Certains pro-Gbagbo ont, semble-t-il, réussi à quitter Abidjan avec la complicité des ex-rebelles. Est-ce votre cas ?

• Non ! Personnellement, je suis parti après plusieurs péripéties. J’ai utilisé les voies terrestre et lagunaire pour rejoindre le Ghana. Je ne pense pas que les pro-Gbagbo aient été escortés par des ex-rebelles. Ce sont des rumeurs et de l’affabulation que les uns et les autres utilisent pour jeter le discrédit sur les fidèles de Gbagbo et comme je n’ai pas de preuve, je ne vais pas aller dans ce sens.

Vous avez déchiré en direct à la RTI les résultats partiels de la présidentielle, qui n’arrangeaient pas votre mentor. N’avez-vous pas contribué par ce geste à montrer que votre champion avait véritablement perdu l’élection ?

• Je voudrais dire d’abord que je n’ai pas déchiré de résultat ; donc je ne pense pas que cela ait contribué à présenter Laurent Gbagbo comme celui-là qui était en difficulté au niveau du dépouillement. Mon acte a été un acte de dénonciation qui avait pour objectif majeur et fondamental de montrer à la face de l’opinion nationale et internationale que le processus électoral dans lequel nous étions engagés était biaisé d’avance. C’était un processus frauduleux. Il y avait même au sein de la CEI (NDLR : Commission électorale indépendante) tout un réseau frauduleux de proclamation de résultats, et cela avait été mis en exergue lors de la publication des résultats de la diaspora qui ont été proclamés au mépris des règles que la CEI s’est elle-même fixée. Yacouba Bamba, qui n’est que le porte-parole de la Commission, a pris sur lui, à l’insu de l’ensemble des commissaires centraux, la responsabilité de publier les résultats bruts tels qu’ils sont arrivés de la diaspora comme étant des résultats qui avaient été consolidés par la CEI. Ce qui était inexact. Il a voulu encore publier des résultats qui n’avaient pas encore été consolidés par la CEI. Donc Yacouba Bamba était en situation de récidive. Face à cette situation, nous avions le choix entre laisser la forfaiture se poursuivre ou y mettre fin en créant le choc quand bien même nous étions devant les médias et la communauté internationale. Je pense qu’on n’avait pas d’autre choix que de mettre un terme à cette pratique honteuse et frauduleuse. A partir de là, vous avez dû constater toutes les anomalies que le processus électoral a connues depuis le premier tour jusqu’au second. Les exactions qui ont eu lieu ont commencé à être révélées. Et pire, les chiffres qui n’étaient pas ceux de la CEI ont été néanmoins rendus publics dans un hôtel qui s’avère être le QG des rebelles depuis 2002 et en même temps le QG de campagne d’un candidat, en l’occurrence Alassane Ouattara. Cela en violation une fois de plus flagrante des protocoles d’accord dont la CEI s’est elle-même dotée.

En dépit de ces fraudes, la communauté internationale a validé les résultats publiés par le président Youssouf Bakayoko à l’hôtel du Golf. Et tout un matraquage médiatique s’en est suivi donnant l’impression au monde que c’était les résultats de la CEI. Et pourtant, ce n’était pas le cas. Jusqu’à l’heure où je vous parle, mon cher journaliste, et dites-le au peuple frère burkinabè et à l’opinion internationale : je mets quiconque au défi de prouver que la CEI avait fini de délibérer et était d’accord sur un procès-verbal. Il n’existe aucun résultat de la CEI. Ce sont des chiffres qu’ils ont inventés et qu’ils sont allés publier de façon honteuse et grossière. Ce qui s’est passé, ce ne sont pas des élections et ce ne sont pas des résultats de la CEI. C’est donc sur la base du faux, de la manipulation, de la tricherie et d’un complot international avec en tête la France venue faire la guerre à la Côte d’Ivoire pour évincer le président légitimement élu et installer l’instrument de l’Occident, en l’occurrence Ouattara. Il fallait lever un coin du voile en empêchant la proclamation frauduleuse de ces élections, et c’est ce que j’ai fait.

N’y avait-t-il pas d’autres moyens pour contester les résultats que de les déchirer ?

• On n’est pas toujours fier de la façon dont les choses se sont passées parce que cela traduit un échec de la commission électorale indépendante. Mais ça traduit aussi nous-mêmes notre échec de façon individuelle à pouvoir assumer en toute responsabilité et en toute dignité la mission que le peuple de Côte d’Ivoire nous a confiée à un moment aussi important de son histoire. Ça c’est ce qui concerne la forme.

Mais dans le fond ! Je pense que jusqu’à présent, nous n’avons rien à regretter. Il ne faut pas nous accuser. Si vous avez bien suivi l’élément filmé, nous sommes tous des membres de la commission électorale, des commissaires centraux tout comme Bamba Yacouba. Donc un des nôtres est sur le point de proclamer des résultats qui posent visiblement problème. Vos collègues arrivent et vous interpellent,je pense que ce qui aurait été sage, c’aurait été que monsieur Bamba annonçât à la presse que compte tenu des problèmes, la proclamation des résultats était reportée, le temps que la commission centrale adopte les chiffres de façon unanime. Mais il a fait preuve d’un entêtement qui ne nous a pas donné d’autre choix que d’agir de la sorte. C’est l’attitude du porte-parole qui a commandé notre action : il voulait faire triompher la fraude et la tricherie. Il fallait aller à la confrontation pour attirer l’attention de l’opinion sur le fait que le processus était biaisé.

Mais tout ça aurait pu être évité…

• Oui évidemment ! Je pense qu’on aurait pu éviter cette crise à la Côte d’Ivoire, on aurait pu éviter cette crise à la sous-région, à toute l’Afrique et au monde entier. Je laisse de côté ce qui s’est passé antérieurement. Mais en définitive, les deux candidats revendiquaient la victoire. La chose la plus simple, la plus aisée et qui aurait pu mettre tout le monde d’accord, c’était cette commission internationale proposée par le président Laurent Gbagbo en vue du recomptage des voix. Une simple opération d’arithmétique. On allait ressortir les procès-verbaux pour recompter les voix parce que, cher journaliste, il s’est passé beaucoup de choses inadmissibles dans ce processus. Dans certaines régions, le nombre de personnes ayant voté effectivement pour ADO est supérieur au nombre d’inscrits. L’exemple frappant, c’est celui de Bouaké dans la région de la Vallée du Bandama : il y avait un écart ahurissant entre les voix obtenues par monsieur Ouattara et les inscrits, c’est-à-dire qu’il a eu plus de voix que de personnes enregistrées sur la liste électorale.

Si on fait l’audit du processus électoral, vous allez voir que ce genre d’exemples se multiplient. Et puis le scrutin en lui-même n’a pas été libre, surtout dans la partie septentrionale de la Côte d’Ivoire. Les observateurs de l’Union africaine l’ont attesté dans leur rapport, c’est connu de tout le monde mais personne n’en a voulu faire cas. Il y a eu des morts, des personnes ont été assassinées, des personnes ont été empêchées de voter, des femmes ont été violées.

Mais en dépit de tout, on a simplement demandé une banale opération de recomptage des voix comme cela s’est fait ici au Ghana lors des dernières élections, comme cela s’est fait en Haïti et même aux Etats-Unis, dans l’Etat de Floride en 2004. Ils ont refusé cette solution qui aurait pu mettre tout le monde d’accord et épargner de nombreuses pertes en vies humaines. Ce qui m’a le plus choqué, c’est que lorsque le président Gbagbo a fait cette proposition salvatrice, la première réponse est venue des Nations unies. Le secrétaire général des Nations unies, Ban ki Moon, a été le premier à répondre au Président Gbagbo pour dire que le recomptage des voix va créer un préjudice grave à monsieur Ouattara. Quel préjudice un recomptage de voix peut-il créer ? Et puis, pourquoi c’est Ban ki Moon qui répond en lieu et place du candidat qui est directement concerné ?

Mais l’ONU était chargée de certifier les résultats…

• C’est exact ; mais les élections se déroulent entre deux personnes, deux camps. Si les deux parties s’accordent pour le recomptage des voix, où est le problème de l’ONU ? En fait, le rouleau compresseur était déjà en marche : il fallait renverser Laurent Gbagbo. Le recomptage des voix allait permettre à la communauté nationale et internationale de se rendre compte des irrégularités, de nombreuses fraudes et tripatouillages des chiffres. Cela allait établir clairement et nettement la défaite de monsieur Ouattara. Ils ont donc masqué la vérité à travers les bombes et les coups de canons.

Mais aujourd’hui la question demeure parce que les coups de canons n’ont pas résolu la question de qui a gagné les élections. Visiblement, ils ont utilisé l’argument de la force pour gagner mais le problème initial est toujours là. On ne devient pas président démocratiquement élu dans la violence brute et aveugle. On devient président par les suffrages et sur ce suffrage-là, il y avait un désaccord là-dessus que les bombes n’ont pas résolu.

Dans tous les cas, le constat est là. Ouattara est au pouvoir. Vous avez donc perdu sur les plans électoral et militaire. Pourquoi ne pas faire profil bas et rentrer dans les rangs ?

• Non, nous n’avons pas perdu le pouvoir sur le plan électoral. Nous l’avons plutôt perdu sur le plan militaire, avec les coups de canons et d’obus. Il s’agit d’un vrai coup d’Etat militaire perpétré par la France de Nicolas Sarkozy qui est un ami personnel de Ouattara et les réseaux de la Françafrique. Il faut que cela soit clair et net : Gbagbo n’a pas perdu les élections…

Vous voulez alors à votre tour perpétrer un coup de force puisque vous êtes accusé de vouloir déstabiliser le régime d’ADO.

• C’est grotesque et ridicule de m’accuser sans preuve de vouloir mener un projet de déstabilisation de concert avec des réseaux islamistes d’Ansar Dine et la junte militaire au Mali. Je ne sais pas où ils ont pu trouver cette grossière invention, parce que moi je suis militant du Front populaire ivoirien, un parti d’obédience socialiste. Vous savez que le socialisme est l’obédience politique la plus proche des valeurs humaines. Je suis socialiste et de surcroît catholique pratiquant ; je ne sais pas comment mon chemin peut croiser celui des islamistes. Nous avons des valeurs qui sont aux antipodes les unes des autres. C’est donc un mensonge grossier. Et puis, comment en l’état actuel de la crise au Mali, on peut réussir à mettre ensemble la junte et le groupe islamique d’Ansar Dine qui sont aujourd’hui diamétralement opposés dans la crise du Mali. Comment peuvent-ils être d’accord dans le but uniquement d’aller déstabiliser un autre pays de la sous-région. Autant se mettre d’accord pour résoudre d’abord leur propre problème. Après éventuellement ils verront comment ils vont créer les troubles chez le voisin. Ceux qui ont monté cette histoire ont été très peu ingénieux ; le montage sautait aux yeux. Je réfute de façon véhémente toutes les accusations mensongères et grossières qui visent à jeter l’anathème sur les pro-Gbagbo dans le but de les diaboliser et se donner les moyens politiques et juridiques pour faire la pression sur le Ghana en vue de notre extradition. Le régime en place à Abidjan a fait de l’emprisonnement et de l’extermination des pro-Gbagbo son programme de gouvernement. Pour les pro-Ouattara, ils auront réussi leur programme de gouvernance quand il n’y aura plus un seul pro-Gbagbo sur la terre, ce sont les Nazis de notre époque.

D’où viennent alors les raids meurtriers contre le pouvoir si ce ne sont pas des pro-Gbagbo ?

• Mon cher journaliste, vous m’avez vu ici en exil, vous m’avez vu en train de parcourir des kilomètres à pied pour venir vous rencontrer. Pour faire un coup d’Etat et des attaques, il faut quand même un minimum. Ils savent comment ils ont fait leur coup d’Etat et comment ils ont préparé leur rébellion. Ils avaient un pays qui était leur base arrière, connu de tous : le Burkina Faso qui les approvisionnait. Ils avaient des soutiens financiers énormes. Mais nous, qu’avons-nous ? Le Ghana nous accorde l’hospitalité mais en même temps ses autorités disent que leur pays ne doit pas servir de base arrière à la déstabilisation d’un pays. La tradition ghanéenne recommande d’héberger toute personne qui se sent en danger chez lui. Notre exil est en conformité avec la constitution du pays mais en même temps cela ne nous donne pas le droit de faire n’importe quoi ici, en l’occurrence tenter de déstabiliser un autre Etat.Les autorités sont très strictes là-dessus. Donc nous n’avons même pas l’occasion de penser à ce genre d’entreprises. Premièrement, nous n’avons pas de base arrière militaire et deuxièmement tous nos avoirs ont été gelés par Ouattara. De quelles ressources disposons-nous pour planifier autant d’attaques ? On a d’abord des problèmes personnels qui font qu’on arrive difficilement à joindre les deux bouts. Ce qu’on reçoit ici, c’est juste pour la survie et non pour monter des entreprises de déstabilisation. Une fois de plus ce ne sont que des tentatives de diabolisation dans le but de nous présenter à la face de l’opinion nationale et internationale comme de vulgaires bandits qui ne cherchent qu’à créer le désordre dans la sous-région. Sinon, je pense que monsieur Ouattara doit trouver au plan intérieur dans sa gouvernance personnelle les germes de sa propre déstabilisation. Aujourd’hui 17 octobre (NDLR : l’entretien a eu lieu mercredi passé) les FRCI se sont tirés dessus à Abobo et à Bonoua. Cela est devenu le quotidien des Ivoiriens et le fait que les FRCI se tirent dessus à longueur de journée n’émeut plus personne. C’est une armée indisciplinée, qui n’obéit pas à un seul centre de décision. Il y a des Dozos, des ex-rebelles et des ex-FDS et chacun a son centre de commandement. Alassane Ouattara lui-même sait qu’il n’a pas d’autorité sur cette armée. La preuve est qu’il a lancé plusieurs appels pour libérer les habitations privées des pro-Gbagbo que certains pontes des FRCI occupent, mais toutes les maisons sont toujours occupées. Il a appelé au désarmement mais jusque- là, chacun d’eux porte son arme. Ils disent même que monsieur Ouattara leur a fait des promesses qu’il n’a pas tenues. Il a promis à chacun d’eux 5 millions de francs plus un véhicule bwaka et aujourd’hui il y en a qui réclament leur dû. Comme ça tarde à venir, ils se payent eux-mêmes sur le terrain, comme ils le disent, en agressant les populations dans leur résidence, en coupant les routes, en braquant les établissements financiers. Donc ce qui se passe là, il ne faut jamais voir la main de l’extérieur. Il s’agit des problèmes internes à la Côte d’Ivoire et aux FRCI.

Le processus de réconciliation est pourtant en marche.

Il n’y a pas de réconciliation en Côte d’Ivoire actuellement, c’est de la comédie pure et simple. Il n’y a pas même un début de réconciliation. C’est pour faire croire à la communauté internationale qu’ils sont dans une phase de décrispation et de réconciliation avec leur opposition. Mais dans la réalité, tous les actes, les faits et gestes qu’ils posent quotidiennement démontrent qu’ils ne sont pas eux-mêmes prêts pour la réconciliation et la concorde nationale. C’est du bluff et nous, nous ne marchons pas dans le mensonge…

Charles Konan Banny, le président du comité Forum-Vérité et Réconciliation montre quand même une certaine volonté d’aller de l’avant.

• Je ne doute pas de la bonne foi du président Banny. Oui, ce monsieur a bien envie de réconcilier les Ivoiriens. Mais sa volonté, sa disposition d’esprit rencontrent une opposition ferme de la part du clan Ouattara. Et je suis tout à fait d’accord qu’il ait mis monsieur Ouattara face à ses responsabilités puisqu’il a dit qu’il va se reposer maintenant après ses tournées pour recueillir les avis de la population ivoirienne. On ne peut pas prôner la réconciliation et continuer de brimer un seul camp, continuer d’emprisonner uniquement les pro-Gbagbo, appliquer une justice à double vitesse, une justice des vainqueurs. Au moment où je vous parle, Alphonse Douaté, qui est l’un des responsables du Front populaire ivoirien, est en prison avec sa fille et sa femme. Moi-même, mes deux frères, l’aîné et le petit frère ont été arrêtés simplement parce qu’ils sont mes frères. Mais si on estime que j’ai commis des crimes, je suis suffisamment majeur, je suis responsable soit au plan civil soit au plan pénal. Donc, c’est moi seul qui dois répondre de mes actes et non ma famille qui n’a rien à y voir. C’est devenu une pratique en Côte d’Ivoire. On ne peut pas vouloir de la réconciliation avec des milliers d’Ivoiriens dans des camps de réfugiés au Liberia, au Mali et des exilés. On ne peut pas vouloir de la réconciliation si on animalise les gens en bloquant toutes leurs ressources, en gelant tous leurs avoirs pour les réduire à l’indignité. On ne peut vouloir de la réconciliation quand des biens privés sont saisis de façon illégale et immorale par les hommes de monsieur Ouattara. On ne peut vouloir de la réconciliation lorsqu’on continue de maintenir des innocents en prison.

Que proposez-vous alors pour une véritable réconciliation ?

Il faut libérer le président Gbagbo et tous les prisonniers politiques civils et militaires. Il faut favoriser un retour sécurisé de tous les exilés, il faut rendre tous les biens confisqués et dégeler les avoirs. Vous verrez que si cela est fait, la décrispation va venir. On n’aura même pas besoin d’organiser des cérémonies.

Vous prônez alors l’impunité…

• Non, je ne parle pas d’impunité. Si on décide de mettre la justice au centre du processus de la réconciliation, il faut en ce moment une justice équitable pour tous. Il y a une crise qui a débuté en Côte d’Ivoire en 2002, et depuis cette date, des exactions, des atrocités des plus inimaginables ont été commises dans ce pays jusqu’en 2011. Des bourreaux et des coupables ont été identifiés dans les deux camps. Il faut que justice soit rendue à tout le monde. Voyez-vous, quand on a fait le procès de l’assassinat du colonel Dosso qui est décédé en 2011 et que l’on ne fait pas le procès du colonel Dakoula et du colonel Yoni qui, eux, sont morts depuis 2002… On fait le procès du général Robert Guéï et on ne parle même pas des tueurs de Boga Doudou alors qu’ils sont morts le même jour. Vous voyez que c’est inacceptable. Quand bien même l’ONU a identifié les commandants de zone comme Shérif Ousmane, Zakaria, Watao, Los, Fofié comme des gens qui ont commis des crimes de sang et que ces gens-là sont promus quotidiennement, vous voyez que c’est très frustrant pour les victimes. Si on devait énumérer les faits et méfaits des partisans de Ouattara, on ne va pas en finir. Mais depuis quand un seul d’entre eux est passé devant le tribunal ? J’ai l’impression que c’est une justice à double vitesse, à sens unique et unilatérale pour ne condamner que les pro-Gbagbo. Cela est inacceptable et ce n’est pas la marque d’un Etat démocratique.

Avez-vous les nouvelles de Blé Goudé ?

• Oui, il se porte bien.

Où est-ce qu’il se cache ?

• Il ne se cache pas, il est là. Pourquoi voulez-vous qu’il se cache ? Il est là.

Il est ici au Ghana ?

• Je ne sais pas mais il est là.

Le ministre de l’Intérieur, Ahmed Bakayoko, et Charles Blé Goudé se téléphonent, semble-t-il. Est-ce le début d’un rapprochement ?

• Je ne sais pas. Il faut poser la question à Bakayoko ou à Blé Goudé.

Etes-vous régulièrement en contact avec l’ex-«général» de la rue?

• Oui, on a les nouvelles l’un de l’autre.

A Accra ?

• En tout cas on a les nouvelles l’un de l’autre.

Et Koné Katinan qui fait l’objet d’un tiraillement diplomatique et judiciaire entre Accra et Abidjan. Vous lui rendez souvent visite ?

• Oui, nous soutenons Koné Katinan et on espère qu’il va recouvrer la liberté parce qu’il n’a rien fait. Il est innocent de tous les chefs d’accusation que monsieur Ouattara porte contre lui. Comment comprendre que le ministre Katinan ait pu tuer un vieillard de 83 ans. Est-ce que c’est sérieux çà ? Et on précise même qu’il a donné un coup de tête magistral au vieillard qui en est décédé.

Il a aussi été acteur de la réquisition de la BCEAO…

• Oui mais c’est Gbagbo qui a réquisitionné la BCEAO. C’est un acte de souveraineté qui a été pris par le président de la République. Et puis c’est un acte légal. Je crois plutôt qu’on lui en veut pour le rôle déterminant qu’il a joué dans la survie de l’Etat de Côte d’Ivoire pendant la crise. Parce qu’il était vraiment au four et au moulin. Il a montré beaucoup de détermination et de savoir-faire. Ce qui a fait que les décisions de fermeture de banque et de l’isolement de la Côte d’Ivoire au niveau de la BCEAO n’ont produit aucun effet. C’est certainement ce qu’on veut lui faire payer mais de façon maladroite. Donc nous soutenons le ministre Koné Katina et comme il y a un Dieu pour les faibles et pour les justes, je pense qu’il va recouvrer la liberté parce qu’il est innocent.

Le général Dogbo Blé, lui, n’a pas échappé et vient d’écoper de 15 ans de prison pour commencer dans l’assassinat du colonel-major Dosso. Quel commentaire ?

• Ça ne m’inspire aucun sentiment, aucune émotion. C’est une parodie de procès. La preuve est que durant le procès, en aucun moment, la partie accusatrice n’a pu démontrer, preuve à l’appui, que le général Dogbo Blé a été l’auteur de l’assassinat du colonel Dosso. Mais le déroulement du procès nous a permis d’avoir certaines révélations et de nous poser des questions. Pourquoi le colonel Dosso, lorsqu’il avait été convoqué par monsieur Ouattara, à sa sortie, a voulu voir en toute discrétion le général Dogbo Blé ? Le tribunal n’a pas donné réponse à cette question. Pourquoi il a insisté pour qu’on le conduise auprès du général Dogbo ? Voulait-il lui faire des révélations sur la tentative de déstabilisation en cours en Côte d’Ivoire qui était savamment perpétrée depuis l’hôtel du Golf ? On nous a parlé du plan d’attaque d’Abidjan, pourquoi ce plan a disparu ? Qui l’a fait disparaître ? Quel intérêt Dogbo Blé avait à tuer cet officier supérieur à la retraite qui ne représentait aucune menace ? Il n’était pas la cheville ouvrière du projet de déstabilisation. Non ! Ce n’est pas sur lui que reposaient les Forces armées des Forces nouvelles. Mais il fallait condamner un vaillant et digne officier de Côte d’Ivoire qui est resté fidèle à la légalité constitutionnelle. Il fallait lui faire payer la défense de ces valeurs républicaines en le faisant passer pour un vulgaire meurtrier. Mais ils n’ont pas réussi parce que Dogbo Blé est ressorti ragaillardi et nous sommes encore et encore plus fiers de lui. S’ils voulaient entacher sa réputation, ils ont carrément échoué. Bien au contraire, ils l’ont élevé en héros national.

En dehors des problèmes sécuritaires, la Côte d’Ivoire est en marche avec la gouvernance Ouattara.

• Alassane Ouattara constitue un véritable problème pour la sous-région parce qu’il n’est pas démocrate dans l’âme. Et il n’est pas partisan des solutions négociées et de la diplomatie. Il pense que tout problème doit se résoudre dans le sang et la violence. Regardez au Mali, quand la crise est survenue avec le coup d’Etat. La diplomatie a quand même ses règles. On ne peut pas tout d’un coup passer comme çà à des mesures coercitives sans un minimum de dialogue et d’approche. Mais regardez la rapidité avec laquelle il a géré la situation.

Mais les ministres des Affaires étrangères du Burkina et de la Côte d’Ivoire ont fait plusieurs voyages à Bamako pour négocier avec le capitaine Sanogo ?

• En l’espace d’une semaine les sanctions ont commencé à pleuvoir sur la junte et le Mali. Vous pensez qu’avec une crise aussi sérieuse une semaine, c’est suffisant ? Il y a des diplomaties souterraines qui se déroulent sur des mois. En l’espace d’une semaine, le Mali a subi un embargo et on a voulu attenter à la vie du capitaine Sanogo, ce qui fait que le peuple malien aujourd’hui est désabusé alors qu’il avait beaucoup de sympathie pour Allassane Ouattara, mais il le découvre maintenant dans toute sa laideur.C’est la même chose avec nos frères du Burkina, j’en suis convaincu. Dans sa gouvernance, Ouattara ne fait rien pour rapprocher les différents peuples de la sous-région notamment les peuples burkinabè et ivoirien. Actuellement, l’ouest de la Côte d’Ivoire est pris en otage par des mercenaires burkinabè.

En avez-vous des preuves ?

• Oui !!! Amadé Ouérémi, c’est un Burkinabè qui est là-bas dans les forêts de l’Ouest avec près de 400 à 500 hommes lourdement armées au vu et au su du régime. Il semble que le pouvoir lui a demandé de partir et qu’il a posé des conditions et un calendrier. Une telle situation ne peut pas plaire aux Ivoiriens. Serez-vous d’accord qu’un groupe de Maliens puissent prendre en otage une partie de votre territoire et fixer des conditions pour sa libération ? Ils font croire dans leur agissement qu’ils sont là pour protéger les intérêts des Burkinabè. Ce qui n’est pas juste. Malheureusement, cela creuse un fossé entre les deux peuples. Dans cette affaire d’Amadé Ouérémi, les Ivoiriens se sentent fortement humiliés. Nous avons honte de notre pays. Nous avons honte que des terroristes et des bandes armées fassent régner leur loi sur la Côte d’Ivoire. Il n’est pas normal que des Ivoiriens soient dépossédés de leurs terres au profit d’un groupuscule armés qui est identifié et à qui personne ne peut intimer l’ordre de libérer cette parcelle de territoire. C’est assez frustrant. C’est la marque déposée de Ouattara.

Le dernier exemple que je vais prendre, c’est la fermeture des frontières entre la Côte d’Ivoire et le Ghana. Regardez aussi avec quelle célérité et quelle précipitation ça s’est passé. Sans même un minimum d’enquête. Il y a eu certes des affrontements à la frontière ivoiro-ghanéenne. Mais il aurait fallu mener des enquêtes, faire des investigations approfondies pour situer les responsabilités. Une fois de plus, faire fonctionner la diplomatie, la négociation. Nous sommes des peuples interdépendants, nous sommes des peuples entremêlés. Savez-vous que sur toute la frontière ivoirienne, depuis Bouna jusqu’à Aboisso, Bondoukou, Agniblékro, Abengourou, ce sont les mêmes populations de part et d’autre de la frontière. Voyez-vous le désastre que M. Ouattara a créé pendant près de trois semaines. Il a arrêté la vie des gens, il a arrêté l’existence de certaines personnes là où une simple diplomatie aurait joué. Même son ambassadeur a été surpris par la fermeture des frontières. Ça veut dire qu’il n’a pas consulté son ambassadeur. Tout ça parce qu’il a fait de l’extermination des pro-Gbagbo son programme fondamental de gouvernement. Nous avons fui notre pays avec nos familles, ça ne veut pas dire que nous n’avons pas le droit à la vie. Je voudrais dire à M. Ouattara que quelle que soit sa puissance, quels que soient ses réseaux, il ne peut pas nous renier notre droit à la vie. Parce que ce n’est pas lui qui donne la vie. Qu’il nous laisse vivre notre exil. Nous n’avons aucun projet de déstabilisation de la Côte d’Ivoire, nous n’avons aucun projet de déstabilisation de son régime. Je pense qu’il doit trouver en interne les problèmes que connait la Côte d’Ivoire. Il suffit de faire l’autopsie de sa gouvernance. Qu’il ait le courage de se regarder dans la glace ; je pense qu’il trouvera lui-même les germes de sa propre déstabilisation.

Et votre ancien compagnon des luttes estudiantines, Guillaume Soro. On imagine votre colère contre lui?

• Je suis un peu déçu pour ne pas dire très désabusé par l’attitude de Guillaume Soro parce que j’espérais mieux de sa part. Il est jeune et en principe, il a encore beaucoup de temps à passer sur terre. En ce sens, j’attendais mieux de lui dans le domaine de la réconciliation nationale, dans la reconstruction du pays. Mais peut-être que je l’ai surestimé, puisque vous pouvez avoir beaucoup d’estime pour quelqu’un et vous rendre compte à la fin qu’il n’est pas ce que vous croyez. De par sa position de président de l’Assemblée nationale, de par les relations antérieures qu’il a eues avec beaucoup d’entre nous, je pense qu’il aurait pu jouer une très bonne carte pour la réconciliation, pour le retour de la concorde. Mais il n’a pas été à la hauteur de la Côte d’Ivoire, de cet espoir, de cette espérance, et c’est désolant parce que nous avons eu un passé très émotionnel qui pouvait nous permettre de surmonter certaines choses. Je pense que Soro est devenu autre chose entre-temps au point où il ne reflète plus les repères que je m’étais fixés. Il se fout des valeurs que j’évoquais tantôt, il est dans une autre posture, dans une autre logique, donc advienne que pourra. Je pense que c’est dans cette position qu’il est ; et c’est vraiment dommage. C’est vraiment dommage que Soro ne soit pas à la hauteur des espérances de la Côte d’Ivoire.


In L'Observateur Paalga (Burkina Faso)


Source: CONNECTION IVOIRIENNE