topblog Ivoire blogs

samedi, 18 septembre 2010

YAAKOV KATZ: "SEULE UNE ACTION MILITAIRE ARRETERA L’IRAN"

AVION DE CHASSE X-35.jpg

Les nations occidentales doivent former une coalition de forces aériennes et attaquer les installations nucléaires iraniennes maintenant. C'est ce qu'a asséné l'ancien directeur du Mossad, Danny Yatom, samedi dernier, lors de la conférence de l'Institut international du contre-terrorisme.

Pour cet ancien député travailliste, seule la force militaire pourra arrêter l'Iran. "Etant donné que les sanctions ne suffisent plus, j'espère que le monde en tirera les conclusions qui s'imposent : pour arrêter la course à l'armement nucléaire iranien nous allons devoir attaquer ses installations", a-t-il expliqué.

Des commentaires inhabituels de la part d'un ancien haut responsable de la sécurité israélienne. Et de préciser : "Si les forces de l'air, menées par les Etats-Unis, se mobilisent il sera possible, si ce n'est d'éradiquer complètement la menace, au moins de l'éloigner pour les années à venir." Selon lui, si le monde passe à côté de ce défi, Israël "ne renoncera pas à son droit à l'autodéfense. L'Etat hébreu ne peut vivre avec un Iran nucléaire. "Je ne veux pas me retrouver assis en Israël en sachant que mon destin est entre les mains d'un autre, et en particulier entre les mains d'un régime dictatorial. Je ne veux pas être le sujet d'une expérience iranienne", a-t-il confié.


Source: LE PORTAIL JUIF FRANCOPHONE

00:09 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Israël, Monde | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : monde, iran, israël, nucléaire, attaque, action militaire contre l'iran, installations nucléaires iraniennes | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

jeudi, 09 septembre 2010

LA BIBLE DECODEE : EPOUSTOUFLANT, MAIS QU'EN EST-IL EN REALITE?

 

PHOTO DE LA BIBLE.jpg

L'invention de l'imprimerie a révolutionné le christianisme, car elle a rendu les informations contenues dans la Bible accessibles au grand public.

Une nouvelle théorie voudrait que l'ordinateur révolutionne notre compréhension de la Bible bien plus que ne l'a fait l'invention de l'imprimerie. Je ne parle pas de bibles électroniques, ni d'Internet. Cette nouvelle révolution concernerait un mystérieux code caché dans la Bible, découvert grâce à l'informatique, un code qui prédit les évènements d'actualité et la date de la fin du monde. Qu'en est-il en réalité?

Au début du siècle dernier, un rabbin tchécoslovaque, Michael Weissmandel fut intrigué par un vieux livre selon lequel il existerait un code secret dans la Torah. Si on suivait une certaine séquence, par exemple en prenant chaque 10e ou 17e ou 50e lettre, il était possible de découvrir des séquences cohérentes et des mots cachés.

Il tenta l'expérience et il repéra, en effet, certaines séquences. Des mots apparurent, séparés par des intervalles réguliers dans le texte hébreu. Mais ce ne fut pas suffisant pour convaincre le sage rabbin de l'existence d'un code caché dans la Bible.

Son travail fut oublié jusqu'à récemment, quand un étudiant en Israël reprit le procédé, assisté cette fois par un ordinateur. Celui-ci rendait possible la recherche de séquences en utilisant des intervalles plus vastes, comme toutes les 3000 ou 4000 lettres. Par ce moyen, trois mathématiciens israéliens déclarèrent qu'ils avaient découvert la preuve de l'existence d'un code secret dans la Bible.

Ils ont pris dans l'Encyclopédie des grands hommes d'Israël, les noms de 34 rabbins avec leurs dates de naissance et de décès et ils les ont entrées dans l'ordinateur.

L'ordinateur rechercha systématiquement toutes les combinaisons possibles, sautant 2 lettres, puis trois, puis quatre et ainsi de suite jusqu'à épuisement de toutes les possibilités. À leur grand étonnement, l'ordinateur trouva les noms des 32 hommes et leurs dates de naissance et de décès. Aussi publièrent-ils en 1994 les résultats de leurs recherches dans le Statistical Science.

D'autres chercheurs plus sceptiques voyaient là le simple fruit du hasard et exigèrent un second test. Ils prirent donc 32 nouveaux noms et obtinrent le même résultat.

En peu de temps, ce supposé code secret de la Bible était sur toutes les lèvres.

En 1997, Michael Drosnin, journaliste au Washington Post, publia un livre qui devint un best-seller.

Selon Drosnin, en plus de contenir les noms de 32 rabbins, le code contenait des informations permettant de prédire avec précision des évènements politiques, tels que l'assassinat du président Kennedy. En s'appuyant sur les résultats de ses recherches, il écrivit en 1994 une lettre au Premier ministre israélien Yitzhak Rabin disant ceci:

"Un mathématicien israélien a découvert un code caché dans la Bible semblant révéler en détails des évènements qui se sont produits des milliers d'années après que la Bible ait été écrite. La raison pour laquelle je vous écris est que, la seule fois où votre nom - Yitzhak Rabin - apparaît en entier dans le code, les mots « assassin, qui assassinera » y sont présents séquentiellement. "Vous devriez considérer ceci sérieusement, car les assassinats de Anwar Sadat ainsi que ceux de John et Robert Kennedy étaient eux aussi cachés dans le code.... Je pense que vous courez un réel danger, mais que ce danger peut être écarté."

En novembre 1995, Yitzhak Rabin fut assassiné et Drosnin triompha. Il affirma que tous les évènements importants de l'histoire moderne étaient encodés, n'attendant que le moment d'être décryptés par un ordinateur. Voici ce qu'il dit à ce sujet :

"...il apparaît que chaque personnalité importante et chaque évènement majeur de l'histoire du monde peut être identifié grâce au niveau de codage que nous possédons actuellement.

Toutes les figures politiques de la deuxième guerre mondiale sont là - "Roosevelt,"

"Churchill," "Staline," "Hitler". "Amérique", "révolution" et 1776... - et apparaissent ensembles.

"Napoléon" est associé à "France", "Waterloo" et "Elbe." La révolution Bolchévique est associée à l'année 1917....

..."Beethoven" et "Bach" sont tous deux associés avec "compositeurs allemands," et

"Mozart" en tant que "compositeur de musique." "Rembrandt" est associé à "Hollandais" et "peintre." "Picasso" est appelé "l'artiste."

Toutes les avancées technologiques majeures sont mentionnées. Les "frères Wright" sont associés avec "avion." "Edison" avec "électricité" et "ampoule." "Marconi" avec "radio."

Est-il possible que derrière le texte biblique se cache un relevé détaillé de l'histoire du monde, attendant simplement d'être révélé par nos ordinateurs super puissants? Se peut-il que la destinée des nations et des dirigeants politiques soit déjà déterminée, et que nous ne puissions rien y changer? En outre, ce code biblique, présenté par certains comme le sceau authentique de Dieu sur son livre, serait-il la preuve irréfutable que ce livre a été dicté par une intelligence divine? (A suivre).


Pour lire l'intégralité de ce document, cliquer ICI.

dimanche, 29 août 2010

ISRAEL-PALESTINE: UN JOURNALISTE ARABE DONNE "6 RAISONS POUR ETRE OPTIMISTE"

 

ISRAEL-PALESTINE.jpg

La reprise des pourparlers de paix entre Israéliens et Palestiniens à Washington, le 2 septembre, s'ouvre dans un climat de pessimisme perceptible dans les médias arabes et israéliens. Seul le quotidien saoudien Asharq Al-Awsat trouve matière à espérer.

Quand le président américain invite à des négociations de paix entre Israéliens et Palestiniens sous l'égide de Washington, c'est une bonne chose et ça mérite qu'on s'y intéresse. L'ouverture de telles négociations sur le sol américain, assorties d'une date butoir pour arriver à un accord d'ici au plus tard un an, signifie que Barack Obama pense pouvoir obtenir un succès qui lui permettra d'aborder la prochaine élection présidentielle avec sérénité. Car c'est dans un an exactement que la campagne électorale commencera aux Etats-Unis. S'il fait ce pari, cela veut dire qu'il faut prendre la chose au sérieux. Davantage en tout cas qu'au moment de la conférence d'Annapolis [novembre 2007], dans le Maryland, qui avait été organisée sous l'administration de George W. Bush. Ainsi, plusieurs éléments incitent à l'optimisme.

Premièrement, les Américains doivent être convaincus, ne serait-ce qu'à 70 %, que les négociations aboutiront vraiment à une solution d'ici un an.

Deuxièmement, les navettes de George Mitchell [l'envoyé spécial de la Maison-Blanche pour le Proche-Orient] et les négociations indirectes ont dû aboutir à des résultats suffisamment convaincants pour que l'administration Obama pense qu'il est possible de réaliser un succès historique qui contribuera à sa réélection.

Troisièmement, Obama a une idée de ce qui pourrait être un règlement définitif et qui pourrait convenir à toutes les parties du conflit. Les entretiens qu'il a eus avec Mahmoud Abbas, Benyamin Nétanyahou et certains dirigeants arabes lui ont peut-être permis de parvenir à la moyenne arithmétique des positions propalestiniennes d'un côté, israéliennes de l'autre.

Quatrièmement, il existe un accord entre Israël et les Etats-Unis sur un ensemble d'intérêts communs dans la région, notamment la stabilité du Golfe pourvoyeur de pétrole, la nécessité d'empêcher l'Iran de se doter de l'arme nucléaire et finalement l'idée de "la paix contre des marchés", c'est-à-dire l'ouverture officielle du marché des pays du Golfe aux produits israéliens en contrepartie de la paix.

Cinquièmement, on fait appel à l'Egyptien Hosni Moubarak et au Jordanien Abdallah II afin de se prémunir contre la répétition de l'échec de 1998, quand Bill Clinton avait obtenu un accord de la part de Yasser Arafat mais que celui-ci s'était laissé convaincre ensuite par un certain nombre de dirigeants arabes qu'il serait incapable de l''imposer sur le terrain et qu'il serait préférable de déclencher une nouvelle Intifada. Les Américains ont bien retenu la leçon et insistent aujourd'hui sur la nécessité de voir les pays arabes s'engager en tant que garants d'un règlement à venir. Ainsi, Israéliens et Palestiniens semblent d'accord pour dire que les Américains cautionneraient la signature israélienne, tandis que l'Egypte et la Jordanie agiraient de même pour celle des Palestiniens.

Finalement, Israël sait qu'il est dans son intérêt de parvenir à un règlement avant que le monde entier, y compris l'Union européenne et la Russie, reconnaisse l'Etat palestinien à l'ONU.

Il n'en reste pas moins que toutes les expériences du passé n'ont rien apporté de concret qui permette aux dirigeants arabes, et notamment palestiniens, de vendre l'idée d'un compromis à leurs populations. C'est en 1988 qu'Arafat avait annoncé la "paix des braves", et cela fait donc plus de vingt ans que les Arabes assistent à différentes négociations qui n'aboutissent à rien et qui sont plus lassantes qu'un mauvais feuilleton mexicain sur une chaîne satellitaire de seconde zone. Pour parvenir à un accord, il faudrait que les Palestiniens soient assistés d'une véritable puissance qui couvrirait leurs arrières. En lieu de quoi, les pays arabes, petits et grands, se livrent à une compétition pour jouer chacun sa propre partie, les uns soutenant le Fatah, les autres le Hamas, affaiblissant d'autant la position de Mahmoud Abbas.

Le problème n'est pas tant que les Palestiniens sont divisés, mais que le monde arabe est divisé. Si Israël et les Etats-Unis étaient certains que tous les Arabes soutiennent Mahmoud Abbas et sanctionnent un éventuel échec des négociations, les Palestiniens seraient en position de force. Malheureusement, Israël entretient aujourd'hui des relations avec un grand nombre de pays arabes, soit en vertu d'accords de paix en bonne et due forme, soit par des "dessous de la table". Ainsi, jusqu'à présent, le monde ne nous prend pas au sérieux. Et les Palestiniens seront contraints de négocier en position de faiblesse. Même si, en fin de compte, cela devait aboutir à une solution acceptable, il se trouvera toujours quelqu'un pour dire qu'il ne faut pas l'accepter.

Asharq Al-Awsat | Mamoun Al-Fandy

NDLR - L'analyse en vaut bien d'autres. L'analyse de Dore GOLD sur la violence verbale, doit aussi nous inciter à écouter des voix audibles.

Source: Le Portail Juif Francophone

20:54 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Israël | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : israël, pourparlers de paix, palestiniens, israéliens, asharq al-awsat, mamoun al-fandy, dore gold, netanyahu, abbas, barack obama | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

vendredi, 20 août 2010

10 MENSONGES CONTRE ISRAEL EN 2010

ISRAEL.jpg

Une mise au point contre 10 mensonges admis

Chabbat chalom

Rav Yehoshua Rahamim Dufour
-------------------

Reprenez confiance en lisant ce texte du Centre SIMON WIESENTHAL et diffusez le partout, à vos leaders nationaux, aux gouvernements mondiaux, à vos medias, à tout ceux qui sont sincères et qui écouteront:

---------------------------------------------------------


LA VERITE HISTORIQUE SUR LES 10 MENSONGES CONTRE ISRAEL EN 2010


Mensonge 1: « Israël aurait été créé par l'Europe en raison de sa culpabilité dans l'holocauste (la Choa). Alors, pourquoi les Palestiniens devraient-ils en payer le prix ? »

Vérité:

- Trois mille (3.000) ans avant la Choa, avant qu'il n'y ait un Empire romain, les rois et prophètes d'Israël marchaient dans les rues de Jérusalem. Le monde entier sait que le prophète Isaïe n'a pas annoncé ses prophéties du Portugal, et aussi que Jérémie n'a pas exprimé ses « Lamentations » en France.

- Jérusalem est mentionné 600 fois dans les Ecritures Saintes hébraïques mais pas une seule fois dans le Coran.

- Pendant son exil de 2.000 ans, il y a toujours eu une présence juive en Terre Sainte jusqu'à la renaissance moderne d'Israël commençant dans les années 1800 et non en 1930 ou en 1945. La récupération par le peuple juif de SA terre qui était en grande partie de la rocaille et du désert par des Sionistes innovateurs qui sont devenus une majorité sur la terre d'Israël a eu lieu bien avant la montée du Nazisme.

- Après la Choa, près de 200.000 survivants de la Shoah ont trouvé refuge dans l'Etat Juif, créé par un vote des deux-tiers de l'ONU en 1947.

- Peu après la naissance du jeune Etat, près de 1 million de juifs ont du FUIR les persécutions des pays arabes où ils vivaient souvent avant même l'arrivée des Arabes envahisseurs, et sont allés trouver refuge en Israël et sans aucun dédommagement.

- Quelques décennies plus tard, l'Etat d'Israël absorba un million d'immigrants de l'ex-Union soviétique et des milliers de Juifs éthiopiens.

- Aujourd'hui, loin d'être une création par la culpabilité européenne ou par le colonialisme, Israël est une société diverse, cosmopolite, accomplissant le rêve séculaire d'un peuple et la fidélité au Retour à Sion qui est la patrie ancestrale.


Mensonge 2 : « Si Israël était revenu à ses frontières de juin 1967, la paix serait venue il y a longtemps. »

Vérité:

- Depuis 1967, Israël a à plusieurs reprises cédé des territoires en échange de la paix et l'a proposé souvent.

- Après la visite historique, en 1977, du Président égyptien Sadat, à Jérusalem, et les Traités de paix de Camp David, Israël s'est retiré de la vaste Péninsule du Sinaï et il y a eu la paix avec l'Egypte, depuis cette date.

- En 1995, la Jordanie a signé un traité de paix avec Israël, mais ni les Palestiniens ni les 21 autres Etats Arabes n'en ont fait ainsi.

- En 1993, Israël a signe les fameux Accords d'Oslo cédant le contrôle administratif de la Cisjordanie (de la Rive ouest) à l'Autorité Palestinienne (autrefois appelée l'OLP). Mais l'Autorité Palestinienne n'a jamais tenu sa promesse de stopper ses attaques de propagande et de laisser tomber son désir de destruction d'Israël comme il est stipule dans sa Charte Nationale.

- En 2000, le Premier Ministre Barak a offert à Yasser Arafat la pleine souveraineté, soit plus de 97% de la Cisjordanie (de la Rive ouest), un couloir à Gaza et une Capitale dans la partie arabe de Jérusalem. Arafat a dit... NON !

- En 2008, le Président de l'Autorité Palestinienne Abbas a mis son veto pratiquement à la même offre du Premier ministre Olmert.

- En 2005, le Premier Ministre Sharon s'est unilatéralement retiré de la bande de Gaza, qui fut reprise immédiatement par l'organisation terroriste du Hamas.

- Le démantèlement des communautés Juives de Gaza a permis au Hamas d'en faire une base de lancement pour les auteurs d'attentat-suicide et  8,000 roquettes ont été tire sur Israël depuis.

- En 2010, le Premier ministre Netanyahou reprit les offres de négociations inconditionnelles pour mener à un Etat palestinien, mais les Palestiniens ont refusé, exigeant des concessions israéliennes plus unilatérales, y compris un gel total de toute la construction israélienne dans le quartier de Jérusalem dit Jérusalem-Est et dans la Cisjordanie (la Rive ouest).

Mensonge 3: « Israël serait le principal obstacle et ne veut pas œuvrer pour une solution à deux (2) Etats. »

Vérité:

- Les Palestiniens eux-mêmes font blocage à la réalisation d'une solution à deux Etats.
Avec qui Israël devrait-il être en pourparlers ?

- Avec le Président Abbas qui, pendant quatre ans, a été interdit par le Hamas de rendre visite à 1,5 millions d'habitants à Gaza ?

-Avec l'Autorité Palestinienne, laquelle continue à glorifier les terroristes et prêcher la haine contre les Juifs et Israël dans son système éducatif et ses médias ?

- Avec le Hamas dont les leaders, soutenus par l'Iran, nient la Choa et utilisent la rhétorique Jihadiste fanatique de meurtres et de suicides criminels pour appeler à la destruction d'Israël ?

- Aujourd'hui, il y a un simple fait : Israël est préparé à reconnaitre tous les Etats arabes ou Musulmans mais ces mêmes Etats refusent catégoriquement de reconnaitre Israël comme un Etat Juif et LUI demande la reconnaissance du faux « droit au retour » de cinq millions « de prétendus réfugiés » palestiniens - une garantie sûre pour l'annihilation directe d'Israël !


Mensonge 4: « Le nucléaire Israélien (mais pas l'Iranien) serait la principale menace pour la paix et la stabilité au Proche Orient. »

Vérité:

- Jérusalem n'a jamais officiellement admis posséder la bombe mais il est généralement assume qu'Israël ait des armes nucléaires. Mais, à la différence du Pakistan, de l'Inde et de la Corée du Nord, Israël n'a JAMAIS conduit des essais nucléaires.

- En 1973, quand sa propre survie a été mise à l'épreuve lors de la guerre de Yom Kippour par les attaques des armées syrienne et égyptienne, nombreux sont ceux a l'époque qui pensaient qu'Israël allait faire usage de la bombe nucléaire, mais Israël ne l'a pas fait.

- Contrairement aux condamnations publiques, de nombreux leaders arabes (sans oser le dire) expriment le soulagement que la force de dissuasion nucléaire israélienne existe.

- Tandis qu'Israël n'a jamais menacé aucun pays, les mollahs de Téhéran menacent quotidiennement « d'effacer Israël de la carte ».
Les Etats-Unis et l'Europe peuvent se permettre d'attendre de voir ce que le régime iranien fait avec ses ambitions nucléaires. Mais Israël NE LE PEUT PAS. En effet, elle est sur la ligne de front et se rappelle chaque jour le prix que les Juifs ont payés pour ne pas avoir pris Hitler au mot, et elle entend les mots de Ahmedinekjad.
Israël n'est pas préparé à sacrifier six millions d'autres Juifs sur l'autel de l'indifférence et de l'hypocrisie du monde.


Mensonge 5: « Israël serait un Etat d'Apartheid qui mériterait un boycott international, le désinvestissement commercial global et des sanctions. »

Vérité:

- Des deux cotés de l'Atlantique, des groupes pro-palestiniens, des représentants de l'Eglise romaine ou protestante, des universitaires et des syndicats mènent des campagnes le plus souvent antisémites diabolisant l'Etat Juif en le comparant au régime de l'Apartheid.
La vérité est qu'à la différence de l'Apartheid en Afrique du Sud, Israël est un Etat démocratique. Sa minorité arabe de 20% jouit de tous les droits politiques, économiques, religieux.
Les libertés de citoyenneté, y compris l'élection des membres de leur choix à la Knesset (le Parlement israélien) sont garanties.
Les Arabes israéliens et les Palestiniens ont position devant la Cour suprême d'Israël.
Par contre, aucun Juif ne peut posséder un titre de propriété en Jordanie, aucun Chrétien ou Juif n'est autorisé à visiter les sites les plus saints de l'Islam, en Arabie Saoudite.


Mensonge 6: « Le projet de construction de 1600 appartements à Jérusalem prouverait qu'Israël veut judaïser la ville Sainte. »

Vérité:

Les ennemis d'Israël exploitent cette fausse question.

- Jérusalem est la ville sainte des trois grandes religions.

- Sa population diverse inclut une majorité juive avec des minorités
musulmanes et chrétiennes.

- Depuis 1967, pour la première fois de son histoire, il existe à Jérusalem une totale liberté pour toutes les minorités religieuses.

- Des organismes religieux musulmans et chrétiens administrent leurs propres lieux saints.

- En effet, on permet au Waqf de contrôler le Mont du Temple de Jérusalem, bien qu'il repose sur le temple de Salomon et soit saint tant pour les Juifs que pour les Musulmans.

- L'annonce (malheureusement faite lors de la visite du Vice-président américain Biden) de 1.600 nouveaux appartements à Ramat Shlomo, n'était pas la bienvenue et ne concernait pas le voisinage arabe de Jérusalem-Est, mais plutôt le voisinage Juif au Nord de Jérusalem, établi depuis bien longtemps ou 250.000 Juifs vivent (une population équivalente à celle de Newark, NJ). C'est un secteur qui ne sera jamais abandonné par Israël.


Mensonge 7: « La politique d'Israël mettrait en danger les troupes américaines en Afghanistan et en Irak. »

Vérité:

L'accusation voulant faire croire qu'Israël met en danger des troupes américaines en Irak ou en Afghanistan est une mise à jour du vieux mensonge antisémite « du coup de couteau dans le dos » selon lequel les Juifs trahiraient toujours leurs propres amis et c'est la diffamation émise par Henry Ford et par les Protocoles des Sages de Sion les accusant, selon ce slogan, en ces termes: « Les Juifs sont le père de toutes les guerres. »

- Le général américain Petraeus a déclaré qu'il considère Israël comme un atout stratégique majeur pour les Etats Unis.
Ses remarques précédentes liant la sécurité des troupes américaines dans la région à un accord de Paix Israélo-palestinien (ce que veulent les 2/3 des Israéliens) ont été comprises hors contexte.
Une résolution du conflit Palestino-israélien serait un avantage pour tous, incluant les Etats-Unis d'Amérique.
Mais un retour imposé de millions de soi-disant réfugiés palestiniens comme l'avait appelé, en 1967, Abba Eban dans « les Frontières d'Auschwitz de 1967 » mettraient en danger la survie d'Israël et serait, en fin de compte, désastreux pour les Américains et leur crédibilité dans le monde.


Mensonge 8: « La politique d'Israël serait la cause de l'antisémitisme mondial. »

Vérité:

De l'Inquisition espagnole aux pogroms et aux 6 millions de Juifs assassinés par les Nazis, l'histoire prouve que la haine du Juif a existé à une échelle mondiale bien avant même la naissance de l'Etat d'Israël.

- En 2010, cet antisémitisme existerait même si Israël n'avait jamais été créé.
Un exemple : Un récent sondage indique que 40% des Européens reprochent « aux Juifs d'être responsables de la crise économique mondiale » et que « les Juifs ont trop de pouvoir dans l'économie ». C'est donc un canular qui n'a rien à avoir avec Israël.

- Le conflit palestino-israélien non réglé aggrave les tensions entre Musulmans et Juifs mais ce n'est pas la racine même du problème.
Durant la 2ème guerre mondiale, le Grand Muphti de Jérusalem, le tristement célèbre haïsseur de Juifs, a aidé les Nazis à organiser la 13ème
Malheureusement, en plus des références respectueuses envers les Patriarches et Prophètes Juifs, le Coran contient aussi les stéréotypes antisémites virulents qui sont largement invoqués par les extrémistes Islamistes, y compris par le Hezbollah (dont les agents ont fait exploser le Centre communautaire Juif de Buenos Aires en 1994), pour justifier l'assassinat de Juifs dans le monde entier.
La disparition d'Israël encouragerait seulement encore plus les haïsseurs de Juifs partout dans le monde.
Division SS, composée de Musulmans.

Mensonge 9: « Israël, pas le Hamas, serait le responsable « de la catastrophe humanitaire » à Gaza. Et Goldstone avait raison de désigner Israël comme coupable de crimes de guerre. »

Vérité:

- Le rapport Goldtsone sur la guerre défensive d'Israël contre Gaza contrôlé par le Hamas d'où près de 8.000 roquettes ont été tirées après le retrait unilatéral d'Israël, en 2005, est un produit biaisé du mal nommé Conseil de Droits de l'Homme de l'ONU.
L'UNHRC est obsédé de fausses résolutions anti-israéliennes. Il refuse de dénoncer les graves violations des droits de l'homme commises en Iran, en Corée du Nord, Soudan, Arabie Saoudite, Cuba et bien d'autres pays.

- Face à des attaques similaires, chaque Etat membre de L'ONU incluant les Etats-Unis et le Canada, aurait sûrement agi plus agressivement que les forces de défense d'Israël l'ont fait à Gaza. - Pourtant, Richard Goldstone, un juriste Juif sud-africain n'a pas hésité à signer un document préparé par des enquêteurs dont la principale qualification était d'être des enragés anti-Israël.
Il a accepté chacune des diffamations anonymes contre les forces de défense d'Israël. Il a même insisté pour que les témoignages de Gaza soient diffusés à la Télévision, ce qui garantirait aux Palestiniens craintifs de ne jamais témoigner contre le Hamas qui utilise les civils comme bouclier humain ou se sert des mosquées et hôpitaux comme cache d'armes de guerre.
Le professeur de Harvard Alan Dershowitz a dénoncé le Rapport Goldstone comme une forme moderne de « buveurs de sang », accusant les soldats israéliens de crimes qu'ils n'ont jamais commis.


Mensonge 10: « Le seul espoir pour la paix est un état unique, binational, éliminant l'État juif Israël. »

Vérité:

- La solution a un Etat, promue par des universitaires, n'est pas acceptable parce qu'elle éliminerait la patrie JUIVE. Cependant, les pressions actuelles sur Israël sont également dangereuses.
En réalité, le monde est exigeant envers Israël, pays qui représente la taille du New Jersey. Il lui demande encore plus de concessions en acceptant une solution à 3 Etats : un Etat avec une autorité palestinienne sur la rive occidentale et un Etat terroriste du Hamas, contrôlant 1,5 million de Palestiniens, à Gaza.

- Tout cela, pendant que le Hezbollah mandataire de l'Iran au Liban, s'approvisionne de 50.000 roquettes et menace les populations civiles du nord et du centre d'Israël.
- En 2010, la plupart des experts du Moyen-Orient croient que le seul espoir pour accomplir la paix est une solution à deux Etats, avec des frontières finales définies.

- Mais trop de diplomates, d'experts, d'universitaires et de représentants de l'Eglise ignorent le fait que de récents sondages montrent bien que la plupart des Israéliens sont favorables à une solution à 2 Etats mais la plupart des Palestiniens continuent à s'y opposer.

C'est à nous, à vous, de diffuser ces faits sur Israël - à vos leaders nationaux de toutes fonctions politiques ou sociales, aux gouvernements mondiaux, à vos médias et à tout ceux qui écouteront.

20:11 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Israël | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : israël, centre simon wiesenthal, 10 mensonges contre israël en 2010, rav yehoshua rahamim dufour | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

vendredi, 23 juillet 2010

ISRAEL INAUGURE L'ASSASSINAT TELECOMMANDE

ROBOT-SOLDAT. DEFENSE ISRAEL.jpg

Par Jonathan Cook

Il s'appelle Repère et Tire. ('Spot and Shoot'). Des opérateurs sont assis devant un écran de télévision à partir duquel ils peuvent contrôler l'action avec une manette de style PlayStation. Le but : tuer.

Manié par : des jeunes israéliennes qui font leur service militaire. Repère et tire, comme l'appelle l'armée israélienne, peut ressembler à un jeu vidéo, mais les silhouettes sur l'écran sont de vraies personnes - les Palestiniens de Gaza - qui peuvent être tués par la pression d'un bouton sur la manette.

Des femmes soldats, situées loin de là dans une salle d'opération, ont la responsabilité de cibler et d'actionner les tirs des mitrailleuses télécommandées installées sur des tours de guet tous les quelques mètres le long de la grille électronique qui encercle Gaza.

Le système est l'un des derniers dispositifs d' « assassinat à distance » développé par la Compagnie israélienne d'armement Rafael, l'ancienne division de la recherche en armement de l'armée israélienne, et maintenant firme gouvernementale distincte.

Selon Giora Katz, vice-président de Rafael, le contrôle à distance du matériel militaire comme 'Spot and Shoot' est le visage de l'avenir. Il espère que d'ici une décennie, au moins un tiers des machines utilisées par l'armée israélienne pour le contrôle terrestre, aérien et maritime seront télécommandées.

La demande pour de tels dispositifs, admet l'armée israélienne, a été en partie alimentée par une combinaison de niveaux de recrutement en déclin et d'une population de moins prête à risquer la mort au combat.

Oren Berebbi, directeur du secteur Technologie, a récemment déclaré à un journal américain : « Nous essayons d'avoir des véhicules sans pilote partout sur le champ de bataille... Nous pouvons faire de plus en plus de missions sans qu'un soldat prenne des risques. »

Les progrès rapides de la technologie ont sonné l'alarme à l'ONU. Philip Alston, le Rapporteur spécial sur les exécutions extrajudiciaires, a mis en garde le mois dernier contre les dangers qui pourraient rapidement surgir d'une « mentalité meurtrière du style PlayStation ».

Selon les analystes, cependant, il est peu probable qu'Israël tourne le dos à un matériel dont il est à la pointe du développement - en se servant des territoires palestiniens occupés, et en particulier Gaza, comme laboratoires d'essai.

Les systèmes d'armes télécommandées sont en forte demande par des régimes répressifs et des industries de sécurité intérieure en plein essor dans le monde entier.

« Ces systèmes en sont encore aux premiers stades du développement, mais il existe un marché important et croissant pour eux », a déclaré Shlomo Brom, un général à la retraite et analyste de la défense à l'Institut d'études de sécurité nationale à l'Université de Tel-Aviv.

Le système 'Spot and Shoot' - officiellement connu sous le nom Sentry Tech - a surtout attiré l'attention parce qu'il est exploité par des femmes soldats de 19-20 ans, ce qui en fait le seul système d'armement de l'armée israélienne opéré exclusivement par des femmes.

Les femmes soldats ont été choisies pour actionner les dispositifs de meurtre à distance à cause d'une pénurie de recrues masculines dans les unités de combat d'Israël. Les jeunes femmes peuvent effectuer des missions sans briser le tabou social du risque vital, a déclaré M. Brom.

Les femmes doivent identifier les personnes suspectes qui approchent de la clôture qui encercle la bande de Gaza et, si elles y sont autorisées par un agent, les exécuter en utilisant leurs manettes.

L'armée israélienne, qui prévoit d'introduire la technologie le long d'autres lignes israéliennes de confrontation, refuse de dire combien de Palestiniens ont été tués par les mitrailleuses télécommandées dans la bande de Gaza. Selon les médias israéliens, toutefois, on pense qu'il y a en plusieurs dizaines.

Le système a été progressivement mis en place il y a deux ans pour la surveillance, mais ce n'est que récemment que les opérateurs peuvent ouvrir le feu. L'armée a reconnu s'être servi de Sentry Tech en Décembre pour tuer au moins deux Palestiniens à plusieurs centaines de mètres à l'intérieur de la clôture.

Le journal Haaretz, qui a eu un des rares accès à une salle de contrôle Sentry Tech, a cité un soldat, Bar Keren, 20 ans, la semaine dernière : « C'est très séduisant d'être le seul à faire ça. Mais tout le monde ne veut pas ce poste. Ce n'est pas simple de prendre une manette comme celle d'une PlayStation Sony et de tuer, mais finalement c'est pour la défense. »

Grâce à des capteurs audio fixés sur les tours, les femmes entendent le coup lorsqu'il tue la cible. Aucune femme, rapporte Haaretz, n'a manqué à sa tâche de tirer sur ce que l'armée appelle un Palestinien « incriminé ».

L'armée israélienne, qui impose à l'intérieur de la clôture une zone interdite qui va jusqu'à 300 mètres dans la minuscule enclave (1), a été fortement critiquée pour avoir ouvert le feu sur des civils entrés dans la zone fermée.

Il semble que Rafael soit en train d'élaborer une version de Sentry Tech qui tirera des missiles guidés à longue portée.

Une autre matériel récemment mis au point pour l'armée israélienne est la Guardium, une voiture-robot blindée qui peut patrouiller un territoire allant jusqu'à 80km par heure, naviguer à travers les villes, se mettre en « embuscade » et tirer sur des cibles. Il patrouille actuellement le long des frontières israéliennes avec Gaza et le Liban.

Ses promoteurs israéliens, G-nius, l'ont appelé le premier « robot-soldat ». (2)

Mais Israël est plus connu pour son rôle dans le développement de « avions sans pilote » - ou drones, le nom sous lequel ils sont connus. Originalement destinés à l'espionnage, et d'abord utilisés par Israël au sud du Liban dans les années 1980, ils sont aujourd'hui de plus en plus utilisés pour les exécutions extrajudiciaires, à des centaines de mètres depuis l'espace aérien.

NDLR - Nous passons l'article dans son intégralité. Nous ne partageons pas le point de vue de l'auteur quant à son interprétation des choses. Nous regrettons que cela puisse choquer certains de nos lecteurs. Nous pensons néanmoins que l'information reste intéressante d'autant qu'elle a un contenu, documenté. Il ne nous paraît pas correct de réécrire un article.

Source: JFORUM

15:31 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Israël, Technologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : israël, spot and shot, repère et tire, premier robot-soldat, palestiniens de gaza | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

IL NE FAUT PAS FRAPPER L'IRAN

INSTALLATION NUCLEAIRE IRANIENNE.jpg

PHOTO : AP, JPOST

Une frappe israélienne sur les infrastructures nucléaires iraniennes n'aura pas l'effet escompté. Selon un think-tank britannique, une opération militaire n'empêchera pas Téhéran de se doter d'armes nucléaires, rapportait l'agence de presse Reuters, jeudi.

Pour le Groupe de Recherche Oxford, toute action militaire devrait même être évitée. "Une attaque israélienne déclencherait un conflit prolongé et risque même d'encourager la République islamique à se doter de l'arme nucléaire", précise un rapport du groupe. "Une frappe est également susceptible d'aggraver l'instabilité régionale, dont les conséquences seraient alors imprévisibles sur le plan sécuritaire."

Deux sons de cloche

Le rapport, signé Paul Rogers, professeur à l'université de Bradford, souligne toutefois que les risques d'incursion israélienne sont minces, bien que les capacités militaires de l'Etat hébreu se soient nettement accrues.

Les différentes manières d'affronter la menace iranienne figuraient parmi les sujets abordés entre le Premier ministre Binyamin Netanyahou et le président Barack Obama, au début du mois à Washington. Les positions des deux gouvernements diffèrent quant à leurs perceptions respectives du risque que poserait un Iran nucléaire, ainsi que sur les conséquences d'une éventuelle opération militaire.

Certains analystes estiment que Téhéran serait disposé à conclure un marché si les Etats-Unis acceptaient, de leur côté, de limiter leurs relations diplomatiques avec l'Etat hébreu.

Source: Le Portail Juif Francophone

dimanche, 27 juin 2010

UNE FLOTTE DE GUERRE AMERICANO-ISRAELIENNE DANS LE GOLFE PERSIQUE

 

NAVIRES DE GUERRES AMERICAINS.jpg

Une armada de 11 navires de guerre américains et d’un vaisseau israélien a traversé le Canal Suez vendredi, le 18 juin en direction de la Mer Rouge et du Golfe persique informations exclusivement de ses sources militaires.

La flotte, la première de cette composition à naviguer sur le Canal Suez, est menée par le transporteur d’Harry Truman USS et son porte avion de 60 chasseurs-bombardiers et 6 000 marins et fusiliers marins.

Les autorités de port égyptiennes ont imposé des mesures de sécurité exceptionnelles pour le passage des navires. Toute la circulation commerciale et civile traversant le Canal Suez a été arrêtée et les forces de sécurité mises en état d’alertes le long des deux rives du canal. Les pêcheurs égyptiens ont été retenus dans leur port ou dans le Lac Amer.

Ce mouvement massif de bateaux avec une forte aviation navale américaine plus un contingent israélien est un nouveau facteur dans les tensions du Moyen-Orient en forte croissance ces des deux semaines dernières, qui semble viser l’Iran.

Source: JFORUM

Lire la suite

jeudi, 29 avril 2010

UN BEAU TEXTE CLASSIQUE DE YAÏR LAPID : JE SUIS SIONISTE

 

Ce texte traduit de l'hébreu, a été écrit par Yair Lapid,  poète,  metteur en scène, traducteur, compositeur, écrivain, présentateur à la télevision et... Israélien.

Je crois que le peuple juif s’est établi dans la terre d’Israël, quoique passablement tard. S'il avait entendu la sonnette d’alarme plus tôt, il n'y aurait pas eu de shoah, et feu mon grand-père ‑ dont je porte le nom - aurait pu danser une dernière valse avec grand-mère sur les rives du fleuve Yarkon…

Je suis sioniste.

L'hébreu est la langue dont je me sers pour prier le Créateur, et aussi pour jurer quand je conduis. La Bible, ce n'est pas seulement mon histoire, c'est aussi ma géographie. Le roi Saul a cherché les ânesses de son père sur l’autoroute 443. Jonas, le prophète, a pris le bateau non loin de ce qui est aujourd’hui un restaurant de Jaffa. Et la terrasse où le roi David contemplait Bat Sheva, a été acheté par quelque oligarque, de nos jours.

Je suis sioniste.

La première fois que j'ai vu mon fils en uniforme de Tsahal, j'ai éclaté en sanglots. Depuis 20 ans, je n’ai pas manqué la cérémonie de l’allumage des torches le Jour de la Fête de l’Indépendance. Et si ma télévision a été fabriquée en Corée, je lui ai appris à acclamer notre équipe nationale de football.

Je suis sioniste.

Je crois que nous avons droit à cette terre. Des gens qui ont été persécutés sans raison tout au long de l’histoire ont droit à un Etat qui leur appartienne, avec un F16 en prime de la part du constructeur. Toute manifestation d'antisémitisme, de Londres à Bombay, me blesse. Pourtant, tout au fond de moi, je pense que les Juifs qui ont choisi de vivre à l’étranger ne parviennent pas à comprendre quelque chose de très élémentaire dans ce qui se passe en ce monde. L’Etat d’Israël n’a pas été créé pour que les antisémites disparaissent, mais pour que nous puissions leur dire de se barrer.

Je suis sioniste.

On m'a tiré dessus au Liban. Des roquettes Katioucha m'ont raté de quelques mètres à Kiryat Shmonah. Des missiles sont tombés à côté de chez moi durant la première Guerre du Golfe. J'étais à Sderot lorsque la sirène d’alerte rouge a retenti. Des terroristes se sont fait exploser non loin de la maison de mes parents. Et mes enfants ont séjourné dans un abri avant même qu'ils sachent prononcer leur propre nom, agrippés à une grand-mère venue ici de Pologne pour échapper à la mort. Et malgré tout, j'éprouve un profond sentiment de chance de vivre ici, je ne me suis toujours considéré comme chanceux de vivre ici, et je ne me sens réellement bien nulle part ailleurs.  

Je suis sioniste.

Je crois que tous ceux qui vivent ici doivent servir dans l’armée, payer des impôts, voter et connaitre les paroles d’au moins une chanson de Shalom Hanokh. Je pense que l'Etat d'Israël n'est pas seulement un lieu, mais aussi un concept. Je crois de tout mon coeur aux trois commandements supplémentaires gravés sur le mur du musée du Mémorial de l'Holocauste à Washington: « Ne sois ni victime, ni perpétrateur, mais, par dessus tout, ne sois pas spectateur ».

Je suis sioniste.

Je me suis penché à la renverse pour admirer [les plafonds de] la chapelle Sixtine au Vatican, j'ai acheté une carte postale à Notre-Dame de Paris, et j’ai été profondément impressionné par la statue de jade du Bouddha au palais du roi à Bangkok. Pourtant je crois toujours que Tel Aviv est plus distrayante, que la Mer Rouge est plus verte, et que les tunnels du Mur Occidental procurent une expérience spirituelle beaucoup plus puissante. Il est vrai que je ne suis pas objectif, mais je ne suis pas non plus objectif quand il s’agit de ma femme et de mes enfants.

Je suis sioniste.

Je suis tourné vers l’avenir, mais je vis aussi mon passé. Ma lignée compte Moise, Jésus, Maimonide, Freud, Marx, Einstein, Woody Allen, Bobby Fisher, Bob Dylan, Franz Kafka, Herzl et Ben Gourion. J’appartiens à une toute petite minorité persécutée qui a influencé le monde plus que n'importe quelle autre nation. Tandis que les autres investissaient toute leur énergie dans la guerre, nous avons eu assez de raison pour miser sur notre intelligence.

Je suis sioniste.

Je regarde parfois autour de moi et me sens empli de fierté, parce que je vis mieux qu'un milliard d'Hindous, mieux qu'un milliard 300 millions de Chinois, mieux que la totalité du continent africain, mieux que 250 millions d'Indonésiens, et mieux aussi que les Thaïlandais, les Philippins, les Russes, les Ukrainiens, et que le monde musulman tout entier, à l’exception du Sultan de Brunei. Je vis dans un pays en état de siège, sans ressources naturelles, et pourtant, les feux de circulation fonctionnent toujours, et nous avons l’Internet à haut débit.

Je suis sioniste.

Mon sionisme est naturel, exactement comme il m'est naturel d'être un père, un mari et un fils. Ceux qui affirment qu’eux seuls constituent le « véritable sionisme » me semblent ridicules. Mon sionisme ne se mesure pas à la taille de ma kippa, ni à celle du quartier dans lequel tu vis, ni à l’aune du parti pour lequel je vote. Il est né longtemps avant moi, dans une rue enneigée du ghetto de Budapest, où se trouvait mon père, qui cherchait en vain à comprendre pourquoi le monde entier s’efforçait de le tuer.

Je suis sioniste.

Chaque fois que meurt une victime innocente, j’incline la tête, car il fut un temps où moi aussi j’étais une victime innocente. Je n'ai ni l’envie ni la volonté d'adopter les règles morales de mes ennemis. Je ne veux pas être comme eux. Je ne vis pas de mon épée ;  je la garde simplement sous l’oreiller.

Je suis sioniste.

Je ne suis pas seulement détenteur des droits de mes ancêtres, j’ai aussi le devoir des fils. Ceux qui ont fondé ce pays ont vécu et travaillé dans des circonstances bien plus difficiles que celles que j’affronte, et pourtant ils ne se sont pas contentés de survivre. Ils ont aussi essayé de créer ici un Etat meilleur, plus sage, plus humain et plus moral. Ils étaient prêts à mourir pour cette cause. Moi, je m'efforce de vivre pour son bien.

© Yaïr Lapid

Mis en ligne le 20 avril 2010, par Menahem Macina, sur le site France-Israël.org

 

Source: FRANCE-ISRAEL

23:10 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Israël | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : israël, yaïr lapid, sion, sionisme, je suis sioniste | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

samedi, 17 avril 2010

YANN MOIX: "SANS LES JUIFS, LE MONDE COURT A SA PERTE"

LOGO FIGARO.gif
Lundi 22 février 2010, par Gil TAIEB

Prenez deux minutes pour lire cet article bouleversant et criant de vérité écrit par Yann Moix (qui n’est pas juif), et sachez qu’il a d’abord été refusé par LIBERATION, puis publié dans Le Figaro.

 

ARTHUR. HUMORISTE.jpg

Défense de toucher à Arthur, Par Yann Moix pour le Figaro.

A chacun de ses spectacles, l’humoriste Arthur, comme il en a témoigné dans un article bouleversant publié dans Le Monde, est insulté par des manifestants pro- palestiniens.

Parmi les insultes proférées, il en a retenu quelques-unes.

Exemple : « Arthur sioniste, Arthur complice ! »

Ça y est, donc. C’est arrivé.

Nous sommes dans un pays, la France, où le mot « sioniste » est devenu une insulte .

Pourtant, la véritable insulte, c’est bien que le mot« sioniste » soit devenu une insulte.

Le sionisme est un idéal politique, devenu ( ce qui est rare dans l’humanité) une réalité.

Le sionisme, c’est une forme politique possible ( pas exclusive) du judaïsme.

Le sionisme fut l’utopie de quelques-uns qui, au XIXe siècle, ont décidé que les Juifs avaient eux aussi le droit non seulement d’exister, mais de vivre ; et non seulement de vivre, mais de vivre quelque part. Non plus n’importe où, non plus partout : non plus seulement sur la Terre, mais sur leur terre.

Le sionisme est une idée qui peut être discutée, mais au sein du judaïsme lui-même ( et elle l’est !). Seuls les Juifs ont le droit de se poser la question de savoir si le judaïsme est traduisible, ou pas, dans la langue du politique, de l’histoire, et si le sionisme est, ou non, la meilleure traduction, le meilleur avatar possible de la foi des Pères. Quant au reste du monde, il n’a qu’une chose à faire : respecter le sionisme comme une manière sûre, et on l’espère définitive, de ne plus reléguer le peuple juif à son nomadisme infernal qui, plus d’une fois, a failli le détruire.

En aucun cas le mot « sionisme », le mot « sioniste » ne sauraient être honteux.

L’antisémitisme n’a jamais reculé devant rien (il a même toujours avancé devant tout) : un des coups de génie, un des coups tordus qu’il est parvenu à réaliser, c’est cet amalgame systématique entre sionisme et nationalisme, puis, tranquillement, avec l’air de ne pas y toucher, entre nationalisme et national-socialisme :

Arthur est traité, sur les banderoles, de « complice », comprenez, mes amis : de collaborateur. De collabo.

Les manifestants essaient, c’est très clair, de faire passer dans les mœurs l’équivalence Israël-Allemagne nazie. Retournement insoutenable, symétrie axiale diabolique où le nazisme, ramenant les fils d’Abraham dans son camp, colle encore au destin des Juifs mais, cette fois, en tentant d’en faire des associés, des jumeaux, des semblables : Hitler avait plus d’un tour dans son sac, et le diable sait que la vérité doit sans cesse changer de vérité pour se perpétuer dans les siècles. abomination est un des visages nouveaux ( il y en a plusieurs, c’est très ramifié, très fin) de l’antisémitisme qui, pour exister, doit muter à mesure que le monde mute, doit muer à mesure que le monde mue.

Sionisme, donc, égale nationalisme, égale aussi colonialisme, évidemment : tout le monde sait que le destin d’Israël est de conquérir le monde ! De s’étendre ! De se répandre !

Les « antisionistes », traduction « politiquement correcte » du mot « antisémites », ne sont pas très cohérents : Arthur vient de faire l’expérience fondamentale que tout Juif fait dans sa vie, tôt ou tard : celle de l’irrémissibilité de l’être-juif.

Quand on est juif, on est toujours juif d’abord. Et français, canadien ou marocain, ensuite.

C’est cela que les juifs paient tous les jours. Tel est leur destin.

C’est de cela, aussi, qu’ils doivent être fiers à côté, ils passent leurs journées à fustiger le communautarisme juif, sa propension à rester fermé sur lui-même ; et, de l’autre, ils entendent faire accroire que les Juifs sont des colons prêts à faire n’importe quoi pour agrandir leur espace vital (terme nazi, bien entendu).

On « accuse » Arthur de « financer l’armée d’Israël ». Il s’en défend.

Mais j’ajoute : il aurait parfaitement le droit de la financer. Arthur est juif.

Ce qui signifie que, quand les nazis futurs reviendront (car sous une forme encore inédite, peut-être moyen-orientale, ne doutons pas une seconde qu’ils feront tout pour revenir), lui et les siens seront, comme jadis ses ancêtres, les premiers, oui, les tout premiers sur la liste des suppliciés.

Arthur s’inscrit, comme tous les Juifs du monde, dans une famille dont l’humanité, depuis qu’elle existe, veut la peau.

Alors Arthur, même s’il ne le fait pas, même s’il a choisi de ne pas le faire, aurait parfaitement le droit, aurait humainement le droit, sans en rougir, d’aider un État qui, bien que critiquable (car une défense aveugle de la politique d’Israël n’aurait évidemment aucun sens), est le résultat, le fruit d’une histoire tragique dont la mémoire ne se négocie pas. la question suivante : pourquoi s’en prendre à lui, lui Arthur, humoriste, présentateur de télévision (dont on peut par ailleurs, là n’est évidemment pas la question, n’être pas très fan) ?

Regardons la logique antisémite à l’œuvre, voyons comment elle procède :

1) L’armée israélienne a fait des victimes civiles dont des femmes et des enfants.

2) L’armée israélienne, c’est Israël.

3) Israël ? Ce sont les Juifs ( ou sionistes, tout ça c’est pareil).

4) Comme ce n’est pas une guerre, l’armée israélienne, autrement dit Israël, autrement dit les Juifs ne sont pas des combattants, des belligérants ; mais des assassins.

5) Les Juifs ont tous le même sang, par conséquent les Juifs et un Juif c’est la même chose : on dira donc le Juif pour dire les Juifs.

6) Ce qui signifie que n’importe quel Juif pris au hasard est strictement équivalent à tous les autres Juifs, ses semblables. Tout Juif est sosie de tout Juif.

7) Conséquence : Olmert égale Nétanyahou égale Elie Wiesel égale Arthur.

Conclusion : Arthur est un assassin.

Mais pourquoi lui ?

Parce qu’il a réussi et qu’il est riche, qu’il est célèbre, qu’il a une jolie fiancée (comme Djamel, non ?) et surtout parce que, humoriste, il est inoffensif.

Pour un antisémite, c’est toujours l’inoffensif qui représente le plus grand danger.

On se souvient d’Hitler et des enfants juifs : toute l’Allemagne braquée contre des petits enfants !

Je crois bien que jamais je n’oublierai, de ma vie, ces quelques lignes d’Arthur qui, en 2009 (je répète : en 2009) s’est vu contraint, dans un quotidien national de premier ordre, d’écrire :

« Je m’appelle Jacques Essebag. Je suis né le 10 mars 1966 à Casablanca. (…) Je suis français. Je suis juif. » Arthur vient de faire l’expérience fondamentale que tout Juif fait dans sa vie, tôt ou tard : celle de l’irrémissibilité de l’être-juif.

Quand on est juif, on est toujours juif d’abord. Et français, canadien ou marocain, ensuite. C’est cela que les Juifs paient tous les jours.

Tel est leur destin. C’est de cela, aussi, qu’ils doivent être fiers. Le monde comprendra-t-il, demain, que sans les Juifs il court à sa perte ?

Oui : sans les Juifs, nous sommes perdus.

Et l’humanité suicidaire le sait.

C’est pourquoi, inventant sans cesse des tortures nouvelles, elle continue de les persécuter.

 

Source: Le portail juif francophone

14:16 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Israël | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : yann moix, gil taieb, holmert, nétanyahou, élie wiesel, anti-sionisme, antisémitisme, france, gaza, hamas, hezbollah, israël | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |