topblog Ivoire blogs

samedi, 05 mars 2011

PRETENDU MASSACRE D'ABOBO ET AUTRES MONTAGES MEDIATIQUES: LE DOSSIER COMPLET D'UNE MANIPULATION EHONTEE

 


LOGO FRANCE 24.jpg

 

A- Zoom sur le prétendu massacre de femmes par l'armée ivoirienne à Abobo

1- Introduction: La boucherie des hommes de Dramane Ouattara au centre émetteur d'Abobo : les morts que la communauté internationale refuse de voir :

http://www.youtube.com/watch?v=KshizsE-PSg

2- Les prétendues femmes tuées à Abobo par les Fds sont bel et bien vivantes. Voici le film amateur de la manipulation :

Sur YouTube:

http://www.youtube.com/watch?v=-i-oXt73-kc

Sur Facebook:

http://www.facebook.com/video/video.php?v=1740933638017

 

Victor Kouassi, le 4 mars 2011, à 23h 30, sur Facebook: « Dites moi, c'est quel type de projectile qui fait juste gicler le sang comme une effusion d'hémoglobine sans déchirer les vêtements et les pagnes de ces braves femmes? RDR wobou ! ».

3- La marche pacifique des femmes RDR à Abobo était encadrée par des marcheurs tout aussi « pacifiques », armés de Kalach et de lance-roquettes RPG. Dans la bouche de Dramane Ouattara , « marche pacifique » signifie « marche insurrectionnelle ».

http://www.facebook.com/home.php?sk=group_139276642801133...


Commentaire : les adoRATEURS ou adoMENTEURS ont prétendu qu'un char des Fds a fait irruption, a tiré un obus sur la foule. Quel est ce type d'obus qui ne choisit que les femmes ? (ils ont annoncé 7 femmes tuées). Quel est ce type d'Obus qui, lancé sur une grande foule, nous a-t-on dit, n'a pu faire que 7 morts ?

NB : L'intégralité de la tragi-comédie filmée d'Abobo est disponible dans le fichier joint en annexe.

Mais ces braves « cadavres »-là sont du bon côté. Ces femmes qui meurent, se relèvent puis se recouchent pour les besoins de la propagande, auront permis à France 24 de se déchaîner contre la Côte d'Ivoire de Laurent Gbagbo, toute la journée du jeudi 03 mars 2011. Le fameux procureur du TPI est annoncé à Abidjan pour enquêter ( ?) sur les comédiennes d'Abobo.

Le chef des terroristes, le BEN LADEN de l'Afrique sub-saharienne, le bien nommé Dramane Ouattara n'a-t-il pas, saisissant ce prétexte, annoncé  le vendredi 04 mars, à 20 heures sur une chaîne pirate dénommée TCI, que ce « crime odieux contre des femmes innocentes ne resterait pas impuni » ?


B- Dramane Ouattara et la presse hexagonale sont coutumiers de ce type de manipulations médiatiques

1- Le 20 décembre 2010 TF1, a publié un journal (Le JT de 20H ) particulièrement hostile au président Gbagbo. Il se trouve que les images qui ont servi à accabler Laurent Gbagbo (Menaces de la maison blanche, menaces du TPI, annonces de sanctions, etc.) proviennent d'une mise en scène comme on peut le voir dans les vidéos de Gris-Gris International.

SCANDALE : TF1 ILLUSTRE LES VIOLENCES EN COTE D'IVOIRE A PARTIR DE MANIPULATIONS ORCHESTREES

http://www.wat.tv/video/scandale-tf1-illustre-violences-3...

2- Voici le dossier de base, admirablement restitué par le Gris-Gris International.

3- Manipulations relatives à l'existence de nombreux charniers en Côte d'Ivoire.

LOGO TF1.jpg

C- Manipulations à l'ONUCI - Manipulations sur TF1

Nous vous confirmons le dépôt du fichier "manipulation.avi" effectué le 01/01/2011 à 12:40 sur le service http://dl.free.fr .

Votre fichier sera accessible à l'adresse suivante:

http://dl.free.fr/qnPD3pVgS (Vidéo Amateur)

Le fichier est protégé par le mot de passe suivant: mechancete

Cette vidéo amateur a été réalisée par un patriote  à  Sébroko, devant le siège de l'Onuci. Il a filmé sans le savoir une mise en scène orchestrée par les Casques bleus, les journalistes français et des marionnettes acquises à la cause de Monsieur Alassane Dramane Ouattara.

Ce montage servira de support à TF1 pour accabler le régime Gbagbo, évoquer des tueries massives et invoquer de probables recours au TPI au JT de 20 heures, le jeudi 20 décembre 2010.


Pour le "user name", entrez le mot de votre choix.

http://videos.tf1.fr/jt-20h/le-20-heures-du-20-decembre-2... (Vidéo TF1)

 

D- Film complet de la manipulation d'Abobo: 7 mn à télécharger

https://www.wetransfer.com/dl.php?code=sKZ2en7Z&hash=...


 

Que DIEU garde et bénisse la Côte d'Ivoire!

UNE DES MORTES D'ABOBO SE RELEVE: «FAUT RESTER COUCHEE, C'EST PAS ENCORE FINI!»

Depuis quand une morte par balles se relève-t-elle et la fait-on recoucher pour achever le filmage du drame? Il s'agit de la fameuse bande qui fait le tour du monde contre GBAGBO. C'est le tour de force qu'a réussi le RHDP. Et si tant était que cette femme était atteinte d'une balle et qu'elle n'était pas encore morte, pourquoi ne se préoccupe-t-on pas de la secourir et a-t-on plutôt uniquement le souci de la filmer, quitte à ce qu'elle se vide de son sang? En outre, pourquoi sa préoccupation à elle, l'agonisante, serait de se cacher le visage plutôt que de demander de l'aide et du secours? Archi montage! En témoigne éloquemment cette vidéo (cliquer sur):


http://www.youtube.com/watch?v=-i-oXt73-kc


La vérité finit toujours par rattraper le mensonge et tous les montagnes, des plus fins aux plus grotesques.

 


Que DIEU protège et bénisse la Côte d'Ivoire!

 

--------------------------------------------------------------


«AFFAIRE 6 FEMMES TUEES A ABOBO», DE NOUVEAUX INDICES QUI CONFIRMENT LE MONTAGE


Voici une vidéo qui était censée être une « bombe » contre le régime du Président Gbagbo, mais malheureusement pour le camp Ouattara, au fur et à mesure que les jours passent, on se rend compte de la supercherie. Voici une contribution que nous avons trouvée fort enrichissante d'un observateur averti que nous mettons à votre disposition. Pour voir la vidéo, cliquer: ICI


1- Minute 3:28, il y a une ruse qu'on décèle quand on observe la manière dont la camera va vers le ciel et comment quand elle revient on ne voit plus les femmes mais plein de jeunes hommes devant des chars! Jusqu'à 3:40, on voit beaucoup d'hommes devant les chars, mais aucun d'entre eux n'est touché alors qu'ils se trouvaient entre les femmes et les chars!

2- Minute 4:00 à Minute 4:30, les chars ne font aucun détour pour éviter des corps censés être sur la voie; on les voit passer en fil et en ligne droite alors qu'on n'a vu aucun corps écrasé! Mieux, entre Minute 4:00 et Minute 4:30, faites plusieurs pauses sur les images des chars qui passent; cela vous permettra de voir la vidéo image par image, et vous allez voir qu'il n'y avait aucun corps par terre au moment ou les chars passaient!

3- Minute 4:53 à Minute 4:59, le corps sans tête est censé avoir reçu une balle, mais il n'y a pas de débris d'os ou de cervelle par terre, le goudron à côté est propre, à part le « sang » par terre; pourtant, demandez à n'importe quel militaire, si cette personne avait été touchée à la tête sur ces lieux, il y aurait eu des débris de cervelle et d'os tout autour! Donc c'est un corps qui a été juste déposé-là ! En tout cas, ce n'est pas un corps qui a été touché par une balle sur ces lieux!

4- Minute 5:20 à Minute 5:25, la morte qui se réveille, on lui fait signe de se recoucher, elle se recouche et replace son bras pour faire la morte. Imaginez-vous une seconde être la personne qui filmait, et vous voyez une survivante, auriez-vous réagi aussi calmement devant une survivante ? La personne qui filme et les personnes autour n'essayent pas d'aider ou de soigner une blessée qui tente de se lever ? Aucun d'eux ne semble surpris de voir une survivante et n'essaye de l'aider en alertant les gens autour qu'il y a une survivante! Non, on lui fait signe de se recoucher et elle se recouche, sans gémir, et remet son bras sur son visage avant de refaire la morte !


Cedric Medegan

Par Toussaint A. sur facebook


Source : COTE D'IVOIRE LA VRAIE

COMMUNIQUE DES FDS-CI DU 04 MARS 2011: UN DEMENTI FORMEL AU SUJET DE LA MORT DES 6 FEMMES D'ABOBO



PHILIPPE MANGOU.jpg

Sur la base des propos de pseudo témoins, des agences de presse ont diffusé l'information selon laquelle les Forces de Défense et de Sécurité de Côte d'Ivoire (FDS-CI) seraient coupables de la mort de six (06) femmes, tuées par balles, au cours de la marche des militantes du RHDP à Abobo, le jeudi 03 mars 2011.

Cette information a été automatiquement relayée depuis hier par des médias internationaux.

Tout en s'inclinant très sincèrement sur la mémoire de ces femmes tuées, victimes d'actes d'un autre âge, les FDS-CI déclarent purement et simplement ne pas se reconnaître dans cette accusation, forcement mensongère et sans fondement.

A l'intention de ces médias qui, de façon curieuse et suspecte, s'accordent autour de cette accusation grave, les FDS-CI rappellent que des marches similaires de militantes du RHDP ont eu lieu à Adjamé, à Marcory, à Treichville, à Attécoubé, à Bassam et dans d'autres localités les jours précédents; elles ont été toutes dispersées par des FDS-CI à l'aide de moyens conventionnels, sans qu'aucun cas de tuerie par balles n'ait été déploré, ni d'actes de barbarie observés.

Les FDS-CI s'insurgent contre ces adeptes des informations pour qui la légèreté et la manipulation des faits sont établies comme des règles professionnelles.

Aussi, le Chef d'Etat-Major des Armées demande t-il à ces accusateurs de rechercher les auteurs présumés de ces tueries de femmes à Abobo ailleurs. Car il affirme que la zone d'Abobo n'a jamais été le théâtre d'opérations des FDS-CI ce jour précis du jeudi 03 mars 2011, jour de la marche.

Enfin, le Chef d'Etat-Major des Armées précise que les troupes des FDS-CI sont restées stationnées dans leur cantonnement d'Abobo.


DIEU BENISSE ET SAUVE LA COTE D'IVOIRE!


Fait à Abidjan le vendredi 04 mars 2011


Pour les FDS-CI

Le Colonel-Major GOHOUROU Babri Hilaire

Porte-parole

vendredi, 04 mars 2011

JOURNEE NOIRE HIER A ABOBO: LE «COMMANDO INVISIBLE» DE OUATTARA TUE 7 FEMMES


COMMANDO RHDP.jpg

L'information est passée en boucle sur toutes les chaînes d'information en continue qui arrosent la Côte d'Ivoire en ce moment. "Six femmes abattues lors d'une manifestation pro-Ouattara". Une septième serait décédée par la suite à l'hôpital. Pourquoi les soldats ivoiriens tueraient-ils des femmes qui manifestent dans la rue alors qu'ils se contentent de disperser par des gaz lacrymogènes d'autres manifestants plus violents ? La manifestation des femmes d'hier n'étant pas la première du genre, pourquoi celle-ci aurait-elle dégénéré au point d'entraîner une réaction aussi violente des forces de sécurité? Il y a quelque chose qui cloche dans cette affaire.

Si des corps sans vie de femmes sont effectivement trouvés à Abobo, alors il faudra qu'une information judiciaire soit ouverte pour déterminer la cause et les auteurs de leur mort. Car, n'oublions pas qu'à Abobo, les forces de défense et de sécurité ne sont plus seules à opérer. Il y aussi et surtout le fameux « commando invisible » très proche d'Alassane Dramane Ouattara dont la presse pro-RHDP et même les plus hauts responsables du RDR et du RHDP saluent les hauts faits d'armes à longueur de journée. Mais il y a aussi la force des Nations unies qui n'hésite plus à dégainer à la moindre incartade.

Au demeurant, on connaît désormais bien les pratiques des hommes de Ouattara. Quand ils sont en difficulté, ils n'hésitent pas un seul instant à poser des actes abominables pour en faire porter la responsabilité à Laurent Gbagbo. On se souvient qu'en 2002, ils avaient vainement tenté de rendre le gouvernement de Laurent Gbagbo responsable de la mort tragique de Balla Kéita, ex-ministre d'Houphouët devenu membre du parti de Robert Guéi, dans une résidence de Ouaga 2000, quartier chic de la capitale du Burkina Faso. Qui ne se souvient également des lâches assassinats de Camara Yêrêfê, Téhé Emile et Benoît Dacoury-Tabley en 2003, etc. ?

Alors halte à la précipitation et gardons-nous des accusations faciles. A moins qu'il s'agisse encore d'un de ces coups fumants dont le seul et unique but est de discréditer Laurent Gbagbo. Sur ce chapitre des indices subsistent qui inclinent à y croire. Il y a la curieuse coïncidence entre ces tueries et la réunion du Conseil de sécurité de l'ONU qui s'est tenue hier sur "les actes de violences" en Côte d'Ivoire. Autre curieuse coïncidence, la sortie hier de la Haut Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme qui accuse l'armée ivoirienne de "tirer sur les casques bleus" et les "civils".



Augustin Kouyo

 

Source: NOTRE VOIE

BAN KI MOON, UN SCHIZOPHRENE A LA TETE DE L'ONU

BAN KI MOON 6.jpg

Le monde entier doit trembler. L'Onu a à sa tête un malade. Un véritable schizophrène. Un fou. C'est dans un asile que ce triste monsieur doit être conduit. (Oser comparer les Ivoiriens aux nazis!, ndlr)



Le « diplomate » coréen, dont le pays doit avoir proprement honte, à l'issue d'une visite, lundi (28 février 2011, ndlr), au musée de l'Holocauste de Washington, a fait un parallèle d'un scandale absolu entre la situation actuelle en Côte d'Ivoire et les crimes nazis perpétrés par Adolf  Hitler de triste mémoire et ses SS allemands.


La communauté internationale, à en croire M. Ban, 70 ans après les atrocités nazies, est de nouveau « mise à l'épreuve » en Côte d'Ivoire. Indiquant que « l'expression plus jamais ça vaut pour tous les peuples et pour tous les lieux ». Ajoutant qu'en Côte d'Ivoire, « des civils sont tués en défendant la démocratie, et, nous, les Nations unies, nous nous tenons à leurs côtés ».


C'est un aveu de taille. Le secrétaire général de l'Onu, qui milite ouvertement pour la chute de Gbagbo, à tous les prix, est pris en flagrant délit de mensonge, de falsification honteuse et nauséeuse de l'histoire. Un tel personnage est un danger. Voire corrosif. Ce d'autant qu'il pense que la démocratie consiste à tuer et brûler des êtres humains, comme cela se passe en Côte d'Ivoire. L'insurrection armée déclenchée depuis le 21 février par Alassane Ouattara offre quotidiennement des images atroces d'hommes égorgés ou calcinés comme des bêtes sauvages par ses partisans.

CROIX GAMMEES.jpg

Ban Ki-moon, qui a échoué jusque-là à dresser toute la fameuse communauté internationale contre Gbagbo, par des allusions dont la perfidie le dispute à l'ignominie, veut jouer sur un drame qui a fait des millions de morts. Cela est d'autant révoltant qu'il banalise le pogrom juif qui reste comme l'une des pires atrocités que la mémoire humaine ait pu enregistrer jusque-là. Il est devenu fou, cet énergumène.

Rien ne peut justifier que le secrétaire général de l'Onu, un simple fonctionnaire international, veuille truquer l'histoire pour obtenir une intervention armée contre le peuple de Côte d'Ivoire. Et cela (qui est grave) montre que cet homme est un danger ambulant. Il doit faire honte au brave et fier peuple de la Corée du Sud qui sait ce que résister veut dire. Un peuple dont l'un des siens, qui a pu accéder à une haute fonction, par des méthodes d'une bassesse inouïe, essaie de semer le « bordel » dans un pays souverain pour une simple question de contentieux électoral.


C'est sûr. L'histoire ne retiendra pas le nom de Ban Ki-moon. Ou si. Mais comme celui qui a voulu la falsifier et la truquer honteusement pour assouvir de bas desseins. Celui que beaucoup s'accordent à dire qu'il est le Secrétaire général le plus médiocre de l'histoire de l'Onu fait pitié. A le voir se démener comme « le diable dans un bénitier », il aurait seulement déclenché un fou rire, s'il ne s'était agi d'un problème sérieux. On peut prendre le pari. Ban Ki-Moon n'aura pas un second mandat. C'est un homme grillé. Sur les deux faces. Comme un « gbofloto » (un beignet, en Côte d'Ivoire, ndlr).



Souleymane T. Senn
souleymanetsenn@yahoo.fr

INHUMAIN, TROP INHUMAIN ! - CRISE POSTELECTORALE IVOIRIENNE ET QUESTIONS SOCIALES: POURQUOI L'UE PUNIT-ELLE LES MALADES IVOIRIENS ?



PRODUITS PHARMACEUTIQUES 2.jpg

Qu'ont fait les malades ivoiriens à l'Union Européenne ? De quoi sont-ils donc coupables ou responsables ? Quel crime odieux ont-ils commis, pour que l'accès direct aux médicaments des grands laboratoires européens leur soit désormais interdit ? Car, c'est aussi de cela qu'il s'agit, avec la décision de l'Union Européenne de prohiber le Port d'Abidjan, second port d'Afrique, à tous les navires européens. Or, ceux-ci assuraient, jusque-là, 90% du trafic portuaire. Qui a jugé les malades, pour leur infliger pareille punition ? Les malades ivoiriens ont-ils seulement pris part aux votes, pour être ainsi concernés par la crise postélectorale ivoirienne ? Pourquoi supporteraient-ils les effets collatéraux des sanctions ? Ils font parti des abstentionnistes du premier et du second tour. Les malades n'ont généralement pas de camp politique.

J'incrimine ! Inhumain, trop inhumain, cette Union Européenne-là.

Sous peu, les pharmacies n'auront plus de médicaments à vendre. Les stocks disponibles n'atteindront pas la fin mars, selon les prévisions. Qui souffre ? Non pas les classes moyennes ou embourgeoisées, ni non plus les fonctionnaires internationaux résidant en Côte d'Ivoire. Pour eux, on le sait bien, les médicaments viendront toujours plus vite que leurs maladies, tout comme les chemins marchent plus vite que les écoliers[1].

Mais souffrent déjà les pauvres, et depuis trop longtemps, ceux qui n'ont pas de familles à l'étranger, les humbles, tous les blessés de la vie. « Tu es pauvre. Or Laurent Gbagbo n'a pas quitté le pouvoir. Donc tu paieras ». Tel est le syllogisme de l'Union Européenne. Cela porte un nom : le cynisme. Mais qu'espère l'Union Européenne ? Que les malades se soulèvent, contre le régime de Laurent Gbagbo ? Mesdames et messieurs de l'Union Européenne, ils n'en ont pas la force. Que leurs parents le fassent à leur place ? Mesdames et messieurs, ils sont occupés à prodiguer l'assistance à leurs malades. Inhumain, trop inhumain ! Ab-surde aussi, absence-de-sens, sens-qui-ne-s'entend-pas. Que l'un des plus vastes ensembles politico-économique du monde, héritière de Kant Emmanuel et des Lumières, qui s'est donné pour hymne l'Ode à la joie de Schiller rédigé sur la demande de Goethe, dispache le « malheur » et bascule si promptement dans le « cynisme », montre combien notre époque est en pleine dévastation, sans repère.

J'incrimine ! Inhumain, trop inhumain. Punir des malades. Lisez et méditez les explications, les alarmes et l'appel pathétique de M. Kouassi Parfait, président de l'Ordre des pharmaciens de Côte d'Ivoire, à l'attention d'une humaniste française :

« Bonjour Nora Ansell-Salles,

La réalité est que l'arrêt de la Banque centrale, les fermetures  des banques commerciales, l'arrêt des transactions financières avec l'UE mettent les grossistes locaux dans l'incapacité de régler leurs fournisseurs en UE. De plus, le blocus des ports rend toute importation impossible depuis l'UE. Or 90% des médicaments viennent d'UE. De facto, depuis le 11 février, les flux de médicaments en direction de la Côte d'Ivoire sont interrompus. Il y aura donc pénurie de médicaments une fois que les stocks déjà disponibles seront épuisés. Les délais de couverture sont évalués à environ 1mois et demi, c'est-à-dire d'ici fin Mars. Il ne s'agit donc pas d'un embargo sur les médicaments mais de la conséquence des mesures de blocus général visant à asphyxier le régime Gbagbo. Les programmes de coopération interne sont eux aussi suspendus avec le régime Gbagbo et dans ce contexte, les dotations de fond pour les fournitures d'ARV, tuberculose, paludisme etc., sont eux aussi suspendus. Comme tu vois, c'est un contexte extrêmement compliqué, lié à des décisions politiques. En dehors d'un relais par les humanitaires (ONG...), je ne vois pas comment éviter la catastrophe humanitaire, si d'ici là, le contexte reste en l'état; cordialement ! »[2].

Voici venu le temps des « sorciers » et « marabouts » guérisseurs, des vendeurs ambulants de faux-médicaments, des charlatans, des contrebandiers, etc.

Il reste à faire le bilan des morts et des maladies dus à la crise ivoirienne, qui dure depuis 20 ans. Combien d'infarctus, de cas d'impuissances, de névroses diverses, de tués, d'explosion de pathologies graves (sida, malaria, tuberculose, etc.), de destruction du réseau de soins publics et privés (hôpitaux, cliniques, cabinets dentaires, etc.).

Comment rester insensible aux malheurs qui avancent, en s'ajoutant à d'autres malheurs ? Inhumain, trop inhumain ! « On » tue en silence des malades. Malthusianisme et cynisme, depuis des bureaux feutrés. Non pas seulement l'Union Européenne ou les classes politiques ivoirienne et africaine, mais aussi tous ceux qui se taisent, complices d'un jour, complices pour toujours. D'une autre veine, nous sommes d'une autre tradition, nous ne relevons pas de la veulerie des élites que fustige Max Gallo[3]. Être Français, en France comme dans le monde, c'est toujours se placer au cœur des problématiques sociales. Et, dans le drame des malades qui a cours en Côte d'Ivoire, je voudrais dire après René Char que les yeux seuls sont encore capables de pousser un cri[4]. Crions donc, de toutes nos forces. Ouvrez large les yeux.

L'Union Européenne ignore superbement le Droit des gens. Mais lorsque les Institutions sont défaillantes, il est des droits et du devoir des citoyens de prendre des initiatives, comme le suggère Gabriel Bonnot de Mably[5].

Intellectuels, prenez vos plumes ! En son temps, L'abbé Grégoire lança un cri célèbre, que l'on peut reprendre et adapter ici : les ennemis des médicaments sont les amis de l'inhumanité.

Journalistes, inondez d'alertes vos journaux et reportages ! Hölderlin pensait que vous aviez choisi Apollon, parce que Dieu de la vérité.

Avocats, saisissez la Cour Européenne des Droits de l'Homme ! Le droit ne s'affaiblit pas aux portes des malades. Au contraire, il se revigore.

Médecins accourez ! Hippocrate vous a fait jurer secours éternel aux malades. Où est passé le « French doctor » ?

J'incrimine : inhumain, trop inhumain !

Je prends, dès à présent, avec Nora Ansell-Salles, l'initiative de la mise en place du Collectif Médicaments pour la Côte d'Ivoire. Que tous ceux qui sont sensibles au sort des malades se rallient à cette cause. J'en appelle à tout le corps médical français et européen, à l'industrie pharmaceutique, aux associations de prévention et d'aide, aux ONG, au corps législatif. Que se lèvent des bateaux, que s'installe un réseau postal internet pour la livraison, que des réseaux de distribution se substituent aux défaillances. Refusons que des malades soient pris en otage.

Nul, s'il est humain, ne doit rester insensible.


Dr Pierre Franklin Tavares

Mobile : +336-87-34-21-22



[1] René Char, Commune présence, préface de Georges Blin, Gallimard, Paris, 1978, p. 125.

[2] Courriel à Mme Nora Ansell-Salles, en date du 2 mars 2011.

[3] Max Gallo, Fier d'être français, Fayard, Paris, 2006, p. 18.

[4] René Char, Feuillets d'Hypnos, Gallimard, Folioplus classiques, Paris, 2007.

[5] Gabriel Bonnet de Mably, Des droits et des devoirs du citoyen, librairie Marcel Didier, Paris, 1972.

LA FRANCE ET L'UE COMMETTENT UN CRIME CONTRE L'HUMANITE EN COTE D'IVOIRE

PRODUITS PHARMACEUTIQUES.jpg

Chers lecteurs, je vous fais partager le message adressé, le mercredi 2 mars 2011, aux journalistes français par le Prof. Gérard Granger, suite à  l'arrêt de la distribution des médicaments en Côte d'Ivoire :


Chers amis journalistes, pour information, voici le message adressé par le président du Conseil de l'Ordre des pharmaciens de Côte d'Ivoire, le Dr Parfait Kouassi (Tél : +225 22 41 06 47, Cell: +225 07 09 72 42, E-mail : parfaitkp@hotmail.com) alertant sur la situation sanitaire préoccupante que vit son pays.

« La réalité est que l'arrêt de la Banque centrale, les fermetures  des banques commerciales, l'arrêt des transactions financières avec l'UE mettent les grossistes locaux dans l'incapacité de régler leurs fournisseurs en UE. De plus, le blocus des ports rend toute importation impossible depuis l'UE. Or 90% des médicaments viennent d'UE.


De facto, depuis le 11 février, les flux de médicaments en direction de la Côte d'Ivoire sont interrompus. Il y aura donc pénurie de médicaments une fois que les stocks déjà disponibles seront épuisés. Les délais de couverture sont évalués à environ 1 mois et demi, c'est-à-dire d'ici fin mars.


Il ne s'agit donc pas d'un embargo sur les médicaments (en tant que tel, ndlr) mais de la conséquence des mesures de blocus général visant à asphyxier le régime Gbagbo.

Les programmes de coopération interne sont eux aussi suspendus avec le régime Gbagbo et dans ce contexte, les dotations de fond pour les fournitures d'ARV, tuberculose, paludisme etc, sont eux aussi suspendus.

C'est un contexte extrêmement compliqué, lié à des décisions politiques. En dehors d'un relai par les humanitaires (ONG), je ne vois pas comment éviter la catastrophe humanitaire, si d'ici là , le contexte reste en l'état. »


Source: IVOIREVERITE

mardi, 01 mars 2011

OU ETAIT BAN KI MOON LORSQUE LES EXPERTS DE L'ONU AVAIENT MIS EN EVIDENCE LES VIOLATIONS DE L'EMBARGO PAR LES REBELLES ET LE BURKINA FASO EN OCTOBRE 2OO9?

 



BAN KI MOON.jpg

Le Conseil de Sécurité de l'Organisation des Nations Unies (ONU) a désavoué lundi le Secrétaire Général de l'organisation au sujet de présumées livraisons d'hélicoptères du Bélarus à la Côte d'Ivoire. « En accusant le Bélarus d'avoir envoyé trois hélicoptères à Laurent Gbagbo en Côte d'Ivoire, le Secrétaire Général Ban Ki-Moon a fait une erreur », ont révélé plusieurs membres du Conseil de sécurité à l'issue d'une réunion tenue lundi soir. Plusieurs diplomates sont repartis « déçus », devant « l'absence de preuves ». C'est un camouflet, une véritable gifle pour Ban Ki Moon, l'indécrottable comploteur à la solde de Sarkozy et d'Obama. S'il veut prouver  la « compétence » que lui dénie la responsable des audits de la Maison de verre, Mme Inga-Britt Ahlenius, ex-Haut fonctionnaire à l'Office des services de contrôles internes (Bsci), qu'il nous explique où il était lorsque les experts de l'Onu avaient mis en évidence, dans un rapport plus qu'éloquent, les violations de l'embargo par les rebelles et le Burkina Faso, en octobre 2009, pour n'avoir demandé aucune réunion du Conseil de Sécurité sur la question et recommandé aucune sanction contre eux? Une autre incompétence? Décidément! Extraits dudit rapport.


L'ONU pointe le réarmement des rebelles ivoiriens à partir du Burkina Faso.


Nous publions dans cet article des extraits du rapport de l'ONU intitulé : "Rapport final du Groupe d'experts sur la Côte d'Ivoire établi en application du paragraphe 11 de la résolution1842 (2008) du Conseil de sécurité. " daté d'octobre 2009.


Rapport final du Groupe d'experts sur la Côte d'Ivoire établi en application du paragraphe 11 de la résolution 1842 (2008) du Conseil de sécurité.


Extraits de ce rapport de l'ONU :

Contexte :

Situation en Côte d'Ivoire

Le territoire de la Côte d'Ivoire est divisé depuis plus de sept ans. En conséquence, une nouvelle dynamique a vu le jour sur les plans politique, économique et stratégique qui n'existait pas avant les hostilités de septembre 2002.Le conflit ne se limite plus seulement à une confrontation entre le nord et le sud, c'est une lutte à laquelle prennent part de nombreux acteurs, dont certains ont beaucoup à gagner de la réunification de la Côte d'Ivoire, d'autres beaucoup à perdre. Alors que la division du pays perdure, toutefois, l'incertitude concernant la future réunification nourrit les tensions politiques. [..] Ces tensions ont des incidences directes sur l'embargo sur les armes et le matériel connexe, tant pour la poursuite de la demande d'armes et de matériel connexe au niveau des parties ivoiriennes que pour les sources de financement, y compris les diamants, qui pourraient être utilisées pour les acheter. Si la situation politique du pays venait à se détériorer, menaçant les intérêts économiques de certaines parties, le Groupe ne peut exclure la possibilité d'une escalade rapide de la violence armée, en particulier dans le nord.

Relations commerciales avec les pays voisins et embargo de l'ONU

La Côte d'Ivoire a cinq voisins immédiats. Elle a des frontières à l'ouest avec le Libéria (716 km) et la Guinée (610 km), au nord avec le Mali (532 km) et le Burkina Faso (584 km), et à l'est avec le Ghana (668 km). Elle est bordée au sud par une frontière maritime d'environ 750 kilomètres.Le mouvement des Forces nouvelles contrôle quelque 1 950 kilomètres de frontières avec le Burkina Faso, le Ghana, la Guinée, le Libéria et le Mali. Les forces gouvernementales contrôlent pour leur part les 1 384 kilomètres de frontières avec le Ghana et le Libéria.

Les Codes des douanes de l'UEMOA (Union économique et monétaire ouest-africaine) et de la Côté d'Ivoire contiennent l'un et l'autre des sections concernant les interdictions administratives et judiciaires, dont certaines dispositions devraient permettre d'intégrer les sanctions imposées par l'ONU, ce qui n'est pas le cas actuellement.Tous les États sont appelés à appliquer les paragraphes 7, 9, et 11 de la résolution 1572 (2004) du Conseil de sécurité ainsi que le paragraphe 6 de la résolution 1643 (2005) et, ce faisant, à prendre des mesures nationales pour faire respecter l'embargo sur les armes et les diamants. La Côte d'Ivoire est par conséquent tenue d'intégrer dans sa législation douanière des dispositions interdisant l'importation et l'exportation de marchandises interdites en vertu du régime de sanctions de l'ONU. Elle doit aussi adapter ses procédures douanières de manière à pouvoir détecter, faire cesser et réprimer toute violation du régime de sanctions.Le Gouvernement ivoirien n'a cependant pas adopté ces mesures législatives ou réglementaires. Comme le Président de la République déclare que le pays est en guerre, ce qui l'exonérerait apparemment de tenir sa promesse de respecter le régime de sanctions, les dispositions de ce régime n'ont pas été incorporées dans la législation nationale, si bien que l'administration douanière n'a pas non plus adapté ses procédures en conséquence.

Les précédents groupes d'experts ont étudié le traitement des cargaisons en transit et relevé un certain nombre de déficiences, par exemple le fait que leur contenu n'était pas passé au scanner. Les risques de violation de l'embargo liés à cette absence de contrôle efficace des marchandises en transit ont été signalés dans un précédent rapport. L'absence de cadre juridique relatif à la surveillance du régime de sanctions imposé à la Côte d'Ivoire et de liste complète des marchandises sous embargo entrave donc constamment l'application des sanctions imposées par le Conseil de sécurité de l'ONU.

Le rôle du Burkina Faso :

Le facilitateur

Le Président du Burkina Faso, Blaise Compaoré, est le Facilitateur de l'Accord politique de Ouagadougou entre le Gouvernement ivoirien et les Forces nouvelles. Le Burkina Faso est aussi le destinataire de la plupart des exportations du nord de la Côte d'Ivoire contrôlé par les Forces nouvelles. Dans cette situation, le Burkina Faso pourrait exercer des pressions considérables sur les commandants de zone pour les amener à conclure un accord politique. Toutefois, le Groupe craint que certains éléments au Burkina Faso soient peu enclins à désirer la réunification politique et administrative rapide de la Côte d'Ivoire. En effet, la réunification de la Côte d'Ivoire mettrait en danger un commerce de transit lucratif par le Burkina Faso, en rouvrant les ports d'Abidjan et de San Pedro aux exportations du nord du pays, en particulier le cacao. De plus, le Burkina Faso a de solides liens ethniques avec la population du nord de la Côte d'Ivoire et une diaspora nombreuse qui réside dans le nord et y a de vastes intérêts commerciaux. Le Groupe juge particulièrement préoccupant le mouvement d'armes et de munitions entre le territoire du Burkina Faso et le nord de la Côte d'Ivoire contrôlé par les Forces nouvelles.

Les transferts d'armes et de munitions à partir du Burkina Faso

Deux témoins indépendants et fiables ont fait part au Groupe de transferts d'armes et de munitions à partir du territoire burkinabé vers diverses localités du nord de la Côte d'Ivoire contrôlées par les Forces nouvelles. Considérées ensemble, ces informations cadrent avec ses propres constatations concernant les fusils d'assaut dont les numéros de série ont été effacés et les munitions en sac [...].

Le premier de ces témoins a informé le Groupe que des parties non identifiées, agissant à l'appui des Forces nouvelles, avaient transporté depuis le sud du Burkina Faso, par la route, des fusils d'assaut et des munitions de petit calibre destinés aux unités des Forces nouvelles présentes dans les villes ivoiriennes de Ferkessédougou et Korhogo. Ces armes auraient été chargées dans la ville burkinabé de Bobo-Dioulasso. Il lui a été indiqué (en février 2009) que le dernier de ces transferts datait de décembre 2008, mais le Groupe a des raisons de penser qu'ils se poursuivent.Le second témoin a appris au Groupe que des camions à bétail avaient servi à transporter des armes « AK-47 » (de type Kalachnikov) et des munitions du Burkina Faso à Ferkessédougou et de là à Korhogo, pour les unités des Forces nouvelles - plus précisément, la Compagnie territoriale de Korhogo. Les numéros de série de ces armes avaient été effacés avant l'expédition, et tant les armes que les munitions avaient été expédiées dans des sacs à riz.Le même témoin a aussi fourni au Groupe un échantillon des munitions qui auraient été transférées. On trouvera le détail de ces munitions, par type, au tableau ci-dessous. Tous les types découverts par le Groupe dans des sacs à cacao (et non à riz) y sont représentés19, y compris les munitions de fabrication russe, venant s'ajouter aux munitions d'origine soudanaise et aux deux autres types de munitions de fabrication inconnue [...].

Le Groupe considère que ces informations sont exactes, et ce, pour quatre raisons. Tout d'abord, deux témoins indépendants ont livré des informations qui, à la fois, sont cohérentes en elles-mêmes et s'étayent mutuellement. Deuxièmement, le Groupe considère chacun de ces témoins comme un expert en la matière : l'un fait du commerce routier entre le nord de la Côte d'Ivoire et le sud du Burkina Faso, l'autre est un membre actif des Forces nouvelles et d'un rang suffisamment élevé pour avoir une intelligence raisonnable de leur stratégie d'acquisition d'armes. Troisièmement, le compte rendu du second témoin comprend des renseignements précis (y compris sur les munitions en sac et sur les numéros de série effacés) qui viennent à l'appui des analyses antérieures des armes et munitions faites par le Groupe. Enfin, le second témoin a aussi communiqué au Groupe des échantillons de minutions, qui correspondaient aux types trouvés dans les sacs. Le Groupe considère que, conjuguée à ces deux témoignages, son évaluation physique des armes et munitions suspectes, fournit des données de fait suffisantes pour conclure que certains éléments des Forces nouvelles ont acquis des armes et des munitions en violation de l'embargo. Le Groupe relève aussi que des transferts de munitions (et peut-être d'armes) sont sans doute en cours. Lorsque, par exemple, il s'est rendu le 14 février 2009 à Korhogo, auprès de l'unité Fansara 110 des Forces nouvelles, le Groupe a observé qu'il y avait tout au plus cinq sacs de munitions. Lorsqu'il est revenu, le 10 juin 2009, dans la même salle d'entreposage, il a constaté qu'elle contenait plus de 60 sacs de munitions. Le personnel des Forces nouvelles stationné là a été incapable de fournir une explication de cette augmentation.

Tout en pensant que certaines parties au Burkina Faso sont impliquées dans le transfert d'armes et de munitions à des unités des Forces nouvelles, le Groupe ne dispose pas de données permettant de lier ces transferts aux autorités burkinabé. Cela dit, il soutient qu'il y a au Burkina Faso (et en particulier à Bobo-Dioulasso) des entités et des particuliers qui possèdent des intérêts commerciaux dans la région de la Côte d'Ivoire que contrôlent les Forces nouvelles et qui ont donc suffisamment de raisons et de moyens d'aider les Forces nouvelles à acquérir des armes. Rappelant par ailleurs ses constatations relatives aux transferts de cartouches de fusils de chasse de calibre 12, le Groupe relève que le Burkina Faso a visiblement des difficultés à exercer son contrôle sur les activités des particuliers ou entités opérant ou en transit sur son territoire.

Les transferts d'uniformes

Le Groupe a photographié les uniformes militaires, qui portaient le nom d'un fabricant français, le Groupe Marck. Celui-ci l'a informé que les uniformes en question (des tenues camo « lézard » F1 chevron) n'avaient été livrées qu'aux Ministères de la défense du Burkina Faso et du Bénin. Le Groupe d'experts a transmis des lettres à chacun de ces pays, qui ont répondu qu'ils n'avaient pas transféré d'uniformes aux Forces nouvelles et n'avaient pas non plus enregistré de pertes ou vols d'uniformes.

Les Acquisition de véhicules « militaires »

Le Groupe a reçu plusieurs informations selon lesquelles les Forces nouvelles de la zone 10 auraient acquis des petits camions découverts à l'arrière (« pickups »). Les observateurs militaires des Nations Unies à Korhogo l'ont informé qu'en juin 2009 des unités des Forces nouvelles stationnées dans cette ville s'étaient procuré 10 de ces véhicules de divers types, qui auraient été expédiés du territoire du Burkina Faso. De plus, l'ONUCI (Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire) a signalé que, le 5 août 2009, les Forces nouvelles présentes à Ferkessédougou avaient acquis trois pick-ups Land Cruiser de Toyota24. Le Groupe n'a pas été en mesure d'établir l'origine des véhicules, mais il reste d'avis que les livraisons étrangères de véhicules civils à usage militaire en Côte d'Ivoire constituent une violation du régime des sanctions.

Le Groupe recommande que le Gouvernement du Burkina Faso conduise dans les plus brefs délais des investigations approfondies au sujet des transferts d'armes, de munitions et de matériel connexe depuis son territoire vers la zone nord de la Côte d'Ivoire aux mains des Forces nouvelles.

La contrebande de cacao

En Côte d'Ivoire, la contrebande de cacao consiste à acheminer ce produit jusqu'aux pays voisins en passant par la partie nord du pays contrôlée par les Forces nouvelles sans avoir de documents officiels attestant le paiement de droits de douane et sans se soumettre à d'autres formalités douanières.

La plus grande partie du cacao produit en Côte d'Ivoire l'est dans le sud du pays. La production de la partie nord du pays contrôlée par les Forces nouvelles représente environ 10 % de la production totale du pays. Malgré cette disparité, le cacao reste une importante source de recettes pour les Forces nouvelles (1).

Au début de janvier 2009, le Groupe s'est rendu au Burkina Faso par la route depuis la Côte d'Ivoire en suivant l'itinéraire emprunté pour exporter le cacao ivoirien, afin de vérifier concrètement les mécanismes utilisés. Le Groupe a été informé que des camions ivoiriens transportant du cacao depuis le nord de la Côte d'Ivoire transbordaient régulièrement leur cargaison sur d'autres camions (dont on ne connaissait pas initialement la provenance) dans la zone industrielle de la ville burkinabé de Bobo-DioulassoAu cours de leur visite, les membres du Groupe ont été à plusieurs reprises les témoins oculaires du transbordement de cargaisons de cacao entre des camions de 40 tonnes immatriculés en Côte d'Ivoire et des camions immatriculés au Burkina Faso. Les sacs transbordés portaient la mention « Ghana Cocoa Board, Produce of Ghana » (2) . L'un des porteurs participant au transbordement des sacs a confirmé que le camion ivoirien venait de la ville de Vavoua, en Côte d'Ivoire, que ces opérations avaient lieu tous les jours pendant la campagne de récolte du cacao et que le camion burkinabé, une fois chargé, partirait pour le port maritime de Lomé.En conclusion, le Groupe estime que près de 75 % de la production de cacao du nord de la Côte d'Ivoire est acheminée par le Burkina Faso jusqu'à Lomé (Togo) pour être vendue sur les marchés internationaux. On ignore quelle est la proportion qui est vendue frauduleusement comme étant d'origine ghanéenne.

Le commerce de diamants

L'embargo sur les exportations de diamants bruts ivoiriens n'a ni empêché ni sensiblement réduit le risque de l'entrée de ces produits sur les marchés internationaux de diamants. L'augmentation de la production de diamants bruts en provenance de Côte d'Ivoire, à laquelle s'ajoute l'absence de stocks importants de diamants dans le pays malgré la poursuite de la production, et l'admission par des parties de l'exportation de diamants soutiennent ces observations.Le Burkina Faso et le Mali sont les seuls pays ne participant pas au Processus de Kimberley qui ont une frontière commune avec la Côte d'Ivoire. L'absence de contrôles frontaliers efficaces et d'une législation spécifique concernant les diamants dans chaque pays fait que le commerce des diamants bruts en Côte d'Ivoire s'étend tout naturellement au Mali et au Burkina Faso.Le Groupe n'a pas encore confirmé les informations selon lesquelles des diamants en provenance de Côte d'Ivoire ont été exportés vers des centres internationaux de diamants via le Burkina Faso. Toutefois, les contrôles frontaliers entre le Burkina Faso et la Côte d'Ivoire sont faibles et il est fort probable que des cargaisons de diamants bruts ne seraient pas détectées par les autorités frontalières. Le Groupe soutient que la frontière entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso est vulnérable au trafic de diamants bruts.

1- [...] Pendant la campagne de 2006-2007 (plus précisément en mars 2007), une tonne de cacao coûtait à un acheteur international en moyenne 1 800 livres sterling (3 185 dollars sur le marché normal), contre environ 1 610 livres sterling (2 849 dollars) pour le cacao ivoirien de contrebande, soit une différence d'environ 190 livres (336 dollars). Cette différence de prix est le résultat de l'écart entre les taxes et les contributions parafiscales prélevées par le Gouvernement ivoirien sur le cacao produit et exporté dans le sud du pays (269,11 francs CFA par kilogramme, soit 269 110 francs CFA par tonne), et les taxes perçues par les Forces nouvelles dans le nord (100 000 francs CFA par tonne). Sur la base des chiffres approximatifs de la production totale de cacao du nord de la Côte d'Ivoire, cette différence de 169 110 francs CFA par tonne représente une économie d'environ 21,5 milliards de francs CFA (43 millions de dollars) pour les acheteurs multinationaux (chiffres de la campagne 2006-2007).

2- Dans le nord de la Côte d'Ivoire, le cacao est placé dans des sacs à cacao ghanéens afin d'accroître le profit tiré de la transaction. Le cacao ghanéen fait l'objet d'un contrôle de qualité avant d'être exporté et est généralement considéré comme étant de meilleure qualité que le cacao ivoirien. Ainsi conditionné frauduleusement, celui-ci se négocie donc à un meilleur prix qu'il ne le ferait autrement. Dans une certaine mesure, le conditionnement frauduleux du cacao peut également servir à dissimuler le commerce de cacao ivoirien.


Le Groupe d'Experts de l'ONU


Note : Un diplomate Nigérian à l'ONU a affirmé, à New York, que c'est Choi et Ban Ki Moon qui ont monté de toutes pièces la crise en Cote d'Ivoire ! Pour lui, cette crise ne s'arrêtera que quand l'ONUCI quittera la Côte d'Ivoire parce que c'est sur elle que compte le camp Ouattara pour lancer ses mots d'ordre d'insurrection.

Interrogé sur la position de son pays qui appelait à une intervention militaire en Côte d'Ivoire, il a été sans détour: "Ban Ki-Moon et Sarkozy ont voulu se servir de notre président (Goodluck Jonathan) pour masquer leur échec dans la résolution de la crise ivoirienne. Nous l'avons décelé et notre position a évolué. C'est pourquoi nous exigeons désormais un feu vert de l'ONU avant d'aller mener une guerre contre quelqu'un qui n'est pas un seigneur de guerre comme l'Afrique en a connu, pour aller tuer des gens qui n'ont fait qu'obéir aux lois de leur pays. Ce serait une grande première dans l'histoire du monde et nous nous demandons comment ils écriront cette résolution."

Il a poursuivi pour dire que "la honte va conduire Ban Ki-Moon à embraser ce pays pour dire après que c'est le refus de Gbagbo de céder le pouvoir qui a entrainé le chaos."


(In TWN-New York - USA du 25 février 2011 sous la plume du journaliste JACK SARKORACCHI)

lundi, 28 février 2011

TOUT SUR LE PLAN SECRET DES OPERATIONS MILITAIRES DE L'ONUCI DANS LES JOURS A VENIR

TOP SECRET.jpg

Les révélations d'un document secret.

 

Le document est de source militaire et estampillé «confidentiel ». Il décrit, dans les détails, le plan et la logistique pour une opération militaire qui devrait être menée sur le territoire ivoirien, par les forces onusiennes à partir de ce lundi 28 février 2011. Ce document de sept (7) pages, élaboré le 18 février dernier, et signé du Général de Brigade Benjamin Freeman Kusi, chef de commandement des forces de l'Onuci, fait le constat que le gouvernement de Laurent Gbagbo a demandé le départ de la force onusienne du territoire. Une requête réjétée par les Nations unies qui ne lui reconnaissent pas ce pouvoir.


Le camp Gbagbo montre, depuis, une grande hostilité envers les forces onusiennes. L'Onu qui se dit préoccupée par la situation, a autorisé le déploiement de 2000 soldats supplémentaires et 03 hélicoptères de combats, pour renforcer la capacité de l'Onuci sur le terrain. Le plan d'action, selon le document confidentiel, se présente comme suit. Après l'autorisation d'action des troupes sur le terrain, et l'accord de déploiement, les hélicoptères, notamment 3 MI-24 de combat de la mission des nations unies au Libéria (Minul), viendront en appui à l'Onuci sur la plan aérien.
Le document précise qu'il s'agira dans un premier temps d'une force défensive et dissuasive. Elle opérera surtout sur les axes Bouaké-Yamoussoukro-Abidjan, mais avec une capacité opérationnelle sur l'ensemble du territoire national. Les hélicoptères seront stationnés à Bouaké.

Ils partiront de Bouaké et seront ravitaillés en carburant à Abidjan à la base de la force Licorne, et à Daloa. Une autorisation de tirs émanant des MI-24 durant leurs missions pourrait être donnée par l'autorité en fonction de la situation sur le terrain. Toujours dans ce même document, les hélicoptères seront déployés en deux phases: d'abord à Bouaké, puis à Abidjan. Le lieu principal de déploiement est la base des opérations de Bouaké, Abidjan devant servir de base pour des tâches spécifiques.

Date de déploiement: 28 février/mars 2011

Ce plan d'opération militaire des forces onusiennes, renforcées par des troupes de la Minul est prévu, selon le document, aujourd'hui lundi 28 février. Il pourrait aller jusqu'en mars. Les concepteurs du plan ont défini des exigences pour son exécution. A savoir être prêt à décoller en 16 minutes dans la journée de 08h à 17h et un autre horaire maximal de décollage d'une heure. Etre en permanence capable de mener des missions même en cas de fermeture des aéroports. Pouvoir assurer des patrouilles et escortes aériennes aux hélicoptères civils et aux véhicules, être capable d'assurer la reconnaissance et le soutien de tir au sol. Les hélicoptères doivent être disponibles chaque jour 24h/24h. L'unité déployée doit réaliser la conduite des missions de patrouilles aériennes, avec une démonstration de force dans les zones à haut risque, y compris avec des tirs de sommation ; la protection des signaux d'appels au sol avec les patrouilles armées au sol, secourir et sécuriser le personnel des Nations unies avec les patrouilles de recherche.

Des tâches dites primaires ont été définies pour les MI-24. Il s'agit entre autres d'armer les escortes d'hélicoptères d'utilité, armer les escortes de soutien et de reconnaissance des convois au sol, faire une démonstration de force à Abidjan, dans les grandes villes du pays et les lieux de concentration de forces loyalistes soutenant l'Onuci, et si nécessaire, faire feu en soutien aux forces au sol sur ordre du chef de commandement, et faire usage de tirs au cours des opérations de recherches et de secours des éléments impliqués dans les opérations. Pour les tâches secondaires, les MI-24 doivent assurer l'observation, le suivi et la surveillance de l'équipage de l'hélicoptère. Plusieurs autres tâches de coordination des opérations, tant au niveau militaire qu'au plan administratif sont minutieusement indiquées dans ce document confidentiel. Le tout étant destiné à contenir les actions des Forces de défense et de sécurité qui occupent le terrain en Côte d'Ivoire. A juste titre d'ailleurs, le document onusien relève la présence, dans les points stratégiques d'Abidjan et à l'intérieur du pays, des Fds, forces restées loyales à Laurent Gbagbo, déclaré vainqueur des élections par le Conseil constitutionnel. Le document note aussi la Garde Républicaine, le CeCOS, qui sont des soutiens forts à Laurent Gbagbo. Sans compter la présence, notamment à l'ouest du pays, des groupes de miliciens Uprgo, Flgo, Miloci, Apwê qui perçoivent les forces onusiennes comme des forces belligérantes et les traitent comme telles. En clair, les opérations militaires planfiées par l'Onuci dans ce document secret devront compter avec la présence de toutes les forces militaires ou paramilitaires restées fidèles à Laurent Gbagbo.


Hamadou ZIAO (Quotidien L'Inter)


Source: COTE D'IVOIRE LA VRAIE

BEAUCOUP DE HAINE SUR CES DEUX SITES - COMMENT LES IVOIRIENS EN SONT-ILS ARRIVES-LA?

 

COMMANDO RHDP 2.jpg

Chers lecteurs, j'ai visité et passé en revue ces deux sites, plate-forme d'expression du commando invisible, revendiqué aujourd'hui officiellement par IB (lire article plus bas) et j'y ai senti beaucoup de haine (justifiée ou non) doublée d'une violence verbale inouïe (surtout dans les commentaires); je me suis finalement demandé comment les ivoiriens en sont arrivés-là; si bas? Arrivés à se réjouir du crime, des destructions, de la désolation et à en atteindre presque l'orgasme? Cette virée m'a bouleversé et convaincu que les positions des deux camps (RHDP-Rébellion, Camp présidentiel) sont définitivement inconciliables. Et cela est plus que triste.

Seule une intervension divine pourrait, en mon sens, éviter à notre beau pays le pire et ramener certains frères à leur bon sens, perdu depuis belle lurette.

Voici les sites en question (cliquer sur):

CONNECTION IVOIRIENNE

MAREE BLANCHE


Que DIEU garde la Côte d'Ivoire!

 

---------------------------------------------------

 

IB IBRAHIM COULIBALY.jpg

Le commando invisible se dévoile: L'heure de la prise des responsabilités a sonné !


Des différents accords inter ivoiriens, à ceux de Ouaga jusqu'aux élections présidentielles précédentes, plus d'un Ivoirien avait rêvé à la fin de la galère du peuple, galère qui sévit inutilement depuis environ une décennie déjà. Mais que non ! Des esprits malins pensent vivre éternellement de la misère des Ivoiriens, cherchant à l'enfoncer d'avantage, sans coup férir. Sinon, comment comprendre le comportement honteux et absurde de Laurent Gbagbo, lui le fils des élections, qui refuse catégoriquement de reconnaître sa défaite, rallongeant ainsi les difficultés existentielles de nos parents, et de tous ceux qui vivent en Côte d'Ivoire. Ceci étant, comme le chef de la league LMP n'est pas la somme des Ivoiriens, et ne peut impunément s'opposer au bonheur de toute une nation, aidé dans cette tâche par des consciences militaires achetées à coût de milliards et savamment embrigadées pour son seul besoin, certains Ivoiriens ont pris leur responsabilité historique.

Au nombre de ces Ivoiriens épris de liberté, de paix et de justice, figure notre fameux COMMANDO INVISIBLE. Loin d'être une chimère, ce groupe n'est autre qu'une élite aguerrie aux maniements et aux techniques militaires de pointes, dirigée de main de maître par le GENERAL Ibrahim Coulibaly, dit IB. Oui, vous avez bien lu. Le GENERAL Ibrahim Coulibaly disais-je. L'heure n'est donc plus aux camouflages, car ce sont les mensonges politiques qui ont plongé le pays là où il se trouve actuellement. Nous nous voulons directs et concrets. Laurent Gbagbo n'a plus aucun choix, que de partir. Partir sans préalable ni délai.


Que les choses soient claires : notre lutte n'est ni celle de SORO et les FN, ni celle des occupants du GOLF ! Alors, que ceux qui nous confondent aux FN, ou aux hommes politiques du GOLF, se débarrassent de tous leurs soucis et tous leurs doutes, nous n'avons rien en commun avec qui que soit actuellement. Les supputations doivent donc cesser. Le COMMANDO INVISIBLE, est une organisation militaire ivoirienne dirigée par le Général IB, pour faire respecter la démocratie en Côte d'Ivoire. Et là-dessus, les choses sont très claires, les tergiversations n'ont fait que trop duré, nous fonçons maintenant tout droit vers la cible commune, le pouvoir LMP. Par voie de conséquence, nous demandons à tous les Ivoiriens lucides, amoureux de leur pays, de nous rejoindre dans la lutte. C'est ensemble que nous allons remettre notre belle patrie dans le concert des nations.


DIEU sauve notre belle Côte d'Ivoire à tous !



GOHI DRIGONE FAYA, porte parole permanent
du GENERAL Ibrahim Coulibaly dit ''IB''


Fait à Abobo, le dimanche 27 février 2011

 

Source: IVOIRE-PRESSE sur Abidjan.net

SORTIS DES GRIFFES DE LA GUERILLA DES REBELLES DU RHDP: LES EMIGRES D'ABOBO QUITTENT MEME ABIDJAN EN MASSE

 

EXODE DE POPULATIONS A ABIDJAN 2.png

Des milliers d'habitants de la commune d'Abobo (qui fait face actuellement à une guérilla des militants du Rhdp, vigoureusement combattue par les Fds), qui ont pu tant bien que mal se libérer du joug de ces chiens de guerre, ont décidé de quitter le territoire du district d'Abidjan, comme nous avons pu le constater le samedi à la gare routière d'Adjamé.
Destination : Agboville, Alépé, Adzopé, bref, les villes périphériques, pour ceux qui en sont les ressortissants, pour y trouver refuge. Et ce sont des familles entières qui sont au centre de cet exode massif...

Des allers et venues incessants dans les deux sens du boulevard communément appelé Renault, entre le poste de Gendarmerie (au niveau du siège de la Sicogi, immeuble Mirador) et le carrefour menant à la gare routière de la commune d'Adjamé. Femme avec sacs et/ou enfants au dos, suivie de l'homme et des adolescents, portant parfois des balluchons sur la tête. Souvent, ces personnes allant seules. Bref, Adjamé Renault avait l'allure, ce samedi, d'un camp de transit pour refugiés. Pressés, les visages marqués par la fatigue et l'inquiétude, ces émigrés de la commune d'Abobo - qu'on remarquait facilement par les gros bagages qu'ils transportaient - gagnaient les différentes gares d'Agboville, d'Adzopé et d'Alépé, situées aux abords de ce boulevard. Un tour dans ces gares nous a permis de dissiper toute équivoque. Parmi cette foule de personne en attente d'un véhicule, certains ont accepté de nous expliquer leur situation, comme cette demoiselle, Nathalie, sortie d'Abobo Anonkoua et en partance pour Agboville. «Je suis sortie vendredi d'Abobo. La veille, le jeudi, les tirs ont commencé vers les 18 heures et ce durant toute la nuit.

Le lendemain, avec toutes les rumeurs, on a entendu dire qu'on devait quitter Abobo, voilà pourquoi nous sommes sortis. On ne pouvait plus supporter la terreur là-bas. Je suis sortie avec toute ma famille. Comme mes parents sont à Agboville, je vais là-bas me refugier», nous a-t-elle confié. Devant elle, dans la longue file menant au guichet, se trouvait Claver B. Il raconte : «Moi j'habite le quartier Agnissankoi, à Abobo. Le lundi, j'ai quitté ma famille pour mon travail à Yopougon. Le mercredi, ma femme m'a appelé pour me dire que ça n'allait pas par rapport à la tension là-bas. Mais je n'avais pas d'argent pour aller les chercher. Heureusement, le jeudi, elle s'est débrouillée pour sortir en pleine nuit pour aller chez sa grande sœur. C'est là-bas que je les ai récupérés. Vous voyez (il montre du doigt sa femme, son nouveau-né et les plus jeunes enfants), le bébé et les enfants ne peuvent pas supporter ce bruit terrifiant des armes. Donc il fallait absolument sortir. Derrière nous, dans notre quartier, il y a un gros trou et paraît-il que les rebelles sont cachés là-bas. Donc nos forces nous ont demandé de quitter cette zone pour qu'ils mènent leur assaut, parce que les balles perdues pourraient nous atteindre. Ce matin (samedi, ndlr), avec ce qui s'est passé à Yopougon (les affrontements qu'il y a eu, ndlr), il n'y avait pas de véhicule. J'ai donc marché jusqu'à l'autoroute pour trouver un véhicule pour Adjamé. Ensuite, je suis allé à Angré (qui fait frontière avec Abobo, ndlr) les chercher et voilà, je vais les déposer en lieu sûr à Agboville. Avant de retourner à Abobo pour chercher nos affaires.» Toute la petite surface de cette gare d'Agboville située à l'angle du carrefour de la gare routière était littéralement envahie. Sous les bâches, des familles entières attendaient, les mines anxieuses, que le car arrive et les emporte loin de cette atmosphère traumatisante.

A la gare d'Adzopé, c'était également la même ambiance de centaines de personnes attendant de quitter le district d'Abidjan. Quelques habitants de Yopougon, redoutant que la guérilla se déporte dans leur commune, après les affrontements de fin de semaine, ont décidé aussi de parer à toute éventualité en partant pour l'intérieur du pays. A la gare de Gagnoa à proximité de la gare Nord Sotra, une jeune demoiselle s'est confiée : «Hier, (vendredi, ndlr) il y a eu des tirs toute la nuit à Selmer. Ce matin, on a découvert un cadavre devant le bureau de la Coopec. Face à tout ça, je préfère aller me cacher un peu à Gagnoa en attendant que ça se calme ici.»

Exécutions sommaires et vandalisme de toute sorte Pendant ce temps, informations et rumeurs les plus folles s'affrontent également. Un jeune homme affirmait que des maisons auraient été détruites dans les affrontements à l'arme lourde. Un monsieur, affirmait lui, et cela paraît plausible, que les commerces des Libanais situés aux environs du rond point de la Gendarmerie auraient été pillés, ainsi que les agences de deux société de téléphonie mobile dans le secteur, à Abobo. Fait révélateur d'une entreprise préméditée, ce témoin affirme également qu'un seul magasin dans le même périmètre a été bizarrement épargné, portant des marques ; comme pour indiquer qu'il devrait être exempté de la furia des vandales. Une autre info, elle véritable, c'est l'assassinat d'un agent du service informatique du Chu de Cocody. Selon notre source qui tient les faits des parents et connaissances de la victime, sur place, les rebelles ont pénétré chez lui après qu'il ait été indiqué comme militant LMP. Il a été lâchement tué devant sa cour... Par, ailleurs, pour prévenir d'éventuels actes de vandalisme dans leurs boutiques, certains commerçants libanais de Yopougon-Sable ont commencé à vider leurs boutiques de leurs marchandises...

Comme on le constate, la situation sécuritaire dans le district d'Abidjan est critique, vu les différents fronts que les rebelles tentent d'ouvrir dans les autres communes après Abobo. Les appels des leaders de jeunesses à monter des comités d'autodéfense sont suivis. Cependant, ces actions gagneraient à être bien organisées. Parce qu'aussitôt annoncé le vendredi, les barrages de contrôle ont poussé comme des champignons sur les voies de Yopougon. Comme sur le tronçon menant à Abobodoumé, par exemple. Gênant souvent la fluidité de la circulation car très peu distancés. Les systèmes ne devraient pas entraver le dispositif pratique et probant de sécurisation de nos Fds dans la défense du territoire et des institutions de la République contre les assaillants.


Franck-Harding M'Bra


Source: BLUE TEAM CI

CREATION DE LA MONNAIE IVOIRIENNE - LE PARLEMENT DONNE SON OK AU GOUVERNEMENT

MIR SPECIMEN 2.jpg

Evoquant la question de la création d'une nouvelle monnaie Ivoirienne, le ministre du Budget Koné Katina, avait déjà annoncé les couleurs «Si on nous pousse dans le dos, on sera obligé de le faire».

Avait-il confié en substance, à cause des intrigues des pays de l'Uemoa, manipulés par la France.


Hier, le parlement ivoirien s'est légalement invité dans ce débat qui alimente actuellement les milieux financiers et politiques ivoiriens. Réunis en session à l'Assemblée Nationale, les députés ont donné quitus au gouvernement de battre sa nouvelle monnaie pour quitter l'Uemoa dont l'objectif est d'asphyxier la Côte d'Ivoire avec l'aide de la France. On remarque que les aspirations du peuple ivoirien viennent d'avoir des échos favorables auprès des législateurs. Reste maintenant à savoir quand le gouvernement va mettre à exécution ce Ok des députés. Car les Ivoiriens attendent avec impatience la réalisation de ce rêve qui confère à la Côte d'Ivoire, une véritable souveraineté.



Source: Le Temps


Publié par www.encoreplustv.com, le 25 Février 2011.

Lien, cliquer: ICI

REVOLUTION DE SORO, ATTAQUE SUR ABIDJAN, MENSONGES AFFREUX CONTRE GBAGBO... : LA REUNION DE DJEKANOU QUI DEVOILE TOUT LE PLAN

 

Peuple ivoirien, ce plan diabolique, terrifiant et sanglant est en marche sous nos yeux!


Publié par www.encoreplustv.com, le 24 Février 2011.


Samedi 19 février 2011 - Dimanche 27 février 2011 : ATTENTION !!

L'information qui suit est le compte-rendu d'une réunion des rebelles (Fn-Rhdp) tenue secrètement à Djékanou (dans le Département de Toumodi, Centre de la Côte d'Ivoire).
Après lecture, nous déclinons toute responsabilité, quant aux désagréments que cela peut causer aux personnes dont les noms y figurent, tant le contenu y va de la vie de la Nation.



Une réunion s'est tenue le vendredi 11 février deux mille onze, de vingt trois heures à une heure du matin à Djékanou, à la résidence du premier adjoint au maire de ladite localité.

Elle était initialement prévue pour se tenir à l'hôtel «Aliébé», mais elle a été déplacée
sine die à cette résidence pour des raisons stratégiques.

Cette réunion discrète, nocturne et secrète a été délocalisée à Djékanou, contrairement à Toumodi où elle était initialement prévue, parce que les décisions antérieures de ce genre et avec les mêmes catégories de personnes, ont été dévoilées dans la presse.


Ce qui amène les animateurs et initiateurs desdites réunions à ne plus avoir confiance à certains chefs et notables de Toumodi et de certains villages des autres S/Préfectures. Djékanou, vu sa situation (excentrée de Toumodi et de la grande voie, donc discrète), devra être désormais, le point d'attraction de ces réunions, s'il devrait en avoir encore, avant les offensives, ont dit les animateurs de cette énième réunion de guerre tenue par ces rebelles dans le département de Toumodi. Cette réunion a vu la participation effective de quelques dirigeants des Forces nouvelles, notamment Alain Lobognon, accompagné d'une délégation d'environ dix personnes, de certains représentants départementaux du Rdret du Pdci, notamment l'ex-Daf du ministre de la Santé, sous Allah Kouadjo, représentant ce dernier qui, bien que présent à Toumodi pour cette réunion, n'a pu effectuer le déplacement de Djékanou, Jean-Marie (fils de la responsable Rdr de Toumodi), d'un représentant de M. Maurice Bandama (responsable Rdr de Taabo), de certains chefs de village et notables relevant des Sous/préfectures de Djékanou et de Kpouèbo, de certains cadres de ces localités. L'ordre du jour de cette rencontre très discrète avec quelques chefs de village sélectionnés et invités portait essentiellement sur la situation sociopolitique du pays et des actions en vue. Après informations et discussions, dans la plus grande discrétion, les décisions et informations suivantes ont été communiquées.

Objectif : Chasser le Président Gbagbo du pouvoir, par tous les moyens, quelles qu'en soient les conséquences, et l'assassiner, ainsi que tous ses soutiens.

  • Déplacement des armes stockées à divers endroits à Toumodi et ses environs dans de nouveaux endroits, vu la présence constante et en grand nombre des Fanci à Toumodi, ces derniers temps. Ceci, pour ne pas être démasqué. Certaines armes avaient déjà été convoyées vers Kpouèbo, Moronou, Ahirémou 2 et dans le village situé au bord du fleuve N'zi, dans la Sous-préfecture de Kpouèbo. Ces villages sont ceux de, respectivement, M. Tanoh Félix (ex-chef de cabinet d'Allah Kouadio (présent à cette réunion), l'ex-Daf d'Allah Kouadio, M. Jean-Marie Kacou Gervais, ex-ministre des Affaires étrangères. Ces personnes collaborant en tout temps avec la rébellion, donc dignes de confiance pour les actions prochaines à mener, et y prenant une part très active en vue de revenir aux affaires. Le convoyage des armes est assuré par l'Onuci, appuyée par des véhicules de particulier;
  • Convoyage des combattants prédisposés à Toumodi (étant connus des populations) vers Abidjan, par petits groupes de deux à trois personnes, par les moyens de transport en commun, notamment les cars de la compagnie Tcf de Dimbokro qui devront aussi transporter certains colis (armes) sur Abidjan, en vue de ne pas attirer l'attention des Fds qui ne fouillent jamais les coffres et bagages des véhicules, étant préoccupés par le racket. Un partenariat est obtenu à cet effet avec les dirigeants de ladite compagnie ;
  • Les responsables et animateurs des actions à venir devront s'appuyer désormais sur les villages des Sous-préfectures de Kpouêbo et de Djékanou, vu l'implication sans faille des cadres desdites localités;
  • La principale cible d'attaque reste Abidjan, car c'est là-bas que tout se trouve. Toumodi devra être attaqué au cas où la prise d'Abidjan échouerait (imminent) ;
  • A Abidjan, il est prévu l'attaque des centres émetteurs de la Rti basés à Abobo et à Akakro (Bingerville) par un commando étranger, à travers une guérilla urbaine. Cela devra être mis à profit pour éliminer de nombreuses Fds, pour la prise définitive d'Abobo et pour le contrôle de ces antennes qui devront être détruites en vue d'empêcher la diffusion des éléments concernant les activités du Président Gbagbo, de son entourage et de son gouvernement (imminent) ;

• Assassinat ciblé de nombreuses personnalités proches du Président Gbagbo dans des embuscades à elles tendues, par un commando spécial composé des éléments déserteurs des Fds qui ont rejoint, aujourd'hui, la rébellion et les forces spéciales étrangères (imminent) ;

• Attaque de la résidence du Président de la République à Cocody par des détachements de la Licorne et de l'Onuci, suite à un incident qu'ils provoqueront avec les Fds qui seront obligées de répliquer, vers le Golf. Ce qui sera donc utilisé comme prétexte pour cette attaque de la résidence du Président de la République par ces éléments qui ont déjà étudié et maîtrisé ladite résidence (imminent) ;

  • Les locataires actuels du Golf devront être transférés à Bouaké avant les attaques en vue de sauvegarder leur vie ;
  • Les véhicules de l'Onuci immatriculés UN 6600, UN 7982 et UN 8472 qui ont transporté, séparément, les rebelles pour cette réunion, sont chargés de convoyer certaines armes stockées à Toumodi vers Abidjan. Au cas où cela serait difficile, les transporter aux abords de la grande voie, afin de permettre aux troupes de la Licorne et de l'Onuci de les convoyer sur Abidjan (en cours) ;

• Attaquer les ambassades de la France et des Etats-Unis à Abidjan et imputer cela aux Fds et au régime du président Gbagbo. Cette attaque est confiée à un commando spécial, en vue de ne pas atteindre les personnels étrangers de ces institutions, l'Onuci, la Licorne et certains agents secrets américains veilleront au grain, en vue de contre-attaquer les Fds qui iront s'interposer à ces attaques (imminent) ;

  • Provoquer des affrontements très sanglants à Abidjan et dans certaines villes de l'intérieur, dont Toumodi, Dimbokro, Yamoussoukro, Dabou, San Pedro, Sinfra, Duékoué. Guiglo, etc, pour en faire de véritables carnages, dans le but d'imputer un génocide au régime en place. Cela aura pour effet, la mise en scène des institutions internationales qui actionneront tous moyens de pression pour la chute du Président Gbagbo (imminent);

• Organiser une véritable insurrection populaire, sous le couvert d'une révolution, à Abidjan et dans bien d'autres régions du pays (imminent) ;

• Attaque imminente (19-02-2011) sur Abobo, Yopougon, Cocody, Treichville, par les rebelles et de nombreux soldats étrangers qui sont déversés dans plusieurs communes d'Abidjan. Le point culminant de ces combats est Abobo ou est basée la rébellion armée;

  • Arrivée de nouveaux équipements et d'armement de pointe (envoyés par Choï) à Bouaké, ce qu'ils attendaient pour attaquer.Ce matériel et armement devra être convoyé sur Abidjan et ses environs par la Licorne et l'Onuci (en cours) ;
  • Toux ceux (civils, militaires, etc.) qui se mettront au travers de cette dernière bataille pour la prise définitive du pouvoir par Alassane, seront considérés comme des ennemis et traités comme tel (sans pitié) ;
  • Pour ce dernier et ultime combat, que le Président Gbagbo et son entourage n'en sortent pas vivants ;
  • Pour la révolution annoncée pour très bientôt (21 février 2011), que les villes telles que Toumodi, Yamoussoukro, Abengourou, Bondoukou, Daoukro, etc, en prennent une part active à travers des sorties de masse, en vue d'asphyxier les Fds ;
  • En cas d'échec de cette attaque, le pays sera coupé en deux avec Alassane et son groupe de l'autre côté. Dans ce cas-ci, tout devra être mis en œuvre pour rallier Toumodi, Yamoussoukro et Tiébissou à Bouaké, tout comme des villes de certaines régions de l'Est et de l'Ouest, cela, avec la complicité des populations desdites localités ;
  • Redéploiement de nouveaux combattants à Toumodi, comme renfort à ceux d'Abidjan, lors des combats, par l'Onuci et la Licorne et les moyens de transport en commun (en cours);
  • Des informateurs sûrs et crédibles sont au niveau de la police et de la gendarmerie (des Fds),
    ce qui les met au courant de toute la stratégie des Fds et de leur force de frappe.

• Attaquer fortement la Rti pour faire cesser toute diffusion d'information au plan national ;

A la question d'un chef de village (pour question de prudence, les noms des chefs de village n'étaient pas cités) de savoir ce qui s'est réellement passé aux élections pour que nous en soyons arrivés là et qui a véritablement gagné les élections, puisque le Président Gbagbo parle de fraudes à Bouaké et au Nord, donc de recompter les voix.

Réponse d'Alain Lobognon : « Aujourd'hui, il n'est plus question de chercher à savoir ce qui s'est passé et qui a gagné. Nous avons un objectif qui est clair, la chute de Gbagbo par tous les moyens. Nous avons commencé cela depuis 2002, et il est temps de terminer, puisque tous les ingrédients sont maintenant réunis pour cette cause. C'est vrai qu'il y a eu des irrégularités comme vous le dites, mais ce n'est pas Alassane qui s'est autoproclamé président, mais c'est plutôt, la Cei et le Représentant de l'Onu dans notre pays qui l'ont fait ; dès lors, il n'est plus question de revenir sur quelques irrégularités que ce soit, puisque ceux qui sont chargés d'organiser les élections n'ont pas trouvé d'incidence de ces irrégularités sur les résultats d'ensemble. Il y a aussi le fait que les mêmes fraudes incriminées se sont produites dans bien d'autres régions, notamment à l'Ouest et même à Abidjan. C'est vrai que nous n'avons pas saisi le Conseil constitutionnel de ces fraudes et irrégularités parce que nous étions sûrs de notre victoire et qu'aussi, Paul Yao N'Dré rejetterait cela avec des arguments fallacieux. Alassane a donc gagné et Gbagbo doit partir par tous les moyens.

Aussi, n'est-il plus question de recomptage de voix. Jamais ! Et même si les médiateurs le demandaient. Soyez sereins et confiants, votre candidat a gagné et il doit occuper le palais pour assurer les fonctions que vous lui avez confiées, c'est à cela que nous devons tous nous atteler et oublier qui a gagné quoi, nous ne sommes plus à ce stade. Vous avez voté quelqu'un qui a gagné, aidez-le à retrouver son fauteuil et travailler pour votre avenir et celui de vos enfants. Gbagbo ne fera jamais rien pour vous, les Baoulé, qu'il déteste à mort et il vous attend pour régler vos comptes s'il reste au pouvoir... ».

A la question d'un autre chef de connaître les soutiens et ceux sur qui compte le Rhdp pour mener cette guerre contre le Président Gbagbo qui est surarmé, qui a des mercenaires, des milices et qui a le soutien inconditionnel des militaires, selon ce qu'ils entendent. Parce qu'il faut engager un combat pour le gagner et non le perdre.

Réponse d'Alain Lobognon :
« Les soutiens sont nombreux et multiformes. Nous avons la France, les Etats-Unis, l'Union européenne et bien d'autres pays américains et européens. Au niveau de l'Afrique, nous avons les soutiens de certains pays frères, tels que le Sénégal, le Nigeria, le Burkina Faso et bien d'autres qui nous fournissent des armements et des soldats. Au niveau de l'armée, nous avons le soutien de l'ensemble de toutes les forces, surtout de la gendarmerie et de la police où nous avons des soutiens assez crédibles qui nous dévoilent toutes les stratégies des éléments de Gbagbo, ainsi que leur force de frappe. Nous sommes donc équipés en moyens de les contrer et les vaincre, soyez sûrs et n'ayez aucune crainte. Les vrais militaires ivoiriens sont avec nous, mais gardent le silence et attendent le moment opportun pour nous rejoindre, c'est le cas du capitaine Allah Yao. Tous ceux que vous voyez faire du tapage pour Gbagbo sont des miliciens et des mercenaires que nous connaissons bien, et que nous allons mater, le moment venu. Nous avons de grands soutiens dans la hiérarchie militaire, mais nous ne saurons vous communiquer des noms ici, pour une question de prudence. C'est ce qui fait que tous les coups des éléments de Gbagbo pour nous déloger, échouent, parce que nous en sommes informés et nous nous préparons en conséquence.

Au niveau national, nous avons le soutien sans faille de Bédié et du Pdci et de plusieurs autres partis politiques, et même de plusieurs organisations de la société civile. Nous avons aujourd'hui, les hommes et le matériel qu'il faut pour déloger Gbagbo et il n'a aucune chance de s'en sortir, soyez en sûrs... ».

Tanoh Félix (ex-chef de cabinet d'Allah Kouadio) : « Nous au Pdci, nous sommes avec Alassane, et Bédié nous envoie vous dire de le soutenir jusqu'au bout, parce qu'il a gagné les élections et il doit assurer ses fonctions de chef d'Etat. Tous vos enfants sont avec Alassane, c'est pourquoi, vous nous voyez avec ses envoyés. A Toumodi ici, nous travaillons avec le Préfet, les Sous-préfets d'Angoda, de Toumodi et même le Préfet de Région de Yamoussoukro. Vous, nos parents, vous devez nous soutenir et nous adresser vos bénédictions pour cette lutte qui n'est pas facile, mais que nous allons gagner, grâce à vous. Gbagbo n'aime pas les Baoulé et il est prêt à faire les funérailles de Kragbé Gnagbé avec les corps des Baoulé, ce qu'il a voulu faire depuis, et la guerre a éclaté.

Maintenant que nous ne l'avons pas voté aux élections, nous sommes foutus avec lui s'il reste au pouvoir. Nous devons donc tout mettre en œuvre pour le chasser du pouvoir et on verra la suite après. Regardez dans son nouveau gouvernement, quel est le vrai Baoulé qu'il a nommé? Il n'y en a pas ! Prenons donc conscience et soutenons ceux qui vont travailler avec nous. Alors, soutenons Alassane, tout en oubliant tout ce qui s'est passé avant... ».

A une autre question d'un chef de savoir comment les choses vont se passer pour éviter des morts d'hommes. Pourquoi ne pas régler cette crise par le dialogue et c'est à la guerre que nous recourons ? Pourquoi vouloir mêler Toumodi à ces histoires de guerre et pourquoi Toumodi doit être rattaché à Bouaké ? Nous sommes tous des frères et il est vraiment nécessaire que nous nous entendions que de vouloir faire la guerre à notre propre pays qui en souffrira avec les populations, tel que ce que nous avons vu à Bouaké et dans d'autres pays. N'est-ce pas pour ces cas de nombreux morts que les autres chefs ont dû signaler tout ce que vous préparez ? Parce que nous sommes des chefs de village, et notre rôle est de protéger les vies de nos enfants, et non préparer des coups pour les tuer. Et pourquoi vouloir diviser le pays, avec deux présidents ? Si Gbagbo dit qu'il a gagné et que nous n'avons aucun autre moyen que la guerre pour le faire partir, autant le laisser là pour finir son mandat et se retirer et on verra la suite après. Et qui a volé les voix de Bédié pour les donner à Gbagbo ? (Il a été presque hué à la fin de ses propos).

Réponse d'Alain Lobognon (sur un ton de colère) : « Nous n'avons pas affaire aux populations, mais à Gbagbo et à ses gens. Si tout le monde reste tranquille, il n'y aura pas de morts d'hommes, mais puisque les éléments de Gbagbo tenteront de s'interposer, nous serons sans pitié pour eux. Notre objectif, c'est Gbagbo et son entourage et c'est tout. Toumodi est un endroit stratégique dans ce que nous préparons, parce que facile d'y relier Abidjan. Si nous voulons de Toumodi, c'est pour vous sauver, vous les Baoulé, des griffes de Gbagbo qui sera sans pitié pour vous s'il reste au pouvoir. Ce n'est pas de Toumodi seulement que nous voulons, mais bien d'autres villes. Les mêmes réunions qui se tiennent ici, se tiennent aussi à Daoukro, Abengourou, Bondoukou, Bouaflé et autres. Nous avons donc besoin de votre soutien et de vos bénédictions. Car sans votre soutien, nous ne réussirons pas ce que nous voulons faire et tout le monde en souffrira après.

Si Bouaké, Sakassou, Béoumi et autres sont avec nous, c'est parce que nous avons le soutien de populations qui coopèrent pleinement avec nous et sont d'accord pour ce que nous faisons.
Rassurez-vous, il n'y aura pas de combat à Toumodi, sauf  les éléments de Gbagbo qui vont venir régler leurs comptes avec vous. Nous, nous ne viendrons que vous protéger. Il y a aussi le fait que la république d'Alassane sera plus prospère, avec ses alliés européens et américains. Voilà un peu ce pourquoi nous voulons Toumodi avec nous, mais il faut retenir que c'est un endroit stratégique pour nous, en matière de combat à Abidjan. Gbagbo ne doit plus rester au pouvoir, parce qu'il est mauvais. Les médiations ne nous concernent pas, parce que nous n'en sommes pas demandeurs. Le Président Gbagbo ne cédera jamais à quoi que ce soit, donc il vaut mieux le faire partir par la force que de tramer avec lui. La plaisanterie a assez duré ».

Tanoh Félix: Après le premier tour, Gbagbo a perdu, mais il a menacé les gens de la Cei avec ses milices et mercenaires, c'est ainsi que les voix de Bédié lui ont été accordées, parce qu'il refusait de partir du pouvoir. Tout le monde était convaincu qu'il serait battu au deuxième tour et qu'il s'en irait. Malheureusement, il refuse de partir. Nous n'avons pas d'autre choix que de le contraindre à partir. Parce que si Gbagbo reste, nous sommes morts, soyons-en sûrs. Au niveau des autres départements, tout le monde est d'accord pour le faire partir par la force, mais ici, nous avons pitié, comme si Gbagbo sait ce que nous vivons ici. Il nous faut nous décider ».

Pour clore la réunion, Alain Lobognon a rassuré les chefs de village sur l'opportunité de cette bataille pour le triomphe de la démocratie. Alassane nous envoie vous dire que vous l'avez élu et vous lui avez confié une mission qu'il entend réaliser avec amour et pour le bien de tous. Il a de grands soutiens qui peuvent développer ce pays. Gbagbo n'est pas crédible et c'est un criminel, il faut l'enlever de là, et l'envoyer rejoindre tous ceux qu'il a assassinés jusque-là. Nous n'avons pas affaire à la population, soyez-en sûrs et nous comprenons vos positions, mais nous ferons de notre possible pour le faire partir. Nous demandons le soutien de vos populations, le moment venu. Toumodi est stratégique pour tous.
Si Gbagbo a envoyé ses soldats ici, c'est parce que votre région est importante, il vous revient donc de faire obstacle à ses actions noires. Car il ne vous aime pas, et il est prêt à vous sacrifier. Réfléchissez-y et aidez-nous à régler son cas, une fois pour de bon. Le Président Alassane sera très bientôt ici pour vous parler, une fois au pouvoir. II nous charge de remettre la somme de cinquante mille (50.000) francs à chaque village présent », a terminé Alain Lobognon.



Réunion de DJÈKANOU

Source : ENCORE PLUS TV

 

NB : Les attaques ont débuté depuis la semaine dernière et iront crescendo. Que DIEU protège et bénisse la Côte d'Ivoire !

URGENT: BREVES SUR LA COTE D'IVOIRE

PATRIOTES IVOIRIENS.png

Contrairement à notre habitude, chers lecteurs, nous vous envoyons des brèves sur Regards Croisés, parce que nos comptes Facebook ont été bloqués, ce matin. Impossible donc de diffuser nos messages instantanés par ce canal. Sachez donc ceci:


1- Un coup se prépare, aujourd'hui, lundi 28 février 2011: ORANGE Côte d'Ivoire a envoyé des SMS à ses personnels d'Abidjan pour qu'ils restent chez eux, cette journée. Une opération Licorne-ONUCI-Rébellion du RHDP est en cours de préparation et pourrait entrer en exécution, incessamment. Vigilance!

2- Après leur tentative de la nuit dernière, les forces onusiennes et Licorne envisagent de bloquer les points d'accès à l'aéroport international Félix Houphouët-Boigny. Les patriotes des zones sud Port-Bouët/Koumassi sont invités à se tenir prêts et mobilisés pour occuper la piste d'atterrissage dès le 1er signal.

3- La Côte d'Ivoire accroit sa puissance de feu: selon le Figaro, une livraison de trois hélicoptères d'attaque du Bélarus et du matériel d'appui à Yamoussoukro destinés aux Forces de Défense et de Sécurités est en cours. La première livraison est arrivée par avion tard, dimanche, et d'autres vols sont prévus, ce lundi.

4- Les étudiants forment un bouclier humain devant la résidence du président Laurent Gbagbo, comme en 2004. Ce dimanche 27 février, de nombreux étudiants ont envahi les rues de la commune de Cocody, peu avant minuit, en direction de la résidence du Chef de l'Etat Laurent Gbagbo où devait se tenir un giga-meeting. Pour les étudiants, «les mercenaires d'Alassane Ouattara, appuyés par les forces onusiennes, préparent une attaque terroriste contre le Chef de l'Etat». A cet effet, 30 chars français de la Force Licorne sont descendus de Bouaké afin d'entrer en opération à Abidjan, dans les prochaines heures. Tout comme en novembre 2004.


Que DIEU garde et bénisse la Côte d'Ivoire!

OPERATION 1000 MAILS POUR DIRE NON A L'EMBARGO CRIMINEL DE L'UNION EUROPEENNE CONTRE LA COTE D'IVOIRE

 

LOGO UE 2.jpg

 

Disons tous ensemble NON à l'embargo de l'UE contre la Côte d'Ivoire.

Osons exprimer notre indignation en écrivant à Matthew Newman, Porte-Parole de la Vice-Présidente de la Commission européenne:

matthew.newman@ec.europa.eu

Objectif : 1000 mails (et plus). Exigeons la levée de cet embargo qui prive nos hôpitaux de médicaments, nos parents paysans de ressources et les populations de produits de première nécessité.


Pour une très large diffusion

(sur Facebook, Twitter et tous les sites de messagerie)

dimanche, 27 février 2011

AFFRONTEMENTS A ABOBO - L'ONUCI COMBAT AUX COTES DES REBELLES

ONUCI. SOLDATS.jpg

La commune d'Abobo est depuis quelques jours, sous le feu d'affrontements sanglants entre, les Forces de défense et de sécurité Fds et un supposé « Commando Fongnon (invisible) qui attaque lâchement les Forces de défenses et de sécurité Fds et également certains civils.
«Commando invisible », «fantôme » ou « commando mystique», il n'en est rien.

C'est plutôt une branche de la rébellion armée actionnée par Guillaume Soro et Alassane Dramane Ouattara qui s'est installée depuis septembre 2002 dans la partie Centre nord et ouest du pays. Ils sont aidés dans leur tâche par des soldats venus de certains pays voisins de la Côte d'Ivoire et du contingent de l'Organisation des Nations unies en Côte d'Ivoire (Onuci).

COMMANDO RHDP 2.jpg

Ces derniers ont formellement été identifiés sur le théâtre des opérations. Ce sont eux qui transportent et organisent les rebelles dans cette commune après les avoir armés avec des armes lourdes et autres Rpg7. Hier, au cours des combats qui ont eu lieu dans le secteur Pk 18 et de N'Dotré, un soldat de race blanche a tiré un lance-roquettes sur un véhicule qui avait à son bord des éléments du Centre de commandement et de sécurité (CeCos), blessant certains d'entre eux. Déjà, lors des affrontements qui ont eu lieu le 16 décembre dernier dans les environs de la résidence de Mme Thérèse Houphouët-Boigny, et du Golf, ces mêmes soldats de l'Onu en Côte d'Ivoire, ont été formellement identifiés grâce à leur casque « Bleu » aux côtés de ces mêmes rebelles qui se rendaient à la Rti pour « installer », Brou Aka Pascal, le journaliste rebelle.

REBELLES IVOIRIENS 3.jpg

En dehors de la présence de ces soldats onusiens et ceux venus de certains pays de la sous-région qui constituerait le contingent de «L'Ecomog» souhaité par Guillaume Soro et Alassane Dramane Ouattara, plusieurs chefs de guerre ont été perçus à Abobo. Ce sont entre autres Koné Zackaria, Ibrahim Coulibaly dit Ib et le Capitaine déserteur de la gendarmerie nationale Allah Kouakou Léon.


L'étau, selon les sources introduites est en train de se resserrer autour de ces derniers cités.


Joseph Atoumgbré


Source: BLUE TEAM CI

samedi, 26 février 2011

ANYAMA, PK 18, N'DOTRE, BELLEVILLE - LE COMMANDO INVISIBLE SE DEVOILE: LES POPULATIONS SE REFUGIENT DANS LES PAROISSES CATHOLIQUES




BLINDE ANTI-EMEUTE AU PK18.jpg

L'heure n'est plus à l'amusement à Anyama. Les affrontements, commencés depuis lundi dernier, entre Forces de défense et de sécurité (Fds) et le mystérieux commando, se sont intensifiés ces dernières 48 heures à Anyama . Autrefois invisibles, ces combattants favorables à Alassane Ouattara (déclaré président de la République par la Cei) sont apparus au grand jour, le jeudi 24 février 2011. Les éléments des Fds venus en renfort à leurs frères d'armes postés dans ledit quartier, ont essuyé les tirs à l'arme lourde provenant de ces insurgés. La bataille en vue de conquérir le terrain qui s'en est suivie jusqu'à tard dans la nuit du mercredi 23 février, a "semblé" tourner à l'avantage des insurgés.

COMMANDO RHDP.jpg

A Anyama Pk 18 où ils avaient installé leur base, ces combattants pro-Ouattara ont gagné du terrain. A preuve, les habitants de Belle-Ville ont commencé à fuir leurs domiciles par dizaines. '' Ils ne se cachent plus, ils portent des amulettes à la tête et aux biceps. En main, ils tiennent des kalchnikov et des lance-roquettes Et se promènent dans les quartiers. On a peur. On ne peut plus rester à Belle-Ville. Voilà pourquoi nous sommes venus ici à la paroisse'', a déclaré un déplacé rencontré dans une paroisse d'accueil. Des dizaines de familles se trouvent déjà dans des paroisses. Toujours à en croire notre interlocuteur, des indicateurs n'hésitent pas à dénoncer des personnes qu'ils jugent suspecte


Source: SOIR INFO

CRISE POSTELECTORALE: L'IMPOSSIBLE «REVOLUTION» ET LA PROBABLE NEGOCIATION AVEC LA FRANCE



GBAGBO ET SARKOZY 2.jpg

Le développement de la crise postélectorale ivoirienne dévoile, chaque jour que Dieu fait, les curiosités de l'action politique en même temps qu'elle montre comment la soif du pouvoir peut conduire à tout, notamment la cupidité, le cynisme, le machiavélisme, la capacité de tuer en soi toute honte, etc.


1. L'impossible révolution

Pour porter Alassane Ouattara au pouvoir, Guillaume Soro et les siens ont décrété une "révolution à la Tunisienne". Censée débuter à Abidjan le 21 février, date de l'arrivée du groupe de haut niveau, chargé par l'Union Africaine, du "règlement de la crise, dans des conditions qui préservent la démocratie et la paix", c'est finalement sur Bouaké, capitale de la rébellion que Soro Guillaume s'est replié pour la mise en œuvre de son projet. Alors que les rebelles prédisaient un déferlement humain, c'est dans un stade à peine plein au quart que s'est tenu le meeting inaugural de cette "révolution". Cela ne surprend que ceux qui connaissent assez mal le rapport de force entre les acteurs politiques ivoiriens.

Une révolution suppose un soulèvement populaire qui s'accompagne ensuite du ralliement et du soutien de l'armée régulière, émanation du peuple. Alassane Ouattara ne peut réunir aucune des deux conditions. D'abord le soulèvement populaire est improbable.
Ensuite, l'Armée Républicaine ne peut pas rallier les actes terroristes actuellement en cours. En effet, comme nous l'écrivions dans une contribution précédente, parce qu'il n'a jamais fait l'Armée et aucune préparation militaire, Ouattara ne connaît pas l'Armée, ni la notion du moral des troupes.

Il ne connaît pas le peuple qu'il veut gouverner. Il ne connaît donc pas son Armée. Alassane Dramane Ouattara a vilipendé cette armée lors d'un de ses passages à Bouaké au point de susciter les protestations de son CEMA. Le Dr Alassane Dramane Ouattara et ses alliés ont mis cette armée sur le même pied d'égalité que la rébellion et a exigé son désarmement au même titre que la rébellion afin que la Côte d'Ivoire soit sous la tutelle de l'ONU. Traitée par Alassane Ouattara de tous les noms en 2004, suite à l'opération "Dignité", cette armée ne peut pas s'humilier davantage par une capitulation. De tout temps, pour Alassane Ouattara et les siens, cette armée a été incapable de se battre et n'a eu recours qu'aux mercenaires. Son ralliement reviendrait à insinuer que "vaincus par les rebelles", l'Armée ivoirienne et les Généraux des FDS doivent désormais faire allégeance à Soumaïla Bakayoko et Gueu Michel, si ce n'est à Chérif Ousmane. Or cette Armée a déjà fait allégeance à Laurent Gbagbo.

2. Les attaques répétées des rebelles contre les Fds

A Abidjan, des éléments des Forces de Défense et de Sécurité (Fds), commis à la défense des institutions républicaines et à la protection des biens et des personnes sont massacrés par des rebelles. Il se trouve des journaux pour s'en réjouir à mots couverts. Alors que le camp Ouattara parlait jusque là de manifestants civils, sa presse se livre désormais à l'apologie d'un "mystérieux commando", après avoir appelé à l'assassinat de Laurent Gbagbo et du peuple ivoirien par les forces de l'Ecomog. La radio de l'Onuci, a quitté sa mission de paix pour devenir pire que la "radio mille collines" et c'est elle qui se prête au décompte macabre des chefs rebelles qui se vantent, sur les ondes de cette radio, d'avoir tué "80 éléments des Fds" à Zouan-Hounien, dans l'ouest du pays (information démentie dans un communiqué officiel des Fds, ndlr).

Ces policiers, ces gendarmes qui meurent au service de la nation n'ont, aux yeux d'Alassane Ouattara et de Soro Guillaume, aucun droit, pas même celui de la légitime défense. Ceux qui sont lourdement armés et qui tuent aujourd'hui, "deviendront" demain des manifestants aux mains nues! Quel cynisme! Pour le pouvoir, Ouattara va-t-il confirmer cette confidence d'un membre du panel et qui l'assimile à "un médecin affecté dans un centre de santé et qui attend la mort de tous les malades, avant de s'y rendre"?

3. L'Ua, la Cedeao et Odinga

Récusé dans la résolution de la crise ivoirienne par le président Laurent Gbagbo en raison de son entêtement à être partisan, le premier ministre kényan Raila Odinga, ancien médiateur de la crise ivoirienne, vient de donner de la voix le mercredi dernier. Pour lui, un recours à la force pour chasser du pouvoir le président Laurent Gbagbo en Côte d'Ivoire est toujours envisagé en cas d'échec de tout changement de régime pacifique. Ne se contentant pas des propos qui trahissent son bonheur de la souffrance des Ivoiriens du fait des sanctions injustes qui frappent leur pays, Raila Odinga, dont le pays n'est pas membre de la Cedeao, parle au nom de cette organisation sous-régionale, soutenant que "La Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) et l'Union africaine ont clairement indiqué qu'au cas où les négociations pacifiques ne débouchent pas sur un résultat positif, l'usage légitime de la force est une option qu'ils étudieront" avant de rappeler que cette hypothèse avait déjà fait l'objet de réunions préparatoires de la part "des généraux (des pays membres) de la Cédéao".

Celui dont le poste de premier ministre est la résultante de milliers de morts au Kenya avant d'aboutir au partage du pouvoir, joue le "va-t-en guerre" pour le compte de la Cedeao qui elle-même n'apprécie pas l'objectivité de Jacob Zuma pourtant régulièrement mandaté par l'Ua. Victor Gbého, le président de la Commission de la Cedeao qui a rejoint le panel après avoir tenté de saboter sa mission, avait publiquement étalé ses humeurs, au titre de "scènes de jalousie" face à un Jacob Zuma dont la sérénité et l'objectivité avaient fini par mettre la Cedeao sous l'éteignoir. La seule présence d'un armement sud-africain au large des côtes ivoiriennes avait déclenché la protestation de la Cedeao qui pleurnichait de n'avoir pas été prévenue de la présence de ce bateau, pourtant en mission de sécurisation de la visite du président Zuma. Alors que des navires de guerre européens mouillent au large des côtes ivoiriennes sans émouvoir personne. Quel complexe!

4. L'UA et la France

Les violences meurtrières initiées dans le cadre de l'arrivée du panel des chefs d'État mandatés par l'Union Africaine (UA) s'intensifient alors que ce panel vient d'achever sa mission de médiation auprès des protagonistes de la crise postélectorale ivoirienne. Les présidents mauritanien, tanzanien, sud-africain, burkinabé et tchadien devraient se retrouver "prochainement" à Nouakchott en vue de prendre "des décisions contraignantes" pour toutes les parties.

L'on se rappelle qu'à la veille de cette mission, le camp Ouattara déclarait à qui voulait l'entendre que la mission du panel consistait à l'installation d'Alassane au pouvoir, Zuma venant "chercher son ami Gbagbo". Mais le panel ayant repris le travail des experts qui l'ont précédé à Abidjan, le dossier résultant semble faire s'envoler bien des illusions. La seule lettre de Sarkozy au président de la CEI a de quoi à faire tomber des nues plus d'un responsable africain devant un tel cas flagrant d'ingérence. Le porte-parole de la CEI et l'ambassade de France ont beau nier l'existence de cette lettre, elle est bel et bien authentique. Si le panel s'accorde le temps de la décision, c'est peut-être bien parce que les chefs d'Etat africains se rendent bien compte que la solution n'est guère entre les mains d'Alassane Ouattara, mais entre celles de Paris.


Source: IVOIREVOX

SURREALISTE: DOUMBIA MAJOR APPELLE OUVERTEMENT A LA GUERRE !

DOUMBIA MAJOR.JPG

Soutien à nos jeunes frères et sœurs qui s'offrent en sacrifice pour faire triompher la cause de la démocratie. L'heure des sacrifices est terminée, la terreur doit changer de camp et elle changera de camp.

Aux armes compagnons !

Où que vous soyez, formez vos cellules et bataillons, et marchons, contre ces mercenaires et soldats tribalistes de Gbagbo, qui la nuit viennent égorger nos frères et violer nos sœurs. Nous sommes nés libres, nul ne fera de nous des esclaves.


Tous au front pour le combat !

Avançons sans recul, tuez-nous si on recule et vengez-nous si on meurt.

Notre conviction est inébranlable, notre victoire est certaine, car nous combattons pour la justice et la liberté.

Pour aujourd'hui et pour les générations futures.


Unis frères et sœurs, libérons notre pays de cette dictature en formation.



Par Doumbia Major (Filleul d'Alassane Dramane Ouattara)


 

Source : L'INTELLIGENT D'ABIDJAN


Que DIEU garde, protège et délivre la Côte d'Ivoire !

VIDEO INTEGRALE INEDITE: LES REVELATIONS DE LAURENT DONA FOLOGO ACTE 1 ET ACTE 2

Vidéo intégrale inédite:


Les révélations de Laurent Dona Fologo [Act 1] et [Act 2]

 

Interview vérité du Président du Conseil Economique et Social, L.D. Fologo au sujet de la crise Ivoirienne.

Ancien membre du Grand Conseil du PDCI et grand disciple du père fondateur Félix H. Boigny, Fologo éclaire les Ivoiriens et l'Afrique

sur les prémices de la crise ivoirienne.

Les difficultés de FHB
Les relations PDCI-ADO?
La mort du Président FHB?
La prise du pouvoir de H. K. Bédié en 1993?
Le coup d'Etat manqué de 1993.

Visualiser [Act1]

Visualiser [Act2]

cmrci
Veuillez consulter les annonces de nos sponsors pour rendre perpétuel votre bouquet africain.
Plus de Télévision GRATUITE et d'info sur
facewww.facebook.com/telediaspora.net

Copyright © Fév. 2011