topblog Ivoire blogs

jeudi, 23 décembre 2010

FRANCE-REBELLION IVOIRIENNE: CONNIVENCE TOTALE

GENDARME FRANçAIS EN CI.jpg

Que fait donc ce gendarme français en Côte d'Ivoire et surtout près des rebelles, à l'Hotel du Golf ?

Vous avez dit assistance à force insurrectionnelle ?

mardi, 21 décembre 2010

LA DESOCCIDENTALISATION DU MONDE

FRANCE 24-SARKOZY.png

 

In Le Nouveau Courrier N°158 du 20 Décembre 2010 par Silvie Kouamé


On peut choisir de regarder la crise ivoirienne à travers les lunettes déformantes de la majorité des médias internationaux, qui ont choisi de raconter une histoire simpliste et manichéenne. En gros, il s'agit d'un pays où un roi nègre s'accroche au pouvoir. Alors qu'il a perdu des élections transparentes et validées par une «communauté internationale» forcément honnête, vertueuse et mue par sa mission civilisatrice et «démocratisante». Non violent, porteur d'espoir, son adversaire a appelé «le peuple» à descendre pacifiquement dans la rue, mais la soldatesque aux ordres du président sortant a sévi. Depuis, les puissances occidentales essaient de faire prévaloir les valeurs universelles...


Cette belle fable ne résiste ni à la réalité ivoirienne, bien plus complexe, ni à la froide logique de la diplomatie internationale. Le processus qui a amené l'Occident à imposer la thèse «Ouattara vainqueur» n'est ni légal ni légitime. Ce n'est pas la Commission électorale indépendante (CEI) qui a diffusé des résultats provisoires en sa faveur ; mais seulement son président, membre du RHDP, au sein du QG de campagne de Ouattara. Les fraudes dont le camp Gbagbo parle, et qu'on tente de rendre inaudibles par un tintamarre de «certifications » d'organisations internationales et d'ONG toutes abreuvées à la même source, sont avérées. Elles se voient sur des milliers de procès-verbaux irréguliers qui, dans un dialogue contradictoire, ne pourraient pas être rejetées d'un simple revers de la main agacé. Elles ont eu lieu dans une partie de la Côte d'Ivoire vivant sous la férule moyenâgeuse de seigneurs de la guerre voués à ADO, le champion d'une cause qu'ils considèrent comme celle du Nord.

La « démocratie médiatique », nouvelles arme d'intervention de l'Occident

Ceux qui s'intéressent à l'actualité internationale de manière continue ne croiront jamais que Paris et Washington se battent à Abidjan pour le triomphe d'un quelconque absolu démocratique.

Les exemples sont nombreux qui tendent à prouver que les pays occidentaux ont une compréhension sélective et manipulatoire de la démocratie, qui ne tient que dans la mesure où elle concourt à leurs intérêts. Ainsi, quand les Palestiniens choisissent de voter pour le Hamas, parti islamiste honni par les puissances riches, ils sont punis.

Les «élus du peuple» ne sont pas reconnus par la «communauté internationale», qui refuse de s'asseoir à la même table qu'eux. Quand Hugo Chavez (Venezuela) ou Mahmoud Ahmadinejad (Iran) sont déclarés vainqueurs des élections chez eux, les arbitres des élégances démocratiques occidentaux, relayés par des médias puissants, crient à la fraude et mettent leurs canaux et outils à la disposition des opposants - qu'ils aient, dans le fond, raison ou non. En revanche, les puissances occidentales ont fermé les yeux sur les récentes fraudes électorales au Gabon, malgré les preuves qu'elles détiennent (cf. les révélations du documentaire de Patrick Benquet sur la Françafrique). Elles sanctifient les pétromonarchies du Golfe et les passations de pouvoir héréditaires en Françafrique, comme elles ont installé des dictateurs à la place de progressistes par le passé au Chili (pour Pinochet contre Allende) ou en République démocratique du Congo (Mobutu pour contrer Lumumba). Rien de nouveau sous le soleil...

La «démocratie médiatique» instrumentalise au-delà du raisonnable les droits de l'homme et les organisations qui les défendent - pour les assécher et les délégitimer, à terme, auprès d'une grande partie de l'opinion publique mondiale, qui n'est pas dupe. Financées à grands frais par des fondations et des Etats qui ont des intérêts à défendre, les grandes ONG de défense des droits de l'homme trient les morts, pour extraire des décombres ceux qui vont dans le sens de leur démonstration. La Cour pénale internationale (CPI) devient un épouvantail destiné uniquement à causer des frayeurs aux Africains. Arnaud Montebourg a déjà demandé que Gbagbo soit traîné devant la CPI pour des violences déclenchées par Ouattara et qui ont fait 50 morts. Qui poursuivra Bush ou Obama devant la CPI pour les milliers de civils tués en Irak ou en Afghanistan ? Qui poursuivra les rebelles ivoiriens pour les 5000 morts de la guerre civile qu'ils ont lancée? Qui poursuivra Chirac pour les meurtres d'Ivoiriens devant l'Hôtel Ivoire ? Silence... ces morts-là ne sont pas du bon côté. Celui des alliés de l'Occident.

Une nouvelle guerre froide de nature économique ?

Un des phénomènes intéressants à observer au point de vue diplomatique est la convergence de vues frappante et mise en évidence entre la France, soutenue par l'Union européenne, et les Etats-Unis sur le dossier ivoirien. C'est un phénomène nouveau : lors des derniers épisodes de notre crise qui ne veut pas mourir, les Etats-Unis regardaient la France s'embourber dans son «petit Irak» de façon goguenarde et se moquaient en douce de son allié infidèle. L'administration Bush avait même empêché bruyamment la France de «suspendre» le Parlement ivoirien en 2006, durant la période de gloire des proconsuls du Groupe de travail international (GTI).

De l'eau a coulé sous les ponts. Aux Etats-Unis, les conservateurs qui avaient une dent contre la France sont partis, laissant la place aux démocrates, bien disposés en faveur de l'ONU et de la «cogestion de l'impérialisme». Ils n'ont de toute façon pas le choix : affaiblie sur les fronts ouverts imprudemment, Washington a besoin de son allié français, qui soutient l'effort de guerre en Afghanistan. En France, Sarkozy l'atlantiste a succédé à Chirac le gaulliste, et procède à des échanges de bons procédés avec l'oncle Sam.

Mais il y a plus important : les Occidentaux, tous les Occidentaux, se sentent affaiblis. Ils n'ont plus le monopole de la technologie, leur population est vieillissante et endettée, et ils voient les Asiatiques et les pays émergents, plus économes, partir avec plus de moyens à la conquête des matières premières stratégiques de l'Afrique. Il faut se mettre ensemble pour barrer la route aux Chinois ! Les «fuites» de télégrammes diplomatiques orchestrées par Wikileaks tombent à point nommé pour mieux comprendre la donne ivoirienne. «Les Français accueillent favorablement l'extension de la présence américaine en Afrique comme moyen de contrebalancer l'expansion régionale de la Chine», peut-on lire sur une note. La nouvelle politique française «peut donner aux Etats-Unis des occasions d'étendre leur influence en Afrique sans rencontrer de résistance», note un télégramme. La France est désormais considérée comme «un de nos plus puissants alliés en Afrique», ajoute un mémo de l'ambassade américaine à Paris, destiné à Hillary Clinton. Paris faisait le gendarme en Afrique hier contre le péril communiste. Désormais, ses forces armées aident à la préservation des intérêts de l'Occident. Le temps de la concurrence d'après la chute du mur de Berlin, qui s'est exprimée avec férocité au Rwanda (Kagame avec les Américains, Habyarimana avec les Français) est passé. La nouvelle guerre froide qui oppose la vieille aristocratie aux puissances émergentes en Afrique est aujourd'hui d'abord et avant tout économique. Mais à militariser la planète, d'Irak en RDC en passant par la Côte d'Ivoire, l'Occident s'épuise, perd la bataille des cœurs et des esprits ; pendant que ses adversaires ne font que du business et gagnent du terrain chaque jour, surfant sur le rejet de l'arrogance d'une coterie internationale hypocrite et donneuse de leçons. La désoccidentalisation du monde, prophétisée par l'essayiste français Hakim El Karoui, a commencé.


 

Source : LE NOUVEAU COURRIER

lundi, 20 décembre 2010

GENERAL ROMEO DALLAIRE (FORCE ONU-RWANDA): J'AI SERRE LA MAIN DU DIABLE


J'AI SERRE LA MAIN DU DIABLE.jpg

L'ONU n'a aucun sens des Droits Humains dont elle se prévaut pour se maintenir en Côte d'Ivoire, envers et contre la volonté du peuple ivoirien, se déclinant désormais dans notre pays non plus comme une force de paix (qu'elle n'a jamais été nulle part) mais comme une force d'occupation. Il en est de même pour la force française Licorne. La France qui a été occupée pendant la Seconde Guerre Mondiale par les armées nazi d'Adolf Hitler sait très précisément le sentiment qu'on peut éprouver dans ce cas de figure. Ces deux armées d'occupation seront donc traitées comme telles, désormais, en Côte d'Ivoire. A bon entendeur..., salut!

Ci-dessous, le résumé du film-témoignage du Général Roméo Dallaire, chef des troupes onusiennes au Rwanda, en 1994 pendant le génocide; une oeuvre cinématographique majeure, sortie le 28 septembre 2007 au Canada, sa terre natale.

Kigali, printemps 1994. Commandant en chef des casques bleus de l'ONU, le général Roméo Dallaire pressent la menace d'un conflit ethnique. L'écrasement de l'avion du président rwandais, le 6 avril, déclenche le massacre organisé par la majorité hutu contre la minorité tutsi, après qu'un siècle de colonialisme eut défavorisé la première au bénéfice de la seconde. Mal armé et sans pouvoirs, Dallaire tente de convaincre le conseil de sécurité de l'ONU d'envoyer des hommes pour l'aider à mettre en échec le Hutu Power, gouvernement intérimaire qui supervise le génocide. Mais les instructions qu'il reçoit sont formelles: interdiction d'ouvrir le feu sur les assassins, et, quelques jours plus tard, ordre de retirer les troupes de Kigali. Au péril de sa vie et de celle de ses hommes qui refusent de partir, Dallaire désobéit.


Source: CINOCHE.COM

Voir la bande-annonce (cliquer): ICI

-----------------------------------------------------------------------


Roy Dupuis sera le Général Dallaire

Par Karl Filion

ROY DUPUIS.jpg

© Alliance Atlantis Vivafilm

Roy Dupuis

Les Films Séville ont annoncé hier par voie de communiqué que Roy Dupuis avait été choisi pour incarner à l'écran le général Roméo Dallaire, auteur du livre J'ai serré la main du diable.

J'ai serré la main du diable raconte l'histoire d'un soldat canadien partagé entre son devoir et sa conscience. En 1994, les Nations Unies ont dépêché le général Roméo Dallaire au Rwanda afin mettre en application un difficile processus de paix. Le jour même où est hissé le drapeau des Nations Unies, six petites filles sont massacrées, geste qui semble avoir été posé par les forces rebelles. Le chaos s'ensuit. Impuissant devant le spectacle de cette descente aux enfers, l'armée le rappelle au pays. Ne pouvant se résigner à quitter le Rwanda et laisser ce peuple à lui-même, il désobéit. Il assiste au départ des troupes belges et de ses troupes les mieux équipées. Promettant une histoire quotidienne aux journalistes qui acceptent de rester, le lieutenant-général Dallaire tente d'attirer l'attention de la communauté internationale afin qu'elle réagisse. Plus de 800 000 Rwandais ont perdu la vie aux termes de ce génocide. Le général Dallaire a réussi à sauver près de 30 000 personnes.

Dupuis a récemment fait partie de la distribution de Maurice Richard.

Roger Spottiswoode (Ripley Under Ground, Tomorrow Never Dies) assure la réalisation du film, dont le tournage débutera en juin à Kigali.

Une conférence de presse aura lieu vendredi en présence du réalisateur et de l'acteur principal pour confirmer le tout.

 

Source: CINOCHE.COM

GABON - BEN MOUBAMBA - ANALYSE : LAURENT GBAGBO ET LES ARMEES INTERNATIONALES EN COTE D'IVOIRE


BEN MOUBAMBA.jpg

Ainsi donc Laurent Gbagbo a osé le faire ? Demander le départ de l'Armée Française de la Côte d'Ivoire !? Quand on connait l'extrême manque de courage des acteurs politiques Africains en général (l'actuel Président Gabonais de la Commission de l'Union Africaine en est un exemple), nombreux sont ceux qui pensent qu'il s'agit là d'un baroud d'honneur ou d'un coup de poker qui pourrait déverrouiller l'étau françafricain autour de nos pays.

L'avenir le dira mais à mon humble avis le départ des troupes françaises et onusiennes du sol ivoirien n'est pas la bonne manière de poser le problème, même si M. Gbagbo a mille raisons de se méfier de l'ONU et de la France.

Précisément, la présence de l'Armée Française en Afrique francophone est si ancienne qu'elle a toujours suscité des controverses au Tchad, à Djibouti, au Gabon, en Centrafrique, au Rwanda et ailleurs. Elle correspond à l'ancienne doctrine d'endigment du Communisme qui a vu l'Occident confier à Paris un rôle de gendarme du « Monde Libre » en terre africaine.

Les temps ont changé depuis la fin de la Guerre Froide et l'Afrique est devenue le théâtre d'une Guerre Mondiale pour les ressources minières qui ne dit pas son nom : des Grands-Lacs au Maghreb et de la Corne de l'Afrique à toute l'Afrique de l'ouest peu peut-être. En attendant l'Afrique Centrale ?


UNE GUERRE MONDIALE AFRICAINE POUR LES MATIÈRES PREMIÈRES ?


Selon une opinion généralement admise, l'Afrique constitue un « scandale géologique » qui est la cause première de nos malheurs. On y trouve d'immenses ressources minières sans comparaison aux yeux des multinationales et des États puissants, comme le pétrole, le fer ou l'or pour ne citer que ces richesses.

De toute évidence, l'Afrique est donc « utile » pour l'économie mondiale mais pas les Africains eux-mêmes. Pas encore !? Nous fournissons au monde une bonne partie de son « carburant » pourtant, les populations locales en Afrique ne profitent aucunement de cette manne tombée du ciel et sont souvent obligés d'émigrer pour des raisons sociopolitiques.

Oui, pour nombre d'Africains l'émigration vers l'Occident est devenue la seule solution pour une vie à peu-près normale même au péril de leurs vies. D'ailleurs, la France, l'Europe et les USA s'en inquiètent grand bruit régulièrement même si ce phénomène, en réalité, concerne surtout l'intérieur du continent Africain : Africains de l'ouest vers des pays au fort PNB comme le Gabon (mais c'est un leurre), travailleurs du Burkina Faso ou du Libéria vers la Côte d'Ivoire ...etc.

La misère sans nom de la majorité des Peuples Africains tranche avec l'abondance de nos matières premières. Le reste du monde sait bien que le sol africain abrite plus de 30 % des réserves minérales de la planète. Cette moyenne déjà impressionnante, cache en fait des pics : 80 % des ressources du monde en coltan, un minerai qui sert notamment à la fabrication des téléphones portables, sont en Afrique, 90 % du platine, 50 % du diamant, 40 % de l'or. De quoi aiguiser les convoitises, attiser les conflits et tuer des présidents incontrôlables comme Laurent Gbagbo

Certains n'hésitent pas à évoquer le terme d'extermination passive des Africains qui ne mériteraient pas leurs richesses au vu de leur sous-humanité. Voici les bases du racisme géopolitique global posées !


DES ARMÉES ÉTRANGÈRES EN AFRIQUE POUR QUI ? ET POURQUOI FAIRE ?

Le 6e Commandement Militaire Américain en Afrique (Africom) est installé à Stuttgart, en Allemagne. Il est entièrement dédié à l'Afrique exception faite de l'Égypte et matérialise le retour direct des USA après le traumatisme de l'opération « Restore Hope » en Somalie en 1992. Face à l'inefficacité de l'Union Africaine et particulièrement de la Commission Africaine, incapable de créer une force continentale de paix, la multiplication des partenariats militaires avec Washington conduit peu-à-peu (départ des Forces Françaises ou onusiennes de Côte d'Ivoire ou pas) à une « américanisation » de la « sécurité africaine ». On comprend d'autant plus l'empressement des Président Obama et Sarkozy de voir partir Laurent Gbagbo au profit d'Alassane Ouattara.

« Africom » se concentre dans trois régions principales : le Sahel (et revoilà la Côte d'Ivoire non loin), la Corne de l'Afrique dans l'Océan Indien, qui accueille l'unique base militaire permanente américaine en Afrique, de près de deux mille hommes, à Djibouti (L'Armée Française n'arrive plus à endiguer toute seule la fragmentation de la terreur antioccidentale) et de plus en plus, le Golfe de Guinée - qui devrait fournir plus de 25 % du pétrole américain d'ici à 2020.

De l'Angola à la Guinée Conakry en passant par la Côte d'Ivoire ou le Gabon, ce sont d'énormes intérêts qui sont en jeux et c'est à se demander si Laurent Gbagbo ne va pas finir comme Jonas Savimbi qui a été éliminé sitôt qu'on a plus eu besoin de lui pour déstabiliser le pouvoir procommuniste de Luanda, après la chute du Mur de Berlin en 1989.


AL QAÏDA AU MAGHREB ET DEMAIN EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE


Laurent Gbagbo demande le départ de l'Armée Française et des troupes onusiennes de son pays comme moyen de pression sans doute. Du moins peut-on l'espérer pour sa propre intégrité physique. Mais si par malheur, il venait à subir le sort de l'angolais Jonas Savimbi, c'est-à-dire un assassinat ciblé pour des raisons géopolitiques, sa mort n'empêchera pas Al Qaïda au Maghreb de recruter jusqu'au Cameroun ou de se financer même au Gabon.

Je ne peux pas imaginer que Laurent Gbagbo ignore que le Sahel (donc, entre autre le Burkina Faso de Blaise Compaoré son ennemi intime) fait l'objet d'un partenariat transsaharien de lutte contre-terrorisme faisant appel à une logique de sous-traitance militaire des combats, visible lors de la participation indirecte des Américains en 2004 à une opération de quatre pays contre le Groupe Salafiste pour la Prédication et le Combat (GSPC) algérien.

Hillary Clinton a confirmé que l'islamisme radical était devenu pour les États-Unis un nouvel ennemi idéologique et militaire, et ce jusqu'en Afrique. Le 14 janvier 2009, devant la Commission des affaires étrangères du Sénat américain, elle a notamment déclaré : « En Afrique, les objectifs en matière de politique étrangère de l'administration Obama sont enracinés dans des intérêts sécuritaires, politiques, économiques et humanitaires ... ».

Faire partir l'Armée Française qui est une partie intégrante d'Africom ... est le nouveau projet du chrétien Laurent Gbagbo dans le bras de fer politique qui l'oppose au musulman modéré Alassane Ouattara (et donc susceptible de s'inscrire dans la logique américaine contre les Salafistes ou Al Qaïda au Maghreb). Mais pour la remplacer par quoi ?

Le chef de l'État libyen Mouammar Kadhafi a dit récemment que l'Union Africaine devrait se doter d'une armée de près d'un million d'hommes. Encore un écran de fumée, car, tant que nous n'aurons pas des États forts dignes de ce nom, l'Union Africaine et notre capacité à sécuriser notre continent seront une plaisanterie de mauvais goût.

Chaque Africain peut légitimement se demander à quoi servent les troupes françaises ou onusiennes en Afrique : à sécuriser l'accès aux immenses ressources minières ? Quid alors de l'enrichissement des Africains eux-mêmes ? Défendre l'Occident d'Al Qaïda ? Certains alliés des Occidentaux financent le terrorisme en cachette ! En réalité, nous restons dans le même débat : il est intenable pour la Communauté internationale de continuer à faire en sorte que le continent qui autant de jeunes et de matières premières croule sous une pauvreté inacceptable au XXIe siècle. Aucune armée au monde n'empêchera dans les trente prochaines années les jeunes Africains de tout faire pour avoir une vie meilleure.



Bruno Ben MOUBAMBA (bruno@moubamba.com)


Source: LVDPG - Média Libre pour tous

14:00 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Afrique, France, Gabon | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : côte d'ivoire, gabon, france, bruno ben moubamba, lvdpg média libre pour tous | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

samedi, 18 décembre 2010

ONUCI ET FORCE FRANÇAISE LICORNE EN COTE D'IVOIRE: FIN DE MANDAT

 

CHAR DE L'ONUCI.jpg

Le gouvernement ivoirien vient de le décider: le mandat de l'ONUCI et de la force française Licorne en Côte d'Ivoire est terminé. Au regard des derniers développement de l'actualité ivoirienne post-électorale, cette décision courageuse vient à point nommé. A quoi bon continuer à se mentir quand des forces belligérantes affublées de l'épithète "impartiales" vous poignardent dans le dos et se coalisent avec une rébellion armée pour renverser un régime démocratiquement élu?

Merci, Monsieur le Président, de réaffirmer ainsi la dignité des peuples africains et la souveraineté non-négociable de leurs pays.


Que DIEU garde et bénisse la Côte d'Ivoire!


DINDE Fernand AGBO

 

 

La dépêche de l'AFP : Gbagbo demande le départ de l'Onuci et de la force française


Laurent Gbagbo, l'un des deux présidents proclamés de Côte d'Ivoire, a demandé samedi le départ "immédiat" de la mission de l'ONU dans le pays, l'Onuci, et de la force militaire française Licorne, selon un communiqué de son gouvernement lu à la télévision d'Etat.

"Le président de la République de Côte d'Ivoire vient de demander le départ immédiat du territoire ivoirien de l'Onuci et des forces françaises qui la soutiennent", indique ce texte lu par la porte-parole du gouvernement Gbagbo, Jacqueline Lohouès Oble.

"Cela implique que le gouvernement ivoirien s'oppose d'ores et déjà au renouvellement de cette opération qui expire le (lundi) 20 décembre 2010", a-t-elle ajouté.

Selon ce communiqué, "le gouvernement ivoirien considère que l'Onuci a largement failli à sa mission en posant des actes qui ne sont pas conformes à son mandat" d'impartialité, l'accusant d'avoir soutenu les forces ex-rebelles alliées au rival de M. Gbagbo, Alassane Ouattara.

L'opération onusienne compte quelque 10.000 Casques bleus et la force Licorne de l'ex-puissance coloniale française environ 900 hommes.


Source : AFP

YOUNG JIN CHOI VALIDE UNE OPERATION D'EMBRASEMENT GENERAL DES FRONTS MILITAIRES ET UNE OFFENSIVE MEURTRIERE SUR ABIDJAN




YOUNG JIN CHOI.jpg

Déstabilisation du régime: La nouvelle stratégie d'attaque de la rébellion

In Le Nouveau Courrier N° 158 du 18 Décembre 2010 par Emmanuel Akani

Après l'échec de l'opération «Rti et Primature», la nébuleuse qui veut chasser le président Gbagbo du pouvoir s'apprête à mener des actions subversives plus sanglantes mais ciblées contre les institutions de la République. Décryptage.


Un calme plat a régné sur Abidjan et la plupart des villes de l'intérieur du pays, au deuxième jour de la tentative de coup d'État en cours, déguisée en ''marches pacifiques''. Mais tout n'est pas fini pour autant. Les principaux leaders de la rébellion, Alassane Ouattara et Soro Guillaume, préparent des tueries massives de personnalités et d'attaque des institutions de la République. Sous le sceau de l'anonymat, des agents de l'Onuci choqués par les prises de position de Young Jin Choi ont fait des révélations sur la nouvelle stratégie de la rébellion pour arracher le pouvoir à Gbagbo. Des caisses d'armes et de munitions sont entreposées depuis hier vendredi 17 décembre 2010 - avec le précieux concours de l'Onuci - dans les résidences des cadres du Rdr et du Pdci situées non loin des institutions de la République. Mais aussi des résidences des hautes personnalités administratives, politiques et militaires du pays. Sous le prétexte de sa mission de protection des populations, en l'occurrence des leaders de l'opposition politico-armée, la mission onusienne assure cette tâche avec une grande célérité, soulignent nos sources. Sur instruction de Choi, désormais acteur politique national, les résidences des fonctionnaires et des agents de l'Onuci actuellement en Côte d'Ivoire ou non, situées dans les périmètres visés, sont mises à contribution.

La stratégie consiste à lancer des attaques simultanées contre différentes institutions de la République, des personnalités qui les incarnent et leurs familles. Ainsi, comme ce fut le cas en 2002 où Boga Doudou a perdu la vie lors de l'attaque de son domicile, Paul Yao N'Dré, président du Conseil constitutionnel, Mamadou Koulibaly (Assemblée nationale), Laurent Dona Fologo (Conseil économique et social) et autres présidents d'institutions sont dans le viseur de Ouattara et ses hommes. Tout comme les pontes du Front populaire ivoirien : Affi N'Guessan, Aboudramane Sangaré, etc.

Dans le plan d'attaque des FN validé par le représentant de Ban Ki-Moon en Côte d'Ivoire, l'embrasement des différents fronts militaires est prévu parallèlement à l'offensive à Abidjan qui sera menée par les éléments lourdement armés actuellement au Golf hôtel. Déjà au centre et à l'ouest, les signes de la reprise des hostilités sont perceptibles. Jeudi dernier, les rebelles ont en effet été mis en déroute à Tiébissou par les éléments des forces de défense et de sécurité après des combats intenses à l'arme lourde. Au grand dam de la France dont les journaux comme Le Figaro annonçaient avec empressement l'avancée des rebelles vers Yamoussoukro. Sur le front ouest, les hommes de Ouattara ont pris le contrôle de la ville de Bangolo, sous l'autorité du centre de commandement intégré depuis la suppression de la zone de confiance en 2007, après la signature de l'accord de Ouaga.

Conséquence : Duekoué bruit déjà de rumeurs incessantes d'attaques rebelles. Si les Français se gardent jusque là d'intervenir militairement à Abidjan, cela n'est pas le cas à l'intérieur du pays.


Source: LE NOUVEAU COURRIER

DECLARATION DE L'ACTUS/PRPE (PARTI POLITIQUE TCHADIEN) SUR LA SITUATION EN COTE D'IVOIRE

 

Dr LEY-NGARDIGAL DJIMADOUM.jpg

Dr LEY-NGARDIGAL Djimadoum, Secrétaire Général de l'ACTUS/PRPE


COTE D'IVOIRE: POURQUOI LA FRANCE VEUT-ELLE ABATTRE LE PRESIDENT INSOUMIS, LAURENT GBAGBO ?


L'ACTUS/prpe (Action Tchadienne pour l'Unité et le Socialisme / Parti Révolutionnaire Populaire et Écologique, E-mail : actus-prpe@club-internet.fr) suit avec une attention particulière l'évolution de la situation politique en Côte-d'Ivoire depuis le coup d'état avorté de l'impérialisme français en 2002 contre le Président Laurent Gbagbo.

L'échec du putsch d'alors était du au soutien massif, populaire et notamment à celui des jeunes patriotes dirigés par Charles Blé Goudé, qui ont bravé les troupes françaises basées dans le pays.

La partition de facto du pays en deux : le Nord sous contrôle des putschistes et le Sud sous administration légitime et légale du Président Laurent Gbagbo.

Dix années plus tard, la rancoeur tenace de l'impérialisme international et français en particulier, est revenue à la charge afin d'imposer à la présidence de Côte-d'Ivoire, leur poulain, en l'occurrence Monsieur Alassane Dramane Ouattara (surnommé ADO par ses partisans) après le deuxième tour de l'élection présidentielle du 28 novembre 2008.

Si les prétendus démocrates en occident et si les membres de l'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI) étaient impartiaux et soucieux d'instaurer une véritable démocratie en Côte d'Ivoire, alors comment expliquer leurs criminelles accointances avec les putschistes du Nord depuis septembre 2002 en refusant de les désarmer avant les élections ? Dans ces conditions surréalistes, comment pourrait-on avoir une ombre de doute que les élections dans la partie septentrionale du pays serait opaque, falsifiée et irrégulière ?

Cette connivence de la France et de l'Onuci avec les putschistes du nord, préparerait déjà l'opinion internationale à ce coup d'état « démocratique et institutionnel » de la Commission Electorale Indépendante (CEI) qui voudrait imposer illégalement et illégitimement ADO, Président de la République de Côte d'Ivoire.

Pourquoi les Africains doivent-ils continuer à être humiliés en acceptant les coups d'états permanents de l'impérialisme français, la Françafrique 50 ans après les indépendances nominales? Force n'est-il pas de constater que les criminels dictateurs à l'instar du tyran Déby au Tchad, soutenus par la France sont imposés aux peuples ?

Ces despotes du pré carré français d'Afrique sont au pouvoir depuis au moins 20 ans pour chacun d'eux, par la volonté impériale de la France. En revanche, elle vilipende les dirigeants ou candidats africains insoumis ou progressistes, soutenus par les peuples.

La nouvelle stratégie de l'hexagone consisterait à appeler en renfort l'ONU afin de procéder au sacre de leur valet, ADO. C'est le cas de la Côte-d'Ivoire ces derniers jours où le cynisme, et la forfaiture du droit de la force de l'impérialisme prime sur la force du droit national et international. 50 ans après les indépendances africaines, le néocolonialisme français n'a pas perdu de sa vigueur d'antan. Il a repris le haut du pavé.

Ce qui se passe en Côte-d'Ivoire est inédit, injuste, humiliant, déshonorant et criminel pour toute l'Afrique. Cela devrait interpeller tous les patriotes africains car quelles que soient nos divergences confessionnelles, politiques et idéologiques avec le régime du Président Laurent Gbagbo, il serait de notre devoir de combattre l'inacceptable et cette pensée unique que l'impérialisme occidental, au nom de l'esprit de la suprématie coloniale occidentale, voudrait imposer sa volonté au détriment des peuples de notre continent.

C'est dans cette optique de résistance de solidarité et de lutte pour les Etats-Unis d'Afrique indépendants, que notre Parti, ACTUS/prpe adresse sa solidarité militante et anti-impérialiste au Président Laurent Gbagbo et au peuple frère ivoirien. Nous tenons ici, à lui exprimer par ailleurs, nos félicitations pour sa réélection à la magistrature suprême du pays (Lire la suite en téléchargeant le fichier joint ci-dessous).


Télécharger toute la déclaration de l'ACTUS/PRPE (18 pages) en fichier PDF (cliquer): ICI

CRISE IVOIRIENNE : MAITRE VERGES PREND POSITION

JACQUES VERGES.jpg

Dans une interview accordée au quotidien Burkinabé « Le Pays », le célèbre avocat français Jacques Vergès prend position dans la crise postélectorale en Côte d'Ivoire et sur la justice internationale. Extrait !


Quelle lecture faites-vous de la situation en Côte d'Ivoire ?

Jacques Vergès : A mon avis, les Occidentaux ont poussé à faire des élections en Côte d'Ivoire. On fait des élections pour confirmer un consensus. Il n'y a pas de consensus en Côte d'Ivoire. Il vaut mieux attendre 12 ans que d'arriver à la situation actuelle.
D'autre part, l'Occident appui un candidat. Je pense que c'est une erreur. Ce candidat apparaît comme un candidat de l'étranger.

Pour vous, le candidat auquel vous faites allusion n'a pas gagné les élections?

J. V. : Je n'en sais rien. Même s'il a gagné... Je n'habite pas la Côte d'Ivoire, je ne connais pas exactement la Côte d'Ivoire. Je ne peux pas, comme les Occidentaux, rester à l'étranger et dire que c'est comme ci ou comme cela.

JACQUES VERGES 2.jpg

Quelle appréciation faites-vous de la justice internationale ?

J.V. : Je préfère parler plutôt d'injustice internationale. Vous savez, les colonialistes ont toujours un masque. Ils ne disent jamais du bien de vous. Ils pillent vos ressources naturelles. Ils ont commis des génocides à l'égard des Indiens d'Amérique, détruit des civilisations comme celle des Aztèques.

Au nom de la liberté du commerce, ils ont imposé à la Chine trois guerres d'opium. Au nom de l'esclavage, ils sont venus imposer le travail forcé en Afrique. Aujourd'hui, c'est au nom de la justice qu'ils interviennent. Quelle est cette justice ? J'ai travaillé pour le tribunal de la Yougoslavie et pour celui du Cambodge. Les magistrats appliquent des règles, mais eux n'ont pas de règles. Ils font leurs règles eux-mêmes.

Au Burkina ou en France, un juge dit que telle personne est gardée à vue 30 jours. La loi dit que c'est le délai maximum. Mais le juge dit que je veux le garder plus longtemps. La loi est faite par le Parlement et non pas par le juge. Dans le cas de Milosevic (Ndlr, il était un de ses clients) au tribunal pour la Yougoslavie, on a changé la loi 22 fois. Ils violent le principe de Montesquieu. C'est la première chose. Au Cambodge, le tribunal vient de décider de faire appel à des donateurs privés.

Quand un homme riche vous donne de l'argent, ce n'est pas pour rien. Vous vous vendez. Quand vous acceptez l'argent de n'importe qui, vous faites n'importe quoi. Je prends l'exemple du tribunal pour le Liban. Il y a 4 ans, les commanditaires de ce tribunal ont dit qu'il faut mettre en cause les Syriens. On a arrêté 4 Généraux réputés pro-syriens. Il n'y avait rien contre eux. Les commanditaires ont dit ensuite que les Syriens ne les intéressaient plus, mais cette fois c'est le Hezbollah. On a libéré les captifs et on a essayé de mettre en cause le Hezbollah. Un tribunal est responsable devant l'opinion. On a fait le procès de Milosevic sans un Serbe dans le tribunal. On fait un procès au Cambodge où le chef du gouvernement dit qu'il ne veut pas qu'on accuse d'autres personnes, autrement il y aura la guerre civile. Le procureur qui est Canadien dit qu'il a le droit d'avoir une opinion. Les magistrats de la Cour internationale sont atteints de ce qu'on appelle un daltonisme au noir. Le dalton ne voit pas certaines couleurs. Ils ne voient que le noir. Si vous allez à la Cour internationale, tous les inculpés sont noirs, pas parce qu'il ne s'est rien passé à Gaza, pas parce qu'il ne s'est rien passé à la prison d'Abugraïb.

La question que je me pose maintenant est : Pourquoi l'Afrique accepte-t-elle cela ? Je ne dis pas que tout le monde est innocent, mais si ces gens sont coupables, c'est aux Africains de les juger. Pourquoi l'Afrique accepte-t-elle que ses dirigeants soient jugés par une bande de cosmopolites qui la méprisent. Il y a le cas de Béchir au Soudan. Je pense que les pays africains ont raison de ne pas appliquer le mandat international. L'Afrique n'est plus sous tutelle. Les Américains accepteront-ils qu'un pays africain juge Georges Bush pour sa guerre d'agression contre l'Irak ?


Source : Le quotidien burkinabé LE PAYS

vendredi, 17 décembre 2010

SARKOZY LANCE UN ULTIMATUM A GBAGBO POUR QUITTER LE POUVOIR

NICOLAS SARKOZY.jpg

La France vient de faire sa déclaration officielle de guerre contre la Côte d'Ivoire, par la voix de son hyper-président donneur de leçons universel, Nicolas Sarkozy. Il intime l'ordre au président que le peuple digne de Côte d'Ivoire, pays souverain, s'est librement choisi de quitter le pouvoir avant la fin de ce week-end du 17 au 19 décembre 2010. Il agite à nouveau le chiffon rouge des sanctions. Mais pour qui sait lire entre les lignes, il prépare, en réalité, psychologiquement le monde à une action militaire ouverte et violente de la France contre la Côte d'Ivoire. Nous verrons ce que nous verrons!


La France lance un ultimatum à Gbagbo pour quitter le pouvoir.

Contrairement à la position américaine exprimée hier, qui s'est voulu plus diplomatique, en évoquant « un temps limité » dont dispose Laurent Gbagbo pour quitter le pouvoir; dans la foulée de la répression de la manifestation pacifique pour le contrôle de la Radio Télévision Ivoirienne (RTI), à Abidjan; le président français Nicolas Sarkozy a lancé ce vendredi 17 décembre 2010, un ultimatum à Gbagbo.

Dans une conférence de presse tenue a Bruxelles en marge d'un sommet européen, Nicolas Sarkozy a appelé Laurent Gbagbo a quitter le pouvoir avant la fin de la semaine. « Laurent Gbagbo et son épouse ont leur destin entre leurs mains. Si avant la fin de la semaine il - Laurent Gbagbo - n'a pas quitté le poste qu'il occupe en violation de la volonté du peuple ivoirien, ils seront nommément sur la liste des sanctions » a déclaré le président Français, selon le journal Le monde.

Se fondant sur la violente répression des manifestations d'hier qui a fait une trentaine de morts, le président français a qualifie d'inadmissible ce qui se passe en Côte d'Ivoire. « Ce qui se passe en Côte d'Ivoire est parfaitement inadmissible (...), des élections ont eu lieu, sous le contrôle des Nations unies, elles ont été validées par les Nations unies. Mieux, la totalité des Etats africains ont reconnu l'élection d'Alassane Ouattara. En violation de la volonté du peuple ivoirien, qui avait déjà été privé d'élection pendant dix ans, M. Gbagbo se maintient au pouvoir, ses partisans tirent, il y a eu des morts dans les rues d'Abidjan hier, c'est un scandale » a-t-il ajouté.

Haussant toujours le ton, Nicolas Sarkozy a demandé a Gbagbo de choisir quelle est l'image il veut laisser dans l'Histoire. « S'il veut laisser l'image d'un homme de paix, il est encore temps mais le temps presse et il doit partir. Ou est-ce qu'il veut laisser l'image de quelqu'un qui a tiré sur des civils parfaitement innocents ? Et, dans ce cas-là, il y a des juridictions internationales et une cour pénale »

Le président Laurent Gbagbo donné vainqueur des élections présidentielles par le Conseil constitutionnel, après avoir annulé les résultats des votes dans les zones Centre-Nord-Ouest, avec 51%, est prié par la Communauté Internationale de quitter le pouvoir au profit de Alassane Ouattara proclamé vainqueur, de cette même élection, par la Commission électorale indépendante et par l'Onu, certificateur des élections, avec 54%.

Sur place à Abidjan, c'est le calme plat ce vendredi 17 décembre 2010. Les manifestants ne sont pas sortis comme souhaité la veille par Soro Guillaume, premier ministre du président Ouattara.

Annoncée depuis quelques jours, une mission de médiation de l'Union Africaine est arrivée à Abidjan ce matin. M. Jean Ping, président la Commission de l'Union africaine et M. James Viktor Gbeho, président de la commission de la Cédéao, ont rencontre le président Laurent Gbagbo et le président Alassane Ouattara. La mission de médiation devrait transmettre un message du président en exercice de la Cedeao, le président Nigérian Goodluck Jonathan au chef des deux camps pour préserver le climat de paix et résoudre la crise de façon pacifique.

Lors d'un récent entretien, le ministre des Affaires étrangers de Laurent Gbagbo a réitéré la volonté de Gbagbo de négocier, mais en tant que président élu de la Côte d'Ivoire. Dans l'autre camp le préalable à toute négociation est la reconnaissance de Alassane Ouattara comme président.


A. Norene

Source: LE TEMOIN.ORG

18:07 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Crise ivoirienne et Politique ivoirienne, France | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : côte d'ivoire, france, ultimatum de sarkozy à gbagbo | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

« L'IMPASSE EN CÔTE D'IVOIRE » PAR GUY LABERTIT

GUY LABERTIT.jpg

L'ensemble des analystes et observateurs pose la question « Comment sortir de l'impasse en Côte d'Ivoire ? ». Il faut sans doute rappeler pourquoi la Côte d'Ivoire est dans l'impasse.

QUELQUES RAPPELS POUR COMPRENDRE LA SITUATION

La Commission électorale indépendante (CEI) est une institution administrative chargée de fournir les résultats provisoires des élections, le Conseil constitutionnel étant la juridiction habilitée à proclamer les résultats définitifs.

La composition de la CEI a été déterminée à l'origine, en janvier 2003, par les accords de Marcoussis entérinés par la Conférence dite de Kléber à Paris. Des mouvements armés, aujourd'hui disparus, y étaient représentés à l'égal des formations parlementaires. Dès le départ, cette institution dite indépendante reproduisait les antagonismes de l'échiquier politique ivoirien. Cette composition a été modifiée à la marge lors de discussions ultérieures (Accra, Pretoria).

Contrairement à ce qui est souvent affirmé dans les médias, la CEI, institution ivoirienne n'est pas paritaire. Elle est éminemment défavorable au Président sortant Laurent Gbagbo, candidat de la majorité présidentielle.

En effet, le présidium de la CEI fort de 5 membres compte 4 représentants pro-Ouattara contre 1 pro-Gbagbo. Il y a 16 commissaires pro-Ouattara contre 6 pro-Gbagbo. Les 19 Commissions électorales régionales sont contrôlées par des pro-Ouattara et sur les 415 commissions électorales locales, 380 sont contrôlées par des pro-Ouattara contre 35 par des pro-Gbagbo.

Pour limiter ce déséquilibre, il était convenu que la CEI fonctionne par consensus et que les résultats du scrutin soient fournis sur la base d'un double comptage, manuel et électronique.

Le Conseil constitutionnel, dont la création est un des éléments des réformes d'Etat engagées par Laurent Gbagbo pour doter le pays d'institutions juridiques conformes au standard républicain, est composé selon les mêmes procédures que le Conseil constitutionnel en France. Il est présidé et composé de juristes ivoiriens éminents et non de simples partisans comme nombre d'observateurs le laissent entendre.

LES RAISONS DE L'IMPASSE

La CEI n'a pu proclamer de résultats provisoires dans le délai de trois jours qui lui était imparti. Il revenait, dès lors, au Conseil constitutionnel de proclamer les résultats définitifs sur la base des données transmises par la CEI. Alors que le Président de ce Conseil annonçait à la télévision, le jeudi 2 décembre, cette procédure, le Président de la CEI, M. Youssouf Bakayoko, non entouré des commissaires de la CEI, proclamait hors délai des résultats provisoires à l'Hôtel du Golf, devenu le quartier général du candidat du RHDP Alassane Ouattara. Il accordait 54,1 % des suffrages à Alassane Ouattara contre 45,9% à Laurent Gbagbo.

Fruit du comptage manuel, ces résultats entérinaient une fraude manifeste révélée par le comptage électronique. En effet, sur les 20 073 procès-verbaux de bureaux de vote, plus de 2000 ont été rejetés car ils comportaient un nombre de votants supérieur au nombre d'inscrits.

La scène du mardi soir 1 er décembre où l'on a vu deux représentants de la majorité présidentielle empêcher le porte-parole de la CEI, proche de Ouattara, de lire les résultats des trois premières régions, (dont deux étaient d'ailleurs favorables à L. Gbagbo) s'explique par le fait qu'à ce moment les responsables du comptage électronique venaient à peine de récupérer les données après un bras de fer de 48 heures avec le Premier ministre et le Président de la CEI qui feignaient de s'étonner de cette situation. Les données ont été enregistrées par le système électronique dans la nuit du mardi au mercredi seulement.

La fraude, révélée par le comptage électronique, étant manifeste dans les régions du Nord, la CEI ne pouvait plus fonctionner par consensus dans la journée du mercredi 1 er décembre. D'où la proclamation solitaire du Président de la CEI, le lendemain au quartier général du candidat Ouattara, pour frapper par avance de suspicion les décisions à venir du Conseil constitutionnel.

Le Conseil constitutionnel a fonctionné strictement sur des bases juridiques en analysant les recours déposés par la majorité présidentielle qui portaient sur environ 600 000 voix.

Sur 16 des 19 régions représentant plus de 85 % de l'électorat les résultats de la CEI confirmés par le Conseil constitutionnel donnent 2 038 000 voix à Laurent Gbagbo, soit 52,6 % et 1 837 173 voix à Alassane Ouattara soit 47,39 % des voix.

Les recours déposés par la majorité présidentielle et retenus par le Conseil constitutionnel ont conduit à l'annulation de 7 des 11 départements dans 3 des 5 régions du Nord, à savoir les départements de Boundiali, Ferkéssédougou, et Korhogo dans la région des Savanes, les départements de Bouaké, Dabakala et Katiola dans la région de la Vallée du Bandama, et le département de Séguéla dans la région du Worodougou.

Les annulations se fondent essentiellement sur le fait que les représentants de la majorité présidentielle ont été physiquement empêchés d'accéder aux bureaux de vote ou en ont été expulsés. Cela a permis de bourrer les urnes. On constate en effet, que dans les régions du Nord, le nombre de votants est souvent supérieur au nombre d'inscrits et que le nombre de suffrages exprimés a éré encore plus important au second tour qu'au premier (+ 10,31 % dans la région du Bafing, + 13,94 % dans le Denguélé, + 10,65 dans les Savanes et + 13,62 dans le Worodougou) alors que le jour du scrutin, tous ceux qui le suivaient soulignaient que la participation était en baisse.

De plus, les éléments des Forces armées des Forces nouvelles (FAFN) sont sortis armés le jour du second tour alors qu'ils étaient officiellement cantonnés et désarmés depuis la fin du mois de septembre dans les camps de Bouaké, Korogho, Séguéla et Man.. Les Forces de l'ONUCI ne se sont jamais interposées et le vote s'est fait le plus souvent sous la contrainte dans les régions du Nord. Les partisans de la majorité présidentielle ont été pourchassés, soumis à des violences, leurs représentants parfois séquestrés. Une représentante a même été battue à mort à Korhogo.

La volonté de fraude des partisans d'Alassane Ouattara dans les régions du Nord est incontestable, même si elle semble avoir échappé aux observateurs de l'Union européenne. Les violences et irrégularités graves ont été relevées par la mission des observateurs de l'Union africaine et des témoignages très nombreux ont étayé les recours de la majorité présidentielle.

Le scrutin s'est déroulé de façon équitable dans le reste du pays et le candidat Ouattara n'a déposé aucun recours. Sur cette base, qui concerne plus de 80 % de l'électorat, il a été dit très officiellement par l'ONUCI que le scrutin était globalement démocratique, mais la fraude au Nord a été de nature à inverser les résultats du scrutin de ce second tour.

LE RÔLE DE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE

La prise de position immédiate, le vendredi 3 décembre, du représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies, M. Young-jin Choï, ne reconnaissant pas les résultats donnés par la seule juridiction ivoirienne habilitée à proclamer les résultats définitifs, viole la Charte de l'ONU qui réaffirme dans son action le respect des institutions d'un pays souverain. La certification du processus électoral suppose que le déroulement du processus électoral est conforme à la Constitution et au code électoral que les Ivoiriens se sont souverainement donné.

En choisissant de valider les résultats provisoires d'une institution administrative, la Commission électorale indépendante, où la majorité présidentielle était minoritaire de par la volonté de la communauté internationale, le représentant de l'ONU a donné un signal fort à l'ensemble des puissances occidentales. En premier lieu, la France et les Etats-Unis, par la voix de leur Président respectif, MM. Sarkozy et Obama, Pourtant la veille, dans la soirée du 2 décembre, l'Elysée précisait dans un communiqué « il appartient désormais au Conseil constitutionnel de proclamer les résultats définitifs dans le strict respect de la volonté clairement exprimée par le peuple ivoirien ». Ce respect signifie-t-il que le Conseil constitutionnel de Côte d'Ivoire devait avaliser la fraude évidente des régions du Nord entérinée par la Commission électorale indépendante ?

Mandaté par l'Union africaine, l'ancien Président sud-africain Thabo M'Béki a conduit une médiation de 48 heures, les 5 et 6 décembre. On sait les relations difficiles entre Thabo Mbéki et l'actuel Président sud-africain Jacob Zuma qui se sont livrés jadis un duel sans merci au sein de l'ANC. Avant même que Mbéki dépose ses conclusions, la Communauté des Etats d'Afrique de l'Ouest, fortes de 16 pays membres, (avec 7 chefs d'Etat sur 13 délégations présentes) s'est dépêchée de soutenir la position des puissances occidentales.

La Russie (Tchétchénie oblige) n'a pas résisté longtemps au Conseil de sécurité, plongeant la Côte d'Ivoire présidée par Laurent Gbagbo dans un isolement diplomatique complet. Le 13 décembre, l'Union européenne s'est engagée dans un processus de sanctions.

Ce bras de fer entre la Côte d'Ivoire qui s'est remise au travail et la communauté internationale dont l'unanimisme immédiat au nom de la vertu démocratique peut sembler suspect peut déboucher sur des affrontements gravissimes. Unanimisme suspect quand on voit le pudique et assourdissant silence des Etats-Unis, de la France et de la communauté internationale face aux élections législatives en Egypte et à la réélection dans son pays du médiateur de nombre de crises africaines, M. Blaise Compaoré, avec plus de 80 % des voix dès le premier tour, lui permettant de rester à la tête du Burkina Faso pendant 28 ans.

Le Président Gbagbo a-t-il commis l'irréparable en Afrique en faisant tout pour mettre en place des institutions républicaines et en laissant se développer un processus électoral de façon ouverte sur la base d'une présomption de bonne foi à l'égard de son principal adversaire politique pour qui les institutions financières internationales qu'il a servies, les Etats-Unis, la France ont toujours eu les yeux de Chimène.

Cette situation sans précédent en Côte d'Ivoire pose avec acuité le rôle historique de l'ONU sur le continent africain et d'une certaine façon sa crédibilité aux yeux de tous les citoyens de la planète. Facteur de paix et de sécurité comme l'expriment ses textes ou garant des intérêts des puissances et d'un ordre mondial injuste et inégalitaire.

Ce n'est que quarante ans après les indépendances africaines qu'a été mis à jour le jeu trouble de l'ONU dans l'assassinat, le 19 janvier 1961, au Congo Kinshasa du Premier ministre Patrice Lumumba, défenseur de la souveraineté de son pays. Un demi-siècle plus tard, en 2010, la méthode est plus policée pour écarter un dirigeant politique jugé indocile, même si tout son parcours s'est inscrit dans la conquête de la démocratie et la mise en place d'institutions républicaines souveraines. C'est effectivement une quasi exception sur le continent africain.


Guy LABERTIT

Ancien délégué Afrique du PS (1993-2006)

Auteur aux éditions « Autres Temps » de

« Adieu, Abidjan-sur-Seine », les coulisses du conflit ivoirien (2008)

« Côte d'Ivoire, sur le sentier de la paix » (2010)


Source: CHRONIQUES SENEGALAISES

16:02 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Afrique, Crise ivoirienne et Politique ivoirienne, France | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : côte d'ivoire, france, guy labertit, impasse en côte d'ivoire | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

LES IMAGES DES MEDIAS INTERNATIONAUX TEMOIGNENT : SUR LE TERRAIN, L'ONUCI SE CONFOND AVEC LES REBELLES


LOGO ONU.jpg

In Le Nouveau Courrier N°157 du 17 Décembre 2010 par Benjamin Silué

La collusion Onuci-RHDP-rébellion était un secret de polichinelle. Les médias français en ont été témoins hier.

LOGO ONUCI.jpg

Troublant reportage hier soir sur la chaîne de télévision française Canal +, qui montrait les combats de l'hôtel du Golf, opposant Forces de défense et de sécurité ivoiriennes et rebelles des Forces nouvelles, du côté des seconds, dont la base est l'hôtel du Golf. Pour le voir sur le web, tapez l'adresse suivante :

http://bit.ly/fpe6oi

Premièrement, les images nous montrent que les rebelles disposent d'armes lourdes stockées à l'hôtel du Golf. Sachant qu'historiquement, cet hôtel abritait des membres du gouvernement placés sous la protection des Casques bleus, et non un régiment armé d'une force cantonnée dans le Centre, le Nord et l'Ouest, l'on se pose une question : comment ces armes et ces munitions de guerre sont-elles arrivées à l'hôtel du Golf ? L'ONUCI escortant en permanence les locataires politiques de cet hôtel, elle devra forcément s'expliquer sur la manière dont ces armes de guerre sont arrivées dans cet endroit que les « soldats de la paix» avaient vocation à «sanctuariser». L'ONUCI aurait voulu installer la guerre civile à Abidjan qu'elle ne s'y serait pas prise autrement.

Objectivement, elle a créé une base avancée de la rébellion dans la capitale économique. L'Histoire - car on écrit toujours l'Histoire, souvent désastreuse, des opérations de l'ONU - le retiendra.

De plus, l'on voit des images de combats où les soldats de la rébellion de Guillaume Soro se confondent avec les Casques bleus. Les deux groupes d'hommes en arme portent des brassards bleus. Les deux groupes d'hommes portent des armes de guerre et sont en posture de guerre. La collusion est manifeste ! Et l'on se demande ce qui se serait passé si, en visant un rebelle des Forces nouvelles, l'armée ivoirienne avait tué un soldat onusien...

La situation créée par Choi et ses hommes, qui poussent les Casques bleus à venir en appui logistique à une force belligérante, est en contradiction avec les attributions des soldats de la paix de l'ONU. Les Casques bleus ne peuvent intervenir que pour surveiller l'application d'un cessez-le-feu, désarmer et démobiliser les combattants, protéger les populations civiles, faire du maintien de l'ordre, former une police locale, et déminer. Le mandat spécifique de l'ONUCI, qui reste dans les limites des résolutions sur la Côte d'Ivoire, ne l'autorise pas non plus à jouer aux supplétifs d'une force combattante. ONUCI-FM, qui s'est transformée en appendice du RHDP, viole de la même manière ses attributions, consistant «à faire comprendre le processus de paix» aux Ivoiriens, mais aussi à «encourager le dialogue inter-ivoirien, l'échange et la tolérance». Le moins que l'on puisse dire est que l'on en est bien loin.


Source: LE NOUVEAU COURRIER

LE RHDP ORGANISE UNE MARCHE PACIFIQUE AVEC DES ARMES DE GUERRE

REBELLES SOUS COUVERTURE ONUCI.jpg

Des rebelles au service d'Alassane Dramane Ouattara dans la cour de l'Hotel du Golf, en partance pour la RTI. Remarquez qu'ils portent des brassards bleus de soldats de l'ONUCI. Vous avez dit complot ?


Récit déprimant et spectacle désolant que ce qu'il nous a été donné de voir et d'entendre, hier, sur les antennes de la télévision ivoirienne : la marche « pacifique » du RHDP pour installer BROU Aka Pascal à la tête de la RTI s'est soldé par un bilan fort dramatique de 20 morts dont 10 parmi les agresseurs voire assaillants (c'est le lieu de le dire) et 10 parmi les forces de l'ordre. Comment une marche sensée être pacifique ou annoncée pour l'être peut-elle au final faire des morts par balles, tirées avec des armes de guerre, parmi les forces de défense et de sécurité ? C'est le tour de force qu'aura réussi le RHDP qui se prévaut pourtant de la philosophie pacifiste du Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY avec qui ils n'ont visiblement aucun lien ! Il ne fallait donc pas être étonné de la réaction vigoureuse (mais malgré tout contenue) de nos agents de l'ordre. Au demeurant, un mort de plus dans ce pays est un mort de trop, quel que soit son camp ou ses opinions.

Malheureusement, la coalition des conspirateurs prévoit une autre marche, ce jour, vendredi 17 décembre 2010 pour, disent-ils, installer dans ses bureaux de nouveau Premier Ministre d'ADO, à la Primature au Plateau, SORO Guillaume, le chef rebelle par procuration qui a enfin remis son pouvoir au véritable patron et parrain de la rébellion en Côte d'Ivoire : Alassane Dramane OUATTARA, qui s'était toujours caché au monde et qui est aujourd'hui clairement découvert. Ce débat est désormais clos, DIEU soit loué ! La « Radio ONUCI FM Mille Collines » du Sébroko Frantel, en pleine intox, pousse l'incongruité jusqu'à remercier les FDS de ne pas être sortis (elles qui circulaient par milliers dans les rues d'Abidjan et de l'intérieur du pays), d'avoir désavoué le pouvoir en place, et se targue de savoir quelle armée est dehors. En effet, ONUCI FM affirme, pince sans rire, doctoralement, que celle qui est dehors est anglophone. En vertu des droits qui nous sont conférés, en notre qualité d'observateur de la vie politique ivoirienne, nous lui décernons le prix Nobel de la désinformation. On ne peut pas faire pire !

FORCES ONUSIENNES EN CI.jpg

Pour en revenir à cette marche en armes de guerre, voici donc, comment le RHDP nous donne une fois de plus la preuve de sa culture de la violence et du crime. L'ONU, l'ONUCI, l'UE, la France, les Etats-Unis et la CEDEAO sont personnellement responsables de cette vingtaine de décès, eux qui se font les défenseurs des droits de l'homme et qui restent aphones aujourd'hui devant les morts par balle parmi les FDS. Comment se l'expliquent-ils, eux qui ont annoncé à la face du monde la marche « pacifique »  de leurs poulains ? Naturellement, leur presse aux ordres fait la fine bouche sur le drame et se contente d'une condamnation hémiplégique du régime ivoirien, agitant au besoin le chiffon rouge du TPI. Ce monstre en carton, ce tribunal des perdants, ne nous effraie guère dans la mesure où ceux qui doivent le craindre, ne sont pas du côté que l'on croit mais plutôt de celui de ceux qui ne manqueront pas d'y être traduits à la fin de la crise ivoirienne et dont le seul salut se trouve dans la prise du pouvoir, fût-il dans un fleuve de sang. DIEU qui est le juste juge et qui a été le témoin privilégié de toutes les atrocités commises dans notre pays depuis la nuit du 19 septembre 2002 par les filleuls d'ADO, et particulièrement dans les zones CNO, saura trancher avec l'équité qui lui est universellement reconnue et qui est sa nature même.

Pour rappel, il est clair dans l'esprit de tous ceux qui sont encore habités par l'honnêteté que le scrutin présidentiel ivoirien a été marqué, au second tour, par de graves irrégularités qui ont fait invalider les résultats d'au moins cinq départements du Nord, fief d'Alassane OUATTARA, leader du RDR. Une fraude massive y a été dévoilée, y compris par les observateurs internationaux. Pour preuve, sur les 20.078 procès-verbaux d'élection en provenance des bureaux de vote, 2.200 ont été rejetés par les ordinateurs de SILS Technologie, la société partenaire de la CEI pour le traitement des résultats de l'élection présidentielle. Pour la simple et bonne raison que sur ces procès-verbaux, dans une intention manifeste de tricher, les présidents de ces 2.200 bureaux de vote ont enregistré un nombre de voix pour Alassane OUATTARA qui est supérieur au nombre même des inscrits. Ce qui représentait, en définitive, un report inexplicable et inexpliqué de plus de 630.000 voix sur le score du candidat du RDR. Franchement hallucinant ! Cela ne peux être accepté ni aux Etats-Unis ni en France. Car tous les ordinateurs du monde pourvus d'un tableur EXCEL fonctionnent strictement de la même façon. A la limite, c'est une arithmétique si simple et une logique tellement triviale qu'un enfant du primaire ne s'y ferait pas prendre. Et c'est ce résultat honteusement extorqué, bassement volé, qu'ADO veut nous faire avaler, avec l'aide des donneurs de leçons universels, racistes et méprisants que sont les pays occidentaux. Il espère ainsi nous contraindre à accepter l'escroquerie morale selon laquelle il serait le vainqueur du scrutin présidentiel du dimanche 28 novembre 2010 et revendique à cor et à cri le fauteuil occupé par Laurent GBAGBO, le véritable élu du peuple digne de Côte d'Ivoire. Il devrait en avoir honte, lui qui est adoubé républicain et démocrate par une certaine « communauté internationale » en plein délire.

Sur la question, les Saintes Ecritures sont on ne peut plus clair et c'est même une trivialité universelle : « L'athlète n'est pas couronné, s'il n'a pas combattu suivant les règles » 2 Timothée 2 : 5. Simple bon sens. D'où vient-il donc que les Etats-Unis et la France veulent-ils faire de lui roi en Côte d'Ivoire. Cette conspiration ne passera pas. Comme d'ailleurs toutes les autres savamment et constamment orchestrées contre notre pays depuis septembre 2002. Le combat de David (la Côte d'Ivoire) contre Goliath (la coalition Etats-Unis, France, ONU, UE et CEDEAO) a commencé et tous ceux qui on un peu de culture savent comment ce pugilat biblique s'est achevé. Il n'arrivera pas autre chose en Côte d'Ivoire, soyez-en certain !

Terre, terre, tu es prise à témoin !


Que DIEU garde et bénisse la Côte d'Ivoire !



DINDE Fernand AGBO


Dernière heure: Nicolas SARKOZY donne un ultimatum au Président Laurent GBAGBO pour quitter le pouvoir avant la fin de ce week-end du 17 au 19 décembre 2010, selon les médias français. Pour qui se prend-il?

mercredi, 15 décembre 2010

ALCIDE DJEDJE: LES DESSOUS D'UNE MANIPULATION MEDIATIQUE MONDIALE

ALCIDE DJEDJE.gif

C'est le premier entretien que vient d'accorder Son Excellence Alcide Djédjé, ministre des Affaires étrangères de la République de Côte d'Ivoire, à un média français après les récentes élections présidentielles en Côte d'Ivoire. Il dénonce l'ingérence des Nations Unies, pilotées par la France et les Etats-Unis, dans la gestion d'un Etat souverain. Cet entretien exclusif a été diffusé lundi 13 décembre sur la radio Kernews. Nous en publions ci-dessous le texte avec quelques modifications liées à la retranscription d'un entretien oral en langage écrit. Compte tenu du caractère sensible de cette affaire, nous insistons sur le fait que seul l'enregistrement sonore reflète précisément les propos et le ton de Son Excellence Alcide Djédjé. Ce diplomate de formation qui a fait ses études en France, à Sciences Po, a notamment été représentant permanent de la Cote d'Ivoire à l'ONU. Homme de confiance du président Laurent Gbagbo, il a été nommé ministre des Affaires étrangères.


Télécharger l'interview en format audio Mp3:

http://dl.free.fr/mnn64cQxA

 

Kernews : Que se passe-t-il en Côte d'Ivoire ? Pourquoi pensez-vous que Paris et Washington ont pris parti à ce point sur cette question de politique intérieure ivoirienne ? Pour vous, est-ce une ingérence dans les affaires intérieures d'un pays souverain ?

Alcide Djédjé : Oui, il s'agit d'une ingérence grave dans les affaires intérieures de la Côte d'Ivoire de la part de la France et des États-Unis. Cette ingérence s'est faite d'abord au Conseil de sécurité à New York, puisque le représentant des services extérieurs des Nations Unies a reçu des fortes pressions pour que le président de la Commission électorale indépendante, qui normalement siège de façon collégiale et par consensus, soit amené dans les locaux de l'ONUCI à Abidjan pour proclamer les résultats. Monsieur Choi a refusé et il m'a appelé à cet effet. C'est ainsi que le président de la Commission électorale indépendante, Monsieur Youssouf Bakayoko, a été amené à l'Hôtel du Golf, le QG de campagne de Monsieur Ouattara, devant la presse étrangère, dont France 24, pour proclamer de faux résultats. Au vu de ces résultats, on constate que le taux de participation passe de 70% à 81% : nous avons donc constaté que plus de 630 000 voix on été rajouté après la fermeture des bureaux de vote. Voilà ce qui se passe en Côte d'Ivoire et cela a été fait par la France et les États-Unis... L'ambassadeur de France et l'ambassadeur des États-Unis en Côte d'Ivoire sont très actifs et, la veille, le président Sarkozy avait envoyé un courrier au président de la Commission électorale indépendante pour lui demander de proclamer les résultats sur le champ. J'étais moi-même en face de militaires Français qui, à 22h40 le soir, tentaient de remettre le courrier au président de la Commission électorale indépendante. Cela nous a été signalé par les militaires ivoiriens. Je me suis rendu sur les lieux moi-même et j'ai appelé l'ambassadeur de France qui a demandé aux militaires de retourner au camp Licorne, ils semblaient très embarrassés. Ce sont ces instructions du président Sarkozy qui ont été exécutées le lendemain. Ensuite, le président Sarkozy, et aujourd'hui le président Wade, ont appelé le président Jonathan Goodluck pour orienter la décision de la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest). Plus grave encore, l'ambassadeur américain à Abidjan, que j'ai reçu en mon bureau, connaissait la veille la position que l'Union africaine allait prendre. Donc, il s'agit non seulement d'une ingérence dans les affaires intérieures, mais d'une manipulation des institutions telles que la CEDEAO et l'Union Africaine pour que Alassane Ouattara soit déclaré président. Malheureusement pour eux, Monsieur Ouattara n'a aucune prise sur la réalité du terrain ici en Côte d'Ivoire. Donc, nous avons formé notre gouvernement parce que le président Gbagbo a été élu président de la République comme suite aux réclamations faites et aux décisions du Conseil Constitutionnel qui l'a proclamé vainqueur. Voilà comment les choses se présentent aujourd'hui à Abidjan.

Excellence, vous nous avez rappelé cet état de fait : c'est-à-dire cette différence de voix, l'écart entre la participation et le nombre de voix proclamé au moment de l'élection, avec près de 630 000 bulletins de vote en plus. En France, on disait ironiquement il y a quelques décennies, à l'époque où il y avait des bourrages d'urnes dans certaines banlieues, que l'on faisait voter les morts... Nous n'en sommes pas très loin, finalement...

Oui, bien sûr, on voit bien que tout a été orchestré parce qu'ils voulaient absolument qu'il y ait cette proclamation illégale, hors délai, de la Commission électorale indépendante. Pendant que les trente autres membres de la Commission centrale attendaient au siège de la CEI, Monsieur Bakayoko a été kidnappé par l'ambassadeur de France et des États-Unis, encadré par des gendarmes des Forces nouvelles et l'ONU, pour aller proclamer des résultats et, plus grave, au QG de campagne de l'un des candidats. Ceci, sur une télévision française... Je ne comprends pas cet empressement et nous voyons aujourd'hui que c'était vraiment grossier. Cela apparaît comme quelque chose de surréaliste et une ingérence trop grossière, trop flagrante... J'ai dit à l'ambassadeur des États-Unis qu'il n'était pas subtil dans sa manière de faire. On peut avoir des préférences, mais il faut agir de façon subtile et responsable. On ne peut pas montrer de cette façon, faire comprendre que nos institutions sont inutiles, cinquante ans après notre indépendance, montrer que le Conseil Constitutionnel est inutile. Pourtant, toutes nos institutions sont calquées sur des institutions similaires en France et aux États-Unis. La validation par la Cour suprême des États-Unis de la première élection du président Bush participe à cette réalité. Personne d'autre, aucun autre Etat, n'a contesté la validation par la Cour suprême des États-Unis de l'élection de Monsieur Bush. En France, il y a eu des invalidations qui concernent Madame Ségolène Royal, je n'ai pas d'éléments précis là-dessus, mais le Conseil Constitutionnel joue ce rôle en France. Pourquoi, en Côte d'Ivoire, ce serait un représentant du secrétaire général des Nations Unies qui jouerait ce rôle ? Simplement, on pense qu'il faut toujours flouer notre souveraineté, on pense qu'il faut toujours nous écraser et cela, nous ne pouvons pas l'accepter. Nous avons formé notre gouvernement. Peut-être que l'on viendra nous écraser, nous chasser tous de Côte d'Ivoire, faire de la purification, pour qu'il y ait une Côte d'Ivoire conforme à la façon de penser de Monsieur Sarkozy et des autorités américaines. Nous restons sur notre position, nous sommes dans le droit, et nous ne pouvons pas accepter qu'un pays souverain membre des Nations Unies soit traité de la sorte par un fonctionnaire des États-Unis sur injonction de deux capitales, Paris et Washington.


Les médias occidentaux nous expliquent qu'il y a une pression de la communauté internationale contre Laurent Gbagbo et son équipe. Que signifie la communauté internationale ? On a vu que la Russie a une position légèrement divergente, que la Chine ne partage pas cette position, ainsi que beaucoup d'autres pays. Cela signifie-t-il qu'il y aurait une communauté internationale médiatique, celle qui donne le la dans les médias internationaux, celle qui forge l'opinion publique mondiale et que seule cette communauté internationale médiatique compterait ?


Vous avez raison. Dans cette affaire, la Russie a pris position très clairement. D'abord, il n'y a pas eu à New York de déclaration présidentielle, comme le souhaitait Susan Rice qui préside en ce moment le Conseil de sécurité pour les États-Unis. Il y a eu un communiqué de presse, qui n'a pas la même valeur... Et même le contenu de ce communiqué de presse a été discuté pendant plusieurs jours, ce qui est très rare, pour que finalement, suite à la manipulation qui a été faite par le président français à la réunion de la CEDEAO, la Russie, par principe, tout en n'étant pas d'accord sur le fond et en maintenant sa position sur la souveraineté de la Côte d'Ivoire - en disant que ce n'était pas le mandat des Nations Unies de scinder des comptes et de proclamer des résultats dans une élection présidentielle dans un Etat souverain - la Russie a laissé publier ce communiqué. Nous avons rencontré le représentant russe après et cela ne veut pas dire qu'elle était d'accord sur le fond. La Chine, également, a eu une attitude très claire. Le gouvernement chinois a fait un communiqué pour dire qu'il fallait laisser prévaloir le droit, respecter les institutions et aller au dialogue politique. C'est la teneur du communiqué de la Chine. Vous avez raison de dire que la Chine, la Russie, et même l'Afrique du Sud, car il y a une position qui n'était pas similaire à celle de la CEDEAO, ni à celle de l'Union Africaine... et également l'Angola, la Libye et la Communauté des Etats Sahélo-Sahariens (CEN-SAD) sont très clairs là-dessus. Simplement, ce qui fait la différence, comme vous le dites, c'est le battage médiatique : c'est-à-dire, par médias interposés, faire croire que le président Gbagbo est isolé. Le « coup » a été fait, mais ils ne sont pas allés jusqu'au bout parce qu'ils s'attendaient à ce qu'à la proclamation des résultats provisoires, de façon illégale et rocambolesque, sur le terrain, la population sorte, dise que Laurent Gbagbo a perdu et demande son départ. Tout est resté calme parce que le président de la République a la Côte d'Ivoire pour lui et la Côte d'Ivoire avec lui. Il a l'armée, il a la police, il a la gendarmerie et la population de Côte d'Ivoire. C'est la réalité du terrain. Malgré les médias, il n'est pas facile de prendre un pays, sinon par la force. Tout ce qui leur reste à faire, c'est venir envahir la Côte d'Ivoire et installer Ouattara. Même après l'avoir fait, ils ne seront même pas sûrs que Monsieur Ouattara puisse gouverner. Donc, vous avez raison d'affirmer qu'il y a une espèce de campagne médiatique très forte orchestrée par deux capitales principalement, Paris et Washington, certains autres faisant du suivisme opportuniste.

Vous avez évoqué certains Etats, j'ajoute que le nonce apostolique a rencontré le président Gbagbo en l'appelant ainsi : cela signifie-t-il que le Vatican reconnaisse aussi le président Gbagbo ?


Oui. Bien qu'il n'ait pas encore fait de déclaration, le Vatican est très réservé sur ce qui se passe. Il y a des pays qui sont réservés et qui jouent leur rôle habituel de neutralité, tels que la Suisse. Ce que je veux vous dire - faites la différence entre le président Gbagbo et les puissances qui veulent imposer Monsieur Ouattara - c'est que nous voulons construire la paix en Côte d'Ivoire et eux veulent imposer quelqu'un au pouvoir en vue d'en profiter, étant donné qu'ils font partie de certains réseaux, des réseaux d'intérêts. Ils veulent intervenir dans les affaires de la Côte d'Ivoire, ils veulent mettre sous tutelle la Côte d'Ivoire pour pouvoir mieux saisir et exploiter nos richesses. C'est la différence entre eux et nous. Pour eux, peu importe le nombre de morts qui pourraient sortir d'un conflit tel qu'ils l'attisent actuellement. Ils sont devenus des déstabilisateurs et ils ne sont plus des faiseurs de paix. Ils utilisent les Nations Unies pour déstabiliser la Côte d'Ivoire. Ce qui se passe est très grave. Les Nations Unies sont en train de déstabiliser un pays alors que le rôle des Nations Unies, sa charte, c'est d'être un faiseur de paix. C'est très, très grave.

Cela pose le problème de la gouvernance mondiale. Voilà des pays membres permanents du Conseil de sécurité à qui incombe une très lourde responsabilité pour ramener la paix dans le monde et, au contraire, ces pays utilisent les Nations Unies à leur profit pour des raisons d'intérêts. Peu importe pour eux ce qui peut se passer après. On voit bien que l'on nous a forcés à aller à des élections sans désarmement du Nord ! Pouvez-vous imaginer que l'on puisse organiser des élections dans une partie de la Côte d'Ivoire avec des rebelles armes au poing ? C'est ce qui s'est passé. En mars dernier, dans mon discours aux Nations Unies, j'étais ambassadeur à New York, moi-même et Monsieur Choi à l'époque avions demandé qu'il y ait réunification avant les élections. La France et les États-Unis nous ont dit non et nous ont demandé d'aller aux élections dans ces conditions. Je leur ai dit que pour eux les élections constituaient un dogme, alors que nous recherchons la paix et non pas des élections pour des élections. Aujourd'hui, nous avons le résultat : il y a eu élection et le pays est bloqué. C'est un échec pour la France et les États-Unis. Et la France et les États-Unis sont responsables de la situation actuelle en Côte d'Ivoire et du blocage actuel en Côte d'Ivoire. Ils n'ont pas la capacité de gérer correctement le monde. Il y a un problème de gouvernance qui se pose pour les puissances membres du Conseil de sécurité, notamment la France et les États-Unis, et qui entraîne des parties du monde dans l'impasse actuellement. Il est bien beau de parler de bonne gouvernance, mais la gouvernance mondiale est ingérable aujourd'hui. La France n'a pas de politique africaine actuellement. Elle procède par petits coups comme en Côte d'Ivoire, en utilisant certains réseaux, c'est bien dommage.

Deux réflexions s'imposent de la conversation que nous venons d'avoir. D'abord, on a tenté d'organiser des élections dans un Etat souverain, alors qu'une partie du territoire de cet État souverain était encore contrôlée par des milices armées...

Oui.

Deuxième point, celui de la gouvernance mondiale, ce qui m'amène à une question plus personnelle : ce problème avait été soulevé au moment de la guerre en Irak, or finalement rien n'a été fait depuis sept ans...


Vous avez raison, rien n'a été fait depuis sept ans. Cela coïncide même avec le début de la crise ivoirienne qui a commencé en 2002. Vous vous souviendrez qu'au départ, les Nations Unies étaient chargées de régler le problème en Côte d'Ivoire et, au lieu de chercher à ramener la paix en Côte d'Ivoire, la France, après l'accord de Marcoussis, a fait endosser cet accord de Marcoussis par les Nations Unies et a toujours tenté de faire partir le président Gbagbo, au lieu de régler le problème de la paix et de la réconciliation en Côte d'Ivoire. Après, nous avons eu la signature de l'accord de Ouagadougou (APO). Nous avions espéré avoir, avec cette prise en main par les ivoiriens eux-mêmes et avec l'aide du président Compaoré, des élections après la réunification. C'est ce qui était prévu dans l'accord politique de Ouagadougou : les élections devaient avoir lieu deux mois après le désarmement et la réunification. Mais les Nations Unies, par l'intermédiaire de la France et des États-Unis, ont fait des pressions en disant que le président Gbagbo ne veut pas aller aux élections et qu'il est possible de faire les élections maintenant, etc... Comme à New York, c'est la France qui a l'initiative du projet de résolution sur la Côte d'Ivoire. Bien que récusés par le président Gbagbo, ils ont continué et imposé que les élections aient lieu même avant le désarmement au nord et avant la réunification. Voilà, en manipulant les Nations Unies, la CEDAO et l'Union africaine ont abouti à un échec total sur le cas de la Côte d'Ivoire et cela pose le problème de la gouvernance mondiale. Il n'y a pas d'objectif, il n'y a pas d'idéal de paix, mais il n'y a que les réseaux d'intérêts qui comptent et cela aboutit à ce que l'on voit aujourd'hui en Côte d'Ivoire, c'est-à-dire un pays bloqué par la faute des États-Unis et de la France. Ils méprisent les institutions dont la Côte d'Ivoire s'est dotée et qu'elle a calquées sur des institutions similaires en France et aux États-Unis, et qui ont déjà statué dans des cas précis, comme l'élection de Monsieur Bush face à Monsieur Al Gore, pour laquelle personne n'a rien eu à redire dans le monde puisqu'il s'agissait d'une question de souveraineté. Mais lorsqu'il s'agit de la Côte d'Ivoire, puisque c'est un petit pays, peut-être pensent-ils que le président Gbagbo n'est pas de leur réseau ? Peut-être pensent-ils qu'il faut le faire partir et bafouer d'une façon grossière les grands principes qui régissent le monde, c'est-à-dire la souveraineté des Etats et les grands principes qui disent que les peuples doivent disposer d'eux-mêmes ? Il est complètement scandaleux que le président Sarkozy, les ambassadeurs de France et des États-Unis, interviennent d'une façon aussi peu subtile, aussi peu fine, dans les institutions d'un pays souverain. À l'heure où je vous parle, l'ambassadeur des États-Unis cherche directement à rencontrer le directeur général de la télévision (RTI) et d'autres directeurs généraux. Il ne passe plus par les canaux traditionnels diplomatiques, c'est-à-dire les ministres concernés ou le ministre des Affaires étrangères. Il agit comme sur un territoire qui n'a pas de maître et nous sommes en pleine recolonisation, cinquante ans après l'indépendance.

Dans un territoire qui a un maître, en d'autres temps, on appellerait cela un acte de guerre...


Oui, c'est un acte de guerre. Étant donné que nous n'avons pas d'outrage, il y a certaines choses qui sont tolérées... pour l'instant.

Pour avoir des clefs de compréhension sur ce qui pourrait, peut-être, se passer dans quelques jours : on lit sur Internet certains messages expliquant que vos opposants pourraient envoyer des bataillons d'enfants au premier rang avec, derrière, les forces rebelles armées, pour éventuellement créer la pagaille dans Abidjan et forcer l'armée à réagir devant les caméras de télévision pour montrer à l'opinion publique mondiale que l'armée du président Gbagbo s'attaque à des enfants... Que pensez-vous de cela ?

Nous sommes sur le terrain, je ne crois pas qu'ils puissent en arriver là. S'ils en arrivaient là, vous êtes là pour juger, cette affaire fait déjà le tour du monde. Vouloir mettre les enfants en tête pour ensuite accuser l'armée ivoirienne, qu'ils en prennent la responsabilité. De notre côté, nous ferons tout pour qu'ils n'en arrivent pas là. Ce ne sont pas des méthodes classiques de lutte pour le pouvoir.

Enfin, Paul Collier, professeur à l'université d'Oxford, souligne que l'Occident estime que son modèle de démocratie peut être dupliqué dans d'autres territoires qui n'ont pas toujours la même culture ou la même problématique de population. Or, il considère que l'on continue de se tromper. Cette crise ne révèle-t-elle pas ce problème ?

Oui, on aurait même pu l'accepter et nous l'acceptons en tant que tel. Mais quand on fonctionne au gré de ses intérêts, on bafoue ce modèle occidental. L'exemple de la Côte d'Ivoire est clair et net. Il y a des institutions, la Commission électorale siège de façon collégiale et par consensus, mais ceux qui prônent le modèle démocratique se mettent hors la loi quand le fonctionnement des institutions ne les arrange plus. Ils emmènent le président de la Commission électorale indépendante dans le QG de campagne d'un des candidats. C'est incroyable ! C'est la première fois au monde que cela arrive ! Ensuite, on conteste l'arbitrage du Conseil Constitutionnel, alors que dans leur propre démocratie c'est ce qui s'est fait. Même en acceptant leur modèle, ils agissent au gré de leurs intérêts. Finalement, ils n'ont pas d'idéal et de modèle. L'opinion publique est très forte dans leur pays et ils sont donc obligés de respecter le modèle démocratique dans leur pays. Mais dans les pays les plus faibles, je crois que leur modèle est finalement la dictature. C'est pourquoi je pose le problème de la gouvernance mondiale qui est complètement à la dérive aujourd'hui, par la faute des États-Unis et de la France, dans le cas de la Côte d'Ivoire.



Propos recueillis par Yannick Urrien.

 

Source: KERNEWS.FR

VOUS AVEZ DIT: "ACQUIS A SA CAUSE"?


GBAGBO-BAN KI MOON.jpg

 

La communication de Ouattara et de ses soutiens est axée sur un pivot unique : décrédibiliser le conseil constitutionnel, ce qui justifierait que Choi et l'ONU et à leur suite la communauté internationale s'accrochent aux résultats "proclamés" par Bakayoko au nom de la CEI.

Ce pivot est exprimé dans leur discours et dans celui des agences de presse par cette phrase «  Gbagbo a été déclaré vainqueur par un conseil constitutionnel acquis à sa cause » dont les trois derniers mots sont systématiquement repris dans toutes les dépêches de l'AFP.

Je crois urgent de revoir notre propre communication, qui est un peu désordonnée et va dans tous les sens pour la recentrer sur quatre axes :

un premier axe, simple et fort : Ouattara a été proclamé vainqueur par un Bakayoko partisan, tout comme l'ensemble de la CEI, presque exclusivement composée de membres du RHDP allié de la rébellion et soutenant Ouattara :

Dans le présidium de la CEI, le président Bakayoko et trois autres vice-présidents sont du RHDP et de la rébellion, soutiens de Ouattara ; 1 seul vice-président est de LMP;

Dans la commission centrale de la CEI, le RHDP et les mouvements rebelles soutenant Ouattara détiennent plus des ¾ des sièges

Toutes les 19 CEI régionales sont détenues par le RHDP et la rébellion soutenant Ouattara;

380 des 415 CEI locales sont détenues par le RHDP et la rébellion soutenant Ouattara

Deuxième axe de communication simple : la proclamation de résultats par Bakayoko est un non-évènement juridique car nulle dans la forme et le fond :

La CEI n'ayant pu proclamer de résultat dans le délai impératif de 3 jours, était forclose et dessaisie d'office au profit du conseil constitutionnel lorsque Bakayoko s'est exprimé ;

Bakayoko n'étant pas, in personae, une institution, en l'occurrence la CEI, il n'a pu dès lors se prononcer qu'à titre personnel et sous sa seule responsabilité, les propos tenus n'émanant ni n'engageant la CEI.

Seuls des résultats provisoires, donnés par le président de la CEI agissant en cette capacité et dans les délais (3jrs) et formes imposées par la loi auraient été susceptibles d'engager la CEI, savoir :

o Au siège de l'institution : en l'espèce, le fait pour le président de la CEI de s'exprimer solitairement au siège même du RHDP est gravissime et révélateur d'une collusion manifeste rendue évidente par l'appartenance du candidat ADO et de Bakayoko au même RHDP ; ce fait n'est rien d'autre qu'une action solitaire et personnelle ;

o Entouré des vice-présidents, des commissaires centraux et des représentants des candidats, lesquels étaient absents

Les « résultats » donnés par Bakayoko sont des résultats personnels, n'engageant pas la CEI, car non validés selon le mode opératoire adopté ; il faut donc conclure que la CEI n'a jamais donné de résultats provisoires.

Troisièmement : les résultats de la CEI, même lorsqu'ils sont légalement proclamés, ce qui n'est pas le cas en l'espèce, ne sont que des résultats PROVISOIRES par nature donc INACHEVES et comme tels, ils sont dépourvus de toute valeur légale :

La CEI, qui est un simple organe administratif, ne proclame que des résultats retraçant une compilation des votes, lesquels sont par nature provisoires puisque soumis au contrôle a posteriori aussi bien des candidats que du Conseil constitutionnel. En effet, dès la clôture du scrutin s'ouvre automatiquement et nécessairement la période du contentieux électoral qui est du ressort exclusif du conseil constitutionnel, laquelle période ne s'achève que par  la publication des résultats définitifs dans la forme d'une décision juridictionnelle ayant force de chose jugée irrévocable. Cette période du contentieux électoral comporte deux délais impératifs sanctionnés par la forclusion :

Le premier, s'ouvrant à la clôture du scrutin, est de 3 jours et doit permettre aux candidats de déposer leurs éventuels recours auprès du conseil constitutionnel : c'est d'ailleurs pour cela que la CEI doit impérativement avoir achevé la publication de ses résultats dans le même délai, faute de quoi elle mettrait les candidats dans l'impossibilité d'exercer leurs recours à temps ;

Le deuxième, d'une durée de 7 jours, court à compter de l'expiration du premier délai et est celui dans lequel  le Conseil constitutionnel automatiquement saisi, doit remplir sa mission juridictionnelle de contrôle du processus électoral; d'office ou sur plainte de candidats malheureux, il peut prendre toute décision pouvant affecter les résultats provisoires proclamés par la CEI, y compris leur annulation totale ou partielle ;

Enfin, la position actuelle adoptée par l'ONU est une grave atteinte à la souveraineté nationale de la Côte d'Ivoire et à la charte des nations unies, car:

Portant atteinte au processus électoral en « certifiant » une élection inachevée, au stade des résultats provisoires, alors que le processus électoral commence par l'établissement des listes électorales et s'achève par la proclamation définitive des résultats par le conseil constitutionnel ;

Portant atteinte à la constitution ivoirienne en prétendant ignorer la proclamation définitive de résultats de l'élection présidentielle par la plus haute juridiction de cet Etat souverain ;

Portant atteinte à la déclaration du conseil de sécurité qui, à la suite de la proclamation (illégale et hors délai) des résultats provisoires par M. Bakayoko, avait expressément appelé les candidats à porter leurs éventuelles réclamations devant le conseil constitutionnel selon les voies légales auxquelles ils se sont engagés à recourir ;

Constituant un grave précédent juridique, une jurisprudence qui, si elle était maintenue, pourrait désormais être imposée à tout Etat membre et à tout gouvernement de par le monde !

N'oublions pas : on a tous un Ouattara chez soi! A bon entendeur..., salut !

 

Source: PIAN! IVOIRE-BLOG.COM

mardi, 14 décembre 2010

L'ONU A MIS ENTRE LES MAINS DE LAURENT GBAGBO L'ARME FATALE


LOGO ONU.gif

Aux lendemains de l'attaque de la Côte d'Ivoire par une bande armée, blanchie et nourrie par Alassane OUATTARA (dixit Koné Zacharia) qui s'est commuée en une rébellion qui a fait kyste à Bouaké et consacrée la partition de notre pays, l'ONU avait pris une résolution on ne peut plus claire : la 1633 (2005). Ordonnant le désarmement immédiat de la rébellion et la dissolution des milices d'autodéfense. L'ONUCI qui avait entre temps été envoyée en mission sur le territoire ivoirien s'était vu imputer cet impératif. S'en est-elle acquitté ? Aucunement ! Bien au contraire, elle a fourni, en association avec la force française Licorne, appui logistique, technique et militaire à ceux qui ont défiguré la Côte d'Ivoire et les a encouragés à ne jamais désarmer. Du moins pas avant l'élection présidentielle. Histoire de contraindre Laurent GBAGBO à quitter le pouvoir. Le coup était bien ficelé.

Comme il fallait s'y attendre, nous sommes allés au premier tour de cette élection, le 31 octobre 2010, sans que les rebelles n'aient désarmé. Constitutionnellement, l'incongruité est de taille. Parce que notre loi fondamentale l'interdisait. Le garant de cette constitution, le président Laurent GBAGBO, pouvait-il s'en plaindre à ce moment-là ? Certainement pas. La « communauté internationale » et l'ONU, ces associations virtuelles et factices de quelques états hégémoniques lui seraient tombées dessus à bras raccourcis. On nous a donc servi un semblant d'encasernement qui a très vite montré ses limites : au premier tour du scrutin présidentiel, les armes et les milices d'ADO sont massivement sorties « battre campagne » pour le « brave tchè » : intimidation, bourrage d'urnes, consignes de vote dans les mosquées. Nous avons tous porté des œillères et avalé la pilule sans broncher. Y compris le Conseil Constitutionnel. Qui a validé les résultats sans état d'âme. A ce stade des engagements, il n'y avait pas de véritable enjeu. Le candidat GBAGBO a donc fait le mort.

Mais au deuxième tour, l'électorat étant devenu dangereusement bipolaire, aux premiers maux relevés vont s'ajouter des sévices corporels de la part des rebelles en campagne, des séquestrations, des transports d'urnes par les troupes en rupture de banc, l'exclusion des représentants LMP des bureaux de votes, des empêchements de votes, des menaces par les armes, des destructions de biens privés et, pour mettre le comble à l'inacceptable, des meurtres. La majoration des voix vont même se faire de façon absolument inconsidérée et totalement surréaliste dans le Nord.

Comme il fallait s'y attendre, le RHDP, se prévalant de cette fraude massive, réclame une victoire sans bavure et son candidat, s'affranchissant de tous ses engagements d'avant second tour, se déclare vainqueur du scrutin, avant même l'annonce sous contrainte des résultats par le Président de la CEI, Youssouf BAKAYOKO (est-il encore vivant ?), à l'Hôtel du Golf, lui donnant 54,1% des voix contre 45,9% pour le candidat GBAGBO qui continue à faire le mort. Pendant qu'ils s'agitaient ainsi inconsidérément avec l'aide de la France, s'exhibant et ergotant sur les chaînes étrangères, Laurent GBAGBO se donnait les moyens de se bâtir un dossier en béton à déposer au Conseil Constitutionnel, qui entre alors en scène, après la forclusion de la CEI qui n'a pu donner les résultats provisoires dans le délai impératif de 3 jours qui lui est opposé par notre constitution. La décision est sans appel : le scrutin est annulé dans au moins 5 départements du Nord pour irrégularités graves. Les faits étant fondés et constitués, les résultats définitifs sont ainsi validés par le Conseil Constitutionnel : Laurent GBAGBO 51,45% et Alassane OUATTARA 48,55%, sonnant le glas de toutes les prétentions des mauvais démocrates ivoiriens et jetant en émoi une certaine « communauté internationale », prise à contre-pied, qui rue dans les brancards, condamnant à tout-va et s'échinant à imposer par voie de médias étrangers son poulain. Erreur de stratégie. Mal leur en prendra. Car c'est en Côte d'Ivoire que ça se passe et nulle part ailleurs. Force à la légalité et la légitimité. Ici, cela passe forcément par la constitution et donc par le Conseil Constitutionnel.

Que croyaient donc la France et sa « communauté internationale » ? Qu'on allait imposer au Président GBAGBO une élection dans des conditions et circonstances anticonstitutionnelles et en tirer profit sous son nez sans qu'il puisse réagir ? C'était vraiment une méprise grave et même de l'arrogance. C'était mal connaître le fin politicien qu'il est. Laurent GBAGBO avait entre ses mains une arme fatale : la force de la Loi. Bien callé dans son canapé, il les attendait de pied ferme, serein, guettant l'heure fixée pour leur asséner le coup imparable. Et c'est l'ONU qui lui a mis cette redoutable arme entre les mains en l'obligeant à aller aux élections sans contraindre l'ONUCI à désarmer les rebelles comme le lui assignait son ordre de mission et sa feuille de route, et avec un pays coupé en deux.

Quelle est donc notre analyse ? Laurent GBAGBO était convaincu que les rebelles, n'étant pas désarmés et régnant dans le Nord en seigneurs de guerre, n'allaient pas pouvoir résister à la tentation, à l'envie et au plaisir irrépressibles de « battre campagne » pour ADO dans leur zone et de se livrer à des actes répréhensibles, compromettants. Encouragés en cela par leurs parrains, et notamment par la France, qui les y incitait en promettant de faire le ménage après le forfait et de faire passer la pilule, en s'appuyant sur des mains obscures (CEI) et des médias aux ordres (France 24 et autres RFI). En réalité, ces rebelles et leur mentor Alassane OUATTARA se sont arcboutés sur des bras cassés. Car leurs parrains ont compté sans le peuple digne de Côte d'Ivoire, sans sa détermination à faire respecter sa constitution et ses institutions et sans l'intelligence politique de Laurent GBAGBO dont ils ne peuvent se prévaloir d'en posséder la moitié. Le candidat LMP leur a administré un cours magistral de stratégie politique. Il lui a simplement fallu attendre que ces conspirateurs se prennent à leur propre trappe et le tour était joué. SARKOZY en fait en ce moment une véritable crise de nerfs. En visite en Inde, il n'arrête pas de discourir sur la Côte d'Ivoire, oubliant l'objet même de sa virée officielle. Il a beau débarquer des armes à Bouaké et courir le monde pour nous diaboliser, le peuple digne de Côte d'Ivoire n'est pas disposé à lui donner l'occasion de donner suite à ses rêves impérialistes.

Merci à l'ONU de nous avoir aidé avec autant de délicatesse à éjecter celui qui voulait gouverner les Ivoiriens par le moyen d'une fraude éhontée.


Que DIEU garde et bénisse la Côte d'Ivoire !


DINDE Fernand AGBO

VERITE SUR LE POUVOIR DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL FRANÇAIS EN MATIERE D'ELECTION PRESIDENTIELLE

 

NICOLAS SARKOZY.jpg

Aucune différence avec celui du Conseil Constitutionnel ivoirien : pour le comprendre, lire absolument les deux déclarations ci-jointes, relatives au premier et au second tour de l'élection présidentielle de 2007, en France.


En vertu de l'article 58 de la Constitution : Le Conseil constitutionnel veille à la régularité de l'élection du Président de la République. Il examine les réclamations et proclame les résultats du scrutin. De plus, en application de la loi n° 62-1292 du 6 nov. 1962 relative à l'élection du Président de la République au suffrage universel, le Conseil constitutionnel est amené à se prononcer dans les cas suivants :

  • déclaration d'empêchement et de vacance;
  • établissement des listes de candidats (premier et deuxième tours);
  • contentieux de la contestation de ces listes;
  • contentieux relatif aux opérations électorales du premier et du second tour;
  • déclaration des résultats du premier tour;
  • proclamation des résultats du scrutin;
  • contrôle du financement des opérations électorales.


Ainsi, le Conseil Constitutionnel français est le seul juge de l'élection présidentielle, de l'élection des députés et des sénateurs, et du référendum. Il statue sur les réclamations et peut, dans ce cas, décider de l'annulation des votes dans un Bureau de vote ou dans toute une ville, avant la proclamation des résultats définitifs du scrutin. Nous vous proposons ci-après, à titre d'exemples, les deux déclarations édifiantes du Conseil constitutionnel français, relatives au premier et au second tour de l'élection présidentielle de 2007, dont Monsieur Nicolas Sarkozy est sorti vainqueur.


Déclaration du 25 avril 2007 relative aux résultats du premier tour de scrutin

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL,

Vu les articles 6, 7 et 58 de la Constitution ;
Vu l'ordonnance n° 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ;
Vu l'article 3 de la loi n° 62-1292 du 6 novembre 1962 modifiée relative à l'élection du Président de la République au suffrage universel ;
Vu la loi organique n° 76-97 du 31 janvier 1976 modifiée relative aux listes électorales consulaires et au vote des Français établis hors de France pour l'élection du Président de la République ;
Vu le décret n° 2001-213 du 8 mars 2001 modifié portant application de la loi du 6 novembre 1962 susvisée ;
Vu le décret n° 2005-1613 du 22 décembre 2005 modifié portant application de la loi organique n° 76-97 du 31 janvier 1976 susvisée ;
Vu le décret n° 2007-227 du 21 février 2007 portant convocation des électeurs pour l'élection du Président de la République ;
Vu le code électoral en ses dispositions rendues applicables par les textes susvisés ;
Vu les procès-verbaux établis par les commissions de recensement, ainsi que les procès-verbaux des opérations de vote portant mention des réclamations présentées par des électeurs et les pièces jointes, pour l'ensemble des départements, la Polynésie française, les îles Wallis et Futuna, la Nouvelle-Calédonie, Mayotte et Saint-Pierre-et-Miquelon ;
Vu les résultats consignés dans le procès-verbal établi par la commission électorale instituée par l'article 7 de la loi du 31 janvier 1976 susvisée ainsi que les réclamations présentées par des électeurs et mentionnées dans les procès-verbaux des opérations de vote ;
Vu les réclamations qui ont été adressées au Conseil constitutionnel ;
Vu les rapports des délégués du Conseil constitutionnel ;
Les rapporteurs ayant été entendus ;

Après avoir rejeté comme irrecevables les réclamations parvenues directement au Conseil constitutionnel en méconnaissance du premier alinéa de l'article 30 du décret du 8 mars 2001 susvisé ;
Après avoir statué sur les réclamations mentionnées dans les procès-verbaux des opérations de vote, opéré diverses rectifications d'erreurs matérielles, procédé aux redressements qu'il a jugé nécessaires et aux annulations énoncées ci-après ;


- SUR LES OPÉRATIONS ÉLECTORALES :


1. Considérant que, dans les trois communes de Besneville, Catteville et Le Valdécie (Manche), ne comptant chacune qu'un bureau de vote, et dans lesquelles 402, 79 et 87 suffrages ont été respectivement exprimés, aucun isoloir n'a été mis à la disposition des électeurs, en violation de l'article L. 62 du code électoral ; que, dès lors, il y a lieu d'annuler les résultats constatés dans ces trois bureaux ;


2. Considérant que, dans les bureaux n° 1 et 2 de la commune de La Chapelle-Saint-Laurent (Deux-Sèvres), dans lesquels 666 et 573 suffrages ont été respectivement exprimés, les bulletins de vote au nom de l'un des candidats n'ont été mis à la disposition des électeurs que tardivement ; que cette absence prolongée ayant porté atteinte à la libre expression du suffrage, il y a lieu d'annuler l'ensemble des suffrages émis dans ces bureaux ;


3. Considérant que, dans l'unique bureau de vote de la commune de Montrond (Jura), dans lequel 294 suffrages ont été exprimés, le procès-verbal des opérations de vote n'était pas tenu à la disposition des électeurs et des autres personnes mentionnées à l'article R. 52 du code électoral, afin qu'ils puissent, le cas échéant, y porter leurs observations ou réclamations ; que cette irrégularité s'étant poursuivie en dépit des observations faites par le délégué du Conseil constitutionnel, il y a lieu d'annuler l'ensemble des suffrages émis dans ce bureau ;


4. Considérant que, dans l'unique bureau de vote de la commune de Vassy (Calvados), où 1 117 suffrages ont été exprimés, les électeurs étaient invités à signer la liste d'émargement avant d'avoir déposé leur bulletin dans l'urne, en méconnaissance des dispositions du dernier alinéa de l'article L. 62-1 du code électoral ; que cette irrégularité s'est poursuivie en dépit des observations faites par le délégué du Conseil constitutionnel, auxquelles le maire a refusé de donner suite ; que, dans ces conditions, il y a lieu d'annuler l'ensemble des suffrages émis dans le bureau de vote considéré ;


5. Considérant que la commission de recensement du département de la Charente a, pour certains bureaux, retranché du résultat du candidat arrivé en tête dans chacun de ces bureaux les suffrages qu'elle a considérés comme irrégulièrement exprimés, mais qui ne pouvaient être attribués à un candidat déterminé ; que cette opération n'entrait pas dans les attributions de la commission définies au premier alinéa de l'article 28 du décret du 8 mars 2001 ; qu'en raison de la faiblesse des discordances relevées et en l'absence de fraude, il convient de s'en tenir au nombre de suffrages effectivement émis dans ces bureaux ; que, par suite, il y a lieu de rectifier les résultats issus des travaux de la commission et de majorer de cinq le nombre de suffrages exprimés pour Mme Royal et de un le nombre de suffrages exprimés pour M. Sarkozy ;


6. Considérant que, pour les bureaux de vote où le nombre des émargements était inférieur au nombre de bulletins et enveloppes trouvés dans l'urne, la commission de recensement du département de la Haute-Marne a retranché du nombre de suffrages obtenus par le candidat arrivé en tête au niveau national, un nombre de voix égal à la différence constatée ; que cette opération, qui excédait les compétences de ladite commission, a eu pour conséquence d'annuler quinze suffrages ; qu'en raison de la faiblesse des discordances relevées et en l'absence de fraude, il y a lieu de rectifier les résultats issus des travaux de la commission et de majorer de quinze tant le nombre de suffrages exprimés en faveur de M. Sarkozy que le nombre total de suffrages exprimés ;


7. Considérant que, dans le 7ème bureau de la commune d'Oyonnax, dans lequel 1 371 suffrages ont été exprimés, la commission départementale de recensement a relevé des discordances importantes et inexpliquées entre les chiffres inscrits dans les procès-verbaux retraçant les résultats et ceux figurant dans les feuilles de dépouillement ; que le Conseil constitutionnel n'étant pas en mesure d'exercer son contrôle sur la régularité des votes, il y a lieu d'annuler l'ensemble des suffrages exprimés dans le bureau susmentionné ;


- SUR L'ENSEMBLE DES RÉSULTATS DU SCRUTIN :


8. Considérant qu'aucun candidat n'a recueilli la majorité absolue des suffrages exprimés au premier tour de scrutin,

Déclare :


Article premier. - Les résultats du scrutin pour l'élection du Président de la République, auquel il a été procédé les 21 et 22 avril 2007, sont les suivants :
Électeurs inscrits : 44 472 834
Votants : 37 254 242
Suffrages exprimés : 36 719 396
Majorité absolue : 18 359 699


Ont obtenu :


Monsieur Olivier BESANCENOT : 1 498 581
Madame Marie-George BUFFET : 707 268
Monsieur Gérard SCHIVARDI : 123 540
Monsieur François BAYROU : 6 820 119
Monsieur José BOVÉ : 483 008
Madame Dominique VOYNET : 576 666
Monsieur Philippe de VILLIERS : 818 407
Madame Ségolène ROYAL : 9 500 112
Monsieur Frédéric NIHOUS : 420 645
Monsieur Jean-Marie LE PEN : 3 834 530
Madame Arlette LAGUILLER : 487 857
Monsieur Nicolas SARKOZY : 11 448 663


Article 2.- La proclamation des résultats de l'ensemble de l'élection interviendra dans les conditions prévues au décret du 8 mars 2001 susvisé.


Article 3.- La présente déclaration sera publiée sans délai au Journal officiel de la République française.


Délibéré par le Conseil constitutionnel dans ses séances des 23, 24 et 25 avril 2007 où siégeaient : M. Jean-Louis DEBRÉ, Président, MM. Guy CANIVET, Renaud DENOIX de SAINT MARC et Olivier DUTHEILLET de LAMOTHE, Mme Jacqueline de GUILLENCHMIDT, MM. Pierre JOXE et Jean-Louis PEZANT, Mme Dominique SCHNAPPER et M. Pierre STEINMETZ.

Journal officiel du 26 avril 2007, p. 7433 (@ 1)
Recueil, p. 116


-----------------------------------------------------------------------------


Décision du 10 mai 2007 portant proclamation des résultats de l'élection du Président de la République

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL,

Vu les articles 6, 7 et 58 de la Constitution ;
Vu l'ordonnance n° 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ;
Vu l'article 3 de la loi n° 62-1292 du 6 novembre 1962 modifiée relative à l'élection du Président de la République au suffrage universel ;
Vu la loi organique n° 76-97 du 31 janvier 1976 modifiée relative aux listes électorales consulaires et au vote des Français établis hors de France pour l'élection du Président de la République ;
Vu le décret n° 2001-213 du 8 mars 2001 modifié portant application de la loi du 6 novembre 1962 susvisée ;
Vu le décret n° 2005-1613 du 22 décembre 2005 modifié portant application de la loi organique du 31 janvier 1976 susvisée ;
Vu le décret n° 2007-227 du 21 février 2007 portant convocation des électeurs pour l'élection du Président de la République ;
Vu le code électoral en ses dispositions rendues applicables par les textes susvisés ;
Vu la décision du Conseil constitutionnel du 8 mai 2002 proclamant M. Jacques CHIRAC Président de la République à compter du 17 mai 2002 à 0 heure ;
Vu la déclaration du Conseil constitutionnel du 25 avril 2007 faisant connaître les résultats du premier tour de scrutin de l'élection du Président de la République ;
Vu la décision du Conseil constitutionnel du 26 avril 2007 arrêtant la liste des candidats habilités à se présenter au second tour de l'élection du Président de la République ;
Vu les procès-verbaux établis par les commissions de recensement, ainsi que les procès-verbaux des opérations de vote portant mention des réclamations présentées par des électeurs et les pièces jointes, pour l'ensemble des départements, la Polynésie française, les îles Wallis et Futuna, la Nouvelle-Calédonie, Mayotte et Saint-Pierre-et-Miquelon ;
Vu les résultats consignés dans le procès-verbal établi par la commission électorale instituée par l'article 7 de la loi du 31 janvier 1976 susvisée ainsi que les réclamations présentées par des électeurs et mentionnées dans les procès-verbaux des opérations de vote ;
Vu les réclamations qui ont été adressées au Conseil constitutionnel ;
Vu les rapports des délégués du Conseil constitutionnel ;
Les rapporteurs ayant été entendus ;

Après avoir rejeté comme irrecevables les réclamations parvenues directement au Conseil constitutionnel en méconnaissance du premier alinéa de l'article 30 du décret du 8 mars 2001 susvisé ;
Après avoir statué sur les réclamations mentionnées dans les procès-verbaux des opérations de vote, opéré diverses rectifications d'erreurs matérielles, procédé aux redressements qu'il a jugé nécessaires et aux annulations énoncées ci-après ;


- SUR LES OPÉRATIONS ÉLECTORALES :


1. Considérant que, dans le bureau de vote n° 1 de la commune de Sainte-Rose (La Réunion), dans lequel 674 suffrages ont été exprimés, la présentation d'un titre d'identité n'a pas été exigée des électeurs comme le prescrit l'article R. 60 du code électoral dans les communes de plus de 5 000 habitants ; que cette irrégularité s'est poursuivie en dépit des observations faites par le magistrat délégué du Conseil constitutionnel ; que cette méconnaissance délibérée et persistante de dispositions destinées à assurer la régularité et la sincérité du scrutin doit entraîner l'annulation de l'ensemble des suffrages émis dans ce bureau ;


2. Considérant que, dans le bureau de vote n° 2 de la commune de Poum (Nouvelle-Calédonie), dans lequel 152 suffrages ont été exprimés, la plupart des électeurs n'ont pas signé la liste d'émargement comme le prescrit l'article L. 62-1 du code électoral ; que ce manquement rend impossible le contrôle de la régularité et de la sincérité du scrutin dans ce bureau ; qu'il y a donc lieu d'annuler l'ensemble des suffrages qui y ont été émis ;


- SUR L'ENSEMBLE DES RÉSULTATS DU SCRUTIN :


3. Considérant que les résultats du second tour pour l'élection du Président de la République, auquel il a été procédé les 5 et 6 mai 2007, sont les suivants :


Électeurs inscrits : 44 472 733
Votants : 37 342 004
Suffrages exprimés : 35 773 578
Majorité absolue : 17 886 790
Ont obtenu :
M. Nicolas SARKOZY : 18 983 138
Mme Ségolène ROYAL : 16 790 440


Qu'ainsi, M. Nicolas SARKOZY a recueilli la majorité absolue des suffrages exprimés requise pour être proclamé élu ;
En conséquence,

Proclame :

M. Nicolas SARKOZY Président de la République française à compter de la cessation des fonctions de M. Jacques CHIRAC, laquelle, en vertu de l'article 6 de la Constitution, aura lieu, au plus tard, le 16 mai 2007 à 24 heures.

Les résultats de l'élection et la déclaration de la situation patrimoniale de M. Nicolas SARKOZY seront publiés au Journal officiel de la République française.

Délibéré par le Conseil constitutionnel dans ses séances des 7, 8, 9 et 10 mai 2007 où siégeaient : M. Jean-Louis DEBRÉ, Président, MM. Guy CANIVET, Renaud DENOIX de SAINT MARC et Olivier DUTHEILLET de LAMOTHE, Mme Jacqueline de GUILLENCHMIDT, MM. Pierre JOXE et Jean-Louis PEZANT, Mme Dominique SCHNAPPER et M. Pierre STEINMETZ.

Journal officiel du 11 mai 2007, p. 8452 (@ 1)
Recueil, p. 134



Alors, Monsieur le Président Nicolas SARKOZY, cher donneur de leçons universel, veuillez bien nous coller la paix et nous donner un peu de répit ! Votre Conseil Constitutionnel n'est ni supérieur, ni plus légal ni plus légitime que le nôtre. Respectez la Côte d'Ivoire comme nous avons toujours respecté la France. Fernand Dindé.

PRISE DE POSITION AU SUJET DE LA SITUATION POST-ELECTORALE EN REPUBLIQUE DE CÔTE D’IVOIRE

 

Daniel NKOUTA

Président Départemental de CONVERGENCE CITOYENNE SANGU au Kouilou

Chargé de la Commission juridique

Au lendemain de la grossière bourde de Monsieur Youssouf BAKAYOKO, Président de la Commission Electorale Indépendante de Côte d'Ivoire, qui témoigne du complot avéré des puissances occidentales contre la souveraineté de l'Etat ivoirien et la dignité de l'Afrique noire tout entière, accompagnée d'un tintamarre orchestré par la meute des médias au service du capitalisme monopoleur moribond pour donner à penser que Monsieur Laurent GBAGBO isolé est condamné par ce qui est souvent appelé par euphémisme : LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE, Nicolas Paul Stéphane SARKÖZY de NAGY-BOCSA,  Président français ou ce qui en tient lieu, fils d'un immigré hongrois, nagybócsai Sárközy Pál a, dans une déclaration  d'une évidente immaturité juridique et diplomatique rédhibitoire, annoncé sans sourciller que «la Commission électorale indépendante s'était acquittée avec rigueur de sa mission, et que Monsieur Alassane Dramane OUATTARA était le Président élu ».

Si la schizophrénie  de Monsieur CHOI Young-Jin, Représentant spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour la Côte d'Ivoire constitue un acte grave, si le délire de Monsieur Dominique Gaston André STRAUSS-KAHN, Président du Fonds Monétaire International (FMI), fils de Gilbert Strauss-Kahn[], et de Jacqueline Fellus[], journaliste d'origine russe et tunisienne[][], issu d'une famille juive qui s'installe au Maroc en 1955, empêtré dans le scandale des affaires judiciaires liées à l'affaire de la Générale des Eaux, affaire de la MNEF, affaire de la cassette Méryaffaire Elf entre 1993 et 1995, si le propos de Monsieur Abdou DIOUF, Secrétaire Général de la Francophonie et cornemuseur patenté du néocolonialisme est simplement ridicule ; nous comprenons sans peiner à l'ouvrage, que la déclaration du Président français pour infamante qu'elle soit à l'intelligence normale, répond au désir de sanctionner Laurent GBAGBO coupable du délit d'insoumission à la discipline de l'Obédience françafrique, succursale de la secte des Illuminatis, pourvoyeurs des malheurs dans le Tiers-monde. Il faut tout de même s'interroger comment un Avocat, donc un spécialiste des normes juridiques qui fondent la civilisation de son propre pays, normes que le même pays a tenté de nous imposer des siècles durant par le fait colonial, comment donc  a-t-il pu simplement, par antipathie pour un homme qui a refusé l'humiliation d'envoyer son Armée défiler à Paris, se rabaisser au point de fermer les yeux sur la réalité des faits ? et

En effet, sans verser dans le débat politique stérile qui nous paraît hors de propos en l'espèce, il nous suffit de nous arrêter à la simple lecture des textes qui régissent l'organisation des élections en République de Côte d'Ivoire car, c'est d'un débat exclusivement juridique dont il est question désormais.

I - DE L'ACCORD DE OUAGADOUGOU

On peut lire dans le texte dudit accord ce qui suit :

« En raison de la responsabilité particulière qu'elles ont dans la conduite du processus de sortie de crise, les deux Parties au conflit armé en Côte d'Ivoire ont reconnu l'impérieuse nécessité de se mettre ensemble pour consolider la paix, promouvoir une véritable réconciliation nationale et parvenir à une normalisation politique et institutionnelle, à travers un dialogue permanent et une confiance mutuelle.

Après avoir identifié les problèmes rencontrés dans la mise en œuvre des Accords de Linas-Marcoussis, d'Accra et de Pretoria, ainsi que des Résolutions de l'ONU sur la Côte d'Ivoire, les Parties, en vue d'arrêter des décisions, ont réaffirmé :

- leur attachement au respect de la souveraineté, de l'indépendance, de l'intégrité territoriale et de l'unité de la Côte d'Ivoire ;

- leur attachement à la Constitution ;

- leur attachement aux Accords de Linas-Marcoussis, d'Accra et de Pretoria ;

- leur attachement à toutes les Résolutions des Nations Unies sur la Côte d'Ivoire, en particulier aux Résolutions 1633 (2005) et 1721 (2006) du Conseil de Sécurité de l'ONU ;

- leur volonté de créer les conditions d'élections libres, ouvertes, transparentes et démocratiques ;

- leur volonté de mettre en commun leurs efforts et leurs énergies en vue d'un fonctionnement normal des Institutions de la Côte d'Ivoire et d'un retour à la normalité politique, administrative et militaire en Côte d'Ivoire ».

Ici déjà, Monsieur CHOI Young-Jin, Représentant spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour la Côte d'Ivoire est interpellé pour nous dire si l'Organisation dont il est le représentant, a effectivement veillé à ce que la volonté de créer les conditions d'élections libres, ouvertes, transparentes et démocratiques  a été réalisée.

II - DES ATTRIBUTIONS ET FONCTIONNEMENT DE LA COMMISSION ELECTORALE INDEPENDANTE

Aux termes de l'article 2 (nouveau) de la loi n°2004-642 du 14 décembre modifiant la loi n°2001-634 du 9 octobre 2001 portant composition, organisation, attributions et fonctionnement de la Commission Electorale Indépendante (CEI), nous lisons dans les attributions que la CEI est chargée de la proclamation provisoire ou définitive des résultats de toutes les élections à l'exception de l'élection présidentielle et du référendum pour lesquels la proclamation définitive des résultats relève de la compétence exclusive du Conseil constitutionnel.

C'est le lieu de s'interroger sur la raison qui a poussé Monsieur Nicolas SARKOZY, Monsieur CHOI Young-Jin, Monsieur Abdou DIOUF et Monsieur Dominique STRAUSS-KHAN de se contenter des résultats simplement provisoires non encore validés par les institutions compétentes, pour proclamer Monsieur Alassane Dramane OUATTARA vainqueur du scrutin, sans soulever le fait que la proclamation des fameux résultats provisoires l'a été dans les conditions en marge de la loi.

Quand bien même ils eussent été proclamés dans le délai, dans le lieu approprié et en présence des membres prévus par la loi, ces résultats demeurent provisoires, tel est le principe. Cela ne convient certainement pas à la fameuse Communauté Internationale, mais c'est la loi : dura lex sed lex !

III - DU CODE ELECTORAL

« Le résultat définitif de l'élection du président de la République est proclamé, après examen des réclamations éventuelles, par le Conseil constitutionnel et publié selon la procédure d'urgence ».

« Dans le cas où le Conseil constitutionnel constate des irrégularités graves de nature à entacher la sincérité du scrutin et à en affecter le résultat d'ensemble, il prononce l'annulation de l'élection. La date du nouveau scrutin est fixée par décret en Conseil des ministres sur proposition de la Commission chargée des élections. Le scrutin a lieu au plus tard quarante cinq jours à compter de la date de la décision du Conseil constitutionnel ».

Tel est le prescrit des dispositions conjuguées des articles 63 et 64 de la loi portant Code électoral de la Côte d'Ivoire. En l'espèce, les irrégularités constatées par le Conseil constitutionnel au vu des rapports qui lui ont été transmis corroborées par les enquêtes diligentées à cet effet, pour graves qu'elles ont été, ne sont pas de nature à entacher la sincérité du scrutin sur toute l'étendue du territoire national, mais seulement dans certaines circonscriptions. C'est ce qui explique la décision souveraine du Conseil constitutionnel de prononcer l'annulation du scrutin dans ces circonscriptions.

IV - DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL

Enfin, aux termes de l'article 15 second alinéa de la loi organique du 16 mars 2001 déterminant l'organisation et le fonctionnement du Conseil constitutionnel : les décisions rendues par le Conseil constitutionnel sont insusceptibles de recours et s'imposent erga omnes, en tout cas aux pouvoirs publics, à toutes les autorités administratives, juridictionnelles, militaires et à toute personne physique ou morale.

Voilà l'ensemble du Droit positif en matière électorale en République de Côte d'Ivoire. Les occidentaux ont beau considérer que l'Afrique est une jungle, société anhistorique qui n'a pu produire que son fétichisme. Ici, nous avons l'avantage de brandir les règles de Droit que nous a léguées le colonialisme.

Il faut déplorer qu'au moment où l'Afrique célèbre un demi-siècle de ce qui a été présenté comme son accession à la souveraineté internationale, contrairement aux Etats anglophones, le poids de la France coloniale continue de marquer sur tous les plans, la totalité de ce qui furent les territoires français,  du tracé des frontières et des principales voies de communication aux relations économiques, politiques et culturelles. Ce n'est certainement pas, en tout cas, faire de la domination française coloniale et néocoloniale un bouc émissaire tout trouvé pour expliquer l'ensemble des difficultés que traverse aujourd'hui le continent africain, la France porte toute la responsabilité de la situation actuelle de nos pays, elle est la seule et l'unique cause de nos malheurs.

L'histoire nous rappelle, que depuis la Traite négrière, des comptoirs commerciaux sont installés des côtes du Sénégal au Golfe de Guinée et offrent des bénéfices substantiels aux Etats négriers dont la France. A la fin du XIXe siècle, la colonisation devient alors le moyen pour le capitalisme occidental, dans un cadre de concurrence acharnée entre puissances impérialistes, de s'assurer la maîtrise de nouveaux marchés.

De la conquête à la décolonisation, l'histoire de l'Afrique subsaharienne est celle du pillage des ressources locales, du massacre et de l'exploitation des hommes et des femmes indigènes et de la mise sous tutelle culturelle de ceux ci, au profit d'une partie puissante du capitalisme français, anglais, portugais, espagnol et dans une moindre mesure, le capitalisme italien et germanique. Les méfaits de la colonisation écrivent l'un des chapitres les plus criminels du livre noir de l'humanité.

L'Afrique sert de réservoir de produits agricoles et de matières premières et de déversoir pour les produits manufacturés métropolitains. Le niveau de vie de la population locale stagne ou régresse au cours de cette période. Par ailleurs, les colonies ne fournissent pas seulement des produits agricoles, mais aussi de la «chair à canon», des hommes envoyés en première ligne des guerres menées par la France, pour l'intérêt exclusif de la Métropole.

Au nom d'une prétendue supériorité de civilisation, le racisme utilisé comme mode de gouvernement menace de détruire l'héritage culturel local. La colonisation française en Afrique a donc été bien loin d'une «mission civilisatrice», et les Africains cherchent toujours le côté positif du colonialisme proclamé par Monsieur Nicolas SARKOZY. Nous disons que le colonialisme aura été du terrorisme ni plus ni moins, exercé curieusement, par ceux qui aujourd'hui se gendarment contre l'Islamisme.

En privant les pays colonisés de leurs capitaux et de leurs ressources, en empêchant le développement de l'industrie, le colonialisme français a renforcé la pauvreté de ces pays. En favorisant certaines ethnies, voire en créant les clivages ethniques, elle a posé les germes des guerres ethniques présentées aujourd'hui comme une fatalité africaine. Il paraît donc parfaitement injuste, parce que totalement insensé pour la France néocoloniale singulièrement de s'indigner contre l'action vengeresse de AQMI ici et là.

Point n'est donc besoin d'être intelligent, ou diplômé de sciences-po, pour constater l'accablante incohérence qui se dégage entre l'affirmation des principes républicains fondateurs de la France « Liberté, Égalité, Fraternité » et la pratique autoritaire de la colonisation, notamment par l'intermédiaire du Code de l'Indigénat et du travail forcé. La colonisation en Afrique a bâti des Etats dont les frontières tracées au pantographe des intérêts exclusifs coloniaux, qui n'ont tenu aucun compte des réalités ethniques en présence, séparant certaines ethnies entre plusieurs Etats, ou rassemblant au contraire des ethnies rivales dans le même Etat. Les historiens et sociologues estiment ainsi, que la France a, à dessein, formé des Etats ingouvernables sur le long terme.


Il faut aussi, à juste titre, accuser la France d'avoir implanté sur les territoires africains certains de ses travers : des structures administratives lourdes, la pompe pouvoir, le goût du débat théorique au détriment de l'efficacité économique, etc. La France coloniale a exporté du continent noir, les nombreuses ressources que sont le personnel, les minerais, hydrocarbures, le bois, nécessaires au développement de l'économie Française, ainsi qu'une influence politique qui aujourd'hui encore favorise l'exploitation des ressources par les entreprises françaises : exploitation de l'uranium au Niger par AREVA, du bois, du pétrole et du gaz Algérien, congolais et gabonais par Total.

Le père de Monsieur GISCARD D'ESTAING, envoyé en tournée officielle en Afrique, dressa un bilan sévère du caractère archaïque et primaire de l'exploitation coloniale française en ces lieux.

« Nous pourrions, estimait-il, ne pas nous borner à piller, à nous reposer sur nos rentes, mais au contraire en tirer davantage de profits en développant un peu plus les forces productives. Il faudrait pour cela que l'Etat finance les travaux coûteux indispensables, qu'il assure la prise en charge des infrastructures nécessaires, afin que les capitalistes privés jugent (rentable) d'y investir ».

Lorsque Charles DE GAULLE, au début de 1944, fit à Brazzaville son fameux discours qui allait plus tard permettre à ses panégyristes de le présenter comme un génial décolonisateur, il n'était pourtant nullement question de décoloniser, bien au contraire. L'occasion n'était d'ailleurs qu'une réunion de Gouverneurs coloniaux et de hauts fonctionnaires, où il posa, en principe préalable.

V - LE MYTHE DE LA FRANCE BERCEAU

DES DROITS DE L'HOMME

Lire la suite

lundi, 13 décembre 2010

GUINEE : COMMENT FRANCE ET ETATS-UNIS ONT ECARTE LE CHEF DE LA JUNTE


DADIS CAMARA.jpg

In Le Nouveau Courrier N°152 du 11 Décembre 2010

L'occasion était trop belle pour neutraliser un chef de l'État devenu très embarrassant. Français et Américains cherchaient à écarter le capitaine Moussa Dadis Camara depuis le massacre des militaires de la garde présidentielle d'au moins 156 opposant à Conakry, en Guinée, le 28 Septembre 2009.


Les événements du 3 décembre vont forcer le destin. Ce jour-là, le chef de la junte militaire au pouvoir depuis moins d'un an est victime d'une tentative d'assassinat. Grièvement blessé à la tête, le chef de la junte est envoyé d'urgence vers le Maroc pour y être hospitalisé. Dans la foulée, un diplomate américain en poste à Ouagadougou écrit : "La communauté internationale est d'une façon générale sur la même position. L'absence de Dadis a ouvert une fenêtre d'opportunité pour faciliter une transition démocratique."

"Bien qu'il ait été chassé de la scène violemment plutôt que par des moyens constitutionnels, il serait mieux pour la Guinée qu'il ne rentre pas dans son pays", ajoute l'ambassadrice américaine en poste à Conakry, Patricia Moller, dans un des télégrammes diplomatiques obtenus par WikiLeaks et révélés par Le Monde.

"Erratique, violent, imprévisible"

Au passage, la diplomate qualifie le comportement de Dadis d'erratique, violent, imprévisible", n'augurant qu'un "triste avenir pour la Guinée". Français et Américains partagent ce diagnostic. Mais comment tenir Dadis éloigné de son pays ? Paris et Washington insistent auprès des Marocains pour qu'ils le gardent "pendant longtemps". Une course contre la montre est engagée.

Moins de deux semaines après son hospitalisation, Dadis Camara manifeste déjà son désir de quitter Rabat où il était arrivé le 4 décembre, "dans le coma, (avec) des éclats de balles dans le crâne".

Un interlocuteur guinéen de l'ambassade américaine au Maroc avertit des éventuelles conséquences du retour du chef de la junte. "Dadis a recruté des mercenaires sud africains et israéliens qu'il a regroupés, au côté de ses propres hommes, à Forecariah, (...) dans l'ouest du pays.

(...) Sa milice compte 2 000 à 3 000 hommes dotés d'armes en provenance d'Ukraine. Le risque de conflit et de déstabilisation menace toute la région", rapporte le numéro deux de l'ambassade américaine, Robert P. Jackson.

Le seul véritable espoir

Début janvier 2010, à Rabat, le général Sékouba Konaté, qui n'a pas encore assumé l'intérim jusqu'à l'élection présidentielle du mois de juin, se montre, en privé, tout aussi réticent au retour de son "frère" Dadis. "Il a été explicite, affirme le ministre marocain des affaires étrangères, Taieb Fassi Fihri. Dadis ne doit pas être autorisé à rentrer en Guinée, ni à participer à la transition."

Selon la même source marocaine, le général a aussi "reconnu que les responsables, depuis Dadis jusqu'au plus petit complice, devaient être traduits devant un tribunal guinéen ou (...) international".

Mais en attendant, que faire de Dadis alors que le Maroc - qui l'avait accueilli "sans que le gouvernement marocain n'ait été préalablement consulté" - entend se débarrasser rapidement d'un homme susceptible de faire l'objet d'un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) pour le massacre du 28 septembre ? On lui cherche un autre pays d'accueil pour du "long terme". "Le 7 janvier, le roi Mohamed VI a appelé le président du Gabon, Ali Bongo (qui) a refusé. Le ministre français des affaires étrangères, Bernard Kouchner, prévoit de demander au président congolais, Denis Sassou-Nguesso."

Le Sénégal, l'Arabie saoudite, la Gambie et la Libye sont évoqués. Finalement, le 12 janvier 2010, Mohamed VI prend "la décision abrupte", "pour ne pas dire totalement inattendue", selon les Américains, de l'expédier par avion sanitaire au Burkina Faso. Lequel Burkina "ne sera mis au courant que peu de temps avant l'arrivée de Dadis Camara à Ouagadougou". Le capitaine guinéen pensait quant à lui rentrer à Conakry.

Pendant tout ce temps, Paris et Washington cherchent un successeur à Dadis. Un nom, un seul, émerge des télégrammes : le général Sékouba Konaté, alors ministre de la défense et chef de la junte par intérim. "Au regard des fréquentes discussions entre Hillary Clinton et Bernard Kouchner et de l'unité de vue entre les deux capitales, Sekouba Konaté offre le seul véritable espoir pour une transition politique." Seul problème, le général se dit "fatigué" et "pas intéressé par le pouvoir".

Finalement, début janvier, le général Konaté est "prêt à rentrer à Conakry et à mettre en œuvre l'accord de Ouagadougou", qui stipule notamment "l'interdiction" faite à Dadis Camara de rentrer en Guinée et pose les bases de la transition vers un pouvoir civil grâce à l'organisation rapide d'élections. Le 7 novembre a eu lieu le deuxième tour de la première élection présidentielle démocratique de Guinée depuis l'indépendance en 1958. Et Dadis Camara se trouve toujours en convalescence forcée à Ouagadougou.


LEMONDE.FR

Source: LE NOUVEAU COURRIER

samedi, 11 décembre 2010

A DEFAUT DE POUVOIR IMPOSER OUATTARA AUX IVOIRIENS, L'ELYSEE PREPARE UN GENOCIDE EN COTE D'IVOIRE


ARMEE FRANçAISE.jpg


Les manœuvres se multiplient en France pour arracher la victoire électorale à Laurent Gbagbo. A défaut de réussir le scénario mis en marche, depuis la fin du scrutin du 2nd tour, pour évincer l'actuel chef de l'Etat ivoirien, l'Elysée envisagerait de plus en plus l'attentat à l'intégrité physique du président ivoirien. Une perspective qui n'enchante pas certains agents secrets français. Qui ont décidé de ne pas se rendre complices du complot.


Dans quelques jours, peut-être dans quelques heures, des mercenaires mandatés par l'Elysée, dont nous taisons la nationalité pour l'instant, vont débarquer à Abidjan. Ils ont officiellement reçu pour mission de venir «sécuriser» les locaux de l'ambassade d'un pays européen voisin de la France. Les agents de cette ambassade de pays simplement voisin de celui de Nicolas Sarkozy sont pompeusement supposés menacés à cause de la tension post électorale en Côte d'Ivoire. Et, pour y remédier, les agents très spéciaux chargés de la sécuriser sont annoncés. Mais, fait curieux, le communiqué produit à cet effet et repris par des médias de la place ne mentionne pas le matériel d'espionnage de pointe dont ces agents de sécurité sont dotés pour venir dans notre pays. En vérité, ces «sécurocrates», déclarés spécialistes en protection d'ambassade, seraient en mission pour le compte d'une cellule de crise installée à l'Elysée (palais présidentiel parisien). C'est cette cellule qui, sur les ordres du président français, Nicolas sarkozy, gèrerait, désormais, «le dossier ivoirien». Cette cellule, selon nos informations, avaient court-circuité tous les services secrets français, notamment la DGSE, pour convaincre le président Sarkozy de ce que sa «stratégie» pour chasser Gbagbo du pouvoir allait parfaitement fonctionner.

A présent, face au bourbier que cette «stratégie» de tripatouillage de l'élection présidentielle ivoirienne a créé dans notre processus, une option plus surréaliste vient d'être envisagée. Il s'agit d'attenter à la vie du président Gbagbo. Ce scénario à gros risques prévoit qu'en cas de difficulté pour accomplir la mission, les mercenaires pourraient envisager de «recruter» le (s) assassin (s) au sein du «cercle présidentiel». D'énormes sommes d'argent pourraient alors circuler pour espérer convaincre des agents de la sécurité présidentielle. Le hic, c'est que, déjà, avant même que nos mercenaires ne quittent l'Europe, de solides amitiés dans les services secrets français, opposées à l'opération, ont pris sur elles d'alerter, encore une fois, les autorités d'Abidjan. Pour elles, il ne fait l'objet d'aucun doute. «Si par extraordinaire, quelque chose était tenté contre le président Gbagbo, comme ce fut le cas avec Juvénal Habyarimana en 1994, la Côte d'Ivoire connaîtra une situation pire que le génocide rwandais, et la France doit en être tenue pour responsable», prévoient les amitiés ivoiriennes au sein des Longues Oreilles en France. Celles-ci ont donc informé, à leur tour, les agents ivoiriens chargés de la sécurité des institutions de la Côte d'Ivoire.

L'Afrique, rien qu'une juxtaposition de tribus


M. Benjamin Mathieu Tagbo, Ben Tagbo pour ses intimes, politologue, avait regagné la Côte d'Ivoire, son pays, une semaine avant le 2nd tour de l'élection présidentielle. Ancien sous-officier de la police nationale, promotion 83-85, cet ivoirien vit depuis des années en France où il s'est établi avec sa famille. «Mais la situation est si grave, les informations si préoccupantes que j'ai décidé de mettre ma famille en sécurité et de rentrer chez moi en Côte d'Ivoire», nous avait-il confié avant le second tour de la présidentielle. Selon cet ancien policier qui se réjouit d'avoir tissé de solides relations au sein de la police et des services de renseignements en France, le nouveau complot politique en phase d'exécution a été minutieusement préparé dans l'ancienne métropole pour «offrir» le pouvoir à Alassane Ouattara, candidat du Rassemblement des Républicains (RDR). Selon Ben Tagbo, «c'est à la DGSE, service secret et d'espionnage français, que les manœuvres ont commencé. Certaines cellules au sein de la DGSE ont réussi à convaincre Sarkozy qu'on pouvait facilement écarter Laurent Gbagbo du pouvoir. Et ce sont mes amis à la DGSE qui ont eu l'amabilité de m'en parler».


Pendant près de deux heures Ben Tagbo s'était vidé comme d'une charge dont il ne pouvait plus supporter tout seul le poids. De quoi s'agit-il ?
En France, la classe des agents racistes qui pullulent dans les services de renseignements et d'espionnage continue de considérer les anciennes colonies françaises d'Afrique comme étant des tribus sauvages peuplées d'individus incapables de raisonner. De ce fait, les présidents de ces pays d'Afrique doivent toujours être choisis par métropole. Pour le malheur de la Côte d'Ivoire, cette insulte est partagée par une minorité d'hommes d'affaires français installés chez nous, mais influents à l'Elysée. avec leurs racistes lunettes, la lecture des résultats du premier tour des élections ivoiriennes a été la suivante : Avec 25% et 32% des voix, les tribus d'Henri Konan Bédié et d'Alassane Ouattara font à elles seules 60% des électeurs en Côte d'Ivoire. De façon moutonnière, pensaient ces agents des services secrets français, la tribu d'Henri Konan Bédié - remarquez qu'ils ne parlent pas d'électeurs - ne devait que se déverser derrière Ouattara, puisque le président du PDCI-RDA, battu au premier tour, avait appelé à voter pour le président du RDR. Cependant, à écouter Ben Tagbo, la théorie n'arrivait pas à rassurer ses concepteurs. Ces prévisionnistes de la DGSE avaient du mal à se convaincre que les Ivoiriens soient aussi bornés qu'ils l'entendent. Mais ils subissaient la pression des hommes d'affaires français qui ne rêveraient que d'un président ivoirien «docile». Pour ces affairistes, Laurent Gbagbo prône «l'ouverture du marché ivoirien, la coopération dans la dignité et le respect de chaque peuple», et cela est dangereux. D'où leur implacable volonté qui aurait fini par pousser la cellule DGSE en question à convaincre les plus hautes autorités françaises que l'on peut «organiser la défaite de Laurent Gbagbo».

Les Patriotes ivoiriens, l'obstacle majeur


Dans leurs prévisions, nous avait prévenu Ben Tagbo, «dès le soir du 2nd tour, une fois les résultats proclamés sur les ondes des radios et télés françaises, les militants du RHDP devaient descendre dans la rue pour orchestrer des troubles graves dans le pays». Et à Ben Tagbo de continuer : «Dans ce cafouillage, les militaires français pré-positionnés à Dakar et à Libreville allaient se déployer en Côte d'Ivoire avec pour mission d'assassiner le président ivoirien, Laurent Gbagbo». Pour quel objectif ? «Installer Alassane Ouattara au pouvoir», avait coupé Ben Tagbo. Qui a ajouté que, pour les tenants de cette thèse à la DGSE, «le second tour de l'élection présidentielle ivoirienne était déjà bouclé avant d'avoir commencé ; Alassane Ouattara devait être déjà nommé président de la Côte d'Ivoire depuis la Franc».


Ce scénario était beau, mais, en France, il donnait la chair de poule à bon nombre d'agents lucides de la DGSE. Ces derniers n'avaient pas oublié l'échec de la barbarie de la France chiraquienne en novembre 2004. Selon Tagbo, en France, beaucoup de stratèges en opération kamikaze en Afrique se souviennent que, les 4, 5 et 6 novembre de cette année-là, la tentative «d'enlever» Laurent Gbagbo du pouvoir a débouché sur des tueries «inutiles et idiotes» de jeunes Ivoiriens par l'armée française (65 morts à l'Hôtel Ivoire). Jacques Chirac avait échoué en Côte d'Ivoire, alors que les interventions françaises du même type avaient été couronnées de succès en Haïti (contre Jean Bertrand Aristide) ou en Centrafrique (contre Ange Félix Patassé). «Rien, au moment de la conception du plan, ne permettait de dire que Sarkozy était informé de cette manœuvre. Mais apparemment, le président français a fini par céder». Et, depuis, selon les informations communiquées aux autorités ivoiriennes, la gestion de ce dossier a été simplement transférée à une cellule d'extrémistes installée à l'Elysée, au détriment de la DGSE.


De toute évidence, à l'Elysée, l'on est persuadé que le «Plan A», truquer les élections pour chasser Gbagbo, a échoué. A présent, c'est un «Plan B» qui est envisagé avec, au bout, l'assassinat du président ivoirien. Fini donc les déclarations de M. Claude Guéant, Secrétaire général de l'Elysée, bras droit de Sarkozy, qui, le dimanche 3 octobre 2010, après un séjour de 48h en Côte d'Ivoire, déclarait, avant de reprendre l'avion, la main sur le cœur : «La France n'a pas de candidat en Côte d'Ivoire». Parole en l'air !


César Etou


Source: CAMEROUNLINK.NET

mardi, 07 décembre 2010

WIKILEAKS : LES TELEGRAMMES AMERICAINS DEVOILENT LES CLAUSES SECRETES DE LA "FRANÇAFRIQUE"

 

NICOLAS SARKOZY ET ALI BONGO.jpg

 

Certaines "clauses secrètes" des anciens accords de défense liant la France à plusieurs pays africains ont été décrites aux diplomates américains par des conseillers de Nicolas Sarkozy. De nouveaux télégrammes diplomatiques américains obtenus par WikiLeaks et dont le contenu a été révélé par le quotidien français "Le Monde" samedi, rendent publics ces échanges.

Certaines clauses secrètes d'accords conclus dans les années 60 entre la France et ses ex-colonies africaines ont été évoquées devant des Américains afin de justifier leur révision, selon des mémos américains de WikiLeaks, rendus publics samedi par Le Monde.

« Les accords avec le Cameroun et le Gabon contiennent des dispositions absurdes, obligeant la France, sur demande, à intervenir en cas de troubles dans ces pays », rapporte ainsi un télégramme américain, citant Rémy Maréchaux, ancien conseiller Afrique de Nicolas Sarkozy.

Lors d'un entretien avec un diplomate américain, le même conseiller souligne le caractère « ridicule » dautres clauses secrètes accordant à la France le monopole des ressources naturelles dans certains pays. « Imaginez-vous, lance-t-il, que nous puissions invoquer notre accord avec le Togo pour lui ordonner de bouter la Chine hors de "notre" pays? », aurait-il ajouté.

Profiter de la fin annoncée de la "Françafrique"

La rupture de la politique française en Afrique, affichée depuis 2007 par le président français Nicolas Sarkozy, a été bien accueillie par les Américains qui y ont vu une possibilité d'accroître leur influence sur le continent, montrent d'autres télégrammes diplomatiques.

« Les Français accueillent favorablement l'extension de la présence américaine en Afrique comme moyen de contrebalancer lexpansion régionale de la Chine », note un mémo. La nouvelle politique française « peut donner aux États-Unis des occasions détendre leur influence en Afrique sans rencontrer de résistance ni d'interférence de la France », relève un autre télégramme.

Aujourd'hui, « la France est un de nos plus puissants alliés en Afrique », résume un mémo datant du 25 janvier 2010 de l'ambassade américaine à Paris à la secrétaire d'État Hillary Clinton.


Source: JEUNE AFRIQUE

18:49 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Afrique, France, Informations diverses | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : monde, france, wikileaks, françafrique, jeune afrique | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |