topblog Ivoire blogs

jeudi, 10 janvier 2013

LA COTE D'IVOIRE SOUS OUATTARA - NATHALIE YAMB: «UN ETAT MALFAITEUR ET MALFAISANT»

 

côte d'ivoire,la côte d'ivoire sous ouattara,nathalie yamb,«un etat malfaiteur et malfaisant»,lider,professeur mamadou koulibaly,alassane ouattara,kablan duncan,mabri toikeusse

«Si M. Ouattara est si sûr de son plan, qu’il en débatte avec le Pr Koulibaly en direct à la télévision»

 

Nathalie Yamb, conseillère exécutive à LIDER (Liberté et Démocratie pour la République) s’est ouverte à l’Intelligent d'Abidjan. Dans cet entretien, elle fait le tour de l’actualité socio-politique en Côte d’Ivoire.

 

Le début d’année a été sombre pour la Côte d’Ivoire. Vos commentaires sur la bousculade du 1er janvier?

Nathalie YAMB : A LIDER, nous sommes profondément choqués par ce qui s’est passé et toute notre compassion va aux familles des victimes et aux rescapés de cette tragédie, qui n’avait pas lieu d’être. Les morts du 1er janvier sont dus à l’inconscience du gouvernement. Je me serai attendue à une démission collective de celui-ci. Mais non ! L’on dissout le gouvernement quand le parlement tente de faire son travail, mais on le maintient en place quand il se rend responsable de la mort d’une soixantaine d’enfants. Les conséquences des conclusions de l’enquête préliminaire du Parquet sont pourtant limpides. La rue mal éclairée est de la responsabilité du District dirigé par M. Beugré Mambé, donc des pouvoirs publics, donc de l’Etat. Le constat du nombre insuffisant de forces de sécurité accuse directement le ministère en charge de l’Intérieur et de la Sécurité, donc l’Etat. La chaussée était rétrécie du fait de troncs d’arbres qui l’encombraient et de la clôture d’un chantier qui empiétait sur la voie publique. Le propriétaire de cet immeuble en construction qui s’approprie l’espace public comme s’il était sien, serait Guillaume Soro, ci-devant président de l’Assemblée, qui est donc co-responsable de l’homicide involontaire de toutes les personnes qui ont perdu la vie dans cette bousculade. L’Etat est ainsi non seulement malfaiteur, mais également malfaisant. Il fait mal, il fait ce qui est mal, il fait du mal. Avec cette débauche de milliards dépensés pour les feux d’artifices meurtriers et l’escroquerie des Koras, le gouvernement a montré ce qu’il sait faire de mieux : faire du spectacle et se donner en spectacle. Alors que la seule chose que les populations attendent est qu’on mette enfin en place les politiques promises qui réconcilient et sortent de la pauvreté. Au lieu de cela, le régime les jette dans la mort et les affame.

Le Président de la République a pourtant dressé un bilan satisfaisant de l’action de son gouvernement pour l’année 2012 à l’occasion de ses vœux de fin d’année.

NY : Ce message ne peut, d’évidence, s’être adressé aux populations ivoiriennes. Elles connaissent trop la réalité qui les frappe. Trois jours après ces vœux d’artifice, le gaz et l’essence ont augmenté sans préavis, sans campagne d’information et surtout, sans raison. Et quelles augmentations !! 11% pour la bonbonne de 6 kg, 30% pour celle de 12,5 kg et 106% pour celle de 28 kg. Depuis 2011, ce gouvernement est constant dans sa nuisance envers le portefeuille et le bien-être des Ivoiriens. Après les denrées de première nécessité, comme le riz, l’huile, le savon, le pain, les tomates, les oignons, c’est maintenant au tour du gaz et de l’essence, avant l’électricité puis les transports. On ne peut pas augmenter l’essence sans que cela n’induise une augmentation des prix du transport et un nouvel accroissement des prix des denrées de première nécessité. Pendant ce temps, on nous parle de croissance et d’émergence. L’on apprend que les autorités disent que la subvention du super sans plomb coûtait 40 milliards de FCFA par an à l’Etat et les arriérés des pouvoirs publics relatifs au gaz domestique s’élevaient à 25 milliards. Mais ces 65 milliards ne représentent absolument rien pour nos nouveaux gouvernants milliardaires.

Le Président a affirmé que même si l’argent ne circule pas, l’argent travaille.

NY : Il travaille où ? Il travaille pour qui ? C’est un pillage sans précédent qui a lieu, et les Ivoiriens sauront s’en souvenir et y mettre fin en élisant un nouveau président en 2015. Un président qui saura libérer le marché de l’entreprise créateur d’emplois. Un président qui saura faire cesser les monopoles spoliateurs filés de gré-à-gré. Un président qui saura réconcilier les Ivoiriens. Un président qui sera exemplaire et rigoureux. Un président qui sanctionnera ceux qui pillent les fonds publics. Un président qui interdira à tous les hauts fonctionnaires, d’aller se faire soigner à l’étranger pendant que le peuple se meurt dans des structures médicales de 6ème zone. Un président qui rendra la terre à ses propriétaires légitimes, les paysans, au lieu de la garder par devers lui dans le giron de l’Etat. Un président qui rendra sa souveraineté monétaire à la Côte d’Ivoire, tout en l’ouvrant sur le monde. Un président qui limitera lui-même ses pouvoirs pour se mettre au service du peuple et non pour le dominer. Un président qui inspirera la confiance. Un président qui admettra que ce n’est pas l’argent qui travaille, mais les hommes. Un président qui n’aura pas besoin de faire de la prestidigitation communicationnelle parce que l’argent circulera, et que tout le monde le verra et le ressentira, pas seulement une poignée de privilégiés proches du pouvoir.

Que pensez-vous de la situation sécuritaire en ce début d’année 2013 ?

NY : C’est une immense catastrophe. La place d’une armée en temps de paix se trouve dans les casernes et non dans les contrôles de police sur l’ensemble du pays. Le contrôle du territoire par les Frci dix-huit mois après leur l’accession au pouvoir prouve deux choses: soit nous sommes en état de guerre permanent, soit les Frci, bien qu’ayant le pouvoir, ont échoué à sécuriser les populations et les terrorisent au quotidien. Il est évident que les Frci sont là pour faire la guerre. En général, ce sont elles qui attaquent les populations civiles. Et les quelques fois où elles ont-elles-mêmes été attaquées, il s’agissait aussi bien de règlements de compte internes que d’offensives contre elles. Les Frci, depuis leur institution comme armée du Rdr mise à la disposition de Ouattara pour gouverner, se montrent totalement réfractaires à la République. Ce n’est pas étonnant compte tenu du fait qu’elles sont, quoi qu’on fasse, les rejetons des Fafn et les avatars du Mpci. Ce sont des forces rebelles qui haïssent profondément la République, qu’elles ont combattu depuis 2002. Elles constituent désormais les Factions Répressives de Côte d’Ivoire à la solde du régime pour pérenniser la dictature qui prévaut depuis le 6 mai 2011.

Le président de votre parti, le Pr. Mamadou Koulibaly, a suggéré que la réforme de la sécurité soit confiée à l’Onu. Une telle proposition est-elle réaliste ?

NY : Non seulement elle est réaliste, mais c’est la seule option possible et elle doit être réalisée dans les plus brefs délais. Le désordre de l’armée ivoirienne remonte à la décision d’Houphouët-Boigny de nommer le colonel Guéi à la tête de l’Etat-major, l’imposant ainsi comme supérieur hiérarchique à des militaires plus capés et plus haut gardés que lui. Des généraux se sont alors retrouvés sous les ordres d’un colonel! C’est à partir de ce jour-là, lorsque les principes de l’ancienneté et de la hiérarchie ont été bafoués par Houphouët, que des soldats se sont dits que plus rien ne les empêchaient d’inverser la chaine de commandement, fut-ce en faisant des coups d’Etat. Et depuis, aucun de ceux qui se sont succédé à la tête de l’Etat n’a eu le courage d’engager les réformes nécessaires. Pourtant, le gouvernement dispose de toutes les données utiles pour diagnostiquer le mal et y remédier une fois pour toutes. Gbagbo déjà n’avait pas osé prendre le problème à bras le corps. Quant à Ouattara, il est parfaitement incapable d’y apporter une solution, d’autant plus que ce n’est qu’à travers cette milice qui tient lieu d’armée régulière qu’il peut asseoir sa tyrannie. Je parle de milice, parce qu’elle est constituée de jeunes paysans, gardiens de troupeaux, mécaniciens, employés de maison, élèves, désœuvrés qui ont été armés pour exécuter des missions militaires et de police sans la moindre formation. A LIDER, nous disons qu’il faut une réforme profonde du secteur sécuritaire. Il faut des écoles militaires dignes de ce nom, il faut ré-inculquer les valeurs du respect et de la République à nos soldats, il faut procéder au désarmement de tous ces miliciens enrôlés par les hommes politiques pour défendre leurs fauteuils, qui ne savent que tuer mais pas combattre. Au point où nous en sommes arrivés, il serait judicieux que le secteur de la sécurité soit momentanément retiré des prérogatives du ministre de la Défense-Président de la République, dont l’incapacité notoire à gérer ce dossier sensible n’est plus à démontrer depuis deux ans qu’il est au pouvoir. Si le mandat de l’Onuci est bien la protection des populations civiles, alors il faut qu’elle nous reconstruise sans tarder une armée républicaine.

Mais cela ne signifie-t-il pas une perte de souveraineté ?

NY : Mais de quelle perte de souveraineté parlez-vous ? Nous vivons dans un pays où les ministres ont tellement peu confiance en leur propre politique sécuritaire qu’ils ont planqué leurs familles à l’étranger. Nous vivons dans un pays à propos duquel toutes les organisations humanitaires internationales relèvent la violence d’Etat, les actes de torture et les exactions quotidiennes commises par les Frci. Soyons sérieux. Si on veut parler de souveraineté, alors libérons-nous du franc cfa, libérons-nous de la dette. Mais là, il s’agit de notre sécurité à tous, pas seulement celle du clan au pouvoir. Comme les casques bleus ne peuvent pas être partout sur le territoire, la meilleure solution, celle qui fait le plus de sens, c’est de leur confier la réforme du secteur. Ils extirperont ceux qui n’ont rien à y faire, mettront de l’ordre dans le fouillis qui y règne depuis des décennies, remettront sur pied une armée républicaine, constituée de soldats qui seront formés pour sécuriser les frontières et non tuer les populations civiles ; de policiers et de gendarmes qui assureront la sécurité publique des biens et des personnes, avec les équipements nécessaires pour cela. Quand ils auront fini, la confiance reviendra peut-être entre l’armée et la population, et l’on pourra alors aller à des élections réellement sécurisées.

Justement, parlant des élections, votre parti refuse d’y prendre part et a claqué la porte du CPD. Que signifie ce coup d’éclat ?

NY : Cette réunion n’avait pas d’autre but que de bluffer les partenaires étrangers du régime, en l’occurrence à l’occasion du gasoil de la directrice générale du Fmi à Abidjan, relativement à ses capacités d’instaurer des pratiques démocratiques. On convoque les opposants pour faire risette sur une photo de famille à l’intention de la communauté internationale alors que le reste du temps, on les violente, on les brime, on les ignore, on les persécute, on tente de les éliminer! A LIDER, nous refusons de nous laisser instrumentaliser à cet effet par le gouvernement. Ce qui est ressortit de la rencontre confirme la mascarade et la vacuité de cette réunion. J’ai entendu le Premier ministre dire que le gouvernement avait proposé un financement aux partis politiques pour aller aux élections. Certains s’en contenteront peut-être et sont pleinement satisfaits de servir de faire-valoir du gouvernement tant que cela leur rapporte quelques sous, mais ce n’est pas le cas de LIDER. Nous ne voulons pas l’aumône de la part du gouvernement ! Nous voulons un statut formel pour l’opposition politique en Côte d’Ivoire et, comme l’a dit le Pr Koulibaly sur les ondes de Rfi hier matin, c’est en tant que membre de l’opposition statutaire que nous reprendrons notre place à la table du CPD, pour discuter des questions électorales, sécuritaires, judiciaires, des réformes du foncier, du recensement de la population etc. Que monsieur Kablan Duncan ne se trompe pas. Nous ne demandons pas la charité du gouvernement pour aller aux élections : nous voulons un financement permanent et non conditionné pour mener nos activités politiques en bénéficiant de la couverture des médias d’Etat, en toute indépendance et en toute sécurité, qu’on soit en période électorale ou non ! Nous attendons du gouvernement qu’il respecte ses engagements et ses interlocuteurs au sein du Cadre permanent du dialogue.

LIDER est-il le seul parti d’opposition en Côte d’Ivoire ?

NY : L’opposition - je parle de la vraie opposition, pas celle que le pouvoir s’est choisie - est encore un peu désorganisée, ce qui n’est pas étonnant quand on considère son manque de statut et que l’on voit la brutalité et l’état de non droit qui sévissent en Côte d’Ivoire depuis deux ans. On frappe, on torture, on menace, on arrête, on intimide, on pille, on tue… C’est avec le sang des opposants que l’on installe la tyrannie. Mais d’ici 2015, elle aura le temps de s’homogénéiser pour mettre un terme à cela en s’unissant, je l’espère, autour des principes fondamentaux consensuels que sont la reconquête de notre liberté, la culture de la démocratie et le respect de la République et du peuple souverain. A LIDER, nous pensons que le rôle de l’opposition est de veiller à ce que les dirigeants n’abusent pas de leur pouvoir pour opprimer les populations. L’opposition doit créer un pont vers la société civile pour éviter l’isolement des uns et des autres et limiter ainsi les dérives des élus pro-gouvernementaux. L’opposition doit aussi s’atteler à l’éveil pédagogique des citoyens en ce qui concerne la vie politique, économique et sociale. Nous pensons qu’il ne faut pas seulement critiquer les actes du régime en place, mais également proposer des alternatives. Il y a des chantiers importants que l’opposition doit prendre à bras le corps dans l’intérêt des populations et de la réconciliation : la question sécuritaire, la réforme du foncier rural, le reformatage de la CEI qui est forclose depuis janvier 2012, l’actualisation de la liste électorale. C’est quand même scandaleux de voir que des gens qui ont pris des armes et causé la mort et la désespérance de milliers de personnes pendant près d’une décennie, soit disant pour permettre à toutes les populations d’accéder à leurs papiers d’identité et au droit de vote, décident, une fois au pouvoir, d’exclure des millions d’Ivoiriens des listes électorales !!! Cela met à nu le mensonge permanent dans lequel la rébellion et ses financiers se vautrent depuis 2002.

Qu’est-ce que LIDER va faire en 2013 ?

NY : Cette année est pour nous celle du terrain. Nous allons continuer l’installation du parti, notamment à l’intérieur du pays. Nous allons être à l’écoute des soucis, des peurs, des rêves des citoyens. Nous allons parler aux populations partout en Côte d’Ivoire, leur expliquer notre vision, notre programme, les consoler, leur redonner espoir et courage pour refuser la tyrannie qui tente par tous les moyens de s’imposer à nous. Et nous allons continuer de mettre l’accent sur la formation de nos militants, pour qu’enfin émerge une nouvelle classe politique dotée de convictions idéologiques solides, qui sache débattre sans se battre, qui argumente sans insulter, qui défende ses idées sans violence ou belligérance, qui critique fermement mais avec courtoisie, qui réalise ce qu’elle promet, et qui dépasse les clivages ethniques, tribaux, régionaux ou religieux pour proposer des solutions innovantes et de bons sens pour lutter contre le seul vrai ennemi que nous ayons : la pauvreté.

Vous êtes la Conseillère exécutive du président de LIDER, et vos détracteurs vous dénient le droit de vous prononcer sur la vie politique nationale parce que vous auriez des passeports non ivoiriens. Que leur répondez-vous ?

NY : J’en rigole. Ce n’est pas à ceux que vous appelez mes « détracteurs » de décider sur quels sujets je peux m’exprimer ou pas. LIDER est un parti politique ouvert à tous, Ivoiriens et non Ivoiriens. Nos statuts stipulent d’ailleurs notre vocation panafricaine et je saisis l’occasion qui m’est offerte ici pour appeler tous ceux qui sont intéressés par notre programme et nos idées à nous rejoindre, quelle que soit leur nationalité. Et puis, vous savez, si on disait à tous ceux qui ne sont pas Ivoiriens de ne pas s’impliquer dans la vie politique en Côte d’Ivoire, on passerait du stade de la forêt à celui de la steppe, ne serait-ce que dans l’entourage du chef de l’Etat et des membres du gouvernement.

Est-il exact que vous avez fait l’objet de tentative d’intimidation et de rappel à l’ordre lors de votre précédente sortie dans les colonnes de l’IA ?

NY : Oui. Mais, les intimidations, tout comme les mystérieux accidents de voiture, ne nous ont jamais fait reculer. Bien au contraire, les brimades, les menaces, les intrigues, les tentatives de chantage et d’asphyxie financière décuplent notre énergie et renforcent notre détermination.

A travers des interventions, le Pr. Mamadou Koulibaly et le Dr Prao Séraphin, ont démonté le plan national de développement du Président Ouattara, pourtant présenté comme le parchemin pour l’émergence. LIDER ne fait-il pas preuve de mauvaise foi en s’attaquant ainsi à la politique économique du chef de l’Etat ?

NY : Non. Prétendre qu’on va atteindre des taux de croissance en hausse de 13% alors que les populations se sont appauvries de façon drastique, le coût de la vie a explosé, n’est pas la vérité. Mais c’est très simple. S’il est si sûr de son plan, que le Président Alassane Ouattara accepte d’en débattre avec le Pr. Koulibaly en direct à la télévision nationale et puis les Ivoiriens jugeront sur pièce. Et si jamais il n’a pas le temps, qu’il envoie le ministre de l’Economie ou le ministre du Plan ou même les deux. Le régime Ouattara n’affirme-t-il pas qu’il est démocratique? En démocratie, on débat avec son opposition, on ne la censure pas, on ne la violente pas. Si le gouvernement ne craint pas la contradiction, qu’il ordonne à la RTI de faire son travail et organise ce face-à-face ! Nous sommes prêts. Messieurs Ouattara, Kablan Duncan et Mabri Toikeusse le sont-ils ?

 

Interview réalisée par Charles Kouassi - L’Intelligent d’Abidjan - 9 janvier 2013.


Source: LIDER-CI.ORG

lundi, 17 décembre 2012

INJUSTICE ET IMPUNITE DANS LE PLAN DE DEVELOPPEMENT DU DR OUATTARA


 

Ce ne sont pas seulement les chiffres, les promesses et l’approche qui sont hautement critiquables dans le PADO2, le nouveau plan de développement du président Ouattara. Ce qui est encore plus grave, c’est l’immense place qui y est accordée à l’injustice et l’impunité, qui en sont les piliers fondateurs, comme le démontre ici le Pr. Mamadou Koulibaly, président de LIDER, principal opposant au régime en place.

 

Par Mamadou Koulibaly - Soir Info - 17 décembre 2012

 

DANS SON approche du développement économique de la Côte d’Ivoire, le président Ouattara propose une théorie que nous avons convenue d’appeler PADO2. Cette démarche théorique de la planification du développement, au-delà de ses incohérences et de ses illusions, révèle le sens profond de l’injustice et de l’impunité qui anime le Dr Ouattara.

Son plan arrive au moment où une vérité s’impose en évidence aux observateurs de toujours : La pauvreté s’est accrue en Côte d’Ivoire au cours des années 2000 à 2012. Alors qu’en 2002, au moment où la rébellion éclatait dans notre pays et était animée par le Mpci, le Mpigo, le Mjp et toutes les autres formes de Forces Nouvelles, le taux de pauvreté était de 38%. En 2008, au moment de la préparation des élections, l’indice global de la pauvreté était à 49% et aujourd’hui, dans la première année du programme de Ouattara, le taux de pauvreté oscille entre 50 et 51%. La rébellion armée de 2002 aura donc été criminelle à plusieurs niveaux pour la Côte d’Ivoire.

Il est évident que monter une rébellion contre la Côte d’Ivoire a conduit à "mélanger" le pays, à rendre l’Etat ingouvernable et à approfondir l’appauvrissement des populations entre 2002 et aujourd’hui.

Une manifestation non moins évidente est que le taux de croissance de l’économie nationale s’est aussi dégradé naturellement, comme une conséquence de la rébellion armée qui aura coupé le pays en plusieurs morceaux. Cette évolution se mesure par la diminution de la valeur de la production nationale, toutes catégories confondues. Avec la rébellion, les Ivoiriens ont moins produit, c’est pour cela qu’ils se sont appauvris. La production nationale a tellement baissé que, d’année en année, les efforts arrivaient à peine à dépasser les niveaux de production précédemment atteints. Par exemple, en 2008, notre niveau de production interne brut était de 10.485 milliards de Fcfa. Entre 2008 et 2009, en pleine accalmie de la mascarade de paix que l’on a appelé à l’époque le dialogue direct, la valeur de l’ensemble de notre production nationale n’était que de 10.880 milliards de francs cfa. A l’époque, on a célébré le retour de la paix, la fin de la guerre, l’urgence d’aller aux élections «vite, vite, vite», sans désarmement et en violation complète de ce qui était devenu notre loi fondamentale, l’Accord politique de Ouagadougou.

Dans cette ambiance de paix retrouvée, nous n’avons pu faire qu’un supplément de 395 milliards entre 2008 et 2009. De la même façon, nous n’avons amélioré notre résultat précédent que de 478 milliards de Fcfa entre 2009 et 2010. Et en 2011, du fait de la guerre postélectorale, notre effort d’amélioration de nos performances a été carrément négatif de 202 milliards ! Nous venions de perdre plus de 200 milliards par rapport à l’année précédente. La croissance aura été négative. La pauvreté s’est accrue. Ouattara, lui, dit que de ce niveau de -202 milliards, il va porter la croissance de notre production à 1.250 milliards en 2012, puis y ajouter 1.000 milliards entre 2012 et 2013, et encore 1.100 milliards entre 2013 et 2014 et enfin plus de 1450 milliards de Fcfa entre 2014 2015. Il faut lui souhaiter beaucoup de succès, car de sa réussite dépend, en principe, le bien-être des populations. Mais peut-être aussi que ces accroissements de richesses ne peuvent survenir que si la population adhère, se rassure, reprend confiance en elle-même et en Ouattara. Toute la population et non une partie d’elle. Sans cela, peut-il y avoir croissance autre que celle qui occasionne une pauvreté supplémentaire ? Peut-on éviter au plan de Ouattara une dynamique de croissance appauvrissante ?

Dans le programme de Ouattara, le PADO2, et non son programme de campagne, l’on reconnait ces faits. Mais si la pauvreté s’est accrue au niveau national, elle n’a pas été homogène. Les zones rurales ont été plus frappées que les zones urbaines. Au moment où le taux moyen de pauvreté était à 49% ou 50%, les régions du nord atteignaient un taux de 77%, les régions du centre présentaient un taux 63% et celles de l’ouest montagneux avaient 64%. Les zones dites à l’époque Cno ont donc été plus appauvries que les autres zones de Côte d’Ivoire. La rébellion a apporté la pauvreté dans les zones qu’elle a eues sous son contrôle pendant dix ans. Les rebelles ont pillé, volé, violé et tué abondamment. Il s’agit d’activités criminelles punissables aussi bien par le droit national que par le droit international.

Les crimes commis sont des crimes économiques. Ils concernent la création de caisses parallèles à celles de l’Etat, le détournement systématique de recettes fiscales, le braquage de banques et de plusieurs agences de la Bceao, le pillage d’entreprises industrielles et commerciales, l’exploitation illégale d’or, de diamants, de bois et autres ressources naturelles, l’encaissement et la conservation illégale de recettes douanières et parafiscales… Mais l’on compte également les séquestrations de citoyens, les exécutions extrajudiciaires, les crimes de sang, les crimes contre l’humanité, les crimes de guerre etc.

Naturellement, la justice aurait voulu que tous les criminels des zones Cno soient poursuivis comme ceux des zones du sud l’ont été. Les mêmes principes qui ont conduit, après la guerre, à l’arrestation et à l’emprisonnement de nombreuses personnes pour crimes contre l’humanité et crimes économiques, devraient aussi être valables pour poursuivre, arrêter et juger ici et à la Cour pénale internationale, tous les autres criminels. Mais dans le PADO2, il n’y a de criminels que les vaincus de la guerre post électorale. S’il est vrai que l’on peut accepter qu’il n’y a pas de prisonniers politiques en Côte d’Ivoire, comme l’a affirmé récemment Alassane Dramane Ouattara, il est impossible de ne pas voir que nos prisons sont pleines de prisonniers de guerre. Or les criminels de guerre, on les retrouve dans tous les camps, et Ouattara veut faire le développement sans justice. Il veut faire le développement en imposant l’impunité comme système de gouvernement. Cette attitude d’injustice est d’autant plus inacceptable que le PADO2 fait payer à ensemble des Ivoiriens les efforts de reconstruction des zones Cno, sans que l’on demande à ceux qui ont géré ces zones pendant dix ans et qui les ont appauvries en s’enrichissant eux-mêmes, de rendre des comptes à la Nation. Où sont passées les sommes faramineuses des casses des agences des banques centrales ? Va-t-on faire, dans le cadre du plan de développement de Ouattara, l’audit de la Centrale des Forces armées des forces nouvelles (Fafn) ? Fera-t-on le procès de ceux qui ont enfermé des populations dans des conteneurs à Korhogo et qui les ont, de sang-froid, tué en les laissant mourir d’étouffement ?

Allons-nous faire l’audit de la gestion des zones Cno? Une commission d’enquête nationale ira-t-elle faire des investigations pour nous situer sur ces crimes économiques et politiques ? Ces questions sont d’autant plus légitimes que dans le PADO2, les investissements prennent en compte la plus forte pauvreté dans les zones Cno et promet de leur affecter 60% des dépenses, contre 40% pour le reste du pays. Peut-on reconstruire la Côte d’Ivoire sans la réconcilier avec elle-même et dans la vérité, toute la vérité et rien que la vérité ? Peut-on reconstruire la confiance sans justice ? Peut-on bâtir un avenir prometteur au Triomphe de l’éléphant dans l’impunité totale?

Hélas ! Toutes ces questions institutionnelles, juridiques et politiques sont évacuées par le PADO2. Pour son auteur, tout est d’abord une question d’argent, une question de milliards à rechercher et non un problème d’organisation cohérente de la production. Ouattara pense que s’il investit des milliards de francs, il nous fera oublier toutes les injustices, toutes les impunités qui fondent sa politique. Il a peut-être raison. Attendons de voir. Mais nous sommes sûrs d’une chose : Aucun pays ne s’est développé dans la culture de l’injustice et de l’impunité. Ouattara innovera peut-être en la matière, comme hier d’autres ont pensé innover avec l’Apo, avec le succès que l’on sait.

L’avenir nous le dira.

 

Mamadou Koulibaly

Président de LIDER


Source: LIDER-CI.ORG

mardi, 11 décembre 2012

ECONOMIE D'ENDETTEMENT ET EMERGENCE: MODE D'EMPLOI

 

MAMADOU KOULIBALY 6.jpg

Par Mamadou Koulibaly - LIDER - 11 décembre 2012


EN ARRIVANT à Paris pour la rencontre avec le groupe consultatif sur la mobilisation des ressources pour le financement de son plan de développement, le président Ouattara, le libéral, avait un programme d’investissement sur quatre ans (2012 / 2013 / 2014 / 2015).

Ce plan appelé Plan national de développement (Pnd) devrait lui coûter un peu plus de 11.000 milliards de francs CFA, à décaisser d’ici fin 2015 au moment des élections présidentielles.

Le Dr Ouattara est allé à Paris avec un chapelet de projets de dépenses à faire, et comme c’est la période festive, il a trouvé sur place un arbre de Noël et des Pères Noël qui lui ont promis le financement complet de son plan et même plus, semble-t-il.

Selon le premier ministre, la Banque Mondiale a pris l’engagement ferme de participer pour environ 500 milliards de francs CFA, de même pour la BAD et la Banque Islamique de Développement. Ces trois agences à elles seules couvrent 1.500 milliards de francs CFA. Les organisations du système des Nations Unies et les autres amis de la Côte d’Ivoire compléteront, aux dires de M. Kablan-Duncan.

Aucun problème en vue, donc, pour le gouvernement, dont 12 membres au moins avaient effectué le déplacement à cette cérémonie de la planification de l’aide publique au développement. Et le premier ministre de conclure: «Rien qu’avec les trois premières banques, nous couvrons les besoins». Ainsi, la Côte d’Ivoire sera émergente à l’horizon 2020, par la magie de l’aide et de la dette publiques.

Soit nous avons mal entendu le premier ministre, soit nous ne savons pas lire le contenu du Pnd. Mais 1.500 milliards de promesses pour un besoin exprimé de 11.000 milliards font à peine 13,6%. Et on dit que les besoins sont comblés ?

Il faut se rappeler que sur l’année 2012, le plan de Ouattara prévoyait un financement d’investissement à hauteur de 1.500 milliards environ et qu’il avait, à l’époque où le gouvernement était à l'hôtel du Golf, obtenu sans problème la promesse de financements et que par la suite, non seulement le gouvernement n’a pas pu mobiliser les ressources internes programmées, mais les promesses des financements extérieures sont restées lettres mortes du fait de la mauvaise gouvernance qui caractérise le régime de Ouattara.

Au-delà du caractère illusoire de ces plans de développement, nous restons admiratifs devant l’héroïsme de Ouattara qui a obtenu le Ppte sans en remplir les conditions, qui se fera financer son plan sans avoir une stratégie claire de développement et d’endettement, et qui vit depuis deux ans bientôt dans une ambiance de promotion de la violence, de l’insécurité et de l’impunité, érigées en mode de gouvernement. Tout cela avec les encouragements d’une communauté internationale qui ferme les yeux sur la corruption et les avatars de mauvaise gouvernance dont le plus grand est l’impunité.

Quel dommage et que de regrets pour les quelques 20.000 morts des crises ivoiriennes. Ils seront morts pour rien… Heureusement que les vivants seront émergents à l’horizon 2020 avec l’aide publique au développement. La grande invention du Dr Ouattara sera pour nous une expérience toute particulière, car jusqu’à présent, aucun pays émergent n'est jamais passé par la case Ppte. Aucun pays émergent ne l’a été sans marchés de capitaux émergents, sans technologies émergentes, sans produits émergents. 

Avec Ouattara, la Côte d’Ivoire sera émergente avec des marchés traditionnels, des produits traditionnels, des technologies traditionnelles et même une armée composée de chasseurs traditionnels. Bravo Docteur! Après les ordonnances illégales, vive l’émergence illusoire. Et dire qu’ils veulent qu’on y croit!

 
 
Mamadou KOULIBALY
 
Président de LIDER


Source: LIDER-CI.ORG

mercredi, 05 décembre 2012

RENOVATION DE L'UNIVERSITE DE COCODY: UNE ESCROQUERIE MORALE


TRAVAUX SUR LE CAMPUS DE COCODY.jpg

Travaux de rénovation, Université d'Abidjan Cocody

 

Alassane Ouattara avait promis de construire des universités dans tout le pays. Deux ans après son accession au pouvoir, avec 133 milliards de Francs CFA de surfacturation du marché de rénovation des structures déjà existantes entrés dans les poches du clan au pouvoir (des 42 milliards initiaux, on est arrivé aujourd'hui à 175 milliards de FCFA, en toute opacité et sans que les coupables ne soient poursuivis ou sanctionnés, et pour cause!), à l'Université de Cocody, il y a une clôture, des murs repeints, des jets d'eau, du marbre autour des statues, mais pas une seule toilette mise à la disposition des étudiants.

Alors que le gouvernement claironne son ambition de vouloir faire de la Côte d'Ivoire un pays émergent à l'horizon 2020, filles ou garçons, tout le monde est obligé d'aller déféquer en brousse. Aucune bibliothèque n'est opérationnelle. Pas de micro-cravate pour les professeurs. C'est le bon vieux microphone avec cordon, qui limite la capacité de déplacement de l'enseignant, qui fait son revival, en étant défaillant une fois sur deux.

Point d'amphithéâtre de 1.500 places. Les étudiants s'entassent dans des amphis de 500 places. Pendant les cours dispensés par le Pr Mamadou Koulibaly, l'amphi est tellement saturé que le professeur est obligé de dupliquer ses heures de cours. Malgré cela, bon nombre d'étudiants suivent les cours debout, d'autres sont dehors dans les couloirs. Ah! Qu'elle est belle, la renaissance de l'éducation ivoirienne avec Ouattara...

 

Nathalie Yamb (LIDER), sur sa page Facebook


NB: Le titre est de "Regards Croisés".

mardi, 18 septembre 2012

MAMADOU KOULIBALY: «LA CRISE POSTELECTORALE N'EST PAS TERMINEE»


MAMADOU KOULIBALY.jpg

 

Mamadou Koulibaly, le président de Liberté et démocratie pour la République (Lider) a été reçu, lundi 17 septembre 2012, en fin de matinée, par le président de la Commission dialogue, vérité et réconciliation (Cdvr). L’audience a eu lieu à la Riviera-Golf au cabinet privé de Charles Konan Banny. A la sortie de l’entretien, qui a duré 1h 45mn, le leader de Lider s’est confié à la presse. Voici l’intégralité de ses propos.

 

Vous venez d'avoir une rencontre avec le président de la Cdvr, de quoi a-t-il été question? 

Mamadou Koulibaly: Je voulais d'abord corriger quelque chose qui s'est passé la semaine dernière. J'ai vu une réaction dans la presse disant que Lider avait boycotté une rencontre avec la Cdvr. Ce n'était pas vrai du tout. On n'avait pas rendez-vous ce jour-là. Et les journalistes devaient être mal informés. Nous sommes venus à l'invitation de la Cdvr pour, quatre mois après, faire le point. La Cdvr nous a informés de l'évolution de son travail. Et nous lui avons posé des questions sur les raisons des difficultés et ce que, en tant que parti politique, nous pouvions faire pour aider à lever ces difficultés. Il semble, après les échanges, qu'aujourd'hui, la Cdvr manque de moyens, manque d'argent pour faire avancer le processus de réconciliation. Son président nous avait expliqué qu'ils avaient pris quelque retard, mais qu'ils tenaient à respecter leurs engagements et à déposer le rapport final aux dates indiquées. Mais pour cela, il faut de l'argent. 

Il faut que l'Etat de Côte d'Ivoire, la communauté internationale, enfin tous ceux qui pensent que la réconciliation est une chose importante mettent la main à la poche. Pour le reste, nous lui avons suggéré de faire redémarrer - de notre point de vue la première étape de toute cette réconciliation -, les discussions entre les hommes politique. Les hommes politiques et les femmes qui font de la politique dans notre pays ne se parlent pas. Ils s'ignorent royalement. Ils vivent dans la méfiance, dans l'injure, dans l’anathème. Peut-être que si eux ne sont pas capables de s'asseoir et de se parler, nous pensons que, conformément à la mission qui a été confiée à la Cdvr en son article 5, ils peuvent créer un cadre pour recevoir tous les partis politiques et qu'on se parle. 

Si les hommes politiques se parlent, ils ne mettront plus leurs injures dans la bouche des journalistes et peut-être qu'ils pourront se regarder droit dans les yeux et se dire ce qui ne va pas et puis sortir la Côte d'Ivoire de cette léthargie. Parce que, si nous, hommes politique, ne sommes pas victimes, il y a de nombreux jeunes en ville qui n'ont pas d'emploi, qui sont au chômage, de nombreuses familles qui ont du mal à se nourrir. Et c'est de notre responsabilité d'offrir cette réconciliation, pas pour nous, mais pour ceux qui nous ont fait confiance. 

Il y a le Fpi qui dit que pour se parler, il faut que leurs dirigeants, et l'ancien président (Laurent Gbagbo, Ndlr) soient libérés. Le Rdr dit que pour se parler, il faut que le Fpi reconnaisse la légitimité et la légalité du pouvoir en place. Entre les deux positions, quelle est la solution? 

Mamadou Koulibaly: Lider n'a aucun commentaire. On constate simplement que la crise post-électorale n'est pas terminée. 



Propos recueillis par SYLLA A. 

 

Source: AFRIK53.COM

vendredi, 24 août 2012

LES VOYAGES DU PRESIDENT OUATTARA NE RAPPORTENT PAS DES MILLIARDS MAIS ENDETTENT LA COTE D'IVOIRE

 

ALASSANE OUATTARA - ADO MAGELLAN.jpg

 

Le Docteur Prao Yao Séraphin, Délégué national au Système Monétaire et Financier de LIDER, répond à M. Kablan Duncan, ministre des affaires étrangères.

 

La Côte d’Ivoire va mal, les Ivoiriens le savent. Le pays présente un visage tuméfié et un avenir sombre.  La cause est connue : la mauvaise gestion des affaires politiques.  Les souffrances des Ivoiriens ne s’arrêteront  pas de si tôt, car le président Alassane Ouattara accorde peu de temps à la résolution des problèmes des Ivoiriens. Il préfère passer le plus clair de son temps dans son avion. C’est en substance ce que lui reprochait l’ancien président de l’Assemblée Nationale et aujourd’hui président de LIDER, sur les antennes de RFI :  «Si l’Etat réduit son niveau de vie, on a déjà quarante ministres. Il y en a trop. Il y a trop de voyages officiels à l’étranger. Le président de la République est à son 42ème voyage maintenant, à l’étranger. Il y en a trop. Il faut réduire ce niveau de vie, et puis serrer un peu la ceinture d’un certain nombre de dépenses de l’Etat,  financer la sécurité, qui est à la base de tout. Si on ne fait pas de sacrifices ailleurs pour financer cette question sécuritaire, nous allons aller d’attaque en attaque, de déstabilisation en déstabilisation, et puis installer la chienlit permanente. Ça commence à être trop long maintenant, pour les populations…».   

Pour répondre au président de LIDER, M. Alassane Ouattara a laissé la tâche à son ministre des affaires étrangères, Daniel Kablan Duncan. Ce dernier affirme dans les colonnes du quotidien L’Expression du 22 août 2012: «Les voyages de Ouattara rapportent des milliards».

Cette mise au point du ministre appelle un commentaire. Les voyages du président de la République  sont peut-être destinés à chercher des investisseurs ou des prêts.

Examinons le premier cas. Comme le dit le ministre, si les voyages rapportaient des milliards, alors les Ivoiriens devraient constater l’arrivée massive des investisseurs dont  un des indicateurs est la création d’emplois. Point n’est besoin de travailler à l’AGEPE pour constater le chômage galopant en Côte d’Ivoire. Il est donc impossible de retenir cette hypothèse.

Examinons le deuxième s. Et cela pose problème. Depuis sa prise de pouvoir, la dette ne fait que croître de façon géométrique sans l’avis des Ivoiriens. On sait que le gouvernement Ahoussou a besoin d’argent, comme le montre bien les lancements à répétition d’emprunt obligataire par appel public à l’épargne. En effet, le Trésor public a procédé le jeudi 16 août 2012 au lancement officiel de l’emprunt obligataire par appel public à l’épargne dénommé «TPCI 6,50% 2012-2017». Le gouvernement est à la recherche de ressources additionnelles et ce présent emprunt doit permettre de mobiliser 60 milliards de Fcfa.

Le voyage du président Ouattara en Arabie Saoudite avait pour but d’endetter encore le pays à hauteur de 215 milliards de Fcfa auprès de la Banque islamique du Développement (BID). Cette dette vient s’ajouter à la longue liste des dettes contactées par le chef de l'Etat depuis qu’il est au pouvoir. La Côte d’Ivoire est devenue «fréquentable» sur le marché de la dette depuis l’atteinte du point d’achèvement de l’initiative PPTE, vu que son taux d’endettement a considérablement baissé. Alassane Ouattara va en profiter pour surendetter la Côte d’Ivoire d’ici la fin de son mandat. Ses voyages endettent le pays et compromettent l’avenir des générations futures.  Non seulement ces voyages coûtent énormément aux contribuables d'aujourd'hui, mais aussi aux générations futures. Il est temps que le président de la République échafaude un scenario de développement en se basant sur nos ressources propres.

 

Dr PRAO Yao Séraphin, Délégué  National au Système Monétaire et Financier à LIDER.

 

Source: Liberté et Démocratie pour la République (LIDER)

côte d'ivoire,les voyages du président ouattara ne rapportent pas des milliard,les voyages de ouattara endettent la cote d'ivoire,lider,liberté et démocratie pour la république,prao yao séraphin,alassane ouattara,daniel kablan duncan

 

Voyages coûteux de Ouattara: La réponse de LIDER à Daniel Kablan Duncan


Nous l’avions déjà dit: la démocratie se construit avec les idées de l’opposition, pas avec le sang des opposants. C’est en ce sens que nous souhaitons mettre à la disposition du gouvernement une petite démonstration arithmétique dont il pourrait s’inspirer pour régler quelques problèmes majeurs de la Côte d’Ivoire. Nathalie Yamb.

A long terme, les voyages incessants du président de la République causent un accroissement de la dette de l’Etat ivoirien. La démonstration du Délégué national de LIDER pour le système économique et financier, le Dr Prao Yao Séraphin, disponible sur le site web du parti (www.lider-ci.org) et ci-dessous, devrait achever de convaincre les plus sceptiques.

A court terme, nous devons payer pour les voyages du chef de l’Etat: kérosène, parking avion, perdiems de la cour qui l’accompagne pour en moyenne 5 jours par mission, frais d’hôtel et de déplacements, dépenses de courtoisie…

M. Ouattara a effectué 43 voyages en 16 mois d’exercice du pouvoir, soit une moyenne de 2,6 voyages par mois.

Un déplacement durant en moyenne 5 jours, M. Ouattara est donc en voyage 13 jours par mois (2,6 x 5 jours).

Un mois ayant 30 jours, nous pouvons donc conclure que le chef de l’Exécutif travaille 17 jours par mois (30 jours – 13 jours de vadrouille = 17 jours travaillés).

Si l’on prend le coût horaire de chacun des membres de la délégation, dont le travail n’est pas effectué en CI mais dont le salaire est bel et bien payé en plus des perdiems perçus, et si l’on tient compte de la taille des délégations qui l’accompagnent, il faut estimer que chaque voyage du président de la République coûte au moins 1,5 milliards fcfa et au plus à 2 milliards fcfa au contribuable ivoirien.

C’est donc au minimum 3,9 milliards de fcfa par mois (1,5 milliards x 2,6 voyages par mois) que l’Etat ivoirien débourse pour aller chercher des investisseurs, qui pour leur part attendent que la sécurité revienne en Côte d’Ivoire pour s’engager.

La conséquence à moyen terme est que nous n’avons pas d’investissement, sauf sur les grandes pancartes du pub produites par le gouvernement qui nous assurent que l’Etat travaille pour nous. Par contre, nous avons bien de la croissance, mais elle ne concerne que la dette publique, le chômage, la pauvreté et l’insécurité.

 

Conclusion

En réduisant ses voyages, M. Ouattara pourrait consacrer une partie des 3,9 milliards fcfa mensuels à la restructuration du secteur de la sécurité, ce qui, tout le monde en conviendra avec nous, est une priorité urgente en Côte d’Ivoire.

 

L’équipe de communication

jeudi, 09 août 2012

LETTRE AUX IVOIRIENS DU Pr MAMADOU KOULIBALY - FETE DE L'INDEPENDANCE ENTRE PROBLEMES ET SOLUTIONS

 

AN 52 - COTE D'IVOIRE.jpg

 

«Sans la propriété individuelle, nul n’est affranchi; quiconque n’a pas de propriété ne peut être indépendant.» - F.R. de Chateaubriand

 

Chers Ivoiriens,

Pour la 52ème fois, nous célébrons l’anniversaire de l’indépendance de notre pays. Cette année, à l’invitation du préfet, je l’ai passé à Agboville. Le regain de tension qui accompagne cette célébration m’attriste et suscite en moi émotion et condamnation. Cette recrudescence d’insécurité, qui est partie de Duékoué pour se signaler à Akouédo, en passant par Abengourou, Agboville, Sinfra, Yopougon et bien d’autres lieux de notre patrie, est préoccupante, et pourtant elle était prévisible. Les plaies qui balafrent notre pays et notre quiétude aujourd’hui sont dues à l’impunité érigée en mode de gouvernance. Depuis quelque temps, la règle d'or semble être que le vainqueur a toujours raison, et c’est ainsi que des frustrations tenaces sont nées du côté des vaincus, animés par des sentiments de revanche et de vengeance. C’est ainsi aussi que des troupes qui ont contribué à l’avènement du pouvoir actuel et qui sont aujourd’hui frustrées d'avoir été éjectées de l'armée et laissées pour compte, exigent pour elles-mêmes une justice de vainqueur. Ces troupes de tous bords harcèlent le ministre de la défense,qui n’est autre que le président de la République, chef suprême des armées, chef de l’administration, président de conseil supérieur de la Magistrature et chef du pouvoir Exécutif, mais évitent une guerre ouverte avec lui. Et ce dernier de promettre une sécurité qui ne vient pas, de promettre des enquêtes dont on n’a jamais aucun résultat, de promettre une transparence et une équité qui n’arrivent pas... bien au contraire.

Je crains fort qu’un jour, l’intégrisme des vainqueurs déçus et l’extrémisme  des vaincus frustrés ne se coalisent contre un pouvoir autiste qui refuse toute discussion et ne voit de solution que dans l’usage de la force brutale, de l’intimidation, de la corruption et de la menace. Chers Ivoiriens, à un moment donné, l'heure du Dialogue sera passée. Il faudra alors des négociations entre les guérilleros de tous les bords – car nous avons bien à faire à une guérilla – avant de revenir à la solution d’un gouvernement de transition, quand ils auront compris qu'il n'y a pas de solution militaire et quand, encore une fois, il y aura de nouveau eu trop de pertes de vies humaines. La vie des autres, pas celle des instigateurs, ni celle de leurs familles. Comme d'habitude. J’attire votre attention là-dessus, en espérant cette fois être mieux entendu que lorsque j’avais vainement mis en garde les hommes politiques et les populations de Côte d’Ivoire sur les conséquences profondes, durables et générales qu’entrainerait une escalade militaire de la crise postélectorale de 2010.

côte d'ivoire,lettre aux ivoiriens du pr. mamadou koulibaly,fête de l’indépendance entre problèmes et solutions,fête nationale de la côte d'ivoire,8 août 2012,fête de l'indépendance de la côte d'ivoire an 52,lider,mamadou koulibaly

Le 7 août de chaque année, nous célébrons l’indépendance de notre pays. Je préfère parler d’aspiration à l’indépendance, parce que si notre dépendance par rapport à l’ancien colonisateur est partiellement avérée, notre indépendance vis-à-vis de notre propre Etat reste quant à elle bel et bien à conquérir entièrement. Depuis 1960, l’Etat de Côte d’Ivoire détient par devers lui des terres qui appartiennent aux paysans et propriétaires coutumiers. Dans une interview radiophonique que je viens d’accorder à l’occasion de notre fête nationale, je me suis attelé à démontrer un autre intérêt de la réforme du foncier rural au cœur du programme de LIDER – en plus du marché hypothécaire et du libre échange de la terre qui vont enrichir le monde paysan et développer l'agriculture. Si l’on tient compte des cours d'eau, des terres non arables, des villes, villages et autres lieux habités, des routes et autres servitudes et remembrements et qu'on ne retient, par exemple, que 200 000 km² de terres pouvant faire l’objet d’attribution de titres fonciers ruraux sur les 322 000 km² de terres de Côte d’Ivoire, et sachant qu’un kilomètre carré (km²) représente 100 hectares soit 1 million de mètres carrés, si l'Etat ne prenait que 1 fcfa par m²,  on aurait 200 milliards de francs de recettes fiscales par année au titre de l'impôt foncier rural. Si la taxe foncière rurale était fixée à 5 fcfa par m², l'Etat pourrait encaisser annuellement 1.000 milliards de fcfa. Et si l’Etat se contentait de faire payer aux propriétaires des terres 10 fcfa par m², il encaisserait 2.000 milliards de fcfa de plus par an pour le budget. Vous conviendrez avec moi, chers Ivoiriens, qu’avec de telle sommes, il y a de quoi financer des infrastructures routières en zones rurales et rembourser la dette intérieure de l'Etat sans pour autant se surendetter auprès de bailleurs de fonds internationaux.  Cette stratégie est non seulement réaliste, mais elle créerait en plus de nombreux emplois pendant toute sa phase de réalisation, mettrait fin aux risques de conflits fonciers et sécuriserait l'investissement dans l'agriculture. La propriété privée de la terre entraine l'envol, autant pour les individus que pour notre nation. C’est cet envol vers la liberté et la prospérité que je vous souhaite en cette occasion de célébration.

La Côte d’Ivoire est notre pays. Nous devrions la chérir, en prendre soin et compter sur notre créativité pour la développer et nous sortir de la pauvreté. A LIDER, nous n'avons certes pas d'argent, mais nous avons des idées opérationnelles, efficaces et réconciliatrices pour une Côte d’Ivoire meilleure. Ensemble, nous réussirons.

 

Fait à Abidjan, le 7 août 2012.

 

Mamadou KOULIBALY

Président de LIDER


Source: Liberté et Démocratie pour la République (LIDER)

vendredi, 18 mai 2012

BILAN D'UN AN DE GOUVERNANCE: OUATTARA A FAIT CE QU'IL N'A PAS DIT ET DIT CE QU'IL N'A PAS FAIT

 

côte d'ivoire,lider,lider news 4,bilan d'un an de gouvernance d'alassane ouattara,ouattara a fait ce qu'il n'a pas dit et dit ce qu'il n'a pas fai 

Pr Mamadou Koulibaly, Président du LIDER (Liberté et Démocratie pour la République) 



Après une analyse à froid et méthodique de son programme, de ses promesses, de ses annonces et de ses réalisations, LIDER affirme que le président de la République a fait ce qu’il n’a pas dit et dit ce qu’il n’a pas fait.
 
Il n’avait pas dit qu’il plomberait le budget de l’Etat pour s’acheter un avion pour ses nombreux déplacements, souvent d’ordre privé, à l’étranger. Il n’avait pas dit qu’il utiliserait les fonds publics pour agrandir sa maison personnelle et la transformer en palais. Il n’avait pas dit qu’il triplerait le budget de souveraineté pour l’amener à 300 milliards de francs CFA, et qu’il en confierait la gestion, en toute opacité, à son petit frère. Il n’avait pas dit qu’il utiliserait l’argent du contribuable ivoirien pour financer l’ONG de son épouse, ni qu’il lui confierait la gestion de la microfinance en Côte d’Ivoire. Il n’avait pas dit qu’il abandonnerait les Ivoiriens dans la mi-sère pendant qu’il passerait son temps à l’étranger. Il n’avait pas dit qu’il instituerait la doctrine du rattrapage ethnique comme politique de gouvernement. Il n’avait pas dit qu’il ferait exploser le coût de la vie de sorte que le panier de la ménagère en soit réduit à une peau de chagrin, pendant que lui, sa famille et son gouvernement se permettent des dépenses somptuaires.
 
Par contre, Alassane Ouattara avait promis la gratuité des soins, mais il ne l’a pas fait. Il avait promis un gouvernement de 25 membres; ce sont 40 ministres qui gloutonnent le budget de l’Etat. Il avait dit qu’il allait améliorer la qualité de vie des Ivoiriens; la condition de vie des ménages s’est détériorée de façon abrupte. Il avait promis 200.000 nouveaux emplois par an; il est l’homme par qui le chômage ethnique et technique est arrivé. Il avait promis l’ouverture d’universités dans chaque région; il a jeté 30.000 étudiants à la rue en fermant celles qui existaient. Il avait promis une justice impartiale; aucun des criminels de son camp n’a été incarcéré à ce jour.
 
La liste est infinie, mais LIDER ne se lassera pas de pencher son flambeau sur l’action d’Alassane Ouattara afin d’éclairer les Ivoiriens sur la vacuité de ses promesses et l’inefficacité de son programme.
 
 
 
Les conférenciers Dr Prao Yao Séraphin, S. Vangah et S. Séry.

 
 
Source: Bulletin "LIDER NEWS 4", mi-mai 2012

lundi, 14 mai 2012

MAMADOU KOULIBALY AVOUE: «J'AI ETE LACHE PAR TOUS MES AMIS AVEC QUI J'AI CREE LIDER»

 MAMADOU KOULIBALY 2.jpg


Le Professeur Mamadou Koulibaly se retrouve quasiment seul dans son aventure de LIDER. Le président de Liberté et Démocratie pour la République a avoué, le mardi 1er mai, jour de la fête du travail, qu’il a perdu presque tous ses camarades du Front populaire ivoirien (FPI) ainsi que tous ses amis avec lesquels il a créé LIDER, le 11 juillet 2011.

«Depuis que j’ai été chassé du FPI, je n’ai plus reçu le moindre coup de fil ni de SMS de ceux avec qui j’ai partagé plus de 20 ans de militantisme politique. Pourtant on s’appelait camarades, or cela ne tenait à rien du tout», a révélé Mamadou Koulibaly à la clôture du séminaire organisé par son parti à l’hôtel Ivoire d’ Abidjan, pour faire le bilan de la première année de la gouvernance du président de la République Alassane Ouattara.

«J’ai été lâché par tous mes amis avec qui j’ai créé LIDER. Quand vous regardez dans la salle, vous ne verrez quasiment pas de visages connus avec qui j’ai créé LIDER. Tous ceux qui sont présents aujourd’hui sont pour la plupart des personnes qui sont venus nous rejoindre par la suite», a expliqué l’ancien président de l’Assemblée nationale.

Mamadou Koulibaly a estimé que la classe politique ivoirienne est remplie d’opportunistes. «Il y a beaucoup d’opportunisme dans la classe politique ivoirienne. Les choses ne se font pas avec foi et par conviction», a regretté le président de LIDER.


Anassé Anassé, in le quotidien ivoirien "L’Inter".


Source: EBURNIE NEWS

dimanche, 06 mai 2012

LE BILAN ECONOMIQUE ET FINANCIER DE OUATTARA EST DECEVANT (LIDER)

côte d'ivoire,bilan économique et financier de ouattara,lider,bilan décevant de ouattara,promesses désillusions et perspectives,séminaire-bilan d’un an de gouvernance ouattara,lider liberté et démocratie pour la république,ppte,apbef,cedeao,patronat français


Promesses, désillusions et perspectives - Séminaire-bilan d’un an de gouvernance Ouattara

 
Abidjan, le mardi 1er mai 2012
 

Promesse: «Nous poursuivrons l’assainissement de la gestion de nos finances publiques pour atteindre le point d’achèvement de l’initiative PPTE qui permettra d’alléger le fardeau de la dette extérieure (6 300 milliards de FCFA) devenue insupportable avec un service de plus 400 milliards de FCFA par an.»

Réalité:
 
La dette extérieure de la Côte d’Ivoire se situe aujourd’hui entre 7000 et 8000 milliards FCFA. Le service de la dette publique coûterait à l’Etat ivoirien 500 milliards de francs CFA par an. L'initiative PPTE ne va pas sauver la Côte d’Ivoire. Car près de la moitié de l’allégement a été déjà reçu sous forme de rééchelonnements et d’opérations d’apurement d’arriérés soit 1.5 milliards dollars US. Le Président endette les Ivoiriens et compromet l’avenir des futures générations sans consulter le peuple. Lui seul sait combien cela coûtera aux générations futures.

Promesse: Le gouvernement sera constitué «hommes et de femmes ayant un sens élevé de l’intérêt général, selon des critères de compétence, de mérite et de probité.»
 
Réalité:
 
Les mauvaises pratiques constatées sous les régimes précédents persistent : le Ministre de la Salubrité Urbaine de Ouattara, a de façon irrégulière tenté d’octroyer un marché de gestion d’ordures ménagères, à la societé Satarem-Greensol – dirigée par le frère d’un de ses collègues du gouvernement. Alors que la Société Abidjanaise de Salubrité (SAS) détenue à 65% par la société belge Sirio Technologie et 35% par l’Etat, avait été créée pour régler ce problème chronique d’insalubrité de la ville d’Abidjan. Cet appel d’offres a été annulé par l’Autorité Nationale de Régulation des Marchés Publics mais le Ministre a été maintenu au gouvernement.

Promesse: «Nous gérerons (…) tous les (…) secteurs de notre économie, dans la transparence et avec rigueur.»
 
Réalité:
 
Népotisme, favoritisme et collusion au sommet de l’Etat sont devenus la règle. Un ministre du gouvernement Ouattara, en charge de l’éducation nationale, a décidé que l’inscription à raison de 6 000 FCFA des 5 millions d’élèves du primaire et du secondaire se fera désormais électroniquement. Ce mode opératoire qui gèrera potentiellement 30 milliards est confié de gré à gré à CELPAID, une société dont l’actionnaire unique est l’actuel ministre de la Construction.

Promesse: «Nous sommes un parti libéral.»
 
Réalité:
 
«Si la France s’en va, la Côte d’Ivoire n’a plus d’économie, mais Paris risque aussi de perdre 1.200 entreprises» Patrick Lucas, Président Medef International (patronat français). L’an 1 de M. Ouattara aura donc été consacré à la préservation des monopoles français en Côte d’Ivoire.
 
• Le 25 janvier 2012, signature d’un nouvel accord de défense, visiblement, pour protéger les intérêts français car c’était l’objectif de celui signé en 1961. Il garantirait par exemple un monopole sur les équipements militaires.
 
• Depuis quelques années, la France perdait du terrain. Elle ne contribuait plus qu’à environ 20% du PIB ivoirien et à 30% des recettes fiscales.
 
• Entre 2004 et 2010, malgré la baisse des intérêts français, la croissance économique est restée entre 1,2 et 3%.
 
• 27 janvier 2012: Le Président en visite d’Etat annonce aux français qu’il va privatiser les banques publiques et leur demande de faire leurs offres en premier.
 
• 14 février 2012: 3 nouveaux champs pétroliers à TOTAL.
 
Promesse: «Le réseau routier est en train de mourir. Si rien n’est fait dans les 2 à 3 ans qui viennent, il ne s’agira plus de dépenser des dizaines de milliards de FCFA pour le renforcer mais des centaines de milliards de FCFA pour le reconstruire».
 
Réalité:
 
En réalité le financement de la plupart des projets de colmatage de la voirie et d’extension de réseau routier avait été bouclé depuis 2009 avec les bailleurs de fonds. La fin de la crise permet de facto leurs exécutions (cf Interview du DG de l’AGEROUTE au magazine Tycoon N°14 – Dossier: Où va la route ivoirienne?). Aucune gloire n’est à attribuer au gouvernement actuel. Pour l’heure, les Ivoiriens attendent toujours de voir la réalisation des promesses faites sur la réfection de la côtière.

Promesse: «Nous poursuivrons l’extension et la modernisation des ports d’Abidjan et de San-Pedro».
 
Réalité:
 
Rien n’a été fait dans ce sens au contraire: Le trafic de marchandises au PAA a chuté de 26% en 2011, en raison de l’embargo sur la destination Abidjan et de l`interdiction de la vente du cacao, premier produit d`exportation de la Côte d`Ivoire décrété par Alassane Ouattara appuyé, par l’Union Européenne et la CEDEAO. Un trafic global de 16,6millions de tonnes en 2011 contre 22,5millions de tonnes en 2010 au PAA. Les taxes portuaires sont très élevées. Le PAA est le plus cher de la sous-région. 5 fois plus cher que le port de Tema au Ghana – 4 fois plus cher que le port de Lomé au Togo.

Promesse: «Nous prendrons des mesures pour favoriser le développement des transports par bus de grande capacité et par train ou tramway face à l’asphyxie des grandes voies d’Abidjan… ».
 
Réalité:
 
• Le transport rapporte plus de 300 milliards à l’Etat mais n’est toujours pas organisé.
 
• Les bus d’occasion RENAULT ont refait surface plutôt que les nouveaux bus indiens (TATA) ou iraniens dont les usines de montage ont été installées à Abidjan.
 
• 5 août 2011, un bus de la SOTRA s’est renversé dans la lagune avec ses occupants, faisant plus d’une cinquantaine de morts.
 
• En mars 2012, le gouvernement a tenté d’activé un crédit bail de 50milliards avec la SIB pour le renouvellement des engins mais les conditionnalités n’ont pas permis à la majorité des transporteurs d’en bénéficier.

Promesse: «Nous pouvons viser un taux de croissance réel de 6% par an en moyenne, un peu moins en début de mandat, plus vers la fin».
 
Réalité:
 
Tous les indicateurs sont quasiment tous en berne: Taux de croissance en 2011 est de – 5,1% alors que le taux d’accroissement naturel avoisine les 2,5%. Pour la première fois le PAA en baisse de 26%. L’agriculture vivrière a connu un léger recul par rapport à 2010 passant de 3,3% à 3% en 2011. L’extraction minière et pétrolière a connu également une baisse de 14,8% par rapport à 2010. C’est le cas du gaz naturel avec une baisse de 2,2%. Le secteur secondaire et le secteur tertiaire ont respectivement reculé de 7,5% et 13,3%.

Promesse: «La défense des intérêts des producteurs sera notre première priorité. L’État définira une organisation collectivement efficace, « protégeant les petits » tout en traitant loyalement les autres.»
 
Réalité:
 
Le prix minimum d’achat n’est toujours pas garantit. Le plan de sauvetage n’est pas à l’ordre du jour. Les paysans attendent toujours la restructuration du secteur.

Promesse: «Pour faciliter la vie des contribuables, le système d’imposition sera simplifié : réduction du nombre d’impôts, généralisation du prélèvement à la source…».
 
Réalité:
 
Dans les faits, la réalité est tout autre: le Président Alassane Ouattara a institué 8 nouvelles taxes en vue d’atteindre l’objectif budgétaire de 1 060 milliards FCFA pour 2012. Les charges patronales et sociales se sont accrues dans le secteur privé et dans le secteur public. Elles passent à 12% cette année puis 14% l’an prochain.
 
Les fonctionnaires n’ont pas du tout été vernis. Leurs cotisations sont majorées de 18 à 25%. Même les chauffeurs de taxis ont vu leurs patentes passées de 125 000 FCFA à 145 000 FCFA/semestre. Soit une augmentation de 20 000 FCFA tous les 6 mois.

Promesse: «Il s’agira d’inciter les banques modernes à faire plus et moins cher».
 
Réalité:
 
Le Président de l’APBEF lui a répondu en ces termes: Nous avons des problèmes liés à la suspension des compensations de la période allant du 25 janvier 2011 à la fermeture provisoire des banques ; Il faut améliorer l’environnement des affaires, la sécurité des biens et des personnes; La requalification par les autorités des créances en souffrance nées de la crise ; La réforme du ratio de transformation ; La réforme de la fiscalité du crédit-bail et la réforme du cadastre. Conclusion: On est toujours au point mort aucune avancée.

Promesse: «Ce n’est pas 20 ou 30 milliards de FCFA qu’il faut injecter en microcrédit, mais 200 à 300 milliards de FCFA…».
 
Réalité:
 
75 structures de microfinance retirées de la liste; Le Président, pendant sa visite d’Etat dans l’Ouest, a dit que son épouse allait monter des structures de micro-crédit pour les femmes. Nous dénonçons ce fait car ce n’est pas son rôle mais celui du MEF; Sous la pression des bailleurs de fonds, les institutions de microfinance ont cherché à assainir leur gestion et leur mode de fonctionnement plutôt que de favoriser la réduction de la pauvreté; Le soutien du gouvernement n’est toujours pas probant.


CONCLUSION BILAN ECONOMIQUE ET FINANCIER
 
Le bilan économique et financier du président Alassane Ouattara, un an après sa prise de pouvoir, est décevant. Tous les secteurs de l’économie ivoirienne sont sous tension. De l’employeur à l’employé, tout le monde grogne parce que la «Solution» a des problèmes.
 
 
 
LIDER (Liberté et démocratie pour la République)

lundi, 06 février 2012

L’IMPACT DE LA PERTE DU TRIPLE A DE LA FRANCE SUR LES PAYS DE LA ZONE FRANC


TRIPLE A.jpg

Le 13 janvier 2012, la France a vu son triple A voler en éclat. Qualifiée d’électrochoc par certains et de catastrophique par les autres, la perte du triple A suscite des commentaires en Afrique et principalement dans les pays africain de la zone franc (PAZF). Le présent article se propose de revenir sur cette perte du triple A de la France sous le regard africain.

1.    Une présentation sommaire des agences de notation


Une agence de notation désigne généralement une agence de notation financière et ne doit pas être confondue avec une  agence de notation sociale et environnementale. Une agence de notation désigne  une entreprise ou une institution chargée de la  notation financière des collectivités (Etats etc.) ou des entreprises selon certains critères définis par une réglementation ou par les acteurs du marché. La notation apparaît aux  Etats-Unis où se développe le marché financier aux  19e siècles. La  panique bancaire de 1837 fait ressentir le besoin d'évaluer la solvabilité des entreprises. En 1841,  à New-York naît The mercantile Agency, première société d'analyse financière de crédit.

Le développement des chemins de fer américain développe ce secteur : les importants investissements des compagnies ferroviaires nécessitent l'appel au  marché obligataire  auprès du grand public et des investisseurs institutionnels. John Moody crée en 1909 la Moody’s  qui vend ses études statistiques sur l'activité des compagnies ferroviaires.

Dans la foulée sont créées The Poor's Publishing Company (1916), The Standard Statistic Company (1922),  Fitch(1924, spécialisée dans la notation du secteur bancaire et communal), Duff & Phelps Corporation (1932, spécialisée dans la notation du secteur des compagnies d’électricité). La  grande dépression a conduit, dans les années  1970  à revisiter le métier des agences qui notent plus sévèrement et n'analysent plus simplement les créances à long terme (obligations) mais aussi à court terme (billet de trésorerie). Avec la mondialisation,  les deux principales agences américaines  Standard & Poor’s et Moody’s développent leurs services sur le marché international. Parallèlement se créent des agences nationales (la première en France en 1986 est l'ADEF, Agence d'évaluation financière) qui ne travaillent qu'à l'échelon local.

Les crises financières et bancaires à répétition ont fini par donner à ces agences, des pouvoirs absolus même si parfois leur diagnostic est mauvais.

Retenons simplement que ces agences de notation financière sont spécialisées dans ce que l'on nomme en anglais le « rating ». Elles se chargent d'évaluer le risque de solvabilité des emprunteurs. Les emprunteurs, dans ce cas précis, peuvent être des entreprises privées ou publiques, des Etats, des collectivités locales comme les départements ou les régions, des communes.

Le rôle des agences de rating est de mesurer précisément le risque de non remboursement des dettes que présente l'emprunteur, on parle aussi de la « qualité de la signature ».

Quels sont donc les systèmes de notation de ces agences ?

Chaque agence de notation financière possède son propre système de notation. Schématiquement, les notes s'établissent de A à D avec des échelons intermédiaires. Ainsi, la meilleure note est AAA, c'est notamment celle des pays industrialisés (Etats-Unis, Allemagne, France etc.). Ensuite on trouve AA puis A chez Standard and Poor's, ou Aa, A, etc. chez Moody's.

On trouve également des notations intermédiaires : en effet, les notes peuvent être affublées d'un "+" ou "-" ou encore d'un "1" ou "2", etc. Ainsi on retrouvera des notations du type AA+, A-, Aa2, etc. Cela permet des classifications plus fines des différents emprunteurs.

Ces différentes notations peuvent être scindées en deux grandes familles : la catégorie "Investissement" ou "High Grade" contenant les notes comprises de AAA à BBB, la catégorie dite "spéculative" pour les notes inférieures.

Il faut également souligner que la notation est assortie d'une orientation à moyen terme permettant de situer un peu mieux la tendance à venir pour la qualité de l'émetteur. Dans certaines situations, on parle de "mise sous surveillance". En effet, les étapes les plus importantes de la vie des sociétés (acquisitions, fusions, investissements très importants...) sont susceptibles de modifier fortement leur physionomie.

2.    Les conséquences de la perte du triple A pour la France


Pour aborder la question portant sur les conséquences de la perte du triple A en France, il semble nécessaire de présenter avant l’impact de la notation des agences de notation.

Pour une entreprise  qui cherche à se financer, la notation obtenue sera déterminante pour les conditions de l'opération. Que ce soit par financement bancaire ou par émission d'obligations sur le marché, plus la note sera élevée et plus l'entreprise trouvera des fonds bon marché à des taux d'intérêt faibles.

A l'inverse, une mauvaise note signifiera un taux d'intérêt plus élevé et des difficultés pour mettre sur pied un financement. La différence de niveaux entre les taux d'intérêt constituera la prime de risque.

Le problème devient notamment important pour les Etats ou les sociétés situées dans la catégorie "spéculative". Les investisseurs institutionnels, principaux pourvoyeurs de fonds du marché, ne prennent pas de risques et n'investissent pas sur ce type de valeurs. Boucler une émission obligataire pour une telle société devient dès lors difficile.

La note n'est pas figée et évolue tout au long de la vie des obligations par exemple. Une révision de la note à la baisse peut faire baisser le cours du titre visé. De même, un changement d'évaluation à la hausse peut faire monter le cours. Les investisseurs sont très attentifs aux modifications de notes ou aux mises sous surveillance des titres.

Enfin, il est important de souligner que les notations attribuées ne sont en aucun lieu des recommandations d'achat ou de vente de titres, il s'agit uniquement de l'estimation du risque de solvabilité à un instant donné et mesuré de manière statistique.

Concernant la France, la perte du triple A  a deux  types de conséquences pour le pays : les conséquences politiques et les conséquences économiques et financières.

Sur le plan politique, l’annonce du vendredi 13 janvier, sonne comme une gifle pour Nicolas Sarkozy. En effet, le président Sarkozy a tellement fait du maintien du triple A français un marqueur politique, que sa perte lui revient comme un boomerang.  Depuis trois ans, le chef de l'Etat fondait son action économique sur le maintien du triple A. Il en avait fait une affaire personnelle, un test de son volontarisme. Une réforme des retraites, deux plans de rigueurs en l'espace de quelques semaines, des hausses d'impôts ciblées puis généralisées, tous ces sacrifices étaient justifiés au nom du maintien du triple A, accordé à la France depuis qu'elle est notée (en 1975) et qu'elle n'a jamais perdu depuis.  Dans le combat de rivalité qu’il a engagé entre la France et l’Allemagne, le coup est d'autant plus dur que l'Allemagne conserve la note maximum, consacrant ainsi le décrochage de la France par rapport à son principal partenaire. Le président Sarkozy est tout simplement « KAO débout ».

Le président et candidat du MoDem, François Bayrou, a ainsi estimé que cette dégradation signait l'échec de la stratégie de Nicolas Sarkozy - en substance, "avec moi on garde le triple A avec les autres on le perd."

Pour François Hollande «  Ce n’est pas la France qui est dégradée mais la politique de Nicolas Sarkozy ».
Il est fréquent d’entendre que le président Sarkozy a commis une triple erreur.

Premièrement, une erreur de méthode. La méthode qui consiste à multiplier les annonces pour occuper le terrain de la réforme et du «courage»  a perdu le président Sarkozy. Car celles-ci peuvent donner, au contraire, l’image de «l’agitation» que Nicolas Sarkozy fustige par ailleurs; accréditer l’idée d’une parole forte suivie d’une action faible; et surtout s’annuler.

Deuxièmement, une autre erreur  a consisté à encourager Claude Guéant dans sa chasse aux voix lepénistes, au motif que, là, seraient les vraies questions posées par les vrais gens. Or, c’est quasiment une ligne directe d’approvisionnements du vote Le Pen qui a été construite; et l’offensive de Nadine Morano contre Marine Le Pen vient bien tard.

TRIPLE A (2).jpg

Lire la suite

mardi, 13 décembre 2011

ELECTIONS LEGISLATIVES: KOULIBALY MAMADOU, GERVAIS KOULIBALY, ANAKY KOBENAN ET LES EX- DEPUTES FPI, TOUS BATTUS

 

MAMADOU KOULIBALY 9.jpg

Une Assemblée nationale monocolore, à forte dominance Rrd. Tel est le schéma qui se dessine, au sortir des législatives du 11 décembre. En attendant la proclamation des résultats officiels par la Cei dans les heures à venir, les tendances recueillies ça et là dans les Etats-majors des différents candidats annoncent une très large victoire du Rdr. Ces résultats provisoires font état de plusieurs « grosses victimes » dans les rangs de l'opposition. Ce sont, Mamadou Koulibaly, président de Lider. Il aurait été battu avec un score peu honorable ; Gervais Koulibaly ; Anaky Kobénan, président du Mfa ainsi que la dizaine d'ex- députés Fpi qui sont allés en indépendants.

Dans les rangs du pouvoir Ouattara, on note également des surprises, notamment, Marcel Amon Tanoh, directeur de cabinet d'Alassane Dramane Ouattara, qui a été battu à Aboisso malgré tous les moyens colossaux dont il disposait. Si ces tendances se confirment, il est clair que le nouveau Parlement sera qui le réflète pas l'opinion ivoirienne dans sa diversité. Ce qui ne correspond en rien à celui annoncé par Ouattara comme un hémicycle démocratique et consensuel. Le parlement pourrait être composé à 90% d'élus du Rhdp. Rien de surprenant ! Avant le scrutin, le régime a fait un découpage que certains avaient qualifié d'arbitraire, parce que, octroyant plus de nouvelles circonscriptions au nord, le fief du Rdr. Dès lors, le Rdr partait aux élections avec une avance de plus de 74 postes de députés.

César Ebrokié


Source: NOTRE VOIE

vendredi, 18 novembre 2011

LEGISLATIVES 2011: NE PAS SERVIR DE FAIRE-VALOIR

 

FPI-CNRD 2.jpg

Il y a des moments de la vie où il est capital de rester logique envers soi-même pour ne pas finir ridicule. Tel est la situation actuelle de La Majorité Présidentielle (LMP). Et peut-être aussi celle d'une partie des acteurs politiques du camp Gbagbo dont certains sont, aujourd'hui, fondateurs d'un nouveau parti politique et d'autres ont tourné casaque pour faire allégeance à leurs bourreaux voire épouser leurs lignes idéologiques.

Devant l'Histoire, il y a bien souvent des responsabilités à prendre et à assumer. Quand on n'est pas d'accord, on dit non. Et cela, le FPI-CNRD l'a compris et nous le saluons. Tous se targuent aujourd'hui de vouloir une « nouvelle Côte d'Ivoire ». A la bonne heure ! Mais la bâtit-on alors en laissant prospérer le mensonge et l'hypocrisie, en portant des œillères et en laissant fouler au pied le droit et la réglementation ? Au nom de quoi ? Pour quel intérêt ? Nous voulons bien comprendre ceux, anciennement opposés à Ouattara, qui se précipitent aux législatives ivoiriennes du 11 décembre, en ayant toujours la menace à la bouche et en foulant au pied leurs propres principes.

Le professeur Mamadou Koulibaly, président récemment élu de LIDER au premier congrès dudit parti à la Bourse du Travail à Treichville, le samedi 12 novembre dernier, homme que nous avions hissé haut dans notre estime et que nous continuons de respecter pour sa ligne de pensée et sa grande indépendance malgré ses sorties équivoques de ces derniers mois, devra nous y éclairer. Lui qui dénonce une suite de « violations » de la loi fondamentale et cloue au pilori Alassane Ouattara, en ces termes : « Il nomme tout seul et de façon illégale les membres du Conseil constitutionnel...Il réorganise tout seul et de façon illégale la Commission électorale indépendante...Il dissout de façon illégale l'Assemblée nationale et suspend les activités et salaires des députés et du personnel...Cette longue suite de violations de son serment dans le silence complet de la Communauté internationale nous amène à penser que celle-ci est peut-être là, plus pour soutenir un homme, que pour soutenir les principes de l'état de droit et de la démocratie en Côte d'Ivoire ».

Lui qui a, en outre, fait savoir que nonobstant le fait que LIDER ait proposé des candidats aux législatives, « si les conditions sécuritaires ne sont pas réunies, s'il y a des actes d'intimidation sur nos militants et nos candidats, LIDER n'ira pas aux élections ». Après avoir entendu de tels propos, qui ne souffrent d'aucune obscurité, nous sommes en droit de lui demander : « Président Koulibaly, diantre, que faites-vous dans ces législatives ? ».

Oui, que fait ce brillant monsieur dans cette comédie éhontée, ce simulacre de démocratie, cette mascarade électorale, dont le but, il est clair, est de légitimer un pouvoir - qui en manque désespérément - installé à coup de « bombes humanitaires et démocratiques » par la communauté internationale, à l'image de ce que nous avons vu faire en Libye dans le mutisme le plus mortifiant des intellectuels et des chefs d'Etat africains. Le dire n'est pas de la délation. Ce sont des faits récents de notre tout aussi récente histoire que nul n'a le droit de travestir.

Parlant de la Commission électorale indépendante (CEI), régie par des textes clairs comme cela est de rigueur dans toute République respectable, il est à noter qu'elle est frappée d'un déséquilibre scandaleux qui ne devrait autoriser aucun démocrate digne de ce nom à prendre part à ces législatives. Elle a une coloration à 100% RHDP. 31 postes représentatifs, tous acquis à Ouattara. Ou presque. Là où l'on devait enregistrer 15 postes pour l'opposition, 15 autres pour l'alliance politique au pouvoir et 1 représentant du chef de l'Etat. De tout ceci, rien du tout, dans la CEI version Ouattara. A moins qu'une participation à l'élection législative soit considérée comme une fin en soi par certains, nous ne comprenons pas la fièvre qui est la leur, en ce moment, devant une entorse aussi odieuse au minima de confiance exigible pour des élections transparentes, équitables, justes et ouvertes à tous.

Quant à la sécurité, peut-elle être garantie par des FRCI appuyés de supplétifs « Dozo » qui sèment jusqu'à ce jour, la terreur dans nos villes, villages et campements, tandis qu'aucun des ex-FDS - abusivement accusés d'être des pro-Gbagbo parce qu'ayant eu pour devise de défendre les institutions de la République - n'est autorisé à porter des armes ? La question sécuritaire en Côte d'Ivoire n'est pas une vue de l'esprit. Plusieurs chancelleries occidentales en Côte d'Ivoire en ont récemment pris ombrage et rencontré, à cet effet, le chef de l'Etat qui ne s'en est d'ailleurs pas caché, quelque peu impuissant devant une situation qu'il a lui-même contribué à pourrir, par sa prise de pouvoir violente.

Si LIDER n'a certainement rien à craindre - son mentor Mamadou Koulibaly n'ayant jamais été inquiété dans cette crise et bénéficiant d'un capital confiance auprès de Ouattara - ce n'est sûrement pas le cas des leaders et des militants de La Majorité Présidentielle, combattus sans ménagement et traqués par le pouvoir RHDP, depuis avril 2011. Quelques élargissements sélectifs de prisonniers politiques n'y changeront rien, fondamentalement. Bien malin alors qui pourrait parier sur leur sécurité dans cette élection législative, dans les hameaux les plus reculés, notamment dans les poudrières de l'Ouest et du Nord, quand on se remémore la présidentielle de 2010 et ses graves dérives. Le président Mamadou Koulibaly ne se défend-il pas d'être un protagoniste de la crise postélectorale ivoirienne ? N'a-t-il pas, en conférence de presse, expliqué qu'il se sentait « à l'aise » pour afficher certaines positions et asséner certaines vérités ? « Je ne me sens pas belligérant parce qu'aussi bien avant la crise que pendant la crise, j'ai parlé aux belligérants. Je leur ai dit que la voie qu'ils empruntaient était suicidaire et que s'ils y allaient par la force, ils auraient à assumer les conséquences profondes, durables et générales. Je n'ai pas été entendu par les deux camps », a-t-il affirmé. Mamadou Koulibaly peut donc aller aux législatives, serein. Il n'a rien à craindre pour sa vie et pour celle des membres de son tout nouveau parti. Il n'est pas responsable de la crise ivoirienne. Ce lourd manteau n'est pas le sien. Soit ! Mais a-t-il au moins, par humanisme, pensé à ses ex-camarades militants du FPI-CNRD ? La solidarité ne peut être de mise. Bifurcation idéologique et politique oblige. A la guerre comme à la guerre !

Dernier fait à relever : La Majorité Présidentielle compte encore de nombreux prisonniers dans les goulags du Nord et bien de responsables en exil, qui auraient dû être des candidats à cette législative de décembre, censée être ouverte à tous. Poker menteur ! La démocratie version Ouattara ne peut s'en accommoder. On les préfère là où ils sont : dans les liens de la captivité et hors du pays. Au moins jusqu'à la fin de législatives floues et biaisées d'avance pour contribuer au formatage et à la reconfiguration de la Côte d'Ivoire et de son corpus juridique et constitutionnel. Ce projet, le pouvoir RHDP devra l'assumer seul. Sans coup de pouce de la part des pro-Gbagbo et de tous les Ivoiriens lucides qui comprennent le véritable enjeu de cette course au parlement.

D'ailleurs, le RDR affiche déjà clairement ses ambitions en constituant avec les ex-Forces nouvelles un bloc contre le PDCI, qui n'a pas manqué de pousser des cris orfraies et de donner l'alerte, par presse interposée. En vain. « Les élections législatives qui arrivent à grands pas auront eu raison de toutes les professions de foi quant à la solidité à toute épreuve du RHDP. A l'heure du choix des candidats, le consensus tant chanté par les hérauts de l'alliance des Houphouétistes, s'est effrité comme château de cartes. Ainsi, dans presque toutes les circonscriptions électorales de la Côte d'Ivoire, les deux poids lourds du RHDP s'affrontent », rapporte, amer, le quotidien du PDCI-RDA, Le Nouveau Réveil, dans son édition du vendredi 11 Novembre 2011. Le RDR veut cet hémicycle pour lui. Majoritairement. Absent qu'il y a été pendant près de deux décennies. Quitte à faire des crocs-en-jambes à des alliés. Bien des partis de ce groupement houphouétiste vont y laisser des plumes. En grand nombre. Nous espérons qu'ils nous épargnerons de leurs vociférations quand ils auront été floués par la technologie électorale ouattaradienne.

En ce qui concerne le FPI-CNRD, il a encore la possibilité de participer activement et significativement à la vie politique ivoirienne, tout en étant absent aux législatives. Précisons notre pensée : nous sommes en démocratie (ou censés l'être). Et en la matière, l'abstention est une expression citoyenne. Tous les Ivoiriens qui ont donné 52% de voix au Président Gbagbo, selon le Conseil Constitutionnel - avant qu'il ne se dédise honteusement - devraient s'abstenir de voter. Pour qui que ce soit, fut-il candidat indépendant FPI-CNRD. Ce serait leur protestation contre le maintien en prison de la figure de proue de la politique ivoirienne qu'est Laurent Gbagbo et de tous les autres captifs du pouvoir RHDP. Logiquement, ils devraient s'en tirer avec au moins 52% de taux d'abstention, démontrant ainsi leur majorité, si le scénario rocambolesque de l'Hôtel du Golfe n'était pas reproduit. On était passé, on s'en souvient, de 70% de taux de participation (dixit Amadou Soumahoro, actuel secrétaire général par intérim du RDR, alors vice-président de la CEI, sur le plateau de 20h de la RTI, à la clôture du scrutin du 28 novembre 2010) à 81%, quatre jours plus tard, à la proclamation de Youssouf Bakayoko, président de la CEI, devant les micros des chaînes étrangères.

D'ici là, que la sérénité soit le partage de tous les cœurs. La démocratie est un jeu. Il faut savoir gagner, il faut aussi savoir être bon perdant. Et surtout, savoir s'arrêter quand les responsabilités de l'Histoire l'exigent. On ne devra jamais dire que les proches du socialiste Laurent Gbagbo ont vendu la Côte d'Ivoire quand il croupissait sous les chaînes de Ouattara.



Que DIEU bénisse la Côte d'Ivoire !

 

DINDE Fernand AGBO


In le quotidien ivoirien "Le Nouveau Courrier" N° 368 du jeudi 17 novembre 2011.

vendredi, 04 novembre 2011

ELECTIONS LEGISLATIVES DU 11 DECEMBRE: ALASSANE OUATTARA ET LA CEI N'ONT PAS JOUE FRANC JEU



ALASSANE OUATTARA 18.jpg

Nous avions espéré que la « République des vainqueurs » tiennent enfin compte des récriminations amplement justifiées du CNRD (Congrès national de la Résistance et pour la Démocratie) pour - à défaut d'y accéder entièrement - leur donner une suite acceptable, de sorte à permettre à tout le microcosme politique ivoirien de se retrouver au complet sur la scène des législatives pour un pugilat loyal et fraternel. Notre attente aura été plus que déçue. Dans la mesure où ni Alassane Ouattara ni la CEI n'a joué franc jeu, pour nous permettre d'y parvenir. Réduisant, finalement, la participation au forceps du parti du président Mamadou Koulibaly, LIDER, à un rôle de faire-valoir pathétique qui n'aurait jamais dû être. De quoi s'agit-il ?

Le mercredi 26 octobre dernier, date butoir initial de dépôt des dossiers de candidatures pour les législatives, la CEI, par la voix de son porte-parole Bamba Yacouba, sur une prétendue requête du gouvernement, de candidats et de partis politiques - tous, du reste, entièrement RHDP - a concédé une prorogation de cinq jours supplémentaires pour permettre aux futurs parlementaires 2011 de déposer leurs candidatures. A la vérité, c'était « une passe » au RDR et au PDCI dont aucun des candidats n'avaient, il faut le souligner, déposé de candidatures à la date indiquée.

On peut donc donner suite aux revendications d'un parti ou d'une alliance sans que le ciel ne nous tombe dessus ? Pourquoi donc a-t-on fait la sourde oreille quant à celles du FPI-CNRD ? L'on se souvient encore que la direction du Front populaire ivoirien (FPI) avait affiché sa ferme volonté de prendre part à l'élection législative de décembre mais avait insisté sur le fait que ce ne serait pas à n'importe quel prix ni à n'importe quelles conditions.

Ainsi, son comité central, réuni en session extraordinaire, le 3 septembre 2011 avait décliné un certain nombre de préoccupations majeures du parti à négocier avec les nouvelles autorités ivoiriennes, en vue d'une participation effective du FPI-CNRD aux législatives. Elles se présentaient comme suit : La libération du Président Laurent Gbagbo et de tous les autres détenus civils et militaires ; le retour de tous les exilés et les déplacés ; l'arrêt de toutes les procédures judiciaires ; le dégel des avoirs des personnalités du FPI-CNRD ; la sécurité des personnes et des biens et, surtout, la sécurité du processus électoral ; la composition de la CEI ; la révision de la liste électorale ; le découpage des circonscriptions électorales et la détermination des sièges...

Dans ce cadre, un mémorandum contenant toutes ces revendications avait été remis à Alassane Ouattara, le 29 septembre 2011, au cours d'une audience accordée au FPI-CNRD.

Le gouvernement s'était alors engagé à y donner suite. Rassurée de l'amorce des discussions, la direction du FPI avait, le 21 octobre dernier, dans un communiqué de son secrétaire général et porte-parole Laurent Akoun, demandé à ses élus, à ses cadres et aux candidats potentiels du parti de « demeurer sereins en se gardant de poser des actes de nature à perturber les militants et les électeurs ».

A la date de clôture du dépôt des candidatures pour les législatives, le pouvoir RHDP était encore à tergiverser. Aucune avancée n'avait été enregistrée ni n'était en vue. Jouant certainement sur les leçons tirées par le FPI du boycott actif du Front républicain, en 2000, et de la défection du RDR, en 2005, d'où les deux partis étaient sortis largement perdants, le pouvoir Ouattara se livrait à un chassé-croisé et à une véritable course sous haute pression chrono (date butoir du 31 octobre oblige), à l'issue desquels le FPI devait capituler et aller s'afficher en « Reine Elisabeth » à des élections déséquilibrées d'avance, organisées dans des conditions sécuritaires exécrables, identiques à celle de la Présidentielle de 2010, si ce n'est pire. L'heure butoir de dépôt était même passée, sous la férule de la Commission centrale de la CEI, de 17 heures à minuit, pour parachever le travail d'écartèlement d'une opposition difficile à manœuvrer dont la participation était attendue des observateurs internationaux de la vie politique ivoirienne, des bailleurs de fonds et des investisseurs, et sur laquelle Alassane Ouattara jouait sa propre crédibilité.

Car il ne faut pas se voiler la face, le pouvoir Ouattara avait plus besoin de ce précieux sésame qu'est la participation du FPI-CNRD aux législatives que cette alliance politique elle-même, pour apparaître comme démocrate aux yeux du monde, surtout après la remontée de bretelles des Etats-Unis sur une véritable représentativité du nouveau parlement ivoirien et après les consignes fermes de l'Elysée à son poulain lors de sa dernière visite (avec les voyages devenus quasi mensuels du chef de l'Etat ivoirien) dans l'Hexagone, chez Sarkozy, qui ne veut pas se faire accuser d'avoir instauré une dictature en Côte d'Ivoire et contribué au retour, après 20 années de démocratie, du parti unique sur la terre ivoirienne. Une telle image, doublée de celle du « génocide humanitaire et démocratique » en Libye, serait désastreuse pour la période de campagne présidentielle qui s'annonce, bientôt, en France.

Dans le même temps, Ouattara était soucieux de ne pas faire piètre figure devant le parti de Laurent Gbagbo, en se « défroquant » sous ses exigences et en dévoilant sa dépendance vis-à-vis de lui, ne serait-ce que pour son image internationale. Il ne fallait donc pas trop lâcher de leste ni trop verrouiller l'issue du dialogue, en se montrant inaccessible.

La participation de LIDER, le parti du président Mamadou Koulibaly, n'est en réalité qu'un trompe-l'œil. Même si elle vaut son pesant d'or démocratique pour le camp Ouattara et pour ce nouveau parti d'opposition - qui est tout à fait dans son droit -, au regard de la composition de la CEI et des conditions de sécurité sur toute l'étendue du territoire national, elle ne pourra que servir de nantissement à l'émergence d'un dialogue politique à sens unique, en Côte d'Ivoire. LIDER ne pourra s'en tirer qu'avec la part congrue des postes électifs. Peut-être est-ce là sa seule ambition, pour l'heure. Suffisant, en tout cas, pour Ouattara pour s'autoproclamer démocrate. Ce qui est loin de la réalité.

C'est dans cette quête de légitimité et de crédibilité qu'Alassane Ouattara et le président du PDCI-RDA, Henri Konan Bédié, se sont inscrits quand ils encourageaient, le lundi 31 octobre (le jour de la clôture du dépôt des dossiers de candidatures), à Abidjan, le FPI à participer aux élections législatives du 11 décembre 2011 : « Nous sommes convenus qu'il serait bon que le FPI participe à cette compétition, car c'est la démocratie, et un parlement où les grands partis seraient représentés serait une bonne chose », ont-ils déclaré à l'issue d'un entretien qui avait pour objet la situation politique du pays et, notamment, les prochaines élections des députés à l'Assemblée nationale. « Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié ont demandé à l'opposition politique réunie au sein du CNRD de participer au scrutin législatif fixé au 11 décembre prochain », selon l'AIP (Agence ivoirienne de presse), le 1er novembre dernier.

« Alassane Ouattara a dit ses regrets, ce dimanche (30 octobre 2011, ndlr), de la non participation plus que probable du Front populaire ivoirien, le parti de l'ancien chef de l'Etat (Laurent Gbagbo), aux élections législatives du 11 décembre prochain, mais assure ''ne pas désespérer de voir cette formation revoir sa position en dernière minute''. ''Je ne peux que le regretter. Nous avons fait tous les efforts, essayé de répondre à certaines des préoccupations du FPI. Je pense que le délai (de dépôt des candidatures), c'est demain (lundi) soir. Je ne désespère pas. Peut-être que nous aurons de bonnes surprises'', a déclaré Monsieur Ouattara, lors d'une conférence de presse, à l'aéroport d'Abidjan, peu après son retour de Paris », nous rapportait déjà l'AIP, le 31 octobre.

De tout ceci, nous faisons une seule lecture : Que le pouvoir RHDP n'ait pas honte de le reconnaître : il a besoin de son opposition significative pour être crédible. Que les législatives soient donc purement et simplement reportées pour permettre à toute la Côte d'Ivoire de se retrouver véritablement - au lieu de ruser, car en réalité, aucune des préoccupations du FPI n'a été prise en compte - ou alors que Ouattara assume sa dictature et le retour en force du parti unique, en Côte d'Ivoire. Sans faux-fuyant. Le gouvernement est déjà à coloration unique. Qu'il ne s'embarrasse donc pas de scrupules pour mettre sur le gâteau la cerise : un parlement à coloration unique. Il aura, au moins, le mérite d'être logique envers lui-même.

Le parti de Laurent Gbagbo, en ce qui le concerne, l'est déjà quand il martèle qu'il ne participera pas à des élections législatives sans son fondateur et dans les conditions actuelles, dénoncées dans le mémorandum remis au chef de l'Etat, le 29 septembre 2011. 5 années de cure d'humilité, de recentrage idéologique, de remise en cause et de repositionnement, ce n'est pas fait pour nuire à la force politique du FPI, qui en sortira plus grandi et mieux outillé pour les joutes futures. Que personne donc ne s'abatte de l'absence (temporaire) de La Majorité Présidentielle (LMP) à l'hémicycle. Il y a des moments de la vie où il faut savoir s'arrêter pour faire son bilan, retrouver du poil de la bête et repartir résolument. Chacun devra faire abstraction de ses ambitions politiques personnelles et s'inscrire dans la vision d'ensemble du groupe. C'est à ce prix que tous deviendront plus forts pour une véritable révolution politique.


Que DIEU bénisse la Côte d'Ivoire !


DINDE Fernand AGBO


In le quotidien ivoirien "Le Nouveau Courrier" N° 358 du jeudi 3 novembre 2011.

vendredi, 16 septembre 2011

COTE D'IVOIRE: UNE BIEN CURIEUSE DEMOCRATIE


YOUSSOUF BAKAYOKO.jpg

Dans quelques mois, les Ivoiriens seront appelés à se rendre aux urnes pour élire députés, maires et présidents de conseils généraux. Dans une atmosphère de totale suspicion qui en dit long sur les vertus et les valeurs démocratiques du nouveau pouvoir ivoirien.

D'abord, la crédibilité du président de la Commission Electorale Indépendante, Youssouf Bakayoko. Largement entachée, quand on sait les circonstances dans lesquelles cet homme, encadré des ambassadeurs Philip Carter 3 des Etats-Unis et Jean-Marc Simon de France, sur ordre du conspirateur patenté de l'ONU en Côte d'Ivoire, Young Jin Choï, a proclamé le résultat du second tour de l'élection présidentielle de Novembre 2010, il est totalement disqualifié à occuper ce poste : proclamation des résultats hors délai (donc forclusion), hors cadre (au quartier général d'un des candidats, Alassane Ouattara en l'occurrence, à l'Hôtel du Golf), en l'absence des commissaires et des vice-présidents de la CEI, sur des médias étrangers, tout seul, avec des résultats non consolidés et un taux de participation contraire de 11 points à celui annoncé quelques jours plus tôt par ses propres soins, à travers la très officielle voix de son vice-président, sur le plateau du Journal de 20h de la RTI (de 70% à 81%. Abracadabrant !).

Ne serait-ce que pour la suspicion légitime de partialité qui pèse sur sa personne et par la gravité extrême des actes qu'il a posés en Décembre 2010, au mépris de la Constitution et du Code électoral ivoiriens, il devrait tirer sa révérence, s'il était un homme d'honneur. Que nenni ! Il demeure bel et bien à son poste. Il a même été décoré, par Alassane Ouattara, pour service rendu. Que peut-on donc espérer d'un tel administrateur électoral ?

Ensuite, le bureau même de la CEI postélectorale : quasi à une seule et unique teinte ! Tous les pro-Gbagbo et représentants du pouvoir ivoirien de 2010, déjà largement minoritaires du fait des accords de Tschwane (Prétoria) et de Ouagadougou, vont être éjectés ou remplacés au sein de la structure par des proches de Ouattara. Entre temps, tous les représentants de l'opposition d'alors, composée du PDCI-RDA, du RDR, du MPCI, du MJP, du MPIGO (les trois milices armées regroupées sous l'appellation « Forces Nouvelles » par la Chiraquie), du PIT, du MFA et de l'UDPCI ont conservé leurs postes. Quand on a clamé sur tout le pourtour de la terre qu'on est « démocrate », reconsidérer ces dispositions, dans un souci évident de justice et d'équité, est d'une trivialité désarmante ! Mais monsieur le nouveau chef de l'Etat n'en a cure et se sert de l'accord de Prétoria comme échappatoire pour justifier l'injustifiable. Gbagbo l'aurait fait que la planète entière s'en serait émue, tant les médias pro-Sarkozy, soutiens indéfectibles de Ouattara, l'aurait ameutée. Et même que le ciel serait tombé sur la tête des Ivoiriens.

Quand on a traité les autres de « dictateurs », il faut soi-même montrer patte blanche, si on veut rester crédible et ne pas passer pour des êtres vils. Le pouvoir Ouattara n'a pas même l'élégance de cacher un tantinet son jeu en associant ses adversaires politiques à la discussion, à la concertation - fût-elle de façade - et en relevant un tant soit peu la représentativité de l'opposition actuelle qu'assurent La Majorité Présidentielle (LMP) et LIDER, le parti du président de l'Assemblée nationale, Mamadou Koulibaly. Gbagbo a concédé beaucoup ! Il a même fait rentrer d'exil, formalisé le statut d'anciens Président et Premier ministre, payé, logé et blanchi ses adversaires d'alors, aujourd'hui au pouvoir et se délectant sans retenue de l'ivresse du trône et de la puissance qu'il confère. Il leur a donné, au nom de la paix et des accords y afférents, la majorité dans une commission électorale qu'il a véritablement rendue indépendante. A son tour, on ne lui a rien concédé. Pas même le droit d'être assigné à résidence chez lui avec son épouse, son fils, Michel Gbagbo et d'avoir droit aux visites de ses proches.

C'est avec raison que le FPI, le parti du président Laurent Gbagbo, menace de se retirer des futurs scrutins. Il n'a que trop raison. Les dés sont déjà pipés. Une CEI à une seule coloration, présageant clairement le retour au parti unique, qui ne semble pas émouvoir les donneurs de leçons internationaux et tous les loups qui hurlaient en Côte d'Ivoire contre Gbagbo, « le dictateur ». La « technologie électorale » RHDP est en marche. Les résultats sont connus d'avance. Comme l'a si bien dit un homme politique ivoirien : « Autant nommer les députés », pour faire économiser de l'argent à l'Etat de Côte d'Ivoire !

Ouattara est en pleine manœuvre - oh, extase de la victoire ! - pour se tailler une majorité confortable à l'hémicycle, de sorte à faire passer les lois les plus impopulaires, sur simple ordre à des parlementaires (d'opérette ?), qui obéiraient au doigt et à l'œil, pour asseoir durablement, et certainement définitivement, un parti unique à l'ancienne et un régime dictatorial « stické » démocratique. Une menace à peine voilée, voire un péril national, de formatage et de reconfiguration de la Côte d'Ivoire que les Ivoiriens doivent prendre avec le plus grand sérieux. Quand on connait la capacité de nuisance et les connexions extérieures peu recommandables de ceux qui sont, aujourd'hui, parvenus au pouvoir en Côte d'Ivoire, après moults contorsions politiques, coups tordus, coups d'Etat, rébellions, crimes de sang, crimes économiques et fraudes électorales. Ils ne s'embarrasseront d'aucun scrupule. Absolument aucun.

Enfin, les adversaires et opposants significatifs au pouvoir RHDP, ainsi que bon nombre des potentiels candidats aux législatives proches de Laurent Gbagbo, sont quasiment tous en exil ou en prison. Quant aux conditions de sécurité, de transparence, de crédibilité et d'ouverture du scrutin à tous, le rêve n'est pas permis. La réalité est crue, impitoyable, sans concession : il n'y a plus de démocratie en Côte d'Ivoire. Tout juste une mascarade, un affreux simulacre devant servir de faire-valoir aux yeux de la « communauté internationale », des bailleurs de fonds et des investisseurs (qui ne sont d'ailleurs pas dupes). Pourquoi, en bons « démocrates », ne pas désarmer les « Dozo », mercenaires et autres miliciens venus combattre à Abidjan et dans toutes les villes du pays, les renvoyer à leurs plantations, forêts et savanes et permettre aux exilés de rentrer sans être inquiétés, ainsi qu'aux prisonniers de prétendre à une candidature aux futures échéances électorales ?

Nous avons pour notre part, une intime conviction : si le jeu politique était véritablement démocratique et que les armes ne circulaient plus de façon aussi intimidante et visible dans nos rues et villages malgré les promesses (jamais tenues) du nouveau locataire du palais présidentiel du Plateau, après ce que nous avons vu des quelques mois de règne de Ouattara et de son bras séculier, les FRCI transmués - ou plus exactement bombardés - FANCI, le plébiscite du camp Gbagbo aurait été total ! Tant les exactions, la terreur, le mépris et les injustices du pouvoir RHDP en ont fait voir des vertes et des pas mûres aux Ivoiriens, tous bords confondus, depuis six longs et pénibles mois. Les commerçantes d'Adjamé ne se sont-elles pas faites copieusement injurier par le Commandant Koné Zacharia pour avoir clamé : « Gbagbo kafissa (Gbagbo était mieux, en langue malinké) ? ».

Si Ouattara veut jauger sa vraie popularité, qu'il libéralise et sécurise le jeu démocratique des prochaines échéances. Même sans Gbagbo et les autres. Il pourrait alors apprécier son véritable poids politique et ne plus avoir à se dissimuler derrière le cache-sexe des résultats proclamés par la « Communauté internationale » qui ne sont revêtus d'aucune légitimité, d'aucune constitutionnalité. Malheureusement, une élection législative démocratique en Côte d'Ivoire constitue pour lui, tout comme pour le RHDP et l'ex-rébellion, un véritable épouvantail. Hors de question donc d'en réunir les conditions. Un autre aveu de la victoire, de la popularité et de la majorité de Laurent Gbagbo au sein du peuple ivoirien.

Vivement, que tous les démocrates de Côte d'Ivoire, d'Afrique et du monde, embouchent le cor de la dénonciation véhémente pour décrier sans détours et de la façon la plus audible la conspiration et le hold-up électoral en cours, une fois de plus, dans notre pays. Il en est encore temps ! Mais ce temps nous est désormais compté.


Que DIEU bénisse la Côte d'Ivoire !

 

DINDE Fernand AGBO


In le quotidien ivoirien "Le Nouveau Courrier" N° 317 du jeudi 15 septembre 2011.