topblog Ivoire blogs

jeudi, 09 septembre 2010

CAMPAGNE IVOIRIENNE DE SENSIBILISATION A LA VACCINATION CONTRE LA GRIPPE A H1N1 : BETISE, IGNORANCE COUPABLE OU COMPLICITE ?




LOGO OMS 3.jpg

Depuis quelques temps, la RTI (Radiodiffusion Télévision Ivoirienne) nous passe un spot publicitaire commandité par le Ministère de la Santé Publique pour promouvoir une campagne gratuite de vaccination contre la grippe A H1N1. Nous sommes resté interdit, interloqué, abasourdi devant l'énormité et le surréalisme de l'opération et de son message.

Face à la gravité du délit que représente cette campagne, nous nous sommes posé la question de savoir si la Côte d'Ivoire était le seul pays à ne pas connaître le scandale planétaire relatif à cette vaste conspiration contre l'humanité. Loin de nous l'idée de verser dans le sensationnel ! La documentation sur cette arnaque mondiale est abondante et suffisamment renseigné voire scientifiquement attestée. Attestée par des sommités internationales en virologie qu'on a sciemment muselées sur les grands médias mondiaux et dont on évite même d'évoquer les noms sur les plateaux de télé et de radio européens ou américains. Parmi les personnes les plus actives sur le dossier, on peut citer une journaliste scientifique autrichienne : Jane Burgermeister. Elle prévient justement le monde entier que le plus grand crime de l'histoire de l'humanité est en marche.

Fort heureusement pour nous tous, il existe Internet. La conspiration a été ainsi éventée et éventrée. Résultat, la campagne anti-grippe A H1N1 a été stoppée partout dans le monde, en se prévalant néanmoins d'arguments totalement fallacieux. A défaut, les populations l'on proprement boudée, là où elle a été quand même menée. Nous avons le cas de la France où le gouvernement Sarkozy a été clairement désavoué et la commande double de TANIFLU (prétendu vaccin contre la grippe A H1N1), annulée.

Nous vous livrons ici, le résumé d'un article de Barbara Minton sur cette conspiration éventée par la journaliste autrichienne, Jane Burgermeister et titré « Grippe porcine : une journaliste autrichienne accuse l'ONU et des responsables politiques de préparer un génocide planétaire ». Barbara Minton est enseignante en psychologie et auteur de plusieurs livres sur les finances personnelles. Elle s'est soignée d'un cancer du sein en ayant recours aux médecines alternatives.

Résumé de son article : « Jane Burgermeister a récemment déposé une plainte contre l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé), l'ONU, Barack Obama (Président des Etat-Unis), David de Rothschild (banquier), David Rockefeller (banquier), George Soros (banquier), Werner Faymann (Chancelier d'Autriche), entre autres, les accusant de vouloir commettre un génocide de masse.

Cette plainte fait suite à une autre procédure judiciaire que la journaliste avait intentée en avril 2009 contre les sociétés pharmaceutiques Baxter et Avir Green Hills Technology, qu'elle juge responsable d'avoir produit un vaccin contre la grippe aviaire, pour délibérément provoquer une pandémie et s'enrichir par la même occasion.

Jane Burgermeister présente les preuves d'actes de bioterrorisme dans lesquels ces personnes et organismes précités sont impliqués. Elle les accuse de faire partie d'un syndicat international d'entreprises criminelles qui a mis au point, fabriqué, stocké et utilisé des armes biologiques en vue d'éliminer la population des États-Unis et celle d'autres pays, à des fins de gains politiques et financiers.

Utilisant la «grippe porcine» comme prétexte, elle les accuse d'avoir planifié le meurtre de masse de la population américaine par le biais de la vaccination forcée.

Elle a les preuves que ces vaccins seront volontairement contaminés pour provoquer à dessein des maladies mortelles.

Ces exactions s'inscrivent en violation directe de la Loi antiterroriste concernant l'emploi d'armes biotechnologiques. Elles constituent des actes de terrorisme et de haute trahison ».

Comment donc savoir ces choses et mener tout de même une campagne anti-grippe A H1N1, en Côte d'Ivoire ? De deux choses l'une : soit nos autorités gouvernementales font preuve d'une inculture Internet notoire et d'une bêtise scientifique à fendre l'âme, soit elles sont complices de cette conspiration mondiale pilotée par l'OMS et une oligarchie ténébreuse Illuminati. Auquel cas, nous sommes en droit de nous poser la question suivante : Combien le Ministère de la Santé ou l'Etat ivoirien a reçu comme argent pour apporter son adhésion et son appui à une opération destinée à exposer la vie des Ivoiriens et à dépeupler, à terme, la Côte d'Ivoire ? Pourquoi ce que les Français dans leur majorité et d'autres citoyens du monde ont refusé devrait être offert aux Ivoiriens ?

L'Assemblée Nationale doit se saisir de cette affaire et nous faire la lumière sur un dossier que nous considérons, personnellement, comme un acte de haute trahison contre le peuple de Côte d'Ivoire. Comme un autre PROBO KOALA. A bon entendeur... !


DINDE Fernand AGBO


NB : Pour lire l'intégralité de cet article capital « Une journaliste scientifique autrichienne prévient le monde entier que le plus grand crime de l'histoire de l'humanité est en marche », cliquer ICI.

dimanche, 01 novembre 2009

GOUROUS DE LA MORT EN COTE D'IVOIRE: DELATION OU REALITE?

Les gourous de la mort, un phénomène bien inquiétant, dans ce pays, avec des noms de personnalités cités de façon récurrente. En témoigne cet article de Prestige Mag, publié sur Ivoirenews. La dénonciation est assez grave pour que nous nous y penchions. Les gourous de la mort en Côte d'Ivoire: délation ou réalité? qu'en pensez-vous?

HAMED BAKAYOKO: GOUROU DE LA MORT?

gourou de la mort.jpg 2.jpgUn phénomène pas aussi nouveau que ça, mais terriblement destructeur, fait des ravages au sein de la gent féminine. La mort de plusieurs artistes, notamment celle de Joëlle C ou même d'Affo Love, serait liée à ce fléau terrifiant. Pour entretenir leur puissance et leur fortune, de grandes personnalités du pays demandent à déféquer ou à uriner sur des filles, en échange de fortes sommes d'argent.

En Côte d'Ivoire, chaque jour qui se lève apporte son lot de rumeurs et d'informations les unes aussi fantaisistes que les autres. Mais ce qui est remarquable, c'est que ces bruits de couloir et de rue se sont, très souvent, avérés vrais. Aujourd'hui, le phénomène qui secoue la société ivoirienne en général et le landerneau du show-biz en particulier, c'est la propension de certaines personnalités du pays à vouloir satisfaire leurs besoins naturels sur les artistes féminins. Les cibles de ses hommes peu scrupuleux sont principalement les chanteuses et les filles dans la fleur de l'âge. Le sujet est très sensible et même tabou. Mais mettons le pied dans le plat !

On pourrait les affubler de cette appellation : “Les gourous de la mort”. En effet, quel nom peut-on attribuer à ces gros bonnets du pays qui, de par leurs actes sataniques, causent la mort d'innocentes personnes ? Toujours est-il que les personnalités qui s'adonnent à de telles pratiques sont bien connues. Les avis, multiples, se rejoignent sur leur identité. Mais, sur la liste de ces gourous, se trouvent notamment un ancien journaliste vedette de la RTI, un ministre actuel et un patron d'une société de téléphonie mobile. Le journaliste en question a magistralement présenté, pendant des années, le journal télévisé avant d'occuper de hautes fonctions à la Maisonbleue. Le ministre est un acteur majeur du show-biz ivoirien tandis que le patron de téléphonie mobile est, lui, influent dans la sphère footballistique de notre pays. Au cours de nos enquêtes, leurs noms sont constamment revenus. La liste n’est pas du tout exhaustive. Les gourous de la mort, on les compte par milliers. Ils se recrutent pour la plupart dans le monde politique et celui des affaires.


Pour assouvir leur dessein lugubre, ces gros bonnets passent par la case de la drague classique. Leurs proies, ils les “chassent” généralement dans le milieu de la musique, notamment au sein des jeunes chanteuses. Souvent avides de gloire et de fortune. Une fois qu'ils réussissent à établir une relation de confiance avec leurs cibles qu'ils bombardent de cadeaux faramineux, ils passent à la vitesse supérieure. Ainsi, au cours d'un rapport sexuel, ils demandent à déféquer ou à uriner sur leur partenaire. Certains font passer cet acte dégoûtant pour leur fantasme sexuel. Si les filles en question opposent un refus, ils leur proposent de très fortes sommes d'argent. Des chanteuses nous ont fait des témoignages édifiants. C'est le cas d’une chanteuse à qui l’un d’eux a récemment fait une telle offre. Mais, elle avoue l'avoir gentiment déclinée. Les chanteuses ne sont cependant pas les seules proies des “gourous de la mort”. Ils frappent aussi en plein cœur de la population. Des filles nous ont ainsi révélé avoir été déjà sujettes à de telles propositions insensées. N.B est étudiante en psychologie à l'université de Cocody. Elle témoigne. “Je sortais depuis un moment avec un grand nom du pays. Il est marié. C'était l'amour fou entre nous. Et, il ne cessait de me couvrir de cadeaux. Mais, un jour, au moment où on devait faire l'amour, il a demandé à c… sur moi. Dépassée, j'ai refusé. Il m'a alors supplié en me proposant la somme de 10 millions de F. Mais, je suis restée sur ma décision. Il s'est alors fâché et a essayé de m'intimider. Mais je n'ai pas cédé. Deux jours après, je voulais accepter sa proposition et prendre les 10 millions. Mais, quand je l'appelais, il ne répondait plus”. Aujourd'hui, N.B ne regrette pas sa fermeté, même si elle avoue avoir éprouvé un profond regret durant les premiers jours. “Franchement, j'ai regretté les 10 millions. Mais, quand j'ai expliqué ce qui s'est passé à ma mère, elle a fondu en larmes et m'a félicitée pour avoir décliné la proposition de mon gros bonnet. Elle m'a enlacé en sanglotant. Et elle m’a dit. Cela t'aurait conduite à la mort ma fille”. L'expérience vécue par Mlle A.D est encore plus dramatique.

Témoignages :

Une femme qui a voulu garder l'anonymat depuis Yopougon témoigne : En 2005, ma voisine de classe avait été victime d'une personnalité bien connue dans le pays (il pourrait s'agir du Ministre Hamed Bakayoko, ministre des NTIC depuis le début des années 2000, membre du RDR). Nous étions en classe de Première dans un lycée privé de Yopougon. C'est à la suite d'un auto-stop qu'elle avait fait la connaissance de ce monsieur. Ils n'ont pas mis du temps à sortir ensemble. Il faut dire que le monsieur était très généreux. Il faisait plein de cadeaux à ma voisine. Quelque temps après leur idylle, on était en pleine préparation du Bac, je me le rappelle bien, ma voisine a commencé à avoir de terribles maux de tête. Ensuite, c'était au niveau de son bas ventre. Jusqu'à ce qu'elle rende l'âme, une nuit. Je n'oublierai jamais ce qui est arrivé à ma voisine. Sa mort atroce et soudaine nous a vraiment surpris. Dans le quartier, on avançait que c'est la tante sorcière de ma voisine qui ne voulait pas de sa réussite au Bac et qui était à la base de sa mort. C'est dans cette confusion que sa mère, profondément atterrée par ce qui est arrivé à sa fille, est allée consulter une célèbre exorciste qui vit à Abidjan. C'est cette dernière qui a révélé que ma camarade avait été victime d'un acte diabolique exécuté par son amant. Elle est rentrée dans tous les détails. On est tombé des nues. Sur place, la mère de ma camarade est tombée dans les pommes. Quand elle a retrouvé ses esprits, elle m'a demandé si je connaissais l'amant en question. J'ai dit son nom. Mais, la famille est restée impuissante. Elle n'a pu rien faire contre ce monsieur qui est aujourd'hui un ministre de la République. On n'avait pas de preuves pour le confondre. Aujourd'hui, quand je vois ce criminel à la télé, j'ai l'envie de vomir. J'ai aussi très peur de lui. Je prie chaque jour Dieu pour qu'il punisse ce criminel. Pour des raisons que vous savez, je vous prie de ne divulguer ni mon identité, ni mes coordonnées”.

Par Abdoul Kapo

Pour en savoir plus : Article Prestigemag  / Article Abidjan.net

17:20 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Société ivoirienne | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : gourou de la mort, ivoirenews, côte d'ivoire, hamed bakayoko, rti, jacques anouma | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

jeudi, 08 octobre 2009

CENSURE A LA RTI: MONSIEUR BROU AMESSAN PIERRE, VOTRE ATTITUDE EST LAMENTABLE!

LOGO RTI.gif

Une réaction du Dr Kobé Ziri Cécile, Ethno-sociologue, à la censure du film documentaire de Serge Bilé par la RTI...


Monsieur le Directeur Général de la RTI,

A l'heure où la liberté d'expression semble être un droit acquis et où la censure dans notre pays a pris sa place dans les livres d'histoire, on apprend avec effroi que vous avez décidé de « frapper » le film documentaire de notre compatriote Serge Bilé intitulé « Une journée dans la vie de Marie-Madeleine ». Son crime, rompre le silence sur la prostitution des religieuses africaines au Vatican ». La justification que vous donnez à cette censure n’est pas à une incohérence près, puisque vous dîtes, Monsieur le Directeur Général, que « la télévision, service public, a pour missions de rapprocher les peuples et de concilier les divergences… (et) notre pays qui sort d’une profonde crise sociopolitique doit s’appuyer sur la RTI pour réconcilier les esprits et éviter de créer d’autres scissions… (et qu’il) n’est pas sain de mettre sur la place publique la vie des hommes et des femmes qui, malgré leurs faiblesses humaines, ont décidé de se consacrer à Dieu.». Le fait, Monsieur le DG, que vous repreniez ce genre de clichés, sans le moindre esprit critique, constitue non seulement une grave faute professionnelle, mais aussi un vrai délire. Car un tel argumentaire apparaît comme un signal désastreux envoyé aux Ivoiriens. Tant il est ridicule et ne résiste à aucune analyse sérieuse.

La télévision est un média public (sic) dans un État laïc. C’est pourquoi, Monsieur le Directeur Général, il vous faut rejeter ces oppositions puériles entre les « bons » et les « méchants » pour donner à cette question du comportement peu catholique de certains religieux toute sa lisibilité dans l'opinion publique ivoirienne. Et vous ne devez pas laisser croire que la laïcité peut être à géométrie variable, qui épouserait le cours du temps, et évoluerait à (votre) loisir. Non. La laïcité est un principe intangible qui détermine toute République… Elle est à la fois éthique et une règle de vie sociale. Parce qu’elle affirme le respect des autres, en tant que personnes égales en dignité, en droits et en devoirs, dans l’acceptation positive de toutes les différences, qu’elles soient d’ordre sociologique, culturel, spirituel ou ethnique. Elle est le respect des croyances, à condition que celles-ci ne visent pas à porter atteinte aux opinions et aux convictions des individus qui « pensent » autrement.

Par ailleurs, dans la situation qui est la notre, il est indécent de diriger un bien public à la lumière exclusive de sa foi religieuse… Ce qui est une manipulation doublée d’une escroquerie intellectuelle. Car il faut écarter tout intégrisme sectaire de ce documentaire qui n’a pour seul objet que d’exposer des faits de notre société, enfin de laisser la place à la réflexion qui permet d'en débattre publiquement et d'en juger librement.

C’est vrai que ça peut paraître provocateur, dans une société où la télévision nationale ne s’est pas trouvé d’autre vocation que d'offrir « le tout ludique » et « le tout divertissant ». Il faut que vous arrêtiez d’infantiliser le peuple ivoirien et que vous le laissiez se nourrir de la confrontation des opinions pour améliorer la réflexion individuelle et collective. Pourquoi Monsieur le Directeur Général, voulez-vous susciter et développer dans l’esprit de la population, des allergies face à la recherche de la Vérité ? Qu’a donc dit Serge Bilé que vous voulez cacher aux Ivoiriens ? C’est bien à force de vouloir couvrir les choses ou de laisser les autres s’exprimer pour eux, que les ivoiriens vivent dans des confusions monstrueuses et mensongères qui faussent leurs choix et les empêchent, malheureusement, de se construire.

À mon avis, le danger qui guette la paix sociale dans notre pays réside dans ce genre d’amalgames scandaleux. Car, il est dommage, Monsieur le DG, que vous n’ayez pas encore compris que nous vivons, avec l’avènement des inforoutes et de l'unification du monde qui en résulte, sans doute un des plus grands bouleversements de l'humanité. Une période de rupture où les idées changent, où d'anciennes évidences et les réponses qu'elles donnaient se révèlent complètement inadaptées. C’est en cela que les médias, en l’occurrence la télévision, doivent jouer le rôle d’éclaireur des consciences. En amenant la population à développer son sens critique et à mieux comprendre les grands enjeux du monde actuel. C'est vraiment affligeant et lamentable que sous prétexte de « faiblesses », vous encouragiez des prêtres pédophiles à continuer tranquillement d’abuser de nos enfants… et que vous exhortiez tous ces prêtres, incapables de tenir la promesse de leur propre Foi et, qui passent donc le clair de leur temps entre les jupons des paroissiennes, à continuer leur honteuse besogne. Non, Monsieur Pierre Brou Amessan ! Il faut les dénoncer afin qu’ils sortent des rangs, parce qu’il est évident qu’ils n’en ont pas la vocation.

Et puis, Monsieur le DG, si on regarde de près ce qui se passe dans le média que vous dirigez, on constate avec révolte que, ce qui est traumatisant, c’est bien les programmes que vous diffusez. La télévision est devenue une arme de destruction massive... de cerveaux. N’y a-t-il rien d’autres à montrer dans cette télévision que danser ? J’ai mal à « Notre Télévision ». Et je crois que vous feriez mieux de prendre au sérieux ce rejet de la télévision nationale ivoirienne… Vous êtes peut-être le seul à ne pas remarquer que les programmes de « votre » Télévision sont aussi indigents les uns que les autres, stupides et abêtissants. En dehors des journaux télévisés et de quelques (très) rares documentaires, ils sont constituées d’émissions de variétés musicales, de séries brésiliennes machistes, idiotes et sans intérêt et de re-re-retransmission de films… qui montre combien vous êtes frappés d’un terrible deuil de l’imagination créative. Toute chose qui atteste d’un particularisme typiquement ivoirien, se traduisant par un désintérêt pour tout ce qui touche au domaine culturel et de la réflexion. Ainsi, entre le sexe, la violence et le culte de l’argent, la télévision ivoirienne n'a pas fini de choquer… Mais diantre ! Jusqu'où iriez-vous, Monsieur le Directeur Général, pour prendre ainsi nos enfants en otage ? La rentrée des classes a démarré depuis le 14 septembre 2009. Mais « votre » Télévision n’en a cure. Il ne faut surtout pas que les enfants aillent à l’École. Il faut suffisamment les détraquer... « C’est parce qu’ils ont été tard en vacances » a-t-on entendu dire piteusement. Monsieur le Ministre de l’Éducation Nationale, vous feriez mieux de consulter dorénavant le DG de la RTI avant de fixer la date de la rentrée des classes dans notre pays. S’il vous plaît ! N’en riez surtout pas. C’est tellement triste et désespérant !

Comment veut-on former des citoyens pour Demain dans un tel environnement de zombification des enfants de ce pays ? Et c’est là le point important et délicat, parce qu’on ne peut enseigner une certaine éthique aux enfants qu’en leur offrant des activités saines et en leur présentant des modèles édifiants. Et pourtant la télévision, dont l’impact sur la population est indéniable, pourrait être un formidable outil d’éducation et de formation. Oui, elle pourrait l’être, mais il est assez peu probable qu’elle le devienne, car en faire un instrument culturel bénéfique représente une tâche particulièrement ardue pour ses dirigeants. Car où faut-il aller chercher ces personnes capables de proposer un programme de qualité ? Voici donc la difficulté fondamentale, interne, qui est à l’origine de cette dégradation de « Notre Télévision ».

Comme vous le voyez, Monsieur le DG, la censure que vous infligez au film de Serge Bilé et l’argumentaire qui la soutient montrent à quel point vous voulez maintenir les Ivoiriens dans une situation permanente de non-réflexion… En les poussant à la consommation et à la reproduction de clichés et autres sous-cultures des autres, vous travaillez à les nourrir de l'espoir d’un changement miraculeux de vie, comme le révèle « la vie de Gaspard ».

Si chez nous, la télévision ne sert qu’à faire danser et à promouvoir la médiocrité, ailleurs, dans les pays qui veulent avancer vers le développement, elle joue un rôle culturel et éducatif fondamental. Elle transmet les valeurs éthiques, morales, sociales, culturelles et les bonnes mœurs. Parce que tout simplement, la télévision est devenue le lieu où se poursuit, après la famille et l’école, la socialisation des citoyens. La transmission des valeurs, Monsieur le DG, est nécessaire dans toute société civilisée, et que les citoyens d’une telle société, c’est-à-dire les citoyens civilisés, qui ont un comportement civique, un sens du discernement et de la responsabilité, ne sont pas le produit du hasard mais d’un processus éducatif rigoureux et cohérent. Soyons, s’il vous plaît, un tout petit peu ambitieux pour notre avenir et pour notre pays !

Dr Kobé Ziri Cécile
Ethno-sociologue
kobececile@yahoo.fr

Source: Le Blog de Serge Grah