topblog Ivoire blogs

lundi, 14 mai 2012

COMMENT L’«HYPER-PRESIDENT» SARKOZY, MALGRE TOUTES SES MANŒUVRES, A MORDU LA POUSSIERE FACE A FRANÇOIS HOLLANDE

 

france,élection présidentielle,nicolas sarkozy,françois hollande,l'hyper président sarkozy,comment sarkozy a mordu la poussière face à françois hollande

Comme Wade, il a tout tenté pour reconquérir le cœur de ses compatriotes entre les deux tours de l’élection présidentielle, mais apparemment les Français lui avaient définitivement tourné le dos. Comme Wade menaçant les Sénégalais de ne plus pouvoir percevoir leurs salaires deux ou trois mois après son éventuelle perte du pouvoir,  ou de ne pas terminer les chantiers du Fouta si les habitants de cette contrée ne votaient pas pour lui pour le second tour, le président français sortant a joué sur les peurs de ses compatriotes. Il a agité les épouvantails de la Grèce, pays européen en faillite, mais aussi de l’Espagne et du Portugal, qui ne se portent guère mieux économiquement et dont les gouvernements ont mis en place des plans d’austérité drastiques marqués par une augmentation sans précédent du chômage, le démantèlement des services publics, la réduction des prestations sociales, la chute du pouvoir public. Il a brandi le spectre de l’invasion de l’Europe, notamment la France, et de sa civilisation judéo-chrétienne par des hordes de barbares venus du Tiers monde pour profiter des prestations sociales de l’Etat-providence français, ses partisans ont évoqué ces « 700 mosquées » de France qui auraient lancé des appels de vote en faveur de son adversaire, parlé de l’introduction de la viande « halal » dans les cantines scolaires, de l’instauration par son adversaire, s’il était élu,  d’horaires différenciés dans les piscines (et donc de la fin de la mixité) pour complaire aux musulmans… rien n’y a fait. Bien qu’il ait choisi de droitiser à l’excès ses discours pour séduire l’électorat de l’extrême droite — dont la candidate, Mme Marine Le Pen avait obtenu quelque 18 % des suffrages lors du premier tour disputé le   22   avril dernier —, Nicolas Sarkozy, le président français sortant, n’a pu se faire réélire dimanche dernier. Il a été battu par le candidat socialiste François Hollande qui s’est refusé de verser dans les outrances verbales, dans l’anti-islamisme primaire ou dans la xénophobie.

Bien qu’il y ait cru jusqu’au bout, qu’il ait payé de sa personne, se multipliant par quatre, parcourant la France de long en large, multipliant les déclarations télévisées et les interviews radiophoniques, bien qu’il ait cherché à se faire plus humble aussi en jouant le peuple contre les élites, contre le système politico-médiatique, contre l’establishment voire contre les riches, il n’a pas réussi à faire oublier la soirée au « Fouquet’s », luxueux restaurant parisien où il avait fêté sa victoire en 2007 avec ses amis du Cac 40 — les quarante principales valeurs de la Bourse de Paris — ni son escapade à Chypre, le lendemain, sur le yacht du milliardaire Vincent Bolloré, ou encore sa balade en Egypte en compagnie de son épouse Carla Bruni à bord d’un avion prêté par le même. Il n’a pas non plus réussi à effacer son image de président « bling-bling » avec sa grosse montre Rolex au poignet, ses lunettes Ray ban sur le nez etc. Sans compter sa « peopolisation » de la fonction présidentielle française avec son divorce avec éclat d’avec son ex-épouse Cécilia, son mariage avec Carla, l’accouchement de celle-là…

D’une manière générale,  Nicolas Sarkozy était perçu par de larges secteurs de l’opinion française comme le « président des riches » qui n’avait que peu de considération pour cette « racaille » qu’il fallait nettoyer au « karcher ». Surtout, il a été victime de la crise économique internationale, notamment celle de la dette souveraine européenne, qui a entraîné la faillite — ou en tout cas les défauts de paiement — de beaucoup de pays comme l’Irlande, la Grèce, l’Espagne, le Portugal. Et même la France a vu dégrader sa fameuse note « 3 A » par les agences de notation. Or, cette note, le président Sarkozy en avait fait pendant longtemps une sorte de ligne Maginot, son symbole de la résistance à la loi des marchés. Hélas, la situation économique de la France, marquée par de nombreux déficits, était telle que les agences ont fini par abaisser le fameux triple A de la France. Lourdement endettée, avec des déficits au-delà des critères de convergence de l’Union européenne — qui les fixe à 3 % du PIB —, la France, sous la pression des autorités économiques et monétaires européennes, mais en réalité de l’Allemagne, était obligée d’appliquer une politique d’austérité et de signer la règle d’or consistant à inscrire dans la Constitution l’engagement de ne pas dépasser un certain seuil de déficit sous peine d’être sanctionné financièrement.

Un engagement qui interdit à la France d’accroître son déficit budgétaire et, donc, la contraint à un certain nombre d’économies budgétaires. Or,  les divers gouvernements du pays ont pris l’habitude de laisser filer les déficits budgétaires qui se sont ainsi accumulés depuis une vingtaine d’années. Le seul moyen de les réduire, c’est d’appliquer une politique d’austérité, c’est-à-dire de réduction des dépenses et d’accroissement de l’offre. C’est justement là que se situe la principale divergence avec M. François Hollande qui, lui, se fait fort d’obtenir la renégociation du pacte de stabilité européen dans un sens favorisant la croissance. Pour le candidat socialiste, qui promet de taxer plus lourdement les plus hauts revenus, mais aussi de créer 60.000 postes d’enseignants en cinq ans et aussi de recruter d’autres catégories de fonctionnaires, sans croissance, pas de salut. Or, les marchés européens ne  veulent pas entendre parler d’accroissement des dépenses !

On dira que ce débat est très technique, il l’est effectivement et c’est pourquoi 70 % environ des électeurs français ont estimé que les candidats à l’élection présidentielle n’ont pas pris en compte leurs préoccupations. Lesquelles tournent autour de l’emploi, du pouvoir d’achat, du logement, de la sécurité ou, plutôt, de l’insécurité (que bon nombre d’entre eux lient à l’immigration) et de l’environnement. Néanmoins, le président Nicolas Sarkozy, en plus de ses mesures fiscales en faveur des catégories les plus riches — notamment le fameux « bouclier fiscal » — et de ses réformes impopulaires comme celle des retraites (portant l’âge de cessation du travail de 60 à 62 ans), de la carte judiciaire, avait réussi le tour de force de se rendre très impopulaire si bien que depuis décembre 2008 sa cote de popularité n’est jamais remontée. Il a essayé, comme en 2007, de droitiser son discours, en couvrant tous les dérapages de son ministre de l’Intérieur — notamment sur les prières des musulmans dans les rues de France — mais rien n’y a fait. S’étant sentie cocufiée, l’extrême droite s’est détachée de lui. Surtout que son vieux leader a pris sa retraite et a été remplacé par sa fille, Marine, plus moderne et donc le discours plus policé a contribué à rendre fréquentable le Front national. Il y a surtout que les Français avaient soif de changement et que cela faisait très longtemps que les socialistes n’étaient plus revenus au pouvoir, depuis la fin du deuxième mandat du président François Mitterrand, si l’on excepte la parenthèse représentée par la cohabitation entre le président Jacques Chirac et le Premier ministre socialiste Lionel Jospin, à la suite de la dissolution de l’Assemblée nationale effectuée par le chef de l’Ump qui voulait se donner une majorité franche à l’Assemblée nationale. La crise économique — « la pire depuis 50 ans » ou même depuis la grande crise de 1929, disent les partisans du président sortant, histoire de faire ressortir la stature d’homme d’Etat de leur champion — a fait le reste.

Si on ajoute à cela le fait qu’il n’a bénéficié du report des voix d’aucun des huit autres candidats à la présidentielle lors du premier tour, et les sondages qui persistaient à le donner battu, même si l’écart avec son adversaire s’est resserré un moment —, on conviendra que M. Nicolas Sarkozy n’avait aucune chance de l’emporter dimanche dernier. Ses principaux collaborateurs le laissaient d’ailleurs entendre à demi-mot. Et ce même si lui-même y a cru jusqu’au bout, s’accrochant au mince espoir d’un « sursaut » des Français en sa faveur. Un sursaut qui ne s’est jamais produit. En fait, tout le monde avait compris, lorsque Mme Marine Le Pen, arrivée troisième il y a 15 jours, avait refusé d’appeler à voter pour lui en préconisant le bulletin blanc, que les carottes étaient cuites pour lui. Mais lorsque M. François Bayrou, classé cinquième avec 9 % des voix, a annoncé dans un communiqué assassin qu’il allait voter « à titre personnel » pour le candidat de la gauche, alors là, le calice était bu jusqu’à la lie.

M. François Bayrou, un des principaux leaders du centre-droit, venait ainsi d’opérer un spectaculaire changement d’alliances au détriment du porte-drapeau de son propre camp. Avec ce coup de poignard assassin dans le dos, M. Nicolas Sarkozy pouvait dire adieu à son rêve de se succéder à lui-même. Il rejoignait M. Valéry Giscard d’Estaing dans le lot des présidents de la Vème République n’ayant pas réussi à se faire réélire. Comme les Sénégalais avant eux, les Français venaient de sortir le président sortant. Et M. François Hollande pouvait devenir le septième président de cette même cinquième République française…

                                         

Mamadou Oumar NDIAYE, envoyé spécial à Paris.

 

In Le Témoin n°1082 - Hebdomadaire sénégalais – mai 2012 

mercredi, 04 avril 2012

ELECTION PRESIDENTIELLE AU SENEGAL: AUTOPSIE D'UNE ALTERNANCE


WADE ET SALL.jpg

Une page vient de se tourner à Dakar. En félicitant son adversaire au terme d'une campagne électorale marquée de violences, le Président Wade vient de se racheter une respectabilité a minima. Macky Sall, candidat soutenu par la coalition des partis d'opposition Benno Bokk Yakaar (Unis pour le même espoir !), l'emporte à plus de 65% contre 35% au Président sortant Abdoulaye Wade du PDS (Parti Démocratique Sénégal) et ses alliés politiques.

Une vraie déculottée pour l'un des vieux baroudeurs de la scène politique sénégalaise.

Quels sont les enseignements à tirer de l'élection du nouveau président Macky Sall ?

Personnellement, j'en vois quatre: la détestable personnalité du président sortant, le rôle de la société civile, la défection des alliés occidentaux de Wade et enfin, le tassement du clientélisme confessionnel des puissantes confréries islamiques.

1- Wade : «  l'Etat c'est moi ! »

On pourrait résumer les douze années du Président Wade à la tête du Sénégal par un seul mot : démesure. Sur le plan intérieur, elle est partout cette ivresse du pouvoir qui a singularisé la gouvernance de Maitre « Ablaye » Wade.

D'abord un mépris réel pour la démocratie et les équilibres institutionnels. Sous sa présidence, la Constitution sénégalaise fut modifiée plus d'une dizaine de fois souvent pour des motifs aussi farfelus que saugrenus. A titre illustratif, il a fallu amender la constitution pour ramener le mandat de Macky Sall, alors Président de l'Assemblée Nationale de 5 ans à 1 an ! Son tort ? Avoir commis une enquête parlementaire sur la gestion scabreuse des fonds alloués à l'agence chargée de l'organisation de la Conférence Islamique (Anoci) dirigée par le fils du Président de la République, Karim Wade.

Ensuite, sur le plan infrastructurel, la démesure prend tout son sens et laisse songeur.

Le projet des « 7 merveilles de Dakar »  s'est révélé une pure chimère, faute de réalisme dans le montage financier des dossiers. Sans parler de la construction du « Tramway de Dakar »  lui aussi resté au stade de vœu pieux. Pendant qu'à Dakar, on manque de médicaments de base et d'ouvrages didactiques dans les écoles, le président se fait construire un Monument de la Renaissance Africaine évalué à plus d'une vingtaine de milliards de FCFA et dont l'architecture financière reste jusqu'à présent pour le moins opaque.

Le Sopi (changement en wolof), c'est aussi les malversations financières et les scandales à répétition qui selon le journaliste sénégalais Abdou Latif Coulibaly (cf. La République Abimée, 2011) sont la marque de fabrique du PDS et ses alliés au pouvoir.

Citons pêle-mêle les scandales liés à l'achat de l'avion présidentiel, les Chantiers de l'Anoci, le Plan Takkal (lutte contre les délestages), les Chantiers de Thiès, la Construction de routes bitumées entre Dakar et Kaolack, la Goana (Grande offensive agricole pour la nourriture et l'abondance), l'affaire Ségura (tentative de corruption d'un représentant local du FMI par le président Wade en octobre 2009),  le Fesman (Festival mondial des arts nègres)...

Le présidentialisme tropical, c'est aussi imposer son fils contre vents et marées.

Malgré sa cuisante défaite aux municipales à Dakar en 2009, le prince Karim sera « promu » à la tête d'un super-ministère chargé de l'Energie, de la Coopération Internationale, de l'Aménagement Territorial, du Transport Aérien et des Infrastructures. Les sénégalais ont tôt fait de le surnommer ironiquement « Ministre du Ciel et de la Terre! » du fait de l'étendue de ses attributions ministérielles. Dans un pays aussi pauvre que le Sénégal, il est inadmissible qu'un ministre fût-il fils du Président de la République, se déplace dans le cadre de ses missions à l'étranger en jet privé affrété à prix d'or ! Qu'à cela ne tienne, au Sénégal, la démesure était sans limite...

Sur le front social, les principales villes du pays  sont confrontées à un chômage endémique où plus de 30% de la population active est sans emploi, désœuvrée et livrée à elle-même.

Les délestages d'eau et d'électricité sont monnaie courante dans les centres urbains et périphériques. Les prix des denrées de premières nécessités (riz, huile, lait, pain, sucre...), ont explosé tandis que le pouvoir d'achat des sénégalais continue de s'amenuiser.

Les étudiants et les enseignants paupérisés, sont à deux doigts d'une année blanche par la faute d'un pouvoir complètement ivre et sourd aux revendications sociales.

Lors de la passation des charges à son successeur, Wade affirmera, hagard devant les journalistes: « Peut-être n'ai-je pas suffisamment cerné la demande sociale... ».

Ultime aveu d'échec d'un pouvoir hors-sol devenu autiste et sénile.

Last not the least, la présidence Wade, c'est aussi la mise à mort systématique de tous les dauphins ou leaders gênants du PDS au profit de son fils Karim Wade. Ses ex-premiers ministres Idrissa Seck et Macky Sall sont tour à tour, humiliés publiquement, déchus politiquement avant d'être persécutés judiciairement. Cheikh Tidiane Gadio, ex-patron de la diplomatie sénégalaise, Aminata Tall, ancienne ministre, Modou Diagne Fada, ancien dirigeant des Jeunesses Libérales, ont subi également les foudres du Président Wade avant de rallier l'opposition de guerre lasse. Notons enfin, au registre de politique intérieure, l'échec du président sénégalais sur le conflit casamançais qu'il avait promis de régler en cent jours dès sa prise de fonction en mars 2000.

Sur la scène internationale, que retenir du leadership du Président sénégalais au service de l'Afrique ? Rien de bien significatif. Sinon qu'il fut le premier Chef d'Etat africain à aller légitimer à Benghazi en juin 2011, l'agression militaire de l'OTAN contre Mouammar Kadhafi son ancien bienfaiteur. Il sera par la même occasion le premier dirigeant africain à accréditer à Dakar, une représentation diplomatique des rebelles du Conseil National de Transition (CNT), appendice par excellence de l'impérialisme occidental en Libye.

Au mépris du plan de l'Union Africaine qui prévoyait un dialogue politique inclusif entre les parties en conflit.

En Côte d'Ivoire, avant et pendant la crise post-électorale, ses prises de position en faveur d'Alassane Ouattara auront achevé de le discréditer au sein de l'opinion publique africaine.

Comment cautionner l'une des pires supercheries politiques dont se sont rendus coupables les puissances occidentales et leurs valets africains en agressant un pays qui aspirait à préserver sa souveraineté ? En effet, le président sénégalais fut un des fervents défenseurs de l'option militaire contre Gbagbo là où la plupart de ses pairs africains préféraient une solution politique négociée.

Il se fendra même d'une interview dans la presse française où il exalta son rôle dans le coup d'Etat contre Laurent Gbagbo, le président légitimement élu par les ivoiriens : « Il nous fallait aller vite. Si on ne l'avait pas fait, il y aurait eu beaucoup plus de dégâts et de morts », (Le Figaro du 13-04-2011). Quelle irresponsabilité !

Enfin, à titre anecdotique, Abdoulaye Wade fut le parrain des principaux rebelles ivoiriens avec qui il signera un accord de cessez-le feu le 17 Octobre 2002 à Dakar sous l'égide de la Cedeao dont il assurait la présidence tournante. Guillaume Soro dont la cruauté est notoire, se targuait même de l'appeler affectueusement « papa ».

2- La société civile comme gardienne du temple...

Le Mouvement du 23 juin 2011 (M23), né des cendres encore fumantes du projet de loi sur le « ticket présidentiel » - qui aurait permis au président et son vice-président d'être élus avec un minimum de 25% des voix ! -, s'est forgé une vraie légitimité au sein de l'opinion publique et des acteurs politiques de l'opposition. Ce mouvement comprend des associations citoyennes comme les jeunes rappeurs de « Yen a marre », des partis d'opposition de la coalition Bénoo Siggil Sénégaal (Unis pour le Sénégal), la société civile comme la Raddho (Rencontre africaine des droits de l'homme) d'Alioune Tine et d'autres mouvements associatifs.

Ces différentes associations aussi larges qu'hétéroclites avaient un but commun : empêcher Wade de rempiler pour une troisième fois et veiller au strict respect de la loi fondamentale. Signalons aussi par ailleurs, le rôle capital de Moustapha Niasse de l'AFP (Alliance des Forces du Progrès) et d'Ousmane Tanor Dieng du Parti socialiste au niveau de l'unification de cette plate-forme politique et citoyenne contre le président sortant.

En organisant des séminaires sur la légalité d'une énième candidature d'Abdoulaye Wade, le M23 a su fédérer également les anciens déchus du parti au pouvoir dont entre autres, les ex-premiers ministres Idrissa seck, Macky Sall, Cheikh Tidiane Gadio, ex-ministre des Affaires étrangères de Wade, Aminata Tall, ancienne ministre et d'autres moins connus.

Des figures populaires comme l'artiste-musicien Youssou Ndour, «  le roi du mbalax », dont la candidature avait été rejetée pour des arguties juridiques ont également contribué à isoler Abdoulaye Wade au sein des couches populaires.

Le président sortant pariait sur l'essoufflement du mouvement contestataire et quelques défections de taille. Fort heureusement, les principaux leaders du M23 surent prioriser l'essentiel et taire leurs divergences afin de mettre hors jeu la coalition FAL (Forces alliées pour la victoire) au pouvoir. Grâce à une large mobilisation populaire du M23 et du front d'opposition Benno Bokk Yakaar, le second tour du scrutin s'est transformé en un véritable référendum anti-Wade. Une vraie leçon de réalisme politique.

3- L'échec de l'instrumentalisation des confréries comme « bétail électoral »

Cette fois-ci les khalifes des confréries islamiques se sont montrés circonspects et ont décidé de faire profil bas au second tour de la présidentielle. Malgré les pressions financières du pouvoir en place. Aucun « ndiggël » - consigne de vote - n'a été donné  par les chefs des confréries islamiques exception faite de quelques seconds couteaux comme le marabout Béthio Thioune qui a appelé à voter pour Wade. La pression populaire aidant, une consigne de vote en faveur de Wade aurait achevé de les discréditer totalement au sein de l'opinion publique mais aussi auprès des fidèles. En sus, une consigne de vote pour Wade était assez hypothétique en termes de votes effectifs dans les urnes.

Depuis son accession au pouvoir, Wade n'a eu de cesse d'instrumentaliser son appartenance au mouridisme, l'une des puissantes confréries islamiques, à des fins électoralistes. Ses largesses financières à tel ou tel khalife général, ou à la faveur d'une cérémonie cultuelle à Touba, ville sainte des mourides, ont suscité inquiétude et réprobation à la fois chez les partis politiques mais aussi les chefs religieux.

En 2000 déjà au second tour, la plupart des confréries avaient appelé à voter Abdou Diouf sans succès. Cette fois-ci, malgré les appels pressants du pouvoir en faveur d'un « ndiggël », les khalifes ont tôt compris la nécessité de ne pas prendre position en faveur du président Wade dont le rejet au sein de l'opinion était claire car cela pourrait se révéler contre-productif comme naguère en 2000 avec Abdou Diouf.

De son coté, Macky Sall a préféré prendre ses distances vis-à-vis de ces autorités religieuses dont il reprouve le mélange des genres. Préférant les cantonner dans leur fonction sociale et cultuelle loin de toute forme d'instrumentalisation politique.

4- Un président lâché par ses parrains occidentaux...

« This is a man ! », « Voilà un homme ! ». Ainsi s'exclamait George W. Bush à l'endroit de son homologue sénégalais en le présentant à Condoleeza Rice à Dakar, le 08 juillet 2003. Il faut dire que depuis son arrivée au pouvoir en 2000, le président sénégalais n'a d'yeux que pour Washington. Exit donc Paris jugée trop archaïque. Plusieurs faits attestent de ce rapprochement vis-à-vis de Washington.

D'abord la nomination du très « américanophile » Cheikh Tidiane Gadio pour piloter sa diplomatie. Puis la signature d'importants contrats de lobbying politique gérés notamment par le cabinet JC Watts (Jeune Afrique, 13-12-2004) dans le but de non seulement de crédibiliser son image auprès de l'administration américaine mais aussi de générer des flux financiers conséquents pour le Sénégal.

Wade a bénéficié durant ses mandats d'un « partenariat stratégique » avec les Etats-Unis lequel comprenait la lutte contre le terrorisme, l'aide à la modernisation des infrastructures sénégalaises comme le Port Autonome de Dakar, grâce au Millenium Challenge Account (MCA), un programme destiné  à renforcer l'investissement privé en vue d'accélérer  la croissance économique en Afrique. Le Sénégal fera aussi l'objet d'une augmentation significative de l'aide publique au développement de la part des Etats-Unis dans le cadre de ce « partenariat stratégique ».

Fort de toutes ces sollicitudes - il sera même invité au sommet du G20 en mai 2011 à Deauville, aux cotés d'Obama - le président sénégalais crut que tout lui était permis.

Y compris grâce à une forfaiture juridique, se présenter à un troisième mandat alors que la Constitution sénégalaise le lui interdit. En décembre 2011, il engage le prestigieux cabinet américain d'avocats Mc Kenna Long & Aldrige afin de faire gober aux officiels américains et à l'administration d'Obama, l'idée d'un troisième mandat présidentiel. Le contrat selon la presse sénégalaise, avoisinait 100.000 dollars !

Suite à la validation en février 2012 de sa candidature par le Conseil Constitutionnel sénégalais et la réprobation générale suscitée par cette candidature, les Etats-Unis se rangèrent du coté de la contestation populaire. Ils exhortèrent ouvertement le président sénégalais à passer la main et à œuvrer pour « un changement de génération ».

Johnnie Carson, sous secrétaire d'Etat américain aux Affaires Africaines, confiera avoir personnellement téléphoné au président sénégalais afin de l'exhorter à ne pas se présenter à un troisième mandat. Sans succès.

Du coté de l'Elysée, c'est d'abord l'attentisme et une certaine hypocrisie qui l'emportent.

On « comprend » les manifestations civiles d'opposants à Wade mais on ménage un allié en difficulté qui peut toujours servir. Dans un premier temps, via le très imbuvable Alain Juppé, ministre des Affaires Etrangères, la France en appellera à « un scrutin où serait représenté toutes les sensibilités ».

Sentant son isolement diplomatique face à la détermination des leaders du M23 et surtout la fermeté de Washington, Paris réclamait désormais « un changement de génération ». Finis donc la coterie et les faux-fuyants de la Françafrique, place au réalisme !

L'alignement de la France sur la position étasunienne achevait ainsi de sceller le sort d'Abdoulaye Wade sur l'autel de la realpolitik entre puissances impérialistes.

Wade dont on connait le goût pour la spéculation intellectuelle, aurait dû méditer cette sentence de Pierre Mendes France : « les hommes passent, les nécessités nationales demeurent ». Rideau !

En guise de conclusion, l'élection du Président Macky Sall marque la victoire du « menu peuple » et ses alliés contre le « gras peuple ». Cette victoire appelle par ailleurs, l'édification de trois priorités qui me paraissent essentielles :

Primo : refonder un véritable pacte social autour d'un Etat démocratique où la séparation des pouvoirs aurait un contenu concret et non proclamatoire. Sortir de l'Etat-PDS fait de népotisme, d'injustices, d'arbitraires pour édifier un Etat juste, équitable et gouverné démocratiquement. Le président Macky Sall s'est engagé à mettre en œuvre les recommandations issues des Assises Nationales tenues du 01 juin 2008 au 24 mai 2009 sous l'égide de Amadou Mahtar M'Bow, ancien directeur général de l'UNESCO dont la probité est reconnue de tous. De ces « Etats Généraux » de la vie publique sénégalaise sont sorties des lignes directrices qui jettent les bases d'une éthique nouvelle de la gouvernance politique au Sénégal. Il faudra veiller scrupuleusement à leur mise en œuvre.

Secundo : lutter contre la vie chère et le chômage endémique qui touche la population active dans les grandes villes notamment. La question sociale et économique était au cœur de la contestation du régime de Wade lors de ces présidentielles. En 2008 déjà, Dakar était en proie aux émeutes de la faim du fait de la hausse des prix des denrées de première nécessité.

La poussée migratrice de la jeunesse sénégalaise vers l'Europe dans les embarcations de fortune, s'explique largement par l'incapacité de l'Etat à faire face aux préoccupations économiques et sociales de ses citoyens. Il faudra s'y atteler rapidement et autrement.

Tertio: la question de l'affirmation d'un véritable leadership sénégalais afin de faire face aux grands enjeux qui minent l'Afrique et singulièrement sa zone ouest en proie à des crises politiques aigües notamment au Mali, en Côte d'Ivoire et au Nigéria. Le Sénégal doit cesser d'être l'idiot utile de l'impérialisme occidental et s'ancrer résolument dans la défense de la dignité de l'Afrique.


Olivier DOSSOU FADO

Mouvement pour la Renaissance Africaine (MORAF)

m.moraf@yahoo.fr

lundi, 27 février 2012

ADRESSE DE LA PLATE-FORME PANAFRICAINE POUR LA PRESIDENTIELLE EN FRANCE


ELECTION PRESIDENTIELLE EN FRANCE.jpeg


Préambule

Mesdames, Messieurs, Honorables candidates et candidats à la magistrature suprême,

Un demi-siècle après les indépendances des pays africains, incontestablement, ce continent reste toujours sous domination coloniale. Sortie par la grande porte en Afrique lors des indépendances, la France coloniale est rentrée par la fenêtre pour continuer à piller ce continent et spolier les populations africaines.

Aujourd'hui plus que jamais, le continent le plus doté en potentialités possède la population la plus pauvre du monde. A tel point que tous les jours, plusieurs dizaines de jeunes africains fuyant une misère imposée par une politique coloniale qui vide le continent de toutes ses ressources, se jettent dans la traversée de la méditerranée pour gagner l'Europe, une Europe barricadée de part en part, de Tanger à Gibraltar, de Lampedusa à Marseille.

Et comme si cela ne suffisait pas, tous les moyens sont devenus bons pour y faire la guerre, officiellement au nom de valeurs de l'ONU, mais en réalité pour le compte de valeurs mercantiles inavouables. Ainsi, on fait tonner le canon pour régler certains contentieux électoraux en faveur d'intérêts qui échappent aux Africains tout en prétendant éradiquer des dictatures qui sévissent contre les pauvres populations, etc., comme si l'on découvre seulement aujourd'hui ces fléaux politiques, qui ne sont, en réalité, rien d'autre que le reflet des méfaits de l'ordre impérialiste occidental en Afrique. Pire, les vraies dictatures continuent pendant ce temps d'êtres choyées. Résultat de cette politique d'annexion : des pays entiers basculent dans des guerres effroyables.

Les Africains ne s'y trompent pas, la prétendue solution des Occidentaux pour les Africains est plutôt une composante fondamentale du problème.

C'est pourquoi, La Plateforme Panafricaine, collectif d'organisations de la Diaspora africaine, entend prendre à bras le corps ces questions vitales pour les Africains afin de contribuer à peser sur le nécessaire rééquilibrage des relations futures de la France avec le continent africain.

Nous sommes convaincus qu'une autre forme de coopération est possible entre les pays occidentaux et l'Afrique en général et entre la France et ses anciennes colonies d'Afrique en particulier.

La France, en tant que membre du Conseil de Sécurité des Nations Unies est sensée être garante du respect et de l'application des résolutions de celui-ci. Et pourtant, elle maintient toujours dans les faits des colonies et occupe même des pays indépendants reconnus par les Nations Unies! Comment obliger les autres à respecter le Droit et les Règles internationales, y compris par la force, si l'on ne les respecte pas soi-même ?

-------------------------------------------

 

Ce questionnaire fait l'hypothèse que vous soyez élu(e) Président(e) de la République le soir du 6 mai 2012.

Q1. Le libre choix des dirigeants

Choisir leurs dirigeants est un droit universel et inaliénable des peuples. En Afrique, les dirigeants sont imposés aux peuples au prix d'innombrables vies humaines. Les forces vives africaines pointent du doigt la responsabilité de la France.

Quand et comment comptez-vous mettre fin à ce déni de droit si vous êtes élu(e) Président(e)?

Q2. Les accords de défense et la coopération militaire

Des accords de défense signés entre la France et ses anciennes colonies au lendemain des indépendances ont connu récemment, pour certains d'entre eux, quelques retouches, sans pour autant modifier fondamentalement la donne. En outre, ils restent toujours inconnus du grand public.

L'armée française est omniprésente aux quatre coins de l'Afrique, dans des bases militaires et par le biais de conseillers à la défense. Son rôle réel a toujours été et demeure, selon les situations, soit de veiller sur les dirigeants impopulaires et dictateurs imposés, « amis de la France », soit d'évincer du pouvoir les dirigeants jugés insoumis aux intérêts de la France.

Quand et comment comptez-vous en finir avec ces accords de défense léonins et cette prétendue coopération militaire qui fait des forces françaises en Afrique une armée d'occupation et de déstabilisation ?

Q3. La coopération économique, la monnaie et la dette

Aux côtés d'autres puissances économiques prédatrices, des multinationales françaises font des bénéfices colossaux en Afrique, au prix d'un pillage sans vergogne des richesses du continent pendant que les populations locales sombrent dans la misère. Sur l'autel de l'indépendance énergétique de la France, l'uranium africain est immolé et dans le même temps savamment occulté du nécessaire débat à mener sur l'avenir du nucléaire en France.

La prétendue dette est plutôt un moyen savant, une véritable gangrène pour faire obstacle à toute politique économique viable.

Le franc CFA a été dès sa création et demeure de nos jours un instrument fondamental dans la trousse à outils multiformes aux mains de la France pour la vassalisation des pays africains.

Contrairement au message véhiculé par la fable abondamment médiatisée sur les bienfaits et la nécessité d'une Aide Publique Occidentale pour le Développement de l'Afrique, ce sont les pays prétendument pauvres mais en réalité pillés et appauvris, qui aident de gré ou de force les pays riches.

Quelles dispositions prendriez-vous pour remédier à ces situations d'injustice qui perpétuent le néo-colonialisme français en Afrique ?

Q4. La France, l'Afrique et les institutions internationales

Dans la configuration de notre monde du XXIème siècle, les pays vainqueurs de la seconde guerre mondiale continuent de faire main basse sur la gouvernance mondiale sans vraiment compter les autres, en particulier l'Afrique qui, pourtant, a sa part dans la victoire. Le Conseil de Sécurité des Nations Unies reste un instrument aux mains de quelques pays, dont la France, qui se sont arrogé le droit de veto comme un butin de guerre et l'utilisent à leurs seuls profits. Le droit international et les instruments qui sont érigés pour l'incarner sont à géométrie variable. Les légitimes contraintes qui découlent du protocole de Kyoto et de la Cour Internationale de Justice, pour ne citer que ces deux exemples, ne concernent que les autres, notamment les pays appauvris.

A quand et comment comptez-vous influer sur le cours des évènements pour que des réformes structurelles soient entreprises sur l'ONU afin de tenir compte de l'évolution et des aspirations des peuples dans le monde et plus particulièrement en Afrique ?

Q5. L'image de l'Afrique, les discriminations racistes et les médias

Les discriminations frappent très singulièrement en France les personnes d'origine africaine et plus particulièrement celles issues de l'Afrique au sud du Sahara ou d'ascendance. Ce sont entre autres l'accès au travail, au logement ou les « contrôles au faciès », etc.

Ces discriminations aggravent le legs de l'histoire caractérisée par une exploitation féroce de l'Afrique et des Africains, alors qu'il convient au contraire de le résorber et de le guérir. De surcroît, une certaine légèreté de traitement des questions africaines par les médias hexagonaux, y compris d'Etat, en est sans doute pour beaucoup dans cette déconsidération envers ces personnes. Ces médias excellent dans la manipulation de l'information et l'inversion des rôles dès lors qu'il s'agit de l'Afrique.

Entendez-vous y remédier et comment ?

Q6. La situation aux Comores

La France occupe et divise toujours les Comores. Pourtant, la résolution 3385 (XXX) du 12 Novembre 1975 relative à l'admission des Comores à l'Organisation des Nations Unies a réaffirmé la nécessité de respecter l'intangibilité des frontières, l'unité et l'intégrité territoriale de l'archipel des Comores, composé des îles d'Anjouan, de la Grande Comore, de Mayotte et de Mohéli.

Quand et comment comptez-vous agir pour mettre la France en accord avec le Droit International dans ce cas précis ?

Merci d'avoir bien voulu répondre à nos questions.

 

Pour La Plateforme Panafricaine, le 22/02/12

Raymond AYIVI

Référent.

 

Les premières Organisations signataires sont :

 

* MBDHP-SF : Mouvement Burkinabé des Droits de l'Homme et des Peuples - Section de France, Président : Didier OUEDRAOGO

* AEBF : Association des Etudiants Burkinabé en France, Président : Issa SORY

* COFANZO : Collectif de France Affaire Norbert ZONGO, Président : Ardiouma SIRIMA

* Le Tchad Notre Case Commune, Président : Souleymane ABDALLAH

* Association France-Tchad : Président : Balaam FACHO

* ATMF: Association des Travailleurs Maghrébins en France, Président : Driss ELKHERCHI

* CAAC : Collectif des Associations et des Amis des Comores, Président Mustapha ABDOURAOUF

* DIASCOM : Coordination des Associations de la Diaspora Comorienne, Coordinateur : Ben HAMIDI

* FNAFA : Fédération Nationale des Associations Franco Africaines, Président : Louis Mohamed SEYE

* FENACOP : Fédération Nationale des Collèges des Parents, Président : Sylvestre d'Almeida

* Les Soeurs du Cavally, association pour la Côte d'Ivoire, Présidente : Clémentine DEHE

* FCMA : Forum Citoyenneté Monde Arabe, Coordinateur : Abdessalam KLEICHE

* Association Culturelle Camerounaise de Loire Atlantique, Président : Alain YONA

* Collectif pour une Afrique Libre et Responsable, Président : Jean-Paul NGASSA

* MoLiTo : Mouvement du 04 mars pour la Libération du Togo, Président : Kofi ALOUDA

* MFIRA : Mouvement des Femmes Ivoiriennes de Rhône-Alpes, Présidente : Monique BERTHELOT

* EGO AFRICA, Président : Jean-François ANKOUE

* CCD : Conseil Camerounais de la Diaspora, Robert WANTO WAFO

* Association Enfants du Congo Brazzaville, Président : Gaston NITOU-SAMBA

* Association Internationale Cultures Sans Frontières, Président : Robert FOPA

* FPP : Front Patriotique pour le Progrès - Centrafrique, Chargé des Affaires Extérieures : Claude YABANDA.

* AJD/MR : Alliance pour la Justice et la Démocratie / Mouvement pour la Réconciliation - Mauritanie, Chargé des Affaires Extérieures, Ousmane DIAGANA

* Ligue Camerounaise des Droits de l'Homme (LCDH), membre fondateur de l'Union Internationale des Droits l'homme UIDH, Professeur Kapet de BANA.

 

______________________________________________


Pour toute correspondance, SVP :

 

La Plateforme Panafricaine

c/o M. Raymond AYIVI

3, rue Dr Rouques

95870 Bezons.

E-mail : ppanafricaine@gmail.com

vendredi, 28 janvier 2011

LE FRANC CFA, UNE MONNAIE COLONIALE QUI RETARDE L'AFRIQUE (2)

PRAO SERAPHIN.JPG
  • Le franc CFA n'a pas apporté le développement mais la pauvreté


Déjà, parmi  les 49 pays moins avancés (PMA),  35 sont en Afrique subsaharienne (ASS). La zone franc, elle, représente 12% de la population africaine, 12% du PIB et 1,5% des exportations.

Avec une population de 25% supérieure à celle de la France, les PAZF représentent 4,5% du PIB français ou 1,5% de masse monétaire.

La zone franc n'a pas apporté le développement aux pays membres mais le développement du sous-développement.

Pour atténuer cette pauvreté, l'aide française est venue comme une bouée de sauvetage. En effet, les pays de la zone Franc sont des principaux bénéficiaires de l'aide publique au développement française. En 1997, ils ont reçu environ la moitié de l'APD bilatérale française aux pays d'Afrique sub-saharienne, ce qui représente 23 % des apports bilatéraux de la France aux pays en développement (6,5 MdF sur 27,8 MdF d'aide bilatérale en 1997). Dans le cadre du traitement de dette au sein du Club de Paris, 10 pays de la Zone franc[1] ont bénéficié d'annulations pour un montant total rééchelonné de 23 MdF. La France a apporté près de 50 % de l'effort ainsi consenti par les créanciers. En plus des accords conclus dans le cadre du Club de Paris, la France a pris des mesures bilatérales exceptionnelles de réduction de dettes, en annulant en 1989, les crédits d'aide publique au développement (Dakar I), puis en procédant à une nouvelle annulation en 1994 (Dakar II), soit une annulation de dette de 55 MdF au profit des pays de la zone Franc. Entre 1993 et 1996, l'effort de réduction de dettes a représenté en moyenne une contribution annuelle de la France de 3,2 MdF, soit plus du tiers de l'aide bilatérale française à la zone Franc.

En tout état de cause, les pays de la zone franc ne sont pas mieux lotis en termes de performances  macroéconomiques à comparer aux pays africains hors  zone franc. Une synthèse de nombreux travaux comparant les performances est présentée chez Hadjimichael et al. (1995)[2].

Lorsqu'on compare les taux de croissance du PIB des pays africains de la zone franc et des pays hors zone, il apparait que les années 60 et 70 sont marquées par des résultats supérieurs pour les pays  de la zone franc (5% contre 4,4%) alors qu'il y a inversion au cours de la décennie 80, plus précisément entre 1985 et 1991(1% contre 3,7%), sur l'ensemble des trois décennies, les résultats sont, en revanche, comparables[3].  On note également une plus grande instabilité des taux de croissance au sein de la zone. L'écart-type du taux de croissance a été entre 1971 et 1987 de 7% contre 4,5% pour les pays voisins.  De 1980 à 1994, les écarts du PIB réel par rapport à sa tendance à long terme ont été supérieurs.

En 2010, la situation n'est guère reluisante pour les pays de la zone franc.  La Côte d'Ivoire demeure en dépit de la crise militaro-politique qu'elle traverse depuis 2002, le premier pays africains de la zone franc en termes de PIB réel. Pourtant, le franc CFA n'a pas permis à ce pays de faire mieux que les pays hors zone franc (Tableau 1).

Les pays comme l'Algérie, l'Angola, l'Ethiopie, le Kenya, le Maroc, le Nigeria, le Soudan, la Tanzanie, la Tunisie, pour ne citer  que ces pays, ont chacun un PIB réel supérieur à celui de la Côte d'Ivoire (le premier en termes de PIB réel en 2010 de la zone franc), comme l'indique le tableau 3 ci-dessous. Certains de ces pays font mieux en matière d'espérance de vie.  Au sein des PAZF, le Togo (63), le Benin (62) et le Gabon (61) occupent le peloton de tête en termes d'espérance de vie.  Les pays qui ont accédé très tôt à leur souveraineté monétaire ont des espérances de vie plus élevées que les trois pays cités ci-dessus. Il s'agit par exemple de la Tunisie (74), de l'Algérie (73), du Maroc (72), de Maurice (72) et du Cap-Vert (72).

Tableau 1 : Le classement des pays africains de la zone franc en termes de PIB réel en 2010.

Rang

Pays

PIB réel (en milliards de dollars)

1er

Côte d'ivoire

22,4

2e

Cameroun

21,9

3e

Guinée-Equatoriale

14,5

4e

Sénégal

12,7

5e

Gabon

12,6

6e

Congo

11,9

7e

Mali

9,1

8e

Burkina-Faso

8,7

9e

Tchad

7,6

10e

Benin

6,5

11e

Niger

5,6

12e

Togo

3,1

13e

Centrafrique

2,1

14e

Guinée-Bissau

0,8

Source : Le Monde : bilan du monde, la situation économique internationale, 2011, p. 91.


Tableau 2 : Le classement des pays africains de la zone franc en termes de PIB réel/ habitants en 2010.

Rang

Pays

PIB réel/habitants (dollars)

1er

Guinée-Equatoriale

11081

2e

Gabon

8395

3e

Congo

3075

4e

Cameroun

1071

5e

Côte d'Ivoire

1016

6e

Sénégal

964

7e

Tchad

743

8e

Bénin

673

9e

Mali

649

10e

Burkina-Faso

590

11e

Guinée-Bissau

498

12e

Centrafrique

469

13e

Togo

441

14e

Niger

383

Source : Le Monde : bilan du monde, la situation économique internationale, 2011, p. 91.

 

Tableau 3 : Le PIB réel et le PIB réel/habitants de quelques pays  hors zone franc.

Pays

PIB réel (milliards de dollars)

PIB réel/Habitants

(dollars)

Algérie

159

4478

Angola

85,8

4812

Botswana

12,5

6796

Ethiopie

30,9

365

Ghana

15,3

646

Kenya

32,4

888

Maroc

91,7

2868

Maurice

9,4

7303

Mozambique

10,2

473

Namibie

11,5

5454

Nigeria

206,7

1324

Ouganda

17,1

504

Soudan

65,9

1643

Tanzanie

22,4

543

Tunisie

43,9

4160

Zambie

15,7

1286

Source : Le Monde : bilan du monde, la situation économique internationale, 2011, p. 91.

 

IV.2. Le franc CFA est un instrument de domination de la France en Afrique

 

Sur ce point, commençons d'abord par dire que les pièces de monnaie et les billets de banque sont fabriqués en France ;  les premières dans l'usine de Pessac en Gironde et les deuxièmes dans le Puy de Dôme, (papeterie de Vic-le-Comte, imprimerie et centre de recherche à Chamalières). Pour ceux qui pensent que l'intérêt économique pour la France est peu significatif, ils ne doivent cependant pas perdre de vue qu'en réalité, l'enjeu principal de la zone franc pour la France n'est pas seulement de nature matérielle, économique ou comptable, mais réside également dans la reproduction continue d'un ensemble de relations qui, en effaçant la « perte » survenue en 1960, préserve son statut de puissance internationale.  Le dispositif de la zone franc, conservateur dans son essence, entretient en Afrique l'ossature  des Etats et leur survie dans un système économique et social figé.

Ensuite la zone franc développe l'extraversion de nos économies.

Avec le franc CFA, les PAZF sont des réservoirs de Matières premières et des déversoirs de produits manufacturés.

L'empire colonial français, qui absorbait 10% des exportations françaises à la fin du 19e siècle et 17% à la veille de la crise de 1929, devint dans les années trente, et jusqu'à la constitution de la communauté économique européenne, un débouché majeur pour les entreprises métropolitaines. Elles y écoulaient 42% de leurs exportations en 1952[4].

Selon la commission européenne (2002), en 1999, 40% des exportations de l'espace UEMOA étaient destinées à l'Europe. Les importations en provenance de l'UE et en direction de l'UEMOA la même année se situent à 43%.

Les exportations de la zone UEMOA en direction de cette zone représentent 12% et 10% pour les importations. Les avantages présentés aux Africains sont quant à eux des plus artificiels : outre l'attrait des investissements directs à l'étranger (IDE), le franc CFA est censé épargner les risques de change avec la zone euro et donc faciliter l'accès au marché unique européen. Les monnaies coloniales encourageaient l'intégration économique avec la puissance de tutelle, et, dans une moindre mesure, avec le reste du monde.

La domination française est également visible avec la présence des français dans le Conseil d'administration de la BCEAO : 16 dont 2 français. Dans le cadre des directives données par le Conseil des Ministres, le Conseil d'Administration:

  • précise les opérations de la Banque Centrale et fixe leurs taux et conditions d'exécution
  • arrête les règles qui s'imposent aux Comités Nationaux du Crédit, dans l'exercice de leur compétence
  • détermine le montant global des concours que la Banque Centrale peut accorder au financement de l'activité économique dans chacun des Etats
  • autorise les opérations affectant le patrimoine de la Banque Centrale et arrête les comptes de cette dernière détermine les modifications aux Statuts de la Banque devant être soumises à ratification par le Conseil des Ministres de l'Union.

Selon l'Article 52, du statut de la BCEAO, la politique monétaire est confiée au Conseil d'administration. La présence des français peut empêcher l'adoption de politique favorisant notre  développement. Avec la présence des français dans ce conseil, il apparait que la France décide en dernier ressort qui entre et sort de la zone franc.

Enfin la zone franc et ses mécanismes engendrent un système bancaire oligopolistique dominé par les banques françaises. Les banques sont des maillons importants du système financier. Elles remplissent un double rôle. D'une part, elles sont des entités privées qui recherchent le profit ; d'autre part, elles constituent des réseaux qui fournissent à l'économie globale un bien collectif : les systèmes de paiement et de règlement. Or les systèmes financiers africains en général et ceux de l'UEMOA en particulier, sont peu profonds, étroits, peu diversifiés et n'assument pas leur rôle dans le financement du développement (Popiel ,1995)[5]. La création d'un embryon de système financier au sein des pays de la zone franc pendant la période coloniale avait pour seul dessein de répondre aux besoins de financement des sociétés d'import-export et d'exploitation des produits primaires agricoles (Benin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Mali), miniers (Niger, République centrafricaine, Sénégal, Togo) et pétroliers (les pays de la CEMAC aujourd'hui).

Les banques ne trouvaient pour ainsi dire aucun intérêt à développer un réseau d'agences à l'intérieur de ces pays ou à établir des contacts avec les populations locales.  Le taux de bancarisation dans l'UEMOA est très faible (moyenne de 4%). Ce taux était en 2001 de 99% en France.

Les banques commerciales proposaient surtout des crédits à court terme permettant de s'adapter au caractère cyclique de la production et de la commercialisation des produits tropicaux et aux délais d'acheminement des produits manufacturés entre la métropole et l'Afrique. Le crédit bancaire ne facilite pas la formation du capital car il finance plutôt les affaires commerciales et d'import-export. Le financement bancaire en Côte d'Ivoire est de l'ordre de 16% contre environ 70% en Tunisie.

Il est d'ailleurs lié au système commercial mis en place par l'économie de traite et non au système de production. La stratégie bancaire postindépendance est restée identique à celle de la période coloniale. Le maintien, après les indépendances, des schémas d'organisation spatiale et sectorielle de l'activité économique (spécialisation sur le commerce et l'exportation de matières premières brutes) cumulé à l'échec des politiques de diversification industrielle expliquent aujourd'hui encore la perpétuation des structures économiques héritées de la période coloniale et les caractéristiques financières qui en découlent.

Par ailleurs, les centres de décision de ces grandes firmes bancaires sont situés à l'étranger. Autant de facteurs qui réduisent leur impact sur les pays où elles sont installées : elles paient des impôts, sans pour autant s'embrayer sur l'économie nationale. Au total, sur le plan bancaire, le système bancaire postcolonial ne tranche guère avec la logique coloniale, celle qui consistait à financer l'échange et la production de matières premières exportées.

Finalement, avec le franc CFA, la France nous domine économiquement, commercialement et politiquement.

Lire la suite

LE FRANC CFA, UNE MONNAIE COLONIALE QUI RETARDE L'AFRIQUE (1)

PRAO SERAPHIN.JPG

« Il faut apprendre au nègre à trouver de la beauté en lui »

Marcus Garvey


Le débat sur le franc CFA s'enfle, mobilise et inquiète la France. De plus en plus, les africains s'imprègnent des réalités monétaires et s'interrogent sur le bien-fondé du maintien du franc CFA, une monnaie coloniale.  En fait, la guerre mondiale des monnaies a fini par ouvrir les yeux de ceux qui s'efforçaient encore de les fermer. Les Etats-Unis font marcher la planche à billet pour faire chuter le dollar. On se souvient que la banque centrale des Etats-Unis avait annoncé début novembre  2010, qu'elle allait racheter pour 600 milliards de dollars (443,5 milliards d'euros) de bons du Trésor. Le but, affirme-t-elle, est de maintenir les taux d'intérêt à de très bas niveaux afin de soutenir la reprise économique.

C'est dans ce contexte que la crise post-électorale en Côte d'Ivoire a réveillé le vieux débat sur le franc CFA.  En effet, sept ministres des finances de l'UEMOA, ont demandé le jeudi 23 Décembre 2010 à la BCEAO, d'autoriser uniquement les représentants du Dr Alassane Ouattara, à gérer les comptes de la Côte d'Ivoire. En plus, le Conseil a décidé « que les représentants régulièrement désignés par le gouvernement légitime de Côte d'Ivoire sont les seuls habilités à prendre des mesures relatives au fonctionnement de l'UEMOA au nom de ce pays ».  Ce même Conseil a renchéri pour décider « d'instruire la BCEAO de permettre aux seuls représentants régulièrement désignés par le gouvernement légitime de Côte d'Ivoire d'effectuer les mouvements sur les comptes en son nom ».

Face à cette imposture de la BCEAO et de l'UEMOA, certains économistes ivoiriens versent au débat leurs contributions. Mais là n'est pas le problème, car il est inacceptable que cinquante années après les indépendances, les pays africains de la zone franc (PAZF) n'arrivent pas à accéder à la souveraineté monétaire, préalable à la souveraineté tout court.

Si le combat est louable, il arrive parfois que des contributeurs, par leurs écrits et argumentations, galvaudent le combat. Ne comprenant pas eux-mêmes les phénomènes monétaires, ils s'invitent dans un débat où seuls les initiés ont voix aux chapitres.

L'objectif de ce papier est justement de démontrer pourquoi le franc CFA doit disparaitre pour faire place à une monnaie africaine au service du développement.  Cela suppose en premier lieu de montrer l'importance de la monnaie : il s'agit de définir correctement la monnaie (I).

Faisant suite à cette démarche définitoire de la monnaie, il sera utile en deuxième lieu, de présenter l'historique de la zone franc (II).

Une telle présentation permettra en troisième lieu de dire pourquoi sortir de la zone franc (III).


I. UNE DEMARCHE DEFINITOIRE DE LA MONNAIE

C'est faute d'avoir compris que la monnaie n'est pas banale, que le développement des pays africains de la zone franc (PAZF) se trouve aujourd'hui à la limite du paradoxe.  Dans les lignes qui suivent, nous allons donner les fonctions et la nature de la monnaie.


I.1. LES FONCTIONS DE LA MONNAIE

Charles Rist se refusait à définir la monnaie parce qu'elle recouvrait un domaine très vaste. En effet, la monnaie est l'un des concepts les plus difficiles à définir de la théorie économique.  La monnaie est de plus en plus présente à tous les niveaux de la vie quotidienne des agents économiques et, parallèlement, ses formes sont de plus en plus complexes et multiples.

Depuis Aristote, la monnaie est définie par les trois fonctions qu'elle est supposée exercer : la monnaie comme intermédiaire des échanges, la monnaie comme réserve de valeurs et, enfin, la monnaie comme unité de compte.

Considérée comme intermédiaire des échanges (unité de paiement), la monnaie est un instrument qui permet d'échanger deux biens, en évitant les contraintes du troc. Il s'agit de surmonter la contrainte de la double coïncidence exacte des besoins du vendeur et de l'acheteur en qualité et en quantité, sur un même lieu, contrainte propre au troc.  En considérant une économie de troc, l'absence de double coïncidence limite les possibilités d'échanges et l'apparition d'un élément tiers, la monnaie, règle cette contrainte, elle "lubrifie" les transactions. La médiation monétaire serait une condition nécessaire au développement des échanges de biens et de services selon Jevons[i].  Cette fonction suppose que la monnaie a un pouvoir libératoire, c'est-à-dire qu'elle garantie la possibilité d'effectuer des règlements et également d'éteindre des dettes. Or il est possible d'avoir des monnaies en circulation sans pouvoir libératoire. Le paiement renvoie, selon B. Courbis, E. Froment et J.-M Servet, à « l'appartenance à une communauté de paiement dans laquelle les moyens de s'acquitter sont établis »[ii]. Ainsi donc, l'unité de paiement peut différer de celle de compte.

La monnaie exerce également une fonction de réserve de valeur pour deux raisons : la non-synchronisation entre les recettes et les dépenses d'une part et l'incertitude sur les réserves futures d'autre part. Elles constituent deux motifs de « demande de monnaie ». Elle a une fonction de réserve de valeur parce qu'elle est acceptée par tous et surtout parce qu'elle est unité de compte.  Cette fonction n'est pas spécifique à la monnaie car les agents économiques disposent d'autres moyens pour conserver de la valeur,  c'est-à-dire détenir de la richesse. Cette dernière a d'ailleurs plusieurs composantes :

- la richesse non financière, qui est constituée des biens matériels (or, maison, bijou, usine...) et immatériels (comme, par exemple, un fonds de commerce, une qualification) ;

- la richesse financière, qui est constituée des titres qui peuvent s'échanger directement contre des biens matériels ou qui, en général, doivent d'abord se transformer en monnaie pour s'échanger contre des biens matériels (actifs monétaires, actifs financiers).

La monnaie a une troisième fonction : celle d'unité de compte.  Sans monnaie, dans une économie marchande, il y a autant de prix que de paires de biens, de types d'échanges entre deux biens. S'il y a n biens, il y a n(n-1)/2 prix relatifs. Pour opérer ses arbitrages dans un système de troc, chaque consommateur doit avoir en tête tous ces prix. Si un de ces biens est utilisé comme étalon des valeurs, alors le système des prix est profondément simplifié. Il suffit alors de connaître les n-1 expressions de la valeur des autres biens dans le bien choisi comme monnaie pour connaître l'ensemble des rapports de valeurs des n biens. La monnaie permet donc d'établir une échelle de prix simple et unique, exprimée en unités monétaires.

Mais une " vraie " unité de compte ne peut avoir de valeur par elle-même sauf à varier. Or, c'est bien ce que les hommes ont fait en utilisant, pendant de brèves périodes historiques, comme valeur monétaire, des biens ayant eux-mêmes un certain prix. Toutefois, durant la majeure partie du Moyen-Âge, le Prince demeurait le " maître des mesures " : il imprimait son sceau et fixait les valeurs monétaires qui différaient, la plupart du temps, de celles du métal incorporé.

Finalement, la définition fonctionnelle de la monnaie ne nous aide pas dans la poursuite de notre objectif, celui de justifier la disparition du franc CFA.

On ne peut pas se satisfaire de cette définition.  Il nous faut approfondir la question monétaire en disant ce qu'elle est et non ce qu'elle fait.


I.2. LA QUESTION DE LA NATURE DE LA MONNAIE

Qu'est-ce que la monnaie ? Cette question par laquelle il fallait bien commencer, n'admet pas de réponse simple, acceptée par l'ensemble des économistes, ni sous l'angle empirique, ni sous l'angle théorique. Notre préoccupation à ce stade de notre réflexion, est de dissiper le « nuage épais » qui enveloppe les contributions sur la nature de la monnaie.

La monnaie, rassurons-nous n'est pas un bien industriel comme le pain.  Elle n'est pas une marchandise. La monnaie a plusieurs dimensions.

La monnaie est une créance à vue des agents économiques sur le système bancaire et une dette de celui-ci. De ce point de vue, il est impossible de dissocier la monnaie du système monétaire d'où d'ailleurs l'importance des banques dans une économie monétaire de production.

Cette définition est complétée par l'approche institutionnelle de la monnaie : la monnaie est certes une technique mais c'est aussi un phénomène social qui met en jeu des relations humaines et pas simplement une technique. L'enjeu principal de la monnaie est toujours l'appartenance à une communauté de valeurs. Or, cette appartenance s'inscrit dans des formes relativement différentes selon les époques et les sociétés. La monnaie est une institution qui exprime et conforte les valeurs globales de la société où elle existe.

La monnaie a également une dimension conventionnaliste. Elle est générée par une convention marchande : j'accepte la monnaie car autrui l'accepte. La qualité d'une monnaie se mesurera, dès lors, à l'aune de son aptitude à conserver sa valeur d'une période à l'autre et de sa capacité à inspirer confiance  à ses utilisateurs. Ce minimum de cohésion sociale et de confiance, qui est au fondement même de toute monnaie, émane soit d'un acte de foi (acceptation générale du numéraire par la communauté), soit d'un édit des autorités qui l'établit comme cours légal dans un territoire donné.

Dans le premier cas, la monnaie peut provenir soit d'une coutume immémoriale, soit d'une convention émergeante ou librement négociée, ou encore être le résultat d'une concurrence entre monnaies privées où une a fini par s'imposer dans un vaste réseau d'échange.

Dans le second cas, la monnaie est la production d'un monopole d'État qui impose le médium d'échange et tente de le contrôler. La puissance publique tire profit de cette situation à divers échelons : la monnaie sert, à la fois, de source d'unité symbolique du pays, de source de revenu pour l'État et de moyen d'indépendance politique, le pays ayant sa propre devise.

Georges Simmel met pour sa part en avant que si la monnaie ne doit rien dans sa genèse, à l'Etat, un fonctionnement viable ne peut cependant être garanti par celui-ci.  C'est dans cette filiation que se situe l'approche étatique de Knapp (1973)[iii] à laquelle fait référence J.M. Keynes dans le « treatise on money ». Cette approche peut être résumée ainsi : « la monnaie est une créature de la loi », c'est-à-dire du droit. En fait, selon Knapp, l'État sélectionne et impose une forme-monnaie en choisissant une certaine unité et en lui donnant une validité sur un territoire qui correspond à son espace national. Ainsi, l'acceptation inconditionnelle de la monnaie par les individus est garantie par l'État.

Il s'agit de dire que c'est l'autorité politique représentative qui, dans un espace national donné, fait battre monnaie et lui donne cours légal, un principe repris, après bien des vicissitudes, du droit romain.

Bien qu'elle soit un enjeu entre les classes sociales et un instrument de domination des uns sur les autres, la monnaie est aussi un bien public. Elle ne peut exister que par la légitimation politique qui lui donne la capacité d'être un pouvoir d'achat immédiat ou futur, garantissant son rôle de réserve à travers le temps.

La monnaie a également une dimension politique : les nations se sont construites autour de la monnaie et autour d'un roi qui avait le pouvoir de battre monnaie. Au 19ème siècle, l'unification progressive de l'Allemagne s'est faite à partir du Zollverein, mais aussi par une monnaie commune : le Thaler (1857). A l'heure actuelle, le pouvoir monétaire est perçu comme un élément de la souveraineté nationale : ses capacités régulatrices lui viennent de son aptitude à représenter les valeurs qui sont au fondement de la communauté d'échanges.  Pour Charles Loyseau[iv] dans son « Traité des seigneuries » (1669) : « ...la souveraineté est du tout inséparable de l'Etat, auquel, si elle était ôtée ne serait plus un Etat. Car, enfin, la souveraineté est la forme qui donne l'être à l'Etat, voire même l'Etat et la souveraineté prise in concreto sont synonymes et l'Etat est ainsi appelé, pour ce que la souveraineté est le comble et période de puissance où il faut que l'Etat s'arrête et s'établisse ». La souveraineté s'affirme ad externa. Concrètement, elle s'exerce sur un territoire délimité - la première fonction du roi étant de tracer la ligne qui situe le domaine de la couronne dans l'espace, et qui marque sa libre existence face à toute autre puissance extérieure contre quoi le moyen militaire peut être requis.

Lire la suite

mercredi, 15 décembre 2010

LA COTE D’IVOIRE ET LE DROIT : UNE QUESTION DE JURISPRUDENCE


SIEGE DE L'ONU.jpg

La crise politique ivoirienne a une portée internationale. Derrière l'apparent imbroglio ivoiro-ivoirien qui ne concernerait en rien les pays occidentaux, se profile l'ingérence internationale - que ce soit celle de la Françafrique ou de la CIA - sous le masque démocratique de l'ONU. En dehors de la Côte d'Ivoire, seules la Russie et quelques associations Africaines perçoivent la portée universelle des décisions de l'ONU et réagissent en conséquence, car c'est la liberté des peuples à disposer d'eux-mêmes qui est en jeu.

Malheureusement, l'exotisme supposé des acteurs africains ne permet pas toujours aux citoyens  Français de se projeter dans le monde politique Africain, comme c'est le cas dans la situation politique ivoirienne actuelle. Pour les y aider, voici un scenario de politique fiction plausible pour 2011~2012 en France :

  1. La crise financière grecque, portugaise et irlandaise s'étend à l'Espagne .
  2. L'Allemagne refuse d'hypothéquer davantage son équilibre budgétaire et sort de l'Euro avec l'Autriche et les Pays-Bas pour fonder "L'Euro - Mark".
  3. Après l'Italie, l'Espagne et les autres pays d'Europe du sud, la France voit sa notation dégradée et devient à son tour la proie des fonds spéculatifs . L'Euro-Franc tombe sous la parité avec le dollar et l'inflation explose.
  4. L'augmentation des taux d'intérêts en Europe du sud contraint la France à accepter un prêt du FMI , à condition de baisser le SMIC et les salaires des fonctionnaires.
  5. Appauvrie, la France est au bord de l'insurrection populaire au moment des élections présidentielles de 2012. Le nouveau clivage n'est plus droite/gauche mais souverainistes/unionistes.
  6. Les résultats du premier tour sont: Sarkozy: 20%, Dupont-Aignan: 19%, Le Pen: 17%, Strauss-Kahn: 16%, Mélanchon: 13%, Eva-Joly: 8%, Bayrou: 4%
  7. Strauss-Kahn demande aux militants PS de voter Sarkozy pour former un gouvernement d'union nationale afin de sauver ce qui reste de l'Europe. La plupart des sympathisants de gauche s'abstiennent.
  8. Au soir du second tour, l'institut de sondage SOFRES donne ses estimations et annonce Sarkozy largement vainqueur avec 54% des voix. L'ONU reconnaît aussitôt ces résultats temporaires et la communauté internationale s'en félicite.
  9. Dupont-Aignan fait appel. Lors du décompte effectif des bulletins de vote, il apparaît que Dupont-Aignan a gagné avec 51% des voix. Ces résultats sont reconnus par le conseil constitutionnel Français.
  10. Selon l'ONU et la presse internationale, Sarkozy est le vainqueur "légitime" des élections et non pas "Dupont-Aignan proclamé par le conseil constitutionnel acquis à sa cause souverainiste".
  11. Le cas de la Côte d'Ivoire en 2010 fait jurisprudence: L'ONU est désormais habilitée à invalider les choix d'un conseil constitutionnel considéré comme douteux. L'ONU est de facto la plus haute autorité juridique mondiale.
  12. Conformément aux recommandations de l'ONU, l'état d'urgence est décrété en France, le conseil constitutionnel est dissout, et Dupont-Aignan est emprisonné pour atteinte à la sûreté de l'état. Tout est bien qui finit bien dans le meilleur des mondes.


A la lumière de cette histoire, les Français épris de liberté comprendront mieux les points suivants :

  1. Ouattara a été proclamé vainqueur par Mr Bakayoko, président de la Commission Electorale Indépendante (CEI) presque exclusivement composée de membres du RHDP allié de la rébellion et soutenant Ouattara.
  2. La proclamation des résultats par Bakayoko est un non-évènement juridique car nulle dans la forme et le fond: Hors délais ; au Golf Hôtel d'Abidjan Riviera, QG du RHDP de Ouattara ; sans les représentants du LMP de Gbagbo.
  3. Les résultats de la CEI, même s'ils avaient été proclamés conformément à la procédure, ce qui n'est pas le cas en l'espèce, n'auraient été que des résultats provisoires par nature, donc inachevés, et comme tels, dépourvus de toute valeur légale.
  4. Seul le conseil constitutionnel de Côte d'Ivoire est habilité à proclamer les résultats de l'élection présidentielle de Côte d'Ivoire.
  5. La position actuelle adoptée par l'ONU est une grave atteinte à la souveraineté nationale de la Côte d'Ivoire et à la charte des nations unies.


Pour plus de détails, concernant ces 5 points, lire cet article .
En matière de violation de la souveraineté des états, le cas de la Côte d'Ivoire fera jurisprudence.


Mε-Ka-Hun Yapi


Source: LIVE JOURNAL

mercredi, 01 décembre 2010

LES OBSERVATEURS FORMELS: LA CREDIBILITE DU VOTE EN ZONES CNO EST FORTEMENT ENTACHEE

 

UN BLESSE DE L'ELECTION PRESIDENTIELLE.jpg

Bourrage des urnes, opacité dans le décompte des voix, molestage, brimades, meurtres, lynchage, attentat corporel,  destruction de biens privés, sévices en tout genre, destruction d'urnes, intimidation, emprisonnement, interdiction d'accès des représentants LMP aux bureaux de vote, dans les régions des Savanes, du Worodougou et du Denguélé: Voici comment le RHDP compte prendre le pouvoir. Voici également ce que les observateurs électoraux de l'Union Européenne appellent "élection démocratique". C'est peut-être ainsi que cela se passe en Europe, sait-on jamais. Echec et mat! Soyons sérieux! Le monde entier est désormais témoin de ce qui s'est déroulé en Côte d'Ivoire au deuxième tour du scrutin présidentiel. Grâce au constat objectif des observateurs africains.

Le porte-parole de la Coordination de la mission internationale des observateurs de la société civile africaine, est formel : « Le processus démocratique tant souhaité est fortement mis en cause (au second tour de l'élection présidentielle du 28 novembre dernier en Côte d'Ivoire) ».

Déclaration que vient de faire M Compaoré Saïdou, dans les locaux de la Commission électorale indépendante (Cei),à Abidjan (Cocody deux plateaux).

En effet, il a fait cette annonce devant la presse nationale et internationale en début d'après midi, ce lundi 29 novembre 2010. Entouré des membres de la COMISCA (Coordination de la mission internationale des observateurs de la société civile). Le Président de la COMISCA, a tenu à mettre sur la place publique, les constats faits par ses 230 observateurs déployés à l'intérieur du pays: Korhogo, Boundiali, Ferkéssedougou, Touba, Odiénné, Mankono, Minignan, Madinani, Vavoua, Bouna, Tingrela, Zagné, Duékué, Guiglo, Dabou et Abidjan.

Ces observateurs, selon lui, ont visité 1541 bureaux de vote conformément aux recommandations de la déclaration de principe pour l'observation internationale d'élection adoptée le 27 octobre 2001 sous l'égide des nations Unies. Ainsi que les engagements pris dans la déclaration de Bamako en 2000 par les Etats francophones pour la tenue d'élections libres et transparentes.

Le président de la COMISCA a réaffirmé que l'objectif principal de leur mission s'inscrit dans le cadre de la promotion des élections crédibles et de la bonne gouvernance en Afrique. Sur la base de la compilation des fiches d'observations de ses membres sur le terrain, le porte-parole de cette entité internationale connue pour sa neutralité, fait le constat suivant : « Certains militants et représentant de partis LMP ont été empêchés d'exprimer librement leur vote ; des urnes ont été transportées par les hommes en tenue précisément dans la région de Korhogo, Mankono et Séguela. » Mais encore : « Nous avons également assisté au « molestage » de certaines personnes dans les bureaux de vote. » Et ce n'est pas tout : « Le secret de vote n'étant pas respecté et des consignes de vote ont été données par certains membres de bureaux de vote. On a aussi enregistré des dégâts corporels et matériels. »

Conclusion de la COMISCA : « Au regard de tout ce qui précède, le processus démocratique tant souhaité est fortement mis en cause. Par conséquent, la COMISCA constate que la crédibilité du vote dans ces régions ci-dessus citées est fortement entachée... »


Source: La Côte d'Ivoire. L'info en continu


-------------------------------------------------------------------------


AFFI NGUESSAN.jpg


Le porte-parole du candidat Laurent Gbagbo, Affi N'Guessan, a tenu ce jour une conférence de presse au QG de campagne, au cours de laquelle, il a dénoncé les exactions commises par les Forces Nouvelles, lors du second tour de la présidentielle , tenu dimanche qui a occasionné la mort de plusieurs personnes , dont celle de la représentante LMP de Korhogo. Nous vous proposons l'intégralité de son propos liminaire...

Le dimanche 28 novembre 2010, les ivoiriennes et les ivoiriens se sont rendus aux urnes pour élire leur président de la République. Le taux de participation, même s'il reste relativement élevé, est en net recul par rapport au premier tour (entre 65 et 70 %). La majorité présidentielle félicite l'ensemble des électeurs pour leur mobilisation et leur esprit civique.

Contrairement au 1er tour, le second tour du scrutin présidentiel s'est déroulé dans un climat de tension.

Dans la zone sous contrôle du Gouvernement, les populations ont pu librement accomplir leur devoir civique. Tout comme les agents électoraux, les observateurs internationaux ont pu mener leurs missions sans entraves. Il faut toutefois déplorer les incidents graves et les comportements agressifs des représentants du candidat du RDR qui ont choisi d'attaquer tous les lieux de vote où le candidat de LMP est arrivé en tête au 1er tour.

On déplore ainsi , pour la seule journée d'hier , au moins six (6) pertes en vies humaines , notamment à Daloa , Issia , Saïoua et Zikisso , et des dizaines de blessés graves dans plusieurs villes de l'intérieur du pays et à Abidjan.

Dans les zones Centre Nord et Ouest (CNO), sous contrôle des Forces Nouvelles, les conditions d'une élection libre, juste et transparente n'étaient pas réunies. En effet, en violation de l'Accord Politique de Ouagadougou et du Code électoral, les Forces Armées des Forces Nouvelles, qui étaient pourtant présumées encasernées et désarmées, ont semé la terreur et la désolation contre des populations cibles.

Ainsi, les agents électoraux et les représentants de LMP dans les bureaux de vote ont été chassés, les empêchant d'exercer leur mission. Des militants et sympathisants de LMP ont été sauvagement battus à sang, humiliés et séquestrés. Le pronostic vital est même en jeu pour certains et leur état nécessite donc une évacuation urgente vers des établissements sanitaires spécialisés à Abidjan. A l'heure actuelle, des dizaines de proches de La Majorité Présidentielle demeurent encore otages des Forces Armées des Forces Nouvelles à Bouaké, Korhogo, Man, Zuénoula , Odiénné, Ferké, Boundiali.

La Majorité Présidentielle s'inquiète du sort de toutes les personnes détenues dans les zones CNO par les FAFN et exige leur libération immédiate et sans condition. Elle interpelle, par la même occasion, la communauté internationale sur ces agissements qui entravent sérieusement le processus électoral et, donc, la sortie de crise.

La Majorité Présidentielle a sollicité et obtenu une audience avec le Représentant Spécial du Secrétaire General des Nations unies en Côte d'Ivoire , qui s'est entretenu dimanche soir avec Messieurs Issa Malick Coulibaly , Directeur National de Campagne , et Sokouri Bohui , Directeur National de Campagne Adjoint , chargé des élections. Un dossier circonstancié sur ces graves événements lui a été remis.

Aussi, La Majorité Présidentielle dénonce-t-elle avec vigueur toutes les atteintes aux droits humains et à la liberté, et condamne le recours à la violence par le RDR comme mode d'accession au pouvoir. La Majorité Présidentielle exprime sa compassion et son soutien à l'ensemble de ses militants et sympathisants et les encourage à préserver pour le triomphe de la démocratie en Côte d 'Ivoire.

En agissant de la sorte, le RDR et son candidat tentent d'opérer un hold-up électoral. La Majorité Présidentielle met en garde le RDR et ses démembrements contre toute action visant à tronquer et à manipuler les résultats du scrutin. La Majorité Présidentielle se réserve le droit d'engager toutes les voies de recours prévues par le code électoral.

C'est le lieu d'appeler les militants et le sympathisants de La Majorité Présidentielle à garder leur calme et à rester sereins jusqu'à la proclamation des résultats par la Commission Electorale Indépendante et leur validation par le Conseil Constitutionnel, seules Institutions habilitées à cette fin. Les folles rumeurs autour du verdict du second tour ne sont que pures spéculations et rêveries postélectorales auxquelles il ne faut accorder aucun crédit.


Source: COTE D'IVOIRE.COM

vendredi, 26 novembre 2010

LE PREMIER « FACE A FACE » DE NOTRE HISTOIRE : UN BON POINT POUR LA COTE D'IVOIRE ET POUR L'AFRIQUE

 

GBAGBO ET OUATTARA.jpg

Hier, jeudi 25 novembre 2010, de 21h à 23h35, s'est tenu le premier face à face de l'histoire de la Côte d'Ivoire et même de toute l'Afrique de l'Ouest, entre les deux candidats du deuxième tour de l'élection présidentielle, Laurent GBAGBO de La Majorité Présidentielle et Alassane OUATTARA  du RDR, soutenu par le RHDP.

Redouté et annoncé pour être une empoignade virile et détonante avec des révélations et des preuves fracassantes, le débat aura finalement été assez posé, civilisé et responsable et conduit par les deux antagonistes sur un ton totalement courtois et quasi bon-enfant, malgré (comme il fallait s'y attendre) les quelques pics qu'ils se sont adressés alternativement l'un à l'autre. Le tout clôturé par une accolade fraternelle qui n'a pas manqué de plaire aux Ivoiriens et de les soulager.

La maturité, ou plutôt, le tact politique des deux hommes aura donné à ce rendez-vous historique une forte charge de décrispation et d'apaisement pour l'ambiance générale pré-électorale qui était en train de se dégrader dangereusement, ces derniers jours. La Côte d'Ivoire en sort grandie et confirme une fois de plus l'exception ivoirienne. Nous nous en félicitons.

Mais nous ne pouvons poursuivre cette analyse sans relever quelques aspects importants à nos yeux : le sieur Alassane OUATTARA n'a jusque-là pas assumé sa rébellion et continue de nier en toute lâcheté sa paternité relativement au coup d'état de 1999. Il ne peut convaincre les Ivoiriens de sa virginité. Les témoignages sur sa responsabilité et son implication active dans ces deux véritables coups d'arrêt à l'histoire ivoirienne sont légion. Il a beau jeu de distraire la communauté internationale (pas les Ivoiriens) en promettant faire mener des enquêtes sur l'assassinat du Général GUEI, le coup d'Etat de 1999 et la rébellion armée. En ce moment, à Bouaké, selon des témoignages récurrents, la chaîne de télévision TV NOTRE PATRIE de la rébellion de Bouaké continue à battre campagne pour lui, malgré l'interdiction du CNCA, et à intoxiquer les populations sur les causes de la crise ivoirienne. Un soutien aussi actif, envers et contre tout et tous, y compris le droit et la réglementation, ne peut être innocent. Nul ne distraira les Ivoiriens, qui en tireront toutes les conséquences.

Cette façon de faire de la politique est odieuse, démoniaque. Et pour rester fidèle à leur état d'esprit, ses sbires Aly COULIBALY et Ahmed BAKAYOKO avaient déjà commencé à contester des règles du jeu antérieurement parfaitement acceptées par tous, y compris par eux-mêmes. Devant les caméras de RTI La 1ère, ils remettent en cause la position debout que le CNCA impose aux candidats d'adopter pendant les 2h 15mn de débat, durée qu'ils trouvent longue pour une telle posture. Et ils sont les seuls à s'en plaindre. Hallucinant ! De deux, le tirage au sort a désigné le candidat GBAGBO pour se tenir à la DROITE du modérateur BROU Aka Pascal et le candidat OUATTARA pour être le premier à prendre la parole et donc, tout naturellement, le premier à conclure. Il n'en fallait pas plus pour les faire sortir de leurs gonds. Ils exigent séance tenante qu'un autre tirage au sort soit fait pour déterminer le candidat qui conclurait en premier. Au mépris de tous les accords déjà clairement formalisés sur la question avant le tirage. Quel était honnêtement l'enjeu ? Inutile querelle de chiffonniers. Mais c'est cela le RDR !

Tout naturellement, Monsieur Franck-Anderson KOUASSI, Président du CNCA, y oppose une fin de non-recevoir, contraignant le camp du RHDP à faire contre mauvaise fortune bon cœur et à prendre part, au forceps, à un débat où nous avons tous craint son forfait. Il faut absolument que les Ivoiriens retiennent ce trait d'esprit du RDR et de ses responsables, prêts à renier leurs engagements et à se dédire au gré de leurs intérêts de l'instant, et sachent que « le chien ne change jamais sa manière de s'asseoir ». Aux lendemains du scrutin du 28 novembre 2010, s'il perdait l'élection (et il va la perdre), le RDR contestera immanquablement les résultats proclamés par la CEI où le RHDP, sa mouvance, est outrancièrement majoritaire.

Dans ce pugilat télévisé, nous avons assisté à la confrontation entre deux forces, comme le dit si bien un ami et frère : d'un côté La force de CONVICTION (Laurent GBAGBO) et de l'autre, La force de SEDUCTION (Alassane OUATTARA). Dans la Bible, la séduction a un père bien connu (Lucifer) et le peuple de Côte d'Ivoire en tiendra compte. Que les Ivoiriens ne se laissent surtout pas tromper par les apparences. Ils doivent rester mobilisés pour faire échec, une fois pour toutes, à ce faiseur de coups d'état et de rébellion qui ne fait preuve d'aucune humanité face à ses victimes et d'aucune responsabilité face à ses propres agissements. On ne peut gouverner la Côte d'Ivoire avec la couardise. Un homme qui n'assume ni son histoire ni ses actes.

Nous sommes particulièrement heureux sur un point très précis souligné par le candidat GBAGBO et qui va donner d'affreuses insomnies à tous les pilleurs et autres fossoyeurs de notre économie et des caisses de nos services publics, quels que soient leurs bords politiques : il promet, dès sa réélection, d'ordonner un audit général des ministères et services publics ivoiriens et la mise en place de la Haute Cour de justice pour juger toutes ces autorités qui ont géré et vandalisé (le mot n'est pas trop fort) des départements entiers de notre Administration et qui se sont crus intouchables, réfugiées qu'elles étaient derrière le soutien aveugle de leurs partis et leurs portefeuilles ministériels.

Dans l'affaire Café-Cacao, il aurait été intéressant que soit assigné par la justice, en tant que prévenu, Monsieur Amadou GON COULIBALY, en sa qualité de locataire du Ministère de l'Agriculture au temps des forfaits commis contre cette filière par ses premiers responsables, actuellement sous les verrous dans le cadre du procès intenté contre eux par le Procureur de la République, Monsieur KIMOU Raymond. Malheureusement, le cadre juridique et institutionnel n'existe pas pour une telle action, la Côte d'Ivoire n'ayant pas encore de Haute Cour de justice. Mais rien que l'idée a provoqué une levée de bouclier en règle du RDR et de sa presse. Alors, que le candidat Alassane OUATTARA vienne distraire le monde entier sur les antennes de RTI La 1ère, en affirmant que Monsieur Laurent GBAGBO aurait dû le saisir personnellement pour qu'il puisse donner des instructions, dans le sens des actions judiciaires en cours, contre ses collaborateurs indélicats, c'est un cache-sexe. Tout simplement. Les Ivoiriens en prennent bonne note et le retiennent pour le 28 novembre.

Au final, ce qu'il faut retenir et qui est le plus important pour les populations, c'est que nous aurons assisté à une joute oratoire très courtoise, les deux adversaires ayant décidé de jouer la carte de l'apaisement pour décrisper et détendre un tant soit peu le climat délétère qui prenait déjà place dans certaines localités du pays, entre partisans LMP et RDR, et qui menaçait de faire basculer irrémédiablement le pays dans la violence, par la faute de militants fanatisés. Une étape importante vient d'être franchie. Un bon point pour notre jeune démocratie et pour toute l'Afrique qui, au demeurant, était massivement présente à Abidjan pour l'occasion, à travers sa presse. Cap maintenant sur la grande gageure du 28 novembre 2010 que nous espérons apaisée et historique pour l'image internationale et le prestige de notre beau pays. Bientôt, le jour se lèvera.


Vive la fraternité ivoirienne !


Que DIEU bénisse la Côte d'Ivoire !

 

 

 

DINDE Fernand AGBO

mercredi, 24 novembre 2010

DEBATS DES JEUNES SUR RTI LA 1ère : LE RHDP PASSE A LA CHAPE, LA MESSE A ETE DITE


LOGO RTI.png

Véritablement, le débat d'hier, mardi  23 novembre 2010 entre les jeunes LMP, Charles BLE GOUDE et KONATE Navigué et ceux du RHDP, KOUADIO KONAN Bertin dit « KKB » et ZASSO Patrick, aura été édifiant, plaisant et révélateur à plus d'un point.

Nous avons apprécié le niveau relevé des discussions pour ce qui est des trois premiers cités. En revanche, nous avons été interloqué par le comportement grotesque et brouillon (quasi délinquant) du jeune RDR, ZASSO Patrick, balançant des insolences à tout-va et faisant des affirmations graves du genre « Nous avons le film de l'assassinat du Général GUEI », avec l'intention clairement affichée d'incriminer le FPI et le candidat Laurent GBAGBO. Un CD a même été exhibé sur le plateau à l'attention de BLE GOUDE et KONATE Navigué. Très révélateur ! Notre lecture est simple, trivial : si ZASSO Patrick a le film de l'assassinat du Général GUEI, il faudra qu'il soit entendu, de façon urgente et impérieuse, par les autorités judiciaires ivoiriennes pour que son témoignage soit versé au dossier de cette scabreuse affaire non encore élucidée. Car, dans notre entendement, seuls ceux qui ont tué l'ancien Chef de l'Etat ivoirien peuvent avoir tourné la vidéo de son exécution et en détenir le support numérique. Qu'un tel document audiovisuel puisse exister et que personne ne l'ai jamais produit depuis la mort violent du Général, laissant toute la Côte d'Ivoire dans un flou artistique sur l'identité des vrais auteurs de cet homicide, n'est pas acceptable. C'est même plus que suspect.

Nous sommes convaincus de deux choses : soit ce CD ne contient vraiment pas de quoi fouetter un chat et ne devra être mis au compte que d'un effet médiatique de fort mauvais goût, soit il révèle effectivement les coupables de ce crime odieux, auquel cas il faudra s'adresser au RDR pour en savoir plus. Une chose est certaine : ce CD n'incrimine pas le candidat LMP. Car si tel était le cas, le film qu'il contient n'aurait pas mis tant de temps à être produit, tant les ennemis du Président Laurent GBAGBO sont nombreux et déterminés à obtenir sa tête sur un plateau d'argent. De ce point de vue, nous ne pouvons qu'être sereins.

Mais révélation pour révélation : Or donc des responsables du RHDP « appellent les gens la nuit » pour s'épancher !!! Par courtoisie, Charles BLE GOUDE qui savait ce que « KKB » et lui s'étaient dit une semaine avant, a répété plusieurs fois pendant ses interventions : « Je n'ai pas affaire au PDCI, c'est le RDR qui m'intéresse sur ce plateau » ; en fait, et nous l'avons compris, c'était pour ménager celui qui lui avait fait des confidences sincères, sept jours auparavant, et qu'il voulait épargner d'un coup de massue foudroyant, en direct sur les antennes. Mais les élucubrations de KOUADIO KONAN Bertin sur les nouvelles amours de BEDIE et de OUATTARA et ses attaques contre la gestion du Président GBAGBO pendant ces huit années de crise majeure auront eu raison de sa patience. Il lui a donc balancé, à brûle-pourpoint, cette question assassine : «  Monsieur KOUADIO KONAN Bertin ne pense pas ce qu'il dit sur ce plateau, j'en suis certain. KKB, peux-tu me regarder dans les yeux et déclarer, ici devant tous, que tu ne m'as pas appelé à 2 heures du matin, il y a une semaine, pour me dire au téléphone que je ne sais pas avec quelle bouche je vais dire à mes militants de voter Alassane OUATTARA ? ». KKB n'a pas manqué de s'esquiver dans des affirmations peu convaincantes, mais sans jamais nier les propos et la grave accusation de BLE GOUDE. Donnant la preuve que l'alliance BEDIE-OUATTARA est contre-nature et la confirmation que l'appel de BEDIE à voter ADO n'est pas du tout du goût de ses militants et même de ses plus proches  collaborateurs; qui s'obstinent pourtant (contre toute logique) à tenir un discours contraire à leurs plus intimes convictions. Problème d'honneur et de dignité. Combien KKB et les autres ont reçu comme argent pour trahir leurs convictions et vendre ainsi leur patrie ? On ne le saura peut-être jamais. L'histoire retiendra leur forfaiture. Pour le reste des temps.

Au cours du débat, les jeunes du RHDP ont constamment reproché au candidat LMP et au FPI de ne pas avoir été capables de produire des résultats, en matière de développement, malgré les milliers de milliards gérés pendant ces dix dernières années. Bien malin d'attaquer un pouvoir, de lui faire la guerre, l'empêcher par toutes les diableries insurrectionnelles de gouverner et, tout en même temps, lui demander des résultats ! Les jeunes LMP n'auront pas manqué de le leur dire. Mieux, de leur démontrer magistralement ce qu'est la guerre et ce que sont ses conséquences qu'ils feignent de ne pas voir. L'histoire contemporaine nous a bien montré que les Etats-Unis, le pays le plus puissant et le plus sécurisé de la planète, a eu son espace aérien violé et subi une terrible attaque, le 11 septembre 2001. Bilan : plus de 3000 morts, deux tours majestueuses, symbole de la prospérité et de l'orgueil américains, soufflées, un traumatisme montre, effroyable, indélébile dans l'esprit de toute une nation. Comme le dit un ami : « Personne ne peut être prêt contre la guerre, contre morts et destructions planifiées et programmées. Personne ! Rien ne peut et ne doit justifier la guerre, rien ! ».

Le clou de ce débat fort intéressant aura été la conclusion de Charles BLE GOUDE, dernier intervenant du jour, qui a produit deux preuves irréfutables de la nationalité burkinabé dont s'est prévalu Monsieur Alassane Dramane OUATTARA avant son entrée dans la vie politique ivoirienne : Dans un livre universitaire américain titré « The Directory of Fellows » qu'il a brandi sur les antennes, il révèle qu'ADO a été répertorié comme diplômé aux Etats-Unis en qualité d'étudiant burkinabé. Et dans un journal Frat-Mat de 1982 sorti pour la circonstance, il apporte la preuve qu'Alassane OUATTARA a été décoré, à Abidjan, avec Monsieur Charles Konan BANNY, impétrant ivoirien, en tant que cadre burkinabé de la BCEAO. Il ne pouvait avoir fin plus foudroyante à cette émission pour le RHDP, la réplique étant impossible (émission achevée) et les faits étant totalement avérés. La messe était dite.

C'est une clameur de joie et d'applaudissements qui est montée dans le ciel d'Abidjan, dans certains quartiers, à la fin de l'émission. Preuve que la prestation de Charles BLE GOUDE et de KONATE Navigué aura été plus qu'honorable. Cela promet pour le « Face à Face » du jeudi 25 novembre 2010, à 21 heures. Oui, la messe a été dite. Place au « Woody ». Pour le coup de grâce.


Que DIEU bénisse la Côte d'Ivoire !



DINDE Fernand AGBO

mardi, 23 novembre 2010

LEANDRE SAHIRI: STRATEGIE POUR LA VICTOIRE


COURONNE DE VICTOIRE 2010.jpg

Le 28 novembre 2010, la CÔTE D'IVOIRE doit remporter LA VICTOIRE, non pas par « tous les moyens », mais de façon démocratique, c'est‐à‐dire sans violence, sans tricherie, dans la discipline, dans l'union. Nous les Ivoiriens et les Ivoiriennes, pour ce 2ème tour de notre élection présidentielle, unissons‐nous pour dire NON à la servitude et pour confirmer notre légitime aspiration à la paix, à la souveraineté, à la dignité, au bien‐être. Soyons tous rassemblés pour proclamer, aux yeux du monde entier, notre grandeur et notre maturité et pour faire du 28 novembre 2010, une date glorieuse et mémorable.


Les dix commandements

pour gagner le 28 novembre 2010


1. Nous devons nous mettre en rangs serrés et compacts pour défendre la terre de nos aïeuls, la Côte d'Ivoire.

2. Nous devons nous organiser, c'est‐à‐dire : mettre en place les dispositions utiles ; prévoir les moyens adéquats en ce qui concerne les secours, les ravitaillements et les déplacements (transports), afin d'éviter les désagréments, les vicissitudes, et les affrontements inutiles.

3. Nous devons mobiliser toutes les forces vives, hommes et femmes, de notre nation pour une participation effective et massive au vote : soyons, tous et toutes, présents dans tous les bureaux de vote pour exercer, en toute conscience et en toute responsabilité, notre droit de vote et notre devoir citoyen.

4. Nous devons faire barrage, PACIFIQUEMENT, SANS VIOLENCE, aux spécialistes de la violence, ramener les va‐t‐en‐guerre à de bons sentiments, à des comportements de sagesse.

5. Nous devons être, tous et toutes, présents, dans tous les lieux de vote, et demeurer vigilants, attentifs aux différentes phases du déroulement du vote, c'est‐à‐dire depuis l'ouverture du bureau jusqu'à la proclamation des résultats.

6. Nous devons veiller à ce que soient utilisés les moyens et les matériels appropriés (urnes transparentes, machines à voter mécaniques ou électriques, bulletin unique, isoloir, encre...) en vue de prévenir ou d'éviter les manipulations frauduleuses de tous genres, et dénoncer systématiquement la moindre anomalie ou irrégularité constatée : la dénonciation des irrégularités électorales doit être l'affaire de chaque citoyen ou citoyenne.

7. Nous devons savoir que tout électeur qui vend sa voix au plus offrant est aussi méprisable que tout candidat qui achète la voix d'un électeur pour usurper le pouvoir.

8. Nous devons savoir que, dans l'isoloir, hors du regard des autres, chacun ou chacune de nous doit avoir constamment à l'esprit qu'il ou elle n'est pas seul(e), mais qu'il ou elle est en face de sa conscience et face à sa conscience, et que la destinée de notre nation est, à ce moment précis, entre ses mains.

9. Nous devons connaître les diverses méthodes de fraude pour détecter et dissuader les fraudeurs, pour lutter efficacement contre les pratiques frauduleuses et les irrégularités susceptibles d'affecter ou de fausser les résultats de l'élection : nous voulons une élection juste et transparente où la victoire reviendra au plus méritant des candidats, c'est‐à‐dire celui qui est capable d'agir dans l'intérêt supérieur de la population ivoirienne.

10. Nous devons éviter le vote mécanique et instinctif ; cela veut dire : ne pas nous baser sur nos attaches régionales, ethniques, religieuses ou militantes, mais voir seulement et uniquement la CÔTE D'IVOIRE.

Vive la Côte d'Ivoire ! Vive l'Afrique !


__________________________________________________________________________________________

Copyright ©Léandre Sahiri, novembre 2010

lundi, 22 novembre 2010

PREMIERE IMPRESSION SUR LE DEBUT DE LA CAMPAGNE DU 2ème TOUR



LAURENT GBAGBO EN CAMPAGNE.jpg

 

Depuis le vendredi 19 novembre 2010, à minuit, la campagne du deuxième tour du scrutin présidentiel en Côte d'Ivoire a été ouverte par la CEI, laissant libre cours à La Majorité Présidentielle (LMP) et au RHDP de déployer toute leur intelligence politique pour rallier le maximum de votants à leurs programmes de gouvernement, à leurs projets de société et à leurs causes.

Dans la veine, les chaînes de télévision RTI La 1ère et AFRICA 24, reconduisant leurs plateaux de débat du premier tour de la présidentielle, nous ont offert, ce dimanche 21 novembre, deux émissions fort édifiantes sur la capacité des représentants des candidats GBAGBO et OUATTARA à défendre les dossiers et les thèses de leurs mandants.

Sur AFRICA 24, c'est un Maître AHOUSSOU Jeannot peu convaincant sur la non paternité d'ADO relativement au coup d'état de 1999, la non animosité entre BEDIE et OUATTARA pendant son mandat de 1993 à 1999 (ils étaient à la limite des amis marchant bras dessus dessous), l'inoffensivité du concept de l'ivoirité et la non imputation à ses thèses du coup d'état de 1999, qu'il nous a été donné de voir. Il a clamé que BEDIE n'a jamais traité ADO d'étranger, de Burkinabé et n'a jamais voulu l'empêcher de devenir candidat. Comme il fallait s'y attendre, en pareille situation de flagrant délit de déni, il s'est fait proprement laminer par le Premier Ministre AFFI N'Guessan. La messe a été tout simplement dite. Le représentant du RHDP nous a offert le visage désolant d'un PDCI-RDA pathétique et pitoyable. Difficile en tout cas de mentir contre l'évidence et de réécrire l'histoire. Le révisionnisme n'est pas passé.

Autre plateau, autre décor, autre pugilat, même débâcle : l'émission « Au cœur du débat » sur le thème de la bonne gouvernance nous a gratifié d'un face-à-face très corsé entre le Président Mamadou KOULIBALY (Professeur d'économie) et l'honorable William ATEBY (Docteur en droit), représentants LMP, et le Professeur SEKA et Mme Nialé KABA, (Professeurs d'économie), représentants RHDP. A part notre économiste au féminin qui s'en est tirée tant bien que mal face à la marée KOULIBALY-ATEBY, le Professeur SEKA aura été tout simplement décevant. Il est tout bonnement passé à travers les échanges, balbutiant, maugréant et mâchouillant des mots diffus et soutenant des thèses peu assurées sur la question de la rébellion, bras armé du RHDP, et les pratiques peu orthodoxes à la Faculté des Sciences Economiques à eux opposées par le Président KOULIBALY et l'honorable ATEBY.

Assurément, le RHDP a été mal inspiré de choisir ces trois représentants pour des débats où ils ont franchement fait piètre figure, peinant à donner un visage de virginité à leur candidat, Alassane Dramane OUATTARA. Des représentants qui, soit ne connaissent pas (de bonne foi ?) leur mentor, soit ne savent vraiment pas le vendre. Tout naturellement, ils se sont fait minutieusement aplatir par le camp d'en face qui n'en demandait pas mieux. A leur décharge, nous dirons que cette mission précise de blanchiment forcé et forcené du candidat RHDP est impossible. Cela relève purement et simplement de la prestidigitation. A part cela, ils pourraient mieux faire s'ils s'exerçaient un peu plus sur les autres questions.

Au final, ces deux émissions nous auront laissé le sentiment que le dossier ADO est indéfendable quand les débats gravitent autour du coup d'état de 1999 et la rébellion. Visiblement, difficile de se donner une image de vierge quand on a le sang des Ivoiriens sur les mains ! C'est donc désespérément que le RDR tente de se réfugier derrière l'aura de Félix HOUPHOUËT-BOIGNY et du RHDP pour profiter de la « virginité » du PDCI-RDA d'Henry Konan BEDIE et masquer ainsi une réputation peu reluisante et très peu enviable d'homme de sang. Une entreprise vouée à l'échec comme dans la malédiction de Sisyphe. Dans le cas de figure de cette élection présidentielle, il ne s'agit pas de voter ou d'élire deux organisations ou deux mouvances : c'est de deux hommes, avec leurs histoires très spécifiques, dont il est question. Nul ne doit tenter de faire diversion pour tromper les Ivoiriens et leur donner le change en falsifiant l'histoire. Le révisionnisme ne peut prospérer, ici. Les faits sont trop récents et les plaies encore ouvertes pour qu'une telle tentative puisse prendre les Ivoiriens à défaut. Ils n'ont pas de problème avec le PDCI-RDA, l'UDPCI ou le MFA. Ils ont un contentieux avec ADO. Aussi simple que cela puisse être.

En tout état de cause, l'émission « Face à Face » du jeudi 25 novembre 2010, de RTI La 1ère, qui doit opposer le candidat LMP à celui du RHDP dans un duel épique et historique, est en passe de se transformer en un vrai cauchemar médiatique qui pourrait sonner à jamais le glas des ambitions d'ADO. Oui, demain, le jour se lèvera.


Vive la campagne présidentielle !


Que DIEU bénisse la Côte d'Ivoire !


 

DINDE Fernand AGBO

jeudi, 18 novembre 2010

DE LA NOTION DE REPENTANCE : LE CAS ADO

ALASSANE DRAMANE OUATTARA.jpg

Les Saintes Ecritures nous le disent sans équivoque : « Celui qui cache ses transgressions ne prospère point, mais celui qui les avoue et les délaisse obtient miséricorde » Proverbes 28 : 13. Par cette parole, le SEIGNEUR ETERNEL, le Créateur, nous enseigne un acte d'humilité et de grandeur : le repentir, mieux, la repentance. La repentance, comme l'indique notre passage de référence, c'est d'abord et avant tout AVOUER ses transgressions, c'est-à-dire « admettre » qu'on les a commises, « accepter » l'idée qu'on a mal agi et le dire. Deuxièmement, la repentance, c'est DELAISSER ses transgressions, le mal qu'on a commis, et se détourner de la mauvaise voie qu'on a empruntée.

Le fruit que cela produit, au final, pour le repenti, c'est l'obtention de la miséricorde. Celle de DIEU. Tout à fait logiquement et naturellement, celui qui accomplit ces deux étapes essentielles de la contrition obtient le pardon divin et, forcément (ou plus facilement), celui des hommes. Une repentance bien menée et conduite sans hypocrisie procure la paix et le soulagement dans l'âme de quiconque a péché ou commis l'irréparable. Les Saintes Ecritures ne disent pas autre chose à travers ce cantique du roi David (roi d'Israël) : « Tant que je me suis tu, mes os se consumaient, je gémissais toute la journée ; car nuit et jour ta main s'appesantissait sur moi, ma vigueur n'était plus que sécheresse, comme celle de l'été. Je t'ai fait connaître mon péché, je n'ai pas caché mon iniquité ; j'ai dit : J'avouerai mes transgressions à l'Eternel ! Et tu as effacé la peine de mon péché ». Psaume 32 : 2-5.

Comme nous pouvons le voir, toute repentance doit s'inscrire dans une démarche bien précise. Au surplus, elle ne doit pas être seulement l'apanage des petites gens. Elle doit être également pratiquée par ceux qui gouvernent comme le roi David, par ceux qui drainent des foules, par ceux qui ont de l'influence, les meneurs, les leaders, notamment les hommes politiques. En l'occurrence, nous voudrions parler, ici, du cas Alassane Dramane Ouattara. Dans le contexte très particulier de la réconciliation nationale en Côte d'Ivoire.

Cet homme, au nom de ce qu'il a appelé « l'exclusion des nordistes » ivoiriens, a lâché en 1995, sous le règne d'Henri Konan BEDIE, son persécuteur d'alors, la terrible phrase qui gangrène encore aujourd'hui toute la vie politique ivoirienne : « On ne veut pas que je me présente parce que du Nord et musulman ». Au nom donc de cet « ostracisme », il instrumentalise l'ethnie Malinké et la religion musulmane ainsi que les patronymes nordistes et les grands boubous, pour en faire un cocktail explosif et dévastateur ; cette instrumentalisation va déboucher sur le coup d'état manqué du 19 septembre 2002 et la rébellion armée qui va consacrer la partition de la Côte d'Ivoire.

En tout état de cause, à Bouaké, Sakassou, Korhogo, Man, Vavoua et dans toute la zone Centre Nord Ouest (CNO) violemment arrachée à l'Etat de droit, le sang innocent coule à flot : femmes enceintes éventrées, filles et jeunes femmes sauvagement violées, hommes et enfants mutilés ou abattus, gendarmes froidement exécutés ou égorgés avec épouses et progénitures, villages rasés de la carte, vies anéanties, plantations et biens confisqués ou détruits, infrastructures sociales, scolaires, hospitalières, médiatiques, électriques et administratives saccagés ou tout simplement démantelées et vendues dans les pays voisins, régions entières réduites à la misère la plus noire. Des milliers de morts. Des atrocités sans nom. Choses que ne pouvaient concevoir ni imaginer les Ivoiriens dans leurs pires cauchemars.

Mais pour Alassane Dramane OUATTARA en tournée à Bouaké et dans le Nord du pays, ce combat, ou du moins cette frénésie guerrière et meurtrière était nécessaire. Mieux, il dira à ses guérilleros : « Votre combat était INDISPENSABLE ». Comme l'a dit le blogueur Claudus, « ce combat a endeuillé des milliers de familles, spolié d'honnêtes gens de leurs biens, de leurs souvenirs et de leur avenir, fait des milliers de déplacés de guerre ayant tout perdu, causé le massacre de centaines de gendarmes et autres forces de l'ordre désarmés, mis toute la Côte d'Ivoire à genoux ». « Oui, ce combat était indispensable car il a permis à Alassane Dramane Ouattara d'être un candidat EXCEPTIONNEL à l'élection présidentielle de Côte d'Ivoire », termine t-il. Bien entendu, cela n'a été possible qu'au titre de l'Article 48 de la Constitution ivoirienne, qui donne des prérogatives particulières au Président de la République en temps de crise.

Aujourd'hui, ADO a pu tranquillement battre campagne dans tout le pays et - tout admis au deuxième tour de l'élection présidentielle qu'il est désormais - aspire à diriger les Ivoiriens, à présider à leur destinée, à gouverner la Côte d'Ivoire, à être leur président. Mais aime t-il seulement ces Ivoiriens ? Question anodine et pourtant absolument capitale et de la plus haute importance pour la suite de notre développement. Ainsi que nous l'avons vu plus haut, la repentance nous est enseignée par le TRES-HAUT comme un acte à la fois d'humilité et de grandeur. La repentance, tel que le suggérait notre passage de référence et comme nous l'avons initialement souligné, c'est d'abord et avant tout AVOUER ses transgressions, c'est-à-dire « admettre » qu'on les a commises, « accepter » l'idée qu'on a mal agi et le dire. En ce qui nous concerne en Côte d'Ivoire, dans le cadre de la réconciliation nationale, ADO a-t-il AVOUE ses transgressions comme le recommande les Saintes Ecritures ? A-t-il « admis » qu'il les a commises, ne serait-ce qu'un jour ? A-t-il « accepté » l'idée qu'il a mal agi et nous l'a-t-il dit ? Non ! Peut-il donc obtenir miséricorde de la part du Créateur ? Non ! Peut-il être pardonné par ses semblables ? Non ! Peut-il prospérer dans ses entreprises et ses desseins, selon le passage de référence de Proverbes 28 :13 ? Non !

Deuxièmement, la repentance, c'est DELAISSER ses transgressions, c'est-à-dire le mal qu'on a commis et se détourner de la mauvaise voie qu'on a empruntée. L'a-t-il fait ? Une nouvelle fois, non ! Pour preuve, il maintient encore, envers et contre tout, ses hordes en armes dans les zones CNO, jusqu'à ce qu'il soit proclamé Président de la République de Côte d'Ivoire. Du moins, c'est ce qu'il espère. A-t-il seulement manifesté le moindre remord pour tous les torts causés à ce peuple hospitalier qui lui a un jour ouvert les bras, eu la moindre parole de compassion pour toutes les souffrances, destructions et morts occasionnées par lui, esquissé un début de repentance à l'adresse des Ivoiriens meurtris, apporté un peu de soulagement moral et matériel à toutes ses victimes, au nom de la réconciliation nationale ? Triplement non ! Et pourtant, il est aujourd'hui totalement indéniable que c'est bien lui, le parrain de la rébellion. Ne serait-ce que sur le théâtre ivoirien. Ses mentors étant (c'est de notoriété) membres de l'exécutif français et ce, jusqu'au sommet de l'Etat, en passant par les officines maçonniques les plus orthodoxes de l'Hexagone. Pouvons-nous alors nous convaincre qu'ADO aime ce peuple et ce pays qu'il dit être siens ? Non !

Dans un film vidéo qui fait le tour de la planète, Koné Zakaria, alors chef rebelle de Vavoua, aux anges devant une foule acquise à leur cause, n'a pas manqué de le dire lors d'un meeting au Nord : « Si vous supportez le MPCI (Mouvement Patriotique de Côte d'Ivoire, commué en Forces Nouvelles), ne le faites ni pour Zakaria ni pour IB ni pour quelqu'un d'autre sinon pour celui qui a acheté nos armes, c'est-à-dire Alassane Dramane OUATTARA (tonnerre d'applaudissements et cris de joie). Lorsque nous étions en exil, c'est Alassane OUATTARA qui s'occupait de nous. Il nous envoyait régulièrement du riz et la somme de 25 millions de francs CFA par mois pour nos besoins ». Koné Zacharia peut-il mentir aussi légèrement à propos d'ADO et l'exposer ainsi au TPI (Tribunal Pénal International) ? Dans quel intérêt, surtout quand nous savons qu'il parlait dans une zone dont ils étaient les seuls maîtres et, qui plus est, devant un public de fans et de parents admiratifs ? Etant en territoire conquis, que pouvait-il craindre ou quelle pression ou chantage pouvait-il subir pour livrer ainsi son mentor ? Il faut simplement se rendre à l'évidence : Koné Zacharia, dans un instant de triomphalisme, a dit la vérité sur cette crise ivoirienne. Mais là encore, ADO l'a nié en bloc sur la chaîne de télévision AFRICA 24. Cristallisant davantage le dégoût, la répulsion et l'amertume que des milliers d'Ivoiriens meurtris éprouvent pour sa personne.

Quand un homme a fait ce qu'il a fait à la Côte d'Ivoire, on ne peut, au nom de la réconciliation nationale, passer ses actes par pertes et profits, sans un début de repentir. Leur gravité extrême l'impose. L'inverse serait tout à fait contraire à la morale. Au reste, aucune réconciliation ne peut se faire sans vérité. C'est un préalable. Les hommes politiques ont souvent eu des choses à se reprocher dans ce pays. Qu'ils n'en aient pas fait amende honorable devant la nation, cela a pu leur être concédé, eu égard au poids et à l'impact relativement faibles de leurs actions. Mais le cas ADO, comme nous l'avons dit, ne peut passer par pertes et profits. C'est un contentieux majeur à vider. Et il ne le sera jamais sans repentance.

La vidéo que nous évoquions plus haut et qui a été tournée en 2005 à Séguéla, en zone rebelle, existe sur les sites Dailymotion et Youtube, et c'est par scrupule que nous ne la diffusons pas sur ce blog. Où faut-il encore chercher des preuves (quand bien même il en existe encore des centaines) ? Celle-ci suffit largement. Quand on n'est pas de mauvaise foi, on sait l'affaire pliée. ADO est bel et bien l'auteur de toutes ces souffrances atroces subies par le peuple ivoirien depuis 2002. Mais il ne s'en est jamais repenti. Plus grave, il n'a jamais assumé sa rébellion et donc ne s'est jamais inscrit dans la possibilité d'en AVOUER la paternité. Pire, il nargue ses milliers de victimes ; il pousse le cynisme jusqu'à leur asséner, avec une froideur machiavélique et une sérénité de marbre qui vous donnent des frissons dans le dos, cette parole transperçante : « J'ai pardonné ! ». Il a pardonné à qui ? Il a pardonné là où il a mille choses à se faire d'abord pardonner lui-même, là où on aurait dû entendre ses mots de contrition (si attendus !) pour lui pardonner une foule de crimes abominables et de forfaits atterrants qui pèsent encore sur des cœurs qui ne demandent qu'à s'en libérer ? C'est tout simplement amoral ! Certainement, dans son entendement, il lui a été fait plus de mal qu'il n'en a fait. Il peut même considérer qu'il n'en a pas fait du tout. Seule logique qui puisse sous-tendre une posture aussi illisible et aussi irrationnelle.

Notre deuxième passage nous montre que tout homme normalement constitué et craignant DIEU ou ayant encore quelques valeurs cardinales ne peut trouver le sommeil quand il fait le mal. En tout cas, pas avant d'avoir avoué son crime au Créateur, fait son mea culpa auprès de ses semblables, ceux contre qui il a commis l'irréparable, et de s'en être détourné. Quand on peut dormir avec le sang de milliers d'hommes, de femmes et d'enfants sur les mains et s'en trouver bien, sans même être écorché par le moindre remord, s'est qu'on s'est déshumanisé. En des mots plus clairs, on n'est plus un être humain.

Les Ivoiriens peuvent-ils investir un homme de cette froideur d'âme comme leur président ? Nous pensons que non ! En tout cas, cela nous étonnerait. Si le SEIGNEUR ETERNEL, le DIEU de justice, n'a pas abandonné les Ivoiriens, il ne permettra jamais une chose aussi terrible. Au demeurant, les Ivoiriens sont d'une magnanimité exceptionnelle, légendaire. Si ADO avait reconnu son tort ou même simplement présenté ses excuses, ils lui auraient pardonné, comme cela a été le cas pour le Premier Ministre SORO Guillaume, et il serait devenu un homme politique apprécié et respecté de tous dans ce pays. Malheureusement, nous sommes très loin du compte. Il n'a qu'une ambition : être président. Nos pauvres vies sont le cadet de ses soucis.

Personnellement, nous n'avons rien contre ADO qui, à part ce côté sombre et mystérieux de sa personne, est un homme brillant dont nous avons tous apprécié la rigueur au travail, du temps où il était Premier Ministre du « Vieux », le Président Félix HOUPHOUËT-BOIGNY. Et quelques amis et frères pourraient trouver étrange que nous fassions une fixation sur ce personnage et que nous ne parvenions pas à le « digérer ». C'est, en effet, le cas : la tête de cet homme ne nous revient pas. C'est que, sous le prisme de notre culture chrétienne et de notre éducation, nous trouvons que ce leader politique ivoirien n'a pas de hauteur, d'élévation spirituelle. Il n'a aucune considération pour la vie de son prochain et, ce faisant, il ne peut aucunement rencontrer la sympathie du chrétien que nous sommes, attaché au respect de la vie, à la vérité, à la justice, à la droiture et aux valeurs qui fondent la grandeur humaine. C'est également l'avis de millions d'Ivoiriens. De sorte que, de notre point de vue, soutenir cet homme, c'est se rendre complice de toutes les atrocités qu'il a commises dans ce pays, sans remord. Et par ricochet, c'est prendre sur soi une lourde responsabilité spirituelle.

Qu'il puisse même se réclamer de l'Islam nous étonne quelque peu ! Parce qu'il n'en observe pas les préceptes de paix. Etre un bon musulman, c'est être justement porté sur la vertu ; ce dont il ne nous donne aucune preuve depuis le début de la crise ivoirienne. Nous avons de nombreux amis musulmans pratiquants convaincus que nous respectons parce qu'ils sont de véritables modèles de vie. Nous aurions bien voulu en dire autant de notre « cher frère » ADO. Mais ses actions ne nous y autorisent guère. D'où sort donc cet homme qui nous empêche de dormir dans ce pays depuis bientôt 12 ans et de quel DIEU se réclame-t-il ? Il constitue assurément pour des milliers d'Ivoiriens, comme nous, qui étaient de paisibles citoyens jusqu'à la nuit du 18 au 19 septembre 2002, une véritable énigme.

Le peuple ivoirien saura en tirer les conséquences.

Que DIEU garde et bénisse la Côte d'Ivoire !


 

DINDE Fernand AGBO

lundi, 15 novembre 2010

COTE D'IVOIRE : LE DEUXIEME SURSAUT NATIONAL EST EN MARCHE !



58812947_p.jpg


Dans la nuit du 18 au 19 septembre 2002, une horde d'affreux attaque la Côte d'Ivoire dans une tentative de coup d'état qui se mue en rébellion armée. Notre beau pays est alors coupé en deux. Dans un sursaut mémorable, les patriotes ivoiriens font écran à la sinistre entreprise pour indiquer aux nageurs en eaux troubles qui ont porté le glaive dans le sein de la mère-patrie que leur projet ne peut prospérer. A travers des marches, des manifestations monstres qui ont battu tous les records de mobilisation et des levées de fonds, les dignes fils de la Côte d'Ivoire ont donné la preuve de leurs nouvelles dispositions d'esprit : un peuple épris de liberté, de paix, prêt au sacrifice pour son pays et qui n'entend pas laisser prospérer ceux qui clament leur amour pour la Côte d'Ivoire mais qui ne manquent aucune occasion de faire couler le sang de ses fils. Drôle d'amour que celui-ci ! A la vérité, ces hideux n'ont jamais aimé ce pays ou du moins ne l'aiment que pour le fauteuil présidentiel qu'ils convoitent.

Ce sursaut digne des plus grandes révolutions de l'histoire du monde a eu l'adhésion de quelques nations sœurs, telle que l'Angola à laquelle nous devons une fière chandelle, et des jeunesses de la quasi entièreté de l'Afrique noire venues affirmer leur opposition aux prétentions néocoloniales d'états impérialistes qui ne doivent leur développement qu'à la prédation impitoyable qu'ils exercent sur des états plus faibles, y entretenant (comme en Côte d'Ivoire) une instabilité politique permanente qui leur sert de terreau fertile aux chantages les plus démoniaques et les plus éhontés.

Tout le monde le savait, en Côte d'Ivoire. Mais il a fallu attendre novembre 2004, deux années après le début de cette crise qui nous aura traînés de capitale africaine en capitale africaine en passant par le centre de rugby de Linas-Marcoussis en France à la recherche de la paix, pour que les vrais parrains et les véritables commanditaires de notre mise à mort tombent le masque : Jacques CHIRAC et l'exécutif français ! Nous avons ainsi pu voir la France (se prévalant d'un droit de réplique suite au prétendu bombardement d'un camp français à Bouaké, le 6 novembre, par des aéronefs ivoiriens) clouer au sol à coup de missiles et d'obus la faible aviation ivoirienne qui s'était aventurée dans une opération de libération baptisée « Dignité », dernier sursaut d'honneur pour s'affranchir d'une rébellion qui n'avait que trop duré et dont les tergiversations étaient devenues plus qu'insupportables. Une opération, menée du 4 au 6 novembre 2004, pour laquelle elle avait pourtant donné quitus aux autorités ivoiriennes !

Effectuant un repli général sur Abidjan dans un objectif inavoué de représailles, le commandement des opérations spéciales françaises en Côte d'Ivoire et ses troupes, dirigés alors par le Général Poncet, sous le prétexte fallacieux de s'être égarés, se retrouvent comme par hasard, à l'Hôtel Ivoire, à 150 mètres de la résidence du Président Laurent GBAGBO. Parfait scénario de coup d'état. Mais c'était compter sans le peuple ivoirien : une marée humaine sans nulle autre pareille dans l'histoire de notre pays s'est déversée dans les rues d'Abidjan; et la commune de Cocody, devenue un véritable théâtre des opérations, s'est retrouvée bouclée par des patriotes déterminés et intrépides qui voulaient en découdre. Prise dans sa propre peur-panique devant ce sursaut national, l'armée française ouvre le feu sur une foule aux mains nues, le 9 novembre 2004, devant l'Hôtel Ivoire et à plusieurs points chauds d'Abidjan (les jours précédents: Pont Général de Gaulle, 43ème BIMA, Aéroport Félix Houphouët-Boigny). Bilan: des dizines de morts et des milliers de blessés. Oui, les 6, 7, 8 et 9 novembre 2004 sont à jamais gravés dans les annales ivoiriennes comme des jours de feu et de sang pour la liberté de notre peuple.

La France, surprise de la victoire des ivoiriens sur le plan de la communication tous azimuts et notamment sur Internet, va s'enliser dans les sables mouvants de la dénégation impudente, allant de mensonges grossiers en raccommodages frénétiques qui ne convainquent personne, pour en arriver, aujourd'hui, à traîner cette affaire comme un boulet au pied que les Ivoiriens ne lâchent pas. Un véritable passif entre les deux nations à solder au plus vite et à tout prix, pour une coopération et des relations plus saines.

Cette mobilisation mémorable aura marqué tous les esprits, en Côte d'Ivoire et en Afrique voire dans le monde. Mais à la faveur du 2nd tour de l'élection présidentielle, devant la configuration que prend cette dernière ligne droite, nous ne pourrons faire l'économie d'un deuxième sursaut national. En effet, Henri Konan BEDIE, candidat malheureux au 1er tour du scrutin présidentiel, dans une alliance contre nature avec celui qui a effroyablement ensanglanté notre beau pays et qui l'avait lui-même antérieurement éconduit du pouvoir, appelle le PDCI-RDA à voter Alassane Dramane OUATTARA et prend la tête de la présidence de campagne du candidat du RDR, sous la bannière du RHDP. Des milliers de ses partisans et militants ne le lui pardonnent pas. C'est, en ce moment, une véritable ruée vers la cause de La Majorité Présidentielle : sauver la Côte d'Ivoire de l'imposture étrangère et de la conspiration néocolonialiste.

C'est ainsi que nous observons (avec bonheur), à la télé, de nombreux désaveux à l'appel d'Henri Konan BEDIE par ses propres militants. Oui, le peuple ivoirien a mûri. On ne peut plus le tromper. Au rythme où vont les défections dans ses rangs, le 28 novembre 2010, le RHDP sera totalement coupé de sa base.

Mais le candidat LMP n'en reste pas là. Il ratisse large : il a fait appel, il y a quelques jours, aux candidats sortis de la course à la présidence. Notamment à Mme Jacqueline Lohouès OBLE, au Révérend TAGOUA Pascal, à DOLO Adama, TOHOU Henri, ENOH N'Douba et KOUADIO Siméon. L'adhésion de la présidente intérimaire du PIT, Mme Angèle GNONSOA, lui est également acquise, après la démission énigmatique de l'ex-candidat Francis WODIE de la tête du parti qu'il a fondé. Querelle interne ? L'avenir éclairera notre lanterne. Mieux, Angèle GNONSOA a lancé un appel télévisé au sursaut national à l'adresse de tous les Ivoiriens de tous les bords pour sauver notre pays du péril extérieur qui le menace ainsi que de ceux qui ont brûlé l'Ouest de la Côte d'Ivoire et qui veulent se faire passer, aujourd'hui, pour Blanche-Neige.

A cette liste, il faut ajouter Nanan Amon N'Douffou V, le roi du Sanwi (Aboisso), la jeunesse patriotique du PDCI-RDA à travers le « Mouvement Nationaliste du PDCI » d'Isidore Gauze, Daniel Félix Usher Assouan, fils de feu Arsène Usher Assouan, ancien maire de Cocody, grand baron et haut dignitaire du PDCI-RDA, qui a ouvertement désavoué « N'Zuéba », l'Association des artistes du « V » baoulé (dont les plus célèbres : Allah Thérèse, Sidonie la Tigresse, Amani Johnny, Tonton Etiennot), le député PDCI-RDA de la circonscription de Bouna (Région du Zanzan) et Président du Conseil Général de la même localité, Palé Dimaté, également Haute Autorité pour le développement du Zanzan, qui a déjà tranché en faveur du candidat LMP : « Soutenir ADO est une injure à la mémoire et à la conscience nationale ». Le groupe parlementaire Loyauté ne manque pas à l'appel avec les députés Djibo Aya Martine (PURCI), Oulé Tia (RPP), Siki Blon Blaise (UDPCI-Vgr), Dosso Vally, Sékongo Yaya, Gué Pascal et Yéo Adama, ainsi que le ministre d'Houphouët-Boigny, Emile Constant Bombet qui a lancé depuis son blog personnel un appel, à l'adresse de tous les militants du PDCI-RDA, « à se rassembler et à se mobiliser autour de Laurent GBAGBO, le candidat de la liberté politique » parce que « la Côte d'Ivoire a besoin de volonté et d'unité pour sortir des griffes des forces du mal » .

L'ami Saint-Ralph le disait sur le blog Aller de l'Avant : « Je ne suis pas convaincu que les Ivoiriens dans leur grande majorité votent pour un programme. Absolument pas ! Cette élection a une importance symbolique parce qu'elle contient l'idée de liberté et de dignité. C'est pour la dignité de la Côte d'ivoire que les ivoiriens doivent se prononcer. Nous réglons des comptes que nous aimerions définitifs. Il appartiendra surtout au vaincu de reconnaître que les Ivoiriens ne veulent pas du type de pays qu'il propose. C'est un message très fort qui va au-delà d'un simple programme de gouvernement ». Oui, les Ivoiriens iront voter, le dimanche 28 novembre 2010, non pas pour un projet de société ou un programme de gouvernement mais pour leur dignité, pour leur liberté, pour la souveraineté de la Côte d'Ivoire et pour l'espérance.

En avant pour le sursaut national, digne peuple d'Eburnie ! Haut-les-cœurs, patriotes ivoiriens de tous bords !


Que DIEU bénisse la Côte d'Ivoire !


 

DINDE Fernand AGBO

EMILE CONSTANT BOMBET S'ADRESSE AUX MILITANTS DU PDCI-RDA ET LES APPELLE A VOTER GBAGBO

EMILE CONSTANT BOMBET.jpg

COMMUNIQUE DE PRESSE DES PARTISANS DE M. EMILE CONSTANT BOMBET, VICE-PRÉSIDENT DU PDCI-RDA


Samedi, le 13 Novembre 2010


Monsieur le Président du PDCI-RDA,

Chers Militantes et Militants,

Mesdames et Messieurs les Parlementaires,

Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs,


Il est des moments de l'histoire où le sort hésite entre le meilleur et le pire.

Des moments où tous les efforts accomplis peuvent être perdus ou, au contraire, tous les efforts accomplis peuvent déboucher sur des progrès durables. Nous sommes aujourd'hui dans l'un de ces moments.

C'est vrai pour l'action du PDCI-RDA dans cet arc de crise qui va dans notre pays du Nord au Sud et de l'Ouest à l'Est, en passant par les cercles politiques et militaires.

C'est vrai pour la Côte d'Ivoire, où l'accord de OUAGADOUGOU et les décisions prises face à l'arc de crise ont ouvert des perspectives qui restent à développer pour faire de l'union un acteur de survie de notre pays.

C'est vrai pour certains barons et jeunes loups du PDCI-RDA qui cherchent à retrouver le chemin du pouvoir au sommet de l'ETAT, alors que notre Parti n'est pas arrivé à convaincre la majorité des ivoiriens sur notre projet de société dont la volonté est de poursuivre des réformes nécessaires et indispensables au développement de notre Nation.

A la grande table où se prennent les décisions, de nouvelles classes politiques ont rejoint les anciennes classes connues. A juste titre, ces nouvelles classes politiques réclament la reconnaissance de leurs droits. Le PDCI-RDA les soutient mais le PDCI-RDA leur dit qu'il faut aussi accepter qu'avec ces droits viennent des devoirs, des responsabilités à assumer. Et il faut que ces nouvelles classes politiques au sein de notre parti comme les anciennes reconnaissent que leur réussite éclatante dans le PDCI-RDA leur impose de dépasser la stricte défense des intérêts égoïstes pour apporter leur contribution à la solution des problèmes dans notre pays.

Dans ce moment de l'histoire où le sort hésite, pour faire pencher la balance du bon côté, la Côte d'Ivoire a besoin de volonté et d'unité pour la tirer des griffes des forces du mal. Si notre patriotisme est hésitant, si au PDCI-RDA, nous ne parvenons pas à nous entendre sur les objectifs à atteindre entre la base et la tête, c'est parce que la tête n'écoute pas toujours la base. Si nous ne sommes pas capables au PDCI-RDA de jouer pour la Côte d'Ivoire, collectivement face au mal d'hier alors rien ne sera possible et nous aurons failli à notre devoir c'est à dire le choix de la démocratie contre le choix des hommes en armes dans les zones Centre Nord et Ouest.

Dans ce moment, où le sort hésite, la Côte d'Ivoire libre a besoin de chacun d'entre nous et en tant que Ministre d'HOUPHOUET, je rejoins donc le camp de la Majorité Présidentielle avec tous ceux qui ont une conviction au PDCI-RDA. J'affirme donc ma vision du PDCI-RDA et ma détermination en appelant les Militantes et Militants du PDCI-RDA à se rassembler et à se mobiliser autour de Laurent Gbagbo, le candidat de la liberté politique.

Mesdames et Messieurs, Militantes et Militants du PDCI-RDA,

La lutte contre le mal qui ronge notre pays demeure une priorité absolument majeure.

Je compte sur vous et chacun d'entre nous à porter ce message pour que le PDCI-RDA reste fidèle à son passé pour continuer à mieux apporter des idées nouvelles pour notre Nation. Il nous revient donc au PDCI-RDA de sortir le pays du train-train qui le mine depuis 1999.

Je vous remercie et que Dieu bénisse notre pays,


Fait à Abidjan, le 13 Novembre 2010

Le Ministre EMILE CONSTANT BOMBET et ses Partisans

 

Source: Le blog d'Emile Constant Bombet

LEANDRE SAHIRI: APPEL A TOUS LES IVOIRIENS ET IVOIRIENNES

LEANDRE SAHIRI.jpg

A l'occasion de ce 2ème tour de notre élection présidentielle, nous avons un défi à relever par rapport aux deux candidats en lice.

L'un clame, à tous venants, avoir les « solutions » à la crise que nous subissons depuis plus de 7 ans. Et quelles solutions ?  Déverser des milliards sur nous. Il s'agit, disons-le tout net, d'une promesse qui condamnera notre pays à la servitude volontaire. C'est de l'argent pour nous soumettre aux diktats des pouvoirs d'argent. C'est de l'argent pour nous livrer, pieds et poings liés, aux tenants et adeptes de l'esclavage permanent des Africains ; l'esclavage humiliant imposé par la force, institutionnalisé et réglementé par le « Code noir ». Promulgué en 1685 par Louis 14, roi de France,  le « Code noir », faut-il le rappeler, comporte, à sa base, un principe clair et précis : « les gens de couleur et plus précisément les gens à la peau noire doivent être, pour toujours et partout, vus et traités comme des biens meubles, transmissibles et négociables » (Article 44).  C'est ce principe-là du « Code Noir » qui a sous-tendu la traite négrière, la colonisation, et qui, aujourd'hui, sous-tend l'immigration, la Françafrique, l'Eurafrique.

Face à cette situation, force est de prendre notre courage à deux mains pour rejeter une telle promesse  et refuser de donner notre suffrage à un suppôt de l'Occident néolibéral, investi et patenté pour ressusciter, à nos dépens, la traite négrière, environ trois siècles après son abolition. Il nous en a suffisamment donné, déjà, les indices et les signaux.

Face à la situation actuelle, libérons-nous du poids de nos traditions, de nos attaches régionales, ethniques et religieuses. Mettons-nous au-dessus des contingences immédiates. Comportons-nous en êtres pensants et intelligents. Evitons de nous conduire comme des bêtes à visages humains. Refusons d'être manipulés, d'être utilisés comme des militants écervelés exécutant, stupidement et moutonnièrement, des mots d'ordre, contre et envers nous-mêmes. Ne privilégions pas nos intérêts individuels et partisans. N'offrons pas, naïvement, la corde pourpendre. nous

Même si nous avons été déçus par certains compatriotes mal inspirés ;  même si nous avons des appréhensions ; même si nous sommes en proie au doute et à l'incertitude, agissons, avec tous les compatriotes qui ne veulent pas de l'asservissement, pour gagner cette dernière étape de la lutte contre la recolonisation de notre pays. Soyons tous et toutes, ce jour-là du 2ème tour du scrutin, et présent(e)s, et prêt(e)s, pour remporter la victoire, pour consacrer notre rejet de l'esclavage moderne et pour proclamer, aux yeux du monde entier, notre grandeur et notre humanité. Faisons de ce jour du 2ème tour du scrutin, une date glorieuse que nous garderons ineffaçablement gravée dans nos cœurs et dans nos mémoires, une date illustre dont nous enseignerons, avec fierté, la signification à nos enfants, pour que ceux-ci, à leur tour, fassent connaître à leurs fils et à leurs petits-fils l'histoire de notre lutte ardente pour notre liberté. Pour notre souveraineté. Pour notre dignité.

Ivoiriens et Ivoiriennes, pour des raisons qui s'appellent le bon sens, l'honneur, l'intérêt supérieur de notre patrie, pour ne pas avoir à nous reprocher demain d'avoir bradé notre terroir à nous légué par nos aïeuls, pour ne pas avoir à regretter demain d'avoir agi sans réfléchir, réunissons-nous, comme les doigts d'une seule main, donnons nos voix au candidat Gbagbo Laurent. Au-delà de tout ce qu'on peut lui reprocher, Gbagbo Laurent a les acquis véritables et les aptitudes requises pour sauver et sauvegarder notre souveraineté. Gbagbo Laurent a le mérite d'œuvrer pour la dignité des Ivoiriens, des Africains, face aux néo-esclavagistes.

Certes, ce que nous demandons, ce à quoi nous aspirons, en tant qu'êtres humains et citoyens de notre pays, c'est : vivre décemment, en sécurité, en paix, en toute dignité en Côte d'Ivoire. Cette aspiration est légitime, comme le sont nos rancœurs et notre révolte face à nos conditions actuelles de vie... En effet, nous sommes révolté(e)s. Nous avons des griefs contre Gbagbo Laurent et son entourage. Mais, aujourd'hui, dans ce 2ème tour de notre élection présidentielle, il ne s'agit plus de Gbagbo Laurent, ni du FPI, ni du RHDP... Il s'agit de sauver la Côte d'Ivoire. Il s'agit de préserver le peu de liberté et de vie qui nous reste. Notre choix sera capital.

Voilà pourquoi, au 2ème tour du scrutin, je vous convie à voter Gbagbo Laurent.

Par nos suffrages à Gbagbo Laurent, sauvons notre pays qui est en péril de mort et prenons parti pour le sursaut national.


Vive la Côte d'Ivoire !  Vive l'Afrique !


Léandre Sahiri

Londres, 6 novembre 2010.

vendredi, 12 novembre 2010

SORTIR DEFINITIVEMENT DU VOTE ETHNIQUE ET RELIGIEUX

 

Rencontre-Bedie-Ouattara_article_top.jpg

 

Assurément, les Ivoiriens écriront une nouvelle page de la belle histoire de la Côte d'Ivoire, au soir du dimanche 28 novembre 2010. Tant ce défi s'impose comme un passage obligé pour l'éclosion de la « Nation Ivoire ». Nous les en savons absolument capables.

Il n'y a pas si longtemps de cela, dans notre jeune histoire, Alassane Dramane OUATTARA disait : « On ne veut pas que je sois candidat parce que je suis du nord et musulman ». Le décor était ainsi planté pour toutes les dérives ethniques et religieuses en Côte d'Ivoire. Cette phrase assassine s'est durablement incrustée dans le subconscient et l'inconscient profond de nos braves frères nordistes et musulmans qui, comme il fallait s'y attendre, ont fait un dangereux repli identitaire sur eux-mêmes et autour de ces deux véritables bombes sociologiques. Au point où, encore aujourd'hui, nous en voyons les effets induits et les conséquences confligènes.

Nous en voulons simplement pour preuve les scores fleuves d'ADO dans le nord de notre pays, à la faveur du premier tour de l'élection présidentielle ivoirienne : une moyenne de 85% dans les régions du Bafing, du Denguélé, des Savanes et du Worodougou. Dans cette partie du pays où les rebelles sont encore en armes, la pression sur les populations a été forte : Intimidation militaire et consignes de vote dans les mosquées. Voici à quoi on arrive quand on instrumentalise l'ethnie et la religion. Ce conditionnement mental et religieux s'est doublé d'une fraude massive sur les listes électorales des régions du nord au point de générer des scores surréalistes de plus de 150% de votes comparativement à leurs populations actuelles.

En ce qui concerne le candidat BEDIE, il ne l'a emporté que dans les villes du « V » baoulé (Centre) et dans la région du Bas-Sassandra (à Guéyo, Sassandra et Soubré soit 3 départements sur 5, dans le Sud-ouest), une circonscription qui compte une forte population allochtone baoulé. Nous ne pouvons pas nous permettre de continuer sur cette lancée, au risque de faire de notre pays une bombe identitaire, ethnique et religieuse.

Seul le candidat GBAGBO, dans cette grisaille, a donné la preuve qu'il a une étoffe véritablement nationale en engrangeant dans sa cagnotte des villes et des départements de toute part en Côte d'Ivoire, sauf naturellement au nord où les dés étaient déjà pipés avec des listes électorales totalement fantaisistes. Il s'est même payé le luxe de remporter des bastions du PDCI-RDA dans l'Est, comme la région du Moyen-Comoé (Abengourou).

Ce faisant, le 2ème tour de l'élection présidentielle doit marquer la fin de cette tendance que nous assimilons à un cauchemar dont nous devons très vite sortir, exorciser cet esprit sectaire dangereux qui tient captives des régions entières de notre pays. Et pour y parvenir, une seule option : voter massivement pour le candidat GBAGBO pour faire barrage aux quidams qui sont prêts à instrumentaliser l'ethnie et la religion pour parvenir à leurs fins. Il faut mettre de tels individus hors d'état de nuire. La nouvelle Côte d'Ivoire que nous voulons bâtir ne peut prendre le risque de revêtir ces oripeaux de tribalisme enragé et de régionalisme exacerbé.

Pensant à tort que son électorat le suivra comme le feraient des moutons de panurge, convaincu qu'il est de leur esprit étroit et de leur tribalisme (ce qui est une grave erreur car il s'agit désormais de la Côte d'Ivoire et non plus de sa petite personne), Henri Konan BEDIE, à la plus grande honte de ces militants que nous côtoyons tous les jours (et qui sont restés sans voix devant l'immensité de la bêtise) se fait investir par ADO comme son Président de campagne. Il pousse même l'outrance de sa naïveté à croire le champion des républicains quand il l'assure de « diriger la Côte d' Ivoire sous son autorité ». Peut-on être plus crédule et plus niais ? Impossible !

Assurément, pour accepter ce poste, BEDIE a dû être proprement « travaillé au corps », envoûté par l'un des gourous et des grands marabouts du « Brave tchè ». N'oublions pas qu'il a fait un tour au Sénégal et au Burkina Faso. Sinon, il est impensable que « N'Zuéba » puisse commettre une bévue de cette taille. LMP ne peut que s'en réjouir ! Cela fait tellement son affaire. Dans la mesure où cette décision incongrue de BEDIE démultiplie le nombre de ses militants mécontents, encore habités par un peu de fierté et de dignité (ce que N'Zuéba n'a plus)  qui sont désormais prêts et déterminés à voter le candidat GBAGBO. BEDIE, ayo ka ka ka !!!

Les levées de boucliers contre cette décision de BEDIE ne font que commencer et s'amplifieront inexorablement jusqu'à l'approche du 28 novembre. Un coup de pouce inespéré dont va bénéficier La Majorité Présidentielle. DIEU soit loué!


DINDE Fernand AGBO

LAURENT GBAGBO: "N'IMPORTE QUI NE PEUT PAS VENIR JOUER DANS NOTRE MAISON!"


LAURENT GBAGBO.jpg

A l'occasion de sa première conférence de presse depuis l'annonce des résultats du premier tour du scrutin, tenue le mardi 9 novembre à son quartier général de campagne, le candidat Laurent Gbagbo, également président en exercice de la République de Côte d'Ivoire, a expliqué pourquoi les électeurs d'Henri Konan Bédié doivent voter pour lui au second tour et comment Alassane Dramane Ouattara, par ses actes, se révèle être le «candidat de l'étranger».

RTI: Monsieur le Président, on vous voit ce soir confiant. Sur quoi repose cette confiance pour le 2ème tour de l'élection présidentielle ? Que ferez-vous pour prendre les bastions de vos adversaires ? Par ailleurs, vous avez observé une grosse colère, la semaine dernière contre le Président sénégalais Wade, quelles étaient ces motivations ?

Laurent Gbagbo: Je ne comprends pas bien le sens de vos questions. Vous me demandez à moi sur quoi je me fonde pour avoir confiance en moi. Mais, c'est moi Gbagbo Laurent, j'ai toujours eu confiance en moi, ce n'est pas nouveau. Ensuite vous me demandez comment je vais faire pour prendre les bastions de mon adversaire. Je n'ai pas de bastions à prendre. On va au 2ème tour. Même si j'ai deux voix de plus que lui, j'ai gagné. Pourquoi vais-je aller prendre un bastion ? C'est pourquoi je vous dis que je vais gagner. C'est lui qui a des voix à rattraper sur moi. Moi je suis devant. Vous voulez savoir le pourquoi de ma grosse colère contre Abdoulaye Wade ? Je n'ai pas de grande colère. J'ai voulu simplement dire que la Côte d'Ivoire est la Côte d'Ivoire, qu'il faut qu'on nous respecte et que n'importe qui ne peut pas venir jouer dans notre maison : ça suffit.

AFP: Certains électeurs auraient été empêchés de voter dans la zone Nord, ça pose le problème de la sécurité.

Laurent Gbagbo : Concernant la sécurité, nous avons fait le point avec les responsables de la sécurité, nous avons tiré des leçons. Des décisions ont été prises de sorte qu'au 2ème tour, le vote se passe dans les conditions de sécurité plus idoines que ce qui a été observé lors du vote du 1er tour.

Fraternité Matin: Quelle est votre lecture et votre attitude face au Rhdp qui a appelé à voter le candidat Alassane Ouattara au 2è tour ?

Laurent Gbagbo : Le Rhdp a été créé il y a au moins cinq ans. Depuis cinq ans, je dis que je vais gagner. Ayant signé un accord, c'est donc normal qu'il lance un appel. Ce n'est pas nouveau. Mais malgré cette alliance, je vous dis que je vais gagner.

Rfi : Quel message adresserez-vous aux 25% d'électeurs qui ont porté leur choix dimanche 31 octobre sur le candidat Bédié ?

Laurent Gbagbo : Ce que je vais leur dire est simple. Il y avait comme candidat, Gbagbo, Bédié et Ouattara. Le premier tour a donné Gbagbo, Ouattara et Bédié. Bédié vous appelle à voter Ouattara. Regardez bien, si vous êtes des électeurs de Bédié. Le coup d'Etat de 1999 qui a chassé Bédié du pouvoir, regardez qui est en dessous. Si vous aimez Bédié, vous devez voter pour celui qui l'a fait venir d'exil plutôt que pour celui qui l'a fait partir en exil...

Le Temps: On a senti au 1er tour, vos électeurs trop confiants...Ont-ils bien investi le terrain ?

Laurent Gbagbo : Nous sommes premiers et de cette position, on ne peut pas dire que nos partisans n'ont pas travaillé. On peut leur demander de faire plus. Mais on ne peut pas se comporter comme si on avait perdu. D'autres avec 32% sont contents, pourquoi pas nous (rires) ? Cette élection fait entrer la Côte d'Ivoire dans une élection disputée, démocratique. Pour la première fois, on n'a pas des scores soviétiques. Nous allons gagner avec un score normal...

CNN: Quel défi de la consolidation de la paix, après l'élection au 2nd tour, vu les suffrages exprimés au Nord...

Laurent Gbagbo: Le Président de la République élu est élu pour tout le monde, pour toute la Côte d'Ivoire. Pour apporter l'instruction, la santé l'eau, l'électricité... Il y a beaucoup de sous-préfectures au Nord où j'ai gagné, chez Gnonzié, à Baya, à Niellé, à Sepiergo et ailleurs...Ce qui nous réjouit, c'est que nous sommes les seuls à avoir un électorat qui s'étend sur l'ensemble du territoire ivoirien. Ce vote est le début de la construction nationale. Beaucoup de ceux qui n'ont pas voté pour nous ne sont pas que du Nord. Nous devons à tous porter ce message : Gbagbo veut électrifier vos villages, Gbagbo vous tend les bras, Gbagbo veut construire pour vous des hôpitaux, Gbagbo veut faire pour vous l'école gratuite et obligatoire, voter la loi sur l'Assurance maladie uinverselle. Il faut dire à ceux qui n'ont pas voté pour nous que ces projets- là les concernent. Qu'ils soient du Nord, du Sud, de l'Ouest, de l'Est, du Centre... Ce n'est pas une question de Nord.

Reuters/BBC: Pendant votre campagne, vous et vos supporters utilisez contre Ouattara un langage un peu dangereux, un candidat étranger tandis que vous, vous représentez la Côte d'Ivoire... C'est comme si les autres ne sont pas de vrais ivoiriens...

Laurent Gbagbo : Non, c'est faux! J'ai dit que ce sont des candidats de l'étranger, je n'ai pas dit qu'ils ne sont pas de vrais Ivoiriens. Ce n'est pas la même chose. Peut-être parce que vous ne comprenez pas bien le français...

Reuters/BBC : Je ne vois pas la différence...

Laurent Gbagbo : Il y a une très grande différence, je vais vous l'expliquer tout à l'heure...

Reuters/BBC : Mais dans les têtes des gens au-dehors, ils pensent que...

Laurent Gbagbo : Vous n'êtes pas dans les têtes des gens. Laissez les têtes des gens tranquilles. Dites-moi ce que vous avez compris.

Reuters/BBC : Qu'est-ce qu'on doit comprendre alors ?

Laurent Gbagbo : A peine a-t-on proclamé les résultats du 1er tour que Ouattara, on lui envoie un avion et il va à Dakar. Ça, c'est un candidat de l'étranger. Et au moment où je vous parle, il est à Ouaga. C'est ça que j'appelle les candidats de l'étranger : des gens qui écoutent ce qu'on leur dit à l'étranger pour faire la politique en Côte d'Ivoire. Ce que vous vous dites là, et que je n'ai pas dit, a une histoire en Côte d'Ivoire. Et c'est Bédié qui l'a dit et je ne le dirai jamais. Puisque c'est moi qui ai signé les papiers pour que Ouattara soit candidat. Donc, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit...Mais le terme «candidat de l'étranger», je ne suis pas le premier en politique à l'utiliser. Jacques Chirac, dans son appel de Cochin, quand il était à l'hôpital de Cochin, avait dit en parlant de Giscard d'Estaing : «C'est un candidat de l'étranger». Pourtant, Giscard est un Français comme lui. Donc dire «candidat de l'étranger», ça veut dire celui qui travaille pour les intérêts de l'étranger. Je le maintiens et je le répète!

 

Source: SAOTI, le blog de Mahalia Nteby

lundi, 08 novembre 2010

IL Y A BEL ET BIEN UN CANDIDAT DE L'ETRANGER : LA COTE D'IVOIRE VERS UN 2ème SURSAUT NATIONAL

 

WADE-ADO.jpg


Le candidat GBAGBO l'avait affirmé, péremptoire. Quelques sceptiques n'y ont pas cru. Nous en avons tous désormais le cœur net : l'étranger a bel et bien un candidat, dans l'élection présidentielle, en Côte d'Ivoire. Pour faire la nuance, je n'irai pas jusqu'à dire qu'il y a « un candidat étranger » mais, tout au moins, « un candidat de l'étranger » dans cette course au fauteuil présidentiel ivoirien.

Sinon, comment comprendre que le jeudi 4 novembre 2010, quatre jours après la tenue du premier tour du scrutin présidentiel et tout juste au lendemain de la proclamation par la CEI des résultats complets provisoires, le candidat Alassane Dramane Ouattara, attendu au Golf Hôtel où s'était massée une foule d'aficionados (le cœur entièrement à la fête) et de journalistes de la presse nationale et internationale (impatients de lui arracher ses premiers mots de candidat admis au second tour), ait fait faux bond à tout ce beau monde pour se retrouver au Sénégal ?

Pour ce tour de force, franchement, chapeau au champions des républicains ! Les pauvres fans, militants et hommes de presse ont dû prendre leur mal en patience et faire le pied de grue de 17 heures à 21 heures pour, finalement, se disperser la mort dans l'âme après 22 heures sonnantes. Pour de la foutaise... !

Bref, revenons-en à cette escapade impromptue qui a laissé tout le monde pantois : Quelle était l'urgence pour qu'ADO se retrouve au Sénégal avec autant d'empressement et de frénésie ? Lui seul pourra le dire avec précision. Mais pour ce que nous savons, le président Abdoulaye WADE, « l'autre parrain de la rébellion ivoirienne » lui a affrété son avion personnel (sans en souffler un traître mot à son homologue ivoirien!) pour un tête-à-tête  qui a été cause que le chef de l'Etat ivoirien a rappelé l'ambassadeur de Côte d'Ivoire au Sénégal. Deux peuples au bord de la fissure pour des intérêts particuliers. Et pour cause : Depuis Dakar, selon le communiqué officiel de la Présidence de la République, ADO et WADE, ont pris des contacts élargis dans toute la CEDEAO pour « neutraliser » le Président Laurent GBAGBO et installer le champion des républicains au pouvoir. On voudrait brûler la sous-région toute entière qu'on ne procéderait pas autrement. C'est donc avec raison qu'Abidjan crie au complot et à la conspiration.

Y a-t-il preuve plus patente de l'existence d'un candidat de l'étranger dans cette élection présidentielle ivoirienne ? Qui dit Abdoulaye WADE dit la françafrique, la France, ses intérêts et ses milieux ultralibéraux. Mais il faudrait peut-être comprendre la fébrilité d'ADO : Il a fait enrôler plus que de raison (à la fois ivoiriens et étrangers) dans le Nord, sur la liste électorale. Malgré cette manipulation abominable qui lui a donné des scores invraisemblables  de 100 à 250% par rapport à la population réelle actuelle dans son fief, il n'a pas été capable de battre le candidat LMP au premier tour, ni même d'approcher son score. Il a donc des raisons d'avoir des frayeurs car il n'est pas aussi populaire parmi les ivoiriens qu'il veut le faire croire. Le deuxième tour s'annonce donc périlleux pour lui, même si nous avons appris sur France 24, dimanche soir, que le candidat malheureux Henri Konan BEDIE, abonné aux mauvais choix et aux mauvais calculs politiques, a appelé ses militants à voter pour ADO. Il va récolter l'effet inverse parce qu'apparemment, il a oublié l'histoire récente de la Côte d'Ivoire et sa propre histoire : à savoir la rébellion sanglante qui a endeuillé le pays et le coup d'état du « brave tchè » qui l'a éjecté du pouvoir que lui avait transmis « le vieux », le président Félix Houphouët-Boigny. Les Ivoiriens ont pardonné mais n'ont pas oublié l'innommable.

En plus, le candidat du RDR a besoin de 70% des voix de BEDIE pour gagner le deuxième tour, alors que le candidat LMP n'a besoin que de 47% de ces mêmes voix pour aplatir son adversaire. La pression n'est donc pas dans le camp qu'on croit. Malgré les alliances au sein du RHDP, cette mouvance est garantie d'avoir des insomnies et des nuits blanches jusqu'à la proclamation de la victoire du camp présidentiel. Ces mauvais politiciens, doublés de mauvais calculateurs, comprendront, enfin, que la démocratie n'est ni ethnique ni régionaliste et que - comme je l'ai déjà dit dans un post précédent - la sociologie politique n'est pas de l'arithmétique. BEDIE aurait pu prendre une retraite politique honorable et digne s'il avait fait le choix de sauver son pays de l'imposture étrangère. Que nenni ! La malchance, qui le suit inexorablement depuis 1999, lui colle « indécrotablement » à la peau et on ne peut vraiment rien faire pour lui s'il a une fois encore choisi le camp des perdants. Signant ainsi, à terme, la mort politique du PDCI-RDA.

L'enjeu donc, aujourd'hui pour le peuple de Côte d'Ivoire, c'est de barrer vaille que vaille la route aux conspirateurs de tout poil et de tout acabit qui convoitent ce pays pour ses richesses et cela, par les urnes, de façon tout à fait régulière et pacifique. Contrairement aux abonnés-aux-coups-d'états d'en face. Déjà, des cadres du PDCI-RDA, vrais patriotes, sont en campagne, pas pour GBAGBO, mais pour la Côte d'Ivoire parce qu'ils ont compris que leur pays est en danger avec ceux qui préparent leur deuxième tour de présidentielle au Sénégal. Nous sommes donc à l'aise pour déclarer, sans crainte de nous tromper, que le peuple de Côte d'Ivoire est en marche pour son deuxième sursaut national !

Hauts-les-cœurs, patriotes ivoiriens de tous bords !


Que DIEU bénisse la Côte d'Ivoire !


DINDE Fernand AGBO

PRESIDENTIELLE IVOIRIENNE : ABIDJAN CONTRE DAKAR

 

WADE-SARKOZY.jpg

 

Accusant Dakar de conspiration, Abidjan a rappelé, hier (vendredi 5 novembre), son ambassadeur au Sénégal. Les enjeux d'un esclandre.


«La Côte d'Ivoire a rappelé son ambassadeur au Sénégal. L'ambassadeur du Sénégal en Côte d'Ivoire a été convoqué au ministère des Affaires étrangères et a reçu une lettre de protestation des autorités ivoiriennes», a déclaré hier le conseiller diplomatique du président de la République de Côte d'Ivoire, monsieur Alcide Djédjé. Que s'est-il passé ?

Quelques heures après l'annonce des résultats du 1er tour de l'élection présidentielle ivoirienne, Abdoulaye Wade, chef de l'Etat sénégalais, a dépêché un avion à Abidjan pour venir chercher Alassane Dramane Ouattara et Henri Konan Bédié, respectivement en deuxième et troisième position à l'issue du scrutin, et par ailleurs alliés contre le président Gbagbo au sein du Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix.

Ce comportement, considéré comme une ingérence intolérable du Sénégal dans les affaires intérieures ivoiriennes, intervient en pleine préparation du 2nd tour de l'élection présidentielle, prévu le 21 novembre 2010. Ne s'y trompant d'ailleurs pas, Henri Konan Bédié, grand perdant du scrutin au profit de Dramane Ouattara, a refusé d'obtempérer aux desiderata d'Abdoulaye Wade et de prendre part à une conspiration en vue de déstabiliser la Côte d'Ivoire.

Le Sénégal est l'un des pays les plus pauvres d'Afrique en ressources naturelles. Ses devises proviennent principalement de la pêche, du tourisme, de la culture de l'arachide et du soutien financier de la diaspora. En effet, confrontés à la misère ambiante, des milliers de Sénégalais choisissent chaque année la voie de l'exil, constituant une des plus fortes populations immigrées au monde. La gestion népotiste et approximative du pays par le géronte Wade, âgé de 84 ans et dont la dernière lubie consiste à vouloir imposer son fils pour lui succéder à la tête de l'Etat, a aggravé la situation économique déjà peu reluisante du pays de la Teranga.

Depuis quelques années, Abdoulaye Wade entretient des relations difficiles avec Laurent Gbagbo, difficultés décuplées par le refus du chef de l'Etat ivoirien de donner son accord à la requête insistante du patriarche sénégalais de puiser dans les réserves de la BCEAO à des fins autres que celles prévues. Il est donc impératif pour Wade d'avoir un homme à sa solde aux manettes à Abidjan. D'où son soutien peu discret à Ouattara, bien connu pour être très sensible aux intérêts géostratégiques, financiers et économiques français, burkinabés et sénégalais.

Faut-il rappeler que grâce à la guerre en Côte d'Ivoire et pour avoir accepté de servir de base arrière aux rebelles, le Burkina Faso, pays d'origine de Ouattara, est devenu un important exportateur de cacao sans que cette matière première ne soit cultivée sur son territoire ?!

Bien qu'il n'ait aucune intention de remettre en cause la politique étrangère néocolonialiste de la France en Afrique, Nicolas Sarkozy ne peut, à l'heure actuelle, se permettre d'avancer à visage découvert comme son prédécesseur Jacques Chirac l'a fait, en envoyant l'armée française bombarder les populations ivoiriennes à Abidjan et Bouake il y a exactement 6 ans, en novembre 2004. Empêtré dans des scandales politico-financiers et ratatiné sur le plan intérieur, Sarkozy, au vu de l'engagement grandissant des Etats Unis et de la Chine en Afrique, ne voit d'autre solution, pour financer la croissance française, que de maintenir les états africains de son «pré carré» loin de la mondialisation. En dehors des innombrables ressources naturelles dont dispose la Côte d'Ivoire, les immenses gisements de pétrole découverts au large des côtes ivoiriennes et ghanéennes suscitent d'autant plus sa convoitise que les entreprises françaises du secteur voient leurs concurrents russes, américains, brésiliens et chinois rafler la mise.

Blaise Compaoré, à qui Laurent Gbagbo avait habilement décidé de confier le rôle de médiateur pour l'empêcher de nuire, sur les conseils avisés de l'ancien président sud africain Thabo Mbeki, n'étant plus disponible, et Omar Bongo ayant passé l'arme à gauche, Sarkozy a trouvé son sous-traitant pour mener à bien son entreprise de déstabilisation d'un régime jugé récalcitrant en la personne d'Abdoulaye Wade, qui a certainement obtenu une contrepartie intéressante pour accepter d'être la face visible du complot visant à faire main basse sur la Côte d'Ivoire.

En se rendant toutes affaires cessantes à Dakar pour prendre les instructions de son mentor, Alassane Dramane Ouattara semble, quant à lui, décidé à tomber le masque, donnant ainsi raison au président Gbagbo qui l'a désigné tout au long de la campagne électorale comme «le candidat de l'étranger». Stratégie payante ? La Côte d'Ivoire au service de Wade, Compaoré  et Sarkozy: pas sûr que les Ivoiriens acceptent de confier les rênes du pouvoir à un homme qui ne se cache plus d'être la marionnette de la France, du Burkina Faso et du Sénégal.


Mahalia Nteby

 

Source: SAOTI, le blog de Mahalia Nteby

PDCI: UNE DEBACLE FONDATRICE?

HENRI KONAN DEBIE.jpg

 

Cataclysme dans la vie politique ivoirienne : Henri Konan Bédié, président de l'historique  Parti Démocratique de Côte d'Ivoire, sera absent du 2nd tour de l'élection du 31 octobre 2010. Comment en est-on arrivé là ?

 

En 1892, Emile Zola écrivait le dix-neuvième et avant-dernier opus de la série Les Rougon-Macquart, La Débâcle. L'annonce des résultats provisoires quasi-complets de l'élection présidentielle ivoirienne aux premières heures du jeudi 4 novembre 2010, entérinant l'effondrement du PDCI, n'est pas sans rappeler la chute de l'Empire décrite par l'auteur, due dans les deux cas aux décisions néfastes prises par un état-major incompétent.

La sortie de route de Konan Bédié au premier tour de ce scrutin historique suscite la réminiscence de la présidentielle française de 2002, qui vit Jean-Marie Le Pen arrivé au 2nd tour, coiffant Lionel Jospin et l'historique parti socialiste au poteau. Alassane Dramane Ouattara, c'est Le Pen en pire. Le visage hideux du repli identitaire, les mains dégoulinantes de sang en plus.

Egorgeur de liberté et de prospérité, Alassane Dramane Ouattara s'autorise aujourd'hui à se poser comme solution au désastre qu'il a crée. Au lieu de rendre compte de ses crimes devant une cour de justice, il se retrouve au deuxième tour de l'élection présidentielle, usurpant la place de challenger, plus naturellement dévolue à Henri Konan Bédié. Passant par pertes et profits les aspirations de paix, de bien-être et de normalité de tout un peuple, qu'il veut diriger à tout prix mais envers lequel il n'a fait preuve d'aucune magnanimité, il a installé les Ivoiriens dans un quotidien de misère, de viol, de mort, de terreur et de ségrégation.

Commettant sa plus lourde erreur stratégique, Henri Konan Bédié s'est acoquiné avec Alassane Dramane Ouattara au sein du RHDP (Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix), créé le 18 mai 2005 à Paris. C'est précisément en scellant cette alliance contre nature avec l'homme à l'origine du coup d'Etat qui mit brutalement fin à son propre mandat à Noël 1999 qu'il entrainera le PDCI dans sa lente descente aux enfers. En effet, ce faisant, N'Zuéba poussera beaucoup d'adhérents du vieux parti historique vers la sortie, qui n'ont pas supporté l'idée de cette accointance scabreuse avec celui qui a ouvertement clamé qu'il mettrait leur pays à feu et à sang s'il n'accédait pas à la magistrature suprême, - et qui a exécuté sa menace sans sourciller, avec toutes les conséquences tragiques que l'on connait.

Cependant, comme chez Zola, l'histoire ne se terminera pas forcément sur cette note sombre. La voie royale pour transformer cette déroute électorale en pierre angulaire d'un avenir meilleur viendra du sursaut national dont les électeurs du PDCI sauront faire preuve pour barrer la route au vote et à la politique ethniques d'une laideur sans fin prônés par Dramane Ouattara.

Il ne s'agit pas de stigmatiser ceux qui ont suivi Ouattara dans son entreprise démoniaque. Son électorat, souvent défavorisé et illettré, a été terrorisé, manipulé, conditionné à outrance. Aux kalachnikovs intimidantes des Com'Zones s'est ajouté le mot d'ordre des imams, qui a été assené à l'envi dans les mosquées : celui ou celle qui ne votera pas Dramane s'opposera à la volonté du Tout Puissant. Un véritable lavage de cerveau. Le tribalisme comme solution totale. Toute une population prise en otage, complice volontaire ou non du glissement progressif de l'assouvissement d'une ambition personnelle vers un processus organisé et rationnalisé, en vue de l'anéantissement d'une Nation par petites étapes successives aboutissant à une transgression morale définitive.

Ses alliés politiques, quant à eux, se sont tout simplement laissé berner. La comparaison des résultats dans les régions du Nord et celle du Centre parle d'elle-même : Le score total du PDCI dans le Bafing, les Savanes, le Worodougou et le Denguélé est de 21 321 voix pour 476 974 suffrages exprimés, soit 4,47% (ce qui le place en dernière position à chaque fois) alors que le RDR obtient 26 631 voix dans la seule région des Lacs, soit la deuxième place avec 15,35% des suffrages exprimés. Cerise sur le gâteau, Ouattara se permet de rafler la commune de Treichville, bastion historique du PDCI dans Abidjan. Avec des alliés comme ça, pas besoin d'ennemis !

Une partie de l'électorat PDCI sera probablement tentée de choisir l'abstention comme solution le 28 Novembre. En tant que chef, deux options s'offrent à Henri Konan Bédié : se taire et laisser ses partisans choisir en leur âme et conscience. Ou alors, donner un mot d'ordre clair à ses troupes. Chemin de questionnement, de doute, d'indignation, et finalement, chemin de révolte, menant à une éprouvante mais nécessaire réflexion sur l'impact collectif de dérapages individuels. Ce cheminement fut aussi celui que Zola fit traverser à son héros dans la Débâcle : «C'était le rajeunissement certain de l'éternelle nature, de l'éternelle humanité, le renouveau promis à qui espère et travaille, l'arbre qui jette une nouvelle tige puissante, quand on a coupé la branche pourrie, dont la sève empoisonnée jaunissait les feuilles.» A l'aube du passage de témoin à ses héritiers, nul doute que Konan Bédié souhaite rester dans l'histoire comme celui qui a permis à la maison PDCI de renaitre de ses cendres et non comme le pyromane qui l'a menée à sa perte, et la Nation avec. Cela passe nécessairement par la recommandation d'un vote utile, pour la Côte d'Ivoire et donc inéluctablement contre Ouattara.


Mahalia Nteby in Agoravox le 6 novembre 2010


Source: SAOTI, le blog de Mahalia Nteby