topblog Ivoire blogs

mercredi, 01 février 2012

DES IRREGULARITES DANS CETTE REPUBLIQUE MODELE?


FRANCIS WODIE.jpg

Le Conseil constitutionnel annule les élections dans 11 circonscriptions


Les résultats des législatives ont été annulés dans 11 circonscriptions électorales par le Conseil constitutionnel ivoirien a annoncé ce mardi après midi, le président de cette institution, Francis Wodié, s'abstenant par ailleurs de publier la listes des concernées.

« Là où les faits ne sont pas établis, nous sommes amener à confirmer l'élection . De sorte que nous avons confirmé quelques 55 élections. Parce qu'il est dans le pouvoir du conseil ou de confirmer une élection ou d'en modifier de rectifier les résultats ou prononcer l'annulation d'une élection, sur la base des faits démontrés par le conseil comme existants, a ajouté le président du Conseil institutionnel précisant toute fois que l'institution a été saisie sur la validation des résultats de 66 circonscriptions électorales.

En attendant l'organisation d'élections partielles dans les 11 circonscriptions électorales concernées, Francis Wodié a reconnu que l'institution a mis du temps pour établir les faits
« Nous attendions des requérants qu'ils prouvent les faits. La volonté du conseil était de vérifier si les élections sont régulières et sincères, parce que nous sommes dans un système de démocratie participative où il ya les électeurs les élus, le peuple et ses représentants. Il faut faire en sorte que la volonté exprimée par le peuple soit effectivement rendue par les urnes et les résultats, » s'est justifié Francis Wodié.

Le président du Conseil constitutionnel a également précisé que ces résultats seront transmis à la Commission électorale indépendante (CEI).
« Notre devoir est de garantir les droits des citoyens en matière électorale. Les décisions sont prises par le Conseil constitutionnel, nous les avons communiqué comme la loi nous y oblige à la CEI qui va en tenir compte pour prendre les dernières décisions. Il y a des décisions que nous n'avons pas prises parce que les faits n'étaient pas établis, parce que ces faits n'étaient pas formellement reconnus par la loi comme constituant des irrégularités. Nous avons l'anomalie de certaines situations du point de vu du respect des principes fondamentaux de la démocratie et de l'étique républicaine, » a -t-il insisté.

Cependant, Francis Wodié prévient que prochainement le conseil se prononcera sur ces cas. Tout en s'élevant contre l'intrusion des forces armées dans l'élection législative, le président du Conseil constitutionnel a appelé les ivoiriens au respect du principe de séparation.
Francis Wodié a également avoué que des personnes décédées ou absentes du pays ont voté lors des législatives du 11 décembre dernier.

Wassimagnon, sur KOACI.COM

Abidjan, le 31 janvier 2012


Source: RESISTANCE COTE D'IVOIRE ISRAEL

vendredi, 23 décembre 2011

IL FAUT SAUVER LE SOLDAT KOULIBALY... MEME MALGRE LUI


MAMADOU KOULIBALY ET ADO.jpg

De Grégory Protche, rédacteur en chef de "Le Gri-Gri International". Un peu dur à mon goût contre notre cher atypique et bien-aimé Mamadou Koulibaly (Gbagbo a dit: Laissez Koulibaly, il est comme ça et c'est comme ça qu'on l'aime) mais ça ne manque ni de substance ni de pertinence.

 

Je viens de lire un article de Mamadou Koulibaly, Législatives sous hyper-présidence: Quelques leçons, paru le 16 décembre dans l'Inter. Long. Trop.  Pour masquer le vide : le trop plein ? Comme les chanteurs font 22 titres sur un cd quand ils n'en ont pas trouvé un d'assez fort pour faire un single... le bon. Beaucoup de lignes, de chiffres, mais pas une idée. Pas une idée importante. Essentielle. Et cruciale aujourd'hui. Ce qui est rare venant de lui. Et triste. Du commentaire. De la rhétorique. Du vide. Du bout du stylo. Comme s'il n'avait pas participé, comme s'il ne s'était pas présenté, comme s'il n'avait pas accepté les inacceptables conditions d'élections au mieux inutiles et au pire dommageables.   MK pose trois questions en ouverture de son article.

1) Les partis politiques ont-ils été à la hauteur des enjeux ?

2) La classe politique est-elle encore crédible dans notre pays?

3) Les élections servent-elles encore à quelque chose?

Trois questions fondamentales mais hors de propos. Anachroniques. Dérisoires. Il annonce ensuite que son analyse s'appuiera sur les chiffres de la Commission électorale indépendante... Pourquoi ? Pourquoi faire ? Qui croit encore à l'indépendance de cette commission au point qu'on en ait besoin pour s'en défier... MK plonge dans une piscine vide sous les yeux du public pour informer celui-ci qu'il n'y a plus d'eau dedans.

Un petit doigt d'égo, lorsque faussement naïf il découvre que sa défaite "semble focaliser" les attentions... c'est désagréable car énoncé presque narquoisement : Mamadou Koulibaly douterait-il (vraiment) de l'attention que les gens intelligents portent à son parcours ? Et donc de son importance dans le jeu politique, non pas seulement ivoirien, mais africain, panafricain même ? Françafricain au moins. Bien sûr que ceux qui voient en lui un traître se réjouissent de son fiasco. Bien sûr aussi que ceux qui pensent que rien n'est si simple sont consternés par cette évitable et inutile Bérézina annoncée. Quand MK rappelle que son parti est né il y a quatre mois à peine et qu'il est privé de ressources par Alassane Ouattara, on a envie de lui dire : autant de raisons de ne pas cautionner un prétendu jeu démocratique aux règles aussi viciées que vicieuses... C'est en comptant ses fractures que le plongeur se souvient qu'il avait vu le gardien vider la piscine. Alassane Ouattara devient sous sa plume un "hyper président". Une façon comme une autre de le légitimer, de le sarkozyser, grogneront certains. D'oublier dans quelles conditions il est devenu cet hyper président...

Mais là n'est pas le plus grave. Puisque tous les partis ivoiriens ont vu leur audience baisser, en raison d'une abstention qu'il ne commentera pas, celle du Lider, son parti, est à l'unisson. Pas plus, pas moins. Sauf que le Lider, en soi, n'existe pas. Le Lider, c'est son leader : Mamadou Koulibaly. Et c'est tout.

Comme un étudiant fainéant, il paraphrase et traduit les chiffres en mots. Et là, on commence à comprendre le but, naïf, de sa manoeuvre : trouver une explication politique, politicienne, à une erreur intellectuelle. À une faute morale. Lorsqu'il avance que "le vainqueur (RDR, ndlr) a pris soin de violer toutes les règles démocratiques pour mettre en déroute ses adversaires, terroriser les populations, intimider l'électorat et utiliser les moyens financiers de l'Etat pour soutenir les candidats de son choix", ce n'est que pour oser derrière l'infamant : "Le FPI, avec son refus de participer au scrutin, a laissé tomber son électorat et le débat national pour se focaliser sur ses urgences du moment : se réjouir du faible taux de participation". Comment, moi, Gaulois vaguement au fait des "Ivoireries", puis-je être au courant que le FPI a boycotté  ce scrutin en raison de l'arrestation, suite à l'intervention française, puis du transfert de Laurent Gbagbo devant la CPI, et pas Mamadou Koulibaly?

Rien n'est pire qu'un intelligent qui joue à l'imbécile, à part peut-être un idiot qui fait le savant. On peine pour lui en le voyant évoquer la situation politique en Côte d'Ivoire comme si elle n'avait pas été "perturbée" par l'intervention française, comme si cette intervention n'avait pas eu lieu, comme si elle n'avait pas tout changé... Comme si "l'absence" de Laurent Gbagbo n'était qu'un détail.

On a du mal à distinguer encore le pourfendeur du franc CFA et des pratiques de la Françafrique derrière ces coupables et pathétiques omissions : un père, ça ne se tue qu'une fois. Et en reconnaissant Ouattara, il l'avait déjà fait... Si je pouvais l'interviewer aujourd'hui, ce serait ma seule question : pourquoi le 12 avril 2011, prenant Accra pour Londres et vous-même pour de Gaulle, ne vous êtes vous pas proclamé, en vertu de votre poste de président de l'Assemblée nationale, président de fait puisqu'il y avait vacance du pouvoir...?

L'intelligence ne fait pas tout. Pas plus en politique qu'ailleurs. Il faut du coeur, des tripes et le sens de l'histoire. On ne passe pas à côté d'un destin pour une carrière lorsqu'on s'appelle Mamadou Koulibaly. On n'en a pas le droit.
Même si je persiste, depuis mon petit point de vue, à prétendre qu'il ne faut pas jeter le bébé politique Koulibaly avec l'eau vaseuse du bain électoral ivoirien. Aucun pays ne peut se permettre le luxe de se priver d'un cerveau comme le sien. Bref : il faut sauver le soldat Koulibaly... y compris malgré lui.


Grégory Protche Rédacteur en chef du Gri-Gri International

Auteur de "On a gagné les élections mais on a perdu la guerre".

 

Source: LE GRI-GRI INTERNATIONAL

lundi, 19 décembre 2011

INCROYABLE MAIS VRAI: UN COMMANDANT DES FRCI NON-DEMOBILISE SE FAIT ELIRE A ATTECOUBE



COMMANDANT JAGUAR ET LE MAIRE DANHO PAULIN.jpg

Une preuve de plus que cette élection législative n'était qu'une mascarade, une élection qui a été tout sauf démocratique, libre, équitable et transparente. Pour être en alliance avec le RDR, actuellement, il faut avoir renié ses principes. Wodié l'apprendra à ses dépends. La Côte d'Ivoire le regarde.

 

C'est la « révélation » des législatives. Le commandant Jaguar, commandant des FRCI d'Attécoubé a réussi la prouesse électorale de se faire élire député d'Attécoubé, sous les couleurs du RDR, sans avoir troqué le treillis, sans avoir été démobilisé des FRCI, sans avoir démissionné ni obtenu d'autorisation du ministère de la Défense et sans que les électeurs ne s'en aperçoivent.

Son élection a pris de court la population qui le vomissait déjà du fait de ses exactions, parce qu'il s'est présenté sous sa véritable identité : Coulibaly Ibrahim. Et en battant campagne en veste, il a réussi à tromper la vigilance de la population. C'est trois de ses proches qui ont mis la puce à l'oreille du staff des autres candidats, après la proclamation des résultats par la CEI.

Commandant Jaguar (ici en treillis,
côté gauche, à côté du maire Paulin Claude Danho,  lors de la campagne pour la présidentielle) ou Coulibaly Ibrahim fait l'objet de plusieurs plaintes à Attécoubé dont celle d'une famille établie à Abobodoumé, qui le poursuit, lui et certains éléments sous son contrôle, pour « vol en réunion » et « séquestration ».

Par ailleurs, plusieurs requêtes en annulation ont été déposées au Conseil constitutionnel par les autres candidats « malheureux » contre l'élection, manifestement frauduleuse, du commandant Jaguar. Dans cette commune, il a été établi que des morts ont voté. La balle est dans le camp de Francis Wodié.



Clair Amondoua


Source: LE BANCO.NET

samedi, 17 décembre 2011

TAUX DE PARTICIPATION DE 36,56% AUX LEGISLATIVES: LA GROSSE ARNAQUE DE LA CEI


YOUSSOUF BAKAYOKO 3.gif

Le taux de participation aux législatives livré officiellement par la Cei reflète-t-il la réalité du scrutin ? 36,56% des 5,7 millions d’électeurs ivoiriens inscrits sur les listes électorales se sont-ils effectivement déplacés dans les urnes, dimanche dernier? Les réponses à ces questions à l’aune d’éléments liés au déroulement du scrutin et aux témoignages recueillis sur le terrain inclinent à croire, à l’analyse, que le taux donné par la Cei est loin d’être celui des législatives du 11 décembre dernier largement boycotté par les Ivoiriens.

Le président de la Commission électorale indépendante (?), Youssouf Bakayoko, a annoncé officiellement, jeudi nuit, les résultats provisoires des législatives du 11 décembre dernier et le taux de participation du scrutin. Le Rdr d’Alassane Dramane Ouattara, comme il fallait s’y attendre, grâce au découpage électoral biaisé par le pouvoir, s’est taillé la part du lion avec 127 sièges. Devançant largement son «allié», le Pdci-Rda de Bédié, qui totalise 77 sièges. De nombreux candidats du Pdci dont Konan Konan Denis à Bouaké crient à la fraude orchestrée par le Rdr. Quant au taux de participation, Youssouf Bakayoko le situe à 36,56%. Au grand dam des millions d’électeurs ivoiriens qui ont boycotté le vote législatif et des observateurs électoraux qui ont tous reconnu, dans leurs différents rapports, que le taux de participation était très faible. Certains observateurs qu’une équipe de Notre Voie a surpris à l’hôtel Novotel-Plateau faisant le point du vote, lundi 12 décembre dernier, ont même situé ce taux entre 20 et 25%. A la surprise générale, la Cei brandit un taux de 36,56%.

Les bureaux de vote étaient déserts

Tout le monde est unanime sur cette question y compris les observateurs électoraux et même le chef de l’Etat, Alassane Dramane Ouattara. Les Ivoiriens ne se sont pas bousculés dans les bureaux de vote, dimanche dernier. Les élections législatives ont donc pâti par leur manque criant d’affluence. Après avoir accompli son devoir civique, dimanche dernier, à 12h, au lycée Sainte-Marie d’Abidjan-Cocody, M. Ouattara a reconnu qu’il n’y avait pas d’affluence. Il s’est alors senti obligé de lancer un appel aux Ivoiriens pour qu’ils aillent voter. Cet appel a-t-il été entendu ? Visiblement, non. Puisqu’à moins de 2h de la fermeture des bureaux de vote fixée à 17h, ce 11 décembre 2011, les électeurs se faisaient toujours rares dans les dix communes d’Abidjan. A l’EPP Sicogi-Est de Koumassi, sur les 13 bureaux de vote, moins de cent électeurs avaient accompli leur devoir. Adjamé, Cocody, Abobo, Treichville, Marcory etc., c’était l’indifférence totale des Ivoiriens. «Les gens ne sont pas chauds pour voter. Je suis venu et je n’ai trouvé personne. J’ai voté et je m’en vais sans laisser personne», a confié un électeur que l’équipe de Notre Voie a rencontré dans un centre de vote à Yopougon Niangon-nord. Zié Daouda, un des candidats qui représentent le PDCI à Yopougon, et qui contestent les résultats donnés par la CEI Yopougon, parle d’un taux officiel d’un peu plus de 19%. Au groupe scolaire d’Anono de l’inspection de l’enseignement primaire de Cocody, tous les responsables rencontrés ont déploré le manque d’engouement des électeurs pour le scrutin. Quand on sait qu’Abidjan, la capitale économique, totalise la plus forte concentration d’électeurs au plan national au niveau des villes avec 30,11 % des électeurs soit 1.944.482 personnes inscrites, on comprend aisément que «le désert électoral» (l’expression est de la télévision France 24) constaté, dimanche dernier, dans la mégalopole, a eu indubitablement des conséquences dramatiques sur le taux de participation national. En tournée sur le terrain à Aboisso dans le Sud-Comoé, région qui a un très faible taux de concentration d’électeurs, le président de la Cei, Youssouf Bakayoko, a souligné, la mort dans l’âme, que «les chiffres que nous avons sont en baisse par rapport aux chiffres que nous avions à la même période (la mi-journée du dimanche 11 décembre dernier, ndlr) pour l’élection présidentielle».

Les observateurs indexent le manque d’engouement

Dans le nord du pays, favorable à Ouattara et à son parti politique, le Rdr, le vote a été globalement mitigé, a-t-on appris. Il était timide dans certaines localités et intensif dans d’autres. Cependant, au plan des statistiques valables depuis les présidentielles 2010 et validées par la Cei, les régions du nord figurent parmi les régions disposant d’un faible taux de concentration d’électeurs. A titre d’exemples : le Denguélé totalise 1,36% du corps électoral national ; le Bafing = 0,68% ; le Worodougou = 1,99% etc. Si le vote dans le nord du pays a mobilisé largement plus de 50% des électeurs inscrits dans la zone, il ne saurait influer sur le taux de participation national étant donné que la zone nord totalise à peine 13% de l’électorat. Il faut préciser que la région des savanes qui totalise 6,55% de l’électorat a un pied dans le nord et un autre dans le sud. Les cinq régions ayant une forte concentration d’électeurs sont toutes dans la zone sud du pays. Ce sont la région des lagunes (33,96%), le Haut-Sassandra (5,1%), les Montagnes (5,39%), la vallée du Bandama (6,48%) et la région des savanes (6,55%). Or, les populations ont boudé à plus de 80% les législatives dans la zone sud du pays. C’est au su de tout cela que le Fpi, ex-parti au pouvoir, dont l’appel au boycott des législatives a été largement suivi par les Ivoiriens, suivant le rapport de ses structures internes, a officiellement parlé d’un taux de participation qui tourne autour de 14,33%. Une évaluation qui n’est fondamentalement pas loin du constat fait par des observateurs électoraux nationaux et internationaux. Le mardi 13 décembre dernier, face à la presse à l’hôtel Pullman-Plateau, les observateurs de l’Union africaine (Ua) conduits par l’ex-Premier ministre nigérien, Seini Ouamarou, ont indexé le manque d’affluence aux législatives et souligné que «l’appel au boycott par l’ancien parti au pouvoir, le Front populaire ivoirien, a certainement eu des répercussions sur les élections législatives du 11 décembre dernier». Même son de cloche pour les observateurs du Cpi-Uemoa dont le porte-parole, Abdouramane Sow, a souligné «la participation plutôt faible des citoyens électeurs aux législatives».

Comme pour la présidentielle 2010…

Comment expliquez que la Cei affecte un taux de participation confortable de 36,56% à un scrutin législatif pour lequel tout le monde est unanime à reconnaître qu’il a été un flop ? En 2001, le taux de participation était de 33,1%, donc faible, alors que la fracture socio-politique était aussi profonde qu’elle l’est aujourd’hui. Aujourd’hui où des millions d’Ivoiriens sont réfugiés internes et externes, des Ivoiriens sont contraints à l’exil, l’insécurité orchestrée par les forces pro-Ouattara est inquiétante et frappe toutes les couches sociales, Laurent Gbagbo et certains de ses partisans sont détenus illégalement, le processus de réconciliation nationale est plombé, la colère et la rancœur sont dans tous les cœurs, les Ivoiriens en veulent à leurs leaders politiques… c’est curieusement à ce moment-là que la Cei voit un taux de participation de 36,56% à une élection. Peut-on être surpris de ce «miracle» de la Cei version Youssouf Bakayoko ? Assurément, non. Puisqu’en novembre 2010, cette Commission avait fait passer curieusement le taux de participation au second tour de la présidentielle de 70 à 81%. M. Gérard Latortue, le chef de la délégation des observateurs de la Francophonie, affirmait le 29 novembre 2010, selon le site www.africa-times-news.com, que «même si le taux de participation au second tour était inférieur à celui du premier, il pourrait avoisiner les 70%». Cette information est confirmée, le même jour, par France 24 sur son site. Deux jours plus tard, Youssouf Bakayoko s’est rendu au QG de campagne de Ouattara au Golf hôtel pour y annoncer un taux de participation de 81%. Ces chiffres contradictoires ont jeté le discrédit sur la Cei et les résultats provisoires de la présidentielle donnés par Bakayoko. La suite, on la connait. Le schéma actuel des législatives est quasiment calqué sur celui des présidentielles. Et Youssouf Bakayoko est toujours à la manette.


Didier Depry didierdepri@yahoo.fr

In le quotidien ivoirien "Notre Voie" N° 4011 du samedi 17 décembre 2011.


Source: IVORIAN.NET

vendredi, 16 décembre 2011

FRAUDES AUX LEGISLATIVES, KKB HAUSSE LE TON FACE AU RDR: «CE N’EST PAS PARCE QU’ON EST EN ALLIANCE QU’ON DOIT SE LAISSER VOLER!»

 


KKB.jpg

Le président de la Jeunesse du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), allié du parti ouattariste dans le cadre du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix, Kouadio Konan Bertin dit «KKB», n’a pas mâché ses mots dans une interview donnée hier à l’agence Alerte Info. «La crédibilité de la Commission électorale indépendante (CEI) est en jeu», a-t-il martelé face aux nombreuses accusations de fraude et de partialité. Poussant le bouton plus loin, il est allé jusqu’à suggérer que les recours du président Gbagbo devant le Conseil constitutionnel, qui lui ont valu d’être bombardé par l’armée française et de se trouver aujourd’hui devant la Cour pénale internationale (CPI), étaient peut-être fondés. S’adressant à l’institution dirigée par Youssouf Bakayoko,  il l’a appelé à ne pas donner «raison à Gbagbo qui, hier, a posé ce problème» d’impartialité de la CEI.

Répondant à une question sur le caractère un peu étrange des règlements de compte et sourtout des accusations de fraude entre des alliés au sein du RHDP, KKB a été catégorique. «Ce n’est pas parce qu’on est en alliance qu’on doit se laisser voler ses résultats», a-t-il dit, réclamant haut et fort «justice et transparence». Que fera désormais le régime Ouattara pour maintenir l’alliance entre «houphouétistes» ? Ira-t-il jusqu’à actionner le Conseil constitutionnel pour restituer au PDCI certaines circonscriptions sur lesquelles il y a conflit ? Les prochains jours nous situeront.


Benjamin Silué


Source: NOUVEAU COURRIER.INFO

MAGIE A LA CEI: LE DESERT ELECTORAL SE TRANSFORME EN FORET ELECTORALE!


UNE N° 14116 FRAT-MAT.jpg

Hallucinant, ce que nous avons pu entendre de la CEI de Youssouf Bakayoko, hier, et lire de la presse, ce matin: le désert électoral certifié par France 24, RFI, Euronews et TV5 Monde à la clôture des bureaux de vote, le dimanche 11 décembre dernier, a subitement mué en savane arborée, si ce n'est en forêt! 36,56% de taux de participation à un scrutin où l'électeur était aussi rare que l'or fin! Mieux qu'en 2000 où on avait au moins une savane!

Franchement, Poutine même (en Russie) n'aurait pas réussi pareil exploit. Des indiscrétions à l'ONUCI attestent que le véritable taux de participation à cette élection législative est de 8%!!! Où le régime Ouattara a-t-il trouvé les 28 autres pour cent de voix pour atteindre un tel score?

Et puis, comment se fait-il que le RDR a EXACTEMENT, comme par enchantement,  la moitié des sièges du parlement, lui assurant ainsi une majorité stricte lui permettant de faire passer toutes les lois les plus impopulaires, sans l'aval du PDCI-RDA, son allié et dauphin électoral? Hautement suspect que tout ceci.

Le monde entier comprendra, enfin, par quelle technologie ouattarandienne le Président Laurent Gbagbo aura été floué de sa victoire éclatante à la Présidentielle de 2010. Le chien n'a jamais changé sa manière de s'asseoir, comme aiment à le dire les Ivoiriens. Ouattara vient de remettre ça!

Ci-gît, la démocratie! Vivent la fraude et la dictature!


Que DIEU bénisse la Côte d'Ivoire!


DINDE Fernand AGBO

DE LA LEGITIMITE EN QUESTION

HAMED BAKAYOKO 2.jpg

Les législatives ivoiriennes viennent de s'achever avec une abstention record qui ne devrait pas se situer en dessous des 80% (à moins de falsification de chiffres), aux dires de biens des observateurs du scrutin électoral, en mission dans diverses zones de la Côte d'Ivoire, sous le regard médusé de tous les soutiens d'Alassane Ouattara qui pariaient sur la popularité du chef de l'Etat ivoirien. Ce qui avait, un moment, justifié la guerre faite à Laurent Gbagbo, accusé de s'accrocher au pouvoir et de ne pas reconnaître sa défaite électorale. Aujourd'hui prisonnier international élevé au rang d'icône africaine et même plus, Laurent Gbagbo, le grand absent se trouve être, malgré lui, l'indiscutable vainqueur de l'élection législative du 11 décembre 2011.

D'autres ont parlé, à juste titre, de « désert électoral », y compris France 24, qui ne peut être précisément soupçonnée de soutenir l'ex-président ivoirien, tant les bureaux de vote ont été évités et les urnes, éludées. Le mot d'ordre du FPI-CNRD est passé par là. Et les Ivoiriens qui se reconnaissent dans le combat du Président Laurent Gbagbo pour la démocratie, la souveraineté et l'indépendance véritable de la Côte d'Ivoire, ont massivement répondu à l'appel. Y a-t-il démonstration de force plus éclatante ?

Comment pouvait-il d'ailleurs en être autrement ? Avec le Président Laurent Gbagbo bombardé, renversé par la France et déporté en prison loin de son pays, des milliers de nos compatriotes en exil, des autorités, cadres et militaires ivoiriens injustement détenus dans les goulags du Nord par Alassane Ouattara, une CEI entièrement de coloration RHDP, un découpage électoral proprement scandaleux (un exemple hautement révélateur : seulement 5 sièges de députés pour Yopougon, la plus grande commune de Côte d'Ivoire, la deuxième circonscription la plus peuplée du pays après Abobo, et 10 sièges injustifiables pour Korhogo qui vaut à peine la moitié du poids électoral de Yopougon), une insécurité consternante, avec des FRCI - régulièrement coupables d'exactions et de crimes - dans tous nos villages et villes, et une tolérance zéro du point de vue politique à l'égard des partis issus de La Majorité Présidentielle et particulièrement du FPI, le parti de Laurent Gbagbo, dont les meetings sont persécutés et dispersés par les FRCI et les militants du RDR, avec à la solde des blessés par balles et par armes blanches.

Quand donc la presse RHDP titre : « Le FPI absent, la violence aussi », à la fin des législatives, elle se trouve être très mal inspirée et peu objective. Elle oublie, par mauvaise foi, de relever que la campagne électorale de ces législatives a enregistré 5 morts et des blessés graves, ainsi que des scènes ubuesques de bastonnades entre alliés. Nous en aurions ri, s'il ne s'agissait pas de frères Ivoiriens dont la vie a été ainsi mise en danger.

Ainsi, à Grand-Lahou, une grenade offensive lancée par des hommes armés dans une réunion de campagne du PDCI, au domicile d'un militant, a fait plusieurs morts. Le domicile du colistier du candidat Mabri Touakeusse, à Man, à été mis à sac par des militants du RDR. Sans oublier, dans la même ville, les propos d'un tribalisme primaire d'un certain ministre de Ouattara. A Koumassi, la presse nous a rapporté que le ministre candidat du RDR, Cissé Bacongo, a pointé, menaçant, un pistolet contre un élément du cortège de son adversaire du PDCI-RDA, N'dohi Raymond, si ce n'est contre l'adversaire lui-même, selon certaines versions. On a frôlé le pire entre les deux camps. Tant l'animosité la plus basse a été de rigueur entre les deux « alliés » jusqu'à la dernière minute de la campagne. Des menaces et intimidations graves ont été dénoncées à Bouna par le MFA d'Anaky Kobena contre le Commandant Wattao. Le MFA, le RDR et les FN y étaient à couteaux tirés. A Yamoussoukro, des militants PDCI battant campagne se sont faits copieusement rosser par leurs alliés du RDR, avec de nombreux blessés. Le PDCI avait même promis porter plainte. Des dissensions de toutes sortes, des tensions et des attaques rangées ont été ainsi relevées, un peu partout dans le pays.

Le Premier ministre Soro Guillaume avait, à ce propos, tapé sur la table en exigeant que les violences de la campagne cessent. Les violences de qui ? Les rédactions arrimées au RHDP l'ont même rapporté dans leurs différents organes. Y compris la promesse du ministre délégué à la défense, Paul Koffi Koffi, de faire mettre aux arrêts les FRCI coupables de violences électorales, et rappelant à l'ordre tous ses soldats. Alors, objectivement, de quelle violence du FPI parle-t-on ? A qui la violence colle-t-elle indécrottablement à la peau ? La réponse ne souffre d'aucune espèce d'ambiguïté : le RHDP, et particulièrement, le RDR.

En revanche, nous pouvons avancer sans risque de nous tromper, que c'est même l'absence du FPI-CNRD qui a sauvé les statistiques sanitaires et hospitalières de ce scrutin. Car c'est sur cette famille politique que se sont toujours exercées les violences du RDR, de la rébellion ivoirienne et des FRCI, depuis le 19 septembre 2002. Son poids politique impressionnant (dont il vient encore de donner la preuve et de faire usage) leur fait justement perdre toute sérénité, justifiant les dérives inacceptables commises contre ses membres et ses leaders. Sur la question, on ne peut tromper les Ivoiriens et faire du révisionnisme.

La participation à ce scrutin - le monde entier a pu le constater - est un flop retentissant. Et ceux qui clament leur majorité à tout bout de champ n'ont pas même réussi à faire sortir leurs propres militants - si propres militants il y a vraiment, dans les proportions dont ils se targuent depuis au moins une dizaine d'années ! Etayons notre pensée. Le collège électoral ivoirien compte 5,7 millions d'inscrits, avec 4,7 millions de votants à la présidentielle. Selon le président de la Commission électorale indépendante (CEI), Youssouf Bakayoko, Alassane Ouattara, candidat du RHDP, a été élu avec 54,10% des voix, en tenant compte des abstentions et des bulletins nuls. Ce qui lui donne un bénéfice d'environ 2,5 millions de voix sur 4,6 millions de votants ayant effectivement exprimé leurs suffrages. Comment comprendre que malgré l'appel pressant lancé par lui sur les antennes de la RTI, depuis son lieu de vote de Cocody Lycée Sainte-Marie, « personne » ne soit sorti et qu'on ait enregistré la participation de moins de la moitié de ses propres électeurs - tous les partis du RHDP compris - à ce scrutin ?

Au moins, ses 54,10% d'électeurs effectifs devaient avoir voté pour son groupement politique le 11 décembre, si on considère que l'abstention de la présidentielle est partagée entre tous les partis politiques alors engagés dans la course au fauteuil présidentiel, chacun ayant ses abstenus, et que, ce faisant, celle des législatives ne peut pas en être si radicalement différente. Un écart même de 10 points du score du RHDP aux présidentielles, soit 44,10% de taux de participation, aurait pu être encore compréhensible même s'il est déjà énorme. Mais moins de 20% ? C'est une énigme, une curiosité à étudier. Relativement aux inscrits, notamment. Le message est, en réalité, très simple et on ne peut plus clair : c'est un désaveu cinglant des Ivoiriens. Qui ne se reconnaissent pas dans le pouvoir en place et ne cautionnent pas ses actions contre la réconciliation nationale à travers le transfèrement du président Gbagbo à La Haye.

Pour en venir à la légitimité, le ministre de l'Intérieur Hamed Bakayoko en a une définition bien singulière, lui qui a déclaré sur les antennes de France 24 : « Il n'y avait aucune agressivité, les gens ont voté librement, sans violence, c'est ça la légitimité ! ». Sacrément bien curieuse sémantique donnée à ce mot, Monsieur le Ministre ! En démocratie, la légitimité s'acquiert par l'aval du peuple et cette caution se traduit par le vote. Quel aval le peuple vous a-t-il donné dans cette élection, Monsieur le Ministre ? Aucun ! Plus de 80% d'Ivoiriens vous l'ont refusé. Cela s'appelle de l'illégitimité. Ces élections doivent donc être reprises. Le parlement à venir n'est pas représentatif des Ivoiriens et est donc dépouillé de toute légitimité. Mieux, avec ce score, le RHDP peut-il objectivement et mathématiquement avoir remporté les présidentielles de 2010 ? Nous laissons le soin à la sagacité de chacun d'y répondre.

Nous comprenons mieux pourquoi les ambassadeurs des Etats-Unis, Philip Carter 3, et de la France, Jean-Marc Simon, ont tant tenu à la participation de l'alliance FPI-CNRD ou de La Majorité Présidentielle (LMP). S'agissait-il pour eux de donner à la famille politique de Laurent Gbagbo un rôle d'accompagnateur pour parachever leurs cabales contre notre pays, depuis 2010 ? Le FPI-CNRD a eu la lucidité de ne pas mordre à l'appât. L'actualité brûlante lui donne raison. Il reste, indiscutablement, la première force politique de notre pays.

En outre, mon Dieu !, que de contorsions et de circonlocutions pour justifier la débâcle ! On aura tout entendu : « Il n'y avait plus d'enjeu », « les électeurs ne connaissaient pas le rôle d'un député », « les Ivoiriens ont été traumatisés par la crise postélectorale », « le vote leur a fait peur à cause de la présidentielle » et tutti quanti. Ce qui est vrai, c'est que ce score représente le véritable poids électoral de l'alliance Bédié-Ouattara. L'enjeu, il existait bel et bien : celui, pour Ouattara, de prouver qu'il a été porté à la présidence par la majorité des Ivoiriens et de se constituer une assemblée nationale représentative du peuple de Côte d'Ivoire. Il l'a lui-même dit : « Cette élection est essentielle » pour notre pays. Y a-t-il enjeu plus grand ?

Quant à l'argument de la connaissance du rôle des députés, c'est de la diversion. On vote les députés en Côte d'Ivoire depuis 1960. Les Ivoiriens savent bien de quoi il s'agit. A défaut, ils votent leur parti politique ou leur mentor, plus du tout le candidat. Et puis, tout compte fait, à quoi ont servi les pré-campagnes et la campagne électorale. Qu'ont-ils raconté aux populations pendant une semaine, ces candidats ? Au reste, à quoi sert l'éducation citoyenne financée par la CEI et les organisations internationales ? Les deux derniers arguments sont tout aussi fallacieux que les deux premiers. Le régime Ouattara ne clame-t-il pas à l'envi que la Côte d'Ivoire est « rassemblée » et que la réconciliation est « en marche » ? Qu'est-ce qui traumatise encore à ce point les électeurs du RHDP - abstraction naturellement faite de ceux de La Majorité Présidentielle ayant volontairement opté pour le boycott pur et simple d'un scrutin dans lequel ils ne se reconnaissent pas ?

On peut ainsi voir la vacuité de l'argumentaire brandi par le régime Ouattara pour justifier sa banqueroute électorale. L'Histoire le retiendra : les Ivoiriens ne se reconnaissent pas dans les actions du nouveau pouvoir ivoirien et ont refusé de lui donner un blanc-seing lui permettant de continuer à s'enorgueillir, les brimer - avec en prime l'arrogance - et prospérer dans la justice des « vainqueurs ». Tous les acteurs politiques ivoiriens devraient en tirer toutes les conséquences.


Que DIEU bénisse la Côte d'Ivoire !


DINDE Fernand AGBO


In le quotidien ivoirien "Le Nouveau Courrier" N° 392 du jeudi 15 décembre 2011.

jeudi, 15 décembre 2011

BOUAKE: KONAN DENIS (PDCI) BRANDIT LES PREUVES DE LA FRAUDE DU RDR

ELECTION COTE D'IVOIRE.jpg

Alors que la publication des résultats de l’élection législative se fait au compte-gouttes, le mouvement de protestation du PDCI contre la machine à fraude du RDR tend à se généraliser. Ainsi, seulement quelques heures après la sortie du candidat Pdci de Yopougon, Zié Coulibaly, au baron bar, c’est le doyen Konan Konan Denis qui, à Bouaké, dans le centre du pays, accuse le RDR d’Alassane Ouattara de fraudes massives.

Au cours d’une conférence de presse qu’il a tenue, hier, en fin d’après-midi, au siège du PDCI à Bouaké, il a dénoncé ce qu’il appelle la mascarade électorale organisée par le RDR, en complicité avec la commission électorale indépendante (CEI).

Brandissant des procès verbaux qui manifestement ont été truqués, et sur la base desquels la liste RDR a été déclarée gagnante par la CEI départementale, l’ancien maire de Bouaké a revendiqué la victoire à l’issue du scrutin, au nom de son parti. En dépit des pratiques mafieuses constatées dans certains bureaux de vote. Notamment le bourrage d’urnes, l’intimidation à l’encontre des militants et sympathisants du PDCI, etc.

Par ailleurs, Konan Konan Denis s’est insurgé contre l’attitude de la CEI locale qui a publié les résultats du scrutin en la présence du seul candidat RDR dont les accointances avec les membres de la commission dite indépendante ont été mises à nu. Face à la situation, la liste PDCI pour les législatives à Bouaké a décidé de faire un recours devant la commission centrale de la CEI, à Abidjan, à l’effet d’obtenir une annulation des résultats proclamés et un réexamen des procès-verbaux. Au dire de Konan Konan Denis, une équipe est déjà en route pour Abidjan aux fins de formuler officiellement la réclamation de la liste Pdci, avec à l’appui toutes les preuves du faux dont le RDR et la CEI locale de Bouaké se sont rendus coupables.


Source: NOUVEAU COURRIER.INFO

mardi, 13 décembre 2011

LE FPI ANNONCE ENVIRON 14,33% DE TAUX DE PARTICIPATION - LAURENT AKOUN (SG): «NOUS ALLONS CONTESTER TOUS LES CHIFFRES»

 

AKOUN LAURENT.jpg

Le Front populaire ivoirien (FPI) a dit sa part de vérité hier lundi 12 décembre 2011, lors d'une conférence de presse au siège du Congrès national de la résistance pour la démocratie (CNRD), sur la polémique autour du taux de participation des électeurs aux législatives. Le secrétaire général par intérim du FPI, Laurent Akoun, a annoncé un taux de participation de 14,33 %. « Lorsqu'un nouveau président est oint par le peuple, les législatives le confirment par un fort taux de participation. Les élections qui viennent de se tenir ne sont donc pas banales. C'est le second clignotant significatif d'une Côte d'Ivoire réconciliée avec elle-même. Le taux de participation et la légitimité du président de la République étaient en jeu », a-t-il expliqué, qualifiant ce scrutin « d'escroquerie politique ». Pour lui, ce « très faible taux de participation » indique que les Ivoiriens ont « respecté avec rigueur » le mot d'ordre de l'opposition.

M. Akoun a donné des chiffres relatifs aux élections présidentielles, législatives et départementales de 2000 à 2011. A l'entendre, en 2000, la présidentielle avait enregistré 37,4 %, les législatives 33,1 %. En 2002, pour les départementales, l'on avait 28,01 %. Mais en 2010, le taux pour la présidentielle était de 81,1 % et 14,33 % pour les législatives. « Ce qu'ils veulent refuser, c'est ce que le peuple de Côte d'Ivoire leur dit : ce parlement est illégitime. Il faut reprendre les élections. On tarde à donner les résultats parce qu'on veut nommer des députés », a-t-il martelé. Avant de demander entre autres, la libération de tous les cadres de LMP en prison, l'abandon de toutes les procédures judiciaires engagées contre les partisans de Laurent Gbagbo. Selon lui, les mécontents dans les rangs d'Alassane Ouattara se sont exprimés en boycottant le scrutin ; enfin, que le peuple ivoirien « rejette sa gouvernance ». M. Akoun a affirmé que le FPI attend que le pouvoir reprenne langue avec lui parce que selon lui, « le dialogue, on l'a volontairement interrompu pour les interpeller. Ils ont poussé le bouchon un peu trop loin », a-t-il assené.


Hervé Kpodion


Source: L'INTER

ELECTIONS LEGISLATIVES: KOULIBALY MAMADOU, GERVAIS KOULIBALY, ANAKY KOBENAN ET LES EX- DEPUTES FPI, TOUS BATTUS

 

MAMADOU KOULIBALY 9.jpg

Une Assemblée nationale monocolore, à forte dominance Rrd. Tel est le schéma qui se dessine, au sortir des législatives du 11 décembre. En attendant la proclamation des résultats officiels par la Cei dans les heures à venir, les tendances recueillies ça et là dans les Etats-majors des différents candidats annoncent une très large victoire du Rdr. Ces résultats provisoires font état de plusieurs « grosses victimes » dans les rangs de l'opposition. Ce sont, Mamadou Koulibaly, président de Lider. Il aurait été battu avec un score peu honorable ; Gervais Koulibaly ; Anaky Kobénan, président du Mfa ainsi que la dizaine d'ex- députés Fpi qui sont allés en indépendants.

Dans les rangs du pouvoir Ouattara, on note également des surprises, notamment, Marcel Amon Tanoh, directeur de cabinet d'Alassane Dramane Ouattara, qui a été battu à Aboisso malgré tous les moyens colossaux dont il disposait. Si ces tendances se confirment, il est clair que le nouveau Parlement sera qui le réflète pas l'opinion ivoirienne dans sa diversité. Ce qui ne correspond en rien à celui annoncé par Ouattara comme un hémicycle démocratique et consensuel. Le parlement pourrait être composé à 90% d'élus du Rhdp. Rien de surprenant ! Avant le scrutin, le régime a fait un découpage que certains avaient qualifié d'arbitraire, parce que, octroyant plus de nouvelles circonscriptions au nord, le fief du Rdr. Dès lors, le Rdr partait aux élections avec une avance de plus de 74 postes de députés.

César Ebrokié


Source: NOTRE VOIE

vendredi, 09 décembre 2011

QUEL REGARD PORTEZ-VOUS SUR LA CAMPAGNE ELECTORALE DES LEGISLATIVES?

 

CAMPAGNE ELECTORALE 2011.jpg

Chers tous,

Une curiosité me taraude les méninges: J'aimerais bien savoir comment vous avez, personnellement, vécu cette campagne électorale des législatives dans votre quartier, votre ville ou votre village.

Franchement, dans mon secteur, c'était un bide. Quelques agités qui faisaient un peu de bruit, sans plus! Avec des candidats du RDR (indépendants contre titulaires investis) au bord de l'empoignade. Les indépendants décrient le choix du parti et n'entendent pas se laisser faire. Le RDR part donc déjà diminué devant le PDCI. Pour arranger les choses, ils sont non seulement sans le sous mais sans idées novatrices, sans véritable plan de conquête, ne comptant que sur l'aura local de leur parti, le RDR ou le PDCI.

Doublé de cela, l'absence de La Majorité Présidentielle dans la course. Imaginez la campagne! Moche de chez moche. RDR et PDCI s'ennuient dans un programme insipide. Les mêmes tours sporadiques à mobylette, les mêmes mini-bennes KIA avec des jeunes aux T-shirts à l'effigie du candidat qui apparaissent une fois tous les deux jours. Pas d'enjeu pour leur fouetter le sang. C'est la campagne électorale la plus insipide à laquelle il m'a jamais été donné d'assiter.

Sur le plan national, on a carrément basculé dans la violence. Verbale et physique. Entre les alliés. Des morts et des blessés graves. Démocratie à la RHDP, quoi! Si le FPI-CNRD s'en était mêlé, ça aurait été l'hécatombe, c'est clair! S'il se font cela entre alliés, qu'en serait-il advenu d'ennemis politiques?

Comment avez-vous vécu cette campagne, chez vous? Racontez-nous un peu! Le texte ci-dessous est, à ce propos, une peinture plus qu'éloquente de la relation de haine-amour qui prévaut, en ce moment, au RHDP; ça risque de cramer. Bonne lecture et n'oubliez pas de laisser votre mot.


Que DIEU vous bénisse!


DINDE Fernand AGBO


---------------------------------------

 

 

LEGISLATIVES DU 11 DECEMBRE: FIN DE CAMPAGNE ELECTRIQUE - RDR ET PDCI AU BORD DE L'AFFRONTEMENT

 


L'adrénaline monte au fur et à mesure que l'on approche du 11 décembre 2011, date prévue pour les élections législatives. A 48 heures de ce scrutin (...) les différents état-majors bandent leurs muscles pour porter le coup fatal à l'adversaire, ou pour contrer ceux venant d'ailleurs.


A ce dernier jour de la campagne électorale (elle prend fin ce vendredi à minuit ndlr), tous les coups sont permis, soit pour séduire les électeurs, soit pour intimider le candidat d'en face et ses militants. Cette adversité sur fond de menace, voire d'éventuels affrontements, est perceptible dans certaines localités, où des grosses pointures de la politique ivoirienne sont en compétition. Les couleurs sont déjà annoncées, notamment à Koumassi avec le duel à mort qui oppose le ministre Cissé Bacongo, candidat du Rassemblement des républicains (Rdr), au maire N'dohi Raymond, qui défend les couleurs du Pdci. Les deux alliés d'hier dans le cadre de l'élection présidentielle de 2010, sont désormais des adversaires, voire des ennemis jurés qui se regardent en chiens de faïence. Leurs équipes respectives de campagne ont déjà croisé le fer, et se menacent constamment. Au cours d'une conférence de presse animée le mardi 06 décembre, les services du candidat N'dohi ont sommé ceux de Bacongo de libérer le site de Inch'Allah afin qu'ils s'y installent pour leur meeting de clôture. Du côté des Bacongo, dont le site de campagne est installé à deux pas du stade Inch'Allah, il n'est pas question de partir. « Nous les attendons ici », a répliqué un membre de l'équipe Bacongo. Aux dernières nouvelles, les pro-N'dohi ont renoncé à leur meeting de clôture sur le site Inch'Allah, évitant ainsi un affrontement imminent entre militants Pdci et Rdr.

A l'Ouest, notamment à Man, c'est le même constat, cette fois entre les équipes de Konaté Sidiki, candidat au compte du Rdr et ceux de Mabri Toikeusse pour l'Udpci. Ces deux membres du gouvernement Ouattara veulent chacun remporter les législatives dans cette région. Man s'annonce donc comme une autre zone chaude pendant ces consultations électorales. L'on note déjà des échauffourées entre militants des deux partis, qui se traduisent par des intimidations, des bastonnades, des affiches déchirées, et des QG de campagne saccagés.

Pour ce dernier jour de campagne, le risque d'affrontement paraît encore grand dans l'Ouest, même si la suspension de la campagne de Konaté Sidiki, pour cause du décès d'un des leurs, met un bémol à la montée d'adrénaline.

Du côté de Bouna, le discours de campagne vire à l'invective et pourrait réveiller les vieux démons. La ministre Kaba Nialé, candidate du Rdr, est taxée d'étrangère par les partisans de son adversaire, Hien Philippe, un indépendant issu des Forces nouvelles. Les militants Rdr, quant à eux, rappelent à ce dernier qu'il est un rebelle. Des propos qui fâchent et qui pourraient faire renaître les inimitiés.

A Séguéla, ce n'est pas la sérénité. Amadou Soumahoro, secrétaire général par intérim du Rdr, hostile aux candidatures indépendantes, devra faire avec l'un de ces free-lance sorti des rangs du Rdr à Séguéla, du nom de Diomandé Mamadou. Il y a déjà eu des échauffourées entre des militants pro-Soumahoro et pro-Diomandé dans le village de Wama, dans le canton Kourana. Ces tensions (il y en a d'autres) qui ont jalonné la campagne électorale, laissent présager un scrutin mouvementé le dimanche 11 avril prochain.


In le quotidien ivoirien "L'Inter"


Source: COTE D'IVOIRE LA VRAIE

04:30 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Société ivoirienne | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : côte d'ivoire, campagne électorale des législatives 2011, élections législatives | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

mercredi, 07 décembre 2011

OPERATION «JE NE VOTE PAS LE 11 DECEMBRE»

BOYCOTT DES LEGISLATIVES 2011.jpg

Ce dimanche 11 décembre, le collège électoral ivoirien est convoqué aux premières élections de l'ère Ouattra: Les législatives 2011. Avec le président Laurent Gbagbo renversé par la France et déporté en prison loin de son pays, des milliers de nos compatriotes en exil, des autorités, cadres et militaires ivoiriens injustement détenus dans les goulags du Nord par Alassane Ouattara, une CEI entièrement de coloration RHDP, un découpage électoral frauduleux et proprement scandaleux (juste un petit exemple: 6 sièges pour Yopougon, la plus grande commune de Côte d'Ivoire, la deuxième circonscription la plus peuplée du pays après Abobo, et 10 sièges pour Korhogo valant à peine la moitié de son poids électoral), une insécurité prononcée, avec des FRCI - constamment coupables d'exactions et de crimes - dans tous nos villages et villes, et une intolérance politique à l'égard des partis issus de La majorité présidentielle et particulièrement du FPI, le parti de Laurent Gbagbo, dont les meetings sont persécutés et dispersés, avec à la solde des blessés par balles et par armes blanches.

Aujourd'hui, ils ont besoin de toi pour les accompagner dans leur forfaiture et légitimer un régime installé par la force des armes, par une coalition internationale menée par Nicolas Sarkozy. En homme digne, en femme responsable, en citoyen libre, dis "NON" à cette imposture.

Ce dimanche 11 décembre donc, reste chez toi et prie pour la Côte d'Ivoire, pour tous les Ivoiriens qui souffrent, pour la survenue d'une paix véritable et pour le Président Laurent Gbagbo.

Je ne donnerai pas ma voix à la dictature et à cette escroquerie morale. Je ne voterai pas même un indépendant se réclamant de Gbagbo ou du CNRD. Fais-en de même! Prouve, par le recours citoyen à l'abstention massive, que tu représentes la majorité et que tu ne peux cautionner la prise en otage de ton pays, la Côte d'Ivoire, par un régime qui prend ses ordres à l'Elysée.

 

Dis NON à l’imposture !


Passe le message.


 

Que DIEU bénisse la Côte d'Ivoire!


DINDE Fernand AGBO

vendredi, 25 novembre 2011

PROFESSION, DEPUTE A L'ASSEMBLEE NATIONALE!


MAISON DES DEPUTES A YAMOUSSOUKRO.jpg

Maison des députés à Yamoussoukro


La crise postélectorale ivoirienne a ceci de louable qu'elle nous permet, aujourd'hui, de constater que certains hommes politiques de ce pays sont tout juste des suiveurs sans conviction et sans idéaux démocratiques. Pour eux, ne comptent que les avantages à tirer d'un engagement opportuniste et la jouissance que procure une fonction parlementaire. Ces personnages, qui ne doivent leur statut de citoyen privilégié bénéficiant d'un certain rang social que parce qu'ils sont des députés, n'entendent pas pour des dogmes politiques se priver de caviar et de champagne ni se soustraire au grand train de vie que leur offre leur titre ou à l'honorabilité qu'il leur confère.

En un mot, être député à l'Assemblée nationale, ils en ont fait un métier. Ils n'en ont pas d'autres, n'en ont pas connus d'autres ou n'en veulent plus d'autres. Le perdre ou manquer l'objectif correspondrait alors pour eux à une descente aux enfers, à une rétrogression dans l'échelle sociale ou à un échec personnel. Ils ne peuvent y survivre ou le supporter. Pas même pour un idéal. Politique du ventre et intérêts personnels obligent.

Certains y aspirent pour continuer à se sentir important et incontournable, proches du pouvoir qu'ils ont été, quand d'autres, nouveaux venus sous peu dans la course à l'hémicycle, espèrent en faire un tremplin de percée sociale. Au mépris de tout mot d'ordre émanant de leur parti et sous l'instigation de certains diplomates occidentaux, navigant en eaux troubles depuis l'élection présidentielle de 2010 et à qui nous devons de vivre dans un pays où règne la terreur, l'insécurité, la justice des « vainqueurs » et le non droit.

Nous avions peut-être naïvement pensé qu'être député consistait à représenter une population en tant qu'élu de la nation et que les souffrances et préoccupations de ce peuple-là passait en priorité pour le représentant qu'il avait mandaté. La priorité, aujourd'hui, pour les partisans et sympathisants de La Majorité Présidentielle qu'ils représentent déjà ou nourrissent le projet de représenter, c'est la libération de leur leader, le Président Laurent Gbagbo, de son épouse, Simone, de tous les principaux dirigeants du FPI-CNRD en captivité et de tous les prisonniers politiques et militaires du pouvoir Ouattara. Ne pas l'avoir compris les disqualifie à parler en leur nom ou à briguer leur suffrage.

ASSEMBLEE NATIONALE IVOIRIENNE 2.jpg

De ce point de vue, il faut rendre un hommage vibrant à tous ces élus et cadres ivoiriens potentiels parlementaires 2011 qui, au nom de leurs idéaux et la noblesse de leur lutte sont prêts à sacrifier mandats et ambitions parlementaires pour que soit tenu haut le flambeau de la lutte démocratique dans notre pays. Au rang de ceux-ci, nous citerons le Secrétaire général et porte-parole du FPI, Monsieur Laurent Akoun, qui a asséné ses vérités au meeting organisé par les responsables du FPI du Sud-Comoé, samedi dernier 19 novembre à Bonoua, rassemblement qui s'est tenu malgré la répression inacceptable des FRCI : «Il faut leur dire (aux militants) que le FPI de Laurent Gbagbo, qu'Affi N'guessan nous a momentanément confié, n'a pas donné une caution à quelque individu que ce soit pour représenter ses intérêts dans un parlement. Nous n'avons pas de candidats. Ne vous laissez pas avoir. Ils vont venir dire, c'est la famille. Non, c'est leurs intérêts, c'est leurs tubes digestifs. Ne vous mêlez pas de leur affaire. Moi, je suis député sortant à Alépé et je peux gagner. Mais Gbagbo est en prison, Simone est en prison, Adjobi (Christine) est en prison, Affi est en prison, Sangaré est en prison..., je vais être candidat pour défendre quoi ? Sachez que ce qu'ils veulent faire-là, ça ne nous concerne pas !», a-t-il martelé. Le message est on ne peut plus limpide et gageons qu'il a été reçu sans équivoque par tous les démocrates ivoiriens proches de Gbagbo.

De toutes les façons, comment va-t-on à des élections où il y a de fortes chances qu'on se fassent taillader à la machette, au couteau ou abattre par des FRCI indociles - pour ne pas en dire davantage - et des militants RHDP, et singulièrement RDR, déchainés comme ceux qu'il nous a été donné de voir à Bonoua et à Port-Bouët, le week-end dernier, tout juste parce qu'on est habillé d'un tee-shirts à l'effigie de Laurent Gbagbo ou présent à un rassemblement de son parti ? Morceaux choisis des propos irréels qu'ils ont tenus contre les militants du FPI-CNRD et contre les forces de sécurité, détachements de la BAE et de la CRS, venus maintenir l'ordre sans dotation d'armes : « Vous ne ferez pas de coup d'Etat ici », à l'adresse des militants. « Vous n'avez pas dit que vous soutenez Gbagbo, tirez vous allez voir », avec le plus grand mépris, aux policiers. « Vos meetings, c'est pour faire des coups d'Etat et nous, les FRCI, on est venu pour mettre fin à vos coups d'Etat ! », ont-ils parachevé. « Sommes-nous vraiment encore en Côte d'Ivoire ? », nous n'avons de cesse de nous interroger. Dans notre for intérieur, nous n'en sommes plus très certain, tant ce pays est devenu méconnaissable depuis l'avènement du RHDP au pouvoir.

Au demeurant, comment va-t-on sereinement à des élections quand une dispute éclate entre des militants et des soldats FRCI, à Bonoua le samedi 19 novembre, parce que se rendant au meeting, qu'un militant du FPI se fait copieusement bastonner par les hommes en armes parce qu'arborant un tee-shirt à l'effigie de Laurent Gbagbo et que ceux-ci, ayant déployé l'artillerie lourde, kalachnikovs, mitraillettes, lance-roquettes, RPG, font des tirs nourris en l'air pour semer la terreur ? Comment participe-t-on dans la quiétude à des élections quand, à Port-Bouët le dimanche 20 novembre, on mène une chasse à l'homme juste parce que des partisans ont porté des tee-shirts estampillés « Laurent Gbagbo », quand une horde de vandales, en tenues civiles pour certains et en tenues militaires bigarrées pour d'autres, passant pour être des FRCI, fait irruption dans le meeting à bord de véhicules de type 4x4, s'attaque aux militants, armée d'armes blanches (gourdins, machettes, couteaux), de pistolets, de gaz lacrymogènes, et disperse violemment la manifestation ?

ASSEMBLEE NATIONALE IVOIRIENNE.gif

C'est ainsi le énième meeting du parti de Laurent Gbagbo qui est « maté » par les FRCI et les militants du RDR selon la consigne d'Amadou Soumahoro, le Secrétaire général par intérim du RDR, et qui se solde par plusieurs blessés à l'arme blanche et de nombreuses bastonnades. Dans l'impunité la plus totale. Voici, dans toute sa splendeur, la nouvelle « République de Côte d'Ivoire » !

Demander donc à un parti politique, de la sorte traqué et persécuté, de prendre part à des législatives, sur toute l'étendue du territoire national, quand on est incapable d'assurer sa sécurité ne serait-ce qu'à Abidjan, siège du pouvoir exécutif et de l'Etat-major des armées, relève du mépris, de la mauvaise foi et de l'insouciance coupable voire de la complicité. Les pires choses surviendraient dans les ex-zones CNO (Centre-Nord-Ouest), et même sous leur nez à Abidjan, personne ne serait inquiété, encore moins jugé. La preuve est là ! Tous les crimes contre l'humanité commis dans l'Ouest et notamment à Duékoué, dénoncés par les ONG internationales de défense des droits humains avec des noms à l'appui, sans qu'aucun proche de Ouattara incriminé ne soit interpellé ou n'ait de compte à rendre, en sont une autre preuve. Aller donc à de telles élections, c'est se rendre à l'abattoir. Incontestablement.

Comme le dit l'honorable Odette Lorougnon : « On nous demande d'aller aux élections, mais il n'y a pas de sécurité. Dans une campagne électorale, on se heurte. Est-ce que le régime Ouattara peut tolérer et accepter les critiques ? En outre, dans les bureaux de vote, nos candidats doivent être représentés alors que les jeunes continuent d'être traqués, arrêtés. Si la sécurité n'est pas garantie, si la liste électorale et la composition de la CEI ne sont pas revues, comment voulez-vous qu'on puisse aller aux élections ? ». « Si en tant qu'opposition, souligne-t-elle avec à-propos, on ne peut pas critiquer, c'est qu'on n'est pas dans une démocratie ni dans un Etat de droit ».

Nous ne comprenons donc pas comment des futurs élus de la nation peuvent accepter que leurs partisans soient ainsi envoyés au pressoir pour satisfaire leurs ambitions politiques aveugles et égocentriques. Ces individus-là ne méritent pas de se présenter sous la bannière du parti du démocrate Laurent Gbagbo qui, du reste, ne se sent aucunement concerné par ces législatives, malgré les gesticulations et les intrigues souterraines des ambassadeurs de France et des Etats-Unis en Côte d'Ivoire, qui s'efforcent de susciter des candidatures indépendantes de cadres proches de Gbagbo afin de les exhiber comme issus du FPI pour se targuer d'une participation virtuelle de tous les partis politiques significatifs de Côte d'Ivoire aux législatives de décembre. Cette entourloupe ne saurait prospérer.

Ces futurs élus - s'il en est - devraient avoir le courage d'assumer seuls leurs candidatures et ne pas user de circonlocutions arrimées à des prestidigitations de chancelleries occidentales pour se porter sous l'enseigne fleurie du parti de Laurent Gbagbo. Qu'ils passent leur chemin, mus qu'ils sont par les soucis de promotion sociale, les contingences alimentaires immédiates, les ambitions personnelles égoïstes et le désir de demeurer ad vitam aeternam députés, durent-ils renier maîtres, leaders, camarades de lutte, famille politique, principes et convictions idéologiques. Les dignes fils d'Eburnie se passeront bien d'eux.



Que DIEU bénisse la Côte d'Ivoire !



DINDE Fernand AGBO


In le quotidien ivoirien "Le Nouveau Courrier" N° 374 du jeudi 24 novembre 2011.

mercredi, 16 novembre 2011

DES CANDIDATS RHDP DENONCENT UNE INJUSTICE A LA CEI

YOUSSOUF BAKAYOKO 2.jpg

Dembélé Tounka et Adjoumani Innocent, respectivement candidat titulaire du Rassemblement des républicains (Rdr) et du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (Pdci) pour les législatives à Port-Bouët, ne sont pas du tout contents. Ils dénoncent une injustice dont ils ont été victimes et dans laquelle aurait tramé la commission électorale indépendante (Cei).

C'est que M. Dembélé et M. Adjoumani, ainsi que leurs suppléants sont vu leurs dossiers de candidatures, pourtant validés par leur parti, retirés de la course, à la dernière minute, et «avec la caution de la Cei», au profit de Kouadio Konan Bertin (KKB) et Yéo Fozié. Face à la presse le samedi 12 novembre dernier à Port-Bouët, les deux candidats malheureux ont dit leur indignation, accusant Mme Hortense Aka Anghui d'orchestrer cette injustice.

«Nous attendions tous la publication de la liste provisoire, lorsque de façon maladroite, Mme Aka Anghui, s'entend avec les deux autres titulaires (KKB et Yéo Fozié) pour légaliser et introduire leurs dossiers, hors délai, et nous éjecter de la liste», a expliqué, amer, M. Dembelé, disant avoir tous les détails sur cette affaire qui implique selon lui, la délégué communale du Pdci à Port-Bouët, et la Cei. «Nos dossiers ne figurent ni parmi les rejetés, ni parmi les retenus. Nous avons rencontré M. Gomis, vice-président de la Cei, et superviseur de la zone sud, pour trouver unesolution de rechange et aller enindépendant. Mais on nous a dit que ce n'était plus possible». Pour Dembélé Tounka, il faut éviter les frustrations, au moment où la Côte d'Ivoire se relève d'une douloureuse crise. «Nous nous sommes battu pour combattre l'injustice, mais nous avons découvert que la corruption, les malversations continuent à la Cei.

La crise que nous avons traversée devrait nous amener à plus de responsabilité. Mais grande a été notre surprise ce vendredi11 novembre de voir que l'institution chargée d'organiser les élections donne dans le favoritisme», a martelé le conférencier, non sans rappeler que ce rejet de leurs candidatures est mal perçu parleurs militants à Port-Bouët. Bien que frustrés, Dembelé et Adjoumani ont toutefois pris l'engagement d'apaiser les militants et de ne rien faire qui compromette la réconciliation.

Aussi interpellent-ils les autorités du pays, afin de veiller à la rigueur dans le travail effectué parla Cei. «Si la Cei était sérieuse, cela n'aurait jamais été possible», a-t-il conclu.


H. Ziao, in le quotidien ivoirien « L'Inter » N° 4036 du lundi 14 et mardi 15 novembre 2011.

jeudi, 10 novembre 2011

8 PROCHES DE GBAGBO LIBERES HIER

UNE N° 94 AUJOURD'HUI.jpg

L'audience à huis-clos, hier au Palais de justice d'Abidjan, a pris des allures d'un accouchement difficile. Une délivrance dans la douleur qui aura finalement rencontré la déception des avocats ayant introduit une demande de liberté provisoire en faveur des personnalités enfermées jusque-là dans les prisons du régime. Et pour cause, sur les 65 requêtes introduites, seules 9 ont été examinées par la chambre d'accusation. Sur la brèche depuis plusieurs jours, les défenseurs des proches du président Laurent Gbagbo ont passé toute la journée d'hier, en compagnie des journalistes, des parents et amis des détenus, à attendre la décision finale des autorités judiciaires. Celle-ci est tombée aux environs de 18 heures. Sous la forme d'une remise en liberté de huit personnalités de l'ex-majorité présidentielle.

Ce sont, Mmes Adèle Dédi, Simone Hué Lou, Danielle Boni Clavérie, Chantal Léba, Mrs Ettien Amoikon, Kata Kéké, Georges Aman Ouégnin, et Germain Guézé, caméraman à la RTI. Le seul cas qui n'a pas recueilli un avis favorable du juge est celui de Martin Sokouri Bohui, le « monsieur élections » du Front populaire ivoirien (FPI). Du côté de la défense, même si on note une petite pointe de déception pour  le seul recalé du groupe, on garde toujours espoir quant à l'examen des 56 autres dossiers, puis l'élargissement, dans les jours à venir, d'autres personnalités.

Au FPI, si l'on salue le retour à la maison des heureux élus d'hier, personne ne s'extasie devant le geste de décrispation du pouvoir. Car dans les allées de l'administration ''bleu et blanc'', on attend beaucoup plus de Ouattara. A savoir la mise en liberté définitive, des cadors du parti tels que la famille Gbagbo,  Affi N'guessan, Aboudramane Sangaré, Généviève Bro Grébé, Aké N'Gbo, le gouverneur Dacoury Tabley et autres  Désiré Dallo, pour ne citer que les plus connus.

Pour rappel, dans le cadre du dialogue républicain qu'il a instauré depuis quelques jours avec le FPI, le pouvoir avait promis faire un geste de décrispation à l'effet de permettre aux partisans du président Laurent Gbagbo d'entrer en piste pour les élections législatives annoncées pour le 11 décembre prochain. Et cela sous la pression de la communauté internationale qui redoute un scrutin bancale et peu fiable en l'absence des « frontistes » ivoiriens. La Côte d'Ivoire qui garde encore  les séquelles de la crise post-électorale retient son souffle en attendant la décision finale du FPI quant à une participation ou non aux législatives. La mesure d'hier se veut un gage de la bonne foi du locataire du palais présidentiel. La direction du FPI avisera.


Yves De Séry, in le quotidien ivoirien « Aujourd'hui » N° 94 du jeudi 10 novembre 2011.

 

------------------------------


LIBERATION SUITE


DOGO RAPHAEL.jpg
Le ministre Dogo Raphaël (handicapé moteur) a été libéré.

 

Selon Me Gouaméné Hervé, douze (12) autres personnes détenues par le régime de M. Ouattara viennent d'être mises en liberté provisoire. Il s'agit de : Diabaté Bêh, Niamien Yao, Boguhé Serge Michel, Dogo Raphaël, Koudou Simon, Boli Bi Toto Jérôme, Sinsin Guy-Roland, Koudou Constant, Koné Boubacar, Bohui Armand, Dassé Jean Martin, Guézé Kanon Germain. Ce qui porte à 20 le total des personnes libérées, hier.

 

Source: Facebook Alain Toussaint

lundi, 31 octobre 2011

A PROPOS DES ELECTIONS LEGISLATIVES, LE FPI REPOND A ALASSANE OUATTARA


UNE N° 3972 NOTRE VOIE.jpg

C’est apparemment un dialogue de sourds entre la Front populaire ivoirien et le pouvoir à propos des élections législatives prévues pour le 11 décembre. Interrogé par les journalistes en France, le chef de l’Etat Alassane Dramane Ouattara a déclaré qui a pris « un décret pour accroître le nombre de vice-présidents de la commission électorale indépendante (CEI) afin que le Fpi puisse y siéger ». Selon lui, cet acte devrait rassurer le parti de Laurent Gbagbo qu’il invite à mettre à profit la prorogation de la date de dépôt des candidatures pour s’engager dans le processus électoral.

Mais pour le Fpi, Alassane Ouattara est totalement à côté de la plaque. « Nous ne négocions pas notre droit », réagit M. Tapé Kipré qui soutient que dans le fonctionnement de la CEI, le pouvoir et l’opposition ont droit chacun à deux vice-présidences. Pour lui donc, il ne s’agit nullement pour le Fpi se satisfaire d’une vice-présidence à laquelle il a droit. M. Tapé indique que l’idée de base qui a présidé à la mise en place de la CEI, « c’est l’équilibre qui crée la confiance». Il rappelle que la première fois que cet équilibre a été rompu, c’est quand l’UDCY, la parti de Mel Théodore a rejoint le camp de Laurent Gbagbo. A cette époque l’opposition d’alors représentée par le RDR, le PDCI et leurs allés, avait crié fort et avait obtenu un rééquilibrage de la représentation des parties. « La CEI est un acquis démocratique de la Côte d’Ivoire, elle ne fait pas partie des victoires militaires », rappelle Tapé Kipré qui appelle le pouvoir et l’opposition à s’asseoir pour déterminer comment rétablir l’équilibre qui toujours prévalu. Il s’étonne d’ailleurs que M. Ouattara ne retienne qu’une affaire de vice-présidence de la foule de revendications déposées par le Fpi et ses alliés.

Augustin Kouyo


Source: NOTRE VOIE

mardi, 25 octobre 2011

LEGISLATIVES 2011: DES ELECTIONS MAL ENGAGEES POUR OUATTARA

 

ALASSANE OUATTARA 15.jpg

Plus que quatre jours pour la fin de la réception des dossiers de candidatures aux élections législatives. Et jusque-là, pas encore de signes d'une éventuelle participation du Front populaire ivoirien à ces consultations. Et aujourd'hui rien n'indique que la situation pourrait évoluer dans les prochaines heures dans le sens de l'ouverture démocratique souhaitée par tous. A moins que le régime accepte de sortir de sa morgue habituelle pour engager enfin un dialogue républicain et citoyen avec l'opposition.

Mais pour l'instant, c'est à un statut-quo sclérosant auquel l'on assiste entre le FPI et M. Dramane Ouattara. D'une part, il y a les partisans du président Laurent Gbagbo qui chaque jour, comme Pénélope, attendent l'invitation du palais présidentiel pour vider leurs préoccupations portées à la connaissance du maître des lieux. De l'autre, il y a Ouattara et les siens qui déroulent tranquillement dans l'organisation des législatives comme si de rien n'était. Comme si le FPI n'avait pas posé de conditions pour la tenue de consultations apaisées.

MIAKA OURETO.jpg

D'ailleurs sur le sujet, le Prof. Sylvain Miaka Ouretto, président par intérim du parti à la rose, s'époumonait encore hier matin sur les ondes de la radio de l'Onuci. Tout en dénonçant le mépris du régime à l'endroit des questions soulevées par le FPI, il a clairement réaffirmé que son parti ne s'offrira pas en pâture aux débats électoraux du 11 décembre prochain. Pour lui, si telle est la volonté des gouvernants, ils ont tout faux car jamais, le FPI ne servira de faire-valoir à qui que ce soit, fût-il chef d'Etat. Une position qui ne fait pas forcément l'affaire de Ouattara bien qu'il fasse actuellement le dos rond. Car plus que tous, ce dernier a besoin de la participation, à ces consultations, du principal parti de l'opposition. Et cela, pour des raisons évidentes de légitimité.

DANIEL BAER.jpg

Une lecture que fait du reste, M. Daniel Baer, Sous-secrétaire d'Etat-adjoint Américain chargé de la démocratie et des droits de l'Homme, qui espère que le parti fondé par le président Laurent Gbagbo sera de la course à l'hémicycle, « faute de quoi, l'Assemblée ne sera pas représentative ». Notons que ce haut responsable  de l'administration Obama a tenu ces propos, au cours d'une conférence de presse qu'il a animée, vendredi dernier, à Abidjan, au terme d'un séjour d'une semaine en terre ivoirienne où l'homme a successivement rencontré le chef de l'Etat, des responsables de la commission électorale indépendante (CEI) et du Front populaire ivoirien.

Le moins que l'on puisse dire, à la lecture de ce tableau, c'est que Ouattara, semble bien coincé sur ce coup-là, malgré tous les leviers du pouvoir dont il dispose. Peut-être que la visite, le week-end écoulé de Jean-François Copé, Secrétaire général de l'UMP, au chef de l'Etat, aidera ce dernier à se sortir d'affaire. Car on imagine difficilement que les deux hommes n'aient pas évoqué ce sujet majeur du moment. Surtout que depuis le 11 avril 2011, pratiquement aucune décision politique d'intérêt ne se prend en Côte d'Ivoire, sans l'aval de l'Elysée. Ce sont les nouveaux termes de la coopération renforcée entre Paris et Abidjan.

Pour rappel, les ''frontistes'', invoquant l'insécurité persistante et la composition déséquilibrée de la CEI, menacent de boycotter le scrutin, six (6) moi après la fin de la crise post-électorale qui a fait officiellement 3000 morts et des dégâts matériels inestimables.


Géraldine Diomandé, in le quotidien ivoirien "Aujourd'hui" N° 81 du lundi 24 octobre 2011.

lundi, 24 octobre 2011

ELECTIONS LEGISLATIVES: LE RHDP AU BORD DE L'IMPLOSION


OUATTARA ET BEDIE.jpg

Pdci-Rdr, y a palabre! « Les mercredi, jeudi et vendredi derniers, nous nous sommes réunis à la maison du parti (Pdci), et nous avons décidé de quitter le Rhdp, si le Rdr continue de ne pas venir aux réunions ». C'est sur un ton coléreux qu'un haut cadre du parti démocratique de Côte d'Ivoire, qui a souhaité garder l'anonymat, nous a joint hier dimanche 23 octobre 2011. Des propos qui traduisaient vraisemblablement un ras-le-bol. A l'entendre, le rassemblement des houphouétistes serait en ce moment grippé par une mésentente entre les deux ténors de cette coalition politique, à savoir le Pdci et le Rdr, sur la question des élections législatives de décembre 2011. Le parti d'Alassane Ouattara ne jouerait pas franc jeu avec celui de son aîné Henri Konan Bédié, sur la façon d'aborder ce scrutin, afin d'assurer une victoire à la coalition au pouvoir. Selon notre interlocuteur d'hier, le Rhdp avait convenu de faire des réunions périodiques pour définir les différents angles d'attaque des élections législatives, notamment en ce qui concerne le choix des personnalités devant défendre les couleurs des partis du Rhdp.

Le président du directoire de cette coalition, le professeur Alphonse Djédjé Mady, a lancé à cet effet, depuis le mois de mai 2011, une invitation à tous les partis politiques du Rassemblement des houphouétistes pour ces réunions périodiques. Tous ont répondu présent, souligne notre informateur, sauf le Rdr, qui a brillé par son absence jusqu'au 15 septembre 2011, où ce parti a participé à sa première réunion, avant de s'éclipser à nouveau. A l'approche des législatives, et ne voyant pas leur allié le plus sûr à la table de discussion, Djédjé Mady a donné un coup de fil au ministre Amadou Soumahoro, le secrétaire général par intérim du Rdr, l'invitant à prendre part aux réunions. «Je n'ai pas le temps», aurait répondu le successeur de Henriette Diabaté au poste de SG du parti à la case. Une réponse qui a fait monter d'un cran la colère chez les barons du vieux parti. Qui perçoivent dans l'attitude de leur allié au pouvoir, une volonté de les rouler dans la farine.

La réponse d'Amadou Soumahoro traduit-elle un boycott ou une réelle difficulté d'harmoniser les positions avec les alliés du Rhdp ? Il faut toutefois souligner que pour ces législatives 2011, selon le président Bédié qui en est le grand patron, «le Rhdp ira en rangs dispersés, mais pas opposés». Dans la stratégie, il s'agit de privilégier les partis dela coalition en fonction de leur zone d'influence et de partager les postes dans les zones jugées neutres. Ces principes de base devraient cependant faire l'objet de réunions pour définir le nombre de candidats à mettre dans la course au parlement, qui compte désormais 255 sièges.

Pendant plus de trois mois, le Rdr a boycotté ces réunions, créant ainsi la suspicion au sein du Rhdp. Amadou Soumahoro, qui devrait prendre part à ces consultations, serait en ce moment, selon de bonnes sources, coincé par le choix des candidats du Rdr. Il doit gérer plus de 900 demandes de candidature, presque le double de la répartition qui aurait été convenue avec le Pdci (environ 400).

Ce qui crée des difficultés de choix. Avec quels arguments allait-il alors se présenter à la maison du Pdci pour décider des postes de députés ? Par ailleurs, le secrétaire général par intérim du Rdr devrait tenir compte des consignes du président Alassane Ouattara, à savoir qu'il faut privilégier les candidatures des secrétaires départementaux au détriment de certains gourous du Rdr. Or justement, de nombreux barons du parti des républicains font face à une fronde parce qu'ils sont opposés à des secrétaires départementaux. Autant d'épines que Amadou Soumahoro doit retirer de son pied pour aller à la réunion du Rhdp. L'affaire grippe donc la machine houphouétiste à un mois des législatives.

Le haut cadre du Pdci qui nous a parlé hier pense qu'avec l'attitude du Rdr, «le projet de parti unifié et de gouvernement commun du Rhdp n'est qu'une vue de l'esprit». Pour lui, le Rdr veut purement et simplement doubler le Pdci. Les deux têtes fortes de cette coalition devraient prendre le taureau par les cornes afin d'éviter l'implosion.


Mamadou Ziao, in le quotidien ivoirien « L'Inter » N° 4020 du lundi 24 octobre 2011.

samedi, 24 septembre 2011

SCENARIO DU PIRE A ABIDJAN

YOUSSOUF BAKAYOKO 2.jpg

Le gouvernement mise sur des législatives fin décembre à Abidjan pour clore la série mortelle dans le pays. Rien n'est pourtant prêt : pas d'argent, pas de sécurité et pas le minimum pour la transparence du scrutin. Le Front populaire ivoirien, l'ex-parti au pouvoir, demande toujours la libération de Gbagbo comme le préalable à une réconciliation dans le pays. Il se plaint aussi du déséquilibre dans la commission électorale. Youssouf Bakayoko, lui, est toujours à la tête de la CEI... Bref, en Côte d'Ivoire, c'est le scénario du pire qui se met irrémédiablement en place.


A moins de quatre mois des législatives prévues officiellement pour la fin de l'année, les forces républicaines de Côte d'Ivoire ont à nouveau fait parler d'elles. A Ziriglo dans la sous-préfecture de Taï d'abord et à Tiébissou ensuite. Pour desserrer la pression autour de lui, le gouvernement maquille ces attaques en des actions de sicaires gagés par l'ancien régime pour le déstabiliser. Les massacres de Ziriglo que tous les témoignages sur place à Taï présentent pourtant comme le résumé mortel de la vengeance des FRCI du coin, ont fait l'objet d'une communication politique. Aussi bien le commandement des FRCI sur place que le gouvernement, ont ainsi accusé les miliciens pro-Gbagbo qui seraient venus du Libéria voisin pour commettre leur forfait avant de s'en aller par la piste dans cette zone extraordinairement militarisée où l'ONUCI a installé ses premières bases militaires.

Les hommes politiques, eux, l'ont compris depuis le début. Leur slogan semble celui-ci : qui veut gagner sans coup férir ménage les forces républicaines de Côte d'Ivoire. C'est ce que dénoncent d'ailleurs les populations de Saïoua qui reprochent à Alphonse Djédjé Mady, qui a des velléités de candidature à la présidence de l'Assemblée nationale, de vouloir profiter de la terreur instaurée par ces forces pour se faire élire député de la circonscription avant de viser la tête de l'hémicycle. Le parti démocratique de Côte d'Ivoire qui a fait l'impasse sur ses ambitions présidentielles pour ne pas gêner Alassane Dramane Ouattara rêve de contrôler l'Assemblée Nationale pour tenir en laisse le Chef de l'Etat.

Or le chef politique des FRCI lui-même Guillaume Soro a décidé de briguer ces législatives pour ne pas mettre entre parenthèses ses ambitions présidentielles. Son duel avec Ouattara dans le nord fait partie des inconnues de cette bataille des législatives qui s'annoncent palpitantes et particulièrement dangereuses. Car pour gagner, la coalition du rassemblement des houphouëtistes pour la recherche de la paix s'est emparée de tous les postes des commissaires centraux de la commission électorale indépendante (CEI) à l'exclusion de deux,   revenant au Front populaire ivoirien, le parti de Laurent Gbagbo toujours en résidence surveillée dans le nord, après avoir été arrêté par les soldats français. Le FPI demande un rééquilibrage des postes parce que ceux détenus par les Forces nouvelles ne se justifient plus dès lors qu'elles affirment avoir intégré l'armée régulière. Sous la présidence Gbagbo, l'opposition détenait la majorité à la CEI avec 16 postes de commissaires centraux. Elle dominait aussi les commissions régionales en raison d'une démultiplication autorisée par Marcoussis et dont le but évident était de faire contrôler le processus électoral par l'opposition.

Tétanisée par la terreur des premiers mois, rythmée par les pillages de domiciles, les vols et les tueries, la base du FPI ne veut plus se laisser conter. La jeunesse du parti lance à partir du 15 octobre prochain un meeting dit de libération. La direction de la JFPI multiplie d'ailleurs à cet égard, des réunions de mobilisation et la peur semble vaincue.

La méfiance voire la haine est perceptible alors que la réconciliation nationale a du mal à se mettre en place. La plupart des ivoiriens n'y voient qu'une foire aux empoignes qui ne fera pas bien mieux que le forum de réconciliation nationale pour lequel l'ancien président avait fait rentrer au pays tous les exilés de l'époque, à commencer par Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara. Piégé par ses premières déclarations, le président de la commission de réconciliation Charles Konan Banny a réussi à enrôler le footballeur Didier Drogba pour faire partie de la direction de la commission. A quelques mois d'une élection pour laquelle le RHDP se montre particulièrement fébrile, les efforts de réconciliation risquent de ne pas être suffisants. Et puis que faire du cas Gbagbo ? Le régime en place a jusque-là choisi de vouloir le conduire à la Cour pénale internationale (CPI), feignant d'ignorer son impact sur la vie des ivoiriens. L'armée ivoirienne continue de rester une des nombreuses inconnues de la vie publique nationale. En dépit de la défaite militaire de Laurent Gbagbo et de l'allégeance de la plupart des chefs de corps, les FANCI et les FRCI ne semblent pas tout à fait prêtes à vivre ensemble. Et même si les altercations ont sensiblement diminué depuis plusieurs semaines, la cohésion au sein des deux forces est encore problématique.  De plus, il faut craindre que les populations de l'ouest, excédées par les exactions des FRCI se révoltent pour croiser le fer avec les nouveaux seigneurs des lieux. Il faudrait, donc,  peut-être, négocier une paix des braves au sein de l'armée mais aussi dans tout le pays. A commencer par la libération des prisonniers politiques, y compris le Président Laurent Gbagbo avec qui le pouvoir doit négocier la paix, si tant est que c'est ce qu'il recherche.

 

Joseph Titi, in le quotidien ivoirien « Aujourd'hui » N° 70 du jeudi 22 septembre 2011.

mercredi, 29 juin 2011

MAMADOU KOULIBALY : BILAN DU FPI, EVALUATION DE OUATTARA, DETTE PUBLIQUE, RELATIONS AVEC LA FRANCE, RESPECT DE LA CONSTITUTION, ELECTIONS LEGISLATIVES…





MAMADOU KOULIBALY.jpg

Alors que le microcosme ivoirien bruisse des rumeurs de restructuration du Front populaire ivoirien, et qu'Alassane Dramane Ouattara brade les fleurons économiques et industriels aux entreprises françaises, Mamadou Koulibaly, président de l'Assemblée nationale et leader de l'opposition, s'exprime sur les sujets cruciaux et rappelle à l'ordre un Alassane Ouattara qui, à peine investi, s'est déjà mué en satrape hors-la-loi. Un entretien sans fard et constructif, qui augure d'une opposition salvatrice dans un pays à la dérive. Mahalia Nteby.


Vous êtes d'ordinaire très critique à l'égard du Fpi. Peut-on globalement dire que les 10 années de gestion du Fpi ont été profitables à la nation ?

Le bilan du FPI est difficile à dresser lorsque l'on sait que dès son arrivée au pouvoir Laurent Gbagbo a opté pour un partage du pouvoir avec les partis d'opposition. Ce partage a ensuite été «institutionnalisé» par les accords de Marcoussis et le FPI a été nettement minoritaire dans les gouvernements qui se sont succédé avec de surcroît des premiers ministres d'opposition. Dans ce contexte, il est difficile d'appliquer un programme et d'avancer efficacement. Sûrement, ce constat est un point positif puisqu'il nous a permis aujourd'hui de refuser d'entrer au gouvernement pour laisser une chance à la nouvelle équipe de mettre en place en toute responsabilité sa politique. Il est important que la notion de responsabilité émerge enfin dans le pays. Le partage du pouvoir n'est non seulement pas propice à cela mais va contre la démocratie même qui nécessite des contre-pouvoirs pour exercer un contrôle sur les dirigeants en place. Si nous partageons tous «le gâteau», plus personne ne contrôle rien et chacun rejette les responsabilités sur l'autre.

Je crois cependant qu'il est important de souligner les actions positives de la politique de refondation du FPI. La Côte d'Ivoire n'a pas connu une seule crise que l'on appelle la crise postélectorale. Elle en a connu plusieurs, dont une que l'on a tendance à oublier. C'est la sévère crise économique des années 80 dont les effets sont encore vivaces de nos jours. Quand nous sommes arrivés au pouvoir en 2000, la Côte d'Ivoire était en faillite avec un taux de croissance du Produit Intérieur Brut (PIB) négatif de -3%. Au moment où nous partions aux élections en octobre dernier, la Côte d'Ivoire avait un taux de croissance du PIB de près de 4%. C'est-à-dire qu'entre 2000 et 2010, nous avons fait un bond de 7 points. Aucun pays au monde, dans une situation de crise comme celle de la Côte d'Ivoire n'a jamais réalisé une telle performance. Et ça été bien pour la Nation en construction.

En ce qui concerne la démocratie, le FPI a à son actif l'élection démocratique de Laurent Gbagbo en 2000. Aussi imparfait qu'ait été le scrutin, il est arrivé au pouvoir par les urnes et cela était un pas en avant après les pages noires de la bataille de la succession d'Houphouët puis du coup d'Etat de 1999. Et ça aussi a été bien pour la Nation en construction.

On peut également mettre à l'actif du FPI l'explosion de la libéralisation de la presse écrite. On a vu ces dernières années nombres de journaux de tous bords fleurir et s'exprimer librement. On ne peut pas dire que cela a fait du mal à la Nation en construction.

Le FPI a également aboli la carte de séjour qui avait été mise en place par le gouvernement Ouattara dans les années 90 et, contrairement à l'idée reçue que le FPI est xénophobe, c'est durant ces dernières années que le nombre de naturalisation a augmenté de manière exponentielle. Et cela a aussi été très bien pour la Nation en construction.

Il faut également souligner le travail réalisé dans le recul de la dette. Notons que la dette de la Côte d'Ivoire remonte essentiellement aux années 70, 80 et 90. C'est au cours de ces trois décennies qu'elle a connu une évolution fulgurante. De 100 milliards de francs CFA, équivalant à 17,7% du PIB en 1973, le montant de la dette est passé successivement à 2371 milliards, soit 75,6% du PIB en 1985 puis 8468 milliards, soit 136% du PIB en 1996. Il a donc fallu être économe et stratège pour faire reculer ce fléau. Grace à la discipline budgétaire, en mars 2009 la Côte d'Ivoire a pu être élue, pour la première fois, à l'initiative PPTE qui vise à annuler cet héritage empoisonné. Nous avions obtenu que les créanciers de la Côte d'Ivoire annulent, à partir de mars 2011, plus de 6400 milliards de francs CFA. Cette bonne gestion mérite d'être soulignée même si la guerre est venue retarder cette perspective. Et Ouattara ne peut construire que sur la base du point de décision obtenu en 2009 par le FPI auprès de la communauté des créanciers de son Etat. N'est-ce pas bien çà pour la Nation en construction ?

N'oublions pas également que sous l'action du FPI, l'organisation de l'Etat a connu une importante métamorphose par une promotion intensive de la décentralisation. Nous sommes passés de la vision du centralisme étatique des quarante premières années de notre Nation à une vision plus libérale où l'Etat concède aux populations la capacité de s'auto déterminer elles-mêmes dans certains domaines du développement local. Il reste encore du chemin à faire pour améliorer ce modèle décentralisé mais le principe a été posé durant cette dernière décennie. Et les populations ont apprécié nous les en remercions.

Il est vrai, comme vous le dites dans votre question, que je ne suis pas tendre avec le bilan du parti car je crois qu'il est inutile de masquer les dérives, mais il est tout aussi important de souligner les acquis et les actes que nous avons posés dans le sens de la démocratie et du progrès. Cela aussi raffermit la démocratie et le FPI est le seul parti capable de se le permettre pour le moment. L'autocritique ne peut faire que du bien à une Nation en construction.

Si tant que est que le bilan de Gbagbo est aussi positif, pourquoi les Ivoiriens ne l'ont pas reconduit lors de l'élection du 28 novembre ?

Il y a tellement eu d'urgences à gérer et de négociations stériles après la tentative de coup d'Etat de 2002 et la rébellion qui l'a suivie que la communication dans le pays s'est limitée à la gestion de la crise et aux commentaires sur les accords successifs signés. La communication n'a pas été bonne puisqu'on a donné l'impression d'être dans une situation d'attente de la résolution de la crise, d'attente des élections, alors que cette attente n'était pas dépourvue d'aspects constructifs malgré les freins imposés par le gouvernement d'union nationale. Il faut dire qu'il est moins glorieux d'annoncer que l'on a fait des économies pour réduire le montant de la dette héritée de ses prédécesseurs que de contracter un énorme emprunt pour réaliser des routes, des hôpitaux, des écoles. La bonne gestion n'est pas très populaire car elle ne se voit pas.

De plus, nous avons commis la faute politique qu'il ne fallait pas: aller aux élections sans qu'il n'y ait eu application intégrale de l'accord de Ouaga. Nous sommes allés aux élections sans désarmement, sans redéploiement de l'administration, sans unicité de caisse, sans réunification du pays, et sans la réalisation de bien d'autres exigences de l'APO, qui n'a été qu'un mauvais accord de surcroît mal appliqué. L'issue nous aura été fatale.

Pensez-vous que Ouattara est-il bien ou mal parti pour relever les défis qu'il s'est imposés ?

J'avoue qu'il est un peu tôt pour poser un jugement intangible mais les premiers mois de gouvernance d'Alassane Ouattara interrogent. En effet, s'il ne maîtrise pas ses chefs de guerre, s'il ne libère pas le pays de ces hommes en armes marginaux qui règnent par la terreur, se rémunèrent des vols et rackets, il sera difficile de relever le défi de l'état de droit qui pourtant est le socle de tout notre développement. Quel Ivoirien va vouloir investir dans le pays dans les conditions actuelles de chaos ? Quel investisseur étranger va prendre le risque de lancer des activités ici alors qu'il n'y a de sécurité pour personne? Pourtant si l'économie ne redémarre pas, nous allons de nouveau entrer dans le cycle cauchemardesque de la dette publique. En Côte d'Ivoire, on a coutume de parler de dons de la part des institutions financières internationales mais gardons en tête que ce sont des prêts à l'Etat et au gouvernement à taux non marchands qui, depuis cinq décennies, handicapent l'avenir. De même que nous payons la dette des générations passées, de même nous endettons nos enfants et nos petits-enfants. Au lieu de la richesse, nous transmettons plutôt la pauvreté aux  générations à venir. Et çà ce n'est pas bien pour la Nation en construction.

Notons également que comme son prédécesseur, le Président Ouattara gouverne par ordonnances illégales et par décrets dans l'attente des prochaines élections législatives qui ne pourront être organisées qu'en fin d'année. C'est la porte ouverte à tous les abus car il n'y a aucun garde-fou. Rien ne l'empêche pourtant de travailler avec le Parlement au sein duquel ses alliés politiques pourraient lui apporter la majorité des voix. Il y a des décisions importantes à prendre. Le pouvoir absolu sans contrôle et sans contre-pouvoir est très dangereux pour la Nation en construction.

Le budget vient d'être adopté cette semaine par ordonnance sans même avoir recueilli l'avis des représentants du peuple à l'Assemblée nationale. C'est de mon point de vue une grave erreur que je ne manquais pas non plus de relever dans les pratiques de l'ancien pouvoir. On note de toutes parts des critiques du FPI formulées par le nouveau régime, mais on reproduit ses erreurs les plus graves. De surcroît, le Président Ouattara verrouille son système en positionnant ses amis dans les secteurs stratégiques... C'est assez inquiétant car nous sommes loin de cette démocratie au nom de laquelle tant d'ivoiriens sont tombés.

Ce qui me semble inquiétant également, c'est cette passion exercée par l'Etat français sur le Président. Certes il doit beaucoup aux autorités françaises. De ce fait, certaines grandes entreprises françaises se sont taillées la part du lion dans les premiers chantiers mis en œuvre depuis le début de son mandat. Je ne dis pas qu'il faille marginaliser les entreprises françaises, bien au contraire, mais notre pays ne doit pas être la chasse gardée de quelques-unes à l'exclusion de nombreuses et performantes entreprises européennes, américaines ou provenant des pays émergents. Ouattara qui se dit libéral devrait avoir une vision plus ouverte du libre-échange, de l'appel d'offre et de la transparence des contrats et éviter les pièges du protectionnisme qui à terme appauvrit nécessairement. Le monde est grand et ouvert plus que jamais. Nous ne pouvons rester immuablement le regard tourné exclusivement vers Paris car nous risquons de perdre des opportunités intéressantes dans le monde globalisé. Et l'Etat en France a ses propres contraintes avec les déficits énormes de son budget et de son commerce extérieur qui tendent à la présenter comme un Etat qui vit au-dessus de ses moyens.

Je compte sur le temps et espère vivement que l'équipe en place rétablisse l'état de droit, la sécurité et les libertés individuelles au plus vite. Nous avons, à travers ses discours, noté des volontés, il convient désormais de poser des actes concrets. La gouvernance ne peut se limiter à une bonne communication.

Donc, pour répondre à votre question, j'ai le sentiment que le Président Ouattara part mal pour relever ses défis mais il est encore temps de redresser la barre, donc nous attendons avec un œil vigilant.

Le budget 2011 adopté par ordonnance s'élève à 3050 milliards, avez-vous des réserves à poser ?

J'ai répondu à cela dans votre précédente question. Il est inquiétant que le budget n'ait pas été présenté à l'Assemblée nationale pour être débattu entre les députés. Les ordonnances qui instituent ce budget sont illégales. Nous ne savons même pas si ce budget corrige le défaut d'unicité des caisses. Comment ce budget sera-t-il exécuté s'il n'y a pas d'administration redéployée ? Ce budget réunifie-t-il la Côte d'Ivoire ?

Chez Ouattara, on estime que votre Parlement n'est plus représentatif du peuple ivoirien qui l'avait élu pour 5 ans et qu'aucun texte ne permet de proroger le mandat des députés. Doit-t-on soumettre des lois à un parlement illégal ?

Alassane Ouattara, lors de sa prestation de serment, a juré de respecter et de défendre fidèlement la Constitution. Rien dans la Constitution ne lui donne le droit de décréter la fin du mandat du Parlement. Au mieux, il pourrait demander son avis au Conseil constitutionnel, à moins qu'il considère que le Conseil constitutionnel est illégal également. Auquel cas, la prestation de serment qui a eu lieu le serait aussi.

On ne peut pas violer la Constitution et le Président de la République n'est pas au-dessus de la Constitution que je sache. Ceux qui estiment, comme vous dites, chez Ouattara, que le Parlement est illégal devraient mettre aux arrêts tous les députes pour exercice illégal d'activités législatives. Il devrait leur être interdit de mettre les pieds à l'Assemblée nationale. Et chaque fois que quelqu'un se présenterait comme député, il devrait être poursuivi pour faux, usage de faux et d'usurpation de titre.

Dire qu'aucun texte ne permet de proroger le mandat des députes relève d'une bien curieuse façon de lire le droit chez ceux qui le disent. La législature qui devait durer cinq ans dure jusqu'à ce jour. Quelles en sont les raisons? La réponse à cette question doit être à la fois recherchée dans la lettre et l'esprit de l'alinéa 4 de l'article 59 de la Constitution et également dans l'avis du Conseil Constitutionnel de décembre 2005 sur la prorogation du mandat de l'Assemblée nationale. 

Selon l'alinéa 4 de l'article 59 de la Constitution, les élections législatives ont lieu 20 jours au moins et 50 jours au plus avant l'expiration des pouvoirs de l'Assemblée Nationale. L'expiration des pouvoirs de l'Assemblée Nationale élue en 2000 devant prendre fin le 16 décembre 2005, l'élection des nouveaux députés aurait dû intervenir 20 jours au moins et 50 jours au plus avant le 16 décembre 2005, soit entre le 27 octobre et le 26 novembre 2005.

L'élection n'étant pas intervenue, les pouvoirs de l'Assemblée Nationale ne pouvaient prendre fin. Simple question de bon sens. Il résulte de ce qui précède que l'élection des nouveaux députés doit impérativement avoir lieu avant l'expiration du mandat des députés en cours.

La lettre de l'alinéa 4 de l'article 59 de la Constitution est confirmée par la pratique constante de l'élection des députés depuis 1960. Le débat sur les pouvoirs de l'Assemblée Nationale au-delà de décembre 2005 a été soulevé en son temps et le Conseil constitutionnel, saisi à cet effet, a rendu un avis concluant au maintien de ladite institution dans ses prérogatives jusqu'à l'élection des nouveaux députés. Peut-on ignorer cet avis et prétendre respecter la Constitution et ses Institutions?

Abréger le mandat parlementaire en cours pourrait être interprété comme une violation des dispositions constitutionnelles et légales préjudiciable à l'avènement de l'Etat de droit prôné par le Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane Ouattara. Il conviendrait conséquemment de laisser survivre l'Assemblée Nationale pour donner toute plénitude au pouvoir nouvellement élu de prendre les dispositions diligentes pour convoquer le collège électoral en vue du renouvellement de l'Assemblée nationale. La fin prématurée du mandat parlementaire ne peut intervenir que dans les cas suivants: démission, déchéance, décès ou acceptation de certaines fonctions, notamment gouvernementales. Le cas d'espèce soulevé ne correspond à aucune prescription constitutionnelle et réglementaire.

Au surplus, contrairement aux législations prescrivant les motions de censure du Parlement à l'encontre du gouvernement ou de dissolution du Parlement par l'Exécutif, le système institutionnel ivoirien, qui est un régime de séparation des pouvoirs, n'autorise nullement l'Exécutif à abréger le mandat parlementaire, ni le Législatif à renverser l'Exécutif. Si le gouvernement en place veut passer outre les dispositions constitutionnelles, c'est leur affaire mais qu'ils ne nous disent pas qu'il n'y a pas de texte en la matière. Il y a des textes, et ces textes seront alors violés.

Qu'attendez-vous de Ouattara aujourd'hui ?

Il est important qu'il rétablisse la sécurité dans le pays et qu'il mette en place un véritable état de droit. Il est crucial qu'il veille à ce que la justice fasse son travail dans le processus de réconciliation. Il faut en effet mettre en exergue toutes les culpabilités sans couleur politique. Il n'y a pas le clan des gentils au pouvoir et le clan des méchants perdants. Il y a des responsabilités de toutes parts et je compte sur lui pour ne pas biaiser le processus au risque d'anéantir toute possibilité de cohésion sociale.

Dans les jours à venir, en vue de préparer les élections locales, en tant qu'opposant, j'attends de lui que l'on engage une discussion sur des sujets de fond : le redécoupage électoral, la future liste des électeurs, l'augmentation du nombre des députés, la recomposition de la Commission électorale, la sécurisation de la campagne et des scrutins. Je souhaite également aborder le sujet du financement des partis politiques. L'accord de Marcoussis a instauré le financement public des partis politiques et il est important de maintenir cette disposition qui permet à l'opposition d'exister, d'exercer sa mission constitutionnelle et de faire connaître leurs droits et leurs obligations aux citoyens électeurs et aux populations en général. N'oublions pas qu'une opposition libre, au même titre qu'une presse libre, est un contre-pouvoir essentiel dans une démocratie. La démocratie ne peut se limiter à un bulletin dans l'urne au risque de muer vers l'autocratie.

Etes-vous, oui ou non, le dauphin constitutionnel ? La question se pose entre quatre murs ?

Votre question est étrange. Pourquoi «entre quatre murs» alors qu'un quotidien (Nord-Sud) s'est également inquiété de cette question dans son édition du 24 juin dernier, et qu'au RHDP cela fait l'objet de spéculations incessantes ? La terreur que laissait transparaitre l'analyse de vos confrères face à l'hypothèse d'empêchement du Président de la République m'a fait sourire ! Cette crainte démesurée pourrait inquiéter les populations quant à la santé du Président !

Pour vous répondre, expliquons que la Constitution de 2000 a supprimé le dauphinat en Côte d'ivoire. Dans l'ancienne Constitution, le Président de l'Assemblée nationale était le dauphin au sens où la constitution lui permettait, en cas de vacance du pouvoir, de terminer le mandat du Président de la République avec les pleins pouvoirs de celui-ci.

Mais, dans la nouvelle Constitution, le Président de l'Assemblée nationale ne peut plus terminer le mandat du Président de la République. Il a au plus 90 jours pour organiser les élections auxquelles il peut être candidat ou pas. En outre, il n'a pas les pleins pouvoirs d'un Président de la République et ne peut changer de gouvernement, ni renvoyer ou nommer un ministre. Il ne peut modifier la Constitution et ne peut organiser de referendum. L'intérim n'est pas le dauphinat. Les deux notions sont totalement différentes. Le premier se réfère aux structures monarchiques tandis que le second à l'environnement démocratique.

Donc, il faut que les populations le comprennent bien et que le RHDP arrête de paniquer à force de ressasser les mêmes arguments fallacieux. Koulibaly n'est pas le dauphin de Ouattara. Koulibaly n'usurpera pas le pouvoir du RHDP. Koulibaly a une opposition à construire face à Alassane Ouattara pour que la démocratie s'ancre en profondeur dans notre pays et en Afrique. Pour l'heure, je suis ma voie qui est celle du plaidoyer en faveur de la construction de la démocratie, du combat pour l'avancée de la liberté, de l'état de droit et de la souveraineté des peuples et des individus dans une Afrique moins violente, plus harmonieuse, plus heureuse et plus ouverte sur le monde.


Interview par Traoré M. Ahmed, in L'Expression, le 28 Juin 2011

 

Source: SAOTI, le blog de Mahalia Nteby