topblog Ivoire blogs

mardi, 14 mai 2013

UNIVERSITE FHB: LE MINISTRE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ECHAPPE A UN LYNCHAGE - LE FILM D’UNE JOURNEE AGITEE


REVOLTE DES ETUDIANTS DE COCODY.jpg


Tout est parti de la Fac de droit. En effet, après environ une semaine passée sans cours magistraux, faute de sonorisation, le collectif des délégués de cette UFR a décidé d’initier un mouvement de revendications. Pour ce faire, ces leaders ont entendu saisir opportunité du colloque international Dagri Diabaté qui devait réunir un parterre de personnalités à l’amphi A.

REVOLTE DES ETUDIANTS DE COCODY 3.jpg

C’est ainsi que dès 8 heures ce lundi, tous les étudiants présents sur la Fac de Droit ont été invités à se rendre à l’esplanade de la présidence de l’université où avaient été disposés les stands devant recevoir les invités de marque. Aux étudiants juristes, se sont joints d’autres venus de la plupart des UFR de l’institution. Ils disaient travailler eux aussi dans des conditions difficiles. « C’est parce que vous avez amphi que vous demandez micro ! Et nous, on va dire quoi ? », a lancé un étudiant inscrit en sociologie.

Pendant plus de quatre heures, les manifestants ont crié leur indignation. « Tout va mal » ; « Départ, ancien est mieux », pouvait-on lire sur des pancartes brandies par des étudiants. Ni le Doyen de la Fac de Droit, ni le secrétaire général de l’université, ni même le vice-président n’ont réussi à calmer la fureur des étudiants.

REVOLTE DES ETUDIANTS DE COCODY 2.jpg

C’est aux environs de midi que le ministre de l’enseignement supérieur, Ibrahima Cissé Bacongo, venu prendre part au colloque, s’est rendu sur les lieux de la manifestation. Mais là, à la grande surprise du premier responsable de l’enseignement supérieur, la colère des manifestants est montée d’un cran. Les injures fusaient de partout. « Bacongo voleur ! Bacongo voleur ! », clamaient les étudiants. Cissé Bacongo qui s’est d’abord réfugié dans les locaux de la présidence de université voulait rejoindre son véhicule lorsqu’il a été intercepté par des manifestants qui lançaient des pierres en sa direction. Le ministre a dû finalement rejoindre au pas de course et sous escorte militaire, la Faculté de Math-Info, où il s’est abrité dans l’une des salles. Mais là encore, tous les bâtiments ayant été encerclés par les revendicateurs, le docteur en droit a dû rester réfugié durant plus de 45 minutes, en dépit des renforts militaires arrivés sur les lieux. C’est après plusieurs manœuvres de dissuasion opérées par les policiers que le ministre a pu être exfiltré, sous des jets de pierres, à bord d’un véhicule 4x4 noir. La voiture est partie en trombe du côté de l’entrée de la Riviera Golf.


Les étudiants promettent de poursuivre le mouvement sur les trois jours que dureront le colloque. Mais il faut s’attendre à ce que des mesures soient prises par les autorités.

 

Source: La page Facebook de Thémis II