topblog Ivoire blogs

mardi, 09 juillet 2013

CYNISME HALLUCINANT - ALASSANE OUATTARA AU NORD: «LE FPI DOIT DEMANDER PARDON»

 

côte d'ivoire,CYNISME HALLUCINANT - OUATTARA: «LE FPI DOIT DEMANDER PARDON»,Ouattara appelle les pro-Gbagbo à demander "pardon",afp,abidjan.net


Celui qui a défiguré la Côte d'Ivoire pendant plus de 10 années, avec à la clé des milliers de morts, des dizaines de milliers d'exilés et des centaines de prisonniers politiques et militaires, exige de ses victimes de demander pardon. Chapeau, l'artiste, chapeau bas, Machiavel! Bravo, la "nouvelle Côte d'Ivoire", pour cette belle réconciliation nationale! Fernand Dindé.


ABIDJAN - Le président ivoirien Alassane Ouattara a appelé lundi le parti de l’ex-chef de l’Etat Laurent Gbagbo à "demander pardon" et à "prendre le train de la paix", plus de deux ans après la fin de la crise meurtrière de 2010-2011.

En plein blocage du dialogue avec l’opposition, M. Ouattara a lancé cet appel aux responsables du Front populaire ivoirien (FPI) lors d’un meeting à Korhogo, la grande ville du nord du pays, au terme d’une visite d’une semaine dans cette région, son fief électoral.

"Il faut que le FPI, parti courageux qui a eu la force de contester le parti unique, ait la force - je veux parler de ses dirigeants - de demander pardon. Que ses dirigeants aient la force de demander pardon aux victimes et aux parents des victimes. Ceci est indispensable", a-t-il affirmé dans un discours retransmis sur la télévision publique RTI.

"Le pardon grandit. Les Ivoiriens attendent ce geste d’humilité de la part de certains du FPI pour tourner la page", a poursuivi M. Ouattara.

Il a aussi demandé au FPI d’"entrer dans le processus de paix". "Je leur demande de prendre le train de la paix. Le train de la paix a pris de la vitesse et je souhaite que tout le monde soit à bord. Nous ne voulons plus d’exclusion en Côte d’Ivoire", a-t-il insisté.

Le président Ouattara est arrivé au pouvoir en avril 2011 après une crise postélectorale de quatre mois qui a fait environ 3.000 morts. (...)

Relancé en début d’année, le dialogue entre le gouvernement et le principal parti d’opposition est à nouveau au point mort.

Avant toute reprise des discussions, le FPI exige notamment la libération de Justin Koua, son responsable de la jeunesse incarcéré en juin, et la désignation d’un "comité de médiation" pour les discussions avec le pouvoir.

L’ancien parti présidentiel dénonce régulièrement une "justice des vainqueurs", soulignant que de nombreux cadres du régime déchu sont en prison alors qu’aucun soutien du pouvoir actuel n’a été inquiété pour les graves crimes imputés aux forces pro-Ouattara durant la dernière crise.

 

AFP, le lundi 8 juillet 2013.

 

Source: ABIDJAN.NET

mardi, 30 avril 2013

OUATTARA CONTINUE DE CATEGORISER LES IVOIRIENS: LE RATTARAPAGE ETHNIQUE GAGNE L'ECOLE DE GENDARMERIE


ALASSANE OUATTARA.jpg

Cet homme est en train de détruire la Côte d'Ivoire!


C’est vendredi dernier 26 avril 2013 que les résultats du concours des sous-officiers de la gendarmerie nationale ont été proclamés, après un an d’attente (depuis 2012). Ils sont actuellement affichés au Commandement supérieur de la gendarmerie nationale au Plateau où les candidats viennent consulter le tableau d’affichage pour connaître leur sort. Certains repartent heureux parce que admis, d’autres attristés ont du mal à quitter les lieux. Ce qui est choquant et regrettable à la lecture de noms des admis au nombre de 1400, c’est le déséquilibre ethnique et régional qui accroche.

Et pourtant, la Côte d’Ivoire compte plus de 60 ethnies. Seules deux régions se partagent le gâteau. Le nord et le centre. Une véritable razzia des baoulé et des Malinké. La grande majorité des admis a des noms à consonance nordiste et centriste. Presque la moitié des admis est originaire du nord de la Côte d’Ivoire quand les noms baoulé inondent toutes les listes. Des listes Rhdp pourrait-on relever sur ce tableau. Ce qui heurte surtout les consciences en lisant attentivement les noms des admis, c’est pratiquement la quasi-absence des jeunes originaires de l’ouest. Moins d’une quarantaine sur 1400 admis. Un rattrapage ethnique comme le chef de l’Etat, Alassane Ouattara, l’avait appelé devant la presse française lors d’une de ses visites en France. Apparemment, le seul but de cette opération est de reconstituer une nouvelle gendarmerie composée d’éléments pro-Ouattara. Surtout que les gendarmes que Ouattara a trouvés en fonction après sa prise du pouvoir le 11 avril 2011 sont toujours soupçonnés d’être des pro-Gbagbo. Faire de la gendarmerie nationale, une gendarmerie aux ordres de Ouattara, tel semble être l’objectif poursuivi par le chef de l’Etat. C’est pourquoi aussitôt les résultats proclamés, le régime s’empresse de lancer un autre concours cette année pour mettre en minorité les gendarmes trouvés en place. Alors que l’une des missions de la gendarmerie nationale est de défendre la République menacée dans ses fondements et non un individu.

Charles Bédé, in le quotidien ivoirien "Notre Voie" du 30 avril 2013.


Source: ABIDJAN.NET