topblog Ivoire blogs

dimanche, 07 février 2010

EST-IL OPPORTUN DE METTRE MAMBE AUX ARRETS?

BEUGRE MAMBE.jpg

Fin de l'enquête sur l'affaire des 429.000 pétitionnaires: La justice aux trousses de Mambé

Les résultats de l’enquête diligentée par le Procureur de la République, Tchimou Raymond, viennent d’être rendus publics. C’est son substitut, Diakité Mamadou qui a lu le rapport de l’enquête, selon lequel, «Mambé est coupable d’avoir fait inscrire ou tenté de faire inscrire des pétitionnaires qui n’y avaient pas droit, sur la liste électorale ». Par ailleurs, dans le rapport, il est reproché au président de la CEI d’«avoir fait du faux et en avoir usé ».

Ainsi donc, Mambé qui continue de se consoler avec le soutien moqueur du RHDP est passible de poursuites judiciaires. Comme le stipule ledit rapport. « Ces faits sont prévus et punis par les articles 41 de l’ordonnance n° 2008-133 du 14 avril 2008, portant ajustement au code électoral, pour les élections de sortie de crise. L’article 21 du décret n°2008-134 du 14 avril 2008, fixant les modalités d’établissement de la nouvelle liste électorale. Les articles 282, 283 et 284 du code pénal ».

Et avec lui, son vice-président Gomis Jean-Baptiste, qui a pris une part active dans la décision de réaliser le croisement interne de la CEI. Ce dernier est le maître d’oeuvre du funeste et diabolique plan d’infection de la liste électorale par Robert Beugré. Il est donc au même titre que son « parrain », le président de la CEI, passible de poursuites judiciaires, au regard du code pénal. Et avec eux, Adou Antoine, Directeur de cabinet de Mambé, Yapi Jacques, SG de la CEI et Kouakou Julien, responsable du service informatique de la CEI, seront également poursuivis. Chaque individu cité plus haut a joué un rôle précis et déterminé dans cette affaire. Et est donc passible de poursuites judiciaires. Les jours à venir sont donc comptés pour Mambé et sa clique.

Frank Toti

Source: ABIDJAN TRIBUNE

Mon commentaire: Est-il vraiment nécessaire de mettre Robert Beugré Mambé aux arrêts comme le présagent les jours à venir, si tant est qu'on peut le faire? Ne faudrait-il pas, au nom de la même paix qui l'a fait nommer, contre toute logique et toute légitimité, Président de la Commission Electorale Indépendante (alors qu'il est militant d'un parti politique), mettre la sourdine à cette affaire, à partir du moment où des dispositions ont été déjà prises par le Premier Ministre Guillaume Soro pour le suivi rigoureux et quotidien de tous les ajouts qui doivent s'effectuer sur la liste électorale? Faut-il risquer de compromettre une paix fragile et chèrement acquise après moult pirouettes, compromis et compromissions?

Ce sont juste des questions. Mes questions. Au nom de ma Côte d'Ivoire!

23:55 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Sortie de crise ivoirienne | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : côte d'ivoire, affaire beugré mambé, cei, 429000 pétitionnaires | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |