topblog Ivoire blogs

samedi, 23 janvier 2010

NE SOYONS PAS PLUS ROYALISTES QUE LE ROI!

COMMISSION CENTRALE CEI.jpg

Ah, la fameuse affaire des 429.000 pétitionnaires "frauduleusement" introduits dans la liste électorale! Après lecture attentive et observation, on peut dire qu'il y a eu une sérieuse entorse aux procédures et un inquiétant dysfonctionnement des services de la CEI. Mais la faute et l'erreur étant humaines, Monsieur Robert Beugré Mambé, Président de la Commission Electorale Indépendante (CEI) et la Commission Centrale de la CEI ont pondu deux déclarations pour faire amende honorable et présenter à la Nation tout entière leurs excuses.

D'où vient-il alors que le RHDP s'agite et gesticule plus que de raison? La faute étant reconnue, ils ne leur appartient plus de ruer dans les brancards. Si c'était le camp présidentiel qui s'était rendu coupable d'une telle forfaiture, ces mêmes houphouétistes auraient ameuté la terre entière pour demander la tête de Gbagbo. Comme l'a dit Monsieur Paul Yao N'dré, le tout nouveau président du Conseil Constitutionnel, nous devons "éviter de faire l'apologie des valeurs médiocres". Alors, du calme! On en prend note et on met des garde-fous, comme l'a fait le Premier Ministre Soro Guillaume pour que cela ne se répète plus, on joue les policiers les uns et des autres et on avance.

Balle à terre donc pour tout le monde, camp présidentiel y compris. Nous ne pouvons plus nous offrir le luxe d'une nouvelle crise. Le pays souffre, on doit avancer! Je vous propose, ci-dessous, les deux déclations de la CEI. DIEU bénisse la Côte d'Ivoire!

 

Déclaration de la Commission Centrale de la CEI:

Des rumeurs ont fait état de fraude à  partir d'un fichier de 429 000 pétitionnaires qui auraient été  introduits dans la liste électorale.
En vue de rechercher la vérité sur cette affaire, plusieurs réunions se sont tenues à la CEI. 
Au cours de ses séances de travail, la Commission Centrale a procédé à plusieurs auditions.

I - LES FAITS

Après le dernier croisement complémentaire réalisé par les opérateurs techniques que sont l'INS et la SAGEM avec l'accord des acteurs politiques et qui a donné une liste litigieuse comportant 1 033 000 pétitionnaires,  les  informaticiens de la CEI ont fait une projection interne sur cette liste pour explorer la possibilité d'y trouver encore des ivoiriens à récupérer.

A la réunion de la Commission Centrale du 14 Décembre 2009, les techniciens ont présenté aux Commissaires Centraux,  les résultats de ce travail interne.

La Commission Centrale, après avoir débattu de la question, a estimé  que le contentieux étant déjà engagé après l'affichage de la liste électorale provisoire, les résultats de ces recherches internes ne pouvaient être pris en compte qu'à deux conditions à savoir :
-     Que les acteurs politiques donnent leur accord pour leur prise en compte ;
-     Que les opérateurs techniques INS et SAGEM  ainsi que l'ONI et la CNSI y soient associés.

La Commission Centrale a autorisé le 31 Décembre 2009, l'envoi en mission des informaticiens  pour la formation des commissaires locaux à l'utilisation d'un logiciel de SAGEM-SECURITE, pour la prise en compte des pétitionnaires dont les réclamations ont été préalablement validées par la CEI.
Au cours de cette mission, les informaticiens étaient porteurs d'un CD comportant, en plus de l'applicatif de SAGEM-SECURITE, un fichier de 429 000 pétitionnaires issus du croisement effectué par le service informatique de la CEI.

Ce dernier fichier a été installé sur les ordinateurs de nombreuses commissions locales à l'insu des commissaires superviseurs de la CEI.

Interrogé par la Commission Centrale, le groupe des experts de la cellule informatique a indiqué avoir effectivement confectionné et mis le fichier des ''429 000  pétitionnaires '', à la disposition des informaticiens, en vue de son usage dans les commissions locales comme outil d'aide à la décision. 
La Commission Electorale Indépendante  constate, sur ce point, un dysfonctionnement manifeste de certains de ses services.

II.  LES CONCLUSIONS

Si les faits établissent l'existence du fichier des ''429 000 pétitionnaires'' et des CD élaborés dans les services techniques de la CEI, la Commission Centrale rassure les ivoiriens :
-    que les CD incriminés n'ont pas été utilisés et ont été retirés ;
-    qu'aucune inscription supplémentaire, sur la liste électorale, n'a été faite à ce jour;
-    que des comités de suivi ont été mis en place pour valider les décisions des commissions locales.   

Néanmoins, tirant les conséquences de ce dysfonctionnement,     
La Commission Centrale de la Commission Electorale Indépendante,

1)     Présente  tous ses regrets  pour les désagréments causés à la Nation ; 

2)     S'engage  à prendre, dans les meilleurs délais, toutes les mesures correctives conséquentes ; 

3)     Appelle la population au calme et à la sérénité.



Fait à  ABIDJAN, le 20 Janvier 2010

La Commission Centrale

Lire la suite