topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

mardi, 16 février 2016

LA MAIN DE LA FRANCE DANS LA CHUTE DE LAURENT GBAGBO - LES AVEUX DE FATOU BENSOUDA SUR L'INNOCENCE DE GBAGBO

 

146605807.jpg 

 

La CPI s’est discréditée lorsque les pays comme la France, craignant la perte de leur emprise sur les économies de l'Afrique de l'Ouest, la manipulent.

Je me suis récemment retrouvée assise dans un café en plein air à Kigali, dans la capitale du Rwanda, sirotant du vin sud-africain en ressassant les problèmes du continent. Mon compagnon de déjeuner est un haut fonctionnaire de la MONUSCO, la force de l'ONU pour le maintien de la paix dans l'Est de la RDC. Il a passé la plus grande partie de sa carrière en mission de maintien de la paix en Afrique centrale. Après avoir combattu le viol quotidien des femmes dans le Kivus pendant des années et ayant réalisé l'incapacité de l'ONU à mettre fin à ce fléau, mon collègue de l'ONU s'est donné la mission de faire en sorte que les auteurs de violations des droits de l'Homme sur le continent répondent de leurs crimes.

Mais nous savions tous les deux que dans quelques jours le Sommet de l'UA rallierait ses Etats membres à prendre des mesures concrètes pour se retirer de la Cour Pénale Internationale (CPI). C'est ce qui s'est exactement passé le 30 Janvier par la voix du président kényan Uhuru Kenyatta, lui-même visé par la CPI, qui engagea la bataille. Bien que mon collègue de l'ONU et moi déplorons le contournement de la justice par la CPI, nous restons convaincus du fait que cette institution ayant ainsi perdu sa crédibilité, les Africains n'ont plus foi en sa capacité de rendre justice de façon impartiale.

Il ne s'agit pas seulement de ce que seuls les Africains sont ciblés par cette institution, mais aussi du fait que les grandes puissances, la France en particulier, ont sérieusement réussi à manipuler la CPI et à l'utiliser pour leurs propres intérêts stratégiques sur le continent.

L'ouverture à la Haye du procès de l'ancien président Ivoirien, Laurent Gbagbo, le mois dernier, après cinq ans d'incarcération, a mis à nu cette manipulation de la CPI par la France. Mon collègue de l'ONU et moi avons discuté de toute la manigance que la France avait mise en place dans le but de neutraliser Gbagbo qui est pourtant venu au pouvoir par des élections démocratiques en 2000, mais qui a cherché à réduire le contrôle de la France sur son ancienne colonie. Gbagbo est ainsi devenu la plus grande menace pour la domination de la France, non seulement sur la Côte-d'Ivoire, mais sur toute la région, étant donné que sa lutte pour le déliement de l'emprise des sociétés françaises sur l'économie de son pays pourrait faire tâche d'huile dans toute la sous région ouest africaine.

La France aurait planifié cinq coups contre Gbagbo qui ont tous échoué. Elle a finalement procédé par le bombardement de sa résidence présidentielle en utilisant les forces spéciales françaises qui ont par la suite capturé le président, sa femme et son fils pour les remettre à «leur homme», Alassane Ouattara; soutenu par les rebelles qui sont formés et armés par la France. L'ancien président français Nicolas Sarkozy aurait fait pression pour que Gbagbo soit transféré à La Haye en 2011. Pendant cinq ans, les procureurs de la CPI enquêtent sur les accusations portées contre lui. Certains éléments de preuve retenus contre lui par l'accusation dans les audiences préliminaires ont été prouvés fabriqués donc irrecevables. Une des vidéos diffusées et tenues comme preuves des massacres perpétrés par ses partisans serait en réalité une scène filmée d'un homme brûlé vif au Kenya. Mon compagnon de déjeuner m'a informée qu'il n'est de secret pour personne que George Soros, un important bailleur de fonds de la CPI, est un ami proche de Ouattara et que la France a financé en grande partie les enquêtes de la CPI contre Gbagbo.

Un candidat à la présidence de la République centrafricaine, Pascal Bida Koyagbele, m'a dit qu'il avait rencontré le procureur en chef de la CPI, Fatou Bensouda en octobre de l'année dernière lors d'un dîner de remise de prix aux Pays-Bas, cérémonie au cours de laquelle Pascal Bida lui-même recevait le prix de leadership africain. A cette occasion donc, M. Koyagbele a demandé à Fatou Bensouda son avis sur le cas Gbagbo. Selon Koyagblele toujours, elle a donné la réponse suivante :

"Il n'y a rien de sérieux contre Gbagbo, c'est juste une pression politique venant de la France et je ne peux rien faire."
Koyagbele soutient que Bensouda avait sollicité le soutien de la France pour sa nomination comme procureure en chef de la CPI.

La raison de la nécessité pour la France de neutraliser la force politique qu'est Gbagbo est qu'il était déterminé à défaire l'emprise de la France sur la banque, l'assurance, le transport, le commerce de cacao et sur la politique de l'énergie en Côte-d'Ivoire. Durant le court laps de temps de son régime, il avait invité des entreprises d'autres pays à participer aux appels d'offres pour les projets du gouvernement. Gbagbo était dépassé par les coûts très élevés des projets exécutés par les entreprises françaises. Par exemple, pour la construction d'un pont, les français demandaient 200 milliards de francs Cfa. Gbagbo s'est donc détourné des Français au profit des chinois qui ne demandaient que 60 milliards de francs Cfa et ceci en 2002.

Plus important encore, jusqu'à ce jour, la France maintient son pacte colonial avec ses anciennes colonies. Selon les termes de ce pacte, le Trésor français a le contrôle de leur monnaie, des réserves de capitaux et des politiques commerciales et d'investissement. Selon l'accord entre la France et ses anciennes colonies sur la création du franc CFA, les banques centrales de ses anciennes colonies sont obligées de garder 80 pour cent de leurs réserves de change dans un compte d'opérations tenue au trésor français. Cela a rendu impossible pour ces pays africains la mise en place de leurs propres politiques monétaires.

Le défi que Gbagbo a opposé à cette situation d'esclavage a été en fait le plus grand défi qu'a connu la domination française dans cette région depuis la période post-coloniale. Son incarcération à La Haye est donc une solution de dernier recours, quand tous les autres moyens pour le neutraliser ont échoué.

Telle est la mission assignée à la CPI dans la dispensation de la justice en ce qui concerne le cas Gbagbo.

 

Par Shannon Ebrahim, le 12 Février 2016.
(Soucre: The Star)

 

Une traduction en français par le camarade Athanase Sessegnon, porte parole de la représentation FPI d'Afrique du Sud. Remerciement spécial à l'ambassadeur Abié Zogoué.

Kakry Khaza.

 

Source: Résistance Côte d'Ivoire Israël

mercredi, 18 décembre 2013

IDOLATRER MANDELA ET VILIPENDER GBAGBO, QUELLE INCONGRUITE!

 

GBAGBO ET MANDELA.jpg



En cette fin d’année 2013, vient de mourir une illustre personne, l’icône de la lutte contre l’Apartheid, Nelson Mandela. Dieu lui a donné de vivre 95 longues années. Ayant passé, injustement, 27 ans en prison, on peut dire qu’il a vécu seulement 68 années à cause de la méchanceté, de la voracité des hommes, particulièrement des hommes blancs qui ont manipulé une soi-disant justice pour le mettre en prison et l’éloigner de ses compatriotes. Il nous fait penser au sort de Gbagbo et à l’exploitation honteuse et mensongère de la CPI pour éloigner ce dernier définitivement du pouvoir. En quoi, dénoncer et combattre la ségrégation raciale, agir pleinement pour l’intérêt de ses concitoyens, sont-ils des crimes? 

A la vérité, l’homme blanc d’Afrique du Sud, afrikaner ou de France, néocolonialiste, est encore aujourd’hui raciste. Une preuve récente et éclatante étant la convocation à l’Elysée de tous les chefs d’état africains pour traiter des problèmes de sécurité concernant l’Afrique. Comment cette France initiatrice de toutes les guerres, rébellions et autres dérives contre la paix sur ce continent peut-elle pousser l’outrecuidance et l’hypocrisie jusqu’à se présenter comme la bienfaitrice de l’Afrique et des africains?

Cette rencontre de la Françafrique, avec le décès de ce patriote africain, a été symboliquement placée sous la Présidence de feu Mandela. Il n’y a que des adeptes de sectes ésotériques, spirites, précisément maçonniques pour confier la Présidence d’une réunion de ce type à un défunt. On comprend alors aisément, que cette réunion n’est qu’une rencontre de membres criminels de cette secte satanique des francs maçons.

Voilà un homme, autrefois, vilipendé par les occidentaux, traité de tous les mauvais noms et spécifiquement de terroriste par les leaders occidentaux dont Reagan, le Président américain et Mme Thatcher 1er Ministre de la Reine d’Angleterre, mais aujourd’hui encensé, adulé, même idolâtré, par les responsables politiques et les instruments de propagande médiatiques des grandes puissances de ce Monde. Quelle versatilité!
 
Comme du temps du séjour carcéral de Mandela, Gbagbo continue de faire l’objet d’une campagne affreusement mensongère, le présentant comme un criminel, un dictateur. Ainsi, au père de la démocratie ivoirienne, qui plusieurs fois a été jeté en prison pour ses idéaux de liberté, sont attribués les crimes perpétrés en Côte d’Ivoire par les Présidents-Criminels français Chirac et Sarkozy et leurs hommes de mains Soro et Ouattara. Ce sont eux qui ont levé une rébellion, choisi la voie de la guerre et des tueries, plutôt que celle du recomptage paisible des voix, réclamée par le Président Gbagbo. Quelle ignominie! 

Aujourd’hui, ces éloges que clament ces voraces occidentaux, ces mises en scène dignes d’excellents dramaturges visent à compatir hypocritement à la douleur des Sud-Africains et à la célébration de leur libérateur. Ils ne doivent pas faire oublier les objectifs toujours égoïstes des ces voraces occidentaux. Pourquoi donc tant de flatteries pour ce combattant des heures chaudes de l’Apartheid? Plusieurs raisons justifient ce branle-bas des hommes politiques occidentaux.

Les regrets d’une prise de conscience tardive de l’abomination que fut l’Apartheid, un système de discrimination raciale, à l’origine présenté comme un moyen de développement séparé des africains et des blancs d’Afrique du sud; il est bon de se souvenir que pendant longtemps les anglais, américains, français et autres européens ont été des soutiens inconditionnels de cette abominable discrimination raciale; ce sont ces mêmes qui supportent aujourd’hui l’odieux système proche du nazisme qu’est le rattrapage ethnique, appliqué par Ouattara. En témoignent, les enlèvements, les emprisonnements arbitraires, les exactions, les tueries massives de pro-Gbagbo.

Ces regrets ne tiennent pas au choix du soutien à ce dégradant système inhumain, mais plutôt à la manière dont il s’est fait. Ces hypocrites regrettent de n’avoir pas fait très tôt le choix d’une condamnation du bout des lèvres qui les aurait blanchis comme c’est le cas de la France dans ces actions de pyromane-pompier vis-à-vis du continent noir.

Pour corriger le tir, des négociations avec l’ANC, une organisation autrefois qualifiée de terroriste, seront imposées aux dirigeants Sud-Africains par les impérialistes occidentaux.

Le culte voué, à la pratique et dans les faits, à Mandela s’explique aussi par son maintien des avantages consentis aux Sud-Africains blancs et aux investisseurs occidentaux. Ainsi, aucune tentative de réforme agraire n’a été entreprise à ce jour comme le réussit si bien le vétéran de la guerre de libération du Zimbabwé, le Président Mugabé.

Les blancs détiennent toujours des milliers d’hectares de terres fertiles et les noirs sont parqués dans des zones arides et vivent, pour beaucoup encore, dans une situation de précarité et de pauvreté aggravée.

Ce statut-quo de préservation des intérêts financiers des blancs fait de Mandela une personne de tous les éloges. Pour ce noir étranger, ces voraces et hypocrites occidentaux mettent leurs drapeaux en berne, décrètent des jours de deuil, car il faut encourager les autres noirs sur cette voie de préservation des intérêts des Blancs. Il faut éviter que les successeurs du 1erPrésident noir d’Afrique du Sud n’utilisent la voie Mugabe de nationalisation des terres et de redistribution des richesses.

On peut comprendre que cette compromission du statut quo ante fut, sans nul doute, la principale condition de libération de cet homme qui, jusqu’au bout, serait resté fidèle à l’engagement pris lors des dernières négociations ayant abouti à sa libération.

Mandela a aussi permis aux occidentaux d’imposer à l’Afrique une échelle des valeurs purement occidentales; ainsi l’Afrique du Sud a été le premier pays africain à accepter l’homosexualité, bien avant même certains pays européens. Cet amour des occidentaux pour «Madiba» qui les a combattus de surcroit militairement peut s’expliquer aussi par des intérêts spirites communs. Ces illuminatis et francs-maçons n’aiment que leurs frères en lumière (en réalité des frères de ténèbres) et font tout pour les soutenir, les encenser et facilitent à tout prix leur promotion. Il ne serait pas surprenant d’apprendre que Mandela était un des leurs.

Dans le cas de Gbagbo son refus de se lier, après plusieurs sollicitations, à cette secte luciférienne explique bien l’acharnement et la propagande mensongère orchestrés contre sa personne.      

Aujourd’hui, les éloges de ce combattant de la liberté doivent faire comprendre aux africains, que seule la lutte paie. Avec Mandela, a pris fin la ségrégation raciale en Afrique du Sud, mais la ségrégation économique a toujours été maintenue et même prend de l’ampleur au détriment des Africains. Il faut donc continuer le combat de Gbagbo, cet autre Mandela, jusqu’à la victoire finale. Tout comme Mandela, l’emprisonnement injuste de Gbagbo par les impérialistes occidentaux et particulièrement français doit permettre à tous les africanistes vivants en Europe et en Afrique de redoubler d’effort. C’est le moment de manifester la fidélité à ce défenseur de l’autonomie, de la démocratie et de l’indépendance des pays africains: Gbagbo en prison, doit donner plus de tonus aux indépendantistes et aux autonomistes africains.

Un jour, comme Mandela aujourd’hui, Gbagbo fera l’objet d’éloges de la part, non des grands de ce monde mais plutôt des démocrates et hommes de paix, pour sa sincérité, son amour de la démocratie et de la paix. Il n’a, contrairement à Mandela, jamais utilisé la voie de la violence et même, dans une certaine mesure, a toujours préservé les intérêts français et occidentaux. Car à la vérité privilégier les intérêts africains n’est pas destructeur pour les Etats Européens. Le potentiel de richesses du continent noir étant considérable.

On ne peut donc comprendre qu’on idolâtre Mandela et qu’on vilipende Gbagbo.


NANWOULET G. Simone

mardi, 22 octobre 2013

ENGLOBAL S'ATTAQUE A PICKAS, A AFFI ET AU FPI: LE RECADRAGE DE AHOUPA SESSEGNON

côte d'ivoire,ahoupa sessegnon,zasso patrick dit "en global",englobal s'attaque à pickas à affi et au fpi,afrique du sud

 

Englobal s'attaque à Pickas, à Affi et au FPI, juste comme il l'a fait ce jeudi 25 Novembre 2010, alors en mission pour Ouattara, son mentor. Englobal jeune patriote? Pro-gbagbo? Militant du COJEP? Difficile à dire. Ce qu’il  est plus correcte de dire c'est que Zasso Patrick est un rebelle RDR, reconverti en sympathisant LMP. Une reconversion tellement spectaculaire que la mémoire collective de la Côte d'Ivoire électorale en rit encore.

Tu viens donc d'arriver, monsieur "le leader". Tu ferrais mieux de mettre balle à terre. Observe bien dans ta nouvelle maison et tu verras comment ceux que tu as trouvés sur place se comportent. Cela t'évitera de rester éternellement étranger. Oui, tant que tes faits et gestes seront maladroits, tu seras vu comme un étranger dans ta nouvelle maison.

De quoi parles-tu? De qui parles-tu? Connais-tu le FPI? Connais-tu le Président Affi? Connais-tu Damana Pickas?

Tu répondras certainement par l'affirmative, de bonne foi. Tout simplement parce que tu n'as pas encore réalisé que tu n'es plus RDR. Ou alors, c'est nous qui ne savons ni qui tu es, ni pour qui tu cours.

ZASSO PATRICK DIT EN GLOBAL.jpg

Zasso Patrick dit "En global"

On n'ira pas jusqu'à te reprocher les approches RDR qui te collent encore à la peau et qui ressemblent à s'y méprendre et à juste titre aux envolées du Baoulé de service dans ton "ancien parti". On comprend que tu n'arrives pas à expliquer l'acte historique de Damana Pickas devant tes désormais anciens camarades du RDR que tu rencontres maintenant en Europe.

C'est une lapalissade aussi que de dire ton incapacité à comprendre l'acte posé par le Président Affi Nguessan à Marcousis. On n'oublie pas que le changement s'est fait à 360 degrés et donc ce n'est pas évident que tu te sois tout de suite forgé un mental de lutteur pour supporter l'exil et autres contraintes de la résistance. On a aussi décidé de taire le trou par toi laissé dans les caisses de l'association des réfugiés et exilés pour te laisser apprendre à nous connaitre.

"Englobal", on peut comprendre que tu sois embrouillé et euphorique, mais tu n'es pas obligé de t'offrir en spectacle. Jette un regard sur l'actualité et tu verras que tu es totalement hors-sujet. Le COJEP vient même de féliciter le FPI. Et Doukrou Parfait qui porte la parole du COJEP en exil, est en phase avec son parti sur le terrain. Alors de quoi parles-tu?

Nous sommes dans une lutte sérieuse, dans une révolution où il n'y a pas de place pour les plaisantins. Nous allons volontairement taire tes sorties de route, mais ressaisis-toi. Avant de critiquer le militantisme et le niveau intellectuel de Damana Pickas, il faut te renseigner auprès de ceux qui le connaissent. Regarde autour de toi, tout le monde se demande d'où tu sors. Attention, la porte n'est pas fermée. Balle à terre monsieur "le leader", la route est encore longue, très longue...


OHOUPA SESSEGNON


Membre du Bureau de la Représentation FPI-Afrique du Sud,

Secrétaire chargé des relations avec les autres Partis et avec les autorités Sud-Africaines, Porte-Parole FPI/LMP Afrique du Sud.

Président de la Chambre de Commerce Ivoiro-Sud-africaine.

mercredi, 26 juin 2013

«DEVANT L'HOPITAL, PAS UN BLANC POUR RENDRE HOMMAGE A MANDELA, UNE HONTE!»

 

MANDELA. SOUTIEN DES SUD-AFRICAINS AU MALADE.jpg

L'Afrique du Sud s'attend au décès de Mandela. Des Sud-Africains portent des pancartes de soutien à Nelson Mandela, le 25 juin 2013 à Pretoria [Alexander Joe/AFP].


«Je vous donne en partage, cet article que j'ai eu à lire (comme vous certainement...) sur la page de France 24, ce matin du 26 juin 2013. La journaliste rend-t-elle compte de la ''réalité'' sud africaine? La ''réalité'' étant que ''Les Blancs ont peur''. Peur? De quoi, de qui? Je revois encore Nelson Mandela, le 11 février 1990 à sa libération, après 29 ans de prison, déclarer: "Nous allons être libres ensemble". Une semence dont les fruits, aujourd'hui, devant la ''Mediclinic Heart Hospital'' et devant nous, sont  maigres, maigres, maigres...». Justes propos d'un aîné.

 
Ce n'est pas vraiment la foule de journalistes rassemblés devant la Mediclinic Heart Hospital où Nelson Mandela est actuellement soigné qui dérange les Sud-Africains. C'est plutôt le "raz-de-marée de couleur noir" qui les met mal à l'aise. Voire les agace fortement.
 
Il est vrai que devant l'hôpital de Pretoria, difficile de repérer un visage blanc hormis celui des journalistes occidentaux. "Pourquoi pas un Blanc n'est venu se recueillir ou déposer un mot de gentillesse pour Madiba?", s'étonne ainsi Comfort, un jeune homme âgé de 29 ans. "Madiba n'est pas seulement une figure pour les Noirs mais pour tout un peuple !", ajoute-t-il, voix baissée. Visiblement, évoquer ouvertement la question raciale, plus de 20 ans après la fin de l'apartheid, est encore taboue. Des personnes qui ont entendu Comfort n'hésitent d'ailleurs pas à tourner le dos à l'évocation de cette absence de Blancs devant la clinique, où de nombreux chants de soutien à Nelson Mandela se mêlent aux directs des journalistes.

afrique,afrique du sud, REPORTAGE Devant l'hôpital, pas un Blanc pour rendre hommage à Mandela une honte,Publié par Charlotte Boitaux pour France 24

Une femme essuie une larme (g.) lors d'une veillée organisée devant la clinique où est hospitalisé Nelson Mandela, le 25 juin 2013 à Pretoria. [Odd Andersen / AFP].

"Les Blancs ont peur"
 
A la nuit tombée, les langues finissent pourtant par se délier, mais toujours à voix basse. "C'est honteux, après tout ce qu'il a fait pour le pays, pas un Blanc ne vient le soutenir, lui rendre hommage", s'emporte soudainement Moses, un jeune ami de Comfort, âgé lui aussi de 29 ans. Pour lui comme pour d'autres, l'explication ne fait aucun doute : les Blancs "ont peur". "Ils ne viennent pas parce qu'ils savent que la mort de Mandela va changer les choses", confie Masabata, gardienne de sécurité à Pretoria. "Une fois Mandela décédé, ils craignent que les Noirs prennent leurs maisons, leurs emplois", renchérit Ben, un pharmacien de 29 ans. "Ils se disent que tant que Madiba respire, personne ne déclenchera les hostilités. Que cela ferait trop de peine à l'ancien président [qui a lutté pour la réconciliation nationale depuis 1990, NDLR]. Mais après [sa mort], tout va changer, vous verrez", affirme-t-il.
 
Si certains Sud-Africains, comme Rejoice, une mère de famille venue avec son fils déposer un bouquet de fleurs devant l'entrée de l'hôpital, considère ces propos comme "délirants", d'autres comme Miken, le seul Blanc repéré dans la foule, une casquette rouge vissée sur la tête, ne leur donnent pas tout à fait tort… "Vous évoquez des questions difficiles que personne ne pose. Mais, ok, vous voulez la vérité", lâche ce businessman la main devant la bouche comme s'il redoutait que quelqu'un puisse lire sur ses lèvres.
 
"Certains Blancs n'aiment pas les Noirs. Certains de mes amis blancs ne veulent pas les fréquenter. C'est pourquoi ils vivent dans leurs quartiers, entre eux, ils se considèrent supérieurs. Ils accusent Nelson Mandela de leur avoir fait perdre le pays. Ils ne le respectent pas", assène-t-il, mais toujours à voix basse. "Moi, je ne dis rien mais je ne suis pas d'accord, je pense que Mandela est un très grand homme", précise-t-il, tout en désignant le bouquet de roses qu'il vient de déposer. "Alors non, je ne suis pas surpris d'être le seul Blanc ici, on ne se mélange pas vraiment à Pretoria, conclut-il. Ici, vous verrez, l'apartheid n'a jamais vraiment fini".
 
 
Publié par Charlotte Boitaux pour France 24.

vendredi, 14 juin 2013

MANDELA, LE SYMBOLE D'UN «OECUMENISME» AMBIGU, PAR THEOPHILE KOUAMOUO

monde,afrique,afrique du sud,mandela,le symbole d’un «œcuménisme» ambigu,théophile kouamouo,«il est temps de le laisser partir»,le quotidien ivoirien "le nouveau courrier"

 

« Il est temps de le laisser partir ». La « Une » de l’hebdomadaire sud-africain Sunday Times traduit très clairement l’état d’esprit des compatriotes de Nelson Mandela alors qu’il semble cheminer lentement vers sa destination éternelle. Dans une atmosphère d’effervescence médiatique assez glauque, les télévisions du monde entier multiplient les directs devant l’hôpital dans lequel il est interné. Le décès à venir de Nelson Mandela – comme hier celui du pape Jean-Paul II ou du leader palestinien Yasser Arafat – est un événement programmé depuis de nombreuses années par les plus grands médias de la planète, qui ont déjà préparé des centaines de minutes de biographies et de papiers d’angle pour les uns, et des hors-série quasiment prêts à être mis sur le marché pour les autres.

Normal, d’un certain point de vue. Nelson Rolihlala Mandela est une icône globale. De son vivant, il a été érigé au rang d’icône laïque universelle. Il le mérite amplement. Cela dit, l’œcuménisme politique qui l’entoure a quelque chose de profondément ambigu. Certes, un seul homme peut jouir du respect et de l’admiration de personnes qui ont des points de vue opposés sur quasiment tous les sujets. Mais en grattant un peu, l’on s’aperçoit vite, en général, que ce ne sont pas les mêmes raisons qui motivent les différentes cohortes de «fans».

- L’Afrique révère Nelson Mandela, le héros intransigeant du combat contre l’apartheid, acceptant de rester en prison durant 27 longues années et refusant d’abandonner la lutte armée tant que l’inique système de ségrégation raciale qui règne sur son pays n’aura pas été démantelé. Que pensait le leadership occidental du Mandela de ces années-là ? Les Etats-Unis se hâtaient d’inscrire le nom de son parti sur la liste des organisations terroristes – l’ANC n’en sera ôtée qu’en 2008. Un député britannique conservateur Teddy Taylor affirmait sans sourciller que Mandela devait « être abattu ». Jacques Chirac, maire de Paris, traitant l’ANC de parti tribal xhosa, quelques mois après l’assassinat aujourd’hui classé sans suites de Dulcie September, sa représentante à Paris. Au moins jusqu’à la fin des années 1980, le premier président de l’Afrique du Sud non raciale était loin d’être un symbole consensuel en Occident. Certes, des progressistes courageux comme l’ancien président Jimmy Carter combattaient, en cohérence avec leurs valeurs, l’odieuse politique ayant cours en Afrique du Sud. Mais les conservateurs de tout poil soutenaient, expliquaient, toléraient ou « comprenaient » l’inacceptable.

- L’Afrique admire le Nelson Mandela qui, en 1997, brave l’embargo aérien qui frappe la Libye de Muammar Kadhafi. Et qui répond aux critiques de Washington par une phrase catégorique et emplie de dignité : « Aucun Etat ne peut s’arroger le rôle de gendarme du monde, et aucun Etat ne peut dicter aux autres ce qu’ils doivent faire. » Que pensent donc de ce Mandela ceux qui, aujourd’hui, estiment qu’ils sont dans leur bon droit quand ils « interviennent » en Libye, en Côte d’Ivoire, en Syrie, semant au passage un chaos qu’ils font semblant de ne pas voir ? Il est évident qu’ils sont plus « confortables » avec le symbole muet auprès duquel ils ont tous accouru ces dernières années pour une photo-souvenir. Dans l’espoir d’attirer à eux un peu de lumière.

- L’Afrique respecte Nelson Mandela parce qu’il a su partir, contrairement à ses «tyrans éternels» accrochés au pouvoir après plusieurs décennies, et alors qu’ils sont tellement sclérosés qu’ils ne peuvent plus rien apporter à leurs peuples. Mandela a su passer la main et a, par voie de conséquence, renforcé son parti et fait avancer les notions d’alternance et de modernité politique dans son pays. En principe, l’Occident n’a rien contre cet « art de savoir partir ». Mais il se trouve que les alliés sûrs de la diplomatie française en Afrique – pour prendre un exemple –  sont souvent des hommes qui ont détricoté la Constitution de leurs pays pour pouvoir s’imposer au-delà des termes légaux. En Afrique de l’Ouest, le médiateur attitré est le Burkinabé Blaise Compaoré, arrivé au pouvoir en 1987 suite à un coup d’Etat doublé d’un assassinat politique. L’homme fort de l’Afrique centrale est le Tchadien Idriss Déby Itno, qui a conquis le pouvoir à la suite d’une rébellion victorieuse en 1990. Et les Africains se demandent pourquoi la permanence du Zimbabwéen Robert Mugabe à la tête du Zimbabwe irrite plus, au-delà de la mer Méditerranée, que celle du Camerounais Paul Biya.

- La question de la gestion de la réconciliation en Afrique du Sud concentre à elle seule un grand nombre de « malentendus » au sujet de la perception de Mandela. Les Africains ont plébiscité la formule « vérité-pardon-réconciliation » parce qu’elle leur semblait à même de triompher du cycle de la violence, des représailles et des affrontements à caractère plus ou moins ethnique. En restituant aux peuples, dans la sérénité, la complexité de leur Histoire. Les Occidentaux ont, eux aussi, glorifié la formule de « sortie de crise » sud-africaine. Et pourtant, ils considèrent qu’ailleurs en Afrique, la « justice transitionnelle » telle que pratiquée par Mandela, reviendrait à consacrer « l’impunité ». Inspirés par l’Occident et ses ONG, les tribunaux pénaux internationaux spécialisés sur le Rwanda et la Yougoslavie puis la Cour pénale internationale sont-ils autre chose (et en dehors de toute référence morale) que des « petits Nuremberg » viciés dès le départ, chargés de professer un « plus jamais ça » sélectif et de graver dans le marbre des « récits nationaux » faussés toujours favorables à ceux auprès de qui la « communauté internationale » s’est battue ? Si Mandela avait, à l’image d’un Alassane Ouattara, arrêté son prédécesseur, laissé scalper sa blanche épouse dans sa Résidence, jeté tous les ministres du gouvernement précédent dans des prisons sommaires loin des leurs, pillé les biens de ses opposants, fait occuper leurs résidences, traqué leurs soutiens financiers… aurait-il été adoubé comme l’actuel chef de l’Etat ivoirien l’a été et continue de l’être ? En réalité, Mandela est devenu un héros consensuel en Occident tout simplement parce qu’il a épargné les Blancs et a préservé leurs intérêts économiques. C’est pourtant cette modération qui a préservé la paix et le « vivre ensemble » que certains Africains réprouvent et voudraient voir « corrigée ».

« Pourquoi aimez-vous Nelson Mandela et que lui reprochez-vous éventuellement ? » : posée à un maximum d’hommes politiques, de capitaines d’industrie et de citoyens ordinaires du monde entier, cette question mettrait en lumière le grand malentendu qui flottera sur le concert de louanges excessif donc insignifiant qui commencera dès que Dieu rappellera à Lui « Madiba ».


Théophile Kouamouo


Source: LE NOUVEAU COURRIER

mardi, 02 avril 2013

BRICS: «PLUS QUESTION DE RECOURS A LA FORCE CONTRE UN ETAT SOUVERAIN»

 

monde,brésil,afrique du sud,inde,chine,russie,brics,plus question de recours à la force contre un état souverain


Mauvaise nouvelle? Certainement pour certains.

Le BRICS, qui se réunit dès demain en Afrique du Sud, veut s’affirmer collectivement pour peser davantage sur la marche du monde. D’ores et déjà Russes et Chinois se sont rencontrés pour accorder leurs discours relativement offensifs : les deux dirigeants, Vladimir Poutine et Xi Jinping, ont, chacun à leur tour, averti qu’ils ne tolèreront « plus de recours à la force contre la souveraineté des pays », selon les mots du chef du Kremlin. « Nous devons respecter le droit de chaque pays à choisir en toute indépendance sa voie et nous devons nous opposer aux ingérences dans les affaires intérieures des autres Etats », a approuvé Xi Jinping. 

Vladimir Poutine souhaite démontrer que le collectif BRICS peut désormais peser de tout son poids sur la marche du monde : « Le PIB des pays du BRICS, mesuré selon la parité du pouvoir d'achat, en monnaies nationales, atteint 27 %, et cette part est en train d’augmenter», a-t-il déclaré, jurant que ce groupe ne revendiquera jamais qu’un système mondial plus juste et plus équilibré : « Les membres des pays BRICS sont favorables à la création d'un système plus équilibré et plus équitable des relations économiques internationales. (…) la preuve : c’est la décision consolidée de renflouer les fonds du FMI de 75 milliards de dollars ».

Mais au-delà des considérations géopolitiques et philanthropiques, c’est surtout le système financier qui sera sur la table du 25 au 27 mars à Durban. Et là, il s’agit, pour M. Poutine, de passer à l’action : « Nous proposons à nos partenaires de transformer les BRICS, forum de dialogue qui coordonne les positions sur un nombre limité de questions, en un mécanisme d'interaction stratégique, permettant de travailler ensemble pour trouver des solutions à des questions clés de la politique mondiale », a annoncé Vladimir Poutine. Il s’agira de lancer la Banque de développement des BRICS, première pierre de la construction d’une alternative au système FMI-Banque mondiale qui gère le monde depuis 60 ans. La création d’une agence de notation commune sera également au menu des discussions. De même qu’un forum économique sur le modèle de Davos, qui permettra aux grands acteurs politiques et économiques des BRICS de se concerter pour mieux construire ensemble le bonheur des peuples. 

Même si l’Afrique du Sud semble tentée de rejoindre les positions sino-russes, il n’est pas certain que le Brésil ou l’Inde soient vraiment disposés à participer aussi activement à ce qui ressemble tout de même à un plan d’action pour devenir calife à la place du calife.


Source: FACEBOOK

samedi, 18 août 2012

IL Y A PRESIDENT ET PRESIDENT

JACOB ZUMA 2.jpg

 

Le président sud-africain Jacob Zuma, en déplacement à Maputo, au Mozambique, pour une réunion de la SADC, a dû écourter son séjour à l’étranger pour se rendre au chevet de son peuple meurtri par une dérive policière qui a fait 34 morts parmi les grévistes de la mine de platine de Marikana, à Rustenburg, revendiquant une hausse significative de leur salaire de misère. Voilà ce que j’appelle « Un Président ».

Mais en Côte d’Ivoire, le 20 juillet 2012, un camp de réfugiés Wê sur leur propre terre, à DUEKOUE, est dispersé dans le sang et le feu par de jeunes expéditionnaires Malinké, des FRCI et des Dozos (chasseurs traditionnels), sous les yeux des autorités préfectorales et des soldats de l’ONUCI. Bilan : 234 morts et de nombreux portés disparus. Le chef de l’Etat ivoirien n’a pas même daigné y faire un tour, ne serait-ce que par commisération. Ces Ivoiriens-là sont des sous-hommes. Ils ne méritaient pas tant d’égards.

Pire, depuis la nuit du 5 au 6 août 2012, le pays vit au rythme d’attaques meurtrières contre nos commissariats et camps militaires, contre nos villes et villages. Alassane Ouattara ne trouve rien de mieux à faire que de se payer deux semaines de vacances dorées dans l’Hexagone. Voici le président que nous avons, nous, en Côte d’Ivoire !!!


Que DIEU garde la Côte d'Ivoire!