topblog Ivoire blogs

lundi, 26 septembre 2011

LA CRISE ECONOMIQUE LES BALAIERA TOUS!

Fichier:Fonds monétaire international logo.png

 

LES SOLUTIONS DU GROUPE ATTAC

Au milieu de cette crise récurrente du système économique qui n'en finit plus de tituber et de hoqueter sous ses propres contradictions insolubles - incapable de sauver sa destinée, sinon en transférant le poids immense des dettes souveraines sur le dos des différents peuples appauvris -, voilà qu'une voix venue de France susurre ses « solutions » et apporte sa contribution afin d'empêcher ce système moribond d'effectuer le grand plongeon.

Suzanne George, présidente d'honneur d'ATTAC-France et auteur prolifique, était en visite à Montréal pour consolider l'Université d'été des Nouveaux Cahiers du Socialisme, un groupe de militants contrits de voir s'étioler ce système économico - politique « démocratique » qu'ils ont tant chéri (1).

Madame George et ses semblables, analystes de « gauche » de moult horizons, sont outrés de constater les disparités de revenus entre les riches et les pauvres, conséquences inéluctables et fondement du système capitaliste. L'auteur du livre « Leurs crises, nos solutions » présenta donc une série de statistiques révoltantes démontrant hors de tout doute raisonnable que les riches sont toujours plus riches et que les pauvres toujours plus pauvres, jusqu'à la famine et la multiplication des SDF (sans domicile fixe), pourrions-nous surenchérir aux propos de Madame George.

Puis, constatant que l'État bourgeois (pas du tout démocratique comme chacun a pu le constater lors du G-20 à Toronto à l'été 2010), l'État au service des riches, l'État des capitalistes géré par leurs hommes de main contre forte rémunération ; constatant disions-nous que tous les États nationalisent les dettes souveraines et privatisent les actifs publics,dégrèvent la fiscalité des riches et surchargent la fiscalité des travailleurs et de la petite bourgeoisie en voie de paupérisation (d'où leurs récriminations) ; la présidente honoraire crie au scandale et propose non pas la destruction de ce système inique mais plutôt des solutions pour le sauver de l'extinction.

À la traîne de Gérald Fillion, l'analyste de service à la télévision de Radio-Canada, Suzanne George déclame, et nous citons : « Il fallait les sauver (les banques) parce que l'on ne pouvait pas laisser tout le système s'écrouler, c'aurait été les assurances, la sécurité sociale, les investissements, les retraites et tout, alors cela n'était pas possible (...).  Il fallait dire aux banques : vous êtes partiellement ou totalement socialisées,  voilà un cahier des charges que vous allez suivre et vous allez investir un quota dans les PME-PMI qui ont un projet vert ou qui ont un projet d'investissement pour le bien de la communauté... Vous allez suivre ce cahier des charges et vous allez payer des taxes normalement et vous allez rémunérer vos directeurs normalement. Il fallait  reprendre le contrôle de cette finance qui était devenue folle (Ajoutez à cette panoplie la taxation des transactions boursières selon le principe de la taxe Tobin. NDLR). Il faut limiter les hauts salaires. Tout doit être codifié dans la loi. (...)  Ce qui manque c'est la volonté politique de le faire. » (2). Mélenchon ou le Nouveau Parti Anticapitaliste français n'auraient pas dit autrement (3).

G20 SOMMET DE LONDRE 2009.jpg

Comment se fait-il que personne n'y avait pensé auparavant? Tous ces « traders » boursiers astucieux, assez du moins pour frauder la bourse, le public et les gouvernements ; tous ces analystes financiers ingénieux ; tous ces banquiers industrieux, capables de doper la profitabilité de leurs institutions en pleine crise financière ; tous ces milliardaires frauduleux, suffisamment du moins pour voler le fisc pendant des années, mais pas assez futés pour suivre les conseils de madame la présidente émérite qui, à la fin, ne souhaite que leur bien !  C'est à désespérer de réchapper leur système capitaliste en faillite. Pourquoi ne peuvent-ils s'autodiscipliner ces accapareurs de la richesse collective ?

En effet, plutôt que de laisser s'écrouler leur système économique désuet, elle leur offre l'opportunité de le sauvegarder en lui refaisant une virginité. Qu'y a-t-il à redire à ce projet philanthropique du groupe ATTAC et de madame Suzanne ? L'auteur prolifique  devrait pourtant observer que dans tous les États occidentaux les assurances collectives, la sécurité sociale, les budgets à l'éducation et aux services de santé, les retraites et les investissements publics qu'elle prétend sauver vont à vau-l'eau et sont attaqués de toutes parts justement dans le but de dégager les crédits requis pour rehausser la profitabilité des banques, comme elle le souhaite ; pourtant malgré cet effort titanesque la crise capitaliste s'approfondit (4).

Un pays qui imposerait à ses banques transnationales les politiques proposées par ATTAC et l'universitaire réputée verrait celles-ci vider leurs coffres et expatrier leurs capitaux vers les paradis fiscaux (Macao, Bahamas, Caïmans et Monaco), ce qu'elles ont déjà amorcé de toute façon (5).

UN CHERCHEUR REALISTE ET ENRAGE

Appelons maintenant à la barre un expert analyste du système « néolibéral » comme se plaisent à l'appeler les opportunistes de service.

Monsieur Frédéric Lordon, directeur de recherche au CNRS à Paris est une sommité en son domaine. Il affirme que : « Le néolibéralisme est un régime d'endettement généralisé : ménages, institutions financières, États. La crise menace de mettre à bas tout le système des institutions financières, car si la puissance publique a pu sauver les banques de la crise de la dette privée, il n'est pas certain qu'elle puisse y parvenir pour les dettes publiques (dettes souveraines NDLR). ».

C'est aussi ce que nous pensons et,  comme le professeur Lordon,  nous constatons que : « Le système européen actuel touche à l'absurde. D'un côté, les marchés financiers, pour être « rassurés », exigent l'austérité pour que toutes les sources de revenus des pays leur soient versées au travers du remboursement des dettes ; mais d'un autre côté, l'austérité empêche la croissance qui seule peut générer les recettes fiscales permettant de rembourser les dettes... Les plans européens continuent à fabriquer des surendettés futurs pour « sauver » les surendettés présents. » (6).

Ce monsieur Lordon est un fin limier exaspéré par l'entêtement de ces banquiers et de ces milliardaires qui ne veulent rien écouter de ceux qui tentent de les sauver; le directeur lance donc l'appel insurrectionnel que voici : « Jamais un groupe d'intérêt aussi puissant que celui qui s'est constitué autour de la finance ne renoncera de lui-même au moindre de ses privilèges, seule peut le mettre à bas la force d'un mouvement insurrectionnel - puisqu'il est bien clair par ailleurs qu'aucun des partis de gouvernement, nulle part, n'a le réel désir de l'attaquer. » (7).

Nous apprécions à sa juste valeur la franchise du professeur. Ce n'est pas tous les jours qu'un directeur du CNRS appelle à l'insurrection généralisée. Mais nous regrettons que l'auteur n'aille pas jusqu'au bout de son labeur puisque en conclusion il propose ceci : « Sur ces ruines fumantes - tout rebâtir ». Monsieur Lordon ne semble pas avoir compris que c'est le projet de construction capitaliste qui est fautif. Le capitalisme version améliorée ne peut être que la copie conforme du capitalisme version détériorée. C'est « built in » comme disent les anglais, ce système est ainsi fait.

Le capitalisme sans la recherche du profit maximum et l'accaparement de la plus value ce n'est plus du capitalisme. Si un magnat de la finance refuse d'appliquer cette loi et d'absorber ses concurrents, c'est lui qui sera avalé et qui se retrouvera un jour salarié de son coéquipier.

UN MILITANT ALTERMONDIALISTE UTOPISTE ET DESESPERE

Lire la suite