topblog Ivoire blogs

samedi, 20 février 2010

DERNIERS DEVELOPPEMENTS POLITIQUES EN CI: L'APPEL DU MLAN

YAO PRAO.JPG

Le président ivoirien Laurent Gbagbo a annoncé vendredi 12 Février, au soir, à la télévision nationale, la dissolution du gouvernement et de la commission électorale chargée d'organiser le scrutin présidentiel à la suite d'un différend sur l'enregistrement des électeurs. Il a également annoncé la reconduction du chef de l'ex-rébellion Guillaume Soro au poste de Premier ministre, et l'a chargé de lui proposer un nouveau gouvernement.  

Dans son discours, le président a invoqué l`article 48 de la constitution, pour prendre une telle décision. L`opposition a condamné cette décision et menacé de se retirer du prochain gouvernement. En effet, le RHDP, le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix, qui regroupe les quatre principaux partis d’opposition a déclaré ne plus reconnaitre  M. Laurent Gbagbo comme chef d'Etat de la Côte d'Ivoire.

Voici en quelques mots, la situation que connait notre pays, la Côte d’Ivoire alors que le monde entier espérait voir les ivoiriens libre des démons de la guerre.

Rappelons que la présidentielle, maintes fois reportées depuis 2005, devait avoir lieu à la fin du mois ou début mars 2010. Un  scrutin est nécessaire pour mettre fin à plusieurs années d`instabilité et à l`impasse politique qui prévaut depuis la guerre de 2002-2003 qui a coupé en deux le pays,  laissant le Nord aux mains des rebelles.

Face à cette situation délicate et sensible que traverse la Côte d’Ivoire, le MLAN, le Mouvement de Libération de l’Afrique Noire, que j’ai l’insigne honneur de diriger, ne peut rester indifférent à la souffrance des ivoiriens.

La Côte d’Ivoire est un pays de paix, elle était même sous Houphouët Boigny, exportatrice de cette denrée rare qu’est la paix.

D’ailleurs, Je ne doute pas de la joie que vous ressentez aujourd'hui en lisant cette déclaration, de savoir que le serment  prêté  ne doit jamais être trahi par son peuple.

Bien-aimés frères et sœurs de la Côte d’Ivoire, nous avons fait un choix, celui de servir notre patrie avec dévouement et loyauté. Nous ne devons jamais nous détourner de cette noble voie. La liberté est l'idéal pour lequel, de tous temps et à travers les siècles, les hommes ont su lutter et mourir. N’oublions pas notre histoire glorieuse et historique. Souvenons-nous qu’en 1949, pour libérer les combattants de la lutte anticoloniale, militants du Rassemblement Démocratique Africain (RDA) après avoir été jugés et condamnés, des femmes ont marché sur Grand-Bassam. Elles furent accueillies par les canons à eau de l’administration coloniale sur le pont situé sur la lagune Ouladine reliant le quartier France à la zone continentale. La libération des  militants emprisonnés le 1er janvier 1950, à l’issue de cette manifestation, reste un signal fort de notre peuple face à l’adversité.

C’est grâce à notre volonté d’être libre et unie que nos devanciers ont mené la lutte héroïque et sublime qui nous conduit vers  notre indépendance véritable.

 

Nous sommes nés pour vivre libres et non pour vivre de la servitude comme nous l'avons été lorsque le maître nous dictait le nombre de fouets souhaitables et la vie qui nous convenait.

 

Oh, peuple de Côte d’Ivoire, notre  volonté, celle de tous les hommes et de toutes les femmes de ce pays est de faire régner l'ordre et la paix dont chacun de nous a besoin pour vivre heureux et profiter réellement du fruit de l'indépendance.

C'est pourquoi, je vous adresse, chers compatriotes, un appel fraternel pour que cessent les querelles inutiles, sauvages, les rivalités entre frères, qui retardent le développement de notre pays.

 

Tel est le message d'un homme qui souffre de voir son peuple déchiré, et qui souhaite que son pays aille   toujours de l'avant et qu'il joue effectivement son rôle de locomotive dans la sous région ouest-africaine. 

Que chaque leader politique puise en lui les dernières ressources pour considérer que l’intérêt général, celui de notre pays, et non les calculs politiciens.

Nous appelons toutes les forces vives à travailler ensemble car rien ne peut être fait dans la solitude. Notre digne frère Mandela nous répète qu’ « aucun de nous, en agissant seul, ne peut atteindre le succès ».

La Côte d’Ivoire d’en bas, c’est-à-dire, des pauvres, par ma voix vous demande de considérer la pauvreté dans laquelle elle vit. Face à la souffrance de son peuple, aucun sacrifice n’est de trop, c’est pourquoi, nous appelons avec empressement, le président Gbagbo, son premier ministre et les partis d’opposition à mettre en place sans délai la nouvelle commission électorale indépendante qui, en se basant sur les acquis, fixera la date du premier tour des élections présidentielles. Il est techniquement possible que cette date soit fixée fin Avril-début Mai 2010.

 

En avant, citoyens et citoyennes, pour la construction d'une Côte d’Ivoire réconciliée avec elle-même, unie, prospère et débarrassée de ses démons.

 

Dieu nous donne sa sagesse.

 

YAO PRAO SERAPHIN.JPG

 

Fait à Paris, le 16 Février 2010

Dr Séraphin PRAO

Président du MLAN

www.mlan.fr