topblog Ivoire blogs

mardi, 04 juin 2013

LA JUGE SILVIA FERNANDEZ DE GURMENDI DEMANDE LA LIBERATION DU PRESIDENT GBAGBO

 

côte d'ivoire,cpi,LA JUGE SILVIA FERNANDEZ DE GURMENDI, DEMANDE LA LIBERATION DU PRESIDENT GBAGBO,audience de confirmation des charges à la haye


Urgent!!! Une juge de la CPI demande la libération du président Gbagbo

 

La Cpi vient de renvoyer la décision sur la confirmation des charges contre le président Gbagbo. Dans un communiqué, la Cour pénale internationale affirme en substance qu’au vu des preuves en possession des juges, il n’est pas possible de confirmer les charges contre le président Gbagbo, et les juges accordent au procureur un peu de temps afin d’apporter plus de preuves.

Cette dernière décision des juges a été contestée par la juge Silvia Fernández de Gurmendi qui, arguant du fait que la majorité des juges soient d’accord sur le fait que les preuves soient insuffisantes, a demandé à la cour de prononcer simplement et purement une décision. Prononcer une décision, dans ce cas, aurait voulu dire relaxer purement et simplement le président Gbagbo.

Dans une longue lettre de 20 pages adressée aux autres membres de la cour, la juge Silvia Fernández de Gurmendi donne les raisons de son désaccord avec la décision d’ajourner l’audience qui aurait purement et simplement fait relaxer le président Gbagbo.

Nous reviendrons plus en détails sur cette décision historique qui prouve que le président Gbagbo se trouve à la CPI pour des raisons politiques, et que la majorité des juges fait le jeu de la France et de son pouvoir vassal d’Abidjan, en le maintenant loin de son pays.

 

SourceACC – Côte d’Ivoire

mercredi, 20 février 2013

INCOHERENCES A LA CPI

GBAGBO A L'HOTEL DU GOLF.jpg

 

Selon Fatou Bensouda, procureure de la CPI que nous citons: «Laurent GBAGBO a été arrêté par les forces françaises, le 11 avril 2011, mais continuait de donner des ordres à ses partisans pour continuer puisque le 12 avril, plus de 80 personnes ont été exécutées ou brûlées vives à Yopougon».

Merci Fatou Bensouda mais regarde cette photo du président datant du 11 avril 2011. C'était au Golf Hotel, dans le QG du putschiste Ouattara. Donc en ces lieux, le président Laurent GBAGBO avait un téléphone et pouvait communiquer avec les officiers tels Dogbo Blé, Boniface Konan, Jean-Noël Abéhi et les Alphonse Gouanou? Ou bien est-ce par télépathie qu'ils se parlaient?

Mais il y a aussi une chose qui m’intrigue: Ouattara détesterait tellement ses partisans qu'il aurait autorisé le président GBAGBO à continuer de planifier leur assassinat depuis sont propre QG?

 

Source: La page Facebook de La Majorité Présidentielle Gbagbo