topblog Ivoire blogs

mercredi, 02 février 2011

APRES LE RETRAIT DE LA COTE D'IVOIRE DE LA BCEAO: LE RESTE DE L'UEMOA DEJA EN DIFFICULTE



BCEAO ABIDJAN.jpg

L'UEMOA (l'Union économique et monétaire ouest africain), « est en train de s'effondrer », tel a été le cri poussé, hier à Dakar par le président en exercice du Conseil des ministres de la Banque centrale ouest-africaine, José Mario Vaz, ministre bissau-guinéen des Finances. Une situation née des mesures contreproductives pour  toute la sous-région, prises lors du dernier  sommet des chefs d'Etats à Bamako. La rencontre de Dakar, hier, a été l'occasion pour lancer le cri d'alarme d'une économie sous régionale agonisante.


Les effets des dernières décisions de certains chefs d'Etats membres de l'espace monétaire ouest africain, visant à fragiliser l'économie ivoirienne se font lourdement ressentir dans toute la sous-région. Cela a été clairement exprimé, par le président en exercice du conseil des ministres de cette institution. Le ministre José Mario Vaz s'est exprimé lors de la rencontre d'urgence qui avait pour objectif d'évaluer l'impact de la prise de position de l'UEMOA et qui vient de réunir à cet effet, à Dakar.

On le sait, à leur rencontre de Bamako, les chefs d'Etat et de gouvernement avaient pris la grave décision de permettre aux représentants désignés par le gouvernement  virtuel d'Alassane Dramane Ouattara, retranché au golf hôtel, d'effectuer les mouvements sur les comptes de la Côte d'Ivoire. Mesure  prise en violation des textes de l'union et au mépris de la souveraineté de la Côte d'Ivoire. Laquelle mesure a conduit le burkinabé Jean-Baptiste Compaoré, à diriger la banque centrale en qualité de gouverneur intérimaire, depuis la démission forcée le 22 janvier dernier,  du gouverneur de la banque, l'Ivoirien Philippe-Henry Dacoury-Tabley.

La réaction des autorités ivoiriennes ne s'est pas fait attendre suite à ces décisions iniques contre le pouvoir d'Abidjan qui refuse se laisser caporaliser par Paris qui entend, toujours contrôler la banque sous régionale. Le président Gbagbo a décidé de réquisitionner l'ensemble du personnel local. Objectif, assurer un fonctionnement correct de la branche ivoirienne de l'institution que les Ivoiriens avaient en partage avec les autres et où ils contribuaient pour plus de 40% du PIB. On l'apprend, les dégâts de l'intrusion de la politique dans la gestion de cette institution sont incalculables pour la sous-région. Et nous n'en sommes qu'au début.

« L'agence principale de la Banque centrale ouest-africaine à Abidjan ne répond plus aux injonctions et aux instructions du siège de Dakar, depuis  le 26 janvier. La situation est grave. Le personnel de la Banque est, pour sa part, astreint aux obligations de la réquisition.», a constaté, hier mardi, le président en exercice du Conseil des ministres de la banque centrale, lors de son discours d'ouverture du Conseil des ministres extraordinaire de la BCEAO.

« Ces actes sont sans précédent dans l'histoire de l'Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) dont la BCEAO est la banque émettrice », soutient le président du conseil des ministres de l'UEMOA, comme si, le geste des Chefs d'Etats aux ordres de Paris étaient plus licites que l'acte de la réquisition du personnel de la banque installée sur le territoire ivoirien, pour éviter l'étranglement économique.

« En outre, la stabilité du système bancaire et les impacts négatifs de la crise sur le fonctionnement des économies de l'Union constituent de fortes préoccupations qui devront être prises en compte », poursuit le président de la banque de l'UEMOA. Mais en réalité, cette position s'explique par le fait qu'Abidjan n'approvisionne plus les caisses de la Banque centrale. Cette institution imagine que bientôt, elle pourra se retrouver en situation de cessation de paiement. D'd'où la tenue de cette réunion extraordinaire avec comme unique point à son ordre du jour la situation à Abidjan.

Par la faute de quelques chefs d'Etats les acquis de l'Union monétaire, vieille aujourd'hui de cinq décennies et regroupant huit pays que sont la Côte d'Ivoire, le Bénin, Togo, la Guinée-Bissau le Burkina-Faso, Niger, Mali et Sénégal sont menacés. La situation de détresse des autres pays de la sous-région démontre que la Côte d'Ivoire, reste une puissance régionale en dépit de dix ans de crise. Crise qui a même entraîné la délocalisation de certaines entreprises vers d'autres capitales de l'espace UEMOA.

Malgré cette  situation, la Côte d'Ivoire reste de loin le pays le plus puissant de l'espace. Comme le témoigne, le cri de détresse  des banquiers de la Bceao, depuis Dakar. Si cette crise devait se prolonger, selon plusieurs observateurs et experts en économie, elle risque d'avoir d'importantes répercussions négatives tous les pays membres de l'UEMOA.


Hervé MAKRE


Source : INFOS COTE D'IVOIRE.NET