topblog Ivoire blogs

samedi, 01 décembre 2012

POURQUOI LES SOLDATS FRANÇAIS PORTENT PLAINTE CONTRE ALLIOT-MARIE

MICHELE ALLIOT-MARIE.jpg


Slate Afrique a pu se procurer la plainte contre l'ex-ministre de la Défense Michèle Alliot-Marie pour «faux témoignage sous serment» et «complicité d’assassinat». Elle vient d’être déposée par des soldats rescapés du bombardement de Bouaké en 2004.


Huit ans après, le bombardement, le 6 novembre 2004 à 13h20 du camp militaire français de Bouaké par deux soukhoï de l’armée ivoirienne, reste entouré de quelques énigmes, même si les faits sont désormais établis. 

Deux juges du Tribunal aux Armées de Paris ont enquêté pendant des années sur cette attaque qui avait neuf morts et une quarantaine de blessés dans les rangs français. Ils ont rassemblé une collection impressionnante de témoignages de soldats du rang, mais se sont souvent heurtés à l’omerta de la haute hiérarchie militaire et politique. Les deux juges ont fini par rendre leur tablier, l’une d’elles reprochant directement à Michèle Alliot-Marie, l'ancienne ministre de la Défense, son manque évident de collaboration.

L’an passé, le TAAP a été supprimé et l’affaire confiée au Tribunal de grande instance de Paris où elle a continué à avancer à petit pas. Mais pas assez vite pour des familles de victimes qui viennent de déposer plainte, avec leur avocat Me Jean Balan, devant la commission des requêtes de la Cour de justice de la République. Cette instance, après avoir évalué le sérieux de la plainte, devra saisir ensuite le procureur de la Cour de cassation qui engagera des poursuites devant une cour composée de trois membres de la Cour de cassation et de douze parlementaires (sept socialistes, quatre UMP et un centriste).

Pourquoi Alliot-Marie est-elle visée?

Elle était ministre de la Défense à l’époque des faits et est souvent montée au feu en s’exprimant publiquement pour minimiser le nombre de victimes ivoiriennes (une soixantaine au total lors de ces journées de novembre 2004), pour justifier la remise en liberté des mercenaires biélorusses, pour limoger en 2006 le général Poncet, patron de l’opération Licorne, qui évoquait alors l’hypothèse d’une «bavure manipulée» à Bouaké, et également pour multiplier les chausse-trappes dans l’enquête…

Elle s’est comportée en bon petit soldat, à la différence de Dominique de Villepin qui est resté prudemment dans l’ombre alors qu’il était depuis 2002, le principal metteur en scène de la crise ivoirienne comme ministre des Affaires étrangères de Jacques Chirac, poste qu’il venait de quitter en 2004 pour l’Intérieur, avant d’être nommé Premier ministre en 2005.

Que lui reproche t-on?

Le 7 mai 2010, Michèle Alliot-Marie a été entendue par la juge Florence Michon du Tribunal aux Armées de Paris. À l’issue d’une audition de plusieurs heures, la ministre a signé un procès verbal de 22 pages qui comporte plus de 1100 lignes dactylographiées, dont les trois quarts sont consacrées aux questions très précises de la juge. Ses réponses sont souvent laconiques:

«Je ne me souviens plus qui j’ai eu en ligne»… «Je ne peux répondre car je n’en ai pas le souvenir»… «Il faut poser la question à ceux qui étaient sur le terrain. Moi, j’étais dans mon bureau à Paris»… «Je n’en ai pas le souvenir» …

Et quand elle retrouve la mémoire, elle n’hésite pas à se contredire ou à livrer des contrevérités. Exemples.

L’épisode de la fuite des mercenaires biélorusses

Rappel des faits: après avoir bombardé le mess des officiers de la base française de Bouaké, les deux Soukhoï, pilotés par Youri Suchkine et Boris Smahine, des mercenaires biélorusses employés par le gouvernement ivoirien, comme la douzaine de techniciens de maintenance qui les accompagnent, atterrissent sur l’aéroport de Yamoussoukro, sous contrôle de la Force Licorne.

Depuis quatre jours et le début de l’offensive des troupes du président ivoirien Laurent Gbagbo, ils sont surveillés, photographiés et filmés 24 heures sur 24. Au lieu de les arrêter, on les laisse regagner Abidjan, où, pour calmer la colère des soldats de base, on les met finalement au frais pendant quatre jours sous la garde de membres des forces spéciales. Avant d’enfourner huit d’entre eux dans un minibus à destination de Lomé au Togo, où Robert Montoya, un ex-gendarme élyséen sous Mitterrand est chargé de les réceptionner. Mais François Boko, ministre de l’Intérieur togolais, les fait arrêter et pendant deux semaines, il propose à la France de lui remettre les mercenaires. En vain. En désespoir de cause, il les expulse.

Dans une question, la juge Michon fait remarquer à Michèle Alliot-Marie que les huit mercenaires biélorusses détenus au Togo, auraient pu alors être auditionnés par des magistrats ou enquêteurs venus de France, qui auraient pu ensuite demander leur extradition. Réponse de la ministre:

«On m’a indiqué qu’il n’y avait pas de base juridique puisque pas de mandat d’arrêt international. C’était un membre de mon cabinet qui m’a répondu».

Interrogé en 2012, le conseiller juridique en poste en 2004 au ministère de la Défense a déclaré sous serment que non seulement, il n’avait pas été consulté, mais que s’il l’avait été, il n’aurait certainement pas donné cette réponse. En réalité, tout a été fait pour que les mercenaires s’évanouissent dans la nature.

côte d'ivoire,france,michèle alliot-marie,plainte de soldats français,pourquoi les soldats français portent plainte contre alliot-mari,slate afrique,abidjan,armée française,bouaké,conflit en côte d'ivoire,dominique de villepin,général poncet,jacques chirac,laurent gbagbo,lomé,mathias doué,opération licorne,yamoussoukro

L'ancienne ministre de la Défense Michèle Alliot-Marie lors d'une visite en Côte d'Ivoire le 31 décembre 2003. AFP-Georges Gobet
 

Pourquoi alors ne pas les avoir interceptés à leur descente d’avion? «Il s’agissait d’une zone de combats. On ne pouvait pas mettre la vie de nos soldats en danger, explique Alliot-Marie sans se démonter. Ce qui n’a pas empêché les militaires français d’effectuer une action bien plus dangereuse: la destruction à coups de hache des deux appareils.

Dans d’autres déclarations à la presse, la ministre a affirmé qu’il n’y avait parmi eux «ni pilote, ni militaire» et qu’il s’agissait «d’ouvriers de maintenance». Une affirmation contredite par plusieurs témoins, Boko, en premier lieu, qui a remis la photocopie des passeports des deux pilotes au conseiller technique français au Togo lequel les a transmises à son collègue attaché militaire. «Toutes ces informations ont été transmises à Paris», confirme ce dernier. «J’ai eu des instructions verbales, des directives précisément de ne rien faire», révèle le conseiller.

«Il aurait été intéressant de les interroger», a déclaré le général Poncet devant la juge. «Je n’avais pas envie de lâcher ces personnes. Moi je ne demandais pas mieux que de les mettre dans un avion pour les envoyer en France. J’ai obéi aux ordres».

Tout a été fait, dès les premières minutes qui ont suivi le bombardement, pour que la justice ne soit pas saisie. Les mandats d’arrêts contre Suchkine et Smahine n’ont été lancés que le 15 février 2006, soit quinze mois après les faits. Paris disposait pourtant d'un triple arsenal pour agir sur le champ. D'abord la loi Pelchat, datant du 14 avril 2003, qui réprime l'activité des mercenaires. Ensuite, l'article 65 du code de justice militaire prévoyant que sont justiciables du Tribunal aux Armées tous auteurs ou complices d'une infraction contre les forces armées françaises. Enfin, l'article 113-7 du code pénal indique que la loi pénale française est applicable à tout crime commis par un étranger hors du territoire de la République lorsque la victime est de nationalité française.

Pourquoi a-t-on visé le mess des officiers?

Rappel des faits: selon tous les témoins, l’attaque du camp français de Bouaké par les deux Soukhoïs ivoiriens a été totalement délibérée. Les deux pilotes ont parfaitement identifié l’objectif, le mess des officiers, qui était exceptionnellement fermé pour inventaire ce jour-là et aurait donc dû être vide. Il l’était, mais devant l’attitude manifestement agressive des avions lors de leur premier passage, plusieurs dizaines de soldats se sont mis à l’abri derrière le bâtiment. C’est là qu’ils ont été tués ou blessés.

Lors de son audition du 7 mai 2010, la juge Michon pose la question suivante à Alliot-Marie: «Un témoin affirme que l'attaque du camp français est le résultat d'une manoeuvre élyséenne, mise en place par la "cellule Afrique", et dans laquelle vous êtes directement impliquée, visant à faire "sauter" le président Gbagbo. Cette manoeuvre consistait à fournir à l'armée de l'air ivoirienne une fausse information sur l'objectif à bombarder (..) Le but poursuivi par l'Elysée était de faire commettre une erreur monumentale aux forces loyalistes, afin de déstabiliser le régime et de faire sauter le président Gbagbo, que les Français voulaient remplacer, peut-être par un général ivoirien réfugié à Paris (...), secrètement ramené en Côte d'Ivoire par Transall (NDLR: avion de transport), et se trouvant dans l'un des blindés du convoi qui s'est rendu jusqu'à la porte du palais». Réponse de la ministre : «Cela me paraît du pur délire».

Le général Poncet a évoqué l’hypothèse d’une «bavure manipulée». Pour l’heure, l’instruction n’a pas permis de déterminer qui avait ordonné la fermeture du mess, peu de temps avant le bombardement. 

La France a-t-elle voulu déposer Gbagbo?

Rappel des faits: le 7 novembre, le régiment bombardé la veille à Bouaké arrive peu avant minuit à Abidjan avec ses six cent hommes et sa colonne de soixante blindés. Selon les déclarations officielles, il a pour mission de prendre possession de l’hôtel Ivoire, situé à quelques centaines de mètres de la résidence de Gbagbo. Mais elle «rate» l’immeuble de 24 étages et va «se perdre» dans l’entrée présidentielle. Le face à face avec l’entourage du chef de l’État ivoirien dure deux heures avant que les militaires français ne décident de se replier vers l’Ivoire.

Cette version officielle est totalement démentie par le carnet de route du régiment de Bouaké. La colonne est bien arrivée vers 23h30 pour se diriger vers la résidence présidentielle, où elle a stationné jusqu’à 2h30 avant de mettre le cap vers son cantonnement, le Bima, situé près de l’aéroport d’Abidjan.

Vers 5 heures, elle a pris de nouveau le chemin de l’Ivoire où elle s’est installée. Son objectif originel était donc la résidence présidentielle. La présence aux côtés des militaires français du général Mathias Doué, chef d’état major de Gbagbo, est attestée par les comptes-rendus de l’armée, notamment à partir du 8 novembre. Surnommé «le chinois», Doué a été limogé de son poste par Gbagbo le 13 novembre.

La plainte de soldats devant la Cour de justice de la République comporte d’autres éléments troublants, rapportés par l’enquête de la justice française. On apprend ainsi que les aéronefs ivoiriens (Soukhoï et Mi 24) n’ont pas été détruits sur instruction de Jacques Chirac, mais ont commencé à être démolis à la hache 43 minutes après l’attaque meurtrière, sur un coup de colère, bien compréhensible, de militaires apprenant la mort de leurs camarades. Le bombardement de Bouaké est donc loin d’avoir livré tous ses secrets.


 
Alexandre François, le 27 novembre 2012.

 


mardi, 20 mars 2012

L'AVOCAT DES VICTIMES FRANÇAISES DE NOVEMBRE 2004: «POURQUOI JE CROIS QUE GBAGBO EST INNOCENT»

 

JEAN BALAN.jpg

Pas de doute, c'est un personnage. Jean Balan, l'avocat des soldats français morts en novembre 2004 à Bouaké dans des circonstances non encore élucidées, n'a pas peur, et le montre. Il a vu passer quatre juges d'instruction et est à ce jour le meilleur connaisseur de cette affaire obscure, maîtrisant quasiment sur le bout des doigts les 12 000 pages du dossier. Acharné à ne pas laisser enterrer cette affaire d'Etat, très peu familier de la langue de bois, il livre ses convictions dans cette interview. Au départ persuadé que Gbagbo avait commandité le bombardement, il a désormais changé d'avis. Et s'en explique, tout en dénonçant violemment les mensonges et les mystifications de Michèle Alliot-Marie, alors ministre française de la Défense, et de Dominique de Villepin, ministre de l'Intérieur de l'époque. Il évoque aussi l'omerta médiatique en France sur cette affaire. Et livre une analyse intéressante que nous ne partageons pas. De son point de vue, la presse française est discrète sur cette affaire parce qu'elle ne dérange pas Nicolas Sarkozy mais pourrait éclabousser Dominique de Villepin. Pour notre part, nous pensons qu'elle est surtout aveuglée par son prisme anti-Gbagbo forcené, qui fait qu'elle répugne à lui faire le cadeau de la vérité. Pourquoi, au Nouveau Courrier, nous sommes autant «obsédés» par novembre 2004 ? Parce que cette période nous apparaît comme un condensé de vérités sur ce qui s'est tramé en Côte d'Ivoire de nombreuses années durant. Aux condamnations médiatiques sans appel et à la diabolisation de Gbagbo, ont souvent succédé de nombreuses interrogations sur les versions officielles répandues sans nuance par des médias dominants pas soucieux du «droit de suite» que pourraient revendiquer à juste titre leurs lecteurs. Si des mensonges d'Etat énormes ont pu prospérer sur ce dossier, comme on en a aujourd'hui la preuve, cela ne signifie-t-il pas qu'il faut revisiter d'autres accusations faciles brassées par la sphère médiatique et institutionnelle occidentale contre la Côte d'Ivoire de Laurent Gbagbo, et qui ne résisteraient pas, comme la thèse officielle sur Bouaké, au goût de l'enquête et à l'exigence de vérité de citoyens curieux et iconoclastes à l'image de Jean Balan ? Le débat est ouvert.

Avant d'être sollicité par une partie liée à la crise en Côte d'Ivoire, aviez-vous une opinion sur ce qui se passait dans ce pays depuis 2002 ?

Généralement, je m'intéresse beaucoup à la politique, à ce qui se passe partout dans le monde, je suis assez bon connaisseur de la géopolitique. Mais ce qui est clair, c'est que la Côte d'Ivoire ne faisait pas partie de mes préoccupations premières.

Donc vous êtes arrivé vierge de tout préjugé dans cette affaire ?

Oui, je suis arrivé vierge de tout préjugé... Pas complètement au début ! Mais j'avais l'esprit complètement ouvert dans cette affaire.

Quels préjugés aviez-vous ?

Pas vraiment de préjugés, mais je croyais sincèrement au début que le bombardement de Bouaké était une action commanditée par Gbagbo. J'ai changé d'avis par la suite assez rapidement.

Qui vous a contacté dans cette affaire, et quand ?

C'est compliqué. Il y avait beaucoup de parties civiles dans ce dossier qui n'avaient pas d'avocats. Madame Raynaud a demandé au Conseil de l'ordre des avocats de mettre des avocats dans l'affaire. Des avocats qui n'avaient pas «peur» des actions difficiles, complexes. C'est comme cela que je suis arrivé dans le dossier comme commis d'office. Et immédiatement, les gens m'ont adopté. Donc je suis leur avocat, mais plus commis d'office.  Quand cette affaire s'est présentée à moi, je savais comme tout le monde ce qui se passait en Côte d'Ivoire puisque la presse et la télé en avaient parlé abondamment. Evidemment, j'avais l'impression d'une certaine complexité. En dehors des victimes, l'affaire impliquait des relations internationales, l'armée... ce n'était pas une affaire extrêmement simple dès le début. Et elle s'est encore plus compliquée par la suite.

Est-ce que vous vous souvenez du premier élément qui vous a interpellé ?

Le premier élément qui m'a interpellé énormément, c'est quand la mère d'un enfant s'est rendue compte que ce n'était pas son enfant qui était sur les photos le désignant dans le dossier. Il y a eu tout simplement inversion des corps. Des corps que les familles n'ont jamais pu voir.

C'est juste une erreur...

On ne fait pas une erreur comme ça... Arrêtez un peu ! C'est quoi une erreur ? On ne vérifie même pas qui on enterre ? On n'était pas dans un état de guerre absolue lors de la guerre mondiale 1914-1918 avec les soldats inconnus... Je n'ai pas considéré cela comme une erreur, les familles non plus. C'est à cette occasion que j'ai commencé à me poser des questions. Pourquoi cette précipitation ? Et ce qu'on a découvert quand on a déterré les deux corps pour changer leurs sépultures, on s'est rendu compte qu'ils avaient été enterrés en l'état, sans être lavés, sans être nettoyés, sans que leurs vêtements aient été changés, avec leurs blessures, pleins de boue. Si ces deux ont été enterrés comme cela, je suppose que les autres l'ont été de la même manière. Et là j'ai commencé réellement à me poser des questions. Il y avait quelque chose qui clochait. Et au fur et à mesure, ça s'est développé.

Cela s'est développé comment ? Quels autres éléments vous ont fait tiquer ?

Plein d'éléments ! Ce n'était pas facile. On n'avait aucun document valable dans le dossier. Le secret défense était bien gardé. Madame Raynaud, qui était le premier juge d'instruction dans cette affaire, a fait un travail formidable. Je vous le dis franchement, c'est grâce à Sarkozy qui était ministre de l'Intérieur à l'époque, que l'enquête a commencé à se développer. Il a donné des ordres précis à la Brigade criminelle de participer le plus possible à l'enquête, et d'informer le juge. C'est dès ce moment qu'on a commencé à découvrir des éléments pas connus ou très peu connus.

Par exemple ?

Par exemple, quand les mercenaires qui étaient sur le terrain ont été arrêtés immédiatement après le bombardement puis relâchés et remis à l'ambassade de Russie. Sans être interrogés selon la thèse officielle, au nom de multiples motifs invraisemblables. J'ai la conviction profonde qu'ils ont été interrogés, mais que ces interrogatoires ne figurent pas dans le dossier jusqu'à présent. Cette conviction est d'ailleurs confirmée par plusieurs déclarations dans le dossier. Je me pose alors une question. Mais pourquoi diable quand on tient des éléments absolument essentiels pour savoir qui a bombardé, qui a donné l'ordre, comment et pourquoi... les relâche-t-on ? Je commence à poser des questions, je les pose publiquement. Et j'ai des réponses complètement alambiquées et fausses de Michèle Alliot-Marie. Une guéguerre par l'intermédiaire de la presse commence. Et on se pose des questions. Mais pourquoi essaie-t-on de cacher les choses ? On avait arrêté des pilotes au Togo, ils avaient été donnés sur un plateau à la France. On a tout fait pour qu'ils soient libérés, pas entendus, etc... Sur ce sujet, on a eu des déclarations complètement aberrantes de la ministre de la Défense qui se sont avérées toutes aussi fausses les unes que les autres. Ce n'est même plus discutable maintenant...

Tellement aberrantes que l'on se demande si elle a pu être l'instigatrice de tout cela...

Non, je ne pense pas qu'elle ait été l'instigatrice directement. Mais en bon petit soldat, très fidèle au camp élyséen de l'époque, elle a fait tout pour couvrir quelque chose. Mais elle l'a fait de manière tellement maladroite que ça s'est retourné contre elle. Elle a tout de même menti sous serment devant le juge d'instruction, ce qui est très grave. Mais ça c'est une autre histoire...

Des mensonges par omission ?

Non, des mensonges par volonté. Clairs, nets et précis. Vous savez le dossier fait 12 000 pages actuellement. Les déclarations d'Alliot-Marie sont contredites par des dizaines de pages.

Pourquoi ce dossier stagne-t-il maintenant ?

Disons que c'est pour des raisons administratives. La juge d'instruction Florence Michon, qui a succédé à Madame Raynaud - et qui a fait un travail remarquable - était arrivée à la fin de sa mission au tribunal aux armées de Paris. Un autre juge devait la remplacer fin septembre 2010. Il n'est arrivé qu'en février 2011. Par la suite, il a eu un accident et a été indisponible pendant une très longue période. Il a repris fin septembre début octobre 2011. Sa mission se terminait fin 2011 parce que le tribunal aux armées de Paris a cessé d'exister fin 2011 et que ses missions ont été transférées dans un autre cadre au Tribunal de grande instance (TGI)) de Paris. Avec d'autres juges d'instruction qui étaient nommés. Non seulement il ne pouvait plus s'occuper de ce dossier-là mais il devait préparer tous les autres dossiers pour les transmettre à celui qui viendrait à sa suite.

Au TGI de Paris, un seul juge d'instruction avait été nommé pour s'occuper de toutes les autres affaires qui relevaient du tribunal aux armées. J'ai insisté mais je ne crois pas que ce soit seulement à cause de moi qu'un deuxième juge d'instruction a été nommé. Je leur ai transmis des éléments nouveaux recueillis pendant les longs mois d'inaction... durant lesquels je ne suis pas resté inactif. Je suis un peu sorti de mon cadre. Je ne suis pas un avocat anglo-saxon, je n'ai pas des moyens de recherche, mais j'ai recueilli beaucoup d'impressions, de témoignages officieux. J'ai remis tout cela à la nouvelle juge d'instruction Sabine Khéris qui est une personne remarquable. Mais elle hérite d'un dossier énorme ! C'est un travail dur, long, complexe, très difficile parce que ce n'est pas facile d'établir la vérité quand on veut l'enfouir à tout prix. Surtout quand ça se passe dans certaines sphères...

On en est là à l'heure actuelle. J'ai mes convictions qui demeurent sur la forme d'hypothèses. Je les transmets au juge d'instruction mais pas aux journalistes parce que je n'ai pas les moyens de les prouver. Même si on peut les prouver.

Il y a eu assez peu de choses dans la presse française sur ce dossier. Pourtant, avec des victimes françaises, on pouvait imaginer que...

C'est une chose assez aberrante. Parce que quand je vois le battage médiatique dans le dossier Karachi où tout ce que l'on fait n'apportera pas de réponse sur qui a commandité l'attentat. Mais la presse française, dès que le nom de Sarkozy apparaît quelque part, monte tout et n'importe quoi.

Plus que quand il s'agit des noms de Chirac et de De Villepin...

Mais bien sûr. Il y a des journalistes qui m'ont dit très clairement : «Implique un peu Sarkozy dans cette affaire-là et on va faire monter la mayonnaise !» Mais il n'y est pour absolument rien dans l'affaire de Bouaké. En revanche, sur Alliot-Marie, on tape assez facilement. Mais dès qu'il s'agit de mettre en cause De Villepin dont le rôle n'est, à mon avis, pas très neutre dans tout cela, il n'y a plus personne. Plus personne ne veut enquêter dans ce sens.

Vous dites que Sarkozy a fait bouger l'enquête quand il était ministre de l'Intérieur. Mais y a-t-il eu de grosses déclassifications sous sa présidence, en ce qui concerne les documents verrouillés par le secret défense ?

Oui, il y a eu beaucoup de déclassifications. Peut-être il y a des choses encore classifiées, mais sans aucune mesure avec le début de l'enquête. Il ne reste à mon avis que les interrogatoires des mercenaires qui ont été arrêtés à Abidjan, si ces interrogatoires existent. Vu l'évolution du dossier, ces interrogatoires ont aujourd'hui beaucoup moins d'importance que ce qu'ils pouvaient avoir au début de l'enquête.

Avez-vous subi des pressions ?

Non, pas particulièrement. Au début, Michèle Alliot-Marie a écrit au bâtonnier pour se plaindre de moi. C'est de bonne guerre. Mais je ne peux pas dire que j'ai été menacé ou quoi que ce soit.

Maintenant que Michèle Alliot-Marie n'est plus au gouvernement, n'est-il pas possible de relancer l'affaire, par exemple en la mettant en cause de manière personnelle ?

Ce sont des détails techniques qui vont évoluer par la suite dans le dossier. Il est important pour moi de voir l'évolution de l'instruction avec le nouveau juge, en fonction des éléments que je lui ai donnés. J'ai demandé l'audition et l'interrogatoire d'une vingtaine de personnes. Dont Gbagbo. Tant que ces actes de procédure qui étaient demandés ne sont pas faits, je ne peux pas avancer dans un sens ou dans l'autre.

Avez-vous une vraie chance de pouvoir interroger le président Gbagbo ?

Oui, je pense. C'est une personne qui n'a plus d'immunité, donc c'est un justiciable comme les autres.

Même dans sa situation à la Cour pénale internationale ?

Je ne suis pas si fort en droit international, mais à mon avis M. Gbagbo a aussi tout intérêt à parler dans cette affaire.

Pourquoi ?

S'il n'est coupable en rien et si tout simplement c'est une action qui avait pour but de le faire chuter, je ne vois pas pourquoi il ne devrait pas parler. C'est une des hypothèses que j'évoque...

Pourquoi n'aurait-il pas parlé avant ?

Je ne sais pas si vous avez remarqué une chose. Vous savez très bien que Gbagbo avait des relations exécrables avec la France, et cela depuis 2002. Après cette affaire tragique de Bouaké, vous avez remarqué que jusqu'en 2011, il a été laissé tranquille. Il n'y a plus eu de pression sur lui. Les relations se sont comme par hasard, disons, apaisées...

Vous pensez que la France l'a laissé tranquille pour ne pas qu'il parle ?

C'est une des hypothèses. Comme toute hypothèse, il peut y avoir du vrai et du faux.

Des gradés français se sont-ils confiés à vous sous couvert d'anonymat ?

Oui. Oui.

Et ils ont conforté vos hypothèses ?

C'est sous couvert d'anonymat, donc je n'irais pas plus loin. Je leur ai demandé de témoigner devant le juge d'instruction. Le feront-ils ou pas ? Je ne sais pas.

Dans l'appareil d'Etat français, qui a été amené à témoigner à part Alliot-Marie ?

De Villepin. Mais son témoignage, c'est de la «foutaise». Laissez tomber... C'est à peine s'il sait que la Côte d'Ivoire existe...

Est-ce que vous diriez que c'est une affaire d'Etat ?

C'est sûrement une affaire d'Etat. Est-ce l'Etat français, l'Etat ivoirien ? J'ai mon opinion là-dessus.

Et votre opinion, c'est...

Vous savez, quand on dit très clairement une opinion, en tant qu'avocat, il faut avoir des éléments de preuves absolues pour la dire publiquement. Je peux laisser entendre des choses, j'ai beaucoup de convictions soutenues par des éléments qui me disent qu'en tout cas, l'enquête qui pouvait avancer extrêmement vite a été totalement sabordée par l'intervention très claire des politiques français de l'époque ! Si elle a été sabotée, c'est qu'il y a des choses à cacher... On ne voulait en aucun cas que la justice soit saisie, parce qu'elle aurait pu l'être dès le premier jour.

On a appris qu'il n'y a pas eu d'autopsie...

Il y a eu toutes sortes de choses. Je peux faire une liste longue de trois pages !

L'autopsie aurait dû, aux termes de la loi, être pratiquée par les Français ou les Ivoiriens ?

Par les Français. Par la justice française. Il y a eu une enquête criminelle ouverte. En cas de crime, selon la loi française, l'autopsie est obligatoire.

Y compris lorsque le crime est commis à l'étranger ?

Evidemment. Surtout que les victimes ont été amenées en France par la suite. Autre chose : les exécutants qui étaient parfaitement identifiés dès le début, on a fait tout le possible pour qu'ils disparaissent dans la nature. On ne voulait pas qu'ils parlent !

Quels sont les personnes que vous tenez le plus à voir témoigner ?

Les deux pilotes, d'abord. Il y a eu toutes sortes de rumeurs, notamment qu'ils auraient été assassinés en Hongrie. J'aimerais bien qu'on interroge Montoya, pas sur les raisons pour lesquelles il a vendu ses avions. On a fait des tas d'enquêtes dessus, saisi ses comptes, mais la vente s'est faite de manière totalement légale. Point final. Ce qui m'intéresse, c'est qui l'a averti de la présence des pilotes au Togo après le bombardement pour qu'il fasse l'exfiltration. C'est un vieux de la vieille, il dira ce qu'il voudra dire, mais bon... Je voudrais bien que Gbagbo donne sa version des faits, qu'il n'a jamais donnée. Je voudrais que les deux copilotes qui se trouvent en Côte d'Ivoire, qui sont visés par un mandat d'arrêt international depuis très longtemps, soient interrogés aussi. Même si je ne sais pas ce qu'ils vont dire à l'heure actuelle. Cela fait peut-être partie du deal dont je parlais tout à l'heure, mais Gbagbo ne les a jamais extradés en France. Ils ont même été promus à un moment donné. Maintenant, ils sont sous Ouattara. Vu les bonnes relations avec Paris, qu'est-ce qu'ils vont dire ? J'aimerais bien que quelques généraux de l'armée française, qui sont maintenant à la retraite et qui en a gros sur la patate, témoignent. J'aimerais réécouter De Villepin parce qu'il ne m'a pas beaucoup convaincu dans son premier témoignage qui est complètement aberrant. Chirac est-il en état de répondre à quoi que ce soit ? Il y a beaucoup de personnes qui peuvent être écoutées.

Quel est l'état d'esprit des familles des victimes qui attendent depuis bientôt huit ans ?

Elles attendent avec impatience de connaître la vérité. La question des indemnisations qu'elles doivent recevoir se pose. Ils n'ont jamais été indemnisés ou très peu, dans des conditions particulières.

Pensez-vous qu'une commission d'enquête parlementaire sur novembre 2004 serait légitime ?

Oui, je pense que ce serait légitime. Ça m'étonne que personne ne l'ait demandé.

Les groupes communiste et socialiste avaient demandé une telle commission en 2004, mais ils étaient minoritaires. En cas de changement de majorité, cela peut-il évoluer ?

La question va se poser à un moment donné. Je suis en stand-by actuellement. Je ne peux pas intervenir pendant les présidentielles. Cela va donner lieu à des commentaires et je ne le souhaite pas. Changement de majorité ou pas, je vais repasser à l'attaque avec des choses très concrètes. Il faudrait aussi que les journalistes français comprennent que cette affaire est plus importante en termes de justice et d'implications que l'affaire de Karachi. Maintenant, je tiens à dire que la réaction de l'armée française se justifiait sur le moment par la légitime défense et le souci de protéger la population française avec les informations dont elle disposait. Que l'armée ait été manipulée ou dépassée, c'est autre chose. Elle n'aurait pas pu réagir autrement à ce moment-là. La question qui se pose est : comment on en est arrivé là ?

Est-ce qu'il est possible d'imaginer que toute cette affaire aurait été possible sans que le sommet de l'exécutif français ait été informé ?

Non.

Est-ce que Villepin aurait pu être mis au courant et pas Chirac ?

Vous posez une question piège. On sait très bien que Chirac n'aimait pas Gbagbo et réciproquement. De Villepin aurait-il manipulé quelque chose pour faire en sorte que le souhait du président soit exaucé sans que le président le sache ? C'est une hypothèse qui doit être démontrée. On ne peut pas jeter l'anathème comme cela. Mais ce que je sais est que De Villepin est très insaisissable dans cette affaire.

Les neuf morts peuvent-ils être le résultat d'une bavure française ?

Oui. Cela fait partie des hypothèses que je ressors. Ce n'est pas à exclure. Pourquoi je dis cela ? Si c'était à exclure, je ne vois pas quel aurait été l'intérêt de tenir la justice complètement à l'écart. Mais j'affirme que s'il y a une bavure, les morts n'ont pas été planifiés ou désirés ou prévus. De nombreux éléments dans le dossier laissent présumer que ces morts furent le fruit d'une confusion, pour ne pas entrer dans les détails.

Qu'en est-il du mort américain ?

C'est une des questions que je pose au juge.

Parce qu'il a disparu à un moment de l'Histoire...

Totalement.

Les Américains ne le revendiquent pas !

C'est exactement ce que je dis au juge. Pour moi, c'est un mystère ! Les Américains, quand ils ont un mort, ne l'oublient jamais. Les familles, leurs avocats, rentrent dans l'affaire totalement. Quand on connaît la puissance des avocats américains, cela permet de penser que pour éviter qu'ils mettent le nez dans cette affaire-là, on a indemnisé la famille, les proches ou l'Etat américain très vite pour que l'on n'en reparle plus.

Peut-on imaginer que cet Américain n'existe pas ?

Non. Il y a son nom, son identité, dans le dossier.

Il y a sa photo ?

Non, je n'ai pas vu ses photos.

A ce jour, que réclament vos clients ?

Que la vérité soit connue, tout simplement. Il y a des gens qui ont perdu leur mari, leur enfant, leur père. Alors que l'on n'était pas dans une situation de guerre. On était juste en train d'empêcher que les gens s'entretuent. Et voilà qu'on nous tue.

Vous avez une longue expérience du Tribunal aux armées de Paris. Avez-vous le souvenir d'une affaire aussi carabinée que celle-là ?

Il y en a une autre, mais je ne veux pas entrer dans les détails...

C'est l'affaire Mahé ?

Oui. L'affaire Mahé, selon moi, est un contre-feu de l'affaire de Bouaké. Elle a été mise sur la place publique par Michèle Alliot-Marie pour qu'on ne parle pas de Bouaké. C'était un assassin absolument notoire qui a été liquidé dans des conditions qui n'étaient pas nobles par les militaires français, mais cela a tout de même suscité un soulagement au sein de la population. Mais en donnant cette affaire en pâture à la presse, il était question de se débarrasser de Poncet qui commençait à l'emmerder drôlement dans l'affaire Bouaké. Par ses questions.

Avez-vous des relations avec les nouvelles autorités ivoiriennes ?

Non. Pas du tout. Je ne vois pas en quoi elles sont concernées.

Les bons rapports qu'elles ont avec Paris pourraient militer en faveur de l'extradition des copilotes...

C'est une des choses que j'ai évoquées quand je demandais l'extradition maintenant des copilotes. Maintenant, il n'y a aucune réponse en ce sens.

Vous avez fait cette demande après le changement de régime ?

Oui, il y a plusieurs mois.

Et il n'y a pas eu de réponse ?

Non. Le nouveau juge chargé de l'affaire vient de prendre ses fonctions il y a un mois environ. On attend. Mais c'est une affaire difficile. Il y a énormément d'éléments épars, différents, contradictoires et il faut qu'elle trace une ligne directrice. J'ai essayé d'aider le juge en lui fournissant deux lettres assez longues. J'en avais fait un pour la juge Florence Michon qui a beaucoup servi. La juge d'instruction n'est pas obligée de me croire. Elle doit aussi suivre les choses personnellement, de toute façon. J'essaie d'être le plus objectif possible, mais je suis subjectif aussi puisque je représente les victimes. Madame Michon ne me croyait pas trop au début. Après, elle s'est rendue compte que je disais vrai et l'enquête a beaucoup évolué dans le sens que je préconisais.

Qu'est-ce qui fait courir l'avocat Jean Balan ?

J'ai l'habitude en tant qu'avocat de me battre au maximum pour mon client. Et mon caractère déteste l'hypocrisie et les mensonges. Et il y en a beaucoup eu dans cette affaire. Mais avant tout, je fais mon travail d'avocat. Cela fait sept ans que je suis dans cette affaire, et j'ai fait beaucoup évoluer le dossier en fonction de ce que je préconisais. Maintenant, il y a une différence entre avoir raison sur de nombreux points et avoir raison sur tout.

En tant que citoyen français, avez-vous découvert des choses qui vous ont déplu dans la manière dont les institutions françaises fonctionnent?

Je ne suis pas né de la dernière pluie. J'ai bourlingué dans le monde, et je sais comment fonctionnent les institutions ici et là. Je ne suis pas surpris par certaines choses. Mais en France, on est dans un pays où on arrive à déterrer des choses même quand elles sont profondément enfouies.


Propos recueillis par Grégory Protche (Le Gri-Gri International) et Théophile Kouamouo


Source: LE NOUVEAU COURRIER

mardi, 28 février 2012

RUMEURS DE COUP D'ETAT: OUATTARA PREPARE UNE PURGE AU SEIN DE L'ARMEE

UNE N° 156 AUJOURD'HUI.jpg

« Chers parents, comme je suis votre fils, je vous dois la vérité. Je n'aime pas l'injustice et je ne pose jamais d'actes sans preuves. Des gens ici tentent de s'organiser pour déstabiliser les institutions. Quand j'ai été informé, j'ai infiltré le réseau avec des gens. Ceux-ci ont suivi de bout en bout l'opération. Quatre jours avant le coup, j'ai fait arrêter tous les comploteurs. Il y avait d'anciens militaires, des marins et des gendarmes ». Tel est le point fait par Koné Zakaria aux populations de Bonoua après un séjour de plusieurs jours dans la cité. Et quand on sait les raisons inavouées de cette battue dans la ville natale de l'ex-première dame, on peut facilement affirmer que la mission assignée au commandant de la police militaire, a porté ses fruits. Selon le service de communication de la police militaire, il y a eu l'arrestation de plusieurs personnes par le patron de la police militaire dirigée par le «commandant» Koné Zakaria,  accompagné pour la circonstance, de ses hommes. Plusieurs personnes innocentes donc  illégitimement soupçonnées par  l'actuel pouvoir  de vouloir le déstabiliser, sont, sans motif valable, détenus dans les geôles de la police militaire.

Pour  parvenir à ce résultat bien apprécié par ses mandants, il a fallu aux sécurocrates du pouvoir, créer les raisons de la mission de cette police militaire à Bonoua. C'est d'ailleurs cette manipulation de certains collaborateurs de la royauté, qui entretiendraient d'excellents rapports avec  la présidence, qui explique le contenu de leur discours, lequel avait d'ailleurs tout l'air d'une plainte. On s'entendra dire par exemple que le patron de la police militaire a été ''convoqué'' pour non seulement, s'expliquer sur les récentes arrestations opérées dans la cité, mais aussi, pour situer les causes des différents cas de viols, de vols et autres assassinats constatés ces derniers temps dans la ''paisible'' cité. «A Bonoua, nous sommes inquiets. Depuis quelque temps, il y a des viols, vols, enlèvements et assassinats dans cette cité jadis paisible. Nous ne comprenons plus que Bonoua, réputée pour être une ville calme et paisible, baigne aujourd'hui dans l'insécurité. Face à une telle situation, nous avons jugé bon de convoquer notre fils (Koné Zakaria) pour l'entendre ».


Le poisson ayant mordu à l'hameçon, il ne restait plus qu'à  Koné Zakaria qui tenait entre ses mains toutes les cartes pour lancer sa machine de la grande purge au sein de l'Armée nationale, d'agir. Très remonté,  l'homme va lancer des piques  aux parents de Bonoua  avant d'annoncer des actions de grandes envergures indispensables au maintien de la sécurité dans le  pays. « Parlez à vos enfants parce que mon souhait n'est pas d'arrêter des innocents, mais des auteurs des exactions. Je le fais pour  que chaque Ivoirien soit en paix. Je vous demande de donner des conseils aux jeunes. Il faut que la paix revienne définitivement pour que le développement soit possible ».


Le commandant de la police militaire a soutenu avoir arrêté des personnes aux intentions inavouées. « J'ai arrêté un groupe de personnes (militaires) en pleine réunion. Qui préparait une attaque sur la ville de Bonoua et d'autres localités ». Et d'ajouter qu'il est  informé que ces personnes viennent du Ghana, notamment des marins en complicité avec des jeunes de Bonoua  pour perpétrer ces attaques. Il faut souligner que  ce n'est pas seulement à Bonoua que Koné Zakaria a procédé aux arrestations. A Abidjan comme à l'intérieur du pays, le patron de la police militaire a arrêté des civils et des gendarmes soupçonnés de vouloir porter un coup au pouvoir de Ouattara.  Au dire du commandant, Bonoua est devenu le lieu privilégié des exilés d'Accra, des militaires pro-Gbagbo qui y ont installé de nombreuses caches d'armes. Ce n'est pas la première fois que Koné Zakaria fait de telles incursions dans des cités sur délations, le patron de la police militaire s'est déjà rendu dans plusieurs localités de la Côte d'Ivoire à la recherche de militaires, policiers, gendarmes et marins supposés pro-Gbagbo.  A Dabou, Sikensi, Gagnoa, Azaguié, Agboville et Bouaké,  l'ancien Com'zone de Vavoua et Séguéla, a affirmé avoir déniché des soldats qui seraient encore loyaux à l'ancien chef d'Etat en pleine réunion pour préparer un coup d'Etat en Côte d'Ivoire.



Simplice Zahui, in le quotidien ivoirien « Aujourd'hui » N° 156 du mardi 28 février 2012.

jeudi, 02 décembre 2010

INTERVIEW DAMANA PICKASS : "LE MODE OPERATOIRE DE LA CEI A ETE VIOLE"


DAMANA PICKASS 2.jpg

Commissaire de la Commission électorale indépendante (CEI) représentant le camp de Laurent Gbagbo, Damana Adia Pickass a physiquement empêché, mardi en début de soirée, le porte-parole de l'institution, Bamba Yacouba, de proclamer les résultats provisoires de l'élection présidentielle dans plusieurs régions. Il s'explique sur son geste dans une interview exclusive à jeuneafrique.com.

Jeuneafrique.com : Vous êtes intervenu physiquement pour arrêter la proclamation d'une partie des résultats provisoires par le porte-parole de la CEI, Bamba Yacouba. Pourquoi ?

Damana Adia Pickass : Je suis venu simplement pour mettre fin à une pratique qui devenait courante à la CEI. Une institution ne vaut que par ses règles qui la régissent. Or le mode opératoire pour la proclamation des résultats à la CEI a été violé. Il était important que nous puissions le signaler et interpeller non seulement les membres de la Commission centrale, mais aussi l'opinion nationale et internationale. Notre volonté n'est pas d'empêcher la proclamation des résultats.

De quelle manière le mode opératoire de proclamation des résultats a-t-il été violé ?

Nous travaillons de façon consensuelle. Quand le superviseur d'une région arrive, il fait d'abord consolider son travail (les résultats de sa localité) par la Commission centrale. C'est à l'issue de cette consolidation que le scrutin est validé dans cette localité et que le porte-parole de la CEI est autorisé à rendre les résultats publics. Dans le cas d'espèce, nous avons effectivement travaillé sur un certain nombre de localités qui ont été validées, tandis que d'autres n'ont pas fait l'objet d'un consensus. Il y avait des divergences. Nous souhaitions que sur ces localités, la réflexion soit approfondie avant de donner un verdict final.

De plus, nous n'avons pas été informés auparavant de la proclamation de ces différents résultats. La veille, un coup similaire avait été orchestré par les mêmes individus en ce qui concerne la proclamation des résultats de la diaspora, qui s'est faite à l'insu de la Commission centrale et au mépris des règles fixées.

Quelles sont ces localités qui vous posent problème ?

En fait, toutes les régions CNO [Centre-Nord-Ouest, contrôlées par les Forces nouvelles, NDLR] posent problème. Tous les rapports que nous avons ont signalé que la procédure de vote n'a été ni sincère ni transparente. À partir de ce moment, nous demandons aux superviseurs de nous faire un rapport sur l'environnement qui a prévalu dans ces zones.


Source: Jeune Afrique

Source: Le Blog de Claudus

mercredi, 01 décembre 2010

RESULTATS DU 2ème TOUR: TENTATIVE DE FRAUDE ET DE PASSAGE EN FORCE DU RDR

 

DAMANA PICKASS.jpg

Le président Gbagbo, toujours en tête des intentions de vote, tient le bon bout. La situation à la CEI est la suivante : Youssouf Bakayoko est pris en deux feux, les ultras du RDR qui veulent annoncer les résultats avec la fraude massive organisée par ADO, d'un coté, et les modérés du RHDP qui contestent cette fraude.

La preuve en est que Bamba Yacouba, affilié RDR, aurait tenté un coup de force pour proclamer, malgré tous, ces résultats totalement erronés, auprès de la presse étrangère. Heureusement, la vigilance des représentants LMP au sein de la CEI a permis de déjouer l'action malintentionnée de monsieur Bamba.

A ce propos, nous tenons à rappeler à tout un chacun que seuls les résultats proclamés par la CEI sur la chaine nationale Ivoirienne (RTI) et confirmés par la Cour Constitutionnelle sur cette même chaine sont à prendre en compte.

DAMANA PICKAS a agit en héros en refusant catégoriquement que Yacouba Bamba annonce des résultats non validés par les représentants des 2 parties.

Yacouba Bamba a essayé de réitérer l'acte frauduleux qu'il avait déjà posé la veille, en annonçant les résultats de la diaspora, sans qu'ils aient été validés par les représentants

Il a fait valider quatre résultats : ceux de l'Agnéby, du Sud Comoé, du Moyen Comoé, et des Lacs. Contre toute attente, il décidé de lire des résultats inconnus de tous et qu'il révèle juste avant de prendre l'antenne. Damana Pickass a donc préféré le scandale, même involontaire, au mensonge et à la fraude.

NON A LA FRAUDE !!!

Face aux tentatives de déstabilisation du scrutin, expulsion des représentants LMP des bureaux de vote, séquestration de ministres de l'Etat de Cote d'Ivoire, le département juridique du LMP a déposé très tôt hier matin (30 novembre 2010), un dossier de contestation des résultats dans les zones CNO, auprès de la CEI et  auprès du représentant spécial du secrétaire général de l'Onu en Cote d'Ivoire, monsieur Choi.

La Majorité Présidentielle demande, comme cela a été fait en France, suite a des violences dans les bureaux de vote, l'invalidation des résultats des zones CNO concernées. Cela a donc créé un débat interne houleux au sein de la CEI, détenue a 90% par le RHDP... Pour le moment donc, le candidat Laurent Gbagbo  est toujours président de la République et toujours en tête des intentions de vote.

Nous devons également signifier que les élections actuelles concernent l'élection du président de la République de Cote d'Ivoire. Toutes déclarations auprès des chancelleries et de la presse internationale sont nulles et non avenues et ne sont que des rumeurs infondées. Elles ne concernent ni le peuple de Cote d'Ivoire, ni la Cote d'Ivoire elle même.


Sources: BTM et Le Blog de Claudus


---------------------------------------------------------------------

 

 

Que s'est-il passé à la CEI? Pourquoi Damana Pickass a t-il déchiré les documents du porte-parole de la CEI?


Les observateurs internationaux et Nationaux chargés de superviser le second tour des élections présidentielles sont unanimes : le processus démocratique tant souhaité est fortement mis en cause et la crédibilité du vote dans certaines  régions (à Korhogo, Bouaké, Garango, Séguéla, Tortiya, Mankono, Madinani, Touba...) est fortement entaché et ne réponds pas aux critères et normes d'une élection libre, transparente et équitable» :

Séquestrations et tueries d'agents électoraux, membres de La Majorité Présidentielle empêché d'être dans des bureaux de vote, votes multiples, voles d'urnes, ouverture tardive de lieux de vote, urnes transportés à vélo (Touba) ou par des rebelles sans les agents de la CEI, consignes de vote dans certains bureaux, agents électoraux contraints à signer et valider de faux PV ,  ect...

Ce dimanche 28 novembre 2010, au quartier général de campagne de la majorité présidentielle, Mr Pascal Affi N'Guessan, porte-parole du Candidat Laurent Gbagbo, a animé un point de presse pour faire un bilan partiel du second tour de l'élection présidentielle. « Il se dit inquiet de la volonté manifeste du Rhdp de perturber et de frauder ». Surtout dans les zones Centre-Nord-Ouest, encore sous contrôle de la rébellion.

Il avait raison au vue des conclusions publiées par les différents observateurs internationaux SUR LE TERRAIN. Des incidents moindres ont conduits la CEI (Commission Electorale Indépendante) à annuler les résultats du vote pour toute la diaspora Française : ce qui suppose qu'après analyse de la gravité de la situation dans les zones incriminées en Côte d'Ivoire, le recours en annulation demandés par La Majorité Présidentielle sur certains résultats devrait être pris en compte. Qu'en est il a ce jour ? On n'en sait pas grand-chose.

Toutefois, un « événement » au sein de la CEI vient d'ouvrir une brèche :BAMBA Yacouba Le porte parole de la CEI décide unilatéralement ( ?), de venir sur le plateau de la CEI avec des chaines de télévisions internationales (France 24...et non retransmis en Direct sur la RTI comme cela se fait depuis le 1er tour), publier des résultats provisoires. Il se fait arrêter dans son élan par Damana Adia Pickas, Superviseur Régional de la Commission Electorale Indépendante (Cei) pour le compte de la majorité Présidentielle... Stupeur !!! Scandale pour certains !!!

Mais l'acte de Pickas est plus que judicieux à la lecture des circonstances de ce véritable Hold up électorale.

En effet Mr BAMBA Yacouba s'apprêtait à proclamer des Résultats non validés par la commission centrale, sans informer les commissaires, mais surtout sans l'aval de la CEI : POURQUOI ?

Il convient de rappeler que BAMBA Yacouba avait agit de la sorte hier lors de la proclamation de certains résultats de la diaspora ; il a été rappelé à l'ordre et s'est même excusé auprès de la commission centrale par la suite. Alors pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi remet-il cela cette nuit ?


Vidéo sur facebookActe Héroïque de Damana Pickass

Vidéo sur youtube: Acte Héroïque de Damana Pickass


Source: Le Blog de Claudus

vendredi, 12 novembre 2010

RHDP: INVESTITURE D'ALASSANE DRAMANE OUATTARA. LA PHOTO D'HOUPHOUET SE DECROCHE. POURQUOI ?

 


PHOTO HOUPHOUET DECROCHEE.jpg

Je vous propose cet article fort intéressant de Claudus sur le pourquoi du décrochage du portrait d'Houphouët-Boigny intervenu au moment de la cérémonie d'investiture du candidat du RHDP, Alassane Dramane Ouattara, au siège du PDCI-RDA. Colère outre-tombe?


« Juste avant le début de la cérémonie, le portrait du Président Félix Houphouët-Boigny s'est décroché du mur. Un technicien appelé à la rescousse l'a rapidement remis en place. On pouvait entendre chuchoter dans les sièges "Le vieux est fâché !!! " "Le vieux est fâché" !! » Nous rapporte la Presse Ivoirienne. MAIS POURQUOI ?

L'Afrique a ses mystères, l'Afrique a ses réalités. Comme le dit Birago Diop :

«Les Morts ne sont pas sous la Terre :
Ils sont dans l'Arbre qui frémit,
Ils sont dans le Bois qui gémit,
Ils sont dans l'Eau qui coule,
Ils sont dans l'Eau qui dort,
Ils sont dans la 'CASE', ils sont dans la Foule :
Les Morts ne sont pas morts. »
Ce signe est révélateur... et j'en suis quelque part très heureux au vue de cette grosse mascarade qu'est ce « RHDP  Sacrilège» qui n'a de mérite que de porter le discrédit et jeter l'opprobre sur la mémoire de l'un des plus grands chefs d'état que l'Afrique ait connu.

Le portrait du père fondateur de la Côte d'Ivoire notre pays a tangué sous l'effet du vent de l'imposture et de la fourberie. Cela entrevoit clairement l'entame du chant de cygne de l'opposition-pacotille de Côte d'Ivoire.
Aujourd'hui tout le monde et même les plus sceptiques connaissent le sens de la lutte de cette opposition là.
Loin d'être une lutte basée sur une idéologie politique visant une Côte d' Ivoire unie et meilleure, c'est juste un combat pour des intérêts égocentriques. Comme le dit Pierre Joxe: "En politique il faut avoir de l'éthique. Sinon on est juste cynique ou opportuniste"

Où est l'éthique politique de Dramane Ouattara le nouveau leader des «opposés » (pas des opposants) Ivoirien au sein du RHDP ?

En 1999, c'est le même ALASSANE OUATTARA qui menaçait: «Ce pouvoir moribond, je le frapperai ; il tombera, et je rentrerai à Abidjan avant la fin de l'année». Il a effectivement frappé le pouvoir du PDCI de Henri Konan Bédié, et il est tombé ; effectivement Alassane Dramane Ouattara est rentré à Abidjan pour la Saint Sylvestre.

Aujourd'hui le même Bédié et le même Dramane se sont réunis au sein du RHDP pour terminer l'œuvre de celui qui, en renversant l'autre, a phagocyté le parti qu'il a eu en héritage à la mort de Boigny.

Et la nouvelle cible PDCI-RDRebelles c'est le président Gbagbo qui depuis 8 ans, subit l'acte 2 du plan de Dramane Ouattara qui a finalement attaqué la Côte d'Ivoire dans la nuit du 18 au 19 Septembre 2002, semant la désolation dans notre pays et rendant le pays ingouvernable selon ses propres mots.

"Votre combat était indispensable". Parole du sieur Alassane Dramane Ouattara qui s'adressait en ces termes aux responsables de la rébellion armée à Bouaké, où il était en tournée.

Oui le combat de la rébellion armée qui a:

- endeuiller des milliers de familles,

- spolier d'honnêtes gens de leurs biens, leurs souvenirs et leur avenir,

- fait des milliers de déplacés,

- massacrés des gendarmes et autres forces de l'ordre désarmés,

- mis toute la Côte d'Ivoire à genoux...

oui ce combat était indispensable car il a permis à Alassane Dramane Ouattara d'être un candidat EXCEPTIONNEL à l'élection présidentielle de Côte d'Ivoire.

Vive la méchanceté, vive l'oubli, vive la schizophrénie de certains Ivoiriens, vive la mauvaise foi pour que survive une nation défigurée.

Mais si je suis convaincu d'une chose, c'est la maturité tous azimuts de la Côte d'Ivoire d'aujourd'hui. Le peuple Ivoirien ne se laissera pas abuser par les ambitions mesquines de quelques aventuriers politiques à la recherche de sensation forte ou de terres fertiles.

Je suis heureux que de l'au-delà Nanan Houphouët fasse ce magistral doigt d'honneur au RHDP, cette grosse tâche sur son nom.

HOUPHOUET ET MME.jpg

Le PDCI-RDA devrait très vite se reprendre en main et pensez a enfin honorer Houphouët car après avoir abandonné et humilié son épouse Thérèse , l'investiture de Dramane Ouattara au nom de HOUPHOUET et dans la maison de cet homme épris de paix, est une insulte de trop au vue de ce que cet homme fait subir à la Côte d'Ivoire.


Source: Le Blog de Claudus

vendredi, 30 avril 2010

PAUVRE DE MA COTE D'IVOIRE!

L'INTER N° 3590.jpg

 

Ils sont attendus pour le désarmement, pour la réunification de mon pays meurtri et pillé, pour des élections sécurisées, pour la renaissance de la terre mienne; que nenni! Ils prennent le temps de se canarder et de s’étriper, ces rebelles ! Nous, on n'a qu'à attendre qu'ils soient contents.

Incroyable que cette Côte d’Ivoire !