topblog Ivoire blogs

lundi, 07 juin 2010

LE CHEF D'ETAT-MAJOR DES ARMEES FRANÇAISES: L'EUROPE EST EN DANGER


CHEF D'ETAT-MAJOR FRANCE.jpg

Le patron des armées françaises redoute une « crise sécuritaire » sur le continent.

En matière de défense et de sécurité, l'Europe a « le dos au précipice ». Dans un discours de haute volée prononcé mercredi à l'École militaire à l'occasion du congrès annuel du Conseil économique de la défense (CED), le chef d'état-major des armées (Cema), l'amiral Édouard Guillaud, n'a pas usé de la langue de bois pour rappeler les défis qui attendent l'Europe.

Nouveau concept stratégique

Constat de base : « Les lignes bougent » entre l'Union européenne et les États-Unis. À Washington, la nouvelle Administration a défini une nouvelle stratégie de défense. En Europe, le traité de Lisbonne est entré en vigueur. Enfin, l'Otan est engagée dans l'élaboration d'un nouveau concept stratégique. Dans ce monde de « puissances relatives », au sein duquel l'influence se déplace peu à peu vers l'Asie, alors que des menaces nouvelles, comme la cybercriminalité, sont venues s'ajouter aux menaces traditionnelles et que se développent de nombreuses « zones grises », la relation transatlantique est à une « période charnière ».

Depuis la fin de la guerre froide, les États-Unis ont retiré plus de 80% de leurs forces du Continent européen, qui n'est plus, vu de Washington, comme un « continent prioritaire ». « L'Europe doit tenir compte de cette nouvelle vision américaine. Mais la question qui se pose est de savoir si les Européens vont réussir ou non à s'affirmer comme une puissance militaire », prévient l'amiral Guillaud. La question n'est pas seulement politique, elle est aussi stratégique.

Depuis le sommet de Saint-Malo, en 1998, la défense européenne a fait des progrès. Les opérations « Concordia » en Macédoine, « Artémis » au Congo et « Atalante » dans l'océan Indien sont autant d'étapes franchies. « Quand l'Europe veut, l'Europe peut », constate l'amiral. Mais ces progrès sont insuffisants, et ils ne peuvent masquer les divisions générées par la guerre en Afghanistan. « 27 pays de l'Union européenne peuvent-ils être considérés par les États-Unis comme des partenaires fiables quand ils refusent de partager le fardeau afghan ? », s'interroge le chef d'état-major. Il a aussi des inquiétudes relatives à la transformation de l'Otan. « L'Europe s'y présente en ordre dispersé. C'est un peu le combat des Horaces et des Curiaces », regrette-t-il.

Développer des synergies

La crise financière, une « surprise stratégique », est encore venue assombrir le tableau. Alors que plusieurs pays européens sont en train de raboter leurs budgets de défense, l'amiral Guillaud redoute qu'une « crise sécuritaire » vienne s'ajouter à la crise économique. Avec de lourdes conséquences : une relégation de la défense européenne au « soft power », la tentation d'un repli national, un risque de décrochage technologique et capacitaire... À moyen terme, on risque une « démission de l'Europe », qui deviendrait spectatrice au lieu d'être actrice. Ce n'est pas ce que veulent les États-Unis, qui préfèrent une Europe puissante à une Europe vassale. « Mais nous avons été bercés par les sirènes du court terme », regrette l'amiral Guillaud.

Pour autant, il n'y a pas de fatalité au déclin. Pour remonter la pente, l'Europe doit développer des synergies. « Depuis la fin des années 1980, aucun pays européen n'a les moyens de tout faire tout seul » dans le domaine militaire, rappelle le Cema. L'Europe doit remettre à plat sa stratégie et cesser d'éparpiller ses efforts. Mais il faut pour cela réunir trois volontés : « Celle des armées, qui est acquise. Celle des politiques. Et celle des opinions. »

Source: LE PORTAIL JUIF FRANCOPHONE

13:25 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans France, Monde | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : monde, europe, france, cema français, amiral édouard guillaud, armée, défense, otan | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |