topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

mardi, 08 novembre 2016

THEOPHILE KOUAMOUO: LE REFERENDUM CONSTITUTIONNEL DE OUATTARA, UN PENIBLE SIMULACRE

 

Le-Pr%C3%A9sident-OUATTARA-1.jpg

 

En juin prochain, j'aurai 40 ans. Et mon diplôme de journalisme aura 18 ans. L'âge de la "majorité". En m'efforçant de prendre un peu de recul, je suis taraudé par une angoissante question : "ai-je mal choisi mon métier, ou du moins ma spécialisation ?"

Il y a des jours comme ça, où j'ai l'impression que pour faire carrière dans le journalisme spécialisé sur l'Afrique, il faut posséder ou acquérir des talents que je n'ai pas. Des talents de faux monnayeur, disons. Pourquoi ? Il faut pouvoir présenter sous les traits d'une réalité objective et digne d'être racontée ce qui n'est qu'un pénible simulacre.

Et sans rire, s'il vous plaît.

Prenons le cas du référendum constitutionnel qui vient de se dérouler en Côte d'Ivoire. Voici ce qu'il est de bon ton d'en dire si l'on veut être un journaliste raisonnable, recommandable et propre sur lui, lors d'un plateau d'éditorialistes par exemple.

- Cette nouvelle Constitution marque la fin de l'ivoirité, mais il aurait fallu mieux l'expliquer au peuple.

- 42,42% de taux de participation, c'est bas et c'est dommage. Certes, ce type de scrutin n'est en général pas très populaire, surtout dans des pays aux forts taux d'analphabétisme. En plus, dans ce cas, la campagne a été très courte.

- Un nouveau contrat social est en place. Et de nouveaux équilibres avec les législatives qui viendront.

- Il faut tout de même noter que la nouvelle Constitution insiste sur la protection de l'environnement, et le fait qu'elle soit adoptée juste avant la COP 22 est un bel hasard.

- Bla. Bla. Bla.

14963371_1355692331109188_1306654790355402703_n.png?oh=f3cbb9a867edf35b5cdc36baf27ba738&oe=5895492A

Ce qui prouve que je ne suis pas assez formaté pour ce métier sur ce terrain particulier est que la chose que je considère comme la plus importante de toutes quand il s'agit d'analyser ce scrutin, c'est le taux de participation délirant de départements comme Séguélon (99,50%), Samatiguila (96,54%), Gléléban (96,45%) ou Kani (98,10%). Pour une raison simple. Les listes électorales qui ont servi de base pour ce scrutin datent de 2009.

Sachant que l'Institut national de statistique (INS) affirme très officiellement que le taux brut de mortalité en Côte d'Ivoire est de 10 pour 1000, donc de 1%, donc d'au moins 7% sur la période qui nous concerne, on peut tenir pour certain que soit les morts ont voté, soit les bêtes sauvages ont voté, soit il y a eu une fraude électorale tellement sûre de son impunité qu'elle ne prend plus la peine de se cacher.

Dans n'importe quelle démocratie normale, ces taux de participation qui relèvent de LA PREUVE ABSOLUE seraient au centre des débats, à l'intérieur comme à l'international. Si demain les morts votaient lors du scrutin américain en cours, le monde entier ne parlerait que de cela. Mais en Afrique, cela n'a d'importance que s'il s'agit d'un régime "mal vu" par la "communauté internationale", et qu'on veut "se faire". Ce type de comportements, s'il vient de nos "copains", ne doit faire l'objet d'aucun commentaire.

Et pourtant : ce défi lancé aux lois mathématiques par la Commission électorale qui a organisé l'élection présidentielle contestée de 2010 au bout de laquelle au moins 3000 personnes sont mortes et le président sortant a été conduit à la Cour pénale internationale devrait forcer tout le monde à s'interroger et à revisiter douloureusement certaines certitudes.

Et pourtant. Insister sur un tel sujet n'est pas raisonnable, et vous sort du cercle des journalistes convenables. Une telle insistance fait de vous un "journaliste militant", voire un "militant écrivant", voire un "pro-quelque chose de pas recommandable". Tiens, "un pro-Gbagbo".

J'aurais dû, après l'école de journalisme, me spécialiser sur les pays d'Europe du nord. L'attachement à la vérité m'y semble moins dangereux.

 

Source: PAGE FACEBOOK THEOPHILE KOUAMOUO

mercredi, 26 octobre 2016

PEUPLE DE COTE D'IVOIRE: SI LE «OUI» L'EMPORTE, OUATTARA METTRA VOS TERRES SOUS HYPOTHEQUE

 

14666149_1217767324928566_6777770895434994277_n.jpg?oh=0e6a52e68252bfa9a4d70aa6a942c12b&oe=58947E13

 

Pour éviter que Ouattara ne mette les terres ivoiriennes sous hypothèque comme il l’a fait avec l’immeuble CCIA et les tours A et B, il faut s’opposer à sa Constitution dès le jeudi 20 Octobre 2016.

 

Pour lire la vidéo annexe des vérités et révélations du doyen Abou Cissé, oncle d'Alassane Ouattara, sur la constitution qu'il nous a pondue et le référendum, cliquer:

ICI

 

Selon l’article 12 du projet de constitution de Ouattara, “seuls l’Etat, les collectivités publiques et les personnes physiques ivoiriennes peuvent accéder à la propriété foncière rurale”.

Le danger d’une telle formulation est que c’est justement l’Etat qui devra fixer les règles relatives à la propriété, à la concession et à la transmission des terres du domaine foncier rural. Ce qui veut dire que l’Etat pourra prendre les dispositions pour rendre ces règles tellement floues et exorbitantes seuls lui, les collectivités publiques (un rallongement de l’Etat) et les personnes riches pourront être propriétaires.

On l’a déjà vu avec les privatisations lancées par Ouattara. Tous les marchés ont été cédés à travers un système de gré à gré favorable aux seules pontes du régime qui sont en même temps cessionnaires et repreneurs.

Le cas du Burkina Faso

Ce système flou a été expérimenté par le régime autocrate et compradore de Blaise Compaoré au Burkina Faso. En effet, une enquête parlementaire a porté sur les lotissements effectués de 1995 à 2015 dans les grandes agglomérations urbaines du Burkina notamment dans les deux communes à statut particulier que sont Ouagadougou et Bobo-Dioulasso.

Les résultats de ladite enquête parlementaire rendu public la semaine dernière indique que les collectivités publiques que représentent les mairies ont abusé de leur position pour rrétrocéderles titres fonciers à des pontes du pouvoirs Compaoré.

Le rapport de l’enquête parlementaire révèle notamment que 105.408 parcelles ont été irrégulièrement attribuées ou illégalement occupées. La majeure parties des bbénéficiairesétaient la famille de Blaise Compaoré lui-même et plusieurs de ses proches.

Le rapport souligne expressément la gourmandise dont a fait preuve la famille Compaoré et celle de nombreux proches.

A titre d’exemples, le rapport révèle que SATMO SA de Alizéta Gando Ouedraogo (la belle-mère de François Compaoré) a acquis illégalement 8.000 parcelles de 300m2 chacune de la SONATUR. Dans le même temps, la même Alizéta Gando Ouédraogo permettait à la SOCOGIB qu’elle dirigeait de spoiler les populations de Yagma et de Nioko II de plusieurs milliers de parcelles. Grâce à la SOCOGIB de Alizéta Gando Ouédraogo, l’ex-maire Pascal Ouédraogo détient illégalement 60.000 parcelles à Yagma et 24.690 parcelles à Nioko II.

Que feront les pontes du régime Ouattara des terres expropriées ?

Il faut d’abord rappeler que Ouattara a fait voter en 2012 une loi qui donne 10 ans à tous les ivoiriens pour borner les terres. Or pour plusieurs populations rurales, la propriété foncière est basée sur le droit coutumier. L’habitude de faire borner les terres n’est pas encore entrer dans les mœurs. Ce qui rend très délicate l’affaire. Car cela veut dire que au delà du delais des 10 années, toutes ces terres reviennent à l’Etat. Il a deux possibilités de les mettre en valeur.

L’Etat peut attribuer ces terres à tout Ivoirien qui en fait la demande dans le but de le mettre en valeur. Et puisque c’est l’Etat qui fixe les conditions de cession comme le précise le projet de Constitution, alors bonjour la magouille. Car l’Etat n’a qu’à fixer des prix prohibitifs pour le citoyen normal pour que les seuls acquisiteurs soient les prédateurs du régime. On retrouve un peu la métode burkinabé décrite plus haut.

La deuxième possibilité à craindre, c’est que Ouattara mette sous hypothèque les terres expropriées au bénéfice de multinationales étrangères. L’exemple existe déjà avec la mise sous hypothèque de la Cité Administrative du Plateau.

On sait en effet que dans le cadre de l’emprunt obligataire de l’Etat de Côte d’Ivoire auprès de la Banque islamique de développement (dénommé Sukuk), le régime Ouattara a mis l’immeuble CCIA et les tours A et B sous hypothèque comme garantie.

Quand on sait que le foncier rural continue d’être source de conflits inter-communautaires dont le dernier en date a fait de nombreuse victimes dans le Zanzan, il est à craindre que le pire n’arrive si les populations ne s’opposent pas à la Constitution de Ouattara.

Tanoh

 

Source: EBURNIE NEWS