topblog Ivoire blogs

jeudi, 26 mai 2011

LES SOUS-MARINS QUE CACHENT LES WIKIBRUITS

Bernard Desgagné.jpg

Par Bernard Desgagné

Les histoires de sous-marins et les opérations psychologiques dont j'ai donné un exemple frappant dans mon article précédent, sur la crise des prétendus sous-marins soviétiques en Suède, en 1981 et 1982, n'appartiennent pas qu'à l'époque de la rivalité entre les États-Unis et l'URSS. Les wikibruits font partie des opérations psychologiques, eux aussi. Ils nous cachent des bruits de bottes quelque part. Comme c'est presque toujours le cas, les suivistes médiatiques ne font preuve d'aucun esprit critique et se montrent friands des potins potentiellement générateurs de bonnes cotes d'écoute.

Les journalistes ont le regard fixé là où leurs patrons les envoient, alors que des évènements majeurs se produisent parallèlement à leurs romans-savons. Ils n'accordent qu'une importance secondaire à ces évènements, quand ils ne les déforment pas ou ne les ignorent pas totalement. Comme nous n'avons pas envie de demeurer prisonniers de l'univers fantaisiste auquel les médias de la ploutocratie veulent confiner nos esprits, jetons un coup d'oeil du côté de la Corée, car il s'y est passé récemment des choses inquiétantes, mais largement occultées, qui expliquent peut-être qu'on veuille tant que le public s'intéresse à Julian Assange, en guise de dérivatif. Mais d'abord, un peu d'histoire.

La guerre de Corée

Le 25 juin 1950 débute la sanglante guerre de Corée, qui fera trois-millions de morts, dont 516 soldats canadiens. Le Sud prétend qu'il est envahi par le Nord, mais le Nord prétend exactement l'inverse. Le Nord n'a aucune raison d'attaquer, mais le dirigeant du Sud, Syngman Rhee, est très impopulaire et a toutes les raisons de vouloir se servir d'une guerre avec l'appui des États-Unis pour rester au pouvoir.

Les États-Unis et leurs laquais n'ont jamais fourni la moindre preuve que le Nord avait attaqué le Sud et ainsi déclenché la guerre. En fait, nous avons aujourd'hui de très bonnes raisons de douter de la version étasunienne de l'histoire, puisque, depuis 1945, les États-Unis ont systématiquement menti pour justifier chacune de leurs guerres et de leurs opérations militaires, d'Hiroshima à l'Irak, en passant par le Vietnam.

En 1950, la Chine entre en guerre, elle aussi, non pas pour conquérir la Corée, mais plutôt parce que les centrales hydroélectriques coréennes alimentant la Mandchourie sont attaquées. Les États-Unis et leurs laquais ont souvent prétendu que la Chine voulait conquérir la Corée, mais, encore une fois, n'en ont jamais eu la moindre preuve. À l'inverse, il y a de très bonnes raisons de croire que la volonté d'attaquer l'autre venait des États-Unis, plus précisément du coeur du commandement étasunien, où s'activait le fanatique MacArthur, avec ses bombes nucléaires. C'est lui qui voulait attaquer la Chine au départ, et non l'inverse. La guerre de Corée fut en somme une guerre impérialiste d'agression étasunienne.

À la fin de la guerre, la Corée est séparée en deux États, l'un communiste et l'autre, inféodé à l'Empire. Depuis ce temps, la tension persiste, et la Corée du Nord fait l'objet d'une campagne constante de diffamation dans les médias occidentaux. Récemment, ces tensions se sont accrues, dans le cadre de la politique d'encerclement et d'agression indirecte de la Chine pratiquée par les États-Unis. N'oublions pas que sont les États-Unis qui envoient leurs soldats aux portes de la Chine, et non l'inverse, toujours en invoquant le besoin d'installer ou de protéger la supposée démocratie dans un pays, c'est-à-dire, en réalité, le besoin, pour la ploutocratie, de s'enrichir sans limites et de devenir propriétaire du régime.

La lutte de l'Empire en déclin contre la Chine

Les États-Unis ne veulent pas évidemment d'une guerre ouverte avec la Chine, qui est devenue l'usine du monde et dont ils ont besoin. Une telle guerre serait de toute manière sans issue. Ils cherchent plutôt à contenir la sphère d'influence de la Chine et à conserver leurs bons clients, acheteurs de monnaie de singe et d'avions d'attaque Lockheed-Martin. Si les États-Unis n'arrivaient plus à imposer leur dollar pour l'achat du pétrole dans le monde, ils seraient rapidement acculés au pied du mur par leurs créanciers, compte tenu de leur énorme dette publique et de leur déficit commercial. Ils perdraient beaucoup de plumes et s'appauvriraient considérablement. Compte tenu des habitudes de consommation des Étasuniens et des inégalités scandaleuses qui minent de plus en plus leur confiance en leurs dirigeants, de graves troubles internes se produiraient vraisemblablement et pourraient entrainer la dislocation du pays, dont les divers composants, du Texas au Vermont, en passant par la Pennsylvanie, sont passablement disparates.

Mais la Chine est devenue une puissance de plus en plus indomptable pour les États-Unis. Il n'y a qu'à voir comment Shangaï a complètement déclassé Manhattan par ses réalisations architecturales et son aménagement. La Chine est un immense chantier, alors que l'Empire est déjà très avancé sur la pente du déclin. Que faire ? En fait, les États-Unis ne savent pas du tout quoi faire. Pris de panique, ils se comportent de façon complètement erratique et, puisque leurs usines ne peuvent plus concurrencer celles des Chinois depuis longtemps, ils ont fait de la guerre leur principale industrie. C'est une industrie mafieuse, qui se nourrit non seulement des deniers publics étasuniens, mais aussi de ceux des pays qui acceptent de payer le parrain « pour la protection » et de participer à ses montages bellicistes. Mieux vaut payer et sacrifier quelques soldats que se faire casser la gueule soi-même. En tant que membre de la fédération canadienne, le Québec est rançonné par cette mafia, à laquelle Ottawa verse des milliards de dollars chaque année pour ne pas vexer le parrain et pour préserver supposément des emplois.

C'est dans ce contexte de déclin de l'Empire et d'ascension de l'Asie que les États-Unis ont convaincu les dirigeants sud-coréens d'asticoter la Corée du Nord et la Chine au moyen de prétendus exercices militaires près de leurs frontières. En entretenant la peur de la Corée du Nord, ils s'assurent de maintenir au pouvoir, en Corée du Sud et au Japon, des dirigeants de droite, qui leur obéissent au doigt et à l'oeil. En même temps, ils se livrent à des opérations psychologiques en Occident pour y rallier le public et justifier la guerre éventuelle. L'inoffensive Corée du Nord n'est manifestement qu'un autre épouvantail. Comment en être sur ? Comment savoir que Pyongyang n'est pas le dangereux régime qu'on prétend, dirigé par un fou prêt à se servir de son arsenal nucléaire ? Comment savoir qui dit vrai ?

Demandons-nous plutôt comment il est possible de croire des gens qui mentent sans arrêt depuis 1945. Pourquoi faudrait-il croire l'Empire, cette fois ? Voilà la vraie question. Voilà la question que ne semblent pas se poser certains médias, en particulier Radio-Canada, qui se sert de l'argent de nos impôts pour nous retransmettre machinalement les communiqués du Pentagone.

La corvette Cheonan et le sous-marin nucléaire

S'il y a eu, autour de l'an 2000, une amorce de réconciliation entre les deux Corées, les relations se sont considérablement refroidies depuis quelques années, et le prix Nobel Obama ne semble pas y avoir changé grand-chose, au contraire. Le 26 mars 2010, alors qu'a lieu dans la mer Jaune un exercice naval conjoint des États-Unis et de la Corée du Sud, un bâtiment de guerre sud-coréen, la corvette Cheonan, explose et coule à environ 2 kilomètres au sud de l'ile de Baengnyeong (environ 5 000 habitants), qui appartient à la Corée du Sud, mais qui se trouve à 20 kilomètres seulement de la Corée du Nord. L'armée sud-coréenne affirme n'avoir détecté aucun navire de guerre nord-coréen dans les parages. La Corée du Nord, elle, nie toute implication.

CORVETTE CHEONAN.jpg

La section avant de la corvette Cheonan, rapportée sur une barge après son repêchage


À la mi-avril, les deux sections de l'épave sont remontées à la surface, et une enquête a lieu. Les experts constatent qu'une forte explosion externe à proximité de la corvette a causé son sectionnement. Effectivement, le navire est complètement coupé en deux, plutôt que d'avoir un trou dans la coque, comme le ferait normalement une torpille. Par ailleurs, il est peu probable qu'un sous-marin nord-coréen ait pu s'approcher de la corvette sans être détecté, puisque la corvette elle-même était spécialisée dans la lutte anti-sous-marine.

Puis, coup de théâtre, le 20 mai, une supposée commission d'enquête internationale, composée essentiellement d'Étasuniens et de laquais des États-Unis (Corée du Sud, Australie, Royaume-Uni et Suède) déclare aux médias que c'est une torpille nord-coréenne qui a coulé le Cheonan. C'est le déchainement médiatique, et le président sud-coréen, Lee Myung-bak, annonce des représailles. À l'approche des élections régionales du 2 juin, cette affaire est pour lui et son parti une véritable aubaine puisqu'ils préconisent la ligne dure envers Pyongyang.

La Corée du Nord décide de rompre ses relations avec la Corée du Sud et met fin à un accord de prévention des conflits maritimes. La question est portée à l'attention du Conseil de sécurité de l'ONU. Encore une fois, les médias se comportent généralement en suivistes, notamment Radio-Canada, qui fait figure de véritable antenne de propagande du Pentagone. Malgré les contradictions et la mise en scène grossière, où des militaires de l'Empire déguisés en commission d'enquête internationale présentent comme preuve un morceau de torpille portant un numéro de série écrit au crayon-feutre, les journalistes gobent tout. Ils semblent avoir perdu tout sens critique. Du reste, en ont-ils déjà eu un ?

Mais le pire, dans tout cela, c'est que pratiquement personne ne s'aperçoit, malgré les reportages diffusés au début par la télévision sud-coréenne KBS, qu'un autre navire a coulé en même temps près de la corvette Cheonan. Il s'agit vraisemblablement d'un sous-marin nucléaire étasunien, ayant à son bord des missiles à tête nucléaire. La bouée indiquant l'emplacement de l'épave se trouve à quelques centaines de mètres des falaises de l'ile de Baengnyeong et non à plus de deux kilomètres, où ont sombré les deux parties de l'épave de la corvette.

C'est le branlebas de combat. Les militaires étasuniens n'ont pas l'intention de laisser des têtes nucléaires au fond de l'eau sans en connaitre l'état, ni de permettre aux médias de diffuser cette information. Comme ils commandent dans les faits le gouvernement et l'armée sud-coréens, ils n'ont pas de difficulté à obtenir et la censure, et la participation forcée des plongeurs de l'armée sud-coréenne pour localiser et inspecter l'épave subito presto. Des plongeurs coréens bien entrainés, qui ne sont pas du genre à subir normalement de bêtes accidents de décompression, sont obligés de se jeter au fond de l'océan dans des conditions dangereuses, sans attendre les compartiments hyperbares. Les plongeurs perdent connaissance les uns après les autres. Certains officiers de l'unité des plongeurs diront que « les plongeurs étasuniens ont refusé de faire le travail, car le danger était trop grand ». L'un des plongeurs coréens meurt. Il s'agit de Han Joo-ho, qui aura des funérailles de héros national. La cérémonie commémorative n'a pas lieu près de l'une des deux bouées marquant l'emplacement des deux sections de la corvette, mais près de la troisième bouée, où se trouve l'épave du sous-marin.

TROISIEME BOUEE.jpg

Des recherches sont effectuées à partir d'un bâtiment de guerre sud-coréen, à l'emplacement de la troisième bouée, où se trouve l'épave du sous-marin nucléaire étasunien, c'est-à-dire à quelques centaines de mètres des falaises de l'ile de Baengnyeong.


Mais que faisait donc le sous-marin nucléaire étasunien à cet endroit ? Comment a-t-il été coulé ? Participait-il à l'exercice naval ? Mais non, il avait vraisemblablement une mission beaucoup plus cruciale, dont l'équipage de la corvette Cheonan n'était pas au courant. Les eaux près des falaises au sud de l'ile de Baengnyeong sont profondes et constituent l'endroit idéal pour cacher un sous-marin nucléaire, qui peut rester sous l'eau pendant un mois sans faire surface. À cet endroit, il était indétectable pour la Corée du Nord. Mais surtout, cette ile est la partie de la Corée du Sud située la plus près de Pyongyang, soit à environ 170 km. Les salopards de l'Empire se préparaient à frapper, comme à leur habitude, en prétextant une quelconque urgence ou une quelconque provocation. Comme au bon vieux temps de la chasse aux sorcières communistes et de MacArthur.

Et comme au temps de l'invasion de l'Irak, les frappes supposément chirurgicales des paranos de Washington pour détruire des armes de destruction massive imaginaires auraient fait des milliers de morts et de blessés parmi les civils. Peut-être même des dizaines, voire des centaines de milliers de victimes puisqu'il se serait agi de bombes nucléaires. Une sorte de reprise préventive d'Hiroshima, pour « sauver des vies ».

Malheureusement ou heureusement, selon le point de vue, il est arrivé ce qui finit par arriver quand on joue avec le feu, à l'instar des sous-mariniers insolents qui jouaient à cachecache avec la marine suédoise en 1982 et qui ont fini par frapper une mine. Sauf qu'ils ont été encore moins chanceux et qu'au lieu d'une mine, ils ont frappé une corvette qui leur a balancé une pluie de grenades sous-marines sur la tête. Est-ce l'explosion du sous-marin qui a causé la perte de la corvette ou un tir quasiment simultané ? Difficile à dire. Mais les généraux des deux pays alliés n'ont pas dû en être très heureux. Revenus de leur profond malaise, le 20 mai, ils auront décidé de récupérer l'accident pour relancer les opérations psychologiques contre la Corée du Nord.

Un sous-marin chinois lance un missile devant Hollywood

Évidemment, les Chinois et les Coréens du Nord ont appris ce qui s'était passé. Les Chinois, fidèles à leur habitude, ont fait preuve de beaucoup de réserve. Mais ils préparaient la riposte. Elle est venue quelques mois plus tard, en pleine visite de Barack Obama, qui faisait la tournée de ses clients d'Asie, du 4 au 14 novembre. Le matin du 10 novembre, l'empereur a dû se lever de bien mauvais poil et perdre pour un bout de temps l'envie de jouer au basket en apprenant que, la veille, le 9 novembre, au coucher du soleil, les Chinois lui avaient fait un petit coucou ! spectaculaire à quelques encablures de Hollywood, où sont fabriqués tant de navets faisant partie intégrante des opérations psychologiques du Pentagone.

Figurez-vous que la Chine est allée lancer un missile balistique intercontinental à partir d'un sous-marin, à une soixantaine de kilomètres au large de Los Angeles. Les Chinois ont déjoué tout le système de détection anti-sous-marin étasunien dans le Pacifique Nord et ont surpris le Pentagone, dont les laveurs de cerveau professionnels se sont mis à bégayer et à raconter n'importe quoi, allant même jusqu'à prétendre que le spectacle hallucinant visible en pleine heure de pointe par toute la population de la ville était un avion, un jouet ou une illusion d'optique ! Le lancement a été diffusé pratiquement en direct par la station de télévision KCBS. Heureusement pour les Étasuniens, le missile, qui aurait pu, dans d'autres circonstances frapper et raser Los Angeles en moins de deux minutes, est parti vers la Chine et ne transportait pas d'ogive nucléaire.

L'avertissement chinois est sévère. Il constitue la réplique directe à la présence du sous-marin nucléaire étasunien au sud de l'ile de Baengnyeong, en mars 2010. Les États-Unis sont profondément humiliés, eux qui n'ont pas l'habitude d'être menacés si près de leur territoire et qui doivent maintenant s'apercevoir que les Chinois ont les moyens de leur faire énormément mal. Le message des Chinois est sans équivoque : « Remballez votre attirail de GI avec lequel vous jouez à la guerre dans la mer Jaune et allez vous bombarder vous-mêmes si ça vous chante. Vous répandez la guerre et la terreur aux quatre coins de la planète depuis 65 ans et vous allez finir par gouter à votre propre médecine si vous insistez pour nous provoquer.

Comme on s'y attendait, et pour la énième fois, Radio-Canada n'a rien dit de toute cette histoire. Trop occupée avec Wikileaks et d'autres singeries du genre. La propagande a repris de plus belle lorsque, le 23 novembre, des obus nord-coréens ont frappé l'ile de Yeonpyeong après une provocation de la Corée du Sud. Radio-Canada n'a pas donné la version des faits de la Corée du Nord. Seulement celle de la Corée du Sud et de leurs maitres désinformateurs étasuniens. Quelle bande de menteurs ! Falardeau les appelait Radio-Cadenas, et ce n'est pas pour rien. Ils nous gardent dans la prison de l'ignorance avec nos impôts.

D'autres exercices militaires ont eu lieu après le bombardement de l'ile de Yeonpyeong. Actuellement, la mise en scène se poursuit. Un ballet diplomatique est en cours. Les Chinois vont peut-être chercher à donner une porte de sortie aux États-Unis, qui pourront dire que leurs amis chinois ont fait entendre raison aux dictateurs nord-coréens. Mais il y a l'affaire du prix Nobel de la paix décerné à Liu Xiaobo, une nouvelle provocation manifeste. Xiaobo est un criminel de droit commun, et non un prisonnier politique. Les Chinois sont loin d'être isolés. Ils ont avec eux les Russes et beaucoup de mauvais clients de l'Empire, notamment l'Iran, l'Irak et l'Afghanistan. La situation reste très tendue.

Pendant ce temps, Radio-Canada et les autres journaleux à gages de Desmarais jouent à Wikileaks et traquent les petits escrocs provinciaux. Jamais la démocratie véritable ne sera possible dans de pareilles conditions, où le peuple est systématiquement trompé et tenu dans l'ignorance des parties qui se jouent à Washington ou à Ottawa et qui ont une incidence déterminante sur son avenir. Le peuple abreuvé de commissions Bouchard-Taylor ou Bastarache protestera à gauche ou à droite en élisant le PQ ou l'ADQ, puis en revenant au PLQ, mais il continuera de ne pas voir les enjeux fondamentaux, le premier étant qu'il n'est pas du tout maitre de son destin. Obsédé par les fripouilles amateurs, il ne s'aperçoit pas des vices systémiques qui rongent la société en toute légalité. Réaliser l'indépendance du Québec et nationaliser l'information pour la confier à des agences indépendantes financées directement par les contribuables et relevant de l'Assemblée nationale seraient sans doute les meilleurs choix à faire à moyen terme pour commencer à changer chez nous ce monde de pourris et de menteurs.


Épilogue

Sans avoir étudié dans les moindres détails le phénomène Wikileaks, j'ai fait au début de la présente série deux constats qui me paraissent difficilement contestables : 1) La vague récente de divulgations de Wikileaks concorde avec la politique étrangère des États-Unis et d'Israël ; 2) Wikileaks a une énorme résonance médiatique qui est loin d'être typique des « médias alternatifs ». Des révélations beaucoup plus graves et parfaitement vérifiables n'ont jamais été reprises par les grands médias, du moins pas avec un tel battage.

Ces deux constats ont alimenté grandement ma suspicion, et je ne suis pas le seul. Michel Chossudovsky, lui, a poussé l'enquête plus loin et il arrive à des conclusions qui renforcent mes deux constats. Si vous lisez l'anglais, je vous suggère de prendre connaissance de l'article qu'il a publié le 13 décembre 2010 dans son site Web, GlobalResearch.ca/Mondialisation.ca. L'article s'intitule « Who is behind Wikileaks ». Il sera peut-être traduit en français bientôt. Si c'est le cas, j'ajouterai un lien ici même.


Source: VIGILE.NET