topblog Ivoire blogs

jeudi, 24 novembre 2011

ARRETE DEPUIS UNE SEMAINE, KATA KEKE LIBERE - SON AVOCAT: «LE DOSSIER A ETE CLASSE SANS SUITE»



KATA KEKE.jpg

Le Professeur Kata Kéké peut à nouveau humer l'air frais de la liberté. Le ministre de la Recherche Scientifique dans le gouvernement Aké N'Gbo, le dernier formé par l'ex-président Laurent Gbagbo, a été libéré hier mardi 22 novembre 2011.

Interpellé le mercredi 16 novembre dernier à son domicile par des éléments de la Direction de la surveillance du territoire (DST), Kata Kéké a été conduit nuitamment et manu militari dans les locaux de la DST, avant d'être transféré à la Police Criminelle. Il a passé une semaine dans une cellule de l'ex-Police judiciaire (PJ), au Plateau, avant d'être relaxé. Joint hier après-midi au téléphone, l'un des avocats du Professeur Kata Kéké a expliqué les différentes démarches menées pour obtenir sa libération. «Le ministre Kata Kéké a été libéré hier, vers 12H35. Pendant près d'une semaine, il a été détenu à la Police Criminelle. Dès son arrestation mercredi dernier (16 novembre), nous avons rencontré le Procureur de la République pour sa libération. Cela devait se faire le lendemain jeudi (17 novembre), mais ça n'a pas été possible», a fait savoir le conseil juridique du ministre.

« Hier soir (lundi 21 novembre), nous avons rencontré le directeur de la Police Criminelle (Ndlr : le Commissaire Gnagne), et nous lui avons signifié que tous les délais légaux de garde à vue avaient expiré et qu'ils ne pouvaient pas continuer de le garder. Le directeur nous a répondu qu'il attendait les instructions de sa hiérarchie. Ce matin (hier mardi), le procureur de la République a donné des instructions pour sa mise en liberté », a ajouté l'avocat.

Sur les motifs de l'arrestation du ministre, son conseil juridique a fait observer qu'il a été reproché à Kata Kéké d'avoir porté atteinte à la justice, et ses propos tenus à sa sortie de prison ont été jugés séditieux. L'avocat a aussi fait quelques commentaires sur l'issue de cette interpellation vivement dénoncée par le FPI. «Je constate que la procédure s'est arrêtée au niveau de l'enquête policière. Le dossier n'a pas été transféré au Parquet. Je peux donc dire que le dossier a été classé sans suite », a indiqué l'avocat.

Détenu à la prison civile de Boundiali, l'ex-ministre de la Recherche Scientifique et 19 autres cadres de l'ex-Majorité présidentielle (LMP) incarcérés au nord de la Côte d'Ivoire, avaient bénéficié d'une mise en liberté provisoire, le jeudi 09 novembre dernier.

Anassé Anassé

 

Source : L'INTER

---------------------------------------


HAMED BAKAYOKO 5.JPG

ARRESTATION ARBITRAIRE DU PROFESSEUR KATA KEKE: HAMED BAKAYOKO AU CENTRE DU COMPLOT


Le professeur Kata Kéké, ex-ministre du gouvernement Gbagbo et prisonnier politique du régime Ouattara, élargi le week-end dernier, a passé hier sa deuxième nuit au violon de la Police criminelle (Pc) d'Abidjan. Où il a été conduit, mercredi dernier, aux environs de 23h par des agents de la Police criminelle (Pc, anciennement Police judiciaire) et des Frci (forces armées pro-Ouattara). De son arrestation chez lui, à 18h, jusqu'à sa mise en garde à vue, il a été suivi et assisté par ses avocats et par l'ex-ministre de la Défense, Michel Amani N'Guessan, Secrétaire général adjoint du Fpi chargé des questions sécuritaires.

Sur les raisons de son arrestation, les informations sont des plus ridicules. D'abord, Kata Kéké a été arrêté chez lui par des agents de la DST (Direction de la Surveillance du Territoire). Apparemment, on lui reprochait un délit « d'atteinte à la sûreté de l'Etat ». Mais transféré à la DST en compagnie de ses avocats, Kata Kéké a vu ce service décliner sa responsabilité dans son arrestation. Aux environs de 23h, mercredi dernier, il a été transféré à la Police criminelle. Là, au bout de 30 minutes d'interrogatoire et de ballets téléphoniques, ses avocats apprennent que leur client a été arrêté sur ordre du procureur de la République près le Tribunal d'Abidjan-Plateau, Simplice Koffi Kouadio, au motif qu'il aurait porté « atteinte à l'autorité de la Justice ». Mais en faisant quoi ?

Le professeur Kata Kéké a été le porte-parole des prisonniers politiques bénéficiant de la liberté provisoire depuis jeudi dernier. Le samedi 12 novembre, au siège du Cnrd à Cocody, lors de la réception organisée par le Fpi en l'honneur des 20 prisonniers politiques de Ouattara libérés, c'est lui qui a pris naturellement la parole. Dans le compte rendu qu'il a fait de cette manifestation, le quotidien du Pdci-Rda, Le Nouveau Réveil, a rapporté des propos selon lesquels le Professeur Kata Kéké aurait déclaré : « Y-a-t-il encore une justice dans ce pays ? ». Au nombre des journalistes présents à cette manifestation, celui du Nouveau Réveil a été, curieusement, le seul à avoir entendu et rapporté de tels propos. Mais en Côte d'Ivoire, ce bidonnage journalistique serait à la base de l'arrestation et de la mise en garde à vue du professeur Kata Kéké. Ce dernier, selon les informations, a déclaré sur procès- verbal à la Police criminelle qu'il n'a jamais tenu de tels propos.

Hier, toujours selon les informations, les avocats de Kata Kéké auraient appris auprès du cabinet du procureur de la République que le vrai ordonnateur de l'arrestation de Kata Kéké, c'est le ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, Hamed Bakayoko. Ces sources bienveillantes du cabinet du procureur, visiblement exaspérées, ont demandé aux dirigeants du FPI de « mener des actions politiques » s'ils veulent voir libérer leur camarade dont la détention à la Police criminelle est purement politique et ordonnée par Hamed Bakayoko. En attendant, Kata Kété pourrait être déféré aujourd'hui à la Maison d'arrêt et de correction d'Abidjan (MACA). Le Nouveau Réveil n'a-t-il pas raison d'avoir inventé ces propos ? Comment peut-on, raisonnablement, qualifier un Etat dans lequel l'honnête citoyen peut être arrêté de la sorte?


Didier Depri, in le quotidien ivoirien "Notre Voie" du vendredi 18 novembre 2011.


didierdepri@yahoo.fr


Source:
INFO D'ABIDJAN