topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

lundi, 23 septembre 2013

LA RENTE ET SES MEFAITS

PETROLE.gif


Pour maintenir la paix sociale, certains États ayant des ressources minières surtout pétrolières distribuent des «rentes» à des catégories de populations. Cette attitude est caractéristique des pays en déficit démocratique dont les gouvernants n’ont pas besoin de convaincre quant à la destination des impôts du contribuable pour gagner leur voix et leur confiance. Ces genres de politiques ont engendré, avec le temps, des comportements, des attitudes, des actions et réactions, des mentalités qui neutralisent tout esprit d’initiative en encourageant l’incompétence, les conduites absurdes qui produisent les injustices.

L’incompétence neutralise toute bonne volonté en rendant inopérant toute action, initiative, plans, aussi «intelligents» qu’ils soient. L’esprit rentier a toujours été réfractaire à l’esprit d’initiative.
 
Tous les problèmes viennent bien de cette funeste rente, issue des ressources minières, dont la gestion est problématique. La rente est un revenu sans contrepartie assuré sans risque et sans effort. Elle est contraire aux règles du marché et de la concurrence et s’oppose à l'acte production. La rente induit des besoins en faisant augmenter la demande ce qui fait d’elle une des causes de l’inflation et de l’augmentation des importations qui font le bonheur des partisans de «l’import-import» qui doivent souhaiter que le pays ne construise surtout pas d’usines de ‘substitution des importations’ !
 
Toutes les carences, corruptions, négligences, impunités, abus viennent de cette manne pétrolière «bienfaitrice» et «corruptrice», qui annihile l’effort, pervertit les consciences en encourageant les convoitises, la collusion, la paresse et l’incompétence ; génère des idées et comportements abusifs et prédateurs. D’où cette course folle et insolente pour profiter à qui mieux mieux de cette ‘ manne providentielle ‘: qui pour ses projets improductifs , qui pour des prêts souvent sans remboursement, qui pour des salaires mirifiques, qui pour des avantages dont fiscaux, qui pour des aménagements, réaménagements, ré-ameublements couteux pour se distinguer, qui dans le cadre de lignes de crédits, qui pour des prises en charge, missions ou soins à l’étranger , qui pour des dérogations afin d'échapper aux taxations, qui pour des associations «satellites», qui pour des terrains à bâtir ou des logements ‘sociaux’ pour la revente, qui et qui…! 
 
L’esprit rentier détruit les valeurs humaines qui font le pacte social. Il engendre l’immobilisme, provoque la discrimination et l’injustice, encourage l’informel. Un État où l’économie informelle domine est un État informel et non de droit.
 
On se souvient d’une intervention de l’ex PM. Ouyahia à l’APN lorsqu’il avait fait observer que l’Algérie n’avait pas « besoin prioritairement de capitaux étrangers », mais qu’elle était « cruellement en manque de savoir-faire, de technologie, de management moderne et de partenaires à même d’ouvrir demain d’autres marchés à des productions en association ». Qui peut les assurer sinon les compétences toujours en «jachère». C'est la raison pour laquelle nos entreprises et institutions restent instables en donnant l'impression qu’elles n’ont pas d'expérience, même si elles existent depuis des dizaines d’années ! Ces situations n’existeraient pas, du moins dans cette ampleur, si la rente pétrolière ne constituait pas 95% des revenus de l’Etat.
 
Il y a une réalité. Tant que la rente supplante le travail, la compétence et l’intelligence ; tant que le système rentier dirige les consciences, dicte les actions ; tant que les responsables sentent qu’ils le sont par favoritisme ; tant que la duplicité et l’esprit prédateur prédominent ; tant que des dirigeants restent négligents et préoccupés par la rente et son partage ; tant que l’élite compétente rechigne à prendre des responsabilités, car se sentant un faire-valoir, les pays qui y dépendent ne sortiront pas de leurs contradictions et de leurs problèmes. Ils continueront à subir les révoltes récurrentes, la fuite éperdue des cadres et des jeunes, les appréhensions vis-à-vis de la chose publique, les abus de biens publics, le manque de civisme et d’insécurité, la méprise de l’autorité, la restriction des droits civiques, etc.
 
La valeur d’un homme se reconnait dans sa science et sa vertu et non dans sa richesse ou ses pouvoirs d’influences souvent éphémères. La force ou la puissance d’un pouvoir se mesure à l’aune du soutien que lui octroi son peuple, dont ses élites compétentes, et non par la protection volatile dont il peut bénéficier de certaines forces ou du semblant de sécurité que peut procurer la rente.
 

DJERRAD Amar

02:57 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Afrique, Algérie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : afrique, algérie, djerrad amar, la rente et ses méfaits | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

mercredi, 26 juin 2013

GENEVE II: EST-CE POUR PREPARER LA PAIX?

côte d'ivoire,djerrad amar,genève ii: est-ce pour préparer la paix?,guerre en syrie,le grand moyen-orient

© Robert King/ Polaris/ Starface. Syrie, le 13 mai 2012. À Al Qusayr, des membres de l'armée syrienne libre (FSA) combattent l'armée syrienne. Avant la déculotée.


Chaque jour qui passe sur le terrain des combats, en Syrie, révèle que la guerre contre ce pays n’est pas ce que l’on rabâche depuis plus de 2 années, à savoir «un soulèvement populaire spontané» contre ses dirigeants pour recouvrer sa dignité et sa liberté, mais bien d’un complot pour déstabiliser cet Etat, considéré comme gênant les objectifs et les visées impérialistes dans la région.

 
 
Pour ce faire, les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France, le Qatar, la Turquie, l'Arabie Saoudites et Israël ont engagé tous les moyens pour permettre aux groupes armés affublés «thouar» (révolutionnaires) - la plupart mercenaires islamistes - pour mener une guerre, sans merci, contre l’État syrien et renverser son gouvernement, dans le but d’affaiblir l’axe de résistance, en admettant pour cela les pires atrocités.
 
Par l’origine diverse des groupes armés islamistes, hier «terroristes», métamorphosés, aujourd’hui, momentanément «révolutionnaires» rétribués sous la fausse bannière «djihadistes» ; par la provenance de l’armement en leur possession ; par les objectifs visés ; par les agissements et les réactions des pays manipulateurs engagés, il est indéniable que cela obéit à un plan réfléchi, destiné à instaurer le chaos sur une géographie déterminée, pour ensuite recomposer selon les désidératas et objectifs prévus. Ce projet américain est consacré dans ce qui est appelé le «Grand Moyen-Orient» auquel est intégré le projet israélien dit «Yinon» destiné à assurer la supériorité d’Israël.
 
Deux années de guerre, de destructions de toutes natures, de sanctions et de pressions - contre un État souverain où tous les moyens illégaux, même les plus immoraux et abjects, ont été utilisés - n’ont pas permis de venir à bout d’un peuple résistant, d’une armée forte et unie. Deux années sans voir l’effondrement prévu malgré les sommes colossales engagées par les bailleurs arabes vassaux ainsi que la formidable guerre médiatique soutenues par d’éminents hommes de cultes, corrompus, chargés de l’endoctrinement des masses musulmanes par la religion. L’échec de l’aventure semble bien consommé et les cartes jouées.
 
Depuis les derniers développements avec la récupération d’Al Quseir et de sa banlieue - localité hautement stratégique pour les planificateurs américano-sionistes qui devait aboutir à la prise de Damas - par l’armée syrienne des mains des «insurgés», tous les calculs ont été bouleversés et les objectifs compromis. Avec cette récupération surprise, suite à une offensive ‘éclair’ et décisive, de cette petite ville où se sont solidement concentrées les forces ''wahabo-takfiristes'', on annonce déjà des échecs sur d’autres fronts. Cette bataille d’Al Quseir a été particulièrement déterminante par l’appui, à la frontière libanaise, des éléments du Hezbollah qui n’ont laissé, aux groupes armés, aucune possibilité d’infiltration, d’exfiltration ou d’approvisionnement. Une assistance inattendue qui a été condamnée par la… Ligue arabe. L’autre élément est que l’armée syrienne a su se convertir, en la circonstance, en une redoutable force contre-guérilla.

Les résultats d’Al Quseir sur le plan militaire et tactique, avec ses effets ravageurs sur les autres groupes, ont créé un climat de défaite, une situation d’impasse mettant les groupes armés dans un état de déroute et les commanditaires dans une profonde confusion. C’est donc bien les résultats sur le terrain des combats qui dictent ou imposent la nature des changements.
 
Il ne restait que l’annonce par les deux «Grands», les USA et la Russie, d’une conférence «internationale» sur la Syrie, prévue à Genève, qui se veut l’ultime round pour sceller cet encombrant et dangereux dossier par la voie politique, malgré l’agitation et les élucubrations des autres protagonistes qui soutiennent une solution militaire.

côte d'ivoire,djerrad amar,genève ii: est-ce pour préparer la paix?,guerre en syrie,le grand moyen-orient

Tant que l’on pouvait encore financer et remplacer les groupes anéantis, tant que l’on disposait encore de ‘cartes’ de pressions politiques et économiques, tant que les étapes du Plan tracé avançaient, il n’était pas envisageable de négocier quoi que ce soit. Avec la bataille d’Al Quseir, qui avait bouleversé, les données les commanditaires étaient contraints, dans la précipitation, d’adopter une série de manœuvres aussi insensées que dangereuses. Dès que les principaux groupes armés, que domine Al Nosra, ont été laminés ou réduits, il ne restait aux stratèges américano-sionistes et leurs suppôts arabo-monarchiques que de présenter du «réchauffé» en rabâchant les mensonges éculés, sans preuve voire sans conviction, ou tenter d’autres diversions et agissements dans l’espoir de disposer d’arguments et de moyens de pression consistants lors de cette Conférence dite de «Genève II». Mais le reste du monde connait ces manœuvres, s’en méfie, les réprouve.
 
Voyant leurs plans foirer, on réitère la fallacieuse histoire de l’utilisation, par l’armée syrienne, des armes chimiques que réfute Carla del Ponté en affirmant que ce sont les groupes armés qui les ont utilisés contre l’armée syrienne et les civils. Même la demande syrienne d’une enquête, in-situ, de l’ONU a été capotée par les EU qui voulaient l’étendre à tous les endroits de stockage éventuels de ce genre d’armes. En dépit de toutes les preuves filmées montrant des scènes de préparation de ces armes par les groupes armés, rien n’y fait, les EU accusent l’armée syrienne en concoctant un autre plan de communication sur les armes chimiques depuis la Jordanie en le faisant coïncider avec les exercices militaires en préparation dans ce pays. La France a été chargée par le biais du journal «Le Monde» de lancer la propagande, d’en fournir les éléments de preuves, même inconsistantes, pour en faire un motif d’intervention militaire extérieure. La Russie rejette ces accusations d’utilisation d’armes chimiques par les troupes gouvernementales syriennes, mais annonce par Poutine, en conférence de presse, lors du sommet du G8 à Lough Erne (Irlande du Nord), que son pays était prêt à participer à la vérification des cas d’utilisation de ces armes en Syrie et à soumettre les résultats au Conseil de Sécurité.
 
On tente aussi de relancer le projet illégal et dangereux d’une zone d’exclusion aérienne depuis la frontière jordanienne cette fois, qui serait de 40 km, pour permettre, en fait, de recomposer les groupes anéantis, faciliter l’acheminement des armes et des ravitaillements. Ce ‘no-fly zone’, qui coûterait 50 millions de dollars/jour, sera non seulement une violation d’un pays souverain, s’il ne passe pas par le Conseil de sécurité, mais est de nature à enflammer la région, car la Syrie sera en droit de riposter à toute violation de son territoire et son espace aérien sera très risqué aux pilotes qui s’y aventureront surtout si elle dispose des redoutables missiles S300, en plus de son arsenal offensif. 
 
On relance, tambour battant, le désir d’armer les groupes avec des armes modernes comme si les armes utilisées, jusque-là, venaient du néant ! La question qui les effraye est le risque de voir ces armes se retournent contre eux une fois le problème de la Syrie réglé dans les deux cas de figure. De ce fait, classer ‘Al Nosra’ organisation terroriste était le seul moyen de faire éliminer cet encombrant groupe. L’autre crainte est de voir aussi ces armes récupérées par l’armée syrienne comme toutes celles laissées par les groupes éliminés.
 
Au même moment, au vu des difficultés à recruter, on fait organiser, en Égypte, une conférence des oulémas musulmans à leur tête Al Qaradhaoui pour, essentiellement, lancer un appel demandant aux musulmans du monde de venir faire le Djihad en Syrie contre le «régime de Bachar» ; chose qui n’a jamais été faite contre le régime sioniste d’Israël qui ne cesse depuis plus de 60 ans de spolier et d’assassiner les palestiniens. Ce projet d’armer est condamné par la Russie qui y voit une volonté de poursuivre les tueries et donc contraire au but de la Conférence qui veut instaurer la paix. La Russie réfute le pendant fait avec sa livraison d’armes défensives qui obéissent, selon elle, à des contrats légaux avec un gouvernement légitime, telles les batteries antimissiles russes S-300 qui ne peuvent pas servir à réprimer l’opposition armée.
 
Toutes ces agitations et gesticulations ne seraient pas apparues s’il n’y avait pas domination par l’armée syrienne du terrain des combats. Lorsque les groupes armés occupaient des pans entiers de territoire, imposant leurs lois en martyrisant les populations, détruisant les infrastructures économiques, sociales et culturelles, foulaient des pieds les lois internationales et la morale, l’Occident encourageait en espérant la généralisation du chaos sur toute la Syrie pour le projeter à tous les États de l’axe de la résistance avec en ligne de mire l’Iran, mais lorsque la situation s’est renversée par la reprise en main des choses par l’armée syrienne avec risque d’anéantissement de toute la stratégie tracée pour ce Moyen-Orient, le voilà exhiber les «lois internationales» pour faire condamner la Syrie de crimes de guerre non avérés ou commis par leurs hommes pour en accuser l’adversaire.
 
La Conférence dite de "Genève II" a pour but de trouver une solution politique à la crise syrienne que soutiennent de nombreux pays. S’y présenter sans éléments de pression serait absurde. D’où l’activisme de l’Occident à vouloir s'y présenter forts d'arguments leurs permettant de soutirer un maximum de dividendes. Ce qui explique qu'en même temps les Américains s’activent, parallèlement, à vouloir armer plus et mieux les «rebelles» et à instaurer une zone d'exclusion aérienne. Ce contraste ne peut que viser à éloigner l’échéance de la Conférence dans l’espoir, sans aucun doute, de gagner du temps afin de glaner des cartes de pression politique plus avantageuses, via leurs troupes. Un certain Driss Salim, du commandement de l’ASL, aurait promis de défaire les forces armées syriennes en… six mois si l’Occident lui fournit les armes nécessaires. Les Américains n’étant pas dupes, il est fort probable que leur Plan prévoit une option plus handicapante visant à éterniser la présence des terroristes à l'intérieur et autour de la Syrie en créant un foyer permanent prêt à en faire usage à tout moment et ce, à défaut de la victoire immédiate souhaitée.

côte d'ivoire,djerrad amar,genève ii: est-ce pour préparer la paix?,guerre en syrie,le grand moyen-orient

Nous avons donc, après plus de deux ans:
 
-  Une Syrie engagée dans une guerre sanglante contre une «rébellion» hétéroclite composée de milliers d’éléments étrangers soutenus militairement et financièrement par une coalition de pays impérialistes pro-sionistes, la Turquie, le Qatar et l’Arabie Saoudite appuyés par des ONG affidées et des milieux religieux musulmans sectaires.

-  Une domination de l’armée syrienne sur le terrain des combats et des groupes armés, composés de plusieurs nationalités, en débandade.

- Un camp agresseur dans une grande confusion et indécis qui veut armer, pour «équilibrer les forces» dit-il, des groupes dont il craint qu'ils se retournent contre lui tout en spéculant sur une intervention militaire directe hasardeuse.

- Une Turquie d’Erdogan qui se retrouve dans la situation de «l’arroseur-arrosé» qui n’arrive plus à finir sa mission de déstabilisation de la Syrie.  

- Une Égypte de Morsi - empêtrée dans des problèmes économiques, sociaux et institutionnels - qui se permet de suggérer sa disposition à assumer le rôle de la Turquie par des signaux en coupant toute relation avec la Syrie et en affichant son intention d’impliquer son armée. Chose que les hautes instances militaires jugent irréalisables contre tout pays «frère».

- Deux puissants ‘blocs’ qui s’affrontent pour un partage d’influence et d’intérêts. L’un croyant à la force militaire pour pouvoir étendre son hégémonie et l’autre qui veut montrer que le monde n'est plus unilatéraliste et qu’il est vain d'en nier l’évidence au risque d’un conflit généralisé.
 
Il faut être aveugle pour ne pas voir, à travers la guerre imposée à la Syrie de l’extérieur, une volonté de tailler à la hache toutes les  nations de la région pour les affaiblir, les piller, les assujettir pour des siècles de « transition démocratique ».
 

Djerrad Amar

lundi, 17 juin 2013

DEROUTE DE L'ASL ET D'EL NOSRA A AL QSEIR, CONFUSION DES CONSPIRATEURS EN SYRIE


ASL SYRIE.jpg

  

Il est bon de faire quelques points d’ordre après ce qui s’était déroulé à Al Qseir suite au fiasco des groupes armés chargés, par les occidentalo-arabo-sionistes, de déstabiliser la Syrie.

Des politiciens et stratèges soutiennent, sur ce qui se passe en Syrie, ce genre d’analyse et de raisonnement:


- Que la guerre, par procuration, à la Syrie entrait dans le cadre du projet de domination du Moyen-Orient et des pays arabo-musulmans de l’axe de la résistance à la politique impérialo-sioniste qui consistait à réduire leurs armées pour ensuite recomposer ces États en entités géographiques sans puissance et maniables à merci. Ils semblent parvenir en Irak, en Libye, en Tunisie, en Égypte et au Yémen, mais en revanche, ils paraissent échouer en Syrie considérée nœud gordien difficile à trancher.

- Que l'armée syrienne n'avait aucunement considéré Al Qseir aussi « stratégique » que ne le déclarent les agresseurs de la Syrie. Selon eux, Al Qseir était « stratégique » dans ‘leur’ vision et dans ‘leurs’ plans d’agression, car les conspirateurs avaient misé et concentré leurs efforts sur cette ville pour sa proximité avec Homs, les frontières libanaises et jordaniennes ; conditions géographiques favorables en vue d’envahir Damas. Sa chute a bien changé la nature de l’équation en la rendant complexe pour les agresseurs.

- Que l'armée syrienne était parfaitement informée des plans, objectifs et mouvements de l'ennemi dans Al Qseir et ses environs.

- Qu'il y avait des priorités et que la reprise de cette ville - objet d'observations continues et minutieuses des services de renseignements de l'armée syrienne – exigeait des tactiques, de la patience et de la pertinence pour réussir les objectifs militaires et politiques, fondamentaux.

- Qu’il fallait laisser faire croire à une importante victoire des groupes armés et n’intervenir que lorsque l'environnement politique serait favorable afin de faire admettre une défaite, franche et indiscutable, sur l’ennemi tout en réduisant le moral de ses troupes d’une part, mais aussi de briser les projets des commanditaires en anéantissant leur volonté et leurs atouts de pression politique d’autre part.

- Qu’après cette offensive ‘éclair’ sur les groupes armés engagés dans cette ville, leur défaite était tellement décisive et humiliante que même les Occidentaux impliqués l'ont reconnu telle ; alors qu’au même moment les groupes armés et leurs dirigeants, composés de wahabo-takfiriste tétanisés par la déroute, ne trouvaient plus quoi dire ou faire que de proférer des mensonges et balancer des propos contradictoires; qu’il s’agissait d’une ‘fausse’ reprise, que l'armée n'avait tué que des civils, qu’ils avaient affronté le Hezbollah en lieu et place de l'armée syrienne «défaite» selon eux, qu’ils avaient procédé à un retrait ’tactique’ et ce tout en appelant aux renforts.

- Que si ces groupes combattaient, comme ils l’attestent, le Hezbollah cela voudrait donc dire, conséquemment, qu’une poignée d’éléments du Hezbollah avaient pu défaire tous les groupes armés d’Al Qseir pourtant bien équipés par l’occident. Que leurs ‘maîtres-penseurs’ et commanditaires pourraient alors douter de leurs capacités à conquérir toute la Syrie face à toute l’armée syrienne expérimentée et bien armée qui n’a engagé, à ce stade, qu’une infime partie de ses forces.

- Que la déclaration de Nasrallah sur "l'implication" du Hezbollah était plus une tactique pour accabler et dérouter l’ennemi, car dans leur calcul l'on avait fait l’hypothèse que cette formation ne s'y compromettrait pas.

- Que le Hezbollah n'avait pas donné plus de précisions sur cette la nature de cette « implication » sûrement pour susciter les doutes et distraire d’autant qu’aucune preuve sur l’engagement des éléments du Hezbollah sur le territoire syrien n'avait été, à ce jour, prouvé (les 5 ou 6 personnes présentées aux médias, comme du Hezbollah fait prisonniers, sont des citoyens libanais vivants à Damas, des sunnites, qui avaient été kidnappés quelques jours plus tôt).

- Que l'armée syrienne n'avait aucunement besoin d'une aide, en l’occurrence celle du Hezbollah, et que la seule « aide » était de bloquer la frontière pour empêcher et éventuellement éliminer, toute fuite vers le Liban. Ce qui a été fatal puisque les groupes armés étaient pris en étau sans possibilité de se dégager ou d’être appuyé. Il ne leur restait que la mort ou la reddition. Les centaines d’éléments qui avaient ‘réussi’ à rejoindre quelques villages proches n’étaient, en fait, qu’une tactique de l’armée syrienne ayant pour but de diviser les groupes pour mieux les anéantir avec le moins de résistance et de frais.

- Que tous leurs mensonges et diversions avaient pour but de pousser à une intervention occidentale (surtout israélienne) qui reste hypothétique au vu des conditions de tous les groupes armés et l’emprise des forces syriennes sur le théâtre des combats d’une part, mais également au regard du climat politique qui se dirige, inexorablement, vers un règlement du conflit selon les modalités du camp victorieux qui semble, en plus, disposer de redoutables armes de riposte d’autre part.

- Que toute intervention d’«Israël» ne pourra que mettre dans une drôle de confusion aussi bien les pays gouvernés par des islamistes et l’opposition syrienne de la ‘coalition’ que leurs soutiens occidentaux. En effet, s’ils acclament une offensive Israélienne, ils commettront une grave faute devant l’opinion arabe; s’ils observent le silence, ils seront frappés de suspicion ; s’ils condamnent, ils renieraient leur position, maintes fois rabâchée, contre le «régime» syrien. Un dilemme infernal que les EU, bons tacticiens et calculateurs, n’oserons pas introduire au risque d’embraser la région, voire au-delà et d’anéantir toute marge de manœuvre ou espoir de solution.  La Russie, par la force de la Syrie, son obstination et sa résistance, a réussi à faire changer les règles du jeu de l’adversaire tout en maintenant les siennes intactes.

- Que la révolte qui se déroule actuellement en Turquie n’est que l’expression d’un peuple qui refuse le suivisme et l’alignement de son pays à la politique américano-sioniste à l’endroit d’un peuple voisin auquel il est lié par l’histoire et l’économie. Il aurait été difficile aux Occidentaux de faire ce qu’ils font à la Syrie si Erdogan ne s’était pas lié à leurs projets de domination.

  - Que le projet hégémonique sur les pays entourant la méditerranée, que pilotait la France de Sarkozy dans le cadre de l’UMP avec l’appui des EU, que refusait alors l’Allemagne, est en passe de se transformer – grâce à la résistance farouche de la Syrie à l’agression et l’entrée en lice de la Russie et de l’axe antagoniste à l’occident – en projet d’équilibre stratégique.

- Que le «pragmatisme», cette philosophique américaine, qui n’admet de « vrai » que ce qui fonctionne réellement en s’adaptant à la réalité et en préférant la pratique apparait justement par la réalité et la pratique de son initiateur - dans ses relations, ses attitudes et ses objectifs avec le reste du monde - une doctrine insensée quand elle est expurgée de morale et de principes.

- Que le Capitalisme tel que conçu par l’impérialisme occidental, que dirige la grande industrie de concert avec les cartels financiers, mène droit aux crises économiques mondiales et aux guerres comme issue et corollaire.

À cette étape du conflit, la Syrie se trouve dans une position militaire et politique qui lui est favorable où toute recrudescence des menaces ne lui sera que bénéfique d’autant que le Hezbollah déclare solennellement que toute agression extérieure de la Syrie sera considérée aussi agression du Liban. L’Iran voit que son implication deviendra nécessaire pour des raisons de sécurité nationale. La Russie considère que la déstabilisation de cette partie importante du monde nuirait à ses intérêts suprêmes, mais aussi aux grands équilibres du monde!

Les conséquences prévisibles dans le cas d’un conflit généralisé, à partir de cette région, seraient donc inimaginables si le discernement ne tient pas lieu et place de la cupidité.


Djerrad Amar


Selon une source officielle américaine, Washington aurait demandé aux chefs de l'ASL (Armée syrienne libre) de quitter au plus vite le sol syrien. Game over!

vendredi, 07 juin 2013

LE «WAHABO-TAKFIRISME», LA GRANDE ARNAQUE POUR ABRUTIR ET DOMINER!


WAHABISME.jpg


 
Pour contourner l’Islam qui interdit d’entrer en guerre sainte contre d’autres musulmans ou de tuer sans un motif certifié valable et autorisé, les ‘wahabites’ ont trouvé avec les ‘takfiristes’ l’alliance idéale et le moyen approprié pour combattre tous les pays musulmans qui n’entrent pas dans leur giron.
 
Le « Wahabisme » est une doctrine rigoriste en référence à Ibn Abdelwahab (1703-1792) qui est le fondateur. Elle combat tous les musulmans qui ne s’y soumettent pas en les considérant apostats. Après sa condamnation, il fuit en se fixant à Dariya où il trouve chez les ben Saoud un soutien. Ces derniers trouvent en lui et son idéologie un moyen de combattre les tribus afin de les assujettir à leur pouvoir politique et religieux. Ainsi se forma le Royaume d'Arabie Saoudite avec son système qui perdure jusqu'à nos jours.

Le « Takfirisme » est un mouvement sectaire fondé en 1971 par Moustafa Choukri. Il qualifie de mécréante la société musulmane et d’hérétiques tous les musulmans ne partageant pas leur point de vue. Leur assassinat est de ce fait licite.
 
Il n’est donc pas étonnant que ces deux idéologies similaires, violentes, se rejoignent pour faire union - en cohabitant en bonne intelligence - contre tout État musulman qui n’entre pas dans leur doxa. Les riches familles royales saoudiennes étant wahabites et alliées aux intérêts américains et sionistes, il est logique qu’elles s’accaparent ces mouvements pour en faire un instrument politique et un moyen militaire à leur service.
 
Pour l’Occident - dont les intérêts vitaux se situent principalement chez les arabo-musulmans, surtout pour ce qui est de l’énergie - il ne peut trouver meilleurs alliés, le moins couteux, pour sécuriser ses approvisionnements et maintenir son influence que les Arabes eux-mêmes. D’où leur division et leurs antagonismes qu’ils cachent derrière des organisations et ligues de façade qui se sont avérées des attrape-nigauds, des instruments dévoyant la cause, voire des moyens d’autodestruction.

Le ‘wahabo-takfirisme’ sert les intérêts occidentalo-sionistes. C’est la raison pour laquelle ils le soutiennent, l’encouragent et l’arment. Cette idéologie est un dispositif d’importance dans leur stratégie de domination.
 
Des séries de concepts, de qualificatifs et de termes ont été érigées ‘bons’ à utilisation ou ‘interdits’ d’usage afin de promouvoir ces groupes de tueurs et leurs ‘faits’ de guerre.

C’est ainsi que la majorité des médias occidentaux dits « mainstream » ont été mis au service de cette cause avec pour mission de mentir, berner, tromper, faire diversion, falsifier. Faire tout pour ne pas percevoir la réalité. Ces médias évitent d’utiliser, par exemple, à l’endroit des wahabo-takfiristes, les termes comme « terroristes », « assassins », « islamo-fascistes » ou tout autre qualificatif fort, mais qui étaient d’usage quand il s’agissait de les combattre. Ils font croire, sournoisement, que c’est pour ne pas froisser les musulmans sachant bien que ces derniers en utilisent de plus tranchants à leur égard. Il s’agit bien sûr d’une tromperie, car les décideurs occidentaux veulent cacher une stratégie consistant à instaurer le chaos dans certains États musulmans en manipulant les franges les plus ignorantes et les plus extrémistes par leurs comportements immondes et absurdes avec l’assistance, l’assentiment et la couverture religieuse de certaines monarchies arabes. Ces ‘wahabo-takfiristes’, pour l’écrasante majorité des musulmans, sont non seulement loin des préceptes de la religion islamique, mais encore loin de les représenter.

Ils utilisent, par contre des qualificatifs mesurés tels « opposants », « rebelles » , «dissidents» «groupes armés» ou « révolutionnaires », car ils sont leur création, leur moyen, leur produit, leurs ‘proxys’, leur ‘cheval de Troie’ pour dominer le monde arabo-musulman en utilisant leur religion, leurs cheikhs, leurs enfants, leur argent en maniant leurs frustrations et leurs penchants afin d’instaurer le chaos programmé.

Ces factions armées, pour la plupart affiliés à Al-Qaïda, sont organisés en brigades et groupes portant des noms en référence à l’histoire du monde musulman, surtout du temps du prophète, et ce, pour mieux tromper. Ce sont, en majorité, des mercenaires étrangers, de confession musulmane, dirigés par des cadres, sous contrat, venus en tant que «djihadistes» appuyés par une logistique militaire occidentale. Ces groupes sont armés et entrainés principalement par les États-Unis, la France, Israël, l’Arabie Saoudite et le Qatar. Ils ne deviendront ce qu’ils sont réellement, c’est-à-dire danger, qu’une fois l’objectif atteint quitte, si nécessaire, à les réduire par l’autodestruction - sans les exterminer en vue d’un usage futur - avec les mêmes moyens.  

Beaucoup de médias hostiles à cette politique occidentale décrivent, en revanche, les choses comme elles se présentent en usant de qualificatifs appropriés. L’Iran qui est un pays musulman publie, sans discontinuer, des articles très critiques aussi bien contre la politique impérialo-sioniste de l’Occident que contre les fossoyeurs de l’Islam, fussent-ils musulmans ! C’est le cas aussi de beaucoup de médias Algériens, Syriens, Tunisiens, Égyptiens, Irakiens, Libanais en particulier.

Il s’agit d’une lutte d’intérêts et de pouvoir - où le bien et le mal ainsi que la vérité et le mensonge s’affrontent – sur une échelle mondiale usant et abusant de la morale, de la religion et des lois internationales. Il se trouve qu’un camp a trouvé en la religion musulmane et certains félons musulmans influant, la tactique et le moyen, les moins coûteux, pour atteindre ses objectifs et en sortir vainqueur.
 
L’« islamisme », l’« intégrisme»  le « wahabisme»  le « takfirisme»  le « salafisme»  et autres ne sont que des schismes - d’origine politique, pour le pouvoir et les intérêts - qui n’ont rien à voir avec l’essence de la religion islamique. Chacun de ces « schismes » à son but et ses tactiques. Ils n’existeraient pas s’ils ne sont pas financés par des forces influentes intéressées et riches. Souvent des régimes ploutocratiques et népotiques qui ont trouvé en ces « combattants de Dieu », ‘bon marché’, un moyen de protéger leurs intérêts, de régler des comptes à des États ou certains régimes arabes antagoniques.  Doha (Qatar) est le Quartier général de ces « combattants ». C’est là où se négocie tout avec les commanditaires.

Il n’y a pas dans l’histoire de l’humanité une religion, une philosophie, une morale pour prôner la violence, la cruauté ou la barbarie comme vertus.
 
Le monde connait mieux maintenant ces énergumènes qui ont choisi l’aliénation, pensant faire de bons actes en conformité avec leur foi. Certains pays musulmans les ont combattus et les combattent toujours après les avoir approchés, étudiés, mis à l’épreuve.

Ce sont des sectes - dont l’idéologie est diamétralement opposée à l’Islam – composées de gens ignorants, pour leur majorité, souvent des repris de justice, des paumés, des ratés, endoctrinés et manipulés par des têtes bien pensantes. Ils baignent dans un marécage d’ignorance qui les pousse à des comportements qui sortent du cadre humain. C’est un mélange de haine, de frustration, d’hypocrisie, de méchanceté, de cupidité, de perfidies, d’ignorance qu’ils expriment sous couvert d’une religiosité très mal assimilée. Quelle religion, philosophie, morale dans l’histoire de l’humanité permet, « au nom de Dieu », l’égorgement, la décapitation ou l’éviscération de celui qui ne partage pas vos idées ; rend licite et recommandé « par Dieu », le viol et le vol ; autorise cette folie qu’ils viennent d’inventer, qui est le « Djihad sexuel » où ils demandent aux femmes et aux filles de faire « l’effort » de se ‘‘donner’’ à ceux qu’ils élisent « djihadistes » (combattants pour une cause juste et licite au nom de Dieu). N’est-ce pas de l'aliénation ? À Raqa en Syrie un groupe de salafo -wahabistes ont kidnappé une fille de 5 ans pour faire "chanter" son père. Elle a été violée jusqu’à mort s’en suive. Sur la pancarte laissée, il est marqué «Dieu a voulu qu’elle soit sa martyre en procurant du plaisir à ses moudjahidines».


C’est dit et acté sur les médias des monarques par des Cheikhs de service qui ne cessent de lancer des « fatwas » folles, que la sagesse n’arrivera pas à saisir.
                                                          
Nous avons vu et entendu un pseudo cheikh répondre, à une question, que l’Islam, « autorise si c’est de bonne foi » (c’est vraiment éprouvant de devoir le rapporter) de se faire sodomiser pour faciliter l’introduction des explosifs dans le but d’un attentat-suicide (?!)


Et cette ‘fatwa’ de schizophrène qui recommande, à votre collègue de vous laisser téter son sein « cinq fois » afin « de nouer une relation de sein »! Une récente ‘fatwa’ interdit aux femmes de toucher certains fruits et légumes qui ressemblent au sexe masculin… Que dire de cet « éminent » cheikh qui ‘ordonne’ de tuer tous ceux qui soutiennent le « régime de Bachar », qu’ils soient militaires, civils, intellectuels, hommes, femmes, hommes de religion et que s’il y a erreur, «Dieu reconnaitra les siens». Ce même Karadhaoui vient d’en rajouter, dans son récent sermon du vendredi prononcé Doha, en s’en prenant aux Alaouites, au Hezbollah, à l’Iran et aux Russes ainsi « les alaouites sont plus impies que les chrétiens et les juifs », « le Hezbollah, la Russie et l’Iran sont des ennemis de dieu », « tous les musulmans doivent se diriger vers Al Qseir pour combattre le Hezbollah » (alkhabar press). Ajoutons les inepties de ce Abdelmalek Ramdani, cheikh d’Arabie Saoudite, qui interdit l’émeute et la révolte en déclarant que « tant que le dirigeant de la nation est un musulman, vous devez obéir et écouter et que s’il est non désiré, un musulman peut seulement prier et faire preuve de patience » ; mais elle ne s’applique qu’aux… monarchies. Oublions cet autre « avis » pervers de l’imam marocain Zamzami qui permet la nécrophilie à condition que le cadavre soit celui de l’épouse, mais « quelques heures » seulement après son décès. Il ajoute, après le tollé soulevé, que c’est « en référence au Coran qui dit que le mari et sa femme restent unis. [mais] un homme normalement constitué ne penserait pas à une chose pareille après la mort de sa femme » (lavieeco). À rire ou à pleurer ? Nous pouvons citer des centaines d’exemples aussi démentiels. Que des stupidités et des folies pour endormir et abrutir leurs peuples ! Que des « fatwas » qui n’expriment que des instincts bas, de la frustration, de la revanche, de la cupidité de ceux qui les ont émises ou commandées. Un dernier exemple sur leur façon de voir les choses. S’ils sont en prisons et qu’ils bénéficient d’une « grâce », après plusieurs années passées, ils interpréteront cette « grâce » ou ce « pardon » comme un signe de ‘récompense’ de Dieu pour l’acte qui les a conduits en prison. C’est donc un signal qu’ils sont dans le « vrai » et qu’ils doivent persévérer pour refaire plus et mieux !
                              
Ni l’Arabie saoudite, ni le Qatar ni d’autres ne représentent l’Islam ou les musulmans. Ils sont d’ailleurs considérés, par la majorité des musulmans, comme les fossoyeurs de l’Islam. Les ‘‘spécialistes’’ musulmans du verbiage vaseux, de l’endoctrinement et les manipulateurs occidentaux, qui partagent les mêmes intérêts, savent bien qui viser, à quel moment, par qui, dans quel but et comment!  Ces «Printemps arabes», prêchant la « démocratie », la « liberté » et les « droits de l’homme », qui ne visent que les ‘‘Républiques’’, mais jamais les ‘‘Monarchies’’, ne peuvent-ils pas réveiller toutes ces consciences dupées?

Des monarchies rétrogrades moyenâgeuses n’ayant ni vote, ni parlement, ni lois sociales qui veulent imposer aux républiques ce qu’elles ne peuvent jamais avoir chez elles ? Des monarchies qui veulent instaurer le chaos, puis instaurer le régime adéquat « l’Émirat » ou le « Khalifa », pour ne pas être contaminé par l’esprit « républicain ». Voilà le comble ! Voilà le but. Voilà ce qui arrange la politique impérialo-sioniste qui consiste à affaiblir par le désordre pour mieux dominer ! Ne pas comprendre cela est de l’aliénation, de la déchéance morale.
 
Là où passent les wahabo-takfiristes, ils ne laissent que désolation, mort et destruction contre toutes les confessions et au sein même de leur propre religion.
 
Terminons par cette citation du psychologue David Nazariyan (rapporté par IRIB) « Les terroristes salafistes … utilisent en effet la violence non pas à titre d'une réaction, mais en tant qu'un outil de guerre... ce qui relève de la pathologie. Les psychopathes sont incapables de compatir aux douleurs des autres, incapables de discerner leurs vrais besoins; à leurs yeux la violence est un outil de pouvoir, un outil qui les aide à parvenir à leurs objectifs. Un délinquant réagit à son environnement souvent incompréhensif par un acte violent puisqu'il se sent victime de cet environnement (victime de la pauvreté, de la précarité, de l'injustice sociale...) Mais un psychopathe takfiri opère par la volonté de domination et de puissance, la violence est une arme pour lui ».
 
Quelle science faudra-t-il inventer pour ces symptômes ? La psychiatrie ou la psychanalyse, qu’ils renient, n’a aucun effet sur eux.
 

Djerrad Amar

mardi, 25 octobre 2011

KADHAFI MORT, PLACE AU CHAOS, A LA VENGEANCE ET A LA RESISTANCE!


MOUAMMAR KADHAFI 15.jpg

On résiste à une injustice, à une offense, à une agression. Cela est valable pour un individu ou pour un peuple. Kadhafi incarnait la résistance d'un peuple. Sa mort, son martyr était attendu. « La victoire ou la mort » disait Omar El Mokhtar » ; slogan repris à répétition par les résistants. « Ils disent que j'ai fui...moi je meurs ici l'arme  à la main » ne cessait de lancer Kadhafi.

C'est parce qu'il devient le symbole de la résistance que les « choses » sérieuses vont commencer. Le peuple libyen va s'apercevoir de la grande différence, de la valeur de son guide, des enjeux qui se font sur son dos et à son détriment. Ajouter que la population qui a souffert des bombardements, avec ses  dizaines de milliers de morts, il ne reste aux libyens que la vengeance enfouie encore dans l'esprit propres à la culture bédouine. L'Otan et le CNT n'espéreront jamais son ralliement car, ils leur ont apporté la mort. Bien au contraire, la haine et la vengeance vont décupler. Ils ne les laisseront jamais tranquille durant tout le restant de leur vie.

Selon nos informations, les 'brigades pour la vengeance' constituées il y a quelques mois - dont nous avions fait états sur ce blog et avions dit que leur mission était d'éliminer tous ceux (y compris leur famille) qui sont à l'origine des tueries et du chaos en Libye - sont activées pour exécuter leur mission en Libye et en Europe. Ils ne se qualifient pas de « Kamikazes » mais de « moudjahidines » au sens religieux qui impose de se défendre par tous les moyens contre un ennemi, fut-il son coreligionnaire, qui viol son pays, sa maison, tue son peuple, vol ses biens. Pour l'Islam c'est un martyr, un acte digne de haute valeur.

Les agresseurs de la coalition doivent savoir qu'ils ont ouvert en Libye la « boite à Pandore » de la vengeance que ne peuvent arrêter que les 'Grand Sages' religieux reconnus de Libye et ce,  sur concertation entre eux d'une part  et entre-eux et les familles des victimes d'autres part en plus des excuses et dommages solennels des  offenseurs sinon seul Dieu peut arrêter ce processus ! Les membres du CNT et leurs « rats » libyens connaissent parfaitement ce principe de vengeance, qu'ils portent aussi, puisque la majorité d'entre-eux se sont engagés dans cette « révolution  du 18 février»- en exhibant le drapeau de la royauté - par vengeance, 42 ans plus tard, contre Kadhafi qui avait aboli le système sur lequel profitaient leurs parents. Ces « rats » sont leurs enfants et leurs petits-enfants. La grande différence c'est que dans la révolution de 1969 il n'y a pas eu ce sang d'un peuple versé avec la complicité active de leurs propres citoyens. Le peuple libyen, le CNT et leurs familles, les agresseurs extérieurs et leurs familles, sont dans une situation d'une extrême gravité, dans un engrenage infernal. Beaucoup seront traqués toute leur vie.

Lorsque la propagande dit, par soulagement hypocrite, que la Libye « entre dans une ère nouvelle », il s'agit en fait d'une ère de grande instabilité, de terreur qui touchera toute la méditerranée voire plus !  Le CNT ne pourra jamais former un gouvernement au vu de ce qui se passe et de la configuration de la société libyenne. « Rien ne sera comme avant en Libye, il n'y a que les naïfs qui osent encore croire un retour en arrière, le vert a cédé la place au rouge sang. Les Libyens vivront dans le cauchemar pendant longtemps » dit un commentateur sur un blog. Ce sera une guerre sans merci. L'Otan ne tiendra pas longtemps. Ce temps qui joue contre elle à cause de la crise (donc finances) et les élections. Ce temps d'en finir avec Kadhafi est arrivé ! Et Alors ? Nous verrons bien ! Et bien bien !

Va-t-elle laisser ce CNT se « débrouiller » ? Impossible car les choses se retourneront très vite d'autant que ce « nouveau pouvoir » non élu, n'a ni institutions, ni lois, ni armée. Les divergences de ses membres sont telles qu'ils vont s'entretuer. La mort de Kadhafi va accentuer leurs divergences, leur cupidité et précipiter leur disparition. Ils le savent.  Leurs « insurgés » ne font pas partie d'une armée régulière et donc non stable voire volatile; ce sont soit des volontaires soit des gens forcés qui n'ont, de plus, aucune expérience. L'écrasante majorité s'est engagée, par vengeance, par opportunisme, par cupidité ou par abrutissement; ce qui ne dure pas. Par contre, ceux qui soutiennent le pouvoir légal,  ne font que se défendre ; c'est la guerre qui est venue vers eux. Ils ont donc toute la légitimité (morale et religieuse) de combattre dans l'honneur et la dignité. Ou bien va- t-elle continuer à bombarder jusqu'à tout détruire et tuer jusqu'au génocide d'un peuple comme elle vient de le commettre sur Syrte. Nous verrons bien ! Et bien bien !

Kadhafi et certains de ses fils sont partis, « rappelés à Dieu » comme disent les musulmans. Il les a engagé dans ce combat avec honnêteté jusqu'au martyr contrairement aux renégats du CNT qui ont mis les leurs à l'abri, en Europe, pendant qu'ils se servent des enfants des autres, comme chair à canon, pour confisquer le pouvoir. Cette différence est non seulement très significative mais décisive dans le choix d'un camp.

Réitérons ce que nous avons lancé dans notre dernier article intitulé «L'impossible victoire des gueux du CNT » :

« Nos amis et frères Libyens doivent savoir que la lutte sera âpre, douloureuse, destructrice  mais l'issue est certaine car, leur sacrifice vient d'un combat juste pour l'honneur et la dignité contre des forces du mal sans principes et sans vertu. La disparition d'un dirigeant même charismatique n'a jamais mis un terme à la volonté de libérer son pays de l'oppression ou d'une colonisation. »


Djerrad Amar

mercredi, 19 octobre 2011

LIBYE - L'IMPOSSIBLE VICTOIRE DES GUEUX DU CNT


CNT - MOUSTAFA ABDELDJEIL.jpg

Ratée pour l'Otan et surtout pour Sarkozy, qui a mis la France du général de Gaulle dans une situation désastreuse. Celle qui ne sera pas prête de se ressaisir avant plusieurs années, quel que soit le parti au pouvoir. Ratée parce qu'il croyait sans doute avoir trouvé l'argument de s'en tirer à bon compte, par une sortie honorable de ce guêpier, lorsque le CNT adoubé par l'occident annoncerait, même mensongèrement, « la libération de Syrte » - considérée ville symbole qui confirmerait la déchéance de Kadhafi est donc signifierait la fin d'un pouvoir. La seule issue, qu'il cherche mordicus, qui doit lui permettre d'annoncer la « fin de mission » par la victoire d'une « libération du dernier fief de Kadhafi » pour s'en sortir, semble lui échapper et s'éloigner avec les coups de boutoirs d'une résistance organisée et disciplinée qui maîtrise le terrain et fortement motivée au regard de ses actes de bravoure et des pertes énormes qu'elle inflige aux renégats, cette chair à canon libyenne bon marché, aux mercenaires engagés et surtout des terrains repris aux usurpateurs.

Il est malheureusement soutenu par presque toute la classe politique française; peut-être aveuglément par incrédulité ou par tactique, mais le résultat est le même quand il s'agit d'une guerre injuste contre un pays en paix qui n'a absolument rien fait de condamnable qui permet de justifier une telle agression et destruction. Quand on observe l'activisme de ce myrmidon dans cette aventure dans laquelle il s'est volontairement mis, en entraînant l'Europe, et les manipulations de ce sinistre entremetteur chargé de faire  sous-traiter par la France cette « opération Libye », ce « philosophe » du mal,  on comprend dès lors que des maîtres autrement plus rusés ont  à dessein choisi cette France historique et des valeurs pour bien distraire et abuser le monde afin de servir leurs intérêts. En conséquence, le voilà qui se retrouve, dans un cul de sac, embourbé dans la gadoue sans autres possibilités que l'enlisement face à une farouche résistance ou le retrait sans gloire et dans le déshonneur !

Parions que si ce CNT déclare, demain, que la Libye est  « entièrement sous contrôle » cet énergumène saisira  au vol cette occasion, pour se retirer au plus vite pour déclarer à son tour au monde que  «  notre mission est terminée » quitte à imputer - s'il y a retournement de situation, ce qui est certain - la faute à ses marionnettes du CNT en leur faisant assumer toutes les conséquences. L'argument qu'il souhaitait part en fumée car, l'injustice se paie toujours et le mal n'a jamais été une vertu. La situation actuelle en Libye confine à l'anarchie, entre les ambitions de tribus rivales, un Conseil de transition abandonné et sans pouvoir, un gouvernement fantôme, des groupes d'insurgés sans but ni conviction voire sans réel chef... C'est donc bien le chaos que l'Otan a instauré dans un pays considéré, il y a seulement 8 mois, comme  le plus équilibré socialement et économiquement!

Le CNT a dû comprendre sa position de faiblesse et ce jeu malsain, c'est sûrement la raison pour laquelle il tergiverse en mettant l'Otan, en permanence, dans l'attente et l'espoir tout en réclamant encore plus de moyens et plus de frappes pour éviter la résignation en ces moments d'incertitudes et de grands doutes. Mais ce  jeu de « je te tiens, tu me tiens...» - qui  a ses limites que sont le temps, l'argent et l'opinion - cache en fait une déroute  que l'on essaye de dissimuler par la propagande subversive tout azimut, le mensonge, la tromperie et surtout le verrouillage sans précédent des médias pour cacher la vérité. Cette vérité qui est la falsification, l'escroquerie, le génocide de Syrte en particulier où une population est pilonnée jour et nuit dans une ville en ruines, le vol, la rapine et les viols, mais aussi l'importance de leurs morts.

REBELLES DU CNT.jpg

Comme l'humanité ne peut évoluer que sur le bien, le monde sait maintenant qu'il a affaire, en ce qui concerne la Libye, à des rebelles non authentiques, une racaille d'abrutis que dirigent un ramassis hétéroclite d'ex-ministres congédiés pour corruption par Kadhafi, d'islamistes d'Al-Qaïda, de prisonniers relâchés et de voyous qu'encadrent des commandos et des ''conseillers'' de l'« intelligence service » américains, anglais et français soutenus financièrement et matériellement par le Qatar et les Émirats arabes, deux États feudataires au service de l'Empire. Le monde sait aussi que l'Otan tue intentionnellement les populations civiles, sans distinction, par vengeance pour leur soutien au Guide ; que le temps a bien montré que les « énormes pertes civiles infligées par l'impitoyable Kadhafi à son peuple » n'était que tromperie, pour justifier une agression afin d'installer un pouvoir-lige comme du temps du roi Senoussi, concoctée dans les 'labos' américains, londoniens et parisiens en collaboration avec des traîtres libyens. Il est clair aussi que les « révoltes » surtout de Libye, de Syrie et d'autres non réussies ou en préparation  ne sont et ne seront que des complots des forces occidentales que dominent les USA, l'Angleterre et la France, derrière les révolutions de «couleur», sous l'égide de la NED/CIA, le MI6 et le Mossad dans le but de créer le chaos selon le modèle irakien suivant les doctrines israélo-étasuniennes sur l'art d'instaurer le «chaos constructif».

Dans cet océan de menteries, de duperies et de subversion se détache, par surprise, de façon solennelle, une « fausse note » - qui dame le pion à la doxa ambiante et dominante - celle de Le Pen que l'on nous a fait croire sulfureux, des  décennies durant, et comme l'homme par qui passent tous les malheurs. Le voilà saluant les « combattants de Syrte qui résistent contre le monde entier », en Libye. « Je tire mon chapeau, je le dis carrément, aux combattants de Syrte qui donnent un exemple de courage et de détermination », lance-t-il avant de juger également que le gouvernement syrien était « légitimé dans sa lutte contre les bandes armées ». Qui l'eut cru ? Le Pen devient, en effet, comme le juge notre ami 'Kataliseur' « le dernier gramme d'honneur de la France sauvée, in extremis, dans sa chute dans les abîmes, par celui que nous attendions le moins ! ».

Conseillons que chaque Libyen se doit, par devoir, de participer à la lutte pour sauver son pays de la prédation et lui rendre sa liberté car, la victoire est la sienne. Son sacrifice est un acte suprême et sa mort, selon l'Islam, un grand honneur. Le Guide en est un parfait exemple de l'honnêteté et de l'honneur. Il a bien engagé ses propres enfants dans le combat contrairement aux renégats du CNT qui ont mis les leurs à l'abri, en Europe, pendant qu'ils se servent des enfants des autres, comme chair à canon, pour confisquer le pouvoir. En somme « prête-moi ton fils pour mourir à la place du mien » aiment répondre narquoisement les  Algériens à ceux qui les incitent à se révolter contre l'ordre établi.

Nos amis et frères Libyens doivent savoir que la lutte sera âpre, douloureuse, destructrice  mais l'issue est certaine car, leur sacrifice vient d'un combat juste pour l'honneur et la dignité contre des forces du mal sans principes et sans vertu. La disparition d'un dirigeant même charismatique n'a jamais mis un terme à la volonté de libérer son pays de l'oppression ou d'une colonisation.

A une question d' « Atlantico » sur la nécessité de diriger « d'une main de fer » les pays fondés sur un amas de peuplades ou sur des bases tribales souvent hostiles les unes aux autres, Gérard de Villiers qui a visité la Libye répond « Mais bien sûr, il n'y a pas d'autre moyen. Sinon, regardez l'exemple de la Yougoslavie... Son unité ne tenait qu'à la force et la personnalité de Tito. En Libye, ils n'ont personne actuellement pour fédérer et contrôler les groupes. Ils n'ont pas un de Gaulle, tel que la France l'a eu en 1945... Kadhafi agrégeait des groupes qui ne se sont jamais supportés. »

 

DJERRAD Amar.