topblog Ivoire blogs

mardi, 07 août 2012

FETE NATIONALE - MESSAGE A LA NATION: OUATTARA EST DECONNECTE

 côte d'ivoire,message à la nation,ouattara est déconnecté,alassane dramane ouattara,fête de l'indépendance,fête nationale de la côte d'ivoire,attaques des camps militaires en côte d'ivoire,steve beko,le blog de steve beko


Dans la nuit du 6 Août 2012, des mutins réussissent à s’emparer pendant un moment de l’un des camps militaires les plus importants du pays. Ils font plusieurs morts dans les rangs de l’armée avant d’emporter avec eux tout le contenu de la poudrière. Quelques jours auparavant, plusieurs membres de la grande muette avaient perdu la vie lors de l’attaque du commissariat de 17ème Arrondissement, à Yopougon et d’une position des FRCI dans le même quartier, portant à environ 11 le nombre de morts en l’espace de quelques jours.

Une peur panique s’empare de la population qui redoute le retour de la violence dans le pays. Heureusement, compte tenu de la fête de l’indépendance, le message du "chef" tombe à pic. Le chef de l’Etat est à la fois Ministre de la défense, alors l’on espère non seulement comprendre mais aussi et surtout entendre des paroles qui rassurent.

Dramane est venu, il a parlé, il s’est planté. Dans son esprit, c’est comme si les événements de ces derniers jours n’avaient pas existé. Aucun mot à l’endroit des familles des soldats surpris par la mort la même nuit, aucune explication à la population de ce qui se passe, rien, black out total. Dans les coulisses, il se raconte que le message avait été pré-enregistré depuis quelques jours, mais un chef soucieux de rassurer son peuple l’aurait repris. Dramane est venu raconter ses rêves aux ivoiriens là où ceux-ci, en plus de la vie chère, font face à une recrudescence de l’insécurité.

Là où le président Laurent Gbagbo savait trouver le mot pour redonner espoir et courage à son peuple et aux soldats de la République, Ouattara nous confirme qu’il a préparé sa prise du pouvoir et non sa gestion de la chose étatique.

Les FRCI commencent certainement à comprendre combien est grande l’estime que le "chef" leur voue.


SourceLe blog de Steve Beko