topblog Ivoire blogs

lundi, 01 juillet 2013

MAMADOU BEN SOUMAHORO: «PHILIPPE MANGOU, TAIS-TOI ET MANGE!»

 

PHILIPPE MANGOU.jpg


Une Philippique de l’Honorable Mamadou Ben Soumahoro adressée au Général Mangou.

 

J’ai longtemps hésité avant d’écrire ces quelques lignes qui ont pour ambition de calmer la plaie qui s’est ouverte en mon être, traumatisme  profond causé par un choc aussi réel que la blessure elle-même est censée être virtuelle. Car en fait, une blessure provoquée par une déception est d’autant plus difficile à guérir. Quand on a été ainsi trompé dans son attente et dans son espérance, le retour sur ses sentiments premiers  que l’on croyait définitifs est très pénible et dans le cas qui va nous occuper, véritablement déchirant. Personne au monde n’aurait pu me convaincre que le Général de Corps d’Armée Philippe Mangou aurait pu jeter le manche avant la cognée et s’enfuir dans une Ambassade étrangère à deux pas de la Résidence de son plus grand protecteur  et Chef Suprême Laurent Gbagbo, au moment précis où le Chef de l’Etat était en droit d’attendre de son Chef d’Etat Major Général des Armées ce qui pouvait constituer comme un retour sur investissement sur la personne de ce « brillant officier » qu’il avait nommé dans un incroyable élan de réalisme,  sur la base de ce que ses hommes l’avaient démocratiquement choisi sur la ligne de front des actions militaires de l’opération Dignité. Soulagé et content d’avoir trouvé sa perle rare, le Président Laurent Gbagbo  qui a constamment et en toutes circonstances la construction de la nouvelle Côte d’Ivoire en tête, avait dit ce soir là : « Il y a dans cette armée des garçons dont la Côte d’Ivoire  a de quoi être fière ». Dans ce cas précis, il se trompait et nous aussi, parce que nous avions approuvé son jugement et même applaudi. L’attitude du Président Laurent Gbagbo vis-à-vis de Philippe Mangou n’a jamais changé.

GBAGBO ET MANGOU. DEFILE MILITAIRE.jpg

Il était Lieutenant-colonel. Il est ensuite devenu Colonel, Colonel-Major, Général de Brigade, Général de division, Général d’Armée, Général de Corps d’Armée. Les « étoiles » ont voltigé sur ses épaules à la vitesse d’un bolide de Formule 1. On sentait bien que le Président Laurent Gbagbo voulait lui donner ici et maintenant tous les instruments de son autorité et de son commandement, en brûlant la politesse à de nombreux autres officiers probablement frustrés. Mais chacun sait qu’on ne fait pas d’omelettes sans casser des œufs. Comment faire autrement. Toutes les apparences plaidaient en faveur de Philippe Mangou : l’officier était bien fait de sa personne, et nul ne pouvait présumer qu’il était bête. Visiblement, il avait déjà réussi à se faire aimer de ses hommes du rang.  Il impressionnait les civils par son allure martiale et par la qualité de son discours. De surcroît, Philippe Mangou était fils de Pasteur et profondément croyant lui-même. C’est du moins ce qu’il laissait croire. Je n’ai pas d’éléments pouvant me permettre de mesurer le désappointement du Président Laurent Gbagbo mais en ce qui me concerne, je puis vous dire que le jour de la trahison du Général Philippe Mangou, j’ai eu le sentiment que la terre se dérobait sous mes pieds. Pour plusieurs raisons :

1 - Philippe Mangou n’a pas trahi le Président Laurent Gbagbo par cupidité ou par cynisme. Pour l’argent je puis témoigner qu’il n’avait aucune raison de se plaindre du Président. Et je peux affirmer maintenant qu’il n’était pas assez intelligent pour être cynique. Le Général Philippe Mangou a tout simplement trahi par impéritie, par incapacité à assumer ses charges ; il était inapte au commandement. Il n’avait rien compris à la mission que lui imposait ses « étoiles ». Des soldats de ses différentes garnisons ont dit de lui qu’il était un lâche et un fuyard  dans une lettre qui avait les relents d’un brûlot. Ils avaient probablement leurs raisons mais en fait, ils sont passés à côté du vrai caractère de leur chef.  En réalité Mangou philippe n’a pas eu le temps d’apprendre, de comprendre ce qu’est la fonction véritable d’un Général Chef d’Etat Major. Le Président de la République Chef Suprême des Armées, les Officiers Généraux, les Officiers Supérieurs, le Sous-Officiers, les Hommes de Troupes, le peuple, oui le peuple ; où Mangou Philippe a-t-il laissé tout ce monde, toutes ces familles dont les vies dépendaient de ses ordres. En fait, le Généralissime Mangou Philippe n’était qu’un « petit frimeur » fasciné par son propre uniforme  auquel il n’accordait qu’un pouvoir et une fonction dérisoires de séduction sur « les jeunes filles du Concours Miss District d’Abidjan ».

PHILIPPE MANGOU. DISCOURS AUX JEUNES PATRIOTES.jpg

Il me faut remercier les FDS auteurs de la lettre adressée au Général fuyard pour avoir su expliquer preuves à l’appui à leur ancien chef  le sens du mot trahison dont il a oublié la signification depuis qu’il s’est improvisé diplomate (à la gomme) au Gabon.

PHILIPPE MANGOU. LETTRE D'ACCREDITATION.gif

 En même temps que l’ordonnance de Alassane Dramane Ouattara,  notre homme a  sûrement été frappé d’illettrisme aigu.  Si c’était un poste d’Ambassadeur qu’il convoitait, il lui suffisait de le dire, Seigneur Dieu ! Et l’enfant de Mama le lui aurait donné ! Vous avez absolument raison chers enfants des FDS : la promotion vertigineuse de Philippe Mangou a été un véritable gâchis pour tout le monde.

2 – J’ai noté que le Général Philippe Mangou accordait à Alassane Dramane Ouattara des qualités de Chanoine : « Ouattara m’a nommé Ambassadeur, c’est la preuve qu’il est bon… »

OUATTARA, BONGO ET MANGOU.jpg

 La nouvelle Côte d’Ivoire du RDR vient d’inventer une nouvelle notion dans la gestion administrative : la bonté, la magnanimité, au détriment du mérite et de l’efficacité. En plus, voici un homme, Alassane Dramane Ouattara dont l’ambition démesurée l’a emmené à introduire avec fracas dans notre pays une idéologie mortifère et des actes de barbarie médiévale pour le simple plaisir de nommer ses complices à des postes de hautes responsabilités par « bonté » et il se trouve des hommes assez stupides du type Mangou Philippe pour lui attribuer des satisfécits  dithyrambiques. Décidément, quand on regarde aujourd’hui Philippe Mangou, on est en droit de se dire que : « la bêtise humaine est la seule chose qui donne une idée de l’infini »

3 - Oui, la bêtise humaine, parce que Philippe Mangou sait pertinemment que Alassane Dramane Ouattara n’est pas bon. Il le sait parce qu’il a été lui-même victime d’un ordre du même Ouattara  qui l’a fait jeter en prison après le coup d’Etat dont la paternité a été attribuée injustement au Général Robert Guéi en décembre 1999.

OUATTARA ET MANGOU.jpg

 Pendant qu’il purgeait une peine non définie à la MAMA (Maison d’Arrêt Militaire d’Abidjan) comme une trentaine d’officiers des FANCI, Ouattara le véritable commanditaire du Putsch, ordonnait en même temps l’expulsion de sa femme et de ses enfants du logement qui lui avait été attribué en tant que Commandant de la base Militaire d’Akouédo.  Sous mes yeux, une escouade de gendarmes était venue à la MAMA en pleine nuit chercher Philippe Mangou pour qu’il déménage sa famille sans ses meubles. Le nouveau bénéficiaire lorgnait depuis longtemps ses fauteuils et ses équipements électroménagers.  Il ne peut pas dire aujourd’hui qu’il a oublié cet acte  ignominieux et humiliant de Ouattara posé à son encontre,  puisqu’il s’est immédiatement exécuté. Et sa famille s’est retrouvée sous la pluie ce soir là. Si c’est cela un homme bon, c’est que les mots n’ont plus de sens en Français. Ha ! Oui, j’ai oublié dans ma précipitation de vous dire que j’étais détenu dans la même prison (MAMA) au Camp Gallieni sur l’ordre du même Alassane Dramane Ouattara en Décembre 1999. C’est dans l’horrible chaleur de cette Maison d’Arrêt de Forteresse des officiers Ivoiriens que j’ai rencontré Philippe Mangou pour la première fois.  Pourquoi un civil était-il détenu dans une prison militaire ? S’il vous plaît ne vous posez pas trop de questions. Il y a longtemps qu’il m’arrive des choses bizarres dans ce pays ! Non seulement Mangou Philippe sait que Ouattara n’est pas bon, mais il sait aussi que ce personnage boursouflé de suffisance injustifiée se prend pour Dieu. Et c’est là que le militaire médiocre qu’il est doit se rapprocher d’une théorie vieille comme le monde  pour retrouver le caractère authentique de son nouveau Mentor : « Si tu tues un homme, tu es un assassin. Si tu tues un million d’hommes, tu es un conquérant, si tu les tues tous tu es un Dieu. »

4 – Je me suis laissé dire que madame Fatou Bensouda gardait dans sa manche le Général Philippe Mangou pour témoigner contre le Président Laurent Gbagbo à la CPI. Le manque de crédibilité du Général d’opérette devrait la faire frémir de dégoût, s’il lui reste encore un peu de bon sens. Voici donc un homme, Général de son Etat, a qui a été confiée la défense et la sécurité de tout un peuple agressé par une horde de Rebelles et de Dozos aux méthodes barbares d’un autre âge, qui ne trouve rien d’autre à faire que de fuir carrément aux dires de ses propres soldats, sans laisser d’ordres ni  de remplaçant, pour aller se blottir dans le confort douillet d’une Ambassade. Quelle est cette justice qui ne comprend pas que dès lors, la chaîne du commandement a été rompue et que le Président de la République ne pouvait pas avoir donné l’ordre de tuer. En l’occurrence, Philippe Mangou n’était pas le seul à avoir pris le chemin des Ambassades ou de l’Hôtel du Golf. La liste des généraux couards, pleutres et dépourvus d’honneur est longue et ne mérite aucune attention ni aucun respect. De surcroit, si nous lisons les mêmes journaux, Madame Fatoumata Bensouda doit avoir déjà mesuré la valeur de la récompense attribuée à ses témoins clés. Une Ambassade vaut bien une messe : Libreville… Dakar… ! Quelle injure à l’intelligence des Ivoiriens !

OUATTARA ET LES FDS DISSIDENTS.JPG

Kassaraté Tiapé, Détoh Létho, Brindou M’Bia, Touvoly Bi Zogbo, Yao Yao Jules…, c’est quoi ça?!  


Mamadou Ben Soumahoro

Le 29 juin 2013.


Source: Le blog de Claudus

mercredi, 08 août 2012

COTE D'IVOIRE: SUR LA PISTE DES ASSAILLANTS DE LA CASERNE D'AKOUEDO


côte d'ivoire,sur la piste des assaillants de la caserne d'akouédo,jeune afrique,baudelaire mieu,attaque du camp d'akouédo,frci,fds,ex-fds,insécurité en côte d'ivoire,alassane ouattara,hamed bakayoko,paul koffi koffi

Patrouille de soldats des Forces républicaines (FRCI) à Bingerville, près d’Abidjan, le 6 août © Issouf sanogo/AFP

 

Qui sont les assaillants de la caserne d'Akouédo, une attaque qui a fait sept morts dans la nuit de dimanche à lundi ? Miliciens pro-Gbagbo ou supplétifs des FRCI, mécontents de leur sort ? Comment ont-ils disparu sans laisser aucune trace ? Éléménts de réponse.

Quelque 24 heures après l’attaque contre la caserne militaire du premier régiment d’infanterie d’Akouédo, près d’Abidjan, on en sait un peu sur le mode opératoire du commando puissamment armé qui a pu agir en toute impunité - et presque sans combattre - dans un quartier stratégique surveillé en permanence par les Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI, armée nationale).

Selon plusieurs sources militaires de haut rang, les assaillants étaient au nombre d’une centaine, vêtus en treillis ou en civils et circulant à bord d’une dizaine de pick-up. Ils ont fait irruption simultanément aux entrées principale et annexe de la caserne aux environs de 3 heures 30 GMT, lundi matin. Dès son entrée, le commando a abattu les cinq sentinelles en faction au poste de contrôle.

Au cours du bref échange de tirs avec les soldats, les assaillants perdent un homme mais ne se découragent pas. Ils mettent aussitôt le cap sur la poudrière du camp. Dans l’armurerie, ils récupèrent 240 fusils AK-47 non enchaînés – contrairement aux usages - et disposant de leurs percuteurs. Il était prévu de les utiliser lors du défilé militaire de la célébration du 52e anniversaire de la fête de l’indépendance, mardi 7 juillet sur l'esplanade du palais présidentiel.

"Les assaillants semblaient connaître le secteur"

« C’est curieux, les assaillants semblaient connaître le secteur. Ils n’ont pas emporté les armes plus lourdes qui étaient stockées, notamment les obus de mortiers. Ils se sont contentés des Kalachnilovs comme s’ils voulaient délivrer un message », commente une source haut placée, proche du ministère délégué à la Défense.

Après son forfait, durant lequel il n’a rencontré presque aucune opposition, le commando prend tranquillement l’axe Abidjan-Bingerville et s’évapore dans la nature. C’est seulement à 5 heures du matin que les hommes de la garde républicaine du commandant en second, Issiaka Wattara, alias « Wattao », arrivent sur le terrain. Mais les agresseurs sont déjà loin.Et le ratissage intensif de la zone ne donne rien.

Dans la matinée, plusieurs autres unités des anciens chefs de guerre de l’ex-rébellion des Forces nouvelles (FN), aujourd’hui intégrés au sein de l’armée nationale, rallient la caserne d’Akouédo. Celle-ci abrite pourtant déjà près 2 000 militaires, qui n’ont ni lancé l’alerte, ni réagi à l'assaut… Essentiellement en raison de leur manque d’équipements et de capacité opérationnelle.

« Il y a un véritable scandale d’autorité de commandement au sein des FRCI. Plus d’un an après la fin de la crise postélectorale, la caserne d’Akouédo n’est toujours pas opérationnelle et ne possède aucune section d’alerte. Pourtant c’est le foyer d’où provient, depuis plus de 10 ans, l’instabilité à Abidjan. En plus, la caserne est située à environ 25 minutes de la résidence du chef de l’État », s’indigne un proche du président Alassane Ouattara.

Lundi 6 août, à la présidence, Ouattara convoque une réunion d’urgence. Y assistent le ministre de l’Intérieur, Hamed Bakayoko, son collègue de la Défense, Paul Koffi Koffi, les généraux Gervais Kouasssi (gendarmerie), Bredou M’Bia (police), Soumaila Bakayoko (armée) et Michel Gueu (chef d’état major particulier du chef de l’État). « Le président a exprimé son mécontentement sur l’immobilisme, la porosité et la passivité des FRCI qui n’ont pas vu venir trois attaques en moins de 24 heures. Même si les autorités militaires privilégient pour le moment - sans enquête aboutie - la piste des miliciens et ex-Forces de défense et de sécurité (FDS, pro-Gbagbo), le chef de l’État a donné des instructions fermes pour colmater les brèches du système sécuritaire », indique une source proche de la présidence.

Thèse peu crédible

Un système sécuritaire qui repose essentiellement sur les 3000 à 4000 ex-rebelles membres des FRCI (qui sont sur le papier 55 000 hommes), ainsi que sur environ 40 000 dozos, chasseurs traditionnels venus du Nord, et sur quelque 110 000 supplétifs non encore démobilisés ni déssarmés. Pour les milieux diplomatiques d’Abidjan, c'est d'ailleurs de ce côté qu'il faut chercher. « L'attaque ressemble bien à une action de supplétifs FRCI qui n’ont toujours pas été pris en compte par le pouvoir. C’est une sorte de signal qu’ils donnent au gouvernement pour accélérer la réforme du système de sécurité et de l’armée (RSSA), en panne depuis plusieurs mois », affirme un diplomate européen.

Autre détail troublant : « Les assaillants ont bénéficié de complicités internes au camp, confie Paul Koffi Koffi à Jeune Afrique. Des arrestations de pensionnaires de la caserne ont été effectuées et nous poursuivons l'enquête », ajoute-t-il.

Fin juillet, des combats avaient déjà opposés des supplétifs de l’armée aux FRCI dans la commune d’Abobo, l’un des fiefs du chef de l’État à Abidjan. « Tous les supplétifs sont laissés pour compte. Aujourd’hui, seuls les éléments des Forces armées des forces nouvelles (FAFN, armée de l’ex-rébellion du Nord), ainsi que quelques éléments des ex-FDS constituent l’ossature du système de sécurité. Cela crée des frustrations », explique un militaire onusien.



Baudelaire Mieu, à Abidjan


Source: JEUNE AFRIQUE

vendredi, 13 avril 2012

DES IMAGES DES PATRIOTES CANARDES PAR L’ARMEE FRANÇAISE CHEZ GBAGBO – RESISTANTS JUSQU’AU BOUT!

 

ARMEE FRANçAISE A ABIDJAN.jpg

Entre la nuit du 31 mars, date de l’entrée des Forces nouvelles rebaptisées Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) à Abidjan et le 11 avril 2011, date de l’arrestation du président Laurent Gbagbo, sa famille et ses proches par les forces françaises, des atrocités ont été commises à la résidence présidentielle où des jeunes patriotes, partis pour défendre la République les mains nues, ont péri en grand nombre. Si l'offensive lancée contre la République dans la deuxième quinzaine du mois de mars par les forces pro-Ouattara – la coalition Forces nouvelles/FRCI appuyée d’une part par les forces françaises et onusiennes et d’autre part par des supplétifs dozos et miliciens lourdement armés – a connu une ascension fulgurante, ceux qui pensaient que la prise du palais et la reddition du président Gbagbo n’étaient qu’une question d’heure le 31 mars 2011 ont dû déchanter. Entre le 1er et le 10 avril 2011, la coalition qui allait finir par ouvrir les portes du palais à Ouattara dès le 11 avril, au prix de bombardements intenses de l’armée française sur la résidence du président Gbagbo, a dû faire face à une résistance farouche des forces loyalistes. 

 Parallèlement, et comme ce fut le cas depuis novembre 2004, lors de la quasi-guerre franco-ivoirienne, des patriotes ivoiriens ont rallié en grand nombre la résidence du président Gbagbo où ils ont, les mains nues, manifesté contre la volonté de la France d’imposer à la tête de l’Etat ivoirien, envers et contre tout, Alassane Ouattara, «l’ami personnel du président Nicolas Sarkozy». Jeunes, vieux, adolescents, hommes et femmes ont constitué un bouclier humain qui a plus ou moins retardé l’assaut final qui sera lancé finalement dans la mi-journée du 10 avril 2011. 

Une vidéo retraçant le parcours de milliers d’Ivoiriens de toutes origines, en provenance principalement de «Yopougon de Gbagbo», jusqu’en  plein cœur de Cocody, nous donne une idée du drame qui s’est joué dans cette commune transformée en champ de bataille. Cet élément filmé d’environ une heure est la propriété d’un rescapé de l’aventure dont nous avons pu recueillir le témoignage. 

La vidéo débute sur une scène de joie des populations de Yopougon sorties en grand nombre sur le boulevard Saint-André, malgré le crépitement des armes et les coups de canon plus ou moins lointains qui rappellent que la Côte d’Ivoire est en guerre. De fait, les forces de Ouattara et Soro Guillaume qui tentaient de prendre pied dans la commune venaient de subir de lourdes pertes. Les FRCI ont été contraints d’abandonner les positions qu’ils occupaient à la brigade anti émeutes (BAE), à l’entrée de la commune. «Respectez Yopougon de Gbagbo! Respectez Yopougon de Gbagbo!» ; «On a installé Gbagbo! On a installé Gbagbo! Arrêtez de faire coup d’Etat !», scandaient les populations déterminées à défendre leur patrie par tous les moyens, y compris au prix de leurs vies. Mais et surtout les mains nues. 

Mais comment arriver à la résidence du président Gbagbo? A bien y regarder, cela ressemble à un parcours du combattant. Pour rallier Cocody, raconte le rescapé, l’autoroute et la voie passant par la forêt du banco n’étaient pas conseillées. Les communes d’Adjamé et d’Attécoubé étaient aux mains des forces pro-Ouattara qui tiraient sur les populations à partir des positions stratégiques qu’elles occupaient. La seule alternative, c’était donc de converger vers Abobodoumé afin d’y emprunter les bateaux-bus à destination de la commune du Plateau encore aux mains des FDS.

Sur le chemin des patriotes, que d’embûches! Premier obstacle, en plein Yopougon, au niveau du marché de la Sicogi. Des assaillants planqués en ce lieu n’hésitent pas à tirer sur les manifestants. Au niveau du collège William Ponty, un patriote est atteint d’une balle en pleine cuisse. Il est secouru par d’autres jeunes qui le transportent au CHU pour y recevoir des soins, à bord d’un pousse-pousse. Les jeunes qui refusent de se laisser ainsi intimider mettent le feu au marché afin de se frayer un chemin. 

 

 
La foule est immense au niveau du boulevard Saint-André, quand l’appel invitant les jeunes à sortir pour aller faire front à la résidence du président Gbagbo passe en boucle sur les antennes de la RTI, qui émettait de nouveau après les combats intenses de la nuit du 28 mars 2011. Toute la population de Yopougon est en ébullition. Un commandant des Fds mobilise les jeunes, les rassurant que les assauts des assaillants lourdement armés avaient été contenus. Surtout, insistait-il, la BAE n’était plus aux mains des forces de Ouattara qui s’y étaient installées. Pour galvaniser les troupes, les leaders entonnent des chants patriotiques et religieux. Après quoi,  tout le monde peut prendre la route. 

De Yopougon à la résidence : un parcours périlleux

«De la Sicogi, nous avons convergé vers Abobodoumé, commune d’Attécoubé, où nous avons emprunté le bateau-bus pour rallier le Plateau. Au niveau de l’ambassade de France, on aperçoit des snipers français lourdement armés, dont certains étaient accrochés à leurs talkies walkies, donnant les positions des patriotes à leurs alliés des forces pro-Ouattara. Après que tous les volontaires de Niangon, Sideci, Sicogi, etc. ont pu faire la traversée et ont été rassemblés au niveau de la Gare Sud, au Plateau, nous avons rallié la résidence du président de la République par la Corniche. Tous voulaient partir. Jeunes, vieux, adolescents, hommes, femmes, etc., toutes les  couches sociales et ethnies de la Côte d’Ivoire étaient représentées. Mais il ne fallait pas aller en rangs dispersés. Il fallait donc des gens capables de mener des troupes avec des chants patriotiques et des messages forts», raconte notre témoin.

Il fallait surtout de la ruse. Les MI 24 de l’Onuci et les hélicoptères de l’armée française patrouillaient continuellement dans le ciel, donnant les positions des forces loyales au président Gbagbo aux forces pro-Ouattara. «La situation était assez pénible. Nous nous sommes tous retrouvés effectivement à la résidence du président Gbagbo aux environs de 16 heures. Sur place, il y avait le show, entrecoupé de prières intenses. Il y avait des chanteurs de wôyô, des artistes zouglouman, des pasteurs, etc. Notre message, c’était de dire à ceux qui attaquaient le président Gbagbo qu’il est le président que les Ivoiriens ont librement choisi. Et que nous étions, nous jeunes de Côte d’Ivoire, déterminés à défendre son pouvoir et sa personne», martèle le témoin des atrocités de l’armée française à la résidence du Président de la République.
 
 
Sur place à la résidence, des milliers de jeunes qui étaient là pour la plupart depuis deux jours racontent aux nouveaux venus comment les Français tentaient de favoriser l’avancée des FRCI et de fragiliser les FDS qui assurent la sécurité de la résidence du président Gbagbo. 
 
«Nous étions des jeunes aux mains nues, contrairement à ce que les partisans de Ouattara ont voulu faire croire. On n’avait aucune arme. Nous sommes allés les mains nues, je le répète, pour défendre le président que nous avons librement choisis.  Nous étions au 1er avril 2011 et trente minutes après notre arrivée, nous essuyions les premiers tirs de l’armée française. Des tirs de rafales de l’armée française sur la foule immense qui faisait le siège de l’entrée de la résidence du président Gbagbo», explique le rescapé.  «Chacun de nous a dû se cacher comme il pouvait, malheureusement nous n’avions pas de grande possibilité, faute d’abris. Nous nous sommes couchés sur la pelouse pour échapper aux tirs de l’armée française. Quand les tirs se sont arrêtés, nous avons recréé l’ambiance de départ et avons chanté, prié et dansé avec davantage d’ardeur. Nous n’avions pas enregistré des morts ce jour-là. C’était une victoire et nous l’avons célébrée bruyamment pour marquer notre reconnaissance à l’Eternel. Nous voulions leur montrer notre détermination, leur faire comprendre que nous n’avions pas peur. Mais sous le coup de 19h, les avions français sont revenus à la charge et nous avons dû nous disperser pour échapper à la mort. Certains d’entre nous n’ont pas eu cette chance ; ils ont été cueillis par les rafales de l’armée française», soutient-il. 
 
La guerre des nerfs

«Au matin du 2 avril, nous sommes revenus devant la résidence malgré tout, conscients que nous dérangions l’armée française et qu’à tout moment, elle pouvait décider de nous écraser pour enfin commettre son forfait. Sous la pluie, nous avions dansé et chanté à Dieu. Mais il a suffi de quelques minutes pour que les tirs français reprennent, créant à nouveau la panique au sein de l’immense foule.
 
Ce jour-là, c’est dans l’après-midi que nous avons pu nous regrouper à nouveau. Hélas, à 19h, l’armée française est revenue à la charge, tirant sur les manifestants de partout, sous une pluie qui nous avait pourtant donné du tonus. Nous nous sommes relevés à nouveau, une fois que les frappes se sont estompées et nous avons encore manifesté vigoureusement. Ce jour-là, nous avions trouvé refuge à l’église catholique de Blockauss», relate le jeune homme qui a tenté, malgré les écueils, de sauvegarder quelques instants précieux de la guerre de la France contre le président Gbagbo. Dans la nuit du 2 au 3 avril, les Français ont détruit deux chars qui étaient postés devant la résidence du président Gbagbo et qui avaient servi à libérer la RTI quelques jours auparavant. 
 




 
«Le 3 avril, poursuit-il, nous sommes revenus mais nous n’avons pu nous rassembler véritablement tant la tension était vive et les tirs nourris dès les environs de 12 heures. C’est ce jour-là que les Casques bleus sont venus chez le président Gbagbo après la signature d’un cessez-le-feu. Les jeunes étaient encore là, sur le périmètre de la résidence. C’est au-delà de 16h que nous avons pu nous rassembler. J’ai dû me refugier avec d’autres manifestants jusqu’au 4 avril dans une résidence abandonnée, sans vivres ni effets. Puis j’ai regagné le temple du Jubilé de l’Eglise méthodiste unie de Cocody, non loin du Lycée sainte Marie». 
 
Où sont passés tous ces Ivoiriens ? 

Après avoir visionné ce film qui témoigne des rassemblements devant la résidence du président Gbagbo, la question essentielle qu’on peut se poser, c’est de savoir où sont passés tous ces jeunes aux mains nues qui ont osé défier l’armée de Nicolas Sarkozy? Dans une commune de Cocody déserte, transformée en champ de bataille par l’armée française appuyée par les FRCI. Ils étaient des milliers partis de Yopougon, Cocody, etc. Une certitude, c’est qu’un grand nombre d’entre eux sous tombés sous les balles de l’armée française qui devenait de plus en plus nerveuse à chaque fois qu’elle échouait à dissuader les jeunes de continuer de manifester. 
 
«Il y a eu des centaines de morts. L’armée française tirait dans tous les sens. Il est vrai qu’il y en a qui ont pu échapper aux tueries comme moi. Certains sont en exil au Togo, au Ghana, au Bénin, etc. Des zodiacs faisaient la navette entre la résidence et la frontière du Ghana où un bateau les transportait hors de la Côte d’Ivoire. Nous autres avons pu regagner Yopougon mais il fallait vraiment avoir de la chance pour échapper à la mort. Cocody était devenu un champ de guerre. Chaque jour, l’armée française larguait au moins vingt-deux missiles. Les hélicoptères faisaient la ronde de 8h à 22h. Le 11 avril, j’étais déjà à Yopougon quand ils ont lancé l’assaut final. La situation était devenue intenable et la veille, un ami qui venait de sortir de Cocody m’a rapporté que le président Laurent Gbagbo avait demandé aux jeunes de rentrer chez eux, leur expliquant que l’armée française et celle de Ouattara ont déjà fait trop de morts dans leurs rangs et n’hésiteraient pas à tuer encore», explique avec beaucoup d’amertume, le patriote ivoirien.
 
 
Emmanuel Akani

 

mardi, 10 avril 2012

AHOUA DON MELLO TOUJOURS DANS LA LUTTE - 11 AVRIL 2011: REGARD RETROSPECTIF

 

AHOUA DON MELLO 6.jpg

Le 28 mars 2011, dans l'attente de la mission du 5 avril 2011 du Ministre des affaires étrangères du Cap-Vert désigné par l'Union Africaine pour une solution négociée du contentieux électoral, la France, l'ONUCI et les rebelles déclenchent la guerre à la Côte d'Ivoire à partir de la ligne de front qui sépare les Forces de Défense et de Sécurité (FDS : forces loyalistes) des rebelles.

A Duékoué, les rebelles attaquent le front Ouest et exterminent 800 civils en une journée après avoir établi leur identité. Leur sort est ainsi scellé : souvent égorgés, leur sang est bu comme breuvage d'invulnérabilité.


A Daloa, sur le front centre-Ouest, protégés par des tirs aériens de l'ONUCI, les rebelles prennent possession du deuxième bataillon de l'armée ivoirienne.


A Tiébissou, sur le front centre, les FDS sont stoppées par des tirs aériens de l'ONUCI.


A Bondoukou, sur le front Est, les chars de l'ONUCI encadrent les rebelles dans leur progression.


Sur tous les sites de combat, l'ONUCI est la compagnie de transport officielle et privilégiée des rebelles et de leurs armes.


Dans leur progression de la ligne de front vers Abidjan, des villages entiers sont brulés, les maisons des pro-GBAGBO saccagées, des civils massacrés et tous les bâtiments publics sont systématiquement pillés, des prisonniers sont libérés et armés pour grossir en nombre le rang des rebelles.


Les forces de défense et de sécurité décrochent des fronts et se regroupent à Abidjan pour organiser la résistance.


La bataille d'Abidjan commence le 31 mars 2011 et les rebelles appuyés par l'ONUCI battent en retraite sous les feux des forces de défense et de sécurité.


Face à cette déroute, dans la nuit du 3 au 4 avril 2011, 7 avions cargos transal de l'armée française débarquent un régiment de bérets verts de la légion étrangère avec des armes lourdes et prennent par effraction l'aéroport international d'Abidjan. Près de 50 chars de l'armée française quadrillent l'aéroport pour permettre le débarquement des hommes, des munitions et des armes lourdes.


Du 4 au 6 avril 2011, les Français sont exfiltrés de leur résidence pour le 43ème BIMA qui est l'actuel camp militaire de l'armée française : la Licorne.


Le bombardement des sites stratégiques des FDS commence le 6 avril 2011, simultanément par des hélicos français et Onusiens.

Le bombardement de la résidence du Président Laurent GBAGBO s'intensifie, le vendredi 8 et le samedi 9 avril 2011.

Après avoir détruit le dispositif sécuritaire de la résidence présidentielle et massacré à la bombe des centaines de jeunes patriotes amassés devant la résidence, la chambre du Président est directement visée, le dimanche 10 avril 2011, par deux tirs d'hélico, à 16h47 et à 16h49 avec pour objectif clair : atteindre mortellement le Président de la République.

N'ayant pas eu le résultat escompté, les tirs reprennent à 18h41 pour s'achever à 23h47 se soldant par 15 bombardements sur la résidence.

Le lundi 11 avril à 10h, les chars de l'armée française se positionnent sur les axes routiers conduisant à la résidence du chef de l'Etat. A 10h20, deux bombardements fracassent l'entrée principale de la résidence et les chars pénètrent dans la résidence.


A 14h05, le ministre Tagro Désiré est mortellement atteint, le Président GBAGBO est arrêté par les forces de l'armée française et remis aux rebelles qui le conduisent au Golf Hôtel d'Abidjan avec son épouse, son fils et certains de ses collaborateurs.

Un homme a été arrêté mais le peuple s'interroge encore et toujours et ces interrogations constitueront autant de contentieux à régler pour juguler totalement la crise ouverte en Côte d'Ivoire et identifier clairement les responsables de la destruction de l'Etat et des massacres ante et post-crises.

1- Doit-on retenir définitivement, avec la jurisprudence ivoirienne, qu'en cas de contentieux électoral comme il en existe et en existera toujours dans toute démocratie, le règlement de ce contentieux se fera par la raison du plus fort? Pourquoi la communauté internationale est restée sourde au recomptage des bulletins de vote proposé par le Président GBAGBO comme dans toute démocratie moderne ou survient un litige électoral et a choisi le chemin de la barbarie pour compter des morts?


2- Sur quelle base légale et selon quel ordre constitutionnel, sans procès verbal légal dûment signé par l'ensemble des membres de la commission électorale indépendante (CEI) comme le prescrit le code électoral ivoirien, le Président de la commission électorale indépendante et le représentant de l'ONU en Côte d'Ivoire ont-ils annoncé et certifié les résultats des élections présidentielles en Côte d'Ivoire? Est-il possible aujourd'hui d'exhiber un document légal signé par tous les membres de la CEI donnant les résultats des élections présidentielles en dehors de la tradition orale servie pendant la crise par le Président de la CEI et le représentant de l'ONU?


3- Sur quelle base légale, selon quel ordre constitutionnel et quel mandat, l'ONUCI dont l'unique raison d'être en Côte d'Ivoire depuis les accords de Linas-Marcoussis est le désarmement des rebelles a-t-elle convoyé, armé les rebelles et a assisté en spectateur actif au massacre de la population et au pillage de l'Etat et des civils ?


4- Sur quelle base légale, quel ordre constitutionnel, quelle charte ou convention, des banques installées en Côte d'Ivoire ferment-elles leurs portes d'une manière unilatérale, privant la population de ses propres avoirs pour se soigner et se nourrir? Doit-on comprendre que les entreprises Européennes installées en Côte d'Ivoire échappent aux lois ivoiriennes? Doit-on comprendre que les accords de coopération UE-ACP peuvent être amendés au gré de l'Union Européenne pour priver la population ivoirienne des biens vitaux à son existence?


5- Sur quelle base légale, selon quel ordre constitutionnel et quel mandat, l'armée française s'autorise t-elle à braquer l'aéroport international de la République de Côte d'Ivoire pour débarquer ses militaires, bombarder les habitants d'un pays indépendant et souverain, massacrer sa jeunesse, bombarder la résidence du Chef de l'Etat et arrêter le Président constitutionnel de la République de Côte d'Ivoire ? Les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité des forces onusiennes et françaises sont-ils impunis? L'ONU donne-t-elle des mandats pour perpétrer des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité et combattre les décisions des institutions souveraines d'un pays membre?


6- Sur quelle base légale et quel ordre constitutionnel, le candidat à la présidence de la République du RDR s'autoproclame Président des ivoiriens et le secrétaire général des forces rebelles se fait-il élire Président de l'Assemblée Nationale sans remplir les conditions d'éligibilité?


7- Sur quelle base légale et quel ordre constitutionnel des milliers d'ivoiriens sont contraints à l'exil, d'autres emprisonnés sans motif, des comptes bancaires gelés, des plantations occupées par des étrangers, des étudiants en vacance permanente, des travailleurs licenciés pour leur appartenance politique ou leur origine ethnique ?


8- Sur quelle base légale et quel ordre constitutionnel, des civils appelés DOZOS, sans permis de port d'armes et sans avoir été recrutés dans l'armée, la gendarmerie ni la police, se donnent pour mission d'assurer la sécurité des ivoiriens avec droit de vie et de mort sur chaque citoyen en toute impunité ?


9- Sur quelle base légale et quel ordre constitutionnel, les manifestations pacifiques de l'opposition sont systématiquement réprimées avec morts d'hommes et destruction de bien en toute impunité ? Quel est ce modèle de démocratie qui a peur de la concurrence politique et qui préfère emprisonner le Président et les vice-présidents, des cadres du plus grand parti pour mieux installer la démocratie?


10- Quel Etat de droit, quelle démocratie et quel ordre constitutionnel veut-on promouvoir dans la sous région lorsqu'on les ignore notoirement chez soi, imitant ainsi le cordonnier mal chaussé ?


Voilà dix questions dont les réponses permettront, à notre sens, de régler définitivement la crise ivoirienne, de situer les responsabilités et clarifier nos rapports avec les partenaires internationaux pour emprunter le chemin de la démocratie, de la paix et du développement dans l'unité.


La destruction de l'Etat de Côte d'Ivoire a commencée en fait le 19 septembre 2002. Elle s'est achevée par la destruction de la résidence du Chef de l'Etat et son arrestation par les forces françaises le 11 avril 2011, laissant un pays exsangue et sans Etat où le banditisme à grande échelle est organisé pour piller les ressources du pays, massacrer, emprisonner et exiler toute forme de résistance. L'occident impérialiste, criblé de dette et avec un chômage croissant, a trouvé comme solution à la crise de la dette et au redressement de son économie, le pillage à mains armées par rebelles interposés des richesses des pays faibles. L'Afghanistan, réservoir de gaz, de pétrole, de cuivre, de fer et de pierres ornementales, a ouvert le bal suivi de l'Irak, du Soudan, de la République Démocratique du Congo (RDC), de la C ôte d'Ivoire, de la Libye, etc.


La procédure est bien rodée. Cela commence par une campagne médiatique qui désigne le régime du pays comme dictature et donc son Dirigeant comme dictateur qui massacre ses compatriotes à l'arme lourde ou à l'arme de destruction massive. Alors la machine se met en branle, la France, l'Angleterre ou les USA font voter à l'ONU une résolution à but humanitaire mais qui dans son exécution se transforme en bombardement du pays voire l'assassinat de son dirigeant. La CPI menace uniquement un camp et passe sous silence les crimes de l'autre camp. Le chaos se met en place pour permettre le pillage des matières premières du pays.


Tout pays faible possédant des matières premières et non soumis à cet ordre, est ou sera considéré comme un pays de dictature où les dirigeants sont subitement pris de folie, massacrant leurs citoyens et détournant les richesses de leur pays. Les anciens colons qui n'ont pas fait preuve de respect des droits de l'homme lorsqu'ils colonisaient ces pays, se découvrent des dons de protecteurs des peuples qu'ils ont opprimé des siècles durant et qu'ils continuent d'exploiter. A l'inverse, les dirigeants de tout pays installés par bombardement, ont le droit de massacrer leur peuple et de piller ses richesses avec le silence assourdissant de leurs parrains. Les régimes actuels d'Afghanistan, d'Irak, du Soudan du Sud, de la Côte d'Ivoire et de Libye enregistrent plus de massacres et de pillages que les régimes les ayant précédé mais sont considérés comme des exemples de démocratie et de respect des droits de l'homme par leurs parrains, avec la bénédiction de la Cour Pénale Internationale. La population quant à elle, attend toujours les pluies de milliards promis dans ces différents pays depuis dix ans pour certains et ne voit autour d'elle que des pluies de massacres et de pillages.

La Côte d'Ivoire s'est malheureusement inscrite sur cette longue liste d'attente de pluie de milliards et le régime n'a d'autre choix que de prolonger la campagne électorale là où le peuple attend des solutions à ses problèmes. Incapable de rassembler les ivoiriens et d'assurer la mission première d'un Etat : la sécurité des biens et des personnes, le régime s'est lancé dans une campagne d'auto réconciliation et d'auto satisfaction sur l'achèvement des travaux et programmes du régime précédent et un recours massif à l'assistance technique et militaire française en mettant au chômage les compétences nationales avec un ré-endettement incontrôlé, hypothéquant dangereusement l'avenir.

Durant plusieurs siècles, avec la complicité de certains de ses fils, l'Afrique a toujours pensé que son salut viendrait de l'extérieur et de l'extérieur est venu l'humiliation, la soumission et la pauvreté. Aujourd'hui encore, il en existe malheureusement certains qui attendent des pluies de milliards sous un ciel peu nuageux asséché par l'harmattan de la dette de l'occident impérial.

Le temps de la responsabilité pleine et entière est venu et le développement de l'Afrique ne sera que l'œuvre des africains dignes et responsables débarrassés de tout complexe, agissant dans l'unité et la solidarité. Les dignes fils d'Afrique doivent donc rompre avec l'inaction et le silence pour se donner les moyens nécessaires de redresser le destin tordu de notre continent et fermer la honteuse parenthèse de la tentative de recolonisation.


DON MELLO Ahoua


Docteur Ingénieur des Ponts et Chaussées
Ministre de l'Equipement et de l'Assainissement
du Gouvernement AKE NGBO

 

Lu sur RESISTANCE COTE D'IVOIRE ISRAEL

 

Source: KOACI.COM

mardi, 03 avril 2012

ALASSANE OUATTARA A LA RTI: DECRYPTAGE D'UN DISCOURS DEMAGOGIQUE


ALASSANE OUATTARA 35.jpg

Le samedi 30 mars 2012, le chef de l'état ivoirien, Alassane Ouattara, a accordé au palais présidentiel, un entretien à deux journalistes ivoiriens de la télévision nationale et du quotidien gouvernemental Fraternité-Matin. L'entretien a duré de 20h35 à 22h06, soit 90 minutes, le temps d'un match de football.

Cet entretien intervient dans un contexte qui n'est guère innocent. Il fait suite à diverses sorties de journalistes et acteurs politiques proches du RDR qui s'inquiètent de la dégringolade de l'image de leur mentor dans l'opinion. Dans la sous-région ouest africaine naguère acquise à l'idée de sa compétence, l'arrivée d'Alassane Ouattara au pouvoir par la "démocratie à l'arme lourde", dans des conditions plus qu'humiliantes pour l'Afrique, n'a laissé personne indifférent. Il était alors attendu sur le terrain des résultats et de la mise en œuvre du "vivre ensemble".

Hélas, les situations sécuritaire et économique en Côte d'Ivoire sont catastrophiques et la justice des vainqueurs a discrédité le régime face aux valeurs traditionnelles qui caractérisent les Africains. Contraints à l'exil par centaines de milliers, notamment dans la sous-région, les exilés ivoiriens ont inconsciemment contribué à faire connaître la vérité sur l'éviction de Laurent Gbagbo du pouvoir, à montrer le vrai visage du nouveau régime ivoirien et donc à faire connaître l'écart entre la propagande de conquête du pouvoir du RDR d'Alassane Ouattara et le sombre tableau d'une année de pouvoir. Une année d'exactions de toutes sortes sur les populations, de crimes impunis, de "rattrapage" ethnique, de brimades de l'Opposition, la haute direction du RDR allant jusqu'à promettre officiellement le cimetière à toute adversité politique.

Ceux des partisans du pouvoir qui ont encore un peu de lucidité en appelaient donc à cette sortie. Il en est ainsi de l'écrivain Isaïe Biton Coulibaly, qui proposait dans une contribution récente, que le chef de l'Etat suscite un entretien télévisé avec des citoyens ordinaires. Alassane Ouattara et ses communicateurs ont opté pour un entretien avec la presse publique. A-t-il enfin compris, lui qui ne vit et règne que par le soutien des capitales occidentales, que "hors de l'eau, le capitaine n'est rien" (Félix Houphouët-Boigny)? Est-il enfin conscient des limites de ses ambitions régionales avec un peuple qui ne se reconnaît pas en lui? La réponse se trouve dans le constat du chef de l'Etat lui-même: "si entre nous-mêmes, nous ne parvenons pas à nous réconcilier, comment voulez-vous que nous soyons crédibles dans nos relations avec les autres"?

Accuser le prédécesseur de tous les péchés d'Israël

Sur le "plateau" de l'entretien, Alassane Ouattara, physiquement peu frais, a joué à fond la carte de la familiarité, appelant les journalistes par leur prénom. Cela rappelle son débat télévisé avec le président Laurent Gbagbo qu'il a presque contraint au tutoiement fraternel avant de lancer la guerre que l'on a vue et de l'envoyer à la CPI.

Ouattara a utilisé une seule fois l'expression "mon pays", parlé à 5 reprises de la Constitution dont 3 fois relativement au Mali. Il n'a prononcé à aucun moment le mot "rebelles". Il a cité 3 fois les Etats-Unis sans jamais nommer la France. Il a pris soin de ne pas nommer Laurent Gbagbo, l'honorant toutefois du titre d'ancien président à 2 reprises, ce qui est une évolution notable même si c'est toujours pour le noircir.

Ces statistiques sur lesquelles nous reviendrons plus largement, parlent d'elles mêmes en attendant que les psychologues les fassent parler, notamment s'agissant du rabâché "mon pays" qui a été abandonné.

Selon Alassane Ouattara lui-même, l'objectif de cet entretien était "de parler avec ses compatriotes. Et de leur dire un peu comment il a trouvé la Côte d'Ivoire, ce qu'il a pu faire depuis un an. Et surtout où est ce que nous allons et comment nous allons y arriver". L'objectif ainsi défini, la forme de communication arrêtée, il ne restait au téléspectateur qu'à découvrir le chemin le plus court adopté pour y parvenir : la démagogie. Et bien entendu, le choix systématique d'accuser de tous les péchés d'Israël le prédécesseur, cet adversaire qui ne baisse pas l'échine malgré sa défaite militaire.

Détail important de l'opération, il nous faut consommer un "Ouattara nouveau". Tel le "Beaujolais nouveau", il devait se draper de son nouveau manteau de rassembleur des Ivoiriens, même si les faits ne résistent pas à l'ambition. Le "Ouattara nouveau" c'est aussi la conquête du cœur des FDS de la Police et de la Gendarmerie qui ploient sous l'humiliation des FRCI sans toutefois condamner les exactions de ses redoutables FRCI. Il veut "rassurer les policiers. C'est important qu'ils aient un minimum de confort. Ces gens font un travail difficile".

Cerise sur le gâteau, les Généraux FDS ne sont plus les Généraux de Gbagbo mais "des hommes bien, pour la plupart, d'entre eux", ayant agi sous la "menace de voir violer leurs enfants ou des choses comme ça". Bien sûr, c'est avec émotion qu'il a écouté leurs confessions avant de les nommer Ambassadeurs.

Il lui en a vraiment fallu du temps pour comprendre que s'ils ont "servi un autre Président, c'était leur devoir". "Recevoir tous les matins des rapports de la gendarmerie" lui a certainement permis de commencer à connaître le pays. Car le vrai problème du chef de l'Etat c'est sa faible de connaissance du pays.

Le "Ouattara nouveau" c'est surtout cette confession à faire pleurer quand il assure : "Je pense qu'il y a eu de l'impatience pour ma part, de la part de certains qui m'ont accompagné. Il y a eu des sentiments de graves injustices qui ont provoqué des colères, qui ont conduit à des manifestations qui ont débouché sur des morts. Ce n'est pas comme ça que je vois la Côte d'Ivoire, que je voyais mon combat. ... Je considère qu'en tant qu'homme politique, j'ai commis des torts à mes concitoyens, et je demande pardon". Quel aveu historique et émouvant sur sa responsabilité dans les tueries assorti d'une demande de pardon! De quoi suggérer à tous les exilés de rentrer au bercail si le pouvoir Ouattara ne nous avait habitués à de la démagogie sans lendemain !

Parler des conséquences, se taire sur les causes

Qu'elle eût été noble, cettedémarche, si son entretien n'était en même temps l'égrenage une longue litanie des conséquences d'une situation sans en toucher un seul mot des causes! Pour lui, le pays a été mal dirigé et parfois pas du tout dirigé pendant les 10, voire 11 précédentes années. Exit de son alliance avec la rébellion qui a coupé le pays en deux et administré la moitié du pays pendant 8 ans. Exit des blocages de son RHDP, accroché à la jouissance exclusive des accords de Marcoussis. Alors que Laurent Gbagbo n'avait pas le droit de se séparer d'un seul de ses ministres sans entraîner les blocages qui se terminaient par la réintégration dudit ministre via un sommet de la Cedeao, Ouattara est prêt à se séparer de tout ministre qui ne serait pas à la hauteur.

Même lorsque les questions portent sur les augmentations du coût de la vie, intervenues bien après sa prise de pouvoir, il accuse son prédécesseur. Même déporté à la CPI, Gbagbo serait-il un spéculateur? Ouattara dit avoir "des recettes qui tardent à produire des résultats".

Ouattara aura même le culot de parler de "rackets d'un point à l'autre qui ont été tolérés pendant des années" et qui sont à la base de l'augmentation du prix de la viande. De la part de l'allié des Forces Nouvelles, cela peut produire un vrai dégoût intellectuel. Sur l'insécurité, il pointe la crise et les autres mais peut-on avoir fait ouvrir des prisons et armé les prisonniers et s'étonner de l'insécurité attribuée à des "faux Frci qui sont d'anciens prisonniers"? Le ministre de la défense qu'il est, dit ne pas être capable de distinguer un faux Frci d'un vrai. En effet, protégés de tout temps par Ouattara, les Frci ne deviennent faux que quand ils commettent des exactions et des crimes.

Tout au long de l'entretien, Ouattara fait la fine bouche sur le PPTE dont le point de décision a été atteint par Laurent Gbagbo dans des conditions d'extrêmes adversités, mais est trahi à chaque fois quand il doit justifier les ressources pour le financement de ces promesses dont des centres de santé dans toutes les localités de plus de 2000 habitants. A l'écoute de certaines réponses, on croirait Alassane Ouattara encore et toujours en campagne.

Agnès Kraidy, journaliste professionnelle, a dominé le débat

Concernant l'Ouest, Ouattara reconnaît enfin les "massacres" même s'il continue de dénier à ces populations le droit de leur choix politique puisque pour lui, "ils ont été pris dans un traquenard, manipulés et utilisés par certains politiciens". Spécialiste de l'autosatisfaction, Alassane Ouattara s'est fait contredire, le même jour, sur le bilan de ses travaux à l'ouest, à la fois par son Premier Ministre et son ministre du Plan, en tournée dans la région, et à qui les populations font le constat du contraire. Selon le compte rendu de Fraternité-Matin, "dans toutes ces localités, les populations ont évoqué l'insécurité, l'électrification des villages, l'entretien des pistes rurales, l'affectation des professeurs et des instituteurs dans la région, sans oublier les problèmes de tables-bancs". Ouattara n'a-t-il pas juré (dans cet entretien) avoir réglé toutes les questions de tables-bancs en Côte d'Ivoire? Face aux populations désemparées, Mabri Toikeusse justifie que le plan national de développement vient d'être adopté et se lance dans des promesses.

A la question de savoir s'il est optimiste sur la réalisation de ses projets dans les délais, il répond "ce n'est pas moi; ce sont les ministres; si ces projets ne sont pas réalisés dans les délais, les ministres ne seront plus en fonction". Au juste, qui a été élu par les Ivoiriens, via la communauté internationale ? Ces mêmes ministres sont désormais comptables du "rattrapage" qu'Alassane Ouattara refuse d'assumer. Or en Côte d'Ivoire, aucun ministre, ni même le premier d'entre eux ne signe de décret. Aucune nomination dans les hautes fonctions de l'Etat n'échappe donc à Ouattara qui en est bien l'auteur.

Trois mois après ses propos scandaleux qui lui ont valu une levée de boucliers, Alassane Ouattara insinue que le journaliste de l'Express a travesti ses propos tenus à la veille de sa visite officielle en France. Il ajoute ne pas connaître ses questions d'ethnie lui qui, pour les élections de 1995, criait pourtant que Bédié ne voulait pas de sa candidature "parce qu'il est du Nord et musulman".

Ouattara ne propose à l'Opposition que le subtil chantage. Chantage utilisant Simone Gbagbo et Blé Goudé. Il révèle des mandats émis contre eux. Tandis que lui préfère les juger en Côte d'Ivoire, ils pourraient "choisir d'aller à La Haye, en se disant que la justice y est plus équitable". Autrement dit, pour qui a écouté Soro Guillaume sur le cas Laurent Gbagbo, si le FPI s'entête à ne pas s'inscrire dans la vision que Ouattara a de l'opposition politique, Simone Gbagbo et Blé Goudé seront transférés. Le 2ème chantage est de faire miroiter (à deux reprises) le boom économique, car pour lui "les opposants ont intérêt à venir maintenant parce que les choses vont aller très vite au plan économique". Ouattara connaît-il réellement les Ivoiriens et leur aspiration à la démocratie et à la justice? Ou bien, croit-il que l'opposition démocratique est à l'image de ses partisans qui ont profité de la volonté de paix de Laurent Gbagbo pour s'enrichir et manger des deux mains?

En journaliste professionnelle qui a su donner du volume au débat, Agnès Kraidy conclura à juste titre par cette question-réponse, "Votre programme, Monsieur le Président, était porté par un slogan: «Ado solutions». Vous venez d'avouer les difficultés que vous éprouvez à caser les étudiants ivoiriens. Vous reconnaissez le non succès du projet «soins gratuits», les problèmes d'insécurité qui sont encore, malgré quelques avancées, présents. Finalement, à l'épreuve du pouvoir, n'avez-vous pas plus de problèmes que de solutions?"

On pourrait ajouter que même en cas de succès sur les conséquences, un tel succès ne serait qu'éphémère si l'on ne s'attaque pas aux causes que le pouvoir Ouattara veut escamoter. Parmi celles-ci figurent en bonne place la prise du pouvoir par les armes et la rébellion, condamnées au Mali mais adoubées en Côte d'Ivoire par le même Ouattara qui promettait de frapper le régime de Bédié (ce qui fut fait) et de rendre le pays ingouvernable sous Gbagbo (ce qui fut aussi fait).


Fat Téré Koula


Source: LE NOUVEAU COURRIER

vendredi, 25 novembre 2011

FIDELE A GBAGBO JUSQU’AU BOUT, UN MILITAIRE EN EXIL: «LES SECRETS DE L’ASSASSINAT DE TAGRO»



DESIRE TAGRO MORT.jpg

Un pur produit de l'Empt et de l'école des Forces armées, celui qui se présente sous le nom de Commandant Somodieu, a servi à la Garde républicaine. Détaché à la sécurité du président, il a combattu contre l'armée française à la résidence de Cocody, en avril dernier. Exilé au Ghana depuis quelques mois, il a risqué sa vie pour venir rétablir les faits, notamment les derniers instants du 11 avril et surtout «les circonstances exactes» de l'assassinat du ministre Tagro. «Les Ivoiriens ont soif de savoir la vérité, ce qui s'est réellement passé. Il y a beaucoup de choses qu'on leur a cachées», confie-t-il.


Pourquoi avez-vous décidé de garder l'anonymat quand bien même vous voulez divulguer certaines informations ?

J'ai décidé de garder l'anonymat, il faut que je sois sincère avec vous, je suis bel et bien sur la liste des personnes recherchées, qui doivent être entendues par le tribunal militaire. C'est pour cela que j'ai décidé de garder l'anonymat.

Vous étiez dans quel corps de l'armée ?

J'étais militaire, anciennement de la Garde républicaine à Treichville. Beaucoup d'Ivoiriens, y compris même mes proches, pensent que l'armée a trahi. Laissez-moi dire aux Ivoiriens que l'armée, les Fds n'ont pas trahi. Ils ont mené le combat qu'il fallait. C'est Dieu qui a le dernier mot, il faut que les Ivoiriens sachent cela. Et Dieu n'est pas un Dieu injuste, c'est un Dieu de justice. Je vous le répète, il ne sert à rien de baisser les bras, demeurez en prière, la situation va se régulariser bientôt.

Mais vous dites que les Fds n'ont pas trahi, alors que les actes posés par plusieurs de vos supérieurs trahissent vos propos.

Vous savez nos supérieurs ont eu à poser des actes ou à faire des déclarations, pendant et après la crise. Mais sachez une chose et tout le monde le sait, les Fds n'ont pas abandonné les Ivoiriens encore moins le président Gbagbo. Nous avons combattu jusqu'à ce que le président Laurent Gbagbo lui-même nous demande, entre le 9 et le 10 avril 2011, d'arrêter le combat et c'est pourquoi, nous avons arrêté. Beaucoup de choses se sont passé entre le 27 mars et le 11 avril.

Pourquoi cette période spécifique du 27 mars au 11 avril ?

Parce que c'est à partir du 27 mars que les Frci ont tenté à plusieurs reprises  et par tous les moyens de prendre la commune du Plateau, sans succès. Et pourtant, ils avaient avec eux l'armée française, les soldats onusiens et les mercenaires burkinabés, maliens et nigérians. Nous combattions contre au moins 4 forces armées coalisées.

Lors de la bataille d'Abidjan, où étiez-vous ?

Nous avions mission de sécuriser la commune du Plateau. Mais mon détachement était prédisposé dans les environs de la Place de la République au Plateau, avec en ligne de mire les combattants ennemis qui venaient de Treichville. Les Frci et leurs soutiens français et onusiens ont vainement tenté de franchir le Pont Félix Houphouët-Boigny. Ils avaient en face d'eux une armée professionnelle et déterminée. A partir de la Carena, nous avons bouclé tout le périmètre du Plateau. Les soldats français et les Frci qui se sont hasardés dans la zone, s'ils sont encore vivants, peuvent témoigner. Ils avaient pour mission de prendre la Présidence, mais ils n'ont pas pu s'en approcher, durant une semaine de rude combat, disons jusqu'au 5 avril. Où les supérieurs nous ont demandé de rejoindre la résidence du président Gbagbo. Parce que c'est là-bas que les derniers combats, les derniers combats les plus rudes, allaient se faire.

Vous aviez rallié la résidence du Chef de l'Etat le 5 avril. Que s'est-il passé par la suite ?

C'était tout simplement effroyable, atroce et criminel. Pour ces jours passés là bas, il fallait véritablement être quelqu'un sans cœur pour supporter les atrocités perpétrées par l'armée française et les soldats onusiens. N'eût été l'intervention de l'armée française, les Frci ne pouvaient jamais, jamais entrer à la résidence du président Gbagbo. Parce que nous avions les armes et les hommes pour nous défendre. Au passage, j'aimerais saluer la mémoire de tous ces étudiants et civils martyrs qui ont fait le sacrifice de leurs vies, pour l'instauration de la démocratie. Je reviens pour dire que nous avions des hommes et le courage, l'armement nécessaire pour combattre, même pendant deux ans les Frci n'allaient jamais prendre le dessus sur nous. Mais c'est l'armée française qui bombardait la résidence du président Gbagbo, malgré la présence de plusieurs centaines de civils aux mains nues dans le périmètre.

On parle de plusieurs civils tués lors des bombardements de l'armée française.

Il y a eu assez de civils qui ont été tués. L'armée française s'est rendu coupable d'un véritable crime de guerre, crime contre l'humanité en massacrant avec ses hélicos de combat des centaines de civils dans le périmètre présidentiel. Aujourd'hui, quand on voit que des mandats d'arrêts internationaux sont lancés contre telle ou telle autre personnalité proche du président Gbagbo, nous sommes tout simplement écœurés. Mais demandez au commandant Vetcho, demandez au commandant Tonnerre, au commandant Oustaz, pourquoi ont-ils tué le ministre Tagro ? Pourquoi?

DESIRE TAGRO.gif

Là, vous portez des accusations formelles ?

Affirmatif. Je les accuse, ils savent ce qui s'est passé. Le ministre Désiré Tagro est sorti avec une écharpe blanche à la demande du président Gbagbo qui disait ceci et je cite : «C'est moi que la France cherche, cessez de combattre, je vais me rendre». Et c'est là que nous avons baissé les armes, ce n'est pas parce qu'ils ont pris le dessus sur nous. Mais ces trois commandants ont assassiné purement et simplement le ministre Tagro, alors qu'il avait le drapeau blanc. Ils ont tiré dans la mâchoire du ministre Tagro et abattu presque tous les soldats qui étaient là et qui avaient cessé de combattre et n'avaient pas d'armes. Moi, je me suis jeté dans un caniveau. C'est ce qui a fait que peut-être je ne suis pas mort. Non satisfaits des crimes perpétrés à la résidence et aux alentours de la résidence, et alors que le ministre Tagro tenait un drapeau blanc en signe de cessez-le-feu, ils l'ont purement et froidement assassiné. C'est un crime de guerre et les auteurs que nous connaissons tous, doivent être poursuivis.

Mais ce ne sont quand même pas les trois commandants qui ont tiré ensemble sur le ministre...

Oui, effectivement. C'est le commandant Oustaz qui a tiré sur le ministre, demandez à Vetcho, Tonnerre et les autres. Ils le savent. Nous avions cessé tout combat à la demande du président. Et le ministre Tagro après avoir échangé avec l'Ambassadeur [de France, Jean-Marc Simon, ndlr], a eu la garantie de ce dernier qu'aucun coup de feu ne serait tiré, contrairement à sa première tentative de sortie de la résidence. Effectivement, il s'est avancé jusqu'au portail, et c'est là que les Frci ont été priées de faire mouvement vers la résidence. Moi, j'étais dans un caniveau pas loin de la scène. Les premiers à s'être présentés au niveau des commandants, ce sont les trois que j'ai cité. Et c'est là que deux coups de feu ont été tirés par l'un des commandants, en l'occurrence Oustaz, et un coup a atteint le ministre à la mâchoire qui s'est affaissé.

Pourtant les combats avaient cessé ?

En tout cas, à la résidence du président, nous combattions contre l'armée française qui pilonnait nos positions, bombardait la résidence présidentielle. Des civils venus défendre aux mains nues la démocratie sont morts. Par moment, le président Gbagbo sortait pour nous saluer et rentrait. C'est quand ordre nous a été donné de cesser de combattre, qu'eux sont rentrés.

De qui parlez-vous ?

Des soldats de l'armée française, bien sûr. Et c'est quand ils ont sécurisé d'après eux, tout le périmètre qu'ils ont laissé place aux Frci. Les soldats français et quelques soldats onusiens ont été les premiers à entrer dans l'enceinte de la résidence. Si vous avez constaté, le gilet pare-balles et le casque que portait le président Gbagbo appartiennent à l'armée française. Donc quand l'armée française s'est assurée qu'elle a neutralisé tout le monde, c'est en ce moment là qu'elle s'est retirée et a fait appel aux Frci. Ils pouvaient tuer le président Gbagbo, mais ça faisait partie du plan de Dieu. Donc, ils ne pouvaient pas le tuer.

Comment avez-vous donc quitté la résidence du président Gbagbo alors que les soldats français étaient un peu partout ?

Je vous le dis, Dieu est miséricordieux. Il n'a pas voulu que je reste dans cette crise. J'ai plongé directement dans un caniveau. C'est en ce moment là qu'ils ont pris le président Laurent Gbagbo et ils partaient avec lui. Moi, je rampais doucement dans le caniveau pour éviter d'être vu. Et pendant que je rampais, un soldat français m'a vu. Mais je ne sais pas pourquoi, il ne m'a pas tué ni livré aux autres. Peut-être que ça faisait partie du plan de Dieu. Mais lui et moi nous nous sommes regardés et il m'a fait signe de partir. Mais je n'ai pas été le seul à être sauvé par ces soldats, plusieurs de mes frères d'armes ont été discrètement exfiltrés par des soldats français, par la même voie. Vous savez, les soldats français sont des êtres comme nous, ils savaient la réalité en Côte d'Ivoire, mais en tant que militaires, ils n'avaient pas d'autres choix que d'obéir. Mais c'est vrai que du regard des civils, ils sont aussi coupables que leurs dirigeants. En tout cas, à l'extérieur de la résidence, il y avait plus de 60 chars français postés un peu partout. On se demandait même, à un moment donné, s'ils n'étaient pas venus pour raser toute la résidence du président Gbagbo. Il y avait des AR-MIX, des bombardiers, des hélicoptères Puma, Gazelle qui sillonnaient dans les airs du périmètre présidentiel. Il y a eu trop de massacres pour que ces gens-là ne soient pas poursuivis et jugés.

Comment vous vous êtes retrouvé en exil ?

Des éléments des Frci sont allés trois fois à mon domicile pour me chercher. Ils ne m'ont pas eu, alors ils ont assassiné froidement mon oncle et mes deux petits frères. Et ensuite, ont pillé toute ma résidence. Après donc être sorti de la résidence du président Gbagbo, je me suis terré jusqu'à la mi-août, où j'ai officiellement quitté le pays pour le Ghana voisin. Officiellement, je ne fais plus partie de l'effectif de l'armée. Je fais partie des près de 4.000 soldats qui sont aujourd'hui en exil. Je préfère être vagabond que d'être emprisonné injustement par ce régime. Nous n'avons qu'accompli notre mission régalienne de défendre l'Etat agressé.

Vous dites être au Ghana. Le régime d'Abidjan vous soupçonne de fomenter un coup d'Etat.

Il n'y a pas de coup d'Etat en préparation au Ghana. Dieu, il est souverain. Les Ivoiriens crient, les Ivoiriens pleurent. Dieu entend les pleurs, les cris des Ivoiriens. Au moment opportun,  Dieu agira ! Mais ils sont venus au pouvoir normalement, pourquoi ferait-on un coup d'Etat contre eux ? Mais on ne peut pas empêcher ce régime de penser ce qu'il veut, de soupçonner tout le monde de vouloir faire un coup d'Etat. Mais quand le voleur rentre chez toi, il a toujours peur, il est anxieux. Il se dit que le propriétaire des lieux peut le surprendre, un beau matin. C'est ce qui fait que le régime a si peur. Non, nous ne préparons pas de coup d'Etat, c'est Dieu qui mènera le combat !

Vous parlez avec tant d'assurance...

Oui, oui ! Dieu est un Dieu de justice. Aujourd'hui, il n'y a pas un seul Ivoirien qui peut lever le doigt pour dire qu'il est à l'aise. La Côte d'Ivoire est dans un état critique.

Un dernier mot à l'endroit des Ivoiriens.

Bien avant, j'aimerais dire merci à mes deux professeurs, P.O et P.A, qui m'ont permis de quitter le pays. J'aimerais dire aux Ivoiriens de continuer de prier. Dieu les entend. Bientôt, leurs souffrances prendront fin.

A vous entendre, on croirait à un...

Non, loin de nous cette idée. Vous savez Dieu est un Dieu de justice. Il sait ce qui se passe en Côte d'Ivoire. C'est lui qui a permis que cela se passe, pour que nous puissions réellement comprendre le message qu'il a voulu nous donner. Que les Ivoiriens sachent une chose : Dieu ne les a pas oubliés, il ne les a pas abandonnés. Et très bientôt, il exaucera leurs prières.


Réalisée par Gérard Koné

 

Source: NOUVEAU COURRIER .INFO

dimanche, 16 janvier 2011

SORTIE DE CRISE - SIMONE GBAGBO AUX FDS: «IL FAUT RECUPERER LA TOTALITE DU TERRITOIRE»

 

SIMONNE GBAGBO.jpg

Simone Ehivet Gbagbo, épouse du Président Laurent Gbagbo a animé ce samedi un meeting au Palais de la culture d'Abidjan, à l'initiative du Congrès national de la Résistance et de la Démocratie (Cnrd) et des partis membres de La Majorité Présidentielle (Lmp). Elle a exhorté les Ivoiriens à se mobiliser pour « l'indépendance totale de la Côte d'Ivoire ».

Simone Gbagbo a conseillé aux Ivoiriens, de s'apprêter à «relever tous les défis y compris récupérer la totalité du territoire», même si elle reconnaît que cela revient en premier aux Forces de défense et de sécurité (Fds).

Simone Gbagbo, oratrice principale de ce grand rassemblement a imputé la responsabilité de cette crise post-électorale au « chef bandit », Alassane Ouattara et ses soutiens notamment  les Présidents français, Nicolas Sarkozy et américain, Barack Obama et l'Organisation des Nations Unies (Onu).

Selon la deuxième vice-présidente du Front populaire ivoirien (Fpi), cette volonté du « chef bandit », désignation faite d'Alassane Ouattara après que l'assistance ait exigé que ne soit pas prononcé son nom, de gouverner la Côte d'Ivoire, résulte du constat fait par celui-ci à l'orée des années 90, des richesses dont dispose la Côte d'Ivoire. Elle a indiqué que « ce qui caractérise ce chef rebelle, ce sont les tueries », évoquant les massacres de Guitrozon et plus récemment ceux de Duékoué et Lakota.

La Première Dame a expliqué que «Alassane Ouattara n'a pas gagné au premier tour », quoiqu'il en fût certain, pour la simple raison que « les Ivoiriens ne peuvent pas voter pour un chef bandit ».

Simone Gbagbo estime que la crise survenue au lendemain de la proclamation des résultats du second tour de l'élection présidentielle s'inscrit dans la droite ligne de la lutte pour l'obtention totale de l'indépendance. Qualifiant l'indépendance de 1960, d'«indépendance à oreille percée», faisant allusion à une histoire biblique. Selon la Première Dame, dans la Bible, l'esclave qui refusait de recouvrer la liberté après que son maître lui ait donné l'opportunité, se faisait percer l'oreille pour témoigner aux yeux de tous son refus de liberté.

«Nous allons recouvrer notre indépendance totale, notre souveraineté totale», a-t-elle martelé. Pour cette indépendance, «la Côte d'Ivoire a besoin de chacun de ses enfants», a indiqué Simone Gbagbo.

Le Palais de la culture a refusé du monde pour ce premier grand rendez-vous des mouvements et associations de soutien à Laurent Gbagbo, depuis le déclenchement de la crise post-électorale.


Source: AFREEKELECTION.COM

mercredi, 29 décembre 2010

ATTAQUE MANQUEE D’AZITO ET TENTATIVE D’INFILTRATION DU GOLF - L’ONUCI VOULAIT EMBRASER ABIDJAN, HIER



BASE ONUCI.jpg

Au moment où trois chefs d'Etat de la CEDEAO arrivaient à Abidjan pour rencontrer le Président Gbagbo et comprendre l'ampleur de la fraude du RDR ainsi que les atteintes aux Droits de l'Homme commises par les militants du parti centriste, l'ONUCI avait un plan secret derrière la tête.


Croyant à un relâchement du dispositif de sécurité dans le Distinct d'Abidjan, les spadassins de Ban Ki-moon et Sarkozy ont tenté d'envahir la centrale thermique d'Azito à Yopougon Niangon. Dans le même temps, les fameux Casques bleus ont essayé de pénétrer au Golf Hôtel avec un fort contingent d'hommes et de matériel militaire certainement destinés à ravitailler la coalition rebelle. Retour sur une journée au cours de laquelle Choï et ses sofas ont failli enflammer Abidjan. Il est 10 h passées de quelques minutes lorsque du côté du domicile du ministre Mel Théodore, les soldats des Fds commis à la sécurisation interceptent un impressionnant convoi de l'ONUCI qui tentait de forcer leur dispositif de sécurité. Les Fds s'interposent et interrogent le responsable de l'équipage de l'ONUCI sur l'itinéraire des fameux Casques bleus. Ils s'entendent dire que l'équipage se rendait au Golf Hôtel pour disent-ils effectuer une relève. A cet argument fallacieux, les Fds rétorquent que le chef de l'Etat a déjà ordonné, pour ne pas dire demander aux occupants du Golf Hôtel de rejoindre leurs domiciles respectifs. Il n'est donc plus question de faire perdurer la tempête du verre d'eau au Golf.

Mais, ce qui a intrigué les Fds, c'est le nombre de véhicules composant le cortège. Il s'agissait environ d'une vingtaine de véhicules, 17 précisément. Sur ces 17 véhicules, l'on comptait 2 véhicules de transport de troupes. Et ce sont 52 soldats bangladais, puissamment armés qui voulaient renforcer leurs compères retranchés avec la rébellion au Golf Hôtel. Devant la fermeté des soldats ivoiriens, les curieux Casques bleus font mine de rebrousser chemin et reviennent sur leurs pas, empêchant l'armée ivoirienne de bien contrôler les véhicules qui arrivaient dans le dispositif. Au vu de la tournure des évènements, le Groupe d'escadron blindé de la gendarmerie nationale (Geb) est alerté. Sans perdre une seconde, les hommes du commandant Abéhi Jean Noël se déportent sur les lieux avec une force de frappe à même de parer à toute éventualité.

Arrivés sur place, les gendarmes commandos et les militaires d'Akouédo en faction ne s'encombrent pas de fioritures pour indiquer à l'ONUCI que leur tentative d'infiltration du Golf Hôtel a échoué et qu'ils doivent immédiatement quitter les lieux pour éviter un accrochage. C'est la queue entre les jambes que les fameux Casques bleus prennent la poudre d'escampette dans la mesure où leur présence avait commencé à attirer des curieux qui devenaient de plus en plus nombreux et menaçants. Ce cortège refoulé, un autre véhicule 4x4 avec à son bord 5 personnes (encore des fameux Casques bleus) est revenu peu de temps après à la charge. ''Gentiment et poliment'', les soldats leur ont demandé de rebrousser chemin en attendant de recevoir des instructions de leur hiérarchie. Aux environs de 12h, la situation du côté de Cocody-Riviera était calme et est redevenue normale.


Source : Quotidien LE TEMPS

mardi, 01 décembre 2009

LE MLAN DEMANDE AUX 400 SOLDATS DESERTEURS DE RENONCER AU RAPPEL DE LEURS SOLDES

FORCE LICORNE 2.jpg

Baltasar Gracian Y Morales, dans L’homme de cour, disait que « Le silence est le sanctuaire de la prudence ». Ceci est juste et vrai. Cependant, il existe des sujets sur lesquels, rester silencieux vous rend coupable.

Il nous faut donc dire quelques mots sur la réintégration des ex-combattants des FAFN dans la nouvelle armée ivoirienne, puisque cela semble utile pour le retour à la paix.

 

Après avoir copieusement refusé, le chef de l’Etat, Laurent Gbagbo, s’est résolu à signer  le 16 novembre dernier, 7 décrets pour régler les problèmes des hommes en armes. Il a également dit que « la guerre était finie ».  pour reprendre en cœur son «  lead vocal », le ministre Michel Amani N’Guessan, s’adressant ainsi à tous les hauts gradés de l’armée, de la police et de la gendarmerie, réunis au grand complet à l’état-major des Forces Armées Nationales de Côte d’Ivoire (FANCI) affirmait ceci :  Je suis venu vous demander d’accepter, sans préalable, leur réintégration.  Selon le ministre, cette réintégration concerne  400 soldats de l’armée régulière qui ont rallié la cause de la rébellion. A la faveur de la signature de l’accord politique de Ouagadougou, notamment l’accord complémentaire IX, les deux parties ont convenu que ‘’ les officiers, sous-officiers et militaires du rang ayant appartenu aux Forces de Défense (FDS) encore en activité, bénéficieront de la reconstitution de leur carrière sur la base du principe d’harmonisation des grades avec leurs promotionnaires des FDS, du paiement du rappel de leurs soldes et réintégrés dans la Nouvelle Armée Nationale pour compter de la date d’adoption de la loi d’amnistie du 12 avril 2007.

 

Notre pays, la Côte d’Ivoire a traversé les moments les plus sombres de son histoire en se vautrant dans une guerre sordide et appauvrissante. Il y a eu de nombreux accords et chaque accord avait son lot de sacrifice à faire pour sortir le pays de cette impasse. A titre d’exemple, il a fallu accepter le secrétaire général des Forces Nouvelles comme premier ministre de la Côte d’Ivoire en dépit des exigences de ce poste.

 

FORCE LICORNE.jpg

Aujourd’hui le dernier sacrifice sans doute le plus dur à consentir, c’est d’accepter les ex-combattants des FAFN, qui étaient anciennement issus des FANCI, au sein de l’armée régulière reformée.

Et c’est ce que le Chef de l’Etat demande aux ivoiriens. A notre sens, le peuple ivoirien n’a pas le choix, lui qui a trop souffert de cette crise. Alors que les ivoiriens s’interroge sur la date exacte des élections présidentielles, voici qu’on remet à nouveau le couvert. Les ivoiriens, victimes de cette sale guerre, deviennent des bourreaux puisqu’ils doivent dédommager les soldats déserteurs.

Le lecteur aura compris, ce qui nous irrite, c’est le paiement du rappel de leurs soldes pendant le temps de leur désertion de l’armée ivoirienne. Nos compatriotes ont assez payé et leur demander de remplir les poches des bourreaux d’hier fait un peu désordre dans la république. Cela attise notre colère, qui est semblable à celle d’une ourse à qui on a enlevé les petits.

 

Parmi les conséquences de cette crise, les autorités n’ont pas manqué de signaler l’évasion fiscale liée à la non perception des taxes et impôts dans les zones occupées. Ce sont donc ces ex-combattants qui bénéficiaient des retombées économiques dans les zones occupées. D’ailleurs ces militaires sont devenus très riches au point d’avoir dans tous les pays frontaliers de notre pays, de luxuriantes résidences.

 

Il serait juste pour les 400 bénéficiaires « des 7 décrets du 16 novembre », de renoncer au rappel de leurs soldes puisqu’ils ont profité de la collecte des taxes et impôts dans les zones occupées. Ce serait méprisant pour le peuple ivoirien, pour le contribuable ivoirien donc, de payer encore son bourreau d’hier. On dit souvent que le mépris est la forme la plus subtile de la vengeance. Et le peuple ivoirien pourrait ainsi l’interpréter.

 

A l’endroit des 400 soldats déserteurs, n’oubliez pas  que votre cohabitation avec vos frères d’armes et la population dépendra de votre attitude face à cette épineuse question de réintégration. Le marquage référentiel de cette sortie de crise doit être l’humilité, la sagesse et le respect.

 

Méditez donc sur cette citation d’Emile Michel Cioran : « l'on ne ressent jamais plus douloureusement l'irréversibilité du temps que dans le remords. L'irréparable n'est que l'interprétation morale de cette irréversibilité ».

 

HELICO MI24.jpg

En renonçant à cette manne financière, elle pourrait être utilisée par les associations qui s’occupent des familles et orphelins de cette guerre. Ces enfants et femmes, qui, ont perdu, pour les uns leurs pères, et pour les autres, leurs maris, méritent une attention particulière. C’est pourquoi, le renoncement de cette manne financière, permettra de créer des structures pour s’occuper de ceux qui devraient normalement être les pupilles de la nation. Les autorités ivoiriennes et les ex-belligérants doivent s’accorder pour mettre fin à la souffrance de nos compatriotes. Si le peuple ivoirien a divorcé d’avec la honte, ne le mariez pas avec l’humiliation. 

 

Dieu libère notre beau pays.

 

Séraphin PRAO

Docteur en économie monétaire

Spécialiste des pays africains de la zone franc

Président du MLAN

www.mlan.fr

 

15:34 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Sortie de crise ivoirienne | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : mlan, 400 soldats déserteurs, yao prao séraphin, fanci, fds, fafn | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

samedi, 23 mai 2009

DRAME AU FELICIA: ENFIN DES RESPONSABLES! QUE JUSTICE SOIT FAITE!

big_COPAVID%2002.jpg
Les premiers résultats de l’enquête sur le drame du 29 mars au Stade Houphouet-Boigny, sont connus depuis hier. Albert Anzouan Kacou, le président du comité d’organisation du match Côte d’Ivoire-Malawi et trois membres des Forces de sécurité et de défense (Fds), le chef du district 4 de police, Djokouehi Léon, le commandant du groupe des escadrons, Valentin Gadau Obou et Léopold Magloire Goué, commandant du camp commando d’Abobo ont été inculpés hier, pour homicide et blessures involontaires.
C’est le résultat des deux enquêtes diligentées par le parquet sur injonction du Président de la République à la suite du drame survenu le 29 mars dernier lors de cette rencontre au stade Houphouet-Boigny. M. Anzouan sera traduit devant le tribunal correctionnel en citation directe. Tandis que les agents des Fds mis en cause devront passer par une autre procédure pour être jugés. Selon les conclusions de l’enquête, il y a eu beaucoup de légèreté dans la sécurisation du match.
Avant chaque opposition, le comité d’organisation organise une réunion dite de sécurité avec les responsables Fds commis à la sécurité du match, le responsable sécurité Fifa et un membre de la commission sécurité de la Fif. Cette procédure, selon le rapport lu par le procureur de la République Raymond Tchimou, entouré pour la circonstance de ses substituts, a été respectée pour ce match Côte d’Ivoire-Malawi. «Seulement l’enquête a révélé qu’elle a été quasi informelle en ce sens qu’elle n’a pas été sanctionnée par un procès-verbal qui aurait permis, dans le cas d’espèce, de situer immédiatement après coup, les responsabilités. Cette carence a suscité une polémique quant aux missions effectivement confiées aux différents participants, notamment les fds», révèle-t-il. Plus grave, à cette réunion informelle, l’enquête révèle qu’il n’y avait aucun membre de la commission sécurité de la Fif. Le commandant Goué Léopold représentant la gendarmerie, qui assurait la couverture du match n’y était pas non plus. Selon donc le document distribué par les services du procureur, cette réunion tardive «puisqu’elle a eu lieu seulement la veille du match, s’est tenue avec beaucoup de légèreté, en témoignent l’absence de procès-verbal et les absences des responsables précités». En un mot, le défaut de coordination pour la sécurisation du match a rendu inévitable ce drame.
Au niveau de la billetterie, M. Anzouan a eu tort de confier l’édition des billets à un certain Aka Faustin qui n’est pas imprimeur. Ce dernier aurait sollicité les services de plusieurs imprimeries, ce qui aurait ouvert largement la porte à la possibilité d’émettre des billets parallèles. Pire, les premières déclarations d’Anzouan sur une chaîne de radio internationale se sont révélées fausses. Le patron de l’organisation de la Fif annonçait avoir vendu 31.616 tickets. Alors que son associé Aka Faustin avouait en avoir confectionné plus de 37.000. Plus que la capacité d’accueil du stade Houphouet-Boigny. L’enquête note surtout un comportement suspect de M. Anzouan, qui tentait d’effacer des preuves. Il a demandé avec Koné Ardiouma, le directeur général par intérim de la Fif, à Beugré Ando le comptable de cette instance, d’émettre une facture antidatée de 31.616 tickets.
Les forces de l’ordre, elles, seront jugées pour avoir minimisé les risques de débordement. Venues en nombre insuffisant, elles se sont limitées aux missions contenues dans les courriers qui leur ont été adressés par le comité d’organisation de la Fif. Alors qu’elles ont une mission régalienne de maintien de l’ordre qui les obligeait à prêter main-forte ou même à demander du renfort pour éviter ce genre de drame. Selon le procureur, il n’appartient pas à la Fédération ivoirienne de football (Fif), qui est une structure privée de dicter aux Fds, les dispositions sécuritaires à prendre. Le délit de racket n’a certes pas été prouvé. Cependant, il leur est reproché l’absence de filtrage des spectateurs non munis de tickets au premier poste de contrôle. Ce qui a constitué, selon l’enquête, la faille majeure du dispositif sécuritaire de la Fif. Puisqu’ayant permis un attroupement massif aux abords immédiats du stade. D’autres délits, à savoir faux et usage de faux en écriture privée et de commerce sont attribués à Beugré Andoh (comptable à la Fif), Koné Ardiouma (Dg de la Fif), Yao Séraphin, Camara Shindou, Kouadio Rosine Kouadio et Kouakou Florence. Deux autres personnes, Aka Faustin et Serges Zabalou, sont poursuivis pour faux et usage de faux en complicité avec M. Anzouan. Ils devront tous passer devant le tribunal le 19 juin prochain.

Paul Bagnini

Source: Fratmat