topblog Ivoire blogs

vendredi, 14 décembre 2012

LES FRCI TABASSENT DES ETUDIANTS SUR LE CAMPUS DE COCODY ET LES ENFERMENT DANS DES COMMISSARIATS ET DES CAMPS MILITAIRES


UNE N°3263 LE NOUVEAU REVEIL.jpg

 

Selon des informations recueillies sur ONUCI-FM et sur la toile, des étudiants mécontents de leurs conditions actuelles de travail et d'études à l'université d'Abidjan Cocody s'en sont plaints lors d'une rencontre informelle, hier, jeudi 13 décembre 2012: pas de toilettes, pas de bibliothèque, pas de laboratoires, pas de salles de TD (Travaux Dirigés), amphis surchauffés, pas de climatisation, sonorisation défaillante, vacarme dû aux bruits des bulldozers et autres engins sur le site de l'université encore en chantier, contrairement à ce qui a été annoncé, le campus est occupé par des FRCI en armes, au mépris de toutes les franchises universitaires, pas de point d'eau pour se désaltérer, pas de lieux de restauration à la hauteur de la bourse des étudiants (sur le campus, le pot de lait caillé coûte 1.200 F CFA, la bouteille d'eau minérale 1.000 F CFA, un plat avec sauce 2.000 F CFA, le café express 1.000 F CFA), le nouveau système LMD (Licence-Master-Doctorat) est mal ficelé et chaotique, il n'y a pas suffisamment de table-bancs, certains étudiants prennent leurs cours à même le sol, les amphis de 1500 places promis sont invisibles, il y a un déficit d'enseignants, la mise en ligne des cours annoncée est un leurre, les cités universitaires ne sont toujours pas ouvertes, mieux certains de leurs chantiers sont à l'arrêt faute de moyens, le quai de ramassage de la SOTRA qui était à l'entrée du campus repoussé jusqu'au CHU de Cocody, obligeant les étudiants à faire une longue distance de marche pour accéder à l'université et aux salles de classe; et pourtant l'université a été rénovée à 175 milliards. A quoi a donc servi une pareille bagatelle? On tient des discours officiels enjoliveurs et la réalité à l'université est tout autre.

Il n'en fallait pas plus pour que les mouchards du régime sur la "Fac" alertent les FRCI en armes sur le campus, qui débarquent et, sans état d'âme, s'adonnent à la répression des étudiants. Certains d'entre eux seraient en ce moment aux arrêts et enfermés dans des commissariats et des camps militaires d'Abidjan, selon des sources concordantes. L'université, elle, a été momentanément fermée après ces tristes évènements. La presse proche du RHDP se fait curieusement l'écho de cette énième dérive, elle qui excelle dans l'art aveugle du négationnisme et de l'encensement béat du régime dictatorial d'Alassane Ouattara. Nous ne pouvons donc manquer de nous écrier: "Ah bon!? Vous ne dites plus que c'est la FESCI?!!! Que le monde change!"

Comme le dit l'ami Léopold Kouassi: "Avant on accusait la FESCI, aujourd'hui la FESCI n'est plus là-bas, à qui la faute? Le malaise est clair et les revendications estudiantines sont loin d'être syndicales; il n'y plus de franchise universitaire et on veut enfermer les consciences; les jeunes disent non, c'est tout!"

Pour l'activiste Steve Beko, la presse pro-Ouattara doit être plus conséquente, et continuer dans sa réthorique habituelle: "Soyez courageux, franchissez le pas comme d'habitude! Annoncez que ce sont les militants de la FESCI armés par Laurent Gbagbo qui ont perturbé les cours. En fait, vous n'avez aucune connaissance du monde estudiantin. Là-bas, la réalité des partis politiques est secondaire face à la souffrance commune".

Quant au groupe Facebook Blé Goudé Les Amis, il n'a pu s'empêcher d'asséner ce commentaire: "Comme quoi, il ne s'agit pas de dissoudre la FESCI pour dompter les revendications estudiantines et scolaires. L'on pourrait affirmer sans se tromper que la FESCI est un esprit et non un individu. Il faut plutôt savoir utiliser la FESCI en posant les vrais problèmes des élèves et étudiants de la Côte d'Ivoire".

Il faut, en outre, noter que la prise en charge à 70% des frais d'inscription à l'université promise par le gouvernement n'est valable, en réalité, que pour les premières et deuxièmes années. Les autres niveaux paieraient l'entièreté des frais dont notamment la rondellette somme de 300.000 F CFA pour les Masters (maîtrise du nouveau système LMD) et Doctorats. Pire, certaines facs et filières n'ont pas encore ouvert, créant du coup une rentrée à double vitesse, problème que l'actuelle rentrée annoncée à cor et à cri par le régime Ouattara devait résorber. Au final, Ouattara ne résoud absolument rien, il ne se contente que de déplacer les problèmes et de nous faire macérer dans une communication trompeuse, mensongère et coûteuse pour le contribuable ivoirien.

Ainsi se porte la nouvelle gouvernance ivoirienne!

 

Que DIEU garde la Côte d'Ivoire!

 

DINDE Fernand AGBO

lundi, 27 février 2012

COMMUNIQUE DE PRESSE DU COLLECTIF DES ETUDIANTS POUR LA REOUVERTURE IMMEDIATE DES UNIVERSITES PUBLIQUES

 

GBANE ALEOUSSENE.jpg

Al Hosseine Gbané

COMMUNIQUE DE PRESSE

Le Collectif des Etudiants pour la Réouverture immédiate des Universités Publiques de Côte d'Ivoire (CERUPCI) que je représente dans ce communiqué est très préoccupé par la fermeture des universités publiques de Côte d'Ivoire notamment l'université de Cocody, l'université d'Abobo-Adjamé, l'URS de Korhogo et Daloa.

En effet, depuis le mois d'avril 2011, au sortir de la grave crise post-électorale qu'a connue notre pays, les universités publiques d'Abidjan ainsi que celles de Korhogo et Daloa ont été fermées par les autorités gouvernementales ivoiriennes. La réouverture de ces établissements avait été annoncée pour le mois d'octobre 2011. Malheureusement, le Président de la République lors d'une visite officielle au Togo, en novembre 2011, a dans son discours, fait mention du report de cette réouverture en octobre 2012. Cette fermeture prolongée des universités publiques constitue pour nous, une grave atteinte à notre droit à l'éducation.

Les quelques mois de fermeture initialement annoncés se sont donc prolongés et nous n'avons aucune certitude d'ailleurs sur la date d'octobre 2012. Ce délai permet, selon les autorités, de restaurer les locaux et de lutter contre les réseaux estudiantins qui se sont avérés préjudiciables à la sécurité et à l'équité au sein de l'université. Or, nous évaluons à 2% le nombre d'étudiants sensés appartenir à la FESCI, syndicat qu'accuse l'actuel pouvoir, à juste titre, d'avoir fait régner l'insécurité sur les campus universitaires. Sachant que le problème ne peut être traité dans des locaux vides, il faut d'évidence que l'université rouvre pour gérer la situation de violence et la circonscrire s'il le besoin s'en faisait sentir. Nous demandons instamment au gouvernement de ré-analyser cette situation.

Notons que la connaissance est la base de tout projet professionnel et au-delà, elle est le fondement de la démocratie. Or, les années blanches successives sont préjudiciables aux étudiants qui se retrouvent désœuvrés, dans l'incertitude et le stress de l'attente.

Bourses suspendues

Notons que cette fermeture des universités publiques handicape vivement les étudiants dont les parents n'ont pas les capacités financières nécessaires pour les inscrire dans des universités privées. Situation d'autant plus gênante que depuis 2009 les années blanches s'enchainent. On se retrouverait ainsi à la rentrée 2012-2013 avec quatre promotions de bacheliers et des centaines de doctorants en attente de soutenance. Ces derniers sont d'ailleurs particulièrement contrariés par cette décision qui ne leur offre aucune alternative. Les bourses des doctorants qui sont supposés assurer la relève de l'enseignement universitaire en Côte-d'Ivoire ont été suspendues par une décision unilatérale du Ministre de l'Enseignement supérieur qui considère qu'il ne s'agit pas d'une priorité. Les bacheliers de l'année scolaire 2009-2010 qui ont été orientés au titre de l'année universitaire 2010-2011 accumuleront deux années d'interruption d'études injustifiées. Notons que près de 60% de la population ivoirienne vit dans l'extrême pauvreté ce qui explique le besoin crucial de pouvoir s'appuyer sur l'enseignement public.

Cette période de vacuité freine l'avenir de la jeunesse et par voie de conséquence celui du pays qui a véritablement besoin d'une jeunesse bien formée et efficiente pour relever les défis du développement. Or, le développement d'une nation vient de la valorisation de ses ressources humaines. Tous les Etats qui progressent, se soucient de l'avenir social et du développement, font de l'éducation une priorité. Cependant, depuis les années 80 notre système éducatif connait une tournure de détérioration. Cette crise constante au fil des temps prend une allure étouffante puisque qu'elle débouche, aujourd'hui, sur la fermeture des universités publiques de Côte d'Ivoire alors que nous attendions des solutions et au contraire de nouvelles universités dans le pays. Cette décision, nous le répétons est inadmissible pour nous, les étudiants de Côte d'Ivoire et notamment par le collectif au sein duquel nous sommes réunis, qui représente l'ensemble des étudiants. Nous sommes indignés.

Décision inadmissible

Nous invitons massivement les étudiants de Côte d'Ivoire concernés, les parents d'élèves et tous ceux qui sont sensibles à notre cause, notamment toutes les associations défendant les droits de l'homme et l'éducation dans le monde, à soutenir notre action en participant à la signature d'une pétition en ligne à l'adresse suivante : http://campuslibre.wordpress.com

Nous demandons, entre autres, au gouvernement de prendre les mesures nécessaires pour accélérer les travaux à l'université, pour la restauration des bâtiments de cours, plutôt que de privilégier la construction des murs d'enceinte qui pourraient être construits ultérieurement. Les cours pourraient reprendre durant la finalisation de cette phase des travaux. On peut imaginer, comme cela a été fait dans d'autres pays, la mise en place de grandes bâches en lieu et place des salles de cours dans l'attente de la finalisation des travaux. Quand il y a la volonté, on avance et on trouve les solutions.

Nous demandons au gouvernement de régler les arriérés de salaire des professeurs en veillant à ce que l'ensemble des professeurs soit rémunéré pour éviter un mouvement de grève à la reprise des cours. Grève qui serait encore fortement préjudiciable aux étudiants. Toutes les propositions sont sur le texte court de la pétition mise en ligne.

 

Fait à Abidjan, le 19 janvier 2012.

 

Gbané Aleoussene
Contact : 02 65 11 43


Source: CONNECTION IVOIRIENNE

samedi, 17 décembre 2011

VENANCE KONAN DEPEINT SORO GUILLAUME

SORO GUILLAUME 3.jpg

Un pan entier de notre histoire sous la plume de Venance Konan, DG de Frat-Mat, qu'il n'est guère dans mes habitudes de publier. Intéressant tout de même à plus d'un point. Révélateur. Un brin ironique. Bonne lecture!


Guillaume le Conquérant


«Guillaume, aujourd'hui, tu es le quasi vice-président de la Côte d'Ivoire. Quel chemin tu as parcouru, à seulement 39 ans, et malgré pas mal de casseroles. Chapeau, l'artiste !»

Par Venance Konan.

***


Chapeau bas pour Guillaume Kibafory Soro, alias Bogota, de son nom de guerre du temps de la Fédération des étudiants et scolaires de Côte d'Ivoire, la Fesci. Tu mérites effectivement respect, Guillaume, au vu de ton parcours.

Chapeau, l'artiste!

Te souviens-tu de ce jour de 1998 où je te remis le trophée de l'homme de l'année dans mon bureau de rédacteur en chef d'Ivoir'Soir? A cette époque tu étais le frêle secrétaire général de la Fesci et nos lecteurs t'avaient plébiscité pour le titre d'homme de l'année, parce que tu donnais du fil à retordre au gouvernement de Bédié. Et j'avoue que cela me plaisait bien de te décerner le titre, parce que j'aime bien ceux qui cassent les pieds aux pouvoirs politiques.

A cette époque la Fesci ne réglait pas ses différends à coup de machette, ne tuait pas, ne violait pas, ne rackettait pas, et nous croyions que vous aviez raison d'exiger d'être formés dans de bonnes conditions. Nous ignorions que votre syndicat était l'appendice des partis d'opposition d'alors.

Les caciques du régime de Bédié m'en ont voulu pendant longtemps pour t'avoir donné cette consécration. Je sais que tu t'en souviens, puisque tu m'en as parlé le jour où nous nous sommes rencontrés à nouveau dans ton bureau de secrétaire général des Forces nouvelles à Bouaké. Tu étais alors le ministre d'Etat, chargé de la communication dans le gouvernement d'après Marcoussis. Et aujourd'hui, tu es le quasi vice-président de la Côte d'Ivoire. Quel chemin tu as parcouru, depuis ce jour de 1998! A seulement 39 ans, et malgré pas mal de casseroles. Chapeau, l'artiste!

Nous n'en croyions pas nos yeux

En 1998 donc, tu es étudiant à l'université d'Abidjan et secrétaire général de la Fesci. Tu étais né à Kofiplé, dans les environs de Ferkéssédougou, en pays Sénoufo, là-bas dans le grand nord ivoirien. En 1999 tu cèdes la place à Charles Blé Goudé et disparaît de la scène.

Tu ne réapparais qu'après la chute de Bédié, à la fin de 1999. En 2000 tu es le colistier d'Henriette Diabaté pour les législatives dans la commune de Port-Bouët. La candidature d'Alassane Ouattara est refusée et le Rassemblement des républicains de Côte d'Ivoire, le RDR, son parti sous les couleurs duquel tu voulais te présenter, se retire des élections. Tu disparais à nouveau.

Tu te caches dans un premier temps dans une villa inoccupée à Vridi-Cité, dans la petite cité dite des «50 villas». Je vais t'épater Guillaume. C'est dans cette villa que je vis depuis un peu plus de deux ans. Ce sont les voisins qui me l'ont dit lorsque je m'y suis installé. Le propriétaire de cette maison, un proche parent à moi, ne le savait pas. Il est tombé des nues lorsque je le lui ai dit. C'est cette maison qui a été pillée il y a environ un mois par les Fescistes de la cité universitaire de Vridi après que je me suis sauvé pour l'étranger.

Puis tu pars pour l'Europe. On te dit entre la Grande-Bretagne et la France, pour tes études. Tu réapparais à Ouagadougou peu avant la rébellion. La presse ivoirienne a publié des photos de toi faisant la java dans une boîte de nuit de Ouagadougou en compagnie de ceux qui apparaîtront plus tard comme des chefs de guerre. Les Ivoiriens ne te reverront qu'en 2002, lorsqu'éclate la rébellion. Tu en es le porte-parole.

Nous n'en croyions pas nos yeux. Toi, le jeune étudiant qui n'avait même pas encore fini ses études, à la tête de ce gros truc? Nous pensions tous que tu étais un paravent pour masquer les vrais parrains de la rébellion. Et comme ton ancien camarade Blé Goudé qui disait qu'en te regardant il voyait un cadavre ambulant, personne ne donnait cher de ta peau. On parlait de massacres commis par tes hommes à Bouaké, de fils de gendarmes tués, de charniers, de viols. Moi j'étais convaincu que tu finirais au mieux devant un tribunal international, comme Jean-Pierre Bemba.

SORO GUILLAUME 4.jpg

Ministre d'Etat à 31 ans à peine

Et puis il y a les négociations de Linas-Marcoussis en janvier 2003. Tu en sors ministre d'Etat. A 31 ans à peine. Mais tes débuts de ministre se passent plutôt mal. Tu manques de peu de te faire lyncher par les «jeunes patriotes» de Blé Goudé le jour où tu décides d'aller visiter la télévision. Tu te retires à Bouaké, le fief de ta rébellion. C'est là-bas que tu m'accorderas en 2003 une longue interview qui paraîtra sur trois éditions de Fraternité Matin, et qui me vaudra l'inimitié profonde des supporters de Laurent Gbagbo, pour t'avoir donné la parole à toi, le rebelle, dans le journal gouvernemental. Tes gens venaient de cambrioler l'agence de la Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest de Bouaké et roulaient en carrosse. Ils avaient tous au moins trois téléphones portables dans les mains, au cou, car un bon rebelle qui se respecte doit avoir plusieurs téléphones.

Quelque temps plus tard, j'ai pu photographier ta luxueuse maison et celles de quelques-uns de tes chefs de guerre à Ouagadougou. Je sais que tu n'as pas beaucoup apprécié que je montre aux Ivoiriens vos petits secrets ouagalais. Plus tard, des divergences apparaissent entre toi et Ibrahim Coulibaly dit «IB», que l'on présentait comme le père originel de la rébellion à qui tu aurais ravi la première place. Vous réglez le contentieux à coup de fusils. On compte plusieurs dizaines de morts à Bouaké. Il y a le fameux Kassoum Bamba, «Kass», chef militaire dont le corps est même brûlé. A Korhogo, ton chef de guerre Martin Kouakou Fofié enferme des dizaines de personnes dans des conteneurs exposés au soleil. Ils meurent tous. Et Fofié est sanctionné par l'ONU.

En 2006, tu deviens le ministre d'Etat chargé de la reconstruction dans le gouvernement de Charles Konan Banny. Tu ne reconstruis évidemment rien du tout. En 2007, Laurent Gbagbo, qui cherchait tous les moyens de retarder l'élection présidentielle, sort de son chapeau le dialogue direct avec toi. Vous dialoguez à Ouagadougou, et tu deviens le Premier ministre de la Côte d'Ivoire à 35 ans. Qui dit mieux?

Mais peu de temps après, un mystérieux commando tire des roquettes sur ton avion à son atterrissage à Bouaké. Quatre de tes compagnons sont déchiquetés, mais toi tu en sors indemne. Il faudra me donner l'adresse de ton féticheur. On m'a dit que tu es très attaché aux croyances traditionnelles et que tu fréquentes beaucoup les féticheurs. Jusqu'à ce jour nous ne savons pas qui a tiré sur ton avion.

Ton attelage avec Laurent Gbagbo fonctionne tant bien que mal - plutôt bien que mal - au point où vers la fin de son règne, il ne tarissait pas d'éloges à ton égard. Il a dit à plusieurs reprises que tu as été le meilleur de ses Premiers ministres. Tu sais que j'ai été l'un de ceux qui disaient qu'il y avait un deal entre vous deux. Il te laissait faire ce que tu voulais au Nord, que tes chefs de guerre ont pillé sans vergogne, pendant que lui et les siens pillaient avec encore moins de vergogne le Sud.

Quoi d'autre?

Pendant ce temps tu prends de l'embonpoint. Je sais que tu aimes la bonne chère. Tu aimes la cuisine européenne, mais tu apprécies surtout le tô de chez toi à base de farine de manioc, avec la sauce Tchonron faite avec des feuilles de patates ou de manioc. Tu aimes bien le whisky, le bon vin et le champagne comme tout bon Ivoirien qui a réussi. Tout ça, tu sais bien que ce sont tes proches qui me l'ont dit. Je sais même que tu as fait un régime pendant un certain temps pour perdre un peu de poids.

Aimes-tu aussi la bonne chair? Je suppose que tu es comme tout bon Ivoirien. Ce que je sais c'est que tu as eu trois enfants avec une certaine Sylvie Tagro, de l'ethnie Bété, du village de Zakoua dont son père était le chef. Il est décédé il y a quelques mois. Ça je le sais parce que mon meilleur ami vient de ce village situé à sept kilomètres de Daloa et que je connais bien. Les enfants de Sylvie vivent quelque part dans une banlieue de Paris. Tu as eu un autre enfant avec une femme burkinabè prénommée Kady. Je sais aussi que de ton passage au petit séminaire de Katiola lorsque tu étais au collège, tu as gardé de très fortes relations avec un prêtre français du nom de Marcel Dussud, que tu considères comme ton père spirituel et qui vit à Lyon. Tu as même prénommé ton premier fils Marcel Dussud Soro.

Quoi d'autre? Tu adores les gadgets électroniques, les téléphones portables dernier cri, et les belles voitures. On m'a dit que tu en possèdes une bonne dizaine et que Kadhafi t'a même offert une BMW blindée. Tu es aussi un inconditionnel du chanteur congolais Koffi Olomidé que tu écoutes partout; chez toi, en voiture.

Tu lis aussi beaucoup, surtout les écrivains ivoiriens (m'as-tu lu?), les biographies des grands hommes politiques, tous les livres sur le Mossad et les services secrets israéliens, français, et américains, tu as dévoré les mémoires de Jacques Foccart http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Foccart , et côté cinéma, tu te fais envoyer de France les derniers films. Il y a un an, au moment où je cherchais à mieux te connaître, tu t'étais fait offrir les films de Mr Bean et ceux touchant à la Seconde Guerre mondiale. Tu aimes aussi le football et tu es un supporter de l'ASEC d'Abidjan. Voici en gros pour ton côté jardin.

Tu as eu le nez creux

Revenons à Laurent Gbagbo, qui fut ton idole lorsque tu militais à la Fesci. Ensemble, vous avez réussi à reporter l'élection présidentielle en 2007, 2008, 2009 et ce n'est qu'à la fin de 2010 qu'elle s'est tenue. Avec les résultats que l'on sait. Beaucoup de gens te soupçonnent d'avoir voté pour Laurent Gbagbo au premier tour, dans l'espoir de demeurer son Premier ministre. Mais tu as su bondir sur la branche de Ouattara lorsque tu as vu que celle où se trouvait Laurent Gbagbo avait toutes les chances de casser. Tu as eu le nez creux. Et personne ne saurait nier que si Ouattara peut aujourd'hui entrer au palais présidentiel, c'est grâce à toi et ton armée que tu as finalement eu la bonne idée de ne pas désarmer. Même si au passage on parle de massacres perpétrés par tes hommes à Duékoué.

Que te reste-t-il, Guillaume? Ministre d'Etat comme premier job dans la vie à 31 ans, Premier ministre à 35, sauveur de la République et de la démocratie à 39; que te reste-t-il? Bien sûr que nous le savons. Il te reste à être président de la République pardi! Mais auras-tu la patience d'attendre? D'attendre que les mauvais souvenirs des exactions et des rapines que tes hommes et toi avez laissés à Bouaké et dans les zones que vous contrôliez se soient estompés?


Venance Konan


Source: SLATE AFRIQUE

jeudi, 24 novembre 2011

TROIS JOURNALISTES DE «NOTRE VOIE» ET DEUX RESPONSABLES DE LA FESCI ARRETES


UNE N° 3988 NOTRE VOIE.jpg

César Etou, rédacteur en chef et directeur de publication du quotidien d'opposition Notre Voie, et son collègue Boga Sivori, du même journal, ont été arrêtés, ce jeudi, à Abidjan pour "offense au chef de l'Etat", suite à un article dénonçant l'achat par le régime Ouattara d'une flotte de voitures de luxe en temps de récession économique. Leur confrère Didier Dépry, également de "Notre Voie", a été arrêté pour "atteinte à l'économie nationale" en raison de la publication d'un article affirmant que le franc CFA serait dévalué.

UNE N° 3992 NOTRE VOIE.jpg

Mise à jour: Une du quotidien "Notre Voie" du vendredi 25 novembre 2011.

 

Toujours ce jeudi, le secrétaire général de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d'Ivoire (FESCI), Augustin Mian, et un de ses collaborateurs ont eux aussi été mis aux arrêts à la suite d'une réunion avec le ministre de l'Enseignement supérieur, Cissé Bacongo, par un certain "Lieutenant Touré". Ils sont retenus à la Brigade anti-émeute (BAE) de Yopougon. Le Nouveau Courrier suit de près ces développements inquiétants.


Source: NOUVEAU COURRIER.INFO