topblog Ivoire blogs

mercredi, 26 octobre 2011

LE CAMP OUATTARA A DES SOUCIS: LES CHOSES NE MARCHENT PAS COMME PREVU

 

ALASSANE OUATTARA 16.jpg

La destination Côte d'Ivoire n'enchante plus personne à travers le monde. Au contraire, on s'en méfie comme d'un serpent qui peut vous mordre à tout moment. Des sources proches des milieux diplomatiques ont indiqué, le week-end dernier, que la Côte d'Ivoire reste «un partenaire à problèmes» pour les Etats de la sous -région, pour ne citer que les plus proches. Car, ce pays demeure «une destination à risque» depuis l'arrivée de Ouattara au palais, dans les conditions tragiques. Si bien que ces Etats ont décidé d'attendre «août 2012» pour se faire une meilleure idée de l'évolution de la situation, avant de demander à leurs ressortissants de venir faire des affaires à Abidjan et à leurs entreprises qui veulent délocaliser ou étendre leurs activités de se risquer sur les bords de la lagune Ebrié.

C'est la même consigne pour les élèves et étudiants qui souhaitent venir se former dans nos écoles. Plusieurs structures et entreprises dans la sous-région, voire en Afrique, qui courtisaient régulièrement l'expertise ivoirienne ne veulent pas «pour l'instant» dit-on, se hasarder à Abidjan avec leurs cadres et leurs employés pour des formations et des stages. Du coup, les cabinets de formation qui les accueillaient se retrouvent la clé sous le paillasson. Plus de contrats, plus de marchés avant fin août 2012. Mieux, des pays africains ont expliqué à leurs investisseurs sous-régionaux qui aiment le «goût de l'aventure», même quand elle s'avère plus qu'incertaine, qu'ils le feront à leur «risque et péril». Et que «les autorités diplomatiques ne peuvent pas garantir leur sécurité». La Côte d'Ivoire, on le constate, n'est plus fréquentable. C'est l'avis des hommes d'affaires et des investisseurs européens, français notamment, qui ne sont pas rassurés au plan sécuritaire.

Fin août 2012, une date stratégique

Selon nos sources, les partenaires devenus méfiants de la Côte d'Ivoire n'ont pas donné «l'échéance » d'août 2012 par hasard. Ils veulent d'abord connaître l'issue de l'élection présidentielle en France, avant de se faire une idée de la tournure que pourraient prendre les relations entre les deux pays. Car, «beaucoup de choses vont dépendre des autorités françaises qui seront en place en ce moment- là». Lesquelles ? Les personnes introduites ne sont pas très bavardes à ce sujet, mais il n'est pas difficile de se faire un dessin. On sait que la forme prise par l'intervention française dans la crise ivoirienne n'a pas eu la caution de toute la classe politique. Même si les intérêts français restent les intérêts français, beaucoup pensent, à Paris, que «les choses auraient pu se passer autrement».

Chirac n'a pas mené son affaire de la même manière que Sarkozy, fait-on remarquer. Cela signifie qu'à la place de ce dernier, d'autres pourraient prendre des «options différentes». Il apparaît donc clairement que l'avenir du régime en place sera influencé par celui de la tutelle actuelle à l'élection présidentielle française qui aura lieu en mars 2012. Car, selon qu'un tel sera réélu ou que tel autre sera élu, les regards sur la Côte d'Ivoire resteront figés ou seront orientés dans une autre direction à l'Elysée, pour les cinq années à venir, répète-t-on à demi-mot.

Aussi jusqu'à fin août 2012, les partenaires de la Côte d'Ivoire se seront-ils donné le temps de voir la direction du vent et ses conséquences immédiates sur une période de 6 mois, soit une demi année au moins, avant de s'aventurer à Abidjan pour des affaires sérieuses. En espérant que, d'ici là, la sérénité sera revenue avec la réhabilitation effective des forces de sécurité régulières et de la Justice. Les investisseurs l'ont déjà dit à Ouattara, il faut que «l'environnement des affaires» soit «sécurisé».

Lobbying infructueux

Ils n'ont pas fléchi leur position d'un pouce, malgré les appels à l'aide de Sarkozy qui demandent avec insistance aux hommes d'affaires français d'envahir Abidjan, pour prendre tous les marchés où ils sont prioritaires. Mais ceux-ci restent prudents, car l'argent n'aime pas les bruits de botte. Autant dire que la moisson a été maigre pour ce qui est des investisseurs que le régime a pu convaincre. On n'est donc pas surpris que «Ouattara bouge» beaucoup. L'homme dont le régime est très peu fréquenté par les chefs d'Etat qui, du reste, ne se bousculent guère à l'aéroport d'Abidjan, doit se déplacer lui-même. Il est obligé d'aller en personne vendre une image hélas écornée du pays à l'extérieur. Tout en continuant, chaque jour, de demander le soutien de l'UA et de la Cedeao sur des dossiers comme ceux du retour des investisseurs, de la relocalisation de la Bad à Abidjan, de l'aide en termes de milliards des institutions financières africaines à la Côte d'Ivoire, de la sécurisation des frontières ivoiriennes avec certains pays. Entre autres soucis. Mais ce lobbying s'avère pour l'heure infructueux.

D'ailleurs, des indiscrétions font états que «les chefs d'Etat de la Cedeao et de l'Union africaine qui ont été sévèrement ébranlés par la crise postélectorale, ont demandé à Ouattara de les laisser respirer un peu, après tout ce qui s'est passé». Ceux-ci, confronté à leurs problèmes internes et à la morosité du marché de l'Uemoa qui paye un lourd tribut aux dégâts qu'ils ont contribué eux-mêmes à infliger à la Côte d'Ivoire, ont pris leur distance avec le dossier ivoirien. Ils savent que c'est une source d'ennuis. Mieux, les chefs d'Etat de la Cedeao et de l'Union africaine estiment qu'ils ont fait ce qu'ils pouvaient pour le nouvel arrivant et qu'il lui appartient maintenant de se prendre en charge.

Quant à l'Union européenne, elle est plus intransigeante à l'égard du nouveau régime qui semble la décevoir par son incapacité à gérer le pays, après que tous se soient donné tant de mal pour le hisser. Et on soupçonne que l'Ue est à l'origine des conditions drastiques posées au pouvoir pour une éventuelle aide. A savoir l'organisation d'élections législatives ouvertes à tous et crédibles, la reforme de la filière café-cacao, les réserves quant au Point d'Achèvent de l'Initiative Ppte. Une étape que le pouvoir est en train de gâcher. Alors que Laurent Gbagbo, grâce aux performances de son équipe, à sa vision et à sa bonne gestion, avait pratiquement atteint. Et qu'il aurait réussi, si Ouattara ne lui avait pas mis les bâtons dans les roues, pour l'empêcher de sortir la Côte d'Ivoire de la lourde dette extérieure qui plombe son développement.

En outre, l'Ue, après avoir découvert des aspects qu'on lui a cachés dans la crise ivoirienne, ne serait pas étrangère à la décision des juges de la Cpi de faire remonter les enquêtes sur les crimes de sang en Côte d'Ivoire aux génocides commis par les rebelles et les forces pro Ouattara depuis septembres 2002. D'où le désespoir d'un régime embourbé dans ses crimes, incapable de s'assumer et qui continue d'être tributaire, pour l'essentiel, à l'aide des autres. Quelle tristesse pour la Côte d'Ivoire, un pays qui, pourtant, recèle tant de ressources et de potentialités !


K. Kouassi Maurice, in le quotidien ivoirien « Le Temps ».


Source : COTE D'IVOIRE LA VRAIE