topblog Ivoire blogs

jeudi, 27 juin 2013

CASSE DES AGENCES DE LA BCEAO DE BOUAKE, MAN ET KORHOGO: TOUTES LES COMPLICITES DANS LE VOL DE 1.038 MILLIARDS

 

BCEAO. SENEGAL.jpg


La vérité finit toujours par triompher, dit l’adage. Dix ans après les casses des agences de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (Bceao) dans la zone Centre-nord-ouest (Cno) contrôlée par la rébellion armée ivoirienne en 2003, les langues se délient sur le montant exact de l’argent volé.

 

Selon un journal en ligne sénégalais, derniereminute.sn, repris par plusieurs journaux de la place, l’évaluation complète des dommages causés à la Bceao par les casses des agences de Bouaké, Man et Korhogo, est de 1.038 milliards de FCFA. Le confrère révèle par ailleurs que cette importante somme d’argent volée a d’abord été stockée au Burkina Faso qui servait alors de base-arrière à la rébellion armée ivoirienne. Avant d’être convoyée par avion au Sénégal pour y être blanchie.

«L’affaire des pillages des banques de la Bceao de Korhogo et Man commence à révéler ses secrets. En effet, les chiffres avancés pour la première fois et qui sont estimés à 1.038 milliards, comme l’avait écrit un journaliste qui a fini par la suite en prison, serait bel et bien blanchi au Sénégal. Les détails d’une mafia économique au cœur de laquelle se trouvent de grands bandits au sommet des Etats africains», rapporte notamment derniereminute.sn à la faveur de la récente visite au Sénégal du président de l’assemblée nationale ivoirienne.

Au moment des faits, en 2003, Guillaume Kigbafori Soro était le secrétaire général des Forces nouvelles. La rébellion armée qui a défiguré la Côte d’Ivoire pour s’installer dans sa partie septentrionale, à l’occasion du coup d’Etat manqué dans la nuit du 18 au 19 septembre 2002 contre les institutions de la République. Les hommes de Guillaume Soro régnaient alors en maîtres absolus sur la zone Cno. C’est ainsi qu’en 2003, ils ont braqué les agences Bceao de Bouaké, Man et Korhogo.

De hautes autorités impliquées

En toute quiétude, les Forces nouvelles, qui composent aujourd’hui l’essentiel des forces pro-Ouattara dites Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci), ont tranquillement éventré tous les coffres-forts des agences Bceao avant d’emporter tout leur contenu pour une destination inconnue. «Cet argent a d’abord été placé au Burkina Faso, base arrière de l’ex-rébellion, avant d’être convoyé au Sénégal en avion», indique le confrère sénégalais. Il rapporte, en effet, que le blanchissement des 1.038 milliards a été possible grâce à des complicités à la direction de la Banque centrale et au plus sommet de l’Etat sénégalais. Allusion faite à Me Abdoulaye Wade, alors président de la République du Sénégal. «Des dizaines de milliards provenant de ce blanchiment ont été investis dans l’immobilier, dans la restauration, dans l’hôtellerie, au Burkina Faso. D’autres ont été investis un peu partout en Afrique et même au Brésil, où des Ranchs ont été achetés», précise également derniereminute.sn.

Il affirme aussi que l’ancienne direction de la Bceao a les noms de toutes les personnes qui auraient profité de cet argent. « Mais rien n’a été fait, personne n’a été poursuivi en dehors d’un pauvre Béninois qui s’était fait avoir à Bouaké par un ex-rebelle et qui a été brièvement interpellé à Bamako en possession de plusieurs millions provenant des agences braquées », déplore le confrère sénégalais. Et de révéler qu’à l’époque, la France qui fait partie des actionnaires de la Banque centrale, a voulu faire arrêter tous les cerveaux des attaques contre ces agences, mais des chefs d’Etat dont les pays ont massivement profité de ce vol, n’ont pas voulu s’associer à l’opération, parce qu’elle les mettait en difficulté eux-mêmes. Et les choses en sont restées là, indique-t-il par ailleurs.

En son temps, un journaliste sénégalais en avait payé le prix fort. El Malick Seck, alors directeur de publication du journal 24 heures, avait été jeté en prison pour 3 ans fermes pour avoir cité le président sénégalais dans un article intitulé « Pillage des banques de Korhogo et Man, Wade et son fils Karim mouillés » dans l’affaire de l’argent sale provenant des casses des agences de la Bceao dans la zone Cno en Côte d’Ivoire.


Un ministre d’Etat sénégalais accuse.


lundi, 18 mars 2013

LE TRIOMPHE DU MENSONGE ET DE L'INJUSTICE - BERNARD DESGAGNE

 

 

Il vaudrait beaucoup mieux que la justice internationale n'existe pas, car elle constitue en fait une grave forme d'injustice. M. Gbagbo est un grand démocrate et un homme de dialogue, de progrès et de paix. Il a été victime d'un coup d'État sanglant orchestré par les dirigeants mafieux de l'OTAN, en particulier M. Sarkozy, pour mettre au pouvoir un partenaire de l'ordre mondial néolibéral, M. Alassane Ouattara.


L'armée privée de M. Ouattara, les Forces nouvelles, est une armée d’analphabètes soutenus par la France depuis 2002. Elle sévit encore aujourd'hui en Côte d'Ivoire sous le nom de FRCI. Pas une semaine ne passe sans que les FRCI ne commettent des exactions et des violences. Le racket et la contrebande sont leurs principales activités et sources de revenus.

M. Sarkozy, M. Ouattara et beaucoup d'autres chefs d'État devraient être jugés pour leurs crimes de masse, si une véritable justice internationale existait. Les partisans de ces sinistres personnages n'ont qu'une seule stratégie : le déni et les mensonges. Ils passent leur temps à accuser leurs victimes des crimes qu'ils ont eux-mêmes commis au vu et au su de tous. Ils misent sur la complicité des médias, qui répètent constamment les mêmes mensonges et qui ne donnent qu'occasionnellement la parole à leurs contradicteurs. Tout est affaire de pondération dans les médias : une vérité dite une fois ne fait pas le poids devant un lavage de cerveau systématique où les mensonges sont répétés des milliers de fois.

La justice internationale donne les mêmes résultats partout, que ce soit en Côte d'Ivoire, au Rwanda ou en RDC : c'est le triomphe du mensonge et de l'injustice. La justice n'est qu'un concept qui ne vit encore que dans l'esprit des hommes de bonne foi, dont le président Laurent Gbagbo fait partie. Dans la réalité, il n'y a pas de justice. Il n'y a que l'argent, les fusils et les rapports de force. 

M. Assad, le président de la Syrie, l'a compris. Il ne discute pas avec l'OTAN et les médias menteurs occidentaux. Il achète des missiles russes et empêche l'OTAN de lui faire ce qu'elle a fait à Gbagbo et Kadhafi. C'est le seul argument que comprend l'OTAN, qui ne s'intéresse aucunement à la justice, à la démocratie et au respect des droits de la personne et qui n'est que le bras armé des parasites et des pillards du grand capital apatride basé à Wall Street.

La seule conclusion possible est qu'il ne sert à rien de discuter. Il faut s'armer et résister. Puis, un jour, il faudra éliminer pour de bon les agresseurs qui ensanglantent l'humanité depuis Hiroshima. Après, nous pourrons reparler de justice, internationale ou pas.


Regards sur Gbagbo met en avant des personnes qui veulent s'exprimer sur des sujets particuliers ou des personnes qui ont simplement des histoires engageantes à raconter. Leurs opinions ne reflètent évidemment pas celles du site Regards sur Gbagbo.


Source: REGARDS SUR GBAGBO

vendredi, 07 décembre 2012

MENACES DE LA CPI: CE QUI FAIT PEUR AUX AVOCATS DE OUATTARA, SELON JEUNE AFRIQUE

 

SIMONNE GBAGBO 3.jpg


L’information est donnée par l’hebdomadaire Jeune Afrique, au détour d’un dossier de huit pages mi-admiratif mi-désapprobateur consacré à Simone Gbagbo, une «femme puissante» en qui «il y a du Winnie Mandela», un «roc» qui aurait «contribué à précipiter la chute du régime».

Lors de la formation de son dernier gouvernement, Alassane Ouattara a tenté de donner des gages à Guillaume Soro. «En confiant les clés de la Justice à Gnénéma Coulibaly, un ancien des Forces nouvelles (FN), Alassane Ouattara a visiblement voulu rassurer Soro», indique l’hebdo. Qui fait tout de même remarquer que «la position du pouvoir d’Abidjan est difficile à tenir». «S’il n’exécute pas le mandat, il devra contester sa recevabilité.

LAURENT GBAGBO 23.jpg

L’avocat principal de Laurent Gbagbo, le Français Emmanuel Altit, n’attend que cela pour invoquer l’irrecevabilité du mandat contre son client et dénoncer le «deux poids deux mesures». Pour sortir de ce casse-tête, les avocats de l’Etat ivoirien, Mes Jean-Paul Benoît et Jean-Pierre Mignard, sont sollicités. Ils ont tenu une réunion à Paris le 26 novembre, multiplié les contacts et rédigé des notes destinées au président Ouattara et au ministre de la Justice», écrit Jeune Afrique. Qui pense savoir que dans un premier temps, «les autorités ivoiriennes cherchent à gagner du temps». 

Le temps de voir la requête en irrecevabilité déposée auprès de la Chambre d’appel par Me Altit rejetée et de voir l’audience de confirmation des charges commencée pour s’assurer que «le cas Gbagbo» est verrouillé avant de «saboter» le reste de la procédure? Peut-être. Le temps de «prendre par surprise» Soro et ses hommes, ou au moins quelques-uns d’entre eux? Peut-être aussi. En tout cas, à La Haye, on grogne. «Alassane Ouattara nous a demandé d’enquêter sur les crimes postélectoraux. (…) Ce n’est pas une justice à la carte dans laquelle on pioche ce qui nous arrange (…). 


Philippe Brou

 

Source: LE NOUVEAU COURRIER

mardi, 14 août 2012

LE PIEGE DE LA CPI SE REFERME SUR LE CAMP OUATTARA

 

ALASSANE OUATTARA ET LUIS MORENO OCAMPO.jpg

 

Le régime Ouattara croyait trouver en la Cpi, une arme fatale contre Laurent Gbagbo et ses partisans qu’il veut voir disparaitre à jamais de la vie politique nationale. Obnubilé par ce noir dessein, le nouveau pouvoir s’est empressé de transférer le Président Gbagbo à La Haye. L’opération a nécessité de gros moyens (avion présidentiel) et s’est faite avec une rare célérité qui traduit éloquemment la détermination du régime Ouattara à vouloir sceller définitivement le sort d’un adversaire redoutable, l’ancien chef de l’Etat.

Mis en confiance par leurs parrains et convaincus qu’ils ne se seront jamais poursuivis pour les nombreux crimes commis par leurs hommes, Ouattara et son régime ont promis de coopérer pleinement avec la juridiction internationale dans la gestion du dossier ivoirien. « Toute personne mise en cause devra répondre de ses actes devant la justice qu’elle que soit son bord », se plaisait à affirmer l’actuel chef de l’Etat à ceux qui doutait de sa capacité à garantir l’indépendance de la justice tout en le soupçonnant de protéger ses partisans.

Mais depuis quelque temps, cette disponibilité vis-à-vis de la Cpi s’est transformée en une hostilité. La complicité du début a tourné au vinaigre. La raison est que le parquet de la juridiction internationale, s’appuyant sur les résultats des enquêtes menées par ses services ainsi que ceux des organisations de défense des droits humains, réclame la tête des hommes de Ouattara qui ont commis des crimes graves dont le massacre de 1000 civils dans l’ouest du pays. Un rapport relatif aux conclusions des juges de La Haye sur le dossier ivoirien mentionne que des forces armées pro-Ouattara ont bel et bien commis des crimes de guerre ainsi que des crimes contre l’humanité et devront comparaitre devant leur Cour.

Des sources concordantes indiquent qu’au nombre des personnes recherchées figureraient en bonne place Guillaume Soro Kigbafori, chef de l’ex- rébellion armée de septembre 2002 rebaptisée Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci) ; les chefs de guerre Chérif Ousmane, Fofié Koffi et Losseni Fofana. Face à retournement spectaculaire de situation, Ouattara et son régime voient le danger venir. Subitement, ils ne sont plus prêts à collaborer avec la juridiction internationale et ont changé de discours. Il faut plutôt trouver le moyen de contourner la Cpi. D’où la remise en selle de la justice nationale, présentée comme étant désormais apte à connaitre tous les crimes y compris ceux de génocide commis en Côte d’Ivoire.

La justice nationale déclarée ainsi compétente pourra juger les criminels du régime dont les têtes sont réclamées par la justice internationale. Les nouvelles inculpations infligées aux pro-Gbagbo détenus dans les camps de torture au nord du pays procèdent donc de cette volonté du régime Ouattara de contourner la Cpi. Alassane Ouattara pourra-t-il éviter la prison de La Haye à ses hommes ? En attendant le verdict de l’histoire, il apparait très clairement que la Cpi est devenue une source d’inquiétude pour le camp Ouattara. Autant dire que le piège se referme, de jour en jour, sur son auteur.



Jean Khalil Sella 

 

Source: NOTRE VOIE

dimanche, 20 mai 2012

SCANDALE DES DECHETS TOXIQUES - UN RAPPORT OFFICIEL ACCUSE UN (TRES) PROCHE DE OUATTARA

 

ADAMA BICTOGO.jpg


Le ministre de l’Intégration africaine Adama Bictogo ira-t-il en prison dans les semaines qui viennent ? En tout cas, selon des sources généralement bien informées, un rapport judiciaire remis au procureur de la République, Simplice Koffi Kouadio, recommande d’engager des poursuites contre celui qui est également député d’Agboville. Pour des motifs particulièrement graves : «faux, usage de faux, détournement de fonds, recel et complicité». Les faits dont il est soupçonné, comme deux autres personnages, Koné Cheick Oumar et Claude Gohourou, sont en relation avec le dossier d’indemnisation de plus de 6000 victimes des déchets toxiques, défendus initialement par le cabinet londonien Leigh Day and Co. Des éléments de preuve accablants au sujet de ces détournements seraient disponibles depuis plusieurs semaines. Et mis en exergue dans le rapport qui se trouve désormais dans les mains du procureur de la République d’Abidjan.

La question qui se pose est la suivante : le régime Ouattara acceptera-t-il de «livrer» une de ses figures centrales, particulièrement proche de Ouattara et dépositaire des «secrets» de la «nébuleuse» secrète qui a alimenté «l’effort de guerre» depuis le 19 septembre 2002 ? En effet, Adama Bictogo a été très impliqué dans la contrebande de cacao de la zone rebelle, une contrebande qui passait par le Burkina Faso et le Togo, et bénéficiait de puissantes complicités en France. Bictogo est réputé proche en affaires de Loïc Folloroux, le fils de Dominique Ouattara, directeur Afrique de la sulfureuse firme Armajaro, qui s’est enrichi en spéculant sur les opportunités que la guerre offrait en matière de spéculation sur le marché international de la «fève brune». Après les dissensions qui sautent aux yeux entre Guillaume Soro et Hamed Bakayoko ou les Forces nouvelles et le PDCI, le régime Ouattara pourrait à nouveau être miné de l’intérieur.


 
Benjamin Silué


mardi, 28 février 2012

COTE D'IVOIRE: LA SOCIETE DE MEFIANCE

LUIS MORENO-OCAMPO 3.jpg

Après Gbagbo, qui ? L'annonce de l'élargissement de l'autorisation d'enquêter donnée au procureur Louis Moreno-Ocampo par les juges de la Cour pénale internationale (CPI) a dominé l'actualité de la semaine qui vient de s'écouler et a objectivement créé un vent de panique au sein d'une partie de la classe politique ivoirienne, et parmi les chefs de guerre qui ont fait rois les hommes qui nous gouvernent. Persuadés jusqu'à il y a peu que la CPI était un bagne réservé à Laurent Gbagbo et à ses «semblables», un certain nombre de personnalités et d'hommes de main du régime Ouattara ont progressivement commencé à s'inquiéter.

Le premier signal est venu des «fuites» orchestrées autour de la visite à Abidjan de la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton, dont certains médias ont assuré qu'elle a demandé le départ de Guillaume Soro de la Primature et sa comparution devant la CPI, au moins «à titre de témoin». Désormais, les «parties ivoiriennes» semblent résolues à admettre que «la grande faucheuse» de La Haye s'abattra sur tous les camps, même si l'on continue de supputer sur le niveau auquel ceux qui vont frapper frapperont, s'agissant des actuels hommes forts du pays.

Désormais, les haines inter-ivoiriennes se cristallisent sur les supputations autour des futurs compagnons de bagne du président Laurent Gbagbo. Les pro-Ouattara veulent penser que l'élargissement aggravera le cas de ses opposants, mais peuvent difficilement ignorer que la perspective de transfèrements crée l'inquiétude et aggrave les dissensions sourdes en leur sein. Les pro-Gbagbo ne sont pas persuadés que le fameux élargissement, encadré idéologiquement par une juridiction et un procureur dont le caractère partisan n'échappent plus à personne, arrange leurs affaires. Mais ils ont pleuré, et essuieront un peu leurs larmes si le mal qui les a frappés s'abat également sur les différents actionnaires de l'ex-rébellion. Les militants du PDCI, parti dont l'influence ne cesse de diminuer, espèrent en un «grand nettoyage» qui affaiblira à la fois les «drôles d'alliés» du RDR - Forces nouvelles et les ennemis jurés du FPI.

Au-delà des considérations politiques immédiates, il est important de noter que la problématique de la justice internationale appliquée à la Côte d'Ivoire vient renforcer la logique de la «société de méfiance» qui a cours depuis bientôt vingt ans. Tout le monde soupçonne tout le monde de vouloir l'envoyer à la CPI, de vouloir instrumentaliser la communauté internationale contre lui, de préparer un «coup» pour éviter l'inéluctabilité d'un transfèrement ou d'un «grand déballage» consécutif à un transfèrement. Dans ce contexte, l'idée selon laquelle «la lutte contre l'impunité» pourrait participer à réconcilier les Ivoiriens et à exorciser les démons de la guerre apparaît comme une dangereuse illusion. Une illusion de plus.

Une lourde bombe de non-dits fait tic-tac-tic-tac

Pourquoi donc ? Pourquoi les gouvernements de réconciliation, les forums de réconciliation, les commissions de réconciliation et désormais les juridictions internationales ne parviennent-elles pas à normaliser les relations politiques et sociales au pays des Eléphants depuis tant d'années ? Il semble clair qu'au-delà de tout, les Ivoiriens ne sauraient faire la paix des cœurs sans se réconcilier sur leur récit national commun. Quelles sont les causes profondes de la longue guerre à bas bruit qui ne cesse de recommencer ? Problèmes identitaires insolubles ? Mauvaise foi des politiques ? Volonté forcenée de parvenir au pouvoir en dépit des règles républicaines ? Difficulté à admettre la diversité des opinions politiques et à les faire cohabiter au sein des institutions ?

Quelle est la réalité du rôle des uns et des autres dans la guerre et la déstabilisation du pays ? Qui a fait quoi ? Pourquoi ? Y a-t-il quelque chose à regretter dans ce mode d'accession au pouvoir ? Si la réponse est négative, quel impératif moral pourrait-on opposer aujourd'hui à ceux qui, voyant la prime accordée hier à la rébellion, rêvent de rééditer l'exploit du duo RDR-FN ? L'absence de réponses sérieuses à ces questions rend toute réconciliation sincère impossible.

C'est notamment parce que l'histoire secrète de la rébellion est secrète que l'alliance Soro-Ouattara est tant malmenée par le spectre de la CPI. Si à l'étranger, l'on peut considérer le lâchage annoncé par Ouattara de son Premier ministre comme une sorte de «mise à égalité» des deux camps pouvant atténuer le sentiment d'injustice des pro-Gbagbo, l'on a conscience, en Côte d'Ivoire, que toute inculpation ou transfèrement de Soro ou d'un de ses principaux chefs de guerre aurait un goût amer de sacrifice destiné à garantir une fois de plus l'impunité et l'irresponsabilité de «l'âme invisible» de la rébellion, qui a vampirisé toute une génération et mené à la mort des milliers de jeunes sans prendre de risques. Pour satisfaire ses ambitions en gardant l'image du «technocrate policé» qui ne saurait être parasitée par un profil de chef de guerre à la Jonas Savimbi. Une lourde bombe de non-dits fait «tic-tac-tic-tac-tic-tac».

Et si l'on admettait une fois de plus que les interférences diplomatiques, les diktats, les interventions armées, les interprétations intéressées du récit national par ce qu'il est convenu d'appeler «la communauté internationale» contribuent plus à crisper le débat national qu'à l'ouvrir et à le dynamiser ? Le bouclier que la France accorde aujourd'hui de manière grossière à Alassane Ouattara renforce l'arrogance de son camp et le conforte dans son refus de tout compromis à même de rassembler les fils de la Côte d'Ivoire autour d'une espérance démocratique saine. Posons la question qui fâche : la «société de méfiance» à l'ivoirienne n'est-elle pas une aubaine pour l'ONUCI désormais installée dans le pays de manière structurelle et pour l'ancienne puissance coloniale et les autres nations occidentales, qui tirent profit de manière générale de «l'ingouvernabilité» africaine pour mettre en œuvre leurs stratégies impériales ?

 

Théophile Kouamouo

 

Source: LE NOUVEAU COURRIER

mercredi, 15 février 2012

POURQUOI LA CAN NE POUVAIT PAS RECONCILIER DES IVOIRIENS PLUS DIVISES QUE JAMAIS

 

DIDIER DROGBA.jpg

L'opération de communication massive orchestrée depuis le Palais du Plateau a fait «pschitt». Il faut se rendre à l'évidence. La victoire des Eléphants à l'occasion de la finale de la Coupe d'Afrique des Nations, espérée par tous les Ivoiriens, n'a pas été au rendez-vous. Elle ne sera donc pas instrumentalisée par les prestidigitateurs qui nous dirigent. Et dont la petite musique était déjà parvenue à nos oreilles. Le trophée était annoncé, par ceux qui veulent réconcilier sans panser, sans écouter et sans réparer, comme le signe absolu de la fin de toute discorde au sein d'une Nation à qui tout réussit sous l'égide son chef bien aimé. Pour cette raison, un nombre incroyable d'officiels ont - une fois de plus - gaspillé l'argent public pour faire le voyage de Libreville, dans l'espoir de profiter de l'entrée triomphale des Eléphants dans une ville d'Abidjan en liesse pour se griser d'une popularité usurpée.

C'est bien là le signe du double langage du régime ivoirien, mielleux à destination de l'étranger comme il est brutal - psychologiquement aussi - à l'intérieur. Cette victoire des Eléphants devait être présentée comme le signe de la «baraka» de Ouattara, et de la confirmation de ce qui est «l'ordre juste» en Côte d'Ivoire. Les thuriféraires du régime le disaient : comme en 1992, les Eléphants ramèneraient la Coupe à Abidjan parce que, comme en 1992, Ouattara est aux affaires et Gbagbo est en prison - à sa place naturelle, entendaient-ils affirmer, faisant ainsi la démonstration de leur hostilité historique au mouvement de démocratisation et à «l'indocilité» ivoirienne. Hier comme aujourd'hui. La victoire des Eléphants n'était pas, pour eux, la  promesse d'une réconciliation authentique, mais la poursuite d'un écrasement, d'une humiliation censée frapper les esprits au sein du petit peuple auquel il aurait été seriné que «Dieu aime Ouattara».

Les Ivoiriens hostiles au régime actuel savaient bien quelle instrumentalisation indécente aurait été faite, ce qui ne les a pas empêchés de soutenir leur équipe et de se préparer à porter une victoire paradoxale, faites de joie intérieure et de sarcasmes extérieurs. Les Eléphants n'ont pas gagné. Mais la manœuvre du régime Ouattara, appuyée par une Organisation des Nations Unies qui a oublié son devoir d'impartialité vis-à-vis de ses pays membres, est révélatrice d'un état d'esprit détestable et dangereux. Cet état d'esprit est contenu dans la phrase de Charles Konan Banny, amorphe patron de la Commission dialogue vérité et réconciliation, qui disait en substance que les Ivoiriens se réconciliaient sans s'en rendre compte. De combien de tonnes de lâcheté cette élite-là, et les diverses coteries internationales qui accompagnent le régime Ouattara, se sont lestées pour ne pas oser voir ce que le commun des mortels voit ? En tout cas, on se situe plus que jamais au degré zéro du politique ! Quand des chanteurs ou des footballeurs sont appelés à la rescousse pour régler des problèmes qui ne les concernent pas, c'est qu'il y a une démission des dirigeants et une incompétence manifeste. Dans le cas d'espèce, le problème est simple. Personne, dans le clergé, dans le gouvernement, au sein des syndicats, de la société civile et du corps diplomatique, parmi les guides religieux, n'ose se lever pour dire à Alassane Dramane Ouattara que sa manière de gouverner dans le sadisme, la brutalité et le «rattrapage ethnique» est porteuse des plus grands périls.

Comment réconcilier la Côte d'Ivoire alors que les Dozos et FRCI canal Forces nouvelles continuent de traumatiser et de tuer, comme nous le montre l'actualité récente à Arrah, notamment développée dans cette édition du Nouveau Courrier ? Comment apaiser alors que l'absurdité judiciaire triomphe dans le traitement des prisonniers politiques, dont le cas Michel Gbagbo est emblématique de la cruauté d'Etat en Côte d'Ivoire ? Comment rassembler quand tout semble être mis en œuvre de manière rationnelle pour vider les villages Wê du peu de population qui reste, et quand aucun programme sérieux ne vise à rassurer les centaines de milliers de déplacés internes et de réfugiés ivoiriens ? La joie de la CAN n'aurait-elle pas été forcément de courte durée face aux destructions d'emplois qui battent leur plein et à la vie chère qui oppresse tout un peuple ?

Il s'agit de revenir aux fondamentaux au lieu de persévérer dans la politique de l'autruche. La France «black-blanc-beur» célébrée après la victoire à la Coupe du monde de 1998 a-t-elle empêché Jean-Marie Le Pen d'être au second tour de la présidentielle dans l'Hexagone quatre ans plus tard ? La supplique de Didier Drogba demandant hier, après l'historique qualification à la Coupe du monde de 2006, de «déposer les armes» et «d'aller aux élections» a-t-elle eu la moindre conséquence sur la tragédie ivoirienne et l'inflexibilité des rebelles d'alors ? La victoire des Pharaons d'Egypte a-t-elle empêché la lame de fond révolutionnaire de déferler sur le pays et d'occasionner, en 2011, la chute du régime d'Hosni Moubarak ? La crise ivoirienne est politique. C'est par la politique qu'il faut la régler, avec franchise et courage. Et non par le bling bling et la com' à outrance.

 

La Rédaction


Source: LE NOUVEAU COURRIER

lundi, 30 janvier 2012

L'INSECURITE MENACE LA LUNE DE MIEL ADO-SORO


ADO ET SORO 4.JPG

Malgré la nette victoire de son parti aux législatives du 11 décembre (127 sièges sur 254, auxquels s'ajoutent 35 indépendants), Alassane Ouattara demeure obnubilé par la question sécuritaire. Neuf mois après sa victoire sur Laurent Gbagbo, la Côte d'Ivoire n'est toujours pas pacifiée, tandis que l'Etat de droit, porté comme un étendard par le nouveau régime, demeure abstrait pour un grand nombre d'ivoiriens. Inquiété par les comportements des anciens com-zones, davantage concernés par les berlines de luxe que par l'uniforme, ADO n'hésite plus à contourner son premier ministre Guillaume Soro - sécurocrate du pays ayant montré sa capacité toute relative à maintenir l'ordre -, au risque d'assombrir la lune de miel entre les deux hommes. Analyse.

Agacements

Les incidents de décembre ayant opposé les Forces républicaines de Cote d'ivoire (FRCI), composées majoritairement d'éléments des ex-Forces nouvelles (FN), a des populations locales à Vavoua (Centre-ouest) et à Sikensi, au nord d'Abidjan, ont lézardé la relation jusqu'ici bienveillante à la tête de I'exécutif ivoirien. Le 23 décembre, sans avertir son Premier ministre, également détenteur du portefeuille de la défense, le chef de l'Etat a nommé Zacharia Koné - sans doute l'ex-chef de guerre le moins proche de Guillaume Soro - à la tête de la nouvelle police militaire. Cette unité spéciale est chargée de neutraliser les éléments indisciplinés des forces armées. Autre signe d'agacement à l'égard de son Premier ministre, le président Ouattara a ordonné, dans la foulée, au Directeur général du Trésor public, Adama Koné, de bloquer un décaissement d'un milliard de Francs CFA destiné à la primature. Cette somme représente la dernière tranche du budget de souveraineté pour l'année 2011.

Quel avenir pour Soro?

Alors que les ex-FN font la pluie et le beau temps en divers points du pays et "gèrent" certains quartiers d'Abidjan, comme ils l'ont fait durant dix ans dans le Nord, ce contexte pousse ADO à ne pas reconduire Soro à son poste lors du remaniement censé suivre les législatives. "Je ne suis plus convaincu de pouvoir le maintenir", confie-t-il a ses plus proches collaborateurs depuis sa résidence privée de Cocody. Le ministre des Affaires étrangères, Daniel Kablan-Duncan, ou celui de la Justice, Jeannot Ahoussou, attendent déjà leur tour. .. La nomination d'un nouveau chef de gouvernement bute cependant sur le scénario consistant à envoyer Guillaume Soro à la présidence de l'Assemblée nationale. Agé de 39 ans, l'ancien leader de la FESCI, nouvellement élu député de sa ville natale de Ferkessedougou (Nord), ne peut encore prétendre à cette fonction pour laquelle l'âge minimum est fixé à 40 ans. Au final, il pourrait donc être reconduit, mais temporairement, tandis que l'actuel secrétaire général de la présidence, Amadou Gon Coulibaly, voire Tiémoko Yadé, membre du bureau politique du Rassemblement des républicains (RDR), sont pressentis pour décrocher le perchoir.

Neutraliser les frères d'armes

Désormais critiqué au sein du RDR, Guillaume Soro est, par ailleurs, toujours sous la pression des ONG anglo-saxonnes demandant sa comparution devant la Cour pénale internationale (CPI), au même titre que Laurent Gbagbo. Les Etats-Unis et la France divergent fondamentalement sur la question. Si Washington milite pour une comparution à titre de témoin, Paris s'y oppose, jugeant les effets dangereux pour le président Ouattara. Pour rassurer et marquer ses distances avec ses anciens frères d'armes, Soro a réitéré son engagement à collaborer avec la juridiction internationale lors de son déplacement aux Nations Unies à New York, mi-décembre, où il assistait à la conférence des pays membres du traité de Rome instituant la CPI. Devant la nouvelle procureure, la Gambienne Fatou Bensouda, il s'est même dit disposé à ne plus soutenir ses compagnons, et non des moindres : le patron du Groupe de sécurité présidentielle (GSPR), Chérif Ousmane; le commandant des forces spéciales, Losséni Fofana; ainsi qu'Issiaka Ouattara, alias « Wattao », commandant de la Garde républicaine.



Paris, le 5 janvier 2012

Source : La Lettre du Continent N° 626.

jeudi, 22 décembre 2011

PERIODES, LIEUX ET FAITS DES CRIMES ET GENOCIDES EN COTE D'IVOIRE

 

http://1.bp.blogspot.com/-D6-buBvpz6o/TpDsoMPf3bI/AAAAAAAACCo/9C1DxsEnFS8/s640/du%25C3%25A9kou%25C3%25A9.png

Crimes commis par les forces du duo Ouattara-Soro. Notre Voie n° 4009 du 15 décembre 2011.


PERIODE ALLANT DU 18 SEPTEMBRE 2002 A L'ELECTION PRESIDENTIELLE DE NOVEMBRE 2010


FAITS CONSTITUTIFS DE: GENOCIDE (Art. 5 et  6  DU STATUT DE ROME DE LA COUR  PENALE INTERNATIONALE)


Période & LIEU

FAITS

CIRCONSTANCES DE

PERPETRATION

AUTEURS


A Compter d'octobre 2002 Novembre 2002 (OUEST DE C.I.) MAN, TOULEPLEU, BLOLEQUIN, BANGOLO

ASSASSINAT MASSIF DES MEMBRES DU GROUPE WE

Dès qu'ils prirent pied dans les localités désignées ci-contre, les rebelles et des mercenaires libériens et sierra léonais se livrèrent à des massacres des populations wê plus particulièrement dans les villes de Kouibly, Toulepleu, Bangolo, le village de Dah... Ainsi certains corps étaient jetés dans des puits tandis que d'autres dans des rivières. Aussi, apparait-il extrêmement difficile d'avoir une idée exacte du nombre de personnes assassinées. Toutefois, quoi qu'indéterminé, le nombre de tués est effarant au regard du nombre de villages entièrement rasés, donnant ainsi une idée de l'ampleur du désastre. (Voir rapports Enquêtes Commission internationale sur la guerre en C.I., Human Right watch, Amnesty International & Fédération Nationale des victimes de la guerre en C.I. regroupant 27 Associations)

Les rebelles du MPIGO & MJP,démembrements du MPCI, appuyés par les supplétifs sierra-léonais, libériens, burkinabés, maliens, guinéens.


FAITS CONSTITUTIFS DE: CRIMES  CONTRE L'HUMANITE (Art. 5 et 7  DU STATUT DE ROME DE LA COUR  PENALE INTERNATIONALE)


Période & LIEU

FAITS

CIRCONSTANCES DE

PERPETRATION

AUTEURS


DU 18 AU 19/09/2002 A ABIDJAN

ASSASSINAT DU MINISTRE BOGA DOUDOU

Aux environs de 4 h du matin du 19 septembre 2002, des rebelles puissants armés prenaient d'assaut la résidence du Ministre BOGA DOUDOU Emile. Aussi, était-il froidement abattu de plusieurs coups d'armes lourdes, alors même qu'il avait pu trouver refuge dans la cour de son voisin en en escaladant la clôture. (Voir rapports Enquêtes Commission internationale sur la guerre en C.I., Human Right Watch & Fédération Nationale des victimes de la guerre en C.I. regroupant 27 Associations)

Un groupe d'assaillants membres du MPCI de SORO Guillaume


A BOUAKE DU 18 SEPTEMBRE AU 6/10/2002

ASSASSINAT DE MILITAIRES ET GENDARMES DESARMES AINSI QUE DES MEMBRES DE LEURS FAMILLES

Les bases militaires de Bouaké ayant été concomitamment attaquées avec celles d'Abidjan et Korhogo, des militaires et gendarmes étaient froidement tués lorsque plusieurs étaient faits prisonniers avec leurs enfants de sexe masculin.

Parmi les militaires assassinés aux premières heures de l'attaque figurait le colonel DAGROU LOULA. Il avait été tué à son domicile de plusieurs balles tirées dans le dos.

Les gendarmes arrêtés avec leurs enfants étaient tous gardés dans des cellules de cette base militaire. Mais finalement, 131 d'entre eux sinon tous, à savoir 61 gendarmes + 61 enfants et 07 autres personnes étaient exécutés dans leurs cellules.


Mais pour tenter de masquer ces crimes odieux, les rebelles transportaient les corps des victimes à bord des camions, et les enterraient sommairement dans deux (02) fosses comunes au cimetière du quartier DAR ES-SALAM.


Par ailleurs, les danseuses traditionnelles d'Adjanou ressortissantes du département de Sakassou étaient également torturées avant d'être assassinées à leur tour. (Voir rapports Enquêtes Commission internationale sur la guerre en C.I., Human Right Watch, Amnesty Interntional & Fédération Nationale des victimes de la guerre en C.I. regroupant 27 Associations)

Les rebelles du MPCI dirigés par SORO Guillaume

 

A KORHOGO DU 18 SEPTEMBRE

A JUIN 2004

ASSASSINATS DE MILITAIRES DESARMES, ET DE CIVILS

A la suite des affrontements entre factions rebelles, des charniers étaient découverts dans la ville de Korhogo. L'un de ces charniers contenait 99 corps. La plupart des corps étaient nus. Il ressort des constatations sur ces corps des amputations de membres des victimes étaient constatées. D'autres corps avaient les mains attachées dans le dos. Au total, on dénombrait 31 corps par armes à feu, 02 par armes blanches et 66 par asphyxie dans des conteneurs placés au soleil à la Compagnie Territoriale de KORHOGO  (C.T.K). (Voir rapports Enquêtes Commission internationale sur la guerre en C.I., Amnesty International, Human Right Watch & Fédération Nationale des victimes de la guere en C.I. regroupant 27 Associations)

Ces crimes sont l'œuvredes rebelles du MPCI de SORO Guillaume, et plus précisément, de ceux de la Compagnie Territoriale de Korhogo dirigée par KOUAKOU FOFIE

 

Novembre 2002 ( OUEST DE C.I.)

MAN, TOULEPLEU, BLOLEQUIN, BANGOLO

ASSASSINAT MASSIF DE POPULATIONS CIVILES

Courant novembre 2002, les villes, villages et campements des localités de l'Ouest mentionnées ci-contre étaient assiégés par des individus armés, parlant majoritairement l'anglais et le malinké. Ceux-ci assassinaient systématiquement plusieurs personnes du groupe wê, à savoir les guérés et wobés. Les crimes étaient tantôt réalisés par l'incendie de cases où les victimes étaient regroupées, tantôt par armes blanches ou à feu. Ici, les motivations avouées des assassins furent politiques et foncières. (Voir rapports Enquêtes Commission internationale sur la guerre en C.I, Amnesty International., Human Right Watch & Fédération Nationale des victimes de la guerre en C.I. regroupant 27 Associations)

Les rebelles du MPCI de SORO Guillaume et de ses démembrements, le MPIGO & le MJP, appuyés par leurs

mercenaires sierra-Léonais, libériens,burkinabés, maliens et guinéens.

 


FAITS CONSTITUTIFS DE: CRIMES DE GUERRE (Art. 5 et 8 DU STATUT DE ROME DE LA COUR PENALE INTERNATIONALE)


http://regardscroises.ivoire-blog.com/media/00/00/296218890.jpg


Période & LIEU

FAITS

CIRCONSTANCES DE

PERPETRATION

AUTEURS


A BOUAKE DU 18 SEPTEMBRE AU 6/10/2002

ASSASSINATS DE MILITAIRES ET GENDARMES DESARMES, CASSE DE LA BCEAO, EXPLOITATION FRAUDULEUSE DES PLANTATIONS DE TECK APPARTENENANT A L'ETAT DE C.I., VOL DES ATTRIBUTS ROYAUX A  SAKASSOU, PILLAGES ET VOLS DES BIENS MEUBLES, VEHICULES, MOTO ET AUTRES BIENS PERSONNELS  DES AGENTS DE L'ETAT EN SERVICE DANS LA LOCALITE.

Après l'attaque surprise de toutes les bases militaires de Bouaké dans la nuit du 18 au 19 septembre 2002, plusieurs militaires, gendarmes, policiers et autres éléments des forces de l'ordre et de sécurité étaient assassinés dont le colonel DAGROU LOULA, tué à son domicile de plusieurs balles tirées dans le dos.

Par la suite, les rebelles procédaient à l'arrestation de plusieurs militaires et notamment gendarmes et des membres de leurs familles de sexe masculin, qu'ils emprisonnaient dans des cellules de la base militaires. Ces personnes étaient privées d'aliments et d'eau pendant plusieurs jours avant d'être finalement exécutées froidement dans leurs cellules.

Les corps étaient par la suite transportés dans des camions et enterrés sommairement dans deux (02) fosses communes au cimetière de DAR-ES-SALAM. (Voir rapports Enquêtes Commission internationale sur la guerre en C.I., Amnesty International, Human Right Watch & Fédération Nationale des victimes de la guerre en C.I. regroupant 27 Associations)

Les rebelles du MPCI de SORO Guillaume

 

A KORHOGO DU 18 SEPTEMBRE

A JUIN 2004

ASSASSINAT DE MILITAIRES DESARMES, PILLAGES, VOL DES BIENS ABANDONNES PAR  DES CIVILS POURCHASSES

L'assaut lancé par les rebelles contre les sites militaires de Korhogo, dans la nuit du 18 au 19 septembre 2002,  se soldait par l'assassinat systématique de plusieurs militaires et autres forces de sécurité en service dans la ville.


Les biens personnels de ces victimes et ceux abandonnés par les agents de l'Etat chassés de toutes les villes du Nord, étaient emportés par les rebelles. (Voir rapports Enquêtes Commission internationale sur la guerre en C.I., Amnesty International, Human Right Watch &  Fédération Nationale des victimes de la guerre en C.I. regroupant 27 Associations)

LES REBELLES DU MPCI de SORO GUILLAUME SOUS LE COMMANDEMENT DE KOUAKOU FOFIE DU MPCI

 

Novembre 2002 ( OUEST DE C.I.) MAN, TOULEPLEU, BLOLEQUIN, BANGOLO

Viols, traitements cruels et inhumains, pillages de villes et villages, expulsion forcée des populations, enrôlement de mineurs, casse BCEAO, exploitation frauduleuse de mines d'or, café, cacao et bois

Au nombre des crimes crapuleux commis par les rebelles à l'Ouest de la Côte d'Ivoire figuraient en bonne place les viols et autres sévices sexuels. Après ces crimes, suivent les incendies de quartiers entiers, des villages et des campements dont la plupart ont disparu de la carte de C.I. C'est le lieu de relever la multitude de cas d'incestes que les rebelles ont voulu la perpétration afin que les intéressés aient la vie sauve. C'est par exemple le cas d'un père qui, après avoir assisté à l'exécution, par les rebelles, de ses enfants en compagnie desquels il fuyait, était contraint de coucher avec sa propre fille en présence de la mère, sa femme. Apres l'acte, la mère, l'épouse donc, est atteinte de démence jusqu'à ce jour.


En outre, les rebelles s'étaient approprié les plantations de cacaoyers des paysans, de sorte qu'ils s'opposent à ce jour à leur retour sur leurs terres.


Il faut aussi relever la razzia dont les infrastructures sanitaires et éducatives étaient l'objet. Certaines infrastructures étaient même incendiées après le vol des équipements.


Quant aux enfants soldats auxquels recouraient les rebelles, lesdits enfants soldats sont visibles un peu partout à Man et dans les autres localités.


Par ailleurs, à l'instar de l'Agence BCEAO de Bouaké, celle de Man était l'objet de braquage.

Enfin, tout le cacao et le café de la région étaient recueillis et vendus par les rebelles dans les pays limitrophes pour leurs comptes.

L'extraction frauduleuse de l'or relevait de l'une de leurs prérogatives. (Voir rapports Enquêtes Commission internationale sur la guerre en C.I., Amnesty International, Human Right Watch & Fédération Nationale des victimes de la guerre en C.I. regroupant 27 Associations)

Des mercenaires sierra-Léonais, libériens, burkinabés, maliens, guinéens, supplétifs des factions rebelles


 

PENDANT  ET  APRES L'ELECTION PRESIDENTIELLE DU 28 NOVEMBRE 2010


FAITS CONSTITUTIFS DE: GENOCIDE (Art. 5 et 6 DU STATUT DE ROME DE LA COUR PENALE INTERNATIONALE)


http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTKlt_huUZVaEst0nk7jnAchSyuHO-8RRrmbdze8w_d7nCap3YDQF7QEx4nYw


Période & LIEU

FAITS

CIRCONSTANCES DE

PERPETRATION

AUTEURS

A Compter janvier 2011 A BANGOLO, DUEKOUE, GUIGLO, BLOLEQUIN, TAI, TOULEPLEU,

EXTERMINATION DES MEMBRES DU GROUPE WE

Courant janvier 2011, invoquant l'implication d'un jeune guéré dans une attaque à mains armées dans laquelle avait péri une femme malinké, les ressortissants du Nord, appuyés par les burkinabé, les maliens, les guinéens et des rebelles en faction à Bangolo, faisaient une descente musclée dans le quartier wê. On dénombrait de nombreuses pertes en vies humaines. Plusieurs maisons des guérés étaient incendiées et d'autres pillées. Les biens des victimes étaient emportés.


C'est dans ce contexte conflictuel que les rebelles, à l'occasion de la crise post-électorale, prenaient pieds dans la quasi-totalité des localités de l'Ouest vers la fin du mois de mars 2011.

Aussi, accusant les populations wê, d'une part de soutenir le pouvoir GBAGBO, et d'autre part, d'exproprier les allogènes, assistait-on à des assassinats en règle des membres du groupe ethnique guéré. Il importe de relever que les victimes étaient d'abord l'objet d'un contrôle identitaire méticuleux avant d'être exécutées. Ainsi, jeunes, vieux, valides ou malades d'ethnie guéré étaient systématiquement exécutés. Officiellement, l'on avait annoncé le chiffre 800 au titre des wê assassinés. Mais la réalité est tout autre d'autant que des puits regorgeant encore de corps foisonnent dans la région. L'objectif poursuivi était manifestement d'exterminer les membres du groupe wê pour des raisons politiques et foncières. (Voir rapports Enquêtes Amnisty International, le C.I.R, ONUCI, Human Right watch & la national, nationale et internationale)

 

 

FAITS CONSTITUTIFS DE: CRIMES CONTRE L'HUMANITE (Art. 5 et  7 DU STATUT DE ROME DE LA COUR PENALE INTERNATIONALE)


http://regardscroises.ivoire-blog.com/media/00/00/1017877063.jpg


Période & LIEU

FAITS

CIRCONSTANCES DE

PERPETRATION

AUTEURS

A Compter du 28 novembre 2010

ASSASSINAT MASSIF DES FORCES DE L'ORDRE, DES POPULATIONS CIVILES ET TRAITEMENTS HUMILIANTS ET DEGRADANTS

Exécutant le mot d'ordre de Messieurs Alassane OUATTARA et GUILLAUME SORO tendant à l'installation aux forceps d' un nouveau Directeur Général à la RTI, les rebelles transformés à l'occasion en forces républicaines, s'attaquaient aux institutions et aux populations civiles faisant ainsi plusieurs blessés graves et des pertes en vies humaines.


C'est dans cette logique qu'une faction des forces républicaines s'érigeait en commando dit invisible et s'établissait à Abobo où ses éléments surprenaient chaque nuit les patrouilles des policiers pour en assassiner plusieurs dizaines. Le même commando dit invisible faisait irruption nuitamment dans le village Ebrié d'ANONKOI à Abobo, et y sémait la désolation en assassinant plusieurs dizaines de villageois surpris dans leur sommeil dont certains par le feu. Des maisons étaient incendiées. Plusieurs disparitions de villageois étaient signalées.


Dans la même foulée, l'antenne de la RTI à Abobo était attaquée et plusieurs personnes civiles commises à la surveillance des lieux étaient surprises dans leurs tâches, ligotées et brûlées vives.


Après l'arrestation du Président GBAGBO le 11 avril 2011, les Forces Républicaines de Mr ALASSANE OUATTARA soumettaient cette Haute personnalité ayant assuré les destinées de la nation ivoirienne pendant plus de 10 ans, son épouse et plusieurs hautes autorités du pays à des traitements dégradants et humiliants.


S'en était suivi des tueries systématiques et massives de nombreux jeunes, motif principalement pris de leur appartenance au clan GBAGBO, tout d'abord, dans le quartier d'Anono à Cocody. Ils étaient également accusés d'être des étudiants-miliciens de la FESCI.


Ensuite, les autres quartiers étaient pris d'assaut à la recherche de soi-disant miliciens de GBAGBO.


Enfin, c'est dans le quartier de Yopougon où vivent majoritairement les ressortissants de l'Ouest et, de notoriété publique l'électorat de GBAGBO que des massacres des populations civiles ont été massivement perpétrés. Une telle situation a occasionné un exode massif des membres de certains groupes ethniques qui ont trouvé refuge dans les pays frontaliers comme l'ont d'ailleurs attesté plusieurs rapports des Organisations Internationales des Droits de l'Homme, tels HWR, les médias internationaux et des O.N.G. nationales tel le MIDH


Le traitement particulier subi par le Premier Ministre AFFI N'guessan, GBAGBO Michel et les autres pendant leur détention à Bouna, et dont les images ont fait le tour du monde, ne peut s'analyser autrement que comme humiliant et dégradant. (Voir rapports Enquêtes Commission internationale sur la guerre en C.I., Amnesty International, Human Right Watch et la presse nationale et internationale)

LES FORCES REPUBLICAINES DE COTE D'IVOIRE


FAITS CONSTITUTIFS DE: CRIMES DE GUERRE (Art. 5 et 8 DU STATUT DE ROME DE LA COUR PENALE INTERNATIONALE)

 

http://africanite.net/wp-content/uploads/wppa/2.jpg


Période & LIEU

FAITS

CIRCONSTANCES DE

PERPETRATION

AUTEURS


APRES LE 11 AVRIL 2011 DANS TOUTES LES LOCALITES NE FAISANT PAS L'OBJET D'OCCUPATION DE LA REBELLION DEPUIS SEPTEMBRE 2002


Homicide intentionnel, torture ou traitement inhumain, viols. Destruction et appropriation des biens non justifiées, déclaration qu'il ne sera pas fait de quartier. Atteinte à la dignité. Privation délibérée des populations ivoiriennes de produits pharmaceutiques. Attaque de la résidence du Président de la République alors qu'elle ne fait pas un objectif militaire

Pillages des villes, villages, campements, vols des biens de toutes natures, occupations illégales des maisons et résidences.


Après un largage suivi de bombes sur la résidence du Président de la République, le Ministre TAGRO Désiré, alors Secrétaire Général de la Présidence au moment des faits était chargé de notifier la reddition. Mais alors qu'il se présentait aux forces républicaines pour accomplir cette mission, celles-ci l'abattaient à vue.


Ensuite, il est établi que lesdites forces avaient soumis toutes les personnes trouvées en compagnie du Président GBAGBO, y compris le Président lui-même, à des traitements dégradants et inhumains comme l'attestent éloquemment leurs images ayant fait le tour du monde.


Plusieurs destructions de résidences étaient enregistrées sur l'ensemble du territoire, notamment au détriment des personnes soupçonnées proches du Président GBAGBO. La résidence du Président de la République dans son propre village n'avait point échappé à ces agissements extrêmement dommageables.


La résidence de la Première dame à Grand-Bassam, celle du Premier Ministre Pascal AFFI N'GUESSAN n'avaient pas non plus échappé à ces destructions et pillages.


Au motif qu'en privant les populations de médicaments pharmaceutiques, il parviendrait à bout de son adversaire, Monsieur Alassane OUATTARA n'avait pas hésité à exiger l'interdiction de la livraison de produits pharmaceutiques aux populations ivoiriennes depuis le mois de février jusqu'en avril 2011.


Il est tout aussi constant que toutes les villes, tous les villages et campements, naguère inoccupés par la rébellion de 2002, étaient pris d'assaut par les FRCI courant mars 2011, ce, à la demande de Monsieur Alassane OUATTARA. Dans ces localités, ces forces tuent, violent les femmes et mineures. Elles rançonnent les populations, les volent et les exproprient.


Le compte rendu quotidien de la presse internationale et surtout nationale l'atteste à suffisance. Plusieurs plaintes des victimes corroborent également cette triste réalité. (Voir rapports Enquêtes Commission internationale sur la guerre en C.I Amnesty International, Human Right watch, la presse nationale et internationale et  ONUCI)

LES FORCES REPUBLICAINES DE COTE D'IVOIRE


In le blog RESISTANCE COTE D'IVOIRE ISRAEL

 

Source: COTE D'IVOIRE LA VRAIE

samedi, 17 décembre 2011

VENANCE KONAN DEPEINT SORO GUILLAUME

SORO GUILLAUME 3.jpg

Un pan entier de notre histoire sous la plume de Venance Konan, DG de Frat-Mat, qu'il n'est guère dans mes habitudes de publier. Intéressant tout de même à plus d'un point. Révélateur. Un brin ironique. Bonne lecture!


Guillaume le Conquérant


«Guillaume, aujourd'hui, tu es le quasi vice-président de la Côte d'Ivoire. Quel chemin tu as parcouru, à seulement 39 ans, et malgré pas mal de casseroles. Chapeau, l'artiste !»

Par Venance Konan.

***


Chapeau bas pour Guillaume Kibafory Soro, alias Bogota, de son nom de guerre du temps de la Fédération des étudiants et scolaires de Côte d'Ivoire, la Fesci. Tu mérites effectivement respect, Guillaume, au vu de ton parcours.

Chapeau, l'artiste!

Te souviens-tu de ce jour de 1998 où je te remis le trophée de l'homme de l'année dans mon bureau de rédacteur en chef d'Ivoir'Soir? A cette époque tu étais le frêle secrétaire général de la Fesci et nos lecteurs t'avaient plébiscité pour le titre d'homme de l'année, parce que tu donnais du fil à retordre au gouvernement de Bédié. Et j'avoue que cela me plaisait bien de te décerner le titre, parce que j'aime bien ceux qui cassent les pieds aux pouvoirs politiques.

A cette époque la Fesci ne réglait pas ses différends à coup de machette, ne tuait pas, ne violait pas, ne rackettait pas, et nous croyions que vous aviez raison d'exiger d'être formés dans de bonnes conditions. Nous ignorions que votre syndicat était l'appendice des partis d'opposition d'alors.

Les caciques du régime de Bédié m'en ont voulu pendant longtemps pour t'avoir donné cette consécration. Je sais que tu t'en souviens, puisque tu m'en as parlé le jour où nous nous sommes rencontrés à nouveau dans ton bureau de secrétaire général des Forces nouvelles à Bouaké. Tu étais alors le ministre d'Etat, chargé de la communication dans le gouvernement d'après Marcoussis. Et aujourd'hui, tu es le quasi vice-président de la Côte d'Ivoire. Quel chemin tu as parcouru, depuis ce jour de 1998! A seulement 39 ans, et malgré pas mal de casseroles. Chapeau, l'artiste!

Nous n'en croyions pas nos yeux

En 1998 donc, tu es étudiant à l'université d'Abidjan et secrétaire général de la Fesci. Tu étais né à Kofiplé, dans les environs de Ferkéssédougou, en pays Sénoufo, là-bas dans le grand nord ivoirien. En 1999 tu cèdes la place à Charles Blé Goudé et disparaît de la scène.

Tu ne réapparais qu'après la chute de Bédié, à la fin de 1999. En 2000 tu es le colistier d'Henriette Diabaté pour les législatives dans la commune de Port-Bouët. La candidature d'Alassane Ouattara est refusée et le Rassemblement des républicains de Côte d'Ivoire, le RDR, son parti sous les couleurs duquel tu voulais te présenter, se retire des élections. Tu disparais à nouveau.

Tu te caches dans un premier temps dans une villa inoccupée à Vridi-Cité, dans la petite cité dite des «50 villas». Je vais t'épater Guillaume. C'est dans cette villa que je vis depuis un peu plus de deux ans. Ce sont les voisins qui me l'ont dit lorsque je m'y suis installé. Le propriétaire de cette maison, un proche parent à moi, ne le savait pas. Il est tombé des nues lorsque je le lui ai dit. C'est cette maison qui a été pillée il y a environ un mois par les Fescistes de la cité universitaire de Vridi après que je me suis sauvé pour l'étranger.

Puis tu pars pour l'Europe. On te dit entre la Grande-Bretagne et la France, pour tes études. Tu réapparais à Ouagadougou peu avant la rébellion. La presse ivoirienne a publié des photos de toi faisant la java dans une boîte de nuit de Ouagadougou en compagnie de ceux qui apparaîtront plus tard comme des chefs de guerre. Les Ivoiriens ne te reverront qu'en 2002, lorsqu'éclate la rébellion. Tu en es le porte-parole.

Nous n'en croyions pas nos yeux. Toi, le jeune étudiant qui n'avait même pas encore fini ses études, à la tête de ce gros truc? Nous pensions tous que tu étais un paravent pour masquer les vrais parrains de la rébellion. Et comme ton ancien camarade Blé Goudé qui disait qu'en te regardant il voyait un cadavre ambulant, personne ne donnait cher de ta peau. On parlait de massacres commis par tes hommes à Bouaké, de fils de gendarmes tués, de charniers, de viols. Moi j'étais convaincu que tu finirais au mieux devant un tribunal international, comme Jean-Pierre Bemba.

SORO GUILLAUME 4.jpg

Ministre d'Etat à 31 ans à peine

Et puis il y a les négociations de Linas-Marcoussis en janvier 2003. Tu en sors ministre d'Etat. A 31 ans à peine. Mais tes débuts de ministre se passent plutôt mal. Tu manques de peu de te faire lyncher par les «jeunes patriotes» de Blé Goudé le jour où tu décides d'aller visiter la télévision. Tu te retires à Bouaké, le fief de ta rébellion. C'est là-bas que tu m'accorderas en 2003 une longue interview qui paraîtra sur trois éditions de Fraternité Matin, et qui me vaudra l'inimitié profonde des supporters de Laurent Gbagbo, pour t'avoir donné la parole à toi, le rebelle, dans le journal gouvernemental. Tes gens venaient de cambrioler l'agence de la Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest de Bouaké et roulaient en carrosse. Ils avaient tous au moins trois téléphones portables dans les mains, au cou, car un bon rebelle qui se respecte doit avoir plusieurs téléphones.

Quelque temps plus tard, j'ai pu photographier ta luxueuse maison et celles de quelques-uns de tes chefs de guerre à Ouagadougou. Je sais que tu n'as pas beaucoup apprécié que je montre aux Ivoiriens vos petits secrets ouagalais. Plus tard, des divergences apparaissent entre toi et Ibrahim Coulibaly dit «IB», que l'on présentait comme le père originel de la rébellion à qui tu aurais ravi la première place. Vous réglez le contentieux à coup de fusils. On compte plusieurs dizaines de morts à Bouaké. Il y a le fameux Kassoum Bamba, «Kass», chef militaire dont le corps est même brûlé. A Korhogo, ton chef de guerre Martin Kouakou Fofié enferme des dizaines de personnes dans des conteneurs exposés au soleil. Ils meurent tous. Et Fofié est sanctionné par l'ONU.

En 2006, tu deviens le ministre d'Etat chargé de la reconstruction dans le gouvernement de Charles Konan Banny. Tu ne reconstruis évidemment rien du tout. En 2007, Laurent Gbagbo, qui cherchait tous les moyens de retarder l'élection présidentielle, sort de son chapeau le dialogue direct avec toi. Vous dialoguez à Ouagadougou, et tu deviens le Premier ministre de la Côte d'Ivoire à 35 ans. Qui dit mieux?

Mais peu de temps après, un mystérieux commando tire des roquettes sur ton avion à son atterrissage à Bouaké. Quatre de tes compagnons sont déchiquetés, mais toi tu en sors indemne. Il faudra me donner l'adresse de ton féticheur. On m'a dit que tu es très attaché aux croyances traditionnelles et que tu fréquentes beaucoup les féticheurs. Jusqu'à ce jour nous ne savons pas qui a tiré sur ton avion.

Ton attelage avec Laurent Gbagbo fonctionne tant bien que mal - plutôt bien que mal - au point où vers la fin de son règne, il ne tarissait pas d'éloges à ton égard. Il a dit à plusieurs reprises que tu as été le meilleur de ses Premiers ministres. Tu sais que j'ai été l'un de ceux qui disaient qu'il y avait un deal entre vous deux. Il te laissait faire ce que tu voulais au Nord, que tes chefs de guerre ont pillé sans vergogne, pendant que lui et les siens pillaient avec encore moins de vergogne le Sud.

Quoi d'autre?

Pendant ce temps tu prends de l'embonpoint. Je sais que tu aimes la bonne chère. Tu aimes la cuisine européenne, mais tu apprécies surtout le tô de chez toi à base de farine de manioc, avec la sauce Tchonron faite avec des feuilles de patates ou de manioc. Tu aimes bien le whisky, le bon vin et le champagne comme tout bon Ivoirien qui a réussi. Tout ça, tu sais bien que ce sont tes proches qui me l'ont dit. Je sais même que tu as fait un régime pendant un certain temps pour perdre un peu de poids.

Aimes-tu aussi la bonne chair? Je suppose que tu es comme tout bon Ivoirien. Ce que je sais c'est que tu as eu trois enfants avec une certaine Sylvie Tagro, de l'ethnie Bété, du village de Zakoua dont son père était le chef. Il est décédé il y a quelques mois. Ça je le sais parce que mon meilleur ami vient de ce village situé à sept kilomètres de Daloa et que je connais bien. Les enfants de Sylvie vivent quelque part dans une banlieue de Paris. Tu as eu un autre enfant avec une femme burkinabè prénommée Kady. Je sais aussi que de ton passage au petit séminaire de Katiola lorsque tu étais au collège, tu as gardé de très fortes relations avec un prêtre français du nom de Marcel Dussud, que tu considères comme ton père spirituel et qui vit à Lyon. Tu as même prénommé ton premier fils Marcel Dussud Soro.

Quoi d'autre? Tu adores les gadgets électroniques, les téléphones portables dernier cri, et les belles voitures. On m'a dit que tu en possèdes une bonne dizaine et que Kadhafi t'a même offert une BMW blindée. Tu es aussi un inconditionnel du chanteur congolais Koffi Olomidé que tu écoutes partout; chez toi, en voiture.

Tu lis aussi beaucoup, surtout les écrivains ivoiriens (m'as-tu lu?), les biographies des grands hommes politiques, tous les livres sur le Mossad et les services secrets israéliens, français, et américains, tu as dévoré les mémoires de Jacques Foccart http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Foccart , et côté cinéma, tu te fais envoyer de France les derniers films. Il y a un an, au moment où je cherchais à mieux te connaître, tu t'étais fait offrir les films de Mr Bean et ceux touchant à la Seconde Guerre mondiale. Tu aimes aussi le football et tu es un supporter de l'ASEC d'Abidjan. Voici en gros pour ton côté jardin.

Tu as eu le nez creux

Revenons à Laurent Gbagbo, qui fut ton idole lorsque tu militais à la Fesci. Ensemble, vous avez réussi à reporter l'élection présidentielle en 2007, 2008, 2009 et ce n'est qu'à la fin de 2010 qu'elle s'est tenue. Avec les résultats que l'on sait. Beaucoup de gens te soupçonnent d'avoir voté pour Laurent Gbagbo au premier tour, dans l'espoir de demeurer son Premier ministre. Mais tu as su bondir sur la branche de Ouattara lorsque tu as vu que celle où se trouvait Laurent Gbagbo avait toutes les chances de casser. Tu as eu le nez creux. Et personne ne saurait nier que si Ouattara peut aujourd'hui entrer au palais présidentiel, c'est grâce à toi et ton armée que tu as finalement eu la bonne idée de ne pas désarmer. Même si au passage on parle de massacres perpétrés par tes hommes à Duékoué.

Que te reste-t-il, Guillaume? Ministre d'Etat comme premier job dans la vie à 31 ans, Premier ministre à 35, sauveur de la République et de la démocratie à 39; que te reste-t-il? Bien sûr que nous le savons. Il te reste à être président de la République pardi! Mais auras-tu la patience d'attendre? D'attendre que les mauvais souvenirs des exactions et des rapines que tes hommes et toi avez laissés à Bouaké et dans les zones que vous contrôliez se soient estompés?


Venance Konan


Source: SLATE AFRIQUE

vendredi, 30 avril 2010

PAUVRE DE MA COTE D'IVOIRE!

L'INTER N° 3590.jpg

 

Ils sont attendus pour le désarmement, pour la réunification de mon pays meurtri et pillé, pour des élections sécurisées, pour la renaissance de la terre mienne; que nenni! Ils prennent le temps de se canarder et de s’étriper, ces rebelles ! Nous, on n'a qu'à attendre qu'ils soient contents.

Incroyable que cette Côte d’Ivoire !

lundi, 13 octobre 2008

PROPOSITION DE REPORT DES ELECTIONS PAR LES FN: LE COUP DE GUEULE DU MLAN

GBAGBO ET SORO 2.jpg
Exaspéré par la dernière proposition de report des élections présidentielles par les Forces Nouvelles dans laquelle il voit, à tort ou à raison, le refus des mis en cause de désarmer, le MLAN, le Mouvement pour la Libération de l'Afrique Noire, crie à la forfaiture. L'intégralité du coup de gueule.

L'ex-rébellion ivoirienne des Forces nouvelles (FN), qui contrôle toujours la moitié nord de la Côte d'Ivoire, a "recommandé" samedi 11 octobre 2008, le report de l'élection présidentielle, dont le premier tour était prévu le 30 novembre. Cette déclaration n’est pas étonnante au regard des avancées engrangées depuis l’accord de Ouagadougou.
Cet accord signé le 4 mars 2007 par le président ivoirien Laurent Gbagbo, le chef des Forces nouvelles Guillaume Soro et le président burkinabè Blaise Compaoré visait à ramener la paix en Côte d'Ivoire et à réunifier le pays.

Les ivoiriens ont cru tenir le bon bout et le retour à la paix très proche. Mais voilà qu’alors que les gros bonnets de la rébellion se la coulent douce à Abidjan au sein du gouvernement, les fantassins restés au Nord du pays irritent le nerf de la paix et narguent plus d’uns.

Le MLAN-CI rappelle que depuis l’accession de notre pays à l’indépendance, le pays n’a jamais eu de ministres d’un niveau aussi bas. Inspirée par l’acte héroïque de la Reine ABLA POKOU, qui sacrifia en offrande son unique fils pour sauver son peuple, les autorités ivoiriennes ont accepté au sein d’un gouvernement des « gens » qui n’ont pas achevé leur scolarité.
En dépit des souffrances et la déchirure que cette sale guerre imposée à notre pays a engendré, les ivoiriens ont pardonné.
C’est pourquoi, le MLAN-CI ne comprend pas le refus des Forces Nouvelles de déposer les armes.
Nous rappelions il y a déjà quelques mois, la maigre moisson du premier ministre SORO puisqu’il n’arrive pas à désarmer les soldats qu’il a formé lui-même.

Aujourd’hui les obstacles à la tenue d’élection ouverte et transparente sont nombreux. Citons entres autres, les difficultés de décaissement des contributions annoncées; les lenteurs dans l'aménagement des sites de collecte des données du recensement; les problèmes d'acheminement à Abidjan du matériel de Sagem, l'opérateur français désigné pour procéder à l'identification de la population et à l'enrôlement sur les listes électorales; les désaccords sur le recensement des Ivoiriens, la confection des pièces d'identité et l'établissement des listes électorales etc.

Nous rappelons au président de la république de tirer toutes les conséquences de la volonté des Forces Nouvelles de faire perdurer la crise par leur refus de désarmer.

Pour notre organisation, il n’est pas question d’aller aux élections sans désarmement au regard des risques encourus. A rebours du premier ministre, il ne peut en aucun cas y avoir de concomitance entre désarmement et élections. Une telle proposition n’est en réalité qu’un aveu d’impuissance dans le dossier de désarmement. Monsieur SORO ne doit pas perdre de vue qu’il a été nommé pour faciliter le désarmement de ses hommes et organiser les élections. Qu’il range dans ses fantasmes l’idée d’une élection sans désarmement car notre mouvement appellera à la désobéissance civile si cette œuvre machiavélique arrivait à maturité.

Pour nous, les élections libres sont un maillon du processus de paix et par conséquent, il importe de respecter scrupuleusement l’antériorité des événements. Les élections d’accord mais désarmement d’abord : telle est notre position.

Si toutes ces conditions sont réunies, c’est-à-dire, désarmement et élections, un Forum Social Républicain devra être organisé pour dissiper les malentendus qui subsistent au sein de notre société, en sommes, ce qui a mécontenté une partie de nos frères au point de se résoudre à prendre les armes.

Le MLAN-CI en appelle à la sagesse de l’Union Africaine afin qu’elle prenne ses responsabilités face à l’insubordination des Forces Novelles, car la Côte d’Ivoire ne peut plus demeurer avec deux armées sur son territoire.

Les ivoiriens finiront par perdre patience et l’inévitable arrivera, c’est pourquoi, le MLAN-CI exhorte l’Afrique toute entière à aider la Côte d’Ivoire à racheter le temps pendant qu’il est temps.


Dieu bénisse la Côte d’Ivoire.

Fait à Abidjan, le 12 octobre 2008

Le délégué MLAN-CI
Konan Yao Alexis

1er vice-délégué
Koffi Jean Martial

2e vice-délégué
Loukou Kouamé Theodore

Le secrétaire général du MLAN-CI
Obou Serge Eric

www.mlan.fr
contact@mlan.fr
mlan5@yahoo.fr

15:23 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Sortie de crise ivoirienne | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : report des élections, mlan, forces nouvelles, accord de ouaga, désarmement | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |