topblog Ivoire blogs

mercredi, 28 mars 2012

DENONCIATION DU SILENCE COUPABLE DE LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE SUR LES CRIMES DE MONSIEUR ALASSANE DRAMANE OUATTARA



ASSOA ADOU 3.jpg

Ce 28 mars 2012, date anniversaire du début de l'offensive barbare des rebelles et de leurs alliés français contre l'Etat de Côte d'Ivoire, souvenons-nous  du génocide wê, génocide débuté depuis novembre 2002 et qui a atteint son paroxysme avec le massacre de plus de 800 civils du peuple wê à Duékoué le 28 mars 2011 lors de la prise de cette ville par les Forces Républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI), forces rebelles sous le commandement de Monsieur Alassane Dramane OUATTARA.

A cette douloureuse occasion, nous demandons à tout citoyen ivoirien où qu'il se trouve et à tout défenseur des droits de l'homme d'observer une minute de silence pour dénoncer cet autre silence coupable qui entoure les crimes de Monsieur Alassane Dramane OUATTARA.

Depuis donc ce 28 mars 2011, et depuis l'accession au pouvoir  de monsieur Alassane Dramane Ouattara  par coup d'Etat de la France le 11 avril 2011, la population ivoirienne vit au rythme des crimes de guerre, crimes contre l'humanité et génocide selon la définition du traité de Rome qui institue la CPI.

Après le 11 avril 2011, date de l'arrestation du Président Laurent Gbagbo par l'armée française et alors même que les combats ont cessé depuis, les FRCI ont continué les persécutions contre  ses partisans et commis  des meurtres ciblés à Abidjan.

Human Rights Watch, dans un rapport rendu public le 2 juin 2011, a relevé et décrié le fait que «  les FRCI avaient tué au moins 149 partisans réels ou supposés du Président Laurent Gbagbo depuis leur prise de contrôle d'Abidjan à la mi-avril 2011 ».

La marche du régime Ouattara se fait au rythme de massacres au quotidien et ponctués de massacres en masse dont ARRAH 35 civils tués en février 2012, à BANGOLO, 20 civils tués en Février 2012, sans compter les obstructions et attaques des manifestations pacifiques de l'opposition entrainant des blessés graves et des morts. Des milliers d'ivoiriens sont expropriés de leurs plantations et de leurs biens, pillés ou menacés, quand d'autres sont contraints à l'exil interne et externe.

Tous ces faits se déroulent sous le regard bienveillant de l'ONUCI dont l'unique raison de la présence en Côte d'Ivoire est pourtant la protection des civils. Sa mission a été dévoyée et se résume à l'armement et au soutien apportés aux FRCI contre les civils et à la protection de Monsieur Alassane Dramane OUATTARA.

A ARRAH, tandis que la population avait retrouvé la paix après les affrontements entre elle et les FRCI, une partie de la population allochtone s'est retrouvée avec des armes lourdes pour attaquer les autochtones après le passage de l'ONUCI dans cette ville.

Aujourd'hui, sous le régime OUATTARA, la population ivoirienne n'a d'autre droit que le droit  au chômage, au pillage, à la cherté de la vie pour les plus chanceux et le droit au viol et à la mort pour les moins chanceux. La communauté internationale reste muette, sourde et aveugle face à ces atrocités au quotidien. Les derniers crimes en date sont entre autres:

-Le 31 janvier 2012 : Le jeune Erick Amichia abattu sans cause dans le village de Yaou (Ayamé) par les éléments FRCI nommés Traoré Oumar, Diaby Mama et Diomandé Adama.

-Le 16 mars 2012, toujours à DUEKOUE, une institutrice reçoit la visite des FRCI, l'un d'eux la viole  et les autres la dépouillent de ses biens.

-Le 18 mars 2012 à DUEKOUE, Mr GBOHO François, opérateur économique, a été enlevé par les FRCI sollicités par un opérateur économique concurrent et fusillé avec une balle dans la bouche faisant sauter son cerveau.

-Le 25 mars 2012 à Yopougon, les FRCI installés sur la place de la liberté, font une descente dans un quartier de Yopougon, trois civils sont tués dont un (1) a été égorgé, la tête fracturée et l'œil défoncé et le cadre de banque Kouamé Lucien poignardé. Plusieurs femmes ont été violées et des boutiques pillées. Une centaine de civils ont été blessés.

Ces crimes et ce silence s'inscrivent dans la continuité des crimes commis pendant l'attaque de la Côte d'Ivoire en septembre 2002 et le silence de la communauté internationale face à ces crimes.

En effet, en septembre 2002, pendant que 61 gendarmes désarmés et leurs enfants étaient exterminés par les rebelles à BOUAKE et que tous les biens de l'Etat et de la population étaient pillés, pendant que des villages entiers et leurs habitants à l'ouest étaient brulés et que les plantations des villageois étaient occupées par des rebelles, la presse occidentale notamment française présentait les rebelles comme des anges qui ne faisaient aucun mal aux civils.

Cette mise sous silence de ces crimes a favorisé l'amplification du génocide des populations wè à l'ouest du pays lors de l'offensive des rebelles le 28 mars 2011 ou 800 wê ont été exterminés sous le commandement direct de Mr OUATTARA qui, après s'être autoproclamé à l'hôtel du golf d'Abidjan Président de la République a nommé le chef rebelle Soro Guillaume « Ministre de la défense » et tout cela en présence de l'ONUCI dont la mission officielle est pourtant de protéger les civils.

A l'heure du rattrapage ethnique prôné par Mr OUATTARA comme projet de société et des menaces de morts proférées par le secrétaire général du RDR, Amadou SOUMAHORO sur toute personne qui osera s'opposer à Ouattara, nous interpellons une fois de plus la communauté internationale sur le silence complice et coupable observé autour des crimes actuels qui peuvent préparer, déboucher sur un génocide généralisé à la moindre occasion, comme dans un passé récent.

En cette date anniversaire du 28 mars 2012, rappelant la date historique du 28 mars 2011, date du génocide wê par les rebelles de Mr OUATTARA, nous tenons à rappeler à la communauté internationale que le choix de la force pour le règlement d'une crise électorale au lieu du recomptage des voix comme aux USA en 2000 ou comme en HAITI en 2011, n'a pas permis d'asseoir un régime respectueux des droits de l'homme et que les crimes continuent d'être commis avec des responsabilités identifiées par le traité de Rome.

Nous tenons donc à interpeller une fois encore la communauté internationale quant au silence coupable dont elle fait preuve face aux crimes que commet Mr OUATTARA en Côte d'Ivoire depuis 2002 et singulièrement  depuis son accession au pouvoir par le coup d'Etat de la France.


Coordonnateur et Porte-parole du FPI en exil

Dr ASSOA ADOU

jeudi, 22 décembre 2011

DECLARATION D'UNE BRANCHE DISSIDENTE DE LA JEUNESSE DU PDCI-RDA

 

LOGO PDCI-RDA.PNG

En léger décalé mais très révélateur de la dissidence qui couve au PDCI-RDA. Des militants lucides et patriotes crient leur indignation et ne réchignent plus à en découdre. Espérons qu'ils soient entendus et soutenus pour un grand et salutaire renouveau au PDCI-RDA!

 

A la mort du père fondateur, mission a été donnée au Président Henri KONAN BEDIE, conformément à la Constitution ivoirienne, de gérer le pouvoir d’Etat. Aussi les militants du PDCI-RDA dans leur grande majorité lui ont confié leur avenir. Malheureusement à la suite du coup d’Etat de décembre 1999, le Président Henri KONAN BEDIE perd le pouvoir d’Etat.

Le plus grand parti de Côte d’Ivoire venait ainsi de basculer dans l’opposition. Malgré ce premier échec, le parti fait fi de toutes velléités internes de candidature pour confier encore au Président Henri KONAN BEDIE la mission ultime de récupération du pouvoir d’Etat, par la voie des urnes.

Les militants du PDCI-RDA et les jeunes en particulier ont mis beaucoup d’espoir en cette mission que le président BEDIE lui-même a qualifié de dernier combat, censé ramener notre parti au pouvoir et remettre la Côte d’Ivoire sur le chemin du développement. Mais grande a été notre déception de constater que notre parti le PDCI-RDA venait en troisième position lors de la proclamation des résultats du premier tour de l’élection présidentielle. BEDIE venait ainsi de perdre son dernier combat. La noble et dernière mission à lui confier par le parti lors du dernier congrès, venait de connaitre encore un échec cuisant.


L’appel du Président Bédié à voter pour le candidat Alassane Dramane Ouattara a divisé les militants du PDCI-RDA et la population ivoirienne. Le refus du RHDP d’accepter les résultats du second tour proclamés par le Conseil constitutionnel, seule institution qualifiée en la matière et l’installation par la force de monsieur Alassane Dramane Ouattara au pouvoir ont considérablement dégradé l’unité nationale chère aux ivoiriens. Depuis le 11avril 2011 le Président GBAGBO Laurent et plusieurs de ses proches kidnappés sont détenus dans des conditions inhumaines dans les prisons du nord du pays.


Au moment ou monsieur Charles Konan Banny , Président de la commission dialogue vérité et réconciliation se bat pour que les filles et fils de Côte d’Ivoire se parlent et se donnent la mains pour ensemble construire une nation forte et prospère, au moment ou le pouvoir Ouattara appelle les ivoiriens à aller voter le 11décembre 2011 pour élire un nouveau parlement dans l’optique de mettre en place le deuxième piler de la république (l’assemblée nationale) c’est là que le 29 novembre 2011, soit deux semaines avant ses élections, le Président Laurent Gbagbo est déporté de façon clandestine à la Cour Pénale Internationale (CPI).


Face à cette situation très grave, même si la liberté d’expression a perdu la langue sous l’ère Ouattara, la jeunesse du PDCI-RDA, parti de paix, parti bâtisseur de la Côte d’Ivoire moderne ne peut évidemment rester sans mot dire.
Selon l’acte d’accusation: Laurent Gbagbo aurait engagé sa responsabilité pénale individuelle, en tant que coauteur indirect, pour quatre chefs de crimes contre l’humanité à raison de meurtres, de viols et d’autres violences sexuelles, d’actes de persécution et d’autres actes inhumains, qui auraient été perpétrés dans le contexte des violences post électorales survenues sur le territoire de la Côte d’Ivoire entre le 16 décembre 2010 et le 12 avril 2011.Le même acte indique que les forces pro-Gbagbo ont attaqué la population civile à Abidjan et dans l’ouest du pays, à partir du 28 novembre 2010 ,prenant pour cible des civils qu’elles pensaient être des partisans du candidat de l’opposition, Alassane Ouattara.

Ivoiriens, ivoiriennes, peuple de Côte d’Ivoire l’on veut encore travestir notre histoire sous nos yeux. Ceux qui ont commis les crimes et les pires atrocités en Côte d’Ivoire depuis le coup d’Etat de 1999, la rébellion armée et pendant la crise postélectorale sont connus de tous. Ils ont été épinglés par les organisations de défense des droits de l’homme. En revanche les preuves abondent concernant les tueries, les pillages économiques et exactions perpétrées par la rébellion depuis 2002 et par les FRCI créées par Alassane Ouattara depuis le 17 mars 2010 (cf rapports d’Amnesty international, Human Right Watch, la Croix rouge internationale, de l’ONU et de l’ONUCI).


Les vrais crimes économiques ont été perpétrés par Ouattara, ses rebelles et l’Union Européenne lors de l’embargo sur le port d’Abidjan ayant privé de nombreux malades de médicaments et de la fermeture sans préavis des banques pendant la période de la crise postélectorale. Qui ne se souvient pas du génocide Wè à Duékoué , du massacre des jeunes non armés à la résidence du Président Laurent Gbagbo et à Yopougon , des pillages, tueries massives, persécutions et chasse aux sorcières, insécurité chronique pour la majorité des ivoiriens organisés par le pouvoir ethnique et génocidaire de M. Ouattara et son armée ? En vérité le Président Laurent Gbagbo est victime d’un complot international orchestré par la France au profit d’Alassane Ouattara. Sa place n’est pas en prison parce que c’est le bâtisseur de la démocratie ivoirienne, sa place n’est pas en prison parce que c’est lui le vrai vainqueur de l’élection de novembre 2010, sa place n’est pas en prison parce que ce n’est pas un criminel.


En outre, le nouveau découpage électoral a été fait par Ouattara de façon unilatérale. L’objectif recherché, est de réaliser une écrasante majorité parlementaire par la multiplication des élus dans les zones favorables à M. Ouattara puis en écartant l’opposition et enfin en affaiblissant notre parti le PDCI-RDA dans son bastion du centre du pays. Dans sa curieuse conception de la démocratie M. Ouattara veut un parlement monocolore avec un PDCI à peine visible pour faire passer en force la vente aux enchères publiques de notre citoyenneté, de nos terres et de notre économie.


Jeunes du PDCI, l’heure est grave, pour cela tu dois :


• dire non à l’organisation de la marginalisation de notre grand parti, le PDCI-RDA;

• demander la démission systématique de M. Charles Konan Banny, haut cadre du PDCI de la présidence de la commission dialogue vérité et réconciliation qui n’accouche déjà que d’une souris car malgré tout, le PDCI-RDA devra garder sa notoriété de parti de paix et de sagesse

• t’adresser à tous les militants, à tous les ivoiriens, et leur dire de ne participer à aucune élection tant que M. Ouattara continuera d’occuper de façon illégale et illégitime le pouvoir d’Etat dans notre cher pays.

• lancer un appel vibrant à tous les démocrates d’Afrique et du monde entier à se joindre au peuple de Côte d’Ivoire pour exiger la libération sans condition du Président Laurent Gbagbo

• réitérer ton appel pour une discussion sincère, incluant le Président Gbagbo, en vue d’une solution politique susceptible de ramener la paix et la réconciliation vraie en Côte d’Ivoire.

• lancer un appelle à la CEDEAO, à l’Union Africaine, à l’ONU et à la communauté internationale, pour arrêter les dérives du pourvoir Ouattara, qui pourraient conduire à une explosion sociale et politique irrémédiable en Côte d’Ivoire.

Jeunes du PDCI-RDA, le président Félix Houphouët Boigny nous a légué un grand parti, nous n’avons aucunement le droit de le laisser mourir. Levons-nous et agissons maintenant car demain nous appartient.

Que DIEU garde la Côte d’Ivoire !


Vive le PDCI-RDA !


Fait à Abidjan, le lundi 05 décembre 2011.


Pour la jeunesse du PDCI-RDA,


Le Président YAO KOUAME Patrick
dealer1er@yahoo.fr
Cell. (225) 02 00 28 37.