topblog Ivoire blogs

mercredi, 08 juin 2011

LE PRESIDENT GBAGBO ET SES PROCHES VIVENT DANS DES « CONDITIONS MATERIELLES INHUMAINES » (SES AVOCATS)

 

LAURENT GBAGBO.jpg

Les avocats du Président Gbagbo et de ses proches ont dénoncé dimanche « avec vigueur les conditions matérielles inhumaines dans lesquelles (...) sont contraints de vivre » leurs clients.

« Ces personnes sont en effet, soit enfermées dans des cellules infectes d'une prison poreuse aux intempéries (Bouna), soit détenues dans des locaux infestés de mambas et de moustiques (Katiola) », révèlent-ils dans un communiqué dont DirectScoop a eu copie. Et d'ajouter une absence des « droits les plus élémentaires », notamment « des soins minima pour les malades ».

Les conseils portent, par ailleurs, à l'attention de la communauté internationale, le défaut de signification aux concernés du décret d'assignation à résidence. Une situation qui « viole fondamentalement les droits de l'homme, ainsi que les dispositions légales qui règlementent la mesure d'assignation à résidence».

Le Président Laurent Gbagbo, qui a été capturé le 11 avril par les forces armées (Licorne, ONUCI et FRCI)  soutenant Ouattara est détenu « illégalement» dans une résidence à Korhogo (nord du pays). Aucun chef d'accusation n'a été, à ce jour, prononcé contre lui, son épouse, ses parents et amis, collaborateurs politiques et militaires « enlevés - séquestrés et détenus arbitrairement ».


------------------------------------------------------

 

LE PRESIDENT LAURENT GBAGBO ENGAGE DES POURSUITES NATIONALES ET INTERNATIONALES (SES AVOCATS)

 

Les avocats du Président ivoirien, capturé par la coalition armée France-ONUCI-FRCI (armée pro-Ouattara), ont annoncé dimanche via communiqué de presse, l'engagement de poursuites nationales et internationales, contre des personnes physiques.

« Les conseils, écrivent-ils, ont reçu mandats directs et impératifs, d'engager des poursuites pour enlèvement, séquestration, détention arbitraire et complicité contre des personnes physiques ».

Au plan international, il s'agit de poursuites pour « violations graves du droit international » et complicité des violations précitées « par des personnes physiques ayant agit sous l'instigation ou avec la participation d'un pays, d'une organisation ou d'un groupe armé dont elles assuraient le commandement ou le contrôle ».

Le Président Laurent Gbagbo, qui a été capturé le 11 avril par les forces armées (Licorne, ONUCI et FRCI) soutenant Ouattara est détenu « illégalement», sans décret d'assignation, dans une résidence à Korhogo (nord du pays).

Aucun chef d'accusation n'a été, à ce jour, encore prononcé contre lui, son épouse, ses parents et amis, collaborateurs politiques et militaires, eux-mêmes « enlevés - séquestrés et détenus arbitrairement ».


Source: DIRECTSCOOP.NET