topblog Ivoire blogs

samedi, 08 février 2014

HAMBACK EN SON ROYAUME

HAMED BAKAYOKO.jpg

 

Comme François Hollande devant publier ses bulletins de santé, le dernier scoop des docteurs es sciatique ivoiriens a été de nous livrer l'information scientifique suivante: Ado souffrirait depuis 1998 d'une sciatique à complications, nécessitant des séjours à répétition en France. Tout cela pour nous expliquer ce second voyage en France, quelques jours seulement après son retour du premier.

Les propagateurs de cette rumeur nous prennent pour des veaux surdoués, je le crains fort. Bien sûr il y a des sciatiques très douloureuses, mais avec son rang et son portemonnaie, qui drague les fonds de la lagune abidjanaise pour additionner les frais de voyage par ci, les frais de santé par là, Ouattara devrait bénéficier d'un traitement garanti sans douleurs inutiles.

Désormais, que tous ceux qui souffrent de sciatique, aillent prendre les eaux à Paris ou à Nice, nouvelles capitales mondiales de la sciatique, lieux de cure privilégiés pour touristes africains émergents...

Nous savons que Dramane bénéficie en permanence de deux médecins français, qui le suivent nuit et jour; ces médecins militaires  très bien formés, très expérimentés, bénéficient des dernières technologies, et peuvent le soigner en Côte d'Ivoire, à la française avec des médicaments français. En cas de besoin, ils peuvent même appeler en renfort un chirurgien pour soulager le pauvre homme courbé de douleur. alors pourquoi l'équipe médicale et son patient a-t-elle repris en sens inverse la navette intercontinentale Paris Abidjan?  Pourquoi l'hôte hébergeur a-t-il joué les absents au Forum ICI 2014 et à la rencontre de l'Union africaine?

Les rumeurs de son absence ne devant pas rajouter une couche de peinture opaque sur sa personne tellement en phase avec son peuple, lui, le Papa de la Nation ivoirienne, le Père du retour des exilés, selon l'expression du nouveau poète Soro Alphonse, et afin que les maquis ne se transforment pas en lieux de paris clandestins  "malade, pas malade", "un peu malade, très malade", on s'est dépêché de  rapatrier Ouattara de France en objet volant non identifié, avec atterrissage non enregistré, pour permettre quelques clichés photos  à la fin du forum, où il sert quelques mains et reçoit trois, quatre personnalités triées sur le volet durant quelques minutes. Une personne impressionnée par la dégradation de sa santé, l'ayant croisé sur les lieux du forum, a laissé une petite note anonyme dans un courrier de lecteurs, où face au "bon pied, bon œil" affiché par le photographe officiel, elle affirmait au contraire que le président avait très mauvaise mine et qu'elle avait été très impressionnée par son œil qui ne s'ouvrait presque plus...

En citoyens respectueux de ceux qui nous respectent, nous voulons bien croire qu'une sciatique se soit rajoutée aux autres maux dont souffre vraisemblablement Mr Ouattra, et qui nécessitent des soins inexistants en Côte d'Ivoire; mais de là à imaginer que les nerfs commandant les paupières soient des ramifications du nerf sciatique, il n'y a que dans « les comptes de l'éléphant perché » que l'on pourrait lire cela, ou dans une chronique "à la manière de" version Kandia Kamara. Et nous n'allons pas nous étendre sur tous les détails retenus  par les uns et les autres, parce que la vieillesse est cruelle parfois: si elle vous laisse en vie, vous donne le pouvoir et l'argent,  elle peut vous frapper dans le corps, et bien souvent la puissance et la gloire ne rajouteront pas grand chose  au capital "jours" d'une personne, quand celui-ci est dilapidé.
 
La théorie du sciatique était un ballon d'essai envoyé dans le ciel ivoirien; je ne sais pas s'il va suffire à arrêter les rumeurs. En bon ministre de l'Intérieur, Hamed Bakayoko aura eu le mérite de le lancer pour tenter de couvrir un Ouattara toujours absent pour convenances personnelles. Certaines indiscrétions médicales non vérifiables, ont évoqué hier le retour du vieillard prodigue sur une civière, sans arrêt-conférence dans les salons de l'aéroport, ni haie d'honneur et tapis rouge. Mais on a pu lire sur un communiqué que la rencontre de conciliation avec les opposants de Blaise Campaoré demeurait ajournée.

Soro est à l'étranger comme à l’accoutumée; le Parlement ne fonctionnant plus que par décrets, il est actuellement en voyage au Maghreb : il se remet d'un petit incident parisien: dans un restaurant du 18ème, voulant régaler tout le monde, et persuadé que tous les noirs du restaurant  étaient membres de son fan club, il aborde une dame et son fils déjà installés à une table pour deux, pour leur dire qu'aujourd'hui c'est lui Soro Guillaume qui régale; quelle ne fut pas sa surprise en recevant une volée de bois vert de cette dame qui découvrait l'assassin de son époux, devant elle, bien vivant, alors que son mari avait rejoint le monde des morts, ayant juste croisé au mauvais moment le rouleau compresseur de la cause rebelle, ce rouleau fou qui ne s'arrête jamais, mais dont le compteur des victimes est bloqué sur le chiffre 3000. Il s'en suit un petit déballage de vérités crues, et nous espérerons que les clients qui ne connaissaient rien à la Côte d'Ivoire, auront eu envie de se documenter sur son histoire mouvementée; car assister à une joute entre un petit gros prétentieux et une veuve qui réclame justice pour elle et son fils, permet au camp de la vérité de se dévoiler plus naturellement. Et c'est le paon faussaire qui petit à petit a ramassé ses plumes, fermé son éventail. Mais aujourd'hui, l'homme de plume aux plumes colorées est  de nouveau indispensable en Tunisie pour écraser une petite larme démocratique et encourager les Tunisiens à persévérer dans leur nouvelle Constitution. Demain cap sur le Maroc, pour animer en pan ivoirien la basse cour constituée de toute la panoplie de la cacophonie francophile.

Tout cela pour dire que  Hamback, ministre de l'Intérieur était seul maitre à bord en Côte d'Ivoire ces jours-ci, avec des responsabilités énormes: beaucoup de gens dépendaient de lui; il assurait la protection des caïds,  supervisait les derniers préparatifs du congrès de Maçons dont il fait partie, et qui débute aujourd'hui 7 février; il suivait aussi l'évolution de la situation à la Maca: l'avancée intra muros des tueurs armés , et annulait la sortie des prisonniers politiques pour amnistier 50 droits communs. Donc il avait très peu de temps pour nous concocter rapidement une maladie de Ouattara crédible. S'appuyant sur quelques souvenirs de ses études éphémères de carabin reconverti en carabinieri version mafiosi italiano, aidé du moteur de recherche Google, il nous a fabriqué cette fiche maladie, très savante qui sera reprise demain par la presse du même bord, à la rubrique culture et santé.


Shlomit Abel, 7 février 2014.

jeudi, 04 avril 2013

OCCUPATION DES TERRES DE L'OUEST DE LA COTE D'IVOIRE: LE REGIME OUATTARA PASSE AUX AVEUX

 

HAMED BAKAYOKO 5.gif


En visite à Toulépleu, dans l’ouest du pays, le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, Hamed Bakayoko, a enfin reconnu que les terres des populations autochtones sont occupées par des étrangers.

Au cours de sa visite dans l’ouest du pays, le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, Hamed Bakayoko, a déclaré, à Toulépleu, que des gens appellent leurs parents qui sont en France et leur demandent de l’argent pour payer des mercenaires à l’effet de libérer leurs terres occupées. Hamed Bakayoko estime que c’est de la « manipulation ». Par conséquent, il exhorte les populations à ne pas suivre ce genre de personnes qui font de la «manipulation», et que «l’Etat a conscience de l’existence du problème foncier et il s’attelle à le régler».

L’aveu du gouvernement

Ce qu’on peut retenir des propos du ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur de Ouattara, c’est le fait qu’il reconnaît enfin l’occupation des terres des populations de l’ouest par des étrangers. Et que c’est cette occupation forcée qui est à la base des affrontements qui deviennent récurrents dans cette partie de la Côte d’Ivoire. Pour une fois, il n’a pas indexé ceux qu’il appelle les «pro-Gbagbo».

En effet, Hamed Bakayoko avait toujours soutenu que les affrontements dans l’ouest du pays étaient le fait des «pro-Gbagbo» qui, selon lui, veulent déstabiliser le régime de Ouattara à partir de l’ouest. Il n’avait jamais admis la thèse de l’occupation de force des terres des populations wê par des étrangers armées.

C’est le lieu de rappeler qu’il y a trois jours, le représentant spécial de l’Onu indiquait que les affrontements à l’ouest étaient justement dus aux conflits fonciers. Que le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur reconnaisse lui-même aujourd’hui que les affrontements à l’ouest sont le fait de conflits fonciers est un aveu de taille du gouvernement. Ce d’autant plus qu’Hamed Bakayoko n’est pas que ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur. C’est le n°2 du gouvernement ivoirien. C’est pourquoi il est à déplorer qu’en même temps qu’il reconnaît l’occupation des terres des populations wê par des individus qui n’en ont pas droit, il ne dit pas quand et comment le gouvernement compte régler le problème. Car si les populations sont amenées désespérément à solliciter l’aide de leurs enfants qui sont en France afin de libérer leurs terres comme il l’insinue, c’est certainement parce que ces populations se sentent abandonnées par le gouvernement dont le premier devoir est la protection du territoire national et la défense des intérêts de ses nationaux. Il s’est seulement contenté de dire que le gouvernement en a conscience. Mais il ne suffit pas d’en avoir conscience. Il faut y apporter des solutions idoines pour mettre fin aux affrontements à l’ouest du pays au lieu de passer le temps à accuser les «pro-Gbagbo».

Si Hamed Bakayoko ne veut plus qu’il y ait des affrontements à l’ouest, qu’il règle le problème de l’occupation des terres ! Car les terres constituent les seules richesses et le seul héritage des paysans. Donc sauver leurs terres est une question de survie pour les populations wê. Il appartient à l’Etat de vite agir.

De l’impuissance du gouvernement

Mais le pouvoir Ouattara peut-il régler le problème de l’occupation des terres ? Rien n’est sûr ! On pourrait même répondre par la négative. En ce sens que ce sont les chefs de guerre de l’ex-rébellion armée pro-Ouattara et leurs hommes, qui sont pour la plupart des Burkinabé, qui occupent de force les terres dans l’ouest du pays après avoir tué ou chassé les propriétaires terriens. Ne pouvant pas leur donner ce qu’il leur avait promis, Ouattara les a laissé s’installer dans les forêts en échange de ce qu’il leur doit, Ouattara leur étant redevable. En clair, il leur doit son pouvoir. Le cas d’Amadé Ouédraogo Rémi dit Ouréimi est éloquent. Ce chef rebelle burkinabé occupe la forêt du Mont Péko, dans la région de Bangolo, avec une armée de plus de 300 hommes sans que cela n’interpelle le chef de l’Etat. Selon des informations dignes de foi, cet ancien chef de guerre nargue même Ouattara en disant que c’est à Abidjan qu’on parle de son départ du Mont Péko. Mais ce n’est pas à l’ordre du jour chez lui. Et Ouattara sait ce que ce dernier fait dans cette forêt. C’était au moment où l’Etat parlait de son départ imminent. Et les faits lui ont donné raison puisqu’il n’a jamais été inquiété.

C’est donc pour toutes ces raisons qu’Alassane Ouattara est impuissant devant ce problème gravissime qui constitue une bombe à retardement dans tout le grand ouest. Car ce n’est pas seulement à l’ouest que les Burkinabé occupent de force les terres des Ivoiriens. On observe le même problème dans toute la zone forestière. Et c’est pour intimider autochtones pendant que les Burkinabé occupent leurs terres qu’on a déversé les dozos dans tous les villages et hameaux. De sorte que quand un paysan se plaint de ce qu’un Burkinabé occupe ses terres, les dozos se ruent sur lui, le ligotent et le battent à volonté. Et, pour mieux terroriser les paysans, les dozos ont érigé des barrages partout où les paysans doivent payer pour aller dans leurs champs. Et cela est su de l’administration de toutes les localités où se sont installés les dozos.

 

Boga Sivori, Bogasivo@yahoo.fr

 

In le quotidien ivoirien "Notre voie" du 3 avril 2013.


Source: IVORIAN.NET

vendredi, 04 janvier 2013

INCROYABLE MAIS VRAI: CHRIS BROWN, RIHANNA, LES KORAS, HAMED BAKAYOKO, ALASSANE OUATTARA ET LE DRAME DU PLATEAU!

 

 

côte d'ivoire,incroyable mais vrai,chris brown,rihanna,les koras,hamed bakayoko,alassane ouattara et le drame du plateau


Tout commence lorsque le promoteur des Koras, Monsieur Ernest Adjovi contacte l’entourage de Chris Brown pour un double concert à Abidjan dans le cadre de la célébration de la musique africaine. L’évènement est financé à hauteur de 1 milliard de francs   CFA par le gouvernement ivoirien et le cachet du jeune loup de la musique américaine s’élève à 500 millions de nos francs pour ces deux spectacles : la prestation au stade Félix Houphouët Boigny et à la cérémonie de la remise des Koras à l’hôtel Ivoire.

L’anniversaire de Ouattara et son cadeau

Les koras coïncident cette année avec l’anniversaire du chef du régime ivoirien Alassane Ouattara qui serait né le 1er Janvier à Dimbokro. Hamed Bakayoko, son ministre de l’intérieur en délicatesse avec son patron depuis quelques semaines à cause du don de 12 millions à des policiers qui avaient abattu des braqueurs présumés (ce don avait en effet soulevé un grand tolet dans l’opinion nationale et international – le célèbre magazine panafricain Jeune Afrique y avait consacré un article retentissant) y voit un moyen de se faire pardonner sa bourde sachant son mentor très attiré par ce genre de mondanité.

Contact est donc pris avec l’artiste afin de programmer une soirée privée. Mais en plus de Chris Brown, Hamed Bakayoko souhaite la présence de Rihanna, la petite amie à l’artiste qui est aussi mondialement connu pour ses chansons à succès. Le deal est conclu: Chris Brown sera présent à l’anniversaire d’Alassane Ouattara avec sa petite amie Rihanna pour un cachet de 10 millions de dollars – nous n’inventons rien en ce qui concerne le montant et cela est vérifiable sur ce site internet américain qui relaie l’information à propos du concert privé:

(http://hollywoodlife.com/2012/12/31/chris-brown-rihanna-new-years-eve-concert-africa/)

Même s’il ne précise pas le client pour lequel il a convié 800 invités prestigieux à la très select station balnéaire d’Assinie, située à 80 km d’Abidjan.

côte d'ivoire,incroyable mais vrai,chris brown,rihanna,les koras,hamed bakayoko,alassane ouattara et le drame du plateau

Le fiasco des Koras, l’anniversaire du Chef et le drame du Plateau

La cérémonie des Kora organisée en terre ivoirienne est un vrai fiasco. Le gouvernement ivoirien qui a fortement politisé cet événement culturel en le vendant comme un moyen de ‘’repositionner la Cote d’Ivoire’’ à l’international n’a que ses yeux pour pleurer. Les ivoiriens, comme s’il s’étaient passé le mot boycottent l’événement non seulement à cause du prix exorbitant des tickets d’entrée mais aussi parce qu’ils estiment que ce n’est pas la réponse adéquate aux problèmes quotidiens qui les assaillent. Les artistes africains tels que Patience Dabany venus pour l’événement retournent chez eux sans y avoir participé dénonçant le report de la date dû au retard de Chris Brown. Le stade Félix Houphouët Boigny malgré la gratuité décrétée tard dans la soirée pour faire le plein reste désespérément vide. La salle de l’hôtel ivoire est clairsemé et pire des humiliations, Chris Brown n’y met pas les pieds. Cela n’entache cependant pas la détermination du ‘’milliardaire africain’’ qui tient à faire plaisir à son chef comme à l’époque féodale.

C’est donc dans la gaité que Alassane Ouattara et ses invités passent la nuit du 31 décembre 2012 entre les mélodies de Chris Brown et les déhanchés sexy de Rihanna tandis que les ivoiriens sont invités à un feu d’artifice géant dans la commune du Plateau par le district d’Abidjan. Obnubilé par la réussite de la fête du chef de l’état, Hamed Bakayoko, le ministre de l’intérieur ‘’oubliera’’ de prendre les dispositions nécessaires pour assurer la sécurité des nombreux ivoiriens qui ont fait le déplacement cette nuit là.

Et le drame se produit…

Conséquence de la légèreté du ministre de l’intérieur, les ivoiriens sont assommés le matin du 1er janvier en apprenant que 60 personnes ont péri dans une ‘’bousculade’’ lors des feux d’artifice du Plateau qui ont aussi entrainés 200 blessés. C’est la désolation au sein de la population qui s’explique difficilement le peu de sérieux que le régime Ouattara accorde à leur sécurité. Pendant ce temps, aucune sanction n’est prise au sommet de l’état. Bien au contraire le régime promet deux feux d’artifice pour l’année prochaine avec peut être Madona à l’anniversaire du Grand Chef. Pendant que les ivoiriens pleurent leurs morts, et constatent l’augmentation du prix du carburant et du gaz butane, Chris Brown quitte Abidjan avec sa belle Rihanna à bord d’un jet privé affrété par le ‘’milliardaire africain’’ sous le coup de 13h GMT avec ses 10 millions de dollars.

 

Sur la page Facebook Jacques Roger Show

 

Source: Le blog de Steve Beko

samedi, 03 novembre 2012

COTE D'IVOIRE: UN DOZO FRCI ARRETE PAR LA GENDARMERIE AVEC DES RESTES HUMAINS


DOZO FRCI AVEC DES RESTES HUMAINS.jpg

Dozo FRCI arrêté par la gendarmerie avec des membres humains découpés (Photo du 02 novembre 2012). 

 

Voici en image, un exemple parmi tant d'autres des actes criminels commis quotidiennement par la milice tribale d'Alassane Dramane Ouattara.

DOZOLAND 1.jpg

Dozoland et Dozocratie!

En outre, pas plus tard qu'hier (jeudi 1er novembre 2012, Ndlr), hamed bakayoko, ministre de l'intérieur d'alassane ouattara célébrait les Dozos FRCI: "Notre pays a connu une crise grave. Notre pays a connu la guerre et pendant la guerre, les Dozos ont apporté une contribution à la libération du pays. Je voudrais leur dire merci. On n'a pas honte de reconnaître ça et d'assumer ça parce que c'est la vérité".

DOZOLAND 2.jpg

Pauvre Côte d'Ivoire!

 

Source: La page Facebook de La Majorité Présidentielle

 

DOZOLAND 3.jpg

Hamed Bakayoko: Aucune évocation du retrait des Dozos de la vie publique ivoirienne


LES MILICIENS ETATIQUES DU REGIME OUATTARA


Hamed Bakayoko parle aux Dozos de Côte d'Ivoire. Il leur demande d'extirper de leur rang les mauvais grains. Ceux là qui "gâtent" le nom des Dozo. Il les a remerciés pour avoir ''contribué à la libération de la Côte d'Ivoire''.

DOZOLAND 4.jpg

Koné Zacharia, commandant FRCI et chef Dozo

Il a enfin promis de les faire recenser afin qu'on sache qui est Dozo et qui ne l'est pas. Nulle part, il n’évoque leur retrait de la vie publique comme le réclame les populations ivoiriennes (et leur retour dans leurs pays d'origine et leur aire socio-culturelle et géographique naturelle, le Nord de la Côte d'Ivoire, le Burkina Faso et le Mali, Ndlr).

DOZOLAND 5.jpg

 

Source: La page Facebook de Steve Beko

Cannibalisme à Duékoué: un Dozo pris avec de la chair humaine


L’horreur. Encore l’horreur à Duékoué, sous les feux de l’actualité depuis la crise postélectorale. Tout porte à croire que le cannibalisme se pratique au grand jour dans cette région où les forces de Ouattara et leurs supplétifs Dozos, qui y font la loi depuis près de deux ans, ont droit de vie et de mort sur les populations.

côte d'ivoire,un dozo frci arrêté par la gendarmerie avec des restes humains,hamed bakayoko,dozos,aucune évocation du retrait des dozos de la vie publique,dozos burkinabé,dozos maliens,dozos frci,koné zacharia

Au lendemain de la reconnaissance officielle des dozos par le ministre de l’Intérieur Hamed Bakayoko, un membre de cette confrérie présentée dans tous les rapports des organisations de défense des droits humains comme étant une horde de hors la loi est tombé dans les filets de la gendarmerie, avec en sa possession de la chair humaine. En provenance de Duékoué, le dozo, selon les informations, se rendait à vélo à Gbapleu quand il a été interpellé, pour un contrôle de routine, par des gendarmes en poste à Pinhou à 10 km de Duékoué. Les gendarmes demandent à voir le contenu de la caisse à l’arrière de son vélo. Quelle ne fut leur surprise ! Ils découvrent des membres humains – des morceaux de bras, avant-bras, pieds… en lieu et place de la viande de brousse que le dozo avait déclaré. Des traces sang frais sont encore visibles sur la caisse.

Le Dozo cannibale dont le nom ne nous a pas été communiqué est détenu à la brigade de gendarmerie de Duékoué. Pour nécessité d’enquête. Cette découverte intervient à la veille de la reprise des fouilles sur les sites de charnier, en présence des experts légistes. Ces sites sont jusque-là protégés par l’Onuci et tout semble fin prêt pour relancer les investigations. Le matériel nécessaire en pareille circonstance a été acheminé et toutes les zones suspectées de contenir des corps humains seront fouillées. Selon les autochtones Wê, les corps enterrés en ces endroits sont ceux des victimes des tueries du camp de déplacés de Nahibly perpétrées par les FRCI et dozos fidèles à Ouattara, au vu et au su des forces de l’Onuci qui ont assisté, indifférentes, à la chasse à l’homme qui s’est soldée par plus de 200 morts, de sources crédibles.

Certaines langues – qui lient la découverte macabre effectuée par la gendarmerie à un éventuel programme d’extermination des autochtones Wê – pensent que les Dozo cherchent à faire disparaitre les traces d’un assassinat.

 

Emmanuel Akani, in le quotidien ivoirien "Le Nouveau Courrier"

 

Source: EBURNIE NEWS

jeudi, 25 octobre 2012

INTERVIEW - DAMANA PICKASS: «MOI CATHOLIQUE, COMMENT MON CHEMIN PEUT-IL CROISER CELUI DES ISLAMISTES?»


côte d'ivoire,interview de damama pickass,«moi catholique comment mon chemin peut-il croiser celui des isl

 

Comme vous l’avez sans doute lu dans notre édition du lundi 22 octobre 2012, de retour de Windhoek (Namibie) pour le match aller des Etalons cadets, nous avons passé trois nuits à Accra qui ont été mises à profit pour rencontrer des exilés de la galaxie Gbagbo, parmi lesquels Damana Pickass, le «patriote» qui avait déchiré les résultats partiels du second tour de la présidentielle ivoirienne. Dans l’entretien qu’il nous a accordé, il justifie son acte et charge naturellement au passage la gouvernance du président Alassane Ouattara.


Comment se porte Damana Pickass ?

• Grâce à Dieu, je vais bien. Je suis en vie, et c’est l’essentiel.

Depuis quand êtes-vous à Accra ?

• Depuis le 16 avril 2011, 5 jours après la chute du président Laurent Gbagbo. Après plusieurs péripéties, j’ai pu finalement arriver à Accra, où je me sens beaucoup plus en sécurité avec ma famille.

Vous avez pris la poudre d’escampette pour vous mettre en lieu sûr. Pourtant au même moment, vous avez demandé aux jeunes de rester mobilisés pour organiser la résistance. N’est-ce pas gênant ?

• Je n’ai pas pris la poudre d’escampette. Nous avons mené la bataille, nous étions sur le terrain pendant les moments de braise, quand Abidjan était encore à feu et à sang. Nous avons travaillé à galvaniser les populations, les forces de défense et de sécurité. Nous faisions même de la collecte de moyens matériels et de vivres pour les militaires pendant que ça tirait encore dans les rues de la capitale économique ivoirienne. Donc on ne peut pas dire aujourd’hui que j’ai abandonné les militants tout en demandant aux jeunes de résister. La posture d’exilé n’est pas une posture de défaitiste, mais plutôt celle du refus et du combat. Et nous sommes toujours dans le combat. Il faut dire qu’en tant qu’acteur de premier plan, j’étais personnellement visé. Je le souligne parce que ma maison a été l’objet d’attaques violentes à l’arme lourde. Il fallait donc que je prenne du recul pour rester en vie afin de poursuivre la lutte. Même si nous sommes courageux, téméraires et déterminés, nous ne sommes pas des kamikazes.

Certains pro-Gbagbo ont, semble-t-il, réussi à quitter Abidjan avec la complicité des ex-rebelles. Est-ce votre cas ?

• Non ! Personnellement, je suis parti après plusieurs péripéties. J’ai utilisé les voies terrestre et lagunaire pour rejoindre le Ghana. Je ne pense pas que les pro-Gbagbo aient été escortés par des ex-rebelles. Ce sont des rumeurs et de l’affabulation que les uns et les autres utilisent pour jeter le discrédit sur les fidèles de Gbagbo et comme je n’ai pas de preuve, je ne vais pas aller dans ce sens.

Vous avez déchiré en direct à la RTI les résultats partiels de la présidentielle, qui n’arrangeaient pas votre mentor. N’avez-vous pas contribué par ce geste à montrer que votre champion avait véritablement perdu l’élection ?

• Je voudrais dire d’abord que je n’ai pas déchiré de résultat ; donc je ne pense pas que cela ait contribué à présenter Laurent Gbagbo comme celui-là qui était en difficulté au niveau du dépouillement. Mon acte a été un acte de dénonciation qui avait pour objectif majeur et fondamental de montrer à la face de l’opinion nationale et internationale que le processus électoral dans lequel nous étions engagés était biaisé d’avance. C’était un processus frauduleux. Il y avait même au sein de la CEI (NDLR : Commission électorale indépendante) tout un réseau frauduleux de proclamation de résultats, et cela avait été mis en exergue lors de la publication des résultats de la diaspora qui ont été proclamés au mépris des règles que la CEI s’est elle-même fixée. Yacouba Bamba, qui n’est que le porte-parole de la Commission, a pris sur lui, à l’insu de l’ensemble des commissaires centraux, la responsabilité de publier les résultats bruts tels qu’ils sont arrivés de la diaspora comme étant des résultats qui avaient été consolidés par la CEI. Ce qui était inexact. Il a voulu encore publier des résultats qui n’avaient pas encore été consolidés par la CEI. Donc Yacouba Bamba était en situation de récidive. Face à cette situation, nous avions le choix entre laisser la forfaiture se poursuivre ou y mettre fin en créant le choc quand bien même nous étions devant les médias et la communauté internationale. Je pense qu’on n’avait pas d’autre choix que de mettre un terme à cette pratique honteuse et frauduleuse. A partir de là, vous avez dû constater toutes les anomalies que le processus électoral a connues depuis le premier tour jusqu’au second. Les exactions qui ont eu lieu ont commencé à être révélées. Et pire, les chiffres qui n’étaient pas ceux de la CEI ont été néanmoins rendus publics dans un hôtel qui s’avère être le QG des rebelles depuis 2002 et en même temps le QG de campagne d’un candidat, en l’occurrence Alassane Ouattara. Cela en violation une fois de plus flagrante des protocoles d’accord dont la CEI s’est elle-même dotée.

En dépit de ces fraudes, la communauté internationale a validé les résultats publiés par le président Youssouf Bakayoko à l’hôtel du Golf. Et tout un matraquage médiatique s’en est suivi donnant l’impression au monde que c’était les résultats de la CEI. Et pourtant, ce n’était pas le cas. Jusqu’à l’heure où je vous parle, mon cher journaliste, et dites-le au peuple frère burkinabè et à l’opinion internationale : je mets quiconque au défi de prouver que la CEI avait fini de délibérer et était d’accord sur un procès-verbal. Il n’existe aucun résultat de la CEI. Ce sont des chiffres qu’ils ont inventés et qu’ils sont allés publier de façon honteuse et grossière. Ce qui s’est passé, ce ne sont pas des élections et ce ne sont pas des résultats de la CEI. C’est donc sur la base du faux, de la manipulation, de la tricherie et d’un complot international avec en tête la France venue faire la guerre à la Côte d’Ivoire pour évincer le président légitimement élu et installer l’instrument de l’Occident, en l’occurrence Ouattara. Il fallait lever un coin du voile en empêchant la proclamation frauduleuse de ces élections, et c’est ce que j’ai fait.

N’y avait-t-il pas d’autres moyens pour contester les résultats que de les déchirer ?

• On n’est pas toujours fier de la façon dont les choses se sont passées parce que cela traduit un échec de la commission électorale indépendante. Mais ça traduit aussi nous-mêmes notre échec de façon individuelle à pouvoir assumer en toute responsabilité et en toute dignité la mission que le peuple de Côte d’Ivoire nous a confiée à un moment aussi important de son histoire. Ça c’est ce qui concerne la forme.

Mais dans le fond ! Je pense que jusqu’à présent, nous n’avons rien à regretter. Il ne faut pas nous accuser. Si vous avez bien suivi l’élément filmé, nous sommes tous des membres de la commission électorale, des commissaires centraux tout comme Bamba Yacouba. Donc un des nôtres est sur le point de proclamer des résultats qui posent visiblement problème. Vos collègues arrivent et vous interpellent,je pense que ce qui aurait été sage, c’aurait été que monsieur Bamba annonçât à la presse que compte tenu des problèmes, la proclamation des résultats était reportée, le temps que la commission centrale adopte les chiffres de façon unanime. Mais il a fait preuve d’un entêtement qui ne nous a pas donné d’autre choix que d’agir de la sorte. C’est l’attitude du porte-parole qui a commandé notre action : il voulait faire triompher la fraude et la tricherie. Il fallait aller à la confrontation pour attirer l’attention de l’opinion sur le fait que le processus était biaisé.

Mais tout ça aurait pu être évité…

• Oui évidemment ! Je pense qu’on aurait pu éviter cette crise à la Côte d’Ivoire, on aurait pu éviter cette crise à la sous-région, à toute l’Afrique et au monde entier. Je laisse de côté ce qui s’est passé antérieurement. Mais en définitive, les deux candidats revendiquaient la victoire. La chose la plus simple, la plus aisée et qui aurait pu mettre tout le monde d’accord, c’était cette commission internationale proposée par le président Laurent Gbagbo en vue du recomptage des voix. Une simple opération d’arithmétique. On allait ressortir les procès-verbaux pour recompter les voix parce que, cher journaliste, il s’est passé beaucoup de choses inadmissibles dans ce processus. Dans certaines régions, le nombre de personnes ayant voté effectivement pour ADO est supérieur au nombre d’inscrits. L’exemple frappant, c’est celui de Bouaké dans la région de la Vallée du Bandama : il y avait un écart ahurissant entre les voix obtenues par monsieur Ouattara et les inscrits, c’est-à-dire qu’il a eu plus de voix que de personnes enregistrées sur la liste électorale.

Si on fait l’audit du processus électoral, vous allez voir que ce genre d’exemples se multiplient. Et puis le scrutin en lui-même n’a pas été libre, surtout dans la partie septentrionale de la Côte d’Ivoire. Les observateurs de l’Union africaine l’ont attesté dans leur rapport, c’est connu de tout le monde mais personne n’en a voulu faire cas. Il y a eu des morts, des personnes ont été assassinées, des personnes ont été empêchées de voter, des femmes ont été violées.

Mais en dépit de tout, on a simplement demandé une banale opération de recomptage des voix comme cela s’est fait ici au Ghana lors des dernières élections, comme cela s’est fait en Haïti et même aux Etats-Unis, dans l’Etat de Floride en 2004. Ils ont refusé cette solution qui aurait pu mettre tout le monde d’accord et épargner de nombreuses pertes en vies humaines. Ce qui m’a le plus choqué, c’est que lorsque le président Gbagbo a fait cette proposition salvatrice, la première réponse est venue des Nations unies. Le secrétaire général des Nations unies, Ban ki Moon, a été le premier à répondre au Président Gbagbo pour dire que le recomptage des voix va créer un préjudice grave à monsieur Ouattara. Quel préjudice un recomptage de voix peut-il créer ? Et puis, pourquoi c’est Ban ki Moon qui répond en lieu et place du candidat qui est directement concerné ?

Mais l’ONU était chargée de certifier les résultats…

• C’est exact ; mais les élections se déroulent entre deux personnes, deux camps. Si les deux parties s’accordent pour le recomptage des voix, où est le problème de l’ONU ? En fait, le rouleau compresseur était déjà en marche : il fallait renverser Laurent Gbagbo. Le recomptage des voix allait permettre à la communauté nationale et internationale de se rendre compte des irrégularités, de nombreuses fraudes et tripatouillages des chiffres. Cela allait établir clairement et nettement la défaite de monsieur Ouattara. Ils ont donc masqué la vérité à travers les bombes et les coups de canons.

Mais aujourd’hui la question demeure parce que les coups de canons n’ont pas résolu la question de qui a gagné les élections. Visiblement, ils ont utilisé l’argument de la force pour gagner mais le problème initial est toujours là. On ne devient pas président démocratiquement élu dans la violence brute et aveugle. On devient président par les suffrages et sur ce suffrage-là, il y avait un désaccord là-dessus que les bombes n’ont pas résolu.

Dans tous les cas, le constat est là. Ouattara est au pouvoir. Vous avez donc perdu sur les plans électoral et militaire. Pourquoi ne pas faire profil bas et rentrer dans les rangs ?

• Non, nous n’avons pas perdu le pouvoir sur le plan électoral. Nous l’avons plutôt perdu sur le plan militaire, avec les coups de canons et d’obus. Il s’agit d’un vrai coup d’Etat militaire perpétré par la France de Nicolas Sarkozy qui est un ami personnel de Ouattara et les réseaux de la Françafrique. Il faut que cela soit clair et net : Gbagbo n’a pas perdu les élections…

Vous voulez alors à votre tour perpétrer un coup de force puisque vous êtes accusé de vouloir déstabiliser le régime d’ADO.

• C’est grotesque et ridicule de m’accuser sans preuve de vouloir mener un projet de déstabilisation de concert avec des réseaux islamistes d’Ansar Dine et la junte militaire au Mali. Je ne sais pas où ils ont pu trouver cette grossière invention, parce que moi je suis militant du Front populaire ivoirien, un parti d’obédience socialiste. Vous savez que le socialisme est l’obédience politique la plus proche des valeurs humaines. Je suis socialiste et de surcroît catholique pratiquant ; je ne sais pas comment mon chemin peut croiser celui des islamistes. Nous avons des valeurs qui sont aux antipodes les unes des autres. C’est donc un mensonge grossier. Et puis, comment en l’état actuel de la crise au Mali, on peut réussir à mettre ensemble la junte et le groupe islamique d’Ansar Dine qui sont aujourd’hui diamétralement opposés dans la crise du Mali. Comment peuvent-ils être d’accord dans le but uniquement d’aller déstabiliser un autre pays de la sous-région. Autant se mettre d’accord pour résoudre d’abord leur propre problème. Après éventuellement ils verront comment ils vont créer les troubles chez le voisin. Ceux qui ont monté cette histoire ont été très peu ingénieux ; le montage sautait aux yeux. Je réfute de façon véhémente toutes les accusations mensongères et grossières qui visent à jeter l’anathème sur les pro-Gbagbo dans le but de les diaboliser et se donner les moyens politiques et juridiques pour faire la pression sur le Ghana en vue de notre extradition. Le régime en place à Abidjan a fait de l’emprisonnement et de l’extermination des pro-Gbagbo son programme de gouvernement. Pour les pro-Ouattara, ils auront réussi leur programme de gouvernance quand il n’y aura plus un seul pro-Gbagbo sur la terre, ce sont les Nazis de notre époque.

D’où viennent alors les raids meurtriers contre le pouvoir si ce ne sont pas des pro-Gbagbo ?

• Mon cher journaliste, vous m’avez vu ici en exil, vous m’avez vu en train de parcourir des kilomètres à pied pour venir vous rencontrer. Pour faire un coup d’Etat et des attaques, il faut quand même un minimum. Ils savent comment ils ont fait leur coup d’Etat et comment ils ont préparé leur rébellion. Ils avaient un pays qui était leur base arrière, connu de tous : le Burkina Faso qui les approvisionnait. Ils avaient des soutiens financiers énormes. Mais nous, qu’avons-nous ? Le Ghana nous accorde l’hospitalité mais en même temps ses autorités disent que leur pays ne doit pas servir de base arrière à la déstabilisation d’un pays. La tradition ghanéenne recommande d’héberger toute personne qui se sent en danger chez lui. Notre exil est en conformité avec la constitution du pays mais en même temps cela ne nous donne pas le droit de faire n’importe quoi ici, en l’occurrence tenter de déstabiliser un autre Etat.Les autorités sont très strictes là-dessus. Donc nous n’avons même pas l’occasion de penser à ce genre d’entreprises. Premièrement, nous n’avons pas de base arrière militaire et deuxièmement tous nos avoirs ont été gelés par Ouattara. De quelles ressources disposons-nous pour planifier autant d’attaques ? On a d’abord des problèmes personnels qui font qu’on arrive difficilement à joindre les deux bouts. Ce qu’on reçoit ici, c’est juste pour la survie et non pour monter des entreprises de déstabilisation. Une fois de plus ce ne sont que des tentatives de diabolisation dans le but de nous présenter à la face de l’opinion nationale et internationale comme de vulgaires bandits qui ne cherchent qu’à créer le désordre dans la sous-région. Sinon, je pense que monsieur Ouattara doit trouver au plan intérieur dans sa gouvernance personnelle les germes de sa propre déstabilisation. Aujourd’hui 17 octobre (NDLR : l’entretien a eu lieu mercredi passé) les FRCI se sont tirés dessus à Abobo et à Bonoua. Cela est devenu le quotidien des Ivoiriens et le fait que les FRCI se tirent dessus à longueur de journée n’émeut plus personne. C’est une armée indisciplinée, qui n’obéit pas à un seul centre de décision. Il y a des Dozos, des ex-rebelles et des ex-FDS et chacun a son centre de commandement. Alassane Ouattara lui-même sait qu’il n’a pas d’autorité sur cette armée. La preuve est qu’il a lancé plusieurs appels pour libérer les habitations privées des pro-Gbagbo que certains pontes des FRCI occupent, mais toutes les maisons sont toujours occupées. Il a appelé au désarmement mais jusque- là, chacun d’eux porte son arme. Ils disent même que monsieur Ouattara leur a fait des promesses qu’il n’a pas tenues. Il a promis à chacun d’eux 5 millions de francs plus un véhicule bwaka et aujourd’hui il y en a qui réclament leur dû. Comme ça tarde à venir, ils se payent eux-mêmes sur le terrain, comme ils le disent, en agressant les populations dans leur résidence, en coupant les routes, en braquant les établissements financiers. Donc ce qui se passe là, il ne faut jamais voir la main de l’extérieur. Il s’agit des problèmes internes à la Côte d’Ivoire et aux FRCI.

Le processus de réconciliation est pourtant en marche.

Il n’y a pas de réconciliation en Côte d’Ivoire actuellement, c’est de la comédie pure et simple. Il n’y a pas même un début de réconciliation. C’est pour faire croire à la communauté internationale qu’ils sont dans une phase de décrispation et de réconciliation avec leur opposition. Mais dans la réalité, tous les actes, les faits et gestes qu’ils posent quotidiennement démontrent qu’ils ne sont pas eux-mêmes prêts pour la réconciliation et la concorde nationale. C’est du bluff et nous, nous ne marchons pas dans le mensonge…

Charles Konan Banny, le président du comité Forum-Vérité et Réconciliation montre quand même une certaine volonté d’aller de l’avant.

• Je ne doute pas de la bonne foi du président Banny. Oui, ce monsieur a bien envie de réconcilier les Ivoiriens. Mais sa volonté, sa disposition d’esprit rencontrent une opposition ferme de la part du clan Ouattara. Et je suis tout à fait d’accord qu’il ait mis monsieur Ouattara face à ses responsabilités puisqu’il a dit qu’il va se reposer maintenant après ses tournées pour recueillir les avis de la population ivoirienne. On ne peut pas prôner la réconciliation et continuer de brimer un seul camp, continuer d’emprisonner uniquement les pro-Gbagbo, appliquer une justice à double vitesse, une justice des vainqueurs. Au moment où je vous parle, Alphonse Douaté, qui est l’un des responsables du Front populaire ivoirien, est en prison avec sa fille et sa femme. Moi-même, mes deux frères, l’aîné et le petit frère ont été arrêtés simplement parce qu’ils sont mes frères. Mais si on estime que j’ai commis des crimes, je suis suffisamment majeur, je suis responsable soit au plan civil soit au plan pénal. Donc, c’est moi seul qui dois répondre de mes actes et non ma famille qui n’a rien à y voir. C’est devenu une pratique en Côte d’Ivoire. On ne peut pas vouloir de la réconciliation avec des milliers d’Ivoiriens dans des camps de réfugiés au Liberia, au Mali et des exilés. On ne peut pas vouloir de la réconciliation si on animalise les gens en bloquant toutes leurs ressources, en gelant tous leurs avoirs pour les réduire à l’indignité. On ne peut vouloir de la réconciliation quand des biens privés sont saisis de façon illégale et immorale par les hommes de monsieur Ouattara. On ne peut vouloir de la réconciliation lorsqu’on continue de maintenir des innocents en prison.

Que proposez-vous alors pour une véritable réconciliation ?

Il faut libérer le président Gbagbo et tous les prisonniers politiques civils et militaires. Il faut favoriser un retour sécurisé de tous les exilés, il faut rendre tous les biens confisqués et dégeler les avoirs. Vous verrez que si cela est fait, la décrispation va venir. On n’aura même pas besoin d’organiser des cérémonies.

Vous prônez alors l’impunité…

• Non, je ne parle pas d’impunité. Si on décide de mettre la justice au centre du processus de la réconciliation, il faut en ce moment une justice équitable pour tous. Il y a une crise qui a débuté en Côte d’Ivoire en 2002, et depuis cette date, des exactions, des atrocités des plus inimaginables ont été commises dans ce pays jusqu’en 2011. Des bourreaux et des coupables ont été identifiés dans les deux camps. Il faut que justice soit rendue à tout le monde. Voyez-vous, quand on a fait le procès de l’assassinat du colonel Dosso qui est décédé en 2011 et que l’on ne fait pas le procès du colonel Dakoula et du colonel Yoni qui, eux, sont morts depuis 2002… On fait le procès du général Robert Guéï et on ne parle même pas des tueurs de Boga Doudou alors qu’ils sont morts le même jour. Vous voyez que c’est inacceptable. Quand bien même l’ONU a identifié les commandants de zone comme Shérif Ousmane, Zakaria, Watao, Los, Fofié comme des gens qui ont commis des crimes de sang et que ces gens-là sont promus quotidiennement, vous voyez que c’est très frustrant pour les victimes. Si on devait énumérer les faits et méfaits des partisans de Ouattara, on ne va pas en finir. Mais depuis quand un seul d’entre eux est passé devant le tribunal ? J’ai l’impression que c’est une justice à double vitesse, à sens unique et unilatérale pour ne condamner que les pro-Gbagbo. Cela est inacceptable et ce n’est pas la marque d’un Etat démocratique.

Avez-vous les nouvelles de Blé Goudé ?

• Oui, il se porte bien.

Où est-ce qu’il se cache ?

• Il ne se cache pas, il est là. Pourquoi voulez-vous qu’il se cache ? Il est là.

Il est ici au Ghana ?

• Je ne sais pas mais il est là.

Le ministre de l’Intérieur, Ahmed Bakayoko, et Charles Blé Goudé se téléphonent, semble-t-il. Est-ce le début d’un rapprochement ?

• Je ne sais pas. Il faut poser la question à Bakayoko ou à Blé Goudé.

Etes-vous régulièrement en contact avec l’ex-«général» de la rue?

• Oui, on a les nouvelles l’un de l’autre.

A Accra ?

• En tout cas on a les nouvelles l’un de l’autre.

Et Koné Katinan qui fait l’objet d’un tiraillement diplomatique et judiciaire entre Accra et Abidjan. Vous lui rendez souvent visite ?

• Oui, nous soutenons Koné Katinan et on espère qu’il va recouvrer la liberté parce qu’il n’a rien fait. Il est innocent de tous les chefs d’accusation que monsieur Ouattara porte contre lui. Comment comprendre que le ministre Katinan ait pu tuer un vieillard de 83 ans. Est-ce que c’est sérieux çà ? Et on précise même qu’il a donné un coup de tête magistral au vieillard qui en est décédé.

Il a aussi été acteur de la réquisition de la BCEAO…

• Oui mais c’est Gbagbo qui a réquisitionné la BCEAO. C’est un acte de souveraineté qui a été pris par le président de la République. Et puis c’est un acte légal. Je crois plutôt qu’on lui en veut pour le rôle déterminant qu’il a joué dans la survie de l’Etat de Côte d’Ivoire pendant la crise. Parce qu’il était vraiment au four et au moulin. Il a montré beaucoup de détermination et de savoir-faire. Ce qui a fait que les décisions de fermeture de banque et de l’isolement de la Côte d’Ivoire au niveau de la BCEAO n’ont produit aucun effet. C’est certainement ce qu’on veut lui faire payer mais de façon maladroite. Donc nous soutenons le ministre Koné Katina et comme il y a un Dieu pour les faibles et pour les justes, je pense qu’il va recouvrer la liberté parce qu’il est innocent.

Le général Dogbo Blé, lui, n’a pas échappé et vient d’écoper de 15 ans de prison pour commencer dans l’assassinat du colonel-major Dosso. Quel commentaire ?

• Ça ne m’inspire aucun sentiment, aucune émotion. C’est une parodie de procès. La preuve est que durant le procès, en aucun moment, la partie accusatrice n’a pu démontrer, preuve à l’appui, que le général Dogbo Blé a été l’auteur de l’assassinat du colonel Dosso. Mais le déroulement du procès nous a permis d’avoir certaines révélations et de nous poser des questions. Pourquoi le colonel Dosso, lorsqu’il avait été convoqué par monsieur Ouattara, à sa sortie, a voulu voir en toute discrétion le général Dogbo Blé ? Le tribunal n’a pas donné réponse à cette question. Pourquoi il a insisté pour qu’on le conduise auprès du général Dogbo ? Voulait-il lui faire des révélations sur la tentative de déstabilisation en cours en Côte d’Ivoire qui était savamment perpétrée depuis l’hôtel du Golf ? On nous a parlé du plan d’attaque d’Abidjan, pourquoi ce plan a disparu ? Qui l’a fait disparaître ? Quel intérêt Dogbo Blé avait à tuer cet officier supérieur à la retraite qui ne représentait aucune menace ? Il n’était pas la cheville ouvrière du projet de déstabilisation. Non ! Ce n’est pas sur lui que reposaient les Forces armées des Forces nouvelles. Mais il fallait condamner un vaillant et digne officier de Côte d’Ivoire qui est resté fidèle à la légalité constitutionnelle. Il fallait lui faire payer la défense de ces valeurs républicaines en le faisant passer pour un vulgaire meurtrier. Mais ils n’ont pas réussi parce que Dogbo Blé est ressorti ragaillardi et nous sommes encore et encore plus fiers de lui. S’ils voulaient entacher sa réputation, ils ont carrément échoué. Bien au contraire, ils l’ont élevé en héros national.

En dehors des problèmes sécuritaires, la Côte d’Ivoire est en marche avec la gouvernance Ouattara.

• Alassane Ouattara constitue un véritable problème pour la sous-région parce qu’il n’est pas démocrate dans l’âme. Et il n’est pas partisan des solutions négociées et de la diplomatie. Il pense que tout problème doit se résoudre dans le sang et la violence. Regardez au Mali, quand la crise est survenue avec le coup d’Etat. La diplomatie a quand même ses règles. On ne peut pas tout d’un coup passer comme çà à des mesures coercitives sans un minimum de dialogue et d’approche. Mais regardez la rapidité avec laquelle il a géré la situation.

Mais les ministres des Affaires étrangères du Burkina et de la Côte d’Ivoire ont fait plusieurs voyages à Bamako pour négocier avec le capitaine Sanogo ?

• En l’espace d’une semaine les sanctions ont commencé à pleuvoir sur la junte et le Mali. Vous pensez qu’avec une crise aussi sérieuse une semaine, c’est suffisant ? Il y a des diplomaties souterraines qui se déroulent sur des mois. En l’espace d’une semaine, le Mali a subi un embargo et on a voulu attenter à la vie du capitaine Sanogo, ce qui fait que le peuple malien aujourd’hui est désabusé alors qu’il avait beaucoup de sympathie pour Allassane Ouattara, mais il le découvre maintenant dans toute sa laideur.C’est la même chose avec nos frères du Burkina, j’en suis convaincu. Dans sa gouvernance, Ouattara ne fait rien pour rapprocher les différents peuples de la sous-région notamment les peuples burkinabè et ivoirien. Actuellement, l’ouest de la Côte d’Ivoire est pris en otage par des mercenaires burkinabè.

En avez-vous des preuves ?

• Oui !!! Amadé Ouérémi, c’est un Burkinabè qui est là-bas dans les forêts de l’Ouest avec près de 400 à 500 hommes lourdement armées au vu et au su du régime. Il semble que le pouvoir lui a demandé de partir et qu’il a posé des conditions et un calendrier. Une telle situation ne peut pas plaire aux Ivoiriens. Serez-vous d’accord qu’un groupe de Maliens puissent prendre en otage une partie de votre territoire et fixer des conditions pour sa libération ? Ils font croire dans leur agissement qu’ils sont là pour protéger les intérêts des Burkinabè. Ce qui n’est pas juste. Malheureusement, cela creuse un fossé entre les deux peuples. Dans cette affaire d’Amadé Ouérémi, les Ivoiriens se sentent fortement humiliés. Nous avons honte de notre pays. Nous avons honte que des terroristes et des bandes armées fassent régner leur loi sur la Côte d’Ivoire. Il n’est pas normal que des Ivoiriens soient dépossédés de leurs terres au profit d’un groupuscule armés qui est identifié et à qui personne ne peut intimer l’ordre de libérer cette parcelle de territoire. C’est assez frustrant. C’est la marque déposée de Ouattara.

Le dernier exemple que je vais prendre, c’est la fermeture des frontières entre la Côte d’Ivoire et le Ghana. Regardez aussi avec quelle célérité et quelle précipitation ça s’est passé. Sans même un minimum d’enquête. Il y a eu certes des affrontements à la frontière ivoiro-ghanéenne. Mais il aurait fallu mener des enquêtes, faire des investigations approfondies pour situer les responsabilités. Une fois de plus, faire fonctionner la diplomatie, la négociation. Nous sommes des peuples interdépendants, nous sommes des peuples entremêlés. Savez-vous que sur toute la frontière ivoirienne, depuis Bouna jusqu’à Aboisso, Bondoukou, Agniblékro, Abengourou, ce sont les mêmes populations de part et d’autre de la frontière. Voyez-vous le désastre que M. Ouattara a créé pendant près de trois semaines. Il a arrêté la vie des gens, il a arrêté l’existence de certaines personnes là où une simple diplomatie aurait joué. Même son ambassadeur a été surpris par la fermeture des frontières. Ça veut dire qu’il n’a pas consulté son ambassadeur. Tout ça parce qu’il a fait de l’extermination des pro-Gbagbo son programme fondamental de gouvernement. Nous avons fui notre pays avec nos familles, ça ne veut pas dire que nous n’avons pas le droit à la vie. Je voudrais dire à M. Ouattara que quelle que soit sa puissance, quels que soient ses réseaux, il ne peut pas nous renier notre droit à la vie. Parce que ce n’est pas lui qui donne la vie. Qu’il nous laisse vivre notre exil. Nous n’avons aucun projet de déstabilisation de la Côte d’Ivoire, nous n’avons aucun projet de déstabilisation de son régime. Je pense qu’il doit trouver en interne les problèmes que connait la Côte d’Ivoire. Il suffit de faire l’autopsie de sa gouvernance. Qu’il ait le courage de se regarder dans la glace ; je pense qu’il trouvera lui-même les germes de sa propre déstabilisation.

Et votre ancien compagnon des luttes estudiantines, Guillaume Soro. On imagine votre colère contre lui?

• Je suis un peu déçu pour ne pas dire très désabusé par l’attitude de Guillaume Soro parce que j’espérais mieux de sa part. Il est jeune et en principe, il a encore beaucoup de temps à passer sur terre. En ce sens, j’attendais mieux de lui dans le domaine de la réconciliation nationale, dans la reconstruction du pays. Mais peut-être que je l’ai surestimé, puisque vous pouvez avoir beaucoup d’estime pour quelqu’un et vous rendre compte à la fin qu’il n’est pas ce que vous croyez. De par sa position de président de l’Assemblée nationale, de par les relations antérieures qu’il a eues avec beaucoup d’entre nous, je pense qu’il aurait pu jouer une très bonne carte pour la réconciliation, pour le retour de la concorde. Mais il n’a pas été à la hauteur de la Côte d’Ivoire, de cet espoir, de cette espérance, et c’est désolant parce que nous avons eu un passé très émotionnel qui pouvait nous permettre de surmonter certaines choses. Je pense que Soro est devenu autre chose entre-temps au point où il ne reflète plus les repères que je m’étais fixés. Il se fout des valeurs que j’évoquais tantôt, il est dans une autre posture, dans une autre logique, donc advienne que pourra. Je pense que c’est dans cette position qu’il est ; et c’est vraiment dommage. C’est vraiment dommage que Soro ne soit pas à la hauteur des espérances de la Côte d’Ivoire.


In L'Observateur Paalga (Burkina Faso)


Source: CONNECTION IVOIRIENNE

lundi, 03 septembre 2012

DEUX MOIS APRES LA SORTIE TELE D'HAMED BAKAYOKO - LA PRESSE GHANEENNE REVELE LE FIN MOT D'UN FAUX COMPLOT

 


UNE JOURNAL GHANEEN - THE INSIDE.jpg

 

Après la sortie surmédiatisée du «superflic», le ministre de l’intérieur, Hamed Bakayoko, le 12 juin dernier, sur les antennes de la RTI, annonçant un coup d’Etat déjoué avec des preuves filmées à l’appui, beaucoup d’Ivoiriens avaient pris avec des pincettes les aveux qu’on dit avoir été «arrachés» au ministre Lida Kouassi et au Colonel Katé Gnatoa.

Deux mois après la sortie télé du ministre de l’intérieur, consécutivement à l’extradition spectaculaire du ministre Lida Kouassi du Togo vers la Côte d’Ivoire, la vérité a fini par éclater au grand jour, et ce depuis la capitale ghanéenne. Où le cerveau de ce qui s’avère une grotesque arnaque (le fameux coup d’Etat déjoué) servie aux Ivoiriens, un certain Chicata ou Tsikata, a été mis aux arrêts il y a quelques jours par les agents du Bureau of national investigation (BNI), l’équivalent de la DST en Côte d’Ivoire. C’est la presse locale qui s’en fait l’écho. Notamment le journal «The Insight» qui en fait sa grande Une : «Arrested / Agent of Ivorian security in BNI hands» (Arrêté/ Un agent de la sûreté ivoirienne entre les mains du BNI).

Selon l’article, le dénommé Tsikata (Chicata), de nationalité ghanéenne,  a avoué avoir travaillé pour les services de sécurité de Côte d'Ivoire. Après avoir été arrêté par  le Bureau national des investigations (BNI). «Le Ghanéen répondant au nom de Tsikata a réussi à convaincre ses employeurs au sein des services de sécurité ivoiriens qu’il était un officier de l'armée ghanéenne à la retraite avec une très grande influence au Ghana. Il a également établi des contacts avec des partisans de l’ex-chef de l’Etat, Laurent Gbagbo, qui sont actuellement en exil au Ghana. Avec ces contacts, M. Tsikata aurait séduit les services de sécurité ivoiriens avec des histoires inventées sur la participation du Ghana pour tenter de renverser le gouvernement ivoirien.

Il aurait également fourni de fausses informations sur les opérations de sécurité en Côte d’Ivoire aux loyalistes de Gbagbo au Ghana. Certaines sources bien placées disent que le but des activités de M. Tsikata était de saper les très bonnes relations existant entre le Ghana et la Côte d'Ivoire. Il travaillait avec les services ivoiriens dans un schéma de provoquer le rapatriement (l’extradition) des exilés ivoiriens. La BNI l’a remis entre les mains de la Justice», peut-on lire dans le journal The Insight du vendredi 31 août au dimanche 2 septembre 2012, numéro 1417. On comprend mieux toute la machination qui  a suivi, et pourquoi au finish, le ministre Moïse Lida Kouassi n’est poursuivi que pour de prétendus «crimes économiques».
 


Frank Toti


jeudi, 30 août 2012

REVELATION SUR LE CAS KATINAN: CORRUPTION, TERRORISME ET GANGSTERISME

 

côte d'ivoire,RéVéLATION SUR LE CAS KATINAN,affaire katinan CORRUPTION TERRORISME ET GANGSTéRISME,la page facebook de ma patrie,alassane ouattara,hamed bakayoko,atta mills,dst ghanéenne,uemoa,fpi,laurent gbagbo

 

Avant les obsèques du président ghanéen Atta Mills, Ouattara avait remis au directeur de la DST ghanéenne (via Hamed Bakayoko son ministre de l'intérieur), une importante somme d'argent avec une liste de certaines personnalités ivoiriennes, afin que celui-ci procède au kidnapping et à l'extradition en Côte d'Ivoire de ces personnalités. L'arrestation et extradition manquée du ministre Koné Katinan était le premier du genre. 

L'investigation au sein de la DST ghanéenne a donc permis aux autorités ghanéennes de découvrir le plan frauduleux. La suite, on la connait tous: le directeur de la DST et ses collègues complices ont été démis immédiatement de leur fonction. 

Dévoilé, Ouattara ne va pas démordre pour autant dans sa volonté de ramener Katinan en Côte Ivoire. Car, il fit intervenir l'ambassadeur de France au Ghana. Mais face aux explications de l'avocat du ministre Katinan, le diplomate français s'est toute suite retiré. 

L'UEMOA, NOUVELLE SOLUTION POUR L'EXTRADITION?

Au dernière nouvelle, après l'échec de l'extradition du ministre Katinan, grâce à la loi ghanéenne sur la protection des réfugiés, ouattara a choisi l'option Uemoa. En effet, selon les proches du pouvoir Ouattara, l'Uemoa serait entrain de mettre en place une commission rogatoire pour obtenir l'extradition du ministre Katinan. Selon ces derniers, la Commission Bancaire de l'UEMOA avait diligentée une enquête (?) pendant la crise post-électorale qui établit clairement l'implication directe du ministre Katinan dans l'appropriation illégale de ressources au sein du siége national de la BCEAO à Abidjan.

Selon ces pro-ouattara, cela apportera du crédit à l'accusation de crimes économiques formulée par le pouvoir Ouattara. Toujours, selon eux, si cette commission rogatoire se confirme, les juges ghanéens pourraient difficilement s'opposer à l'extradition du ministre Katinan, puisque la loi ghanéenne sur la protection des réfugiés ne s'applique pas quand un réfugié commet des crimes non-politiques dans son pays d'origine avant d'entrer sur le territoire ghanéen. Cependant, ces pro-Ouattara, précisent qu'une telle procédure peut durer plusieurs semaines...

OBJECTIFS REELS DE OUATTARA

L'affaire de l'extradition du ministre Koné Katinan a révélé au monde entier la vraie nature de Ouattara et son régime: corruption, terrorisme, gangstérisme, dictature... Du mandant d'arrêt pour déstabilisation de pays, on est passé en 48h, après l'échec de l'extradition du ministre Katinan, à un nouveau mandat d'arrêt pour crime économique. 

Le régime Ouattara agit comme un gang mafieux. L'objectif de ce dernier est d'éradiquer définitivement l'opposition significative ivoirienne (le FPI, parti du Président Gbagbo), et de réduire en silence toutes les personnalités ivoiriennes susceptibles d'avoir en leur possession des preuves qui accablent Ouattara et son pouvoir.

Les plans morbides de ouattara sont désormais dévoilés. Et son acharnement contre le peuple ivoirien va le perdre indubitablement. 


Source: Facebook Ma Patrie

samedi, 18 août 2012

LA COTE D’IVOIRE RENOUE AVEC LA VIOLENCE

HAMED BAKAYOKO 2.jpg

 

Bientôt deux semaines que la Côte d’Ivoire a replongé dans la violence et dans la hantise des attaques à l’arme lourde et automatique. Le Ministre de l’intérieur Hamed Bakayoko, le disait, un brin tromphaliste : « Le pays est sécurisé ».

Il a fallu deux petites attaques d’un commando non identifié pour se rendre compte que ce n’était qu’un effet d’annonce. Lui qui était si prompt à trouver les coupables et les auteurs est devenu subitement aphone.

Mieux, plus d’une dizaine de ministres et de chefs militaires auraient quitté le pays avec leurs familles ou les auraient planquées à l’étranger, selon des informations en circulation sur la place abidjanaise. Y compris le chef de l’Etat et le président de l’Assemblée nationale. « Le pays est sécurisé », avez-vous dit ?

 

Que DIEU sauve la Côte d'Ivoire!

mercredi, 08 août 2012

COTE D'IVOIRE: SUR LA PISTE DES ASSAILLANTS DE LA CASERNE D'AKOUEDO


côte d'ivoire,sur la piste des assaillants de la caserne d'akouédo,jeune afrique,baudelaire mieu,attaque du camp d'akouédo,frci,fds,ex-fds,insécurité en côte d'ivoire,alassane ouattara,hamed bakayoko,paul koffi koffi

Patrouille de soldats des Forces républicaines (FRCI) à Bingerville, près d’Abidjan, le 6 août © Issouf sanogo/AFP

 

Qui sont les assaillants de la caserne d'Akouédo, une attaque qui a fait sept morts dans la nuit de dimanche à lundi ? Miliciens pro-Gbagbo ou supplétifs des FRCI, mécontents de leur sort ? Comment ont-ils disparu sans laisser aucune trace ? Éléménts de réponse.

Quelque 24 heures après l’attaque contre la caserne militaire du premier régiment d’infanterie d’Akouédo, près d’Abidjan, on en sait un peu sur le mode opératoire du commando puissamment armé qui a pu agir en toute impunité - et presque sans combattre - dans un quartier stratégique surveillé en permanence par les Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI, armée nationale).

Selon plusieurs sources militaires de haut rang, les assaillants étaient au nombre d’une centaine, vêtus en treillis ou en civils et circulant à bord d’une dizaine de pick-up. Ils ont fait irruption simultanément aux entrées principale et annexe de la caserne aux environs de 3 heures 30 GMT, lundi matin. Dès son entrée, le commando a abattu les cinq sentinelles en faction au poste de contrôle.

Au cours du bref échange de tirs avec les soldats, les assaillants perdent un homme mais ne se découragent pas. Ils mettent aussitôt le cap sur la poudrière du camp. Dans l’armurerie, ils récupèrent 240 fusils AK-47 non enchaînés – contrairement aux usages - et disposant de leurs percuteurs. Il était prévu de les utiliser lors du défilé militaire de la célébration du 52e anniversaire de la fête de l’indépendance, mardi 7 juillet sur l'esplanade du palais présidentiel.

"Les assaillants semblaient connaître le secteur"

« C’est curieux, les assaillants semblaient connaître le secteur. Ils n’ont pas emporté les armes plus lourdes qui étaient stockées, notamment les obus de mortiers. Ils se sont contentés des Kalachnilovs comme s’ils voulaient délivrer un message », commente une source haut placée, proche du ministère délégué à la Défense.

Après son forfait, durant lequel il n’a rencontré presque aucune opposition, le commando prend tranquillement l’axe Abidjan-Bingerville et s’évapore dans la nature. C’est seulement à 5 heures du matin que les hommes de la garde républicaine du commandant en second, Issiaka Wattara, alias « Wattao », arrivent sur le terrain. Mais les agresseurs sont déjà loin.Et le ratissage intensif de la zone ne donne rien.

Dans la matinée, plusieurs autres unités des anciens chefs de guerre de l’ex-rébellion des Forces nouvelles (FN), aujourd’hui intégrés au sein de l’armée nationale, rallient la caserne d’Akouédo. Celle-ci abrite pourtant déjà près 2 000 militaires, qui n’ont ni lancé l’alerte, ni réagi à l'assaut… Essentiellement en raison de leur manque d’équipements et de capacité opérationnelle.

« Il y a un véritable scandale d’autorité de commandement au sein des FRCI. Plus d’un an après la fin de la crise postélectorale, la caserne d’Akouédo n’est toujours pas opérationnelle et ne possède aucune section d’alerte. Pourtant c’est le foyer d’où provient, depuis plus de 10 ans, l’instabilité à Abidjan. En plus, la caserne est située à environ 25 minutes de la résidence du chef de l’État », s’indigne un proche du président Alassane Ouattara.

Lundi 6 août, à la présidence, Ouattara convoque une réunion d’urgence. Y assistent le ministre de l’Intérieur, Hamed Bakayoko, son collègue de la Défense, Paul Koffi Koffi, les généraux Gervais Kouasssi (gendarmerie), Bredou M’Bia (police), Soumaila Bakayoko (armée) et Michel Gueu (chef d’état major particulier du chef de l’État). « Le président a exprimé son mécontentement sur l’immobilisme, la porosité et la passivité des FRCI qui n’ont pas vu venir trois attaques en moins de 24 heures. Même si les autorités militaires privilégient pour le moment - sans enquête aboutie - la piste des miliciens et ex-Forces de défense et de sécurité (FDS, pro-Gbagbo), le chef de l’État a donné des instructions fermes pour colmater les brèches du système sécuritaire », indique une source proche de la présidence.

Thèse peu crédible

Un système sécuritaire qui repose essentiellement sur les 3000 à 4000 ex-rebelles membres des FRCI (qui sont sur le papier 55 000 hommes), ainsi que sur environ 40 000 dozos, chasseurs traditionnels venus du Nord, et sur quelque 110 000 supplétifs non encore démobilisés ni déssarmés. Pour les milieux diplomatiques d’Abidjan, c'est d'ailleurs de ce côté qu'il faut chercher. « L'attaque ressemble bien à une action de supplétifs FRCI qui n’ont toujours pas été pris en compte par le pouvoir. C’est une sorte de signal qu’ils donnent au gouvernement pour accélérer la réforme du système de sécurité et de l’armée (RSSA), en panne depuis plusieurs mois », affirme un diplomate européen.

Autre détail troublant : « Les assaillants ont bénéficié de complicités internes au camp, confie Paul Koffi Koffi à Jeune Afrique. Des arrestations de pensionnaires de la caserne ont été effectuées et nous poursuivons l'enquête », ajoute-t-il.

Fin juillet, des combats avaient déjà opposés des supplétifs de l’armée aux FRCI dans la commune d’Abobo, l’un des fiefs du chef de l’État à Abidjan. « Tous les supplétifs sont laissés pour compte. Aujourd’hui, seuls les éléments des Forces armées des forces nouvelles (FAFN, armée de l’ex-rébellion du Nord), ainsi que quelques éléments des ex-FDS constituent l’ossature du système de sécurité. Cela crée des frustrations », explique un militaire onusien.



Baudelaire Mieu, à Abidjan


Source: JEUNE AFRIQUE

mercredi, 23 mai 2012

LIMOGEAGE DE BICTOGO, ON EN SAIT UN PEU PLUS SUR LES CONDITIONS

ADAMA BICTOGO 2.JPG


LE MEDIATEUR D'ALASSANE  DRAMANE OUATTARA DANS LA CRISE MALIENNE EST UN VOYOU 


Après le limogeage de Adama Bictogo, ministre de l’intégration dans le gouvernement pléthorique et clanique de Dramane Ouattara, les langues ont vite commencé à se délier.

Selon des sources proches du palais, Dramane avait déjà mis en garde les ministres Bictogo et Anne Ouloto suite au scandale révélé sur l'attribution du marché des ordures ménagères par la presse nationale. Il leur aurait dit en conseil des ministres '' si un autre scandale de se retrouve dans la presse, je serai obligé de me séparer de vous''. Par la suite l'appel d'offre lancé en septembre et remporté par la société de Bictogo créée en novembre avait été déclaré illégal par l’autorité d'attribution des marchés publics. Dès lors, les concernés ont compris qu'ils n'avaient plus droit à l'erreur mais Bictogo, sûr de ses entrées à la présidence ivoirienne continue tranquillement ses affaires. N'est ce pas lui l'un des grands financiers de la rébellion qui a endeuillé la Côte d'Ivoire? N'est ce pas lui qui grâce à ses manigances avec la société Amajaro représentée en Côte d'Ivoire par le fils de Dominique Ouattara a réussit à offrir des armes sophistiquées aux rebelles? N'est ce pas lui qui grâce à ses entrées au sein du régime Gbagbo et précisément auprès du ministre Tagro Désiré a pu livrer toutes les informations importantes à son chef?

Manque de pot pour lui, le scandale des déchets toxiques fait surface. Tout d'abord dans la presse nationale puis dans le journal Jeune Afrique à l’échelle mondiale. Le ministre est en colère car on lui avait promis de ne pas ébruiter cette affaire. Il faut noter qu'un groupe d’enquêteurs avait déjà dans un rapport remis au ministère de la justice mentionné le nom de l’infortuné comme l'un des bénéficiaires du détournement des fonds alloués par le Président Gbagbo pour le dédommagement des victimes. 

Ouattara qui avait fait de cette histoire de déchets toxiques l'un de ses slogans de campagne - qui ne se souvient pas du fameux ''NE DONNE PAS TA VOIX AUX DECHETS TOXIQUES''- est en colère. Non parce que son ministre est mis en cause mais le fait que l'affaire se retrouve dans les journaux démontre que la fuite vient du gouvernement. Hamed Bakayoko qui entretient d’excellentes relations avec Bechir Ben Yamed le patron de Jeune Afrique est soupçonné d'avoir vendu la mèche afin de se débarrasser d'un élément clé du dispositif Soro dans l'entourage de Ouattara. C'est un secret de polichinelle que les membres du gouvernement se livrent une guerre sournoise à laquelle Dramane n'est pas encore parvenu à mettre un terme. Après l’éviction de Soro de la primature, l’écurie de Hamed Bakayoko vient ainsi de remporter une deuxième bataille importante

Pris de court, il demande a son premier ministre d'obtenir le plus rapidement possible la démission de Bictogo. Lorsque ce dernier contacte le ministre tombé en disgrâce, celui-ci lui rétorque sur un ton menaçant que non seulement, il n'est pas le seul ministre à être cité dans cette affaire et qu'il n'a d'ordre à recevoir de lui - tout le monde sait que Ahoussou Jeannot n'a en vérité aucun pouvoir dans cette équipe gouvernementale- et ne se rend pas au rendez vous fixé par son chef. Ahoussou subit l’affront mais ne peut le laver. Il s'en remet donc à Dramane qui à son tour lui reproche sa mollesse. Tiraillé de toute part, il comprend qu'il est pris au piège dans une bataille de famille à laquelle il n'appartient pas.

Afin de liquider le problème, Dramane signe cet après midi un décret mettant fin à la fonction de son ministre après avoir pris le soin de l'en informer au téléphone. Une rencontre est prévue demain entre les deux hommes. La tournure prise par les évènements révèle en effet une bataille dans l'entourage du préfet installé par Sarkozy en terre ivoirienne. Ce qui est fréquent est qu'un ministre mis en cause dans une affaire de ce genre et qui ne se reproche rien démissionne de ses fonctions naturellement pour laisser le soin à la justice de l'innocenter. Pourquoi Bictogo a t-il refusé de démissionner? Pourquoi ni Ahoussou ni Dramane n'ont-ils pu l'y contraindre? Pourquoi Hamed Bakayoko sur qui pèsent de lourds soupçons n'est-il pas aussi débarqué? L'avenir nous situera!

Toujours est-il que des dossiers explosifs sur le clan Bakayoko Hamed sont annoncés dans la presse dans les jours à venir.

La 2ème partie pourrait s'intituler ''QUAND LE CLAN SORO CONTRE-ATTAQUE''.


Source: FACEBOOK STEVE BIKO

dimanche, 20 mai 2012

SCANDALE DES DECHETS TOXIQUES - UN RAPPORT OFFICIEL ACCUSE UN (TRES) PROCHE DE OUATTARA

 

ADAMA BICTOGO.jpg


Le ministre de l’Intégration africaine Adama Bictogo ira-t-il en prison dans les semaines qui viennent ? En tout cas, selon des sources généralement bien informées, un rapport judiciaire remis au procureur de la République, Simplice Koffi Kouadio, recommande d’engager des poursuites contre celui qui est également député d’Agboville. Pour des motifs particulièrement graves : «faux, usage de faux, détournement de fonds, recel et complicité». Les faits dont il est soupçonné, comme deux autres personnages, Koné Cheick Oumar et Claude Gohourou, sont en relation avec le dossier d’indemnisation de plus de 6000 victimes des déchets toxiques, défendus initialement par le cabinet londonien Leigh Day and Co. Des éléments de preuve accablants au sujet de ces détournements seraient disponibles depuis plusieurs semaines. Et mis en exergue dans le rapport qui se trouve désormais dans les mains du procureur de la République d’Abidjan.

La question qui se pose est la suivante : le régime Ouattara acceptera-t-il de «livrer» une de ses figures centrales, particulièrement proche de Ouattara et dépositaire des «secrets» de la «nébuleuse» secrète qui a alimenté «l’effort de guerre» depuis le 19 septembre 2002 ? En effet, Adama Bictogo a été très impliqué dans la contrebande de cacao de la zone rebelle, une contrebande qui passait par le Burkina Faso et le Togo, et bénéficiait de puissantes complicités en France. Bictogo est réputé proche en affaires de Loïc Folloroux, le fils de Dominique Ouattara, directeur Afrique de la sulfureuse firme Armajaro, qui s’est enrichi en spéculant sur les opportunités que la guerre offrait en matière de spéculation sur le marché international de la «fève brune». Après les dissensions qui sautent aux yeux entre Guillaume Soro et Hamed Bakayoko ou les Forces nouvelles et le PDCI, le régime Ouattara pourrait à nouveau être miné de l’intérieur.


 
Benjamin Silué


mercredi, 29 février 2012

RDR ET ONUCI: JEU DE CACHE-CACHE AUTOUR DES MORTS DE BONON

UNE N° 157 AUJOURD'HUI.jpg

Trois jour après les tueries de Bonon, le mystère continue de planer sur les auteurs du massacre car ni l'Onuci, sur qui planent de lourds soupçons, ni le RDR qui dénonce la perte de ses militants, n'ont le courage de situer clairement les responsabilités dans cette affaire qui fait désordre au sein de la grande coalition anti Gbagbo.

Depuis le début de la semaine, les graves évènements survenus au soir du scrutin législatif partiel, à Bonon, occupent la UNE des principaux tabloïds de la place. Les uns pour s'interroger sur les auteurs des cinq morts enregistrés dans cette petite localité du centre-ouest, les autres pour indexer les soldats de l'Onuci qui selon plusieurs témoignages concordants, ont fait le massacre en ripostant aux coups de feu d'inconnus armés. Pour éclairer la lanterne de tous, les premiers responsables de l'Onuci, civils comme militaires ont effectué le déplacement sur Bonon. Leurs enquêtes se poursuivent encore et nul ne sait pour l'heure, le jour de la publication des conclusions des limiers onusiens.

Quant au RDR, s'il a tout de suite reconnu les victimes comme étant ses militants, il continue cependant de s'interroger sur l'origine des balles assassines qui ont fauché les siens. Une attitude bien curieuse de la part d'un parti politique habituellement prompte à crier au loup et à jouer à fond la carte de la victimisation. Alors que les informations largement relayées par les radios onusienne et française (RFI), indexent clairement les forces de l'Onuci, les partisans du chef de l'Etat se gardent toujours de briser la glace. Certainement qu'ils ne veulent pas indisposer un allié qui leur a été d'un soutien précieux dans la guerre menée en son temps contre le président Laurent Gbagbo.

C'est sûr que pareille dénonciation viendra remettre au goût du jour toutes ces victimes ivoiriennes tombées sous les balles assassines des soldats de l'Onuci et que dénonçait justement le camp Gbagbo. Et comme si elle se gardait de trahir un secret de confrérie, la force onusienne refuse visiblement de dire plus qu'elle n'en sait ; pour ne pas reconnaitre officiellement que les partisans de Ouattara et les inconnus armés en question, ne font en réalité qu'un. Une révélation qui pourrait bien brouiller la communication gouvernementale sur le « caractère pacifique » des militants du RDR tout en donnant accréditant la thèse des adversaires du FPI.

En somme, un jeu de cache-cache autour des morts de Bonon, sacrifiées sur l'autel des ambitions politiques de personnes qui n'ont visiblement pour seul argument, que les muscles. L'ordre, la discipline, et l'autorité, ils n'ont qu'en faire. La preuve, le sous-préfet de la ville vit aujourd'hui caché et sa résidence saccagée par les partisans du candidat malheureux du RDR qui lui impute la reprise du scrutin à Bonon alors qu'il avait triomphé avec de nombreuses irrégularités.

On se demande bien ce qu'en dira Hamed Bakayoko, le ministre de l'intérieur et donc patron du corps préfectoral, devant pareille situation où ceux qui sont chargés de prolonger l'autorité du chef de l'Etat à l'intérieur du pays ne représentant plus rien aux yeux de leurs administrés.

Mais çà, c'est aussi la conséquence de plus de dix ans d'incivisme, de défiance à l'autorité de l'Etat inculqués aux militants du RDR par les gouvernants actuels. Il ne faudra pas être étonnés que dans les prochains jours, un préfet ou un sous-préfet soit battu, traîné dans la poussière et jeté hors de sa sphère de commandement pour la seule raison que sa tronche ne plaise pas à certains de ses administrés assurés que rien de grave ne peut leur arriver en agissant de la sorte. Ainsi va la Côte d'Ivoire, après dix mois de gouvernance sous Ouattara.

Géraldine Diomandé, in le quotidien ivoirien "Aujourd'hui" N° 157 du mercredi 29 février 2012.

jeudi, 02 février 2012

ANNE OULOTO ATTRIBUE UN MARCHE DE 60 MILLIARDS A SATAREM, UNE SOCIETE FRANÇAISE EN FAILLITE

 

ANNE-DESIREE OULOTO.jpg

Anne-Désirée Ouloto sera sans doute emportée par le scandale des ordures. Un marché de 60 milliards de francs CFA vient d'être attribué par elle à la société française SATAREM-GREENSOL, filiale du groupe français SATAREM en liquation.


1- Cette Société est en effet clôturée par décision de justice en France depuis le 18-11-2010 pour insuffisance d'actifs.

2- Derrière cette société fantôme se cachent un certain nombre de dirigeants RDR dont Hamed Bakayoko, Salif Bictogo et le footballeur Basile Boli très proche de Nicolas Sarkozy.

3- SATAREM n'a pas produit la caution de 2 milliards exigée.

4- SATAREM va profiter de l'avance de l'Etat pour s'équiper en turquie.


Documentation: SATAREM, une société en faillite.

vendredi, 18 novembre 2011

CHEZ NOUS, LES MAIRES, ON LES NOMME

HAMED BAKAYOKO 5.JPG

A Mankono, département situé dans le centre-nord de la Côte d'Ivoire, le maire de cette localité, Mme Enise Kanaté, a été destituée par un arrêté du ministre de l'Intérieur, M. Hamed Bakayoko, daté du 1er octobre 2011. Mme Enise Kanaté a été remplacée par Mme Dosso Kossara, son 4ème adjoint, comme cela s'est fait, depuis le changement de régime en Côte d'Ivoire, dans plusieurs autres communes, notamment à Gagnoa, à Divo, à Guiglo, à... L'installation officielle de Mme Dosso Kossara a eu lieu le mardi 11 octobre, sous les auspices du préfet du département.

Jointe au téléphone, quelques instants après la cérémonie d'installation officielle de sa remplaçante, Mme Enise Kanaté a déclaré :

« Ce qui se passe là sous nos yeux, je le perçois comme un affront et un abus d'autorité du ministre de tutelle et je refuse de m'y soumettre. J'accuse le ministre Hamed Bakayoko de piétiner le droit, pour faire plaisir à des partisans. Je persiste et je signe : je suis le maire de Mankono, je demeure le maire de Mankono. C'est un abus d'autorité. Le droit doit être dit. Je ne me reconnais pas dans son arrêté qui nomme un intérimaire, sans me démettre. Je n'étais pas à mon poste à Mankono, certes, parce que ma sécurité était menacée. J'ai été malade. J'étais à Abidjan pour des raisons sécuritaires et j'ai écrit à mon premier adjoint pour qu'il assure mon intérim. De plus, au moment où le ministre Hamed Bakayoko prenait l'arrêté, j'étais à Mankono, depuis près de 40 jours. J'étais donc à mon poste et je demeure à mon poste... Si le ministère de l'Intérieur n'annule pas l'intérim qu'il a créé, il y aura désormais deux maires à Mankono. Si Hamed Bakayoko veut mettre le feu à Mankono, il y aura le feu... ».

MANKONO.jpg

Rappelons que Mme Enise Kanaté est une ancienne élue du RDR, qui a fait défection pour créer son propre parti le « Congrès démocratique de Côte d'Ivoire » (CODEMCI) et s'est alliée à Laurent Gbagbo qu'elle considère comme un symbole de liberté pour l'Afrique, mais aussi de dignité pour les Ivoiriens. A l'époque, Mme Enise Kanaté avait animé une conférence de presse, sur le thème « Pourquoi je quitte le RDR pour le FPI », pour dire les raisons de son départ de sa famille politique initiale.

Militante de première heure au RDR, son premier parti politique depuis 1994, Mme Kanaté a fait d'énormes progrès dans ce parti pour se retrouver membre du bureau politique, mais surtout commissaire politique de sa localité d'origine. Mais, elle s'est trouvée fort dépitée des positions du RDR depuis la rébellion du 19 septembre 2002. Pour elle, qui s'est « engagée dans la politique pour le bien-être des populations, et en particulier pour le développement dans sa région », il est impensable que certains acteurs de la crise ivoirienne, notamment ceux du RDR, applaudissent la rébellion.


N'étant pas en phase avec cette position, Mme Kanaté a d'abord opté pour une année sabbatique de réflexion, avant de se décider, finalement, à quitter le RDR. Mais, plutôt que de se retirer définitivement de la vie politique, elle a choisi de déposer ses valises au Front populaire ivoirien (FPI) dont les dirigeants, dit-on, n'ont pas hésité à lui ouvrir les portes.

Ceci, dit-on, pourrait expliquer cela. Mais, si tel était le cas, alors, sommes-nous dans un état de droits, du moins dans un régime démocratique ?

Jean-René Bi Vannier

Paru dans
Le Filament N°15


Source: LE FILAMENT MAGAZINE

ALASSANE OUATTARA, UN DOCTEUR TOUJOURS SANS SOLUTIONS


ALASSANE OUATTARA ET FAURE GNASSIMGBE.jpg

Cela fait aujourd'hui, un peu plus de sept mois que le président Laurent Gbagbo a été arrêté. Sept mois également qu'Alassane Ouattara est dans les habits de chef d'Etat de Côte d' Ivoire. Précédé de la clameur entretenue par ses partisans locaux et autres soutiens extérieurs, le présentant comme l'homme de la situation, Ouattara a longtemps surfé sur cette vague déferlante pour en mettre plein la vue à tous. Et cela grâce à une bonne communication politique capable de transformer de la bouse de cheval en pépites d'or.

Sur cette base, et dès sa prise de pouvoir, le chef de l'Etat, soutenant que l'air était vicié à Abidjan du fait de l'occupation anarchique des trottoirs, a entrepris de les dégager sans ménagement aucun. C'est la ministre de la salubrité, Anne-Désirée Ouloto qui a été chargée de la sale besogne. Pour les besoins de la communication, c'est la célèbre rue princesse de Yopougon qui a été choisie pour lancer les graders et les pelleteuses à l'assaut de tous les espaces de détente et de distraction du coin.

Ensuite, les principales rues de Cocody, de Treichville, Marcory, Koumassi etc. ont suivi. Mais alors que l'on croyait que le tout Abidjan serait débarrassé une fois pour toutes de ses échoppes et autres constructions anarchiques, voilà que subitement l'on découvre que des quartiers tels que Boribana et Abobo-gare, qui mériteraient que les bulldozers de dame Ouloto y jouent même les prolongations, ont  été épargnés, brouillant ainsi la grille de lecture sur la question. Une politique du deux poids, deux mesures qui a fait rentrer, depuis lors, la belle Anne dans ses  petits souliers, gênée aux entourloupes par l'hostilité des partisans  d'Alassane Ouattara qui développent à fond le complexe d'ancien combattant vis-à-vis de ce dernier.

Aujourd'hui si l'on devait dresser un bilan à mi-parcours de l'opération, il y aurait plus grise mine qu'hilarité. Car les petits opérateurs économiques qui aux premières heures ont été dégagés, sont revenus investir les mêmes rues abidjanaises à l'image de la rue princesse qui a commencé à renaitre de ses cendres. De là à dire que l'opération pilotée par la ministre de la salubrité a fait flop, il n'y a qu'un pas que les uns et les autres ont vite fait de franchir du reste.

Sur la politique gouvernementale de l'emploi, les hagiographes du régime ne sont pas également mieux lotis. Car 7 mois après, la promesse électorale de créer un million d'emplois, prioritairement destinés aux jeunes, n'a toujours pas passé le stade de l'effet d'annonce. Pis, la spirale semble tourner dans le sens inverse avec notamment la suppression spectaculaire des emplois enregistrés ça et là. A l'Union générale des travailleurs de Côte d'Ivoire (UGTCI), le dégraissage des effectifs a, depuis belle lurette franchi la barre des 100.000 postes. Quand on a joute à cela  les effets de  l'annulation, par le nouveau régime de plusieurs concours d'entrée à la fonction publique organisés par l'administration Gbagbo, l'on a une belle idée du taux de chômage dans le pays qui vient ruiner toute l'abondante littérature produite sur cet autre chantier foireux du ''docteur Solution''.

L'école n'échappe  pas à la mauvaise conjoncture. Après  les résultats catastrophiques enregistrés aux différents  examens scolaires à grand tirage, les parents d'élèves croyaient pouvoir souffler en cette rentrée scolaire avec le projet « d'école gratuite » cher, dit-on, au gouvernement. En lieu et place c'est l'inscription  en ligne impérative qui est servie dans  le secondaire public pendant  que les frais d'inscription pour les affectés de l'Etat dans les établissements privés ont pris l'ascenseur. Pour leur part, les universités publiques, fermées depuis le 19 avril dernier, garderont leurs portes closes jusqu'en septembre 2012. C'est l'information donnée par le chef de l'Etat lui-même alors qu'il effectuait avant-hier, un déplacement en terre togolaise.

Le tableau est tout aussi sombre aux plans sécuritaire, sanitaire et de la cherté de la vie. En effet, le taux de criminalité dans le pays est toujours aussi élevé qu'aux moments de braise de la crise post-électorale. Et cela malgré les assurances du ministre Hamed Bakayoko qui avait promis sécuriser le carré national dans un délai de trois mois.

Au niveau de la santé, l'opération « soins gratuits » a tourné court parce que mal montée par ses concepteurs. Et la ministre Thérèse N'dri Yoman a beau s'égosiller, accusant le personnel de santé de saboter son affaire, les box à médicaments restent toujours vides au grand désarroi des patients et des médecins eux-mêmes. Le panier de la ménagère n'échappe pas à la galère ambiante. Les réductions annoncées sur les prix des principales denrées alimentaires sont du domaine de la légende quand ceux-ci ne vont pas à la hausse. Au regard de tout ce qui précède, et les différents éléments mis les uns dans les autres, font penser que Ouattara reste, après sept mois d'exercice, un docteur sans solution. En tout.


Yves De Séry, in le quotidien ivoirien « Aujourd'hui » N° 98 du vendredi 18 novembre 2011.

jeudi, 03 novembre 2011

HAMED BAKAYOKO AVOUE QUE LE SORT DE GBAGBO DEPEND PLUS DE L'INTERNATIONAL QUE D'EUX-MEMES



HAMED BAKAYOKO 3.jpg

Le ministre de l'Intérieur Hamed Bakayoko qui recevait, lundi dernier, une délégation de la majorité présidentielle à son cabinet, a avoué que le gouvernement ne peut pas décider du cas Gbagbo et encore moins autoriser sa libération.

Plusieurs journaux proches du Rassemblement des houphouëtistes pour la recherche de la paix (RHDP) ont répandu depuis quelques jours le vent de la libération des prisonniers des goulags nordiques d'Alassane Ouattara. Se voulant plus précis, Soir Info a proposé hier à ses lecteurs une liste des personnalités devant être libérées cette semaine. Le chef de l'Etat lui-même avait donné le ton en affirmant, lors d'une allocution publique, qu'il y a avait quelques surprises en l'air, sans dire dans quel sens elles iraient.

Selon nos sources, l'ensemble des prisonniers des goulags sont concernés par un tel « élargissement » sauf une bonne dizaine dont le Président Laurent Gbagbo. Son cas fait l'objet d'une cristallisation de part et d'autre des négociateurs. D'ores et déjà, le FPI avec qui le régime continue de négocier une participation aux législatives, le 11 décembre prochain, a affirmé qu'il boycotterait purement et simplement ces élections tant que le Président Gbagbo serait retenu en prison à Korhogo. Lundi dernier, le ministre de l'Intérieur Hamed Bakayoko a regimbé en avouant qu'il ne pouvait rien faire sur le cas Gbagbo parce que l'ex-président ivoirien « est un prisonnier international ». Selon lui, il y a trop d'intervenants sur le cas Gbagbo qui font que ni lui, ni Alassane Ouattara lui-même ne peuvent pas autoriser la libération de l'ancien président.

Très au fait des enjeux qu'embrasse cette assignation à résidence à Korhogo, Jacques Vergès l'un des avocats internationaux du président Gbagbo avait affirmé très tôt que l'ex-N°1 ivoirien est un prisonnier de Nicolas Sarkozy, démontrant au passage que tout ce qui lui était reproché, dont une scabreuse inculpation pour crimes économiques, n'était qu'une mise en scène destinée à masquer la réalité d'une vengeance personnelle du président français qui n'a pas encore digéré qu'un président africain puisse mettre à mal son autorité.

« C'est quel international qui gère le cas Gbagbo ? La France ? Si c'est oui, c'est choquant et je suis frustré et humilié que notre pays en soit là ! Que les dirigeants qui sont aujourd'hui au pouvoir dans notre pays soient à ce point incapables de prendre leurs responsabilités est déshonorant. Car un Etat souverain prend ses responsabilités, en toute souveraineté », a commenté hier l'ancien ministre Michel Amani N'guessan, ancien ministre de la Défense.

Comble de paradoxe, le Président Gbagbo a pourtant été inculpé par le Procureur ivoirien qui a guerroyé au mot pour démontrer qu'il avait la compétence de poursuivre et inculper un ancien chef d'Etat en dépit d'un statut en la matière très protecteur. Une fois passée cette mise en scène, toute la machine judiciaire s'est arrêtée, puisque toute la procédure est au poids mort. Le pouvoir n'a aucune preuve de détournement de deniers publics, encore moins de preuves de crimes économiques et, dans le désarroi, a fini par jeter son dévolu sur la Cour pénale internationale pour faire coïncider l'intérêt national avec les vœux d'un Nicolas Sarkozy qui ne décolère toujours pas. « Même le choix de la CPI ne les met pas à l'abri d'un procès en responsabilité. Car la saisine de la CPI est de la responsabilité de l'Etat », s'est encore inquiété Michel Amani qui dénonce des gouvernants par procuration. « Pendant que nous, par respect pour notre pays, considérons que nous discutons avec un gouvernement responsable, eux-mêmes affirment le contraire. Dans ces conditions, il est bien inutile de légitimer un tel pouvoir en allant à de telles élections » sans la libération de Gbagbo. Seulement voilà, dans la majorité présidentielle, le CNRD n'a pas encore un avis aussi clair que celui du Front populaire ivoirien.

 

Joseph titi, in le quotidien ivoirien « Aujourd'hui » N° 89 du jeudi 3 novembre 2011.


--------------------------------------


KONAN BEDIE.jpg

QUAND BEDIE DIT NON, C'EST QUE C'EST OUI

 

La morgue habituelle d'Henri Konan Bédié va-t-il suffire ? Cette fois-ci, c'est son autorité qui s'en trouve particulièrement sapée. Car une chose est de dire dans les médias, de manière un tantinet péremptoire, que le PDCI a un accord avec le RDR pour montrer que le premier cité doit hériter du poste de Premier ministre à l'issue des prochaines législatives, une autre est de prouver aux militants que le sphinx de Daoukro co-gère effectivement la présidence de Ouattara comme celui-ci l'avait laissé croire par stratégie. Car sur le chapitre des législatives, le parti démocratique de Côte d'Ivoire accuse une fois de plus le coup. Henri Konan Bédié a été en effet incapable de maintenir le cap des candidatures autonomes. Avant de se rendre en France, Bédié n'avait pourtant pas manqué d'afficher une certaine fermeté à l'égard de Ouattara qui n'arrive toujours pas à se décomplexer de son attitude de leader dominant. On croyait alors que le jeu politique  s'animerait, d'autant plus que le PDCI avait une revanche à prendre sur sa défaite inattendue au premier tour de la présidentielle de 2011. Le candidat du PDCI d'abord puis, dans la foulée, la machine du parti avaient accusé Laurent Gbagbo et son régime d'avoir fraudé sur ses suffrages étouffant par là même un début de polémique sur des fraudes imputées au candidat du RDR dans certaines contrées qui lui sont réputées favorables. Enfin depuis avant-hier, le PDCI a renoncé au combat, acceptant d'être à la remorque du parti du chef de l'Etat qui, lui,  ne se prive pas de lui infliger quelques humiliations comme celles contenues dans le critère de désignation des candidats du RHDP. Selon « Le Nouveau réveil » qui ne décolère pas contre ledit critère, les scores du deuxième tour de la présidentielle font foi lorsque le consensus n'est pas possible entre alliés. Le parti démocratique de Côte d'Ivoire n'ayant pas été au second tour ne pouvait, à priori, qu'espérer le consensus ; mais à ce jeu et vu les appétits, Bédié n'a pu ramener sur terre les cadres RDR dont les yeux sont désormais rivés sur leurs nouvelles carrières politiques à protéger et sur la nécessité d'incarner un nouveau leadership national. Le boycott du FPI qui vient quelque peu rendre dérisoire la machine de la triche est de ce point de vue une aubaine.

Le RDR veut gagner pour éviter que le PDCI ne le tienne en laisse et surtout, qui sait, pour ne pas céder le poste de Premier ministre comme le réclame toujours le parti démocratique de Côte d'Ivoire. Alassane Ouattara semble même avoir trouvé la muselière qu'il faut pour maintenir le leader de 77 ans loin de ses emprises habituelles.

Le sphinx paraît d'autant plus usé qu'il n'a pas les moyens de conserver ses propres acquis. Il devait aussi être naïf de croire qu'il partagerait réellement le pouvoir avec Ouattara en tirant les marrons du feu. Il a rêvé, y compris ses militants dont les plus meurtris selon le confrère appellent publiquement les autres à maintenir leurs candidatures comme celles de cadres indépendants. Leur entêtement à ne plus faire confiance à Bédié est certainement la seule leçon à retenir de ce marché de dupes où Bédié semblent avoir vendu toutes les illusions du PDCI qui n'a plus qu'à se fondre dans le RDR. Mais à cela, le sphinx dira non, avant de dire oui.

 

Séverine Blé, in le quotidien ivoirien « Aujourd'hui » N° 89 du jeudi 3 novembre 2011.

dimanche, 01 novembre 2009

GOUROUS DE LA MORT EN COTE D'IVOIRE: DELATION OU REALITE?

Les gourous de la mort, un phénomène bien inquiétant, dans ce pays, avec des noms de personnalités cités de façon récurrente. En témoigne cet article de Prestige Mag, publié sur Ivoirenews. La dénonciation est assez grave pour que nous nous y penchions. Les gourous de la mort en Côte d'Ivoire: délation ou réalité? qu'en pensez-vous?

HAMED BAKAYOKO: GOUROU DE LA MORT?

gourou de la mort.jpg 2.jpgUn phénomène pas aussi nouveau que ça, mais terriblement destructeur, fait des ravages au sein de la gent féminine. La mort de plusieurs artistes, notamment celle de Joëlle C ou même d'Affo Love, serait liée à ce fléau terrifiant. Pour entretenir leur puissance et leur fortune, de grandes personnalités du pays demandent à déféquer ou à uriner sur des filles, en échange de fortes sommes d'argent.

En Côte d'Ivoire, chaque jour qui se lève apporte son lot de rumeurs et d'informations les unes aussi fantaisistes que les autres. Mais ce qui est remarquable, c'est que ces bruits de couloir et de rue se sont, très souvent, avérés vrais. Aujourd'hui, le phénomène qui secoue la société ivoirienne en général et le landerneau du show-biz en particulier, c'est la propension de certaines personnalités du pays à vouloir satisfaire leurs besoins naturels sur les artistes féminins. Les cibles de ses hommes peu scrupuleux sont principalement les chanteuses et les filles dans la fleur de l'âge. Le sujet est très sensible et même tabou. Mais mettons le pied dans le plat !

On pourrait les affubler de cette appellation : “Les gourous de la mort”. En effet, quel nom peut-on attribuer à ces gros bonnets du pays qui, de par leurs actes sataniques, causent la mort d'innocentes personnes ? Toujours est-il que les personnalités qui s'adonnent à de telles pratiques sont bien connues. Les avis, multiples, se rejoignent sur leur identité. Mais, sur la liste de ces gourous, se trouvent notamment un ancien journaliste vedette de la RTI, un ministre actuel et un patron d'une société de téléphonie mobile. Le journaliste en question a magistralement présenté, pendant des années, le journal télévisé avant d'occuper de hautes fonctions à la Maisonbleue. Le ministre est un acteur majeur du show-biz ivoirien tandis que le patron de téléphonie mobile est, lui, influent dans la sphère footballistique de notre pays. Au cours de nos enquêtes, leurs noms sont constamment revenus. La liste n’est pas du tout exhaustive. Les gourous de la mort, on les compte par milliers. Ils se recrutent pour la plupart dans le monde politique et celui des affaires.


Pour assouvir leur dessein lugubre, ces gros bonnets passent par la case de la drague classique. Leurs proies, ils les “chassent” généralement dans le milieu de la musique, notamment au sein des jeunes chanteuses. Souvent avides de gloire et de fortune. Une fois qu'ils réussissent à établir une relation de confiance avec leurs cibles qu'ils bombardent de cadeaux faramineux, ils passent à la vitesse supérieure. Ainsi, au cours d'un rapport sexuel, ils demandent à déféquer ou à uriner sur leur partenaire. Certains font passer cet acte dégoûtant pour leur fantasme sexuel. Si les filles en question opposent un refus, ils leur proposent de très fortes sommes d'argent. Des chanteuses nous ont fait des témoignages édifiants. C'est le cas d’une chanteuse à qui l’un d’eux a récemment fait une telle offre. Mais, elle avoue l'avoir gentiment déclinée. Les chanteuses ne sont cependant pas les seules proies des “gourous de la mort”. Ils frappent aussi en plein cœur de la population. Des filles nous ont ainsi révélé avoir été déjà sujettes à de telles propositions insensées. N.B est étudiante en psychologie à l'université de Cocody. Elle témoigne. “Je sortais depuis un moment avec un grand nom du pays. Il est marié. C'était l'amour fou entre nous. Et, il ne cessait de me couvrir de cadeaux. Mais, un jour, au moment où on devait faire l'amour, il a demandé à c… sur moi. Dépassée, j'ai refusé. Il m'a alors supplié en me proposant la somme de 10 millions de F. Mais, je suis restée sur ma décision. Il s'est alors fâché et a essayé de m'intimider. Mais je n'ai pas cédé. Deux jours après, je voulais accepter sa proposition et prendre les 10 millions. Mais, quand je l'appelais, il ne répondait plus”. Aujourd'hui, N.B ne regrette pas sa fermeté, même si elle avoue avoir éprouvé un profond regret durant les premiers jours. “Franchement, j'ai regretté les 10 millions. Mais, quand j'ai expliqué ce qui s'est passé à ma mère, elle a fondu en larmes et m'a félicitée pour avoir décliné la proposition de mon gros bonnet. Elle m'a enlacé en sanglotant. Et elle m’a dit. Cela t'aurait conduite à la mort ma fille”. L'expérience vécue par Mlle A.D est encore plus dramatique.

Témoignages :

Une femme qui a voulu garder l'anonymat depuis Yopougon témoigne : En 2005, ma voisine de classe avait été victime d'une personnalité bien connue dans le pays (il pourrait s'agir du Ministre Hamed Bakayoko, ministre des NTIC depuis le début des années 2000, membre du RDR). Nous étions en classe de Première dans un lycée privé de Yopougon. C'est à la suite d'un auto-stop qu'elle avait fait la connaissance de ce monsieur. Ils n'ont pas mis du temps à sortir ensemble. Il faut dire que le monsieur était très généreux. Il faisait plein de cadeaux à ma voisine. Quelque temps après leur idylle, on était en pleine préparation du Bac, je me le rappelle bien, ma voisine a commencé à avoir de terribles maux de tête. Ensuite, c'était au niveau de son bas ventre. Jusqu'à ce qu'elle rende l'âme, une nuit. Je n'oublierai jamais ce qui est arrivé à ma voisine. Sa mort atroce et soudaine nous a vraiment surpris. Dans le quartier, on avançait que c'est la tante sorcière de ma voisine qui ne voulait pas de sa réussite au Bac et qui était à la base de sa mort. C'est dans cette confusion que sa mère, profondément atterrée par ce qui est arrivé à sa fille, est allée consulter une célèbre exorciste qui vit à Abidjan. C'est cette dernière qui a révélé que ma camarade avait été victime d'un acte diabolique exécuté par son amant. Elle est rentrée dans tous les détails. On est tombé des nues. Sur place, la mère de ma camarade est tombée dans les pommes. Quand elle a retrouvé ses esprits, elle m'a demandé si je connaissais l'amant en question. J'ai dit son nom. Mais, la famille est restée impuissante. Elle n'a pu rien faire contre ce monsieur qui est aujourd'hui un ministre de la République. On n'avait pas de preuves pour le confondre. Aujourd'hui, quand je vois ce criminel à la télé, j'ai l'envie de vomir. J'ai aussi très peur de lui. Je prie chaque jour Dieu pour qu'il punisse ce criminel. Pour des raisons que vous savez, je vous prie de ne divulguer ni mon identité, ni mes coordonnées”.

Par Abdoul Kapo

Pour en savoir plus : Article Prestigemag  / Article Abidjan.net

17:20 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Société ivoirienne | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : gourou de la mort, ivoirenews, côte d'ivoire, hamed bakayoko, rti, jacques anouma | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |