topblog Ivoire blogs

dimanche, 04 septembre 2011

ILS NE SUIVENT PLUS LA RTI

LOGO RTI 1.jpg

Une autre catégorie d'Ivoiriens est née à la faveur de la guerre de la France contre la Côte d'Ivoire. Cette bonne frange de la population ivoirienne qui n'ose même plus suivre la RTI  version « solution ». Les Ivoiriens ont toujours aimé leur radio et leur télévision. Mais depuis le 11 avril 2011, beaucoup pensent qu'on les leur a arrachées pour leur tendre à la place des chaînes qu'ils ont du mal à suivre.


Par le passé, les Ivoiriens aimaient indifféremment regarder ou écouter les Serge Pacôme Aoulou,  Jésus Kouassi Yobouet, Kaba Taïffour, Ahmed Touré, Eloi Oulaï, Eugène Kacou, Roger Fulgence Kassi, Georges Taï Benson, Yves Zogbo Junior, Pol Dokui, Levy Nyamké...et des émissions, étaient devenues des cultes. Les Mythes et mystères, Podium, Nandjelet, Toukpè, Tempo, Les choses de la nuit, Wozo, Samedi ça me dit, Tonnerre etc...sans oublier les séries brésiliennes de 19h30, se monnayaient difficilement. Il est vrai que chacun avait son 13 h ou son 20 h. Mais passé l'instant de propagande politique qui nous catégorisait en fonction de nos bords politiques, on s'abreuvait tous à la même source d'informations nationales. Il y a eu ceux qui n'aimaient pas les pensées du jour d'Houphouët, ceux qui ont refusé de se mettre à la disposition de Bédié, ceux qui ne supportaient pas le « bon ton » de feu Robert Guéi, et ceux qui n'ont jamais su que Gbagbo ne portait plus de serviette au cou.

Aujourd'hui ils sont nombreux les Ivoiriens qui refusent, sans concession, de savoir  qui passe sur les antennes dites nationales. Ils ne trient plus les émissions, ils rejettent la Télévision de la Communauté Internationale qui s'est masquée sous une RTI orange.

Une anecdote. L'équipe du journal "Aujourd'hui" s'est retrouvée chez une consœur le week-end dernier. Après un succulent repas on a manifesté le désir de suivre les nouvelles du pays. Elle s'est excusée de ne pouvoir satisfaire notre demande. La chaîne nationale n'est plus au programme chez elle. Chez le voisin où elle nous a conduits pour des civilités, le constat était le même. Au fil de la discussion, je me suis rendu à l'évidence, que dans ce cercle d'une dizaine de personnes, chacune d'elles connaissait au moins une dizaine d'autres Ivoiriens qui ne regardent et n'écoutent plus la RTI.

 

Joseph Marat, in le quotidien ivoirien "Aujourd'hui".

02:05 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Société ivoirienne, Sortie de crise ivoirienne | Lien permanent | Commentaires (18) | Tags : côte d'ivoire, joseph marat, ils ne suivent plus la rti | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |