topblog Ivoire blogs

vendredi, 12 août 2011

L'INSECURITE ET L'IMPUNITE ONT ETE PREPAREES: 12 000 PRISONNIERS LIBERES ET ARMES PAR LES FORCES D'ALASSANE OUATTARA



FRCI ABOBO.jpg

Les organisations internationales de défense des droits de l'homme dont Human Rights Watch et Amnesty International condamnent dans leurs différents rapports, l'insécurité, les exactions et l'impunité dans lesquelles les forces pro-Ouattara, avec le soutien condescendant du nouveau régime, ont plongé la Côte d'Ivoire depuis l'installation au pouvoir, dans des conditions calamiteuses, du chef de l'Etat, Alassane Dramane Ouattara.

« Les promotions dont viennent de bénéficier en Côte d'Ivoire deux officiers supérieurs (les Com'Zones de l'ex-rébellion armée, Chérif Ousmane et Fofié Kouakou) fortement soupçonnés d'être impliqués dans de graves crimes suscitent de sérieuses inquiétudes quant à la réalité de l'engagement du président Alassane Ouattara à mettre fin à l'impunité et à rendre justice aux victimes », affirme Human Rights Watch dans un récent communiqué sur la situation en Côte d'Ivoire. Cette attitude du régime Ouattara s'explique aisément par le fait que sa proximité avec l'ex-rébellion armée constitue un secret de polichinelle.

Ce sont, d'ailleurs, ces ex-rebelles baptisés aujourd'hui Frci par un décret de l'actuel chef de l'Etat qui, appuyés activement par la force française Licorne et l'Onuci, ont attaqué en mars-avril derniers, le régime Gbagbo. En avril dernier, dans le cadre de leur guerre contre Abidjan, la capitale économique qui abrite le palais présidentiel et la résidence du chef de l'Etat (le dernier site a été bombardé par l'armée française), les forces pro-Ouattara ont pris d'assaut la maison d'arrêt et de correction d'Abidjan (Maca).

Ils ont libéré environ 6000 prisonniers et leur ont distribué, selon des témoins, des kalachnikovs. L'objectif était de les associer à l'attaque contre Abidjan. Ce qui fut fait. Ces prisonniers libérés et armés ont été baptisés « volontaires » par les forces pro-Ouattara. A l'instar de centaines de jeunes gens d'Abobo à qui les forces pro-Ouattara avaient également distribué des armes, à la fin mars dernier.

Ce sont au total 12 000 prisonniers que les forces pro-Ouattara ont libérés et armés à travers le pays, soutient une source crédible. 12 000 bandits de grands chemins qui, depuis lors, écument Abidjan, Yamoussoukro et les autres villes du pays en commettant, dans une totale impunité, des exactions, pillages, braquages et vols. D'où le climat d'insécurité qui enveloppe le pays.

C'est à juste titre qu'une source proche du Rhdp soutient : « Nous avons tous ouvert la boîte de pandore. Tous, nous en assumons donc les conséquences ». Allusion faite à la situation créée par les 12 000 prisonniers armés et jetés dans la nature.


I. Grhenberg


 

Source : FACEBOOK