topblog Ivoire blogs

samedi, 21 mai 2011

INVESTITURE D'ALASSANE OUATTARA: LA GRAND'MESSE DE LA FRANÇAFRIQUE, DE LA FRANC-MAÇONNERIE ET DU NOUVEL ORDRE MONDIAL

 

SARKOZY ET OUATTARA.jpg

Spectacle désolant que celui qu'il nous a été donné de voir, ce jour tristement historique du samedi 21 mai 2011 : les valets africains de la françafrique, de la franc-maçonnerie, du Nouvel Ordre Mondial et du gouvernement fédéral africain (en formation), au grand complet, dans leurs plus beaux apparats du jour, avec à leur tête le Grand prêtre Nicolas Sarkozy, Président de la République française et son âme damnée internationale, Ban Ki Moon, Secrétaire Général des Nations Unies, venus célébrer leur victoire sanglante contre la jeune démocratie ivoirienne, contre les velléités d'émancipation et d'indépendance du digne peuple ivoirien et contre la légitime aspiration des peuples africains à choisir par eux-mêmes leurs dirigeants et à décider souverainement de leur destinée.

Ce funeste tableau festif peint de l'encre du sang des Ivoiriens nous a laissé apparaître les silhouettes non moins sinistres de tous les comploteurs africains et internationaux de la crise ivoirienne (sans les grands maîtres Barack Obama et Hillary Clinton) parmi lesquels : les présidents Abdoulaye Wade du Sénégal, Goodluck Jonathan du Nigéria, Blaise Compaoré du Burkina faso, Idriss Deby Itno du Tchad, Alpha Condé de la Guinée (nouvelle recrue), Paul Biya du Cameroun, Mahamadou Issoufou du Niger (nouveau venu sous peu), Ali Bongo du Gabon, Faure Gnassingbé du Togo, Helen Johnson Sirleaf du Libéria, Denis Sassou N'Guesso du Congo Brazzaville, le Premier Ministre Raïla Odinga du Kenya, Young Jin Choï de l'ONUCI et Youssouf Bakayoko de la CEI de Côte d'Ivoire.

Les dignes fils de l'Afrique se sont abstenus d'effectuer le voyage de Yamoussoukro. En tout cas, ceux qui ont sondé le secret du complot international contre la Côte d'Ivoire, parmi lesquels les présidents Jacob Zuma d'Afrique du Sud, Edouardo Dos Santos d'Angola, Yahya Jammeh de Gambie et Pedro Pires du Cap Vert.

Le tout, macéré et malaxé dans un reportage en direct de près de 4 heures (du jamais vu, en Afrique) de France 24, un média aux ordres qui n'a de professionnel que le nom, qui nous a servi et ressassé au fil des heures, avec deux consultants acquis à la cause dont le journaliste ivoirien Soro Solo, et une envoyée spéciale - Vanessa Burggraf, toujours au rendez-vous des messes noires contre la Côte d'Ivoire! - tous les mensonges éculés de la crise ivoirienne de 2002, du coup d'état électoral de la France et de la communauté internationale contre le Président Laurent Gbagbo et de la crise post-électorale ivoirienne. Comment le dire autrement quand un journaliste de cette presse de triste renom impute, dans les commentaires de son élément filmé, le rejet de la candidature d'Alassane Ouattara, en 2000, au camp Gbagbo ? Oui, vous avez bien lu ! C'est à y perdre son équilibre mental! Soit dit en passant, Laurent Gbagbo n'était même pas encore au pouvoir. Comment aurait-il donc pu réussir une telle prouesse ! Un tel révisionnisme est tout simplement nauséeux et écoeurant, et dessert grandement ses auteurs, même si - il faut l'avouer - la cause impérialiste l'emporte largement sur l'éthique, la morale et la déontologie, en Occident. iTélé n'a pas manqué à l'appel de la comédie internationale et de la grand'messe françafricaine maçonnique.

SARKOZY ET OUATTARA 2.jpg

Quant au nouvel investi, Alassane Dramane Ouattara, il a disserté pendant 20 minutes sur la réconciliation - sans jamais prononcer le mot « pardon » à l'adresse des Ivoiriens - et l'avenir de la Côte d'Ivoire retrouvée et rassemblée, à chaque problème de laquelle il aurait une solution, pendant que par sa faute des millions d'Ivoiriens sont au comble du désastre, n'ont pas l'âme à la fête parce qu'ayant tout perdu, pleurent leurs morts par milliers, sont dénoncés et tués à Abidjan et dans d'autres villes du pays, épurés à l'Ouest, s'ils ne sont tout bonnement pillés ou systématiquement rackettés par des rebelles incontrôlés, analphabètes, dépenaillés, déguenillés, aux tenues bigarrées. Des milliers d'autres sont carrément exilés à cause de la chasse implacable à l'homme qu'on orchestre sciemment et savamment et qu'on veut couvrir par des discours et des sourires protocolaires.

Le tout, dans une Côte d'Ivoire dont l'appareil de production est grippée et à genoux par la faute de la rébellion qui a volé, pillé, détruit des entreprises et même déboulonné des machines-outils dans les zones industrielles d'Abidjan, une Côte d'Ivoire où la sécurité est inexistante - le Droit l'étant encore plus -, les libertés une vue de l'esprit, l'administration un rêve ancien (avec des com'zones proprement illétrés qui font autorité devant des préfets, parchemins d'énarques émérites en main), les médias à la pensée unique, la presse pro-Gbagbo muselée et traquée, l'armée un vœu pieux, le pardon et la réconciliation proclamés religieusement sur les antennes mais dans les mots et les comportements relégués aux calendes grecques, la compassion due à ceux qui souffrent le cadet des soucis - la célébration de la victoire tant attendue et souhaitée prenant le pas sur tout le reste -, humanité et solidarité nationale étant désormais inopérantes.

Vive la Côte d'Ivoire françafricaine, maçonnique, dernière ponte du Nouvel Ordre Mondial et vive l'Afrique asservie, bafouée, recolonisée et vassale de l'Occident impérialiste !


Que DIEU délivre et restaure la Côte d'Ivoire! Que DIEU garde et sauve l'Afrique!



DINDE Fernand AGBO

lundi, 16 mai 2011

INVESTITURE D'ADO: BRUITS DE BOTTES A L'APPROCHE DU 21 MAI

FORCE DE LA RESISTANCE PATRIOTIQUE.jpg

Force de la Résistance Patriotique (Facebook)


Une attaque des « résistants » (combattants restés fidèles au Président Gbagbo et essentiellement composés d'anciens membres des forces de défense et de sécurité) n'est pas à exclure entre le 18 et le 22 mai, a appris DirectScoop d'une source militaire.

Cette information intervient alors que lundi le quotidien ivoirien « l'Inter » alertait l'opinion sur une imminente attaque de combattants présentés comme des « pro-Gbagbo ».

« Nous demandons aux chefs d'Etat invités de s'abstenir du voyage en Côte d'Ivoire (...) Nous attendons le mot d'ordre de notre chef, avant d'entrer en action dans quelques heures. Nous demandons aux populations ivoiriennes de quitter le territoire ivoirien avant le 21 mai 2011», auraient confié les « résistants » au journal.

Des bruits de bottes sont déjà signalés dans le sud-ouest où les FRCI (armée créée par Ouattara) auraient essuyé de sérieux revers. Ceux-ci auraient fui les villes de Méagui et de Soubré, demandant l'aide de l'ONUCI (Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire) présente dans la ville portuaire de San Pédro.

Le « com'zone » (commandant de zone) de Bouna (nord-est) a révélé dans une vidéo circulant sur internet, qu'il serait en possession d'informations faisant état d'une attaque imminente en vue de libérer les prisonniers politiques qui y sont détenus.

A Abidjan, la méfiance entre les ex-FDS, particulièrement la gendarmerie et le nouveau pouvoir, s'est accentuée ces derniers jours avec la brève détention vendredi du Général Guiai Bi Poin à l'hôtel du Golf, commandant du CECOS (Centre de Commandement des Opérations de Sécurité).

Le patron de cette unité d'élite spécialisée dans la sécurisation de la ville d'Abidjan y avait été convoqué avec  une cinquantaine d'officiers, chef de commandement d'unités. La plupart d'entre eux n'avaient d'ailleurs pas répondu à cette convocation.

Alassane Ouattara qui a accédé au pouvoir grâce à une intervention armée menée par la coalition Licorne (France) - ONUCI - combattants pro-Ouattara, prévoit son investiture en tant que Président le 21 mai.



Source: DIRECTSCOOP.NET

 

---------------------------------------


LICORNE.jpg

DES GENDARMES FRANÇAIS SOLLICITES PAR OUATTARA POUR REGULER LA CIRCULATION


La Côte d'Ivoire est tombée bien bas. C'est le lieu de le dire lorsqu'on se rend dans les rues de la capitale économique.

Incroyable mais vrai!

Des gendarmes de l'armée française en train de régler la circulation à Abidjan à la place de nos forces de l'ordre, depuis ce matin.

Le régime Ouattara a-t-il vendu la Côte d'Ivoire à la France?

C'est à juste titre, au vue de ce spectacle révoltant, que Ouattara est identifié à un gouverneur de la France en Côte d'Ivoire. C'est la France qui l'a installé par la force, c'est elle qui assure sa garde rapprochée et logiquement c'est avec elle que le gouverneur Ouattara est appelé à gouverner.

Ce spectacle est aussi la preuve que les forces de défense et de sécurité (FDS) n'ont toujours pas répondu massivement à l'appel du camp Ouattara. Alors que la plupart des policiers de l'armée nationale se sont évadés dans la nature, les gendarmes restent cloîtrés dans leurs casernes, refusant de collaborer avec les forces rebelles de Ouattara.

Les FRCI, qui sont pour la plupart des analphabètes, dont les éléments ont été pour la plupart recrutés sur le tas, n'ont pas été formés au maintient de l'ordre, à plus forte raison à la gestion d'un commissariat.

Le pouvoir français, encore une fois, vient à la rescousse de son poulain.

Comment de temps cela va durer?



Source: COTE D'IVOIRE LA VRAIE

mercredi, 11 mai 2011

COTE D'IVOIRE: INVESTITURE D'ALASSANE OUATTARA – LE 21 MAI MENACE


ALASSANE OUATTARA.jpg

Le 11 mai 2011, par Le Temps


La date du 21 mai 2011, prévue pour l'investiture du Président de la communauté internationale en Côte d'Ivoire, le Dr Alassane Ouattara, est sous le coup d'une menace. En effet, selon des informations en provenance de l'intérieur du pays, des attaques sont annoncées dans les jours à venir, hypothéquant ainsi la grande messe voulue par le camp Ouattara à Yamoussoukro. Déjà des sources bien introduites annoncent la crainte de certains invités de marque à y effectuer le déplacement, vu l'atmosphère devenue de plus en plus sensible.

Des localités comme Sassandra, Gueyo et notamment Soubré, seraient occupées par les Libériens. Ces derniers qui avaient observé un repli stratégique il y a une semaine, ont décidé selon ces mêmes sources, de revenir à la charge. Ainsi, ils se seraient déjà emparé des principales villes côtières et du Sud Ouest du pays, en attendant l'ouverture d'autres fronts. Une information qui jette un froid dans le camp Ouattara s'apprêtant à célébrer sa frauduleuse victoire à la présidentielle. Ainsi, même protégés par l'armée française, Ouattara et ses hommes n'ont pas encore la maîtrise de la situation en dépit de ce qui se raconte.


Odette Latté


Source: IVOIREBUSINESS.NET

 

-------------------------------------------------------------

 

ABSENCE D'HENRI KONAN BEDIE A LA PRESTATION DE SERMENT D'ADO: VOICI LES VRAIES RAISONS


OUATTARA ET BEDIE.jpg

Le 11 mai 2011, par Le Temps


Le président du Pdci et ancien chef de l'Etat de Côte d'Ivoire Henri Konan Bédié, a brillé par son absence à la cérémonie officielle de prestation de serment du nouveau Président de la République Alassane Ouattara, le 6 mai 2011. Pour la presse pro-Ouattara, il s'agit d'un contretemps, puisque Henri Konan Bédié célébrait ce jour-là ses 77 ans. En réalité, cette sortie de la presse pro Ouattara n'est qu'un prétexte pour cacher la vérité aux Ivoiriens. Car en réalité, depuis la disparition d'Ib, le torchon brûle entre Henri Konan Bédié et Ado. Le premier reprochant au second sa propension à vite ôter la vie à des personnalités, et le second acceptant difficilement ces reproches, les qualifiant d'ailleurs de défiance à son autorité. Aussi, depuis lors, rien ne va-t-il plus entre les deux grandes têtes de pont du Rhdp.

Conséquence : Henri Konan Bédié s'est retiré dans sa ville natale, Daoukro. C'est de là-bas que N'Zuéba aurait décidé de boycotter la cérémonie de prestation de serment d'Ado. Vu cette absence très remarquée et critiquée au sein du Rhdp, Ouattara a commis un groupe d'émissaires auprès de N'Zuéba pour lui demander d'être présent le 21 mai prochain à Yamoussoukro, quitte à laver le linge sale en famille plus tard. Toutefois, il convient de noter que l'exécution d'Ib a ouvert des plaies au sein du Rhdp qui ne se cicatriseront pas de sitôt malgré la réconciliation nationale annoncée à grande pompe. De plus en plus, l'on évoque le problème du Cema des forces armées de la rébellion, Soumaïla Bakayoko. Ce dernier serait lui aussi en froid avec ses amis d'hier. Des sources l'annoncent même en résidence surveillée. Une thèse beaucoup plus plausible sur son absence aussi à la prestation de serment du 6 mai dernier. Soumaïla Bakayoko est effacé des décisions militaires depuis l'offensive de la rébellion qui a emporté le régime de Laurent Gbagbo.


Odette Latté


Source : IVORIAN.NET


-------------------------------------------------------------------------


SENEGAL: ALASSANE OUATTARA, PRESIDENT DE COTE D'IVOIRE RESIDANT A DAKAR, EN VISITE OFFICIELLE A SON LIEU DE RESIDENCE

 

ABDOULAYE WADE.jpg

En effet il faut le savoir, Alassane Ouattara, Président de Côte d'Ivoire qu'il est, ne résiderait pas à Abidjan pour des raisons de sécurité car il ne fait confiance à personne.

Ni à son armée les FRCI, ni aux FDS du général Philippe Mangou. De source proche de l'hôtel du Golf, il dormirait tous les soirs à Dakar. C'est de là que tous les matins, il prendrait un vol spécial pour venir présider la Côte d'Ivoire, à l'hôtel du Golf et maintenant au palais présidentiel, depuis son investiture par Paul Yao N'dré.

Quand la présidence sénégalaise dans un communiqué lu à l'antenne de la télévision publique RTS, annonce que "Le nouveau président de la République de Côte d'Ivoire, Son Excellence le président Alassane Dramane Ouattara, effectuera une visite d'amitié au Sénégal le jeudi 12 mai 2011 à partir de 16H00 (heures locale et GMT)", c'est dans l'ordre des choses.

Alassane Ouattara effectuera donc jeudi une "visite d'amitié" à Dakar, son premier voyage à l'étranger depuis sa prestation de serment le 6 mai, a annoncé mardi soir la
présidence sénégalaise, le qualifiant d'"ami" du pays.

Ce n'est pas un hasard, comme on le voit, si Alassane Ouattara a tenu à réserver sa première sortie après sa prestation de serment au Sénégal. En plus de la couchette et des raisons officielles « des relations traditionnelles qui ont toujours existé entre le peuple ivoirien et le peuple sénégalais", Ouattara doit beaucoup à Wade qui a été l'un des bras séculiers de la France dans son putsch sanglant contre le Président Gbagbo.
On se souvient qu'entre les deux tours de la présidentielle, Ouattara avait effectué une visite éclair à Dakar pour prendre les conseils de Wade et quelques milliards de Fcfa.
Cela avait crée un incident diplomatique entre Dakar et Abidjan, Gbagbo n'hésitant pas à rappeler son ambassadeur à Dakar pour consultation.

La chute de Laurent Gbagbo "est une très bonne chose", avait réagi le président Wade dans un entretien avec le journal français Le Figaro publié le 13 avril.

"A l'avenir, aucun chef d'Etat africain ne pourra plus s'aviser de refuser le verdict des urnes. Si l'on avait accepté le maintien de Laurent Gbagbo au pouvoir, ce n'était plus la peine d'organiser des élections en Afrique", avait-il dit.

Nul doute que les deux hommes auront énormément de choses à se dire, s'ils ne se le disent déjà, car Alassane Ouattara, Président de Côte d'Ivoire qu'il est, travaille le jour à Abidjan mais passe toutes ses nuits à Dakar.


Nous y reviendrons.



Christian Vabé


Source : IVOIREBUSINESS.NET