topblog Ivoire blogs

mardi, 01 octobre 2013

LES ONG, NOUVELLE FORME D'ESPIONNAGE EN AFRIQUE


logo annuaire  ONG PH


Le lundi 24 janvier 2011, la Knesset, le parlement Israélien avait voté pour l’ouverture d’une enquête parlementaire sur l’origine des financements des associations et des organisations non gouvernementales opérant sur le territoire israélien.

Le ministre sioniste des Affaires étrangères Avigdor Lieberman (photo), dont le parti (Israël Beiteinou) était à l’origine de cette curieuse initiative, avait déclaré que d’après les informations en sa possession, la plupart des ONG qui parlent des droits de l’homme n’étaient en fait que de simples succursales de services secrets étrangers. Lorsqu’elles ne sont pas tout simplement "complices de la terreur" avait-il conclu.

L’originalité du vote du parlement israélien consistait à déterminer la véritable identité de chaque association et son vrai objectif à partir de la source de son financement. C’était la seule voie pour savoir exactement à qui on avait à faire.

Comment ne pas donner raison au ministre sioniste, lorsqu’on examine le profil des dirigeants de ces ONG avec rigueur ? Car on a souvent la sueur dans le dos de constater un certain mélange du genre déroutant. Un exemple des plus récents :

Lorsqu’en 1999, Richard Holbrooke est choisi par le Président Américain Bill Clinton pour succéder à Bill Richardson comme ambassadeur aux Nations unies, il emmène avec lui comme assistante, une dame du nom de Suzanne Nossel. Cette dernière est rappelée aux affaires lorsque Monsieur Obama devient Président, et devient l’Assistante de la Secrétaire d’Etat Hillary Clinton. Le 23 Novembre 2011, cette brillante qui est le serviteur de l’Etat Américain a fait un déménagement des plus curieux et déconcertants : elle a quitté son bureau dans l’administration Obama, pour devenir la Présidente de la section américaine de l’ONG Amnesty International.

C’est-à -dire qu’on ne cache même plus le conflit d’intérêts entre certaines organisations et les gouvernements qui les financent, pour donner les bons points dans le monde. Et comme le dénonce le Réseau Voltaire, c’est cette dame qui a monté toute la propagande et les mensonges pour justifier le bombardement de la Libye avec ses 90.000 morts et l’assassinat de son président Kadhafi, qui a changé de costume pour revenir sur le lieu de son crime et donner des leçons des droits de l’homme.

A- Les ONG plus gouvernementales que non gouvernementales

Comment peut-on appeler "organisation non gouvernementale", une organisation qui reçoit l’essentiel de son financement de son gouvernement ? Comment une organisation créée par le Congrès Américain et financée à 100% par ce dernier peut-elle prétendre d’être en Afrique une ONG ? Comment expliquer que la quasi-totalité de l’arnaque dénommée "aide publique au développement" soit investie dans des organisations dites non-gouvernementales comme dans le cas du Canada ?

50 ans d’ONG en Afrique nous indiquent que le continent ne peut jamais se lever avec les ONG dont le système de gestion et de décision très opaque ne permet pas de mesurer avec précision les véritables motivations de ces Organisations. Il n’existe à ce jour, aucun rapport, aucune documentation sur ce que deviennent les énormes informations que ces organisations collectent au quotidien sur le sol africain. Mais on peut tout de même dire que leur but n’est nullement celui de renforcer la sécurité du continent, mais plutôt de l’affaiblir. Penser que des gouvernements qui sombrent dans les dettes abyssales vont s’endetter encore plus pour aider des africains relève de la naïveté collective des mêmes africains qui accordent une confiance démesurée aux associations dont ils ignorent ou presque, sinon rien au-delà de la propagande qui a été préparée sur mesure pour eux.

B- Et l’Afrique dans tout ça ?

Le système ultra libéral qui a spolié l’Afrique depuis 5 siècles, pour se pérenniser, a savamment mis sur pied une organisation méthodique avec une distribution de rôle bien rodée. Et c’est dans cette optique de rendre moins douloureuse la spoliation que des associations et organisations dites de développement, humanitaires ou des droits de l’homme ont été créées. Ces organisations se sont rebaptisées : "société civile africaine" en copiant les mêmes techniques d’usurpation faites par les racistes d’Afrique du Sud qui se sont fait appeler AFRIKANERS, c’est-à -dire DES AFRICAINS, en lieu et place des Africains qu’ils voulaient faire disparaitre grâce aux mauvais traitements de l’apartheid.

Toutes ces associations qu’il convient d’appeler "société civile organisée" et non "société civile" tout court prétendent travailler pour aider l’Afrique, travailler pour le bien du continent africain. En réalité elles visent d’autres objectifs comme par exemple :

1- Détourner l’attention des Africains des vrais problèmes en imposant des thèmes tout aussi nuisibles qu’inutiles et imposer leur point de vue grâce à la grande machine de guerre médiatique qui les accompagne et l’argent qui coule à flot de leurs gouvernements en Occident.

2- Devant le choc des deux civilisations : africaine et européenne, lorsque l’avantage est à l’Afrique, tout est mis en oeuvre pour empêcher les Africains de voir que dans bien de domaines, ils n’ont pas de leçon à recevoir de qui que ce soit, mais peut-être d’en donner. Il faut alors convaincre les Africains avec un certain succès, d’être fondamentalement vauriens avec des chefs d’Etats incapables et un continent maudit par la pauvreté, quand bien même ils savent que ce n’est pas vrai. Les Africains dans leur majorité qui se sont fait avoir, ont tout simplement oublié par exemple qu’ils étaient de loin plus heureux que ceux qui leur racontaient qu’ils étaient des nantis venus les aider. Parce que l’Africain est de loin plus riche et donc plus heureux que l’Européen. En géostratégie, la vraie différence entre un riche et un pauvre est que le pauvre est celui qui gagne un million de dollars par mois, mais pour le même mois il va en dépenser deux millions, en empruntant de gauche à droite, alors que le riche est celui qui gagne 2 dollars par jour, mais il va en dépenser seulement 1.

C’est ce qui explique que les Africains sont moins stressés que les Européens, ils sont plus souriants même s’ils n’ont pas de voiture, ils ne revendiquent pas l’univers, ils ne prétendent pas changer un chef d’état au Népal ou au Guatemala, et donc, ils se suicident aussi moins. A bien y regarder, la logique n’aurait pas tout simplement conseillé à ces ONG de copier cette leçon de bonheur africain pour l’insuffler aux Européens ?

3- Salir l’image de l’Afrique, tel semble être l’une des mission des ONG. Partout où on se trouve dans les plus grands aéroports de l’occident, dans les plus grandes gares de train ou de métro, on ne peut s’empêcher de voir la photo d’un enfant noir sale, dénutri, tapisser les murs de ces lieux publiques, de Düsseldorf à Montréal, en passant par Genève, Rome, Paris et New-York. D’une part, il s’agit d’un des fonds de commerce les plus rentables au monde pour leurs auteurs, pire, c’est la plus grande activité de propagande contre l’avènement d’une autre Afrique plus digne et plus prospère.

C’est un acte de racisme pur et dur et du manque du respect de la dignité d’un enfant fut-il en difficulté que de montrer sa photo avec une armada de mouches qui luttent pour trouver à manger sur ses lèvres. C’est un cynisme des plus dangereux pour le genre humain d’exploiter à ce point les difficultés de l’autre pour s’enrichir, tel un charognard qui rode autour d’un comateux pour son festin à venir.

4- Activité d’espionnage : En Afrique, l’avidité croissante et l’ignorance sont les maîtres-mots qui ont permis le développement sans contrôle de l’espionnage étranger dans toutes les couches de la population et sous des formes des plus impensables. On observe ainsi des initiatives et organisations qui n’ont pour but que d’affaiblir l’état en se substituant à lui avec des pseudo solutions qui n’ont fait leur preuve nulle part, notamment dans la santé, l’instruction, la miro-finance etc... Pourquoi les gouvernements européens et américains ont-ils besoin de passer par des ONG pour recueillir des informations sur l’Afrique, si ces dernières sont inoffensives et donc, ne mettent pas en danger la prospérité et la sécurité du continent africain ? Quel sont ces intérêts occidentaux, incompatibles avec l’urgence en Afrique de la construction d’un Etat fort qui soit capable ensuite de s’occuper dignement et convenablement de ses citoyens ?

C- Que font les espions Africains ?

L’Afrique a cru comprendre dans l’activité de l’espionnage un simple problème d’ordre publique pour l’élimination des prétendus opposants, vrais ou imaginaires. Et pas d’activité d’espionnage ou de contre-espionnage sur le plan économique et géostratégique. Et comme c’est là où tout se joue désormais, même entre les meilleurs amis du monde, on se méfie des activités d’espionnages des agents respectifs.

Le cas de l’entité sioniste et les Etats-Unis d’Amérique est là pour nous le prouver. Ben-Ami Kadish a été déféré, mardi 22/04/2008, 15 jours avant la visite du président américain George Bush en Israël, devant le tribunal fédéral de Manhattan, pour avoir transmis à Israël des informations relatives à des armements nucléaires, des avions de combat F-15 et des systèmes de missiles antimissile Patriot. Est-il envisageable de voir un jour des Africains aimer à ce point l’Afrique jusqu’à être accusé d’avoir espionné une entreprise de pointe en Occident pour le compte de leur pays africain ? Comment expliquer la naïveté des pays africains qui installent à la tête des principales entreprises stratégiques publiques, des managers occidentaux, sans se préoccuper des informations sensibles que ces derniers fournissent à leurs pays ? Existe-il un système efficace de contre-espionnage capable de les surveiller convenablement ?

D- Conclusion

L’Afrique doit arrêter de penser qu’il existe des cadeaux gratuits d’où qu’ils viennent, qu’il existe des dons sans contrepartie, puisque souvent cette contrepartie peut aller jusqu’à un million de fois la valeur du don même. Avant d’accepter tout partenariat, il faut au préalable poser d’abord la question sur ce que l’autre y gagnera.

Lorsque ce n’est pas clair, et qu’il est impossible d’identifier l’intérêt de l’autre partie, c’est qu’il y a une arnaque ou tout simplement, tromperie. L’Afrique doit aller au delà de l’initiative d’Israël, c’est-à -dire, ne pas seulement se limiter à identifier les sources de financement de chaque ONG qui opère sur son territoire. Il faut prendre des décisions radicales pour interdire toute association, toute organisation qui recevrait le moindre centime de son financement hors d’Afrique. Une association même à 100% africaine ne peut pas recevoir son financement de l’étranger sans en contrepartie, ne pas se mettre dans une condition psychologique de remercier ses bienfaiteurs, surtout en fournissant toutes les informations dont ils ont besoin et une certaine allégeance dans la défense des intérêts, des idées et opinions des donneurs d’ordre étrangers (même lorsqu’ils sont ouvertement contre les intérêts de la nation africaine en question).

Sur un autre plan, c’est en renforçant la fédération africaine que l’Afrique aura la force pour imposer une grande transparence dans ses relations avec tous les pays du monde. L’Afrique a besoin d’un coopération d’Etat à Etat et non d’Etat à ONG, c’est-à -dire qu’elle doit développer ses relations exactement comme c’est déjà le cas avec la Chine où il n’existe aucune ONG chinoise, aucune association chinoise qui prendrait l’argent du gouvernement chinois pour s’installer dans les villages africains pour faire remonter les informations vers la Chine ou tout simplement pour résoudre des problèmes de chômage en Chine.

L’espionnage au 21ème siècle doit innover pour ne pas rester pathétique dans une logique dépassée de guerre froide, car après 50 ans de milliards de dollars engloutis tout aussi naïvement dans l’espionnage occidental en Afrique, oui même si certaines informations sensibles ont permis à l’Occident de tenir pauvre l’Afrique, en revanche, on peut dire que le même Occident n’en a pas tiré tous les profits escomptés, si on en arrive à la crise économique et financière que nous connaissons. Puisse l’Occident avoir le courage de se regarder en face et faire l’autocritique sur la médiocrité de ses dirigeants qui, empêtrés dans des problèmes d’emplois fictifs, de détournement de fonds publiques, d’harcèlements sexuels, de pédophilie etc... n’ont pas eu le temps, encore moins l’intelligence de comprendre que pour tenir debout, l’Europe n’avait pas besoin d’une Afrique couchée.

 

Jean Paul Pougala
http://www.pougala.org

 

Source: LE GRAND SOIR

lundi, 09 septembre 2013

MEMORANDUM D'ANCIENS DU RENSEIGNEMENT A OBAMA: «LA SYRIE EST-ELLE UN PIEGE?»

BARACK OBAMA. SYRIE.jpg

 
Veteran Intelligence Professionals for Sanity

Traduction exclusive : Memorandum d'anciens du renseignement à Obama : "Nous avons le regret de vous informer que certains de nos anciens collègues nous disent, catégoriquement, que [...] l'intelligence la plus fiable montre que Bachar al-Assad n'était pas responsable..."

----------------
 
Malgré le "haut degré de confiance" de l’Administration américaine sur la responsabilité du régime syrien dans l’attaque chimique du 21 août, une douzaine d’anciens militaires et responsables du renseignement livrent des éléments qui les amènent à conclure à une toute autre histoire que l’histoire officielle.

"MEMORANDUM FOR : The President
FROM : Veteran Intelligence Professionals for Sanity (VIPS)
SUBJECT : La Syrie est-elle un piège? (Is Syria a Trap?)
Priorité : IMMÉDIATE

Nous avons le regret de vous informer que certains de nos anciens collègues nous disent, catégoriquement, que contrairement aux affirmations de votre administration, l’intelligence la plus fiable montre que Bachar al-Assad n’était pas responsable de l’incident chimique qui a tué et blessé des civils syriens le 21 août, et que les services de renseignement britannique savent aussi cela. En écrivant ce bref rapport, nous choisissons de croire que vous n’avez pas été pleinement informé parce que vos conseillers ont décidé de vous donner l’opportunité pour ce qui est communément connu comme le "déni plausible" [NDT : la légère incertitude, le flou décisionnaire, qui fait que l’on ne peut prouver formellement l’implication directe et réfléchie du sommet de l’Etat et par conséquent que l’on pourra nier de manière plausible (cela vient du langage informatique et du déni de chiffrement)].

Nous avons déjà emprunté cette voie avant - avec le président George W. Bush, à qui nous avions adressé nos premiers VIPS memorandum immédiatement après le discours de Colin Powell le 5 février 2003 à l’ONU, dans lequel il a colporté une "intelligence" frauduleuse pour soutenir l’attaque de l’Irak. Puis, également, nous avons choisi de donner au président Bush le bénéfice du doute, pensant qu’il avait été induit en erreur - ou, à tout le moins, très mal conseillé.

La nature frauduleuse du discours de Powell était une évidence. Et donc, cet après-midi là nous avions vivement exhorté votre prédécesseur d’élargir le débat au-delà du cercle de ces conseillers clairement arc-boutés sur ​​une guerre pour laquelle nous ne voyions aucune raison impérieuse et dont nous pensions que les conséquences imprévues seraient susceptibles d’être catastrophique". Nous vous offrons le même avis aujourd’hui.

Nos sources confirment qu’un incident chimique d’une quelconque sorte a causé des morts et des blessés le 21 Août dans la banlieue de Damas. Ils insistent, cependant, sur le fait que l’incident n’était pas le résultat d’une attaque menée par l’armée syrienne employant des armes chimiques de type militaire de son arsenal. C’est le fait le plus saillant, selon les agents de la CIA travaillant sur la question syrienne. Ils nous disent que le directeur de la CIA John Brennan est en train de commettre une fraude (escroquerie), du type de celle ayant précédé la guerre en Irak, sur les membres du Congrès, les médias, le public - et peut-être même vous.

Nous avons observé John Brennan attentivement au cours des dernières années et, malheureusement, nous constatons que ce que nous disent maintenant nos anciens collègues est facile à croire. Plus triste encore, cela tombe à pic (this goes in spades) pour ceux d’entre nous qui ont travaillé avec lui personnellement, nous lui donnons zéro crédibilité. Et cela vaut, aussi, pour son patron titulaire (titular boss), le directeur du renseignement national James Clapper, qui a admis qu’il a témoigné sous serment de manière "manifestement erronée" au Congrès concernant les écoutes de la NSA sur les Américains.

Résumé du renseignement ou stratagème politique?

Que le secrétaire d’État John Kerry fasse valoir le nom de Clapper cette semaine devant le Congrès, dans une tentative apparente pour renforcer la crédibilité de l"Évaluation du Gouvernement » de 4 pages nous paraît étrange. D’autant plus, parce que, pour une raison inexpliquée, ce n’est pas Clapper mais la Maison Blanche qui a publié l’« Évaluation » (Assessment).

Ce n’est pas un bon point. Nous savons comment ces choses sont faites. Bien que l’« évaluation du gouvernement » est vendu aux médias comme un « résumé de l’intelligence », c’est un document politique, et pas d’intelligence. Les rédacteurs, communicants (NDT : massagers dans le texte (lié à mon sens à l’ouvrage de philosophie des médias Message et Massage)), et intermédiaires ont évité de présenter le détail essentiel. En outre, ils ont concédé d’emblée que, bien qu’ils affichent une "grande confiance" sur l’évaluation, ils sont encore "loin d’une confirmation."

Déjà Fraud (Déjà vu ?) : Cela nécessite un flashback sur les célèbres Minutes de Downing Street du 23 Juillet 2002 [NDA : cf Downing Street Memo], sur l’Irak, le procès-verbal a enregistré les déclarations de Richard Dearlove, alors chef du renseignement britannique, rapportant au Premier ministre Tony Blair et d’autres hauts fonctionnaires que le président Bush avait décidé d’éliminer Saddam Hussein par une action militaire qui serait "justifiée par la conjonction du terrorisme et des armes de destruction massive." Dearlove avait eu l’information par le directeur de la CIA, George Tenet, qu’il avait rencontré au siège de la CIA le 20 Juillet.

La discussion qui a suivi a porté sur la nature éphémère de la preuve, ce qui pousse Dearlove à expliquer: « Mais le renseignement et les faits étaient préétablis autour de la politique." [NDT : "But the intelligence and facts were being fixed around the policy" // On peut donner le sens, sont établis en fonction de la politique, ont été construit autour des déclarations politiques] Nous craignons que ce soit précisément ce qui s’est passé avec "l’intelligence" sur la Syrie.

L’Intelligence

Il y a un nombre croissant de preuves provenant de nombreuses sources dans le Moyen-Orient - principalement affiliés à l’opposition syrienne et ses partisans - offrant une forte preuve circonstancielle que l’incident chimique du 21 août était une provocation planifiée à l’avance par l’opposition syrienne et ses soutiens turcs et saoudiens. Le but aurait été de créer le genre d’incident qui amènerait les Etats-Unis dans la guerre.

Selon certains rapports, des boîtes contenant des agents chimiques ont été introduites dans une banlieue de Damas, où elles ont été ouvertes. Certaines personnes dans le voisinage immédiat sont mortes, d’autres ont été blessées.

Nous ne sommes au courant d’aucune preuve fiable qu’une fusée militaire syrienne capable de transporter un agent chimique ait été tirée dans la région. En fait, nous ne connaissons aucune preuve matérielle fiable pour appuyer l’allégation qu’il s’agissait des suites d’une frappe par une unité militaire syrienne disposant d’une expertise en matière d’armes chimiques.

En outre, nous avons appris que les forces de l’opposition occidentale parrainées par la Turquie ont commencé le 13 et 14 août 2013 à se préparer à l’avance pour un majeur, et anormal renforcement de leurs effectifs militaires [NDT : "a major, irregular military surge" Cela peut être également une poussée militaire majeure et anormale ou irrégulière]. Les premières rencontres entre les hauts commandants militaires de l’opposition et les responsables du renseignement qataris, turcs et américains ont eu lieu à la garnison militaire turc aménagée d’Antakya, dans la province d’Hatay, actuellement utilisée comme centre de commandement et siège de l’Armée syrienne libre (ASL) et de leurs sponsors étrangers. [NDT : ces informations proviennent (du moins ont été relayées par Yossef Bodansky notamment)].

Les commandants supérieurs de l’opposition qui sont venus d’Istanbul ont pré-informés les commandants régionaux d’une escalade imminente dans les combats grâce à « un développement qui changerait la guerre » ("a war-changing development"), ce qui, à son tour, conduirait à un bombardement mené par les américains en Syrie.

À la réunion de coordination des opérations à Antakya, fréquentée par les hauts responsables turcs, qataris et des responsables du renseignement américain ainsi que les commandants supérieurs de l’opposition syrienne, les syriens ont affirmé que le bombardement commencerait dans quelques jours. Les leaders de l’opposition ont été condamnés à préparer leurs forces rapidement pour exploiter les bombardements américains, marcher sur Damas, et renverser le gouvernement de Bachar al-Assad.

Les responsables du renseignement du Qatar et de la Turquie ont assuré aux commandants régionaux syriens qu’ils seraient très bien fournis en armes pour la prochaine offensive. Et ils le furent. Une opération de distribution d’armes d’une ampleur sans précédent a commencé dans tous les camps de l’opposition entre le 21 et le 23 août. Les armes ont été distribuées à partir des entrepôts contrôlés par les renseignements du Qatar et de la Turquie sous la supervision étroite d’agents du renseignement américain.

Cui bono?

[Dans quel intérêt ? Dans l’intérêt de qui ?]
Que les divers groupes qui tentent de renverser le président syrien Bachar al-Assad ont amplement intérêt à obtenir que les États-Unis soient plus profondément impliqués dans le soutien de cet effort est clair. Jusqu’à présent, il n’a pas été aussi clair que le gouvernement Netanyahu en Israël ait également un intérêt puissant pour obtenir que Washington soit plus profondément engagé dans une nouvelle guerre dans la région. Mais au vu des exhortations véhémentes à l’intervention en provenance d’Israël et ces américains qui font du lobbying pour les intérêts israéliens, la priorité de cet objectif israélien devient limpide.

Le reporter Judi Rudoren, écrivant depuis Jérusalem, dans un article important paru dans le New York Times de vendredi aborde la motivation israélienne d’une manière inhabituellement candide. Son article, intitulé « Israël soutient une frappe limitée contre la Syrie", note que les Israéliens ont fait valoir, tranquillement, que la meilleure solution pour les 2 années et demi de guerre civile en Syrie est, au moins pour le moment, qu’il n’y ait pas de solution. Rudoren poursuit:

"Pour Jérusalem, le statu quo, aussi horrible que cela puisse être d’un point de vue humanitaire, semble préférable soit à une victoire du gouvernement de M. Assad et ses partisans iraniens soit à un renforcement des groupes rebelles, de plus en plus dominé par les sunnites djihadistes."

« C’est une situation éliminatoire (a playoff situation) dans laquelle vous avez besoin que les deux équipes perdent, mais qu’au moins vous ne voulez pas que l’une d’elle gagne - nous nous contenterons d’un match nul », a déclaré Alon Pinkas, ancien consul général d’Israël à New York. « Laissez-les saigner tous les deux, faire des hémorragies jusqu’à la mort : c’est la réflexion stratégique ici. Tant que cela persiste, il n’y a pas de menace réelle de la Syrie ».

Nous pensons que c’est la façon dont les dirigeants actuels d’Israël regardent la situation en Syrie, et qu’une implication américaine plus profonde - quoiqu’au départ, par des frappes militaires "limités" - est susceptible d’assurer qu’il n’y ait pas de résolution rapide du conflit en Syrie. Plus les sunnites et les chiites se déchirent les uns les autres en Syrie et dans la région, plus Israël fait le calcul que ce sera sûr [NDT : Le sens est mieux retranscrit en anglais : "The longer Sunni and Shia are at each other’s throats in Syria and in the wider region, the safer Israel calculates that it is."]

Que le principal allié de la Syrie soit l’Iran, avec lequel il a signé un traité de défense mutuelle, joue également un rôle dans les calculs israéliens. Il est peu probable que les dirigeants iraniens soient en mesure d’avoir un impact militaire plus important en Syrie, et Israël peut faire ressortir cela comme un embarras [honte, gêne] pour Téhéran.

Le rôle de l’Iran

L’Iran peut facilement être blâmé par association et accusé de toutes sortes de provocations, réelles et imaginaires. Certains ont vu la main d’Israël à l’origine des accusations les plus dommageables contre Assad en matière d’armes chimiques et notre expérience nous donne à penser que cela est extrêmement possible.

Possible est aussi une attaque sous faux drapeau d’une partie intéressée entraînant le naufrage ou l’endommagement, par exemple, de l’un des cinq destroyers américains maintenant en patrouille à l’ouest de la Syrie. Nos médias grand public pourraient tirer de cela le maximum [Our mainstream media could be counted on to milk that for all it’s worth], et vous vous retrouveriez encore plus sous pression pour élargir l’engagement militaire américain en Syrie - et peut-être au-delà, contre l’Iran.

L’Iran a rejoint ceux qui accusent les rebelles syriens pour l’incident chimique du 21 Août, et n’a pas tardé à mettre en garde les Etats-Unis contre le fait de s’impliquer davantage. Selon la chaîne anglophone iranienne Press TV, le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a affirmé : « La crise en Syrie est un piège tendu par les groupes de pression sionistes aux [Etats-Unis]."

En fait, il n’est peut-être pas loin de la vérité. Mais nous pensons que vos conseillers peuvent être circonspects dans la réception de cette idée. Ainsi, nous voyons comme notre responsabilité de continuer à essayer de partager des informations avec vous afin d’assurer que vous et d’autres décideurs disposez d’une vision complète.

Représailles inévitables

Nous espérons que vos conseillers vous ont averti que les représailles pour les attaques contre les syriens ne sont pas une question de si, mais de où et de quand. Les représailles sont inévitables. Par exemple, des attaques terroristes contre les ambassades des États-Unis et d’autres installations sont susceptibles de faire ressembler ce qui est arrivé aux Etats-Unis à la "Mission" à Benghazi le 11 septembre 2012 à un accrochage mineur en comparaison. L’un de nous a abordé directement cette considération clé il y a une semaine dans un article intitulé "Conséquences possibles d’une attaque militaire américaine contre la Syrie - se souvenir de la destruction des casernes des marines américains à Beyrouth en 1983." [Référence]


For the Steering Group, Veteran Intelligence Professionals for Sanity

Thomas Drake, Senior Executive, NSA (former)
Philip Giraldi, CIA, Operations Officer (ret.)
Matthew Hoh, former Capt., USMC, Iraq & Foreign Service Officer, Afghanistan
Larry Johnson, CIA & State Department (ret.)
W. Patrick Lang, Senior Executive and Defense Intelligence Officer, DIA (ret.)
David MacMichael, National Intelligence Council (ret.)
Ray McGovern, former US Army infantry/intelligence officer & CIA analyst (ret.)
Elizabeth Murray, Deputy National Intelligence Officer for Middle East (ret.)
Todd Pierce, US Army Judge Advocate General (ret.)
Sam Provance, former Sgt., US Army, Iraq
Coleen Rowley, Division Council & Special Agent, FBI (ret.)
Ann Wright, Col., US Army (ret) ; Foreign Service Officer (ret.)


Paru initialement en anglais sur Consortiumnews.com


 
 

vendredi, 30 août 2013

GUERRE EN SYRIE: ENTRETIEN AVEC AMMAR BAGDASH, SECRETAIRE DU PARTI COMMUNISTE SYRIEN

 

monde,syrie,france,Entretien avec Ammar Bagdash, secrétaire du Parti communiste syrien, Marinella Correggia, Maurizio Musolino, Sergio Cararo,PCF, Alep, Bachar El-Assad, Israël, Syrie


Lors d’une rencontre publique à Rome avec le secrétaire du Parti communiste syrien, Ammar Bagdash et une interview collective pour connaître les causes, le déroulement et les conséquences de la guerre civile en Syrie. Ou autrement dit de la tentative de déstabilisation d’un pays qui ne fait pas partie des plans pour le contrôle impérialiste du Moyen-Orient.

 

Pourquoi cette attaque contre la Syrie?

La Syrie constitue une digue contre l’expansionnisme nord-américain au Moyen-orient, surtout après l’occupation de l’Irak. Mais le véritable protagoniste de ce projet se trouve être en réalité le président israélien Peres, qui poursuit cet objectif depuis les années 1980. Les communistes syriens ont donné un nom à ce projet : la grande Sion. La Syrie a refusé tous les diktats des Etats-unis et d’Israël au Moyen-orient, a soutenu la résistance irakienne, celle libanaise et le droit national du peuple palestinien.

Mais comment est née la révolte, la crise et la guerre civile en Syrie?

Dans l’analyse des communistes syriens, les conditions ont été posées également par les mesures libérales adoptées en 2005. Cette politique a eu trois effets négatifs : une augmentation des inégalités sociales ; l’exclusion sociale de plus en plus diffuse dans les banlieues de Damas ; la dégradation des conditions de vie de la population. Cela a favorisé les forces réactionnaires, comme les Frères musulmans, qui se sont appuyées sur le sous-prolétariat, surtout rural. Quand nous avons dénoncé tout cela jusqu’au Parlement, on nous a accusé d’adopter une posture idéologique et d’être des idiots.

En Syrie, ils veulent refaire ce qui s’est passé en Égypte et en Tunisie. Mais là il s’agissait de deux pays philo-impérialistes. Dans le cas de la Syrie, c’était différent. Ils ont commencé par des manifestations populaires dans les régions rurales de Daraa et d’Idleb. Mais dans les villes, il y eut immédiatement de grandes manifestations populaires de soutien à Assad. Par ailleurs, au début, la police ne tirait pas, ce sont certains éléments parmi les manifestants qui ont commencé les actions violentes. Dans les sept premiers mois, il y eut plus de morts du côté de la police et de l’armée que dans l’autre camp. Quand la méthode des manifestations ne marchait plus, ils sont passés au terrorisme avec des assassinats ciblés de personnes en vue (dirigeants, hauts fonctionnaires, journalistes), attentats et sabotages d’infrastructures civiles. Le gouvernement a réagi en adoptant certaines réformes comme celle sur le multi-partisme et sur la liberté de la presse, réformes que nous avons soutenu. Mais les forces réactionnaires ont rejeté ces réformes. Communistes, nous avons réalisé cette équation : les discours et les actes doivent être confrontés aux discours et aux actes. Mais le terrorisme doit être confronté par la souveraineté de la loi, en rétablissant l’ordre.

Ensuite, on est passé à la troisième phase. La véritable révolte armée. Attentats et assassinats ciblés étaient le signal pour commencer l’attaque contre Damas. Puis les attaques se sont concentrées contre Alep, qui par sa position géographique rend plus facile le trafic et le ravitaillement depuis l’étranger. Le gouvernement a réagi en imposant l’hégémonie de la loi. Il convient de dire que l’intervention de l’armée et les bombardements aériens se sont produits dans une zone où l’essentiel des civils avaient déjà fui. A la contre-offensive de l’armée syrienne, les rebelles ont réagi de façon barbare, y compris dans les zones où il n’y avait pas de combattants. Et puis ils ont assiégé Alep.

Pourquoi la Syrie résiste, que cela signifie-t-il?

Ces dix dernières années au Moyen-orient, l’Irak a été occupé, la Libye a dû capituler, la Syrie au contraire non. Par sa plus grande cohésion interne, ses forces armées plus puissantes, des alliances internationales plus solides ou parce qu’il n’y a pas encore eu d’intervention militaire directe des puissances impérialistes ?

En Syrie, à la différence de l’Irak et de la Libye, il y a toujours eu une forte alliance nationale. Les communistes travaillent avec le gouvernement depuis 1966, sans interruption. La Syrie n’aurait pas pu résister en comptant seulement sur l’armée. Elle a résisté parce qu’elle a pu compter sur une base populaire. En outre, elle a pu compter sur l’alliance avec l’Iran, la Chine, la Russie. Et si la Syrie reste debout, des trônes vont tomber parce qu’il deviendra clair qu’il existe d’autres voies. Notre lutte est internationaliste. Un expert russe m’a dit : « Le rôle de la Syrie ressemble à celui de l’Espagne contre le fascisme ».

Quels effets peuvent avoir les événements en Égypte sur la situation actuelle en Syrie?

Il y a un rapport dialectique entre ce qui s’est passé en Égypte et ce qui se passe en Syrie. La base commune, c’est le mécontentement populaire, mais la résistance syrienne a accéléré la chute du régime des Frères musulmans en Égypte et cela aidera beaucoup la Syrie car cela montre que les Frères musulmans ont été rejetés par le peuple.

Dans un entretien récent, la président syrien Assad a affirmé : « En Syrie, nous avons mis en échec l’offensive de l’islamisme politique ». Qu’en pensez-vous?

Nous, communistes syriens, n’utilisons pas la catégorie d’Islam politique. L’Islam connaît une certaine diversité en son sein. Il y a des réactionnaires pro-impérialistes comme les Frères musulmans et des progressistes comme le Hezbollah et même l’Iran. Je ne suis pas un admirateur du modèle iranien mais ce sont nos alliés dans la lutte contre l’impérialisme. Depuis notre V ème Congrès, nous avons jugé l’Iran sur la base de sa position sur l’impérialisme. Notre mot d’ordre est : pour un Front international contre l’impérialisme.

En Italie, une grande partie de la gauche pense que les rebelles combattent un régime fasciste, celui d’Assad. Que pouvez-vous répondre à cette position?

Si nous partons de la définition du fascisme – un mouvement réactionnaire qui use de moyens violents dans les intérêts du capitalisme monopoliste – en Syrie, ce n’est pas le capitalisme monopoliste qui domine. Ce sont plutôt les rebelles qui représentent les intérêts du grand capital. Les révoltes, comme nous l’enseigne l’histoire, ne sont pas toujours des révolutions. Pensons aux Contra au Nicaragua, aux franquistes en Espagne et il y en a d’autres.

Mais l’opposition à Assad est-elle toute réactionnaire ? Ou, comme le démontrent les affrontements internes entre Armée libre syrienne et militants djihadistes, ou ces derniers jours entre kurdes et djihadistes, existent-ils des éléments progressistes avec qui on peut entamer un dialogue?

Parmi les opposants, certains ont passé plusieurs années dans les prisons syriennes et nous avons réclamé et nous sommes battus pour leur libération. Ces opposants à Assad sont toutefois contre toute ingérence, intervention étrangère. Certains vivent à Damas et nous travaillons ensemble pour le dialogue national. Même Haytham Menaa de la Coordination démocratique condamne l’usage de la violence de la part de l’opposition armée ainsi que les ingérences extérieures. D’autres comme Michel Kilo viennent de la gauche, mais ont trahi ces idées mais ils ne peuvent de toute façon pas changer la nature réactionnaire de la rébellion.

Comment expliquez-vous l’intensification des divergences entre Arabie saoudite et Qatar, et qui se répercute également dans les divisions au sein des milices rebelles?

C’est vrai, l’influence et le rôle du Qatar diminuent, ceux de l’Arabie saoudite augmentent. L’affaire des affrontements avec les kurdes, c’est une autre histoire. Il y a eu des affrontements entre kurdes de l’Union démocratique kurde et les militants djihadistes d’Al Nusra, mais il y a eu également des affrontements entre divers groupes kurdes.

Que se passe-t-il pour les Palestiniens qui vivent dans les camps de réfugiés en Syrie?

J’ai rencontre récemment le responsable de l’OLP et il m’a dit : « Si la Syrie tombe, adieu la Palestine ». Le Hamas a agi parfois dans la précipitation, il a fait beaucoup d’erreurs et a causé des problèmes. Nous pouvons dire que l’organisation, qui appartient au monde des Frères musulmans, est revenue à ses origines et elle est désormais sous l’aile du Qatar. Mais c’est dangereux également pour eux. Maintenant, après ce qui s’est passé en Egypte, que se passera-t-il à Gaza ? La majorité des militants qui sont entrés dans les camps de réfugiés palestiniens en Syrie n’étaient pas palestiniens. La majorité des Palestiniens est totalement contre toute ingérence dans les affaires syriennes.

A Yarmouk, 70% des habitants sont syriens car les camps de réfugiés en Syrie ne sont pas des ghettos comme dans les autres pays. Il y a encore des combats à Yarmouk mais la population syrienne est partie. Le Comité exécutif de l’OLP s’est rendu deux fois en Syrie pour poser la question de la protection des camps de réfugiés. Yarmouk a été assiégé par Al Nusra avec l’aide du Hamas qui a cherché à provoquer l’armée, laquelle a reçu l’ordre de ne pas réagir.

On en parle peu, mais quel rôle joue la Jordanie dans la crise et la guerre civile en Syrie?

La monarchie jordanienne a toujours collaboré avec l’impérialisme et il y a une intense activité des Frères musulmans. La Jordanie a accepté la présence de militaires états-uniens sur son territoire et la quatrième attaque contre Damas est partie justement du territoire jordanien.

Et quel jeu joue Israël en Syrie?

Israël soutient les rebelles armés, mais quand ils n’arrivent pas à toucher leurs objectifs, ce sont les avions de combat israéliens qui prennent le relais. Cela s’est passé à Damas mais aussi il y a quelques jours à Latakia.

Comment sortir de la tragédie?

On ne peut réaliser aucun progrès social, ou la démocratie, si on est soumis à des forces extérieures. Le mot d’ordre est de défendre la souveraineté nationale et les conditions de vie de notre peuple. Comme je l’ai déclaré à l’ANSA, le principal moyen de sortir du massacre syrien passe d’abord par un arrêt des aides à l’opposition armée de la part des pays réactionnaires et impérialistes. Une fois que les aides extérieures seront arrêtées, on pourra mettre un terme à toutes les opérations militaires, y compris de la part du gouvernement syrien. Et relancer un processus démocratique avec des élections législatives et des réformes politiques, ce qui n’est évidemment pas possible dans cette phase de la lutte armée. L’avenir politique de la Syrie se décidera par les élections, notamment celles présidentielles de 2014.

 

Source: PCF

jeudi, 22 août 2013

«L'OCCIDENT JOUE AVEC LE FEU EN SYRIE»

monde,syrie,égypte,états-Unis, Hezbollah, Israël, Liban, Syrie,

Photo: Veronica Canino

Raimundo Kabchi est avocat et un bon connaisseur des questions internationales. Libanais de par sa naissance, depuis 52 ans sa patrie est le Venezuela, comme il le fait remarquer. Durant de nombreuses années, Kabchi a exercé en tant que conseiller du président Hugo Chavez pour les sujets liés au Proche Orient, ce qui fait de lui une référence pour se renseigner sur cette région du monde qui demeure agitée depuis assez longtemps.


Au cours de cette conversation avec Resumen Latinoamericano, Kabchi met en évidence la complexité des problèmes liés au Proche Orient. Mais il a le mérite d’analyser le monde arabe suivant une approche de gauche et anti-impérialiste, et en même temps d’expliquer ce qui se passe de façon simple et toujours en pointant du doigt le pays qui génère les conflits dans cette partie du monde : les Etats-Unis.

La crise interne qui dure depuis plus de deux ans en Syrie sera l’une des questions principales durant cette interview. Kabchi parlera aussi de la situation au Liban, pays dans lequel il existe un réel danger de contagion du conflit syrien, provoqué notamment par des groupes terroristes financés par Washington et ses alliés afin de renverser le gouvernement du président Bachar Al Assad. L’attitude de l’organisation politico-militaire Hezbollah, la réalité de l’Egypte, et les différences entre la Lybie et la Syrie seront aussi présentes dans ce dialogue éclairant.

 Quelle analyse peut-on faire sur la situation en Syrie, après plus de deux années d’agressions contre ce pays ?

La Syrie est aujourd’hui l’objet d’une conjuration internationale. Premièrement : face aux plans impérial-sionistes et de la droite arabe, la Syrie fait partie d’un système que nous, au Moyen Orient, appelons un système de résistance. C'est-à-dire, elle résiste aux plans impérialistes, sionistes et de la droite arabe dans la région. Comment détruire ce pays pour ensuite s’occuper d’un autre maillon de la chaîne, formée par l’Iran, l’Irak après le départ des américains, le Liban, la Palestine, etc.

Deuxièmement, il y a un objectif constant pour l’Occident au Moyen Orient : l’existence, la sécurité et l’expansion de l’Etat d’Israël. La Syrie, comme l’Iran, s’avère être un obstacle pour atteindre ce but.

Troisièmement, il y a l’exploitation des richesses nationales dans le monde arabe, et la Syrie est également un obstacle sur le chemin. Le pétrole, le gaz, les pétrodollars qui sont recyclés pour les sociétés occidentales, accablées par une crise économique structurelle et internationale. La Syrie représente aussi un chaînon manquant dans la chaîne que les Etats-Unis et l’Otan veulent construire face à la Russie et la Chine. Si l’on jette un coup d’œil à la carte du monde, on trouvera une chaîne de bases militaires qui s’étendent depuis la mer de Barent jusqu’à la Turquie, et ensuite elle atteint le Golfe Persique. Si l’on regarde vers l’Orient, on voit les Philippines, la Corée du Sud, Taïwan, Guam, et même le Japon. L’ensemble de la chaîne se trouve brisée, en quelque sorte, par la Syrie, le Liban, l’Iran et l’Irak. En détruisant la Syrie, on crée pratiquement un système complet de bases militaires autour de la Russie et de la Chine. Ce n’est pas la peine d’expliquer pourquoi les Etats-Unis veulent encercler la Russie et la Chine, des pays considérés émergents dans le monde. Emergents dans un moment où l’impérialisme occidental, néolibéral et capitaliste se trouve en déclin. Ce sont quelques-unes des raisons fondamentales expliquant comment cette Syrie courageuse, avec l’unité de ses dirigeants, de l’armée et du peuple, a réussi à tenir tête à une conjuration internationale de presque trente pays du monde, et à un terrorisme international que l’Occident dit combattre, mais qu’en réalité il encourage, arme, en lui offrant une couverture et une légitimité en Syrie.

Comment peut-on expliquer cette unité du gouvernement, du peuple et de l’armée en Syrie ?

J’accuse l’opposition vénézuélienne d’être toujours prête à extrapoler des circonstances d’autres pays, d’autres situations spécifiques et d’autres réalités, au Venezuela et de les encourager, bien que les conditions ne soient pas les mêmes. C’est l’une des erreurs de l’Occident par rapport à la Syrie. Ils ont pensé que la Syrie et la Libye représentaient la même chose, et que la Russie et la Chine auraient une attitude faible, comme cela fut le cas en Libye. Or, Mouammar Al Kadhafi n’est pas Bachar Al Assad, la Libye n’est pas la Syrie, et la situation internationale de la Syrie est différente aussi. Kadhafi fut la victime de ses propres erreurs, provoquées par ses fils. Les dernières années de sa vie, Kadhafi suivit une orientation politique conduite par ses fils, notamment par Saif Al Islam. Il ouvrit les portes à l’Occident, augmenta ses échanges avec les Etats -Unis de 300 millions de dollars à presque 7 milliards de dollars, il ouvrit ses portes aux pays de l’Otan en Europe. Pas seulement en fournissant du pétrole mais également en offrant de l’argent aux candidats présidentiels et premiers ministres européens, ce que tout le monde sait aujourd’hui.

Si cela ne suffisait pas, le pétrole que Kadhafi avait nationalisé dans les années soixante, fut mis à nouveau à la disposition des grands consortiums internationaux. Il y eut une double rupture en ce qui concerne la réalité dans ce pays. D’abord, il y eut une rupture entre le Kadhafi du vingt-et-unième siècle et celui du vingtième. Ensuite, une rupture par rapport à son parcours politique : le Kadhafi nationaliste, progressiste et rassembleur fit place à un pragmatisme en politique internationale. Et l’impérialisme ne pardonne pas, n’a pas d’amis, l’impérialisme a des vassaux ou des ennemis. Il utilise son vassal comme un objet jetable et il fait tout pour détruire son ennemi. En Syrie, la situation est différente, en raison de sa position historique, par le parcours du parti au gouvernement, du président, de l’armée et du peuple. Vingt-huit mois de résistance à une offensive internationale des pays les plus dangereux - ainsi que des groupes terroristes - que l’histoire et le genre humain aient jamais connus, c’est la meilleure preuve qu’en Syrie il y a quelque chose de différent que l’on ne retrouve pas ailleurs.

Comment expliquer la position des Etats-Unis et de leurs alliés européens face à ce qui se déroule au Moyen Orient ?

Comment comprendre le fait que l’Occident partage quelque chose avec des pays qui n’ont jamais eu de Constitution fixant leurs réalités, qui n’ont pas de partis politiques d’opposition et non plus au gouvernement, n’ont pas de syndicats, où les droits de l’homme ne sont pas respectés ? Ce sont ces pays qui sont les alliés de l’Occident, du même Occident qui dit vouloir apporter la démocratie au Moyen Orient. Comment comprendre cela et comment l’expliquer ?

Parlez-vous des monarchies du Golfe Persique ?

Je parle d’une série de monarchies ou dictatures imposées par les Etats-Unis et l’Otan au Moyen Orient durant les dernières cinquante années. Comment considérer Israël comme un modèle et un exemple de démocratie et de civilisation tandis que c’est un pays complètement agresseur, belliqueux, raciste, exclusiviste et excluant ? Pourtant, le Palestinien qui essaie de retourner dans sa patrie et qui voudrait avoir droit à la même résolution des Nations Unies qui accorda un permis de vivre à Israël, et qui aurait dû être accordé aussi aux Palestiniens, est persécuté, traité en tant que terroriste et assassiné par Israël. Et l’Occident soutient cela.

C’est difficile à admettre, mais ces valeurs et ces principes sont complètement disparus, pas seulement dans les territoires du Moyen Orient, mais aussi dans les médias internationaux. Comment est-il possible que des gouvernements occidentaux, comme celui d’Obama, de Sarkozy à l’époque, de Cameron, de Merkel, puissent dire à un pays que son chef d’Etat, élu par le peuple, est illégitime et qu’il doit partir ?

La Syrie est aujourd’hui l’objet d’une conjuration internationale où l’on fait appel à tout, sauf à la démocratie, aux libertés publiques et aux droits de l’homme, parce que, au cours des derniers vingt-huit mois qui se sont écoulés depuis le début de l’agression à la Syrie, l’on ne trouve pas un pays au Moyen Orient qui ait avancé autant de réformes constitutionnelles, autant de transformations en faveur du respect des droits de l’homme et des libertés publiques, comme le gouvernement syrien. Qui a eu accès à ces informations ? Qui a dit au gouvernement syrien : « C’est bien fait, c’est un geste fort pour une meilleure démocratie », celle qu’ils prétendent apporter ? Personne.

Les combats en Syrie peuvent-ils se déplacer au Liban ?

Depuis les premiers jours de l’agression internationale en Syrie tout le monde a prévenu l’Occident : jouer avec le feu en Syrie pourrait enflammer les pays voisins, surtout la Turquie, qui s’est embourbée dans le terrain marécageux de l’agression contre la Syrie. On nous avait prévenus : ce qu’ils essaient de mettre en place en Syrie, c’est le gouvernement des Frères Musulmans, ces islamistes récalcitrants qui ne connaissent de l’Islam que le nom, pour s’en servir dans leurs tentatives de prendre le pouvoir.

Est-ce le fruit du hasard ? Ceux qui avaient dit que le président Assad allait durer deux ou trois semaines et qu’il partirait, sont partis les premiers ? Comme Madame Clinton ? Ou comme Monsieur Sarkozy, rejeté par le peuple français ? L’Europe et la Turquie, et le problème qui existe dans ce pays, qui menace d’augmenter en proportion, dû à son importance par la proximité des centres de décision européens, peuvent également être atteints par les flammes de la guerre et de la confrontation. L’un des objectifs de la conjuration en Syrie c’est d’affaiblir l’organisation nationaliste de résistance au Liban, le Hezbollah. Une organisation qui ne commit jamais un seul acte terroriste, qui a seulement résisté à un Israël agresseur.

Pourtant, ces grands civilisateurs et démocrates de l’Occident considèrent le Hezbollah comme une organisation terroriste. Quelle est sa faute ? Repousser l’agression israélienne. L’agresseur devient un civilisateur démocrate et l’agressé passe pour le méchant terroriste. Voici le regard de l’Occident sur les peuples du Moyen Orient. La vérité c’est que les gouvernements qu’ils avaient imposés au Moyen Orient, comme en Egypte, sont tombés en moins d’un an. En Libye, il y a une angoisse totale, les pays du Golfe ont leurs propres problèmes, des changements structurels.

Pensez-vous que le Hezbollah aura un rôle décisif pour contenir l’arrivée des terroristes au Liban ?

Les problèmes au Moyen Orient sont très complexes et il faut être très familiarisé avec les sujets. Je suis Libanais chrétien et en même temps je suis du côté du Hezbollah, non pas parce qu’ils l’accusent de terrorisme, mais pour sa lutte de libération au Liban. Après avoir libéré notre territoire, nous les Libanais pouvons continuer à vivre comme nous vivons depuis des milliers d’années.

Mais il y a un danger imminent pour le Liban, venant de ceux qui disent qu’ils veulent l’apaisement et le calme au Moyen Orient. Mon pays d’origine était un exemple de démocratie au Moyen Orient et ils y apportèrent le chaos. Comment est-il possible qu’un terroriste aux Etats Unis soit un terroriste, de même que dans le Sud de la France c’est un terroriste, et au Nord du Mali c’est un terroriste, et qu’il faille le combattre en tant que tel ? Mais, dès que ces terroristes se trouvent au Liban et qu’ils sont en train de menacer, pas le Hezbollah, mais notre pays, la Syrie et d’autres nations…pourquoi les aide-t-on ?

Au nom de quels principes moraux, de quels droits, de quel humanisme les aider ? Alors, l’impérialisme nous traite comme il l’a toujours fait, pas seulement en tant que ses vassaux, mais comme des eunuques intellectuels. Alors, par l’intermédiaire de sa presse et de ses cinquièmes colonnes dans nos sociétés, l’on nous vend le noir et le blanc, ou le blanc et le noir. Au Liban, il y a un danger imminent de la part des terroristes, ces mêmes terroristes qui agissent aujourd’hui en Egypte, en Syrie, en Irak. Ils vont tenter de détruire le Liban, la Turquie, la Jordanie, ou encore beaucoup d’autres pays si l’Occident ne change pas sa stratégie et son agenda au Moyen Orient. Ces terroristes ne travaillent pas seuls. Depuis l’Afghanistan, à l’époque de l’Union soviétique, jusqu’à aujourd’hui, ces terroristes sont protégés, aidés, armés, financés et assistés médiatiquement, avec pour but de massacrer et de faire tomber des gouvernements qui ne sont pas fidèles aux intérêts de l’Occident, que ce soit au Moyen Orient, en Amérique latine, ou dans le monde entier.

Les Etats Unis et leurs alliés ont-ils une notion du danger réel de cette situation ? 

L’Occident, qui est dans l’erreur dans sa politique au Moyen Orient, se rend compte qu’il est en train de jouer avec le feu dans une région qui regorge de pétrole inflammable et du pétrole qui est la garantie pour résoudre les problèmes économiques de l’Occident. Aujourd’hui, plus personne ne parle du départ de Bachar Al Assad, plus personne ne parle d’une victoire de ces terroristes internationaux protégés par l’Occident. Que disent-ils, Obama et Kerry, Cameron et les autres ? Qu’est-ce ce qu’ils demandent à présent pour la Syrie ? Continuer à armer et envoyer de l’aide aux terroristes afin d’obtenir un équilibre sur le terrain, pour que ces représentants du terrorisme international aient une carte afin de peser sur la table de négociations… Revenir à ce qu’a proposé le gouvernement syrien au début du conflit. L’on ne peut faire face au problème syrien avec des armes, de la destruction et du sang. La Syrie doit trouver une solution, d’abord entre les Syriens, et ensuite, à caractère politique et pacifique.

Comment pourrait-on expliquer les facteurs qui interviennent aujourd’hui en Egypte ?

Aujourd’hui en Egypte, on ne retrouve pas ces facteurs. Si l’on veut une analyse sincère, profonde et objective, on doit dire qu’en Egypte il existe deux courants, comme on les retrouve dans n’importe quel pays du Proche Orient. Il existe un courant qui souhaite servir les intérêts de l’Occident, des gens qui sont présentés comme libérateurs et démocrates, ce qui est loin d’être vrai.

Et puis, il y a les forces nationalistes qui prônent la souveraineté, l’indépendance, la liberté, la revendication des richesses nationales au profit du peuple. Combien de fois a-t-on appris que ce gouvernement acquis à l’Occident, celui de Moubarak, qui dura trente années, avait laissé le pays avec plus de 50% de la population en dessous du seuil de la pauvreté ? Qui permit aux Frères Musulmans de prendre le pouvoir ? Cette organisation fut créée en Egypte en 1928. Après quatre-vingt-cinq ans d’une très mauvaise opposition partout dans le monde arabe, ils arrivent au pouvoir. Ce qu’ils avaient réussi à faire échouer durant quatre-vingt-cinq ans d’opposition, ils l’ont mis en place en douze mois : ils ont augmenté la pauvreté, l’analphabétisme, l’économie est tombée, ils se sont occupés d’éliminer l’un des revenus les plus importants de l’Egypte qui est le tourisme…Quand on lit les déclarations de Kerry, on se pose des questions. Kerry a dit que l’armée a dû intervenir afin de redresser la démocratie en Egypte.

Ils auraient pu empêcher leur laquais, Monsieur Morsi, de mettre en œuvre une politique complètement biaisée, avec une Constitution complètement opposée à la sensibilité de l’écrasante majorité des Egyptiens. N’oublions pas que Morsi obtint, lors du premier tour électoral cinq millions et demi de voix, sur un total de cinquante-cinq. Lors du deuxième tour, il obtint onze millions, c'est-à-dire qu’il ne représentait pas la majorité pour faire cette Constitution taillée sur mesure et au service de son parti qui est excluant, à caractère islamique, mais d’un Islam qui n’a rien à voir avec le Coran. C’est un Islam rétrograde qui ne sert qu’aux intérêts politiques d’un secteur de la population.

Kerry et son gouvernement auraient pu empêcher ces manifestations massives qui ont rempli les rues, demander à Monsieur Morsi de mettre en place un gouvernement plus large, car les autres aussi ont des droits, que ce soient les nasséristes, les socialistes, les unionistes, des autres partis. En Egypte,l ? il existe deux façons de voir la politique interne et internationale. Une façon de voir la politique comme une soumission aux intérêts de l’Occident et un autre point de vue, celui de la plupart de la population, qui veut une Egypte souveraine, indépendante, qui puisse mettre au profit ses richesses nationales et surtout, revenir à son rôle historique de leadership au Moyen Orient, et d’équilibre dans une région pleine de contradictions et de conflits locaux.


Leandro ALBANI, Raimundo KABCHI, 19 août 2013.


Traduction: Collectif Investig’Action

In Contrainjerencia


Source: MICHEL COLLON.INFO

mercredi, 21 août 2013

EGYPTE, REVOLUTION ET CONTRE-REVOLUTION, SUITE

monde,égypte,israël,Abdelfatah Al-Sissi, Barack Obama, Etats-Unis, Frères Musulmans, Mohamed Morsi, Printemps arabes


Une foule compacte de civils est rassemblée et proteste contre un coup d’État militaire qui a destitué un gouvernement élu selon les critères de la démocratie représentative occidentale. Elle se fait encercler par l’armée. Quelques grenades lacrymogènes sont lancées puis le massacre commence.

 

Plusieurs centaines de morts et des milliers de blessés civils contre une poignée de soldats lynchés, d’aucuns ont tôt fait moyennant quelques vidéos sur internet publiés par un organe de presse hostile aux Frères Musulmans (1) ou par l’armée elle-même (2) de qualifier la tuerie programmée par les hauts gradés égyptiens de ‘guerre civile’.

L’Égypte va revenir à la situation du statu quo ante, un état d’exception avec à la clé des couvre-feux, une interdiction de manifester et pas même un semblant de truc avec les falbalas coûteux de députés impuissants et de Parlement qui ne légifère pas.

L’armée, du moins ses dignitaires, abondamment perfusés par les aides étasuniennes et irrigués par des biens publics privatisés, c’est 40% du PIB, dans les secteurs du tourisme, de la promotion immobilière et du textile en particulier, au point qu’elle est créancière de l’État égyptien.

Le mouvement Tamarrod (Rébellion) s’est nourri durant les mois qui ont précédé la grande manifestation du 30 juin des frustrations d’un peuple qui attendait du changement de régime bien plus que les maigres aménagements des Frères. La confrérie structurée comme une société de bienfaisance n’a rien entrepris ni annoncé en terme de politique sociale et économique qui eût été à la hauteur de l’insurrection populaire pour réparer le délabrement social et économique. Elle était limitée dans ses ambitions de réformes économiques. La composition des deux gouvernements formés en un an par Hicham Qandil, ingénieur agronome hydraulicien de 50 ans a fait appel essentiellement à des technocrates, même si la deuxième équipe nommée en janvier 2013 comportait 8 affiliés au Parti de la Liberté et de la Justice que la précédente. (3)

Elle était cantonnée dans un cadre institutionnel où l’Armée concédait au Président sorti des urnes juste une petite place au-devant de la scène.

Les événements de janvier 2011, ces millions de personnes qui convergeaient quotidiennement sur la place Tahrir, avaient sidéré les capacités de réaction du gendarme du monde.

L’armée avait perçu son absence de réactivité à une situation inédite et non prévue par les multiples agences de renseignements et de conseils en manipulations géostratégiques.

Elle avait le contrôle des affaires placées entre ses mains par le dictateur éconduit. Pendant plus d’un an, elle a traîné des bottes, retardant autant que faire se pouvait des élections et la passation du pouvoir à un gouvernement mené par des civils.

Le 30 juin 2013 a été l’occasion pour les larrons de se débarrasser d’acteurs encombrants qui ne maîtrisaient pas un processus d’insurrection permanente. Les FM se sont comportés comme de vrais bleus, incapables d’intégrer l’expérience politique subie par le Hamas lui aussi élu à la ‘régulière’ et très vite marginalisés par des procédés d’étouffement insidieux. La mise à l’écart polie du Maréchal Tantaoui ne réduisait pas la capacité de nuisance de l’oligarchie rompue aux coups à quintuple détente par la fréquentation assidue du Mossad.

Le commerce (l’hôtellerie surtout) en pâtissait. Un processus révolutionnaire réussi de plus risquait d’être contagieux dans la région et au-delà. Un sentiment très fort d’anti-américanisme et surtout d’anti-sionisme soude le peuple égyptien. (4)

L’armée a adroitement dévoilé un plan qui aurait été élaboré par Morsi, probablement négocié entre le Qatar de l’émir père destitué au nom du fils et l’amie de toujours Tzipi Livni pour céder 40% du Sinaï à l’ennemi voisin pour y placer les Palestiniens en quête de pays. Le régime sioniste ne prend plus aucune précaution pour afficher son intention de judaïser toute la Palestine. Toutes les conjectures sont permises pour attribuer à cette information le statut d’un faux vrai, d’un vrai faux ou d’un faux vrai faux jusqu’à épuisement des signes plus et moins. Il se trouve qu’il a mobilisé les consciences dans le sens voulu par les généraux.

Barack Obama a sans doute raison quand il déclare que ce massacre-ci n’est pas imputable aux US(a). Lors de la récente visite de William Burns au Caire à la mi-juillet, Abd Elfattah Sissi s’est permis de lui affirmer que l’aide militaire américaine menace la relation entre les deux pays et a un effet néfaste sur la partie récipiendaire. Les généraux font sans doute bien leurs comptes, la Fed imprime du dollar à usage interne désormais pour racheter la dette publique.

Sissi et sa bande ne se sont pas concertés avec l’exécutif étasunien pour se garantir les coudées franches. Si les aides étasuniennes représentaient au lendemain de Camp David, la plus grande défaite arabe, plus de 70% des ressources de l’armée égyptienne, à ce jour, le 1,5 milliard de dollar US alloué annuellement ne sont plus que les 20% du budget militaire égyptien. Cette relative autonomie financière est l’un des facteurs qui a conforté les généraux dans leur choix de pratiquer d’abord un coup d’État puis de le prolonger par un massacre et la déclaration de l’état d’exception. Parmi les autres éléments qui ont pesé dans l’élimination des FM mais surtout de l’écrasement de la tension du peuple vers un idéal démocratique, l’appui des Saoud versus un Qatar mis hors jeu compte pour beaucoup, quelques milliards d’aide directe et de salaires des expatriés.

1 000 ou 2 000 morts de civils supplémentaires vont-elles terroriser un peuple qui n’a pas encore trouvé d’issue à sa révolution inachevée ? 1 000 morts, c’est le résultat de la moisson du mois de Ramadan en Irak sans que nul démocrate et nul média du système ne s’en émeuve.

En revanche, les milliers de morts syriens devenus au fil des mois plusieurs centaines de mille ont rapidement été pris en charge et recyclés comme arme de propagande contre le gouvernement de Assad. Le reliquat du mouvement socialiste et laïc Baath syrien est disqualifié dès 2003 et remonté en tête de liste du prochain à abattre par les likudniks bushistes. Il soutient de plus le Hezbollah lui-même coupable de « terrorisme » pour vouloir faire respecter la frontière du Sud Liban des intrusions sionistes.

L’équation égyptienne et arabe n’est pas de celles qui puissent se transformer en quelques formes reconnaissables et aisées à résoudre.

La Libye se ressent déjà de l’instabilité telle qu’elle se présente au Caire et bientôt à Alexandrie. Le gouvernement installé par l’OTAN à Tripoli se révèle incapable de désarmer les milices et les tribus. La guérilla couve toujours, un attentat à la voiture piégée a failli coûter la vie au colonel de la ville de Benghazi ce 14 août. Les postes de police et les représentations étrangères sont la cible d’attaques régulières.

L’exploitation des ressources pétrolières est entravée. En un mois la Libye aurait perdu plus d’un milliard de dollars en raison d’actes de sabotage.

Les ondes de turbulence n’épargnent pas la Tunisie. Elles ont affecté les relations avec la Turquie, elle-aussi désormais dans une politique pleine d'ambiguïtés à l’égard de Tel Aviv, rompant un certain arc qui enserrait Israël et favorisait la réunification entre la terre palestinienne sise sur la rive occidentale du Jourdain et la prison de Gaza.

Les US(a), c’est-à-dire la pléthore de congressistes élus grâce à l’activisme ou simplement au laisser-faire non malveillant de l’AIPAC, est constitué par la sécurité de l’entité sioniste et donc par la situation au Sinaï.

De manière presque ostentatoire, le Conseil Militaire Suprême a autorisé l’armée d’occupation sioniste à frapper en territoire égyptien des citoyens égyptiens dans le Sinaï. Un drone israélien a tué vendredi 9 août cinq « terroristes » que les renseignements ont identifié à la forme de leur ombre en plein midi et un lance-roquette qui aurait menacé la sécurité des estivants qui parfont leur hâle sur la plage d’Eilat.

La coopération militaire renforcée avec Israël avait été annoncée à Hagel et constitue le gage suffisant pour que vaquent à leur mise en ordre les généraux égyptiens.

Aucune preuve consistante n’a été trouvée pour étayer l’existence d’une coordination militaire entre le Hamas et des Frères basée à Gaza. Des allégations fantaisistes citées par Debka en situent même le QG dans un hôtel Gaza Beach Hotel, sa direction serait assurée par Izzat Ibrahim n°4 dans la hiérarchie des FM et surnommé l’homme de fer. Une insurrection armée serait conduite depuis le Sinaï et viendrait jusqu’au Caire renverser le gouvernement transitoire. (5)

Un acte d’accusation est en train d’être dressé par le régime des militaires, de quoi permettre l’application de la mode étasunienne elle-même copiée et collée des techniques d’intimation du peuple palestinien par Israël, une détention illimitée sans jugement des ‘suspectés de vouloir accomplir des actes de terrorisme’.

Il semble que s’amorce un mouvement de protestation d’officiers au sein de l’armée égyptienne qui contestent la destitution du président élu. (6) Ils considèrent que le devoir de l’armée est de défendre la patrie, la religion et les valeurs de la nation et non de disperser par des armes létales des rassemblements de civils.

Parmi les 500 000 soldats et la dizaine de divisions (7), il doit exister assez d’éléments formés techniquement et éduqués politiquement pour constituer une force antagoniste à l’oligarchie militaire qui s’appuie sur les intérêts des Saoud pour mettre 85 millions d’Égyptiens au pas.

L’équation arabe est complexe, mais en aucun cas, au Yémen, au Bahrein, en Arabie, en Syrie, en Libye, en Tunisie la motivation du soulèvement ne peut être lue comme d’essence religieuse.

Pas plus que le problème de la Palestine ne peut se réduire à un conflit religieux entre Musulmans et Juifs alors qu’il s’agit d’un pur problème colonial.

La lutte contre l’oppression et pour la dignité est un devoir sacré, il incombe à chacun. Il ne peut aboutir que s’il prend une forme collective. Les Arabes s’efforcent de reconquérir leurs droits, leur victoire sera un gain pour toute l’humanité.


Badia Benjelloun

 

Source: Investig'Action - michelcollon.info

 

(1)http://www.youtube.com/watch?v=OkXd...;;feature=player_embedded

(2)http://www.youtube.com/watch?v=q-JR...

(3)http://www.egyptindependent.com/new...

(4)http://www.egyptindependent.com/new...

(5)http://www.debka.com/article/23189/...;;s-Muslim-Brotherhood-goes-underground-hides-command-structure-in-Gaza-

(6)http://www.israelnationalnews.com/N...

(7) http://www.israelvalley.com/news/20...

mercredi, 08 mai 2013

AGRESSION DE DAMAS PAR L’AVIATION ISRAELIENNE: LE LEURRE ISRAELIEN DES PLANS D’OBAMA

 

ATTAQUE ISRAELIENNE EN SYRIE.jpg

 

Trois jours après l’agression de Damas par l’aviation israélienne, nous connaissons la plus grande part de sa réalité, au-delà et en dépit de l’habillage israélien et des mensonges américains.


Notons au passage que les USA, l’Angleterre ou la France sont passés de la ligne rouge, que serait l’usage des armes chimiques, à une ligne rouge aléatoire, que pourrait être d’invérifiables livraisons d’armes au Hezbollah. Cela nous rappelle la triste époque quand Mahmoud Abbas condamnait la résistance parce qu’elle donnait des prétextes à Israël. Ni Israël, ni les USA ou la France ou l’Angleterre n’ont besoin de prétextes. Ils les inventent en fonction de leurs besoins. Ils le prouvent une fois de plus. Obama et Hague viennent de rappeler le meilleur d’entre eux : le droit d’Israël à l’autodéfense. Contre tout ce qui lui semble représenter une menace, y compris la marine algérienne, qu’il a montrée du doigt et du canon dès 2008, avec la complaisance que vous devinez de la part des intermédiaires US chargés accessoirement d’en informer les Algériens et plus essentiellement d’en prendre prétexte pour s’arroger le droit de nous questionner sur nos options de défense.

Car si ses parrains fondateurs lui donnent le droit à se créer tous les prétextes, Israël est d’abord un excellent prétexte et un leurre idéal de leurs propres politiques. Nous savons aujourd’hui que le bombardement israélien ne visait aucune arme destinée au Hezbollah, mais des positions de défense autour de la capitale syrienne. Certaines sources parlent d’une quarantaine d’objectifs, d’autres les évaluent à plus d’une dizaine, dont deux emplacements des unités d’élite de la Garde républicaine. Les médias arabes embarqués dans cette guerre contre la Syrie ont pu diffuser très vite des images très nettes, donc professionnelles, des explosions, ce qui implique une coordination avec des opérateurs au sol. La coordination concernait également les rebelles syriens qui ont mené une nouvelle offensive contre les lignes de défense de la ville, qu’ils auraient dû franchir avec aisance suite aux dégâts militaires et psychologiques provoqués par la puissance des bombardements. Un colonel syrien a parlé d’une impression de séisme. Cette description laisse penser que des missiles sol-sol ont été utilisés, car seuls capables de produire cet effet.

Bien sûr, la violence et la puissance de ces moyens militaires auraient dû créer, selon un expert syrien, une grande panique chez les civils, qui aurait achevé de désorganiser les lignes de l’Armée arabe syrienne. Bref, Israël a participé directement à la sixième offensive rebelle contre Damas. Israël vient de faire le sale boulot pour les Américains et de nous dévoiler, par cette sous-traitance, quelques secrets du récent voyage d’Obama dans la région. La presse israélienne, dans une première et hâtive évaluation, a souligné combien la réconciliation avec la Turquie a été un facteur « facilitant » pour cette agression. Entendez aussi pour les futures. La visite de Chuck Haguel qui a suivi a dû « faciliter » le pack de dix milliards de dollars d’armement destiné à Israël, au Qatar et à l’Arabie Saoudite. L’association médiatique de ces pays prend tout son sens maintenant que nous devinons qui a payé le prix des missiles qui ont servi contre Damas.

syrie,états-unis,israël,attaque israélienne en syrie,agression de damas par l’aviation israélienne : le leurre israél

Turquie, Qatar, Arabie Saoudite, Jordanie, que les médias « mouillaient » par des « scoops » répétés dans une alliance secrète ou ouverte avec Israël, devaient donner une « caution musulmane et arabe » à la participation directe d’Israël dans la guerre faite à la Syrie, dans l’impossibilité pour les USA, la France et l’Angleterre d’envoyer leurs propres troupes. L’échec de cette attaque se retournera contre ses organisateurs. Les plans de démolition de la Syrie, comme de tout Etat-nation, doit se réaliser vite et sous couverture de « révolution » interne. Plus l’opération s’allonge et plus ses véritables acteurs apparaissent. Deux ans après le début de la démolition, force est de constater l’échec de la «chute imminente» d’Al Assad, de la mise en place des couloirs humanitaires, de la zone d’exclusion aérienne, des zones tampons réservées aux réfugiés, des zones sous «gouvernement» rebelle, de l’action psychologique pour faire changer d’avis à Poutine, de l’échec des désertions et des défections,... Bref, force est de constater l’échec de tous les plans initiaux.

L’échec de l’attaque d’Israël vient de mettre fin à l’illusion américaine d’une victoire sans engagement de sa part. Pour espérer un succès, Obama devra obliger Israël et la Turquie à faire la guerre pour son compte ou se résigner à l’idée de défaite. C’est à Poutine de l’aider à amortir le choc, car l’Hybris des décadents est une terrible conseillère.

 

Mohamed Bouhamidi, le mercredi 08 Mai 2013.

 

Source: REPORTERS.DZ

mercredi, 28 septembre 2011

UNE QUESTION DE LEGITIMITE MORALE

BARACK OBAMA 2.jpg

Un sujet d'actualité a captivé l'opinion publique mondiale durant la semaine qui vient de s'écouler : celui de la démarche de la Palestine visant à demander à l'ONU de l'admettre comme Etat-membre au même titre qu'Israël, la Bosnie, le Sud-Soudan... On a eu l'occasion d'observer une fascinante chorégraphie diplomatique. Bien que conscient de ce que, de toute façon, les Etats-Unis, membre permanent du Conseil de sécurité, poseraient leur veto, le numéro un palestinien Mahmoud Abbas a tout de même «déposé son dossier». Il a ainsi montré qu'il était prêt à accroître la pression exercée sur la communauté internationale pour faire avancer une cause qui marque le pas. Surtout, sa manœuvre vise à délégitimer les Américains, considérés comme les «propriétaires» du dossier Proche-Orient. En effet, ils apparaissent désormais comme des alliés inconditionnels d'une des deux parties qu'ils sont censés réconcilier. Et du coup, ils perdent leur légitimité morale, du moins dans le rôle d'arbitre qu'ils veulent se donner. Et ce n'est pas un hasard si, à la tribune de l'ONU, Nicolas Sarkozy a insisté sur le nécessaire élargissement du cercle des négociateurs...

****

NICOLAS SARKOZY 10.jpg

Sans légitimité morale, impossible de faire accepter durablement et efficacement son autorité, en dehors de la contrainte, qui n'est qu'un des visages de la lâcheté. Nous devons tous méditer cette maxime dont la pertinence se vérifie régulièrement. Ces derniers jours, la France a continué d'être secouée par des révélations mettant à jour l'incroyable culture du gangstérisme international de ses élites politiques, qui mettent la diplomatie et l'image de leur pays au service d'intérêts personnels et inavouables. Au grand déballage sur les mallettes d'argent se promenant entre les palais africains et les palais français, et expliquant de nombreuses connivences, a succédé le feuilleton judiciaire sur les rétro-commissions récupérées à l'occasion des grands contrats d'armement, planquées dans des comptes en Suisse et progressivement ramenées en espèces en France par des intermédiaires au-dessus de tout soupçon. Les éditorialistes français ont commenté ces scandales et ces révélations sous tous les angles, sauf un, en forme de questionnement. Un pays dont les chefs ont un rapport profondément affairiste avec les grands enjeux diplomatiques, qui propose des avions de guerre et vend des technologies d'espionnage à une «dictature» à travers des hommes sulfureux un jour pour le renverser au nom de la «démocratie» le lendemain peut-il être considéré comme sérieux ? Comment les citoyens français peuvent-ils être sûrs que derrière le bruit et la fureur répandus sur Benghazi et sur Syrte, ne se cachent pas des gratifications que telle ou telle compagnie pétrolière donnera à tel chef d'Etat qui a peu de chances d'être élu, et qui n'a cessé de dire depuis longtemps qu'il sera «riche», selon ses propres termes, quand il quittera le pouvoir ? La France d'aujourd'hui, qui «importe» de l'argent sale par le biais de ses hommes politiques, a-t-elle la légitimité morale pour exporter la démocratie, les droits de l'homme et autres bons concepts qui cachent souvent de bien mesquins intérêts ? Cette question-là, il faudrait qu'on se la pose dans les médias parisiens, où l'on admet avec enthousiasme la fable selon laquelle la France défend, l'arme à la main, le beau et le bien en Libye et en Côte d'Ivoire...

****

EUGENE KACOU 2.jpg

Devinette... Quelle est la personnalité ivoirienne la plus controversée de la semaine ? Bien entendu, la réponse va de soi ! Eugène Dié Kacou ! Le patron du Conseil national de la presse (CNP) s'est illustré par un zèle répressif inédit dans l'histoire des médias ivoiriens. En un seul jour, il a interdit trois publications : Notre Voie, Aujourd'hui et Prestige. Toutes les trois appartenant à des groupes de presse «bleus». Son dernier coup de théâtre est dans la droite ligne de son action depuis sa réinstallation par le régime Ouattara : déstabiliser économiquement la presse d'opposition par des interdictions qui leur font perdre, à chaque coup, beaucoup d'argent.

Eugène Dié Kacou parviendra-t-il à convaincre l'opinion ivoirienne de sa volonté d'assainir une presse «culturellement» agressive et de bannir la «haine» ? Non, très clairement. Parce qu'il n'a pas, lui non plus, la légitimité morale nécessaire pour mener à bien ce chantier. En un mot comme en cent, il n'est pas crédible. Il n'est pas crédible parce qu'hier, à ce même poste sous un autre pouvoir, il n'a pas manifesté la «rigueur» dont il se veut le chantre aujourd'hui. Il est d'autant plus illégitime que son interprétation de la «haine» à laquelle inciterait la presse est très politiquement orientée. Qui peut vraiment croire que la presse d'opposition est plus virulente, plus «haineuse», que la presse proche du pouvoir ? Le travail de monitoring de l'association Reporters sans frontières lors de la dernière présidentielle a démontré que les pratiques de la presse ivoirienne se «répondent» de manière symétrique.

Eugène Dié Kacou est d'autant plus contestable que cela fait longtemps qu'il n'est plus un authentique défenseur de la liberté de la presse, de la loi sur la presse et du Code de déontologie du journaliste ivoirien. Hier , alors que nous étions embastillés à la Police Criminelle par un procureur qui nous faisait un chantage éhonté pour que nous dévoilions nos sources, Eugène Dié Kacou, président du CNP, à rebours de toutes les organisations professionnelles qui demandaient notre libération inconditionnelle, se transformait - à notre grande surprise - en auxiliaire de justice, en nous demandant de violer le Code de déontologie et de «livrer» nos sources. Depuis deux mois, notre confrère Hermann Aboa est incarcéré pour un prétendu délit qu'il aurait commis dans le cadre de son travail de journaliste. Reporters sans frontières (RSF), le Comité pour la protection des journalistes (CPJ), le Comité ivoirien pour la protection des journalistes (CIPJ), se sont mobilisés pour le respect de la loi ivoirienne et la libération d'Hermann. Où se trouve notre «doyen» Eugène ? Disparu. Ceux qui ont toujours dit qu'il était fort avec les faibles et faible avec les forts s'en trouvent confortés. Dans ces conditions, l'issue de l'action de celui qui, à son âge, se soucie sans doute de la trace qu'il laisse dans l'Histoire, est malheureusement connue d'avance. Il échouera, et l'on s'en souviendra comme d'un juge partisan. Comme tant d'autres...

 

Théophile Kouamouo, in le quotidien ivoirien «Le Nouveau Courrier» du 26 septembre 2011.


Source : Le blog de Théophile Kouamouo

mardi, 08 mars 2011

L'HISTOIRE DE LA PRESENCE ECONOMIQUE FORTE D'ISRAEL EN COTE D'IVOIRE

COTE D'IVOIRE-ISRAEL.jpg

Histoire de Famille. « C'est Laurent Gbagbo qui a ouvert grandement les portes de l'économie ivoirienne aux intérêts israélien », lance un patron d'Abidjan. Si les premiers pas des relations diplomatiques et économiques entre les deux pays remontent au temps de Félix Houphouët-Boigny, c'est bien sous l'impulsion de l'actuel chef de l'Etat que le phénomène a pris une tout autre dimension. C'est au cours de la crise politico-militaire en 2002 que Laurent Gbagbo s'est rapproché des milieux d'affaires israéliens, qui lui ont délivré des conseils en matière de renseignement et fourni de l'armement. Signe de ces relations très tissées par temps de crise. Le président imposera aux forces de police ivoirienne, dès son arrivée au pouvoir, de s'équiper d'armes automatiques Uzzi. Et lorsqu'il endosse les habits de chef de l'Etat, Laurent Gbagbo fait appel à des lobbyistes juifs liés aux Evangélistes sionistes de Côte d'Ivoire pour restaurer l'image du pays sur la scène internationale, mais surtout « vendre » et crédibiliser la personnalité de l'hôte du palais présidentiel auprès de ses partenaires internationaux, plus que méfiants à son égard à cette époque. Le pasteur attitré du président, Moïse Koré, est ainsi très lié aux intérêts d'affaires israéliens et joue les go-between (entremetteurs).

Aujourd'hui, toutes les entreprises israéliennes qui posent un pied en Côte d'Ivoire sont chaperonnées par le président de la république lui-même ou par ses proches au sein du Fpi, la partie présidentielle. Très pieuse, comme son mari, et étroitement liée aux églises évangélistes du pays, Simone Gbagbo est sans doute l'une des personnalités les plus actives pour servir de tête de pont aux intérêts des entreprises de l'Etat hébreu. « Simone Gbagbo connait toutes les rues de Tel-Aviv et de Jérusalem comme sa poche », plaisante un habitué du palais d'Israël, sa culture et son business. Toutefois, quelques nuages assombrissent actuellement les relations entre les deux pays. Le gouvernement Netanyahou s'agace du renforcement des relations entre la Côte d'Ivoire et l'Iran, ainsi, que le silence de Laurent Gbagbo face aux déclarations haineuses du président Mahmoud Ahmadinejad à l'encontre de l'Etat hébreu. Fin de la lune de miel.

Offensive économique sur le continent

Au cours de sa tournée africaine, démarrée début septembre, et qui a mené pendant près d'une semaine le vice-premier ministre et ministre israélien des affaires étrangères en Ethiopie, au Kenya, au Ghana, au Nigéria et en Ouganda, Avigdor Lieberman a fait une importante escale à Abuja, au Nigéria. Lors de cette étape, il s'est entretenu avec Mohammed Ibn Chambas, le président de la commission de la communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao), et les deux hommes ont signé un protocole d'accord. « Il doit contribuer à mettre en place un cadre de coopération et une plate-forme pour le dialogue entre la Cedeao et Israël ainsi que pour promouvoir l'assistance économique et technique entre les deux parties », a précisé, à la suite de la rencontre, un communiqué de la Cedeao. De son côté, Avigdor Lieberman, à la tête d'une vingtaine de chefs d'entreprises, a indiqué que cette tournée entrait dans le cadre de son projet « de tracer une nouvelle voie » pour la diplomatie israélienne. Il est loin le temps où, dans les années 1960, la coopération entre Israël et l'Afrique se résumait à la mise à disposition par l'Etat hébreu d'ingénieur agronomes et hydrauliques. De 430 millions de dollars en 1990, les échanges commerciaux entre le continent et Israël ont dépassé les 2 milliards de dollars en 2008. Télécommunications, Internet, industrie, agriculture, métaux précieux et, bien entendu, sécurité et dispositifs de sécurité et de surveillance, sont les domaines de prédilection des entreprises de l'Etat hébreu sur le sol africain, de la RD Congo (Dan Gertler Investment, BSGR...) au Nigéria, en passant par la Côte d'Ivoire ou le Burkina, un pays où Alvarion, le leader mondial de la technologie Internet sans fil wimax, installe depuis cet été un réseau Internet haut débit. Mais c'est en Afrique du Sud que la présence israélienne est aujourd'hui encore la plus forte avec environ 800 entreprises installées (sécurité, énergie, matière précieuses, hydraulique, télécoms...) et des échanges qui ont explosé de 500% depuis la fin de l'apartheid. Mais au rythme de l'offensive économique israélienne dans l'ouest et dans le centre du continent, l'implantation des entreprises de l'Etat hébreu est en passe de se rééquilibrer.



In Jeune Afrique
N°2549 du 15 au 21Novembre 2008

 

Source: JSS NEWS

lundi, 13 décembre 2010

SAMUEL T. COHEN L'INVENTEUR DE LA BOMBE A NEUTRONS EST MORT


SAMUEL T. COHEN.jpg

L'inventeur de la bombe à neutrons, l'américain Samuel T. Cohen, est décédé à 89 ans après avoir défendu jusqu'à ses derniers jours cet engin qui avait la particularité de tuer les hommes sans endommager les bâtiments et le matériel, a rapporté jeudi la presse.

Contrairement aux bombes thermonucléaires qui pulvérisent les infrastructures, la bombe à neutrons projette des particules qui s'attaquent uniquement aux cellules vivantes et éliminent rapidement toute vie sans provoquer de dégats matériels. Les présidents John F. Kennedy, Lyndon Johnson et Jimmy Carter avaient rejeté l'emploi d'une telle bombe, ses détracteurs jugeant qu'elle augmentait les possibilités d'un conflit nucléaire.

Au début des années 80, le président Ronald Reagan avait, lui, donné son feu vert à sa construction en avançant qu'une telle arme permettrait de repousser une invasion de l'Europe par des blindés soviétiques sans détruire les villes.

Les bombes construites furent ensuite démantelées, ce qui n'empêcha pas son inventeur de continuer à présenter la bombe à neutrons comme "l'arme la plus saine et la plus morale jamais construite". "C'est la seule arme nucléaire de l'histoire qui a un sens dans une guerre. Quand la guerre est finie, le monde est toujours intact", avait-il encore dit au New York Times peu avant sa mort.

Selon le New York Times et le Los Angeles Times, Samuel T. Cohen est mort dimanche (5 décembre 2010) à son domicile à Los Angeles. Des membres de sa famille contactés par l'AFP se sont refusés dans l'immédiat à commenter son décès.


Source: JFORUM

WIKILEAKS : L'ARABIE SAOUDITE A COMPLOTE CONTRE LE HEZBOLLAH


SAOUD AL-FAYçAL.jpg

L'Arabie Saoudite a proposé de mettre sur pied une force chargée de combattre les militants du Hezbollah au Liban avec l'aide des Etats-Unis, de l'ONU et de l'Otan, selon une note diplomatique diffusée par WikiLeaks mardi.

Au cours d'une réunion en mai 2008 avec un diplomate américain en Irak David Satterfield, le ministre saoudien des Affaires étrangères Saoud al-Fayçal a indiqué qu'une "réponse sécuritaire" au "défi militaire" posé à Beyrouth par les militants soutenus par l'Iran était nécessaire. Le prince saoudien disait craindre qu'une victoire du Hezbollah face au gouvernement libanais dirigé à l'époque par le Premier ministre Fouad Siniora, ne mène à une prise en main du pays par l'Iran. Selon lui, une "force arabe" aurait pu servir à maintenir l'ordre autour de Beyrouth, l'armée libanaise étant "trop fragile pour supporter davantage de pression", selon les notes diplomatiques émanant de l'ambassade américaine à Ryad.

La force en question devait être soutenue par la Force intérimaire de l'ONU au Liban (Finul) et les Etats-Unis et l'Otan devaient fournir un soutien logistique, ainsi qu'un soutien naval et aérien, selon la note. La création d'une telle force aurait sans doute suscité des inquiétudes à Washington, les troupes américaines ayant quitté le Liban depuis un attentat-suicide contre un camp de Marines qui avait fait 300 morts à Beyrouth en 1983.

Lors de la réunion au cours de laquelle ce plan a été évoqué, Saoud al-Fayçal a affirmé que "sur tous les front régionaux sur lesquels l'Iran avance, la bataille au Liban pour garantir la paix est la plus facile à gagner". Il a indiqué à M. Satterfield que Fouad Siniora soutenait fermement le projet et que seules la Jordanie, l'Egypte et la Ligue arabe étaient au courant.

De précédents câbles diplomatiques américains publiés par WikiLeaks ont montré que l'Arabie Saoudite était obsédée par le danger nucléaire iranien et redoutait également les visées hégémoniques de Téhéran dans la région. Une autre note publiée mardi montre que l'armée saoudienne a fait usage l'an dernier d'"une force très disproportionnée" lors d'une campagne perçue comme étant "d'une longueur gênante" contre des guérillas. "Des bombardements aériens jour et nuit et des tirs d'artillerie ont été les principaux instruments de ce qui est de plus en plus perçu par l'armée saoudienne comme une campagne d'une longueur gênante", dit la note émanant de l'ambassade américaine à Ryad.

L'opération de trois mois contre les guérillas Huthi peu armées dans les zones frontalières avec le Yémen étaient également perçues comme "mal planifiées et exécutées" et ont "engendré un nombre plus élevé qu'attendu de victimes saoudiennes". "Néanmoins, le conflit a été présenté comme une lutte héroïque et couronnée de succès pour protéger la souveraineté saoudienne", indique le câble diplomatique américain, daté de décembre 2009.

En août 2009, le Yémen avait lancé une offensive contre les rebelles Huthi et ceux-ci ont ensuite affronté les forces saoudiennes jusqu'à l'instauration d'une trêve en février.


Source: LE PORTAIL JUIF FRANCOPHONE

QUAND LES ETATS-UNIS RECRUTAIENT D'ANCIENS NAZIS


ETATS-UNIS NAZIS.jpg

De nouvelles révélations soulignent l'indulgence dont les Etats-Unis ont fait preuve, après la guerre, vis-à-vis d'ex-agents du IIIe Reich. Ils n'ont pas été les seuls.

Otto von Bolschwing est mort sous le soleil de Sacramento (Californie), le 9 mars 1982. Il avait 72 ans et plusieurs vies derrière lui. Dans la première, ce rejeton de la noblesse allemande, membre des services de renseignement de la SS - l'ossature nazie du IIIe Reich - a exercé ses talents d'agent secret en Palestine. Devenu aide de camp du responsable des Affaires juives, Adolf Eichmann, il s'est attelé avec zèle à l'élaboration du programme d'extermination des juifs d'Europe.

Après la guerre, le capitaine von Bolschwing a rejoint les rangs de la CIA, sous le nom de code de "Grossbahn". En récompense de ses loyaux services, ses nouveaux maîtres lui ont offert une deuxième vie aux Etats-Unis, où l'ancien SS s'est taillé une belle carrière dans l'industrie. Jusqu'à devenir, en 1969, président de l'entreprise californienne de high-tech TCI.

Dix ans plus tard, la justice l'a rattrapé. L'Office of Special Investigations (OSI), créé au sein du ministère de la Justice pour débusquer les anciens nazis installés chez l'oncle Sam, a exhumé son dossier. Et découvert que la CIA avait fermé les yeux sur les antécédents vert-de-gris de son protégé. Déchu de sa nationalité américaine, von Bolschwing a échappé à l'extradition pour cause de santé chancelante.

Cette histoire édifiante figure dans un rapport de 600 pages, dévoilé à la mi-novembre par le quotidien The New York Times, qui dresse le bilan de l'OSI, de ses succès, de ses tâtonnements et de ses échecs. Le document révèle surtout l'ampleur des manoeuvres et des manipulations orchestrées par les autorités et les services de renseignement américains afin de permettre à d'anciens nazis, scientifiques de haut vol ou dignitaires du régime, de trouver refuge aux Etats-Unis. Et de mettre leurs compétences au service de leurs hôtes.

Même Israël

Une "collaboration du gouvernement avec les persécuteurs", dixit le rapport - dont les Etats-Unis n'ont pas eu l'apanage. "Même Israël a recruté d'anciens SS, souligne l'historien israélien Tom Segev. A commencer par Walter Rauff, l'inventeur des chambres à gaz mobiles, et le lieutenant-colonel Otto Skorzeny, champion des opérations commandos, qui a libéré Mussolini en 1943."

Skorzeny avait mis une condition à sa collaboration avec les services de renseignement de l'Etat juif : que Simon Wiesenthal, le chasseur de nazis, biffe son nom de la liste des criminels de guerre les plus recherchés. "Wiesenthal a dit non, rapporte Segev, qui vient de publier Simon Wiesenthal, l'homme qui refusait d'oublier (Editions Liana Levi). Et Skorzeny a tout de même travaillé pour Israël."

Des décennies plus tard, le sujet reste sensible. Tellement sensible que le département américain de la Justice a tenu sous le boisseau pendant quatre ans le rapport consacré à l'OSI...

Des diplomates très compromis

Un autre rapport a secoué l'Allemagne, à la fin d'octobre. Commandé voilà cinq ans par l'ex-ministre des Affaires étrangères Joschka Fischer, celui-là devait faire la lumière sur le rôle de la diplomatie sous le IIIe Reich. Le résultat est accablant. Les 6000 membres du corps diplomatique ont "presque tous" participé aux persécutions contre les juifs et à leur extermination.

Pis : la mainmise des tenants de l'idéologie hitlérienne n'a pas disparu après la guerre. En 1952, 49 des 75 directions du ministère étaient entre les mains d'ex-agents nazis. Quant à la "cellule de protection juridique", elle a fourni des renseignements à des criminels de guerre en fuite. Comme à Klaus Barbie, le "Boucher de Lyon", condamné en 1987 pour crimes contre l'humanité.


Par Anne Vidalie

Publié le 05/12/2010 in EXPRESS.fr

lundi, 06 décembre 2010

LES REVELATIONS DE WIKILEAKS PROFITENT A ISRAËL


BESIR ATALAY. MINISTRE DE L'INTERIEUR TURC.jpg

Le ministre turc de l'Intérieur Besir Atalay a estimé jeudi qu'Israël semblait avoir "tiré profit" de l'impact des documents diplomatiques américains publiés par le site internet Wikileaks. "Il faut analyser pourquoi cela s'est produit, qui l'a fait et pourquoi, qui en a tiré profit et qui en a été la victime", a affirmé M. Atalay en réponse à la question d'un journaliste sur les bénéficiaires des fuites organisées par Wikileaks.

"Il nous semble que le pays qui (...) n'est pas beaucoup mentionné, en particulier au Proche Orient, ou que ce développement semble favoriser est Israël (...) C'est comme cela que je le perçois, quand je regarde le contexte, qui profite et qui est victime", a-t-il déclaré.

Le ministère des Affaires étrangères a mis en place une équipe pour analyser l'incident, a ajouté le ministre. Un cadre du Parti de la justice et du développement (AKP, issu de la mouvance islamiste) au pouvoir a avait déjà pointé du doigt Israël mercredi. "Il faut voir quel pays est satisfait (des fuites). Israël est extrêmement satisfait", a déclaré le vice-président de l'AKP Hüseyin Celik, cité par l'agence de presse Anatolie.

Les relations entre la Turquie et Israël, autrefois alliés stratégiques, connaissent de vives tensions depuis l'offensive israélienne menée fin 2008/2009 contre la bande de Gaza contrôlée par le mouvement islamiste Hamas. Elles se sont encore détériorées après l'assaut donné par l'armée israélienne contre une flottille d'aide humanitaire à destination de Gaza, qui s'est soldé par la mort de neuf Turcs le 31 mai.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a affirmé lundi "qu'Israël n'avait subi aucun dommage" après la publication des câbles diplomatiques.


Source: LE PORTAIL JUIF FRANCOPHONE

mercredi, 01 décembre 2010

WIKILEAKS ET ISRAËL : LE DOSSIER

WIKILEAKS.jpg

WikiLeaks : Israël s'en tire "à bon compte"

Un haut responsable israélien a estimé aujourd'hui qu'Israël "s'en tire à très bon compte" après avoir craint de sérieux embarras du fait des révélations des documents diplomatiques américains par le site WikiLeaks.

"Nous nous en tirons à très bon compte", a déclaré un haut responsable gouvernemental qui a requis l'anonymat en réaction aux publications faites jusqu'à présent par le site, sans préjuger ce qui pourrait être la suite.

Ces révélations "démontrent qu'Israël n'a pas un double langage et dit en privé ce qu'il dit en public" concernant la nécessité d'agir contre la menace d'un armement nucléaire iranien, a-t-il précisé. "Il s'avère que tout le Moyen-Orient est terrifié par la perspective d'un Iran nucléaire. Les pays arabes poussent les Etats Unis à une action militaire de manière bien plus effrénée qu'Israël", a-t-il estimé.

Les Etats-Unis ont été très fortement incités à la fermeté à l'égard de l'Iran, soupçonné de vouloir se doter de l'arme nucléaire, à la fois par Israël et les pays du Golfe, le roi d'Arabie saoudite soutenant même l'option militaire, selon les documents de WikiLeaks.

Israël a cherché l'appui de l'Egypte et du Fatah pour son offensive à Gaza (WikiLeaks)

Israël a tenté d'obtenir l'appui de l'Egypte et du mouvement Fatah du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à son opération contre la bande de Gaza sous contrôle du Hamas à la fin 2008, selon des documents de WikiLeaks, publiés dans la presse israélienne lundi.

Le ministre de la Défense israélien Ehud Barak a informé une délégation du Congrès en 2009 qu'Israël avait été en contact avec l'Egypte et l'Autorité palestinienne avant le lancement de l'offensive "Plomb durci", selon un câble diplomatique de l'ambassade des Etat Unis à Tel-Aviv, cité par le site.

"Barak a expliqué (à la délégation) que le gouvernement israélien avait eu des consultations avec l'Egypte et le Fatah, leur demandant s'ils sont prêts à prendre le contrôle de la bande de Gaza après que le Hamas aura été défait", indique le câble.

"Barak a reçu une réponse négative, ce qui n'a rien pour surprendre", est-il précisé dans ce texte.

Le câble fait par ailleurs mention de la poursuite du "dialogue" entre Israël d'une part, l'Egypte et le Fatah de l'autre au cours de l'opération.

Le mouvement Hamas, vainqueur aux élections législatives palestiniennes de janvier 2006, a pris le pouvoir dans la bande de Gaza lors d'un coup de force en juin 2007 délogeant les forces loyales au Fatah du président Mahmoud Abbas après une semaine d'affrontements meurtriers.

La bande de Gaza a été un an et demi plus tard la cible d'une offensive dévastatrice de l'armée israélienne (décembre 2008/janvier 2009), qui a fait 1.400 morts palestiniens, selon des sources médicales palestiniennes, et treize morts israéliens.

Wikileaks : les Etats-Unis ont empêché Israël d'attaquer l'Iran

Quand le roi Abdallah d'Arabie saoudite demande une frappe contre Téhéran et quand l'Autorité palestinienne refuse finalement de prendre le pouvoir à Gaza que lui propose les Israéliens avant l'offensive « plomb durci ».

 

AVION WIKILEAKS.jpg

 

Barack Obama a prévenu le gouvernement israélien que certaines informations contenues dans les 251.287 télégrammes diplomatiques du Département d'Etat et des ambassades américaines rendues publiques par Wikileaks risquaient de perturber les relations israélo-américaines. En fait, les informations en question sont plus embarrassantes pour Washington que pour Jérusalem.

Il y a bien sûr l'anecdotique. Nicolas Sarkozy est surnommé « l'empereur sans vêtement ». Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad est traité « d'Hitler » et le comportement du chef de l'Etat afghan, Hamid Karzai, est « dicté par la paranoïa ». Pour ce qui est de la diffusion des documents diplomatiques adressés depuis l'ambassade américaine de Tel-Aviv à l'administration Obama, elle met en évidence les divergences dans la perception du problème iranien. Nos articles sur Slate.fr, fondés sur des informations confidentielles, avaient fait état des pressions qu'Israël maintenait sur les Etats-Unis pour les persuader de la nécessité d'une frappe préventive contre les installations nucléaires de Téhéran et des pressions américaines en retour pour empêcher ces frappe. Nous avions mis en avant les évaluations du ministre de la Défense Ehud Barak, faites en 2009, sur l'existence d'une fenêtre de tir dans les 18 mois ainsi que sa réflexion : « Le destin du monde repose sur l'arrêt du programme iranien. »

Les documents publiés révèlent la teneur du câble envoyé par l'Ambassade des Etats-Unis sur l'année 2010 qui est, selon elle, l'année critique pour faire face à la menace nucléaire de la République islamique. Une véritable leçon de science politique leur a été donné par Ehud Barak. Le ministre de la Défense a conseillé une attitude ferme à l'égard de la Corée du Nord car toute faiblesse face à Kim Jong-il sera considérée comme un encouragement par des Iraniens qui ne manqueront pas de considérer les américains des « tigres de papier », termes intégralement repris par les diplomates américains dans leur câble.

Le site WikiLeaks dévoile aussi l'intervention du général Amos Yadlin, chef des renseignements militaires, qui a prévenu les américains « qu'Israël ne peut sous-estimer l'Iran parce qu'il n'est pas question de subir une surprise égale à celle du 11 septembre 2001 ». Il dévoile les techniques et l'armement américain que que voulait utiliser Israël lors de son intervention militaire. Tsahal avait songé à utiliser 24 bombes avec pénétrateur BLU-113 et 24 bombes dotées d'un pénétrateur BLU-109 à guidage laser GBU-109 pour causer des dégâts significatifs aux trois principaux centres nucléaires iraniens Natanz, Arak et Ispahan. Le secrétaire d'Etat américain à la défense Robert Gates s'oppose, selon ces documents, à toute frappe israélienne qui n'aurait pour conséquence selon lui que de retarder le programme iranien de quelques mois. Israël a par ailleurs reçu une injonction de cesser « toute allégation selon laquelle le gouvernement américain aidait Israël à se préparer à une attaque contre l'Iran ».

Les documents relatent les minutes de la réunion à Jérusalem, le 1er décembre 2009, entre Amos Gilad, directeur des affaires politico-militaires au ministère israélien de la défense, et Ellen Tauscher, sous-secrétaire d'Etat américaine qui précise la scène : « Gilad dit qu'il n'est pas certain que l'Iran ait décidé de fabriquer une arme nucléaire, mais que l'Iran est déterminé à avoir l'option d'en construire une. La diplomatie du président Barak Obama avec l'Iran est une bonne idée mais il est bien clair que cela ne marchera pas ».

Selon les documents WikiLeaks, l'ambassade de Tel-Aviv a aussi communiqué ses entretiens avec le chef du Mossad, Meir Dagan, le plus pessimiste des dirigeants israéliens sur le problème iranien mais qui acceptait malgré tout le principe de sanctions et d'opérations clandestines pour déstabiliser l'Iran. Dagan a déclaré qu'Israël et les Etats-Unis pourraient « changer le régime au pouvoir en Iran en suggérant l'exploitation des points faibles du pays tels que le chômage et les taux d'inflation élevés, ainsi que et l'opposition des citoyens iraniens à une implication croissante de leur gouvernement auprès du Hamas palestinien ». Meir Dagan souligne à plusieurs reprises que l'Iran laisse croire à la possibilité de négociations pour gagner du temps afin d'obtenir, en 2010-2011, la capacité technologique de fabriquer une arme nucléaire.

Les documents font aussi état de l'attitude russe sur le dossier iranien qui, selon un télégramme américain daté de novembre 2009, représente un « mystère ». Les Israéliens n'ont pourtant pas ménagé leurs efforts, grâce à Avigdor Lieberman, pour rallier la Russie à la diplomatie occidentale sur l'Iran. Les tractations viennent d'être mises à nu. Lors de son entretien avec Ellen Tauscher, Amos Gilad « a expliqué que Moscou avait demandé des livraisons de drones israéliens sophistiqués en échange de l'annulation de la vente des S-300 (missiles anti-aérien) à Téhéran ». Le diplomate israélien avait ajouté que « les Russes reconnaissaient leur retard technologique sur les drones, et qu'ils sont prêts à payer un milliard de dollars pour la technologie israélienne sur ces appareils. Il a répété qu'Israël ne fournirait pas sa technologie la plus récente, expliquant qu'elle se retrouverait probablement entre les mains des Chinois ».

Enfin, le site rapporte la teneur d'un câble de l'ancien ambassadeur saoudien aux Etats-Unis, Adel al-Jubeir, rappelant les « exhortations fréquentes du roi aux États-Unis pour attaquer l'Iran et mettre ainsi un terme à son programme d'armes nucléaires. Il vous demande de couper la tête du serpent ».

La « faiblesse » de l'Autorité palestinienne

La révélation de documents israélo-américains ne concerne pas uniquement l'Iran. L'ambassade américaine fait ainsi état de discussions entre Israël et l'Autorité palestinienne pour coordonner une action commune contre Gaza comme le souhaitait l'ancien homme fort de Gaza, Mohammed Dahlan, qui piaffe d'impatience pour en découdre avec le Hamas. Il est établi que ni l'Autorité palestinienne et ni l'Egypte n'ont finalement pas voulu se « mouiller » pour reprendre le contrôle de la bande de Gaza.

A à l'occasion d'une réunion en juin 2009 avec une délégation du Congrès américain, le ministre de la Défense Ehud Barak avait affirmé que le gouvernement israélien « avait consulté l'Egypte et le Fatah avant l'opération Plomb durci pour leur demander s'ils étaient prêts à assumer le contrôle de Gaza une fois le Hamas vaincu ». Nous avions évoqué dans plusieurs articles la collusion entre Israël, l'Autorité palestinienne et l'Egypte pour une action commune contre le Hamas. Mais les documents publiés par WikiLeaks représentent les preuves tangibles d'un tel arrangement. Dans ce même document, Ehud Barak soulignait que « l'Autorité palestinienne était faible et manquait de confiance en elle ».

De nouveaux documents vont évidemment faire surface qui laissent assez sereins les dirigeants israéliens. Ils estiment qu'ils ont toujours fait preuve de transparence quand il ne s'agissait pas de fuites volontaires. Jérusalem considère même que Wikileaks met en évidence la position ambiguë et hésitante de Barack Obama par rapport aux agissements dangereux de la Corée du nord et de l'Iran.

Jacques Benillouche

WIKILEAKS : révélations sur le MOYEN-ORIENT

Les révélations du site Wikileaks ont déclenché une véritable tempête et de nombreux pays craignent d'être directement visés par les informations qui sont divulguées par les médias. Aux Etats-Unis et dans un certain nombre d'autres Etats, on attendait avec anxiété la publication, dimanche soir, de nouveaux dossiers, parmi plus de trois millions de documents. Il s'agit notamment de courriers envoyés par des ambassades américaines à travers le monde au cours de ces dernières années.

Parmi les nombreuses citations figurant dans ces documents, on peut mentionner les déclarations du président égyptien sur le Premier ministre Binyamin Netanyahou. Il aurait confié qu'il le considérait comme un homme élégant et raffiné mais aurait ajouté qu'il ne tenait jamais ses promesses. Netanyahou aurait pris connaissance personnellement de ces critiques.

Aux Etats-Unis, la Maison Blanche a publié les premières réactions du président qui a bien entendu dénoncé avec vigueur ces « fuites ». Barack Obama aurait déclaré : « J'approuve la diplomatie ouverte et responsable mais cette opération est tout à fait contraire à ces principes et je la considère comme irresponsable et dangereuse ». Il a ajouté : « A partir de documents volés, le site met en danger non seulement les droits de l'homme mais également la vie et le travail de nombreuses personnes qui travaillent dans ce domaine ».

Parmi les innombrables informations révélées au large public, on peut relever par exemple celle qui indique que 2010 était considérée par les experts comme une année décisive pour le dossier iranien. En juin 2009, le ministre de la Défense Ehoud Barak aurait déclaré à une délégation de congressistes américains en visite en Israël qu'il ne restait au monde que six à dix-huit mois pour empêcher Téhéran de se procurer l'arme nucléaire.

On apprend aussi qu'Israël aurait tenté d'encourager une révolution en Iran. Et puis, on découvre que certains pays arabes auraient fait pression sur les Etats-Unis pour que ceux-ci attaquent l'Iran : le roi Abdallah d'Arabie Saoudite, par exemple, aurait demandé aux Américains à plusieurs reprises de lancer une offensive contre l'Iran afin de mettre un terme à son programme nucléaire. Il aurait dit qu'il fallait « couper la tête du serpent » lors d'une rencontre avec le général américain David Petraeus en avril 2008.

Mais le souverain saoudien ne serait pas le seul chef d'Etat arabe à avoir privilégié cette solution : le même appel aurait été lancé depuis la Jordanie et le Bahreïn dont les dirigeants auraient eux aussi envisagé l'option militaire. Quant au Prince héritier de l'émirat d'Abu Dhabi, Mohammed bin Zayed, il aurait confié à ses interlocuteurs américains qu'il craignait qu'Ahmadinejad ne conduise la région à la guerre. Il aurait ajouté qu'il ne lui faisait aucune confiance, et qu'il était trop jeune et trop agressif.


Source: LE PORTAIL JUIF FRANCOPHONE

13:21 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Etats-Unis d'Amérique, Informations diverses, Israël, Monde, Technologie, Web | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : monde, israël, wikileaks, états-unis d'amérique, iran | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

dimanche, 19 septembre 2010

GRAVE CRISE ENTRE ISRAEL ET LA RUSSIE

MISSILE.jpg

Missile russe Yakhont

Israël a dénoncé dimanche la vente par Moscou de missiles de croisière Yakhont P-800 à la Syrie annoncée vendredi par le ministre russe de la Défense, Anatoli Serdioukov cité par les agences de son pays.

"Cette décision traduit une piètre preuve du sens des responsabilités de la part d'un pays qui se veut influent et prétend agir en faveur de la stabilité de la région", a affirmé à l'AFP, un haut responsable qui a requis l'anonymat.

"Ces armes risquent de porter atteinte à un équilibre stratégique dans une région fragile qui vient d'entamer péniblement des négociations de paix", a ajouté ce responsable en faisant allusion à la reprise des discussions avec les Palestiniens.

M. Serdioukov cité par Itar-Tass a affirmé : "nous allons livrer des Yakhont à la Syrie, nous allons exécuter le contrat" tout en soulignant que le contrat avait été conclu en 2007.

Les ventes d'armes russes à la Syrie, qui entretient des liens étroits avec l'Iran, inquiètent les Etats-Unis et Israël qui redoutent que celles-ci soient transférées au Hezbollah libanais.

M. Serdioukov avait estimé que de telles craintes étaient injustifiées : "Les Etats-Unis et Israël nous demandent de ne pas fournir des Yakhont à la Syrie. Mais nous ne partageons pas leurs préoccupations selon lesquelles ces armes pourraient tomber entre les mains de terroristes", avait-il affirmé.

Cette annonce a provoqué la colère des responsables israéliens cités par les médias qui font leur une dimanche sur cette affaire.

Le Yédiot Aharonot, le quotidien le plus vendu titre, ainsi : "Crise des missiles avec la Russie". Les radios publique et militaire ont pour leur part indiqué qu'Israël allait "exiger des explications" à Moscou en précisant que les Yakhont avaient une portée de 300 km et pouvaient transporter une charge explosive de 200 kg.

Les médias soulignent que cette arme pourrait mettre en danger les navires de la marine israélienne au large des côtes libanaises au cas où ces missiles seraient transférés par la Syrie au Hezbollah.

Les responsables israéliens sont d'autant plus amers, selon les médias, que Anatoli Serdioukov et Ehud Barak, les ministres russe et israélien de la Défense ont signé à Moscou au début du mois le premier accord de coopération militaire entre les deux pays.

"Cet accord est mort-né. Nous n'allons pas procéder à des transferts de technologies dans des domaines où nous sommes en avance sur les Russes pour qu'ensuite ce matériel soit utilisé contre nous", a estimé le haut responsable sans donner d'autres détails. La coopération militaire entre les deux pays s'était traduite par la vente en 2009 par Israël de 12 drones à la Russie. Israël s'inquiète régulièrement des ventes d'armes russes à ses ennemis régionaux, en particulier l'Iran et la Syrie.

Moscou avait ainsi annoncé cette année la vente à Damas de chasseurs MiG-29, de missiles de courte portée Pantsir et de véhicules blindés.

Le gouvernement israélien a aussi dénoncé à plusieurs reprises différents aspects de la coopération russo-iranienne notamment dans le domaine de l'armement et du nucléaire civil.

 

Source: JFORUM

22:42 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Israël, Monde | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : israël, russie, vente d'armes, iran, missile de croisière yakhont p-800 | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

samedi, 18 septembre 2010

YAAKOV KATZ: "SEULE UNE ACTION MILITAIRE ARRETERA L’IRAN"

AVION DE CHASSE X-35.jpg

Les nations occidentales doivent former une coalition de forces aériennes et attaquer les installations nucléaires iraniennes maintenant. C'est ce qu'a asséné l'ancien directeur du Mossad, Danny Yatom, samedi dernier, lors de la conférence de l'Institut international du contre-terrorisme.

Pour cet ancien député travailliste, seule la force militaire pourra arrêter l'Iran. "Etant donné que les sanctions ne suffisent plus, j'espère que le monde en tirera les conclusions qui s'imposent : pour arrêter la course à l'armement nucléaire iranien nous allons devoir attaquer ses installations", a-t-il expliqué.

Des commentaires inhabituels de la part d'un ancien haut responsable de la sécurité israélienne. Et de préciser : "Si les forces de l'air, menées par les Etats-Unis, se mobilisent il sera possible, si ce n'est d'éradiquer complètement la menace, au moins de l'éloigner pour les années à venir." Selon lui, si le monde passe à côté de ce défi, Israël "ne renoncera pas à son droit à l'autodéfense. L'Etat hébreu ne peut vivre avec un Iran nucléaire. "Je ne veux pas me retrouver assis en Israël en sachant que mon destin est entre les mains d'un autre, et en particulier entre les mains d'un régime dictatorial. Je ne veux pas être le sujet d'une expérience iranienne", a-t-il confié.


Source: LE PORTAIL JUIF FRANCOPHONE

00:09 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Israël, Monde | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : monde, iran, israël, nucléaire, attaque, action militaire contre l'iran, installations nucléaires iraniennes | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

jeudi, 09 septembre 2010

LA BIBLE DECODEE : EPOUSTOUFLANT, MAIS QU'EN EST-IL EN REALITE?

 

PHOTO DE LA BIBLE.jpg

L'invention de l'imprimerie a révolutionné le christianisme, car elle a rendu les informations contenues dans la Bible accessibles au grand public.

Une nouvelle théorie voudrait que l'ordinateur révolutionne notre compréhension de la Bible bien plus que ne l'a fait l'invention de l'imprimerie. Je ne parle pas de bibles électroniques, ni d'Internet. Cette nouvelle révolution concernerait un mystérieux code caché dans la Bible, découvert grâce à l'informatique, un code qui prédit les évènements d'actualité et la date de la fin du monde. Qu'en est-il en réalité?

Au début du siècle dernier, un rabbin tchécoslovaque, Michael Weissmandel fut intrigué par un vieux livre selon lequel il existerait un code secret dans la Torah. Si on suivait une certaine séquence, par exemple en prenant chaque 10e ou 17e ou 50e lettre, il était possible de découvrir des séquences cohérentes et des mots cachés.

Il tenta l'expérience et il repéra, en effet, certaines séquences. Des mots apparurent, séparés par des intervalles réguliers dans le texte hébreu. Mais ce ne fut pas suffisant pour convaincre le sage rabbin de l'existence d'un code caché dans la Bible.

Son travail fut oublié jusqu'à récemment, quand un étudiant en Israël reprit le procédé, assisté cette fois par un ordinateur. Celui-ci rendait possible la recherche de séquences en utilisant des intervalles plus vastes, comme toutes les 3000 ou 4000 lettres. Par ce moyen, trois mathématiciens israéliens déclarèrent qu'ils avaient découvert la preuve de l'existence d'un code secret dans la Bible.

Ils ont pris dans l'Encyclopédie des grands hommes d'Israël, les noms de 34 rabbins avec leurs dates de naissance et de décès et ils les ont entrées dans l'ordinateur.

L'ordinateur rechercha systématiquement toutes les combinaisons possibles, sautant 2 lettres, puis trois, puis quatre et ainsi de suite jusqu'à épuisement de toutes les possibilités. À leur grand étonnement, l'ordinateur trouva les noms des 32 hommes et leurs dates de naissance et de décès. Aussi publièrent-ils en 1994 les résultats de leurs recherches dans le Statistical Science.

D'autres chercheurs plus sceptiques voyaient là le simple fruit du hasard et exigèrent un second test. Ils prirent donc 32 nouveaux noms et obtinrent le même résultat.

En peu de temps, ce supposé code secret de la Bible était sur toutes les lèvres.

En 1997, Michael Drosnin, journaliste au Washington Post, publia un livre qui devint un best-seller.

Selon Drosnin, en plus de contenir les noms de 32 rabbins, le code contenait des informations permettant de prédire avec précision des évènements politiques, tels que l'assassinat du président Kennedy. En s'appuyant sur les résultats de ses recherches, il écrivit en 1994 une lettre au Premier ministre israélien Yitzhak Rabin disant ceci:

"Un mathématicien israélien a découvert un code caché dans la Bible semblant révéler en détails des évènements qui se sont produits des milliers d'années après que la Bible ait été écrite. La raison pour laquelle je vous écris est que, la seule fois où votre nom - Yitzhak Rabin - apparaît en entier dans le code, les mots « assassin, qui assassinera » y sont présents séquentiellement. "Vous devriez considérer ceci sérieusement, car les assassinats de Anwar Sadat ainsi que ceux de John et Robert Kennedy étaient eux aussi cachés dans le code.... Je pense que vous courez un réel danger, mais que ce danger peut être écarté."

En novembre 1995, Yitzhak Rabin fut assassiné et Drosnin triompha. Il affirma que tous les évènements importants de l'histoire moderne étaient encodés, n'attendant que le moment d'être décryptés par un ordinateur. Voici ce qu'il dit à ce sujet :

"...il apparaît que chaque personnalité importante et chaque évènement majeur de l'histoire du monde peut être identifié grâce au niveau de codage que nous possédons actuellement.

Toutes les figures politiques de la deuxième guerre mondiale sont là - "Roosevelt,"

"Churchill," "Staline," "Hitler". "Amérique", "révolution" et 1776... - et apparaissent ensembles.

"Napoléon" est associé à "France", "Waterloo" et "Elbe." La révolution Bolchévique est associée à l'année 1917....

..."Beethoven" et "Bach" sont tous deux associés avec "compositeurs allemands," et

"Mozart" en tant que "compositeur de musique." "Rembrandt" est associé à "Hollandais" et "peintre." "Picasso" est appelé "l'artiste."

Toutes les avancées technologiques majeures sont mentionnées. Les "frères Wright" sont associés avec "avion." "Edison" avec "électricité" et "ampoule." "Marconi" avec "radio."

Est-il possible que derrière le texte biblique se cache un relevé détaillé de l'histoire du monde, attendant simplement d'être révélé par nos ordinateurs super puissants? Se peut-il que la destinée des nations et des dirigeants politiques soit déjà déterminée, et que nous ne puissions rien y changer? En outre, ce code biblique, présenté par certains comme le sceau authentique de Dieu sur son livre, serait-il la preuve irréfutable que ce livre a été dicté par une intelligence divine? (A suivre).


Pour lire l'intégralité de ce document, cliquer ICI.

dimanche, 29 août 2010

ISRAEL-PALESTINE: UN JOURNALISTE ARABE DONNE "6 RAISONS POUR ETRE OPTIMISTE"

 

ISRAEL-PALESTINE.jpg

La reprise des pourparlers de paix entre Israéliens et Palestiniens à Washington, le 2 septembre, s'ouvre dans un climat de pessimisme perceptible dans les médias arabes et israéliens. Seul le quotidien saoudien Asharq Al-Awsat trouve matière à espérer.

Quand le président américain invite à des négociations de paix entre Israéliens et Palestiniens sous l'égide de Washington, c'est une bonne chose et ça mérite qu'on s'y intéresse. L'ouverture de telles négociations sur le sol américain, assorties d'une date butoir pour arriver à un accord d'ici au plus tard un an, signifie que Barack Obama pense pouvoir obtenir un succès qui lui permettra d'aborder la prochaine élection présidentielle avec sérénité. Car c'est dans un an exactement que la campagne électorale commencera aux Etats-Unis. S'il fait ce pari, cela veut dire qu'il faut prendre la chose au sérieux. Davantage en tout cas qu'au moment de la conférence d'Annapolis [novembre 2007], dans le Maryland, qui avait été organisée sous l'administration de George W. Bush. Ainsi, plusieurs éléments incitent à l'optimisme.

Premièrement, les Américains doivent être convaincus, ne serait-ce qu'à 70 %, que les négociations aboutiront vraiment à une solution d'ici un an.

Deuxièmement, les navettes de George Mitchell [l'envoyé spécial de la Maison-Blanche pour le Proche-Orient] et les négociations indirectes ont dû aboutir à des résultats suffisamment convaincants pour que l'administration Obama pense qu'il est possible de réaliser un succès historique qui contribuera à sa réélection.

Troisièmement, Obama a une idée de ce qui pourrait être un règlement définitif et qui pourrait convenir à toutes les parties du conflit. Les entretiens qu'il a eus avec Mahmoud Abbas, Benyamin Nétanyahou et certains dirigeants arabes lui ont peut-être permis de parvenir à la moyenne arithmétique des positions propalestiniennes d'un côté, israéliennes de l'autre.

Quatrièmement, il existe un accord entre Israël et les Etats-Unis sur un ensemble d'intérêts communs dans la région, notamment la stabilité du Golfe pourvoyeur de pétrole, la nécessité d'empêcher l'Iran de se doter de l'arme nucléaire et finalement l'idée de "la paix contre des marchés", c'est-à-dire l'ouverture officielle du marché des pays du Golfe aux produits israéliens en contrepartie de la paix.

Cinquièmement, on fait appel à l'Egyptien Hosni Moubarak et au Jordanien Abdallah II afin de se prémunir contre la répétition de l'échec de 1998, quand Bill Clinton avait obtenu un accord de la part de Yasser Arafat mais que celui-ci s'était laissé convaincre ensuite par un certain nombre de dirigeants arabes qu'il serait incapable de l''imposer sur le terrain et qu'il serait préférable de déclencher une nouvelle Intifada. Les Américains ont bien retenu la leçon et insistent aujourd'hui sur la nécessité de voir les pays arabes s'engager en tant que garants d'un règlement à venir. Ainsi, Israéliens et Palestiniens semblent d'accord pour dire que les Américains cautionneraient la signature israélienne, tandis que l'Egypte et la Jordanie agiraient de même pour celle des Palestiniens.

Finalement, Israël sait qu'il est dans son intérêt de parvenir à un règlement avant que le monde entier, y compris l'Union européenne et la Russie, reconnaisse l'Etat palestinien à l'ONU.

Il n'en reste pas moins que toutes les expériences du passé n'ont rien apporté de concret qui permette aux dirigeants arabes, et notamment palestiniens, de vendre l'idée d'un compromis à leurs populations. C'est en 1988 qu'Arafat avait annoncé la "paix des braves", et cela fait donc plus de vingt ans que les Arabes assistent à différentes négociations qui n'aboutissent à rien et qui sont plus lassantes qu'un mauvais feuilleton mexicain sur une chaîne satellitaire de seconde zone. Pour parvenir à un accord, il faudrait que les Palestiniens soient assistés d'une véritable puissance qui couvrirait leurs arrières. En lieu de quoi, les pays arabes, petits et grands, se livrent à une compétition pour jouer chacun sa propre partie, les uns soutenant le Fatah, les autres le Hamas, affaiblissant d'autant la position de Mahmoud Abbas.

Le problème n'est pas tant que les Palestiniens sont divisés, mais que le monde arabe est divisé. Si Israël et les Etats-Unis étaient certains que tous les Arabes soutiennent Mahmoud Abbas et sanctionnent un éventuel échec des négociations, les Palestiniens seraient en position de force. Malheureusement, Israël entretient aujourd'hui des relations avec un grand nombre de pays arabes, soit en vertu d'accords de paix en bonne et due forme, soit par des "dessous de la table". Ainsi, jusqu'à présent, le monde ne nous prend pas au sérieux. Et les Palestiniens seront contraints de négocier en position de faiblesse. Même si, en fin de compte, cela devait aboutir à une solution acceptable, il se trouvera toujours quelqu'un pour dire qu'il ne faut pas l'accepter.

Asharq Al-Awsat | Mamoun Al-Fandy

NDLR - L'analyse en vaut bien d'autres. L'analyse de Dore GOLD sur la violence verbale, doit aussi nous inciter à écouter des voix audibles.

Source: Le Portail Juif Francophone

20:54 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Israël | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : israël, pourparlers de paix, palestiniens, israéliens, asharq al-awsat, mamoun al-fandy, dore gold, netanyahu, abbas, barack obama | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

vendredi, 20 août 2010

10 MENSONGES CONTRE ISRAEL EN 2010

ISRAEL.jpg

Une mise au point contre 10 mensonges admis

Chabbat chalom

Rav Yehoshua Rahamim Dufour
-------------------

Reprenez confiance en lisant ce texte du Centre SIMON WIESENTHAL et diffusez le partout, à vos leaders nationaux, aux gouvernements mondiaux, à vos medias, à tout ceux qui sont sincères et qui écouteront:

---------------------------------------------------------


LA VERITE HISTORIQUE SUR LES 10 MENSONGES CONTRE ISRAEL EN 2010


Mensonge 1: « Israël aurait été créé par l'Europe en raison de sa culpabilité dans l'holocauste (la Choa). Alors, pourquoi les Palestiniens devraient-ils en payer le prix ? »

Vérité:

- Trois mille (3.000) ans avant la Choa, avant qu'il n'y ait un Empire romain, les rois et prophètes d'Israël marchaient dans les rues de Jérusalem. Le monde entier sait que le prophète Isaïe n'a pas annoncé ses prophéties du Portugal, et aussi que Jérémie n'a pas exprimé ses « Lamentations » en France.

- Jérusalem est mentionné 600 fois dans les Ecritures Saintes hébraïques mais pas une seule fois dans le Coran.

- Pendant son exil de 2.000 ans, il y a toujours eu une présence juive en Terre Sainte jusqu'à la renaissance moderne d'Israël commençant dans les années 1800 et non en 1930 ou en 1945. La récupération par le peuple juif de SA terre qui était en grande partie de la rocaille et du désert par des Sionistes innovateurs qui sont devenus une majorité sur la terre d'Israël a eu lieu bien avant la montée du Nazisme.

- Après la Choa, près de 200.000 survivants de la Shoah ont trouvé refuge dans l'Etat Juif, créé par un vote des deux-tiers de l'ONU en 1947.

- Peu après la naissance du jeune Etat, près de 1 million de juifs ont du FUIR les persécutions des pays arabes où ils vivaient souvent avant même l'arrivée des Arabes envahisseurs, et sont allés trouver refuge en Israël et sans aucun dédommagement.

- Quelques décennies plus tard, l'Etat d'Israël absorba un million d'immigrants de l'ex-Union soviétique et des milliers de Juifs éthiopiens.

- Aujourd'hui, loin d'être une création par la culpabilité européenne ou par le colonialisme, Israël est une société diverse, cosmopolite, accomplissant le rêve séculaire d'un peuple et la fidélité au Retour à Sion qui est la patrie ancestrale.


Mensonge 2 : « Si Israël était revenu à ses frontières de juin 1967, la paix serait venue il y a longtemps. »

Vérité:

- Depuis 1967, Israël a à plusieurs reprises cédé des territoires en échange de la paix et l'a proposé souvent.

- Après la visite historique, en 1977, du Président égyptien Sadat, à Jérusalem, et les Traités de paix de Camp David, Israël s'est retiré de la vaste Péninsule du Sinaï et il y a eu la paix avec l'Egypte, depuis cette date.

- En 1995, la Jordanie a signé un traité de paix avec Israël, mais ni les Palestiniens ni les 21 autres Etats Arabes n'en ont fait ainsi.

- En 1993, Israël a signe les fameux Accords d'Oslo cédant le contrôle administratif de la Cisjordanie (de la Rive ouest) à l'Autorité Palestinienne (autrefois appelée l'OLP). Mais l'Autorité Palestinienne n'a jamais tenu sa promesse de stopper ses attaques de propagande et de laisser tomber son désir de destruction d'Israël comme il est stipule dans sa Charte Nationale.

- En 2000, le Premier Ministre Barak a offert à Yasser Arafat la pleine souveraineté, soit plus de 97% de la Cisjordanie (de la Rive ouest), un couloir à Gaza et une Capitale dans la partie arabe de Jérusalem. Arafat a dit... NON !

- En 2008, le Président de l'Autorité Palestinienne Abbas a mis son veto pratiquement à la même offre du Premier ministre Olmert.

- En 2005, le Premier Ministre Sharon s'est unilatéralement retiré de la bande de Gaza, qui fut reprise immédiatement par l'organisation terroriste du Hamas.

- Le démantèlement des communautés Juives de Gaza a permis au Hamas d'en faire une base de lancement pour les auteurs d'attentat-suicide et  8,000 roquettes ont été tire sur Israël depuis.

- En 2010, le Premier ministre Netanyahou reprit les offres de négociations inconditionnelles pour mener à un Etat palestinien, mais les Palestiniens ont refusé, exigeant des concessions israéliennes plus unilatérales, y compris un gel total de toute la construction israélienne dans le quartier de Jérusalem dit Jérusalem-Est et dans la Cisjordanie (la Rive ouest).

Mensonge 3: « Israël serait le principal obstacle et ne veut pas œuvrer pour une solution à deux (2) Etats. »

Vérité:

- Les Palestiniens eux-mêmes font blocage à la réalisation d'une solution à deux Etats.
Avec qui Israël devrait-il être en pourparlers ?

- Avec le Président Abbas qui, pendant quatre ans, a été interdit par le Hamas de rendre visite à 1,5 millions d'habitants à Gaza ?

-Avec l'Autorité Palestinienne, laquelle continue à glorifier les terroristes et prêcher la haine contre les Juifs et Israël dans son système éducatif et ses médias ?

- Avec le Hamas dont les leaders, soutenus par l'Iran, nient la Choa et utilisent la rhétorique Jihadiste fanatique de meurtres et de suicides criminels pour appeler à la destruction d'Israël ?

- Aujourd'hui, il y a un simple fait : Israël est préparé à reconnaitre tous les Etats arabes ou Musulmans mais ces mêmes Etats refusent catégoriquement de reconnaitre Israël comme un Etat Juif et LUI demande la reconnaissance du faux « droit au retour » de cinq millions « de prétendus réfugiés » palestiniens - une garantie sûre pour l'annihilation directe d'Israël !


Mensonge 4: « Le nucléaire Israélien (mais pas l'Iranien) serait la principale menace pour la paix et la stabilité au Proche Orient. »

Vérité:

- Jérusalem n'a jamais officiellement admis posséder la bombe mais il est généralement assume qu'Israël ait des armes nucléaires. Mais, à la différence du Pakistan, de l'Inde et de la Corée du Nord, Israël n'a JAMAIS conduit des essais nucléaires.

- En 1973, quand sa propre survie a été mise à l'épreuve lors de la guerre de Yom Kippour par les attaques des armées syrienne et égyptienne, nombreux sont ceux a l'époque qui pensaient qu'Israël allait faire usage de la bombe nucléaire, mais Israël ne l'a pas fait.

- Contrairement aux condamnations publiques, de nombreux leaders arabes (sans oser le dire) expriment le soulagement que la force de dissuasion nucléaire israélienne existe.

- Tandis qu'Israël n'a jamais menacé aucun pays, les mollahs de Téhéran menacent quotidiennement « d'effacer Israël de la carte ».
Les Etats-Unis et l'Europe peuvent se permettre d'attendre de voir ce que le régime iranien fait avec ses ambitions nucléaires. Mais Israël NE LE PEUT PAS. En effet, elle est sur la ligne de front et se rappelle chaque jour le prix que les Juifs ont payés pour ne pas avoir pris Hitler au mot, et elle entend les mots de Ahmedinekjad.
Israël n'est pas préparé à sacrifier six millions d'autres Juifs sur l'autel de l'indifférence et de l'hypocrisie du monde.


Mensonge 5: « Israël serait un Etat d'Apartheid qui mériterait un boycott international, le désinvestissement commercial global et des sanctions. »

Vérité:

- Des deux cotés de l'Atlantique, des groupes pro-palestiniens, des représentants de l'Eglise romaine ou protestante, des universitaires et des syndicats mènent des campagnes le plus souvent antisémites diabolisant l'Etat Juif en le comparant au régime de l'Apartheid.
La vérité est qu'à la différence de l'Apartheid en Afrique du Sud, Israël est un Etat démocratique. Sa minorité arabe de 20% jouit de tous les droits politiques, économiques, religieux.
Les libertés de citoyenneté, y compris l'élection des membres de leur choix à la Knesset (le Parlement israélien) sont garanties.
Les Arabes israéliens et les Palestiniens ont position devant la Cour suprême d'Israël.
Par contre, aucun Juif ne peut posséder un titre de propriété en Jordanie, aucun Chrétien ou Juif n'est autorisé à visiter les sites les plus saints de l'Islam, en Arabie Saoudite.


Mensonge 6: « Le projet de construction de 1600 appartements à Jérusalem prouverait qu'Israël veut judaïser la ville Sainte. »

Vérité:

Les ennemis d'Israël exploitent cette fausse question.

- Jérusalem est la ville sainte des trois grandes religions.

- Sa population diverse inclut une majorité juive avec des minorités
musulmanes et chrétiennes.

- Depuis 1967, pour la première fois de son histoire, il existe à Jérusalem une totale liberté pour toutes les minorités religieuses.

- Des organismes religieux musulmans et chrétiens administrent leurs propres lieux saints.

- En effet, on permet au Waqf de contrôler le Mont du Temple de Jérusalem, bien qu'il repose sur le temple de Salomon et soit saint tant pour les Juifs que pour les Musulmans.

- L'annonce (malheureusement faite lors de la visite du Vice-président américain Biden) de 1.600 nouveaux appartements à Ramat Shlomo, n'était pas la bienvenue et ne concernait pas le voisinage arabe de Jérusalem-Est, mais plutôt le voisinage Juif au Nord de Jérusalem, établi depuis bien longtemps ou 250.000 Juifs vivent (une population équivalente à celle de Newark, NJ). C'est un secteur qui ne sera jamais abandonné par Israël.


Mensonge 7: « La politique d'Israël mettrait en danger les troupes américaines en Afghanistan et en Irak. »

Vérité:

L'accusation voulant faire croire qu'Israël met en danger des troupes américaines en Irak ou en Afghanistan est une mise à jour du vieux mensonge antisémite « du coup de couteau dans le dos » selon lequel les Juifs trahiraient toujours leurs propres amis et c'est la diffamation émise par Henry Ford et par les Protocoles des Sages de Sion les accusant, selon ce slogan, en ces termes: « Les Juifs sont le père de toutes les guerres. »

- Le général américain Petraeus a déclaré qu'il considère Israël comme un atout stratégique majeur pour les Etats Unis.
Ses remarques précédentes liant la sécurité des troupes américaines dans la région à un accord de Paix Israélo-palestinien (ce que veulent les 2/3 des Israéliens) ont été comprises hors contexte.
Une résolution du conflit Palestino-israélien serait un avantage pour tous, incluant les Etats-Unis d'Amérique.
Mais un retour imposé de millions de soi-disant réfugiés palestiniens comme l'avait appelé, en 1967, Abba Eban dans « les Frontières d'Auschwitz de 1967 » mettraient en danger la survie d'Israël et serait, en fin de compte, désastreux pour les Américains et leur crédibilité dans le monde.


Mensonge 8: « La politique d'Israël serait la cause de l'antisémitisme mondial. »

Vérité:

De l'Inquisition espagnole aux pogroms et aux 6 millions de Juifs assassinés par les Nazis, l'histoire prouve que la haine du Juif a existé à une échelle mondiale bien avant même la naissance de l'Etat d'Israël.

- En 2010, cet antisémitisme existerait même si Israël n'avait jamais été créé.
Un exemple : Un récent sondage indique que 40% des Européens reprochent « aux Juifs d'être responsables de la crise économique mondiale » et que « les Juifs ont trop de pouvoir dans l'économie ». C'est donc un canular qui n'a rien à avoir avec Israël.

- Le conflit palestino-israélien non réglé aggrave les tensions entre Musulmans et Juifs mais ce n'est pas la racine même du problème.
Durant la 2ème guerre mondiale, le Grand Muphti de Jérusalem, le tristement célèbre haïsseur de Juifs, a aidé les Nazis à organiser la 13ème
Malheureusement, en plus des références respectueuses envers les Patriarches et Prophètes Juifs, le Coran contient aussi les stéréotypes antisémites virulents qui sont largement invoqués par les extrémistes Islamistes, y compris par le Hezbollah (dont les agents ont fait exploser le Centre communautaire Juif de Buenos Aires en 1994), pour justifier l'assassinat de Juifs dans le monde entier.
La disparition d'Israël encouragerait seulement encore plus les haïsseurs de Juifs partout dans le monde.
Division SS, composée de Musulmans.

Mensonge 9: « Israël, pas le Hamas, serait le responsable « de la catastrophe humanitaire » à Gaza. Et Goldstone avait raison de désigner Israël comme coupable de crimes de guerre. »

Vérité:

- Le rapport Goldtsone sur la guerre défensive d'Israël contre Gaza contrôlé par le Hamas d'où près de 8.000 roquettes ont été tirées après le retrait unilatéral d'Israël, en 2005, est un produit biaisé du mal nommé Conseil de Droits de l'Homme de l'ONU.
L'UNHRC est obsédé de fausses résolutions anti-israéliennes. Il refuse de dénoncer les graves violations des droits de l'homme commises en Iran, en Corée du Nord, Soudan, Arabie Saoudite, Cuba et bien d'autres pays.

- Face à des attaques similaires, chaque Etat membre de L'ONU incluant les Etats-Unis et le Canada, aurait sûrement agi plus agressivement que les forces de défense d'Israël l'ont fait à Gaza. - Pourtant, Richard Goldstone, un juriste Juif sud-africain n'a pas hésité à signer un document préparé par des enquêteurs dont la principale qualification était d'être des enragés anti-Israël.
Il a accepté chacune des diffamations anonymes contre les forces de défense d'Israël. Il a même insisté pour que les témoignages de Gaza soient diffusés à la Télévision, ce qui garantirait aux Palestiniens craintifs de ne jamais témoigner contre le Hamas qui utilise les civils comme bouclier humain ou se sert des mosquées et hôpitaux comme cache d'armes de guerre.
Le professeur de Harvard Alan Dershowitz a dénoncé le Rapport Goldstone comme une forme moderne de « buveurs de sang », accusant les soldats israéliens de crimes qu'ils n'ont jamais commis.


Mensonge 10: « Le seul espoir pour la paix est un état unique, binational, éliminant l'État juif Israël. »

Vérité:

- La solution a un Etat, promue par des universitaires, n'est pas acceptable parce qu'elle éliminerait la patrie JUIVE. Cependant, les pressions actuelles sur Israël sont également dangereuses.
En réalité, le monde est exigeant envers Israël, pays qui représente la taille du New Jersey. Il lui demande encore plus de concessions en acceptant une solution à 3 Etats : un Etat avec une autorité palestinienne sur la rive occidentale et un Etat terroriste du Hamas, contrôlant 1,5 million de Palestiniens, à Gaza.

- Tout cela, pendant que le Hezbollah mandataire de l'Iran au Liban, s'approvisionne de 50.000 roquettes et menace les populations civiles du nord et du centre d'Israël.
- En 2010, la plupart des experts du Moyen-Orient croient que le seul espoir pour accomplir la paix est une solution à deux Etats, avec des frontières finales définies.

- Mais trop de diplomates, d'experts, d'universitaires et de représentants de l'Eglise ignorent le fait que de récents sondages montrent bien que la plupart des Israéliens sont favorables à une solution à 2 Etats mais la plupart des Palestiniens continuent à s'y opposer.

C'est à nous, à vous, de diffuser ces faits sur Israël - à vos leaders nationaux de toutes fonctions politiques ou sociales, aux gouvernements mondiaux, à vos médias et à tout ceux qui écouteront.

20:11 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Israël | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : israël, centre simon wiesenthal, 10 mensonges contre israël en 2010, rav yehoshua rahamim dufour | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

vendredi, 23 juillet 2010

ISRAEL INAUGURE L'ASSASSINAT TELECOMMANDE

ROBOT-SOLDAT. DEFENSE ISRAEL.jpg

Par Jonathan Cook

Il s'appelle Repère et Tire. ('Spot and Shoot'). Des opérateurs sont assis devant un écran de télévision à partir duquel ils peuvent contrôler l'action avec une manette de style PlayStation. Le but : tuer.

Manié par : des jeunes israéliennes qui font leur service militaire. Repère et tire, comme l'appelle l'armée israélienne, peut ressembler à un jeu vidéo, mais les silhouettes sur l'écran sont de vraies personnes - les Palestiniens de Gaza - qui peuvent être tués par la pression d'un bouton sur la manette.

Des femmes soldats, situées loin de là dans une salle d'opération, ont la responsabilité de cibler et d'actionner les tirs des mitrailleuses télécommandées installées sur des tours de guet tous les quelques mètres le long de la grille électronique qui encercle Gaza.

Le système est l'un des derniers dispositifs d' « assassinat à distance » développé par la Compagnie israélienne d'armement Rafael, l'ancienne division de la recherche en armement de l'armée israélienne, et maintenant firme gouvernementale distincte.

Selon Giora Katz, vice-président de Rafael, le contrôle à distance du matériel militaire comme 'Spot and Shoot' est le visage de l'avenir. Il espère que d'ici une décennie, au moins un tiers des machines utilisées par l'armée israélienne pour le contrôle terrestre, aérien et maritime seront télécommandées.

La demande pour de tels dispositifs, admet l'armée israélienne, a été en partie alimentée par une combinaison de niveaux de recrutement en déclin et d'une population de moins prête à risquer la mort au combat.

Oren Berebbi, directeur du secteur Technologie, a récemment déclaré à un journal américain : « Nous essayons d'avoir des véhicules sans pilote partout sur le champ de bataille... Nous pouvons faire de plus en plus de missions sans qu'un soldat prenne des risques. »

Les progrès rapides de la technologie ont sonné l'alarme à l'ONU. Philip Alston, le Rapporteur spécial sur les exécutions extrajudiciaires, a mis en garde le mois dernier contre les dangers qui pourraient rapidement surgir d'une « mentalité meurtrière du style PlayStation ».

Selon les analystes, cependant, il est peu probable qu'Israël tourne le dos à un matériel dont il est à la pointe du développement - en se servant des territoires palestiniens occupés, et en particulier Gaza, comme laboratoires d'essai.

Les systèmes d'armes télécommandées sont en forte demande par des régimes répressifs et des industries de sécurité intérieure en plein essor dans le monde entier.

« Ces systèmes en sont encore aux premiers stades du développement, mais il existe un marché important et croissant pour eux », a déclaré Shlomo Brom, un général à la retraite et analyste de la défense à l'Institut d'études de sécurité nationale à l'Université de Tel-Aviv.

Le système 'Spot and Shoot' - officiellement connu sous le nom Sentry Tech - a surtout attiré l'attention parce qu'il est exploité par des femmes soldats de 19-20 ans, ce qui en fait le seul système d'armement de l'armée israélienne opéré exclusivement par des femmes.

Les femmes soldats ont été choisies pour actionner les dispositifs de meurtre à distance à cause d'une pénurie de recrues masculines dans les unités de combat d'Israël. Les jeunes femmes peuvent effectuer des missions sans briser le tabou social du risque vital, a déclaré M. Brom.

Les femmes doivent identifier les personnes suspectes qui approchent de la clôture qui encercle la bande de Gaza et, si elles y sont autorisées par un agent, les exécuter en utilisant leurs manettes.

L'armée israélienne, qui prévoit d'introduire la technologie le long d'autres lignes israéliennes de confrontation, refuse de dire combien de Palestiniens ont été tués par les mitrailleuses télécommandées dans la bande de Gaza. Selon les médias israéliens, toutefois, on pense qu'il y a en plusieurs dizaines.

Le système a été progressivement mis en place il y a deux ans pour la surveillance, mais ce n'est que récemment que les opérateurs peuvent ouvrir le feu. L'armée a reconnu s'être servi de Sentry Tech en Décembre pour tuer au moins deux Palestiniens à plusieurs centaines de mètres à l'intérieur de la clôture.

Le journal Haaretz, qui a eu un des rares accès à une salle de contrôle Sentry Tech, a cité un soldat, Bar Keren, 20 ans, la semaine dernière : « C'est très séduisant d'être le seul à faire ça. Mais tout le monde ne veut pas ce poste. Ce n'est pas simple de prendre une manette comme celle d'une PlayStation Sony et de tuer, mais finalement c'est pour la défense. »

Grâce à des capteurs audio fixés sur les tours, les femmes entendent le coup lorsqu'il tue la cible. Aucune femme, rapporte Haaretz, n'a manqué à sa tâche de tirer sur ce que l'armée appelle un Palestinien « incriminé ».

L'armée israélienne, qui impose à l'intérieur de la clôture une zone interdite qui va jusqu'à 300 mètres dans la minuscule enclave (1), a été fortement critiquée pour avoir ouvert le feu sur des civils entrés dans la zone fermée.

Il semble que Rafael soit en train d'élaborer une version de Sentry Tech qui tirera des missiles guidés à longue portée.

Une autre matériel récemment mis au point pour l'armée israélienne est la Guardium, une voiture-robot blindée qui peut patrouiller un territoire allant jusqu'à 80km par heure, naviguer à travers les villes, se mettre en « embuscade » et tirer sur des cibles. Il patrouille actuellement le long des frontières israéliennes avec Gaza et le Liban.

Ses promoteurs israéliens, G-nius, l'ont appelé le premier « robot-soldat ». (2)

Mais Israël est plus connu pour son rôle dans le développement de « avions sans pilote » - ou drones, le nom sous lequel ils sont connus. Originalement destinés à l'espionnage, et d'abord utilisés par Israël au sud du Liban dans les années 1980, ils sont aujourd'hui de plus en plus utilisés pour les exécutions extrajudiciaires, à des centaines de mètres depuis l'espace aérien.

NDLR - Nous passons l'article dans son intégralité. Nous ne partageons pas le point de vue de l'auteur quant à son interprétation des choses. Nous regrettons que cela puisse choquer certains de nos lecteurs. Nous pensons néanmoins que l'information reste intéressante d'autant qu'elle a un contenu, documenté. Il ne nous paraît pas correct de réécrire un article.

Source: JFORUM

15:31 Écrit par Fernand AGBO DINDE dans Israël, Technologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : israël, spot and shot, repère et tire, premier robot-soldat, palestiniens de gaza | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! |  Imprimer | | |

IL NE FAUT PAS FRAPPER L'IRAN

INSTALLATION NUCLEAIRE IRANIENNE.jpg

PHOTO : AP, JPOST

Une frappe israélienne sur les infrastructures nucléaires iraniennes n'aura pas l'effet escompté. Selon un think-tank britannique, une opération militaire n'empêchera pas Téhéran de se doter d'armes nucléaires, rapportait l'agence de presse Reuters, jeudi.

Pour le Groupe de Recherche Oxford, toute action militaire devrait même être évitée. "Une attaque israélienne déclencherait un conflit prolongé et risque même d'encourager la République islamique à se doter de l'arme nucléaire", précise un rapport du groupe. "Une frappe est également susceptible d'aggraver l'instabilité régionale, dont les conséquences seraient alors imprévisibles sur le plan sécuritaire."

Deux sons de cloche

Le rapport, signé Paul Rogers, professeur à l'université de Bradford, souligne toutefois que les risques d'incursion israélienne sont minces, bien que les capacités militaires de l'Etat hébreu se soient nettement accrues.

Les différentes manières d'affronter la menace iranienne figuraient parmi les sujets abordés entre le Premier ministre Binyamin Netanyahou et le président Barack Obama, au début du mois à Washington. Les positions des deux gouvernements diffèrent quant à leurs perceptions respectives du risque que poserait un Iran nucléaire, ainsi que sur les conséquences d'une éventuelle opération militaire.

Certains analystes estiment que Téhéran serait disposé à conclure un marché si les Etats-Unis acceptaient, de leur côté, de limiter leurs relations diplomatiques avec l'Etat hébreu.

Source: Le Portail Juif Francophone