topblog Ivoire blogs

samedi, 14 septembre 2013

AFFI NGUESSAN ANNONCE LA LIBERATION DE GBAGBO ET DE SIMONE DEPUIS MOOSSOU


AFFI NGUESSAN 3. PASSATION.jpg

Affi Nguessan, le 07 septembre 2013, au siège du FPI à Cocody Attoban
 

Lundi 09 septembre 2013, Pascal Affi N'guessan, président du Front populaire ivoirien, était sur les terres de la première Dame Simone Ehivet Gbagbo, à Moossou (Grand Bassam) où il a été accueilli en triomphe par la population.
 
A cette population massivement sortie, Affi N'guessan a apporté la bonne nouvelle: Celle de la libération prochaine de leur fille Simone Ehivet Gbagbo, incarcérée injustement et dans des conditions inhumaines au Nord de la Côte d'Ivoire, dans les geôles de la dictature Ouattara.
 
Et celle aussi de la libération prochaine du Président Laurent Gbagbo, injustement incarcéré à la Cour pénale internationale (CPI) pour avoir respecté la constitution de son pays, et contre qui la procureure Fatou Bensouda n'a aucune preuve.
 
Pour Affi N'guessan, Gbagbo et Simone seront bientôt libérés, car ils sont indispensables à la réconciliation nationale et à la paix.
 
De même que tous les prisonniers politiques qui croupissent dans toutes les prisons du pays, parfois dans des conteneurs, devront être libérés. Leurs comptes et leurs biens devront leur être rétrocédés car la politique actuelle du régime Ouattara, c'est d'affamer le peuple ivoirien pour le réduire à la mendicité, afin qu'il n'ait pas la force ni le courage de revendiquer ses droits. Sans oublier les milliers d'exilés politiques qui ont fui la dictature actuelle, qui doivent aussi revenir au pays. C'est le minimum pour que le pays s'inscrive sur la voie de la réconciliation nationale et la paix.
 
Message reçu cinq sur cinq par les populations de Moossou.
 

Eric Lassale
 
 

mercredi, 07 août 2013

BLE GOUDE TORTURE PAR LE REGIME OUATTARA

CHARLES BLE GOUDE 2.jpg

Ses avocats confirment des sévices corporels graves et des traitements inhumains.

 

Le président du Cojep, Charles Blé Goudé, en résidence protégée dans un lieu tenu secret depuis son extradition du Ghana le 17 janvier par le régime Ouattara, a subi des sévices corporels graves et des actes de torture inimaginables, selon ses avocats lundi à Abidjan.

Ce n’est que vendredi dernier que le président du Cojep a bénéficié de la visite de ses avocats, la deuxième après celle du 30 janvier, dans le bureau du juge d’instruction.

Selon ces derniers, Blé Goudé "dort quasiment nu à même le sol, ne voit pas la lumière du jour, ne bénéficie pas de soins médicaux et n’a droit qu’à un seul repas par jour".

"Nous avons rencontré un homme fatigué, amaigri et portant les séquelles de la torture et des traitements cruels, inhumains et dégradants dont il est l’objet depuis son arrestation", ont-ils déploré, avant d’"exiger" son transfèrement dans une maison d’arrêt.

Le ministre de la Jeunesse de Laurent Gbagbo qu’il fut a été inculpé le 21 janvier de "crimes de guerre" mais aussi d’"assassinats, vols en réunion, dégradation et destruction de biens d’autrui", par le régime Ouattara, qui n’a jusqu’à présent pu apporter la moindre preuve des allégations portées à son encontre.

 

Serge Touré


Source: IVOIREBUSINESS.NET

jeudi, 27 décembre 2012

COTE D'IVOIRE: DOUMBIA MAJOR APPELLE A UN COUP D'ETAT CONTRE ALASSANE OUATTARA

 

DOUMBIA MAJOR 2.jpg


"Pour Doumbia Major, ex porte-parole de IB, il faut enlever Ouattara par un coup d'Etat". Qui l'eut cru? Chien mange donc chien?


«Sur le plan politique, je pense que lorsqu'un régime vire vers des pratiques antidémocratiques il faut le renverser, et je continue de le penser. Je ne suis pas de ceux qui pensent qu'une fois élu un régime doit faire ce qu'il veut, y compris s'adonner à des violations de droits humains, à des pillages de ressources collectives et de deniers publics, qu’on doit le laisser pratiquer l'injustice, les abus de pouvoir etc... Et que, pendant que les dirigeants du régime s'adonnent à ce type de pratiques antidémocratiques le peuple doit attendre passivement la fin du mandat pour espérer un hypothétique changement de gouvernants.

Comme aux USA, où il est prévu une procédure «d'impeachment», le peuple doit se réserver la possibilité d'empêcher un régime d'aller au terme de son mandat si celui-ci trahit le peuple. C'est pourquoi je ne regrette aucun renversement violent d'un régime qui vire à la dictature.

Quand les révolutions surviennent, elles se passent pendant que certaines personnes qui les désapprouvent se trouvent tranquillement à leurs domiciles, mais ce n'est pas leur passivité ou leur désapprobation qui empêchent la révolution d'avoir lieu!

Autant l'humeur et le sentiment de désapprobation du mouton n'a pas d'influence sur l'organisation de la fête de la Tabaski, autant les sentiments de désapprobation de quelques pseudo-pacifistes et de quelques partisans d'un régime, ne peuvent empêcher la survenue d'une révolution, quand un régime vire à la dictature.

Ce qui empêche la survenue d'une révolution ce ne sont pas les cris et les larmes de crocodiles de quelques partisans d'un régime qui vivent du luxe que leur procure un système dictatorial qui se nourrit d'injustice et d'inégalité ; ce qui empêche la survenue d'une dictature c'est le comportement démocratique des dirigeants!» Doumbia Major.

Oui ! Vous ne rêvez point! Ces mots sont de Doumbia Major qui se dit exilé politique depuis près de dix ans. Depuis près de quatre mois, le cerveau politique de l’aile de feu le sergent major IB, donne de plus en plus de la voix. Pour, lui, l’Afrique doit aller de coup d’Etat en coup d’Etat. Pour lui, seule Ibrahim Coulibaly dit IB méritait de gouverner ce pays. On l’aura bien comprit, les attaques en Côte d’Ivoire ne sont pas le seul fait des partisans de Gbagbo mais aussi et surtout de certains militaires qui ont combattus aux cotés de ce dernier jusqu’à sa mort. L’administration Ouattara se trouve donc confrontée à deux entités qui conjuguent bien le fait que l’ennemi de mon ennemi soit mon ami. En clair une coalition entre les deux camps n’est pas à exclure dans la mesure où Doumbia Major disait il y a peu: «l’exilé n’a pas d’état d’âme, il peut s’allier à n’importe qui, pourvu que ce dernier lui promettre de mettre fin à son exil».

Qui vivra verra!

 

Jean Pierre Assa, in Lementor.net

Le 26 décembre 2012 par Autre presse


Source: IVOIREBUSINESS.NET

vendredi, 09 novembre 2012

COTE D'IVOIRE: PAR PEUR DU COMMANDO INVISIBLE, LA GENDARMERIE NATIONALE DESARMEE


GENDARMERIE - GENERAL GERVAIS KOUASSI.jpg

Le général Gervais Kouassi, Commandant supérieur de la gendarmerie, passant en revue ses hommes

 

Le général de division Gervais Kouassi, Commandant supérieur de la Gendarmerie, a procédé au désarmement de toutes les brigades de gendarmerie sur toute l’étendue du territoire national.

Après la police nationale, c’est aujourd’hui au tour de la gendarmerie nationale, de se voir désarmée.

Selon nos sources, c’est par crainte des attaques répétées du Commando invisible..., attaques au cours desquelles le Commando emporte toujours armes et munitions des mains des FRCI, de la police, et de la Gendarmerie, que cette mesure conservatoire a été prise. Une sorte de désarmement de l’armée nationale par ce Commando, qui ne dit pas son nom.

Le général Gervais Kouassi a donc voulu anticiper cet état de fait, en procédant lui-même au désarmement de ces hommes, avant que ceux-ci ne soient désarmés par le Commando invisible, au cours de prochaines attaques qui sont annoncées avec insistance par les médias pro-Ouattara. N’est-ce pas là conduire ses hommes à l’abattoir?

GENDARME IVOIRIEN.jpg

C’est le sens de l’opération «brigades sans armes» qui vise à couper l’herbe sous le pied du «commando invisible».

Selon Notre voie (29/10), toutes les brigades de gendarmerie de Côte d’Ivoire sont donc désarmées depuis le lundi 22octobre dernier. «Le commandant supérieur de la Gendarmerie a dit qu’il ne veut pas avoir de problèmes avec ses patrons. C’est pourquoi il a décidé de désarmer toutes les brigades de gendarmerie de Côte d’Ivoire pour selon lui, éviter que le commando invisible qui attaque les FRCI et emportent leurs armes à chaque occasion, fasse la même chose aux gendarmes, surtout qu’il y a eu déjà des attaques contre des brigades de gendarmerie à Vridi et à Bongouanou où des armes ont été emportées», expliquent avec amertume des gendarmes interrogés sur la question ces dernières heures. «Ce sont les brigades qui voient leurs armes ramassées à cause de la décision du patron de la Gendarmerie. Les munitions sont aussi ramassées. Les armes collectées sont convoyées dans les légions dont dépendent les brigades de son ressort. L’opération a démarré à la légion de Yamoussoukro où sont stockées les armes des brigades issues de sa circonscription administrative. Puis, ont suivi les 1ère légion (Agban), 2ème légion (Daloa), 3ème légion( Bouaké) et 5ème légion( San Pedro) en réceptionnant les armes et munitions des brigades relevant de leur compétence. Selon plusieurs sources proches de la gendarmerie nationale, cette opération étale au grand jour la méconnaissance du général Gervais Kouassi de la gendarmerie.

Nous y reviendrons.

 

Eric Lassale


Source: IVOIREBUSINESS.NET

mercredi, 19 janvier 2011

COTE D'IVOIRE : ALASSANE OUATTARA EST-IL MORT ?

ALASSANE OUATTARA. CANAL+.jpg

Le dimanche 16 janvier 2011, à 09H50, par IvoireBusines.

Nul ne peut souhaiter la mort d'autrui, c'est pourquoi nous aussi ne souhaitons pas la mort d'Alassane Dramane Ouattara, dit ADO.
Mais des sources insistantes et concordantes proches de l'hôpital militaire parisien du Val de Grâce font état de la mort d'Alassane Ouattara, Président reconnu par l'ONU et la France, des suites d'un mal pernicieux qui l'avait déjà fait s'effondrer devant tous à une date très récente au Golf hôtel. Son évacuation sanitaire pour la France avait alors été décidée.


Depuis hier, c'est à une avalanche de messages de confirmation de sa mort que la rédaction d'IvoireBusiness est soumise par des milliers d'ivoiriens du monde entier, partisans et adversaires, pour que nous confirmions la rumeur de la mort d'Alassane Ouattara, laquelle se repend actuellement comme une traînée de poudre, en France, en Europe, aux Usa et en Côte d'Ivoire.
Vue l'extrême sensibilité de l'information et malgré nos sources très proches du Val de Grâce, nous nous bornerons à parler d'informations insistantes et concordantes, laissant ainsi la place à des voix plus autorisées pour la confirmer ou l'infirmer.


D'autres informations contradictoires brandissent la thèse d'une diversion avec la mort de Ouattara, pour distraire les ivoiriens et l'opinion, pendant que la communauté internationale prépare l'attaque de la Côte d'Ivoire pour enlever le Président de la République Laurent Gbagbo du pouvoir par la force, entre le 19 et le 23 janvier 2011. L'un des pions essentiels de cette diversion serait le journaliste-barbouze français Jean Paul Ney, que tous les ivoiriens connaissent pour avoir séjourné à la maison d'arrêt et de correction d'Abidjan (MACA), après son coup d'Etat manqué de 2008 dénommé « Noël à Abidjan » avec le sergent-chef Ibrahim Coulibaly, dit IB, aujourd'hui en fuite.
Pour les tenants de la diversion, la preuve que Ouattara n'est pas mort sont ses passages successifs dans des émissions de radio comme le Grand débat d'Africa n°1 du 11 janvier, à Canal+ le 13 janvier face à Michel Denisot en duplex depuis l'hôtel du Golf et à la suite de Laurent Gbagbo la veille, et aussi son interview dans l'Express, hebdomadaire français.


Pour les tenants de la possible mort d'Alassane Ouattara, toutes ces émissions ne prouvent rien car elles ont été préalablement enregistrées ou ont fait l'objet d'un montage.
Pour eux, si ADO était bien vivant, pourquoi la médiation de l'Union africaine conduite par le Premier ministre kényan, Raila Odinga, a-t-elle été reportée par deux fois ? Initialement prévue les jeudi et vendredi derniers, elle a été reportée ce samedi et dimanche pour être une nouvelle fois annoncée pour mardi prochain.


Par ailleurs, dans l'interview donnée par Ouattara à Canal+ le 13 janvier, il n'a fait aucun cas de l'actualité brûlante en Côte d'Ivoire à cette date où on avait dénombré 10 morts (5 civils et 5 militaires) à Abobogare, l'un de ses fiefs, se bornant à traiter une actualité décalée.
Toujours est-il que ces sources situent l'arrivée de Ouattara à Paris au 08 janvier 2011 par vol privé SWK 4834. Le jet privé affrété pour son évacuation sanitaire a atterri à l'aéroport militaire de Villacoublay. A son bord, le couple Ouattara, le couple Bédié, le général Palenfo et d'autres personnalités de l'entourage d'ADO.
Suite à ses complications de santé à la suite du mal pernicieux qui le rongait au niveau de la poitrine, il serait entré dans un coma profond pour ensuite tirer sa révérence.


Les autorités françaises attendraient le bon moment pour annoncer son décès.
Nous y reviendrons.


Christian Vabé


Source: IVOIREBUSINESS.NET