topblog Ivoire blogs

mercredi, 12 juin 2013

COTE D'IVOIRE: LE CHEF DE LA JEUNESSE PRO-GBAGBO INCULPE DE «COMPLOT»

Côte d'Ivoire,le chef de la jeunesse pro-Gbagbo, inculpé de "complot",koua justin,jfpi,afp


Le responsable de la jeunesse du parti de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, Justin Koua, a été inculpé de "complot" et incarcéré à Abidjan, a-t-on appris mardi auprès de son avocat.

 

Arrêté le 7 juin, le chef de la JFPI, la section jeunesse du Front populaire ivoirien (FPI), a été inculpé lundi notamment "d'offense au chef de l'Etat, d'atteinte à la défense nationale, (. . . ) de complot contre l'autorité, de direction ou participation à une bande armée", a déclaré à l'AFP Me Rodrigue Dadjé.
 
Auparavant interrogé dans les locaux de la Direction de la surveillance du territoire (DST), il a été incarcéré à la Maison d'arrêt et de correction d'Abidjan (Maca), a-t-il ajouté.
 
Me Dadjé a dénoncé "une violation grave des droits fondamentaux" de son client, affirmant n'avoir pu assister à ses auditions.
 
Connu pour ses discours musclés à l'égard du régime du président Alassane Ouattara, Justin Koua avait été arrêté alors qu'il participait à une réunion au siège de son parti dans la capitale économique ivoirienne. Le FPI a condamné une "arrestation de trop", fustigeant un pouvoir "liberticide".
 
De nombreux anciens responsables ou cadres du régime Gbagbo, tombé à la fin de la crise postélectorale de 2010-2011 ayant fait quelque 3.000 morts, sont en détention, ce qui vaut régulièrement au régime d'être accusé de pratiquer une "justice des vainqueurs".
 
Mais, pour les autorités, des partisans de l'ancien président sont impliqués dans des tentatives de déstabilisation, notamment des attaques meurtrières contre les forces de sécurité survenues principalement au second semestre 2012.


Source: AFP

COTE D'IVOIRE - LE REGIME VEUT DEPORTER KOUA JUSTIN DANS LE NORD

 

KOUA JUSTIN.jpg



La machine dictatoriale et répressive du régime Ouattara continue de s’en prendre à tous ceux qui refusent de se plier à la mascarade du pouvoir. Enlevé par des éléments du Ccdo le vendredi 7 juin 2013 alors qu’il tenait une réunion au Qg du Fpi, Koua Justin a été entendu hier, lundi 10 juin 2013, par le procureur de la République. On lui a signifié à cette occasion, l’objet de son enlèvement.
 
Le régime accuse le Secrétaire national de la Jfpi d’«atteinte à la sûreté de l’Etat». Une accusation générique que le régime attribue sans preuves, à tous les pro-Gbagbo qui sont en prison ou en liberté. Le régime reproche entre autres, à Koua Justin, d’être en contact avec des démobilisés de Bouaké pour dit-on, renverser le pouvoir d’Abidjan. Il lui est aussi reproché de communiquer avec des exilés du Ghana.
 
Voilà entre autres, les accusations qui ont été signifiées à celui qui, depuis quelques semaines, avait entrepris des tournées de sensibilisation pour inviter les militants du Fpi à la mobilisation face à toutes les dérives dictatoriales du régime Ouattara. Des sources proches du dossier soutiennent que le tout nouveau captif de Ouattara serait sur le point d’être déporté dans le goulag de Korhogo. Avec cette autre arrestation, c’est officiellement le 704e prisonnier politique privé de liberté sous l’ère Ouattara.
 
L’objectif est simple. Le régime, en procédant à des arrestations massives des pro-Gbagbo, veut régner par la terreur. Surtout que les nouvelles en provenance de la Cpi lui donnent des insomnies.
 

Paterne Ougueye Yves, in le quotidien ivoirien "Le Temps" du 11 juin 2013.